Partagez | 
 

 Azumi Itô. [Fin de la présentation]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Dim 4 Oct - 3:09

Nom : Itô
Prénom :Azumi
Âge : 9 ans
Village : Konoha
Grade Envisagé : Étudiant.
Kekkai Genkai Souhaitée : Aucun
Techniques de départ : Métamorphose et Apprentissage du Ninjutsu

[Ma présentation est maintenant terminée]



...Pourtant, je n'étais qu'une fleur parmi tant d'autres.
Mais je suis celle qui a été cueillie...


Prologue.


I
C'était un jour pluvieux.


C'était un jour pluvieux. Les gouttelettes caressaient la fenêtre et émettaient un petit bruit synchronisé. Ce n'était pas un jour comme les autres. Tout d'abord, elle eut l'impression que quelque chose avait changé en elle. Ensuite, il y eut les vomissements qui laissaient le grand Oyate dans un état de dégoût. Puis finalement, la fatigue prenait le dessus très rapidement dès qu'elle s'allongeait pour se détendre. Tout portait à croire que la reproduction avait porté ses fruits. C'est pour cela qu'Haruna, une jeune femme âgée bientôt de vingt-trois ans, prit l'initiative de faire un tour à la cabine du docteur Gary.

Elle n'avait jamais vraiment aimé cet homme. La jeune femme détestait la façon qu'il adoptait pour annoncer les mauvaises nouvelles. C'est Gary qui avait divulgué à toute la famille Itô que Mayo, le père de famille, était victime d'une maladie aux jambes. Il ne pouvait maintenant plus marcher sans l'aide d'une canne en bois. Ensuite, il communiqua le cancer de la mère d'Haruna qui était maintenant hospitalisée à l'hôpital. Elle ne pouvait plus bouger de son lit sans ressentir une vive douleur au niveau de l'estomac. Haruna vivait donc avec son époux, Oyate, et son père qui ne pouvait plus vivre seul.

La seule présence dans la pièce était celle de la jeune femme et peut-être de son futur bébé. Elle attendait les résultats des tests que Gary lui avait fait passer pour être certain qu'Haruna était bel et bien enceinte. Cela faisait quelques temps que le couple désirait donner la vie. Mais le docteur leur avait annoncé sans peine qu'ils ne pouvaient pas avoir d'enfants à cause d'une malformation au niveau de l'utérus. Mais les deux amoureux eurent une lueur d'espoir en constatant les signes de grossesse qu'Haruna démontraient. Vomissements et fatigue leur indiquaient clairement que quelque chose changeait en elle. Rien de plus merveilleux ne pourrait leur arriver si le docteur leur annonçait la bonne nouvelle.

La jeune femme ressentait un stress profond. À chaque fois que quelqu'un passait devant la porte du cabinet, elle espérait que ce soit le docteur qui la franchirait, un sourire aux lèvres. Malheureusement, Gary mettait un temps fou à lui divulguer les résultats des tests, ajoutant ainsi au stress de la jeune femme de l'inquiétude. Elle se mordilla les lèvres en pensant à ce qu'elle allait dire à son mari et à son père qui l'attendaient dans le hall de l'hôpital lorsque le docteur lui annoncerait qu'elle était enceinte.

Un bruit de pas se fit entendre dans le couloir. Haruna porta une oreille indiscrète à la porte. Elle colla sa joue sur le bois dur de l'entrée et constata avec joie que les pas se rapprochaient. En silence, elle sautilla comme un enfant et alla se coucher sur le petit lit que le docteur lui avait assigné. Lorsque la porte s'ouvrit, elle s'assit sur la mince couverture et regarda Gary en tentant de deviner ce qu'il allait annoncer.

Gary - Vous n'êtes pas enceinte.

Dit-il sans regret.

Haruna - Pardon ?

Gary - Vous n'êtes pas enceinte. Il n'y a et n'auras jamais d'enfants dans votre ventre. C'est pour toujours, madame Itô. Il est temps que vous et votre époux vous fassiez à l'idée.

Il prit une courte pause pour lui montrer une feuille de papier qui indiquait les résultats des tests. La jeune femme la prit en tremblant et retint une larme. Elle la lui rendit en boudant.

Haruna - Mais les vomissements...

Gary - Les vomissements ? Les vomissements n'étaient rien de plus qu'un empoisonnement alimentaire. Et je trouve cela ridicule que vous et votre mari aient pût croire que vous étiez enceinte à cause de cet empoisonnement. Voilà des médicaments pour guérir ce qui vous ronge.

Il lui tendit un petit pot de pilules et mit une main réconfortante sur son épaule. Il savait qu'elle n'allait pas s'en remettre, et en tant que médecin, il se devait de la réconforter même si ce qu'il voulait réellement était de prendre sa pause déjeuner.

Gary - Madame Haruna, vous êtes encore jeune. Il y a encore plein de possibilités pour que vous puissiez avoir un enfant. Par exemple l'adoption, ou même une opération pour éliminer le petit problème de votre utérus.

Elle repoussa sa main sauvagement et le regarda avec un air de défi.

Haruna - Vous savez très bien que notre famille n'a pas assez d'argent pour cette opération, monsieur, puisque c'est vous qui engloutissez toutes nos économies pour sauver ma mère de la mort ! Je sais que votre seul but est de vous mettre le plus d'argent possible dans vos poches, mais sachez que nous ne sommes pas si naïf. J'aurais cet enfant. Et ce n'est pas en vous payant que je l'aurai !

Furieuse, Haruna se leva et disparue dans le couloir. Elle s'enferma dans la chambre de bain pour sécher ses larmes. Elle savait que son père serait fou de joie en apprenant la mauvaise nouvelle. Il n'avait jamais voulu que la jeune femme ait un enfant, du moins, pas à cet âge. Ayant eu un enfant, il blâmait secrètement Haruna d'avoir gâcher son rêve, c'est-à-dire, celui de devenir ninja. Mais elle savait pertinemment qu'il l'aimait profondément.

Les larmes avaient complètement déformé son visage. Elle se regarda dans le miroir et murmura.

Haruna - Je te déteste Haruna, tu n'es qu'une petite insolente incapable d'avoir des enfants. Dieu t'as privé de ton rêve parce que tu ne l'as pas mérité. C'est à cause de ton karma. C'est à cause de ton karma. C'est à cause de ton karma !

Une fois les dernières larmes coulées, elle se refit une beauté pour cacher sa lâcheté. Mais son nez rouge indiquait qu'elle avait pleuré. Haruna était une charmante femme. Ses cheveux noirs très longs tombaient sur ses épaules et ses yeux verts semblaient donner une forme parfaite à son visage. Elle n'était ni trop grosse ni trop maigre. Les hommes qui aimaient la simplicité étaient servis. Avec une femme comme elle, le bonheur était assuré. Haruna adorait rire et portait une grande attention aux gens qui l'entouraient. En résumer, c'était une femme simple, mais adorablement aimable. Son plus grand rêve était de fonder une famille. Elle voulait chérir son mari, ses enfants et ses parents. Elle voulait que l'harmonie règne au cœur de leur demeure.

D'une main tremblante, elle mit une main sur la poignée. Haruna prit une grande respiration. Elle ne devait pas pleurer devant sa famille, elle voulait être forte et ne pas pleurer même si le chagrin déchirait ses entrailles. Et, en prenant son courage à deux mains, elle poussa la porte et d'un pas hésitant, elle se rendit au hall de l'hôpital. Dès qu'il la vit, son fiancer Oyate se leva d'un bond et vint la rejoindre. Il lui prit la main et l'entraîna vers un siège près de Mayo, le père d'Haruna. Lisant la déception sur son visage, il flatta sa main pour l'inciter à parler. Il dit d'une voix douce.

Oyate - Peu importe la nouvelle que tu nous annonceras, nous serons heureux. Si tu es enceinte, nous allons élever cet enfant comme il se doit. Si tu ne l'es pas, nous recommencerons à vivre comme avant, n'est-ce pas ?

Voyant que le grand homme s'adressa à lui, le vieillard hocha la tête en signe d'affirmation. Mais au fond de lui, il espérait de tout son cœur que sa fille ne soit pas enceinte. Cet enfant gâcherait sa vie. La jeune femme jeta un regard nerveux sur les deux hommes qui la fixaient. Elle ferma les yeux et soupira.

Haruna - Je ne suis pas enceinte...

Mayo - Dieu soit loué !

Soupira son père.

Oyate - Mais les vomissements... ?

Haruna - Ce n'était qu'un empoisonnement alimentaire. Enfin, c'est ce qu'a dit le docteur Gary.

Elle souriait pour ne pas alarmer son père. Car, depuis le début, elle lui cachait son désir insoutenable d'avoir un enfant. Haruna savait que si elle était réellement enceinte, son père aurait été très déçu. Et qui sait comment il aurait réagi.

De son coter, Oyate vivait ce moment péniblement. Il était peiné, mais savait qu'il ne devait pas dire au père d'Haruna qu'ils désiraient mettre au monde un enfant. La seule personne qui en était certaine était le docteur Gary. Même s'il était plutôt agaçant comme docteur, le couple savait qu'il pouvait lui faire confiance concernant leur désir. Le jeune homme connaissait ce dont le père d'Haruna était capable. Il le savait, car lorsqu'ils s'étaient mariés, Mayo leur en avait fait voir de toutes les couleurs. Il ne cessait de dire que le garçon avait gâché la vie de sa fille et qu'il lui ferait regretter ce mariage. Oyate n'avait pas été impressionné par ce vieil homme très fragile et lui avait tenu tête. Le vieillard finit par accepter leur alliance.

Haruna - Je vais rendre visite à Mère pour lui annoncer la bonne nouvelle. Elle se trouve au second étage. Je tiens à y aller seul. C'est une très bonne nouvelle et elle doit être l'une des premières à la connaître. Oyate, pourrais-tu remmener Père à la maison ?

Le jeune homme accepta et fit monter le vieillard sur une chaise roulante. Mayo était capable de marcher avec une canne, mais la maison des Itô était très loin et la marche l'aurait complètement épuisé. Les deux hommes saluèrent Haruna et elle leur dit qu'elle les aimait. La jeune femme attendit qu'ils aient franchit les portes de l'hôpital pour se diriger vers les escaliers. Elle les monta d'un pas rapide et rechercha la pièce où sa mère était installée. Elle la repéra assez facilement puisqu'elle était très habituée d'emprunter ce couloir. Elle ouvrit la porte doucement et inspecta la pièce. Sa mère avait les yeux fermés. Elle murmura pour être certaine de ne pas la réveiller si jamais elle dormait.

Haruna - Mère ?

Il n'y eut aucune réponse. Haruna allait rebrousser chemin lorsqu'elle entendit une voie douce. Celle d'une vieille dame malade. Celle de Benihime.

Benihime - Ma chère fille, tu peux entrer.

Sans ouvrir les yeux, elle sentit que son enfant marchait dans la pièce. D'une main tremblante, elle chercha à serrer la main de sa fille. La vieille dame glissa doucement ses doigts entre ceux d'Haruna et lui murmura.

