Partagez | 
 

 À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Sam 24 Oct - 4:40

L’humidité de cette journée laissait planer sur le village une brume sans fin. Le ciel, l’horizon et la terre se couvrait d’un gris sans fond, sans matière. Des gouttes, souvenir de la veillée pluvieuse, glissaient encore sur les toits et les fenêtres, le murmure de quelques pas mouillée envahissant comme une lourde basse les quelques sphères de pluie qui éclataient au sol, se perdant dans l’humeur chancelante du temps.
La lumière effacée du matin derrière les nuages envenimait les couleurs de teintes plus foncées encore, recouvrant l’ensemble de la population d’une humeur lente et dépressive, un concert de soupire fatigués rompant les silences mornes de quelques demeures à peine éveillées, seul courant d’air dans cette stagnante atmosphère…

Le froid s’insinuait sous le pan des portes, s’installant dans les pièces vides. D’aucune façon, l’envie de quitter les couvertures chaudes et duveteuses des couches ne venait troubler la paresse soudainement grandissante des habitants. Une torpeur pataugeait dans chaque petits corps, les rendant mous et inertes, les enlisant dans leurs propres esprits, toujours si ensommeillés…

Dans le centre ville, cela dit, un peu de mouvement se faisait sentir.

Amaya n’aurait su dire si, de nuit ou de jour, elle vivait en cet instant. Des draps pleins le corps, frissonnante de toute part, elle resserrait son emprise sur les faibles couvertures avec l’impression d’attraper une vilaine tremblote. Quelque chose de particulièrement vorace recouvraient la pointe de ses membres comme une poigne glacée, sa respiration découvrant une vapeur sur le seuil de ses lèvres, son regard se perdant par la fenêtre dans l’inconscient tourbillon vaporeux qui l’empêchait de voir le paysage, elle était prête à parier, si la pensée lui échappait, qu’elle ne verrait pas sa main si elle l’y plongeait.
D’une longue inspiration, elle laissa échapper un soupire décidée. Virant la maigre source de sa chaleur d’un mouvement vif, elle s’assied, s’étirant de haut en bas, et, non sans être insensible, planta ses pieds nus sur le planché, trottina jusqu’à la salle de bain, ferma la porte par habitude, se donnant en mission de sentir bon le savon, de réchauffer son corps et, accessoirement, de s’étirer un peu, tel le rituel qui était le sien.

Une demi-heure plus tard, après avoir constaté de manière honteuse que ces armoires ne contenaient que des sachets de nourriture diverses, ce qui n’avait rien de tentant à ses yeux, pour une journée aussi déprimante que celle-ci, la demoiselle fit un bon au dehors, osant braver les rues désertes pour s’offrir de quoi casser la croûte de manière plus palpitante. D’ailleurs, elle espérait bien que par un moment aussi fourbe, il y aurait un restaurant d’ouvert… ce n’était pas comme si, pour la première fois de son histoire, Kumo subissait les allés et venus d’un temps merdique.

C’était comme ça au pays de la foudre. Des nuages, de la pluie, des nuages, des éclairs, des orages, parfois une percée de ciel bleu, avec un peu de chance, et du soleil. Heureusement, aux sommets des montagnes, les plus hautes et les plus dangereuses bien sûr, on disait qu’on pouvait voir le ciel. Fallait essayer. Pour sa part, en ce moment, Amaya préférait encore regarder de ci de là et tenter de percer à travers le voile couleur fumée, une main sur le ventre…
Dans le silence, aucun autre son que celui de ses propres pas ne laissait croire à un semblant de vie. Pas même une respiration, dans un coin, ou encore, quelque chose roulant au sol… rien. Seul le bruit de ses vêtements se frottant discrètement les uns aux autres se glissait à ses oreilles, promesse de sa simple existence, poussant la demoiselle à déglutir… mais pas trop. Poussée par la faim, ce qui ne lui permettait pas, ho non, d’avoir des inquiétudes bizarres, elle tourna sur le coin d’une rue, se dirigeant vers le quartier du marché, espérant humer en chemin quelques bons petits plats.

À chaque petit pas, il lui semblait la rumeur que, en tendant l’oreille, un semblant de la vie lui parvenir soudain. Des murmures d’abords, puis les conversations ensuite. Comme prévue, cette partie de Kumo était toujours en effervescence, qu’importait la température. Marchant doucement pour ne pas foncer dans quelqu’un, elle contournant quelques groupes bavards, levant le nez à la recherche de ce fumet inconnu qui lui ferait envie, observant les silhouettes sombres, brouillées, comme les immeubles et les petites commerces, des lumières de ci de là révélant une affiche ou soulignait simplement, de quelques éclats, une vitrine… d’un côté et de l’autre, il était clair que les affaires continuaient. Amaya passa une main dans ses cheveux épars et, au hasard, se dirigea vers un lieu fumant, sentant bon la nourriture.

D’un soupire, elle s’installe sous un petit paravent, plissant les yeux pour voir ce qui se présentaient comme choix et, y allant au hasard, observa l’activité de la cuisine ouverte, par habitude, envoyant ses cheveux derrière ses épaules d’un coup de main, ses doigts pianotant lentement sur le petit comptoir, sa vue se laissant aller vers le côté des rues, observant l’activité ambiante en spectatrice, cherchant quelque chose de particulier à mâter en attendant, la brume du paysage se dissipant doucement à force de courant d’air, ouvrant peu à peu la vue sur la rue et ses alentours, alors qu’on déposait un bon gros bol fumant devant la donzelle.

Ni une ni deux, séparant les baguettes, elle se fit un devoir de ne laisser aucune trace, et, alors qu’elle effectuait sa tâche avec un certain brio, n’aillant plus d’yeux que pour son plat, un peu de lumière se levait sur la ville, quelques rayons perçant dans les nuages comme si la nature se réveillait elle-même. De petits oiseaux se mirent à chanter à coup, puis joyeusement, avec la force de leurs petits sifflets. Le vent également sauta de son lit, soufflant soudain sans ménagement pour mettre à la porte toute cette pesanteur, sans pour autant amener de la chaleur! Ho dur réalité…

Il fallait toujours que ce soit les belles journées qui vous les gèlent. La demoiselle partie d’une tirade sur le rapport entre le soleil et l’incompétence du pays de la foudre à entrer dans la logique qui devait s’accomplir, tout cela dans sa tête, alors que, d’un morceau, elle ne fit qu’une bouchée, théâtralement rageuse.

Quoiqu’il en soit, pour ce qui était du paysage, les couleurs revenaient en force. S’étalant lentement d’un côté à l’autre, les toits brillants de reflets, comme les vitres ou encore, avec audace, les lames de quelques boutiques. L’humeur générale semblait avoir fait un bon, des soupires de soulagement fusants de partout. Nn n’aurait put imaginer fin plus agréable à ce moment de détresse énergétique.
L’envie de se mêler à la foule ce fit sentir. Mangeant plus vite, elle fini par laisser un montant quelconque, peut être plus que de raison, sur le comptoir, s’enfonçant dans les aléas de la population, avalant son ultime bouchée en chemin, son regard vert se laissant porter par tout ce qui semblait intéressant, allant et venant de par et d’autre de la rue, à la recherche d’un point d’encrage, d’une activité…

Crick…

Ne? Elle s’arrêta, tendant l’oreille. Rien… Non rien. Bon! Elle reprit la marche et, ce faisant, s’arrêta encore, un truc moue effectuant une succion désagréable sous son pied. Dérivant vers l’ombre d’un petit bâtiment, elle s’accota contre le mur et souleva sa jambe à l’aide d’une main, constatant avec horreur qu’un truc uniforme et étrange venait de s’accrocher avec obstination. Ça n’avait pas d’odeur, mais, visiblement, ça n’avait pas l’air génial. Quelque chose entre le brun et l’orange, voir même un peu de rouge à la rigueur. Non vraiment, la Kunoishi n’avait pas envie d’enlever ça avec ses doigts.

Sortant l’une des baguettes d’une manche, elle se mit à racler le tout avec une grande classe démesuré, pestant contre la résistance téméraire de la substance non identifiée, s’en dépeignant presque la tignasse à force de frotter ! Proférer des menaces n’arrangeait rien, mais, à cœur ouvert, la demoiselle déballa une jolie panoplie de jurons, faisant fit de la place, du moment, et, bien sûr, du soleil nouveau.

Aaaargh !

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Sam 24 Oct - 17:57

-| A Trois c’est Mieux ? |-
.1.

[Seika] « Non. »

[Shayou] « Mais Seika-chan je… »

[Seika] « J’ai dit non Tasogare, et tu as beau être mon supérieur, arrête de m’appeler Seika-chan s’il te plait. Merci. »

Shayou Tasogare se passa la main dans la nuque, un peu surpris par la réaction aussi définitive de la jeune femme à la chevelure d’ébène. On l’avait pourtant prévenu, on lui avait dit que Shijima Seika n’était pas intéressé par les hommes. Certains pensaient d’ailleurs -à tort- qu’elle était intéressée par les femmes. Ce qui était totalement faux : Seika n’était tout simplement pas intéressée par les gens en général. Ce n’était pas de l’égoïsme, plus une forme de protection personnelle. Elle préférait rejeter en bloc les avances comme celles que venait de lui faire le charmant Jounin au regard électrisant.

