Partagez | 
 

 [Mission de rang D] Un voleur à Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Mission de rang D] Un voleur à Konoha   Mer 28 Oct - 20:54

Un des premiers rayons de soleil m’aveugla. Je mis ma main devant mes yeux en pestant. J’avais passé la nuit à errer dans ces rues, tantôt animées et parfois moroses, et maintenant que la matinée allait débuter et que le bruit allait s’amplifier, je me demandais si je ne préfèrerais pas le calme de la nuit. Cela faisait des lustres que je n’avais été dans une ville de ce genre, et même si je savais que j’aurais tout mon temps, je ne pouvais m’empêcher d’arpenter toutes ces ruelles d’un air pressé. L’habitude de rester peu de temps quelque part, peut-être. Mon mode de vie allait changer, je le savais. Il me fallait juste un temps d’adaptation, comme chaque chose. Plongé dans ces pensées, je me rendis compte que, sans vraiment le vouloir, je m’étais retrouvé devant un de ces bâtiments administratifs, ou l’on donne des missions. Une des personnes semblait « garder la porte ». Elle me jeta un coup d’œil signifiant « mais qu’est-ce qu’il fout, planté là devant la porte ? ». Me sentant idiot, je tentai de donner une raison à ma venue.

« Je… Euh… Cherche pour les missions. C’est ici nan ?
-Entre »


Je hochai légèrement la tête à l’attention du portier –qui était, sur le passage, peu aimable- puis pénétra dans le bâtiment. Une autre personne m’indiqua le bureau ou je devais me rendre. Il était au fond d’un couloir. Je m’en approchai, puis, après quelques secondes de réflexion (mais comment est-ce que ça peut bien se passer ?) je me décidai à toquer. J’entendis un « entrez ! » d’un ton fatigué. Je tournai la poignée et entra dans le bureau. Sur le côté droit et gauche de la pièce, des étagères étaient remplies de livres et de documents dont des feuilles dépassaient. En face, une femme avec des cernes me jeta un regard épuisé. Son bureau débordait de paperasse sur lesquels on pouvait apercevoir de l’encre encore toute fraîche. La pauvre avait du beaucoup travailler, et me maudissait certainement pour être venu si tôt.

« Les missions c’est ça ?
- Oui, je suis étudiant, je m’appelle Eva…
-Etudiant, d’accord. Attend deux secondes, s’il te plait. »


Elle baissa les yeux et j’entendis le bruit d’un tiroir s’ouvrir, puis celui d’une main fouillant à travers des papiers. Elle regardait en fronçant les sourcils, jusqu’à ce qu’un sourire de satisfaction se dessine sur son visage. Elle tira de ce tiroir une feuille pour le moins froissée.

« Voilà. Une jeune fille a été volée, et elle s’est vue confier la mission de la récupérer. La mission est de rang D. Bon, à la base je ne lui ai pas donné de coéquipier, mais je l’ai noté là car je pense que finalement elle aurait peut-être besoin d’aide, au cas où. Elle est très jeune. D’après des témoignages, ça serait quelqu’un de taille moyenne habillé en noir, encapuchonné, mais je ne pourrais pas t’en dire plus. C’est qu’une mission de rangD, la personne n’a pas volé quelque chose d’important, et a du laisser de nombreux indices. Tu acceptes ? »

Pour être franc, je ne connaissais pas grand-chose du monde des ninjas, de leur hiérarchie, et ce genre de trucs. Je savais juste que j’étais un étudiant en passe de devenir ninja. Quand elle m’a parlé de rang D, j’étais complètement pommé. Je savais pas si c’était le genre de trucs qu’allait être facile ou non, le degré de difficulté que cela signifiait. Puis elle m’a expliqué le topo : et là, ouais j’en étais sur, le rang D ça devait être le bas de l’échelle : une fillette s’était fait volée… je ne savais pas si ce genre de désagrément devaient souvent arriver par ici, mais le type qui avait fait ça devait pas être fier. En tout cas, y’avait rien de bien glorieux. Je comprenais que ce soit considéré comme une mission de rang D. Quelle personne haute gradée voudrait s’occuper d’un mec qui vole des trucs à des gamines ? Reste à savoir ce qui avait été volé.

« Ouais, je vais accepter. C’est quoi qu’a été volé, au juste ? »

Aïe. Ca devait pas être la meilleure question à poser. La femme écrasa sa main sur son front en maugréant. Elle resta quelques secondes comme ça, puis j’entendis un soupir, le genre de soupir que l’on fait lorsque l’on a oublié un truc important, et que, se rendant à l'évidence, on l'assume.

« Je ne sais plus. J’ai eu beaucoup de travail entre le signalement et ton arrivée, je ne peux pas me souvenir de tout, tu sais. Mais la fillette qui a été volée, et qui sera aussi ta coéquipière donc, a neuf ans, elle s’appelle Azumi. C’est une gamine comme toutes les gamines de son âge, en somme. Si tu la vois, dis-lui bien que vous faites la mission ensemble, que t’es sa coéquipière. Tu as compris ?
-Vous savez où le vol a eu lieu ? »


Nouveau soupir de la part de la femme. Elle était vraiment exténuée.

« Je ne sais plus exactement mais je sais que c’est près du centre, donc près d’ici. Si c’est pas là, alors en tout cas c’est pas loin. D’autres questions ?
- Ca s’est passé qu…
- Durant la nuit, vers les onze heures je crois, mais je suis pas vraiment sure.
- D’accord, merci. »


Je sentais une pointe d’agacement dans sa voix. Je décidai de prendre congé d’elle et me retournai en la saluant, sortit du bureau, puis du bâtiment. Dehors, le soleil était encore plus haut dans le ciel et la nuit avait laissé place à la rosée du matin. Donc, ma première mission allait consister à choper un voleur d’opérette, ça n’avait pas l’air si difficile que ça. Reste à savoir par où je pouvais bien commencer. Je pense qu’il fallait déjà que je trouve la fillette, après tout, même si elle n’était pas encore au courant, nous étions coéquipiers. Coéquipiers avec quelqu’un de cet âge… Non pas que cela me gênais, mais si je m’attendais à ce genre de situations ! Je me mis alors à déambuler dans les rues, l’œil attentif, questionnant des gens au hasard qui se terminait par des « ben non ». Je commençais à me questionner quant à l’utilité de ces « interrogatoires » lorsque je vis un homme à l’air dérangé. Je m’approchai de lui pour l’interroger, lorsque…

« Au secours ! Il m’a volé de l’argent ! »

][b]Un vieillard tentait de courir après celui que je m’apprêtais à interroger. Celui-ci courut, me bousculant sur le passage. Je me retournai et tenta de lui attraper le col. Raté. Je ne perdis pas de temps et me lança à sa poursuite. C’est qu’il courait vite, le voleur. Et d’un côté, mais si c’était un voleur, la question que je me posais était : était-ce lui au moins le voleur que je cherche ? Et je n’avais toujours pas rencontré ma camarade. Mais bon, pour l’instant, je devais essayer de choper l’autre. C’est qu’il était agile et rapide, le bougre. Il courait et éviter aisément les passants, et ne semblait pas être dans l’intention de s’arrêter. Moi, je me débrouillais pas mal non plus, mais il restait tout de même vraiment plus sportif que moi. pour une première mission, ça promettait...

MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Un voleur à Konoha   Dim 1 Nov - 1:45

Chapitre 3 aux Sources chaudes de Konoha. Arrow

Tome 1

Chapitre 4 - 1
Un voleur à Konoha.

La journée venait de commencer. Le plus grand astre connu jusqu’à ce jour prenait de plus en plus de place dans ce ciel bleu. Les nuages avaient laissé place à un grand vide. La fraicheur était un peu moins agressante que la journée d’avant, mais elle était présente. C’était le début de l’hiver et il ne fallait pas oublier de bien s’habiller avant de poser un pied sur le sol gelé du village. Mais Azumi avait eu la brillante idée de survoler Konoha en marchant sur les toits du centre ville. Les dents serrées et les cheveux volant au vent, elle scruta chaque ruelle, chaque fenêtre et chaque endroit où pourrait se trouver l’homme qui avait osé lui voler son magnifique sac et son contenu.

