Partagez | 
 

 [Menue-tâche] Un besoin d'argent... (Xenetha Zul) [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Menue-tâche] Un besoin d'argent... (Xenetha Zul) [TERMINE]   Dim 15 Nov - 14:13

Introduction aux codes couleurs

Bonjour à tous, je donne juste quelques indications quant aux codes couleurs que je vais utiliser. Etant donné que je serai beaucoup amené en tant que Nuke-Nin de RP seul pendant un moment, je préfère mettre différentes couleurs pour une meilleure compréhension de mes RP...

Indigo = Paroles par le Genjutsu, ce que Xenetha dit à l'intérieur de l'esprit d'un autre.
Blue = Paroles à haute voix de Xenetha
Olive = Pensées de Xenetha
Rouge = Paroles de l'autre personnage. ( Lorsqu'il y aura plusieurs personnages antagonistes, je mettrai bien sûr une couleur pour chacun.)

Voilà voilà, bonne lecture !

___________________________

Xenetha rôde ce matin là dans les brumes de l’île Yagi, prenant soin de rester tapis dans le flou du brouillard. Deux heures qu’il suit ce paysan, un humble fermier cultivant sa terre.
Le Nuke-Nin reste caché, car il craint un piège. Il est assez rare qu’un homme se promène seul sans escorte sur les routes, un matin brumeux, et Zul avait déjà eu vent de ces attrape-nigauds.
Un vieil homme d’une soixantaine d’années trace son chemin, portant des vêtements rapiécés et traînant une charrette bruyante derrière lui, pleine de légumes. Une petite gourde est accrochée à sa ceinture. De l’autre côté, une bourse modeste pend également, visible et surtout facilement repérable par le cliquetis des pièces qui s’entrechoquent à chaque pas du vieillard. Xenetha a tué il y a peu, il a assouvi sa soif de torture mentale. Il ne compte pas tuer ce pauvre homme, il a simplement besoin d’argent, et vite. Il lui faut de quoi s’approvisionner au marché noir… Certes ce fermier n’allait surement pas lui rapporter une grosse cagnotte, mais au moins il savait qu’il allait pouvoir lui extorquer quelques pièces.
Usant de son Genjutsu, le jeune Nuke-Nin s’introduit dans l’esprit de sa cible…


«Hehehe. SALUT, dit-il d’un air dément. »

Le vieux s’arrête, il regarde sur ses côtés, scrute le brouillard, il ne voit rien. Xenetha ne compte pas sortir maintenant, ce serait pure folie si cet homme n’est qu’un leurre.

«Alors alors. Qu’est-ce que tu fais là vieux malade ? Seul dans une forêt, sans aucun moyen de défense, aussi bruyant que dix. »

Le fermier semble frappé de stupeur. Xenetha parle en son esprit, expérience troublante et très déstabilisante, à fortiori pour un vieil homme qui ne connaît rien aux arts Ninjas. D’épaisses goutes de sueur dégoulinent de son front ridé. Tel un animal pris au piège par un prédateur, il ne bouge plus, il regarde à droite, puis à gauche, ses modestes capacités sensorielles sont en alerte, il tente de percevoir le moindre son, la moindre odeur changeante… Et voilà l’exemple même à échelle réduite de la puissance du Genjutsu. Pénétrer dans l’intime profond, s’introduire dans ce que chacun croit être sa barrière la plus solide, l’esprit.

« Hum… Alors, ils arrivent ou pas ces foutus Ninjas. Ou alors… hehehe, cet homme est un fou… se dit Xenetha, se rapprochant lentement de sa cible, dans la discrétion la plus parfaite »

A distance raisonnable de sa cible, Zul décide alors de vérifier pour de bon si cet homme est protégé de près ou non. Car s’il veut le détrousser, il va devoir le faire vite. Il ne fait pas bon rester trop longtemps au même endroit en Kiri.

«Eh vieillard tu m’écoutes maintenant… Haha. Tu vois, un papillon flâne à côté de ta charrette. Tu crois qu’il se doute que tu peux l’écraser n’importe quand, sur ta propre volonté, entre tes deux grosses mains fripées ? Non. A la différence qu’il est plus fort que toi, car il ne s’en soucie même pas et n’a pas peur.
Je peux te tuer sans même que tu m’aies vu… haha ! Pour preuve, vieux timbré, je parle bien dans ta petite tête, et y a que toi qui m’entendes.
Si tu veux rester en vie, pose ta bourse au sol, et dégage rapidement.
»

Le vieillard ne bouge pas, sa peur est palpable tellement il est effrayé. Il pleure dans le silence, et cherche une issue à son cauchemar mental.

