Partagez | 
 

 Un soleil levant...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Un soleil levant...   Mar 6 Oct - 2:04

La toile de la tente ployait sous le poids de la rosée matinale, qui s’était déposée sur le tissu après la nuit fraîche qui venait de disparaître. Une goutte glissa, traçant arabesques liquides et changeantes sur le toit de cette éphémère protection. Le vent avait soufflé, fort. Et elle avait failli être emportée. Il soupira longuement. Il venait d’ouvrir les paupières sur le monde, s’éveillant d’un sommeil dépourvu de rêve. Il n’avait pas cauchemardé. Il ne cauchemardait plus. Depuis qu’il était en paix avec lui-même et avec son passé. Même si la situation était loin d’être réglée, les décisions qu’il avait prises lui permettait d’avancer avec moins de regrets. Moins de culpabilité, et une envie décuplée de réussir ce pourquoi il était venu à Konoha. Après tout, la mort - l’assassinat - de cette fillette avait été le déclencheur de tous ces événements. De son départ du clan pour Konoha... C’était pour elle aussi qu’il se battait dorénavant. Il avait ôté une vie, et comptait bien en épargner bien d’autres, lorsqu’il reviendrait victorieux, prendrait la tête de son clan, et changerait les choses. Il eut un petit sourire en suivant du regard le trajet de la petite goutte d’eau. Toi aussi, tu es seule... Seule à avancer au milieu de tes semblables ?... Mais toi, tu finiras à terre... Il rit doucement.

Son esprit était toujours embrumé. Il bailla longuement, levant une main pour se couvrir la bouche. Il plissa les yeux, la chaleur lourde du soleil levant l’assaillant sous la tente. Il était levé depuis déjà presque une heure, mais il faisait déjà chaud. L’absence d’air devait y être pour beaucoup. Il se redressa rapidement, et eut un moment de flottement alors que sa tête se mit à tourner. Il posa une main sur son front une seconde, intimant à son esprit le calme et la quiétude. Il chercha à tâtons son haut, un simple débardeur léger, de couleur rouge. Il l’enfila rapidement, ainsi qu’un pantalon en toile, marron. Il n’avait pas prévu de mission, ce matin, alors il voulait se sentir décontracté.

Soudainement, une douleur lui agrippa la poitrine. Il se recroquevilla et serra son haut d’une main, appuyant sur sa peau dans un espoir futile de faire disparaître le mal. Il eut du mal à respirer. Cela était déjà arrivé, et il se contenta donc d’attendre, car il savait que ça passerait rapidement. Il eut une difficile quinte de toux qui lui arracha les poumons, et il inspira longuement, cherchant l’air qui lui permettrait de retrouver un souffle normal. Mais ça ne s’arrêtait pas... Qu’est-ce qui m’arrive ?... Il ressentit un afflux étrange au sein même de son corps. Que ?... Il sentit son esprit partir, son âme quitter son corps. Il sentit son coeur accéléré soudainement, il eut l’impression que ce dernier allait finir par se stopper complètement. Lorsque l’inconscience l’effleura du bout des doigts, il eut ce qu’il prit pour une dernière pensée. Un visage...

Puis, tout s’arrêta.

Il écarquilla les yeux, se prenant la tête entre ses mains.
Que s’est-il passé ? Cette étrange énergie, cette réaction physique ?... L’éveil, déjà ?... Ou, tout du moins, le début ? Je ne comprends pas... Quelle douleur atroce... Et elle a disparu aussi soudainement qu’elle s’était manifestée... La malédiction me rappelle ? Non. Il n’y a jamais eu deux crises. Jamais l’histoire du clan ne nous relate un homme en proie deux fois à cette crise, c’est autre chose... Le Shukuchi ?... Non... Ou peut-être une préquelle... Je ne suis pas prêt à recevoir ce pouvoir. Peut-être a-t-il jaugé mon corps ? L’a-t-il pesé, mesuré, et jugé insuffisamment fort ? Oui. C’est ça...