Benihime - Tu ne portes pas d'enfant ma douce.

Haruna - Comment le savez-vous, Mère ?

Benihime - Je suis peut-être mal en point, mais je ne suis pas morte, Haruna. Je l'ai sentit dès que tu m'as annoncé tes craintes. Par contre, je n'ai pas eu le courage de te le dire. Tu semblais tellement heureuse.

Haruna baissa la tête, mais la main rassurante de sa mère ne lui donnèrent pas le goût de pleurer.

Benihime - N'aie pas peur d'être heureuse, ma fille. Ce vieux fou ne t'empêchera pas de l'être.

Dit-elle en référence à Mayo. Haruna, comprenant que c'était une plaisanterie subtile, émit un petit rire cristallin. Elle baissa les yeux sur la malade et ils se remplirent de larmes.

Haruna - Et vous, êtes-vous heureuse ?

Benihime - Je ne te mentirais pas ma chère, mais j'ai longtemps été heureuse. Tu sais pourquoi ?

Haruna haussa les épaules. Sa mère le sentit et elle lui répondit en souriant.

Benihime - Parce que j'ai eu la chance d'élever une fillette comme toi. Moi et ton père avons fait de toi quelqu'un de bien. Tu as un cœur gros et personne n'a besoin de te connaître pour le remarquer. Je suis heureuse de ce que tu es devenu. Sache que je t'aime et que je t'aimerai toujours. Lorsque je mourrai, je te donnerais mon cœur.

La jeune femme ne comprit pas les dernières paroles de la vieille dame. Elle se coucha à coter de sa mère et elles pleurèrent pendant des heures, main dans la main.

***

Le soleil était maintenant bien bas dans le ciel, mais la mère et la fille étaient toujours blotties l'un contre l'autre. La vieille était maintenant endormie et respirait difficilement tendis qu'Haruna avait séché ses larmes une seconde fois, plongé dans ses pensées. Lorsque l'on vint cogner à la porte, elle vit l'infirmière qui lui faisait signe. La jeune femme se leva et alla à sa rencontre. L'infirmière âgé d'une vingtaine d'année lui annonça.

Infirmière - Les heures de visite sont terminés. Madame doit maintenant se reposer. Par contre, le docteur Gary désire vous rencontrer. Il semblerait que vous êtes parti rapidement cet après-midi. Il croyait que vous étiez chez vous, mais puisque vous êtes là, pourquoi ne pas aller à sa rencontre immédiatement.

Haruna la remercia et alla donner un dernier baiser à sa mère. Elle se rendit immédiatement au cabinet de Gary. Là où elle avait passé les plus longues minutes de toute sa vie pour absolument rien du tout. Le docteur la salua avec un sourire plus ou moins forcé et lui poussa une chaise. La jeune femme ne refusa pas et s'installa confortablement. Le docteur fit de même.

Gary - Vous êtes parti tellement rapidement cet après-midi, que je n'ai pas eu le temps de vous faire payer les médicaments que je vous ai prescris. Sachez que ce n'est pas gratuit madame Itô. Ce n'est pas parce que vous êtes triste et abattu qu'il faut voler des médicaments.

Il tentait de la taquiner, mais elle n'était pas d'humeur à faire des blagues.

Haruna - C'est combien ?

Gary - Quarante-huit Ryos.

Elle les lui tendit et se leva rapidement pour quitter les lieux, mais Gary attrapa sa manche.

Gary - Votre mère n'en a plus pour longtemps, rassurez-vous. Ses traitements ne vous coûterons plus rien dans quelques mois.

Elle partit chez elle sans un mot. Peut-être qu'un autre jour sera plus ensoleiller que celui-ci.

Fin du chapitre.


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 25 Avr - 5:14, édité 14 fois

MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Lun 5 Oct - 5:44

...Pourtant, je n'étais qu'une fleur parmi tant d'autres.
Mais moi, on m'arrosait chaque matin...


II
Une seule rencontre suffit...

Quelques mois avaient passé depuis cette journée à l'hôpital. La journée où le docteur Gary lui avait annoncé qu'elle n'était pas enceinte et que cet événement ne se produirait sans doute jamais. La jeune femme avait longtemps pleuré jusqu'à ce que son époux lui propose d'adopter un bambin. Haruna avait finalement accepté de sortir des toilettes pour parler avec Oyate. Mais ils décidèrent d'oublier cette option puisque la famille n'avait pas assez d'argent et que le peu qu'ils gagnaient allait directement aux traitements de Benihime. D'ailleurs, le docteur avait dit à la jeune femme que les jours de la vieille dame étaient maintenant comptés. Mayo affichait un air serein, mais le couple savait pertinemment que le chagrin lui dévorait l'âme et qu'un jour, il pleurerait enfin. Il refusait de parler de la maladie de son épouse et cela était compréhensible, surtout venant d'un homme qui avait toujours rêvé d'être un ninja. Il ne voulait pas afficher ses émotions de peur que son orgueil ne tienne pas le coup.

Mayo était plutôt âgé lorsque la maladie vint ronger ses pauvres jambes. En fait, il était en pleine adolescence et les médecins ne purent jamais identifier quel était le nom de cette maladie. Il semblerait qu'elle était dans ses gènes, mais jamais ils réussirent à savoir qui était le donneur. Ils crurent, pendant un bout de temps, qu'elle se transmettait de père en fils, mais leur théorie disparue rapidement. Mayo était en train d'apprendre une technique ninja très simple, mais jamais il ne put terminer son apprentissage, car il ne pouvait plus tenir debout plus de deux minutes sans être très essoufflé. L'académie décida de le refuser, pensant qu'il ne serait d'aucune utilité à Konoha. Et ils avaient raison. Pourquoi accueillir dans leur école un adolescent incapable de supporter la douleur de ses propres jambes ? Mayo, complètement désespéré, perdit tout espoir concernant son futur. Mais quand on dit que l'amour est plus fort que tout, ce n'est pas des salades. Même la maladie du pauvre homme ne pouvait empêcher une jeune fille de tomber éperdument amoureuse de lui. Cette jeune fille se nommait Benihime. Après quelques sorties au restaurant et quelques fréquentations coquines, Mayo décida de demander la belle en mariage. Elle accepta sans hésiter et lui sauta dans les bras. Mais jamais il n'avait cru que cette action entraînerait la perte définitive de son avenir. Ils surent, quelques mois plus tard, que la jeune femme était enceinte. Prit de frayeur, le garçon tenta de fuir le village, mais il fut arrêté avant qu'il ne puisse mettre le pied dehors. Après une discussion sérieuse avec Benihime, il accepta de garder l'enfant. C'est ainsi qu'ils mirent au monde une fillette nommée Haruna. Une petite fille aux cheveux noirs et aux yeux d'un vert extraordinaire. Les parents tombèrent très vite amoureux de cette dernière et l'élevèrent comme de bons parents se devaient d'élever leur enfant. Elle devint très vite une grande et jolie jeune femme.

Malgré l'amour qu'il ressentait envers sa fille, il n'oublia jamais la crainte qu'il eut en sachant que sa femme était enceinte. Il ne désirait pas que sa fille vive la même chose. Seulement, ce qu'il ne savait pas, c'était qu'Haruna désirait mettre au monde un bébé. Et il ne savait pas jusqu'où les instincts maternelles de sa fille pouvaient aller.

Mais plus les mois passaient, plus l'espoir diminuait. Mettre au monde un enfant était impossible et l'adoption était tout aussi impensable. C'est pour cela que le couple décida de ne plus parler d'enfant. Du moins, jusqu'à ce qu'ils trouvent un moyen réalisable et qui ne coûtait pas les yeux de la tête.

Il faisait froid cette journée là. Haruna prit une veste en laine qui traînait sur la rampe d'escalier et l'enfila rapidement. À Konoha, l'air était souvent très chaud, mais c'était l'hiver et tout le monde sait que l'hiver il fait froid peu importe où vous vous trouvez sur le globe. Haruna s'apprêtait à faire les courses. C'était elle qui, depuis des années, préparait les trois repas principaux. C'était aussi son rôle d'arpenter les rues de Konoha à la recherche de marchands qui vendaient leurs viandes à bas prix. De toute manière, elle ne travaillait pas et avait suffisamment de temps pour faire ce genre de choses. Elle avait déjà étudié à l'académie ninja, vers ses treize ans, pour calmer les demandes de son père, mais arrêta immédiatement lorsque sa mère tomba malade. Ne pouvant plus être au coter de son époux, elle confit la mission qui consistait à s'occuper de Mayo à sa jeune et seule fille : Haruna.

De son coter, Oyate travaillait comme bûcheron dans la forêt ouest de Konoha. Il gagnait sa vie en petite poignée de pièce. Le contre-maître du chantier avait même affirmé que ce salaire était le plus généreux qu'il pouvait offrir. C'est pour cela que les travailleurs ne se plaignaient jamais. C'était un homme fort et robuste, mais au fond, il était doux comme un agneau et plutôt sensible. Il détestait voir les gens souffrir. C'est pour cela qu'il n'osa jamais s'aventurer dans la périlleuse vie de ninja. Jamais il n'avait mis les pieds à l'académie et cette pensée ne lui traversa jamais l'esprit. Tant qu'au rôle que jouait Mayo dans la famille, il est inutile de le demander. Il passait ses journées à rêvasser sur le fauteuil. Sauf bien sûr les jours où il se sentait légèrement heureux. Dans ce cas, il venait aider la jeune femme à préparer les repas. Son rôle en tant que cuisinier était de couper les légumes. Mais pas les oignons ni les asperges, hein ! Non... Ça, il ne pouvait pas supporter. Il préférait surtout regarder. C'était sans doute le domaine où il perfectionnait le mieux. Mais Haruna se montrait très compréhensive devant la lâcheté de son père. Il était malade et ne devait pas trop forcer ses jambes. Sans se plaindre, elle faisait tout pour lui. Même si elle l'avisait souvent de ne pas laisser ses bas et ses caleçons sales traîner par terre.

Une fois à l'extérieur de la maison, elle emprunta un petit chemin qui menait directement au marcher le plus populaire du village. Il faut avouer que la maison des Itô était plutôt bien placée. Tous les services étaient proches de la charmante demeure. Restaurants, épiceries, boutiques de linge, sources chaudes, parc etc. C'était quelque chose que la famille prenait comme acquis.

Une fois arrivé à destination, Haruna inspecta les lieux pour trouver l'endroit où les légumes étaient en vente. Elle la trouva sans problème et s'y dirigea rapidement. Elle choisit des aliments saints et nourrissants. Elle n'aimait pas la nourriture malsaine. La jeune femme désirait que sa famille soit en santé, même si la maladie avait tendance à s'abattre sur eux. Une fois le tout payé, elle choisit un chemin qu'elle avait rarement arpenté. Le soleil était bien haut dans le ciel et elle voulait profiter de cette journée. Elle prit une longue marche en profitant de l'air frais et en regardant les oiseaux faire quelques volées spectaculaires. Haruna vida son esprit et oublia tous les soucis qui la poursuivaient.

