Partagez | 
 

 Une rencontre à double-tranchant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Une rencontre à double-tranchant   Mer 28 Oct - 1:07

**3...2...1...go**

Par une nuit de pleine lune, une silhouette s’approche du bâtiment du mizukage. Avançant à pas de chat avec prudence, il grimpa jusqu’à être à une fenêtre du deuxième étage, là il neutralisa soigneusement un sceau empêchant l’accès. S’infiltrant aisément dans les couloirs, c’est dans le silence du milieu de la nuit qu’il était sur le point d’achever ce qu’il avait commencé depuis trois semaines. Trois semaines où il ne cessa d’observer et de relever chaque habitude, information pouvant lui être utile par la suite. Deux jours auparavant, il s’était procuré une carte détaillé de la bâtisse pour aller droit au but sans perdre de temps et pour éviter les mauvaises surprises.

**Trop facile**

Rapidement il crocheta la porte du bureau et s’y introduisit. Le voleur n’en revenait, il y a 7 ans il avait déjà eu un contrat similaire et la sécurité n’avait pas changé d’un poil. Comment pouvait-il négliger cela à ce point?
Il analysa les sceaux protégeant l’armoire qui gardait les parchemins important et opéra de la même façon que pour celui de la fenêtre. Il s’assura qu’il était bien seul avant de l’ouvrir pour récupérer un parchemin sur les techniques de ninjutsu du village de Kiri de rang A. Ce contrat lui rapportera une belle somme mais ce n’était pas la raison principale qui l’avait poussé à l’accepter. Son but était d’obtenir encore plus de notoriété. Une fois l’objet du contrat en sa possession, il se dépêcha de sortir par où il était venu dans le silence.

**Vraiment trop facile**

***
*bâillement*  - Titania peux-tu enfin nous dire la raison pour laquelle tu nous as tirés du lis à une heure aussi tardive? Se plait Asiachi les yeux encore endormis.

- Arrête de te plaindre, d’habitude c’est toujours toi qui veut rester tard dehors.

- Oui mais nous avons été affecté hier à nos nouvelles équipes et mon nouveau senseï est particulièrement strict sur l’entraînement, je ne veux pas dormir debout.

- Tiens pour une fois tu désires être sérieux. Dit-elle avec dynamisme.

- C’est la première fois que je te vois dans cette état. Dit-il en ronchonnant.

- Asiachi tais-toi, regardes Vardec il n’en fait pas toute une montagne. 

Ce dernier avait suivi la jeune fille sans résistance. A vrai dire, quand elle était venu le réveiller, elle était tellement surexcitée qu’il n’avait même pas pu en placer une. Marcher la nuit ne le gênait pas. Il suivait la kuroichi aux cheveux de blés dans le silence. Suivant la remarque de son équipière Asiachi montra du doigt Vardec en se plaignant.

- Mais ça lui est égal.

- Oui mais il suit…et en silence. *petit sourire*

- Pourquoi moi? *Soupir*

Après quelques minutes, ils grimpèrent sur le toit plat d’un bâtiment non loin de celui du mizukage. Puis Asiachi reprit la discussion.

« Bon, maintenant peux-tu nous dire ce qui nous amène ici? »

La jeune fille se tourna vers les deux garçons et pointa du doigt le ciel.

« Ca. »

Nos genins pouvaient admirer un magnifique ciel bleu marine décoré des étoiles, de la pleine lune et d’étoiles filantes mais en visibles en grand nombre.

- QUOI!!  S’exclama Asiachi en grimaçant.

- Bah quoi, c’est la nuit des étoiles filantes on en a qu’une tout les dix ans, on peut en observer énormément à partir de minuit quand la lune est entièrement visible.

- J’en crois pas mes oreilles. Dit-il en courbant son dos.

- C’est magnifique vous ne trouvez pas?

- Chacun son trip. Confia Asiachi à voix basses à son homologue masculin.

Vardec se contenta juste d’apporter un bref avis.

- Pas mal.

- Merci pour ta solidarité masculine Vardec. Dit le rouquin en soupirant.

- Vite il faut faire un vœu.

- Je ne crois pas à ces bêtises.

- Fais comme tu veux.

- Quel sera ton vœu?

- Si je le dis il ne se réalisera jamais.

- Je ne comprendrais jamais les filles et leurs fantaisies. T’es pas d’accord avec moi vieux?

- Mmm.

- Je vois que le sujet te passionne. *En soupirant*

Soudain, alors son équipière admirait le spectacle les mains jouîntes tout en souriant, quelque chose attira son regard.

*



MessageSujet: Re: Une rencontre à double-tranchant   Sam 31 Oct - 15:44

*

Un individu à l’attitude particulièrement louche commençait à s’éloigner du bâtiment du mizukage. Celui-ci portait une tenue noire aux vêtements moulants, un capuchon qui recouvrait la tête et un rouleau de parchemin attaché contre le torse. Il regardait dans tout les sens, comme un animal pris en chasse, tout en avançant à pas de loup. Asiachi l’observait attentivement en silence. Vardec remarqua le comportement de son ami et s’approcha en s’accroupissant à côté.

- Il est des notre à ton avis? Demanda le rouquin.

- Je ne pense pas. Dit-il d’un ton calme.

Titania n’avait pas encore remarqué ses amis aux bords du toit.

- J’aimerai que ce soit comme ça tout les soirs . *Se tourne* Dites vous m’écoutez les garçons. Dit-elle en s’approchant d’Asiachi.

Ce dernier s’empressa de la forcer à imiter leur posture.

- Mais qu’est-ce que vous faites?

- Chut et regardes. Parlant à voix basse.

A son tour elle vit l’individu qui était en train de longer leur bâtiment. Son équipier l’informa de ce qu’il pensait.

- J’ai l’impression qu’il vient de chez le mizukage.

- On fait quoi?

- On devrait le suivre.

- Je pense que c’est une mauvaise idée, on ne sait pas sur qui on va tomber. On devrait prévenir quelqu’un de mieux habilité à ce type de situation.

- Tu t’inquiètes trop.

Vardec regarda les deux en train de débattre de la tactique à aborder puis prit la parole.

- On devrait le pister mais au cas ou on aurait un quelconque problème, l’un de nous devrait rester ici. Comme ça, il aura cas allé chercher des renforts.

- Je suis d’accord Titania tu restes là.

- Non les garçons…

Mais à peine eut-elle commencé sa phrase qu’ils étaient déjà en train de suivre l’avançait de l’individu via les toits. D’un air très inquiète elle les suivait du regard en serrant contre sa poitrine son collier.