[Shayou] « Mais tu pourrais faire au moins semblant de réfléchir, quelque chose ! »

[Seika] « Pourquoi faire ? La jeune femme soupira. Je préfère te dire la vérité de suite que de te faire languir Tasogare. Maintenant excuse moi, je vais aller déjeuner seule. »

Sans laisser au garçon le temps d’en placer une, Shijima tourna les talons, dans un mouvement qui fit s’élever ses cheveux, les faisant passer sous le nez du dragueur presque maladif qu’était le professeur du Ninjutsu de Kumo. Il était gentil, il était indéniablement mignon, mais Shijima s’en fichait totalement : ce genre d’histoire ne l’intéressait pas.

La mâtiné avait cependant été tranquille : la jeune femme était une des rares personnes dans le village à adorer a grisaille des jours comme celui-ci. Tout simplement parce que ça calmait la population, et installait le silence un peu partout, un silence bien reposant d’ailleurs. Vêtue de vêtements habituels : robe blanche, débardeur de cuir marron, gants de lin blanc avec soutiens de métal, et chaussures à semelles compensées de cuir marron ; Seika avait donc passé la matinée à l’académie pour y chercher des documents relatifs à son prochain entrainement, sur la maîtrise de deux techniques de protections du Ninjutsu, qui lui seraient fort utiles étant donné qu’elle n’avait pour le moment que la Permutation pour se protéger des attaques. Et on ne pouvait pas tromper éternellement ses adversaires avec cette technique.

Elle avait retenue ce qu’elle voulait retenir, cependant il lui restait encore des détails sur l’utilisation des deux techniques qu’elle devait approfondir, avant de se lancer dans la mise en pratique. Surtout que dans le cas de la jeune femme, la mise en pratique était souvent hasardeuse et dangereuse. Elle ne se souvenait que trop de la gaffe qu’elle avait faite en voulant tester le Siphon de Chakra sur elle-même. Elle ne devait pas recommencer ce genre d’erreur, et c’est pourquoi elle ferait surement appel à l’un de ses anciens professeurs, qu’elle avait connus en tant qu’apprenti. Mais pour l’heure, et avant de se replonger l’après-midi dans ses rouleaux, il était l’heure de casser la graine !

Ses pas lui firent donc traverser le centre du village qu’elle avait nettoyé une semaine plus tôt, et que les pluies avaient déjà légèrement resalis. Shijima secoua la tête et passa son chemin, marchant d’un pas rapide et décidé vers la place du marché : ici il y avait toujours de l’activité, et toujours des marchands et cuisiniers ambulants. Lorsqu’elle n’avait pas envie de rentrer chez elle, puisque de toute façon c’était la même chose de manger seule dehors ou sur son lit, c’était ici qu’elle venait.

Les odeurs de nourritures montaient des étales, des éclats de voix se faisaient entendre ça et là, tandis que le vent laissait filtrer une brise légère sur la place du marché, abrité grâce à sa place central au milieu de nombreuses habitations. Elle finit par trouver un marchand de Ramens à qui elle commanda un petit bol sans viande : Seika n’était pas trop viande rouge. Du poisson, oui, de la volaille, oui, mais de la viande, non. Chacun ses goûts comme on dit.

Alors qu’elle ressortait avec son bol de Ramens, deux baguettes à la main, ayant décidé de manger en marchand, un rayon de soleil la surpris brusquement. Plissant les yeux, la Chuunin recula et faillit bousculer un passant, et renverser au passage son bol, qu’elle recommença à manger après être passé à l’ombre des murs des maisons alentours. Alors que la jeune femme, adossé au mur, observait le marché d’un œil distant, elle cru reconnaitre une silhouette qu’elle avait vu à l’académie il y avait peu. Mais oui, il s’agissait d’une Genin qui avait participé au nettoyage de l’académie ! Elle n’était pas venue au briefing, mais avait saisi la mission en vol comme on dit. Croiser des têtes connus au marché n’avait rien d’étonnant, aussi Seika ne fit-elle que la suivre du regard.

Amaya quelque chose qu’elle s’appelait… Un physique féminin mais une façon d’être un peu moins gracieuse. Rien à voir avec la belle femme en robe blanche quoi. Alors qu’elle ingurgitait une nouvelle bouchée de son repas, elle remarqua que la Genin semblait avoir quelque chose de coller à la semelle de sa chaussure, à en croire la mine dégouté qu’elle fit : marcher sur des détritus n’était pas rare non-plus sur la place du marché malheureusement. Tout en finissant de manger, la Chuunin la vit s’installer contre un mur, au soleil, et tenter d’enlever le surement dégoutant truc qui s’était collé à sa semelle. Seika n’avait pas vraiment pris le temps de remercier tout le monde sa participation au nettoyage. Il faut dire qu’éreintée, et surtout furieuse de ce que lui avait dit le moine une fois rentré de sa sortie en dehors des murs du village, elle n’avait vraiment pas eu la tête à dire à chacun merci.

Aussi, après avoir laissé tomber son bol en plastique dans une poubelle, elle vérifia que tous ses vêtements étaient bien à leur place avant de se diriger vers Amaya, qui était encore en train de se battre contre sa semelle, en employant un vocabulaire bien grossier dans la bouche d’une fille. Mais après tout, quelque soit la personne, ce genre de vocabulaire était grossier, et toutes les filles n’étaient pas des anges, loin de là… Et Seika non-plus.

Une fois assez proche de la Genin, alors que les passants la regardaient avec des yeux ronds, se demandant qui était cette demoiselle au langage aussi grossier, Seika s’adressa à elle, d’une voix plus forte que les murmures environnant.

[Seika] « Genin Amaya, vous croyez vraiment qu’on injurie à voix haute sa semelle de chaussure sur la place du marché ? »

Les passants tournèrent leurs regards vers la divine créature au port bien plus féminin que cette fille contre le mur, mais à la voix forte et disciplinaire : son bandeau autour du cou, et sa façon de s’adresser à Amaya en l’appelant par son grade, était une façon claire de dire à tous qu’elle était un supérieur de la jeune fille. Et sur le fond, elle pensait tout à fait ce qu’elle disait : les Ninjas représentaient une image de marque pour le village caché, dont ils dépendaient, autant que le village dépendait d’eux. Et bon, l’image là, était pas glorieuse…

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Dim 25 Oct - 0:50

~ A trois c’est mieux ? ~




Les ténèbres toujours présentent, le calme était plus que présent dans cette pièce. Seuls les ronflements de notre jeune Genin venait déranger ce silence si apaisant ou inquiétant, ça dépendait des personnes et de leurs points de vue après. Mais comme on dit, ça annonçait souvent, une tempête violente. Et elle ne tarda pas…

Alors que Shinji se mettait d’un coup à bouger dans son sommeil, les bras et les jambes remuant frénétiquement. On avait du mal à penser qu’il faisait autre chose que de cauchemarder. Le pire c’était la nature de ce mauvais rêve, car on était loin de se douter qu’il revoyait avec sa propre vision le drame. L’évènement cette fameuse soirée, après l’épreuve pour être Genin. La terreur d’être attaqué par son propre frère, réaliser la haine qu’on nous voue. Le vivre une fois était déjà assez dur, mais être forcer de le revivre en cauchemar et cette fois ci en image. C’est donc en sueur qu’il se réveilla, le front moite, il transpirait à grosse goutte. Son visage blême et des cernes sous les yeux faisaient vraiment peur. En cet instant, on ne l’aurait jamais reconnu.

