Partagez | 
 

 Avec du thé et des Dango... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Avec du thé et des Dango... [PV]   Lun 19 Oct - 4:46

Je ne m'ennuie jamais. Mais tout m'ennuie.
Le monde est chiant, quand il veut...


Sortie ce soir pour Ren, c’était décidé.
La chuunin venait de revenir de son entraînement habituel mais étrangement elle n’était pas fatiguée pour deux sous après avoir tenté de perfectionner ses techniques. Le soleil commençait à peine à se coucher que la jeune fille descendit dans les quartiers d’Asakura. Endroit n’ayant pas la meilleure réputation du village mais qui se montrait bien divertissant pour les plus vieux –car les enfants avaient parfois peut-être un peu peur de cet endroit-. Faisant « amstramgram » avec les différents bars et restaurants possibles dans la même rue, Ren eut droit à un restaurateur rapide qui était le plus vide. À peine cinq clients s’y trouvaient et étaient plutôt discrets et silencieux. L’adolescente s’assit sur un tabouret et demanda des Dango avec un thé vert, elle tapota le rebord du comptoir avec un air songeur, un peu dans la lune elle ne s’aperçu pas qu’on l’avait servi immédiatement.

La chuunin n’avait pas eu une si belle journée que cela malgré son entraînement, en plus d’avoir plu ce matin d’une façon morose, personne n’avait pu venir aux montagnes avec elle et Hikari était toujours sur son lit d’hôpital… avec les infirmières. Le froid était frisquet malgré les pantalons noirs qu’elle portait et sa veste vert forêt aux motifs jaunes originaux. Ses cheveux roux mi-longs étant attachés en queue de cheval tout simplement. Ren remonta la fermeture de sa veste, le soir était plus frisquet qu’elle ne le pensait, les jours superbement ensoleillés de Kumo commençaient à disparaître à petit feu et le vent n’arrêtait pas de jour en jour, rendant le froid encore plus glacial le soir. L’adolescente, loin d’être frileuse, n’avait pas encore sorti ses vêtements chauds contrairement à sa mère.

Le petit restaurant était si calme que l’on aurait pu entendre une mouche voler, qui plus est, le restaurateur lavait ses instruments de cuisine et bien que poli, n’était pas très bavard. Ren lui demanda si Asakura était si calme le soir à cette heure. L’homme âgé d’environ une quarantaine d’années lui répondit que non et qu’assez souvent la soirée était animée chez les bars voisins. Cela ne surprit pas la jeune fille qui ne venait qu’assez rarement ici. D’habitude elle venait avec son sensei là lorsqu’il lui offrait un repas, car ce n’était pas cher dans le quartier. Finissant son thé et un dango, Ren en redemanda un autre, après tout elle n’avait pas eu le temps de manger cet après-midi et elle n’avait le goût de rien. Son pied tapait frénétiquement le bas du tabouret d’un air lascif. Elle regarda derrière elle la pleine lune brillante de la nuit, un air rêveur sur la figure, la kunoichi parla, exaspérée :

- Je déteste les soirées sans… soupira-t-elle.

Elle l’avait simplement marmonné que l’homme ne l’avait pas entendu, à moitié sourd apparemment.

C’est alors qu’un bruit de pas se fit entendre dans la rue quasi-déserte.


Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres.

MessageSujet: Re: Avec du thé et des Dango... [PV]   Dim 25 Oct - 21:21

.:: Avec du thé et des Dango ::.
Chapitre 6 : Rencontre
- Un chef de gang -

« Prendre un verre de bière mon minou
Prendre un verre de bière avec nous »


Il devait être 8 heures. Le soleil était déjà couché et la noirceur s'installa. Les enfants étaient entrés faire leurs devoirs, les adolescents eux, sortaient faire des bêtisent. De mon côté, j'eus décidé d'aller au bar ce soir. Je l'avais bien mérité, je venais tout juste d'apprendre trois nouvelles techniques. Pas plus tard que ce matin en plus. Certes oui, j'avais fait une nouvelle rencontre, mais ce n'était pas important, il n'était pas important. Bien qu'aveugle, il était impertinent et arrogant. Tout ce que je lui avais dit c'était pour l'aider et lui éviter de dépenser du chakra pour rien, mais il ne voulait rien savoir et était sûr que je ne faisais que le juger.