***

Ça s’était produit il y a déjà quelques heures. La jeune fille venait tout juste de quitter les sources chaudes et décida de faire un tour au centre ville. Il se faisait tard et les gens devaient tous être partit souper avec leur famille et les marchands avaient sans doute fermé leur boutique. Mais Azumi trouvait qu’il était trop tôt pour cesser de profiter de cette journée. C’était aujourd’hui que la fillette avait apprit le clonage et l’art de marcher sur l’eau. Elle avait rencontré Ying Niwa, une jeune femme très gentille qui l’avait aidé dans son apprentissage.

Azumi avait mit dans son sac la petite serviette qu’elle avait utilisé quelques minutes plus tôt pour s’essuyer et son jolie mayo de bain noir qu’Haruna, sa nouvelle maman, lui avait prêté. Malgré le sourire qui régnait sur son visage, la fatigue prenait de plus en plus le dessus. Aujourd’hui avait été une très grosse journée. La fillette avait fait ses premier pas à l’académie et était très fière de ses performances. Les gens autour d’elle lui disaient sans cesse que sa maîtrise du chakra était exceptionnelle pour une jeune fille de son âge. Et encore, ils n’avaient rien vu.

C’est en arpentant une ruelle qu’elle remarqua que quelqu’un la suivait depuis quelque temps. Elle augmenta la vitesse de sa marche dans le but de semer cet inconnu et tourna dans une rue qui, le jour, était très fréquentée. Mais puisqu’il se faisait tard et que la nuit tomberait bientôt, elle constata qu’il n’y avait personne. Azumi tenta de se calmer et reprit une vitesse normale. Si ce monsieur avait quelque chose à lui dire, qu’il vienne. Et s’il voulait lui faire du mal, il n’avait qu’à venir la défier ! La fillette voulait être courageuse et elle voulait, depuis quelques jours, montrer à tout le monde ce qu’elle valait. Et ce n’était sûrement pas en fuyant qu’elle montrerait qu’elle n’est pas une incapable.

Azumi s’arrêta pour voir si la personne qui la suivait était toujours là. Elle jeta un regard discret vers l’arrière et constata qu’un homme capuchonné et vêtu de noir s’était, lui aussi, immobilisé. La peur envahit l’esprit de la jeune fille qui se mit à marcher lentement, comme si elle ne l’avait pas remarqué. La fillette semblait calme, mais au plus profond d’elle, l’alarme avait été sonnée. Comment allait-elle se débarrasser de lui ? Que voulait-il ? Qui était-il ? Était-ce un Dévoreur d’Âmes ? Azumi avait lu dans un magazine que ces âmes errantes s’amusaient à manger l’âme des petites filles se promenant seules dans la nuit. C’était d’ailleurs pour cette raison que la fillette craignait le noir.

Le bruit des pas des deux protagonistes était le seul que l’on pouvait entendre. La rue était déserte, elle devait donc s’en sortir seule. Sans se retourner, Azumi s’adressa à l’homme sur le ton le plus calme qu’elle pût utiliser.

Azumi - Qui êtes-vous ?

En une seconde, l’homme se jeta sur elle et empoigna le petit sac qu’elle portait. Azumi se débattait du mieux qu’elle pouvait, mais n’étant pas assez forte pour se défendre à main nue, elle dû abandonner la lute. La fillette donna quelques gifles au voleur, mais elles n’étaient pas assez violentes pour occasionner de sérieuses blessures à l’inconnu. L’homme se releva, mais Azumi tira la manche de l’ennemi qui continuait de courir dans la rue en émettant des bruits qui démontraient qu’il commençait à être fatigué. La fillette tomba par terre et, tenant fermement la veste noire, continua de trainer derrière l’ennemi. À bout de souffle, elle lâche prise et le laissa fuir.

Lorsque le nuage de poussière causer pas la bataille s’abattit du le sol, Azumi se releva avec un mal atroce au crane. La petite fille essuya la saleté qui était resté coller sur son derrière et se mit à courir vers la rue emprunter par l’inconnu. Elle ne devait pas le laisser fuir, elle devait remettre le sac d’Haruna à sa propriétaire. La jeune fille balaya la ruelle du regard dans l’espoir de voir le voleur, mais elle ne vit rien à l’horizon. Sans cesser sa course, elle tourna dans un embranchement et fonça dans une femme musclée. Azumi tomba sur les fesses et leva les yeux vers cette dernière. Elle constata qu’elle portait fièrement le bandeau ninja de Konoha.

Femme - Où cours-tu comme cela à cette heure petite ?

Paniqué, Azumi bégaya.

Azumi - Un homme… Mon chac ! Il a volé mon chac ! Haruna chera très fâchée. Je dois le retrouver.

Femme - Calme-toi petite. Un homme a volé ton sac ? Il ressemblait à quoi ?

Azumi - Il portait un vêtement noir et un capuchon masquait chon visage.

Femme - D’accord. Je vais prévenir les autorités du village et ils verront ce qu’ils peuvent faire. Je te demande ton nom.

Azumi - Je suis Azumi Itô. Étudiante de Konoha.

***

Ensuite, quelqu’un lui avait dit qu’un coéquipier lui serait envoyé pour l’aider à retrouver le voleur qui avait sans doute voler beaucoup plus important qu’un simple sac contenant des vêtements. D’ailleurs, le voleur devait avoir jeté ce qu’il avait volé après s’être aperçu que c’était un mayo de bain et une serviette.

Azumi avait passé la nuit à rechercher ce malfaiteur malgré sa peur du noir. Elle avait scruté chaque recoin du centre ville, espérant retrouver celui qui avait lâchement agressé une jeune fille de neuf ans. Si elle le retrouvait, il allait payer ses gestes. Elle était maintenant percher sur une corniche et observait ce qu’il se passait dans la rue. Plusieurs marchants sortaient leur marchandise pour les acheteurs qui ne devait pas tarder à arriver. La place fut très vite bondé de monde. Azumi grogna de mécontentement. Il sera beaucoup plus difficile de retrouver le voleur dans ce vacarme. C’est pour cela qu’elle porta attention à chaque bruit. Tout à coup, elle entendit une voix de vieil homme qui criait à l’aide.

Vieil homme - Au secours ! Il m’a volé de l’argent !

D’un regard nerveux, elle fouilla la foule à la recherche du vieux qui demandait de l’aide. Le voleur avait encore frappé. Elle aperçu deux jeunes hommes courir. Qui était le voleur ? Qui était le vieux ? Tempi, Azumi était déjà en train de les rattraper en utilisant les toits. Elle sauta par-dessus une ruelle et évita plusieurs obstacles avant de descendre pour continuer sa course dans la rue. Sans faire exprès, elle bouscula le jeune garçon qui poursuivait l’autre homme.

Azumi - T’es mon coéquipier ? Je chuis Azumi. Attrape-le !

Elle s’arrêta pour reprendre son souffle. La fillette n’était pas vraiment la meilleure pour la course et sa capacité physique n’était pas top. Elle se plia en deux et regarda les deux hommes courir vers la foule de passant. La jeune fille croisa les doigts en espérant que le voleur soit attrapé.


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 2 Mai - 20:09, édité 7 fois

MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Un voleur à Konoha   Mar 3 Nov - 22:20

Je passai ma main sur mon front, essuyant les gouttes de sueur qui commençaient à perler sur mon front. Des élancements me parcouraient les jambes. Mais cela ne m’empêcha pas de continuer ma course. Le voleur, lui, était comme un poisson dans l’eau : aisément, il semblait glisser entre les passants, et je ne distinguais aucune trace de ralentissement chez lui. Ses appuis semblaient toujours aussi solides. Il n’hésitait pas à prendre des risques pour éviter une quelconque trace de ralentissement, chevauchant les stands des stands de marchands, qui eux se contentaient de gueuler avant de se remettre à ses activités. Je continuais ma course, lorsque je sentis soudain une crampe. Je me tins le côté du ventre, faisant tout mon possible pour éviter de ralentir. Mais il semblait que le destin veuille que ce voleur me sème. Je sentis mon pied buter dans un barreau ou je ne sais quoi, près d’un stand de pommes. Je réussis en m’appuyant sur l’épaule de la première personne que je vis, et tenta de prendre de l’élan sur elle. Je me relançai dans la course. Devant moi, le voleur ne semblait pas faiblir. Ce n’était certainement qu’une impression, mais il semblait me narguer. La douleur sur le côté de mon ventre se faisait de lus en plus intense. J’avais envie de m’arrêter, et de m’asseoir, pour ne plus bouger pendant une bonne semaine. Ca serait le rêve ! Mais je ne pouvais me le permettre. Puisant dans les forces qui me restaient, bien qu’elles soient très faibles, je réussis à accélérer le pas. Il fallait que je le chope, ce bonhomme, il le fallait, je pouvais pas me permettre de louper ma première mission.