Les deux genins avaient laissé un écart de quelques mètres entre eux afin de ne pas se gêner. Doucement ils étaient passé sur le toi d’un bâtiment de même taille que le précédent. A leur arrivée en tant que aspirant on leur avait appris à se déplacer rapidement sans faire le moindre bruit. C’était l’une des première chose qu’on leur apprenait, pour qu’un shinobi soit efficace, il doit impérativement être discret. Dans d’autre circonstance peut-être qu’Asiachi aurait écouté le conseille de son amie mais il avait ressenti un curieux sentiment en voyant cet homme et surtout le rouleau qu’il avait avec lui. C’était comme une impression de déjà. L’ami de Vardec était perdu dans ses pensées tandis que ce dernier était entièrement focalisé sur les mouvements de l’homme au capuchon.

Peut-être faisait-il une erreur en le suivant mais ils avaient au moins pris leurs précautions en laissant Titania en arrière. Ils le suivait sans connaître son niveau et les raisons qui faisaient qu’il possédait ce rouleau. Après tout, ils étaient possible qu’ils se trompent et qu’il s’agisse en réalité d’un homme du village. Cependant, ils pouvaient tout aussi bien avoir raison en pensant que cet individu n’avait rien à faire avec cet objet. Surtout si il venait du bâtiment du mizukage. Mais si c’était le cas, son niveau devait être largement supérieur au leur. De plus, aucune alerte avait été donné pour l’instant.

Soudain, l’homme bifurqua dans une petite ruelle située juste entre le bâtiment où se trouvaient les genins et celui juste après. Les toits étant presque joints, ils distinguaient à peine la silhouette. Les genins s’arrêtèrent un petit instant pour laisser l’individu prendre un peu d’avance car pour l’instant ils étaient juste au-dessus de sa position. L’homme arriva au bout de la ruelle et ils le perdirent de vue. Les deux amis s’empressèrent d’aller aux bouts des toits. Lorsqu’ils arrivèrent à leurs bordures, l’individu surgit brusquement et faisant une pirouette au-dessus de leur têtes pour atterrir juste dans leur dos. Il posa une main ferme sur l’épaule de Vardec et leur chuchota.

« Vous ne devriez pas être couché les gamins. »

**Comment a-t-il pu?** Se questionna Asiachi.

« Il n’est pas très prudent pour des genins de se mêler de choses qui ne les regardent absolument pas. » Son regard se posa sur les bandeaux qu’ils avaient attaché au niveau des cuisses.

Vardec essaya de tourner sa tête pour analyser l’individu mais celui-ci le menaça aussitôt d’un ton ferme.

- Essaies de te tourner, t’es mort compris. 

- …compris.

Les deux amis se regardèrent, on pouvait lire un brin d’inquiétude sur le visage du rouquin. Celui-ci était encore en train de chercher l’erreur qu’ils avaient commis.

Au loin, Titania s’était allongé sur le toit, dos au ciel lorsqu’elle vit l’individu passer dans leur dos. La jeune genin hésitait à partir maintenant au risque de se faire repérer bien que l’homme était de dos, ou d’attendre de voir comment la situation présente allait évoluer. Elle était très inquiète pour ses deux amis.

**Pourquoi ne m’ont-ils pas écouté.**

Vardec réfléchissait à la façon dont ils pourraient se sortir de ce mauvais pas mais ils ne pouvaient pas faire grand chose dans leur position. Ils ne pouvait qu’attendre de voir ce que l’individu comptait faire. Ses poings étaient serrés prêt à être employés. Vardec se risqua à poser une question sur un ton serein.

- Qu’allez-vous faire de nous?

- Maintenant que j’ai fait le plus dur, je pense que je vais m’amuser un peu.

Parlait-il du rouleau se demanda Vardec.

- Nous allons faire jeu.

- Un jeu?

- Si vous arrivez à suivre le rythme alors je vous ferai une fleur.

**Qu’est-ce qu’il..** Asiachi fut percuté par Vardec qui fut projeté par l’individu pour ensuite recevoir un coup de pied dans ventre.

Lorsqu’ils touchèrent le sol, l’homme partit à toute vitesse en passant pour les toits. Celui-ci en était déjà rendu à une bonne vingtaine de mètres devant. Alors que les adolescents téméraires commençaient à peine à se relever, le voleur était déjà loin.

- On fait quoi Vard…

Ce dernier était déjà partis à sa poursuite. Son ami ne voulant pas qui lui arrive malheur se dépêcha de prendre par à la poursuite.

** Je ne peux pas te laissé y aller tout seul.**

Alors qu’ils allaient de toit en toit, toujours plus vite pour essayer de le rattraper, Asiachi était plongé dans ses souvenirs. Ce type lui disait quelque chose mais il n’arrivait pas à s’en rappeler. De plus, il ne voyait pas très bien l’endroit où voulait se rendre l’individu, dans cette direction il n’y avait aucune sortie du village. Il les attirait peut-être dans un piège. Devaient-ils stopper la poursuite? Oui mais le rouleau pouvait être d’une grande importance. Que ce passerait-il si ils le laissaient s’enfuir?

Il voulait en parler avec Vardec mais la petite distance qui les séparait, l’empêchait de lui parler et ils devaient rester concentrés. Il vit l’homme sauter du toit où il était pour s’enfoncer dans une série de petites ruelles sombres. Quand il sauta, il atterrit juste à côté de son équipier brun. Celui-ci s’était arrêté et avait le regard fixe. L’homme avait arrêté sa course et se tenait dans un espace plus large, au croisement de deux autres ruelles. Au bout de deux minutes, il prit la parole sur un ton terriblement serein mais qui se voulait insolent.

« Vous vous débrouillez gamins. »

Ca se voyait clairement qu’il était en train de les analyser.

**Je sens que je vais bien me marrer, à en juger par leur posture je pense qu’ils s’entraînent principalement pour le taijutsu.**

« D’habitude je sème assez rapidement ceux qui veulent me suivre mais je sens qu’on va bien s’entendre. » Ria-t-il intérieurement.

*



MessageSujet: Re: Une rencontre à double-tranchant   Mar 3 Nov - 16:52

***Flash-back (pendant l’avancé du voleur dans la tour)

Chaque pas qu’il faisait dans la bâtisse était un risque de plus de se faire repérer. Capturé dans une telle position lui vaudrait sûrement le cachot à vie, bien sur dans le meilleur des cas. Il n’avait pris que le strict minimum avec lui, ne voulant rien laissé de son passage. Les seuls bruits perçant le silence de la nuit, étaient ceux fait par les pas des ninjas chargés de la surveillance, circulant par-ci par-là. A chaque fois qu’il sentait la présence de l’un d’entre eux, il prenait soin de se dissimuler même si cela rallongé considérablement sa présence en ces lieux.