«-Où êtes-vous ? Laissez-moi, je vous donne ma bourse mais laissez-moi !

-Huum… Pas de Ninjas on dirait, il va falloir faire vite. Hineru Toki – Distorsion Temporelle. »

Soudain, Zul semble mentalement déstabilisé.
«Non, pas maintenant… Pas maintenant ! Se dit-il. »

Citation :
Plongé dans une réminiscence soudaine et incontrôlable d’un passé lointain et confus, Xenetha observe la scène qui se déroule dans son esprit. Trois hommes s’affèrent autour de lui, grands et vêtus de capuchons sombres, si sombres qu’il ne distingue aucun visage. Xenetha est là, petit enfant sans défense.
On reconnaît sa mère, dans le fond de la caverne où se trame son rêve, elle pleure et se débat, attachée aux poignets par deux chaînes solidement ancrées dans la paroi humide et glissante de la grotte. Ses hurlements plongent la scène dans un vacarme assourdissant, que semble vivre en réel le jeune Nuke-Nin, toujours caché dans le brouillard.
Xenetha se retrouve rapidement allongé sur le sol, les trois hommes toujours proches de lui, récitant des paroles sombres en chœur, au-dessus du petit garçon qui portait alors encore le nom de Xenetha Kaethei.


« Chakra… Gen… Non sans douleur… Nous… Grandis… »

Quelques mots difficilement compréhensibles sont perçus par le petit enfant, qui se met lui aussi à pleurer.
Alors tout à coup il est victime d’une douleur brûlante et intérieure, le petit corps innocent et frêle de Xenetha âgé d’à peine quelques années se tord en deux, se plie, est en proie à des convulsions presque démentes.
Le Nuke-Nin vit pleinement la scène, il la subit même, son visage crispé et ses yeux endoloris marquent l’empathie d’une douleur déjà vécue qui ressurgit.
Puis plus rien. Son esprit se fait noir. Quelques images de lui voyant sa mère très loin sur la route, lui la suivant comme il le peut. Quelques bribes du passé… Le souvenir d’une conversation, qu’il avait peine à comprendre, entre ses parents…


« Nous n’y pouvons rien… Le destin a jeté son dé et le côté noir nous est tombé dessus. Que veux-tu faire, Lyeka, mourir ou tenter de vivre le peu de moments heureux qu’il pourrait nous rester ? »

Doucement la tension et la crispation sur son visage disparaissent. Le cauchemar éveillé s’achève…

Le Nuke-Nin recouvre ses esprits. Le fermier semble alors figé, comme si un monde à part liait Xenetha et sa victime. Le Nuke-Nin patiente quelques secondes, attendant une éventuelle réaction de Ninjas. Toujours rien.
S’il avait été escorté sous la protection d’un village, ses protecteurs n’auraient pas attendus qu’il soit mentalement affligé pour agir, question d’éthique. L’évidence, il était temps de passer à l’action.
Zul se dresse, sa chevelure noire de jais humidifiée par le brouillard ambiant, toujours dans la même discrétion. Quelques secondes après, il a arraché la bourse du flanc gauche du paysan, et est de nouveau tapis entre les épaisses végétations d’un arbre en hauteur, et les brumes qui s’épaississent d’heure en heure. Perché en haut de sa branche, il tente de percer le brouillard et de détecter la moindre présence, mais aucune activité ne se fait entendre.
Avant de continuer, Xenetha vide ses pensées de son cauchemar, il ne doit pas y penser au risque de compromettre son vol. Attendant encore quelques secondes, il se reprend enfin pleinement.