J’en étais sur : je le rattrapais. A moins que ce ne soit qu’une impression, ce que je n’espérais absolument pas, mais sa silhouette me semblait plus grande que tout à l’heure, et il semblait aller moins vite qu’avant, ou alors c’était peut-être moi qui avait réussi à accélérer. Quoi qu’il en soit, le fait était que si cela continuait comme ça, alors je ne tarderais pas à être assez proche pour l’attraper. Et, enfin, ce qui faisait encore plus pencher la balance de mon côté était cette saleté de crampe qui avait pris le large. Il se serait retourné, j’aurais pris grand plaisir à le narguer cette fois-ci. Le courage me revenait, la motivation tout du moins. Cela ne faisait qu’arranger les choses, et ne pas attraper ce voleur semblait dorénavant impossible si je continuais à cette allure. Emporté par cet élan de confiance, je ne distinguai plus que le voleur, les gens autour de moi étaient flous. Ce n’était pas une sorte de transe, mais si je pouvais résumer l’état d’esprit dans lequel je me trouve, alors c’était simple : j’étais tout simplement à fond dedans, j’étais vraiment concentré dans cette poursuite, lorsque soudain, je me sentis bousculé par quelqu’un. Je poussais un juron, et regardai ce qui m’avait déconcentré. C’était une jeune fille à l’air assez sympathique.

« T’es mon coéquipier ? Je chuis Azumi. Attrape-le ! »

La discussion fut brève, et la petite fille s’arrêta avant que je ne puisse avoir le temps de réfléchir à une réponse. Je ne ralentis pas pour autant et tenta d’accélérer encore plus. Même si j’avais eu un petit moment d’inattention après m’être fait bousculé, je me rendis compte que je n’avais pas ralenti pour autant. La distance entre ce voleur et moi devenait de plus en plus petite. Je ne pus m’empêcher d’esquisser un sourire de satisfaction, lorsque je sentis ma jambe se raidir dans une immense douleur alors qu’elle venait de toucher le sol. Perdant cet appui, je perdis l’équilibre et m’écroula sur le sol. Je regardai le voleur prendre à droite. Il ne devait penser qu’à courir, il n’avait certainement pas du remarquer que je venais de tomber. Le destin semblait avoir changé de camp. Je tentai de me relever malgré cette crampe. J’avais perdu tout le terrain que j’avais gagné, mais j’avais repéré que ce voleur avait tourné à droite, dans une allée où une caisse était posée sur le côté. Je m’étais baladé dans Konoha toute la nuit, et j’avais encore le plan des ruelles ou le voleur venait de tourner en tête. Je trouverais peut-être un raccourci… Je sentis mon muscle lâcher. Je poussai un soupir de soulagement, et ne voulut perdre de temps. Je me levai en trombe et prit la ruelle juste à côté de moi. Je remarquai une charrette, et grimpa dessus. Elle me servit de tremplin pour grimper sur un toit. Je ne perdis pas de vitesse et sauta de toit en toit, essayant de repérer celui que je coursais. Ma recherche finit par porter ses fruits. Il était accoudé contre un mur, reprenant son souffle, puis commença à marcher doucement. Je descendis du toit, et le suivit le plus discrètement possible. Si ce n’était pas la première chose qu’il volait, il devait y avoir chez son « butin ». Malheureusement, la filature ne semblait pas être mon truc. Je ne me cachais pas derrière les murs quand il se retournait, pour ne pas paraître trop louche, j’essayais de rester discret, et lorsqu’il se retourna –par précaution certainement- ma pitoyable tentative de changer brusquement de direction vers une autre ruelle fut vaine. Le voleur tenta de courir et dérapa sur le sol, étant parti trop brusquement. J’en profitai et prit un départ fulgurant. Je fis et réussis à l’attraper par le revers.

Nous tombâmes tous deux au sol. Je ne perdis pas un instant et lui envoya mon poing. Sur la figure du voleur, qui me repoussa ensuite. Il se leva, en poussant un juron. Je ne lui laissa pas un moment de répit : je me levai d’un bond et lui balança un second coup de poing. Mon adversaire l’esquiva et me prit par la taille pour me mettre au sol. Prit par son élan, je m’écroulai sur le sol, et me prit à mon tour un coup de poing qui fit rebondir ma tête sur le sol. Alors qu’il allait m’en envoyer un deuxième, je saisis de la terre et lui balança à la figure. Le voleur leva la tête au ciel, la terre jetée dans ses yeux l’aveuglant. Alors qu’il s’essuyait les yeux, je lui mis un coup de poing dans les côtes qui le fit rouler sur le sol. Il se mit à genoux, mais n’eut le temps de se relever complètement. Mon pied partit en direction de sa figure le plaquant au sol une nouvelle fois. Il tenta de se relever une nouvelle fois, difficilement. Son nez semblait être brisé, et quelques-unes de ses dents trainaient au sol. Le voleur crachota du sang, et réussit à se mettre sur ses jambes. Mais il n’avait plus aucune force. Quant à moi, je n’étais pas non plus dans un bon état : mon nez pissait le sang à flots, et le choc de ma tête sera certainement le début d’un hématome. Mais cela dit, ce n’était pas grand-chose, et j’eus encore assez de forces pour donner un autre coup à mon adversaire pour l’assommer. Avant qu’il ne tombe au sol, je le récupérai et l’emmena à l’endroit ou j’avais rencontré la fillette. Je pensai qu’elle la reconnaitrait peut-être à la silhouette… J’amenai le voleur et le balança au sol, ce qui eut pour effet de le réveiller.

« J’ai finalement réussi à le choper. C’est lui ? »

MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Un voleur à Konoha   Sam 7 Nov - 4:15

Tome 1

Chapitre 4 – 2
Un voleur à Konoha

Les deux hommes venaient tout juste de disparaître derrière la foule de passants qui déambulait les rues de terre fraîche. Azumi se laissa tomber et regarda désespérément de droite à gauche en espérant apercevoir le jeune homme qu'elle avait bousculé quelques secondes plus tôt. Les gens autour d'elle la regardait d'un air l'interrogatif, mais ne voulant pas se mêler de ce qui ne les regardait pas, ils continuèrent leur chemin en pensant à autre chose. Tant mieux ! La jeune fille avait beaucoup plus important à faire que d'expliquer son problème aux premiers venus. Son sac n'était pas d'une importance primordiale. Son contenu ne valait pas grand chose et le voleur, s'il trouvait sa serviette et son maillot de bain inutile, aurait beaucoup de mal à le vendre. Mais Azumi ne pouvait tout simplement pas s'avouer vaincu. Pendant son combat contre l'homme qui l'avait agressé, elle s'était sentit à la fois humilié et impuissante. Cet inconnu devait payer pour son geste lâche et gratuit. Il avait lamentablement volé une fille beaucoup plus jeune et faible que lui.

La fillette n'avait pas réussit à discerner le visage de son coéquipier. Tout s'était passé beaucoup trop rapidement. Comment allait-elle faire pour le reconnaître parmi tous ces gens ? Devait-elle l'attendre ici ou le rejoindre et l'aider à attraper ce vilain ? Toutes sortes de questions se bousculaient dans sa tête et elle devait se calmer pour ne pas céder à la panique. L'étudiante souhaitait avoir l'air d'une petite fille courageuse. Elle voulait plus que tout réussir cette mission qui aiderait certainement les gens à reconnaître qui elle était. Car pour l'instant, la jeune fille était une inconnue pour la plupart des gens de Konoha.