Une heure était passée depuis qu'elle était sortie de la demeure, lorsqu'elle entendit un bruit plutôt étrange venant d'une petite ruelle. Elle stoppa sa marche et inspecta ce coin sombre. Des poubelles étaient disposées de manière à ce que le chemin soit facile d'accès. L'établissent qui jouxtait la ruelle devait être un restaurant puisqu'une odeur de pourriture vint chatouiller ses narines. Une ombre se distinguait des autres. Elle avait la forme d'un humain. D'une petite fille, pour être plus précis.

Haruna - Que fais-tu là, petite fille ? Tu es perdu ?

Cette dernière s'avança timidement vers la grande dame qui se tenait devant elle. Ce n'était pas tous les jours que quelqu'un lui adressait la parole. Les gens avaient souvent peur des enfants louches qui cherchaient de la nourriture dans les poubelles.

Azumi - Je me nourris, grande femme !

La voix de la petite était plutôt enfantine. Elle ne semblait pas connaître la langue parfaitement puisqu'elle semblait avoir de la difficulté à prononcer ses « s ».

Haruna - Mais où est ton papa ?

Azumi - Il est parti.

Haruna - Parti où ?

Azumi - Je ne chais pas.

La fillette grugeait maintenant un os de poulet dont la chair était manquante. Ses cheveux étaient longs et sales tendis que sa tenu empestait les ordures. Haruna eut pitié de l'enfant et lui tendis une pomme qu'elle avait dans son panier.

Haruna - Prends, c'est une pomme. Elle te nourrira.

La petite hésita un moment, mais finalement, elle décida de prendre la pomme. Elle croqua à l'intérieur et se régala.

Azumi - Marchi.

Haruna - Quel est ton prénom, ma petite ?

Azumi - Azumi.

Haruna - Moi c'est Haruna. Et ton père, comment s'appelle-t-il ?

Azumi hésita un long moment, puis lui dit.

Azumi - Il ch'appelle Papa.

Ne sachant pas comment réagir avec elle, Haruna décida de lui proposer de marcher un peu. La jeune femme aurait très bien pût l'emmener aux autorités de Konoha, mais quelque chose en elle lui disait qu'elle ne devait pas. Curieuse, elle décida d'en savoir un peu plus sur cet enfant.

Haruna - Azumi, tu n'as pas de maison ? Tu n'as pas de famille ? Où est ta maman ?

La fillette marchait rapidement. Même si elle était très maigre, Azumi ne semblait pas être dans un état critique. Ce qui signifiait que cela ne faisait pas beaucoup de temps qu'elle traînait dans les rues. Sauf bien sûr si quelqu'un la nourrissait.

Azumi - Oui, j'ai une maison. Mais mon papa n'y vit plus. Maintenant, des gens habitent à l'intérieur et ils ne veulent pas me laisser entrer. Ils disent que c'est leur maison même quand je leur dis que c'est la mienne. Ces gens sont plutôt méchants. Ch'est méchant n'est-ce pas ?

Azumi était une fille plutôt naïve. Tout portait à croire que sa maison avait été vendue à de nouvelles personnes et que son père l'avait tout simplement abandonné ici. Sa mère semblait inexistante et sa famille aussi. La fillette ne savait plus vers qui se tourner. Elle vagabondait dans les rues à la recherche de nourriture et couchait sans doute quelque part dans une ruelle. Haruna allait lui poser d'autres questions, mais Azumi la devança.

Azumi - C'est quoi une... Maman ?

La jeune femme, étonnée, cessa sa marche et baissa la tête pour fixer Azumi qui la regardait avec des yeux aussi ronds qu'une bille. Son regard noir mit mal à l'aise Haruna qui tentait de ne pas laisser paraître son étonnement. Elle se mit à genou pour être au niveau de la petite fille et mit une main rassurante sur son épaule. La dame lui fit un sourire chaleureux et lui répondit.

Haruna - Une mère c'est une personne sur qui on peut toujours compter. C'est une personne très gentille qui fait attention à son enfant et qui l'aime de tout son cœur.

Azumi rigola et pointa Haruna.

Azumi - Alors vous, vous êtes une maman ?!

La jeune femme cessa de sourire et se remit sur ses deux jambes. Elle fixa un point invisible et soupira.

Haruna - J'aimerais bien, mais... Non, malheureusement.

Azumi - Je chuis persuadé que oui. Vous êtes très gentille. Vous êtes donc une maman.

La jeune femme fit un petit sourire. Cette fillette était très amusante, mais elle venait de lui rappeler qu'elle n'aurait sans doute jamais d'enfants. C'est pour cela qu'elle se retourna pour ne pas lui montrer les larmes qui montaient à ses yeux. Elles continuèrent leur marche en s'échangeant quelques commentaires. Haruna constata avec regret qu'il était maintenant très tard et qu'elle devait préparer le souper pour les deux hommes de sa vie. Elle se tourna vers Azumi et lui dit.

Haruna - Viens donc chez moi pour souper ! Au menu, il y aura courge gratinées avec potage aux asperges.

Elle savait que la fillette avait une faim de loup puisque ce menu dégoûtant la faisait baver. Elle accepta avec un grand sourire. Haruna savait très bien que les courges gratinées n'étaient pas le meilleur menu qu'elle pouvait lui offrir, mais leur budget de la semaine était beaucoup trop serré pour préparer un festin. De plus, la nourriture saine avant tout ! Le souper sera donc basé uniquement de légumes et de fromage. Par contre, il devait lui rester quelques biscuits sablés dans le fond de l'armoire. Mayo ne les avait sûrement pas tous mangé puisque le tiroir était beaucoup trop haut pour sa petite taille. Elle donnerait donc son reste de biscuits à cette charmante fillette.

À chaque fois qu'Azumi la remerciait, Haruna se sentait de plus en plus bien. Elle aimait faire le bien autour d'elle et utiliser quelques pièces de plus pour nourrir un enfant qui en avait de besoin la rendait heureuse. Elles se rendirent donc vers la charmante demeure de la famille Itô. La petite fille, malgré la solitude qui la dévorait, semblait bien heureuse. Si elle n'avait pas été sale et ne l'aurait pas aperçu en train de se nourrir d'un poulet jeté à la poubelle, Haruna n'aurait jamais deviné qu'elle était sans maison. Le sourire d'Azumi ne trahissait pas sa bonne humeur et son désir de vivre.

Elles entrèrent.

Mayo fit un signe de la main sans se soucier de l'intrusion de la petite fille. Il continua d'écouter la musique de la radio . Azumi, intéressée, alla jouer avec les boutons de cet appareil.

Azumi - Woooo ! Cet instrument étrange émet des bruits étranges !

Mayo - Hey toi gamine, ne touche pas à ça. C'est pas pour les enfants. Et je t'interdis de dire que ces bruits sont étranges. On appelle ça de l'art mus...

Il n'eut pas le temps de terminer, car Azumi lui coupa la parole.

Azumi - Vous ne seriez pas un extraterrestre qui envoie des messages à ses semblables à l'aide de cet instrument étrange ?!

Mayo leva sa canne bien haute dans la pièce et menaça la gamine. Il la traita d'insolente, Azumi rigola un peu (Pensant qu' « insolente » voulait dire « très gentille ») et se mit à inspecter chaque recoin de la pièce. Haruna dit à son père de ne pas faire peur à la fillette et expliqua à cette-dernière ce qu'était une radio. Azumi hocha la tête sans comprendre les explications de la dame. La jeune femme se mit à cuisiner tendis qu'Azumi s'obstinait avec le vieillard. Il disait que la musique était de l'art tendis qu'elle disait que ce n'était qu'un ramassis de bruits étranges. Le souper fut servi entre temps. Au menu : courges gratinées et potage aux asperges. Mayo fit une grimace en voyant le potage et le jeta subtilement dans la poubelle. Azumi le dénonça, Haruna le réprimanda et Mayo bouda. Oyate fit son entrer et se présenta à la fillette qui le salua, Haruna l'embrassa et Mayo boudait toujours. Azumi demanda ce qu'était la substance molle et collante qu'il y avait sur sa courge, Haruna dit que c'était du fromage, Mayo se moqua d'elle en disant qu'elle était vraiment inculte tendis qu'Oyate écoutait avec plus ou moins d'attention. Azumi dit que le fromage était vraiment, mais vraiment bon, Haruna lui en tendis une autre tranche, Oyate mangeait sans rien dire tendis que Mayo recommençait à dire que la musique était de l'art. Azumi dit le contraire, Haruna demanda à son père d'arrêter de parler de cela et Oyate prit une bouché de courge. Azumi termina son assiette en moins de deux, Mayo mit la moitié à la poubelle, Haruna était fier d'avoir cuisiné un plat qui ait plu à la fillette et Oyate félicita sa femme et alla prendre une douche. Le souper se termina ainsi.

Haruna avait l'étrange impression que la dernière heure avait passé à une vitesse folle. Elle laissa la vaisselle pour plus tard et se tourna vers la petite fille qui se coupait elle-même quelques tranches de fromage. Elles étaient seules dans la pièce puisque sont< époux était allé prendre une douche tendis que Mayo était maintenant couché. Azumi leva des petits yeux heureux vers la jeune femme et lui dit en souriant.

Azumi - C'était très bon, surtout le fromage. Merci, vraiment. Vous êtes une vraie maman.

Elle se leva et regarda par la fenêtre et constata avec étonnement qu'il faisait déjà noir. Elle avait horreur de l'obscurité. Lorsqu'elle dormait, elle s'installait près d'un petit lampadaire ou se cachait derrière un buisson en tremblant. Mais la nuit était déjà tombée. Elle ne pourrait pas se cacher sans se faire voir par les dévoreurs d'âmes. Les dévoreurs d'âmes étaient des esprits maléfiques qui mangeaient l'âme des fillettes lorsqu'elles se baladaient seules dans le noir. Elle l'avait lu dans une revue qui traînait par terre. Depuis ce jour, elle craignait le noir comme jamais.

Ayant perçu sa crainte, Haruna s'approcha de la fillette et la rassura.

Haruna - Ne te fais pas de soucis Azumi. Tu peux dormir ici pour aujourd'hui. Mais je n'ai pas de lit pour les inviter. Tu devras dormir par terre puisque mon papa se couche sur le fauteuil. Je vais te donner une couverture et un oreiller, viens.

Azumi - Ne t'inquiète pas Haruna. Ton plancher semble beaucoup plus propre et confortable que les bancs du parc.

Tel que prévu, le plancher était mille fois plus confortable que les bancs du parc. C'était sans doute la première fois qu'elle dormit aussi bien. Mais qui aurait cru que cette rencontre heureuse finirait par briser une famille entière ?

Fin du chapitre


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 25 Avr - 5:19, édité 8 fois

MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Ven 9 Oct - 18:23

On m'a cueilli, on m'a chérit et j'ai grandi.
Pourtant, je ne suis qu'une fleur parmi tant d'autres.


III
Une décision difficile.

Ce qui la réveilla la fit sourire. Le vieux avait donné une légère petite tape sur son épaule avec sa canne.

Mayo - Mais qu'est-ce qu'une fillette comme toi qui empeste autant fait chez moi ?