Il savait très bien qu’il ne ferait pas le poids si il était pris en chasse dans la structure. Même s’il avait une très grande expérience en matière de vol, il n’était pas à l’abri d’être pris dans un quelconque trac nard, surtout si il était la cible d’anbus du village ou d’Oï-nins. Si ce dernier cas se présentait, il ne pourrait sans doute rien faire.

Eizou avait choisi cette heure pour commencer son infiltration parce que c’était durant celle-ci que se faisait le changement de tour de garde. Il espérait que ce serait le moment où les gardes relâchement un peu leur attention. De plus, si jamais il devait faire un peu de bruit, ceux-ci serait partiellement couvert par ceux fait durant le changement. Cela pourrait le faire passer pour quelqu’un de naïf mais les gens seraient surpris en apprenant que cette méthode lui a permis de conclure pas mal de vol.

Notre voleur se surprenait à constater que même dans un bâtiment censé être extrêmement bien gardé, il y avait des failles dans la surveillance. Il lui arrivait de se demander si ce genre de bâtiment n’était en fait que des leurres et que les documents réellement importants aux yeux des dirigeants étaient gardés dans un lieu où seul les anbus en auraient connaissance. Bien sûr, ces soupçons n’étaient que de petites théories sorties de sa réflexion personnelle.

Après quelques minutes à circuler silencieusement dans les couloirs et escaliers, il entendit de l’agitation se faire. Soit il avait été repéré, soit il s’agit du fameux changement qu’il attendait. En arrêtant de penser aux différentes possibilités, il en profita pour accélérer afin de se rendre à son but. Au bout de quelques minutes de plus, la salle qu’il cherchait été en vue…

*** retour à la réalité

Le combat avait commencé depuis même pas trente secondes, que l’écart de niveau se faisait déjà ressentir même si l’espace était très restreint. Ce qui était étrange, c’était que leur adversaire ne semblait pas vouloir donner de coup. Pour l’instant, il n’avait fait que d’esquiver les différents enchaînements que les genins voulaient placer. Sachant très bien qu’il n’avait pas du tout la même expérience, Asiachi et Vardec se servaient des murs des ruelles pour harceler l’individu cagoulé. Alors que le noble semblait continuer à donner des coups dans le vent attendant probablement une ouverture, le rouquin semblait regretter au fur et à mesure que ses coups passaient à côté de leur cible. Après une dernière tentative où il s’était employé à tenter de frapper la tête de l’homme, il se laissa retomber en posant un genoux à terre.

**J’ai l’impression qu’on a eu les yeux plus gros que le ventre…**

Pendant que Vardec jouait le jeu du voleur, Asiachi revoyait dans sa tête ses différentes tentatives ainsi que celles de son ami. A chaque fois qu’une prise était portée, elle semblait glisser sur le corps de l’homme comme si il dansait. Ces mouvements étaient été gracieux et son silence commençait à le terrifier. Heureusement qu’il n’était pas encore passé à l’offensive pour l’instant. Son attitude était néanmoins étrange, il semblait s’amuser à les regarder se démener comme des diablotins.

De son côté Vardec analysait le comportement de son adversaire. Celui-ci était extrêmement confiant et semblait à la fois redoutable mais un peu trop sur de lui au goût du jeune homme car c’était en sous-estimant des combattants peu impressionnant que maints guerriers de haut niveau avaient rejoins leurs ancêtres. Voulant montrer qu’il n’était pas impressionné, à chaque coup tenté le garçon à la peau pâle s’obligeait à soutenir le regard de celui qui le défiait. Ce qui semblait étrange à Vardec, était la similarité de leur regard. Des regards dénués de tout sentiments.

Eizou se contentait d’esquiver pour délimiter l’écart de niveau qu’il y avait entre eux. Même si il savait qu’ils ne pourraient pas le battre, il voyait en eux de futurs shinobis du taijutsus qui plus pourraient devenir des rivaux intéressants. Pour Eizou qui désirait atteindre la perfection dans le domaine du taiseuse; un bien grand rêve, un bien grand mot « perfection » car nul n’était parfait mais il fera tout son possible pour s’en approcher; à force de noter dans sa tête chaque façon de procéder de ses adversaires un souvenir lui revint en mémoire.

**Serait-ce possible?**

Le mercenaire se souvint vaguement d’une mission à Kiri faite il y a 7 ans où il avait été tenu en échec par un jônin armé d’un Zanbato qu’il maniait tel un maître. Ce jour là c’était soit sa vie, soit son contrat. Alors qu’il reculait en esquivant, les images revenaient petit à petit. Quatre shinobis, trois genins dont deux garçons qu’il avait affronté et un jônin resté en arrière pendant le combat, au sommet d’une cascade. Ses poings se serrèrent jusqu’à faire craquer les phalanges…

Asiachi qui n’avait pas bougé de sa position prise quelques secondes plus tôt commençait à se demander si il n’avait pas déjà vu cet homme quelque par. Bizarrement, maintenant qu’il avait un point de vue extérieur au combat, les mouvements de l’individu portant le rouleau au torse lui était de plus en plus familier.

Les images d’un souvenir qui était resté gravé à jamais dans sa mémoire défilaient. Ce jour-là, il y avait exactement 7 ans et trois jours, ses toute son amitié avec son ami aux cheveux corbeaux qui bascula. Depuis sa terrible blessure lors de la chut dans la cascade, plus rien n’était comme avant. Vardec l’ignorait totalement ainsi que Titania, tout deux étaient désemparés devant ce changement radical de comportement. Malgré cela ils se jurèrent de rester à ses côtés pour tenter de retrouver si il était possible leur bon vieil ami qui riait, pleurait, se battait, jouait et s’entraînait avec eux. Même leur sens , qui en avait vu des choses ne savait que faire devant cette situation. Le Korochyma qu’il connaissait, n’existait plus depuis 7 ans et avait été remplacé par ce truc qui même devant une pair de nichons n’avait aucune réaction.

**Je…je te reconnais…**

Des larmes chaudes se mirent à couler le long de joues, pour finir sur son pantalon quand ce n’était pas le sol crasseux de cette sombre ruelle qui les recevait. C’était avec un visage remplis de larmes qu’il sortit de sa sacoche à la ceinture deux kunais dont il bloqua les pommeaux au creux de sa main gauche afin de créer un poing lui paraissant redoutable, ainsi que quatre petites shurikens. Son regard qui avait fait place à la rage en foudroyant l’individu qui faisait fasse à ce qui restait de son ami.

**…espèce d’enfoiré tu oses revenir…**

Eizou d’un geste vif fit passer le rouleau dans son dos, puis saisit la jambe au niveau de la cheville pour la plaquer contre sa hanche et frappa durement du coude sur la cuisse. Un même moment ou il frappait de son pied le plus proche le talon de Vardec qui supportait son poids afin de le déséquilibrer et le bloquer sur le sol.