« Bon allez. Ca va aller pour lui, se dit Xenetha, on va nous le tuer ce vieux sinon, et pour l’instant je n’ai pas envie de tuer haha. »

Le Hineru Toki s’estompe et la victime reprend ses esprits. Xenetha engage alors la conversation, sans utiliser son Genjutsu, de toute manière aucun Ninja n’est ici et il n’a aucune raison d’user de son chakra pour un vieil homme. C’est un des traits étrange du caractère de Zul. S’il lui prend envie, il ‘amuse avec ceux qu’il vient de torturer, discutant avec eux de la pluie et du beau temps, renforçant aussi son sentiment de toute puissance, face à des adversaires qui ne peuvent rien contre lui.

« -Comment t’appelles-tu, paysan ? dit-il avec humour.

-Gineruku. Que me voulez-vous ? Laissez-moi par pitié.

-Gineruku… Haha. Curieuse impression que celle d’être dans le flou temporel non ?

- Allez-vous-en ! »

Le fermier apeuré fait volte-face, et prend ses jambes à son cou, s’enfuyant aussi vite que lui permet son âge avancé. Il manque de trébucher sur un caillou, et repart de plus belle. Il se retourne soudain, observant sa charrette. Rien. Personne ne le suit. Dans un élan de joie il reprend sa course et se stoppe net.
Xenetha rit, il rit fort et bruyamment. S’interposant entre le fermier et sa route, il continue à ricaner.


« Tu as vraiment cru, pauvre malade, que tu pourrais fuir sans que je ne t’y autorise ? Haha.
Bon, j’ai beaucoup à faire, je me suis bien amusé avec toi. Je ne sais pas où tu vas aller, ni si tu auras encore la force de te traîner ailleurs, mais tu devrais quand même essayer, il ne fait pas bon rester dans ces bois tout seul, et je risquerais de venir te tuer si je change d’avis rapidement.
Bonne chance, vieillard, et merci pour ta bourse !
»

Xenetha regarde à droite, puis à gauche, et fonce sur le pauvre homme tout transpirant. D’un coup de poing rapide il lui brise le genou, et repart aussitôt dans les Bois sans se retourner, dans le vacarme de la douleur du paysan.
Se trouver au mauvais endroit était sa seule faute, mais on peut dire qu’il avait eu de la chance dans on malheur, il n’est pas mort.
De nouveau caché dans un pays qui s’y prête à merveille, Xenetha observe ce qu’il a subtilisé.


« Bon, voyons combien d’argent j’ai pu récupérer là… Et tâchons de nous rendre au marché noir rapidement… »

Pendant ce temps, le vieux fermier avait réussi à trouver de l’aide auprès d’une diligence de cultivateurs aisés escortés par deux Gennin et leur Chuunin instructeur.
Le vieil homme était dans un état déplorable, perdu entre fiction et réalité, une jambe broyée sous le coup du déserteur… Le plaçant dans sa charrette à légumes, l’équipe jugea bon de l’emmener en sûreté jusqu’au prochain village.


« Que vous est-il arrivé ? demanda le Chuunin.

- Lui… il… C’est trop pour moi, ramenez moi à la maison que je puisse mourir en paix... Balbutia le vieillard.

- Allons Monsieur, nous allons nous calmer. Nous allons vous déposer chez un médecin compétent d’Iki. Tout ira mieux d’ici quelques heures. Comment vous êtes-vous cassé la jambe ? Avez-vous trébuché ?

- Non ! Non non non… Il m’a détroussé, et puis il m’a broyé le genou avant de partir. Ecoutez-moi, je ne suis pas fou. Lorsqu’il m’a pris le peu d’argent que j’avais récolté de la vente de mes produits… Il a… Le temps paraissait durer bien plus longtemps… Il… Il se déplaçait, lui, dans ce temps alors que j’étais incapable de bouger… Comme une illusion…
Je… J’ai eu tellement peur…
Le vieillard éclata en sanglots, son regard encore figé dans le vide, comme hypnotisé par ce souvenir très troublant. »

Le Chuunin se retourna vers ses élèves, laissant le petit convoi avancer devant eux…
Il prit quelques mètres de distance pour ne pas que le fermier endolori puisse entendre ce qu’il allait dire…


« - Je crois bien qu’il a perdu la raison…

- Oui on dirait bien. Mais, ce qu’il décrit est très étrange Sensei. Il n’a pas l’air d’un dément… »

Les ninjas de Kiri continuèrent à suivre leur chemin en ne se souciant guère au final de la pauvre histoire du vieillard, mais en se concentrant bien plus sur leur mission de protection.
Bientôt tous arrivèrent à Iki et le vieil homme fut confié à un médecin du village. Encore une fois Xenetha avait agis sans que personne ne se doute de rien.


