Partagez | 
 

 Nuée Ardente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Nuée Ardente   Mer 18 Nov - 21:53

Nuée Ardente.
Premier jour…


...


Un soleil ardent s’élevait sur le village caché de la feuille. Ses rayons, presque divin, pourfendaient le ciel pour aller brûler une terre qui n’en espérait pas tant. Les nuages avaient abandonnés le combat aujourd’hui, seule, la boule d’énergie céleste régner sans partage sur un fond de ciel azur, d’un bleu perçant, presque transparent. Rien ne pouvait empêcher le soleil de s’élevait au dessus de tout ce monde qu’il dominait avec une force surnaturelle. Personne ne pouvait arrêter ce cycle éternel qui permettait une chose simple et pourtant si importante : la vie.

Kenji était debout depuis l’aube, il avait passé quelques instants à regarder le soleil se lever à l’horizon en étant tranquillement assit sur le ponton de bois narguant le lac des cygnes d’un air arrogant. Son pied nu flirtait avec la surface de l’eau, décrivant de temps à autre des petits cercles qui allaient se perdre à l’intérieur du lac. Son regard sombre flottait allégrement entre les différents oiseaux blancs qui se levaient sans précipitation d’une bonne nuit de sommeille. Leurs pupilles regardaient d’une petite étincelle interrogatrice le jeune garçon, voir un humain si tôt sur leur territoire les amusaient toujours. Mais cette Homme, ils le connaissaient et l’acceptaient car ils savaient qu’il ne leur voulait aucun mal. Il observait juste, s’amusant des petites offrandes de la vie comme de l’eau dans un désert.

Le jeune Uchiha se passa doucement une main dans sa chevelure sombre remettant en place les quelques mèches rebelles qui se baladaient sur son front. Sa main vint ensuite prendre appui sur le rebord du ponton de bois et il se redressa avec souplesse. Un dernier regard en direction des oiseaux blancs avant de les laisser seuls pour une longue journée et surtout une longue semaine…

***


La nuit était tombée sur le village caché de la feuille. Les étoiles brillaient dans le ciel comme un rideau d’or sur une fenêtre d’ébène. La lune était cachée par quelques nuages nourrissant des regrets de ne pas avoir été à la hauteur durant la journée de bataille contre le soleil. Seul quelques rayons argentés perçaient cette masse difforme pour venir éclairer l’étendu d’eau devant la demeure de Takeshi. Les cygnes n’étaient pas sur le lac, pour les trouver il fallait regarder à la lisière de la petite forêt bordant l’étendu d’eau, à l’Est. Ils étaient là, dormant paisiblement pour les plus jeunes, avec un petit brin de suspicion pour les plus anciens. Les mères entourant dans leurs ailes protectrices les bambins tandis que les hommes arboraient fièrement leur solitude comme une force qui pourrait donner matière à réflexion à un prédateur éventuel. La maison se reflétait également sous cette lune grise, le toit semblait s’aplatir sous le poids insistant de cette dernière. Seul la façade donnant sur le lac était éclairée ce qui donnait un effet assez spécial à la demeure, comme une maison plus petite et plus chaleureuse qu’habituellement. L’argent se mariait avec la blancheur des tapisseries intérieures tandis que les bais vitrées ne s’opposaient pas à cette union, certaines étaient ouvertes laissant les plus grandes folies arrivées.

Trois hommes, trois ninjas étaient assis autour d’une table basse en bois. Leurs genoux reposaient sur des coussins de soies tandis qu’ils portaient des habits assez solennels. Le plus jeune d’entre eux avaient le regard vide et perdu. Quelques mèches de cheveux retombaient sur son front lorsqu’il baissa la tête. Le plus âgée venait de parler et amenait en direction de ses lèvres une petite tasse de thé encore chaude. Ses yeux étaient aussi sombre que ceux du plus jeune mais il exprimait une confiance étrange, celle d’un combat gagnait d’avance. Pourtant, ce regard perçant se perdit et sa main se resserra autour de la tasse alors que le jeune garçon relevait la tête, ses yeux étaient bien plus déterminés.

[Kenji] – Non. Je suis Chuunin maintenant et j’ai une équipe en charge.

La patriarche reprit alors le même manège et bût une autre gorgée de son thé. Le troisième protagoniste qui était resté silencieux était complètement différent des deux autres. Sa chevelure était d’or et son regard bienveillant. Il sourit au plus jeune et lui parlant sur un ton souple et ouvert à la négociation.

[Shiba] – Tu refuses l’enseignement d’un Juunin ? Remettrais-tu en cause ton éducation ?

Le jeune garçon soupira.

[Kenji] – Vous savez que non. C’est juste que je ne pense pas pouvoir partir une semaine avec vous, ce n’est plus comme si j’étais Genin et que ma présence n’était pas importante au sein du village.

[Takeshi] – Un Chuunin faible, est un Chuunin inutile.

Le vieil homme avait dit cela tout en reposant son verre maintenant vide. Il ne regardait pas en face le jeune garçon qui venait d’ouvrir grand les yeux. Kenji ne croyait pas ce qu’il venait d’entendre, il tourna la tête en direction de Shiba qui rigolait doucement.

[Shiba] – Les moins forts ne sont généralement pas très utiles de toute façon. Ne le prend pas mal Kenji, nous visons l’excellence pour toi mais il se peut que ta monté en grade et tes nouvelles responsabilités t’aient quelques peu « endormis ».

Le jeune Uchiha reprit son regard froid. Il se redressa devant les deux autres figures et soulevant légèrement le menton. Sa main traversa sa chevelure et il prit un ton de défi.

[Kenji] – Je vous ferais mentir.

Kenji sortit de la grande cuisine de la villa de Takeshi et partit en direction de sa chambre. Une fois seul, Shiba laissa un sourire éclairer son visage avec grâce. Il prit un petit gâteau qu’avait confectionné Shiori avant de partir et y croqua à pleine dent. Takeshi ne le regardait pas vraiment, ses yeux étaient perdus dans des problèmes qui ne concernaient que lui. Le Juunin prit alors la parole le ton enjoué.

[Shiba] – Vous me surprendrez toujours.

Takeshi ne releva pas la remarque et rapporta son attention sur son plus fidèle garde du corps.

[Takeshi] – Vous allez partir pour Kuroi Kemuri, je veux qu’il ait une maîtrise du feu encore plus poussée et aussi qu’il en sache plus sur les différentes familles de Konoha. Tu as une semaine.

Shiba fit une signe de confirmation de la tête avant de se lever.

[Takeshi] – Il a dix-sept ans, bientôt il n’acceptera plus ce type d’entrainement, sa formation touche à sa fin.

[Shiba] – Ne vous inquiétez pas Takeshi Sama, il aime le clan et vous est fidèle.

Takeshi ne répondit pas et rapporta son attention sur sa tasse de thé vide montrant implicitement à Shiba qu’il devait s’en aller. Ce dernier s’exécuta en silence sortant dans une nuit obscure mais pleine de promesse.

***


Kenji fit rapidement son sac, ce dernier était ouvert sur le bureau de sa chambre. Il y rangea quelques affaires et de la nourriture que Shiori leur avait préparé le matin même. C’était principalement des bentôs, il n’y en avait que pour quelques jours mais Shiba leur avait dit qu’il trouverait un petit village prés de l’endroit où ils se rendaient. De nombreux mystères s’élevaient autour du terrain d’entrainement qui allait être celui de l’Uchiha. Il était caché pour plusieurs raisons, la première était que Takeshi ne souhaitait pas que l’on connaisse la puissance de son disciple et voulait garder secret ce qui lui était enseigné. La seconde était historique, Shiba allait aussi donner quelques cours au jeune garçon et ils se rendaient tous les deux sur un lieu dont le passé était chargé. Kenji allait apprendre des choses qui l’aideraient à grimper l’échelle de la hiérarchie promotionnelle à Konoha.

Il enfila sa combinaison ninja comme au premier jour et attrapa son katana qui pendait sur le mur de sa chambre. Il l’attacha autour de la taille avec solidité avant de fermer le sac d’un geste vif et de le mettre sur son dos. Il se massa doucement la nuque tout en jetant un dernier coup d’œil sur un lieu qu’il ne reverrait pas avant une longue semaine faite de sueur et de sang. Il inspira doucement refermant comme par habitude la baie vitrée de sa chambre et jeta un dernier regard aux cygnes. Ils ne savaient pas que leur spectateur préféré s’en allait, peut-être ne s’en rendraient-ils pas compte. Il esquissa un sourire, il allait revenir dans sept jours.

Une voix jovial vola jusqu’à ses oreilles. Il tourna la tête et aperçu Shiba dans l’encadrement de la porte. Il était vêtu de vêtement léger mais avait quand même prit avec lui sa sacoche de ninja par précaution. Les bras croisés devant le jeune garçon, il ne donnait pas l’allure d’un grand Juunin et pourtant il était l’un des meilleurs. De nombreux ninjas auraient tué pour avoir un enseignant comme ce dernier. Mais parmi le Cygne, c’était presque normal, la logique élitiste voulait cela.

[Shiba] – Nous partons.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Ven 20 Nov - 0:48

Nuée Ardente.
Premier jour…


...


Le soleil de Konoha se reflétait dans les yeux du jeune garçon. Il marchait au côté de Shiba dans les ruelles de Konoha, saluant ce qui le connaissant et n’accordant que peu d’attention aux autres. Sa chevelure sombre était bien ordonnée autour de son visage froid qui exprimait un peu de détermination au lendemain de la discussion avec Takeshi. Il ne disait rien, suivant en silence son sensei qui semblait prendre part au jeu. Ce dernier ouvrit légèrement le col de sa veste laissant son cou à l’air libre mais encore trop chaud qui régnait dans le pays du feu. Il soupira et maudit cette chaleur pourtant devenue si familière depuis des années. Mais il ne s’y était jamais vraiment habitué, il savait qu’elle reviendrait le lendemain alors il ne se faisait pas désirer pour la maudire une journée encore. Il tourna la tête en direction de Kenji et lui posa une main sur l’épaule.

[Shiba] – Allez souris un peu ! Tu vas pas à l’abattoir !

Le Juunin éclata de rire et relâcha l’épaule du jeune garçon. Kenji posa ses yeux sur Shiba avant de regarder à nouveau devant lui. Ce qu’avait dit Takeshi la vieille l’avait blessé, il avait prit cela comme une insulte et ne le supportait pas. Personne ne disait ça de lui sans en subir certaines conséquences, mais là c’était Takeshi, son maître, son guide. Il souffla et secoua la tête avant de parler sur un ton qu’il essaya d’être le plus détaché possible.

[Kenji] – Pourquoi s’embêter à entrainer quelqu’un de « faible »…

Shiba s’arrêta et sourit malicieusement. Une petite fissure si belle à voir en cette matinée ensoleillée. Il se passa une main sur le visage tout en rigolant. Kenji s’arrêta face à lui et l’interrogea d’un regard sérieux tandis que son opposant n’arriver plus à contenir sa gaité.

[Shiba] – Alors comme ça, l’opinion que se font les autres de toi t’intéresses ?

Il reprit une posture plus studieuse et sa voix rauque fit surface.

[Shiba] – Takeshi voulait te motiver et je vois qu’il a réussi, tu as dix-sept ans Kenji, la fin de ta formation approche. Il ne faut pas te reposer et bien au contraire, tout donner dans cette dernière ligne droite. Tu vas vivre une des semaines les plus éprouvantes de toute ta vie et une des plus étranges aussi. Ton esprit risque de succomber dans un torrent de question qui n’aura aucune réponse, tes yeux risquent de voir des images que même la plus puissante des illusions ne pourrait te faire rencontrer. Alors écoute moi bien, pour réussir cela il va te falloir quelque chose d’essentiel que je suis certain que tu disposes déjà : La confiance en soi. N’est-ce pas la base de ta formation de ninja ? Si, bien sûr, donc tu vas avancer avec et tu ne reculeras pas, tu ne connais tout simplement pas cette notion. Tu es loin d’être faible Kenji, n’oublis pas que tu es fort et rien ne pourra t’empêcher d’avancer.

Kenji fixa son maître dans les yeux sans ciller. Ce qu’il venait de dire était vrai, il s’était fait avoir comme un enfant en croyant les paroles du patriarche. Takeshi n’avait cherché qu’à faire tomber les défenses du jeune garçon et il y était arrivé avec une facilité déconcertante. Kenji se maudit de cette naïveté dont il faisait preuve en présence du chef du clan, il était si soumis que cela l’en dégoutait parfois. Mais malgré tout, il ne regrettait pas d’avoir accepté le voyage. D’après les dires du Juunin, cela allait être une épreuve unique où il apprendrait de nombreuses choses. Cela avait le dont d’éveiller sa curiosité en plus de sa motivation naturelle. Il se passa doucement une main dans les cheveux et plongea encore son regard noir dans celui tout aussi profond de Shiba. Les dernières paroles de ce dernier ne résonnaient plus comme avant dans l’esprit de Kenji. Une image lui vint en tête, celle d’un autre Juunin, Iki. A côté de ce ninja il se sentait faible et l’âme d’un enfant. Il n’arrivait pas à le comprendre et cela le gênait beaucoup. Cette situation était difficile à tenir car il avait beaucoup d’estime pour lui-même et se voir si petit face à un autre shinobi était très difficile pour son orgueil. Il inspira alors doucement et prit la parole d’un ton sérieux.

[Kenji] – Je me suis battu contre le ninja qui m’a annoncé ma promotion. Ce n’était rien de méchant, une sorte de rencontre pour se jauger. Je savais qu’il était plus fort que moi et pourtant, j’ai sentit une telle maîtrise chez lui. Un sentiment de petitesse m’envahissait à chacun de ses coups et même après le combat j’avais l’impression de n’être qu’une ombre à côté de lui. D’habitude, je crois en mois plus que tout, je sais ce que je vaux et là… J’ai… J’ai failli.

[Shiba] – Qui était-ce ?

Kenji se racla la gorge.

[Kenji] – Iki Namikaze.

Shiba sourit et reprit la route.

[Shiba] – T’as pas choisi l’adversaire le plus simple. Mais on reparlera de tout cela plus tard, on doit être arrivé Kuroi Kemuri avant midi.

[Kenji] – C’est le nom d’un village ?

Shiba ricana.

[Shiba] – Pas tout à fait, je te laisse la surprise.

Ils continuèrent alors le chemin parlant de chose futile durant quelques instants avant de revenir dans un certain silence confortable. Ils traversèrent Konoha sans faire de rencontre inopportune et arrivèrent devant les deux grandes portes ouvertes du village caché de la feuille. Véritable bouclier de bois réputé infranchissable, il trônait plus comme un avertissement pour les futurs assaillants que comme de véritables outils de défense. Kenji resta à les regarder en silence tandis que Shiba s’approchait rapidement des deux gardes postaient pour la surveillance des aller et venus des shinobis de Konoha. Il leur donna une enveloppe comme il l’avait souvent fait, le jeune garçon savait très bien ce qu’elle contenait. Il y avait une autorisation de sortie pour Shiba et lui-même signé de la main de Takeshi et de la responsable du haut conseil de Konoha, Keira. C’était indispensable pour une si longue durée, car il y avait toujours un risque de désertion, même infime il existerait toujours. Le taux zéro était comme inconnu chez les ninjas. Shiba revint alors vers Kenji et lui fit un signe de tête. Tout était réglé. Ils firent quelques pas pour dépasser les portes et s’arrêtèrent.