« Ce ne peut être que le destin qui veuille ça. » Dit-il en laissant paraître des traits de joie autour de son regard. Derrière son masque, l’homme souriait.

En voyant la scène, Asiachi ne pouvait plus se retenir. Il fonça vers celui qui avait bousillé ces sept dernières années d’amitié.

**…je vais te faire regretter d’être venu…même si je dois en mourir.**

L’individu venait de créer l’ouverture qu’il attendait en s’étant davantage concentré sur son ami…ou ancien ami, il ne savait plus comment le percevoir. Un shinobi ne devait pas se laisser envahir par ses sentiments mais maintenant qu’il avait compris, il n’avait que faire du règlement. Il en faisait une affaire personnelle.

Pour se donner de l’élan dans les rebonds qu’il allait entreprendre de faire avec les deux parois de la ruelle étroite, il s’aida d’une poubelle qui avait encore son couvercle en sautant dessus. Se projetant contre l’une des paroi il se rapprochait de l’individu, qui commencé à se redresser, sans stopper son élan initial. Des larmes coulaient, de la haine l’envahissait, ses yeux fixaient sur l’homme au capuchon il se s’appuya une fois de plus contre une des paroi.

« Meurs!! »

Meurs!! Eizou regarda vers l’origine de cette affirmation et vit qu’il s’agissait de l’autre genin qui revenait à la charge avec une détermination qui n’était pas en lui précédemment. Son assaillant, valeureux, était presque au-dessus et exécuta un geste du bras afin de donner de l’effet dans les shurikens qu’il venait maintenant d’envoyer.

Vardec profita de ce manque d’attention envers lui pour se dégager et plonger entre trois poubelles.

Le shinobi mercenaire était entièrement concentré sur celui qui revenait dans la danse. L’homme vêtu de noir fit un salto arrière afin d’esquiver les projectiles qui ricochèrent contre les parois et revinrent sur lui. Afin d’éviter d’être blessé, il saisit du couvercle d’une des poubelle présentes pour s’en servir comme bouclier contre les deux shurikens qui revenaient vers lui, les autres s’étant contentées de finir planté par terre. Une fois ce danger neutraliser, il s’employa à rattraper le genin qui se dirigeait vers les toits.

Voyant les deux combattants s’éloigner vers les toits, Vardec se releva et se dépêcha de les rejoindre.

Asiachi se doutait bien que neutraliser ses projectiles ne serait qu’une formalité pour le voleur. En arrivant en premier, il prit une pose de façon à ce que l’adversaire ne voit pas son poing tenant les armes. Le sévère, il était prêt à le recevoir. Tout juste après avoir pris sa pose, le shinobi arriva et resta immobile devant le rouquin. Quelques secondes de plus et ils étaient rejoins par Vardec qui se plaça sur l’autre côté des toits encadrant la ruelle, juste derrière l’homme. Celui-ci, ne les voyant pas se jeter sur lui pour l’instant, analysa la situation dans laquelle il était et prit la parole sur un ton faussement amical, en prenant une pose se préparant à rispoter à un double assaut.

« Je dois avouer que je ne m’ennuis pas trop en votre compagnie. J’ai mis du temps mais je vous ai finalement reconnu, vous étiez à la cascade il y a sept ans. »

*



MessageSujet: Re: Une rencontre à double-tranchant   Jeu 5 Nov - 23:09

***Côté Titania

La jeune fille était en proie à la panique depuis que ses amis étaient partis à la poursuive de cette homme qui semblait avoir un niveau nettement supérieur au leur. Prévenir…oui il fallait prévenir quelqu’un, mais qu’arriverait-il à ses amis? Seraient-ils punis pour leur acte absurde.

Il fallait une personne de confiance, une personne qui saurait les aider sans leur causer trop de problèmes après. Titania faisait partie de ces personnes qui faisaient passer leur santé après celle de individus auxquels elles tenaient. Vardec et Asiachi comptaient énormément à ses yeux. Se connaissant depuis leur arrivée respective dans l’académie en tant que simple élève. A douze ans ils furent affectés dans la même équipe, dés lors une grande amitié se créa entre eux. Avant le traumatisme de Vardec, ils étaient comme les doigts de la mains, inséparables, et même après elle s’efforçait avec Asiachi à conserver ce lien avec leur ami.

Le jour où la fine équipe fut secouée par la blessure du noble, Titania ne cessa de pleurer pendant des jours entiers, et pendant ces sept ans écoulés, il lui arrivait de s’effondrer en sanglot quand elle rentrait chez elle. Elle n’avait cessé de faire des recherches pour savoir si à travers le monde shinobi il y avait eu des cas similaires mais elle ne trouva rien de concret.

Même si elle était paniquée, elle ne pleurerait pas. Sa gorge était nouée, mais elle ne verserait pas de larmes. Quelques minutes s’étaient déjà écoulées et elle se souciait pour eux. Etaient-ils blessés ou pire…nan elle ne devait pas penser à ça. Elle espérait qu’ils ne l’aient pas rattrapé.

Après une folle course contre la montre à travers le village, elle arriva devant une maison possédant un jardin modeste. Elle se dépêcha de tambouriner à la porte.

« Sensei, sensei, sensei, venez je vous en pris !! »

Tout juste eut-elle le temps dire cela, que quelqu’un sautait dans son dos depuis la fenêtre. Goro Souzoukimarou sensei était en tenue de shinobi et portait à l’aide d’une lanière son zanpato en travers du dos. On ne voyait que ses yeux verts et quelques mèches couleurs châtaignes mais on pouvait voir qu’il ne voulait pas montrer d’inquiétude devant son ancienne élève.

« Que ce passe-t-il Titania? »

Le visage de l’adolescente aux cheveux dorés était trempé de sueur. Elle fit un gros effort pour ne pas éclater en sanglot en expliquant la situation à la personne qui était comme un second père pour elle.

- Guro sensei, Vardec et Asiachi sont en danger, je vous en supplies il faut les secourir!!

- Calme-toi. Dit-il doucement en posant une main qui se voulait rassurant sur ses main jointes.

- On…on était sur un des bâtiment faisant fasse à la tour du mizukage pour regarder admirer la nuit des étoiles filantes…puis il y a eu ce type portant quelque chose sur lui mais je n’ai pas bien vus de quoi il s’agissait mais eux, ils l’ont bien vus. Ils sont partis à sa poursuite mais je suis certaine qu’il ne feront pas le poids.

- Je vois, conduis-moi à l’endroit où ils étaient quand ils sont partis à sa poursuite.