Dernière édition par Xenetha Zul le Mer 18 Nov - 1:08, édité 2 fois

MessageSujet: Re: [Menue-tâche] Un besoin d'argent... (Xenetha Zul) [TERMINE]   Dim 15 Nov - 23:35

Le lendemain, le vieux Gineruku était allongé chez le médecin, sa jambe solidement immobilisée. Au petit matin, un homme frappa à la porte de sa chambre de repos, cet homme était l’un des Gennin qui l’avaient recueilli la veille, alors qu’il se trainait tant bien que mal.

« Bonjour, je n’ai pas beaucoup de temps alors je vous demanderai d’être bref et concis. Votre histoire m’a interloquée hier. Pourriez-vous me répéter ce que vous nous avez dit ? »

Le vieil homme vit en le jeune Ninja une écoute qu’il n’avait pas pu avoir, et entama avec enthousiasme son récit.

« Eh bien, un homme m’a attaqué. Il a d’abord parlé dans ma tête, puis tout-à-coup le temps s’est figé et je l’ai vu se déplacer avec une grande rapidité alors que je ne pouvais que me mouvoir très lentement. Il m’a dérobé ma bourse et quand j’ai voulu fuir après cela, il s’est présentée devant moi et m’a brisé le genou de son poing… Il était rapide, et il m’a fait terriblement peur… »

Le jeune Gennin se gratta le menton. Ce que décrivait le vieillard ne semblait être autre chose qu’un Ninja maîtrisant le Genjutsu qui était entré en action pour lui subtiliser son argent…
Rare étaient ceux qui maniaient l’art du contrôle de l’esprit, et encore plus rares étaient ceux qui l’utilisaient en dehors des villages sans être recherché ou connus des services secrets.
C’est pourquoi le jeune Ninja pesa un long moment le pour et le contre de ce qu’il venait d’entendre. Pourquoi ce vieux paysan aurait-il menti ? Mais comment un adepte du Genjutsu pouvait-il rôder dans le pays des Eaux si facilement que personne ne connaissait son existence…


« - Comprenez que ce que vous me décrivez là est troublant, pour quelqu’un qui connaît un tant soit peu les arts Ninjas, monsieur Gineruku. J’ai été envoyé par mon Sensei pour vous interroger. Vous allez donc répondre à chaque question que je vais vous poser.

- Euh… Oui.

- A la bonne heure. De quelle taille était votre homme ? Commença le Gennin

- Pas grand, pas petit. Taille normale, sans musculature particulière. »

Le Gennin écrivait chacune des réponses sur un calepin prévu à cet effet. Ne détachant pas son écriture des yeux il poursuivit :

« Quel âge lui auriez-vous donné ?

- Oh un jeune type pour sûr ! La vingtaine tout juste. »

Cette remarque acheva de stupéfaire le Ninja débutant…

« De quelle couleur était ses yeux ? Avez-vous retenu la façon dont il était habillé ?

- Oui, vaguement. Je dirais que ses yeux sont verts, du moins c’est ce que j’ai l’impression d’avoir perçu. Ce qui m’a le plus marqué dans son regard c’était cette absence, comme s’il n’avait que faire de la douleur qu’il pouvait procurer… Pour ce qui était de ses vêtements, il portait une robe pourvue d’un capuchon noir qu’il n’avait pas rabattu sur sa tête. Ses cheveux étaient noirs eux aussi, à coup sûr.
De toute façon, cet individu est aussi sombre que son physique le fait paraître.


-Fort bien répondit le Gennin. Auriez-vous un dernier signe distinctif à me signaler ? Quelque chose d’important à vos yeux ? Il faut savoir que si un tel individu vous a réellement attaqué, il ne se passera pas longtemps sans que nos équipes Ninjas se lancent à sa recherche… »

Le vieux fermier hésita un instant, cherchant en sa mémoire. Puis il leva soudainement la tête, et ses yeux s’exorbitèrent en fixant le bandeau frontal du jeune Ninja qui l’interrogeait.

