Partagez | 
 

 [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 19 Oct - 13:24

-| Nettoyage… D’Automne ? |-
.0.

Des bottes de cuir noir à semelles compensées, des collants noirs, un minishort en toile couleur cuir brun, un t-shirt noir à manches courtes, un débardeur de cuir marron, des gants en lin blanc cerclé de métal, et une veste de cuir marron à manche longue lui descendant jusqu’au bas de ses fesses (est-il besoin de préciser qu’elle portait un ensemble de dessous noir uni très agréable ?), Seika parcourait d’un air pas très enchanté les couloirs de l’académie. A quoi cela lui avait-il servi de devenir Chuunin, si c’était pour se retrouver à faire presque la même chose qu’auparavant hein ? Presque, presque avait précisé Souryo Hakujou. Le Jounin Médecin à l’air jovial et surtout très enrobé avait une fâcheuse tendance : celle de vouloir rendre tout le temps service. Et elle souvenait bien des autres années lorsqu’elle était étudiante à l’académie. Souryo était très gentil, et il était apprécié de tout le monde, mais il n’en restait pas moins une outre à saké ambulante de temps en temps, et lorsqu’il se mettait dans l’idée d’aider à faire quelque chose dans cet état, il arrivait toujours un malheur. L’année de son obtention de diplôme, le bonhomme avait même réussi à mettre le feu à la salle des professeurs en voulant allumer le chauffage. Personne n’a jamais compris comment il avait fait son coup, puisqu’il s’agit d’un chauffage à gaz.

Quoiqu’il en soit, et bien qu’ils ne se connaissent pas vraiment, le Jounin l’avait convoquée pour lui demander son aide pour réaliser l’habituel « Nettoyage d’Automne » de l’académie de Kumo. Certaines choses ne doivent pas changer surement. Mais Shijima avait été surprise d’apprendre que Souryo avait un projet plus ambitieux : pour la première fois depuis un moment, les Ninjas disponibles allaient faire un nettoyage d’Automne général. Ou autrement dit, ils allaient nettoyer le village « entier ». Seika s’arrêta dans un couloir et observa la cour intérieur de l’académie par la fenêtre : en bas quelques étudiants étaient en train de s’amuser dans les tas de feuilles mortes. La Kunoichi soupira. Elle devait obéir à son supérieur, mais cela ne l’empêchait pas de se dire qu’elle avait bien mieux à faire. Et puis, comme il lui avait dit, dans son cas c’était légèrement différent, puisque la jeune femme aux cheveux d’ébènes allait superviser les tâches dans le village, en suivant une liste préétabli par le moine zen. Le Jounin était allé déposer les papiers au Centre de Mission pour bien faire valider tout ceci comme une mission réalisé pour tout le village… A son insu.

D’accord ça ferait plaisir aux gens, et aux vieillards surtout qui adoraient qu’on les aide à faire le ménage, voir qu’on le fasse à leur place. A ces vieux je vous jure. La Chuunin avait récupéré la liste des Ninjas disponibles, en espérant qu’un maximum voit le message qu’elle allait afficher sur le tableau de l’entrée. Tout en marchant, la jeune femme déplia le papier et le relu : il avait insisté en plus pour bien mettre « tout le village » en gros, en gras, et rouge. Des fois que ça ne saute pas aux yeux des gens. Ca lui avait prit comme ça cette idée, maintenant fallait assumer comme on dit. Mais pour elle, la seule chose qu’elle aurait voulue savoir, c’était pourquoi il lui demandait à elle de superviser la journée de nettoyage. Il y avait des tas de personnes qui auraient ravis de l’aider, plus qu’elle qui ne le connaissait que de réputation, et qui ne pouvait pas pardonner à un Ninja son penchant trop important pour l’alcool. Seika arriva enfin dans le hall d’entrée de l’académie, et se dirigea vers le mur où était installé un panneau d’affichage pour y poinçonner le message suivant.

Citation :
Message Important à tous les Ninjas Disponibles !

Comme chaque année, nous voilà arrivée en Automne, et notre beau village est recouvert de feuilles mortes et autres saletés. Cette année, plutôt que de ne nettoyer que l’académie, nous allons nettoyer tout le village !

Nous attendrons tous les Ninjas disponibles au carrefour du centre du village, ceci sera compté comme une Mission de Rang D dans votre dossier.

Souryo Hakujou & Shijima Seika

Pourquoi fallait-il qu’il y ait son nom hein ? La jeune femme secoua une nouvelle fois la tête et partit rejoindre le Jounin au centre du village…

-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-

[Souryo] « Et ben ça se bouscule pas dit-moi… Le Jounin prit une petite lampée de son affreux breuvage odorant. T’es sur d’avoir mit le message à un endroit bien visible Shijima-san ? »

[Seika] « Sur et certaine… Dit-elle, soupirant. Mais vous avez vu aussi la teneur du message ? Ca donne pas envie de ramener sa pomme ici vraiment. »

[Souryo] « Oh, même à toi ? »

[Seika] « Surtout à moi. »

[Souryo] « Allez souris un peu, c’est pour la bonne cause ! Et puis ça fera un peu travailler tout ce petit monde ! »

Seulement si le « petit monde » daignait se montrer, ce qui pour le moment n’était pas trop le cas. En même temps c’était soudain cette mission, sur un coup de tête du Jounin toujours à l’affut de la moindre occasion de rendre service malgré sa trop grande propension à faire les choses de travers. Son sourire jovial laissait transparaitre tout de même un tantinet d’inquiétude face à la situation : et si comme le disait la belle Kunoichi personne ne venait ? Ils auraient l’air malin tous les deux vraiment.

Seika avait eu le temps de cogiter en compagnie du Shinobi enrobé, sur la façon de procéder au nettoyage du village, mais son découpage était erroné à la base : tant qu’elle ne savait pas qui participerait, elle pouvait toujours se dire qu’ils allaient s’y coller à deux le Jounin et elle… Jusqu’à ce qu’après une nouvelle gorgée de Saké, il se tourne vers elle avec un grand sourire pour lui dire.

[Souryo] « Au fait Shijima-san, une fois l’organisation de la mission lancé, je devrais vous laisser pour aller faire une course dans la forêt ! Je reviendrais donc ce soir en espérant voir ce village aussi propre que possible. »

Comme un automate, la jeune femme tourna la tête vers la boule de gomme souriante : le sourire de la jeune femme ne la quitta pas et s’étira, tandis que son poing se serrait, faisant blanchir ses jointures. Mais quel salaud ! L’année prochaine, c’était décidé, elle se faisait porter mal, pareil pour le nettoyage de printemps. Si jamais elle recevait encore un message du Jounin Médecin lui disant « Shijima peux-tu venir rendre un service à l’académie ? », elle brulerait le message ! Non mais c’est vrai, faut pas abuser quoi !

Interrompant ses pensées meurtrières, l’arrivée d’une jeune femme l’interrompit. Seika ne la connaissait pas, mais ce n’était pas le cas du Jounin qui avait pensé à ce genre de détails : il avait apprit par cœur la liste des Shinobis du village, ou presque, et allez savoir si c’était inné ou pas, il était quasiment capable de dire qui était qui n’importe quand, sobre ou pas. Aussi fit-il un sourire à la jeune femme.

[Souryo] « Chuunin Ren Aisawa, c’est très gentil à vous d’avoir pu vous libérer. »

Puis un garçon arriva, qu’elle ne connaissait pas non plus -d’ailleurs elle ne connaissait quasiment personne dans le village vu qu’elle n’arrivait pas à retenir les noms de chacun-. Celui par contre le moine semblait le connaitre vraiment.

[Souryo] « Chuunin Kallo Hone, une petite pause entre deux dissections pour venir filer un coup de main ? Le village te le revaudra. »

Dissection ? Arg, surement était-il Ninja Médecin, comme le Jounin et comme Sho Nagoshi. Elle doutait de voir son chef d’équipe par contre… Enfin deux jeunes garçons dont une tête connue arrivèrent : un qui portait un bandeau, l’autre c’était Takeshi-chan.

[Souryo] « Hey les jeunes, je suis bien content de vous voir, vous allez être d’une grande aide ! Shijima-san, voici le Genin Shinji Kagami et l’Asp… »

[Seika] « …L’Aspirant Ninja Takeshi Miomu. On se connait déjà. Contente de te revoir Takeshi. »

Après quelques sourires à chacun, et voyant que d’une, l’heure tournait, et que de deux, les gens commençaient à sortir de chez eux, le Jounin frappa dans ses mains pour attirer l’attention. Puis pointa du doigt Seika, qui le regarda en haussant le sourcil droit.

[Souryo] « Bon, j’ai à faire, alors c’est Shijima-san qui va s’occuper de vous. Elle va superviser vos tâches. Quand à moi je reviendrais ce soir au village, en espérant que tout sera bien propre ! »

Et que nous soyons bien épuisés pour donner le change … ? C’est ce qu’elle faillit ajouter mais se contenta d’un sourire crispé à l’adresse du bonhomme, attendant que celui-ci se tire avant de prendre la parole. Ce dernier fit un petit signe des mains, et disparut dans un nuage blanc : technique de Déplacement sur longue distance surement. Le nuage se dissipant, et la jeune femme sentant tous les regards se poser sur elle, Seika se passa la main dans les cheveux, un peu embarrassée, avant de prendre la parole d’une voix claire. Pas vraiment forte, mais au moins elle n’attirait pas l’attention. Et puis ils n’étaient que cinq, pas besoin d’hurler…

[Seika] « Eheh, et bien, je vais vous expliquer comment on va faire ce nettoyage d’Automne donc. On va se concentrer sur certains bâtiments et certaines zones du village. Bien sur des endroits nous sont interdits, comme le Temple du Raikage, ou les Remparts, alors on va se contenter de ce pourquoi on a des autorisations, que je vais vous donner à chacun. La jeune femme se tourna d’abord vers les deux autres Chuunin. Ren Aisawa ? Vous allez faire le Poste de Garde des Portes du Village. Seika lui donna le papier l’autorisant à effectuer sa mission, et continua ainsi de suite avec les autres. Kallo Hone ? Vous allez vous occuper de la Banque, puis des Gradins de l’Arène. Shinji Kagami, tu vas faire les alentours du Temple du Raikage, et Takeshi tu vas aller nettoyer le Centre des Missions près des Remparts. Tous les deux vous vous occuperez ensuite de la Place du Marché, et on se retrouvera tous en début d’après-midi, à 14 heures, devant l’Académie pour garder le meilleur pour la fin ! En vous donnera à tous de quoi nettoyer sur place, il vous suffit de présenter les papiers aux responsables. Si vous n’avez pas de questions… Je nous souhaite à tous bonne chance : je serais toujours dans le Centre du Village en train de faire ma part de ce Nettoyage si jamais vous avez besoin de moi où qu’il y a un problème. »

La jeune femme laissa ses bras le long de ses hanches, et s’inclina légèrement devant chacun, avant de se redresser et de leur adresser un dernier sourire. Comme il n’y avait pas de questions, elle leur fit un petit signe de la main signifiant dans le langage militaire, « Dispersion », agrémenté d’un dernier mot.

[Seika] « A plus tard… »

De toutes les personnes rassemblées ici volontairement, elle était la seule à ne pas l’être, et ça se voyait clairement… Aussi tout en grommelant, elle laissa chacun partir à ses tâches, avant d’aller aux siennes : quelle joyeuse journée en perspective vraiment…

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Jeu 22 Oct - 21:35

L’académicien sentit quelque chose de froid lui percuter le dos. Il grimaça. Sa colonne vertébrale était en mauvaise position, et il devait bouger avant d’être vraiment mal. Il ouvrit les yeux, et releva le haut de son corps. Il fut pris de vertiges, et un grand noir envahit son champ de vision. Quelques secondes plus tard, il voyait de nouveau. Pas grand chose, mais il voyait. En face de lui, un mur. A sa gauche, un matelas. A sa droite, un mur. Visiblement, Takeshi venait tout bêtement de tomber du matelas. Encore quelque chose qui ne lui était jamais arrivée. Après avoir repris ses esprits, il se leva.

Il alluma la lumière. Il se trouvait dans sa chambre. Une chambre spartiate, mais suffisante. Mais l’académicien de s’attarda pas. Il sortit rapidement de la pièce, et se dirigea vers la salle de bain. Il prit rapidement une douche, et après s’être séché enfila ses vêtements. Comme d’habitude, il portait un pantalon de cuir noir, avec une veste du même tissu, avec quelques lignes blanches, ainsi que son bandeau vert qui ne le quittait que la nuit. Il prit son sac et se dirigea vers l’académie. Le voyage dura quelques minutes.

Arrivé dans le hall, il vit un message singulier sur le panneau d’affichage. Il s’approcha, et commença à lire.

Citation :
Message Important à tous les Ninjas Disponibles !

Comme chaque année, nous voilà arrivée en Automne, et notre beau village est recouvert de feuilles mortes et autres saletés. Cette année, plutôt que de ne nettoyer que l’académie, nous allons nettoyer tout le village !

Nous attendrons tous les Ninjas disponibles au carrefour du centre du village, ceci sera compté comme une Mission de Rang D dans votre dossier.

Souryo Hakujou & Shijima Seika

Shijima Seika ? C’était bien celle qu’il avait rencontrée la veille lors de la classe ouverte par Sho Nagoshi. L’académicien ne connaissait pas vraiment ce Souryo Hakujou, mais il semblait à Takeshi qu’il s’agissait d’un professeur de médecine, assez enrobé. Mais la première chose qui avait frappé l’aspirant, c’était « tout le village », écrit de telle manière à ce qu’il soit bien vu. Bref, il s’agissait d’un travail monumental qui allait demander du boulot, donc Takeshi était prêt à tenter le coup.

Il sortit en coup de vent de l’académie et se dirigea à marche forcée vers le centre du village. Il passa par différentes rues, et arriva au grand carrefour du centre du village. Sur le trottoir, on pouvait distinguer au total quatre personnes. Il en connaissait deux : Kallo Hone et Shijima Seika. Takeshi avait fait équipe avec Kallo pour une mission de rang D, et Shijima, il l’avait rencontrée la veille. A côté de Seika, se tenait une personne assez imposante, tenant un verre de saké à la main, et souhaitant la bienvenue à tout le monde.

L’académicien s’approcha, en même temps d’ailleurs que quelqu’un d’autre. Il portait un bandeau, et l’enrobé renchérit :

« Hey les jeunes, je suis bien content de vous voir, vous allez être d’une grande aide ! Shijima-san, voici le Genin Shinji Kagami et l’Asp… »
Mais il fut coupé par Seika, qui présenta elle-même l’aspirant.

« …L’Aspirant Ninja Takeshi Miomu. On se connait déjà. Contente de te revoir Takeshi. »

Le garçon qui était arrivé en même temps que lui était donc un dénommé Shinji. L’académicien sourit à Seika, et lui répondit :

« Moi de même, Seika. »

Soudain, l’homme enrobé, qui semblait être le « Souryo Hakujou » du message, tapa dans ses mains pour attirer l’attention. Il pointa ensuite Seika, qui le regarda interloquée. Souryo, qui ne voulait visiblement pas se mêler du boulot, dit :

« Bon, j’ai à faire, alors c’est Shijima-san qui va s’occuper de vous. Elle va superviser vos tâches. Quand à moi je reviendrais ce soir au village, en espérant que tout sera bien propre ! »

C’était hilarant. Déjà qu’il organisait le boulot, il se destituait lui-même des tâches qu’ils devaient entreprendre. Et en plus, il exigeait d’eux que ce soit « bien propre ». Il se foutait d’eux, quoi ! Enfin, Takeshi se calma intérieurement, et suivit le fil de la conversation. L’enrobé partit, grâce à une technique, puis Seika enchaîna, d’une voix compréhensible mais normale, après s’être lissé les cheveux :

« Eheh, et bien, je vais vous expliquer comment on va faire ce nettoyage d’Automne donc. On va se concentrer sur certains bâtiments et certaines zones du village. Bien sur des endroits nous sont interdits, comme le Temple du Raikage, ou les Remparts, alors on va se contenter de ce pourquoi on a des autorisations, que je vais vous donner à chacun. La jeune femme se tourna d’abord vers les deux autres Chuunin. Ren Aisawa ? Vous allez faire le Poste de Garde des Portes du Village. Seika lui donna le papier l’autorisant à effectuer sa mission, et continua ainsi de suite avec les autres. Kallo Hone ? Vous allez vous occuper de la Banque, puis des Gradins de l’Arène. Shinji Kagami, tu vas faire les alentours du Temple du Raikage, et Takeshi tu vas aller nettoyer le Centre des Missions près des Remparts. Tous les deux vous vous occuperez ensuite de la Place du Marché, et on se retrouvera tous en début d’après-midi, à 14 heures, devant l’Académie pour garder le meilleur pour la fin ! En vous donnera à tous de quoi nettoyer sur place, il vous suffit de présenter les papiers aux responsables. Si vous n’avez pas de questions… Je nous souhaite à tous bonne chance : je serais toujours dans le Centre du Village en train de faire ma part de ce Nettoyage si jamais vous avez besoin de moi où qu’il y a un problème. »

En gros, c’était simple. Takeshi devait s’occuper du centre des missions, et après devrait rejoindre Shinji sur la place du marché. Cela s’avèrerait assez simple dans l’organisation. Ensuite, ils devaient tous se réunir à l’académie, pour faire le point, et pour la nettoyer, bien sûr. Quand Seika leva la main, Takeshi hocha la tête et partit en courant.

Il grimpa agilement sur un toit, s’aidant de ses pieds et de ses mains, se retrouvant en haut après quelques secondes. Etonné de sa performance, il continua quand même. Courant sur les toits, sautant au dessus des rues qui se trouvaient à quelques mètres au-dessous, il allait à grande vitesse vers les remparts, visible depuis là où il se trouvait. Quelques minutes plus tard, il y était.

Debout au bord du toit le plus proche du bâtiment dans lequel on donnait les missions, il attendit quelques secondes avant de sauter. Puis il se lança. Il fit une chute de quelques secondes, et atterrit lourdement sur ses pieds. Il s’en retrouva accroupi, les jambes ayant subi un choc relativement important. Les gens autour de lui étaient surpris. La majorité n’étaient pas des ninjas, et voir un enfant tomber du ciel pouvait paraître étrange. Takeshi les ignora, se releva et se dirigea vers le bâtiment. Il poussa la porte, et se dirigea vers le responsable, qui était assis sur un fauteuil, derrière un bureau. La pièce allaient exploser tellement elle était pleine. Partout, des ninjas parlaient, faisaient la queue, et la masse noire qui séparait l’académicien du bureau était énorme. Takeshi tenta tant bien que mal de passer à travers cette masse de personnes, mais cela était difficile. De plus, certains ninjas ne voulaient pas le laisser passer, et il devait parfois faire un détour. Cela lui prit une bonne dizaine de minutes pour arriver au bureau, et encore cinq bonnes minutes pour que le responsable daigne lui adresser la parole.

L’homme tourna la tête vers lui, visiblement agacé. Il lui lança, comme à tous les autres :

« C’est pour quoi ?
-J’ai une mission à remplir. Je dois nettoyer le bâtiment, et voici mon ordre de mission. »

Takeshi tendit à l’homme aux cheveux bruns courts un papier soigneusement plié en quatre, qu’il déplia. Le ninja lut attentivement le papier, puis le rangea dans un tiroir.

« OK. Tu vas t’occuper de me nettoyer ces vitres, et quand tu auras fini, tu me nettoieras le sol, qui va être bien sali par tous ces occupants. L’homme lui indiqua un placard derrière le bureau, et continua. Dans ce placard, il y a tout pour nettoyer. Je te laisse te débrouiller. J’inspecterai rapidement quand tu auras fini. »

Takeshi acquiesça, et contourna le bureau pour atteindre le placard encastré dans le mur. Il ouvrit la porte, et fut tout de suite assailli par un balais qui lui frappa le crâne, et retomba dans un bruit sourd au sol. Derrière lui, il entendit la voix de l’homme lui crier :

« Pas la peine de faire ce bruit !
-Désolé, désolé. »

Takeshi ramassa le bout de bois orné de poils gris, et le remit à sa place. Il n’avait pas besoin de lui pour l’instant. Il prit au contraire un seau en plastique grisâtre, et un chiffon bien propre, ainsi qu’un peu de savon. Il partit remplir le seau, puis revint. Il était prêt, il fallait commencer. Il s’approcha de la vitre, trempa le chiffon dans l’eau savonneuse. Quand fallait y aller, fallait y aller !


Dernière édition par Takeshi Miomu le Ven 23 Oct - 19:35, édité 2 fois

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Jeu 22 Oct - 21:36

Avant tout, il constata les dégâts. Il y avait sur la grande baie-vitrée quelques traces de doigts, de mains grasses, enfin, tout ce que les gens peuvent apporter comme saleté sur une vitre. Il allait y avoir du boulot, en effet, car d’autres fenêtres étaient dans le même état. De plus, il fallait aller nettoyer de l’autre côté ! Ce n’était pas une mince affaire.

Il trempa son chiffon dans l’eau savonneuse, et le tordit de manière à ce qu’il perde suffisamment d’eau pour ne pas éclabousser le sol. Puis, d’un geste précis, il appuya le bout de tissu contre la vitre et le déplaça de droite à gauche, de haut en bas. Il commença par le côté gauche, tout en haut. Il fit glisser rapidement le chiffon contre la vitre vers la droite. Il retira le tissu de la fenêtre, et le plaqua à nouveau à gauche, juste en dessous. Il répéta encore la même opération.

Il en était à la troisième colonne quand le soleil décida de s’en mêler. Takeshi fut ébloui, et laissa retomber le chiffon dans l’eau. Il plaqua sa main droite contre ses yeux, puis attendit quelques secondes, le temps de s’habituer à la lumière. Une fois cela fait, il reprit le travail, essorant, puis plaquant sur la fenêtre le morceau de tissu gris, qui commençait à devenir de plus en plus sale. Il le trempa dans l’eau, l’essora, et l’appliqua sur la fenêtre. Il fit des mouvements de gauche à droite, toujours en descendant plus bas. Il trempait, essorait, appliquait le chiffon, encore, encore et encore. Parfois, il changeait de bras, l’autre étant trop endolori.

Petit à petit, son bras revint à l’horizontale, puis Takeshi dut se baisser, action qui lui faisait souffrir du dos, et encore se baisser, jusqu’à être lui-même plié en deux. Finalement, après une vingtaine de minutes de travail, la vitre était propre, et brillait, comme neuve. Mais le plus dur, et oui, restait encore à faire.

Takeshi prit son seau, et sortit à l’air libre. Il revint vers la vitre sur laquelle il travaillait, et se remit au travail. De ce côté, les dégâts étaient encore plus importants : des feuilles écrasées, quelques insectes morts, etc… Mais l’académicien ne prit pas peur, au contraire, cela lui donna du courage, car il devait terminer cela assez vite. Il trempa le chiffon dans l’eau, l’essora, et l’appliqua. Il trempa, essora, appliqua, trempa, essora, appliqua. Vingt bonnes minutes passèrent à nouveau.

Enfin, tout était fini. Cette vitre en tout cas. Des deux côtés, il n’y avait pas une seule trace, pas une seule imperfection. Takeshi s’intéressa à une autre fenêtre, mais cette fois-ci, commença par l’extérieur. Il s’approchait en marchant lentement, quand quelques chose de saugrenu se produisit. Un oiseau, un merle, visiblement, fonçait à toute allure vers la grande vitre. Bien sûr, avec la cervelle qu’il avait, il ne comprit pas qu’il ne pouvait pas passer. Le choc fut rude –pour l’oiseau-.

Son crâne entra en contact avec le verre. On entendit un bruit sourd, puis un craquement d’os. La tête de l’oiseau s’effondra sur elle-même, annihilant par la même occasion toute faculté motrice du merle. Le reste du corps se tordit, s’affaissa, se brisa, et finalement retomba au sol. Au contact du sol, son corps termina de se broyer, et la chair étaient en lambeaux à certains endroits. Takeshi s’approcha du corps.