Il se leva difficilement avant de se rendre dans la salle de bain. Appuyé sur le rebord du lavabo, il resta quelques temps à méditer, avant d’ouvrir doucement le robinet et de prendre un peu d’eau avec ses mains. Il s’arrosa le visage avec, espérant le rafraîchir, ou le réveiller. L’effet fut au dixième qu’il l’espérait, et encore il n’en était pas sur. Il retourna donc dans sa chambre chercher des vêtements propre. Il allait sortir, l’air frais devrait lui faire du bien. Mais avant ça il retourna dans la salle de bain pour ce doucher. Dedans il se déshabilla complètement avant de rentrer dans la douche. Il ne prit même pas la peine de régler la température du jet, alors que de l’eau fraîche en sortait. Frissonnant il put ainsi, retrouver déjà une partie de ses pensées. Les yeux fermés il laissait l’eau glisser le long de sa peau, de son corps. Réveillant chaque partie, chaque muscle. Ça fait il sorti pour s’essuyer et s’habiller, enfilant ensuite sa tenue habituelle de ninja. Il retourna dans sa chambre prendre son bandeau et ses affaires habituelles.


~~~

Il remontait l’avenue qui menait jusqu’au centre ville, là-bas il espérait trouver un truc à faire. Tant qu’il se changeait les idées, n’importe quoi était le bien venu. Il voulait simplement oublier ses images, ses horreurs qui l’on hanté. Et s’il allait mangeait un morceau, le ventre vide était jamais bon quand on était nauséeux. Et puis il pourrait s’asseoir sur une terrasse à l’air libre. Dans tout les cas ça l’aidera. Ce qui serait encore mieux pour lui, trouver un endroit calme, ou personne parle. Car il n’était pas vraiment d’humeur à entendre des gens parler en terrasse. Pour le moment il continuait d’avancer, il verrait bien sur place.

Ses pensées quand à eux, se mêlèrent au rythme de ses pas et de sa respiration. Tous c’est bon moment passé depuis qu’il était ici à Kumo, pouvait réchauffer son cœur. Maintenant qu’il était Genin, il avait sa propre vie, sa famille n’existait plus. En dehors de son frère bien sûr, car malgré la haine qu’il lui vouait, quelque chose c’était crée entre eux. Surtout en Shinji, qui voulait maintenant tous faire pour le soigner. Car perdre un bras était toujours terrible, surtout quand on avait un rêve comme devenir ninja. Et Shinji voulait qu’il le réalise, et pour ça pas d’autre choix. Fallait qu’il trouve une technique pour lui redonner ce bras si important. Rien n’avait plus d’importance pour lui, et le seul moyen était de devenir de plus en plus fort et de monter en galon. Comme ça il aura accès à des techniques spéciales qui pourront sûrement l’aider.

En attendant et involontairement il avait dépassé le Centre-ville et il venait de pénétrer le Place du Marché. Mais bon, d’un côté ça l’arrangeait car là-bas on trouvait beaucoup plus de restaurant ou des exprès. Comme Shinji ne se souvenait jamais du nom il les appelait comme ça. C’était des restaurant qui servait directe des plats exprès ou même à emporter. S’enfonçant dans le Marché, une voix s’éleva à ses oreilles. Il la connaissait que trop bien… Décidément il était lié à ce point, qu’ils ne pouvaient pas s’empêcher de se croiser partout ou ils allaient. D’après ce qu’il comprit, au milieu de tous ces jurons habituels, quelque chose l’embêtait sous sa chaussure. Il pressa donc le pas, pour la rejoindre. Elle devait être assis à un bar.

En arrivant une autre voix s’éleva, cette fois ci il savait pas qui c’était. Mais il l’avait déjà entendu quelque part. Il préféra reporter ses recherche la pour rejoindre son amie d’enfance. Ayant repéré sa place, il se faufila derrière elle avant de lui donner un bon coup bien senti au sommet du crâne.

Shinji – BAKA ! Qu’est ce qui te prend ? T’aimes bien te donner l’affiche décidément !

Ce n’est qu’après qu’il réalisa qu’il y avait une seconde personne, la proprio de la seconde voix. Il s’inclina poliment devant la personne et murmura avec un ton aimable.

Shinji – Excusez moi, mon amie à part mon des réactions très spéciale. Mais faite pas attention, je vais lui en toucher deux mots.

Non mais sérieusement, on avait du mal à réaliser que c’était un ninja. Mais au moins fallait voir le bon côté des choses. Qu’elle soit la, lui redonnait du baume au cœur et lui permettait d’oublier un moment ses soucis. Réalisant que la personne était toujours la, il se retourna vers elle, pour essayer de se rappelait d’où il l’avait déjà rencontrer. L’exercice s’annonçant trop dur il préféra demander directement.

Shinji – Puis-je vous demandez votre nom ? Je suis sûr d’avoir déjà entendu votre voix, mais j’arrive pas à me rappelait où. Je sais c’est pitoyable.

Suite à cette tirade, un petit rire gêné s’échappait de ses lèvres. Il se gratta l’arrière de la tête, notre jeune Genin avait vraiment l’air bête maintenant.

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Dim 25 Oct - 9:38

La baguette venait de fendre tout en longueur, un petit bruit sec soulignant son pauvre destin. Toujours vocale, la ninja ne cessa pas son activité pour autant, à la recherche de la satisfaction. Un râle d’agacement lui donnait un petit air sauvage, sa bouche dans une expression disgracieuse de dégoût. Elle se demandait bien ce que ça pouvait être pour adhérer autant, en plus, ça séchait vite cette merde. Elle devrait utiliser une roche, quelque chose de pointue, ou encore laver sa botte dans de l’eau chaude… encore quelque chose qui lui faisait perdre du temps pour quelques aventures palpitantes qu’elle ne concevait pas encore, mais qui n’était pas question qu’elle rate! Enfin, elle réfléchissait tout en pestant quand…

[Seika] « Genin Amaya, vous croyez vraiment qu’on injurie à voix haute sa semelle de chaussure sur la place du marché ? »

Mais c’est que la demoiselle déglutit légèrement, dit donc. Ses yeux verts montèrent vers les hauteurs, grands et surpris, le flot de parole continue de la donzelle interrompu, mourant sur le bout de ses lèvres comme l’évidence imprégnait ses prunelles. Ses mouvements, si vif, se mirent à ralentir petit à petit pour, au loisir, s’évanouir complètement, retenue par l’autorité naturelle que dégageait la nouvelle venue, qui d’ailleurs, ne semblait pas être n’importe qui avec ce bandeau et cette manière de faire.
… ouvrant la bouche pour prendre une inspiration, la jeune femme remit gentiment sa botte au sol,squick!, et se redressa, son pauvre ustensile tout usée dans une main, les bras le long du corps. Elle se serait probablement sentie plus honteuse que cela si la question de la femme n’avait pas revêtit pour elle quelque chose de légèrement comique. S’éclaircissant la gorge, un poing devant la bouche, elle cacha un petit sourire en coin alors que son regard fuyait sur le visage des passants et de ceux, plutôt facile à détecter, qui avaient assistés à toute la scène.
L’une de ses jambes eut un petit tic nerveux, la kunoichi se mettant à faire tournoyer la baguette souillée entre ses doigts, se soulevant sur la pointe des pieds pour retomber la seconde d’après, le corps un peu balancée d’avant à l’arrière, l’air de dire « Hey… hem, ce sont des choses qui arrivent! ».
Mais il était sûr que ce n’était pas un comportement digne de ce nom, quand bien même le seul qui eut été prononcé fut le sien.

Elle se décida enfin à déposer ses yeux de manière résolue sur sa supérieure, prête à dire à tout instant quoique ce soit qui put lui donner raison de la réprimander, avec bien sûr des excuses, mais, ho mais!

Shinji – BAKA ! Qu’est ce qui te prend ? T’aimes bien te donner l’affiche décidément !

Sa tête fit un bon en avant, comme son corps qui sursauta grandement, une douleur lui projetant une envie de meurtre dans le crâne à une vitesse hallucinante. Elle était peut être vulgaire en publique, mais bon sang, elle ne montrait pas de violence devant les enfants ! Indignée, les yeux plissés, une main frottant son crâne endolorit, elle tourna
la tête lentement vers Shinji qui commençait à papoter comme ça, le plus joyeusement du monde alors que l’humeur d’Ama prenait un tournant anarchique. Il avait beau être un aveugle, son ami d’enfance et accessoirement son adversaire, il n’avait aucun droit de lui distribuer une baffe par simple principe !

Shinji – Excusez moi, mon amie à part mon des réactions très spéciale. Mais faite pas attention, je vais lui en toucher deux mots.

Gnia gnia gnia! De quoi il se mêlait lui? Comme s’il devait s’excuser de gestes qui ne lui appartenait pas ! Et c’était quoi cette histoire de réactions spéciales? Elle avait le droit, comme tout être vivant, de s’énerver pour des broutilles si l’envie lui en prenait, avec enthousiasme et énergie!

Shinji – Puis-je vous demandez votre nom ? Je suis sûr d’avoir déjà entendu votre voix, mais j’arrive pas à me rappelait où. Je sais c’est pitoyable.

Bandant un poing, la jeune fille lui asséna sur l’épaule la plus proche sans retenir sa force, un grognement de dents serrées suivant son geste. Mais quel pauvre mec il faisait! Et d’abord, ce faire gronder, d’accord, mais par deux personnes en même temps, alors là, pas question ! Une tape sur la tête ce n’était pas sympa! Ho hey!

Elle continua de le fixer un petit instant en murmurant sans émettre de son particulier, empêchant probablement la femme de répondre, la baguette émettant un crac caractéristique, mais elle n’y prêta pas attention. Soupirant une dernière fois de manière ultime, elle décrocha enfin son regard de Shinji, revenant à des moutons plus nobles. Inspirant un bon coup avant de souffler, elle passa par-dessus les paroles de son traite de non voyant et s’exprima avec, pour la toute première fois, diplomatie.