Encore à moitié endormi, elle s'assit sur la couverture qu'Haruna lui avait prêté. La dernière remarque de Mayo l'avait un peu vexé. C'est pour cela qu'elle renifla ses aisselles et constata avec étonnement qu'elle puait vraiment. La fillette fit une grimace au vieil homme qui, le dos tourné, alla demander à sa fille pourquoi l'enfant qui rendait l'air de la maison insupportable avait dormit sur le plancher. Haruna lui expliqua qu'Azumi n'avait pas de maison et qu'il serait peut-être préférable que la famille l'héberge un bout de temps. Du moins, jusqu'à ce qu'ils retrouvent ses parents.

Mayo - Es-tu devenue sotte, ma fille ! Cet enfant a des poux et tu lui as généreusement offert un de nos oreiller. Maintenant tu veux nous condamner à la vermine pour toujours ?! Il n'est pas question que cet enfant reste ici plus d'une journée. Les mouches ne la sentent pas tellement que son odeur est nauséabonde ! Même les araignées du grenier n'oseraient pas s'approcher d'elle.

Haruna - Si c'est son odeur qui te déplait, on peut facilement lui faire prendre une douche. Je ne vois pas ce qui nous empêcherait d'héberger un enfant pour lui venir en aide.

Le vieil homme restait debout tout en agitant ses mains.

Mayo - Haruna, es-tu aveugle ? Notre situation financière en est à un point tel qu'on a de la difficulté à se nourrir. Oyate ne réussit pas à gagner un bon salaire, toi, tu ne travailles pas et je suis malade. Si en plus nous devons subvenir aux besoins d'une sans abris... Je me demande même si ton but ne serait pas de nous mettre tous à la rue. Azumi ne restera pas ici et retournera dans les gouttières, point finale. Fin de la discussion.

Haruna - Pourtant, père, nous y sommes capables. Je pourrais très bien me trouver un emploi quelque part et Azumi pourrait grandement aider à préparer les repas et à vieller à ce que les tâches ménagères soient faites. Au contraire, j'y ai réfléchi une bonne partie de la nuit et j'en suis arrivé à la conclusion qu'Azumi serait d'une grande aide. Et dès que nous retrouverons son père, nous la lui rendrons et notre vie reprendra son court.

Oyate, qui assistait à la discussion, tenta de s'y joindre. Il avait toujours eu beaucoup de difficultés à partager son point de vue. Mais lorsqu'il s'y mettait, rien ne pouvait l'arrêter.

Oyate - Haruna, je crois surtout que tu t'attacherais à cet enfant et que tu ferais tout pour la garder sous ton aile. Moi et ton père ne la connaissons pas et toi tu la connais très peu. Qui sait quel est son véritable passé ? Mais je dois avouer qu'elle pourrait grandement aider. Elle semble être une fille forte. Elle pourrait peut-être intégrer l'académie. Si elle réussit à devenir Ninja, elle aura une bonne paye et pourra nous aider à survivre. Je suis sûr que vous aussi vous l'avez remarqué, Mayo. Cette jeune fille semble avoir un grand potentiel dans la maîtrise du chakra et je crois qu'elle serait en mesure d'y faire carrière. De plus, elle est mignonne.

Haruna hocha la tête et son époux comprit qu'elle le remerciait en silence. Il était difficile d'avoir une conversation avec Mayo et lui mentionner qu'Azumi pourrait sans doute devenir la fille que son père n'avait jamais eu était une très bonne idée. Bien entendu, Haruna n'aimait pas beaucoup l'idée que cette fillette fragile devrait devenir shinobi pour rester à la maison des Itô.

Mayo s'approcha de la porte coulissante séparant la cuisine et le salon et il l'ouvrit de quelques centimètres pour inspecter la fillette qui était maintenant assise sur le canapé. Azumi comptait ridiculement ses doigts, et dès qu'elle arrivait au chiffre cinq, elle sautait de joie et reprenait son activité. Elle leva les yeux vers le vieil homme non subtile et le salua.

Azumi - Chalut, cha va ?

Il referma la porte rapidement et grimaça.

Mayo - Non, elle n'est pas mignonne Oyate. C'est une vraie laideur. Ne me dit pas que tu n'as pas remarqué ! Ses cheveux sont pleins de crasse et ses vêtements sont souillés. Je refuse d'accueillir chez moi une fillette comme elle. Mais moi aussi je dois avouer qu'elle pourrait devenir un bon Shinobi. Je suis prêt à accepter ta proposition, Haruna. Seulement, il faudra qu'Azumi fasse ses preuves. Elle devra apprendre la métamorphose en trois jours pour prouver qu'elle pourrait être utile.

Haruna - Mais enfin père, ce n'est qu'une enfant.

Mayo - C'est soit cela ou la rue. Je n'accepterais pas qu'une fillette inutile vienne gâcher mes moments de détente. Pour gagner son pain, elle devra gagner du blé. Fin de la discussion. Et là je suis sérieux.

Ils se turent et fixèrent un point invisible. Mayo rouvrit la porte et en tremblant, il se coucha sur le fauteuil pour reprendre son somme. Il avait été réveillé par l'odeur de cet enfant mal lavé. Il espérait de tout son coeur qu'elle ne sentirait plus à son réveil. Sa décision avait été difficile. Mais la proposition d'Oyate était très alléchante. Qui sait ? Peut-être que cette petite avait vraiment un talent caché dans l'art du Ninja et qu'elle pourrait subvenir à une partie des besoins de la famille. Et pourquoi pas entièrement ? Si elle était forte, elle gagnerait de forts salaires. Et le seul moyen d'être persuadé qu'Azumi n'était pas qu'une grande erreur, rien de mieux qu'un petit défi. Si elle réussissait à apprendre une technique simple à son âge, il accepterait qu'elle s'inscrive à l'académie et qu'elle demeure à la maison des Itô.. Maintenant il n'y avait aucun retour en arrière. Sauf bien sûr si elle refusait. Alors là, la porte serait grande ouverte pour son départ. Et pourquoi pas organiser une haie d'honneur qu'elle ne méritait absolument pas à la sortie de la maison ?

Haruna n'aimait pas la réaction de son père. Elle s'en était attendu, mais n'avait jamais pensé qu'il exigerait un tel défit à la fillette. La métamorphose était une technique très simple qu'elle avait elle-même apprise il y a longtemps. Mais la jeune femme n'était pas certaine que les jeunes filles de l'âge d'Azumi étaient prêtes à contrôler le chakra. Haruna était inquiète pour elle.

Oyate, par contre, semblait un peu déçu par la décision qu'avait prise son épouse. Elle ne lui en avait même pas parlé et avait prise cette décision seule. Il connaissait très peu l'enfant en question. C'est pourquoi il se tourna vers sa femme et lui demanda.

Oyate - Tu es certaine d'avoir fait le bon choix ? Je veux dire, tu ne connais presque pas Azumi.

Offusqué, elle déposa sa tasse de café qu'elle tenait depuis quelques minutes et répliqua.

Haruna - Tu es donc du côté de mon père. Si tu n'étais pas d'accord à propos du fait qu'Azumi vienne s'héberger chez nous, tu n'avais qu'à le dire tout à l'heure. Maintenant père s'est mis en tête qu'elle pourrait vraiment être ninja. Non mais sérieusement ! Je ne peux pas croire que tu aie proposé cette idée complètement absurde. Tu as affirmé que cette fillette semblait avoir un certain contrôle du chakra, mais tu n'y connais rien ! Tu as vu comment elle est petite et maigre. Elle doit avoir à peine dix ans ! Sois réaliste, je t'en pris !

Il balaya l'air de la main pour faire signe à Haruna de se calmer. Ce geste la mis plus en colère qu'elle ne l'était déjà. Il répondit d'un ton faussement désolé.

Oyate - Je n'ai pas dit que je n'étais pas d'accord qu'elle vienne dormir chez nous. Seulement, j'ai un peu de mal à comprendre ta décision. Est-ce parce que tu désires tant élever un enfant que tu veux qu'Azumi vienne ici ? Dis-moi la vérité, Haruna. Je suis ton époux et je veux que tu me dises quel est la raison de ta décision.

Elle se calma légèrement et reprit la tasse de café qu'elle avait déposé. Elle but une gorgée avant de dire.

Haruna - Il se peut que le fait que je ne puise pas avoir d'enfants ait influencé ma décision, approuva-t-elle, Mais c'est aussi parce qu'elle n'a pas de maison et que je veux lui venir en aide. Je croyais bien faire en l'invitant ici. Je ne croyais pas que toi et mon père alliez être autant en désaccord avec l'importance que j'accorde à cette enfant que je ne connais presque pas. Car oui, j'admets que je ne connais pas grand-chose sur elle.

Le jeune homme remercia sa femme de s'être confiée à lui et lui donna un doux baiser. Il lui dit qu'il était l'heure pour lui de se rendre à son travail. Il prit une veste et le déjeuner qu'Haruna lui avait gentiment préparé et sortit par la porte de derrière. Il ne prit pas la peine de saluer Mayo qui devait déjà dormir. Il était maintenant temps pour la jeune femme de faire part à Azumi de sa proposition. Si elle acceptait, Haruna serait heureuse. Si elle refusait, elle le serait aussi. C'était avant tout le choix de la fillette. Elle se rendit dans le salon, là où son père dormait déjà. Par contre, Azumi qui ne se rendait sûrement pas compte que Mayo ronflait continuait de parler seule. Elle était située près de la radio et jouait avec les boutons.

Azumi - Vous chavez, vieillard, cet appareil que vous nommez radio est vraiment étrange. Il semblerait qu'un bruit plaintif se manifeste lorsque l'on tourne ce petit bouton, là, au-dessus de l'élément que vous nommez haut-parleur...

Haruna - Azumi ?

La petite fille se tourna vers sa nouvelle amie et la salua chaleureusement. La jeune femme l'invita à se rendre dans la cour où elles pourraient parler sans déranger le vieux confortablement couché sur le canapé. Elles s'assirent sur une petite marche. Même si la maison semblait très petite, la cour était très grande. Quelques plants de tomates et de concombres étaient situés au plein milieu de l'espace vert. Un petit garage se dressait dans un coin du grand rectangle.

Haruna mit une main chaleureuse sur l'épaule salle de la fillette. Elle hésita un moment et, lorsqu'elle trouva les mots justes, tourna les yeux vers Azumi et lui dit.

Haruna - Azumi... Moi, Oyate et Mayo avons parlé du fait que tu puisses habiter chez nous jusqu'à ce que l'on retrouve tes parents. Pour faire un résumer, nous voulons que tu restes ici, avec nous. Tu auras un toit, trois repas par jour et un lit douillet pour dormir. Ha, et une douche surtout. Sache que cette décision te reviens. Si tu préfères ne pas rester, libre à toi.

Azumi souriait. Elle prit la tête d'Haruna dans ses bras et la serra tendrement. Et lui murmura dans l'oreille.

Azumi - Merchi !

Haruna la repoussa légèrement et la regarda d'un air sérieux. Elle était contente qu'Azumi soit aussi heureuse de cette proposition, seulement, il y avait une grande condition qu'elle devrait respecter si elle voulait rester à leur côté.