Les yeux du merle n’étaient plus là. Son bec était replié sur lui-même, et les plumes commençaient à tomber. L’aile gauche était dans un angle impossible, complètement abattue sur le dos de l’animal. Les pattes, seules parties du corps ayant été épargnées, étaient raides comme la mort. Takeshi se retint de vomir. C’était une vision totalement horrible. Il se reprit, et se releva. Il pénétra à nouveau dans le bâtiment, en direction du placard à balais. Après s’être fait un chemin dans la foule beaucoup moins dense, il ouvrit la porte. Il fit un pas de côté, et attrapa le manche du balais avec la main droite. Il le replaça, et prit les gants en plastique et la pelle qui était posés dans le fond.

Les gants partaient en lambeaux, et à la pelle il manquait une partie du côté droit. Mais rien de bien méchant, il allait pouvoir travailler avec ça. Quand Takeshi enfila les gants, il sentit une sensation désagréable dans sa main. Comme quelque chose qui chatouillait, et en même temps irritait la peau.

« Argh, c’est poussiéreux, se dit-il tout bas. Mais malheureusement, je ne peux pas y remédier. Tant pis, je vais devoir faire avec. »

Il enfila le deuxième gant, prit la pelle, qui était en fer, et qui se révéla très lourde, et sortit à nouveau. Il se rapprocha de l’oiseau mort, et s’accroupit. Il regarda quelques instants l’oiseau, et commença le travail pénible. Il prit un bout de bois qui traînait par là, et le plaça sous le cadavre. Puis il souleva le corps, et glissa rapidement la pelle dessous. Il laissa tomber le corps, qui atterrit sur la ferraille, et se releva, en prenant garde à ne pas laisser tomber l’animal. Maintenant, il fallait savoir où le laisser, ce cadavre.

Derrière le bâtiment des missions, au loin, il y avait un petit espace broussailleux, et ce serait d’ailleurs la tombe de l’animal. Il prit cette direction. Arrivé, il posa délicatement l’oiseau, et commença à creuser –avec sa pelle-. Une fois cela fait, il fit tomber l’animal dans le trou, puis le referma. Mais, encore une fois, Takeshi ne s’attarda pas.

Il partit en quête d’un désinfectant pour les gants et la pelle, au cas où l’oiseau aurait une maladie contagieuse. Il en trouva un dans la boite à pharmacie du bâtiment, et le dilua avec de l’eau, puis en imbiba la pelle et les gants. Il déposa le tout dans le placard. Puis, il repartit en direction des fenêtres pour terminer son travail.

L’oiseau avait déposé des traces de sang sur la vitre, et c’était la priorité à nettoyer. Il prit le chiffon, le trempa dans l’eau, et nettoya ces tâches. Une fois le sang effacé, il allait passer au reste. Quand il se rendit compte, que s’il passait le chiffon sur la vitre, il allait la rendre encore plus sale. Il devait donc en changer. Il le jeta dans une grande poubelle, puis se mit à la recherche d’un autre. Introuvable. Il soupira.

« Décidément, je n’ai pas de chance, aujourd’hui. Il va falloir que j’aille m’acheter un chiffon quelque part. »

Il allait partir, quand une voix, l’interpella.

« Hé, toi ! Le nettoyeur ! Pourquoi tu t’en vas ! T’as pas fini ! »

Takeshi fit volte-face. Il s’agissait du ninja en charge du centre. Pourquoi il n’était pas à son bureau, celui-là, question qui n’en resta pas qu’au stade mental :

« Pourquoi vous êtes là ? Vous n’êtes pas à votre bureau ?
-Et tu oses me parler sur ce ton ! T’as vraiment un problème, toi ! Et, pour ton information, je ne suis pas à mon bureau, car j’ai été remplacé, temporairement. On a envoyé quelqu’un pour assurer mon poste pendant que j’avais ma pause. »

Takeshi était pris de court. Le gars avait sa pause, et il serait obligé de l’avoir sur le dos, en tout cas, à son avis. L’académicien devait finir son boulot, mais il devait aller acheter ce fichu chiffon. L’homme qui était en face de lui n’allait pas le laisser partir, alors il devait rester, et faire autre chose. Il avait le sol, à faire aussi, ça faisait partie intégrante du boulot. Il fallait donc se rabattre sur ça.

« Hum, désolé de mon impertinence. Vous avez peut-être vu, mon chiffon est complètement mort. Il m’en faudrait un autre, mais je n’en ai pas trouvé dans la réserve. J’ai donc besoin d’en acheter un. »

C’était au tour de l’homme d’être soufflé. Il ne savait pas quoi dire. Puis finalement, fier de lui, le gars répondit :

« J’irai le chercher, deux, si tu veux. Comme ça on sera tranquille. Mais pendant ce temps, ne flemmarde pas ! Tu vas me laver le sol couvert de salissures ! »

Cet homme semblait content d’avoir le dessus. Pourtant, il ne le savait pas, c’était Takeshi qui avait tout prévu. Il avait parlé de telle sorte que l’homme fasse ce qu’il voulait. Visiblement, ce ninja, car il imposait le respect, malgré tout, semblait ne pas faire dans la finesse. Bizarre. Mais Takeshi hocha la tête, et se dirigea vers le placard, laissant l’homme partir en direction du centre ville, pour se payer un vieux bout de tissu. Il sortit le balais, la serpillière, récupéra le seau, et se mit au travail.

Avant tout, comme il le faisait d’habitude, il constata les dégâts, appuyé sur son balais. Il n’y avait presque plus personne, tous étaient partis en mission. Il y avait des traces de pieds noires, de la terre mouillée. Visiblement, ça n’allait pas être facile. Il trempa la serpillière dans l’eau, et prit son balais des deux mains. Il plaqua les poils hérissés sur le tissus rugueux, et poussa vers l’avant pour nettoyer. La crasse partit en un clin d’œil (un passage, et les tâches s’évanouissent !), encourageant pour la suite. Malheureusement, la pièce était assez grande. Takeshi ramena le balais vers lui, et poussa vers l’avant, dans une autre direction. Il répéta la même opération, encore , encore, et encore. Il n’oubliait d’humidifier la serpillière, et reprenait le travail.

Cela durait longtemps, longtemps, longtemps. Pourtant, quand Takeshi eut fini, et qu’il regarda le soleil, sa hauteur n’avait pas bougé. Cela avait duré tout au plus une demi-heure voire moins. L’académicien s’essuya le front, et regarda l’ampleur de son travail. Le carrelage était comme neuf, et semblait quelque peu luire. L’aspirant soupira.

« Bon ! Pour cette partie, c’est fini ! se dit-il à voix haute. Maintenant, il ne me reste plus que les fenêtres !
-Tiens, en parlant de fenêtres ! »

Il se reçut un chiffon à pleine vitesse dans la figure. Le contact était rude, mais à la fois doux. Il prit le morceau de tissu, et regarda l’homme qui l’avait envoyé avec des yeux noirs. Mais, lui, indifférent, enchaîna :

« Allez, au boulot, il reste deux fenêtres !
-Oui, oui… »

Takeshi rangea le balais et la serpillière, et termina de laver les autres fenêtres, intérieur, et malheureusement, extérieur. L’académicien reprit le dur labeur auquel il s’était lui-même contraint. Il trempa, essora, et appliqua le chiffon sur la vitre. Pendant des minutes, des minutes et des minutes, cela ne semblait pas finir. Il avait fini la vitre. Il en restait une. Et encore, ce fut un dur labeur qui l’attendait. Il usa ses bras à nettoyer cette saleté (le mot est bien choisi) de fenêtre. Puis, alors que cela semblait n’en plus finir, c’était terminé.

Takeshi se trouvait dehors, le chiffon à la main, bras ballants. Il laissa tomber le chiffon dans l’eau, et soupira bruyamment. Il avait terminé. Oui !! Enfin. Il s’approcha de l’homme, qui était maintenant au bureau, après avoir tout rangé, et lui dit :

« Voilà, j’ai fini ! C’était dur, mais j’ai fini ! Alors, puisque mon travail ici est terminé, je vais y aller. Au revoir ! »

Il ne laissa pas le temps au responsable de répondre, qu’il était déjà dehors. Il se dirigeait maintenant à marche forcée vers la place du marché, où il attendrait, ou serait attendu par le dénommé Shinj

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Sam 24 Oct - 2:12

-| Nettoyage… D’Automne ? |-
.1.

Tout le monde se dispersait à présent : ses directives avaient été claires, et elle espérait qu’il n’y ait pas de problème. Mine de rien, à part être un pro des gaffes, qu’est ce qui pouvait se passer de travers pendant une mission de nettoyage hein ? Mais la jeune femme restait sur ses gardes, sceptiques. Dans les mauvais jours, il fallait toujours rester sur ses gardes. Voyant que tous les Ninjas -ou Aspirants- participants à cette mission était allées retrouver leurs balais et leurs serpillères, Shijima se fit la réflexion suivante : Comment je vais trouver de quoi nettoyer le Centre du Village moi ? Après tout, tous les autres ou presque allaient trouver de quoi nettoyer sur place, mais dans le cas de la Place du Marché, et du Centre du Village, il n’y avait pas d’administration compétente qu’elle sache, à qui montrer le papier qu’elle avait dans la poche intérieur de son débardeur de cuir marron. Mais si Souryo en avait prévu un, c’est qu’il devait y avoir quelque part un responsable à qui le donner…

Seika se mit à marcher dans une direction, un peu au hasard : est-ce qu’il y avait un bâtiment administratif Ninja dans le coin ? Il y avait le Centre de Mission derrière elle, là où elle avait envoyé Takeshi. Devant elle, il y avait la route menant au Temple du Raikage. A sa gauche, droit, on avançait vers le Place du Marché, et plus loin vers le quartier pauvre du village. Et à sa droite… On remontait normalement vers l’arène. Shijima revint finalement sur ses pas, et regarda la rue, le carrefour, formé par le centre du village. Ce qu’on appelait centre du village était en fait un regroupement de plusieurs bâtiments rectangulaires aux toits arrondis pour la plupart. Le rue principale formait un C en fait, puisqu’elle suivait le tracé d’une ancienne route de montagne qu’il y avait sur ce plateau avant qu’y soit fondé le village caché de Kumo. Le temple avait été installé dans les hauteurs, surplombant de loin le village, tandis que les remparts avaient été bâtis sur la seule route praticable : les précipices qui entouraient le village étaient des remparts naturels. Mais des remparts continuellement surveillés : attaquer le village depuis les lacs n’avait rien d’impossible, et en plus, l’eau formait une arme élémentaire pour les pratiquants des Arcanes du Suiton. Mais au final, tout dans le village pouvait servir d’armes au Ninjutsu : le vent des montagnes, la foudre des nuages, l’eau des lacs, les roches des monts… En fait il n’y avait guère que le Katon qui ne trouve pas de vis-à-vis à Kumo, et encore… Il lui semblait avoir lu quelque part que la montagne sur laquelle était bâti le village était un ancien volcan, comme nombre des montagnes de cette région, que les historiens avaient décris comme une zone hautement volcanique, il y a de cela des siècles et des siècles.

Seika se passa la main dans les cheveux, son autre main sur sa hanche. Sympa le cours d’histoire, mais faudrait penser à s’occuper du nettoyage. D’accord il était quelque chose comme huit heures du matin, et elle avait jusqu’à quatorze heures. Mais pas question de moisir ici toute la matinée. Déjà qu’elle c’était fait embobiné par ce gros moine joufflue, elle n’allait pas en plus se ruiner la santé à faire ce truc de malade ! Bon elle exagérait un peu : elle savait à peu près comment s’y prendre pour le nettoyage, même si, mentalement, le calcul, proche de celui qu’elle ferait pour la cour de l’académie, faisait qu’elle y passerait surement quatre bonnes heures. L’après-midi serait donc charmante, vu qu’en plus ils feraient l’intérieur, et l’extérieur de l’académie. Souryo… Si ce soir il revenait avec son gentil sourire lui dire un truc du genre « Tout c’est bien passé ? », c’était clair qu’elle lui balancerait à la figure le premier objet qu’elle aurait sous la main, et tant pis si c’était un Shuriken ! Mais si c’était une serpillère, ce serait plus amusant. Ok elle prévoyait de faire de l’insubordination, mais dans le fond il l’avait mérité ce moine d’opérette. Revenu au centre exact du carrefour, la jeune femme scruta les bâtiments, cherchant le symbole officiel de Kumo sur une pancarte, un encarté, quelque chose !

Finalement, elle concentra son Chakra dans la plante de ses pieds et grimpa sur les toits pour faire un tour d’horizon du coin. Et c’est là qu’elle vit, non loin du centre du village, un bâtiment tout en longueur mais avec trois étages, d’une forme et d’une taille qui lui rappelait quelque chose de connu : il s’agissait de l’hôpital. Bingo ! Là-bas elle trouverait de quoi nettoyer. Après tout c’était pour le bien de tout le monde qu’elle faisait ça, il n’y avait aucun mal à réquisitionner le matériel de nettoyage de l’hôpital pour quelques heures, surtout juste pour un balais et des sacs poubelles. Pas besoin de te chercher des excuses Shijima, tu sais pourquoi tu hésites à aller là-bas. Oui elle le savait… C’était parce que là-bas, dans ce grand bâtiment arrondi dans le style ancien, se trouvait la maison de soin. C’était là qu’elle avait aussi passé une partie de sa vie, dans cet hôpital, goinfré de calmant pour l’aider à dormir, pour priver son sommeil de ses cauchemars destructeurs. Elle en était sortie, et elle n’y retourna pour rien au monde : plutôt mourir que de vivre une nouvelle fois enfermée dans cette cage blanche. Seika, les cheveux au vent, sa robe claquant entre les filets d’airs, prit une très grande inspiration, puis expira à fond. Elle refit ceci une seconde, puis une troisième fois, avant d’être sure d’avoir le courage d’aller là-bas pour demander un simple balais pour nettoyer les rues, avec des sacs poubelles pour les entreposer avant de les… Brûler ? A vrai dire elle ne savait pas beaucoup comment s’y prendre sur un nettoyage de cette envergure : quand elle nettoyait l’académie, c’était les poussières, les pièces, l’intérieur qui était réservée aux femmes qu’elle nettoyait. Les garçons eux, nettoyaient la cour, et les alentours de l’académie, parfois même les toits, et l’extérieur des fenêtres. Là elle devait s’occuper de l’extérieur, ce qu’elle n’avait jamais fait : toute une épreuve pour elle.

Elle bondit enfin d’un toit face à l’hôpital pour arriver face à son entré. Il n’y avait pas grand monde dans le coin, il était encore un peu tôt, et la plupart des habitants du village étaient déjà à leurs travaux, ou bien en train de se préparer à y aller. Concernant l’hôpital, il n’y avait jamais spécialement trop de monde heureusement. Dans un petit nuage de poussière provoqué par son atterrissage, la jeune femme dépoussiéra le bas de sa robe, avant de se diriger vers le hall d’entrée, à côté duquel se trouvait une entrée de nuit, qui servait aux urgences de toutes heures. Marchant enfin sur le carrelage, ses chaussures arrêtèrent de soulever de la poussière à chaque pas. S’essuyant les pieds sur un paillasson à l’entrée, elle poussa les portes battantes à bout de bras et entra dans un grand courant d’air malvenu dans l’hôpital… Vraiment sinistre comme entrée. Heureusement à part un Ninja Médecin tout de blanc vêtu derrière un comptoir, il n’y avait personne dans le hall qui faisait aussi office de salle d’attente. La période des grippes et des maladies précédents l’hiver allait remplir tout ceci dans quelques jours…

De grands yeux verts rivés sur elle, le Médecin la suivit du regard, attendant qu’elle soit presque accoudée au comptoir pour tendre l’oreille. Sur le dit comptoir, était installé un papier blanc dans un support en plastique, sur lequel était inscrit en gras « Ne pas parler fort, sauf en cas d’urgence ». Toujours le même message qu’avant quoi.

[Seika] « Bonjour, je suis en mission pour le village… Seika sortit de sa poche le document officiel et le fit glisser sur le comptoir jusqu’au Shinobi. Je dois nettoyer le carrefour et les rues adjacentes du centre-ville, est-ce que vous pourriez me prêter de quoi balayer, et aussi des sacs poubelles s’il vous plait ? »

[???] « Hum, bonjour, hum… Pour le balais ça va être possible mais, hum… Il se gratta le menton, pensif. Hum, pour les sacs poubelles par contre on en a plus, hum… Mais j’ai peut-être une solution pour vous… Hum… »

[Seika] « Ah ? Et quelle solution vous pouvez avoir pour vous débarrasser de toutes ces feuilles mortes ? »

[???] « Et bien hum… Attendez là s’il vous plait, je vais voir si c’est possible, hum… »

Puis le type disparu, en empruntant une porte latérale. Drôle de personnage, mais ses « Hum » étaient un peu embêtant pour la bonne compréhension de ses phrases. Et puis qu’est-ce qu’il voulait lui laisser pour l’aider à s’occuper des feuilles hein ? Un briquet ? … Et en fait, elle n’était pas très éloignée de la bonne réponse, puisque c’est un briquet « humain » que le médecin ramena. Seika reconnu un professeur de l’académie, tenant sur une béquille : Hoshi Uchiha, surement le seul représentant de son clan à Kumo. Shijima n’avait jamais suivi les potins qui couraient sur lui à l’époque : comme beaucoup d’étudiante elle avait été subjuguée par ses récits et ses aventures, mais finalement question d’enseignement, elle c’était plus naturellement tournée vers un autre professeur aux cheveux aussi noirs que les siens -bien que la couleur capillaire n’ait rien à voir dans sa décision-. Ses cheveux blancs habituellement dressés sur son crane pendaient mollement sur sa nuque et ses épaules, et son regard fatigué apprenait à la jeune femme que si elle n’avait pas entendu parler de lui depuis un moment, c’était qu’il était ici.

[Seika] « Uchiha-sensei ? C’est vous ? Mais qu’est-ce que vous faite à l’hôpital ?! »

[Hoshi] « Oh une histoire incroyable en fait je… »

[???] « Non non non ! Pas d’histoire incroyable dans l’enceinte de l’hôpital, dehors allez ! »

Un balais à la main, il les chassa du hall en les repoussant des crins gris rattaché au manche en bois, et referma brusquement la porte vitré. Porte qui se rouvrit deux secondes plus tard, pour que sans un mot, le balai se retrouve dehors. Franchement bizarre ce mec. Seika c’était souvent dit que s’était ses médecins qui auraient mieux fait d’aller dans les cellules où ils mettaient les pauvres personnes comme elles. L’Uchiha se passa la main dans les cheveux, avant de déclarer avec un petit rire.

[Hoshi] « Je crois qu’il en a marre de mes histoires… Faut dire qu’ils mont carrément placé dans une cellule individuel pour que j’arrête de parler aux autres patients… Il se tourna vers la jeune femme. Mais au fait, t’es qui toi ? »

[Seika] « Oh, c’est normal que vous ne vous souveniez pas de moi, j’ai assisté à vous cours il y a quelques mois… Je m’appelle Shijima Seika. »

[Hoshi] « Ah ! Comme frappé d’une illumination, son regard s’éclaira. Shijima Seika oui ! La Chuunin qui a fait parler d’elle au moment de sa promotion. Tu sais que cette histoire m’as pendant au moins une journée entière arraché mon auditoire à mes histoires ? Quoiqu’il en soit… Le Doc’ ne m’a pas dit pourquoi il m’avait fait descendre. »

[Seika] « Euh, et bien à vrai dire il ne m’a pas dit non-plus. Peut être qu’il voulait juste vous faire prendre l’air. En fait je lui ai demandé un moyen pour me débarrasser des feuilles mortes et… »

[Hoshi] « Ahah ! Fit-il en la coupant une nouvelle fois. Mais oui il veut que je t’aide à incinérer les feuilles je paris ! Bon et bien je vais t’accompagner, et puis je te raconterais ce qu’il m’ait arrivé en même temps ! »

Le Jounin semblait très content de la tournure que prenait les événements, et le sourire qui illuminait son visage ne cessait de s’élargir, tandis que celui de Seika, poli, ne cessait de diminuer : elle n’était plus aussi friande des histoires qu’auparavant, et n’était surtout plus friande du tout des discussions à sens unique, comme celle qu’elle s’apprêtait à vivre.

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Sam 24 Oct - 2:17

-| Nettoyage… D’Automne ? |-
.2.

Résumé des épisodes précédents : Seika avait été contacté par le Jounin Médecin Souryo, puis plus ou moins forcé par ce dernier à l’aider à organiser une mission de rang D pour tout le village, à savoir un nettoyage d’Automne des principales structures du village. Puis ce dernier, une fois une équipe malheureusement restreinte mais au moins présente réunie, s’était tiré en lui laissant gentiment tout le travail. Une fois n’est pas coutume, la jeune femme serrait donc les dents, en se disant que bon gré malgré, elle rendait en effet service à la communauté, et en se disant finalement que cette mission, elle en était responsable et que c’était la première fois qu’elle était responsable d’autant de personnes à la fois, même si elles étaient dispersés dans tout le village. Ayant elle-même une part de ménage à faire, la Kunoichi était donc allée à l’hôpital près du centre du village, pour y demander un balais, et de quoi s’occuper des tas de feuilles mortes qu’elle allait faire. Le Médecin responsable de la réception avait profité de l’occasion pour lui refiler un de ses patients avec le balais : le Jounin Hoshi Uchiha, un professeur de Ninjutsu élémentaire de l’académie de Kumo, maniant le Katon et le Raiton, alors que les deux autres professeurs maniaient, l’un le Raiton et le Ninjutsu Non-élémentaire, l’autre le Raiton et le Ninjutsu de Combat. Donc dans un sens, Hoshi était capable de plus de prouesses que ses deux autres collègues. Mais voilà, le Jounin avait la fâcheuse tendance, de parler, parler, et encore parler. Pire qu’une adolescente, pire qu’une belle-mère, au-delà de l’ancêtre parlant à n’en plus finir au coin du feu, il y avait un homme : Hoshi Uchiha, capable de parler encore, et encore, et encore, presque comme si sa vie dépendant des histoires qu’il racontait aux gens. Et Seika n’y avait pas coupé, et avait eu droit à l’intégral du récit de ce qui avait valu au Shinobi de se retrouver à l’hôpital, tandis qu’elle balayait le sol et rassemblait pendant plusieurs heures les différents tas de feuilles.

En gros, lors de sa dernière mission le Uchiha c’était à ce qu’il disait acculé par un pratiquant du Doton, dans un ravin. Chose difficilement pensable dans le sens ou le Raiton avait l’ascendant sur le Doton, mais soit. Le Jounin c’était donc retrouvé en posture difficile, et avait finalement eu la jambe cassé par une attaque de son adversaire, qu’il avait après plus ou moins carbonisé, avant de rentrer en rampant à son campement pour se soigner. Mais la jeune femme le soupçonnait de s’être tout simplement fait mal en glissant ou une autre bêtise de ce genre. C’était bien le genre des vantards d’inventer des histoires farfelus alors qu’en fait c’était des histoires toutes bêtes. Cependant, le Jounin n’était pas un amateur en Ninjutsu et il était vrai qu’il effectuait régulièrement des missions en extérieur. Son histoire était peut être vraie… Seika n’avait jamais vu d’utilisation du Doton, ni du Suiton d’ailleurs, et le Katon se limitait à ce que cet homme qui l’accompagnait avait pu lui montrer en cours, à elle et à d’autres élèves. En l’occurrence cela faisait deux bonnes heures déjà que la jeune femme avait commencé la longue et pénible tâche de faire un grand tas de feuille dans un coin du carrefour. Elle avait déjà nettoyé deux des quatre rues dont elle avait la charge, comme elle l’avait calculé en fait. Shijima qui n’écoutait que d’une oreille distraite ce que lui disait l’homme à la béquille, reconnu tout de même comme des messages d’alertes lorsque les mots « feu » et « technique » furent prononcés, et s’écarta brusquement du tas de feuille qu’elle venait de rassembler, et dans lequel on aurait pu sauter à pied joint avant de s’y perdre. Heureusement qu’il n’y avait pas beaucoup de vent ce matin : le ciel charriait des nuages, mais rien d’alarmant, l’atmosphère était d’ailleurs assez lourde.