« Non madame, je ne crois pas vraiment qu’on injure sa semelle de chaussure sur la place public du marché à voix haute… »

Elle se fit la réflexion que, mine de rien, ça faisait quand même du bien, puis reprit.

« À vrai dire, avec votre intervention, je me sens plutôt nulle, sur le coup. Ça ne se reproduira plus, c’est certain. »

… une main toujours derrière la tête, une pensée traversa Amaya d’un petit mouvement vif, faisant briller ses yeux un petit instant. Tien… mais… elle connaissait son prénom. C’était étrange? Elle ne croyait pas être une personnalité connue ou avoir fait quoique ce soit de trop fou pour qu’on informe tout le monde sur sa personne… enfin, en parlant de chose folle, mis à part cette scène, il n’y avait pas grand-chose à dire. D’un coup, impulsive, elle claqua des doigts, manquant de justesse de la pointée, la reconnaissant.

Le nettoyage de l’académie, bien sûr! Elle devait l’avoir vue là bas, il n’y avait pas d’autre solution. Roh la la, cette journée, elle s’en rappellerait, première mission, jouer les éboueurs. Quoi de plus charmant? Une misère de nettoyer le porche du temple, il avait fallut en plus s’occuper tout en groupe de leur école chérie. Un peu chiant, mais d’un résultat saisissant. Toute cette brillance, cette odeur fraîche, ces quelques rencontres bizarres, ces têtes nouvelles… donc celle de la dame.
Amaya passa sa langue contre ses dents, l’air d’attendre la suite d’un air plus ou moins rassurée, sachant sa performance plutôt moindre en cette journée lumineuse. Le soleil lui tapait dans un œil, mais sûrement pas autant qu’avait tapée l’une des mains de Shinji. D’un petit mouvement discret, pour occuper le moment, elle joua avec ce qui se trouvait sous sa semelle, soulevant et abaissant son talon, créant un petit bruit plutôt désagréable, répétitif, agressant…

squick!swich! squick!swich! squick!swich! squick!swich!...
Elle se mordilla l’intérieur des lèvres, particulièrement sûr qu’elle n’avait pas finie d’être rembarrée et que son tic nerveux n’allait pas l’aider à détendre l’atmosphère de son petit univers et surtout celui des deux personnes qui se trouvaient à ses côtés. Un petit instant, elle regretta l’épaisse brume qui était là quelque minute plus tôt…

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Dim 25 Oct - 15:21

-| A Trois c’est Mieux ? |-
.2.

Il était vrai que Seika, dans la vie courante, n’aimait pas particulièrement les injures, même proférés de façon justifiée contre quelque chose qui avait vraiment le don de vous rendre désagréable, comme quelque chose de collé à la semelle de sa chaussure. Les passants qui s’étaient arrêtés pour observer la Genin avaient repris leur chemin, maintenant qu’une autorité supérieur avait fait son entrée dans la scène : et nombre de regards fuyant étaient fixés sur elle, pour d’autres raisons que son intervention vis-à-vis de la jeune fille au vocabulaire si « fleuri ». Les mains sur les hanches, elle secoua la tête, légèrement penchée en avant, avant de voir une ombre se faufiler, l’air de rien, le long des murs pour venir se poster derrière Amaya. Tien, une autre tête connue : à force Seika allait être comme Souryo, capable de reconnaitre tous les Ninjas du village, avec leurs noms, grades, adresses et plats favoris (et boissons favorites dans le cas de Souryo qui avait invité au moins une fois tous les Ninjas de classe moyenne et supérieur à boire un verre en sa compagnie).

Le second intervenant, un autre Genin répondait au prénom de Shinji, asséna un coup sur la tête de sa camarade. Maintenant elle se souvenait les avoir vu travailler ensemble à l’académie lors du nettoyage, surement ce connaissaient-ils pour être aussi familier l’un avec l’autre. Car à voir le regard noir, mais contenu, que la jeune fille lui lança, ça ne devait pas être la première fois que Shinji faisait ça. D’ailleurs, le jeune garçon avait une façon de bouger bizarre…

[Shinji] « Baka ! Qu’est ce qui te prend ? T’aimes bien te donner l’affiche décidément ! Il ajouta autre chose puis finit par demander en se tournant vers elle, les yeux ne fixant rien. Puis-je vous demandez votre nom ? Je suis sûr d’avoir déjà entendu votre voix, mais j’arrive pas à me rappelait où. Je sais c’est pitoyable. »

Et c’est alors que la jeune femme comprit ! Ce garçon était aveugle ! Oui, aveugle… Ouah, mais elle ne s’en était pas aperçu avant, pendant le nettoyage de l’académie, et elle l’avait envoyé faire les alentours du Temple du Raikage alors qu’il était aveugle. En même temps, ce n’était pas forcément un handicap dans la vie d’un Ninja. Elle avait même entendu parler d’un ou deux Ninjas aveugles très célèbres. A part le fait d’apprendre, ou plutôt de comprendre qu’il était aveugle, Seika ne savait rien du jeune garçon, ni de son amie à la langue pendue, mais qui à présent debout, n’en menait pas large.

[Amaya] « Non madame, je ne crois pas vraiment qu’on injure sa semelle de chaussure sur la place public du marché à voix haute… À vrai dire, avec votre intervention, je me sens plutôt nulle, sur le coup. Ça ne se reproduira plus, c’est certain. »

La Chuunin lui fit un grand sourire, secoua la tête, amusée par la mine de la jeune fille : elle jouait son jeu de façon amusante. Seika n’était pas devenue Ninja pour jouer avec la hiérarchie, et elle devait avouer que c’était bien la première fois qu’elle faisait intervention publique face à une Genin pour lui faire l’ordre implicite d’arrêter de crier des injures à sa semelle de chaussure. Il était clair que ça avait un effet comique, mais il n’était pas non plus question pour la Genin de se sentir honteuse : ce n’était pas comme si tout ceci relevait d’une réelle importance. Après tout, les Shinobis caractérielles étaient aussi appréciés dans le métier que les personnes comme elle, calmes et réfléchis.

Soupirant, Shijima s’approcha donc du petit duo, et avec un sourire qu’il ne pouvait pas voir, elle asséna une tape légèrement moins forte que celle qu’il avait appliquée à sa camarade sur le haut du crâne.

[Seika] « Depuis quand on frappe ses camarades dans le dos hein ? Les ennemis je veux bien, mais les amis on vient leur dire bonjour de face, gentiment, quand on est un garçon bien élevé. La jeune femme se mit à rire, face à son propre ton qui rappelait un peu celui de sa tutrice dans ses jeunes années. Quoiqu’il en soit, je suis ravie de vous retrouver ici tous les deux, je n’avais pas eu le temps sur le moment de vous remercier pour votre participation au nettoyage de l’académie, et du reste du village. La mission a été notifiée dans vos dossiers respectifs… Merci donc, à vous deux de votre participation. »

Maintenant qu’elle avait dit ce qu’elle avait à dire, Seika n’avait plus de réelle raison de les importuner encore, aussi recula-t-elle, avant d’entendre un bruit étrange. Une sorte de chuintement, un truc du genre. Quelque chose de désagréable qui lui rappelait des souvenirs désagréables. Seika se retourna donc vers Amaya. Un sourcil relevé, elle s’approcha d’elle et lui commanda d’un signe de la main de reculer. Se faisant, sa chaussure provoqua encore ce bruit très désagréable, ce qui poussa Shijima à se gratter la tête en se demandant comment faire pour l’arrêter. Finalement après s’être passé la main sur le menton, elle demanda à la Genin.

[Seika] « Enlève ta chaussure s’il te plait Amaya. »

La Genin s’exécuta donc, et retira sa chaussure qu’elle présenta à la Kunoichi, qui eu tout loisir d’observer l’étrange machin qui y était collé, de façon solide. A la fois caoutchouteux et résistant, ce truc n’avait semble-t-il pas bougé d’un pouce malgré les assauts répétés de la jeune fille et de sa baguette qu’elle avait cassé soit dit en passant. Mais il fallait parfois utiliser autre chose que la force brute. Seika fit signe de reculer légèrement, et de garder à bout de bras sa chaussure face à la Chuunin. Elle-même concentra en quelques signes son Chakra dans sa main droite, qu’elle tendit au-dessus de la semelle. A part quelqu’un pouvant voir le Chakra à l’œil nu, personne ne pouvait voir ce qu’elle était en train de faire : relâchant des électrons libres depuis les pores de sa main, et les laissa se mélanger à la masse dégoutante, provoquant une réaction chimique proche de celui d’une brulure. Le bidule commença à se rétracter sur lui-même, et lorsque la jeune femme abaissa son bras, souriant à la Genin qui tourna sa chaussure de côté, le machin qui avait perdu sa couleur orangé, tomba par terre, ayant perdu toutes ses caractéristiques collantes.

[Seika] « Voilà qui est mieux ! »

Souriante et contente de n’avoir tué personne en utilisant l’amplification, Seika laissa la Genin se rechausser, avant de se dire qu’elle venait de rendre service à quelqu’un volontairement. Enfin non, c’était juste parce que ce bruit désagréable lui rappelait un son de l’hôpital, et qu’elle détestait ça, mais même. Son bandeau scintilla, autour de son cou, tandis que le soleil laissait de nouveau passer ses rayons à travers le plafond nuageux : il allait se remettre à pleuvoir. Vu qu’elle avait mangé, elle pouvait rentrer à l’académie mais… Elle voulait savoir quelque chose, ou plutôt découvrir quelque chose. Aussi demanda-t-elle gentiment aux deux jeunes gens.

[Seika] « Dite vous deux, vous faites quoi cette après-midi ? »

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Lun 26 Oct - 16:02

~ A trois c’est mieux ? ~