[Shiba] – Si nous voulons arriver à l’heure il va falloir presser le pas.

Kenji affirma de la tête et ils bondirent tous les deux. Le chemin se passa sans embuche et ils fondirent de branche en branche sans qu’aucun n’obstacle ne puissent entraver leur chemin. Puis, une heure après leur départ, Shiba prit la tête de la course se désignant officiellement comme le guide de leur excursion. Kenji ne savait pas où il se rendait et suivit alors en silence, ne faisant aucun mouvement inutile si ce n’était celui de bouger la tête pour éviter une branche d’arbre un peu trop basse. Le soleil avait du mal à pénétrer au cœur de la forêt entourant le village caché de la feuille, les gardiens verts ne lui laissaient aucune chance et même la plus infime, il n’arrivait pas à la saisir. Il régnait une atmosphère assez confortable à l’ombre des grands feuillages verdoyants. Une fraicheur qui était la bienvenue en cette matinée ensoleillée avec une petite bise refroidissant les petites gouttes de sueurs perlant dans leur nuque. Le souffle court ils continuaient d’avancer sans répit.

Puis, les arbres commencèrent à perdre la bataille pour cette terre qui semblait être la leur à jamais. Peu à peu le ciel se dévoilait laissant la grande boule de feu brûler la peau des deux jeunes shinobis et la chaleur gagner l’air ambiant. Une odeur de souffre commença à venir chatouiller les narines des deux protagonistes qui devaient allonger de plus en plus leur foulée pour bondir d’un arbre à un autre. Ils durent mettre pied à terre voyant que la forêt se délaissait d’elle-même pour des champs noirs et recouvert d’une terre bien trop vieille. Kenji s’agenouilla et posa doucement sa main sur un sol bouillant. Il attrapa une petite poignée de cette terre noir et joua quelques instants avec entre ses doigts. Il murmura quelques mots qui firent sourire le Juunin.

[Kenji] – Ce n’est pas un sol naturel…

Shiba montra la voix au jeune garçon et ils finirent leur chemin à pied. Kenji leva un regard émerveillait sur ce qui s’étendait devant lui. Il se passa doucement une main dans sa chevelure sombre mais trahit tout de même une petite étincelle qui vola à travers ses pupilles sombres. Devant lui se dessinait peu à peu un volcan réputé dans le pays du feu, magnifique et dangereuse tour de feu. Il comprenait maintenant, cette odeur de souffre, ce sol noir, tout était lié. La grandeur de cette motte de terre titanesque le fit presque revenir en enfance. Une fumée noire s’en échappait continuellement laissant peser une menace sur ce qui vivait autour cette montagne si particulière. Car un petit village siégeait à son pied. Il était entouré de champ agricole à perte de vue, d’ailleurs ce fut la première chose que rencontrèrent les deux ninjas avant même de pénétrer dans ce petit regroupement de maison. Les demeures étaient d’une facture des plus simples, rien n’était richement décoré et tout restait dans l’esprit d’une vie rurale et non matérialiste. Tout les objets superflus du quotidien semblait sans consistance dans ce village qui abritait une atmosphère de sympathie et d’altruisme que le jeune garçon n’avait encore jamais ressentit. Les chemins des différentes ruelles étaient recouverts de cette terre noire, par endroit elle pénétrait même dans les demeures des habitants qui souriaient en la renvoyant dans la rue. L’odeur de souffre devenait presque un incontournable ici, sans cette alchimie le village aurait eu un charme différent avec cette sensation qu’il manquait quelque chose. C’était cette cerise si belle et si parfaite sur un gâteau déjà bien garni.

Kenji s’arrêta dans le centre du village, le regard fuyant de toute part essayant d’observer les nombreuses facettes des demeures qu’il avait devant lui. Shiba lui sourit et l’incita à le rejoindre pour continuer. Les deux Uchiha filèrent en direction d’un petit restaurant. Kenji était tellement obnubilé par ce qui se passait dehors qu’il ne vit pas ce que l’enseigne indiquait, elle portait le nom du volcan même sur lequel il siégeait. La petite clochette qui retentit lorsque Shiba poussa la porte le fit revenir à lui-même et pénétrer à l’intérieur de l’échoppe. Il inspira doucement se délectant de cet air ambiant si spécial, qu’il appréciait.

Ils prirent une table à deux dans un coin du restaurant s’essayant face à face. Kenji déposa son sac prés de lui ainsi que le fourreau de son katana. Son regard décrivit le lieu comme s’il analysait une peinture. L’aspect était assez champêtre, de grand pilier de bois soutenait le toi. Ils étaient restés à l’état brut et possédaient ainsi un certain charme. Les tables semblaient provenir du même bois, quelques fissures sur les côtés donnaient le ton sur leur âge mais tout cela semblait si logique dans l’harmonie du lieu. Ce bois si sombre et si accueillant à la fois, comme la couleur des buches que les jeunes enfants s’amusaient à rentrer avec leur grand-père pour faire un peu de feu pour un hivers bien trop froid. On retrouvait ici cette convivialité et cette familiarité comme si les visiteurs étaient des villageois comme les autres.

[Shiba] – Nous sommes dans le village de Kuroi Kemuri, qui n’est autre que le nom du volcan sur lequel est bâti cet endroit.

Kenji secoua légèrement la tête et reprit ses esprits pour tourner son regard vers Shiba. Il resta quelques instants silencieux avant de parler d’une voix étonnant douce pour sa personnalité.

[Kenji] – Je sais que les terres autours d’un volcan sont très fertiles mais pourquoi rester aussi prés du danger ? La fumée qui s’échappe ne présage rien de bon…

Shiba inspira doucement avant de s’installer plus confortablement sur la petite chaise de bois. Il tourna la tête vers la fenêtre prés de laquelle ils étaient assit et fit signe à Kenji de faire de même. D’ici, on voyait parfaitement le Kuroi Kemuri recrachant cette fumée noire et épaisse qui n’aurait laissé de marbre que les êtres de feux du clan Senjago.

[Shiba] – Cette fumée n’est pas celle du Kuroi Kemuri pourtant avec un nom comme celui là, cela porte à confusion. Il y a ici deux volcans mais ceux sont des « faux jumeaux », c'est-à-dire qu’un est éteint, celui que tu vois le Kuroi, tandis que son frère continue son activité une fois par an environ. C’est le Yami Kemuri. Mais en général, le premier des deux frères que l’on voit est le Kuroi donc la plus part des gens croient que c’est lui qui passe ses journées à fumer. Une anecdote qui fait sourire les habitants de ce petit village.

Kenji esquissa lui aussi un petit sourire avant de tourner la tête vers le serveur qui venait d’arriver prés d’eux. Il sortit son plus beau sourire tout en ouvrant un petit bloc-notes. Le crayon vint gratter le numéro de la table sur le papier blanc tandis que le serveur se présentait.

[Saaba] – Bienvenu à vous à Kuroi Kemuri, je suis Saaba et enchanté de voir de nouvelle tête dans notre village. Vous venez faire la visite programmé de demain ?

Kenji allait enfin savoir pourquoi ils étaient venus ici pour un entrainement. Il posa ses pupilles sombres sur le Juunin cherchant à déceler la moindre information, mais ce dernier ne laissa rien transparaître, il lâcha un petit ricanement et se gratta la tête.

[Shiba] – On est pas vraiment des touristes.

Un petit clin d’œil au serveur qui semblait avoir tout comprit tandis que Kenji restait dans la confusion la plus totale. Il était déçu et savait pertinemment que s’il posait la question à Shiba, ce dernier ne le lui dirait pas. Il voulait ménager un effet de surprise alors, le jeune garçon le laissait faire. Saaba prit leur commande et repartit. Une fois de nouveau seul, Shiba posa une main derrière son dos avant d’en ressortir un étrange rouleau. Il le posa sur la table devant l’Uchiha qui y jeta toute son attention. Il était pour le moment roulé sur lui-même et seul sa couleur rouge indiquait sa provenance, Konoha village des maîtres du feu.

[Shiba] – Je vais devoir m’absenter cet après-midi. Je ne voudrais pas que tu t’ennuis ou pire, que tu joues les touristes. Derrière le restaurant il y a une petite aire libre où tu apprendras à maîtriser cette technique. C’est une des bases de Konoha mais elle prendra une saveur particulière en ces lieux. Je reviendrais ce soir et nous commencerons les choses sérieuses.

Kenji acquiesça d’un geste de la tête, il attrapa le rouleau et le rangea dans une poche avant de s’installer plus confortablement sur sa chaise. Il ne regrettait vraiment pas d’être venu avec Shiba, et malgré ce qu’avait dit Takeshi, il se sentait bien.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Dernière édition par Kenji Uchiha le Lun 7 Déc - 0:00, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Ven 20 Nov - 22:47

Nuée Ardente.
Premier jour…


...


Le soleil avait dépassé son zénith depuis peu et resplendissait au dessus de la tête du jeune garçon. Après avoir terminé leur repas et s’être dit au revoir, Kenji était sortit du restaurant l’esprit un peu plus clair. Ce petit air Candide sur son visage avait disparu laissant place à son attitude naturelle. Son regard analysait tout ce qui se passait autour de lui et il commença à mieux comprendre ce village et ses habitants. Il vit que la plus part étaient des agriculteurs vivant au dépend de cette terre fertile qui était tout autour du volcan. Les minerais et autres petites particules qui aidaient à la croissance des fruits et légumes, étaient présents en grande quantité dans ce sol noir. L’odeur de souffre qui enivrait ses narines n’étaient que celle de ce sol dont l’aspect terreux était bien trompeur. Les habitations respectaient toutes un modèle plus ou moins unique, le bois était le matériau principal de fabrication. La plus part du temps, il restait à l’état brut donnant un charme rural appréciait dans ce cadre de vie, cela dérogeait complètement avec ce qu’avait l’habitude de voir Kenji à Konoha. Et il fallait se l’avouer, ce petit changement n’avait rien de déplaisant et aérait l’esprit d’une façon agréable et suave.

Le garçon s’étira et fit quelques pas dans la ruelle devant le restaurant. Il aperçu une dame d’un certain âge balayait le pas de sa porte. Elle leva un sourire amical en sa direction avant de reprendre sa petite entreprise. Sa chevelure légèrement blanchi avec les années contrastaient réellement avec le paysage tout autour d’elle, une sorte de champignon blanc perdu dans une terre noire. A cette allusion, Kenji esquissa un petit sourire et se passa doucement une main dans les cheveux. Il fit alors quelques pas pour se rendre derrière le restaurant à l’endroit que lui avait indiqué Shiba.

Il tomba sur une sorte de petit enclos qui devant autre fois contenir du bétail. Les barrières de bois étaient encore présentes même si une entrée avait été aménagée au milieu de celles-ci. La terre avait été labouré à plusieurs endroit, et cela se voyait que ce n’était pas une main humaine qui avait accomplit ce travail en vue de semer une quelconque récolte. Non loin, au fond de ce petit espace, il y avait une sorte de bac où un robinet, maintenant trop sec, surgissait de nulle part. Kenji soupira et désespéra de devoir s’entrainer dans un lieu comme celui-ci. Sa main massa doucement sa nuque alors qu’il allait s’assoir avec équilibre sur un bout de la barrière. Il sortit alors le rouleau que lui avait donné Shiba et le déplia avec soin avant d’entamer une lecture poussée.

Citation :
Kasumi Enbu
Technique de rang C

Kasumi Enbu ou l’art de créer la une fumée qui brûlera vos opposants. En effet, ce jutsu n’a pas été inventé dans le but de détruire ou d’exterminer d’une quelconque façon brutale un ennemi mais plutôt de le blesser. De le blesser d’une des façons des plus horribles. Perdu dans un écran de fumée, il perdra ses sens et ne sera plus où il se trouve, il sentira peu à peu le feu ronger sa peau jusqu’à ce qu’il se perde dans une explosion de l’affinité de Konoha. Vous pouvez profiter du brouillard créé pour vous enfuir, ou au contraire, préparer une attaque dévastatrice. Mais faites attention, cette fumée est hautement inflammable, cela peut jouer en votre avantage comme à votre désavantage. Ne restez pas prés du nuage si vous comptez le faire exploser, un conseil qui paraîtra futile pour certain mais souvent négligé ou juste oublié par la plus part des shinobis.

En pratique, il va vous falloir démarrer comme pour une technique Katon habituelle. Concentrer votre chakra dans votre bouche et l’expulser sous la forme d’une fumée. Après une série de taos votre énergie spirituelle prendra la dimension du nuage, mais il faut réguler le souffle car si vous relâchez trop vite la fumée celle-ci peut prendre feu alors que vous êtes encore reliée à elle. Restez vigilant.

Kenji leva la tête vers le ciel, le regard perdu. C’était une technique classique que lui donnait là Shiba, il ne savait pas s’il devait le prendre comme une insulte ou un comme une aide précieuse. Il referma le rouleau d’un coup sec et sauta de la barrière. Il n’avait rien d’autre à faire de toute façon et il ne dirait jamais non à une nouvelle technique. Il prit alors ce bout de parchemin pour une aide dans sa formation et ne se posa pas plus de question. Il inspira doucement tout en se passant une main dans les cheveux. Le soleil venait de dépasser le restaurant où il s’était retrouvé il y a de ça quelques minutes. Il apparaissait maintenant sur l‘enclos, surplombant l’Uchiha de toute sa prééminence comme le spectateur d’une pièce qu’il suivait avec attention. Il rayonnerait jusqu’au dernier acte de la journée, pour voir une de ces petites fourmis faire ces tours de magies qui l’amusaient tant.

Kenji fit quelques pas au centre de l’enclos et vida l’air de ses poumons tout en fermant les yeux pour se concentrer. Il les ouvrit une fois le calme trouvé et enchaina la même série de signe qu’il avait bu sur le bout de parchemin. Il sentit le chakra qui s’accumulait dans sa gorge prendre du poids, il devenait plus lourd et plus dégoutant. Contrairement à la sensation de picotement et de feu habituelle des techniques du village, il ressentait un étrange dégoût. C’était amer et acide à la fois, il respirait mais une sensation d’étouffement le prenait. Il cracha le tout dans un souffle malhabile qui n’eu pour effet que de lui faire fumer la bouche. Il toussa violement comme si quelque chose obstrué sa gorge. Il y porta ses deux comme essayant de la maintenir en place avant de reprendre son calme. Il expira longuement, fermant les yeux par moment. C’était si étrange.