Après quelques signes, le Jounin plaça sa main sur ses lèvres, comme s’il voulait siffler. Mais à la place du sifflement, ce fût un jet de flamme qui sortit, et qui incendia instantanément les feuilles mortes. Du feu, ouah, elle aurait bien voulu apprendre du Katon aussi tien ! Le feu avait toujours été impressionnant, et bien que sa fascination pour les flammes ne soit pas la même que pour la foudre, elle n’en restait pas moins très attirée par les techniques du répertoire de Konoha. Ca devait d’ailleurs être impressionnant, quelque soit le Ninja : être capable de commander aux éléments, c’était détenir une part de la nature dans le creux de sa main. Mais comme tout, il ne fallait pas abuser de ce pouvoir, sinon on se brûlait, noyait, s’électrocutait, se faisait emporter par une tornade ou bien même écraser par des rochers. Tout un programme. D’ailleurs, les feuilles étaient en train de brûler oui… Mais…

[Seika] « Hoshi, on a de l’eau pour éteindre les cendres ? »

[Hoshi] « Pourquoi ? Ca va pas foutre le feu aux baraques t’en fais pas. »

[Seika] « Non mais c’est toxique les émanations de ce genre de combustions ! »

[Hoshi] « Ah bon ? Tu sais moi je suis plus versé dans le combat, pas dans le soutien, alors les effets de mes techniques je sais juste qu’elles font mal… »

La Kunoichi se frappa le front de la main en tournant sur elle-même, comme si la stupidité du Jounin venait de la frapper de plein fouet. Comment pouvait-on était inconscient à ce point ?! Maintenant, nouveau but de la mission : éviter de jouer les gens avec une fumée toxique. Heureusement le vent n’était pas contre eux, mais il valait mieux éteindre les centres avant qu’il ne se lève. Hoshi restait là, comme un idiot, sans rien comprendre de ce qu’elle cherchait à trouver dans sa tête, à savoir une solution à ce problème qu’elle avait créée sans le faire exprès. Après quelques minutes, elle arriva à la conclusion que le meilleur moyen d’éviter que les centres ne se nourrissent les unes les autres, c’était de les séparer. Après quelques signes rapides, un éclair blanc tomba sur le sol, et se divisa en deux avant de venir frapper le tas de cendre duquel ils s’étaient écartés. Les cendres volèrent quelques secondes, puis retombèrent dans le sable. Après quoi la jeune femme réitéra deux fois de plus l’expérience. Ce qui arrêtait les flammes plus surement que l’eau, c’était le sable, et heureusement, du sable il y en avait presque à profusion dans le village ! Et pourtant ils n’étaient pas dans le désert. N’ayant pas de pelle, elle subtilisa avec délicatesse la béquille de son supérieur qui en tomba sur les fesses. Raclant le sol, elle divisa encore plus les centres, et les recouvrit de sable. Lorsqu’aucun nuage noir ne s’échappa de sous le sol, elle tomba aussi à terre, respirant de façon haché : quel coup de stress bon dieu !

Elle rendit sa béquille dont le bout était un peu carbonisé au Uchiha qu’elle aida à se remettre sur ses jambes, lui demandant mille pardons de l’avoir ainsi délesté de son appui, mais dans l’urgence elle avait un peu paniqué. Hoshi, malgré ses défauts, était aussi quelqu’un de compréhensif, malgré tout cela ne l’empêcha pas de directement embrayer sur un…

[Hoshi] « Moi aussi il m’ait arrivé une aventure similaire une fois dans la forêt, c’était avec… »

Et blablabla. Seika ne l’écouta plus et se releva, pour se remettre au travail, balais à la main. Deux heures étaient déjà passés, mais elle avait commencé par les rues les plus longues, aussi arriverait-elle à respecter le timing qu’elle s’était fixée, enfin surement. Le Jounin sur ses talons, trottinant derrière elle tout en lui racontant son aventure, Shijima se remit à racler consciencieusement le sol, pour le débarrasser des feuilles mortes…

-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-

La jeune femme donna un coup de balais dans un tas de feuille, puis un autre, et enfin un dernier, formant ainsi le deuxième et dernier tas de feuille de tout le centre du village. Elle avait mal aux mains à force de manier le balais, mais avait continué coute que coute, pour finir à l’heure sans faire de pause, malgré les injonctions de son compagnon d’infortune dans ce sens. Lançant avec haine l’outil de ses souffrances dans le sable, la jeune femme saisit une bouteille d’eau que le Jounin avait eu la gentillesse d’aller chercher à l’hôpital. Elle renversa de l’eau sur ses mains tremblantes, avant de boire presque la moitié de la bouteille : le temps s’était encore alourdi et l’effort combiné à la chaleur avait rendu cette seconde partie de sa mâtiné difficile.

Demandant cette fois avec gentillesse sa béquille à son supérieur, qui resta donc debout, Shijima prépara plusieurs tas de sables. Lorsque les flammes consumèrent les feuilles, la jeune femme frappa une nouvelle fois le tas avec un éclair fendu, avant de couvrir les cendres avec le sable préparé. Et l’affaire fut dans le sac ! Le Jounin retrouva sa béquille tandis qu’elle le raccompagnait à l’hôpital, un brin épuisé par tout ceci : preuve peut être qu’elle manquait d’endurance physique. Mais ça, c’était son point faible, et elle le savait. Ce genre d’activité avait le bon ton d’au moins l’aider à améliorer sa condition physique, même si elle s’était encore amusée à balancer du Raiton dans l’affaire. Plus les jours passaient, plus elle maniait avec facilité le Ninjutsu de Kumo. Et plus elle lui trouvait des applications amusantes, comme de disperser un tas de cendre en l’occurrence…

[Hoshi] « Et bien j’ai été ravi de prendre l’air en ta compagnie Shijima-san, je devrais être bon pour le boulot d’ici deux jours, à l’occasion repasse donc me voir à mon cours, j’aurais encore des tas d’histoires à te raconter ! Et d’autres techniques de Katon à vous montrer ! »

[Seika] « J’y penserais Uchiha-san, remettez-vous bien de votre blessure ! Et encore merci pour le coup de main ! »

Après avoir salué le Shinobi, et l’avoir rendu au même Médecin toujours dans le hall de l’hôpital qui fit une tête épouvantable en les voyants revenir, Seika tourna les talons et se permit le luxe de faire une petite inspection de son propre travail. Non elle avait vraiment fait le maximum : il ne trainait plus aucunes feuilles sur le sol. Un travail de titan, mais finalement qui pouvait se faire assez vite, lorsqu’on bloquait son esprit à toutes les pensées pour éviter d’écouter les histoires d’une pipelette… Le soleil apparut quelques instants dans le ciel, comme il était déjà apparu plusieurs fois dans la mâtiné. D’après sa position, il ne devait pas être loin de midi passé. Bien que son estomac lui dise le contraire, la jeune femme délaissa le centre du village et les odeurs de la place du marché, pour se diriger vers son propre quartier, où elle allait déjeuner avec Ina tien. Après quoi, une toute petite sieste s’imposerait, juste de quoi se reposer avant de reprendre le travail à quatorze heures. A présent, toutes les zones devaient être nettoyées à travers le village, enfin elle l’espérait.

Ca l’aurait vraiment mal foutu que les Ninjas du village ne soit même pas capable de faire cette mission pour ce dernier… La Kunoichi secoua la tête, et arriva en vu d’une fenêtre ouverte bien connue…

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Sam 24 Oct - 3:35

Nettoyage d'automne! Frotter et dépoussiérer! Ah mince, j'ai fait tomber le cirage...


- Prêt?
- Ouais!
-Ok!
- Roche, papier, CISEAUX!
- …
- Haha! T’as perdu!
- Tricheur! T’as triché, suis sûre!
- Même pas vrai!

Hikari émit un rire moqueur en pointant son amie du doigt.

- C’est qui qui va aller en mission de rang C, hein? C’est qui?!
- La ferme…

Heureux de sa victoire, le blond repartit dans le village pour aller se préparer pour sa prochaine mission, alors que Ren pensait qu’il allait s’en aller pour de bon, le genin hurla :

- Bon nettoyage, Ren!

Si elle avait eu quelque chose en main, elle l’aurait détruit sur-le-champ en un clin d’œil tellement elle était frustrée. Ce n’était pas qu’elle avait envie de nettoyer ou non le village, c’était simplement que l’attitude de son ancien coéquipier la frustrait au plus haut point quand il se donnait « des airs. ». Ils étaient en train de se chamailler entre eux pour savoir qui allait bien pouvoir partir avec Kyousuke et un chuunin, car il était impossible qu’eux deux y aillent. Discutant encore sur le sujet dans l’académie pour rejoindre leur sensei qui prendra la décision lui-même, les deux jeunes avaient vu une belle chuunin –que Hikari ne manqua pas de mater de haut en bas discrètement sous l’œil désespérée de Ren- qui poinçonna une annonce toute récente :

Citation :
Message Important à tous les Ninjas Disponibles !

Comme chaque année, nous voilà arrivée en Automne, et notre beau village est recouvert de feuilles mortes et autres saletés. Cette année, plutôt que de ne nettoyer que l’académie, nous allons nettoyer tout le village !

Nous attendrons tous les Ninjas disponibles au carrefour du centre du village, ceci sera compté comme une Mission de Rang D dans votre dossier.

Souryo Hakujou & Shijima Seika

Presque instantanément, les deux ninjas se fixèrent et tendirent leur main; tout cela allait se jouer au jeu du hasard. La jeune fille, bien que serviable, mourrait d’envie de voir son ami nettoyer alors qu’il détestait ça. N’était-ce pas pour tous les ninjas disponible? Il aurait eu l’air de quoi s’il n’était pas venu? Encore les représailles… et sa popularité baissée, ce gars-là y tenait tellement! Bien sûr comme vous avez pu le voir ce fut Ren qui dût se mettre à la tâche, au moins cela lui ferait un peu d’argent de plus… déjà qu’elle n’aimait pas ranger sa chambre pourquoi diable aimait-elle ranger quelque part ailleurs?

Seika était sûrement la jeune femme qu’elle avait vu avec Hikari accrocher le message dans l’académie. Retournant chez elle pour se changer convenablement pour une mission –après tout, c’était bien pour bouger, cette tenue de kunoichi!- . Le temps passa où elle se tourna un peu les pouces à se demander si elle allait vraiment y aller, et si c’était très ennuyant ou, au contraire, comme ses premières missions, c’était éreintant? Bref, après un bon moment la jeune fille se décida et sauta de la fenêtre de sa chambre plus ou moins bordélique pour atterrir sur le sol et partir tranquillement vers le centre-ville.

Vu le temps qu’elle avait pris, la jeune chuunin se surprit à être la première sur les lieux. Alors que Seika, avec un air indifférent, ne faisait rien pour le moment, Souryo l’a remercia, un air sympathique et très aimable sur le visage.

« Chuunin Ren Aisawa, c’est très gentil à vous d’avoir pu vous libérer. »

La jeune fille lui rendit son sourire.

- Tout le plaisir est pour moi.

Puis plusieurs shinobis arrivèrent, elle les regarda tous discrètement; aucun qu’elle ne connaissait intimement. L’adolescente eut comme ordre le Poste de Garde des Portes du Village. Ah, au moins elle aurait les deux chuunins gardes pour lui tenir compagnie, espérons qu’elle ne s’ennuie pas. Dès que le « Dispersion » fut lancé par la jeune femme, Ren s’élança sur un toit et courut jusqu’aux portes, là, le vrai nettoyage d’automne allait commencer, là époussetage, cirage et… racontage de vie (?) allaient commencer.

[...]


Ren retomba sur la route du village et marcha jusqu’au poste de garde, là-bas deux chuunins se tenaient debout, l’un qui était d’une imposante carrure et assez enrobé était dos à elle et semblait regarder l’horizon, surveillant sa zone. L’autre était à moitié assis sur le comptoir du poste et avait un brin d’herbe dans la bouche qu’il faisait bouger de haut en bas en regardant le ciel d’un air amusé. Ren jugea qu’il devait être âgé d’un peu moins que vingtaine. Il entendit les pas de la jeune fille se rapprocher, l’autre chuunin sembla inconsciemment l’entendre également car il frissonna d’une manière presque imperceptible, mais il ne se retourna pas. Le jeune homme sourit à l’adolescente, son visage lui montra immédiatement de la sympathie pour cette personne, au moins la compagnie serait bonne même si elle aurait à nettoyer toute seule. Le garde ne dit rien, s’attendant sûrement à ce qu’elle s’annonce, le même regard amusant sur le visage, comme s’il venait de voir une amie de longue date.

Doucement, Ren se racla la gorge.

- Bonjour, je suis Ren Aisawa. Je suis la chuunin chargée du grand nettoyage du poste de garde.
- Oh, bonjour Ren. On… heu…


Il jeta un rapide coup d’oeil à son collègue, qui n’avait pas bougé d’un pouce. Le jeune homme se frotta la nuque, un peu embarrassé.

- Enfin disons que « je » t’attendais. Je m’appelle Kakuzo Hanabishi et mon ami là-bas est Arata Akirebano, il… disons…

Il entraîna Ren pour quelle puisse le voir de côté, cette dernière fut surprise du nombre de balafres que l’homme avait sur son visage, pour un chuunin, il avait dû connaître plusieurs batailles. Elle en fut autant effrayée qu’impressionnée. Mais ce qui la surprit le plus était le fait… qu’il avait les yeux fermés, se demandant s’il ne faisait que méditer, la jeune fille s’aperçut de sa respiration profonde; il dormait debout! Il semblait bien faire son travail en étant inépuisable, toujours debout au garde-à-vous mais non, il ne faisait que faire une sieste! Kakuzo lui murmura que c’était un peu normal, il avait fait une importante mission la veille et il était très fatigué, s’endormant toutes les deux secondes, au final, il avait décidé de le laisser se reposer, il serait plus en forme pour surveiller l’après-midi. L’adolescente trouvait que c’était plutôt bizarre, voir déshonorant mais ce n’était pas de ses oignons, après avoir pris une bonne inspiration et dit un « Bon, au boulot! », la rousse attrapa un balai et commença à dépoussiérer légèrement le contour du poste de garde, avant d’aller à l’intérieur où à sa grande surprise, plusieurs bols de ramen instantané, sac en plastique ayant contenus des lunchs et des canettes se trouvaient dans les étagères des comptoirs. Alors qu’elle s’apprêtait à les prendre, Kakuzo arriva en vitesse et la poussa doucement en lui attrapant le bras avant de déplier un sac poubelle et de mettre les déchets à l’intérieur rapidement d’un simple balayement de main.

- Désolé… disons que je suis un peu paresseux et pas très ordonné sur mon lieu de travail…

Ren compatit un peu.

- Ça se comprend, ne vous inquiétez pas.
- Ah, ne commence pas à me vouvoyer, après tout, on va être ensemble le reste de l’avant-midi, d’accord Ren?
- Heu… d’accord.


La façon dont il avait dit « on va être ensemble » l’avait légèrement fait sursauter, mais l’adolescente n’y prit pas attention. Elle continua son balayage pendant que Kakuzu, à l’extérieur du poste et les coudes sur le comptoir, la regardait balayer tranquillement, regardant la personne qui devait nettoyer le poste afin d’en savoir sur elle par son apparence.

- Tu arbores bien ton bandeau au front, je vois que tu es fière de faire partie des ninjas de Kumo, je me trompe?

La kunoichi hocha la tête en continuant son balayage, regardant le jeune homme par moment, discuter avec lui l’empêcherait de s’ennuyer. Elle lui adressa avec un gentil sourire :

- Oui, je suis heureuse de pouvoir aider mon village. Malgré tous les problèmes politiques ou économiques que nous pouvons rencontrer…

Elle s’attaqua à l’autre moitié du poste de garde en faisant une pause, Arata était toujours en train de somnoler debout, sans que personne ne s’en aperçoive tandis que Kakuzo ne s’occupait plus vraiment des portes, Ren s’en était aperçue et les gardaient du coin de l’œil pour pouvoir surveiller toute entrée ou sortie de personnes, pour l’instant il n’y avait absolument personne. Elle reprit tranquillement sa phrase :

- Je… je veux changer les choses de façon positive. Même si c’est aussi anodin que de nettoyer un poste de garde, si je peux faire un petit quelque chose je le ferai.
- Eh bien, c’est rare de voir des chuunins fraîchement diplômés avec autant de détermination…
- Comment avez-vous..?
- J’AI participé à la préparation de l’examen des chuunins de Kumo, certains se souviennent des noms des gagnants. Bravo, tu l’as bien mérité. La seule de ton équipe à avoir réussi, non..?


La jeune Aisawa rougit un peu en même temps qu’elle remercia le chuunin. Elle mit ensuite machinalement le balai de côté dans un coin du poste et attrapa rapidement un plumeau à une forme originale, elle commença à dépoussiérer chaque recoin élevé du poste des portes. Pendant ce temps, le jeune homme à ses côtés qui ne faisaient rien à part regarder quelques fois l’entrée/sortie du village des nuages n’hésita pas à continuer de s’intéresser à la vie de Ren.

- Dis, Ren, tu as des frères et/ou sœurs? Une jeune femme avec un caractère comme le tien doit bien avoir eu des chamailleries avec ses proches, non? D’habitude les enfants uniques sont plus… discrets.

La kunoichi ne se considérait pas comme une « jeune femme » mais encore comme une « jeune fille », elle avait conscience de son côté enfant et même si elle était en âge de se marier, elle n’était pas pour autant en l’âge d’aller légalement dans un bar boire un coup. De plus, elle était toujours dans l’adolescence, il ne fallait pas l’oublier. Elle répondit à Kakuzo sur le même ton plein d’entrain et plutôt heureux que d’habitude :

- Eh bien… j’avais un frère… Yoru Aisawa, tu connais?

Elle finit une profonde et longue étagère, chassant les « moutons » qui étaient dans le fond, poussés par les documents qui s’y trouvaient. La jeune fille les mit dans une boîte pour qu’elle ait la place pour le vernis.

Kakuzo sembla réfléchir un court instant.

- Non, désolé, jamais entendu parler, il est de quel grade?
- Il est un... enfin, il était un chuunin, il est mort...


Une expression de honte d’avoir parlé autant à la légère et une certaine désolation était apparue sur le visage du jeune homme, remplaçant son regard rieur un instant. Ren était habituée par ce genre de changement lorsqu’elle parlait de la mort de son proche.

- Il a été assassiné. La première partie de l’enquête a révélé que c’était une attaque d’un village ennemi, un petit? Un puissant? On ne sait pas trop, les armes retrouvées sur lui et les blessures sont trop de niveau de base, ce qui est assez étrange. On passe peut-être à Asahi ou une autre organisation criminelle qui voudrait faire porter cela sur le dos de quelqu’un...

La tristesse parut un dixième de seconde dans ses yeux –Kakuzo s’en aperçue-, puis Ren sourit gentiment.

- Mais bon, la vie continue, hein!

Elle finit la première rangée d’étagères et s’attaqua sur la deuxième, délogeant la poussière qui la faisait éternuer quelques fois de façon discrète, provoquant un petit rire moqueur chez le ninja.
Ren regarda l’horloge; il lui restait un bon deux heures et demi pour vernir le poste, elle termina la dernière étagère et confia les documents à Kakuzo qui les mit près de lui. La jeune fille alla donc à l’arrière et en sortit le grand pot en métal rempli de lasure qu’on avait mis là la veille avec tous les autres articles en vue de sa mission. Heureusement qu’elle n’avait pas eu à tout trimballer, c’était plutôt lourd quand même. Ouvrant le premier pot et un grand pinceau, c’est à genoux que la jeune fille commença sa tâche, le garçon près d’elle suivant le mouvement des poils noirs appliquer le vernis à bois sur la surface du poste. Il jeta un coup d’œil à Arata; ce dernier commençait à ronfler. Décidemment…

- Et tes coéquipiers, ils ont réussi à devenir chuunin plus tard?

Ren fit tomber accidentellement son pinceau, tâchant son genou, elle s’empressa de l’essuyer avec un chiffon en s’excusant de sa maladresse au chuunin qui ne fit que sourire, sa réaction l’avait tout de même surprise. L’adolescente soupira :

- Je… ne préfère pas en parler…

Sa voix avait été comme un écho déchirant, mais Kakuzo ne se laissa pas abattre. Il changea de sujet immédiatement par un détour à propos d’encore sa famille, Ren lui parla volontiers du magasin de ses parents, de comment ils étaient arrivés à Kumo. Son ancienne équipe était un sujet assez douloureux pour elle, la disparition de Kenji lui avait toujours laissé un étrange goût amer tellement cela semblait invraisemblable, elle ne l’avait pas encore accepté entièrement. Le fait qu’il soit devenu un déserteur ou qu’il ait été tué la tenaillait autant.

- Hey, Akirebano-san dort toujours autant? Je veux dire, lorsqu’il est fatigué...
- Ah, je dois bien te dire aujourd’hui ma chère Ren, que c’est assez exceptionnel…


Ren eut tôt fait de terminer le cirage, à la fin le poste semblait presque s’illuminer tellement le bois luisait à la lumière; il ne fallait plus qu’attendre que le tout sèche. S’essuyant le front et soufflant un coup, Ren rangea les affaires de nettoyage à l’endroit prévu et put sortir du poste enfin, où Kakuzo la félicita du bon travail. Puis vint une question toute particulière de sa part :

- Dis Ren, quel est ton repas préféré?
- Mon… repas… préféré?


La jeune fille réfléchir un instant.

- J’adore les Chichi dango, le saumon et le riz frit… je ne suis pas vraiment fan de la viande en dehors du poulet et j’adore les légumes grillés… pourquoi est-ce que tu me demandes ça?

Le jeune homme ne fit que tapoter l’épaule de la kunoichi, qui le regardait toujours d’un air interrogateur.

- Ah, pour… par curiosité.

À cet instant, on entendit un « grôôôôôw » plutôt sonore, Ren se tint instinctivement le ventre et rougit un peu.

- Désolé, ça m’a donné faim de parler de nourriture… quelle heure est-il?

Le chuunin leva la tête et regarda l’horloge par la fenêtre de la porte du poste.

- Hmm… midi et trois minutes environ.
- Merci. C’est l’heure de ma pause, je vais manger alors, à la prochaine Kakuzo, à la prochaine Akirebano-san!


Le jeune homme lui fit un au revoir en un signe de main et un sourire et Ren partit en courant vers le quartier Asakura –car c’était bien là que la nourriture était moins chère même si le goût n’égalait pas celui de la place du marché- où elle s’arrêta à un petit restaurateur qui faisait des ramens. Elle commanda un bol au porc et mangea lentement avec appétit. Il fallait dire que nettoyer, cela prenait tout de même de l’énergie. Ne disant pas un mot à part un « Tenez » et un « Merci pour le repas », la jeune fille sortit de là après avoir payé au propriétaire et s’arrêta à un petit stand populaire où elle prit une brochette de Chichi dango. Mangeant tout en marchant, Ren ne fit que se balader pendant sa pause, se détendant en regardant le ciel d’un petit air songeur. Elle en avait bien dit en y repensant à ce Kakuzo, il était bien curieux. La chuunin n’avait tout simplement pas la jugeotte et l’expérience sentimentale requise –en plus qu’elle était plutôt garçon manqué- pour se dire que peut-être le jeune ninja ne s’était pas juste intéressé à elle en terme d’amitié ou de simple sympathie.

Elle passa un moment chez elle et vit une boîte noire sur le palier de la porte. L'adolescente la prit et ôta le couvercle, il y avait une pellicule de plastique qui recouvrait le dessus du contenant... où il y avait des dango. Avec une petite note:
Citation :
Ce sont mes dango préférés; les Mitarashi dango. Cela changera un peu de tes habitudes et des An-dango que tout le monde aime, non?


Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres.

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Dim 25 Oct - 18:39

.:: Nettoyage d'automne ::.
Chapitre 3 : Mission de rang D
- Les riches -

« Dans la clameur des ténèbres, un enfant s'endort
Dans la douche chaleur de l'incandescence, il s'élève
Et dans d'atroces souffrances, il passe la serpillère »



Noir, voilà ce que je voyais. Il était étonnant de constater que c'était dans cette rare heure de la journée que nous pouvions voir la même chose même si nos yeux étaient ouverts. Du noir, voilà tout. Pourquoi étais-je debout aussi tôt? C'était la faute à cet oiseau. Le soir même, j'avais fait une « gaffe ». J'avais laissé la fenêtre ouverte après avoir joué un peu de violon. Résultat, un oiseau fut entré dans cette pièce que je me plaisais à appeler « Monsieur Confort ». Le réel problème avec cela, c'était qu'il prenait un malin plaisir à essayer de me dévorer les yeux. Chose peu agréable, je devais l'avouer. Un autre problème, lorsque l'on me réveille une fois, je ne suis plus capable de me rendormir. Une petite pensée s'immisça dans un esprit ; un corbeau gratiné sera des plus délectable. Le seul problème résidait dans la vision. Je comprenais maintenant ce que Shinji et Heiki ressentaient. Être aveugle, quelle calamité. J'en serai incapable.