Heureusement qu’il ne pouvait pas voir son regard noir, sinon il aurait certainement frémit. Mais il sentait qu’elle ne l’avait pas prit avec la rigolade, le coup de point qu’il reçu confirma également son analyse. Chose inhabituelle d’ailleurs. Car du plus loin qu’il se souvenait, quoi qu’il fasse à son encontre elle n’avait jamais mal prit. Toujours à rigoler bêtement. Et puis il y était pour rien si elle se faisait mal voir. Après qu’elle soit de mauvaise humeur c’était son problème, pour Shinji seul l’image extérieure de son amie comptait pour le moment. Son geste était seulement du à ça. Bref il reporta son attention sur le présent, car notre chère Kunoichi était en train de s’excuser au prêt de la femme en face d’eux, qui d’ailleurs n’avait pas répondu à sa question. Bien sûr il ne le releva pas, préférant voir ce qu’elle allait dire à Amaya. Un sourire aux lèvres il trouvait cette scène presque comique. La voir s’excuser comme ça piteusement lui faisait découvrir Amaya sous un autre jour.

Mais La jeune femme ne parla pas, chose étrange pour Shinji. Il pensait qu’elle répondrait à ça mais non. Décidément rien ne ce passait comme il l’espérait. Aujourd’hui ça risquait de ne pas être son jour, et à cette idée il ne pouvait pas s’empêcher de rigoler. Le bruit qui atteignit ses oreille le fit encore plus rire, la chaussure de Amaya faisait un son horrible. Il devait faire un effort pour ne pas se plier en deux. Heureusement pour lui il reçut une tape sur son crâne, surpris il put reprendre ses esprits et se calmer. Mais malgré tout elle l’avait tapé, il leva donc ses yeux vide vers elle. C’était incroyable il ne l’avait même pas senti approcher. Fallait être vraiment fort pour pas qu’il la sente approchait de son périmètre. Surtout pour lui qui était aveugle, et qui avait donc une meilleure faciliter que les autres pour sentir une présence. Sa voix ! Il comprenait enfin qui c’était. La Chuunin qui avait organisé la Mission de nettoyage. Au moins il comprenait maintenant, et d’un autre côté ça le rassurait.

[Seika] « Depuis quand on frappe ses camarades dans le dos hein ? Les ennemis je veux bien, mais les amis on vient leur dire bonjour de face, gentiment, quand on est un garçon bien élevé.

Il faillit ne pas entendre ce qu’elle disait. Mais heureusement avec le ton qu’elle utilisa, tout jeune garçon aurait tout de suite compris la nature du message. Qui d’ailleurs faisait rire la Chuunin. Dont le rire était très beau, très rare pour des ninjas. Car chez les ninjas c’était pas les critères de beauté qui primait loin de la. Et ça l’étonner, car en dehors du fait de pouvoir sentir la vrai personnalité de quelqu’un il pouvait imaginer l’apparence de quelqu’un au son de sa voix. Par exemple avec Amaya il savait à peut près à quoi elle ressemblait. Avec ses descriptions et plus ce qu’il ressentait il avait vite su qu’elle était, malgré son tempérament de bourrines, une jeune fille très mignonne.

Pour la Chuunin sa voix en disait déjà long sur elle, mais Shinji ne voulait pas s’avancer. En dehors d’une très grande beauté il préférait ne rien avancer. Et surtout il n’en avait pas le droit, c’était comme pénétrer le jardin secret de quelqu’un. Enfin c’était une façon de parler bien sûr. Mais pour le moment il devait plus penser à ça et se concentrer sur ses paroles.

[Seika] « Quoiqu’il en soit, je suis ravie de vous retrouver ici tous les deux, je n’avais pas eu le temps sur le moment de vous remercier pour votre participation au nettoyage de l’académie, et du reste du village. La mission a été notifiée dans vos dossiers respectifs… Merci donc, à vous deux de votre participation. »

Alors qu’elle s’éloignait le bruit des chaussures de Amaya recommença. Quoi que ça puisse être le bruit était vraiment comique par moment. Shinji devait recommencer à faire un effort, car s’il éclatait de rire Amaya risquait de lui faire la gueule un bout de temps. Et il n’avait pas trop envie, surtout venant d’elle. Le bruit était limite insupportable pour lui, il devait trouver un moyen de l’aider à l’enlever. Il se mit à réfléchir à une technique ou à un autre moyen pour l’enlever. Si elle utilisait un Kunai ça pourrait marcher, ce dit-il. Au moment où il s’apprêta à le proposer à Amaya, la voit de Seika réapparu, pour le devancer. Surpris il se tourna vers elle, donc elle n’était pas partie.

[Seika] « Enlève ta chaussure s’il te plait Amaya. »

Maintenant il du attendre qu’elle finisse de l’enlever. Car de un il pouvait rien faire, et de deux la déranger était pas sympa. Car déjà elle l’aider gentiment, fallait lui en être reconnaissant. Pendant qu’elle finissait son boulot, Shinji replongea dans ses pensées. Il si sentait bien, dedans il pouvait réfléchir quasiment tranquillement. Et puis le temps passait plus vite quand on s’occupait. Finalement les bruits sur la chaussure cessèrent, donc Seika venait de réussir. Après avoir rendu sa chaussure ils restèrent tous dans le silence. Chacun et chacune plongeait dans ses propres pensées. Mais il le restèrent pas longtemps, car la Chuunin leurs posèrent une question :

[Seika] « Dite vous deux, vous faites quoi cette après-midi ? »

Excellente question… Shinji pour ça part il voulait manger à la base, mais sinon il était sorti simplement pour prendre l’air. Il n’avait donc rien de prévu.

Shinji – Pour le moment moi je voulais manger, et éventuellement croiser Amaya, mais comme vous le voyait c’est fait. Après j’ai rien de prévu.

Un petit rire s’échappa de ses lèvres, car il s’étonnait toujours de la façon dont il croisait Amaya en ville. Sinon Shin était passé sans le vouloir au vouvoiement. C’était peu être parce que maintenant il connaissait l’identité de la personne en face de lui. En attendant que son amie répond il alla s’asseoir à une des tables du petit restaurant express qui se trouvait juste derrière eux. Car il sentait qu’elle avait quelque chose en tête et pour lui c’était question de faire quoi que ce soit le ventre vide. Il commanda donc un bol de nouille simple, pour le caler tranquillement. En attendant il reporta son attention sur la Chuunin.

Shinji – Et vous. Vous avez prévu quelque chose ?

Il espérait que sa question n’était pas trop indiscrète. Et puis toute façon maintenant c’était trop tard. Il verrait bien ça réponse. En attendant le cuisinier revint avec son bol de nouille, qu’il attaqua sans attendre.

Shinji – Désolé si je mange, j’ai trop faim, et puis depuis ce matin je me sens pas bien, j'ai comme des nausées. D’ailleurs c’est pour ça que je suis sorti. Je sais que c'est malpolie et je m'en excuse.

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Mer 28 Oct - 1:25

Amaya se permit un soupire de bienfaisance quand la femme se mit à rabrouer le comportement de Shinji. Au moins ne serait-elle pas la seule à ce faire remonter les bretelles, que ce fut de manière infime ou pas. Après tout, il fallait bien profiter des circonstances.

[Seika] « Depuis quand on frappe ses camarades dans le dos hein ? Les ennemis je veux bien, mais les amis on vient leur dire bonjour de face, gentiment, quand on est un garçon bien élevé. La jeune femme se mit à rire, face à son propre ton qui rappelait un peu celui de sa tutrice dans ses jeunes années. Quoiqu’il en soit, je suis ravie de vous retrouver ici tous les deux, je n’avais pas eu le temps sur le moment de vous remercier pour votre participation au nettoyage de l’académie, et du reste du village. La mission a été notifiée dans vos dossiers respectifs… Merci donc, à vous deux de votre participation. »

À la première phrase, elle se permit d’acquiescer avec large mouvement de tête, se tournant vers l’aveugle même s’il ne pouvait prendre part à sa petite joie personnelle alors que baveuse, elle se dandinait un peu. Cependant son petit manège cessa bien vite, couper par le rire de Seika. Elle ne s’attendait pas vraiment à une réaction de ce type! Enfin, à vrai dire, c’est toute la suite qu’Amaya n’avait pas vraiment prévue. Elle qui croyait pouvoir retourner à sa guerre contre sa semelle une fois les réprimandes finies. Son visage prit un petit détour joyeux, la genin qu’elle était appréciant les remerciements… même si elle avait attrapée la mission au vol, il fallait le dire! Mais ça n’enlevait pas que, son pied, toujours prit de folie, continuait avec la plus grande liberté à faire entendre son petit chant particulier!

[Seika] « Enlève ta chaussure s’il te plait Amaya. »

La demoiselle fit de grands yeux. Alors ça! Elle n’allait pas s’enfuir en courant, mais c’était bien la première fois qu’on lui demandait d’enlever une chaussure d’un air aussi… pensif? Allait-elle la réduire en miette? Elle espérait que non! Enfin, obéissante, parce qu’elle n’avait pas un choix très vaste, elle tendit donc le colis suspect à la femme. Attentive, elle prit le bras de Shinji et le fit reculer avec elle, suivant les indications de la dame.
Ce qui se passa ensuite resta légèrement brouillon dans sa tête, mais elle était sûre que ça n’avait rien à voir avec quelque chose de banale. Elle reconnaissait l’énergie de l’amplification… ou quelque chose de semblable. Amaya fit une drôle de tête en voyant son ennemi collant se rétracter de la sorte, comme une araignée à qui on chatouillerait l’abdomen sans son consentement, prise de peur. Quoiqu’il en soit, il semblait bien que le tout faisait effet et que, dans l’ensemble, sa semelle n’ait pas prit un choc, ni une brûlure, ni même un peu de fondant. Un p’tit soupire lui fit passer une main discrète contre son front alors qu’elle reprenait sa chaussure d’amour, débarrassée de la substance nuisible, ho oui!