Azumi venait tout juste de trouver une famille qui voulait bien d'elle. Même si son apprentissage à l'académie fut forcé, jamais elle ne s'était sentit aussi bien qu'aujourd'hui. Pour elle, c'était comme si une deuxième vie lui était offerte. Et elle ne voulait gâcher pour rien au monde sa deuxième chance. L'étudiante allait montrer au monde ce qu'elle était véritablement capable de faire. Ce vieux qui l'avait voler allait voir à qui il s'était confronter et ce, très rapidement. Définitivement déterminé à donner une bonne raclé à cet inconnu, la jeune fille serra les poing et se leva d'un bond en bousculant quelques paysans au passage. Elle se fraya un chemin dans ce gigantesque centre ville, regrettant d'avoir quitter les toits. C'est pour cela qu'elle se dirigea vers des caisses qui jouxtaient un mur de pierre. Elle se hissa dessus et fit quelques acrobaties pour rejoindre les hauteurs. À la recherche des deux hommes de tout à l'heure, elle scruta la foule avec attention. Azumi ne souriait pas et prenait des respirations profondes et appuyées. C'était bien la première fois qu'elle se sentait autant en colère.

Voyant qu'il n'y avait pas de gestes louches à l'horizon, elle décida de changer de perchoir. Au loin, elle pouvait apercevoir les gens s'écarter au passage de quelque chose et certains marchands criaient des jurons brefs qui signalaient parfaitement leur mécontentement. La fillette fronça les sourcils en voyant le comportement étrange de la foule. Elle eut l'intuition que ce qui causait ce trouble dans le centre ville était sans aucun doute son coéquipier bousculant quiconque se mettant sur son chemin pour chopper le voleur. Sachant qu'elle l'avait ralentit quelques minutes plutôt, Azumi ne prit pas de chance et n'alla pas le rejoindre. La jeune fille savait qu'il viendrait la voire une fois le voleur attraper. C'est pourquoi elle l'attendit avec impatience au même endroit que tout à l'heure.

***

Tel un torchon mouiller, moue et pourri, Evan déposa le corps inanimée du voleur complètement déformé. Les yeux ronds de surprise et de dégoût, Azumi n'osa pas dire un mot, bouche-bée par le mal que son coéquipier de mission avait fait subir à un simple voleur de sacs. Au moment de l'impacte, le corps faible et blesser se réveilla en toussant. La fillette remarqua qu'il manquait quelques dents à ce malfaiteur. Son regard s'arrêta sur le jeune homme qui était là pour l'aider. Lui aussi n'était pas très beau à voir. Récemment, son nez avait saigner et il avait encaissé de nombreux coups-de-poing au visage. Evan avait risqué sa vie pour une inconnue ?

Sans se concentrer sur ses blessures, l'étudiante regarda les traits de son coéquipier. Il avait de légers cheveux blancs et des yeux marrons. Le jeune homme devait avoir un vingtaine d'année, il était donc vraiment très vieux. Était-ce un étudiant ? Il devait avoir prit un énorme retard dans son apprentissage. Heureusement, Azumi ne lui fit pas la remarque. Elle répondit seulement à sa question en se penchant vers le voleur.

Azumi - Je ne crois pas que che choit le voleur qui a volé mon sac. L'autre était un peu plus gros. Je veux dire qu'il était beaucoup plus muscler. Ses muscles faisaient une circonférence grosse comme ça ! Il était d'une grandeur d'environ comme ça et ses vêtements étaient tout noir. Chelon-moi, vous avez attraper un voleur, mais pas le bon. Parce que j'vous assure que l'autre était une vraie brute. Il m'a bousculé et je suis tomber, regardez.

Elle leva son pantalon pour lui montrer la blessure qu'elle s'était fait quelques heures plus tôt en tombant sur le sol. Le rouge vif de sa peau montrait qu'elle avait saigné et que la blessure commençait à s'infecter. La jeune fille pointa rapidement le pauvre homme blessé et continua.

Azumi - Vous l'avez sérieusement amoché. D'ailleurs moi c'est Azumi Itô. Je viens tout juste d'avoir neuf ans et je viens de m'inscrire à l'académie ! Ouais, les gens me disent que je suis assez pro dans la maîtrise du chakra. Faut dire que je les crois, sans me venter, hein !

Elle lui sourit chaleureusement.

Azumi - Vous vous avez l'air vraiment balèze pour lui avoir fait perdre quelques dents. Vous avez l'air vraiment fort ! Vous êtes shinobi ?

Azumi s'approcha du « presque cadavre » et prit le petit sac de pièce qu'il avait volé quelque temps plus tôt à un honnête marchand. Elle comptait rendre cela au vieil homme de tout à l'heure et parler un peu avec son nouvel ami. Ensuite, ils pourraient reprendre leur recherche.

Azumi - On fait quoi avec lui ?


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 2 Mai - 20:10, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Un voleur à Konoha   Dim 29 Nov - 7:32

[suite à l'absence d'Evan et son ancienne désertation du forum, je me permet de terminer cette mission seule et aussi de faire intéragir son personnage à certains endroits. Je lui ai envoyer un MP, mais il n'a jamais quitter ma boîte d'envoi et Evan ne m'a jamais donné de nouvelles. Je vais tenter de terminer cette mission à la fin du mois.]

Tome 1

Chapitre 4 - 3
Un voleur à Konoha.

Son nouvel ami n'avait pas l'air très bavard, mais il semblait tout de même très sympathique. Azumi n'avait pas rencontré beaucoup de gens depuis sa nouvelle vie. Par contre, elle savait très bien faire la différence entre une personne ayant des intentions malsaines et une personne gentille qui n'avait que de bonnes intentions. Les yeux du jeune Evan lui disaient clairement qu'il était là pour l'aider et que, quoi qu'il arrive, il serait là pour lui venir en aide. Ils étaient compagnon de mission et c'était exactement ce que le village attendait d'un shinobi. Deux coéquipiers devaient s'entraider mutuellement. Si cela n'était pas réciproque, l'équipe serait tout simplement dissoute par la jalousie ou la rancune.

La jeune fille voulait le connaître. Elle voulait savoir quel était son nom, dans quelle voie il progressait le plus rapidement, son grade, son âge... Sa vie quoi ! Par chance, la fillette savait très bien que ce n'était pas le moment idéal pour bavarder. Il y avait un voleur qui vivait à Konoha et leur mission était de le rattraper. Ils parleront après leurs recherches. En espérant, bien sûr, que celles-ci allaient porter fruit. Le maillot de bain et la serviette d'Haruna étaient en jeu. Si les deux ninjas échouaient, les biens de sa nouvelle mère resteront entre les mains d'un voleur malfaisant qui pourrait recommencer le même manège une dizaine de fois. La population de Konoha était en danger ! Les serviettes du monde étaient en danger ! Les dés étaient lancés depuis bien longtemps, mais Azumi n'avait toujours pas avancé son pion. Le sable du sablier s'écoulait lentement et ce dernier ne sera pas retourné avant le prochain tour... C'était maintenant ou jamais. Il fallait jouer.

En haussant les épaules, le jeune garçon déclara :

Evan - On pourrait peut-être le remmener aux autorités de Konoha. Ils sauront quoi faire avec lui.

La jeune fille pointa son nouvel ami en l'approuvant avec joie. Ce brave garçon avait bien raison. Les deux étudiants ne pouvaient rien faire sauf confier le méchant aux plus hauts gradés du village. N'étant que des débutants en la matière, ils n'avaient pas beaucoup de droits à Konoha. D'ailleurs, ils venaient tout juste d'attraper un voleur qu'ils n'auraient pas dû attraper. Les deux aspirants s'étaient lamentablement trompés d'homme. Mais ce n'était pas très grave. Les rues seraient plus sûres sans ce vieux méchant tout laid.

Lorsqu'Evan le souleva, le voleur grogna de douleur. Il pendouillait tel un sac de patates sur le dos de son adversaire. Azumi fût amusée par cette vue et fit une grimace au captif. Tant mieux pour lui ! Il fallait vraiment être un pauvre lâche pour s'attaquer à un grand-père sans défense. La jeune fille allait rendre ce petit sac de ryos au marchand qui avait été volé quelques minutes plus tôt. Mais avant, les deux compagnons devaient se débarrasser de cette ordure malodorante. Ils se dirigèrent d'un pas nonchalant vers les autorités du village. Pendant ce temps, l'étudiante allait profiter de ce répit pour poser quelques questions à son nouvel ami.