Avec un plus grand des soupirs, je me levai, par chance, mes yeux avaient eu le temps de s'habituer à cette noirceur. Bien sûr, je ne disposais pas des yeux de félin, j'arrivai tout juste à discerner les contours sombres des objets. Ajoutons à cela ma connaissance des lieux et nous obtiendrons un Hone capable de se mouvoir dans le noir. Le corbeau était parti, peut-être avait-il eu peur de moi, me pensait-il mort? Ce n'était pas important. J'eus pensé qu'une petite balade m'aurait fait le plus grand bien. Ramassant avec allégresse mes affaires, je sortais. J'étais persuadé que l'académie était une place agréable à regarder à cette heure de la mâtiner.

Dans cet état d'esprit, j'eus pénétré ce lieu. L'académie était légèrement éclairée, j'eus décidé de me promener dans les corridors. J'aimais bien lire les petits messages sur les tableaux. C'était pour cela que je m'arrêtais devant un. Tout le monde pouvait afficher des messages, bien sûr, il advenait que des gens viennent faire le tri, retirant les impuretés immatures des plus jeunes des étudiants. Un message en particulier attira mon attention. Il eut été signer par mon professeur préféré Souryo Hakujou. L'autre nom ne m'intéressait pas, en plus je ne le connaissais même pas.

Message Important a écrit:

Message Important à tous les Ninjas Disponibles !
Comme chaque année, nous voilà arrivée en Automne, et notre beau village est recouvert de feuilles mortes et autres saletés. Cette année, plutôt que de ne nettoyer que l’académie, nous allons nettoyer tout le village !
Nous attendrons tous les Ninjas disponibles au carrefour du centre du village, ceci sera compté comme une Mission de Rang D dans votre dossier.
Souryo Hakujou & Shijima Seika

***

Simplement parce que Souryo avait approuvé cette action, je me devais d'y participer. En plus, une mission D à mon actif de plus ne peut être qu'alléchante. Je n'avais pas envie de retourner chez moi. C'était loin pour revenir par après. La meilleure des choses était de rester ici jusqu'à ce que cette salle ouvre. Ayant une horloge interne déficiente, je ne savais pas il était quelle heure, ni pendant combien de temps j'eus attendu, mais la porte finit par s'ouvrir laissant entrer Souryo et une femme, d'apparence plus vieille que moi. Lorsque je m'apprêtai à me lever, j'eus remarqué une jeune fille entrée dans la sale. Je l'avais croisé dans un petit restaurant de l'Asakura. Ne perdant plus une seconde, j'entrai dans la pièce.


[Souryo] – Chuunin Kallo Hone, une petite pause entre deux dissections pour venir filer un coup de main? Le village te le revaudra.

[Kallo] – C'est un plaisir senseï.

Au côté de Souryo senseï se tenait la femme plus vieille que moi de la dernière fois. Par simple politesse, je la saluai. C'était probablement elle Shijima Seika. Le simple fait qu'elle organisa quelque chose avec Souryo lui donnait un plus dans mon estime. De plus, c'était une fille et étant un « gentleman », je ne pouvais pas la jugé trop vite, pas comme Shinji qui entrait justement à ce moment-là. Enfin, ce n'était pas important.

Lorsque tout le monde fut entré, la chuunin nous fit un long discourt. Ne voulant rien savoir des tâches des autres, je n'écoutais pas. Lorsqu'elle arriva à moi, toute mon attention lui était donnée. Après deux bonnes minutes de « bla bla », elle donna le signal de dispersion et dans un éclat de fumé, je disparaissais.

***

La pièce était gargantuesque, elle ne voulait plus finir. De plus, elle était faite dans un assemblage de pierre de couleur plus belle les unes que les autres. Il y avait exactement sept comptoirs avec une dame vêtue du même uniforme accueilli les gens qui avait à cœur leur sécurité financière. L'atmosphère était froide. Pas froid dans le sens « Ou la la, j'ai froid ». Plus comme : « Attention, mes yeux sont des couteaux super acérés qui étaient capables de découper ton petit coeur à la moindre erreur, consciente ou non, de ta part ». Vous voyez le genre? Je n'étais pas le bienvenu dans cet endroit et les gens se plaisaient à me le faire remarquer. Je n'avais pas encore rencontré le directeur que j'étais déjà agacé. Les gardes de sécurité avaient un oeil suspicieux sur moi, les caissières me gardaient dans leur champ de vision et les clients me dévisageaient.


[Kallo] – Vous me voulez quoi? Vous n'avez jamais vu un homme avec un pardessus entré dans une banque? J'exige de voir le responsable, et cesser de me regarder comme cela, c'est très impoli et vous me faites chier

Un homme s'approcha de moi. Un homme affreusement laid se trouva maintenant devant moi. Il avait une version masculine de l'uniforme des filles. J'eus présumé que c'était le gérant de la banque. Celui à qui je devais remettre les papiers de mission. Je le voyais qui désira ouvrir la bouche. Dans un élan d'impolitesse, je parlai avant lui.


[Kallo] – Bonjour monsieur, voici les papiers pour ma mission.


Avec un « faux sourire » je lui remis les papiers. J'étais persuadé que j'avais reçu l'endroit le plus bizarre de la mission. Pas que ça me dérangea loin de là, mais ce n'était pas amusant. Déjà que je devais nettoyer. Il l'ouvrit de façon brusque en me regardant dans les yeux. Par la suite, son regard se riva sur les écritures. Il ne m'aima pas et ses gestes me le prouvaient. Par contre, je m'efforçai d'être poli.

[Kallo] – Monsieur Chef de banque, je suis tout à votre disposition pour effectuer les tâches de nettoyage.

[Chef] – Hum, tu vois les guichet? Lave-les. Tu vois le plancher? Lave-le.

Sans le regarder, je pris les outils nécessaires à sa réalisation. Un chiffon et un balai entouré d'une serpillère.


[Chef] – Commence par les guichets et faits ensuite les planchers.

[Kallo] – Avec Plaisir

J'eus été un Chunnin, il n'y avait pas de place pour les enfantillages. Si vraiment j'avais envie de faire payer l'arrogance de ce patron, cela serait à la fin. Les guichets étaient en une rangée de cinq. Bien sûr, il y avait des clients. Pour faire un guichet, j'avais besoin d'un chiffon et d'un seau d'eau. Laver quelque chose sans savon, c'est pas très efficace, sauf peut-être pour la poussière. C'était pour cela que je retournai voir le gérant qui discutait avec un client. Restant poli, j'attendis la fin de leur conversation.


[Chef] – C'est pas poli d'écouter les conversations des gens civilisés


[Kallo] – Comme si cela m'intéressait

[Chef] – Tu es un shinobi, l'information c'est ton métier


[Kallo] – Suffi la paranoïa, je suis ici pour nettoyer par pour espionner. J'aurai besoin d'un seau d'eau

[Chef] – Prends celui de la serpillère

[Kallo] – J'ai l'intention de nettoyer le chiffon avec l'eau et ensuite nettoyer les guichets.


[Chef] – Et alors?

[Kallo] – Sauf si vous voulez que je nettoie le sol avec des eaux usées

[Chef] – Changer l'eau

[Kallo] – Cela va de soi, dans ce cas, où puis-je trouver de la nouvelle eau?

[Chef] – Chez vous. Maintenant, remettez-vous au travaille, il y a une tache juste là

Disait-il en pointant les guichets. Discussion très peu constructive. Le gérant était un imbécile qui se croyait supérieur simplement parce qu'il a réussi à être gérant d'une banque. Si son sol était nettoyé avec des eaux usées, ce n'était pas mon problème. Dans un élan de désespoir, je trempai le chiffon dans l'eau. Je tordais ce bout de tissus pour en évacuer les liquides superflus. Au moment où j'allais nettoyer, le gérant criait un énorme « NON »

[Chef] – Ce n'est pas comme ça que tu dois faire. Tu dois être ordonné si tu veux travailler ici.

Décidément, je le détestai. En plus de me parler comme si je n'étais rien, il veut que je nettoie à ça façon? Par chance que j'étais un shinobi entrainer. De plus, si Souryo était à ma place, il ferait ce que le gérant lui aura dit de faire et comme je respectai Souryo, je me devais de faire comme lui il le ferait. Il me montra donc la façon adéquate de laver les guichets.

[Kallo] – Dans ce cas, je vais les laver de cette façon, merci bien.


Espérant éviter d'autre remarque de ce genre, je parvins à laver 3 guichets sans problème. Ajoutez à cela celui qu'il a lavé, il n'en resta qu'un seul. J'entamai donc le nettoyage quand le gérant, qui me regarda du coin de l'œil, ne put résister à la tentation de me faire des remarques


[Chef] – Il reste des taches ici et là

[Kallo] – Très bien, je vais les laver de ce pas

Chose que je fis au moment même


[Chef] – Ici aussi

Même principe, sauf que la tache qu'il avait trouvée était très petite, il avait eu l'oeil, ou voulait-il simplement me faire des remarques pour tester ma patience qui était déjà a bout. Après quelques minutes, le directeur recommença son manège. Là, vraiment il m'énervait. Prenant sur moi, je m'eus dit : « Il ne reste que le plancher, ne lâche pas Kallo ».

Les guichets étant finis, je pris la serpillère et je commençai à nettoyer. Cinq minutes étaient passées quand le directeur revint faire une remarque. Par chance, il ne me restait qu'une petite partie du plancher à nettoyer. Cette fois-ci, ne l'écoutant pas, je continuai à laver comme si de rien n'étais. Le directeur choqué, me fit la moral. Une fois le plancher lavé, je pris le seau d'eau. Je m'avançai devant le directeur. Avec le plus grand des plaisirs, je lui vidai sur la tête.

[Kallo] - Il restait une tache, je croyai qu'avec de l'eau, elle allait partir


Les deux gardiens mécontents de mon action tentèrent de m'immobiliser. Un coup de poing au visage du premier lui fit stopper sa course. Le deuxième arriva vers moi. Une image de rondin se fixa dans mon esprit et lorsqu'il me frappa, un bout de bois prit ma place. Profitant de la fumé, je partais vers l'extérieur.

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 26 Oct - 9:08

~ Mission de Rang D ~
- Nettoyage d’Automne –


Aujourd’hui, on avait du mal à voir Shinji comme quelqu’un de calme. La journée qu’il venait de passait lui restait en travers de la gorge. Ce Kallo l’avait bien énervé, heureusement que son sang-froid était à toutes épreuves. Sinon voila belle lurette qu’il aurait pété son câble. Maintenant son objectif était de trouver Amaya, il fallait qu’il lui raconte ce qu’il venait de vivre. Il était sûr qu’elle en rigolera. Par contre comme il était aveugle il ne pouvait pas savoir l’heure qu’il était, donc pour la retrouver ça serait pas facile, mais tant pis. En attendant il fallait bien commencer par un endroit Et pourquoi pas le Centre ville, l’endroit le plus peupler. Elle serait sûrement là-bas. Bon l’heure n’était plus à la réflexion mais à l’action, Shinji se mit donc en route pour le Centre de Kumo. Comme il s’était enfoncé loin dans les montagnes il lui fallut pas mal de temps pou rejoindre le village même. Bien sûr en chemin, comme à son habitude ses pensées voletèrent au grès de ses pas. Cependant, tournant essentiellement autour d’Amaya, de ce qu’ils feront quand ils se verront. Bien sûr en sortant des montagnes, un bourdonnement de voix l’agressa. Bon dieu, sa y est il était de retour dans cette jungle, à côtoyer des sauvages. Mais bon ça pouvait toujours être mieux que de rester avec l’autre Chuunin.

Alors qu’il marchait, une phrase dans ce mélange de voix le tiqua. Un nettoyage ? Sa curiosité piquée au vif, il décida de s’approcher de l’endroit. Apparemment c’était un petit groupe de personne d’âge mûr, d’après le ton de leurs voix. Il parlait d’une affiche qu’ils avaient aperçue un peu partout dans le village. Un autre mot sorti du lot, « ninja », cette fois ci c’était bon. Il ne partira pas sans avoir compris de quoi il retourner. Et puis nettoyage et ninja, ça n’allait pas vraiment ensemble selon lui. D’après ce qu’il comprenait, deux ninjas demandaient un rassemblement pour faire une sorte de nettoyage dans le village. Ça pouvait être intéressant, sa changerai des missions habituelle. Et Shinji était friand des nouveautés, surtout original comme celle la. Il devait savoir plus précisément, et surtout connaître l’endroit de rassemblement et à quelle heure, si y en avait une. Pour se faire il alla aborder les personnes concernées.

Shinji – Bonjour messieurs, je remontais tranquillement vers le Centre ville et en passant je vous ai entendu parler d’une missions de nettoyage. Pourriez-vous m’en dire plus ? Car ça pourrait éventuellement m’intéresser.

Maintenant ça fait, il se sentait un peu bête. Déjà fallait oser interrompre des personnes pendant une discussion et puis il l’est connaissait pas. Il était quasiment sur que maintenant ils étaient tous la à le fixer. Peu importe leurs expressions, elle ne devait pas être loin de la stupéfaction. Mais une nouvelle voix s’éleva, qui lui expliqua en détail ce qu’ils avaient lu. Donc il avait bien raison, une mission était en préparation. Il voulait faire un grand ménage pour l’Automne, dit donc, sa dépassé ce qu’il avait imaginait. Surtout qu’ils proposaient à tous les ninjas, donc à leurs donner le choix, d’y participer. Shinji s’inclina devant eux et les remercia.

Shinji – Merci !