[Seika] « Voilà qui est mieux ! »

Comme elle disait! La demoiselle se rechaussa avec plaisir, constatent que toute impression désagréable avait laissé place à cette incroyable sentiment de liberté et de fraicheur quand, le pied au sol, elle se mit à le bouger sans qu’aucun son désagréable y monte et, par ailleurs, qu’aucune succion ne s’y fasse sentir. Un peu moins discrètement, elle leva les bras au ciel et tourna sur elle-même avec volupté, manquant de se laisser ailler au point de prendre la chuunin dans ses bras, mais ça… ahem.

[Seika] « Dite vous deux, vous faites quoi cette après-midi ? »

Ho… que faisait-elle? Bonne question. Probablement rien de bien passionnant, comme d’habitude, à moins qu’elle ne zappe une seconde mission au passage et qu’elle gambade vers d’autre aventure teinté de bulle savonneuse et de petit porche reluisant… brr. Na!

Shinji – Pour le moment moi je voulais manger, et éventuellement croiser Amaya, mais comme vous le voyait c’est fait. Après j’ai rien de prévu.

Ah! Manger, une bonne idée, mais c’était déjà fait! Elle l’observa s’installer, bon paysan, à la recherche de pitance. Il n’y avait pas à dire, Shinji ressemblait à elle quelques minutes plus tôt, si ce n’est que, dans son propre cas, elle avait littéralement dévoré son plat sans grâce, sans misère, sans pitié… Alors. Sinon, que faisait-elle cette après-midi? Aller aux sources chaudes? Na… et puis Shinji ne pourrait certainement pas être dans le même bassin qu’elle et Seika, quand bien même fut-il aveugle. Remarque, ça l’aurait sûrement fait rougir de toute façon. Ah lalala… un sourire espiègle commençait à frôler les lèvres de la jeune femme alors qu’elle le fixait toujours.

Shinji – Et vous. Vous avez prévu quelque chose ?

Bien vrai ça! Une chuunin n’avait-elle pas de chose plus importante à faire que de gambader avec deux jeunes et inexpérimentés genins tels qu’eux? Peut être pas après tout. Il serait amusant de voir qu’elle sorte d’activité elle voudrait. Enfin!... Amaya pour sa part n’allait sûrement pas refuser sa compagnie. Toute relation était enrichissante, pour sûr!

Shinji – Désolé si je mange, j’ai trop faim, et puis depuis ce matin je me sens pas bien, j'ai comme des nausées. D’ailleurs c’est pour ça que je suis sorti. Je sais que c'est malpolie et je m'en excuse.

Nausées? Aie. Le laissant rapporter son attention à son bol de nouille, elle se décida enfin à s’exprimer un peu!

« Heu beuh… pour moi, rien de précis! J’avais prévue de faire un peu de lèche vitrine et d’importuner mon aveugle préféré comme il se doit…»
Elle y glissa un œil fourbe, son sourire s’élargissant, alors qu’elle déposant un coude non chaland contre le comptoir, s’y assoyant à son petit tour, sans rien commander.

« Vous voulez rester avec nous?»

Son regard verdâtre se posa sur Seika, détaillant pour la première fois, vraiment, la femme qu’elle était. Robe blanche, féminine, agréable à l’œil. Quoi de plus pour tromper des assaillants un peu trop sûr? Ho mais… attends? Elle avait oubliée de dire quelque chose!!!

L’une de ses mains claqua contre son front, pleine de désespoir.

« J’oubliais! » Elle émit un râle peu discret, énervée de sa tête en l’air avant de lui servir un joli sourire! « Merci pour ma chaussure! »

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Mer 28 Oct - 18:20

-| A Trois c’est Mieux ? |-
.3.

En ce qui concernait l’aveugle, Seika comprit vite qu’il n’était pas prise de tête comme garçon : malgré la tape qu’elle lui avait administré, il ne dit rien et se contenta d’accepter la réprimande, qui de toute façon était tout ce qu’il y avait de plus amical. Après qu’elle ait posé sa question aux deux Genin, Shinji, son regard blanc tourné vers elle, lui répondit.

[Shinji] « Pour le moment moi je voulais manger, et éventuellement croiser Amaya, mais comme vous le voyait c’est fait. Après j’ai rien de prévu. »

Alors qu’il disait ça, le nez en l’air, le jeune garçon tourna brusquement des talons, l’estomac commandant à l’humain d’aller le nourrir, et sentant surement malgré tout derrière la question de la Chuunin, que celle-ci ne la posait pas par hasard. En même temps, une Kunoichi qui n’était ni Instructrice, ni même tournée vers l’enseignement, et qui demandait à deux Genin ce qu’ils faisaient, on était en droit de se douter de quelque chose. Et ceux qui la connaissaient un petit peu savaient très bien qu’elle ne proposait jamais de passer du temps avec des gens pour leur compagnie : douce, calme, silencieuse et charmante, Shijima n’en restait pas moins une femme vivant dans la solitude, pas la plus complète bien sur, mais y puisant une source de force pour continuer d’avancer. Il fallait bien croire en quelque chose, et faut de ne pouvoir croire en autre chose qu’elle-même, elle vivait avec la solitude comme une amie de ses journées, et une amante de ses nuits. Le Genin partit commander quelque chose dans un petit restaurant express de la place revint vers les deux femmes tout en déclarant.

[Shinji] « Et vous. Vous avez prévu quelque chose ? A ce moment là, rapide, le cuisiner envoya son aide lui apporter son bol de nouille en plastique, que le garçon commença immédiatement à manger, affamé vraiment, ce dont il s’excusa. Désolé si je mange, j’ai trop faim, et puis depuis ce matin je me sens pas bien, j'ai comme des nausées. D’ailleurs c’est pour ça que je suis sorti. Je sais que c'est malpoli et je m'en excuse. »

Il était vrai qu’on était en droit de se demander ce que faisait bien là Seika, à déambuler. En fait, n’étant que jeune Chuunin, elle était loin d’égaler la totalité des tâches qu’accomplissaient ses collègues, même si certaines choses continuaient de la faire travailler : les missions et les entrainements. Mais le village traversant une période plutôt creuse pour les missions en extérieur surement, Sho ne l’avait pas encore convoqué, du coup elle était dans le village, et lorsqu’elle finissait son travail, assez maigre encore, elle était libre de faire ce qu’elle voulait. Seika pensa quelques secondes à l’homme aux cheveux rouges : la mission, puis le diner, et cette nouvelle équipe formée de leurs deux personnes… Leur relation évoluait, au faire et à mesure de leurs rencontres et de leurs curiosités et compréhensions mutuelles. Plus ils passaient de temps ensembles, plus ils développaient un langage du regard bien à eux d’ailleurs. Cette pensée la fit sourire intérieurement, tandis que l’aveugle était en train de manger, et qu’Amaya répondait à présent à sa question, tellement heureuse d’avoir récupérée sa chaussure intacte et surtout débarrassée du truc collée à sa semelle, qu’elle en oublia de la remercier.

[Amaya] « Heu beuh… Pour moi, rien de précis ! J’avais prévue de faire un peu de lèche vitrine et d’importuner mon aveugle préféré comme il se doit… Elle jeta un regard que pouvait surement deviner Shinji, tandis qu’elle s’asseyait sur un haut tabouret du comptoir duquel, ils s’étaient tous rapproché, tandis que l’aveugle en question continuait de déjeuner. Vous voulez rester avec nous ? »

Seika fit un pas de côté pour laisser passer un client du restaurant, puis un autre pour revenir dans un petit presque dansant près des deux jeunes gens. Voulait-elle rester avec eux ? Ce n’était pas vraiment dans ce sens là qu’elle voyait les choses. D’ailleurs c’était carrément l’inverse : voudraient-ils rester avec elle, s’ils décidaient d’accepter ce qu’elle allait leur proposer. Amaya se frappa soudainement le front, comme si elle venait de se rappeler quelque chose d’important. Tournée vers Seika, elle lui dit simplement.

[Amaya] « J’oubliais ! Elle grogna quelque chose pour elle-même de difficilement compréhensible, puis déclara dans un grand sourire. Merci pour ma chaussure ! »

Ah tout de même ! Seika inclina la tête vers elle, lui signifiant que ce n’était rien, tout en lui rendant son sourire. Mouais, elle allait leur proposer ce qu’elle avait en tête, après tout c’était autant pour elle que pour eux. Seika prit donc une petite inspiration et répondit aux deux questions de ses jeunes collègues Shinobis de première classe.

[Seika] « Non je n’ai rien prévu de particulier, le village connait une période creuse au niveau de la politique extérieur, et les missions hors de nos portes sont rares. Et du coup, comme je suis du genre à me lever tôt et faire la mâtiné mon travail, que ce soit au Centre de Mission ou à l’Académie, j’ai souvent l’après-midi de libre pour lire, me promener, flâner un peu… Son sourire s’agrandit, malicieux, à destination d’Amaya. Et je pense que ça va être à vous de me dire si vous voulez restez avec moi jeunes gens : les salles d’entrainements de l’Académie sont libres cette après-midi, et je vous propose de vous dégourdir un peu avec quelques passes et quelques arcanes, l’histoire de voir si vous êtes capables de faire quelque chose d’un peu plus corsé qu’un simple nettoyage hein. »

La jeune femme alla finalement poser une fesse sur un tabouret du comptoir elle aussi, faisant signe au cuisiner d’approcher, ce qu’il fit, légèrement subjugué par la beauté de la jeune femme, et le rapide décolleté qu’il avait l’occasion d’admirer dans sa position, la tête penché vers lui.

[Seika] « Un thé s’il vous plait. »

Incapable de répondre, l’homme à la forte carrure, comme beaucoup de cuisiniers dans le métier, se retourna, rouge pivoine, cherchant l’objet des désires de l’ange à la chevelure d’ébène. Qu’ils étaient mignons à ainsi rougir… Seika poussa un petit soupir, alors que le patron revenait avec une bouteille chaude, et lui servait une tasse de thé. Alors que la jeune femme s’apprêtait à sortir un peu d’argent pour réglé l’addition, le cuisiner se pencha vers elle un peu plus et lui dit discrètement à l’oreille, pour que les autres clients n’entendent pas.