« Oui pour sûr que je me rappelle d’un truc ! Votre bandeau là, il avait le même !
Sauf que… Attendez… Oui, le symbole dessus était barré d’une rayure très marquée, comme si une épée l’avait violemment écorché. Et aussi, il le portait autour d’une ceinture, son bandeau à lui pendouillait à sa ceinture ouai !
»

Le Gennin regarda le vieux paysan. Il ne pouvait pas mentir. Il était trop improbable qu’il ait inventé toutes ces histoires… Mais il fallait le vérifier.

« Bien, reprit le Ninja. J’ai pris note de tout ce que vous m’avez dit. Nous allons surement rechercher cet homme. Je vous laisse une dernière fois le choix d’avouer que votre histoire est une pure calomnie. Si vous maintenez vos propos, une enquête parallèle sera effectuée sur vous, et si nous découvrons que vous nous avez fait perdre notre temps, la sanction sera des plus sévères. »

Il regarda le vieillard, qui ne sillait pas des yeux.

« J’affirme que ce que je dis là est la pure vérité dit-il d’un ton à la fois déterminé et confiant.

- Je vous remercie. Reposez-vous bien et à bientôt surement. Nous posterons sans doute une de nos troupes pour vous surveiller, mais vous ne le saurez pas. Continuez de vivre comme avant le village de Kiri prend dès ce matin les choses en mains. »

Le Gennin repartit de là où il venait. Rejoignant son Sensei et son équipier, il leur fit part de la déclaration du vieil homme en convalescence.
Il sortit la fiche qu’il avait dressée, prête à être présentée au Bingo Book de Kiri.


Citation :
Prénom : Inconnu
Nom : Inconnu
Age : 20 ans supposés
Dangerosité : Non évaluée
Compétences : Genjutsu. L’individu semble au moins maîtriser un sort de Distorsion Temporelle.
Localisation : Il a été aperçu dans la région d’Iki, sur l’île de Yagi.

Un Nu-Kenin pratiquant le Genjutsu rôderait alors dans les alentours… Etrange. L’équipe s’empressa de rentrer à Kiri pour faire part aux autorités de la réussite de leur mission première, et des découvertes intéressantes qu’ils avaient dénichées en parallèle…

Pendant ce temps, Xenetha avait trouvé un nouveau perchoir, attendant l’arrivée d’un prochain passant pour lui extorquer sa monnaie. Il lui fallait de quoi s’acheter des équipements au marché noir. Les rumeurs avaient courues si vite que seules les diligences accompagnées par des ninjas de Kiri empruntaient la route où le vieux fermier s’était fait piéger. Xenetha commençait à trouver le temps long sans pouvoir attaquer d’homme sans défenses… Il s’en alla donc de son arbre vers une autre route éventuelle pour continuer d’amasser quelques pièces. Il était pressé par le temps. Il n’aimait pas perdre son temps, Xenetha était impatient.
Et sur le haut d’un nouvel arbre, entouré de brouillard il attendrait un autre passant pour lui voler sa bourse, et s’il en aurait alors l’envie, il le tuerait dans les plus atroces douleurs mentales. Le déserteur se sentait plus libre que jamais depuis qu’il avait quitté son village il y a deux ans. Il commençait maintenant tout juste à s’attaquer ouvertement à des personnes, sur des chemins régulièrement empruntés. Il fallait que l’on parle un peu de lui. Il fallait que les gens le recherchent. Cela lui amènerait des adversaires qu’il pourrait tuer, torturer. Il le voulait et en avait besoin. Et pendant que des Ninjas se penchaient sur son cas, lui continuait de vivre dans l'insouciance la plus totale...


=- Fin -=
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Menue-tâche] Un besoin d'argent... (Xenetha Zul) [TERMINE]   Mar 17 Nov - 1:11

Xul : +29 | bonus menue-tâche compris | +1 Réputation | +30£

Une présentation pas spécialement esthétique mais pas désagréable pour autant, un emploi du présent assez déconcertant mais une nouvelle fois, pas désagréable non plus. Attention toutefois à ne pas trop monopoliser nos amis de Kiri (ils sont rustres et sournois !).
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Menue-tâche] Un besoin d'argent... (Xenetha Zul) [TERMINE]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Besoin d'argent?? venez voir Bidou le banquier!
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Haiti en Marche: L'argent de la drogue et les élections!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-