Bah oui, ils avaient eu l’amabilité de lui expliquer. Ne pas les remercier était complètement impoli et déplacé. Et puis cette session nettoyage avait de quoi l’intéressait, sa pourrait d’un, lui permettre de rencontrer d’autre ninja, et éventuellement d’aider le village avec une mission amusante. Et actuellement, un bon moment de détente lui serait bien venu. Pour ce faire il parti donc au Centre ville, le lieu de rendez-vous précisé par les personnes. Il devait là-bas, rencontrer un dénommé Souryo Hakujou et une dénommé Shijima Seika. Pour le reste ils en savaient pas plus que lui. Puis ce n’était pas grave, il verrait bien en arrivant. D’ailleurs il ne lui fallut pas longtemps pour l’atteindre.

~~~


A peine arrivée qu’il pouvait entendre déjà des tonnes de conversation s’échapper des lieux. Maintenant fallait qu’il trouve le bon endroit. En avançant il senti un drôle de présence le frôler. Une personne venait de passer à côté de lui, sans qu’il le remarque. Sa ne pouvait être que un ninja, car pour être aussi discret, y avait que nous pour pouvoir le faire. Il devait sûrement aller également au rendez-vous, donc il eu la bonne idée de le suivre. Au moins sa tache en était simplifiée. D’ailleurs quand une voix s’éleva, prononçant son nom, ses doutes s’envolèrent aussi vite que de la glace en plein soleil.

Inconnu - « Hey les jeunes, je suis bien content de vous voir, vous allez être d’une grande aide ! Shijima-san, voici le Genin Shinji Kagami et l’Asp…»

Sa devait sûrement être Souryo, car pour lui c’était plus un nom de garçon et la voix qui l’avait présenté ne pouvait être que masculine. Et puis ils les présentèrent à la dénommer Shijima, qui elle devait être une fille. il répondis donc timidement, s’inclinant devant eux :

Shinji – Enchanté…

En cet instant il ne faisait pas attention aux personnes qui se trouvaient autour de lui, seule l’instruction l’intéressait. D’après ce qu’il comprit, Souryo allait laisser le soin de la mission à Shijima. Une bonne façon de se défiler, ce dit Shinji. Mais bon il n’était pas ici pour jugé, donc il ravala la réplique qu’il s’apprêtait à sortir. Décidément, aujourd’hui il était énervé à ce point la, il en était même le premier surpris. Donc elle leurs donnèrent les instructions, Shinji écouta avec intention :

Shijima - « Eheh, et bien, je vais vous expliquer comment on va faire ce nettoyage d’Automne donc. On va se concentrer sur certains bâtiments et certaines zones du village. Bien sur des endroits nous sont interdits, comme le Temple du Raikage, ou les Remparts, alors on va se contenter de ce pourquoi on a des autorisations, que je vais vous donner à chacun. La jeune femme se tourna d’abord vers les deux autres Chuunin. Ren Aisawa ? Vous allez faire le Poste de Garde des Portes du Village. Seika lui donna le papier l’autorisant à effectuer sa mission, et continua ainsi de suite avec les autres. Kallo Hone ? Vous allez vous occuper de la Banque, puis des Gradins de l’Arène. Shinji Kagami, tu vas faire les alentours du Temple du Raikage, et Takeshi tu vas aller nettoyer le Centre des Missions près des Remparts. Tous les deux vous vous occuperez ensuite de la Place du Marché, et on se retrouvera tous en début d’après-midi, à 14 heures, devant l’Académie pour garder le meilleur pour la fin ! En vous donnera à tous de quoi nettoyer sur place, il vous suffit de présenter les papiers aux responsables. Si vous n’avez pas de questions… Je nous souhaite à tous bonne chance : je serais toujours dans le Centre du Village en train de faire ma part de ce Nettoyage si jamais vous avez besoin de moi où qu’il y a un problème. »

Il du se retenir quand il entendit le nom de Kallo, bien sûr il aurait du s’en douter qu’il serait ici. Mais bon pour le moment sa mission était plus important, et pour se faire il se détourna et parti en direction du Temple. En prenant bien soin de confirmer à Shijima qu’il y allait. Et cette fois ci il ne prit pas son temps, il accéléra l’allure pour y être le plus vite possible.

Bondissant dans la rue qu’il mener au Temple, une dernière pensée destinée à Amaya s’évada. Maintenant il devait penser qu’à la réussite de sa mission. Trottinant, il ne mit pas plus de quelques minutes pour atteindre le Temple. Malgré sa cécité il connaissait tellement le village par cœur qu’il pouvait reconnaître chaque parcelle de celui-ci. Par exemple il pouvait sentir le regard des deux grands battants qui le séparait de la cour du temple. Mais il ne put pas continuer sa description mentale, qui d’ailleurs il tenait de son père. Comme beaucoup de chose…

Mais des pas pressé se firent entendre derrière lui, suivit comme d’un frisson si familier. Non ! Il pouvait reconnaître entre mille cette présence. Un poids dans son dos, lui donna raison… C’était Amaya qui venait de lui sauter sur le dos.

Amaya – COUCOU !

Comme toute les fois, je du me tortiller pour la faire descendre de son perchoir, qui n’en était pas un.

Shinji – Aya ! Qu’est ce que tu fous ici ?

Hé bah, en se moment on aurait eu du mal à donner un nom à ce que ressentait Shinji. De l’exaspération aurait pu être bien, mais on pouvait sentir de la colère, toujours encré, prêt à sortir. Mais on sentait aussi un flux de joie monter en lui. Cette joie de revoir son amie d’enfance, mais les retrouvailles durent attendre un peu, car un des gardes approchaient.

Garde – Bonjour, si vous n’avez pas une bonne raison, je vous demanderai de circuler. Ici c’est un lieu sacré et important.

Shinji – Oui, excusez moi. J’ai une autorisation pour nettoyer l’entrée du temple. C'est-à-dire la cour et devant tout autour du temple. Voici le papier qui le stipule !

Alors qu’il lui tendit, Shinji pu voir qu’il était assez mécontent d’être déranger dans son boulot par des jeunes gamins excités. Mais quand il vu que le papier était authentique et valide il du se rendre à l’évidence, car il soupira. Alors qu’il ouvrait les deux grands battants il dit :

Garde : Suivait moi, je vais vous montrer votre boulot…

Avant qu’il continue, Shinji le coupa, car il venait de dire « vous » et aux dernières nouvelles, il y avait que lui. Et comme c’était à prévoir, en se tournant vers elle, il la vit lui faire des yeux de chatons.

Shinji – Ok… J’ai compris, tu peux m’aider…

Alors qu’ils rentraient à la suite du garde…

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 26 Oct - 9:10

« Wooooooooaaaaaaaaaaaa…haaaaaaaaaa… ! »

Étirement, bâillement, voilà les deux grands inséparables du réveil… mais la demoiselle n’était ni dans son lit, ni dans celui d’un autre. Ni même en train de se lever, d’ailleurs ! à vrai dire, croulant sous l’ennuis d’une journée qui ressemblait à s’y m’`éprendre à celle d’hier, d’avant-hier… et ainsi de suite. Rien de bien palpitant, encore une fois, à l’horizon ! Pour tout dire, perché dans un arbre, les jambes pendantes, elle déchiquetait de petites feuilles à tour de rôle, sifflotant sans grand entrain tout en regardant les passants d’un regard vide, inexistant. Soupire sur soupire, les confettis s’accumulaient sur la branche en un joli petit tas verdâtre, alors que, l’esprit presqu’aussi éteint que son intérêt, elle se demandait ce que pouvait bien faire tous les autres, Shinji particulièrement.
Elle avait fait un tour chez lui et n’avait rien trouvé de sa présence, si ce n’est une chaussette égaré sur le sol de sa chambre. Elle aurait bien aimé passer la journée avec lui. Elle ne l’avait pas revu depuis l’examen, ça devenait long ! Elle avait envie de le voir, ce n’était pourtant pas compliqué. Malgré la nouvelle rivalité qui les opposait, avec du bon temps n’avait rien de bien défaitiste, que diable ! Que savait-elle ? Ils pourraient se faire une bouffe et flâner dans les rues à la recherche d’action, s’étendre dans un rare rayon de soleil et mâchouiller une brindille avec autant d’énergie que le paresseux sur sa branche. S’entraîner ensemble... s’entraîner. Oui, elle aimerait bien s’entraîner ! ... Mais, la flemme, c’est sacrée.

La Kunoichi souffla dans sur sa petite montagne de feuille et observa les morceaux tombers en virevoltant jusqu’au sol, pas trop inquiète de savoir qu’un banc se trouvait son l’arbre et que, occasionnellement, il y avait quelqu’un.
Le menton contre ses bras, elle se prit de passion à observer, telle une artiste, le contraste de l’ombre et de la lumière sur sa peau, perdu dans le flux mou de ses pensées, diverses, variés, mais lentes et inintéressantes. Pendant une minute, elle crut s’être endormie, mais non, ce n’était que l’ennui, ce passage noir de l’existence où l’impression de ne rien faire, de ne servir à rien et surtout, de ne signifier rien vous englobe totalement, de corps comme d’esprit, jetant un voile de frustration sur l’existence qui, d’un point de vue unique, ne semble plus bouger, le temps comme le reste.
Ses jambes se balançaient doucement, aussi inerte que le reste de sa personne, à subir les conséquences désastreuses de ce passage de vie.

« … » Le son du vent dans les arbres ne laissaient entendre rien de plus, que la simple et pure vérité. Il fallait bouger ! Sauter de cette branche et enquêter sur le mystère de la chaussette. Pour des réponses, il fallait trouver le coupable. Shiiiinjiiii… il n’y échapperait pas ! Quelques bruits secs plus tard et la demoiselle, de nouveau au sol, faisait un coucou à un passant surpris et, l’air de rien, marcha vers les lieux susceptibles d’intéresser son bon vieil aveugle favori.

La jeune femme, à partir de ce moment, fit un sacré bout de chemin !
Décidant d’agir comme le jeune homme, elle se rendit aux portes de Kumo, se dirigea vers l’académie, tapa du pied en cherchant une destination suivante, arracha un papier qui pendait d’un mur et lit rapidement, le sol se démolissant sous ses pieds.

« Ho mais… mais merde !»

La feuille émit un son de froissement indignée, ses doigts s’y crispant. Pendant qu’elle jouait à l’oiseau, une mission se préparait ! Peut être avait-elle encore le temps ? Ce n’était qu’un nettoyage, mais, bon sang, c’était une activité, ça, ramasser des déchets ! Et puis, une mission, c’est une mission ! L’annonce en main, elle détala comme un lièvre vers le point de rendez-vous, de l’espoir dans le fond des yeux, même si, question explication, ça n’avait sûrement pas du durer une éternité… à moins de prendre les ninjas pour une belle bande des cons. Comme une furie, elle traversa la place du marchée, le courant d’air de sa course soulevant les barbes de quelque vieillard et tout ce qui était capable de voleter aux moindres courant aérien. Malheureusement, comme prévu, une fois arrivée sur les lieux, il n’y avait plus personne.
Haletante, la jeune kunoichi se plaqua une main contre le front. Aucun lieu précis n’était indiqué, mis à part la ville. Tous les endroits étaient suspects. Tous ! Peut être avait-elle passé juste à côté de l’activité en courant comme ça. Déposant mollement son royal fessier sur un banc qui passait par la, elle se sentie un mal de tête lent ramper derrière ses yeux, s’approprier son morale et détruire son énergie en coup de vent. Il lui fallait un lieu calme, maintenant, pour se plaindre en paix. Le temps devrait sûrement être une bonne place pour ce genre de lamentation.

Lessivée, elle jeta le papier dans une poubelle et traîna des pieds sur la route du temple, plus morne que toutes les feuilles mortes qui pouvaient bien tomber à terre en cette instant et craquer encore et toujours sous le poids des passants, puis, subir les tourments de l’hiver et ensuite réapparaître, défigurée, au printemps, et, bien sûr, se faire jeter comme une vulgaire petite chose sans intérêt, oubliée, inintéressante…

POCK !

Aie aie aie aie !!! Amaya se mit à sautiller sur place de douleur, la rencontre de son pied et d’un mur la réveillant de ces pensées mélancoliques aussi sûrement que si elle venait de se rendre compte que le monde serait à la verticale. Soufflant pour se calmer les nerfs, elle sentie son pauvre membre pulser dangereusement, du gros orteil jusqu’à la cheville. Amaya, en cet instant, fut persuadée que ce genre de chose ne lui arrivait cas elle et se retint de commettre le geste stupide de s’écraser le poing contre la pierre, jetant un regard noir à la surface solide avant de reprendre son chemin, totalement alerte, cette fois-ci.

Franchement… elle ne se rappelait pas, jusqu’à ce jour, avoir eut un penchant pour la malchance. Après l’ennui, le centre ville vide et son pied, elle n’osait imaginer ce qui pourrait bien lui arriver d’autre et, inversement, se disait qu’après trois, c’était assez ! Il n’y avait pas de proverbe qui ne disait « jamais trois sans quatre », il lui semblait bien. En tout cas, elle l’espérait !

Elle était presqu’au bout de sa peine quand elle l’aperçu enfin, là, juste en avant ! Ses yeux eurent à peine le temps de s’arrondir qu’elle courait déjà, bondissant dans le dos du jeune homme avec joie.

- COUCOU !

Enfin ! Bien entendu, finalement qu’elle l’avait, il n’était pas question qu’il se défile. Elle s’agrippa particulièrement, lui donnant du fil à retorde pour la faire descendre, trop amusée de le sentir se tortiller sous elle. Mais comme toute bonne chose à une fin, la demoiselle retrouva la sécurisante solidité du sol sous ses pieds.

Shinji – Aya ! Qu’est ce que tu fous ici ?

Un doigt dans les airs, elle s’en allait répondre quand un garde lui coupa l’élan.

Garde – Bonjour, si vous n’avez pas une bonne raison, je vous demanderez de circuler. Ici c’est un lieu sacré et important.

Shinji – Oui, excusez moi. J’ai une autorisation pour nettoyer l’entrée du temple. C'est-à-dire la cour et devant tout autour du temple. Voici le papier qui le stipule !

Hoo... ainsi donc, Shinji faisait partie de la mission de nettoyage. Sa joie fit un tour au niveau de son estomac. Elle ne devait sûrement pas le déranger alors… sûrement pas ?

Garde : Suivait moi, je vais vous montrer votre boulot…

Heu ? Qu’ouïtait-elle ? Vous ? Elle n’allait sûrement pas cracher sur l’occasion. De toute la force de son expression faciale, elle tenta de lui communiquée une énergie sentant bon la supplication.

Shinji – Ok… J’ai compris, tu peux m’aider…

Ô doux sentiment de victoire, que tu es bon ! Avec joie et volupté, elle suivit garde et compagnon, murmurant entre ses lèvres que s’il voulait tout faire elle comprendrait, mais que, mine de rien, avec sa vue, elle pouvait toujours au moins lui dire où ce trouvait les vilains détritus ! Ce n’est pas beau, la coopération, non ? Bien sûr que si ! Enfin… ne voulant pas l’irriter, elle se fit petite en entrant sur le site du Temple… trop impressionnée pour dire quoique ce soit.

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 26 Oct - 9:14

~ Mission de Rang D ~
- Nettoyage d'Automne -

Alors que le garde leurs ouvrait la porte, ils purent y rentrer à sa suite. Malgré sa cécité Shinji en fut incroyablement surpris. Le calme qui y régnait était vraiment paisible, il pouvait même sentir l’effluve des plantes qui s’y trouvait. Il aimait beaucoup cette odeur, ça le calmait directe, il aurait eu du mal à dire qui de Amaya ou de l’odeur agissait le mieux. Et puis, alors qu’il remontait le sentier central vers le Temple, le bruit de ses pas sur les graviers ou encore le bruit du vent qui soufflait à l’intérieur, comme dans un entonnoir. Mais c’était tellement imperceptible qu’il en fut encore plus estomaqué. Mettant de côté tout ça, il se mit à penser à son boulot. Normalement, comme il était deux il pourrait aller vite. Après il espérait que sa compagne n’aura pas de mauvaise blague à faire. Surtout quand son aveugle était là, elle avait toujours du mal à ce retenir. Pour ça part il avait l’intention de bosser sérieusement. Après bien sûr si il n’allait pas ignorer Amaya, donc si bêtise y avait il y participera. Ou du moins il essayera de retenir tout en y participant « pour la forme ».

Arrivant devant le porche, grâce à son chakra il put sentir une deuxième personne, qui les attendait. Sûrement une sorte de chef de la garde, ou encore un maître des lieux. Déjà il sentait le malaise monter en lui, être comme ça dans un lieu si important, côtoyer sûrement un personnage important du système politique de Kumo. Par contre malheureusement pour lui, il senti à côté de lui, l’excitation de Amaya augmentait. Pitié, fallait prier pour pas qu’elle fasse une bêtise. Il lui prit le bras, qu’il serra doucement, un moyen de lui dire qu’elle devait rester calme. Il se tourna vers elle avec un sourire, espérant que ça aurait l’effet souhaité. Heureusement elle ne fit rien, ils purent donc réduire faire face à la deuxième personne, attendant une quelconque prise de parole. Comme rien ne venait, il s’inclina devant lui et dit :

Shinji – Bonjour monsieur. Suite à une idée de Nettoyage « Complet » du village de Kumo, on nous à appelé, nous les ninjas à un rassemblement pour nettoyer chaque endroit du village. Et suite aux ordres reçus, on ma donné le Temple du Raikage à nettoyer en compagnie de ma collègue à côté de moi. Moi je m’appelle Shinji Kagami, Genin. Et voici Amaya Hitomi, Genin également.

Il se redressa et attendit une quelconque réponse, qui ne venait pas. Mais il pouvait sentir le regard de la personne sur lui. Apparemment il les regardait et les jaugeaient, c’est comme ci on le scannait, et qu’on pouvait voir à l’intérieur de son corps. Finalement il parla.

Maître des lieux – Enchanté de vous voir honorable ninja. Je dois avouer que ma surprise est grande, qui aurait put se douter que vous, les gardiens de la paix de notre si beau village viendrai nous aider à entretenir Kumo. Bien sûr je n’y vois pas d’inconvénient, ça serait même avec plaisir. Peut être qu’ainsi notre Temple retrouvera sa splendeur. Quelques feuilles en moins, et quelques poussières en moins et sa y est tous brillera de nouveau.

Il marqua une pause dans son dialogue, étrangement sa accentuait d’avantage le malaise de Shinji. Décidément c’était bien un politicien, il savait y faire avec un auditoire. Maintenant, il attendait avec impatience qu’il finisse.

Maître des lieux – Donc je pense pouvoir faire quelque chose de vous. Par contre faudra que je vous répartisse les taches, car mine de rien le Temple fait pas mal de distance. Alor alors… Shinji c’est ça ? Tu iras balayer toute feuilles mortes dans la cours, je pense que sa sera plus facile pour toi et ta cécité. Sans vouloir te blesser ou autre. Amaya pour toi je pense que laver le porche serai bien, le bois commence un peu à perdre sa couleur. Par contre je t’interdis d’entrée dans le bâtiment, compris ?

Pour Shinji, il acquiesça, son malaise accentué. Il était vraiment fort, il avait directe remarqué sa cécité. Bien sûr qu’il savait ça, il voulait juste lui faciliter la tache, et il en était reconnaissant. Ne pas aimer qu’on l’aide, après c’était une autre histoire. Après c’être incliné il suivit le garde, qui partait déjà dans la direction ou était entreposer le matériel.

Le garde sorti un balai et une pelle qu’il tendit à Shinji. Les prenant avec des mains habiles, il se dirigea vers ce qu’il penser être le coin de la cours, plein Est. Il voulait tout faire de façon logique et organisé. Derrière lui il pouvait déjà entendre Amaya se plaindre, ce qui lui fit arracher un sourire. Décidément elle ne changera jamais, toujours aussi forte tête. Mais ce n’était pas le moment de penser à ça, il devait ce concentrer sur son boulot, et oublier tous ce qui est superflue. Joignant le geste à la pensée il commença à ramener les première feuilles ver le mur d’enceinte Est. Enfin comme il ne voyait pas il balayer devant lui, ramenant vers lui tous ce qu’il rencontrer. On aurait pu penser qu’il agissait au petit bonheur la chance mais non. Le vent qui soufflait dans la cour, lui permettait d’entendre chaque bruissement de feuilles. Sa lui facilité, fallait dire, énormément la tache. Comme ça des qu’il entendait ou sentait une feuille bruisser, oh il la ramenait vers le tas, déjà bien grossi.

Ramasser, piquer et même balayer. L’effort que produisait Shinji lui diminuer ses forces physiques de plus en plus. L’effort… Il aimait ça mais que dans le sens ou ça lui apportait quelque chose. La non, il avait l’impression de rien faire. Et puis sa cécité l’embêtait, sa faisait à plusieurs reprise qu’il loupé une feuilles, tapant dans le vide ou n’attrapant que de l’herbe. On pouvait entendre par moment de drôle de juron bien senti. Ce qui faisait sourire les gardes de l’extérieur, qui l’observaient avec un malin plaisir. Bien sûr sa énervait d’avantage notre jeune Genin, donc ce qui rajoutait d’avantage à l’effet comique de la scène.

Shinji – Raaah mais mince !! Foutu feuille ! Et vous la bas ! Ne vous moquez pas, et si vous êtes si malin venez le faire à ma place !

Bien sûr, maintenant on pouvait les voir écroulé de rire. Shinji du ce forcer à les ignorer car sinon il finirai jamais à temps. Respirant doucement il se remit au boulot…

La journée était déjà bien avancée quand il fit sa première pause. On pouvait remarquer près du mur, un tas qui dépassait maintenant un mètres. En commençant, Shinji n’avait pas imaginé qu’il y en aurait autant. Surtout que pour le moment ça correspondait que à la moitié, du mur au sentier central. Et il lui avait fallut presque 1 heure pour le faire. Heureusement qu’il avait commencé très tôt, car d’après ce qu’il avait comprit, un Aspirant du nom de Takeshi l’attendrait Place du marché. Pour cela, fallait qu’il se dépêche à finir. L’ardeur renouvelé il se remit au travail avec plus d’entrain.



~~~

Shinji – Aaaah… Enfin fini…

Il était tranquillement assis sur le porche avec Amaya. Le travail fini, ils se reposaient tranquillement. Bah dit donc, on pouvait voir sur leurs visages que le boulot n’avait pas était de tous repos. Et pour Shinji ce n’était pas fini, on l’attendait ailleurs dans quelques temps. Pour le moment il était tranquille avec Amaya et c’était tout ce qu’il comptait. Ils attendaient le maître des lieux, pour voir si il allait leurs dirent un truc. D’ailleurs on pouvait le voir arriver et sentir arriver (pour Shinji), sortant d’une des portes du temple. D’après ce que lui dit Amaya, il aurait le sourire aux lèvres. Hé bah tout était donc possible, bizarrement possible.

Maître des lieux – Bravo à tout les deux ! Vous avez fait du bon boulot, je n’ai jamais vu le Temple aussi resplendissant. Pour moi je pense que sa suffira, je vais vous libérez. Votre mission est pour le moment un franc succès. Bonne chance pour la suite !

Ils s’inclinèrent devant lui avant de prendre congé. Maintenant pour Shinji, il lui restait plus qu’à rejoindre Takeshi. Donc il du s’excuser au près de Amaya, avant de foncer vers le lieu de rendez-vous.

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 26 Oct - 9:18

Le cœur de la jeune kunoichi monta d’un cran dans l’énervement général de la situation. Le temple n’était pas un endroit que tous voyaient impunément, comme une visite guidée pour tout public. S’y trouver constituait déjà quelque chose de très honorable, même pour une mission aussi bête. La demoiselle se disait que les dirigeants devaient bien avoir des domestiques pour prendre soin du cite, mais peut être y avait-il tellement de risque qu’ils ne pouvaient se permettre une telle dépense, aussi insouciante et utile fut-elle. Sans doute l’extérieur restait-il aux prises avec les saisons, et que, à l’intérieur, tout brillait sans façon… peut être. Sous ses pieds les feuilles mortes ne craquaient même plus, spongieuses et plates à force de ce faire piler dessus, donnant l’impression à la demoiselle de marcher sur quelque chose de délicat et léger. Elle ne fit que très peu attention au bras de Shinji qui prenait le sien, car le connaissant, il devait craindre qu’elle ne perdre tout contrôle et se mette à courir toute nue avec un truc con sur la tête.
Cette pensée la fit sourire intérieurement alors que, pour le rassurer, elle se gardait de toucher à tout ce qui semblait appeler ses mimines à plus ample exploration, ou encore, de simplement partir à l’abordage sans crier gare! Enfin, ses yeux se jetèrent résolument sur la toute nouvelle présence, le garde semblant avoir disparut sans bruit, ce qui fit tiquer la demoiselle. Mais… bon. Observant le vieux avec attention, elle chercha à savoir si cet ancêtre avait déjà figuré dans la liste des visages connus de son répertoire… aucune réponse à l’horizon. Décidemment… peut être faisait-il partie du conclave?
Les yeux de la jeune femme s’agrandirent d’un coup, surtout qu’il ne daignait pas dire quoique ce soit, ce qui l’énervait encore plus!

Heureusement, Shinji le sage était là!

Shinji – Bonjour monsieur. Suite à une idée de Nettoyage « Complet » du village de Kumo, on nous à appelé, nous les ninjas à un rassemblement pour nettoyer chaque endroit du village. Et suite aux ordres reçus, on ma donné le Temple du Raikage à nettoyer en compagnie de ma collègue à côté de moi. Moi je m’appelle Shinji Kagami, Genin. Et voici Amaya Hitomi, Genin également.

La demoiselle fit un petit signe de sa main libre, ressemblant vaguement à un petit coucou timide, alors qu’elle restait désespérément accrocher avec la force de la verdure de ses prunelles au vieux, l’air d’attendre un signe céleste de sa part… avec tout l’aplomb de sa jeunesse, d’ailleurs, elle soutint fermement le regard qui lui ratatinait petit à petit ses propres rétines… mais, enfin! Il fini par parler, ce qui était en soit, un énorme soulagement!

Maître des lieux – Enchanté de vous voir honorable ninja. Je dois avouer que ma surprise est grande, qui aurait put se douter que vous, les gardiens de la paix de notre si beau village viendrai nous aider à entretenir Kumo. Bien sûr je n’y vois pas d’inconvénient, ça serait même avec plaisir. Peut être qu’ainsi notre Temple retrouvera sa splendeur. Quelques feuilles en moins, et quelques poussières en moins et sa y est tous brillera de nouveau.

Heu… okay! C’était le but, alors pourquoi radoter des choses que tout le monde savait déjà? C’est sûr qu’avoir des ninjas comme larbin ça aidait à avoir un son propre et bien lustré. Mais Ama dramatisait légèrement les choses. Il était polis et courtois, mais bon. Sans doute cela faisait-il partie d’une procédure de bienvenue avant de les lancers dans leurs activités du jour.

Maître des lieux – Donc je pense pouvoir faire quelque chose de vous. Par contre faudra que je vous répartisse les taches, car mine de rien le Temple fait pas mal de distance. Alor alors… Shinji c’est ça ? Tu iras balayer toute feuilles mortes dans la cours, je pense que sa sera plus facile pour toi et ta cécité. Sans vouloir te blesser ou autre. Amaya pour toi je pense que laver le porche serai bien, le bois commence un peu à perdre sa couleur. Par contre je t’interdis d’entrée dans le bâtiment, compris ?

Le visage d’Amaya, d’abord tendu par l’attente, se fendit d’un petit air désespéré. Évidemment, on donnait la tâche la plus ingrate à la femme. D’un soupire, elle fit comprendre que toutes les informations avaient fait son chemin dans son cerveau et, observant Shinji prendre les voiles deux seconde, elle se mit à mâter la largeur et la profondeur du porche d’un œil critique… avec un cynisme saisissant, elle se dit, oubliant la présence, qu’on aurait put entrer deux fois sa maison sur ce simple présentoir de Temple, plus une cours et des petits bassins d’eau chaude. Sa rêverie cessa cela dit quand on lui planta devant les yeux un balais, un seau d’eau mousseux et des lingues qu’elle s’empressa de prendre, surprise.

Soudainement seule, elle fronça les sourcils et tourna la tête de gauche à droite, à la recherche d’un signe de vie. Rien. Inspirant bien profondément, elle s’avança donc vers son nouveau lieu de labeur pour des heures et des heures de plaisirs!
Et que dire, la demoiselle passa d’abord la moppe, se disant que, en chantant, tout irait plus vite. Aussi, poussa-t-elle la chansonnette, le sifflet et même un peu de paroles grivoises, sûr et certaine que, même si elle ne sentait aucune présence, un garde ou deux devait la garder à l’œil tout en crevant de désespoir de ne pouvoir la faire taire. Humpf! Qu’ils souffrent! … même si, quand même, elle ne chantait pas si fort. Il n’était pas question d’informer tout le village de son agacement à frotter avec énergie du bois, que ce fut le Porche du temple ou pas !

Au loin le son de quelque rire lui parvint aux oreilles, l’intriguant. Shinji s’amusait? Peut être pas. Il devait rater quelques feuilles au passage, les rattraper à tâtons et faire rigoler la garde. Y’avait pas à dire, on avait beau travailler pour le conclave, on n’en n’était pas pour autant mature… mais il est vrai que, parfois, regarder un aveugle faire erreur sur erreur, ça pouvait fou foutre une sacrée envie de se marrer! Gentiment, mais énormément! Pinçant les lèvres, la demoiselle se rappela de quelques petites anecdotes amusantes, tout en retournant pour un deuxième coup de circonstance, à la moppe.

La jeune femme à qui on n’avait pas remit de sac, se permit de jeter sans effort superflus les feuilles qui traînaient ça et là dans le seau d’eau mousseuse.

Elle mâta son œuvre un instant et, constatant qu’elle en avait fait un peu plus que la moitié, se colla le dos contre une colonne fraichement nettoyer et prit une pause, observant, presqu’experte, les petites irrégularités du sol de l’autre côté, analysant le pourquoi du comment, et surtout, l’ampleur de ce qui lui restait à faire.

ENFIN! Comme tout ce qui existe au monde à une fin, elle se retrouva, un long moment plus tard, les fesses contre son œuvre, à soupirer aux côtés de son meilleur pote, débarrassée de ses instruments de ménage. Une tête sur son épaule, elle inspirait à plein poumons la fraîche odeur des lieux, particulièrement fière, quand bien même tout ce qu’elle pouvait en penser. Ses yeux un peu fatigués lorgnaient l’homme qui revenait.

Maître des lieux – Bravo à tout les deux ! Vous avez fait du bon boulot, je n’ai jamais vu le Temple aussi resplendissant. Pour moi je pense que sa suffira, je vais vous libérez. Votre mission est pour le moment un franc succès. Bonne chance pour la suite !

Merveilleux! La demoiselle ne se fit pas prier pour partir… même si, maintenant, elle avait l’impression de faire un peu partie des lieux. Vilain sentiment au demeurant, elle était sûre qu’elle reviendrait bien un jour. Après tout, c’était elle et Shinji qui avait redonné toute la beauté des lieux, même s’il était difficile, même en ruine, de ne pas en voir.

Quoiqu’il en soit, elle donna un petit coup de poing amical à Shin puis s’enfuit sans dire un mot. Elle reconnaissait bien quand le jeune homme avait de quoi faire ailleurs. Elle décida, sentant le produit nettoyant, d’aller prendre une bonne douche.
La journée était encore jeune, à peine 11h.
Manger un peu et se promener, puis flâner prêt de l’académie lui semblait un bon programme!


Fin du nettoyage du Temple Yumekuteka

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 2 Nov - 14:37

Non de dieu… Shinji n’aurait jamais cru que le nettoyage du temple le crèvera à ce point. Il devait faire un effort pour ne pas trébucher sur les cailloux qui trainait sur la route. Mais il ne devait pas ralentir, car Takeshi devait déjà l’attendre au point de rassemblement. C'est-à-dire la place du Marché. Surtout qu’il n’avait fait même pas la moitié du chemin, chose qui l’agaçait profondément. À cause de son père il était devenu maniaque sur l’heure, arriver en retard était quelque chose qu’il ne supportait pas. Et l’état dans lequel il se trouvait l’arrangeait pas, mais pas du tout. Surtout que avec sa cécité il avait plus de mal à sentir les alentours. Il tendait souvent les bras en avant pour ne pas foncer dans quelqu’un. Il faisait de son mieux pour rester concentrer, mais c’était une chose pas facile. Ça lui apprendrait à vouloir trop en faire. Heureusement qu’il se disait que les autres devait être dans le même état, sinon il n’aurait pas tenu. En imaginant Amaya les piles à plat, ça lui fit arracher un sourire. La elle devait moins faire la maline, la pauvre.

Soudain une pierre vint bloquer son pied droit, il ne dut son salut qu’à un lampadaire qu’il attrapa par pur réflexe et involontairement. Les jurons ne tardèrent pas à arriver, suivit d’un coup de pied dans la pierre en question. Qu’il loupa, mais par contre son pied vint rencontrer la base du lampadaire. Ce qui lui arracha un crie de douleur suivit d’un nouvelle flopé de jurons. Sa y est Amaya déteignait sur lui, pour sa plus grande malchance. Surtout que la, malgré son infirmité il pouvait sentir les regards des passant sur lui. Il pouvait également imaginer sans peine leurs pensées. Sans faire gaffe il leurs jeta des regards noirs, plus au pif que autre choses bien sur. De quoi ils se mêlaient ! Maintenant il contourna le lampadaire difficilement et reparti en direction de la place du marché. Tâtant toujours devant lui avec ses mains, il voulait vraiment pas que quelque chose lui arrive à nouveau. Il se mit également à lever plus haut ses jambes pour éviter les cailloux. Il devait vraiment avoir l’air comique come ça, les jambes levé comme ça et les mains devant. Un clown, voila à quoi il ressemblait. Ainsi il pouvait sans peine battre Amaya, et d’un côté ça le rassurait d’être autant comme elle. D’avoir autant de point commun.