Azumi - Quel est votre nom ?

Son nom était Evan Kenihichiro. Un peu compliqué, mais pas impossible à retenir. À la suite de cette réponse brève, Azumi hocha la tête en souriant. En marchant dans une étroite ruelle, les deux étudiants discutèrent de tout et de rien. En passant de leur grade au temps qu'il faisait présentement. Ce fût un moment très agréable que la fillette savoura longuement. Elle venait de se faire un nouvel ami et tout cela la rendait heureuse. Enfin, elle n'était plus seule. Enfin, elle avait quelqu'un sur qui compter et avec qui papoter.

Après une dizaine de minutes de marche, ils arrivèrent aux autorités. Là-bas, ils confièrent le vieux voleur aux hauts-gradés qui les remercièrent. Suite à l'intervention d'Azumi, ces derniers croyaient sans doute que Konoha était disposé d'étudiants talentueux. Car, bien entendu, ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait voir une jeune fille douée comme elle.

Fière comme jamais et en se tenant bien droite, elle se tourna vers Evan qui n'exprimait pas grand-chose. L'étudiante ouvrit la discussion en proposant une stratégie pour trouver plus facilement le voleur de serviettes.

Azumi - Je viens tout juste d'avoir une idée. On pourrait se séparer. Vous vous allez vers le nord du village et moi vers le sud. Comme cela on aura plus de faciliter à retrouver le voleur. En même temps, je vais rapporter ce petit sac de pièce à son propriétaire. On se voit après ?

Le brave garçon accepta et ils se donnèrent rendez-vous ici à 20h uniquement s'ils n'avaient pas retrouvé le voleur d'ici là. Ça leur laissait donc beaucoup de temps pour le chercher. Azumi emprunta une petite ruelle tendis qu'Evan prit le chemin opposé. Sa stratégie lui semblait la bonne. Si les deux se séparaient, ils auraient une meilleure vue sur Konoha et ils avaient plus de chance de retrouver l'homme capuchonné noir.

Sans trop de mal, la fillette se rendit au magasin du vieil homme qui s'était fait dérober son sac de pièces quelques minutes avant. Elle avait fait le trajet sans se perdre et elle en était fière. Azumi avait toujours un peu de mal à se retrouver dans cet immense village. Avec le temps, elle commençait à apprendre les meilleurs chemins et les raccourcis pour se rendre à sa demeure. De plus, elle avait aussi appris à ne pas emprunter les ruelles sombres pour ne pas risquer de se faire attaquer.

À grande enjamber et en souriant de toutes ses dents, elle se dirigea vers le marchand. C'est avec plaisir qu'elle lui tendit son sac de pièce.

Azumi - Moi et mon compagnon avons attrapé le voleur qui vous a dérobé ceci. Je tenais à vous le remettre et à vous prévenir que nous avons mis che méchant derrière les barreaux et qu'il ne viendra plus vous embêter.

L'homme, heureux de retrouver son argent, attrapa rapidement le petit sac pour le glisser dans une de ses poches. Il souriait, visiblement content de l'intervention des Shinobi. Le vieux serra la main de l'étudiante vigoureusement. Une vraie poignée d'homme.

Vieil Homme - Merci. Je ne sais pas ce que j'aurais fait sans vous. Il est difficile de vivre lorsqu'on exerce le métier de marchand. Les sous que l'on gagne son précieux et voir un voleur les dérober sous nos yeux nous montre clairement que ce monde est remplit de saloperies.

Enfin, le brave homme laissa la main d'Azumi de côté pour retourner à ses occupations. La jeunesse de Konoha devenait de plus en plus forte. Cette jeune fille semblait très jeune et pourtant, elle avait réussi à attraper un voleur sans aucune blessure. À son arrivée à Konoha, le marchand avait longuement douté de l'efficacité de ces braves combattants. Mais plus les jours passaient, plus il se disait que sans eux, la vie serait beaucoup plus difficile. Il se dirigea rapidement vers un client et recommença à agir normalement. Sa journée avait été dérangée par un vilain personnage, mais maintenant il pouvait retourner à ses occupations habituelles.

Fière d'elle et heureuse de voir à quel point l'honnête marchand lui était reconnaissant de son aide, Azumi repartit à la chasse aux méchants. Ne sachant pas vraiment par où commencer, elle décida d'emprunter une rue qui comptait de nombreuses boutiques et restaurants en tous genres. Le nombre de gens était toujours aussi nombreux. Le soleil était bien haut dans le ciel, la fillette n'eut pas de difficulté à distinguer chaque vêtement de chaque villageois. Bien entendu, elle cherchait un homme capuchonné noir, même si elle portait une attention particulière à chaque personne qu'elle voyait. Le voleur qui l'avait attaqué pouvait très bien s'être changé pour ne pas éveiller les soupçons.

Sentant le froid de l'hiver souffler dans ses cheveux, la jeune fille se mit à gambader pour se réchauffer. Elle voulait aussi se mettre en forme et perdre des calories. Un restaurant qui se trouvait non loin de là captiva son attention. Cela faisait quelques heures qu'elle n'avait pas mis quelque chose de savoureux dans sa bouche. Il était grandement temps de manger. Son nez emprisonna tout l'arôme qui s'échappait de cet établissement. Azumi ferma les yeux de soulagement en sachant que, bientôt, de la nourriture comblera son ventre affamé. D'un pas rapide, l'étudiante s'avança vers la porte de ce restaurant. Avant d'entrer, elle mit une main inquiétante dans ses poches et constata avec regret qu'il ne lui restait plus beaucoup de sous. De moins, pas assez pour un repas. Azumi baissa la tête avec regret.

Sakura - Salut Azumi. Comment tu vas aujourd'hui ?

Surprise de voir que quelqu'un connaissait son nom, la fillette se tourna et constata que sa nouvelle amie, Sakura, se tenait derrière elle. Elle l'avait rencontré hier soir dans le parc Seibutsu. La petite Itô l'avait immédiatement apprécié même si leur rencontre avait été quelque peu étrange. Ensuite, elles avaient joué à la cachette. Un moment que la brave petite fille avait très aimé. Comment ne pas apprécier en si bonne compagnie ?

Azumi sourit à la vue de sa venue. Elle n'attendit pas une seconde de plus avait de la saluer.

Azumi - Bonjour Sakura ! Je vais très bien aujourd'hui. Et toi ?

Sakura - Moi ? Ça peut aller.

Doucement, la petite Sakura passa une main dans ses cheveux blancs. Elle était chiquement vêtue. C'est pourquoi l'étudiante se permit de faire une remarque.

Azumi - Ton haut est très beau.

Sakura - Ah... Oui merci, c'est moi qui l'ai fait. Enfin, ma nounou m'a beaucoup aidé.

Son regard révéla de petites flammes dansantes. Ses yeux rouges laissèrent Azumi dans un silence profond. Lorsqu'elle remarqua que c'était à son tour de parler, elle répondit :

Azumi - Tu fais des vêtements ?

Sakura - Quelques fois. Avec ma nounou.

Azumi - Ch'est sympa...

La petite fille frêle et timide hocha la tête en souriant. Elle joua nerveusement avec ses doigts et fixa un point imaginaire avant de dire :

Sakura - Alors, tu comptais manger dans ce restaurant ou tu ne faisais que baver devant la vitrine ?

Azumi - Je n'ai pas d'argent, dit-elle en regardant les poches de son jeans.Donc, je ne peux pas manger.

Sakura - Tu veux t'asseoir avec moi, alors ? Je suis seule aujourd'hui.

Azumi - Oui, je veux bien.

Elles entrèrent dans l'établissement et furent accueillir par un charmant jeune homme. À neuf ans, Azumi ne portait pas vraiment attention aux garçons. C'était le dernier de ses soucis et elle ne se voyait pas dû tout avec quelqu'un. Un jour, elle avait vu un homme et une femme s'embrasser sur un des nombreux bancs du parc Seibutsu. La fillette avait trouvé cela répugnant. Poser sa bouche sur celle de quelqu'un d'autre était pour elle quelque chose d'inconnu et de très dégoûtant. Enfin, le jeune garçon les poussa vers une table où elles purent s'asseoir. Le décor était plutôt simple. Les murs étaient blancs crème et la pièce était légèrement éclairée puisque le soleil éclatait à l'extérieur. Les deux fillettes étaient assises près d'une petite fenêtre. De là, Azumi pourrait voir les suspects passer devant le restaurant. C'était donc l'endroit idéal. En se rassasiant, elle ne délaisserait pas sa tâche première. C'est-à-dire, retrouver le voleur de sac !