Haruna - Attends, Azumi. Il y a une condition. Père croit que tu devras nous démontrer tes talents dans l'art du Shinobi. Il ne veut pas que tu restes ici si tu ne réussis pas à maîtriser la métamorphose en trois jours et que tu ne prends pas de cours à l'académie Ninja de Konoha.

Au grand étonnement d'Haruna, la fillette lui sourit

Azumi - Ne t'inquiète pas Haruna. Je chais bien que ce vieux fou ne m'aime pas. Mais il devra se faire à ma présence, car je compte bien faire mon possible pour rester avec toi et Oyate. J'apprendrais la métamarphase s'il le faut.

Haruna - La métamorphose, Azumi... C'est une technique facile à apprendre, mais je ne sais pas si tu peux la maîtriser à ton âge. Au fait, tu as quel âge ?

Elle lui montra neuf doigts. Haruna comprit qu'elle avait neuf ans. Cela l'étonna un peu. Sa grandeur et son immaturité lui donnaient des airs d'une fillette de sept ans.

Haruna - Je vois, alors tu te crois capable de maîtriser cette technique en trois jours ?

Azumi - J'en suis chertaine.

Haruna - Bien.

On dirait bien qu'Azumi est plus enthousiasme qu'on l'aurait pensé. Il ne reste qu'à voir si cette petite fleur mérite d'avoir été cueillie.

Fin du chapitre


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 25 Avr - 5:36, édité 7 fois

MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Dim 11 Oct - 4:53

Je ne suis qu'une fleur parmi tant d'autres...
Comme elles, je fanerai.


Chapitre IV
Un passé oublié ?

Quelques heures s'étaient écoulées depuis qu'Haruna lui avait annoncé qu'elle devrait maîtriser une technique pour rester dans cette maison. Azumi s'était très vite habituée à cet environnement. La maison était petite, mais elle était accueillante et ceux qui y habitaient étaient chaleureux. La fillette avait quelques petits problèmes avec le vieillard, mais elle était persuadée que cela allait très vite s'arranger. Oyate était un peu intimidant avec ses gros bras et sa voix grave, mais il semblait doux et attentionné.

La demeure était composée d'un petit salon, d'une cuisine, d'une chambre et d'une salle de bain. C'était une maison simple et la famille avait beaucoup de difficultés à payer les dettes qu'elle collectionnait depuis des années. Ceci était dû à la maladie de la mère d'Haruna et aussi aux médicaments de son père. Oyate gagnait très peu et il ne suffisait qu'un petit regard pour savoir qu'il s'inquiétait vraiment pour le futur de son épouse. Azumi n'avait pourtant pas l'impression de s'imposer. Elle croyait que les gens autour d'elle l'aimaient beaucoup et qu'ils étaient heureux de l'accueillir. Pour elle, la raison pour laquelle le vieux Mayo lui avait proposé un défi était seulement pour voir ce qu'Azumi avait dans le ventre. Et la fillette serait fière de montrer à son ami le vieillard ce qu'elle était capable de faire.
Elle ne savait pas ce qu'était la métamorphose ni ce que le chakra pouvait représenter. Azumi ne savait pas à quoi s'attendre à l'académie. Pour elle, ce n'était qu'un jeu. Sa vie n'avait été qu'un jeu et ce n'est pas aujourd'hui que cela allait changer.

Son père était un marchand. Il voyageait de village en village pour vendre sa marchandise. Ça lui avait pris une sacré bonne raison pour réussir à s'incruster dans Konoha. Il croyait que les ventes seraient beaucoup plus abondantes dans un village caché, mais il s'était trompé. Ses stocks avaient très vite perdu valeur et il était incapable de racheter d'autre marchandise pour son petit magasin. Il commença donc à parier avec des gens louches et s'était très vite endetté. La maison qu'il avait acheté avait dû être vendu pour qu'il puise survivre. Le père d'Azumi avait tout simplement abandonné sa fille croyant que c'était un grand et lourd fardeau.

Lorsqu'elle s'était réveillée le matin où son père avait déserté, elle se trouvait près d'un ruisseau dans la forêt interne de Konoha. Azumi ne se rappelait aucunement ce qu'il avait bien pût se passer quelques jours avant. La fillette croyait s'être perdue en forêt. Elle avait longuement tourné en rond et s'était nourrie de racines et de poissons qu'elle attrapait rarement. Lorsqu'elle trouva enfin un sentier menant au village, sa crainte se révéla vraie. Son père l'avait bel et bien abandonné. Retrouvant son chemin, elle entra dans son ancienne maison, croyant que s'était toujours la sienne. Mais un monsieur obèse avait tôt fait de lui botter les fesses et de la jeter dehors en lui disant que ce n'était plus sa maison et qu'elle venait d'être achetée. Azumi s'était donc mise en quête de nourriture. Elle trouva très vite une ruelle où les vivres étaient abondants. C'était près d'un restaurant. Le patron laissait librement la petite fille manger les restes. C'est comme cela qu'elle avait réussi à survivre environ deux mois seule dans ce village ninja.
La jeune fille avait longtemps pleuré le départ de son père. À ce moment, elle s'était sentie perdu. Elle avait eu tellement de peine qu'elle était maintenant incapable de démontrer sa tristesse. Azumi cachait sa détresse derrière un sourire toujours chaleureux qui trompait souvent les gens. Elle ne s'alarmait pas pour les choses graves, mais chialait souvent pour les choses très futiles. C'était sa manière de montrer aux autres qu'elle était forte et, en même temps, de montrer qu'elle avait des sentiments. La chose qu'elle détestait le plus était de voir quelqu'un qu'elle appréciait avoir du chagrin. Alors là, elle lui disait de ne pas s'inquiéter et prenait la situation à la légère en disant qu'il y avait des choses plus graves que cela.

Durant quelques heures, Azumi se prépara à son entraînement intense. Elle commença par un petit-déjeuner avec un surplus de fromage. Après, Haruna décida que ses cheveux devaient être coupés. Ils étaient trop salles et trop difficile à peigner. La jeune femme les coupa jusqu'aux épaules. Azumi bouda un peu, mais reprit très vite sa bonne humeur. La fillette prit une douche et y resta environ trente minutes. Haruna prit soin de laver tous les recoins. Ensuite, la jeune femme lui donna une petite veste blanche qu'elle pourrait porter, un T-shirt noir et un pantalon. Elle devrait se contenter de cela. Azumi s'amusa à regarder les cravates d'Oyate et en choisit une verte avec de léger ronds blancs. Elle l'enfila et alla montrer à Haruna son superbe choix. La jeune femme rigola un peu et sécha les cheveux de la fillette. Ensuite, elle coupa les ongles d'orteils d'Azumi et lui tendis une brosse à dent. Une fois la métamorphose terminée, la fillette devint une splendide petite jeune fille.

Haruna décida qu'il était temps de commencer l'entraînement. Elle voulait commencer aujourd'hui parce qu'elle voulait posséder suffisamment de temps pour que la fillette puise maîtriser parfaitement la technique de métamorphose. Elles se rendirent dans le jardin.

Haruna - Avant de commencer, dis-moi que tu sais ce qu'est un ninja.

Elle s'inquiétait. Si elle ne savait pas cela, elle était foutue. Impossible d'apprendre cette technique sans connaître la base des bases. Azumi mit un doigt sur son menton et regarda le ciel. Son visage s'éclaira et elle dit :

Azumi - Un ninja c'est un homme ou une femme qui pratique un art spécial pour attraper les méchants ! Ils utilisent leurs mains pour faire des explosions et leurs yeux pour rendre l'adversaire incapable d'agir ! C'est une personne très spéciale qui sait faire des tas de trucs...

Haruna - Oui... En quelque sorte. Un ninja c'est quelqu'un qui travaille pour un village et qui réalise des missions pour la prospérité de ce dernier. Un chef est élu. Il porte le nom de Kage. C'est lui qui dirige la politique militaire et qui accepte, ou non, les missions qui sont confiés au village. C'est souvent le ninja le plus fort qui est nommé à ce titre. Tous ceux qui veulent devenir ninja doivent commencer par l'académie. C'est pour cela que bientôt, tu devras t'y inscrire.

La fillette était maintenant assise par terre. Elle écoutait la jeune femme avec attention. Azumi ne voulait perdre aucun renseignement. Lorsqu'elle vit qu'Haruna faisait une pause, elle répliqua.

Azumi - Je chais déjà comment devenir ninja, Haruna. Ne t'inquiète pas. J'en ai entendu parler quelque part.

Haruna - Je ne m'inquiète pas, Azumi. Je veux seulement que tu saches exactement dans quoi tu t'embarques. Être ninja n'est pas une tâche facile et je dois avouer que je suis un peu étonné que tu aies accepté le défi de mon père. Tu es jeune et tu as toute la vie devant toi, il est encore temps de refuser.

Azumi se leva et fixa intensément la jeune femme.

Azumi - J'ai décidé que j'acceptais. Je veux rester ici et je vais te montrer que je suis capable d'apprendre le Métamarphase!

Haruna lui fit part de son erreur. Azumi balaya l'air de la main et l'invita à continuer ses explications.

Haruna - Bon d'accord, concentrons-nous sur la technique que tu dois apprendre. La base de toute technique ninja est le Chakra. Le chakra est l'énergie que les Ninja utilisent pour réaliser un jutsu. Il y a deux types de chakra : L'énergie corporelle et l'énergie spirituelle. Pour réaliser une technique, tu dois combiner ces deux types de chakra et l'expulser en faisant les mouvements nécessaires.

Haruna lui fit part de tous les signes qu'elle avait appris. Cela faisait un bout de temps qu'elle n'avait pas parlé des signes incantatoires et elle dut fouiller dans ses souvenirs pour donner des explications claires à sa jeune élève passionnée. Elle semblait réellement apprécier l'art des Shinobis.

Haruna - Pour commencer, tu dois être capable de malaxer le chakra. Si tu en es capable, cela veut dire que tu peux apprendre la technique de métamorphose et ainsi t'inscrire à l'académie. Lève-toi et fais-moi les douze signes du zodiaque que je t'ai montré. Je te laisse vingt minutes pour bien les comprendre et les saisir.

La dame alla dans la maison tendis qu’Asumi ferma les yeux pour se concentrer. Elle commença par le coq, ensuite le sanglier, le chien, le dragon, le lièvre, le cheval, le singe, le bœuf, le bélier, le rat, le serpent puis le tigre. La fillette refit l’exercice cinq fois. Ensuite elle visualisa une substance bleue parcourir son corps. Vingt minutes plus tard, Haruna revint avec deux grandes cruches d’eau froide. Elle les plaça sur une petite marche et revint près de la jeune fille.