Sans prononcer un mot de plus, elle passa devant lui en courant, le temps leur était compté. Elle avait un curieux sentiment, comme si quelque chose d’atroce allait se produire.

***

« …vous étiez à la cascade il y a sept ans. », l’homme avait piqué la curiosité de Vardec, malgré les propos du voleur, il n’avait aucun souvenir de ce jour-là et l’envie de connaître les détails ne l’avait pas pris.

Si à l’hôpital on lui avait pas raconté la raison pour laquelle il s’était réveillé dans un lieu où il ne pouvait dire si les multiples odeurs de produits médicaux et de nettoyages lui plaisait ou pas. Depuis ce jour, il avait conscience qu’il n’arrivait plus à ressentir de véritable désir, à savoir si il aimait tel fleur ou tel divertissement. De plus il ne savait pas, ou plus, si par le passé il avait déjà ressenti des émotions. Etrangement lorsque l’homme mentionna ces souvenirs, l’amnésique incapable de ressentir des émotions cru commencer à se rappeler de quelque chose enfin, des images défilaient dans sa tête. Puis une douleur comme un grosse migraine vint à la partie arrière du crâne. Puisqu’il ne voulait pas montrer cet instant de faiblesse face à l’individu, il fit mine de s’étirer en portant une des ses mains à la nuque en fermant à demi ses yeux.

***Flash

- Guro senseï pourquoi se presser ainsi, nous venons à peine de nous lever?

- Quelqu’un s’est emparé d’un rouleau de techniques.

- Pensez-vous que nous devrions y aller?

- Le temps presse, tant que nous avons sa piste nous pouvons le rattraper et nous sommes l’une des seule équipe assez prêt de lui pour le rattraper.

- Mais nous sortons du village. Ou allons-nous?

- Je pense qu’il va passer par une cascade à l’Ouest.

***fin de flash

« …vous étiez à la cascade il y a sept ans. », Asiachi bouillonnait de lui ôter la vie mais il savait que si il fonçait dans le tas il n’aurait aucune chance. Par dessus l’épaule du voleur, il pouvait voir que Vardec s’était placé de façon à prendre en sandwiche leur adversaire. Mais un geste l’interpella, il sembla être gêné au moment, il s’était étiré mais le jeune plaisantin avait passé beaucoup trop en sa compagnie pour ne pas remarquer ce détail surprenant.

- Je m’attendais à une vive réaction… 

- LA FERME!! Cracha Asiachi.

- Voilà qui est plus convainquant.

- VARDEC C’EST A CAUSE DE CE TYPE QUE TU T’ES RETROUVE A L’HOPITAL IL Y A 7 ANS!!

***Côté Titania

Pendant le retour vers le haut lieu où elle s’était placée avec ses amis, Titania avait réussi à se calmer, probablement en la compagnie de celui qui les avait pris sous son aile.

Depuis la maison, ils n’avaient pas chaumé et avaient réussi à atteindre le bâtiment où ils s’étaient placés pour observer le ciel avant que la sortie ne vire au cauchemar. Tout deux se placèrent à l’endroit où Titania les avait perdu de vue.

- Par où sont-ils partis?

- Par-là. Informa la jeune fille qui sans le montrer de nouveau commençait à ravoir de l’inquiétude.

Elle montrait le sud du village du doigt.

- Je veux que tu ailles à l’hôpital au cas ou…

- Très bien. Dit-elle en obéissant.

Goro Souzoukimarou la regarda s’éloigner, puis se mit en route dans la direction qu’elle lui avait indiqué en essayant de perdre le moins de seconde qu’il lui serait possible, en sortant une petite radio.

***

« …C’EST A CAUSE DE CE TYPE QUE TU T’ES RETROUVE A L’HOPITAL… » ,Vardec l’avait bien entendu mais aucune haine, aucune surprise, aucune émotion particulière n’en ressortait de cette annonce, et pourtant, au fond de lui il avait l’impression que quelque chose essayait d’atteindre son cœur. Le voleur se tourna et fixa de son regard identique à celui de Vardec celui-ci. Les deux regards s’entrechoquèrent en un duel électrique. Chacun était comme hypnotisé par l’autre puis le plus expérimenté brisa le long silence.

« Tu es celui qui s’est fracassé dans la cascade…je te croyais mort, je suis étonné. »

Asiachi était comme un chien enragé, ce connard était juste étonné, aucun remord, rien, ce genre d’individu méritait de mourir sans être jugé pour lui. Il se prépara à reprendre les hostilités mais il attendit de voir comment allait réagir son ami. Ce dernier fut intrigué et semblait vouloir se rappeler.

- Comment?

- Comment…S’étonna le voleur.

- ...comment?

- Vous avez voulu m’arrêter alors je vous ai combattu mais je dois avouer que je me suis ennuyé et après vous avez fini, ton pote et toi dans la cascade après j’étais plus occupé à poursuivre mon chemin en éviter de me faire trucider par l’autre type avec son zanpato.

- Je vois.

- J’ai remarqué un truc chez toi.

Asiachi sera son poing dentelé.

« On a le même regard… »

Sentant quelqu’un fondre sur lui, il fit volte-face en saisissant en plein vol à l’avant-bras le rouquin qui avait directement bondis.

« ORDURE!! »

Il eut tout juste le temps de prononcer cette insulte avant d’avoir le souffle coupé par un coup de pied placé dans le ventre, le projetant en l’air. En voyant, l’individu lui tourner le dos, Vardec rouvrit également les hostilités en fonçant sur lui mais il avait vu le coup venir car l’homme cagoulé enchaîne avec un Bakasu plaçant ainsi aisément les deux premiers coups mais finit son troisième mouvement sur le rouquin qui tentait de l’agripper en retombant. Ce dernier roula sur plusieurs mètres avant de heurter un rebord, c’était douloureux mais il ne devait pas se laisser désorienter, il serra les dents et se redressa. Vardec essaya de revenir à la charge mais l’individu enchaîna une série de coups de poings rapide dans les côtes de gauche à droite puis l’envoya rejoindre les poubelles situées quelques étages plus bas.

Le voleur regarda l’albinos se dégager des déchets, puis pivota légèrement pour s’occuper de l’autre qui essayait de revenir dans son dos. Il esquiva habilement les mouvements dessinés par le poing dentelé, afin d’arrêter son l’assaut, il bloqua brusquement le bras avec les deux armes et exerça une forte pression sur l’avant-bras qui fit retentir un craquement sec dans l’os.

- Arrrgh!!

- Beaucoup trop prévisible.

Il chopa le col du kimono mauve et l’expédia sur Vardec. Ce dernier reçu de plein fouet sur le dos son camarade, l’entraînant de nouveau dans les déchets. Il regarda en l’air et vit leur adversaire leur faire un geste de la main avant de reprendre sa fuite via les toits.