Étrangement, Sakura demanda une petite serviette blanche. Le serveur lui en emmena une et elle la déposa sur ses genoux. Cette petite fille ne devait pas aimer se salir. Azumi la regarda placer ses ustensiles et plier ses manches. Lorsque le charmant serveur lui tendit le menu, Sakura l'ouvrit et parcouru les quelques lignes. Azumi prit le sien, mais était trop occupée à examiner les mouvements de son amie pour regarder ce qu'ils vendaient. Cette dernière ne semblait pas avoir du mal avec la lecture. La jeune fille devait être bien éduquée et devait avoir suivi plusieurs cours. Celle-ci déposa le menu et fixa l'étudiante de ses yeux rouges perçant.

Sakura - Moi je vais prendre les spaghettis. Et toi ?

Surprise, Azumi se pointa elle-même et répéta :

Azumi - Je n'ai pas d'argent pour payer la note.

Sakura - Laisse tomber, je vais payer ton dîner.

Mal à l'aise de profiter de la générosité de sa nouvelle amie, la nouvelle Kunoichi déclina l'offre.

Azumi - Ce n'est pas la peine, je ne meurs pas de faim.

Petit mensonge. Jamais la jeune fille n'avait eu aussi faim de toute sa vie. Sauf bien sûr les quelques jours qu'elle avait passé dans les rues de Konoha, mais ça ne comptait pas. Sakura haussa les épaules et répondit simplement :

Sakura - D'accord... Monsieur !

Elle fit signe au serveur de venir à la table. Celui-ci s'avança d'un pas nonchalant. Il n'était pas très enthousiasme à servir deux petites filles de neuf ans. Le pourboire n'allait pas être très élevé, il était donc inutile de se presser pour elles. D'autant plus qu'elles semblaient impatientes. Il s'arrêta tout de même devant les deux fillettes et sortit son carnet de commande en leur demandant ce qu'elles voulaient manger.

Sakura - Oui, j'y venais. Ce sera des spaghettis pour moi et ce sera la même chose pour mon amie...

Azumi - Non, ce n'est pas la...

Sakura - Je sais très bien que tu meurs de faim, c'est inutile de mentir, Azumi, lui dit-elle en lui souriant et en lui adressant un petit clin d'oeil à peine perceptible. Ce sera tout. Merci.

Sans se préoccuper plus longtemps du jeune garçon, la petite fleur se tourna vers son amie, droite comme un piquet. Azumi était légèrement mal à l'aise d'être ainsi choyée par Sakura. L'étudiante savait très bien que l'argent n'était pas quelque chose que tout le monde avait, puisqu'elle-même vivait chez des pauvres. Les parents de sa nouvelle amie seraient sans doute très fâchés d'apprendre qu'elle avait dépensé de l'argent pour quelqu'un qu'elle connaissait à peine.

Azumi - Pourquoi es-tu seule aujourd'hui ? Tes parents ne sont pas avec toi ? Et ton frère n'est pas là lui non plus ?

Sakura - Moi et ma mère étions au magasin et j'ai décidé de partir. J'en avais marre de la suivre partout.

Azumi - Elle ne va pas s'inquiéter ?

Sakura - Il faudrait déjà qu'elle remarque mon absence.

Cette dernière phrase fit planer un lourd silence autour de la table. Il devait y avoir de nombreux problèmes au sein de la famille de Sakura. La mère de cette dernière n'était sûrement pas très attentionnée envers sa fille. Azumi ne voulait pas trop insister sur ce sujet puisque, visiblement, sa nouvelle amie ne semblait pas très à l'aise dans cette discussion. Celle-ci jouait nerveusement avec son verre d'eau qu'elle tournait sans cesse. L'étudiante baissa les yeux et poursuivit.

Azumi - Pourquoi as-tu quitté ta mère ? C'était pour manger ?

Sakura - Pour manger et m'acheter un truc. Tu vois ce que j'ai déniché chez un marchand ?

Elle sortit un petit sac noir d'un autre en plastique. Il était incomparable à celui d'Haruna puisqu'il était identique. Le voleur était donc Sakura ? Non, bien sûr que non. Puisqu'elle venait tout juste de dire qu'un marchand le lui avait vendu. C'était donc un escroc qui revendait la marchandise volée. Ou peut-être avait-il seulement donné le sac à une jeune fille en sachant pertinemment que celui-ci lui serait inutile pour lui et que la faute pourrait tomber sur une fillette de neuf ans et sur son entourage. L'étudiante avait affaire à un personnage particulièrement astucieux.

Azumi - Ah... ah bon. Il est très joli. Il t'a coûté combien ?

Fière de sa trouvaille, sa nouvelle amie se pencha au-dessus de la table et chuchota.

Sakura - Vingt ryos. Ce n'est pas cher.

Azumi - Tu veux rire ? C'est super chère pour un sac de la sorte !

Offusquée et un peu surprise face à la réaction de la gentille petite Azumi, Sakura recula et se remit droite sur sa chaise en la regardant bizarrement. Peut-être avait-elle raison. La petite fleur n'avait jamais acheté quelque chose d'elle-même et ne savait pas vraiment la valeur des choses. Peut-être que ce monsieur l'avait escroqué et que ce sac ne valait rien dû tout. La fillette était un peu gênée de s'être ainsi fait avoir et ressentait une honte incontrôlable. Elle qui voulait, quelques secondes plus tôt, se vanter à sa mère et peut-être recevoir un peu plus d'attention de sa part. C'était foutu.

Voyant comment son amie réagissait à ses paroles, Azumi se radoucit.

Azumi - Où as-tu trouvé le marchand qui t'as vendu ce sac ?

Sakura - Dans le centre-ville, près du marcher. Pourquoi ? Tu comptes lui demander de me rembourser ?

La jeune fille se leva et donna un coup-de-poing sur la table. Cette dernière trembla un peu. Elle répondit d'un ton haut et fort :

Azumi - Bien sûr. Si tu crois que je vais laisser un vendeur de marchandises volées escroquer mon amie, tu te trompes.

Sakura - Marchandises volées ?

S'inquiéta-t-elle

Azumi - Oui ! Crois-moi sur ce coup-là, je chais de quoi je parle. Tu vas voir on ne va pas le laisser faire.

Sakura - D'accord... C'est toi le ninja après tout.

...


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 2 Mai - 20:20, édité 3 fois

MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Un voleur à Konoha   Sam 12 Déc - 23:45

Tome 1

Chapitre 4 - 4
Un voleur à Konoha.

Serveur - Mais... Vous ne mangez pas vos spaghettis ?

Il avait deux assiettes dans les mains. On voyait bien qu'il avait du mal à les tenir droit. La chaleur des plats devait être insupportable et les deux jeunes filles comprirent son malaise. Elles étaient toutes les deux, debout, se tenant la main, prête à partir. Les deux gamines s'arrêtèrent lorsqu'elles constatèrent qu'elles avaient commandé un dîner pour rien. Mal à l'aise, Sakura fouilla dans ses poches à la recherche de son portefeuille. Son visage s'éclaira de joie lorsqu'elle mit les doigts dessus. D'un geste rapide, la petite fleur l'ouvrit et en sortit deux billets qui semblait avoir une valeur immense aux yeux du jeune garçon. Mais d'où venait tout cet argent ? Azumi resta bouche bée face aux biens de son amie. Elle la laissa donc donner au serveur ce qui lui revenait.

Sakura - C'est pour le dérangement. Gardez la monnaie. Bonne journée.

En hésitant, le jeune homme attrapa les deux billets et les inspecta, doutant qu'ils soient vrais. Il fut surpris de constater que si. Mais pourquoi une jeune fille de neuf ans se promenait-elle avec ce paquet d'argent ? Peut-être l'avait-elle volé ? Et même si c'était le cas, les autorités ne pourraient retracer le serveur. C'est donc avec joie qu'il accepta l'argent. Il mit tout cela dans ses poches et s'empressa d'arrêter les deux fillettes qui s'apprêtaient à sortir.