[Cuisinier] « Cadeau de la maison pour votre première consommation ici, en espérant vous revoir… »

[Seika] « Je n’y manquerais pas, merci beaucoup. »

Elle lui adressa un sourire, la tête penchée sur le côté, avant de prendre la tasse et de boire quelques gorgées du breuvage léger, bien que chaud, et dont les effluves suffisaient à couvrir les odeurs du marché à ses narines, ce qui lui fit du bien en cet instant. Puis elle se releva, se plaça devant les deux Genin qui semblaient encore un peu abasourdi par la proposition de la Kunoichi, et déclara.

[Seika] « Alors ça vous tente ? »

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Mer 4 Nov - 15:07

~ A trois c’est mieux ? ~

Ne pouvant attendre plus notre jeune genin c’était jeté sur son bol de nouille, en espérant que sa n’aggraverai pas ses nausées. Mais bon généralement mangé était toujours mieux que de rester comme ça. Surtout si tu devais vomir, après c’était horrible pour la personne, et pour les autres aussi… mais ne nous étendront pas sur ça… En dehors de ça, on aurait dit qu’il n’avait plus mangé depuis une semaine. Il ne laissait même pas un temps de répit à son bol, l’attaquant sauvagement. Amaya à côté devait surement être surprise, car ce n’était pas dans les habitudes de l’aveugle. D’habitude il mangeait plus doucement et surtout plus proprement. La à sa place on ne voyait qu’un sauvage, obnubilé par son bol. Heureusement que Amaya était trop occupé à parler avec la Chuunin, sinon il pouvait s’attendre à une réflexion tordu de sa part. Enfin Shinji disait ça mais il ne voyait pas, donc pour dire ce que faisait exactement Amaya c’était dur.

En attendant les deux filles continuaient toujours de parlaient, donc n’y prêtant qu’une attention distraite il en profita pour rependre un autre bol de nouille. C’était plus que surprenant de ça part ça aussi, il n’était pas du genre à manger autant. Mais apparemment sa nausée lui donner considérablement plus faim que d’habitude. Cette fois-ci il préféra cependant prendre plus son temps, et participer à la conversation. Donc il s’intéressa de nouveau à ce que disaient les deux filles.

[Amaya] « J’oubliais !

Qui était tout de suite suivit d’un râle peut discret, qui fit sourire notre Genin. Sont amie d’enfance ne changerai jamais, toujours tête en l’air. Il lui fallait souvent plusieurs jours pour se rappeler quelque chose. Puis elle enchaina.


[Amaya] « Merci pour ma chaussure ! »

Oubliant complètement son bol, Shinji ouvrit de grands yeux. Par contre son amie l’épatait vraiment, remercier quelqu’un comme ça de sa propre volonté. Soit avoir à faire à un Chuunin l’impressionnait soit elle lui avait fait des le début une très bonne impression et elle l’aimait bien. En tout cas ça arracha un nouveau sourire à Shinji, dans l’était actuelle des choses il était fière d’elle. Par contre il du reporter son attention sur Seika car elle commença à parler à son tour.

[Seika] « Non je n’ai rien prévu de particulier, le village connait une période creuse au niveau de la politique extérieur, et les missions hors de nos portes sont rares. Et du coup, comme je suis du genre à me lever tôt et faire la mâtiné mon travail, que ce soit au Centre de Mission ou à l’Académie, j’ai souvent l’après-midi de libre pour lire, me promener, flâner un peu… Son sourire s’agrandit, malicieux, à destination d’Amaya. Et je pense que ça va être à vous de me dire si vous voulez restez avec moi jeunes gens : les salles d’entrainements de l’Académie sont libres cette après-midi, et je vous propose de vous dégourdir un peu avec quelques passes et quelques arcanes, l’histoire de voir si vous êtes capables de faire quelque chose d’un peu plus corsé qu’un simple nettoyage hein. »

Il resta stoïque quelque temps, les yeux agrandi, sa main avait cessé de remuer ses baguettes dans son bol. Une Chuunin proposait à deux Genin de les entrainer ! C’était dingue, et ça pouvait être une bonne opportunité fallait l’avouer mais d’un autre côté. Avec ses nausées, il doutait de pouvoir s’entrainer correctement. Ça lui faisait mal de l’admettre mais dans l’état actuel des choses, ça serait mieux pour lui de rentrer et de se remettre au lit. Il repoussa son bol qui d’un coup ne lui disait plus rien et reporta son attention sur Amaya qui n’avait plus pipé mot. Elle devait être autant surprise que lui, sauf qu’elle, elle n’avait aucune raison de refuser. Bon sang si lui il refusait, Amaya risquait de le dépasser.

Ne sachant pas quoi dire, il resta dans la même position sans bouger. Son esprit se repasser chaque décision possible, chaque contraintes et chaque résultat que ça lui apporterai. Au final sa décision était la seul possible, il le regretterai bien sur mais il n’avait pas le choix… Il attendit qu’elle finisse de parler avec le cuisinier, avant de lui dire.

Shinji - Désolé je vais être obligé de refuser votre proposition… Comme je l’ai dis, depuis ce matin j’ai des nausées donc je risque de ne pas être d’une quelconque aide. Encore désolé...

Shinji s’inclina devant elle, vraiment désolé. Il s’en voulait trop maintenant, sa y est. Ses nausées tombaient vraiment au mauvais moment, ça aurait pu être demain mais non aujourd’hui. Et puis après demain il ne savait pas ce qui pouvait se passer. Maintenant dans tout les cas, qu’Amaya réponde positivement ou négativement, il pouvait partir. Il se tourna donc vers elle, les yeux toujours baissé vers le sol. Même s’il ne voyait pas ça montrait juste qu’il s’en voulait beaucoup

Shinji - Désolé je vais rentrer… Je n’ai plus rien à faire ici. Et je me sens vraiment mal. On se voit demain si tu veux.


Il releva ses yeux avant de s’approcher d’elle, il lui fit maladroitement une bise sur la joue. Quand je dis maladroitement ça voulait dire qu’il l’avait fait au pif, car comme il ne voyait pas il aurait put tout aussi bien l’embrasser qu’il ne l’aurait remarqué qu’au dernier moment. Donc après ça il se retourna vers la Chuunin pour s’incliner à nouveau.

Shinji - Encore merci pour la proposition. Ce moment passé avec vous était très sympathique. J’espère qu’on pourra vous revoir à l’occasion, pour s’entrainer comme vous nous l’avez proposé, ou même seulement pour discuter comme aujourd’hui.

Il se détourna d’eux, et reparti vers le Centre ville pour retourner à son appartement.


~Fin~


Dernière édition par Shinji Kagami le Dim 8 Nov - 12:19, édité 2 fois

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Dim 8 Nov - 4:10

Ça faisait toujours plaisir et étrange à Amaya de voir cette femme sourire, elle ne savait encore pas dire pourquoi, mais c’était bon, cette expression sur le visage de la Chuunin. Elle était déjà jolie, mais… ce geste lui donnait quelque chose de plus. Sans doute devait-elle faire quelques douces impressions à tous les jeunes hommes de Kumo qui avait la chance de la côtoyer, après, c’était de voir si elle se laissait prendre aux pièges de toutes ses débandades de mâles maladroits et fiers d’eux-mêmes… Ô certes, il devait bien y en avoir quelque marrants, des gars sincères, sympas et tout, mais… Amaya restait d’avis qu’on ne pouvait pas de ne pas avoir une once de fierté d’avoir à son bras une femme telle que Seika, sentiment qui devait sans doute les rendre un peu goguenard…
Enfin… la beauté. C’est un sujet qui se discute. Il y avait toujours celle qui avait un beau visage mais un corps disgracieux ou encore le contraire. Voir la fille que tout le monde trouve mignonne mais donc personne ose aborder pour des raisons obscures…
Sans s’afficher, Amaya soupira légèrement, attentive à tout et rien…
Elle zieutant faiblement Shinji qui se prenait un deuxième bol de nouille, ce qui lui valut un froncement de sourcil léger. Il était plutôt rare que son meilleur ami redemandait ses plats. Avec le bec sucré pour un dessert c’est compréhensible… mais un simple bol de nouille? Sans doute ses nausées y étaient pour quelques choses… d’ailleurs, elles venaient d’où, celles là? Qu’est-ce qui osait embêter sa victime favorite? Elle se jura silencieusement de découvrir la cause, ramenant son attention volage sur la dame.

[Seika] « Non je n’ai rien prévu de particulier, le village connait une période creuse au niveau de la politique extérieur, et les missions hors de nos portes sont rares. Et du coup, comme je suis du genre à me lever tôt et faire la mâtiné mon travail, que ce soit au Centre de Mission ou à l’Académie, j’ai souvent l’après-midi de libre pour lire, me promener, flâner un peu… Son sourire s’agrandit, malicieux, à destination d’Amaya. Et je pense que ça va être à vous de me dire si vous voulez restez avec moi jeunes gens : les salles d’entrainements de l’Académie sont libres cette après-midi, et je vous propose de vous dégourdir un peu avec quelques passes et quelques arcanes, l’histoire de voir si vous êtes capables de faire quelque chose d’un peu plus corsé qu’un simple nettoyage hein. »