Il inspira de nouveau, et cette fois la bouffée de fraîcheur ne lui brûla pas la poitrine. Il eut un sourire. Il ressentait, en tous les cas. Même si c’était uniquement de la douleur, elle était preuve que son corps n’était pas malade, et que ce n’était pas la mort qui était venu à lui. L’idée lui semblerait étrange, quand il y repenserait plus tard, puisqu’il n’avait aucune raison de mourir. Sa santé était bonne. Ce qui lui semblerait moins étrange, c’était l’identité de la personne à laquelle il avait pensé. Son sourire s’agrandit quelque peu. Elle occupait constamment ses pensées, ou presque. Il frissonna en se remémorant la magie de cette nuit-là...
L’espoir de la revoir ne s’éteindrait jamais. L’envie de goûter à nouveau ses lèvres... Framboises... Le rouge lui monta aux joues l’espace d’un instant. Les avait-elle terminé ?

Il secoua la tête. Il devait se lever. Ce n’était jamais bon de tant traîner au lit, et surtout, de tant s'appesantir sur le passé. C’était le présent qui comptait... Et le futur. Il la retrouverait, il s’en fit le serment silencieux en serrant le poing.

Il sortit la tête de la tente, passant une main dans ces cheveux blancs pour les remettre en forme. Il s’extirpa de la toile, se mettant debout devant elle. Il épousseta ses vêtements, puis regardant le sol, distingua une longue ombre s’étirant sur la sienne. Plissant les yeux devant cette étrangeté, il tourna la tête vers l’horizon, et arqua un sourcil de surprise.

Quelqu’un se tenait là, dos à lui, devant la falaise. La tête légèrement baissée, l’individu semblait observer le village. Il était immobile, debout. Droit et fier, furent les premiers adjectifs qui vinrent à l’esprit d’Akizuchi pour désigner l’inconnu. Il hésita un instant, puis décida finalement de s’approcher. S’il était un ninja, le garçon, car il lui semblait que sa silhouette était celle d’un homme et non d’une femme, l’avait sûrement déjà repéré. Il distingua enfin le symbole qui ornait le dos carré. L’éventail des Uchihas. Intéressant.

Akizuchi ne s’était jamais vraiment intéressé à ce clan. Ni même aux autres, d’ailleurs. Il savait seulement qu’ils jouissaient d’une haute réputation, et étaient mondialement connus pour le pouvoir de leurs yeux. Des yeux rouges cintrés de virgules noirs. Le jeune homme svelte se demanda un instant si la profondeur des iris Uchihas valait celle de son propre regard écarlate, qui émerveillait généralement ces interlocuteurs. Ou, leur causait une peur somme toute compréhensible. Comment expliquer la couleur de sang de ces yeux quand ce n’était pas un Dojutsu ? Il sourit doucement, puis, parla, d’un ton calme et assez neutre, même s’il était un brin curieux :

“- Il est rare de croiser des gens ici à cette heure... Pourtant, le lever de soleil est toujours magnifique, depuis ce panorama...

Il leva les yeux vers le ciel, les plissant pour regarder une seconde l’astre du jour. Puis, il baissa la tête vers son interlocuteur, attendant une éventuelle réponse qui viendrait. Ou non...


Dernière édition par Akizuchi Hayasa le Lun 12 Oct - 22:25, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Un soleil levant...   Jeu 8 Oct - 2:14

Les étoiles dans le ciel filaient pour tenter d’échapper à cette fatalité qui s’opposait à elles. C’était sans espoir et pourtant elles effectuaient toujours ce même rituel. Explosant au travers d’une lumière divine et s’éteignant petit à petit dans une douce symphonie presque un peu trop théâtrale. Le noir intense de la nuit s’estompait peu à peu mais restait tout de même dans une teinte bleuté encore foncée. La fraicheur nocturne se raréfiait tandis que les animaux regagnaient leur demeure qu’ils avaient abandonnée pour une obscurité étrangement plus rassurante. Les arbres s’éveillaient tendrement faisant frissonner leur feuillage avec grâce et noblesse. Les rayons lunaires argentés disparaissaient peu à peu et laissaient l’obscurité suprême prendre une dernière fois ses droits.