Il ne s’était pas attendu à cela. La seule chose positif pour le moment était qu’un peu de fumée avait quitté sa bouche, mais ce n’était pas encore un brouillard épais qui ferait sursauter ses ennemis. Il écarta alors un peu plus ses jambes pour bien les planter dans cette terre rugueuse et inspira profondément. Il passa une grande partie de l’après-midi à s’exercer sur cette nouvelle technique, faisant grandir peu à peu la fumée en petit nuage, puis en un brouillard épais. Le soleil suivait avec étonnement cette progression alors que lui-même partait au de là des montagnes, satisfaits de sa journée. L’ombre naissait peu à peu sur le village de Kuroi Kemuri et Kenji fier de lui, enchaina rapidement une série de taos. Ses joues se gonflèrent comme une grenouille avant de relâcher avec plus de classe que la première fois un épais nuage de fumée. Il esquissa un petit sourire et fit un bond en arrière avant d’enchainer une nouvelle série de signe incompréhensible au vue de la vitesse de ses deux mains. Cette fois-ci en plus de ses joues, son torse se bomba et il laissa le feu transpercer ses poumons pour s’échapper par des lèvres légèrement entre-ouvertes. Le souffle enflamma le nuage dans un petit bruit d’explosion satisfaisant qui força le chuunin à se protéger le visage du retour de flamme. Ses mains vinrent former une croix devant son regard d’ébène tandis que le souffle de l’explosion lui fit faire un pas en arrière. Cela ne dura à peine quelques secondes, mais ce fut suffisant pour le mettre en confiance pour la suite des évènements. Il aimait se sentir fort et puissante. Il flattait son orgueil seul, c’était une situation que certains pouvaient trouver burlesque.

Alors qu’il reprenait ses esprits, il sentit une présence approcher. Il la reconnu et jeta son regard vers le mur qui la cachait. Elle se découvrit naturellement, un plateau à la main, c’était Saaba, le serveur. Il sourit au jeune garçon et lui adressa un coup d’œil malicieux avant de s’approcher avec le plateau. Sur ce dernier trônait fièrement une gourde d’eau et une petite barre marron. Kenji l’observa d’un air interrogateur voyant tout ces aliments compressés dans ce petit espace.

[Saaba] – C’est un mélange d’aliment énergétique qui vous permettra de garder et reprendre toute vos forces rapidement.

Il lui sourit tandis que Kenji prenait l’étrange nourriture. Il la fit craquer entre ses dents légèrements intrigués en mâcha lentement. Le goût était un mélange de saveur qui faisait perdre le sens même de ce qu’étaient les aliments avant d’avoir étaient compressé. Il avala une première partie de la petite barre et s’aperçu qu’au final cela n’avait pas vraiment de saveur et que pour le moment le seul effet qu’il ressentait été un étrange poids bien plus lourds dans l’estomac. Il reposa la petite barre de nourriture et préféra se désaltérer. Pour un ninja de Konoha, boire après un entrainement était une question de survit. Le feu dessécher les ports de la peau et pouvait entrainer des cas de déshydratations inquiétants et dangereux. Le jeune garçon ne se fit pas prié et bu de longue gorgée d’un breuvage essentiel à sa survie. Il lui hotta ce goût de chair cramée qui régnait dans sur son palais et le requinqua avec plus de sérieux que la nourriture sous forme de barre que lui avait proposé Saaba.

[Saaba] – Je tenais à vous saluer, votre sensei m’a dit où vous comptiez aller et je ne pense pas que nous allons nous revoir. Je voudrais juste que vous reteniez une chose, pour le moment elle vous paraîtra étrange, mais vous verrez. La peur des Hommes vient souvent de l’inconnu, une rue de nuit n’aura pas le même effet que le jour, et contre cela votre plus grande force sera votre esprit. Ne tombez pas dans vos propres illusions.

Kenji regarda bizarrement le serveur. Il ne le connaissait pas et ce dernier venait lui dire d’étrange prophétie en une heure tardive de la journée. Il savait où il se rendait avec Shiba et cela avait l’air de l’inquiéter. L’Uchiha se passa doucement une main dans les cheveux et esquissa un petit sourire pour ne rien laisser paraître des doutes que venait de faire surgir en lui Saaba.

[Kenji] – Il est loin le temps où j’avais peur la nuit.

[Saaba] – Une pointe de modestie, quel courage !

Saaba ricana et repartit en direction du restaurant avec son plateau. Il ne lança aucune dernier regarde au jeune garçon et ce dernier n’en avait que faire. Il n’aimait pas recevoir des conseils et encore moins d’une personne qu’il ne connaissait pas. Ce serveur était bien étrange et il était heureux de ne plus avoir à le rencontrer de nouveau. Il retourna alors s’assoir tranquillement contre la barrière de bois, le regard sondant son esprit sans vraiment voir le temps qui changeait autour de lui.

L’ombre orangée d’un soleil tombant disparue pour laisser place au début d’une douce nuit bleuté. Il était encore trop tôt pour que les étoiles parsèment le ciel et que la lune sorte de sa tanière. Mais on ressentait déjà les effets d’une soirée sur le flanc d’une montagne et ce malgré le fait que cela soit un volcan. La température commença à chuter de quelques degrés tandis qu’une bise se levait doucement faisant s’élever de temps à autre les cheveux de l’Uchiha. Tout était calme, les villageois finissaient ce qu’ils étaient entrain de faire pour rentrer chez eux avec douceur et rejoindre un foyer confortable. La terre était calme et aucun bruit ne semblait pouvoir venir contrer ce cadre idyllique. La fumée qui s’élevait du Yami Kemuri se perdait lentement dans un ciel sans nuage. Seul ce noir pouvait faire croire à la présence des tâches blanches dans les cieux nocturnes. Mais cela ne fonctionnait qu’avec les plus naïfs.

Shiba arriva sourire aux lèvres dans l’enclos. Il portait un sac à dos imposant et Kenji ne manqua pas de lui faire remarquer d’un regard interrogateur.

[Shiba] – Tu comprendras très vite ne t’en fais pas. C’est bon pour la technique ?

Kenji sauta de la petite barrière et se dressa devant le Juunin.

[Kenji] – Bien sûr, mais la prochaine fois j’aimerais quelque chose qui valle vraiment la peine, un après-midi pour un peu de fumée…

[Shiba] – C’était un petit oublis de ma part et nous devions le combler. Ecoute moi bien maintenant, nous partons pour le Kuroi Kemuri.

Kenji ne cilla pas laissant son regard perçant faire le travail.

[Shiba] – Nous allons faire ce que peu d’entre nous ont fait avant, on va descendre jusqu’au plus profond des entrailles de la terre. La base même du feu nous y attend, la base même de l’Homme et de la vie. Tu vas voir les fondements qui nous ont amené à être ce que nous sommes aujourd’hui.

Kenji ouvrit grand les yeux et rigola nerveusement.

[Kenji] – Tu rigoles là ?

Shiba sourit quelques instants.

[Shiba] – Tu as peur du noir Kenji ? Dans la vie il n’y a pas que les techniques, on ne devient pas fort en abattant un mur mais en ayant conscience de ce que l’on fait. Prend cela comme le dernier voyage initiatique qui fera de toi un valeureux ninja ou toute autre bêtise dans ce genre. Il faut juste que tu comprennes que c’est pas une promenade de santé qui nous attends mais en contre partie tu vas voir des choses réellement intéressantes.

[Kenji] – Nous allons au cœur de la bête alors…

Kenji adressa un petit coup d’œil au volcan qui se dressait devant eux. Shiba lui saisit doucement l’épaule et le regarda bien en face.

[Shiba] – Je te connais Kenji et je sais que pour toi, mis à part les cygnes sur le lac, les choses de la vie sont futiles. Mais je te promets que tu ne regrettera pas.

Le jeune garçon ne répondit pas et attrapa son sac et le mit d’un geste vif sur les épaules. Il savait que les paroles de son sensei étaient vraies mais il avait du mal à les encaisser. Même si c’était sa nature, il était difficile d’accepter ce que l’on était quand on nous disait réellement ce que les autres percevaient de nous. Kenji repensa un cours instant aux oiseaux blancs, il ne savait pas pourquoi il les appréciait tant et soupira. Il se sentait mal à l’aise.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Lun 7 Déc - 0:00

Nuée Ardente.
Fin du premier jour…


...

La main ferme du jeune garçon vint se resserrer un peu plus sur le col de sa petite veste. Son visage était fermé tandis que son regard ne quittait pas une seule seconde le sol rocailleux sur lequel ils marchaient. Le vent avait gagné en puissance depuis leur départ du restaurant et alors qu’il n’avait même pas atteint la base du volcan, ce dernier venait refroidir toutes les parties de leur corps à découvert. Rapidement la lune était apparue pour les transformer en deux ombres vagues et sans vie. Shiba avançait devant son élève le visage caché derrière un masque noir qui ne laissait apparaitre que ses yeux. Sa chevelure d’or s’assombrit malgré les quelques étoiles qui filaient à travers la nuit. Ils marchèrent en silence durant de longues minutes remontant la ruelle principale du village. Elle était complètement déserte, un vide dérangeant et inquiétant. L’impression qu’une bataille sans précédent se préparait, alors qu’ils partaient juste à l’assaut d’un mont mystérieux et terrifiant. L’odeur de souffre était devenu une douce sensation qui venait caresser les narines alors qu’ils sortaient du village un petit pincement au cœur. Kenji laissa son regard noir flirter une dernière fois avec les demeures typiques et charmante du petit village. Kuroi Kemuri semblait si fragile vu de la petite hauteur où il se trouvait. C’était pourtant un endroit où il faisait bon vivre et où les habitants seraient surement enclins à batailler ferme pour garder en état.

Le chuunin détourna le regard et reprit la marche derrière Shiba. Ils avancèrent une petite demi-heure encore avant de voir se dessiner devant, sur le bord du chemin, une silhouette inconnue. Peu à peu, les courbes d’une femme apparurent sous les yeux du jeune garçon. Une ombre élancée avec une chute de rein à faire tomber les plus émotifs. Elle possédait les attraits d’une fille de son temps, sans entrer dans une vulgarité trop prononcée. Une petite combinaison blanche rafraichissait ces formes et montrait qu’elle était une vraie kunoichi. Sa chevelure, couleur rose bonbon, tombait avec délicatesse sur ses épaules légèrement dénudées. Elle entourait un visage angélique d’une pureté sans pareil. Un regard profond et intense qui pouvait faire fondre en larme les plus grosses brutes. Elle avait des atouts et semblait en avoir conscience.

[???] – Salut ! Je suis [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], votre guide.

Elle dégaina un sourire gracieux aux deux garçons qui se postaient devant elle. Kenji tourna un visage intrigué en direction de Shiba qui rigola quelques intants.

[Shiba] – T’as pas cru que je connaissais le chemin par cœur non plus.

Il se tourna alors vers la jeune femme et lui répondit d’une voix douce.

[Shiba] – Merci d’avoir accepté la proposition.

[Akari] – Hum… Du temps que vous pensez à payer à la fin.

Elle prit un petit air taquin et visa de sa main droit le sac qui était à ses pieds. Elle invita Shiba à s’en saisir tout en continuant sa prise de parole.

[Akari] – Enfilez ça. On est pas dans la forêt de Konoha là-bas.

Shiba ouvrit alors le sac et en ressortit deux paires de chaussures assez particulière. Elles étaient lourdes et difficilement maniable. Il tendit la taille la plus petite à Kenji qui le regarda bizarrement. Ce dernier n’en croyait pas ses yeux et se demandait vraiment ce qu’il l’attendait. Il attrapa la paire de chaussure qui lui était destinée et enleva ses geta pour les enfiler. Il ne disait rien mais trouvait toute cette mascarade bien mal venue. Mais une fois qu’il eut lassé ses chaussures de marche, il restait encore quelques surprises à voir sortir de ce sac. C’est ainsi que Shiba lui tandis une sorte de petite veste noir qui au touché avait une texture agréable, presque chauffante. C’était une laine spéciale qui venait d’un pays lointain. Il fallait y faire attention et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] l’enfila avec délicatesse pour ne pas la déformer. Et pour finir, Shiba lui tendit une petite lampe de poche. C’était le seul accessoire dont l’utilité était prouvée avant même son utilisation. Un petit sourire se dessina sur le visage du jeune garçon lorsqu’il la fit glisser dans sa poche. Il remit son sac à dos sur lui et se sentit l’âme d’un aventurier parfaitement équipé pour son expédition. Son katana prit position sous le sac, à l’horizontal tandis qu’une de ses mains passaient dans ses cheveux. Shiba rangea son sac avec les dernières affaires qu’Akari finit par lui donner et ils furent enfin, tous les trois, prêt à partir.

Ils entamèrent alors l’escalade du Kuroi Kemuri. La fumée noire qui s’échappait de ses hauteurs n’était pas la sienne. Etrangement cela rassurant le jeune garçon qui avança le pas un peu plus léger. Mais rapidement il comprit l’utilité de ces chaussures si spéciale. La terre laissait peu à peu place à un sol rocheux et très instable. Il était facile de si fouler une cheville et de remettre en cause tout le périple. Il valait mieux prévenir et la petite veste noire lui permettait de résister au vent nocturne qui se levait sur la façade du volcan. Il remonta le petit foulard qu’il avait autour du coup pour couvrir le bas de son visage. Seul ses yeux sombres perçaient l’horizon et laissaient entrevoir de la vie derrière ses vêtements. Ils manquèrent tous les trois de tomber à plusieurs reprises. Puis, peu à peu, le rythme fut prit et ils arrivaient à marcher sans encombre. Ils filaient assez rapidement vers le sommet du volcan et le vent gagnait toujours en intensité. Kenji voyait clairement Shiba et Akari devant lui et percevait leur parole.

[Shiba] – Les choses ont changé ces derniers temps ?

[Akari] – Vous êtes déjà venu ?

[Shiba] – Quand j’étais petit… Il y a bien longtemps.

[Akari] – A vrai dire je ne sais pas. Rare sont ceux qui demande de faire ce parcours, il est dangereux et je ne comprends toujours pas pourquoi le Seigneur du pays n’y a pas encore interdit l’accès… Il y a eu un éboulis l’année dernière qui rend instable quelques murs à l’intérieur.

[Shiba] – Dangereux comment ?

[Akari] – On verra bien !

Elle sourit au juunin et accéléra le pas pour ouvrir la voix. Shiba cligna des yeux plusieurs avant de se demander s’il avait réellement fait le bon choix en la choisissant comme guide. Il souffla et tourna la tête derrière lui voyant Kenji approcher. Il lui sourit et le taquina.

[Shiba] – Tu veux peut-être faire une pause Kenji ? Il faut que tu saches que de jour, il est quasiment impossible de grimper ici tellement la chaleur est accablante.

Le jeune garçon tua du regard son maître avant de s’arrêter devant lui. Il n’avait que faire du pourquoi ils partaient en randonnée la nuit. Ce qu’il venait d’entendre le souciait bien plus et voir Shiba si taquin alors que la conversation qu’il venait d’entretenir avec Akari était emplit de gravité, le dérangeait.

[Kenji] – Tu es sûr de ce que l’on fait ?

[Shiba] – Le hasard mettra un peu de piquant dans l’aventure !

Il lui tapa l’épaule et ils partirent tous les deux en directions d’Akari qui les attendait plus haut. Ils marchèrent encore de longues heures sur le flanc du volcan. Les étoiles dans le ciel se faisaient de plus en plus vives, éclairant leur chemin par instant et jouant les farceuses quand l’humeur leur venait. Les rochers difficilement praticables commencèrent à se faire plus rares et le sommet se rapprochait à vue d’œil. Ils dépassèrent bientôt les nuages dans une sensation étrange. Kenji sentit ses poumons se resserraient sur eux même tandis qu’il avait plus de mal à respirer. Et pourtant, chaque bouffée d’aire était aussi revigorante que de l’eau fraiche. Il continua sa marche silencieusement, appréciant se petit miracle de la nature. Et enfin, ils débarquèrent sur les hauteurs du volcan. Un dernier pas sur le sol devenu terreux et plein de gravier, pour maintenant apprécier une vue magnifique. Sous leur pied se dessinait un immense cratère sans fond. On ne voyait pas le bord opposé comme on ne pouvait apercevoir le sol. Tout était aussi noir que la nuit, et une étrange brume recouvrait le tout. Il n’y avait rien de rassurant en ce lieu et pourtant, c’était ici qu’ils allaient.