Après midi de libre. Entraînement avec une Chuunin. Amaya rêvait-elle? D’abord cette brume… la texture de sa semelle… Seika qui la résonne… Shinji qui débarque, torturée par des maux de ventre! Un signe du destin, une calamitée? Une chance inouïe? Si la conception de Dieu était pour la demoiselle quelque chose de possible, elle se serait sans doute exclamer au et fort une expression donnée… mais ceci n’étant pas le cas. Elle vu à peine l’effet que produisait Seika sur le petit restaurateur de service, alors que, comme par magie, la beauté se retrouvait soudainement assise, une tasse dans les mains. Vaguement, elle se fit la réflexion que ce devait être tous des pervers. Une poitrine, il n’y avait rien là! Qu’elle appartint à une femme sublime à la chevelure noire ou à une petite vieille décrépie et sourde dingue… enfin. Elle ne voyait pas l’intérêt des hommes. Sans doute cela évoquait-il quelques d’agréables… certes. Une paire, au finale, servait à nourrir un petit nourrisson, pas à ériger!...
Sans doute l’avis de la Shinobi changerait un jour, mais pour l’heure…

[Seika] « Alors ça vous tente ? »

Amaya avala. Bien sûr que ça lui tentait! Ça lui tentait tellement qu’elle aurait fabriquer un bâton avec des baguettes à manger!

-Désolé je vais être obligé de refuser votre proposition… Comme je l’ai dis, depuis ce matin j’ai des nausées donc je risque de ne pas être d’une quelconque aide. Encore désolé..

Hoo… à ce point? Elle se tourna vers lui, inquiète. Depuis quand des gargouillements arrivaient à maintenir à l’écart de l’expérience et de l’enrichissement sa coqueluche préférée? Inclinaison. Yeux piteux. Ça, ce n’était pas bon signe.

-Désolé je vais rentrer… Je n’ai plus rien à faire ici. Et je me sens vraiment mal. On se voit demain si tu veux.

Heu beuh. Ses yeux s’agrandirent à sa bise maladroite, son expression restant légèrement bête. Elle le fixa s’éloigner, soudainement surprise. Ah mais, elle ne savait pas où il habitait ! Il fallait qu’elle le file ! Ouvrant la bouche, tournant la tête vers Seika, elle se sentit soudainement toute fébrile. Ses jambes partaient toutes seules!

« Heu … Hm! Je … Je vais y aller je crois! Merci pour la proposition!Elle s’enfonçait déjà dans la foule, mais continuait de parler, plus fort, plus vite, à l’intention de la Chuunin.J’me prendrais les pieds dans une autre saleté un jour, promis!»

Amaya disparut dans le courant de la marée humaine, plantant… semblerait, la belle femme et la bonne odeur de son thé! Ce qu'elle n'était pas capable de planter, c'était cette foutue sensation sur le coin de sa bouche!


Le plus beau papillon n'est qu'une chenille habillée.

ஐ.: :.ஐ
ஐ.: :.ஐ

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Dim 8 Nov - 11:49

-| A Trois c’est Mieux ? |-
.4.

Seika se passa la main dans les cheveux et observa les deux congénères la tête penchée de côté, l’air interrogatif : ce que les gens pouvaient être surprenant parfois non ? Elle qui pensait recevoir de suite des confirmations pour sa proposition ne retire rien de tout ça de la part de Shinji et Amaya. L’aveugle n’arrêtait pas de se passer la main sur le ventre, et lorsqu’elle avait parlé d’entrainement, bien que ses yeux aient de suite brillé d’intéressement, sa main se crispa sur son ventre : la belle Shijima faisait-elle si peur que ça ?

Et comme il semblait l’indiquer par son comportement, Kagami lui confirma qu’il n’était pas en état d’aller se fritter avec son amie Genin et leur supérieur.

[Shinji] « Désolé je vais être obligé de refuser votre proposition… Comme je l’ai dis, depuis ce matin j’ai des nausées donc je risque de ne pas être d’une quelconque aide. Encore désolé... Il se tourna vers Amaya. Désolé je vais rentrer… Je n’ai plus rien à faire ici. Et je me sens vraiment mal. On se voit demain si tu veux. »

Puis le jeune garçon s’approcha de son amie et tenta tant bien que mal de lui faire une bise sur la joue, opération risquée lorsqu’il s’agit d’un aveugle. Il aurait tout aussi bien pu lui arracher l’œil ou lui embrasser le nez. Ca aurait pu être vraiment comique si Amaya avait bougé à cet instant, et que Shinji avait embrassé la joue d’un client derrière elle. Et puis la mine souffreteuse du garçon n’aidait pas à rendre la situation plus gaie. Seika ne lui en voulait bien sur pas de décliner son invitation, la santé avant tout, et elle savait par expérience que participer à un entrainement quand on n’est vraiment pas bien -comme peuvent l’être les femmes quelques jours par mois- ça n’apportait rien de bon et pouvait même se transformer en situation très, très gênante. Shinji avait malgré tout réussit à déposer un baiser sur la joue de son amie qui l’y avait aidé, avant de se retourner une nouvelle fois vers la Chuunin et de s’incliner pour prendre congé.

[Shinji] « Encore merci pour la proposition. Ce moment passé avec vous était très sympathique. J’espère qu’on pourra vous revoir à l’occasion, pour s’entrainer comme vous nous l’avez proposé, ou même seulement pour discuter comme aujourd’hui. »

[Seika] « Ce moment fût sympathique pour moi aussi Kagami-kun, prend soin de toi surtout, et fait attention à toi sur le chemin du retour. »

Pour appuyer ses dires, même s’il ne pouvait la voir, la jeune femme inclina la tête vers lui en signe de salut, tout en levant sa tasse comme si elle rendait hommage à sa volonté raisonnable. Après-tout, certains pouvaient être très obstinés -elle aussi d’ailleurs-, et savoir lorsqu’on était pas en état d’engager le combat était aussi une force. Ne restait à côté d’elle qu’Amaya, mais son petit doigt disait à Shijima qu’elle aussi allait partir, ne serait-ce que pour accompagner son ami et ne pas le laisser seul dans sa souffrance, ce qui eut été le comportement d’une amie en cet instant. Mais elle fit apparemment autre chose.

[Amaya] « Heu … Hm! Je … Je vais y aller je crois ! Merci pour la proposition ! »

Tout en disant ceci, elle avait sauté sur ses pieds, et commencé à marcher vers la foule, prenant à peu près la même direction que l’aveugle mais avec un air curieux clairement affiché sur le visage. Qu’est-ce qu’elle lui voulait ? Alors qu’elle commençait déjà à partir, elle se retourna et lança à la Chuunin.

[Amaya] « J’me prendrais les pieds dans une autre saleté un jour, promis ! »

Puis elle disparue totalement, happée par le flot humain de la Place du Marché, laissant seule une Kunoichi à qui on venait de formuler deux refus presque simultanés. Bien assise sur son tabouret, au moins ne risquait-elle pas de tomber sous le coup de la surprise. Sans s’en rendre compte, Seika termina d’une traite le thé maintenant chaud et non brûlant de sa tasse, et la reposait sur le comptoir comme on repose un verre de saké après avoir trinqué.

Bizarre ces jeunes vraiment. Mais les temps changeaient, et les gens aussi. A première vue, ne semblait pas avoir été conservé cet esprit perpétuel de compétition entre les Ninjas du village. Il fallait dire que certaines choses avaient vraiment beaucoup changés… Comme le nombre de Sensei et de responsable d’équipe par exemple. Des groupes de gradés, ça il y en avait beaucoup, mais des personnes capables de bien encadrer un petit groupe de Genin, niet. Elle-même s’en sentait incapable, et ce qu’elle avait proposé aux deux Shinobis n’était qu’un simple exercice pour se dégourdir les jambes quoi. Rien à voir avec ce qu’avait du concocter Sho à ce pauvre Takeshi pour l’entrainer.

Seika secoua la tête et s’étira, faisant couler sur elle des regards pour les moins, indiscrets, tandis que son propre corps ondulait, tout d’un coup illuminé par une éclaircie plus prononcé, qui caressait ses courbes d’une chaleur aimante, lançant des reflets de lumière en se reflétant sur ses vêtements blancs, et les plaques de métal à ses mains. Mais la jeune femme n’avait que faire des regards et elle se contenta de lancer par-dessus l’épaule au cuisinier derrière elle.

[Seika] « Merci pour le thé, à la prochaine. »

[Cuisinier] « Au plaisir mademoiselle ! »

La jeune femme à la chevelure d’ébène eut un petit sourire en coin, et pausa un pied à terre, y prenant appui pour faire basculer son corps en avant et se redresser de sa position assise. Qu’est-ce qu’elle allait faire du coup elle ? Peut être allé à la bibliothèque de l’Académie et lire quelques parchemins de techniques ? Ou… Seika repensa à la proposition d’Hoshi faite quelques jours plus tôt, l’invitant à revenir le voir à ses cours. Pas que ses cours l’intéressent mais, la bibliothèque n’était aucunement pourvue de parchemin de Ninjutsu traitant sur le Katon, Ninjutsu que Hoshi, par son ascendance de Uchiwa peut être, semblait maîtriser, du moins dans ses formes basiques. Et ça, c’était plus intéressant.

Même si le plus utile pour elle aurait été de trouver un professeur de Suiton, qui se mariait divinement bien avec le Raiton. Le Katon lui, allait de paire avec le Fuuton : du vent pour attiser les flammes. Les attaques combinées étaient à ce qu’elle en avait appris en théorie potentiellement mortelle, plus qu’un Ninjutsu d’un seul type à la fois par exemple. En posséder quelques-uns, ça pouvait se révéler intéressant non ? La jeune femme ne fût pas emportée par le flot comme Amaya quelques minutes plus tôt : son corps svelte glissa de passage en passage, et disparut dans une ruelle, sans avoir été pris dans le fleuve… Prochain arrêt, l’Académie Ninja de Kumo.

.Fin.

MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   Lun 9 Nov - 2:46



    Amaya : + 28 XP
    Seika : + 35 XP ( bonus chuunin inclus )
    Shinji : + 20 XP

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: À trois, c'est mieux? [PV Shinji, Seika]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Parce qu'à trois c'est mieux !
» A deux c'est bien, à trois c'est mieux [Reny & Elixir]
» A trois c'est mieux!
» Les Trois Mousquetaires
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Place du Marché-