Il put donc atteindre la place du Marché sans aucun autre problème, en dehors du fait que c’était bondé. Comment retrouver un ninja dans cette foules, surtout quand on était aveugle. C’était comme chercher aiguille dans une botte de foin. Et dans son cas les yeux bandés. Finalement il enchainait les malchances aujourd’hui, car à moins de demander à chaque personne, si c’était un certain ninja de Kumo appelé Takeshi. Et honnêtement déjà de un ça lui prendrai la journée, et de deux il pourrait dors est déjà être fiché comme un bon petit boulet. Mais dans tout les cas, fallait qu’il tente un truc. Mais quoi… Finalement la réponse lui vient tout seul, et de façon ENCORE involontaire. En avançant en plein milieu du marché, un chat se faufila devant lui. Il ne le vit pas venir à temps et se prit les pieds dedans. Résultat il s’écroula comme une merde par terre, de tout son long. Voila… Maintenant il était fiché…. Foutu cécité on pouvait dire. Et la par contre fallait avouer que si personne rigolait, c’était que quelque chose clochait. Heureusement, la plupart des vieux gâteux, ou encore des gamins était plié en deux. Rien de tel pour accentué sa honte, maintenant on pouvait voir ses joue rouge tomate. Il n’osait même pas se relevait tellement il se sentait humilié. Mais une voix monta à ses oreilles, juste à côté de lui.

??? – "Hey! Tu es Shinji, ou je me trompe? Je suis Takeshi. Et on doit faire cette partie de la mission ensemble."


Surpris il leva lentement les yeux vers la voix, ses joue toujours en feu. Il reste quelques temps comme ça. Il n’osait pas se lever. Mais s’il ne se dépêchait pas ça serait encore pire. Il du donc se forcer à se relevait, surtout que en forçant sur ses bras il sentait le contre coup du balayage. Mais il réussi avec un effort.

Shinji – Oui… C’est moi. Désolé pour cette piètre image de moi d’ailleurs.

Il tendit sa main pour serrer la sienne. Qu’il répondit sans attendre.

Shinj – Enchanté ! Alors on doit se charger d’ici nous deux si j’ai bien compris…

Garde – Oui c’est ça ! J’en déduis donc que vous êtes les deux bleus qu’on nous à envoyé !

Shinji l’avait senti derrière lui mais il n’avait pas fait gaffe. Décidément sa fatigue devenait grave, s’il ne se reposait pas, combien de temps il tiendrait. Voila sa question actuelle. Il se tourna donc vers la personne qui venait de leur parler.

Shinji – Oui c’est nous ! J’en déduis donc que vous êtes le garde censé nous dire ce qu’on doit faire ?

Garde – Oui ! Est ne perdons pas de temps ! On va vous demandez d’attraper toute une famille de chat qui sévit dans le Marché. Une fois attrapée vous me les confieraient pour que je les envoie ailleurs. Je vous demanderez de tout remettre en place, tout ce qui à été saccagé. C’est bien bien compris ?

J’acquiesçais, Takeshi aussi. Puis je me tournais vers lui, pour l’interroger. Car pour lui, il ne savait pas du tout comment s’y prendre. Il c’était déjà fait avoir par un des chats, et dans son état de fatigue ça risquait d’être dur.

Shinji – Pour ma part je ne sais pas comment faire, tu as une idée ? En dehors de ça tu es prêt ?

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 2 Nov - 15:15

Le sol soulevait de la poussière sous ses pas. Un petit nuage se formait, et le suivait partout où il allait. Takeshi se dirigeait vers la place du marché, où Seika lui avait demandé de rejoindre un certain Shinji Kagami. Il se dépêcha, de peur de faire attendre son coéquipier. Il détestait faire attendre les gens. Allez savoir pourquoi…

Il allait donc à marche rapide vers le marché, qui était encore assez loin de là où il avait effectué la première partie de la mission. Le chemin était encombré de monde, les rues étaient bondées, et les gens ne voulaient pas le laisser passer. Il décida donc de passer par les toits, ce qui serait bien plus rapide. Il s’agrippa à un mur à l’aide de tout ce qui tombait sous sa main, et il grimpa agilement sur le toit d’un bar. Arrivé tout en haut, il n’attendit pas une seconde. Il fonça en direction de la place du marché.

Il courut, sauta par dessus les vides qui séparaient les maisons, voyant cette grand place se rapprocher au fur et à mesure qu’il avançait. Soudain, son pied s’appuya sur le « vide », on peut dire cela comme ça, et il sentit sa jambe l’attirer vers le sol. Oh non ! Pas maintenant ! Il tendit au maximum son bras, et réussit à attraper quelque chose. C’était froid et dur. Takeshi pendit à cet objet, les jambes dans le vide, et les deux bras agrippé à cette chose. Il leva la tête, et s’aperçut qu’il s’agissait du balcon d’une habitation, en métal forgé. L’académicien força ses bras à le remonter, et après cette traction, il se retrouva sur ce balcon. Là, il devait regagner le toit de la bâtisse, et ce fut rapide.

Takeshi concentra du chakra dans ses pieds, et laissa échapper cette énergie. Il se sentit propulsé dans les airs. Il fit un salto avant non voulu, mais se retrouva quand même sur ses pieds à l’arrivée. Il grimaça quelque peu, mais continua sa route. Et il sauta de maisons en maisons, de toits en toits.

Le voyage fut relativement court. Il s’arrêta sur le rebord d’un toit plat qui jouxtait la place du marché, et il s’accroupit, scrutant le lieu. Où était ce Shinji ? Il avait un souvenir assez flou de lui. Il savait qu’il était aveugle, mais après… Il avait juste cette information en tête. Et pour trouver un ninja aveugle dans cette masse… C’était comme chercher une aiguille dans une botte de foin.

Soudain, il entendit quelque chose. Comme un chat qui criait, ou quelque chose comme ça. Il regarda l’endroit d’où provenait ce bruit, et remarqua quelqu’un totalement à plat ventre sur le sol. C’était sûr, c’était celui que Takeshi cherchait. Parfait ! Finalement, il n’avait pas mis beaucoup de temps à le trouver ! Il sauta de son perchoir, et se faufila à travers la foule.

Maintenant qu’il pouvait le voir de plus près, Takeshi remarqua qu’il avait les joues rouges, de honte sûrement. Bah, après tout, ce n’était pas si grave. L’académicien l’interpella :

"Hey! Tu es Shinji, ou je me trompe? Je suis Takeshi. Et on doit faire cette partie de la mission ensemble."

Shinji se releva péniblement, toujours honteux.

« Oui, c’est moi, répondit-il. Désolé pour cette piètre image de moi d’ailleurs. »

Shinji lui présenta sa main, que l’académicien serra sans attendre. Après cet échange de poignées de mains, Shinji s’enquit :

« Enchanté ! Alors on doit se charger d’ici nous deux si j’ai bien compris…
-Oui c’est ça ! J’en déduis donc que vous êtes les deux bleus qu’on nous à envoyé ! »

Bon… Alors voilà qu’il y avait un garde qui venait s’incruster dans les affaires des autres. Malgré tout, ils n’auraient pas à chercher. Le garde était là, et ça serait beaucoup plus rapide. Shinji répondit :

« Oui c’est nous ! J’en déduis donc que vous êtes le garde censé nous dire ce qu’on doit faire ? »

Shinji prenait donc l’initiative. C’était parfait. Pour une fois qu’il n’avait pas à négocier…

« Oui ! Est ne perdons pas de temps ! On va vous demandez d’attraper toute une famille de chat qui sévit dans le Marché. Une fois attrapée vous me les confieraient pour que je les envoie ailleurs. Je vous demanderez de tout remettre en place, tout ce qui à été saccagé. C’est bien bien compris ? »

Shinju acquiesçait, et l’académicien hochait la tête en signe d’accord. Puis, l’aveugle se tourna vers lui :

« Pour ma part, je ne sais pas comment faire, tu as une idée ? En dehors de ça tu es prêt ?
-Hum… »

Takeshi hésitait. A vrai dire, il n’avait pas vraiment de tactique en tête, mais il fallait en trouver une. Il fallait trouver une famille de chat d’abord. Donc il fallait repérer le nombre de chats total. Mais comment Shinji allait-il pouvoir faire ça ? A moins que…

« Shinji, tu arriverais à trouver les chats au son et à l’odeur ? Moi, j’ai mon œil, mais toi… En fait, je t’explique ma stratégie. Il faut d’abord cartographier les territoires des chats. En fait, si mes souvenirs sont bons, les chats délimitent leurs territoires entre eux, même dans une famille. Mais après tout, est-ce vraiment une famille ? Une famille est vraiment soudée lorsqu’il s’agit de la relation mère-enfants, lorsqu’on parle de chat. Donc à mon avis, les chats rôdent dans un périmètre délimité sur la place du marché. Donc la première étape de notre plan consisterait à cartographier les zones délimitées par chaque chat. Tu m’as compris ? »

Shinji acquiesça de la tête, et Takeshi continua :

« La deuxième partie consiste à capturer progressivement chaque chat, dans la zone délimitée. Je propose que nous agissions en groupe, et pas séparément, vu ton handicap. Pour la capture, je t’indiquerai la position exacte du chat. Tu l’attireras avec de la nourriture alléchante. Même s’il ne s’approche pas de toi, ce n’est pas grave. L’important, c’est qu’il s’arrête quelques secondes, pour me laisser le temps de le capturer furtivement. Pour cela, je vais utiliser un Raiton. Si le chat s’approche de toi, je te laisse l’attraper avec une technique, tout seul. Je n’interviendrai qu’en cas de pépin. D’accord ? »

[HRP: Ces deux posts ne sont pas la totalité du RP, mais c'est pour éviter la fermeture du topic.]

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Jeu 5 Nov - 15:40

Comme à son habitude les yeux dans le vague, Shinji tentait, en vain de trouver une solution à ce petit problème. Comme il était aveugle il ne pouvait pas vraiment poursuivre des chats, et encore moins les attraper. Ce handicap le mettait vraiment dans une situation très bancale. Car d’un côté il savait qu’avec son ouïe et son odorat il pouvait les entendre et les sentir. Mais après c’était tout, le reste serait pour lui, à la limite de l’impossibilité. Il était vraiment malchanceux et cette cécité était vraiment un malheur pour lui. En son fort intérieur Shinji savait qu’un jour ça le gênerait pour plusieurs chose, mais il n’aurait pas imaginé que ça arriverai aussi tôt. Il était à la limite de baisser les bras, mais Takeshi parla avant :

« Shinji, tu arriverais à trouver les chats au son et à l’odeur ? Moi, j’ai mon œil, mais toi… En fait, je t’explique ma stratégie. Il faut d’abord cartographier les territoires des chats. En fait, si mes souvenirs sont bons, les chats délimitent leurs territoires entre eux, même dans une famille. Mais après tout, est-ce vraiment une famille ? Une famille est vraiment soudée lorsqu’il s’agit de la relation mère-enfants, lorsqu’on parle de chat. Donc à mon avis, les chats rôdent dans un périmètre délimité sur la place du marché. Donc la première étape de notre plan consisterait à cartographier les zones délimitées par chaque chat. Tu m’as compris ? »

C’est vrai ça…. ! Je suis trop bête ! Se disait Shinji. Takeshi venait de lui faire réaliser un truc, même si il n’était plus tout seul. Maintenant il avait des compagnons pour l’aider, il pouvait lui servir d’yeux. Et lui avec ses autres sens plus développé il pouvait boucher les faiblesses d’une simple vu. D’un coup il pouvait sentir la confiance remonter en lui. D’un hochement de tête il lui fit comprendre qu’il comprenait.

« La deuxième partie consiste à capturer progressivement chaque chat, dans la zone délimitée. Je propose que nous agissions en groupe, et pas séparément, vu ton handicap. Pour la capture, je t’indiquerai la position exacte du chat. Tu l’attireras avec de la nourriture alléchante. Même s’il ne s’approche pas de toi, ce n’est pas grave. L’important, c’est qu’il s’arrête quelques secondes, pour me laisser le temps de le capturer furtivement. Pour cela, je vais utiliser un Raiton. Si le chat s’approche de toi, je te laisse l’attraper avec une technique, tout seul. Je n’interviendrai qu’en cas de pépin. D’accord ? »

Shinji sourit, la stratégie de Takeshi était vraiment pas mal. Et lui aussi comprenait bien ou il voulait en venir. Lui il servira d’appât principalement alors que Takeshi se cacherai derrière. Cette manœuvre servirait à les attraper les uns après les autres. La technique Raiton elle, ne servirait cas le calmer, il n’avait pas l’intention de le blesser ou de le tuer. Maintenant une lueur de combativité brillait dans les yeux de notre Genin. Il allait tout donner pour accomplir cette mission, quitte à s’écrouler de fatigue.

Shinji – Bien ! C’est parti alors, je te suis !

Alors que son équipier partait en direction du lieu ou était repéré les chats, il se mit à le suivre, se calant sur son rythme, suivant chaque trajectoire qu’il prenait. Chose qui était obligé de faire pour pas se prendre un passant en pleine face. Par contre le pire était qu’il pouvait sentir les odeurs de nourritures voler dans l’air à travers la place. Et lui il ne pouvait pas manger, il devait d’abord finir cette mission. Et pour ça il allait se donner encore plus à fond.

Une fois arrivé dans le quartier, ils se mirent en position. Shinji, suivant le plan s’engagea dans une des nombreuses ruelles ou l’odeur de pipi des chats était le plus fort. Ici il y avait surement un territoire à eux, se disait Shinji. L’odeur le prouver, et puis il pouvait sentir des mouvements d’air ou des simples mouvements de présence devant lui. Plusieurs chat avec donc élu domicile ici, mais pas pour longtemps, car ils étaient la. Faisant comme convenu, Shinji sorti de sa poche, un sachet de poisson qu’on acheté souvent au marché. Normalement avec ça, ils seront attirés. Il ouvrit donc la pochette, ce qui libéra des effluves de poisson, se répandant dans toute la ruelle. Cette odeur agressait les narines de notre jeune homme. Mais il devait tenir, car déjà il sentait les mouvements s’arrêter, puis certain d’autre recommencer, mais plus lentement, et dans sa direction. Apparemment ils mordaient à l’hameçon, donc quand ils furent assez proches, Shinji donna le signal à Takeshi.

En tombant derrière eux, il eu tout juste le temps d’utiliser sa technique que les chats commençait à s’affoler. Mais c’était trop tard. Capturé et enfermé dans des cages, maintenant ils feront plus de bazar. Avant de partir pour la prochaine, ils en profitèrent pour ranger un peu le fouillis causé par eux.