Kenji était essoufflé, peut-être un peu trop, le cœur lourd et de la sueur plein de visage il luttait pour rester debout. Sa chevelure sombre retombait sur ses yeux ne laissant transparaitre qu’une étrange lueur rouge qui faisait l’objet d’intrus dans cette atmosphère. Il inspira profondément tout en se passant doucement une main dans les cheveux. Cette fois-ci ses rubis prirent en chasse la proie qui se trouvait devant lui.

Shiba se tenait avec la classe des Uchiha. Une main sur les hanches tandis que l’autre jouait avec un kunai. Sa veste de shinobi était déchirée à l’épaule gauche et ses yeux étaient eux aussi actifs. Il jeta son arme sur le sol. Elle vint se planter dans une terre encore humide d’une nuit d’entrainement intensif. Il sortit alors de son fourreau un katana richement décoré. Les derniers rayons de la lune se reflétèrent dessus durant une courte seconde laissant paraître une once de facilité dans le maniement de l’arme. Il pointa la lame contre son élève de la nuit et sourit avec un petit air joueur sur le visage. Sa chevelure blonde était sale mais pourtant il gardait cette joie de vivre et ce charme indéniable. Il prit une voix forte laissant tout de même paraitre quelques traces de fatigue.

[Shiba] – On touche au but Kenji ! Cette arme doit faire qu’un avec toi !

Le sempai souleva ses rubis sur le juunin et jura intérieurement. Cela faisait six longues heures qu’ils s’entrainaient et son adversaire était bien trop fort pour lui. Il se sentait si faible tout à coup et il n’arrivait pas à se transcender comme il aurait voulu. Les rares occasions où il touchait Shiba étaient des miracles inespérés. Il avait un mal au cou tandis qu’une coupure longeait son torse pour le scinder en deux. Il cracha un peu de sang sur le sol et souleva la lame qui y était planté. Le cadeau de Takeshi, un présent inoubliable qui ne lui donnait pas de grande facilité pour le moment.

L’éclaire de talent brilla au travers de ses pupilles.

Ses mains se crispèrent autour du manche de l’arme tandis qu’il fixait sans répondre le juunin. Il inspira profondément et se jeta. Le katana fendait l’air comme des rafales de vent inévitables et pourtant Shiba se permettait le luxe de jouer. Il enrayait sans cesse les attaques du sempai et ce dernier ne pouvait rien faire contre. Ce n’était pas le garde du corps de Takeshi pour rien. Il décida de prendre les choses au sérieux et d’un moulinet de poigné fit voler la lame de Kenji. Elle partit se figer dans le tronc d’un arbre alors que le juunin pointait la sienne sur le cou de son adversaire.

Kenji déglutit et expira longuement. Leurs sharingan étaient face à face suivit tout prés du sourire de Shiba. Il baissa son arme et posa une main amicale sur l’épaule de son élève nocturne. Il pressa doucement le muscle brûlant de l’Uchiha qui faillit s’écrouler de douleur, de fatigue.

[Shiba] – Je te sens moins bien en ce moment Kenji…

[Kenji] – Je… Je dois prendre une douche.

Kenji ne prit pas son arme. Il laissait ce soin à Shiba son esprit était trop tourmenté pour s’intéresser à de telles futilités. Il se passa doucement une main dans les cheveux et partit en direction de la villa de Takeshi rejoindre la salle d’eau.

Ce liquide chaud se répandit avec douceur sur les muscles de son cou endoloris par cette nuit de folie. Ses yeux étaient redevenus aussi sombre qu’à l’accoutumée tandis que sa chevelure tendait vers une obscurité encore plus prononcé avec l’humidité. L’eau vint le débarrasser de toute cette saleté accumulée durant la nuit et surtout elle vint l’aider à oublier ce qu’il vivait. L’enfant prodige, celui sur qui on compte, celui dont on veut détruire le nom, sa tête allait exploser si cela continuait comme cela. Takeshi c’était mit en tête d’en faire un ninja parfait. Kenji n’avait rien dit et se laissait faire car au final il ne savait que faire d’autre. Il était seul. Nara, Taka et bien d’autre se disaient proches de lui et pourtant il ne voyait rien d’autre que ces questions. Cette solitude continuelle qu’il assimilait chaque jour un peu plus.