Serveur - Euh... attendez jeunes filles ! Je... Je peux emballer vos mets si vous le voulez.

Il leur sourit. Timidement, Sakura fit de même. Elle hocha la tête. Elles n'allaient tout de même pas gaspiller les meilleurs spaghettis du coin ! Ce serait du gâchis. Azumi, par contre, était trop préoccupée pour suivre la conversation des deux individus. Elle venait tout juste de se rendre compte qu'elle avait mêlé une civile dans une affaire ninja. Peut-être que sa nouvelle amie serait blessée lorsqu'elles iraient à la rencontre du voleur. Il fallait réfléchir à un moyen pour qu'elle ne soit plus impliquée dans cette affaire. Et il fallait faire vite, car bientôt elles sortiraient et partiraient à la recherche de l'homme capuchonné noir.

Le jeune garçon se pencha pour prendre, sous la caisse enregistreuse, deux petites boîtes qui servaient à emballer des plats. Il déposa les pâtes dans la celles-ci et les tendit à Sakura. Ensuite, il la remercia de son généreux pourboire et lui fit part de ses souhaits. Il l'invita à revenir autant de fois qu'elle le voulait. Sans trop accorder d'importance au jeune hommes, la petite fleur hocha la tête pour lui montrer qu'elle écoutait alors que c'était tout le contraire. Elle songeait à l'homme qui lui avait vendu la marchandise apparemment volées. Bientôt, elle devrait donner une description claire et précise à Azumi et elle ne devait pas se tromper si elle voulait retrouver son argent et son honneur. Mais surtout son honneur ! La jeune fille avait honte de s'être fait escroquer aussi facilement. Si elle ne se débarrassait pas de ce sac, Sakura serait obligée de mentir à sa mère ou de lui raconter toute la vérité. Aucun de ces choix ne lui plaisait. La gamine devrait donc ne rien lui dire à propos de son achat.

Elles partirent et, laissant Sakura la guider, Azumi emprunta une rue où plusieurs marchands s'acharnaient encore à vendre leurs produits. Ils n'allaient donc pas dîner ? Au fait, il était quelle heure ? La fillette était complètement perdue. Sa nuit blanche l'avait complètement déboussolé. Haruna serait furieuse, il n'y avait aucun doute. Mais elle espérait qu'elle comprendrait. La fillette était un ninja maintenant. Cela impliquait plusieurs responsabilités. Cette mission lui avait été confiée, la gamine devait être en mesure de la réussir. Mayo, lui, comprendra parfaitement.

Craintive de la réaction de ses parents adoptifs, Azumi décida de se changer les idées en songeant à sa mission. Pour ce faire, elle posa quelques questions à sa jeune amie pour savoir exactement comment était le vendeur de sacs volés.

Azumi - Il a les cheveux de quelle couleur ?

Sakura - Il n'en a pas. Il est chauve comme un oeuf.

Azumi - Et ses yeux ?

Sakura - Hum... Azumi je ne sais pas trop. J'ai seulement acheté un sac à un marchand qui avait l'air gentil. Je ne me suis pas attardée aux détails. Mais si j'avais le choix, je pencherais plutôt vers le bleu ou le gris.

La jeune fille prit note dans un endroit obscur au fond de sa tête. Le voleur qui l'avait agressé était chauve et avec les yeux pâles. Elle avait, elle aussi, remarquer ses yeux bleus. Elle avait posé la question à la petite fleur seulement parce qu'elle voulait être certaine qu'elles parlaient bien de la même personne. La fillette de neuf ans continua son interrogatoire.

Azumi - Sa veste était de quelle couleur ?

Sakura - Il n'avait pas de veste, c'était un T-shirt blanc avec de simples jeans déchirés. Il semblait malpropre et pauvre.

Il s'était changé pour ne pas attirer les soupçons. Voilà la seule réponse plausible. Sakura en avait vu plus qu'elle puisque le voleur avait décidé de se dévêtir pour vendre les choses qui n'étaient pas à lui. Mais jamais il n'aurait prévu que la gamine à qui il a vendu le sac était en fait une amie de l'agresser.

Azumi - Ça fait combien de temps que tu l'as vu ?

Sakura - Environ trois quarts d'heure. J'ai juste eu le temps d'aller au restaurant et de te parler.

En posant cette question, l'étudiante voulait être certaine qu'il serait toujours à son poste. Si cela faisait trois heures de cela, à quoi bon perdre son temps ? Mais quarante-cinq minutes étaient acceptables. Si l'homme était pauvre, il allait sûrement rester le plus longtemps possible sur place pour vendre le plus de marchandise possible.

Azumi - Est-ce qu'il y avait quelque chose d'autre dans ton sac lorsque tu l'as acheté ?

Sakura - Une serviette humide... Je l'ai jeté, elle était dégoûtante. Qui sait qui l'a utilisé ? Beurk.

Azumi fut un peu insulté d'entendre son amie dire qu'elle était dégoûtée de la serviette, car c'était la gamine de neuf ans qui l'avait utilisé. Elle ne laissa pas paraitre son dérangement. Il valait mieux que Sakura ne sache pas le véritable but de la mission de rang D. Elle ne voulait pas qu'elle sache que c'était elle qui s'était fait agresser. C'était une honte.

Azumi - Il n'y avait pas de maillot de bain ?

Sakura - Non... Mais il vendait un maillot de bain noir. Il était très laid, si tu veux mon avis. Les coutures étaient mal faites. Mais pourquoi tu me poses cette question ? Il aurait dû y avoir un maillot de bain dans le sac ?

Il fallait se douter de la part d'une future créatrice de vêtement qu'elle ne serait pas impressionnée face au maillot de bain d'Haruna. De plus, il était vieux et ne valais rien. Mais cela se vendait mieux qu'une serviette. Le voleur avait dû penser qu'il valait mieux vendre le maillot et jeter la serviette. Cela était le parfait état d'esprit d'un voleur. La jeune fille faisait de son mieux pour comprendre le raisonnement de son agresseur. C'est comme cela qu'elle réussira à mettre la main dessus et lui faire payer sa lâcheté.

Azumi - Pour rien, ce n'était qu'une hypothèse. S'il y avait une serviette humide dans ton sac, peut-être que le voleur a décidé, quelques minutes avant de te vendre le sac, d'aller faire un tour aux sources chaudes. Dans ce cas, il y aurait eu un maillot.

Un autre petit mensonge. Il ne fallait pas qu'elle sache que toute cette marchandise était à elle. Étonnement, Sakura fut prise d'un fou rire. Azumi la dévisagea quelques instants d'un regard interrogatif. La jeune fille n'avait rien dit de drôle, au contraire, elle prenait cette mission très au sérieux. Lorsque son amie se clama enfin, elle put entendre sous de petits étouffements répétés :

Sakura - Hihi... Azumi... T'es bête. Un garçon ne porte pas de maillot de bain, c'est pour les filles. Hihihi...

Azumi - Ce n'était qu'une hypothèse !

Dit-elle offusquée. Voyant que la petite fleur ne se calmait pas, elle passa à une autre question.

Azumi - Bon, oublions cela. Est-ce que tu as vu ce qu'il vendait d'autre ?

Sakura - Des choses pas très intéressantes, crois-moi.

Tout en réfléchissant, la petite étudiante parcourue le chemin indiqué pas sa nouvelle amie. Après quelques minutes de silence, elles se rendirent au centre-ville. C'est avec difficulté que Sakura se glissa entre les passants en tirant la main de son amie pour qu'elles ne se perdent pas des yeux. La jeune fille se dirigeait vers l'endroit où elle avait vu le marchand qui lui avait vendu le sac volé. Elle ralentit le pas lorsqu'elle fut proche et se tourna vers Azumi.

Sakura - C'est derrière cette boutique que je l'ai vu Azumi.