Shinji – Yes !! Au suivant.
~~~

La journée touché déjà à sa fin, et nos jeune Ninja attaquaient la dernière ruelle. Essoufflé, extenué, ils continuaient toujours de marcher vers le dernier lieu. Résolu, les yeux brillant de motivation, même pour Shinji dont c’était des plus inhabituelle. Ça prouvé qu’il ne se laissait pas abattre à cause d’une chose aussi futile que la vue. Car il avait grandit comme ça, et on lui avait appris à vivre sans. Ce Handicap faisait parti de lui maintenant, et il fera avec. Remonté comme pas possible, il se tourna vers Takeshi et lui dit :

Shinji – Aller ! Le dernier ! On continue sur cette lancé.

Avec un sourire il n’attendit pas la réponse de Takeshi et fonça à son poste. La poche de poisson dans les mains. A peine placé qu’il entendait déjà les pas feutré des chats, qui avancé dans sa direction. Un sourire victorieux se dessinait déjà sur ses lèvres, car maintenant ça faisait plus de doute, il allait enfin finir la mission. Il siffla donc immédiatement le signal à Takeshi, qui lui réagit automatiquement en apparaissant derrière la petite bande de chat. Enfin d’après le boucan qu’il faisait en arrivant.

L’opération ne dura pas plus de deux minutes. Une fois les chats capturés ils les enfermèrent dans les cages. Avant de ranger sommairement les ordures et tout matériel dégradé. Avec un rire victorieux, Shinji ce mit à se moquer d’eux ouvertement. Alors qu’il passait un doigt dans l’une des cages pour en embêtait un il reçu, comme c’était à prévoir, un coup de griffe sur le doigt. La douleur lui arracha un petit crie, car même si c’était rien, ça l’avait plus surpris qu’autre chose. C’est le rire tonitruant de Takeshi derrière lui qui le fit revenir à la réalité. Avec une expression de grosse tomate, il lui lança un regard noir.

Shinji – Ce n’est pas marrant ! Bon bref si ont se dépêchaient !

Avant même d’attendre une quelconque réaction de son partenaire, il parti en direction du centre du Marché. Mais au bout d’un moment, il réalisa qu’il ne pouvait pas savoir ou était le garde, il ne voyait pas…. Il du se retourner pour attendre Takeshi. Au bruit des pas qui approchait, il en déduisit qu’il courait dans sa direction. Au moins comme ça il aurait plus qu’à le suivre.

Des qu’il le dépassa, il s’engagea à sa suite, courant comme il pouvait derrière lui. Malgré la fatigue il essayait de garde le même rythme que Takeshi. Il réussit l’épreuve sans trop de soucis, en dehors des trois passants qu’il bouscula involontairement. Mais dans l’ensemble il put rejoindre le garde sans trop de problème. En arrivant le garde, contre toute attente, les remercia avec deux bonnes tapes dans le dos et un rire tonitruant. De l’un Shinji faillit s’écrouler par terre alors que son dos résonnait toujours après le coup. Et du deuxième il pouvait sentir ses oreilles bourdonner. Ce n’était finalement pas facile d’avoir ses sens super développé.


Garde – Bravo les jeune ! hahaha ! Maintenant on va pouvoir les envoyer quelque part ou ils feront plus de bêtise et ou ils seront libre de faire les fous librement.


Les deux jeune Ninja acquiescèrent en cœur. Avant que Shinji s’incline devant le garde.

Shinji – Merci et de rien !

Après ça il se tourna vers Takeshi et lui fit un grand sourire, maintenant il avait une heure de pause avant de rejoindre le centre ville. Et Shinji n’allait pas se faire prier.

Shinji – Moi je vais manger un bout. Tu fais quoi toi ? Tu m’accompagne ou on se rejoint au Centre Ville ?

Sans attendre de réponse il partit en direction du premier restaurant de pate à emporté. Espérant combler son estomac, qui depuis quelques temps maintenant l’harceler pour être rempli.

[HRP : j'ai préféré posté maintenant, pour pas qu'on ferme le topic et pour montré qu'on est encore la]

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Sam 7 Nov - 12:36

« Bien ! C’est parti alors, je te suis ! »

Shinji était en total accord avec son plan. Takeshi se chargea de le conduire parmi la foule, pour éviter qu’il ne percute quelqu’un. Il gardait toujours un œil sur son équipier, et quand il percutait quelqu’un par maladresse, Takeshi s’arrêtait pour l’attendre. Ils arrivèrent finalement là où ils avaient repéré un petit groupe de chat. L’académicien grimpa sur le toit du bâtiment le plus proche, et se faufila derrière les chats. Là, il attendait que Shinji fasse son travail.

Celui-ci ouvrit une poche contenant du poisson, et il laissa répandre l’odeur dans la petite ruelle. Tout de suite, les chats, alléchés, se rapprochèrent du ninja aveugle. Il fallait entendre encore un peu, un tout petit peu… Yes ! Le signal ! Takeshi préparait une mince quantité de chakra dans ses mains, et il sauta dans la ruelle. Il apposa ses mains sur chaque chat, les pétrifiant momentanément. Rapidement tous les chats furent attrapés. Aidé de Shinji, l’académicien mit le chat dans les cages, et ils continuèrent leur travail. Ils se débrouillèrent pour raccommoder tout ce que les chats avaient saccagé. Shinji s’écria :

« Yes !! Au suivant. »
Ils tentèrent d’abord de repérer chaque zone de chats, et ils attrapèrent, un par un, chaque chat qui sévissait sur le marché. Au fur et à mesure qu’ils avançaient, le soleil montait dans le ciel, pour atteindre son zénith, vers une heure. Et là, c’était le dernier chat, qu’ils étaient en train d’attraper.

« Aller ! Le dernier ! On continue sur cette lancé. »

Et finalement, ce chat, ils l’attrapèrent. Ils le mirent dans une cage, et arrangèrent tout les saccages. Puis, Shinji, se penchant sur la cage d’un des chats, il les nargua avec son doigt. Bien sûr, il devait s’y attendre, le chat le griffa au doigt. Il laissa échapper un cri de surprise, qui fit pouffer de rire Takeshi.

« Ce n’est pas marrant ! Bon bref si on se dépêchait ! »

Là, Shinji partit tout seul vers le centre du marché, oui, tout seul. Il ne voyait rien, et il allait se perdre dans la foule. Takeshi sourit, et il attendit que Shinji se rende compte de sa bêtise. Ce dernier s’arrêta. L’académicien sûr qu’il avait compris, le rejoignit. Ramenant chaque cage, il en donna une vite fait à Shinji, et il le conduisit au garde. Le Gennin le suivit difficilement, mais il réussit quand même. Ils arrivèrent finalement près du garde, qui leur donna à chacun deux grandes tapes dans le dos. Takeshi fut littéralement propulsé en avant. Il trébucha sur une cage posée sur le sol, et il se étala par terre, comme un boulet. Cette fois, c’était lui qui avait fais les frais de la honte.

Bref, il se releva. Juste à temps pour entendre le garde dire :

« Bravo les jeune ! hahaha ! Maintenant on va pouvoir les envoyer quelque part ou ils feront plus de bêtise et ou ils seront libre de faire les fous librement. »

Takeshi soupira.

« Merci et de rien ! »

Shinji avait dit ça en s’inclinant, ce que ne fit pas Takeshi. Bah, après tout, ce n’était qu’un garde. C’était pas un Sannin ! Le Gennin se tourna vers l’académicien, lui demandant s’il voulait aller manger un truc avec lui. N’attendant pas sa réponse, Shinji fonça dans un restaurant de pâtes. L’académicien se dirigea alors vers une petite sandwicherie, où il se paya un sandwich.(C’est pas vrai ?!). Il l’avala en quelques minutes, et se dirigea vers le centre ville, là où était donné le point de rendez-vous.

« Bon allez, y’a plus que l’académie à nettoyer. Et encore, on est pas tout seuls. »

Il s’était dit ça à voix basse, pour lui-même, comme pour se motiver. Car le boulot de ce matin avait été très harassant. Finalement, arrivé au centre ville, il attendit les autres, adossé à un mur.

[FIN]

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Jeu 12 Nov - 16:43

.:: Nettoyage d'automne ::.
Chapitre 3 : Mission de rang D
- Plein, plein, plein de feuille -

«La mort, la pâle mort.
Cette déesse altière foule d'un pas égal le trône et la chaumière. »



Nettoyer la banque ne m'avait pas pris tant de temps que cela. Je devais avouer que malgré la poussière qu'il y avait d'accumuler sur les guichets et quelques taches sur le plancher, la banque était propre. Étais-ce parce que le concierge normal était dans l'indisponibilité de ce joindre a son nettoyage quotidien que ce directeur acre et amer avait fait une demande de nettoyage? Une seul chose était certaine, plus jamais je ne vais nettoyer cette endroit. Mes nerfs ne le supporteraient pas et je finirai par me faire virer. Par contre, je devais avouer que d'utiliser le directeur comme serpillère était une chose qui m'aurait plut. Bien sûr, cela aurai été évident que les gardes de sécurités ne m'auraient pas laisser faire, mais je me serai débrouiller pour le réussir.

Là n'était pas l'important, j'avais un autre travail. Je devais aller nettoyer les gradins de l'arène. S'il y avait un endroit dans Kumo que je n'avais jamais visité, c'était l'arène. Je n'aimai pas regarder des combats, c'est barbares, illogique et sans le sens. C'était bien plus amusant de regarder une compétition intra-sexuelle entre deux mâles de même sexe dans un bar pour impressionner une dame. Ici, deux gens qui ce tape sur la gueule pour le plaisir, pour juger leur force ou pour simplement ce divertir, ce n'était pas intéressant. Sérieusement, je ne voyais pas le but de ce battre. En mission, je suis totalement d'accord, lorsque c'est indispensable. Lorsque que nous devrions protéger quelqu'un par exemple, mais là, c'est que du « Ah, je suis plus fort que toi » et lui il répondrai « Allons voir cela ». C'était Ridicule.

Voilà, c'était ma colère de la journée. Le gérant de la banque m'avait mit sur les nerfs. Il n'y avait plus de temps à perdre, je devait me mettre au travail. Il devait y avoir quinze minutes entre la banque et les gradin. Choses très peu important que j'avais tout mon temps.
***

Un vieil homme ce tenait au centre des estrades contemplant avec magnificence la flaque de sang devant lui. J'espérais qu'il n'eut pas été comme le directeur de la banque. Je m'approchai de lui faisant quelques petits bruit pour me faire entendre. Chose qui réussi, il détacha son regard de la flaque d'hémoglobine pour me regarder dans les yeux. Si j'avais pu regarder son crane, j'y aurai probablement vu des sutures complètement ossifier. Signe qu'il devait avoir entre 70 et 75 ans. Un très vieil homme.


[Kallo] – Pardonnez-moi monsieur, je suis ici pour nettoyer les estrades, êtes-vous un responsable? Ou tout simplement quelqu'un adorant fixer des taches de sang toute la journée?

[???] - Bonjour jeune homme, quel est votre nom?


[Kallo] – Oh pardons, avec tout cela, j'en n'ai oublié la politesse. Je me nomme Kallo Hone et vous?

[Jiisan] - Je me nomme Jiisan. Tout simplement

[Kallo] – Alors pour ma question?

[Jiisan] – Je suis un vieux concierge qui adore les combats. Il y en n'a trop peu malheureusement

[Kallo] – Je n'aime pas la violence, c'est irrationnelle et cela ne sert qu'a prouver nos instinct animal. Bref, j'aimerai commencer à travailler si vous le voulez bien

[Jiisan] – Apporte toutes feuilles des estrades ici

.:: Suite en fin de semaine ::.

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 16 Nov - 1:15

.:: Nettoyage d'automne ::.
Chapitre 3 : Mission de rang D
- Oh la jolie fumé -


« Feu, feu, joli feu
toi qui monte, toi qui montes »


Des feuilles, des tas et des tas de feuilles recouvraient les bancs de l'estrade. Jamais je n'en n'avais vu autant. Il n'y avait beaucoup d'arbre autour de l'arène ce qui ne pouvait pas expliquer le nombre considérable de feuilles. D'où est-ce que cela pouvait-il bien venir? Je voulais bien croire que le vent eut été un facteur clé dans le transport des feuilles, mais pas à ce point-là. Après avoir fini une infime partie des estrades, je mis en boule un tas que j'apportais devant le concierge. Bien sûr, ce n'était pas à main nue, il m'avait au préalable apporté un râteau. Bien j'eus été un ninja depuis plusieurs années, je n'avais jamais vu cet objet. Par contre, son existence me rendait la vie très facile.

[Kallo] – Pardonnez-moi Jiisan, j'aurai une question

[Jiisan] – Oui qu'est-ce qu'il y a?


[Kallo] – Cela fait longtemps que les feuilles n'ont pas été ramassées ici?

[Jiisan] – Oui, cela fait quand même un bon moment


[Kallo] – Pourquoi ne pas le faire vous même?


[Jiisan] – Parce que je suis vieux

Cette réponse ne me satisfaisait vraiment pas. Vieux ou pas, était-ce son travail ou pas que de veiller à l'entretien de l'arène? Je voulais bien croire que vieillir nous prive de certaines libertés, c'est d'ailleurs visible avec le léger rétrécissement de la colonne ce qui peut entrainer divers problèmes, mais probablement pas au point de ne pas pouvoir retirer des petites feuilles. Ne voulant pas l'embêter plus que cela je me remis au travail. Si lui ne voulait pas le faire, il fallait bien que je m'en charge

Une odeur acre se fit sentir dans l'air. Cela ne m'eut pas pris beaucoup de temps pour comprendre que c'était Jiisan qui faisait bruler les feuilles que j'avais apportées. C'était une bonne idée de bruler les feuilles peu à peu. Les bruler en trop grosse quantité pourrait faire bruler l'arène au complet et c'était une vision assez horrible des choses. C'était ainsi que, peu à peu, j'apportais des feuilles pour Jiisan. Au bout d'un certain temps, j'eus pris une pause.

[Kallo] – Cela fait longtemps que vous êtes ici? Je veux dire que les combats vous passionnent?


[Jiisan] – Très longtemps, trop pour être compté


[Kallo] – Quel âge avez-vous?


[Jiisan] - C'est très impoli de demander l'âge de quelqu'un

[Kallo] – C'est stupide que de trouver cela impoli. Je ne vois pas en quoi l'âge d'une personne pourrait être gênant


[Jiisan] – Je ne te le dirai pas

[Kallo] – C'est bon, je m'en fous, je voulais animer la discussion, si c'est comme ça, je vais me remettre au travail.


Cet homme venait de me vexer, j'avais très hâte de n'avoir terminé avec tout ce ménage. Plus le temps passait plus, les hommes que je rencontrais m'énervaient. Je m'empressais donc à terminer ce dur labeur, c'était malheureusement plus long que ce que j'avais prévu. C'était tout de même énervant les feuilles, chaque année, elle tombe et ce refont. C'est pas très pratique pour les habitants d'un village. Serait-il mieux de les abattre c'est saleté d'arbre? Après tout, nous vivons dans les montagnes et non dans une forêt... Pour la première fois de ma vie, je plaignais Konoha


***


C'était maintenant le temps d'allez revoir les gens. Il ne restait qu'une seule place à nettoyer... La plus terrible et la plus grosse. L'académie

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 16 Nov - 10:21

-| Nettoyage… D’Automne ? |-
.3.

Le soleil était haut dans le ciel, jouant à cache-cache derrière les nuages, lorsque Seika revint à l’Académie Ninja. Il était quatorze heures, et l’heure surtout, d’entamer la dernière partie de la Mission, celle qu’ils pouvaient faire la plus consciencieusement mais qui était aussi la plus longue : l’Académie se trouvant derrière elle. La mâtiné avait été chargée pour tous, ou presque. Chacun avait fait avec son temps, avait fait avec ses disponibilités. La plupart de personnes rassemblées devant la porte d’entrée l’attendait. La situation était étrange et un peu nouvelle pour la jeune femme, étant donné qu’elle n’avait jamais été responsable d’autre chose que d’elle-même jusqu’à récemment. Durant la mission qu’elle avait faite à l’extérieur du village, elle avait été responsable d’un membre de son équipe, et à présent Souryo l’avait collé au poste de responsable de mission, pour une mission de Rang D certes, mais cela n’enlevait rien à sa fonction et y rajoutait même un peu car elle avait sous ses ordres cinq personnes, dont deux autres Chuunin. Mais ça aurait été faux de dire qu’ils étaient sous ses ordres : comme elle, et comme les trois autres, ils étaient là pour rendre un service au village, ou tout simplement pour passer le temps.

Devant la porte donc, se trouvait les Chuunin Kallo Hone et Ren Aisawa, le Genin Shinji Kagami accompagné d’une fille portant un bandeau et qui devait être une amie rencontrée en chemin et enrôlée avec lui dans le Nettoyage, et il y avait l’Aspirant Ninja Takeshi Miomu. En entendant les deux Genin discuter, Seika comprit plus ou moins que la fille qui l’accompagnait se nommait Amaya, ce qui était suffisant pour taper le rapport de fin de Mission, et retrouver son identité exact dans le village. Marchand tranquillement donc, Shijima vint se poster devant les portes, tandis que les conversations qu’il y avait pu avoir cessaient. Oh seigneur ce qu’elle détestait être le centre d’attention parfois… La Chuunin prit une inspiration et déclara.

[Seika] « Shinobis, la première partie de notre mission est un succès. Aucun incident grave ne m’a été rapporté et si vous n’êtes pas venu me trouver, c’est que vous n’avez rencontré aucunes difficultés pour accomplir vos tâches. Nous allons donc nous atteler à présent au nettoyage de notre belle Académie ! »

La jeune femme à la chevelure d’ébène fit signe à sa petite troupe de la suivre dans le hall d’entrée, vide en ce début d’après-midi plutôt ensoleillé, où la plupart des classes travaillaient sur les sites d’entrainement. Uns fois à l’intérieur, elle fit signe à tous d’être attentif, et leur expliqua comment aller se faire le découpage du nettoyage du grand bâtiment.

[Seika] « La salle d’entretien se trouve là-bas. Seika désigna une porte contre un mur. Vous y trouverez tout ce dont vous aurez besoin pour le nettoyage, et vous pourrez y faire le plein des produits d’entretien si vous êtes à sec. Comme vous le savez déjà l’Académie est un bâtiment avec un étage, formant un U très large. Nous allons donc nous partager le travail pour couvrir à nous, six, toutes les parties de l’académie. Nous ferons tous les mêmes tâches, mais à des endroits différents. Seika commença à répartir tout ce petit monde. Hone tu t’occuperas du nettoyage du premier étage de l’aile ouest, Aisawa tu t’occuperas du premier de l’aile est quand à toi. Kagami tu nettoieras quand à toi le rez-de-chaussée de l’aile est, et vous mademoiselle. Fit-elle en s’adressant à la dénommée Amaya. Vous ferez le côté ouest. Quand à toi Miomu, tu t’occuperas du hall d’entrée et des couloirs menant aux ailes, j’en ferais de même à l’étage au-dessus. Si certains sont plus rapides que d’autres, une fois qu’ils ont finis leurs parties, ils peuvent aller s’installer dans la cour, derrière l’Académie, pour se reposer et m’attendre. Des questions ? »

Seika inclina donc la tête vers chacun, faisant onduler ses cheveux d’ébène, pour les saluer, avant de leur déclarer une nouvelle fois.

[Seika] « Bonne chance à tous. »

Puis elle se dirigea vers la porte de la salle d’entretien, l’ouvrit avec la clé que lui avait confié Souryo le matin-même, et commença à fouiller pour trouver de quoi nettoyer cet escalier, ces salles et ce couloir…

-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-

Bien sur ce travail éreintant n’était pas insurmontable, même pour une jeune femme à l’air frêle comme elle. Physiquement parlant en effet elle était frêle, mais ça ne l’empêchait pas d’être endurante, et surtout de savoir serrer les dents, face aux difficultés. C’était aussi ça, être un Ninja. Et puis bon, ils ne risquaient pas leur vie non-plu à nettoyer l’académie ! Ca allait être un peu long, ça c’était sur, mais une fois fait, ce serait fait, et tout le monde en serait bien content, même si les gens ne remarquaient pas tout de suite les évidences de la vie de tous les jours.

Seika avait donc récupéré de quoi faire le nettoyage de l’escalier, du sol, puis des quelques salles de l’étage mais pour la plupart, il s’agissait de petites salles de cours. Les plus grandes, ainsi que les salles d’entrainements intérieurs, étaient au rez-de-chaussée.

La jeune femme aux cheveux d’ébène commença donc sa besogne par le nettoyage de l’escalier. Heureusement comme l’académie était déserte cet après-midi, ça aurait été galère de faire le nettoyage avec en plus des gamins qui courent dans tous les sens. Mon dieu… Armée d’un balai, d’une serpillère, et d’un sot d’eau, Shijima imbiba donc le tissu de liquide nettoyant, avant de le plaquer du bout du balai sur la première marche, elle-même se trouvant à la seconde. Et elle fit ainsi, marche après marche. C’était marrant, elle n’avait jamais compté le nombre de marche de l’escalier menant au premier étage : cette fois-ci elle le fit, et compta exactement quarante marches. Quarante larges marches qu’elle nettoya avec soin, tandis que les nuages faisaient jouer avec elle la lumière du soleil, tantôt douce, tantôt aveuglante.

Lorsqu’elle posa enfin ses pieds sur le palier de l’étage, la jeune femme se félicita d’avoir apprise à faire le ménage chez elle, et surtout d’être seule cette-fois pour faire ce travail. Parce que bon sang, supporter Hoshi toute l’après-midi après se l’être farci toute la mâtiné, c’était à la limite du suicide que cela aurait portée la Chuunin. Au moins là, en silence, elle pouvait faire sa mission, sans penser à rien d’autre que le fait de l’accomplir. En bas, elle vit passer Takeshi avec son balai et sa serpillère. En tournant la tête à droite, elle aperçut, sortant d’une salle au coin du couloir, le Chuunin Hone, de l’autre côté se trouvait la Chuunin Aisawa. La Kunoichi soupira, et se remit au travail.

Comme elle s’en souvenait, il n’y avait que des salles de cours au centre du bâtiment : ça n’allait pas être trop compliqué.

Et pourtant cela se révéla plus long qu’elle ne le pensait. Dans chaque salle, elle dut nettoyer les bureaux, puis les tableaux et les vitres, avant de mettre les chaises sur les tables et nettoyer le sol. Il y avait dix salles dans le couloir, et une fois la première terminée, elle estima à une demi-heure le temps de nettoyage d’une seule salle. Autrement dit, cinq heures de travaux pour tout nettoyer. Vraiment génial…

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Sam 21 Nov - 9:45

Il avait finalement put choper sa boîte de pâte. Quand il était arrivé devant, après avoir laissé Takeshi rejoindre l’Académie, une queue super longue l’attendait. Résolu à ne partir qu’en possession de ses pâtes, il avait du patienter plus d’une demi heure. Donc actuellement on pouvait le voir revenir vers le centre ville, ses pâtes dans une main et ses baguettes dans l’autre. Il avait préféré commençait à manger en route. Car il ne voulait pas arriver en retard au rendez-vous. Et puis dégoûté il ne pouvait même pas en profiter, les savourer. Donc marchant à pas pressé il dévalait la rue qui menait au centre ville, essayant de ne pas renverser ses nouilles par terre. Le pire quand même c’était qu’il devait marcher vite. Aveugle, il avait vraiment du mal à ne pas se prendre de passant, seul son réflexe surhumain le permettait. Et puis il avait de la chance que la soupe avec les nouilles ne passe pas par-dessus bord.

Avec une certaine difficulté il atteignit le centre-ville, ses nouilles toujours entières, en dehors de ce qu’il avait mangé bien sur. Essoufflé il se reposa un peu sur un banc, continuant de remplir son ventre. Finalement il était en avance, il était allait trop vite et il avait mal calculé la distance à parcourir. Donc il en profita pour manger le reste de ses nouilles. Cela fait il se remit en route, traversant tranquillement le centre-ville, bougeant au rythme des bruits de pas autour de lui.

Il arriva donc un peu plus tard devant l’Académie. Il remarqua que personne n’était arrivé encore. Donc il alla s’adosser contre un mur du bâtiment, avant d’attendre les autres ninjas. Au fil des minutes ils arrivèrent tous, dont Takeshi, Kallo et Amaya qu’il aperçut en dernière. Il alla la voir et commença à parler avec elle, un sourire heureux sur les lèvres. Il lui raconta la chasse aux chats qu’il avait faits avec Takeshi. L’entendre rigoler lui faisait un bien fou. Mais ils durent bientôt se taire car la voix de Seika la chuunin organisatrice résonna.

[Seika] « Shinobis, la première partie de notre mission est un succès. Aucun incident grave ne m’a été rapporté et si vous n’êtes pas venu me trouver, c’est que vous n’avez rencontré aucunes difficultés pour accomplir vos tâches. Nous allons donc nous atteler à présent au nettoyage de notre belle Académie ! »

Après elle leurs avoir dit de la suivre. Docile Shinji se redressa et lui emboîta le pas, sans prêter attention aux autres. Une fois à l’intérieur il se campa devant elle, attentif avant même qu’elle ne le demande.

[Seika] « La salle d’entretien se trouve là-bas.

Le mouvement qu’elle fit était un problème donc il ne pouvait pas voir ou c’était. Mais heureusement que Amaya était la car elle lui murmura à l’oreille que la salle était à droite et à cinq minutes. Reconnaissant, il lui fit un grand sourire. Alors que Seika continuait de parler.

[Seika] «Vous y trouverez tout ce dont vous aurez besoin pour le nettoyage, et vous pourrez y faire le plein des produits d’entretien si vous êtes à sec. Comme vous le savez déjà l’Académie est un bâtiment avec un étage, formant un U très large. Nous allons donc nous partager le travail pour couvrir à nous, six, toutes les parties de l’académie. Nous ferons tous les mêmes tâches, mais à des endroits différents. Hone tu t’occuperas du nettoyage du premier étage de l’aile ouest, Aisawa tu t’occuperas du premier de l’aile est quand à toi. Kagami tu nettoieras quand à toi le rez-de-chaussée de l’aile est, et vous mademoiselle.Vous ferez le côté ouest. Quand à toi Miomu, tu t’occuperas du hall d’entrée et des couloirs menant aux ailes, j’en ferais de même à l’étage au-dessus. Si certains sont plus rapides que d’autres, une fois qu’ils ont finis leurs parties, ils peuvent aller s’installer dans la cour, derrière l’Académie, pour se reposer et m’attendre. Des questions ? »

Il s’inclina devant elle, avec un petit sourire. Avant de dire bonne chance à Amaya et sans attendre que Seika leurs souhaite bonne chance il s’avança vers elle pour la suivre de très prêt.



Après avoir prit le nécessaire pour nettoyer. C'est-à-dire la serpillière, le balai et des chiffons. Des produits ménagers complétaient le sceau qu’il portait à bout de bras. Il se dirigea vers les Amphithéâtres. En entrant dans la première salle il trouva le lieu étrangement calme, mais il ne s’en inquiéta pas, ils devaient tous être dehors ou simplement la salle n’était pas utilisée. Ne voulant pas s’y attarder il commença son ménage. Se repérant avec ses paumes il monta en haut de l’Amphi, avant de commencer à laver les tables avec un chiffon et du produit. La rangé du haut vite nettoyé il passa vite au suivantes. Arrivé en bas il alla nettoyer le bureau du prof.

Tous les meubles finit, il tâtonnât le mur pour prendre le balai et de mettre la serpillière à son pied. Cela fait il remonta en haut de l’amphi, s’aidant toujours de ses mains. Une fois la haut il frotta le sol tout du long, difficilement cela allait de soit. Il tapait sans cesse sur les pieds des tables. Mais au final il réussi à laver chaque étage. Le plus dur par contre fut le grand espace entre le tableau et les tables. Il mit plus de dix minutes à le faire. Cela fait il sorti de l’Amphi pour aller aux autres.

Au bout d’un certain temps il put enfin faire une pause, tout les Amphi venaient d’être nettoyés de fond en comble. Assis dos au mur, il sorti un gâteau de sa poche et le mangea. Il devait reprendre des forces pour les deux salles d’entraînements. Ce qu’il ne se fit pas prier.

Une fois remit il se releva et longea le mur prudemment, il se dirigea vers la première des salles d’entraînement. Il espérait que ça soit la bonne, car aveugle il ne pouvait pas savoir si c’était la bonne ou non. Et puis il s’en foutait, il verrait bien. Il pénétra donc la salle sans attendre. Dedans une sensation de vide le prit, il ne sentait rien. Il toucha le mur froid, avant de caresser chaque parti, essayant de sentir un quelconque objet. Mais il ne senti rien, le mur était vide. N’y prêtant pas plus d’attention que ça il sorti sa serpillière et recommença la même chose que pour les Amphi. C'est-à-dire laver le sol de la salle. Sans perdre espoir il le fit avec une volonté insoupçonnée chez lui.

Les deux salles fini, il alla se laver les mains pour retirer un peu de sang qu’il avait trouvé dans les deux salles. Ça lui apprendra à tâtonner le sol comme ça. Les mains propres il alla vers l’endroit ou normalement devait se trouver le Dojo. Dans tout les cas il s’en foutait car même s’il ne voyait pas il devait nettoyer toute les salles de cette zone.