« Je…je crois qu’il est cassé… » Dit Asiachi en montrant l’avant-bras et en cherchant ses kunaïs qu’il avait perdu dans sa chute.

Voyant l’autre s’éloigner Vardec s’empressa de fabriquer une attelle en se servant de deux bout de bois traînant et de la manche droite de sa chemise qu’il déchira. Il serra fort et ramassa une des arme visible sur le sol.

- Comment sais-tu faire cela? Se demanda le blessé en regardant son ami faire.

- Je l’ai lu…

Quand il finit, il se concentra pour analyser la situation. Malgré le fait qu’il leur soit supérieur, ils ne devaient abandonner la poursuite. Maintenant qu’ils s’étaient impliqués dedans ils ne pouvaient finir sur un échec. Soudain il fut pris d’un nouveau flash.

***

Un petit garçon aux cheveux de braise venait à l’instant de le bousculer sans faire exprès dans la cour où les nouveaux élèves étaient rassemblés pour leur premier jour. Il s’avança et tendit la main pour l’aider en engageant la conversation sur un ton enjoué.

- Excuse-moi je n’ai pas fait attention, je m’appelle Asiachi.

- Vardec. Dit-il en renvoyant acceptant l’aide proposée.

Mais le gamin espiègle enleva sa main, laissant ainsi son nouveau camarade retomber sur les fesses.

« Ah ah je suis désolé c’était plus fort que moi, allé c’est bon tiens. » *retend la main*

Vardec la reprit et commença à se relever mais au moment où il arriva au niveau du rouquin, il tire brusquement pour l’envoyer au sol à son tour.

- Oups je suis désolé. Dit le garçon au cheveux corbeau avec ironie en tendant le main.

- Tu m’as bien eu. *fait semblant d’être vexé*

***

Le mal de tête revint mais il fit mine de ne rien ressentir sous le regard de son camarade genin. Vardec allait poursuivre le voleur mais il demanda toutefois si Asiachi voulait continuer, dans le cas contraire il comprendrait.

« Je vais continuer seul si tu n’en peux plus? »

Asiachi mit un temps à répondre car c’était vraiment la première fois depuis l’accident que son ami semblait faire attention à lui. Il hésita puis saisit l’autre kunaï au sol et répondit sur un ton affirmatif.

« Tu rigoles, que je te laisse te faire massacrer, nous avons commencé tout les deux, nous finirons tout les deux!! »

Sans perdre plus de temps, ils reprirent la poursuite par les toits, l’homme n’était plus en vue mais ils espéraient pouvoir le retrouver. Ils avaient une curieuse sensation en avançant. Ils s’arrêtèrent au moment où il s’approcher d’une petite place située au milieu de quartiers peu entretenus. Hormis un poteau électrique, rien n’occupait cet endroit. Vardec restait silencieux et cherchait des yeux des traces indiquant le passage du voleur, qui devait avoir une bonne avance.

« Encore là… »

Tout se retournèrent mais une masse les attrapa et les fit tomber dans la petite place. Ils se dépêchèrent de se relever en regardant l’homme les rejoindre. Les deux amis prirent leur pose pour reprendre le combat.

- Je ne l’ai pas sentis venir. Murmura Asiachi en protégeant son bras meurtris.

- Calme.

Bizarrement l’homme prit son temps. Il enleva le rouleau qu’il portait, mit ce dernier contre le mur derrière lui et prit la parole.

« Vous êtes encore là malgré tout, vous êtes bien téméraires pour des genins mais au fond je vous aime bien*Prend un pose indiquant qu’il va pas tarder à reprendre les hostilité*, c’est pour cela que je laisserai peut-être l’un de vous deux en vie. »

***côté Guro




Dernière édition par Vardec le Dim 15 Nov - 23:38, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Une rencontre à double-tranchant   Jeu 12 Nov - 23:43

L’homme aguerris avait ralenti la cadence en arrivant dans le dédale de ruelles sombres. Son expérience l’avait appris à ce méfier de ces lieux étroits qui pouvaient donner de redoutables embuscades. Sa méfiance s’était accentuée lorsqu’il remarque plusieurs poubelles mis en l’air, après quelques minutes de errance il arriva à un endroit où il semblait y avoir eu un bel affrontement. Des déchets saccagés qui semblaient avoir reçu quelque chose, des shurikens plantées dans le sol, et une curieuse impression d’avoir déjà ressentis cette présence.

Ces anciens élèves étaient comme ses propres enfants à ses yeux. Un jounin ne devait pas s’attacher autant mais il avait été touché par les liens amitiés qui s’étaient entre eux. Jamais il n’avait eu de tel sentiment pour des élèves, ils étaient ses protégés. Depuis l’erreur qu’il avait commis en envoyant au carnage Asiachi et Vardec, il s’était juré de ne plus reprendre d’élève jusqu’à la fin de ses jours. Cela était impardonnable pour un senseï de prendre une telle décision, et il s’étonnait encore qu’on ne lui ait envoyé à la retraite.

Deux de ses élèves s’étaient mis dans le pétrin et il fera tout pour les sauver, ce qui s’était passé à la cascade ne ce reproduira pas. Une pointe d’inquiétude commençait à le gagner, comme si il n’allait pas arriver à tant. Il se releva et sentit qu’il y avait du grabuge un peu plus loin, il monta sur les toits et se dépêcha à se rendre sur place en espérant qu'aucun malheur ne soit déjà arrivé.

***

Sans attendre plus longtemps les combattants engagèrent de nouveau le combat, alors que le plus expérimenté menait la danse parfaitement en donnant des coups précis et rapides, la performance des deux genins ce résumait en un enchaînement d’esquives et de plongeons, tentant tant bien que mal de se rattacher à leur vie qui ne tenait plus qu’à un fil. Malgré son envie d’en finir, l’individu n’était pas à fond car son arrogance le poussait à s’amuser continuellement avant d’achever les plus faibles qu’il affrontait. Des deux, c’était surtout Vardec qui se mettait en avant car son compagnon était sérieusement handicapé par sa fracture car ce dernier était tout comme son ami principale basé sur le taijutsu.

L’homme balança un coup de pied fulgurant dans le ventre d’Asiachi qui se retrouva contre le poteau, Vardec en profita pour se glisser derrière et saisir ses poignés pour tirer en arrière en apposant son genoux entre les omoplates de l’individu pour l’immobiliser. Si Asiachi saisissait cette occasion, ils le neutraliseraient.

« Maintenant!! »

L’homme écarquilla les yeux en essayant de se libérer de cette entrave.