L'étudiante hocha la tête et, sans lâcher la main de son amie, elle contourna l'établissement. Elle regarda dans tous les sens, mais ne vit personne de louche. Il devait s'être enfuit, cette espèce de lâche ! Déçu d'avoir perdu son temps dans un restaurant, la fillette se tourna vers Sakura. Celle-ci pointait une fenêtre. Ou plutôt, l'homme qu'il y avait derrière la fenêtre. C'était son voleur. Il buvait tel un soûlons avec des gens tout aussi salle et laid que lui. Il devait dépenser tout son profit dans l'alcool.

Son premier réflexe aurait été de lui sauter dessus et de lui arracher tout ce qu'il portait et revende ses vêtements au premier venu. Mais il ne fallait pas se jeter dans les griffes du loup. Comment allait-elle faire pour l'attirer et le coincé loin de tous ces gens louches ? Il fallait faire une diversion.

Sakura - Qu'est-ce qu'on fait ?

Azumi - On fonce !

La voilà partit. Elle poussa la porte du bar et, sans regarder les gens qui tentaient de l'arrêter, elle traversa la pièce en un rien de temps. Azumi se fraya un chemin parmi les joueurs de poker qui la regardaient avec amusement. Ils ne se doutaient pas qu'une gamine de neuf ans pourrait être leur pire cauchemar. Heureusement pour eux, la fillette n'en voulait qu'à une seule personne : l'homme qui l'avait agressé sans raison. Un seul mot raisonnait dans sa tête : Vengeance. Sans tarder, elle se hissa avec difficulté sur la table et sauta au cou du méchant. Elle lui donna quelques gifles bien méritées juste avant de recevoir un énorme coup-de-poing au visage. Elle fut étourdie pendant quelques instants, mais elle ne lâcha pas prise. L'étudiante enfonça ses griffes dans la chaire du pauvre homme. Elle se sentit soulever par derrière. C'était le barman qui venait à la rescousse de son client. Celui-ci allait la porter jusqu'à la sortie, mais Azumi se débattait du mieux qu'elle pouvait en disant des choses que personne ne comprit.

Sakura - Arrêtez !

Ordonna sa jeune amie qui, près de la porte, avait vu la bataille qui s'était produite entre l'étudiante et le voleur. Tout le monde se tu. Seuls les gémissements de la gamine se faisaient entendre. Sa lute l'avait épuisé et sa rage envers le voleur s'était amplifié pendant quelques minutes.

Sakura - Reposez-la !

Le barman laissa tomber Azumi sur le sol. Cette dernière alla s'appuyer sur le mur et reprit son souffle. Sakura prenait un air sévère et le personnel semblait lui obéir. C'est pour cela que la fillette suivit la conversation avec intérêt. Elle avait l'impression que sa nouvelle amie lui cachait certaines choses.

Barman - Mademoiselle Mori, que faites-vous là ?

Sakura - Ce n'est pas cela l'important. Quelqu'un m'a vendu un sac volé. C'est ce monsieur, là...

Tout le monde se tourna vers l'endroit indiqué par la jeune fille. Mais il n'y avait personne.

Sakura - Il s'est enfuit...

Azumi grogna de mécontentement. Quelques secondes plus tôt, elle le tenait. Elle avait réussi jusqu'à ce que ce stupide barman vienne lui voler sa proie. La fillette n'allait pas le laisser filer. Cette dernière se releva péniblement en serrant les dents et reprit sa course. Elle poussa la porte qui menait aux cuisines et traversa les pièces en vitesse. Elle comptait prendre la porte de derrière puisque le voleur l'avait lui aussi emprunter. Une fois dehors, elle constata qu'elle venait d'aboutir dans une ruelle. La jeune fille regarda de tous les côtés, espérant retrouver celui qui l'avait agressé. L'homme était en train d'escalader le mur d'un bâtiment. Frustrée, la gamine s'approcha de lui et grimpa elle aussi. Il ne semblait pas très en forme puisqu'Azumi le rattrapa facilement. L'étudiante empoigna solidement son jeans et tira dessus violemment pour le faire tomber. Elle en profita pour lui lancer quelques insultes. Aucun doute, l'homme avait reconnu la jeune fille qu'il avait attaqué hier soir.

Voleur - Lâche-moi, salle gamine ! Je ne vais pas me faire pincer à cause de toi.

En grognant, la fillette lui mordit les chevilles avec une telle force que l’homme ne put s’empêcher de lâcher prise. Il tomba dans la boue entraînant avec lui la jeune Kunoichi. Celle-ci ne ralentit pas la cadence. Elle était couverte de boue, certes, mais bien décidé à lui faire payer sa lâcheté. Azumi grimpa sur son ventre et lui donna d’autres gifles qui laissèrent une trace brune sur la joue du voleur. En poussant un cri de rage, elle donna une dernière tape. Des membres du personnel l’avaient rejoint ainsi que quelques passants curieux. Le barman l’arrêta en lui disant de se calmer. Il la rassura en ajoutant que le voleur serait enfermé et que Sakura lui avait tout raconté.

***


Les deux fillettes étaient sur le chemin du retour. Le soleil allait bientôt reprendre sa descente vertigineuse et laisser le village dans une noirceur inquiétante. Une fois sa vengeance assouvit, les autorités se rendirent sur place pour prendre en main la suite de la mission. Le voleur fut enfermé lorsqu’ils constatèrent que sa marchandise avait bel et bien été volée. Malheureusement, ils ne pouvaient remettre les objets aux victimes sauf bien sûr s’ils venaient les réclamer. Le sac fut donné à Sakura et le vingt ryos qu’elle avait dépensé pour l’acheter aussi. Maintenant, les deux gamines rentraient chez elles avec la tête bien remplit. La journée avait été bien épique et elles savaient qu’elles n’auraient pas de mal à dormir. Seulement, avant de la quittée, Azumi avait quelques questions à poser à Sakura. Cette-dernière aussi.

Elles arpentaient un chemin de terre, non loin du quartier nord. Toutes les deux étaient silencieuses, se demandant comment aborder le sujet. Ce fut l’étudiante qui coupa cet instant de songe.

Azumi - Pourquoi les gens t’ont-ils tous obéit lorsque tu leur as demandé de me laisser partir ?

Sakura se doutait bien que cette question lui serait posée. Elle répondit en souriant.

Sakura - En fait, ce bar appartient à mes parents. Ils ont plusieurs restaurants, tu sais... Ce sont des gens d'affaire. Le barman me connaissait bien et il savait que je pourrais demander à mes parents de le viré s'il ne m'obéit pas. J'ai trouvé cela très gentil ce que t'as fais aujourd'hui. Tu n'as pas hésité à m'aider à retrouver l'homme qui m'avait escroqué. Je ne sais pas trop comment te remercier... Mais pourquoi tu as fait ça ? Pourquoi as-tu sauté sur ce voleur ? Et, au fait, comment savais-tu que c'était un voleur ?

L'honnêteté de son amie l'obligeait à lui dire toute la vérité. Elle lui expliqua donc en détail tout ce qui s'était produit avant qu'elle la rencontre au restaurant. Sakura écoutait attentivement et semblait triste de ce que l'homme avait fait subir à l'étudiante.

Lorsqu'à Azumi termina son récit, la petite fleur lui tendis le sac d'Haruna en lui souriant.

Sakura - Alors, si je comprends bien, ce sac t'appartient.

Azumi - Oui... Je te remercie de me le rendre, Haruna sera très contente de constater que je lui ai remmené ce qui lui appartient. Ma maison est par là. Il faut donc se dire au revoir.

Sakura - Oui. J'espère pouvoir te revoir un jour Azumi. Tu es mon amie.

Azumi - Toi aussi tu es mon amie.

Elles se saluèrent une dernière fois avant de prendre deux chemins opposés. Son amie allant du côté des riches et elle des pauvres. Des tas de choses séparaient ces deux filles. Mais leur amitié les liait à partir de maintenant.

Mission de rang D terminé.
Session terminé.
Chapitre terminé.

Chapitre 5 à La Demeure Itô. Arrow


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 2 Mai - 20:26, édité 2 fois

MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Un voleur à Konoha   Dim 27 Déc - 14:00



Evan : +13 XP
Azumi : +39 XP - Réputation : +1

Tu as bien fait de la finir =)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Un voleur à Konoha   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission de Rang D] Oh voleur, les sales garnements (Lamia Scale)
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» Voleur de bijoux [Mission de rang C]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-