Sa main partit à l’aventure d’une serviette chaude pour se sécher et s’habiller avec lassitude. Il n’avait plus du tout la tête à dormir, trop de choses se bousculaient dans son esprit pour qu’il puisse tranquillement s’allonger sur sa couchette et s’évader. Il se passa doucement une main dans les cheveux et sortit de la salle de bain.

Ses pas étaient de velours dans les couloirs, il savait que Shiori et peut-être Takeshi dormait encore. Il ne souhaitait pas les déranger. Il ne voulait voir personne et rester seul avec lui-même. Il attrapa une pomme dans le panier de la cuisine et partit à pas feutrés en direction d’un lieu qui le calmait. Il aimait aller sur les falaises du village caché de la feuille voir le soleil se levait avec la douceur matinal. Tous les rouages de Konoha se mettant en marche et cette sensation de domination. Il était haut, il regagnait confiance et ne se mentait plus à lui-même. Une solitude égoïste qu’il appréciait.

Les marches passèrent sous ses pieds comme une plaine et il arriva enfin au sommet. La pierre résistante lui servait de trône tandis qu’il redressait doucement son torse face au soleil du matin. Il se passa, avec l’un des premiers rayons de vie, une main dans les cheveux. La noirceur s’émerveilla d’une lumière qui lui était inconnue. Il voyait quelques villageois partir en courant entre les petites ruelles de Konoha tandis que les cris d’enfants des maisons les plus proches se faisaient entendre. Cela aurait pu faire sourire les plus candides mais pas Kenji.

Il ne savait pas quoi faire, il ne savait plus quoi faire. Il souhaitait en parler à Nara mais il avait encore des doutes sur sa relation. Il avait des doutes sur ses relations avec tout autre individu. La peur de souffrir à nouveau ? De s’attacher à des gens vides et sans fondement ? Il avait tant était déçu, on lui avait fait si mal que son cœur c’était transformé en une pierre indestructible et son âme était devenue aussi sombre que ses yeux inexpressifs.

Tel un vagabond il errait sans but.

Il sentit la présence de quelqu’un derrière lui. Il murmura des paroles incompréhensibles dont Kenji n’avait que faire. Il ne savait pas s’il était déçu de savoir qu’il n’était pas seul ou énervé que quelqu’un vienne le déranger. Il inspira doucement sentant que l’homme, la force de ses pas était trop importante pour une kunoichi, approchait.

Il se posa aux côtés de Kenji qui lui jeta un bref coup d’œil. Son regard l’intrigua un court instant. Cette couleur rouge acre entourée de blanc c’était une rencontre assez rare. Il possédait un corps longiligne et puissant, ce qui eu pour effet de ramener des souvenirs de Youso à l’esprit de l’Uchiha. Il en avait assez de tout cela, ces questions lui tourmentaient depuis trop longtemps l’esprit. Mais il ne laissa rien transparaître, ses émotions étaient pour lui et non pour cet inconnu.

Ce dernier mit en prose le paysage qui s’ouvrait face à eux. Kenji ne répondit pas de suite préférant laisser le silence travailler pour lui. Il se passa doucement une main dans les cheveux et jeta son regard sombre sur l’horizon.

[Kenji] – Les gens s’enracinent dans une routine journalière…

Il tourna ses yeux vers l’individu à ses côtés et ne bougea plus. Il attendit patiemment que ce dernier le regard à son tour. Ses pupilles sombres plongèrent dans celles de cet homme et il prit une voix neutre. Douce mélodie qui plana quelques secondes pour venir caresser les oreilles de ce dernier.

[Kenji] – Qui es-tu ?



Kenji's Theme

MessageSujet: Re: Un soleil levant...   Mer 20 Jan - 23:04

Akizuchi : +7
Kenji : +11

En attendant une hypothétique reprise =)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un soleil levant...   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soleil levant [PV]
» Au pays du Soleil Levant
» " Tableau de Claude Monet : "SOLEIL LEVANT"
» Soleil Levant
» Shopping au pays du soleil levant [Ange]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Quartiers Nord-