Haruna - D’accord, maintenant je vais t’expliquer en quoi consiste la métamorphose. Tout d’abord, tu dois concentrer ton chakra dans tout ton corps et trouver un équilibre parfait. Tu dois donner aux parties de ton corps que tu souhaites métamorphose une dose suffisante de cette énergie afin de créer exactement ce que tu veux créer. Ensuite, tu visualises ce que tu veux changer et tu expulses ton chakra à l’aide des signes incantatoires nécessaire à la réalisation de la technique. Alors, pour commencer, je te conseille de pratiquer le dosage de chakra. Lorsque je jugerais que c’est suffisant, j’interviendrai dans ton apprentissage. Je vais préparer le dîner. Si tu as soif, abreuve-toi dans ces deux cruches que je t’ai apportées. Bonne chance.

Haruna entra dans la maison. Elle regarda entre les rideaux de la cuisine pour regarder la petite Azumi continuer son apprentissage. La dame n’avait pas vraiment de conseil à lui donner puisque ça faisait plus de dix ans qu’elle n’avait pas pratiqué l’art des shinobis. D’ailleurs, elle ne savait même pas si elle était capable de réaliser cette technique après tout ce temps. Après avoir constaté que la jeune fille faisait ce qu’elle lui avait conseillé, Haruna ouvrit le réfrigérateur et prépara le dîner.

Dans le jardin, Azumi ne savait pas vraiment comment s'y prendre. Elle voulait montrer aux autres qu'elle n'était pas une nulle, mais avait très peu de renseignement sur ce qu'elle devait faire. Comment faire pour malaxer son chakra ? Et surtout, comment savoir qu'elle était en train de le malaxer ? Toutes ces questions se bousculaient dans sa tête. Mais ce n'était pas le moment de paniquer ! Elle ferma les yeux et tenta de se concentrer. Elle visualisa une seconde fois une substance bleue parcourir son corps. Étrangement, elle sentit que quelque chose bougeait en elle. Azumi sentait une force qu'elle n'avait jamais ressenti grandir au plus profond de ses veines. Son coeur se mit à battre plus rapidement et elle serra les poings. Une envie irrésistible d'expulser cette force l'envahit, mais elle se retint. La fillette avait le pressentiment que si elle le faisait, elle serait complètement épuisée puisque cette énergie semblait être liée à tous ses muscles. Ils ne pourraient pas tenir plus longtemps si elle expulsait le chakra. C'est pour cela qu'elle rouvrit ses yeux et, en état de panique, s'écroula sur l'herbe fraîche de l'hiver. Azumi resta quelques minutes par terre en essayant de se rassurer. C'était la première fois de toute sa jeune vie qu'elle eut à affronter sa propre force. Savoir que le chakra coulait en elle l'avait surprise. Lorsqu'elle se ressaisit, elle se mit sur ses deux jambes et recommença le même exercice. Après deux minutes de concentration intense, elle ressentit la même sensation de tout à l'heure. Aucun doute, le chakra était présent. Et le sentiment qu'Azumi ressentait à cet instant était bien plus fort que ce qu'elle espérait ressentir. Elle venait d'avoir la preuve qu'elle était capable de maîtriser une technique, et donc, de devenir ninja.

Elle fit circuler son chakra pendant environ vingt minutes. La fillette faisait très attention à ne pas en dépenser pour pouvoir garder ses forces plus la prochaine étape. C'est avec impatience qu'elle attendait Haruna qui mettait un temps fou à revenir. Peut-être jugeait-elle qu'Azumi n'était toujours pas apte à apprendre la métamorphose. C'est avec crainte que la jeune fille reprit son entraînement. Refaisant sans arrêt le même exercice jusqu'à ce qu'elle décide de prendre une pause. Elle n'était ni fatiguée ni essoufflée. Elle était tout simplement frustrée de refaire la même chose sans arrêt. Elle s'assit sur une marche et prit une grande gorgée d'eau. Comme ça faisait du bien de ne pas s'hydrater dans le ruisseau de la forêt ! L'eau de la cruche était beaucoup plus claire et délicieuse.

Quelques instants plus tard, Haruna sortit de la maison, un plateau à la main. Deux gros sandwiches étaient posés dessus. Elle le déposa sur la petite terrasse.

Haruna - Voilà des sandwiches. Tu dois prendre des forces avant de commencer l'entraînement. La fatigue t'envahira moins rapidement.

Azumi la remercia et prit le dîner que sa nouvelle amie lui avait donné. Elle croqua dans le pain et savoura ce repas comme si elle était en train de déguster le festin d'un roi. Le pain était moelleux, la viande était tout simplement délicieuse et pour une fois, elle ne partageait pas sa nourriture avec les mouches. Après avoir mangé la dernière miette, la fillette remercia une seconde fois Haruna. Cette-dernière était heureuse de voir à quel point Azumi était contente d'avoir devant elle de la bonne nourriture.

Haruna - je vois que tu apprécies, j'en suis heureuse. Père est maintenant réveillé et je lui aie dit que tu avais commencé ton entraînement. Il veut regarder ton apprentissage. Il semblerait qu'il soit plus intéressé qu'il ne veut le laisser paraître.

Azumi - Qu'il vienne m'admirer. C'est avec grand plaisir que je lui en mettrais plein la vue.

Elle rigola et se leva d'un bond. Elle se plaça au milieu du jardin et tapa dans ses mains avec enthousiasme.

Azumi - Je chuis prête pour la suite !

Haruna - D'accord. Maintenant que tu sais légèrement malaxer ton chakra, tu es maintenant prête à le répartir à part égale dans chaque partie de ton corps. Lorsque tu penses que ta dose est parfaite, visualise dans tête ce que tu veux changer. Ensuite, tu expulses le chakra.

Azumi hocha vivement la tête et ferma les yeux pour se concentrer. Ce fut sans grande difficulté qu'elle fit circuler le chakra dans son corps. Mais c'est au moment de le doser parfaitement dans chaque partie de son corps qui rendit la chose plus difficile. C'est avec des efforts insupportables qu'elle expulsa sans le vouloir une grande dose de chakra. Son genou tomba lourdement au sol. Elle se tourna vers la porte de la demeure et vit que le vieux la regardait. Il était confortablement assit sur une chaise et se régalait de l'échec d'Azumi. La fillette grogna et se releva lentement tout en gardant le regard sur le vieillard. Il lui fit signe de continuer. Elle hocha la tête et se retourna pour ne plus sentir le regard pesant de Mayo.

Dans sa tête, elle répétait sans cesse la même phrase. La petite disait qu'elle devait se concentrer et qu'elle devait montrer à cette famille qu'elle n'était pas une incapable. Sa survie en dépendait. Si elle devait rester encore un mois dans la rue, elle craignait fort bien que sa jeune existence était mise en péril. Les deux mois qu'elle avait vécu en tant que vagabond l'avait rendu très maigre et elle ne survivrait pas plus longtemps. Elle devait réussir à maîtriser cette technique pour pouvoir rester dans cette demeure. Elle le voulait. C'était son défi et Azumi ne devait pas le perdre.

C'est avec courage qu'elle reprit l'entraînement. Elle essaya de diviser son chakra à part égal dans tous les membres de son corps. Ensuite, elle visualisa la chose qu'elle désirait changer et expulsa le tout. Dans un nuage de fumée, Mayo fut surpris de constater que la cravate que portait la jeune fille avait changé de couleur.

Azumi - Regardez, vieillard ! J'ai réussi. La cravate a changé de couleur. Elle est devenue vert foncé ! J'ai gagné le défi !

Mayo éclata de rire et se tapa les cuisses. Il répliqua d'un ton moqueur.

Mayo - Tu te moques de moi, gamine ? Ta cravate était verte pâle, tu l'as seulement légèrement changé de couleur. De plus, tu es complètement épuisé. Tu expulses beaucoup trop de chakra pour rien. C'est la pire démonstration de métamorphose que j'ai vu de ma vie. Pauvre petite, on dirait bien que tu viennes de perdre une journée puisque, dans ton état actuelle, il est impossible pour toi de continuer l'apprentissage.

Azumi - Mais...

Haruna - Non Azumi, père a raison. Tu es complètement épuisé. C'est terminé pour aujourd'hui.

Fin du chapitre.


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 25 Avr - 5:39, édité 6 fois

MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Dim 11 Oct - 19:51

Après ton MP, je viens vérifier ta présentation (logique non?)
J'aimerai tout d'abord te souhaiter la bienvenu sur ce superbe Forum qu'est Ryoma

Je n'ai rien n'a dire de négatif, je dois te l'avouer, j'ai adoré ton histoire du début à la fin.

J'accepte ta présentation

Un admin passera et te donnera tes xp et ton bandeau. Pour l'xp, je ne veux pas trop m'avancer étant dans mes débuts de lecteur. Si l'admin à un truc à rajourter il le fera!


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Dim 11 Oct - 21:31

Azumi : +57 XP
Kallo : +10 XP - Lecteur

MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Lun 12 Oct - 2:20

Mais la fleur est vivante.
Je suis vivante.


Chapitre V
Sous un ciel étoilé.

Lorsqu’elle apprit qu’elle ne devait pas continuer son entraînement, elle ne cessa de bouder. Son seul but, pour l’instant, était de maîtriser la métamorphose et ainsi devenir un membre officiel de la famille Itô. Son père l’avait abandonné et elle ne savait plus quoi faire de sa vie. Malgré son jeune âge et son attitude parfois très enfantine, son cœur était rempli de sagesse. Elle savait que si elle ne trouvait pas rapidement une manière de sortir de son enfer, elle mourrait. La jeune fille savait aussi que son dernier espoir était de devenir ninja ou de se faire attraper par les autorités de Konoha et ainsi devenir orpheline. Et avec un visage comme le siens, elle craignait qu’aucune famille ne veuille d’elle. Durant ces deux mois passés à vagabonder dans les rues, elle fuyait comme la peste les gens avec un bandeau frontal. Azumi ne désirait pas attirer l’attention et attendait la nuit avant de sortir de sa cachette. Elle était jeune, mais elle savait ce qui l’attendait si elle sortait.

À son plus grand étonnement, elle constata qu'elle était bel et bien épuisée. Elle s'endormit sur le canapé au grand mécontentement de Mayo. Il n'aimait pas quand quelqu'un s'assoyait à sa place. D'autant plus qu'il craignait qu'Azumi ait des poux. Heureusement, ses craintes furent calmées par Haruna qui lui assura que la fillette n'avait aucun pou. Il grogna de mécontentement et s'assit sur le canapé le moins confortable pour faire plaisir à sa fille qui n'arrêtait pas de lui demander de ne pas embêter la fillette. Le vieillard se demandait comment Haruna avait pût être attendrit par une créature aussi laide. Depuis qu'Azumi était arrivée, la famille avait complètement perdu son harmonie. Et il devait avouer qu'il ressentait une forte crainte concernant la réussite du défi qu'il lui avait proposé. Il est impossible de nier que cette petite fille avait du talent dans l'art de devenir ninja et, plus le temps passait, plus il se disait que la technique de métamorphose était très simple à apprendre même pour une gamine de son âge. Malgré le délai très long que Mayo lui avait accordé, la petite Azumi avait perdu une journée. Il lui restait seulement deux jours entiers.