[Akari] – Allez on descend !


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Lun 28 Déc - 3:59

Nuée Ardente.
Début du deuxième jour...


...

Alors qu’Akari sortait des cordes de son sac, Kenji jeta son regard dans les profondeurs du volcan. Il sentait ce voyage comme une farce qu’on aurait organisé pour se jouer de lui. Mais c’était impossible, il devait s’y résoudre. Il n’avait pas peur de descendre, c’était plutôt l’agacement de perdre son temps en de vinent activité depuis le début qui l’animait. Il ne laissa rien transparaître par respect pour Shiba qui semblait s’amuser comme un enfant. Mais pour le jeune chuunin ce n’était rien d’autre que du sport fait en dehors de Konoha et pour le moment il n’y avait rien de bien divertissant. Il resta silencieux tout en se passant une main dans sa chevelure sombre. Il posa doucement un genou à terre pour refaire un lacet rebelle qui avait voulu voir un peu mieux le paysage durant leur monté nocturne puis il se redressa et vit une corde basique devant son visage.

Akari lui tendait énergiquement et avec un sourire vendeur ledit objet. Il s’en saisit en soutenant son regard et se massa doucement la nuque avec sa main de libre. Il se demandait s’ils allaient véritablement avoir assez de corde pour descendre sur plusieurs kilomètres. Le volcan était aussi grand qu’une petite montagne et sachant qu’ils allaient dans ses entrailles il ne fallait pas se fier à la taille extérieure. Il tenta de faire la remarque à la jeune et fougueuse guide.

[Kenji] – Nous aurons assez de corde pour descendre jusqu’en bas ?

Akari rigola tout en posant une main dans les cheveux noirs du garçon. Il la maudit, elle le traitait comme un enfant. Ce sourire sur son visage n’eut droit en retour qu’à des yeux assassins qui ne la firent pas reculer pour autant. Elle continua à jouer avec les mèches de l’Uchiha sans se soucier de l’effet que cela provoquait.

[Akari] – Une guide de montagne a toujours assez de corde !

Elle relâcha finalement la pression au plus grand bonheur de Kenji qui hésita un court instant à la foudroyer. La voix de Shiba l’extirpa de ses pensées malsaines.

[Shiba] – On s’attache et on descend.

Kenji fit plusieurs nœuds avec la corde autour de sa taille. Il prit l’autre extrémité encore libre et alla la faire embrasser un rocher à l’aspect solide. Il tira plusieurs coups sec pour s’en assurer avant d’afficher une mine satisfaite et de retourner prés du bord. Ils se regardèrent tous les trois d’un commun accord et plongèrent dans le vide. Enfin, plonger était un bien grand mot, car en faisant cela il risquait de s’éclater contre les rochers une fois le bout de la corde atteint. Ils commencèrent une descente lente en marchant contre la paroi le dos dans le vide et le visage face à la lune. Soudain une question traversa l’esprit du jeune garçon. C’était si bête et si logique qu’il se demandait pourquoi Shiba ou même Akari n’y avait pas pensé plutôt.

[Kenji] – Pourquoi ne pas marcher le long de la paroi avec notre chakra ? On arriverait bien plus vite en bas.

[Shiba] – C’est impossible. Pour le moment nous avons de la roche volcanique assez banale, mais dans quelques mètres les parois seront recouvertes de magnésium. Ce dernier au contact du chakra prend feu et entraine une explosion. Je doute que tu souhaites mourir comme cela.

Akari pouffa sur la fin de la phrase de Shiba. Kenji plissa légèrement les yeux pour montrer son mécontentement au juunin mais ce dernier était plus intéressé par sa parade nuptiale avec la jeune guide de montagne. Ils descendirent alors durant de longues heures la paroi abrupte du Kuroi Kemuri. Malgré le fait d’une nuit encore fraîche, mais qui disparaissait peu à peu, il faisait un froid imposant dans le cratère du volcan. C’était un paradoxe qui aurait pût en faire sourire certains. D’étranges courants d’airs venaient chatouiller la nuque de Kenji qui ne comprenait pas encore très bien tout ce qui se passait autour de lui. Il continua à descendre sans un mot, sentant que Shiba suivait le même rythme sur sa gauche, tout comme Akari encore un peu plus loin.

Ils s’arrêtèrent après une longue heure de descente pour manger un peu. La fatigue d’une longue nuit se faisait ressentir et la conversation ne fut pas très intéressante. Ils reprirent alors rapidement la descente du volcan. Kenji était maintenant persuadé que le soleil avait du se lever. Pourtant, il sentait l’obscurité envahir de plus en plus les lieux. C’était encore un étrange paradoxe qui se soulevait dans cette montagne de feue. Il faisait froid et sombre, au lieu d’une chaleur lumineuse. A un certain moment, il se dit qu’il n’y avait plus de question à poser. La situation était bien trop inhabituelle pour essayer d’être rationnel en ces lieux. Il rapporta alors son attention sur la paroi même du volcan. Le changement dont avait parlé Shiba c’était bel et bien opéré. Le mur n’était plus noir et plein de souffre, il avait un aspect assez lisse et grisé. Il brillait légèrement sous les derniers rayons du soleil qui filtraient encore par-dessus la montagne.

Soudain le bruit d’un craquement. Kenji eut tout juste le temps d’apercevoir l’ombre qui désignait Shiba, sur sa droite, tomber à toute vitesse. Le jeune garçon plia les genoux contres le mur et sauta latéralement pour rattraper la corde qui filait avec fatalité vers le sol tout comme son propriétaire. Le contre coup fût puissant et Kenji n’étant pas un grand spécialiste en taijustu dût faire un gros effort pour ne pas lâcher le juunin. Avec une main il tenait fermement sa corde tandis que l’autre était accroché à celle de Shiba. L’aventure ne commençait pas de la meilleure façon.

[Shiba] – Que se passe-t-il ?

[Kenji] – La corde a lâché, je te tiens c’est bon.

[Shiba] – Il n’y a rien qui est bon Kenji ! Je pends dans le vide là !

Leur voix résonnait à travers l’antre du volcan. Shiba était légèrement stressé du fait qu’il était nu de son chakra. L’utiliser signifiait qu’il remettait du feu dans ce volcan éteint mais ne rien faire présager de sombre dessein. Kenji était quelqu’un de confiant, mais il n’avait pas la parole facile, il savait très bien qu’il ne pourrait tenir éternellement le juunin par le bout de sa corde. Il réfléchissait à une solution mais rien ne lui venait à l’esprit qui ne mettait pas en jeu la vie de l’un de ses sensei. Il leva alors ses pupilles sombres autour de lui et tomba sur la silhouette d’Akari.

Les cheveux roses de la jeune fille brillaient étrangement dans cette noirceur absolue. Elle semblait chercher quelque chose dans son sac de randonnée et avant de relever le visage vers Kenji. Elle lui sourit et lui montra deux petits bâtons d’une couleur verte foncée. Il ne savait pas vraiment à quoi cela allait lui servit mais à cet instant, il devait faire confiance en Akari. Il patienta alors, essayant de calmer le va et vient que devait subir Shiba à l’autre bout de la corde. La guide craqua en deux les bâtons et ils prirent une teinte verte fluo qui éclairait sur quelques mètres. Elle les laissa tomber dans le vide comme si de rien n’était.

[Akari] – On va bien voir…

Kenji ne comprenait pas très bien ce que faisait la jeune fille qui plus est les muscles de ses bras commençaient à le brûler. Il suivit du regard la lumière verte qui se perdit dans les profondeurs de la feu bête enflammée et qui éclaira finalement le visage de Shiba. On pouvait y lire une inquiétude certaine à travers quelques traces de suies. Kenji esquissa un petit sourire et vit que la lumière restait étrangement prés du juunin. Il donna alors à nouveau son attention à Akari qui se mit à parler d’une voix forte pour que les deux garçons entendent.

[Akari] – Le sol est tout proche ! Shiba, je vais couper la corde, préparez vous.

[Shiba] – Quoi ?!

Kenji crut voir de la crainte sur le visage de son sensei avant de reprendre son attention vers la guide. Il était normal de se sentir désarmé dans une telle situation et qui plus était, Akari n’avait pas expliqué sa démarche de la meilleur des manières. Mais c’était assez burlesque pour que Kenji l’apprécie et comprenne que le danger n’était plus aussi immédiat qu’il l’avait cru. Il se balança sur quelques mètres pour se rapprocher de la jeune fille qui avait sortie un couteau de poche. Elle trancha la corde d’un geste vif et assuré tandis qu’un cri de Shiba fut rapidement étouffé par des toussotements.

[Akari] – A nous !

Ils finirent alors la descente rapidement pour rejoindre Shiba qui s’était relevé d’un sol poussiéreux. Il affichait une mine sévère légèrement énervé de ce qui venait de se produire. Akari lui tapa sur l’épaule avec un sourire amical et le taquina du regard. C’était le début de l’aventure et chacune d’entre elle avait ses péripéties, Shiba en faisait l’expérience.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Jeu 28 Jan - 14:20

Nuée Ardente.
Matin du deuxième jour...


...

[Shiba] – Je croyais qu’un guide de montagne avait toujours assez de corde !

[Akari] – Arrêtez de rejeter la faute sur les autres, c’est pas ma faute si vous savez rien faire de vos mains si ce n’est des signes astrologiques !

[Shiba] – Tout d’abord ceux ne sont pas…

[Akari] – Oui, oui je m’en fou.

Alors que Shiba lançait des regards assassins en direction de la guide de montagne, cette dernière le prenait de toute sa hauteur et fierté féminine. Elle était dans son élément et savait qu’elle pouvait prendre le pas sur le juunin à tout instant. Que cela soit physiquement ou psychologiquement. Cela l’a faisait sourire et, quelque part, jubiler. Elle tira la langue au garde du corps du chef Uchiha et repoussa une mèche de cheveux rose qui pendouillait devant ses yeux d’un coup de main gracieux.

Kenji était loin de cette dispute. Après avoir mit un pied sur le sol poussiéreux, il s’était détaché rapidement. Il avait rangé sa corde dans son sac à dos et avait exploré la petite cavité où ils se trouvaient de son regard sombre. Rapidement, il vit un trou dans la roche, une sorte de fissure verticale assez large pour pouvoir y passer de face. Il avait laissé seul les deux chefs d’expéditions qui semblaient plus enclin à se chamailler comme des enfants et s’était rapproché de la fissure. Il posa avec douceur sa main sur la roche et reconnu la matière appelée magnésium dont lui avait parlé Shiba quelques instants plutôt. Ce n’était pas rugueux, bien au contraire, c’était aussi lisse qu’une plaque de verre, comme si un cours d’eau était passé sur cette roche durant des années pour en supprimer toutes les impuretés. Elle brillait légèrement plus que les parois rocheuses habituelles et sentait une odeur assez forte de fer. En fermant les yeux l’Uchiha était presque capable de s’imaginer dans une forge. C’était assez impressionnant.

Il se redressa doucement et tourna la tête vers les deux autres partenaires de l’aventure. Il prit un ton neutre mais assez roque pour les faire réagir.

[Kenji] – Il y a un passage.

[Shiba] – Je ne connaissais pas ce chemin là.

[Akari] – C’est normal, on est pas sur la bonne voix.

[Kenji] –

[Akari] – Nous aurions dût arriver dans une autre crevasse aménagée à une centaine de mètre au nord. Mais le fait que notre vaillant ninja ait lâché prise sur la paroi nous a amené ici.

[Shiba] – Je suis pourtant pas tombé en zigzagant…

[Akari] – Ce volcan cache bien des mystères... Quoi qu’il en soit, je pense qu’en prenant par cette entrée nous devrions retomber sur le chemin principal.

Kenji ne se le fit pas dire deux fois. Il était déjà las de cette expédition et il souhaitait en finir rapidement. Il ne savait vraiment pas ce qu’avait prévu Shiba pour lui dans les entrailles de cet enfer de feu. Il franchit facilement la fissure et lorsqu’il apparut de l’autre côté quelques gravillons vinrent tomber sur ses cheveux noirs. Il s’en débarrassa d’un geste de la main et balaya la nouvelle pièce dans laquelle il était entré. Quelque pas pour se retrouver au centre d’un lieu ahurissant. Tout scintillait comme si la roche était éclairée par un soleil de diamant. Des étoiles rouges, bleues, vertes l’entouraient une nuit de richesse qui fit miroiter ses yeux comme un enfant. Il cligna des paupières quelques instants avant de faire un pas vers la paroi encore tout ébahit. Sa main vint flirter avec ces métaux précieux qu’il n’avait pût voir quand de trop rare occasion. Ils étaient encore à l’état brut et pourtant leur magnificence n’était pas à prouver.

Un bruit d’étonnement se fit entendre et il vit Akari s’approcher elle aussi de la paroi rocheuse pour toucher cette fortune qui leur tendait les bras. Avec la roseur de ses cheveux elle ressemblait à une princesse perdue au milieu d’un hall de bijou. Ses yeux s’éclairaient d’une petite flamme coquète que possédait la plus part des filles tout en essayant de décrocher une pierre du mur.

[Kenji] – Des rubis…

[Akari] – Des saphirs…

[Shiba] – Du chondrites…

Kenji et Akari se tournèrent en direction de Shiba qui était accroupi sur le sol posant sa main sur ce dernier et soupirant. Il était vraiment le seul être à pouvoir s’intéressait au sol sur lequel ils marchaient alors que la richesse les attendait quelques centimètres plus haut.

[Akari] – C’est bien Shiba, mais cela ne nous rapportera pas grand-chose.

[Shiba] – Vous ne comprenez pas. C’est une très mauvaise…

Le juunin fut interrompu dans sa phrase tandis qu’un bruit étrange et stressant se faisait entendre. Il provenait de l’endroit où il avait posé sa main sur le sol et une petite fissure ne tarda pas à faire son apparition pour grandir à une vitesse impressionnante en direction de Kenji.

[Shiba] – Ne bougez plus ! C’est l’une des roches les plus fragiles du monde, nous entrons dans les entrailles de la terre la chaleur ne va pas nous aider, et on peut ajouter à cela notre poids à supporter. Doucement, doucement, Kenji tu vas retourner vers la fissure par laquelle nous sommes entrés.

D’un signe de tête le jeune garçon acquiesça. Il jeta un regard vers cette fameuse petite entrée qui ne lui semblait plus autant proche qu’il l’avait pensé au début. Il inspira profondement et souleva la plante de son pied pour avancer. Il n’eut pas le temps de terminer son geste que la fissure s’agrandit et la roche se brisa. La voix stridente d’Akari se fit entendre et une demi-seconde plus tard, ils tombèrent.

Alors que Shiba suivait Akari dans un cri de fin du monde, Kenji s’apercevait étrangement que cette descente était différente de celle qu’il pouvait faire habituellement. Ils tombaient certes, mais pas avec ce haut le cœur qui aurait provoqué un arrêt cardiaque rapidement, une sensation plus légère envahissait ses sens. La chute se faisait comme si un ascendeur les entourait, c’était étrange mais rassurant. Par contre, il trouvait pathétique la façon dont se comportait Shiba et ce fût pour cela qu’il attrapa ce dernier par l’épaule d’une main et fit de même avec l’épaule d’Akari.