***Il y a trois semaines

Au beau milieu de Tani no kumi, dans une profonde vallée ce perdait deux individus. L’un vêtu d’un bas de kimono pourpre, d’un katana à la ceinture et d’un casque de maille protégeant sa tête et garantissant la dissimulation de son identité. Physiquement impressionnant, sa peau mâte était recouverte d’impressionnante cicatrice, signe de gros combats livrés par le passé et d’un guerrier plus qu’aguerri. L’autre était vêtu d’une robe indigo richement décorée, d’un cape mauve et d’une espèce de boîte équipée d’un rideau couvrant son visage. Cet individu, d’un physique banal presque maigre pourrait passer pour une personne totalement normale si il ne se trouvait pas en ces lieux avec une tenue qui n’était absolument pas faite pour ce genre de « promenade ».

Ces deux individus aux aires louches, s’étaient aventurés avec prudence dans les ruines d’un ancien temple servant pour des cérémonies bouddhistes. La végétation et l’humidité étaient omniprésentes, petit à petit la nature s’emparait de ce lieu à l’abandon depuis plusieurs années. L’homme de plus de deux mètres s’arrêta à l’entrée de ce qui semblait être la salle principale de la bâtisse en laissant le deuxième s’approcher de la statue de Bouddha qui n’avait pas subis de quelconques tentatives de pillage, en apparence. L’homme posa une main vieillie sur le genoux gauche de la statue de petite taille comparé à certain modèle très impressionnant. Vue son comportement, il devait savoir ce qui l’attendait puisqu’il ne broncha pas lorsqu’une lame au métal froid se posa délicatement et aussi rapidement que l’apparition de celui qu’il était apparemment venu rencontrer. Le voilé parla doucement, d’une voix qui pouvait laissée penser qu’il possédait un âge honorable.

- Pensez-vous que la religion à sa place?

- Cela reste à vérifier. Dit-il en rangeant sa lame dans son haut

Le nouvel arrivant alla s’asseoir d’un déplacement vif sur la tête de la statue.

« Avez-vous les pilules? »

L’homme voilé claqua des doigts, faisant avancer le géant en retrait qui balança une petite bourse dans le creux de la main que l’autre tendait.

- J’ai eu beaucoup de difficulté à me les procurer, j’espère que vous saurez respecter votre part du marché.

- Vous me connaissez, j’ai une réputation à tenir.

- On fait comme d’habitude.

- Je vous contact dés que j’aurai accompli le contrat. N’aillait crainte, Eizou n’a jamais failli à sa tâche.

***

L’atmosphère était plus que tendue, les genins étaient maintenant en très mauvaises postures. Il y avait beaucoup de sang, Vardec était semi-comateux, sa tête saignait beaucoup, le choc contre le mur avait brutal et il sentait se vider de ses forces, bientôt il sombrait dans l’inconscience. Il ne s’était attendu à un tel revirement de situation, il y a même pas quinze seconde, Asiachi et lui-même étaient sur le point de le neutraliser mais ils avaient largement sous-estimé leur adversaire qui avait tout calculer à l’avance. Alors que le rouquine allait frapper, des fils sortir de nul part et l’immobilisèrent contre le poteau, une personne venait de rejoindre le combat et elle n’était pas de leur côté.

Tenant fermement, les fils qui commençaient à entailler les vêtement et la peau de sa prise, le nouvel adversaire se tenait à l’écart et regarder l’ennemi initial maîtriser Vardec en exécutant une pirouette pour se débarrasser de son emprise et l’exploser contre le mur qui se tenait derrière eux. Asiachi était paniqué, il essayait de coup le fil avec son kunaï mais rien à faire il était trop solide. Etait-ce la fin, non il ne pouvait le réaliser, c’était impossible, leur chemin sur la voie des shinobis ne pouvait se terminer maintenant, trop de choses n’avaient été accompli, ils n’avaient pas encore fait leurs preuves pour montrer qu’ils méritaient d’en faire partie. Pourquoi cela devait finir ainsi, non il ne pouvait se le permettre, Vardec n’était pas encore guéris, Titania ne s’en remettrait pas ainsi que Guro senseï qui était pourtant très fort. Que devaient-ils faire?

Supplier les individus pour qu’ils leur laissent la vie sauve, non cela était indigne d’un ninja, c’était encore pire que la mort elle-même et la désertion. Il ne fallait pas rêver, personne ne viendrai les aider. Pourquoi n’avait-il pas écouter Titania? Pourquoi avait-il entraîné Vardec? Pourquoi lui avait-il pris l’envie d’arrêter ce type qui venait de sortir de la tour du mizukage alors qu’il aurait été si simple d’alerter les ninjas de garde?

Un imbécile, oui c’était un parfait imbécile, tout ce qui arrivait, était de sa faute, son meilleur ami se vidait de son sang et lui. Lui, il ne pouvait rien faire, à par le regarder. Depuis qu’il s’était mis en tête de l’arrêter en le voyant près de la tour il n’avait cessé d’enchaîner les erreurs, les unes après les autres. La voix du type raisonnait maintenant dans sa tête, il leur parlait mais il n’avait aucune envie d’entendre ce qui l’attendait car il s’en doutait très bien. Finalement il se décida à l’écouter et le regarder malgré une fine larme qui glissait du quoi de l’œil.

« Bon, maintenant que nous avons passé une bonne soirée ensemble je crois qu’il est tant de nous quitter. » Dit-il en sortant une espèce de dague à lame isocèle.

La voix scabreuse de son futur bourreau le terrifiait. L’homme s’avança doucement mais Asiachi prit la parole, espérant ainsi reculer le moment fatidique.

- Puis-je poser une question avant de mourir? Dit-il sur un ton triste.

- Je veux bien.

- Depuis quand votre acolyte nous suivait-il?

- A partir de l’instant ou vous étiez au-dessus de moi quand je suis passé entre deux immeubles à la ruelle très étroite et sombre mais ce n’est pas un acolyte.

***Flash-back

**Technique clonage.**

Un kage bunshin venait d’être crée alors que les deux genins avaient du mal à le distinguer depuis leur position.

- Tu vas rester en arrière et suivre l’avancé de nos deux jeunes amis sans intervenir, compris.

- Compris.

- Lorsque je l’ai sèmerai, tu me rejoindra sans te faire repérer.

Après cette dernière instruction, les murmures se turent.

***

Terrifié et impressionné, ce type leur était supérieur, tenter de le neutraliser alors qu’ils n’étaient que de simples genins revenaient à de la folie ou à de l’utopie. Asiachi était partagé entre ces deux sentiments, en plus du regret. Si ils s’en sortaient, il ferait tout pour ne plus être un imbécile.

- Satisfait?