Enfin, une petite soirée devant un bon verre de saké ne me fera pas de mal. Bien au contraire. C'était pour cela que je me fus préparé. Lorsque je sortais en bar, je ne portais pas les mêmes vêtements. En bar, je n'affichai pas le signe des shinobis. Il n'était pas rare de croiser des gens qui détestaient les shinobis. Certains croyaient en un complot gouvernemental. Le fait était que, j'avais des vêtements spéciaux pour les sorties. Le haut de ma « tenue » de soirée était noir. Sur mon épaule droite, j'avais une espèce de boucle de ceinture toujours attachée qui ne servait à rien sauf à faire beau. À mon poignet gauche, j'avais un petit bracelet en cuir noir. Deux ceintures étaient à ma taille. L'une tenait réellement mes pantalons, l'autre était superflu là pour le look. Tout plein de fausses boucles de ceinture étaient sur les pantalons. J'étais enfin prêt à partir

J'eus décidé de retourner au bar ou j'avais connu Kojin, là où l'on m'avait engagé comme « Door man ». Pourquoi voulais-je y retourner? Peut-être était-ce parce que j'avais bien envie de prendre un verre d'alcool avec Kojin, enfin, encore faudrait-il qu'il soit là. Quoi que, même s'il n'était pas là, rien ne m'empêchât de prendre un verre de saké tout seul et par la suite, retourner chez moi.

J'étais devant le bar, il y avait devant moi, une personne très grande et très forte, je me doutais que c'était le vrai « door man ». Cette fois-ci, je n'aurais pas à le remplacer parce que le système immunitaire n'était pas aussi bien construit que cet homme. Bien sûr, dans ses vêtements, j'ai l'air plus jeune que dix-neuf ans. C'est pourquoi il m'eut demandé une pièce d'identité. Pour emprunter un livre ce matin, j'ai dû me faire faire une carte de bibliothèque sur laquelle il y avait ma date de fête. Après vérification, il me laissa entré sans difficulté.

Une fois à l'intérieur, je vérifiai si mon ami Kojin était là. Malheureusement pour moi, il n'y était pas. Je m'assoyais donc sur un petit banc devant le comptoir du barman. Je ne l'eus pas remarqué immédiatement, mais tout le bar était rempli de gens avec le même logo. J'avais souvent entendu des histoires comme quoi il existait des gangs de rue. Sur le coup, je ne le croyais pas. Je m'étais dit qu'il était improbable qu'un gang de rue vive dans un village caché donc les forces militaires sont constituées de Shinobi entrainé à tuer.

Le barman s'approcha de moi, me servit un verre de saké, chose que lui eut demandée quelques minutes auparavant. Dans le bar, tout le monde me dévisageait, sa puais l'alcool renversé et la fumée secondaire. Tous des « durs à cuir ». Bien sûr, il fallait le prendre au niveau métaphorique, car j'étais persuader qu'un bon coup de Katon et ils finiraient tous en poulet rôti. Je me demandai s'ils étaient si durs que ça. Après tout, ils n'étaient que gros. Anthropologiquement parlent, ils étaient tous dans la fourchette 30-35 ans. Là où les gens développent ce que l'on appelle, une « bedaine de bière ». Le problème avec les gangs de rue, c'est que tous les membres se croient protégés et font ainsi preuve de beaucoup de violence pour ainsi imposer leur volonté.

D'ailleurs, un homme s'approcha de moi. Il avait un énorme cigare dans la bouche et un verre presque vide dans la main. Il le déposa sur le comptoir et le barman le lui remplit. Je ne savais pas trop ce qu'il buvait. Il me regardait avec un regard imposant. C'était fort probablement le chef. Tous les membres du gang avaient arrêté ce qu'il faisait lorsqu'il m'avait approcher et leurs regards étaient fixés sur nous. Le barman lui redonna un verre plein. Avec sa main gauche, il prit le verre en me faisant face. Avec sa main droite, il saisit son cigare et d'un coup de doigt, il fit tomber les cendres sur mon épaule. Juste pour être plus « baveux », il me souffla toute sa fumée dans la figure. Déjà que j'avais en basse estime les fumeurs, ceux qui me soufflent leur ignominie au visage ne méritent aucun respect. J'attendis qu'il remette son cigare dans sa bouche. Une fois cela fait, j'empoignai sa main gauche du plus fort que je le pouvais écrasant ainsi ses doigts qui firent briser le verre. L'alcool se rependit sur son bras et la vitre brisée dans sa main. Ne lâchant pas prise, je pris le cigare de la bouche du chef. Tous les membres du gang nous regardaient stupéfait ne savant pas trop quoi faire. J'avais pris un petit sourire sadique en regardant. Je laissai tomber le cigare sur le bras du chef tout en retirant ma main pour le pas avoir de conséquence sur mon corps. L'alcool sur son bras prit en feu et avec ma main droite, je pris mon verre de saké et lui explosa à la figure. Je sortis de mes poches quelques pièces que je donnais au barman avant de prendre la fuite. Par chance, la porte était à côté de moi.