[Kenji] – On ne tombe pas vraiment !

Les deux autres protagonistes se calmèrent sous la voix forte et impressionnante qu’avait utilisée le jeune chuunin. Kenji relâcha la pression sur leur épaule et dans un commun accord activa son sharingan avec Shiba. Tout devint encore plus lent et oppressant qu’il dût arrêter ce tour de passe-passe. Il était dans les entrailles de la terre et chaque action qu’il faisait différait d’un geste normal fait sur terre. Le juunin fit de même.

[Shiba] – Etrange !

[Akari] – Vous avez fini de jouer !

Alors qu’il s’enfonçait à une vitesse folle dans le sol l’air ne se réchauffa pas pour autant. Kenji frissonna en sentant une… Une goutte d’eau couler le long de son dos. Il cligna des yeux étonné et vie un nombre de gouttelette grandissant flotter autour d’eau. C’était comme de petites sphères cristallines qui se perdaient dans cette descente infernale. Ils tombaient tous aussi vite que de l’eau. C’était inimaginable.

[Shiba] – Je crois que nous sommes chanceux !

En effet, Kenji baissa les yeux vers le fond qui était invisible au début. Il approchait rapidement mais sa surface était facilement discernable. Il esquissa un sourire en voyant une masse d’eau. Finalement ils n’allaient pas mourir comme de vulgaire pantin après une chute. Il allongea les bras le long de son corps et vit que Shiba et Akari l’imitait. Il ferma les yeux et se laissa emporter par un choc qui devenait une fatalité. Cette tombée n’en était pas vraiment une, tout comme ce voyage qui semblait hors du temps et de l’espace.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Jeu 3 Juin - 17:28

Nuée Ardente.
Matin du deuxième jour et Midi...


...

Shiba et Kenji sortirent difficilement de l’eau. Ils toussèrent durant de longues secondes avant de frissonner de froid. Situation paradoxale alors qu’ils se trouvaient dans le cœur d’un volcan. Mais ils ne prêtèrent pas attention à ce détail, autre chose les inquiéta. Ils n’étaient que deux sur le rivage fait de sable qui les avait recueillit. Akari avait disparue. Shiba se redressa subitement et fit alors quelques pas dans l’eau pour crier le nom de leur jeune guide. Sa voix se porta en échos dans toute la caverne où ils se trouvaient. A ce moment là, Kenji prit véritablement conscience du lieu dans lequel ils avaient atterrit. Il pouvait apercevoir très distinctement au plafond le trou béant par lequel ils avaient fait leur entrée ; tout autour, le plafond était recouvert de stalactite. L’air qui l’entourait était très humide, chargé d’eau et lui comprimait légèrement les poumons. Il jeta alors un regard sur l’horizon, devant lui il n’y avait que ce lac souterrain. Shiba hurla encore une fois tandis que Kenji s’avançait vers lui. Le juunin s’apprêtait à plonger avec l’espoir d’un fou dans l’eau mais le jeune garçon l’en empêcha.

[Kenji] – Shiba ! Le lac est bien trop grand pour que l’on s’amuse à faire des recherches à l’aveuglette.

Le juunin assassina du regard son élève et plongea dans l’eau opaque. Kenji soupira en se passant une main dans sa chevelure et patienta tout en scrutant la surface de l’eau. Il n’attendait qu’une seule chose que Shiba ne semblait pas avoir comprit. Cela arriva très vite, à l’est de leur position, il aperçut des petites bulles qui venaient mourir sur la surface. Sans aucune hésitation, le chuunin plongea tandis que le juunin remontait à la surface énervé.

Kenji accéléra le mouvement une fois sous l’eau. Cela faisait déjà de longues minutes d’Akari était sans oxygène et il ne voulait pas arriver trop tard. Son corps fondait à grande vitesse sur cette forme inerte qu’il voyait flottait devant lui. Elle était comme hésitante entre la surface et les profondeurs. Son bras en direction de l’air pure montrait que la guide n’avait perdue connaissance que depuis peu. Kenji arriva à ses côtés et la prit dans ses bras. Ses lèvres vers rapidement rencontré celle d’Akari et il lui donna son oxygène sans aucune restriction. Embrasser sous l’eau pouvait être très amusant, lorsque la personne avec qui l’on partage ce moment n’est pas entre la vie et la mort. Il remonta à la surface et entama de la ramener vers le rivage tout en gardant la tête de la jeune femme hors de l’eau. Quelques secondes plus tard, il fut rejoint par un Shiba qui avait complètement délaissé le sentiment de colère de son visage pour celui du soulagement.

Tous les deux, étalèrent le corps d’Akari sur la plage intra terrestre et la grande question se posa alors. Kenji et Shiba s’observèrent, qui allait lui faire du bouche à bouche ? Shiba qui souhaité ardemment couché avec la jeune fille prit l’initiative et Kenji se promit de ne pas parler au juunin de ce qu’il avait fait sous l’eau pour éviter tout débat sans fin. Le jeune garçon, posa alors ses mains sur le ventre d’Akari et appuya fortement pour lui faire ressortir l’eau qui gorger ses poumons. Shiba approcha sa bouche de la noyée et souffla plusieurs fois. Le duo répéta ses gestes durant de longues minutes qui parurent durer une éternité avant de finalement voir Akari réagir. Elle toussota, recrachant les dernier reste d’eau et esquissa un petit sourire à Shiba avant de retomber sur le sol, cette fois-ci la fatigue l’avait prise.

Shiba se détendit enfin, il posa avec affection sa main sur le front d’Akari et sourit bêtement. Kenji se redressa tout en observant la jeune fille. Ils avaient réussi à la sauver, mais il voyait maintenant très bien l’utilité d’un ninja médecin dans une équipe. Il se passa doucement une main dans les cheveux et s’étira la nuque.

[Kenji] – Nous devrions nous reposer ici quelques heures, le temps qu’Akari reprenne des forces.

[Shiba] – Je vais préparer à manger.

Kenji acquiesça d’un signe de tête. Shiba enleva sa veste et la plia de façon à créer un petit coussin artificiel qu’il plaça sous la tête d’Akari. Il prit posa ensuite son sac à dos sur le sol et entama la confection du repas. Le chuunin le regarda s’afférer quelques instants avant de partir de l’avant explorer cette plage. Il marcha quelques minutes le long de ce petit lac gardant à portée de vue le campement improvisé. Il ne trouva rien si ce n’est du sable et quelques coquillages. Il fût étonné de ce dernier point, mais il n’était pas scientifique et ne trouva pas de réponse à cette question. La balade était infructueuse, il prit alors la direction du campement.

Ils prirent deux heures de pause au cours dès quelles Akari se réveilla avec une faim monstre. Ils mangèrent tous, reprenant les grands moments de leur périple avec gravité. Finalement, ils rangèrent leur sac à dos et reprirent la route. La jeune guide ne semblait pas savoir où elles devaient véritablement mener le groupe. Les aléas du voyage les avaient déviés de leur itinéraire initial. Mais elle connaissait bien le Kuroi Kemuri et ne s’inquiétait pas trop de la suite des évènements.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Dernière édition par Uchiha Kenji le Dim 17 Avr - 18:30, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Dim 17 Avr - 17:22

Nuée Ardente.
...


...

Ils étaient dans les entrailles de la terre. L’obscurité était la reine de ce royaume souterrain. Elle enveloppait ses trois visiteurs d’un manteau noir. Seul les quelques lampes d’Akari leurs permettaient de ne pas s’enfoncer dans la roche dure. Cette dernière était lisse et recouverte d’une étrange particule qui collait aux doigts. Cette matière les avait entièrement envahis, ce mélange de suie et de charbon leur permettait d’être aussi noirs que cette nuit éternelle. Kenji était incapable de dire qu’elle heure il était, si le soleil était encore à son zénith ou si simplement la pleine lune éclairait les champs. Ils avançaient tous les trois sans notion de temps, ni d’espace. Le chemin était unique et lorsqu’il fallait tourner, ils ne pouvaient rien faire d’autre que tourner. Ce tunnel semblait interminable. Et lorsque les parois commencèrent à se rapprocher l’une de l’autre, une légère tension monta entre les trois protagonistes. Mais personne ne prit la peine de dire un mot. Ils ne pouvaient revenir sur leurs pas. La seule solution était d’avancer, encore et toujours. Après de longues heures, ils durent commencer à marcher comme des crabes. La roche les compressait petit à petit. Leur vêtement lécher les parois jusqu’à être recouvert de cette matière noire. On n’entendait que le souffle commun du petit groupe. Chacun d’eux intériorisaient ce qu’il vivait. Akari qui fermait la marche sentait le doute grandir. Elle ne reconnaissait rien de cet endroit. La guide était perdue et cela ne l’enchantait guère. La jeune femme était en colère contre elle-même et cela pouvait se lire sur son visage. Son regard était perçant et sa chevelure avait perdue toute sa fougue. Shiba, qui était juste devant elle, n’osait croiser les yeux d’Akari. Il arrivait à ressentir toute cette tension. Il essayait de se souvenir du petit lac où ils avaient atterrit. Il cherchait une autre issue. Mais le retour était impossible. Kenji, fer de lance de la traversée de ce tunnel, rester vide de toutes expressions en apparence. Intérieurement, il fulminait contre Shiba et ses idées foireuses. A plusieurs reprises, il avait activé ses pupilles rouges pour tenter de dénicher quelque chose qui leur aurait permis de sortir de cette situation. Mais c’était sans succès. Et lorsqu’il commença à devoir s’accroupir pour continuer, il se stoppa net. Difficilement, il se tourna vers les deux autres, le regard froid.

[Kenji] – A partir d’ici, il sera impossible de faire demi-tour. Le tunnel devient trop étroit.

Shiba resta silencieux tout en réfléchissant. Akari soutint le regard du jeune garçon avec force.

[Akari] – Je ne vois pas l’intérêt de revenir en arrière.

[Shiba] – Peut-être qu’une autre issue était possible autour du lac.

Akari secoua la tête négativement tandis que Kenji tentait vainement de voir au de là du tunnel.

[Akari] – Cela doit faire plus de 5heures que nous marchons…

[Shiba] – Votons. Je suis pour un retour en arrière.

Akari fixa longuement le juunin.

[Akari] – Je suis contre. Le retour est trop hasardeux.

Kenji sentit tout à coup deux paires d’yeux se poser avec intensité sur lui. Il soutint le regard de chacun tour à tour. Sa décision était déjà prise et les affinités qu’il pouvait avoir avec l’un ou l’autre ne comptaient pas. Tout en associant le geste à la parole, il lâcha.

[Kenji] – On continu.

Etrangement, le fait d’avoir pris une décision, d’avoir finalement trouvé un but, souda le groupe. Dans un sens, les tensions retombèrent car tous savaient ce qu’ils avaient à faire. Maintenant, il fallait avancer ou mourir accroupit à des kilomètres sous terre. L’objectif atteint d’atteindre un endroit moins obstrué pour pouvoir se reposer et manger un peu. Et c’est ce qui se produisit. Après une heure qui parue durer une éternité, le groupe sentit qu’ils pouvaient redresser l’échine. Petit à petit, ils purent marcher normalement jusqu’à pouvoir s’assoir en tailleur. Cette marche était longue, épuisante moralement et mentalement. D’un commun accord, ils décidèrent de prendre tout leur temps pour se recharger complètement les batteries. Ils ne savaient pas ce qui allait les attendre au détour d’un virage. Leur interrogation était attisée par un bruit sourd qui ne cessait d’amplifié depuis quelques dizaines de minutes.

Après un repos mérité, ils reprirent la route. Tous avaient en tête ce son aussi féroce que le rugissement d’un lion. Il ne pouvait provenir que d’un seul endroit. Au bout du tunnel. Ils marchèrent encore deux longues heures avant de voir ce qu’ils ne pensaient plus revoir avant d’être sorti du volcan. De la lumière. Elle n’était pas aussi éclatante qu’à l’accoutumée mais elle réchauffa leur cœur. Elle n’était pas assez puissante pour les éblouir mais elle était assez rassurante. D’une teinte légèrement bleuté ils accélèrent le pas inconsciemment pour la rejoindre. Le spectacle qui s’offrit à eux à la sortie du tunnel fut des plus déconcertants.

Nature. C’est le premier mot qui vint dans l’esprit du jeune Uchiha. Ils étaient entourés d’arbre, de feuille, d’herbe dans un lieu qui ne l’aurait jamais laissé présager. De la vie sous terre. Akari et Shiba n’en croyaient pas leurs yeux. La jeune femme s’empressa d’aller toucher un arbre. Les troncs étaient d’une dimension extraordinaire. La plus part des végétaux s’élevés à plus de dix mètres de haut. Et entre le feuillage, peu dense, la lumière bleutée venait nourrir une terre noire recouverte d’une herbe tirant de vert au bleu. Le bruit qu’ils entendaient maintenant depuis quelques heures avait redoublé d’intensité. Et soudainement, Shiba prit conscience.

[Shiba] – S’il y a des plantes, il y a des animaux ! Akari ! Restons groupé !

Kenji s’accorda totalement à l’idée de Shiba. Ce bruit devait être celui d’un troupeau non loin. Et malgré la folie de la situation, cela lui paraissait d’une conception parfaitement logique. Il dégaina son katana tandis qu’Akari les rejoignait le regard interrogateur. Le pas lent, ils avancèrent à travers ce petit bout de végétation et en tout juste quelques minutes un spectacle encore plus saisissant les prit au dépourvu. La pression retomba, laissant place à l’ébahissement le plus complet. Ce rugissement féroce n’en était pas un. Ils étaient tous les trois au sommet d’une cascade. Plus exactement, elle leur faisait face. Entre eux et cette eau une crevasse si profonde qu’on ne pouvait en apercevoir le fond. Et une fois qu’ils eurent réalisés ce qui les attendait. Ils virent qu’au dessus de leur tête il y avait des nuages. L’impression de devenir fou attrapa Kenji. Tout ce qu’il vivait été tout simplement impossible. Shiba prit alors la parole, criant pour couvrir le vacarme de l’eau qui chutait.

[Shiba] – C’est un phénomène électrostatique qui créait cette lumière. Elle est bleue car elle se reflète sur l’eau.

[Akari] – Et pour toute cette végétation ?!

Shiba esquissa un sourire.

[Shiba] – Il y a de l’eau, de la terre, de la lumière et de l’espace. Une plante ne demande rien de plus.

Shiba reprit un ton plus sérieux. Il pointa du doigt la cascade puis le ravin.

[Shiba] – Maintenant, soit on tente de passer de l’autre côté, soit on descend.

Son regard se posa sur Akari, après tout elle était leur guide.





[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Mer 4 Mai - 17:59

Nuée Ardente.
...


...