- Qui êtes-vous? Pourquoi êtes vous venu ici?

- Ah on ne triche pas, tu as demandé UNE question mais je veux bien de te dire comment on me surnomme.

Il s’approcha et lui chuchota dans l’oreille.

« Eizou. »

La lame se rapprocha doucement de la gorge de jeune homme et traça un léger filet de sang.

« Adieu. »

Soudain le clone posté en hauteur fut tranché en deux, sortant de l’explosion de fumée un individu plutôt grand surgis de là en abattant sa lourde arme. Le dis Eizou n’eut d’autre solution que de se jeter au sol.

« Mon statut m’oblige à te donner une chance de te rendre. »

L’homme se releva et analysa rapidement son nouvel adversaire avant de lui foncer dessus. Tandis que Asiachi enlevait le fil qui l’immobilisait pour ensuite contourner le voleur et son senseï afin de rejoindre Vardec. Guro Souzoukimarou fit voler son arme en arcs de cercle pour frapper leur ennemi commun qui esquiva non sans difficulté pour se glisser jusqu’au jounin. D’un geste rapide, il lâche son zanpato bloqua la dague qui fusée, reprit de l’autre main le lourd sabre et frappa de bas en haut le corps de l’homme qui se sépara en deux parties distinctes avant d’exploser en fumée.

Asiachi ne savait que dire, depuis le début il s’agissait d’un clone, non pas depuis le début il y a bien un moment où il a été crée, enfin ou ils ont été crée car il y en avait deux, mais alors ou était le vrai . Mais alors, cela signifiait qu’ils c’étaient fait balayer par un simple kage bunshin. Ils avaient, enfin il avait totalement sous-estimer les capacités de leur adversaire. Leur senseï guetta rapidement les environs, sûrement pour s’assurer que Eizou n’allait pas venir récupérer ce qu’il avait volé auparavant. Puis une rassuré sur ce point, rengaina l’arme impressionnante dans son dos et se précipita vers le corps de Vardec. Le rouquin voulu parler mais le jounin lui ordonna d’un signe de garder le silence. Une fois Vardec calé dans ses bras, il coupa le silence sur un ton sec qui se voulait autoritaire.

« Prends le rouleau et reste près de moi, nous devons nous dépêcher il a déjà perdu beaucoup de sang. »

Alors qu’ils s’éloignaient, une silhouette dissimulée dans une ruelle s’agita.

**Pas mal.**



MessageSujet: Re: Une rencontre à double-tranchant   Dim 15 Nov - 23:44

Ses pensées étaient confuses, il avait l’impression que sa tête était sous pression, petit à petit il sortait du brouillard. Il était encore sous les effets des anesthésiques mais il reprenait confiance, malgré qu’il avait l’impression d’être fait en coton, il ne se sentait plus. Puis à l’unisson.

« IL SE REVEILLE !! »

Il était dans une chambre d’hôpital comportant deux lits, malgré la confusion il se souvenait parfaitement de ce qui s’était passé cette nuit ainsi que de ce qui s’était passé il y a 7 ans. Une infirmière était venue apporter des bandages de rechange et deux médecins étaient en train de l’examiner alors que Asiachi avec son avant-bras droit plâtré réconfortait Titania qui avait les yeux gonflés à cause des larmes qu’elles n’avaient cessé de verser à leur arrivée.

« Ressentez-vous quelque chose d’anormal? Perte de mémoire, manque de sensations, mauvaises odeurs. » Demanda le médecin le plus âgé en examinant ses yeux.

Vardec mit un temps à répondre, puis se décida.

« Euh non pas spécialement. »

Ses deux amis s’approchèrent, ils avaient noté un changement en lui, comme si il s’agissait du Vardec qu’ils n’avaient plus vu un petit paquet d’année.

- Bienvenu chez les vivants mon ami.

- Asiachi, ton bras.

- C’est bon ce n’est rien comparé à ce que tu as eu. Dit-il en se réjouissant d’entendre son nom sortir de la bouche de son ami.

Guro senseï libéré du poids de son zanpato entra dans la pièce.

- Comment va-t-il?

- Étonnement il ne semble pas avoir subis de dommages irréversibles.

- Pouvez-vous nous laisser un moment?

- Bien sur. **Les médecins sortent**

Le jounin regarda par la fenêtre et alla rejoindre la petite bande.

- Senseï je crois que Vardec est soigné. Informa Asiachi.

- Je vois. Dit-il d’un ton sec.

- Content de vous revoir senseï. Dit Vardec.

L’air du grand homme était sévère. Soudain la joie qui s’était créée, il y a peu se transforma en tristesse.

- Je vous remercie senseï, tout cela est entièrement ma faute. Dit Asiachi.

- Pourquoi avoir fait une chose aussi stupide.

- Je…je…

- Vous auriez pu y rester, heureusement que je suis arrivé à temps.

- Cet homme…c’était celui de la cascade.

- Je l’ai reconnu aux mouvements fait par son clone.

- Quand je l’ai vu sortir de la tour, je ne savais pas qui c’était mais j’ai été pris d’une envie irrésistible de l’arrêter mais je ne sais pas pourquoi.

Guro Souzoukimarou se décontracta et parla sous un ton plus amical.

- Vous êtes encore trop jeunes et inexpérimentés pour tenter de telles actions. Vous auriez du prévenir les gardes de la tour.

- Je sais.

- L’essentiel c’est que nous avons récupéré le rouleau et que vous êtes sain et sauf. Vardec tu te sens comment?

- Bien senseï mais je suis encore un peu sonné et mes pensées sont confuses.

- Je vois. Asiachi, Titania je compte sur vous pour aider Vardec à se réadapté, je ne sais pas comment mais apparemment ce seconde traumatisme crânien semble avoir eu des effets bénéfiques.

- Oui senseï.

Il s’éloigna vers la porte mais avant qu’il sorte, la voix d’Asiachi l’interpella.

- On fait quoi pour Eizou, car il coure toujours dans la nature.

- Vous, vous faites rien, je m’en occupe personnellement, je vous tiendrai au courant.

Puis il sortit.

- Eizou? Demanda Vardec.

- Je vais tout te raconte. Ce qui s’est passé cette et avec Titania on va te résumer ce qu il passé pendant ces 7 ans même si tu as l’air de t’en souvenir.

- Je vous remercie.

- Je suis heureuse de retrouver l’ancien Korochyma qu’on connaissait.

***End***



MessageSujet: Re: Une rencontre à double-tranchant   Dim 29 Nov - 17:49

Vardec : +55xp (bonus Genin inclus).
RP sympa, avec du bon et du un peu moins bon. Gaffe aux fautes.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une rencontre à double-tranchant   

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Coeur du Village-