Ne se faisant pas attendre, la foule de gens se précipitait vers la sortie. Deux ou trois personnes aidèrent le chef à éteindre le feu tandis que les autres me courraient après. Un épais brouillard s'était levé et il avait un peu de difficulté à me voir de loin. Je profitais de cette visibilité réduite pour crée un clone qui continuera à courir tout droit, tant dis que moi j'irai vers la gauche pour me cacher. Par chance, les membres du gang n'y virent que du feu. Enfin, quelque un parmi eux continuèrent dans ma direction. Lorsque le brouillard fut encore plus épais, je partis en direction du premier restaurant que je voyais. Par la vitre, j'eus distingué quelque décoration de bambou et une idée me vint en tête. J'entrai à vive allure dans ce restaurant


[Kallo] – Vous ne m'avez jamais vu

Disais-je en retirant une décoration d'une table et en la lançant au mec derrière le comptoir. Il y avait une fille à la table ou j'eus pris la décoration.


[Kallo] – Pardonnez moi, j'ai fait une gaffe et je dois me cacher.

À ce moment précis, je me levais et préparait une technique. Une image de bambou se fixa dans ma tête. Une épaisse fumée apparut et mon corps était devenu une plante d'ornement.

Spoiler:
 

MessageSujet: Re: Avec du thé et des Dango... [PV]   Dim 1 Nov - 7:43

C'est la surprise, l'étonnement qui nous oblige à évoluer.
Maintenant je sais que des gens "comme ça" existent


Deuxième Dango.
Ren continuait de fixer son assiette avec dédain quand un nuage de poussière au loin attira son attention, le fixant un instant, elle put apercevoir la silhouette d’un jeune homme se hâter à la course au milieu du brouillard, elle eut tôt fait de jeter un œil au restaurateur. Tous deux haussèrent les épaules avec dédain; ce n’était pas de leurs oignons après tout. Alors qu’elle retournait à cette petites affaires ennuyantes, un énorme coup de vent vint de derrière Ren dont les cheveux partirent devant sa figure, d’un souffle elle les dégagea et se retourna vivement; un garçon habillé tout de noir et au style ténébreux, le visage à moitié paniqué et à moitié soulagé.

La jeune fille ne put rien dire tellement elle était estomaquée par le nuage de poussière de par la baie vitrée qui cachait presque tout, ses yeux observateurs purent distinguer au-delà une silhouette extrêmement similaire au jeune homme devant elle –il était ninja?-, une foule de brutes le suivaient à la course, immédiatement une décoration verte sauta de l’autre côté du comptoir et atterrit dans les bras du restaurateur qui, par réflexe, la déposa immédiatement par terre, ni vu ni connu par la suite, on aurait dit qu’elle était toujours restée à sa place et la foule enragée continua sa route au loin, le clone finira bien par disparaître à un moment donné… bref, Ren était maintenant bien sûre qu’elle avait affaire à un shinobi, c’était sûr. Elle resta un moment à ne rien faire, regardant par moments la plante toujours aussi immobile –le temps qu’il se calme intérieurement bien sûr, vu la hâte dans laquelle il s’était mis. Un moment plus tard, la chuunin n’eut pas le temps de le dire, mais le propriétaire du restaurant dit :

- C’est bon, ils sont partis, tu peux revenir, petit. Dieu du ciel heureusement que tu n’as pas cassé ma décoration, fait attention la prochaine fois, d’accord? Je te sers quelque chose..?

La kunoichi regarda le jeune homme en faisant cligner ses yeux marron.

- Comment as-tu pu te mettre dans un tel pétrin..? C’est vrai que les bars d’Asakura ne sont pas si fréquentables que ça mais à ce point qu’un gang t’en veuille à mort…

Son doigt vint faire le tour progressivement de sa tasse de thé en forme de cylindre, à moitié vide. Il fallait dire que le thé ici n’était pas très excellent, mais buvable. La prochaine fois elle prendrait autre chose…
Elle rit un peu doucement avec un doux sourire sur les lèvres, autant prendre les choses du bon côté, la situation avait au moins fait bouger sa soirée de façon assez… brutale.

- Au moins ça t’aura fait un bon entraînement, bravo avec la rapidité que tu as vu, c’était ni vu ni connu...

Son attention sur sa boisson chaude s’arrêta et elle regarda le shinobi.

- Tu veux que je te paye quelque chose? Tant qu’à être sur place, j’imagine qu’on a interrompu ton encas…

Elle avait dit ça d’un air totalement désintéressé. Si cela semblait pour un esprit tordu un plan de drague classique, Ren ne l’aurait pas fait dans ce sens-là pour deux sous, c’était juste que la générosité était dans ses caractéristiques particulières, surtout dans des cas spéciaux comme celui-ci. Les évènements, la jeune fille en raffolait malgré le fait que la politique n’était pas du tout son genre.


Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Avec du thé et des Dango... [PV]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» Orthographe tu me tues et tu meurs avec moi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Asakura-