Kenji se sentait sans défense face à cette nature extraordinaire. Ce qu’il voyait dépassait l’entendement. Il n’était rien alors que la grandeur des arbres le surplombaient jusqu’à l’infinie. Le stéréotype de sa routine habituelle était chamboulé par cette lumière bleue qui scintillait au dessus de sa tête comme les néons d’une discothèque. Il n’était qu’une fourmi qui faisait face au plus grand précipice qu’il n’eut jamais à affronter. Incapable de sauter la distance était bien trop impressionnante. Et que dire de ce vacarme incessant, de cette eau qui menaçait de l’entrainer dans des profondeurs où seul le diable n’avait jamais habité. Ce reflet cristallin, attirant, qui ne voulait que l’embrasser pour mieux le jeter dans ses abimes. Ses yeux flirtaient avec une nature usuelle qui prenait des proportions incommensurables lorsque l’on s’enfonçait sous terre. Le sentiment que cela ne devrait pas être ici existe, mais il est rapidement éclipsé par celui de l’intrusion. Kenji se sentait comme un parasite, il ne pouvait pas rester dans ce climax. C’était impossible, c’était étrange.

Le constat semblait être le même pour ses deux compagnons. Il observa tour à tour Shiba et Akari qui restaient perplexes. Il fallait prendre une décision mais personne ne savait réellement quoi faire. Kenji se passa doucement une main dans sa chevelure sombre tout en faisant quelques pas en direction de la crevasse. Ses chaussures passèrent d’un seul herbeux à une terre humide, presque boueuse. Tandis qu’il commençait en sentir des gouttes d’eau lui percuter le visage. L’image était saisissante, encore un pas et il sombrait dans un abysse insondable. En face de lui, la cascade qui semblait prendre toute la place dans cette grotte aux dimensions qui défiaient pourtant la réalité. Son regard noir jet balaya l’horizon, plissant légèrement les paupières pour éviter les filets d’eaux qui arrivaient jusqu’à lui. Rien. Il ne voyait aucune autre issue.

Quelques pas en arrière et il rejoignit rapidement Akari et Shiba. Ces derniers s’étaient installés contre un des grands troncs d’arbre qui bordaient la cascade. La tension était palpable entre les deux individus et une dispute venait sûrement de se clore. Kenji prit position face à eux, Akari ne daigna pas le regarder tandis que Shiba s’attelait à faire un feu. En quelques secondes, une magnifique flamme vint réchauffer les corps et attendrir quelque peu les esprits. Le jeune garçon en profita pour faire sécher sa veste et nettoya rapidement ses chaussures de marche tout en prenant la parole d’un ton détaché.

[Kenji] – Il n’y a aucun passage de l’autre côté.

Shiba soupira tandis qu’Akari répondait sèchement.

[Akari] – Techniquement on doit descendre pour continuer le « voyage ».

L’ambiance était à couteau tiré.

[Shiba] – C’est toi le guide, non ?

[Akari] – Des ninjas ce n’est pas censé être débrouillard ?

Kenji se redressa, le visage froid et la posture sévère.

[Kenji] – Des gamins. Oui, vous êtes des gamins. On est perdu dans les entrailles de la terre, on cherche désespérément à trouver un chemin pour sortir de ce piège et vous ; vous ne trouvez pas mieux que de vous disputer à longueur de journée.

Kenji marqua une pause tout en fixant tour à tour Akari et Shiba. Ils fuyaient son regard noir, mal à l’aise et gênés par leur attitude respective. Ils hochèrent simplement la tête tandis que le jeune homme continuait.

[Kenji] – On aimerait tous être autre part, mais on fait avec et on avance. Ensemble.

Il prit place devant le feu, silencieux. Il n’y avait plus qu’à attendre les conséquences de cette remise en cause. Il fallait crever l’abcès car la situation s’envenimait à vue d’œil. Akari reprochait à Shiba, mais aussi à Kenji, de ne pas être des shinobis sans faille. Elle n’avait que trop idolâtré la figure du ninja. Pour Shiba, c’était plus de la frustration qui venait se répercuter comme un écho sur la jeune fille aux cheveux roses. Finalement, ce fut le silence qui s’installa entre les trois protagonistes. Ils prirent chacun du temps pour se reposer.

***

Akari était assise, en équilibre, sur une petite barrière en bois. Quelques années en moins mais une chevelure toujours aussi éclatante. Un sourire gigantesque qui laissait paraître une belle rangée e dent blanche se dessinait sur son visage. Ses pieds chahutaient entre eux, faisant vaciller les sandales qu’elle portait. La journée battait son plein. Le soleil illuminait une clairière aussi semblable aux milles autres qui devaient se cacher dans la forêt bordant le village caché de la feuille. Les lieux se pavanaient littéralement sous une lumière scintillante. Les arbres arboraient leurs plus belles feuilles et quelques oiseaux fendaient le ciel de temps à autre. Akari envoya valser loin devant elle ses souliers avant de sauter à pied joint dans l’herbe sèche. Ses orteils saisir quelques brins comme pour s’emparer des lieux. La jeune fille leva alors son regard azur en direction d’une ombre qui s’avançait doucement.

C’était un homme. La stature d’un combattant, sans pour autant que son corps ne laisse à paraître qu’il ne possédait qu’une force physique. Un bandeau caché son œil gauche, un bandeau serti d’une feuille. Une chevelure brune claire qui se fondait parfaitement dans un paysage d’été. Quelques bandages entouraient ses mains tandis que son corps était recouvert de l’équipement des juunins. Son visage esquissa un petit sourire à l’approche d’Akari qui lui sauta dans les bras.

Tout devint flou…

Puis…


Akari était assise autour d’une table basse. Légèrement plus jeune, sa chevelure semblait tirer sur le rouge clair. Des petites larmes coulaient le long de ses joues tandis qu’elle enfouissait son visage entre ses mains. Son corps était prit de sanglot tandis qu’une main ferme se posa sur son épaule. L’homme était vieux. Bourru, il arborait fièrement une barbe de quelques jours qui lui rongeait le cou. Un regard dur se changea brutalement en une vision paisible alors qu’il prenait Akari dans ses bras.

[ ? ] – Ma fille…

Une voix tremblante, presque sanglotant s’échappa à l’opposé de la pièce. Une femme qui semblait être aussi âgée que le père d’Akari s’avança à pas de chat. Sa chevelure était d’une couleur rose terne, et les rides sur son visage laissaient à penser qu’elle avait été une très belle femme par le passé.

[ ? ] – Les meilleurs médecins s’occupent de lui.

[ Le père] – C’est un ninja de Konoha ! Il ne sortira que grandi de cette épreuve.

Un silence pesant s’installa alors entre les protagonistes. Le père tenait toujours fermement entre ses bras sa jeune fille tandis que la mère s’asseyait péniblement sur une chaise. Le calme fut d’une courte durée, trop courte. Un jeune garçon apparu sans savoir par quel moyen. Toute la pièce devint flou, le père relâcha son étreinte, la mère disparut dans un nuage de fumée. Mais ce jeune garçon resta face à Akari qui avait cessé de pleurer.



[ ? ] – Il a perdu son œil…



Akari enlaçait fièrement son frère. Ce héros, ce shinobi qui n’avait peur de rien. Celui avait décidé de défendre les plus faibles alors qu’il n’avait aucune obligation envers ce village ninja. Elle tenait fermement à celui dont elle aimait vanter les louanges. Mais soudainement, l’homme à l’œil gauche caché laissa disparaître son sourire. Son regard devant froid et sa silhouette sombre. Akari passa au travers, et tomba à genou sur l’herbe sèche. Les vannes de sa tristesse s’ouvrir en quelques secondes tandis que des cris de lamentation s’échappaient de sa bouche. Elle jura à plusieurs reprises tandis que l’ombre de son frère s’élevait dans le ciel. La main tendue elle tenta vainement de la rattraper, mais c’était trop tard.



[ ? ] – Tu l’as tué !



***

Akari se réveilla en sursaut. Cela eut pour effet de sortir Kenji et Shiba de leur torpeur. Le ciel était toujours aussi brillant et rien n’avait changé. Mise à part les traits du visage de la jeune fille. Ils étaient foncés, elle était sûre d’elle. Rien ne pouvait plus lui faire changer d’avis. Son regard en disait long sur la confiance qui émanait de chacun de ses gestes. Elle attrapa alors son sac à dos et l’enfila rapidement. Elle jeta un regard flamboyant aux deux autres protagonistes légèrement désappointés par ce sursaut d’énergie dont faisait preuve leur guide. Elle se mit à courir en direction de la cascade, les foulées décidées. Un éclair rose se mit à jaillir de la forêt pour s’envoler comme un ange dans les profondeurs abyssales. Un simple murmure s’échappa de ses lèvres.

[Akari] – Pour toi grand frère…

Kenji et Shiba se regardèrent totalement désemparé. Il n’avait rien put faire. Le jeune garçon secoua alors la tête attrapa son sac et incita Shiba à faire de même. Quelques secondes plus tard, ils étaient tous les deux face à crevasse qu’Akari venait tout juste d’emprunter avec une conviction inouïe.

[Shiba] – Quel genre d’homme serions-nous, si nous ne la suivions pas ?

Shiba se mit à sourire et sauta tête la première dans l’étendu obscure. Kenji ferma le col de sa veste noir et inspira profondément avant de se passer doucement la main dans sa chevelure sombre. Son regard d’ébène analysa la bêtise qu’il allait faire. Son genou droit se plia. Il prit son impulsion et c’était l’envole du cygne. Bras ouvert, il s’offrait aux entrailles de la terre.







[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Dim 12 Juin - 3:21

Nuée Ardente.
...


...

Seuls les yeux couleurs rubis apparaissaient au travers des ténèbres infinies. Kenji avait activé son don mais cela lui semblait qu’une vaine affaire. Il sentait de temps à autre l’eau lui brûler la peau. La vitesse semblait donner la force d’une lame à ce liquide. L’Uchiha avait les bras tendu devant lui, comme s’il s’attendait à tout moment à plonger. Il ne percevait rien, si ce n’était l’écho des cris de Shiba et d’Akari tour à tour. L’ambiance n’était pas oppressante malgré l’inconnu qui l’attendait. Il ne se sentait pas en danger. Ce qui eut pour effet de lui resserrer violement les entrailles. Il perdait les notions de base des ninjas, celles de l’attention en se confortant. Kenji secoua la tête et plissa ses yeux. Maintenant, seul deux petites fentes rouges étaient visibles. En se concentrant, il arrivait à contrôler sa chute pour éviter de se faire happer par la cascade qui tombait avec lui. Il mit de longues secondes pour rattraper Shiba. Il s’aperçut que ce dernier avait aussi activé ses pupilles. Son visage semblait tendu.

Ce que ne disait pas Shiba, c’était que tomber à cette vitesse folle dans l’eau revenait à percuter un mur de pierre. Les poings serraient, il secoua négativement la tête en direction de Kenji. L’euphorie du début était rapidement retombée. La folie d’Akari s’ouvrait à eux. Ils accélèrent alors leur chute. Tels deux missiles, ils perçaient l’air. Bientôt, ils se mirent à avancer plus vite que l’eau. Mais la chevelure rose d’Akari semblait encore loin. Shiba tenta de l’appeler sans aucune réponse. Le Juunin jura, et accéléra de plus belle. Kenji de son côté avait grandement ralenti sa chute. Il était debout, les pieds en direction des abysses. Le regard vide, il inspira une dernière fois. Ses mains se confondirent difficilement, la vitesse de la chute l’empêchait d’être stable. Finalement, le dernier tao prit forme. Un pouf inaudible et il disparut. Des centaines de mètres plus bas, la forme du jeune Uchiha se dessina. Il avait prit un risque fou, alors que le sol était invisible. Mais il devait absolument rattraper la guide. Levant la tête dans sa chute, il aperçut Akari, le regard totalement étranger à ce qui se déroulait. Sa chevelure rose flottait en tout sens, tandis que son corps prenait des poses inquiétantes. Kenji écarta au maximum ses bras pour freiner sa chute. Arrivé au niveau d’Akari ses yeux rouges lâchèrent un sentiment d’inquiétude. La jeune fille était inconsciente. Des filets de sang coulaient le long de son front pour remonter dans ses cheveux. Elle semblait s’être cognée la tête contre la paroi rocheuse. Kenji l’attrapa tandis que Shiba les rejoignait. Ils étaient dans une très mauvaise posture.

Il était impossible pour eux de communiquer. La descente était trop rapide et leur voix se perdait dans les entrailles de la terre. Kenji fronça alors les sourcils pour faire comprendre à Shiba qu’il n’appréciait pas la situation dans laquelle ils se trouvaient. Le juunin répondit d’un signe de la tête alarmant. Des milliers d’hypothèses se bousculaient dans la tête du chuunin, il tentait par tous les moyens de trouver une solution. Mais il n’en voyait aucune, c’était la fin. Shiba semblait penser la même chose, tandis qu’ils continuaient de tomber sans pouvoir freiner leur chute.

Soudainement, Kenji se rappela les paroles de Shiba alors qu’il commençait leur descente en enfer.

***

[Kenji] – Pourquoi ne pas marcher le long de la paroi avec notre chakra ? On arriverait bien plus vite en bas.

[Shiba] – C’est impossible. Pour le moment nous avons de la roche volcanique assez banale, mais dans quelques mètres les parois seront recouvertes de magnésium. Ce dernier au contact du chakra prend feu et entraine une explosion. Je doute que tu souhaites mourir comme cela.


***

Kenji ne voyait pas d’autres solutions. Il espérait que l’explosion allait créer un éboulis qui leur permettrait de voir une sortie. Dans tous les cas, ils étaient finis. Mais ils ne rendraient pas les armes sans combattre. Le jeune garçon hocha la tête en direction de Shiba qui semblait avoir lu dans les pensées du chuunin. Tous les deux savaient qu’ils couraient au suicide. Kenji tourna Akari pour lui prendre un bout de corde dans son sac. Il lia sa taille à la sienne avec un solide nœud. Une fois cela fait, il la lâcha et la regarda un instant flotter à ses côtés. Shiba ferma les yeux quelques instants, puis secoua sa chevelure blonde en ne laissant qu’un visage concentré se dessiner sur lui. Kenji se sentait fébrile, pour l’une des premières fois de sa vie. Il ne voulait pas que cela se ressente, et ne laissait donc rien transparaître. Mais au fond de lui, il sentait son ventre se nouer et son cœur accélérer comme jamais. Mais le temps de la réflexion était fini. A un rythme synchronisé les deux ninjas faire défiler les taos. Une seconde plus tard, le tigre s’offrait à leurs lèvres et les flammes vinrent lécher les parois du gouffre.

Le rugissement d’un monstre se fit entendre. Le feu se déchaina dans la gorge qu’ils empruntaient. Tout n’était alors que confusion. Malgré son sharingan, Kenji avait de plus en plus de mal à percevoir ce qui se déroulait autour de lui. La poussière c’était levée, le faisant tousser de manière inquiétante. Des bruits d’explosions rebondir jusqu’à leurs oreilles, et semblaient se perdre dans toute la longueur du boyau. Le noir, l’inconnu associé d’une puissance magique et terriblement dangereuse, ne laissait rien présager de bon. Mais en une fraction de seconde, Kenji sentit l’étreinte d’une main autour de son bras, Akari s’était réveillée. Elle ne semblait plus pouvoir contenir ses émotions, les larmes coulaient à l’envers sur son visage mais il pouvait apercevoir toute la détresse qu’elle envoyait au jeune garçon. Il devait faire quelque chose. Il jurait intérieurement tandis que tout se bousculait dans sa tête. Mais une voix surpassa toutes les autres. Une conscience qu’il avait enfui depuis de nombreuse année, un esprit qu’il croyait mort. Le Geneki s’ouvrit dans sa tête et lui rappela ses origines. Le maître de la terre qu’il fut durant une courte période de sa vie. Cette affinité à la roche et ses branches. Tout ce qu’il avait refoulé pour laisser place à l’Uchiha et le cœur ardent qui battait dans sa cage thoracique. Il serra les poings comme jamais, jetant un dernier regard à Akari. Son visage se déchira ne laissant qu’une expression confuse. Un halo bleuté se mit à l’entourer. La corde le reliant à la guide se brisa. Chaque membre de son corps se crispa. Ses muscles gonflaient. La tension s’accumulait, jusqu’à son apothéose. Puis il relâcha une énorme quantité d’énergie tout en s’ouvrant les bras en croix. Ils se mirent tous les trois à flotter, comme si le temps c’était arrêté. Les pierres et rochers gravitaient autour d’eux à faible vitesse. Kenji semblait au bord de l’inconscience et Shiba le comprit très vite.