Lorsque la jeune fille se réveilla le lendemain matin, elle pût apercevoir les rayons du soleil pénétrer par la fenêtre. Elle s’avança en courant et poussa les rideaux pour laisser la lumière entrer dans la demeure. Cela faisait quelques jours que ce magnifique astre était camouflé derrière les nuages. Et c’est avec satisfaction qu’elle dégusta ce bain de soleil. Azumi ferma les yeux et songea à ce qu’elle allait faire aujourd’hui. Tout d’abord, la fillette allait aider Haruna à préparer le petit déjeuner, ensuite elle prendrait une douche et irait s’entraîner dans le jardin pour terminer son apprentissage. Une vie de pacha, quoi ! Le seul fait de prendre une douche était pour elle quelque chose de fastueux.

Elle attendit une longue plainte derrière elle. Elle se tourna pour voir de quoi il s'agissait et vit Mayo mettre une main devant ses yeux. Azumi ferma rapidement les rideaux et s'excusa avant de déserter dans la salle à manger. Haruna était déjà éveillé. La jeune femme salua sa protégé et lui tendis un verre de jus d'orange. Sans se plaindre, elle termina son verre en trois secondes et passa sa manche sur ses lèvres pour enlever la moustache de jus. Elle souriait comme une petite princesse et couru jusqu'à la chambre de bain. Là, elle enleva ses vêtements et fit couler l'eau. Sachant que l'eau n'était pas une ressource inépuisable, elle se lava rapidement et sortit de la chambre de bain comme une flèche pour ne pas se faire prendre nue devant le grand Oyate. La mission fut un succès. Elle enfila rapidement ses vêtements habituels et sa cravate verte pour ensuite se rendre une seconde fois dans la salle à manger. Le petit-déjeuner était servi. Au menu, des céréales multi-grain sans sucre. Elle prit une cuillère légèrement trop grosse pour sa petite bouche et mangea comme un ours. Elle licha le fond de son bol avant qu'Haruna ne lui dise que ce n'était pas poli. Elle cessa et, en courant, se rendit dans le jardin pour déclarer haut et fort qu'elle était prête.

Quelques instants plus tard, Haruna la rejoignit avec deux cruches d'eau. Elle les posa sur une marche et s'avança vers la jeune demoiselle qui sautillait de joie. En souriant, elle lui dit :

Haruna - je vois que tu es très enthousiasme. C'est bien ! Il y a peut-être un plus grand espoir qu'on ne l'avait imaginé. Bon ! Reprenons ton entraînement. Où en étions-nous ?

Azumi - On était rendu au moment où je devais réaliser une métamorphose ! Tu te rappelles ? J'avais réussi à changer ma cravate de couleur.

Haruna hocha la tête pour montrer à la fillette qu'elle se rappellait de sa performance. Elle ajouta.

Haruna - Je crois t'avoir tout dit en ce qui concerne la métamorphose. Il n'y a pas de trucs. Il faut seulement que tu saches exactement quelle dose de chakra tu dois concentrer. Tu peux reprendre l'entraînement où tu l'avais laissé. Mais maintenant, je te demanderais de te métamorphose en un vieil homme. Comme ça tu auras métamorphosé ton âge, ta voix, ton sexe et ton apparence. Plus tard, je te demanderai de te métamorphose en quelque chose d'autre. Tu peux commencer.

Sans répondre, elle se tourna, ferma les yeux et se concentra. Plus rapidement qu'avant, elle sentit le chakra circuler en elle. En exigeant à son corps de grands efforts, elle ordonna à sa substance bleue de se répartir également dans chaque partie de son être. Lorsqu'elle sentit que l'énergie était bien placée, elle visualisa l'image d'un vieil homme et expulsa son chakra. Ce qui apparu était loin d'être un bel homme...

Haruna - Je te conseillerais de ne pas te métamorphoser en mon père lorsqu'il est là...

Dit-elle nerveusement. Si jamais il constatait comment Azumi l'avait déformé, elle pouvait déjà faire ses bagages. La métamorphose de la fillette n'était pas trop mal... Même si la tête était un peu difforme et qu'il manquait un bras. Le sexe avait bel et bien changé. À moins que... Peu importe, elle n'irait pas vérifier. Par contre, l'âge était indéterminé et l'apparence était un gros échec. Heureusement que la voix semblait parfaite. Haruna lui demanda de parler et c'est ce que fit Azumi. Effectivement, on aurait cru entendre Mayo. La jeune femme félicita la gamine et l'invita à annuler cette affreuse métamorphose avant que le vieillard ne se réveille. Dans un nuage de fumer, Azumi redevint elle-même.

Haruna - Essai de visualiser dans ta tête une autre personne que mon père s'il-te-plait. Sinon, essais d'éclaircir l'image que tu te fais. Peut-être que ta métamorphose sera mieux réussite...

Déçu de sa défaite, elle recommença l'exercice. Elle faisait très attention à ce que le chakra soit bien divisé. Dès qu'elle était certaine qu'elle n'utilisait pas trop d'énergie, elle visualisait la forme d'un homme âgé d'environ quatre-vingts ans. Ensuite, elle expulsait chakra d'un coup. Un nuage de fumer se formait à ce moment-là. Dès qu'il se dissipait, Haruna pouvait regarder la métamorphose d'Azumi. Le résultat n'était pas encore parfait. La fillette recommença une dizaine de fois jusqu'à ce qu'un vieil homme âgé de quatre-vingts ans dont la voix et l'apparence était parfaite apparut sous les yeux de la jeune Haruna. La petite Azumi avait réussi. Il ne restait qu'à voir si elle réussirait la prochaine étape.

Azumi était très fière d'elle. La fillette avait réussi à se changer en vieux après une dizaine d'essai, son défi avait été un succès. Le plus difficile semblait passé. Maintenant qu'elle était capable de maîtriser plus ou moins bien son chakra et que sa métamorphose était parfaite, le reste n'avait plus d'importance. Du moins, c'est ce qu'elle pensait.

La jeune fille souriait toujours. Impossible de supprimer ce sourire. Même lorsqu'elle boudait (Ce qui arrivait assez souvent, croyez-moi), elle semblait vouloir éclater de rire. C'était une jeune fille dont la bonne humeur ne pouvait disparaître sans une très bonne raison. Haruna ne put s'empêcher de lui rendre son sourire. Elle s'assit sur une marche et recommença ses explications.

Haruna - Félicitation Azumi ! Ta métamorphose est parfaite. Je n'ai rien à ajouter. Passons à l'exercice suivant. Je veux que tu te changes en roche. Cela peut te paraître facile, mais les gens ont parfois plus de difficulté à se métamorphoser en objet qu'en être vivant. Après cela, tu pourras t'exercer encore quelques fois en utilisant la forme de ton choix. Après souper, nous montrerons à père ce dont tu es capable. Te rends-tu compte que Mayo t'avais donné trois jours et que tu as réussis en moins de deux jours ?

La partie était gagnée d'avance. Échec et mat vieillard. Azumi ne pouvait que triompher. Elle avait amplement le temps de se métamorphoser en objet. C'est ce qui arrive lorsqu'on sous-estime quelqu'un. On se retrouve parfois surprit de constater que nous nous sommes trompés. Et c'est le cas de le dire, Mayo avait vraiment sous-estimé la jeune Azumi.

C'est en calmant sa joie que la fillette ferma les yeux pour se concentrer. Elle fit la même manoeuvre que les fois précédentes et expulsa son chakra. Sa maîtrise du chakra devenait de plus en plus grande et sa vitesse augmentait. Elle était destinée à devenir Shinobi. Ça c'est certain. Dans un nuage de fumer, elle se changea en quelque chose d'inconnu. Moitié homme, moitié pierre. Impossible de déterminer de quelle race cette créature appartenait. Haruna grimaça devant l'horreur de cette chose et Azumi annula sa métamorphose. Elle tapa violemment la terre avec son pied et, frustrer, recommença. La deuxième fois ne fût pas mieux. La troisième était légèrement mieux que la précédente. La quatrième fut pire que les trois autres. La cinquième ressemblait plus à une pierre qu'à un humain. La sixième ressembla à une pierre, mais avait toujours la dureté de la chair. La septième fut la bonne.

Les heures défilèrent. Avec étonnement, Mayo dormait toujours. Il dormait presque toute la journée et se réveillait seulement lorsque le dîner était servi. Comment pouvait-il ronfler alors que le soleil brillait comme jamais ? Enfin, le souper fût servi. Au menu il y avait spaghetti avec sauce aux tomates. C'était un met qui ravit toute la famille. Après le souper, Mayo, Haruna et Azumi se rendirent dans le jardin pour voir les exploits de la fillette. C'est avec fierté qu'Azumi se plaça au centrer du jardin et fit une démonstration époustouflante. Elle se métamorphosa en enfant de cinq ans. La transformation était parfaite. Aucun doute, Azumi avait maîtrisé à une vitesse folle (pour son âge) la technique de métamorphose. Mayo avait le souffle coupé. Qui sait jusqu'où elle pourrait aller si elle continuait dans cette voie ?

Mayo - Je vois que tu t'es bien entraîné, bravo. Tu peux donc rester ici. Mais n'oublies pas que tu dois continuer dans cette voie. Bientôt, tu devras t'inscrire à l'académie. Je n'accepterais pas qu'une incapable habite dans ma maison ! Est-ce bien clair ?

Azumi - Oui mechieux.

Mayo hocha sévèrement la tête en entra dans la maison pour se détendre. Azumi se coucha par terre et regarda les étoiles. Haruna vint la rejoindre. Elles étaient toutes les deux, couchés sur l'herbe fraîche de l'hiver, à regarder les étoiles. Elles souriaient. L'une parce qu'une petite fille allait rester chez elle et l'autre parce qu'elle avait maintenant un foyer. C'était la meilleure chose qui pouvait leur arriver.

Haruna - C'est extraordinaire. Tu as réussi à maîtriser la métamorphose si facilement à âge...

La fillette ne répondit pas. Fixant le firmament avec attention, elle soupira. Un long soupire qui sembla lui redonner des forces. Après cet entraînement plus ou moins difficile, elle se devait de reprendre des forces. Elle dit à la dame.

Azumi - Si j'étais un astre, je serais une comète.

Ne sachant pas pourquoi elle disait cela, Haruna décida d'entrer dans le jeu.

Haruna - Pourquoi ?

Azumi - Parce que je pourrais voyager rapidement et voir ce qu'il se passe sur les autres planètes. J'aimerais voir si, là-bas, il y a autant de guerre qu'ici.

Elles gardèrent le silence pendant un long moment.

Haruna - Moi, si j'étais un astre, je serais la lune.

Azumi - Pourquoi ?

Sachant que la fillette avait très peur du noir, elle lui dit.

Haruna - Car je pourrais éclairer la nuit pour faire fuir tes craintes.