Une fois dedans, il fit la même chose que pour les autres pièces. Il toucha les murs pour voir d’éventuelle chose. Au contact de ses mains il ne senti que des sortes de longue toile, qui devait être des préceptes de combattant. N’y prêtant qu’une attention discrète, il se mit au lavage de la salle. Cette fois ci il s’agenouilla au sol et frotta avec ses mains. La raison est que la salle était beaucoup plus petite que les autres. Sans difficulté il put rendre comme neuve. Motivé comme pas possible, notre jeune aveugle ne se laissa même pas le temps de se reposer et fonça vers le bloc opératoire.

Mais arrivé devant, un garde lui bloquer tout d’abord l’accès, refusant qu’il aille nettoyer à l’intérieur.

Garde – Non ce lieu n’est pas un endroit autorisé pour un Genin !

Shinji – s’il vous plait, j’ai eu l’autorisation pour y rentrer, et je ne ferai que nettoyer la sale. Et puis vous serez la en cas de problème.

Un long silence s’installa entre eux, alors que le garde réfléchissait à sa requête. Finalement il accepta, avant de se retourner et d’ouvrir les portes. Après l’avoir remercié, il pénétra dans le bloc. Tout de suite frapper par la forte odeur qui planait dans l’air. En faisant difficilement abstraction il commença à nettoyer chaque objet, meuble ou chose qui traînait. Il trouva beaucoup d’instrument de chirurgien, en fait il était entouré de chose plus dangereuse les unes que les autres.

Quand il eu fini ça il put attaquer le sol, étant donné que beaucoup de meuble et la table d’opératoire trainait, il eu du mal à se bougeait facilement. Il était obligé à chaque fois d’éviter de se cogner ou tout simplement de se prendre les pieds dedans. Mais au final il put tout nettoyer, rendant le bloc enfin accueillable.

Comme convenu il retourna au point de rassemblement, se demandant si tu monde était déjà la. Un sourire satisfait il se remit à l’endroit ou il était avant. Extenué il sombra dans le sommeil, son corps glissant sur le mur, jusqu’à qu’il soit assis, les jambes tendus. Sombrant complètement, il partait vers d’autre contrée merveilleuse…

~ Fin ~

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 30 Nov - 4:19

S'il y a plus de femmes que d'hommes sur la Terre, c'est parce qu'il y a plus à nettoyer qu'à réfléchir.
En espérant que ce soit faux...


- Ren! Tu es bien arrivée tôt, aujourd’hui!
- Oh, maman, tu es là. Non, non, c’est juste que j’ai terminé mon travail un peu plus rapidement que prévu, donc je me suis arrêtée ici pour me détendre un peu.
- Je vois… Ton père est au magasin, en bas, dans l’arrière-boutique.
- Ah, d’accord, tu l’embrasseras de ma part.


Ashita sourit. Bien que présentement sa fille avait une mine un peu embarrassée –par quelque chose qu’elle ne savait pas-, elle était fière d’elle, mais avait peur que cette dernière ne soit trop dans les traces de son frère pour un jour le venger, après tout, même si elle ne comptait pas le faire, la femme savait que le tempérament de son enfant était changeant et elle ne tenait pas à ce qu’elle fasse une bêtise. De plus, la disparition soudaine de Kenji lui était très… enfin, c’était un sujet sensible. Ren eut une mine plutôt fatiguée soudainement, on aurait dit que son dynamisme avait soudainement retombé pour arriver à son stade « normal ».

Le temps passa et les deux proches discutèrent ensemble, de tout et de rien, comme d’habitude. Puis soudainement, Ashita demanda :

- Tiens, quelle heure est-il…?

Ren étouffa un cri:

- Mon Dieu! Je vais être en retard..!

Elle fit une bise à sa mère.

- À plus, m’man!

Et c’est comme un éclair qu’elle sortit en trombe de sa maison, laissant la porte ouverte derrière elle et sa mère qui la referma en lui faisant un signe de la main. Le plus rapidement possible, l’adolescente courra dans les rues et sauta sur des toits, pour finalement arriver –en dernier- se planter devant l’Académie, où Seika venait à peine d’arriver. Heureusement, on ne remarqua pas trop la rousse, qui fit comme si de rien n’était. Elle ne tarda pas à recevoir ses ordres :

- Aisawa tu t’occuperas du premier de l’aile est…

Elle manqua se pincer. Toute une aile pour une personne..?! Bon, c’est vrai, l’académie n’était pas le bâtiment le plus petit et ils n’étaient pas beaucoup à se mettre à la tâche. Mais la jeune fille ne pensait pas devoir faire huit salles de classe ainsi que la bibliothèque toute entière –heureusement ce n’était que le dépoussiérage pour cette étape-ci-.

Prenant tout ce dont elle avait besoin dans l’académie –on dirait dit un groupe de concierges…-, Ren partit avec deux ou trois chiffons et un plumeau et se rendit dans la bibliothèque au premier étage. Elle était grande –normal, c’est une biblio!-, présentant plusieurs rangées comportant des tas de livres de différentes tailles. Les étagères étaient classées par type de livre, les livres étaient classés par ordre alphabétique… étrangement c’était rare que Ren s’y rende, d’habitude elle était plus dans les librairies, à s’acheter un exemplaire à elle seule.

Se dirigeant vers les premières étagères, la jeune fille commença à ôter les poussières à l’aide de ce qu’elle avait. Elle prit également l’échelle de la bibliothèque afin de dépoussiérer tranquillement le dessus. La tâche fut longue et ennuyante, Ren n’aimait pas le côté sombre et lugubre de cet endroit, elle avait besoin de présence, de bruits… ainsi fit-elle les poussières un peu moins précisément que lorsqu’elle était aux portes du village.

À quelques reprises par maladresse, la chuunin fit tomber quelques livres, qu’elle remit en place fébrilement, ayant peur d’avoir abîmé un ouvrage. Dès qu’elle eut fini toutes ces étagères, Ren alla chercher un balai dans un placard et s’attaqua au sol, le tout finit après à peine quelques minutes en un amas de poussière qui avec le ramasse-poussière, finit vite dans une poubelle. Ensuite on arriva au petit bureau du bibliothécaire, qui fut très facile à nettoyer comparativement au reste de la salle, juste la poussière et passer un coup de chiffon un peu partout, la personne qui l’occupait était très bien ordonnée.

Ren alla ensuite au plus difficile : Les salles de classe. Heureusement les étudiants ne mettaient de gommes sous les rebords des tables, on peut dire bravo aux professeur de l’académie pour bien surveiller leurs faits et gestes. Changeant d’outils de travail, Ren commença les tables, les dépoussiérant une par une à la vitesse de l’éclair avant de les nettoyer avec un chiffon et du produit nettoyant qui empestait à la longue. À la fin elle avait presque le tournis mais n’y fit pas attention. Le bureau du professeur était, comme celui de la bibliothèque, très facile à entretenir, ce n’était pas comme à sa première tâche, pour sûr…

En deuxième, vinrent les vitres de la salle de classe. La kunoichi vit des étudiants dans la cour, ces derniers l’aperçurent et lui firent un signe de la main qu’elle leur rendit. Perchée sur un petit banc pour atteindre le haut des fenêtres, elle faillit perdre l’équilibre mais se reprit rapidement. Elle repartirait de ce nettoyage d’automne sans séquelles, heureusement… si elle en avait eu, elle serait bien la seule d’après elle, se blesser en nettoyant une salle de classe, elle était bien maladroite…

Le grand tableau noir se fit de la même façon que les vitres : Des chiffons, du produit et avec une adolescente rousse perchée sur quelque chose…
Le sol fut dépoussiéré au grand balai habilement avant de recevoir un bon coup de moppe, il fallait bien faire attention pour ne pas glisser! Arrivant enfin à la porte, la jeune fille se retourna et regarda la salle de classe propre, heureuse d’avoir au moins fait quelque chose d’utile aujourd’hui. Ce n’est qu’après être sortie qu’elle soupira en s’essuyant le front, traînant ses affaires sur un genre de petit chariot.

* Encore sept salles de classes… ouais… allez, ma fille! On va y arriver! *

Partant presque à la course, la chuunin fit la même chose d’une salle de classe à l’autre. Ce n’est qu’effectivement à la dernière salle que ce qui devait se produire se produisit : Elle tomba sur les fesses en lavant les vitres. Le choc fut douloureux, mais c’était que le banc de la jeune fille n’était point solide pour X raison et qu’une patte avait lâchée alors qu’elle était déjà sensible lorsqu’elle l’avait déplacée. Ren mit le banc de côté là où le bureau du professeur en sifflotant, ce n’était pas vraiment de sa faute après tout, ce banc-là servait à grimper dessus…

Enfin sa tâche fut terminée et elle vérifia si elle avait bien tout nettoyé dans ce dernier endroit avant de sortir. Elle en avait un peu marre d’être seule en solo, elle voulait voir des gens. C’est ainsi que Ren se rendit dans la cour centrale, où à peine quelques personnes avaient terminé en même temps qu’elle. Avant de rester là et d’attendre, elle se rendit à un abreuvoir et y but un peu d’eau, étant plutôt (pas mal) fatiguée.
* C’est justement pourquoi je ne veux pas ranger ma chambre… *


Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres.

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Lun 15 Mar - 3:44


Nettoyage… D’Automne ?
~ 4 ~
Pour le moment tout se passait bien à droite comme à gauche. Du moins c’était ce qu’elle se disait en posant enfin son chiffon dans le baquet d’eau savonneuse l’ayant aidé à nettoyer. Après divers étirements visant à l’empêcher d’avoir des courbatures, Seika s’approcha de la vitre de la dernière classe, celle qu’elle avait en fait nettoyée en première, et qui était maintenant belle comme un sou neuf. Dans la cours en bas, il y avait Ren Aisawa et Shinji Kagami. Autrement dit ces deux là avaient finis leurs parties du ménages et l’attendait. Normalement les trois autres devraient avoir bientôt fini eux aussi… Ce qu’elle cru, naïvement. Souriante, mais certes très fatiguée, Shijima prit la sortie, la serpillère et le reste des produits ménagés à la main. Descendant directement les escaliers, elle n’eut pas le temps d’apercevoir Kallo qui devait être sur le premier étage à l’aile ouest, sur sa droite donc. Cependant dans les escaliers, elle remarqua vite que quelque chose n’allait pas. Cette tâche là par exemple, elle était sur de l’avoir déjà vue en montant cinq heures plus tôt. Et là sur la rambarde aussi ! Mais bon sang il n’avait pas nettoyé ça non plus ?! C’était Takeshi qui devait se charger de cette partie du ménage… Qu’est-ce qui foutait ?! Mais le pire n’était pas sans arriver seul !

Une fois arrivée en bas, Seika découvrit qu’absolument « rien » n’avait été fait dans le hall d’entrée. Elle se contenta de laisser le baquet et la serpillère là et s’en alla voir en bas si la jeune fille qui était venue avec l’aveugle avait bientôt fini… Allant sur la gauche au rez-de-chaussée, Shijima aurait là aussi du voir des traces évidentes d’un nettoyage récent, mais non rien niet ! Un seul encore c’était rattrapable, mais deux ?! Aussi surprise que désappointé, la Kunoichi se passa la main dans les cheveux. Sur son visage toute expression de colère avait disparue : elle était juste profondément étonnée par ce qui se passait. Où était donc passé l’aspirant, et cette fille ? Ren et Shinji étaient dans la cour mais… Prise d’un affreux doute, Seika fit marche arrière et revint sur ses pas jusqu’à l’escalier qu’elle remonta en quatrième vitesse, faisant taire dans son dos le début de ses courbatures. Elle prit le couloir de gauche fraichement nettoyé et fila jusqu’à l’aile ouest, avec ses bureaux et surtout la salle de repos des Ninjas et instructeurs qui s’occupaient ici de la jeunesse du village. Et là, ce fût le drame : ici aussi rien n’avait été fait. Mon dieu, il manquait cinquante pourcent des effectifs totaux ! C’était une catastrophe ! Seika prit appuie sur le mur le plus proche contre lequel elle se laissa aller : Souryo lui avait confié cette mission à elle et personne d’autre, et voilà que ses troupes désertaient au moment le plus crucial de l’aventure ! D’accord celle-ci n’avait pas été passionnante il fallait bien l’avouer. Nettoyer le village, de toute façon dans les grandes lignes, ce n’était absolument pas passionnant, mais il fallait bien le faire une fois par an ! C’était tout de même un réel bonheur de se balader dans un village propre, que l’on soit assez pressé ou non pour ne pas remarquer ces détails dans les rues. Qu’est-ce qu’elle allait bien pouvoir lui dire ? Surtout que le jour baissait déjà à l’horizon. Il devait être, dix-huit, dix-neuf heures… Seika inspira profondément et se calma. En premier lieu il fallait aller voir les deux survivants du carnage, les remercier chaleureusement, et ensuite… Oh seigneur, ensuite s’occuper elle-même de rattraper cette gaffe monumentale qui allait la retenir ici toute la soirée, et peut être toute la nuit !

Un peu dévastée par la nouvelle, car elle n’était pas spécialement branchée « ménage » comme certaines mères au foyer, Shijima redescendit les escaliers et sortit par le nord. L’air frais du début de soirée la réconforta un peu et lui donna un peu de force : elle pouvait le faire ! C’était juste une affaire de volonté ! En face d’elle, la Chuunin Aisawa et le Genin Kagami, la voyant arriver, se levèrent. Surement devaient-ils être étonnés tous deux de ne pas avoir vu leurs camarades. Ah oui tien, que devait-elle dire ?... Gentille, et pas vraiment apte à dire tout simplement « Bon et bien les autres sont partis merci à vous de votre participation », Seika prit la parole, souriante et chaleureuse, sincèrement.

[Seika] - Kagami’kun, Aisawa’san, merci à vous de votre participation durant toute cette journée à ce grand nettoyage d’automne. Je transmettrais aux responsables votre bonne conduite et votre implication sincère dans ce travail peu reluisant certes, mais dont tout le monde dans le village profitera. Ne vous inquiétez pas pour vos camarades, ils sont déjà rentrés chez eux. Vous recevrez votre prime pour cette mission sous peu.

Et voilà, elle avait mentit pour les trois personnes qui auraient du être là avec eux, mais que pouvait-elle faire d’autre ? De toute façon ce n’était plus important : ceci était un défi que le destin mettait sur sa route, et elle allait le relever, aussi peu attrayant soit-il ! Elle raccompagna les deux jeunes gens… Sans passer par l’intérieur mais par l’extérieur de l’académie, et les salua.

[Seika] - Encore merci à vous deux, je vous le revaudrais. A une prochaine fois !

Fit-elle en leur disant au-revoir de la main. Une fois de nouveau dans le hall, Seika referma vivement celui-ci et resta plaqué contre le bois de l’imposante porte, indécise. En face d’elle, il y avait bel et bien une nuit de travail, même si légèrement plus que les cinquante pourcent de la structure avaient été nettoyés. La Kunoichi prit une grande inspiration et ferma les yeux… Elle fit le vide en elle, et évacua toutes les pensées parasites qui pourraient la fatiguer durant cette fastidieuse soirée… Lorsqu’elle rouvrit ses paupières, il ne restait plus qu’une détermination sans borne : la guerre à la saleté était déclarée !
҉

Comme il n’y avait plus personne à cette heure dans l’aile ouest du rez-de-chaussée réservée aux entrainements pratiques, Seika décida de commencer par là. Chose plus ou moins faciles ou presque. Ici c’était le balai surtout qui allait servir. Magnifique vraiment, de se retrouver à faire le boulot des absents n’est-ce pas ? Mais peu importe, elle s’était engagée, ou presque, auprès de Souryo, à remplir cette mission à bien. Certes lorsqu’il allait rentrer, il la trouverait là, seule, à faire le ménage, mais cela ne lui poserait aucun problèmes de tout avouer à son supérieur. Cependant même si pour le dernier round les trois têtes avaient été absentes, pour le reste du nettoyage ils avaient été présents, ce qui n’était pas rien ! En espérant juste qu’ils aient bien fait leurs parts comme elle leur avait demandé, et pas tout laissé en plan comme ici. Non de toute façon, les responsables des divers lieux avaient été prévenus, si personne ne s’était présentés, elle aurait été mise au courant tout de même. Avec une grimace qui ne pouvait en rien être comparée à un sourire, Seika se mit à l’ouvrage, salle après salle. Et le travail était plus difficile qu’elle ne l’avait imaginé ! Ce pauvre Kagami devait avoir eu beaucoup de mal à nettoyer l’autre côté de l’académie, mais malgré la fatigue affichée sur son visage lorsqu’elle lui avait dit au-revoir, il semblait plutôt content d’avoir participé à tout ça. Aucuns des deux Ninjas ne s’étaient réellement posés de questions sur leurs camarades : dormir était tout ce à quoi ils aspiraient au moment de partir.

Peut être dormaient-ils d’ailleurs déjà ? Rah non, je ne dois pas penser à ça ! Seika se remit avec rage à balayer les salles d’entrainements. C’était d’ailleurs assez intéressant comme travail : si ça n’avait pas été fait sur des heures supplémentaires elle l’aurait même trouvé instructif ! Car elle voyait là des salles que pour la plupart elle n’avait jamais visitées. Plus apte au Ninja, Seika s’était contentée de travailler ses techniques dans les salles correspondantes. La salle d’arme n’était pas mal et Shijima s’amusa à passer un coup de plumeau sur certaines belles pièces. Mais se fût avec des yeux ronds, qu’elle remarqua bien vite qu’elle n’effaçait rien du tout !

[Shinzo] - Pas besoin de faire mes bijoux Seika’chan, je les nettoie moi-même chaque jours.

La « Seika’chan » justement sursauta car Megane, le professeur de Ninjutsu de combat et spécialiste des armes et maîtrisant quelques Raiton de base, se tenait juste à côté d’elle. La réaction de la jeune femme le fit éclater de rire. De son côté le rouge lui monta aux joues : ce baka l’avait vu sourire en nettoyant les armes tranchantes, quelle honte ! Mais Shinzo s’arrêta bientôt de rire et continua.

[Shinzo] - Quand Souryo’san m’a dit hier qu’il t’avait confié le nettoyage du village de l’année, j’avoue que j’ai cru à une bonne blague, mais non !

[Seika] - Ne te moque pas de moi Shinzo’kun…

[Shinzo] - Tu sais je pense que c’est vraiment le lot de toutes les femmes d’aimer faire le ménage !

[Seika] - Mais je n’aime pas…

[Shinzo] - Tu ferais vraiment une très bonne femme au foyer je t’assure !

[Seika] - … Espèce de salle… Machiste !


Dans un accès de colère, les joues en feu, Shijima envoya sa serpillère vers le professeur de Ninjutsu mais ce dernier se téléporta juste à côté et ne fit qu’éclater de rire en voyant le morceau de tissu tomber à terre sur les tatamis. Ce faisant, il ne vit pas le balai arriver ! Et lorsqu’il regarda de nouveau la jeune femme, un brusquement choc au niveau de l’arrière train eut le même effet que le fait de lui faire sortir les yeux par la tête. Le « jeune » homme de trente-quatre sorti en courant et en se tenant les fesses : le coup avait été rude mais il l’avait mérité ! Shijima reposa son balai à terre, et fût à son tour prise d’un fou rire : en effet elle aimait cette vie, même s’il y avait des hauts et des bas… Elle se remit donc au travail, et continuer le nettoyage des salles en version « accéléré » tout en essayant de garder ses forces pour la suite du combat ! Et ce n’était pas gagné…
҉

Lorsque le rez-de-chaussée de l’aile oust fût entièrement fini, Seika revint dans le hall, changer son eau, et prendre de nouveaux produits d’entretien. La première manche avait été rude, surtout qu’elle avait toute une journée de nettoyage sur les épaules derrière elle. Ne serait-ce que le fait de se rappeler des moments passés avec le Uchiha… Brrr ! Elle en eut des frissons ! Non vraiment tout mais plus jamais ça ! Shijima jeta un coup d’œil à la haute fenêtre du hall, au-dessus de l’entrée : il faisait nuit. A la pendule, il était vingt-heures passé. Bientôt la demi. Et toujours pas signe du Juunin en toge orange. Peut être celui-ci avait-il été retardé finalement ? Le connaissait un peu personnellement, et surtout de réputation, il n’était pas impossible que celui-ci soit en train de cuver son saké quelque part, ayant déjà oublié quel travail éreintant il avait refilé à la Kunoichi. La plupart des professeurs étaient aussi rentrés chez eux, et il n’allait plus rester là que le concierge selon ses souvenirs. Il s’agissait bien sur d’un Ninja, car tous les bâtiments importants du village étaient gardés jour et nuit en toutes circonstances. Alors qu’elle fouillait encore dans le placard, la jeune femme entendit des bruits de pas dans l’escalier, et des éclats de voix dont elle n’arrivait pas à déterminer à qui elles appartenaient. Se faisant tout d’un coup immobile et silencieuse, la jeune femme retint son souffle !

Mais le groupe passa son chemin et prit la sortie sans avoir remarqué la porte du placard entrouverte. Ouf, elle avait eu chaud… Chaud de quoi d’ailleurs ? Elle n’avait pas à avoir honte de faire cette mission après tout ! Tout le monde passait plus ou moins par là. Enfin, c’était ce qu’elle se disait pour ne pas avoir honte de se montrer devant des gens en train de faire le ménage… Déjà que cet idiot de Megane n’avait vu ! Surement allait-il le raconter partout ! Maudit excentrique, mais il en avait eu pour son argent. Seika eut un petit sourire en coin et ressortit avec du nouveau matériel. La prochaine étape se trouve au-dessus de la première. Remontant l’escalier, son barda sur l’épaule, Shijima entendit des bruits de pas et croisa un groupe d’étudiants qui descendit en passant à côté d’elle. Alors qu’elle finissait de monter, Seika se retourna et remarqua que les trois gamins s’étaient retournés et la regardaient bizarrement. La jeune femme se regarda elle-même. Ben quoi ? Elle leur fit signe de filer, ce qu’ils firent sans demander leurs restes. D’accord elle était en robe et en débardeur de cuir pour faire le ménage, et-a-lors ? Une ménagère sexy… Ah… Alors qu’elle se dirigeait vers la salle de repos, Seika se dit que c’était surement ce qui avait retenu les trois gamins dans le hall : insolite de voir une jeune femme comme Seika, avait bandeau autour du cou et tout l’attirail du parfait Ninja, trimbaler des produits ménagers d’un étage à un autre pour faire le ménage justement.

Dans la salle de repos des professeurs il n’y avait plus qu’un homme qu’elle n’avait jamais vu jusque-là. Mais bon après tout elle ne pouvait pas connaitre tout le monde non-plus pas vrai ? Elle alla directement vers le bonhomme et lui annonça donc d’un ton neutre mais où transparaissait un peu plus de fatigue qu’elle ne le pensait malgré sa détermination.

[Seika] - Chuunin Shijima Seika monsieur, je dois m’occuper du ménage de cette salle, si vous pouviez la libérer…

[Masao] - Juunin Iwaki Masao. Voilà un drôle de travail pour une jeune femme… Puis-je savoir de qui vous tenez vos ordres ?

[Seika] - Du Juunin Hakujou Souryo, Iwaki’sama.

[Masao] - Je vois. Et bien je vous laisse le champ libre mademoiselle Shijima, bonne chance.


Apparemment le moine accro de la bouteille avait mit la plupart de ses collègues, car l’air suspicieux du Juunin s’était immédiatement transformé en sourire à l’évocation du nom de son compère du même grade. Iwaki quitta donc la pièce, la laissant aux bons soins de la jeune femme. Aie, aie, aie… Ca allait être plus long que prévu ici que ce qu’elle ne pensait. Elle dut nettoyer le sol, les tables, faire les poussières et les canapés, qui n’étaient d’une, ni très propre, de deux, peu nombreux. La lune brillait dehors, lorsqu’elle leva les yeux après un temps interminable passé à faire les fauteuils de détente. Elle se dit qu’avant de faire le sol, l’histoire de s’aérer un peu, elle allait s’occuper des fenêtres, ce qu’elle fit donc, avec un envie de bailler difficile à stopper.

Dehors la lune était haute, encadrée par les étoiles et quelques nuages. Quelle heure était-il ?... Seika retira ses gants de nettoyage et se massa les yeux : elle commençait à avoir du mal. La pendule indiquait presque minuit. Bon sang, il fallait en finir où elle n’arriverait pas au bout sans s’écrouler de fatigue ! Avec hargne, car à présent le calme ne pouvait plus l’aider à tenir, Shijima se relança dans le nettoyage de la salle : plus que le sol à faire… Eh ben…
҉

Les jeux sont fais, rien ne va plus ! La tête en arrière, une jeune femme à la chevelure noire fixait le plafond avec un grand vide dans le regard. Impossible mais pourtant : elle avait, quasiment fini. Presque… En fait Seika était assise sur la dernière marche de l’escalier : il lui restait le sol du hall à faire, car les marches au-dessus d’elle, humides, attestaient qu’elle avait déjà passé la serpillère dessus. La cendrillon de l’air Ninja, voilà ce qu’elle était en cet instant. Sauf que, pas de pantoufle de verre ni de prince charmant pour la tirer de cet enfer : c’était par ses seuls moyens qu’elle devait s’en sortir. Et ce n’était pas l’envie qui lui manquait de se relever et de terminer ! Mais ses jambes ne la portaient plus, vraiment plus. Impossible, que ça se termine comme ça, qu’elle échoue si prêt du but… La journée de nettoyage était terminée, et elle n’avait pas fini…

Dans un moment comme ça, on a le temps de repenser à certains détails de la journée. Par exemple, le Juunin n’était pas encore rentré. De plus, elle n’avait pas croisé le « Ninja de garde » en charge de l’académie ce soir. Dormir… Au final elle voulait juste dormir. Ainsi installée, même si son dos était contre le bêton dur de l’escalier, et sa tête contre la rambarde de bois, Seika n’arrivait pas à empêcher ses paupières de se fermer. Impossible… Impossible…

[Souryo] - Et bien on roupille sur le lieu de travail ?

Seika rouvrit brusquement les yeux. Quelque chose était appuyée contre son front. Levant les yeux, elle vit deux doigts. Mais à qui appartenaient-ils ? La jeune femme plissa les yeux, et reconnu le visage enjoué, mais fatigué, d’Hakujou. Apparemment il venait d’appliquer sur elle une technique ressemblant un peu à de l’Eisei, de ce qu’elle en savait.

[Souryo] - Ne bouge pas, je vais te donner le moyen de finir ta mission. Après-tout, le bureau n’ouvre que dans cinq heures…

Ah mais oui, c’était vrai que l’administration ne rouvrait qu’à partir de cinq heures ! Et puis elle pourrait très bien prétexter n’importe quoi, le ménage pouvait très bien avoir prit plus de temps prévu : ce qui était vrai en l’occurrence. Peu à peu, une part importante de la fatigue s’évaporait, et le mine retira ses doigts de son front. Comme le reste de ses sensations, l’odorat de la Kunoichi revint et c’est avec une moue désapprobatrice qu’elle sentit Souryo suinter l’alcool à plein nez. Mais ce dernier, tout sourire, se redressa et marcha sur les marches sèches de l’escalier. Elle devait avoir dormi un moment.

[Souryo] - J’ai fait un petit tour dans le reste du village : vous avez fait du bon travail toi et ton équipe Seika’chan ! Bon y’a eu un relâchement sur la fin qui t’es retombé dessus, mais c’est qu’un détail ça…

[Seika] - Mouais, un détail de quelques heures…

[Souryo] - Ahahah, c’est ça aussi être responsable d’une mission, rattraper les défaillances de ses troupes ! Sur ce, fini vite et va dormir ! C’est moi qui suis de garde cette nuit normalement.

[Seika] - Vous… ?!


Mais la jeune femme comprit, lorsque le Juunin lui lança un regard espiègle et entendu, qu’elle ne pouvait rien dire de plus. En fait Souryo n’avait pas tenu son poste et était allez faire je-ne-sais-quoi en statuant sur l’éventualité de la trouver ici à son retour. Un coup tordu, mais qui avait marché : il était rentré et elle était toujours là. Sacré moine, il pourrait faire un bon joueur au jeu de go… Ses forces partiellement retrouvés, Seika se releva sur ses guiboles et trembla légèrement : la technique qu’avait utilisé l’Eisei-nin sur elle n’allait pas durer éternellement, elle devait vite terminer et rentrer chez elle ! Son supérieur ferait le rapport de fin de mission, et tout rentrerait dans l’ordre ! Malgré tout… Seika prit le balais et la serpillère et se remit au boulot : il aurait pu rester pour l’aider cette outre à saké !
Fin

MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   Ven 19 Mar - 19:09



Mission de rang D - Nettoyage... D'Automne ? - Accomplie

Seika : + 62 XP ( bonus chuunin et mission inclus )
+ 25 £ .....................................

Shinji : + 51 XP ( bonus genin et mission inclus )
+ 25 £ .................................
+ 1 Réputation ......................

Heureux de voir que cette mission a fini par être accomplie ^^ beau travail. Je n'ai noté que ceux qui sont encore présents sur le forum, les autres participants ayant disparus ou dans le cas de Kallo, ayant créé un autre personnage.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission D] - Nettoyage... D'Automne ?
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» L'automne en mille morceaux!
» Première mission
» "SPLENDEURS D'AUTOMNE"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre-Ville de Kumo-