Le juunin prit alors les choses en main. Il attrapa les deux bouts de cordes attachées à Akari et Kenji, tout en jetant d’un revers de la main deux kunai armée de parchemin explosif. L’explosion ne se fit pas attendre, mais les roches qui auraient dût voler en éclat à leur rencontre, prirent doucement leur ticket pour graviter autour du jeune garçon. Un passage se dessina et Shiba entraîna tout le groupe d’un geste vif. Kenji passa de justesse la fente et son emprise sur la terre cessa. Personne n’eut le temps de voir les rochers sombraient encore plus bas dans les profondeurs du sol. Surtout pas Kenji qui sentait ses forces le quitter. Il fut prit de panique, se vidant sans avoir le contrôle sur ces flux d’énergie.

Une seconde plus tard, tout était sombre.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Dim 12 Juin - 17:20

Nuée Ardente.
...


...

Kenji ouvrit difficilement les yeux. Après plusieurs battements de paupières il redressa légèrement la nuque une demi-seconde. C’était trop d’effort. Il se sentait faible, sans la moindre résistance. Le souffle court, il s’abandonna une seconde fois à la noirceur des ténèbres. Il arrivait tout juste à percevoir le fait qu’il était allongé sur de l’herbe. C’était tout ce qu’il pouvait analyser à cet instant. Son esprit était las comme s’il avait passé des heures entre le marteau et l’enclume d’un forgeron. Son visage était pâle, et son cœur ralentissait dangereusement. Cela Shiba l’avait bien remarqué. Il n’avait jamais vu Kenji utiliser autant d’énergie spirituelle en si peu de temps. C’était un exploit que le jeune garçon soit encore en vie, c’était un miracle que tout le groupe soit encore indemne. Le juunin redressa légèrement la tête de Kenji pour lui créer un coussin de fortune à l’aide de son sac. Il couvrit le jeune garçon d’une couverture puis posa la main sur un froid étrangement froid. Shiba laissa transparaître une grande expression d’inquiétude sur son visage. La mâchoire serrée, les sourcils froncés laissèrent place à une mine déconfite. Akari était plus en retrait. Son visage était orné d’un magnifique pansement le long de son arcade gauche. Le coup reçu à la tête avait été bien plus superficiel que ce qu’avait put penser Shiba. Mais pour le moment c’était le cadet de ses soucis. La jeune fille semblait fouiller avec conviction dans son sac. Rapidement elle en sortit quelques herbes accompagnées d’un bol et d’un pilon. Elle entama une série de mélange qu’elle broya avec vivacité. Shiba n’y faisait qu’à demi-attention. Il s’en voulait énormément. C’était à lui que Takeshi avait confié la mission de veiller sur Kenji. Il avait échoué. Toute cette quête n’avait été qu’un naufrage. Il avait été aussi insouciant qu’un enfant malgré le grade qui devait le définir. Il soupira tout en regardant Kenji. Il n’avait pas été à la hauteur et la tristesse du moment se mêlait avec une colère difficile à contrôler.

Akari avait finit son mélange. Elle s’approcha des deux Uchiha et s’agenouilla en face de Shiba, Kenji étant allongé entre eux. Elle prit alors entre ces doigts une pate d’un vert pâturage qu’elle appliqua doucement sur le front du jeune garçon. La crème ne semblait pas tenir et disparaissait quelques secondes après son étalage. Akari répéta alors de nombreuse fois le geste. Shiba jeta un regard interrogateur à la jeune fille aux cheveux roses.

[Akari] – Disons que j’ai eu une formation de médecin.

Shiba fronça les sourcils.

[Shiba] – Qui es-tu ?

Le regard d’Akari se vida tendit qu’elle continuait à tenter de guérir Kenji.

[Akari] – Mon frère a servit pour Konoha durant quelques années. C’était un shinobi de grand talent, il était reconnu de tous dans notre région…

Durant une courte seconde elle sera le poing. Shiba comprit. Elle parlait de son frère au passé.

[Shiba] – Que s’est-il passé ?

[Akari] – Il fut un temps où le village que vous avez traversé ne vivait pas dans la sérénité. Des nukenin avaient prit place dans le Kuroi Kerumi. Ils tenaient des réunions de temps à autre, tout en laissant les habitants vivre leur vie. Mais un jour, un Senjago rejoignit le groupe. Est-ce que tu connais leur histoire Shiba ? Est-ce que tu sais ce que peut faire un Senjago face à un volcan ?! Et le jeune garçon avait la force des flammes du phœnix dans ses veines ! Deux volcans s’offraient à lui ! Les habitants craignaient alors ce qui pouvait se produire. J’ai alors imploré mon frère de rentrer de Konoha pour mettre fin aux agissements de cet individu et du groupe de nukenin par la même occasion. Je suis sa petite sœur et il m’écouta. Cinq ninjas débarquèrent dans le Kuroi et le combat fut effroyable. Trois nukenin réussirent à fuir, et deux moururent dont ce Senjago ! Et c’est mon frère qui offrit sa vie au village dans nos rangs ! Il fut blessé à l’œil, une blessure qui parut anodine. Mais un étrange feu noir semblait le ronger de l’intérieur qui le força à rester au lit, alité durant de longues semaines. Il finit alors pas s’éteindre, exténué de combattre la mort.

Shiba posa doucement sa main sur l’épaule d’Akari. Cette dernière n’avait pas cessé une seule seconde de passa la crème sur le front de Kenji. Mais ses mains tremblaient et des larmes perlaient autour des ses yeux.

[Shiba] – Ton frère était un ninja formidable. Tu n’as pas à te sentir coupable d’une mort qui n’est dût cas des déserteurs sans foi ni loi.

La jeune fille arrêta alors de bouger et leva un regard sévère en direction de Shiba.

[Akari] – Bien sûr que c’était un grand ninja ! Pour lui faire honneur j’ai rejoins Konoha et suivis une courte formation de médecin ninja. Je n’ai pas put la terminer car mon père est tombé très malade. Je devais reprendre l’affaire familiale.

Son visage se détendit d’un seul tenant. Puis elle se jeta dans les bras de Shiba, le cœur un peu plus léger. Le juunin ne dit pas un mot et réconforta Akari qui semblait tout autant perdu mentalement qu’ils l’étaient physiquement.

***

Peu à peu Kenji reprit conscience. Son visage avait reprit une teinture à peu prés normal tandis qu’il arrivait avec effort à resserrer les doigts. Il cligna des yeux plusieurs fois avant de réussir à se redresser complètement. Il se passa la main sur le visage et sentit une matière visqueuse se coller à ses phalanges. Cette dernière n’avait aucune couleur, il soupira et s’essuya sur l’herbe qui l’entourait. Le souffle encore un peu court, il se tentait de se remémorer ce qui venait de se passer. Il n’avait conscience que du moment où son corps c’était chargé en énergie pour parvenir à sauver Akari et Shiba. Après, c’était le trou noir. Sa tête lui faisait un mal de chien. Il se décida alors à se relever mais ce fut sans réussite. Son poids semblait bien trop lourd pour ses jambes. Après un immense effort, il parvint tout de même à se tenir droit. Mais il retomba soudainement à genou sur le sol. Maugréant intérieurement contre lui-même. Il balaya du regard le sol alentour pour y trouver une aide. Il attrapa alors un bâton qui lui semblait assez solide pour soutenir son poids et s’y appuya de toutes ses forces pour enfin tenir sur ses deux jambes. Il se passa doucement une main dans sa chevelure sombre et redressa enfin la nuque. Et alors, ses yeux d’ébènes dévorèrent le spectacle qui s’offrait face à lui.

Durant quelques minutes, il se demanda bien s’il n’était pas encore inconscient et qu’un simple rêve se dessinait devant lui. La nature avait prit une place bien étrange. Des champignons géants faisant la taille d’une trentaine d’homme l’entouraient. Tous de couleur différent, il gisait à leur base sous d’immenses dômes. Ce qu’il avait prit pour l’herbe n’était autre que d’étrange tige blanche et courte poussant à travers le sol. Il était arrivé dans une nature effroyable, presque enivrante. Un parfum qu’il ne pouvait décrire vint chatouiller ses narines. Il se sentait comme revigorer, et fit alors quelques pas en direction du champignon le plus proche. Doucement, il leva le bras en direction du tronc. Sa main se déplia tout en approchant de la paroi. Et ses doigts se posèrent sur la surface légèrement rugueuse de cette étrange plante. Kenji sentait comme un regain de vitalité s’emparer de lui. Il eut presque envie d’hurler, d’extérioriser toute cette force qui s’échappait du champignon pour prendre part dans chacune de ses cellules. Il laissa alors tomber son bout de bâton pour attraper la base du champignon avec les mains. Il se sentait comme relier à la nature, une force ancestrale. Il était au commencement même des plantes, là où tout pouvait se créer.

Cela dura de longues minutes, jusqu’à ce que le champignon se mette à frémir. Le frémissement devint alors un tremblement. Le tremblement se transforma en véritable secousse. Kenji fut projeté en arrière de quelques mètres. L’arbre magique se secoua dans tous les sens, laissant des milliers de sport blanc danser dans les airs. Ils se mirent à tournoyer autour du champignon à une vitesse folle. Puis tout à coup, ce dernier explosa sur lui-même. Tout n’était alors que poussière blanche, volant en tout sens, avant de retomber sur le sol. Kenji écarquilla les yeux comme jamais.

[Shiba] – Kenji !

La voix de Shiba résonnait. Accompagné d’Akari il arrivait en courant en direction du jeune garçon. Tous deux l’attrapèrent par un bras pour l’aider à se relever.

[Akari] – Est-ce que tout va bien ?

Kenji tourna la tête vers la jeune fille. Il était redevenu un peu plus sérieux, mais ce qui venait de se produire pouvait encore se lire sur son visage.

[Kenji] – Je ne me suis jamais sentis aussi bien.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Jeu 23 Juin - 3:00

Nuée Ardente.
...


...

Une fois retrouvé. L’équipe de trois prient d’un commun accord de visiter les environs. Kenji était encore légèrement groggy par la force de la nature qu’il venait d’absorber. Shiba et Akari lui avaient fait comprendre qu’ils avaient vu ce qui s’était passé. Mais il était impossible, pour l’un ou l’autre, de l’expliquer. La jeune femme aux cheveux rose, qui était leur guide, semblait tout aussi perdu dans cet élan de mystère que les deux jeunes shinobi. Ils avaient largement dévié du parcours initiatique du Kuroi Kemuri. Tous trois devaient maintenant, trouver une sortie. Car une question importante aller se poser, celle des vivres. En effet, si l’eau ne manquait pas Shiba n’avait que peu confiance en cette nature sous-terraine. Il ne leur restait finalement assez de nourriture que pour tenir deux repas normaux. Mais en se serrant la ceinture, ce qu’ils allaient faire, ils multiplieraient par deux ce chiffre. La seule solution était de trouver de la nourriture ou un moyen de sortir, tout cela, rapidement. Kenji se passa doucement une main dans sa chevelure sombre, tout en observant les alentours. Tout était d’une blancheur étrange, presque effrayante. Il ne voyait rien de comestible. Il jeta son sac à dos sur son épaule soutint le regard de Shiba qui était à ses côtés. Ce dernier acquiesça. Ils faillaient jouer les explorateur, mais les explorateurs prudents. Nul ne savait ce qui pouvait exister au fond des entrailles de la terre.

En restant bien groupé, ils marchèrent tant bien que mal droit devant eux. Evitant autant que possible de toucher les champignons ou tous autres organismes non identifiés. Peu à peu leurs visages se détendirent tandis que les grands chapiteaux blancs se faisaient un peu plus rares. Seule cette herbe blanchâtre persistait à leur pied. Une étrange clairière se dessina tout autour d’eux. Chacun s’arrêta sans même regarder ses coéquipiers. Tous savaient qu’un véritable défi s’offrait à eux. En effet, jusqu’à présent, malgré l’impétuosité des champignons géants, ils voyageaient à couvert. Un choix devait être fait, encore une fois. Il était plus court de traverser la clairière qui semblait espacée de quelques centaines de mètres. Mais c’était aussi très dangereux. En faire le contour les ferait dévier de leur trajectoire. Kenji secoua la tête. Il trouvait cette hésitation absurde. Il regarda Shiba et Akari en fronçant les sourcils et fit un pas en avant.

[Kenji] – Nous n’avons que trop perdu de temps.

Le jeune garçon sentit le regard lourd de Shiba sur ses épaules, et celui inquiet d’Akari. Il prit sur lui et continua d’avancer. Il était peu à peu totalement à découvert. Les deux autres le suivirent. Ils avancèrent le pas légèrement pressé. L’autre bout de la forêt de champignon les narguait. Ils allaient tout de même l’atteindre. Juste quelques minutes de marche. Kenji en était certain, ce n’était que de vaine hésitation. Ses yeux d’ébènes détaillé chaque coin autour de lui. Il n’apercevait rien, tout était figé. Il n’y avait qu’eux dans les entrailles de la terre. Plus que quelques pas. Ils étaient seuls. Le vent les avait abandonnés et une simple lumière factice leur permettait d’avancer. Il n’y avait pas un bruit. L’herbe blanche était tachetée de noir par endroit. De gigantesque tâche formant un tracé ovale surplombé à une extrémité par trois traits. Kenji s’approcha doucement alors de l’une d’elle. Ses genoux fléchir tandis qui se baissait. Sa main se détendit, jusqu’à toucher cette herbe noire. Elle n’était pas noire. Elle était enfoncée dans la terre. Soudainement, un rugissement aussi puissant qu’une bombe se fit entendre. Kenji écarquilla comme jamais les yeux. Ce n’était pas le bruit d’une cascade il en était certain. Il se tourna en direction d’Akari et Shiba qui était tout aussi alarmé. Il sauta alors sur ses deux jambes. Et tout le groupe se mit à courir devant eux. Personne ne savait vraiment où ils allaient. Kenji souhaitait juste, au plus profond de son âme ne pas rencontrer ceux qui avait poussé ce cri affreux. Une telle puissance, une telle grandeur s’en était dégagée. Le souffle court, le groupe détala comme jamais. Sans même s’apercevoir que les champignons disparaissaient, ils filaient comme le vent. Soudainement, un cri. Bien plus faible, bien plus proche. Kenji tourna la tête derrière lui. Akari venait de tomber au sol. Avec Shiba ils se précipitèrent à ses côtés pour l’aider à se relever. La jeune fille jura tout en se redressant. Sa cheville formait un angle assez inquiétant.