Fin du chapitre


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 25 Avr - 5:42, édité 3 fois

MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Sam 17 Oct - 18:50

[Finalement, mon perso sera immédiatement étudiant. Ce post conclu ma présentation]

Chapitre VI
Inscription
 

Environ une semaine s'était écoulé depuis sa réussite. Elle avait démontré à ce vieillard qu'elle méritait une place au sein de la famille Itô. Mayo était un peu moins agaçant qu'avant puisqu'il n'osait même plus lui adresser la parole. Il agissait comme un enfant et Azumi trouvait cela très rigolo. Elle n'osa pas lui parler non plus. Elle avait peur qu'il se serve de sa canne pour la chasser. Oyate avait autant de mal qu'avant à engager une conversation avec elle. Mais au fond, Azumi l'aimait bien. On avait toujours l'impression que la vie était facile lorsqu'il était là. En sa présence, tous ses soucis disparaissaient. Cela va de même pour Haruna. C'était une jeune femme très aimable et attentionnée. Par contre, la fillette pouvait détecter une trace de tristesse dans son regard.

Depuis son acceptation officielle dans la demeure, Azumi n'était pas allée à l'extérieur. Elle profitait de ces instants de détente pour se reposer puisque les mois passés dans les rues l'avait complètement exténué. Il était maintenant temps de profiter de la chaleur du foyer. Elle dormait sur le plancher, mais ne s'en plaignait pas. Pour elle, c'était un grand luxe qu'Haruna lui offrait. Elle se demandait même ce qu'elle avait fait pour que les dieux lui donnent une seconde chance. Car dans sa tête, la fillette croyait toujours qu'elle était responsable du départ de son père. Que pouvait-elle avoir dit ou fait pour qu'il la fuie ainsi ? Avait-elle dit quelque chose qui lui avait déplu ? Est-ce qu'elle était une mauvaise petite fille ? Azumi ne le saura sans doute jamais, puisque son père ne semblait pas prêt de revenir.
 
Aujourd'hui, il faisait beau malgré les quelques nuages blanchâtres qui volaient au-dessus du village. C'était encore frisquet et ce n'était pas prêt d'être terminé puisque l'hiver venait tout juste de commencer. Le soleil était à son zénith et la plupart des habitants s'affairaient à leurs occupations. Sauf Azumi et Mayo qui étaient toujours couchés. Mais elle ne dormait pas. Elle fixait le plafond avec intérêt en comptant chaque petite fissure du bois. La fillette avait eu amplement le temps de reprendre ses forces après son petit entraînement à la métamorphose. Et elle n'était pas seulement heureuse d'habiter maintenant dans une maison, elle était aussi heureuse d'avoir appris une technique.

Elle constata avec étonnement que Mayo était réveillé. À l'habitude, il était presque impossible de le tirer de ses songes. Le vieillard se réveillait seulement pour manger ou pour faire quelque chose d'important. C'était louche. Trop louche qu'il ait les yeux ouverts.

Mayo - Il est l'heure gamine. Profites en pendant qu'Haruna est partie faire les courses. Va t'inscrire à l'académie.

Azumi poussa ses couvertures et se leva d'un bond. Toujours aussi souriante, elle s'approcha et pencha sa tête au-dessus du vieil homme. Cette demande subite l'avait surprise. La fillette savait ce qu'il l'attendait si elle ne le faisait pas, mais elle voulait aussi savoir exactement pourquoi Mayo voulait l'envoyer là-bas. C'était une enfant, mais elle n'était pas sotte. Pourquoi Mayo tenait-il autant à ce qu'Azumi fasse des études dans le domaine du Shinobi ?
 
La fillette n’osa pas lui poser la question et la garda pour plus tard. Elle répondit tout simplement.
 
Azumi - Je chais pas c’est où l’académie.
 
Mayo soupira lentement et s’assit sur le fauteuil pour mieux voir son interlocutrice.
 
Mayo - Tu as passé deux mois dans les rues du village et tu n’es même pas passé devant l’académie ?
 
Azumi fit non de la tête. Fatigué, le vieillard lui indiqua sur un bout de papier le chemin à suivre. La fillette tourna la petite feuille blanche dans tous les sens et fit semblant de comprendre les explications que lui donnait son nouveau grand-père. Une fois cela fait, elle enleva son pyjama et enfila son T-shirt noir, sa veste blanche et sa précieuse cravate verte. Ensuite, elle prit une veste au hasard et se dirigea vers la sortie. Elle fut étonnée, avant d’ouvrir la porte, d’entendre Mayo lui souhaiter bonne chance. Il devait faire de la fièvre, ça c’est certain. Elle ne s’attarda pas plus longtemps au comportement étrange de son ami le vieillard et prit le chemin qu’elle croyait être le bon.
 
Pour une fois, elle put examiner le village. Lorsqu'Azumi dormait dans les rues, elle sortait seulement la nuit, car elle avait trop peur des autorités du village. Mais ce temps-là était définitivement terminé. Maintenant elle pouvait savourer l'air frais et, bien sûr, profiter de la vie. Après avoir traversé un nombre incalculable de petites rues, elle trouva enfin le grand établissement qui servait d'académie. Azumi l'avait remarqué grâce à la pancarte qui indiquait en gros le nom du bâtiment. L'endroit était bondé de monde et c'est avec plaisir qu'elle constata que personne ne la dévisageait. Devant tous ces enfants et adolescents, la jeune fille se sentait un peu intimidée. Mais elle savoura ce moment avec un sourire et les joues légèrement rosées. Elle avait envie de crier pour exprimer sa joie, mais était trop émue pour le faire. Elle était maintenant une habitante de Konoha et, grâce aux soins d'Harune, avait enfin une chance de se faire des amis. Au premier coup d'oeil, Azumi n'avait pas vraiment apprécié sa nouvelle coupe de cheveux, mais l'avait très vite adoré. Elle était maintenant une fillette parmi tant d'autre et c'est cela qui la rendait la plus heureuse.

Bientôt, elle allait s'inscrire à l'académie et enfin se rendre utile. La jeune fille voulait démontrer aux autres ce qu'elle était capable de faire. Elle savait qu'il ne tarderait pas avant que les gens reconnaissent enfin ce qu'elle est. D'un pas décidé, elle s'avança vers les grandes portes de ce magnifique établissement. Elle prit une grande inspiration avant de les pousser. Le blanc envahit très vite ses yeux. Malgré ces couleurs fades, Azumi ressentit un grand sentiment de réconfort. Déjà, elle se sentait chez elle. La jeune fille s'approcha de la petite secrétaire et en lui souriant elle lui dit :
 
Azumi - Bonjour. J'aimerais bien m'inscrire à l'académie. Quelles sont les étapes nécessaires pour y arriver ?

La petite dame leva lentement les yeux et regarda sans grand intérêt la fillette qui se tenait devant elle. La secrétaire avait souvent vu des spécimens assez étranges demander une inscription à l'académie, mais il était rare de voir une petite fille de cette grandeur demander à étudié ici. C'était déjà arrivé, mais elles ne s'étaient jamais rendues bien loin. Du moins, pas avant d'être plus vieille.

Secrétaire - Je vois, et tu as quel âge ma petite ?

Azumi lui montra neuf doigts. Ne cessant de sourire, elle l'incita à poursuivre.

Secrétaire - Bien. Je te demanderais de remplir cette feuille. Ceci jugera si tu es apte, ou non, à devenir Shinobi. Presque tous les apprentis y ont répondu.

Azumi - Merci.

Elle prit délicatement le morceau de papier et sortit du bâtiment. Elle inspecta les quelques questions qui lui étaient posées et, sans trop comprendre, elle décida de la rapporter à Mayo. Azumi savait lire, mais avait un peu de difficultés à saisir le sens des mots. C'est avec plus ou moins d'empressement qu'elle se rendit à son nouveau foyer et montra la petite lettre au vieil homme. Il la lut avec attention et demanda avec étonnement si elle savait lire. Elle lui répondit qu'elle était capable, mais qu'elle ne comprenait pas certains mots.

Mayo - Je vois, Azumi. Si tu as de la difficulté à lire, tu devras apprendre. Mais pour l'instant, tu dois remplir cette fiche. Voyons voir...

Mayo ne prit pas la peine de mettre ses lunettes. Il lui expliqua comment elle devait répondre aux questions et lui rendit la petite feuille blanche. Azumi s'empara d'un crayon et s'installa sur la table de la cuisine. Elle devait inscrire son nom et son prénom. D'une main tremblante, elle écrivit Azumi. Par contre, ne sachant pas vraiment quel était son nom, elle saute cette question. L'autre lui demandait son âge. Habilement, la fillette inscrivit d'un trait souple : Neuf ans. À la fin, le questionnaire ressemblait à ceci :

Prénom : Azumi
Nom : ______
Âge : Neuf Ans
Date de Naissance : 15 octobre

Lieu de naissance : Konoha
Adresse : 1344 Rue des Pierres
Code postale : K0l 7j99

Nindo : Devenir un fort ninja.
Raison : Pour montrer au monde que je ne suis pas une lâche.

Avant de placer la lettre dans l'enveloppe, elle montra la petite feuille à son nouveau grand-père.

Mayo - Pourquoi n'as-tu pas rempli cette marge ?

Azumi - Car je n'ai pas de nom de famille !

Mayo - Bien sûr ! Ton nouveau nom est Itô. Azumi Itô.

Fin du chapitre
Fin du prologue


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 25 Avr - 17:44, édité 3 fois
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Dim 18 Oct - 11:28

Azumi : +21 XP


Je ne suis pas sûr qu'on ait de telles adresses, mais bon =D

MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Dim 18 Oct - 16:24

Pas graveuhhh. !! Elles sont super mes adresses.

Et t'aurais pas donné deux fois l'XP à Kallo par hasard ? =D

MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Dim 18 Oct - 17:15

Oui, il me les a donné deux fois. Je ne prends donc pas celle si


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   Sam 21 Nov - 23:49

Prologue

-Chapitre I- [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
-Chapitre II- [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
-Chapitre III-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
-Chapitre IV-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
-Chapitre V-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
-Chapitre VI-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +78 XP

----------------------------------------------

Tome 1 - Mes neuf ans

-Chapitre 01-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +17 XP
-Chapitre 02-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +11 XP
-Chapitre 03-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +41 XP
-Chapitre 04-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +39 XP
-Chapitre 05-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +32 XP
-Chapitre 06-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +22 XP
-Chapitre 07-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +51 XP
-Chapitre 08-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +76 XP
-Chapitre 09-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +60XP
-Chapitre 10-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +42 XP
-Chapitre 11-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +17 XP
-Chapitre 12-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +16 XP
-Chapitre 13-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +35 XP
-Chapitre 14-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +25 XP
-Chapitre 15-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +70 XP
-Chapitre 16-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +58 XP
-Chapitre 17-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +12 XP


----------------------------------------------

- Premier Intermède -

-Partie 01- [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]+87 XP
-Partie 02-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]+107 XP
-Partie 03-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
-Partie 04-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]+21 XP
-Partie 05-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]+62 XP
-Partie 06-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +260 XP
-Partie 07-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +19 XP

----------------------------------------------

Tome 2 - Un Nouveau Défi

-Chapitre 01-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (Non terminé)
-Chapitre 02-[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (Non terminé)

----------------------------------------------

Chapitres Annulés


# 1 - [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +79 XP
# 2 - [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] +35 XP

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Azumi Itô. [Fin de la présentation]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Azumi Itô. [Fin de la présentation]
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-