[Akari] – Arghh !

Kenji secoua la tête négativement.

[Kenji] – C’est fracturé.

Akari n’en pouvait plus, physiquement et mentalement. Elle se laissa retomber sur le sol comme une masse. Kenji tenta d’amortir comme il le pouvait sa chute.

[Shiba] – Combien de temps avons-nous couru ?

Kenji redressa la tête en direction du juunin et comprit tout à coup le sens de sa question. Mise à part l’herbe blanche sur le sol tout l’environnement autour d’eux avait changé. Il n’était plus question de champignon géant. Au contraire, il n’y avait rien. Mise à part un grand arbre quelques mètres plus loin. Kenji cligna des yeux. De la fumée se dégageait de ce dernier.

[Kenji] – L’arbre là-bas…

[Shiba] – Il…

[Akari] – Arghh !

Kenji et Shiba se retournèrent en direction d’Akari.

[Kenji] – Nous devons nous abriter, le temps de soigner Akari. En hauteur serait le mieux. On ne sait pas ce qui rode en ces lieux.

Il pointa d’un geste de la tête l’arbre. Shiba acquiesça.

[Shiba] – Attrape le sac d’Akari.

Kenji s’exécuta tandis que le juunin forçait la jeune femme à monter sur son dos. Cette dernière tout d’abord récalcitrante se laissa convaincre par la force des choses. Sa cheville lui faisait un mal fou. Elle attrapa alors le cou de Shiba et ne bougea plus. Ils partirent alors en courant en direction de l’arbre. La distance que Kenji crut faible au début fut bien plus importante. Mais ils avaient ainsi le temps de voir à quoi ils allaient être confrontés. C’était un magnifique saule pleureur qui leur faisait face. Il était haut de cinquante mètres, mais encore loin du plafond faussement éclairé. Ses branches descendaient jusqu’à ramper sur le sol. Son tronc était d’une couleur marron très sombre, d’ailleurs tout était obscur. En totale contradiction avec le sol herbeux d’un blanc vivifiant. Les lianes possédaient un vert émeraude qui avait perdu toute la fougue de sa jeunesse. La fumée qu’ils avaient vu s’échapper provenait du sommet de l’arbre. Et alors qu’ils arrivaient à ses pieds, le petit groupe fut totalement estomaqué. Tout en haut, une cabane. Une immense cabane. Une cabane humaine. Elle avait été construite dans une architecture qui épousait parfaitement les courbes des branches de l’arbre. Kenji voyait une porte d’entrée et quelques fenêtres, le tout taillé dans un bois aussi sombre que celui du tronc.

[Kenji] – C’est impossible.

[Akari] – Je n’en reviens pas.

[Shiba] – Vous savez ce que cela veut dire !

Le juunin marqua une pause tout en lançant un regard appuyé à Kenji.

[Shiba] – Nous ne sommes pas seul. C’est la main de l’homme qui a posé cette maison au dessus de notre tête.

[Akari] – Shiba, elle date de plusieurs années ou siècles autant cette cabane.

[Kenji] – On a plus de chance d’y trouver un squelette qu’un individu.

[Shiba] – Vous ne comprenez donc pas. J’entends par là, que la vie sous terre existe. Cela n’a pas cessé de nous être prouvé depuis le début de notre périple.

Il ajouta doucement pour lui-même, le regard légèrement rêveur.

[Shiba] – Si Misa voyait ça…

Akari prit alors la parole, comme si un flash venait de lui traverser l’esprit.

[Akari] – Les plantes, la lumière, l’eau, tout est fait pour que la vie existe !

Shiba hocha la tête tout en souriant. Kenji se croyait dans un rêve totalement déluré. Après avoir plongé d’une cascade dans les tréfonds de la terre, il s’attendait à tout sauf à trouver une cabane en bois dans un arbre. Il se passa la main sur une mèche rebelle et jeta un regard interrogateur à l’arbre. Ce dernier était d’une grandeur folle, et son diamètre dépassait les dix mètres. Kenji secoua la tête doucement.

[Kenji] – A croire que l’impossible n’existe pas.

[Shiba] – Montons !




[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Jeu 23 Juin - 16:29

Nuée Ardente.
...


...

Kenji et Shiba attrapèrent les branches de tristesse qui recouvraient l’arbre pleureur. Le jeune garçon en faisait difficilement le tour avec sa main. Il souffla intérieurement et bondit pour commencer son ascension. Shiba l’imita, portant sur son dos la jeune femme. Pour lui, la montée aller être un véritable calvaire. Mais les branches semblaient assez solides. Ils grimpèrent alors durant de longue minute. En effet, cinquante mètre les séparés de leur logis. Chaque mouvement était plus difficile que le précédent. Kenji sentit ses biceps gonfler comme jamais, prés à exploser. Le feu s’emparait de son corps et chaque muscle le tiraillait. Le visage crispé et suant, le juunin et le chuunin continuèrent l’ascension. Pour finalement arriver sur ce qui semblait être une petite plateforme de bienvenue. Kenji se hissa dessus et aida Shiba à faire de même. Ils se trouvaient sur une plaque de bois de quelques mètres carrés qui s’ouvrait sur un petit pont de corde. Le tout avait l’air solide. En face, la fameuse cabane. La porte d’entrée était cachée par un rideau de feuille et de branche. La fumée se faisait de plus en plus présente au dessus de l’arbre.

Après quelques secondes, pour prendre leur repère, le petit groupe entama la traversée. Kenji prit les devants. Ses yeux se tintèrent alors du don divin. Deux petits rubis perdue dans une noirceur d’ébène. Le pas lent, il progressait sur le cordage jusqu’à se trouver face aux branchages. La main ferme, il les dégagea. La pièce s’ouvrit à lui. Elle semblait immense. C’était un seul et unique bloque rectangulaire. Chacun possédaient une fenêtre ouverte. Les murs étaient faits d’un bois dur et sombre. Il avait été lissé pour ne posséder aucuns achards. La pièce montrait qu’une vie récente y avait été présente. Une sorte de puits centrait la demeure. Surélevé de quelques centimètres, il éclairait la cabane avec des flammes d’une couleur rouge vive. Kenji approcha doucement, et pencha la tête à l’intérieur. Ce puits transperçait le saule pour parcourir son tronc jusqu’aux entrailles les plus profondes de la terre. Kenji était totalement ébahit. La fumée provenait de ce dernier, elle s’échappait au travers d’une fente dans le toit. Ceux qui avaient vécu ici par le passé, avait trouvé le moyen de se chauffer et d’être éclairé en utilisant les ressources naturelles. Kenji secoua alors la tête tout en balayant le reste de la pièce. Tout autour du puits d’étrange coussin, aux allures persanes, étaient disposés en cercle autour du puits. Une bonne couche de poussière les recouvrait. D’ailleurs le sol en lui-même était parsemé de feuille morte et de branche cassé. Au fond de la cabane un immense bureau taillé à même le bois du sol. Une petite chaise totalement en désaccord avec l’ampleur de ce dernier permettait de prendre place. Des livres étaient disposés en désordre autour d’un coffre d’une beauté ancienne. Kenji s’en approcha alors doucement.

Shiba porta Akari jusqu’au coussin. Rapidement il les tassa pour faire dégager la poussière et permettre de surélever la cheville de la souffrante. Celle maugréa avant de prendre appuie sur le puits. Elle jeta un regard légèrement supplicié à Shiba. Elle souffrait. Le jeune juunin ne pouvait rien faire. Il n’avait aucune connaissance de la médecine des shinobi. Il jurait intérieurement, tandis que la douleur se lisait sur le visage d’Akari.

[Shiba] – Peut-être devrions-nous retourner dans la forêt de champignon…

Akari hocha négativement de la tête.

[Akari] – C’est impossible… Ce rugissement…

Shiba attrapa alors le sac de la jeune fille.

[Shiba] – On peut tenter un remède avec les plantes que tu as amené ?

Encore une fois Akari hocha négativement la tête.

[Akari] – Il ne reste plus rien.

Akari balança alors la tête en arrière tandis que le juunin jurait intérieurement. Ils étaient prit au piège. Il n’avait plus rien si ce n’était cette épée de Damoclès au dessus de la tête. Il donna un coup de poing dans le vide et se mit à fouiller chaque recoin des lieux. Kenji avait doucement avancé en direction du coffre. Il semblait hypnotisé par ce dernier. La poussière le recouvrait.

[Kenji] – Peut-être…

Sa voix était à peine audible. Il était dans un autre monde. D’un geste de la main il balaya la poussière et quelques livres qui le gênaient. Ses yeux étaient toujours d’un rouge vif. Shiba fut alerté par le bruit des bouquins s’écrasant sur le sol et observa, inquiet, Kenji. Le jeune Uchiha approcha alors ses doigts du coffre. Il était en accord avec les origines persanes des lieux. Un filet d’or recouvrait ses arrêtes, tandis qu’une couleur rouge gueule lui donnait un aspect précieux et mystérieux. Kenji tenta alors de l’ouvrir, mais l’échec fut total. En effet, même si la serrure paraissait banale, le coffre était protégé. Kenji aperçu alors, écrit dans un rouge plus académique, sur la devanture du coffre, une petite phrase stylisée.

« Je suis le refuge du pauvre et du fou, votre seul ami. Vous pouvez me parler mais ne jamais me voir. »

Kenji lu à voit haute cette phrase. Shiba s’approcha prés de lui tout en interrogeant du regard Kenji.

[Shiba] – Je ne suis pas sûr que cela soit une bonne idée de s’intéresser à ce coffre Kenji. Il vaudrait mieux le ramener à Takeshi, ou le laisser ici.

Kenji plissa légèrement le regard.

[Kenji] – Il contient peut-être de quoi guérir Akari.

[Shiba] – Crois-tu réellement que des médicaments seraient aussi précieusement gardés.

[Kenji] – Je crois que quelque chose de fantastique se trouve à l’intérieur.

[Shiba] – Ou de dangereux.

[Kenji] – Les meilleures choses peuvent aussi être les plus dangereuses. Regardes où tu m’as amené.

Shiba baissa alors les yeux sur le coffre. Il semblait lui aussi attiré par ce qui se trouvait à l’intérieur. Mais il voulait résister.

[Shiba] – Nous ne sommes pas en état d’affronter ce qui pourrait se trouver à l’intérieur.

Kenji n’apprécia pas cette remarque, il haïssait être sous-estimé et jeta un œil froid au juunin.

[Kenji] – Tu l’as dis toi-même. Il y a eu de la vie ici, une nouvelle preuve s’offre à nous. Un souvenir laissé pour les générations futures. Un trésor enfuie sous terre depuis des siècles. Un coffre gardé par une simple énigme. Quand est-ce la dernière fois que tu as vu ce genre d’article.

Shiba soupira. Kenji avait raison.

[Shiba] – Ils ont arrêté leur production bien avant ma naissance.

Kenji esquissa un petit sourire et lui à voix haute.

[Kenji] – « Je suis le refuge du pauvre et du fou, votre seul ami. Vous pouvez me parler mais ne jamais me voir. »

Akari semblait perdue, elle parlait seule dans son coin sans écouter les deux Uchiha. Kenji et Shiba prirent alors position pour trouver la réponse à cette énigme. Le juunin prit le parti de fouiller dans les livres qui décoraient la demeure, cherchant le moindre indice tout en essayant des mots au hasard. Kenji resta concentré face au coffre sans jamais ciller. L’énigme passait en boucle dans sa tête. Il recherchait le refuge du pauvre et du fou. Un refuge, c’était une demeure. Un lieu dans lequel les fous et les pauvres se retrouvaient. Un asile ? Non ce n’était pas cela, c’était plus précis. Une demeure à qui l’on parle mais qu’on ne peut apercevoir. Peut-être parce que l’on est mort, l’âme ? L’âme serait alors le refuge de tout être et non pas d’un pauvre ou d’un fou. Kenji se tourna alors vers Shiba qui était assis en tailleur le regard perdu dans ses livres. Il ne semblait pas plus avancé que le jeune garçon. Akari continuait à maugréer seule contre sa cheville fracturée. Elle parlait seule, comme une folle. Elle se parlait à elle, à sa conscience ! Son esprit ! Kenji sursauta.

[Kenji] – C’est l’esprit !

Shiba sauta sur ses jambes et s’approcha du coffre. Le chuunin prit alors une profonde inspiration et souffla.

[Kenji] – Esprit…

Une seconde, deux secondes, trois secondes… Rien ne se produisit. Le coffre ne présenta pas le moindre son ou signe d’ouverture. Kenji tenta de le faire manuellement mais il resta bloqué.

[Kenji] – J’étais persuadé que…

Shiba fronça les sourcils tout en s’écartant du coffre. Il ne le perdait cependant pas de vue.

[Shiba] – C’est bien ça Kenji. Mais le mot esprit a un autre sens. Penses-le…

Kenji observa interrogateur Shiba, qui l’incita à tenter le coup. Le jeune garçon posa alors son regard noir sur le vieux trésor et pensa très fort. « Je te demande de t’ouvrir ». La phrase résonna plusieurs fois dans son esprit. Et il ne fallut pas attendre la moindre seconde avant d’entendre le fameux déclic. Le coffre ne s’ouvrit alors que d’un tiers. Kenji approcha doucement sa main et poussa le couvercle à la renverse. Un petit nuage de fumée s’estompa rapidement laissant apparaître, un rouleau. Shiba qui avait prit à nouveau place au côté de Kenji observait avec curiosité la chose.

[Shiba] – C’est ta trouvaille Kenji, prends le.

Le jeune garçon attrapa avec délicatesse le rouleau qui était attaché par une petite ficelle d’or. Une étrange sensation l’envahit. Son cœur se mit à accélérer tandis que sa main tremblait légèrement. Ses doigts déplièrent lentement le nœud qui tenait le rouleau en place. Le parchemin était encore en bon état, malgré quelques bords un peu jaunis. Il avait en face de lui le parchemin du…

[Kenji] –Gouryuuka… Je croyais que cette technique été une légende, comment est-ce possible ?

[Shiba] – Je crois avoir quelques réponses, mais tu vas devoir nous en dire plus sur ce qui s’est passé ici.

D’un regard suspicieux, Shiba s’adressait à Akari. Cette dernière baissa la tête.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Nuée Ardente   Ven 24 Juin - 3:00

Nuée Ardente.
...


...

Kenji et Shiba prirent alors place sur les coussins restants prés d’Akari qui s’était légèrement redressée. L’ambiance était tendue tandis que le juunin ne cessa pas une seule seconde de fixer la jeune fille. Il savait que cette dernière cachait de nombreuse chose sur son passé. Le fait d’avoir découvert le parchemin d’une des plus dangereuses techniques de Konoha ne faisait que confirmer ses pensées. En tant que membre des forces du village caché de la feuille, il devait enquêter sur cela. Akari ne savait plus quoi faire. Son esprit était percuté par des milliers de question. Mais finalement, elle savait qu’elle ne pouvait s’échapper de ce regard accusateur. Seul Kenji semblait loin de ces interrogations, les yeux perdu dans la lecture du parchemin. Le jeune garçon venait de trouver son graal. Shiba redressa le torse et prit un ton grave.

[Shiba] – Des déserteurs avaient prit possession de ce volcan. Des déserteurs de Konoha ?

[Akari] –

La lèvre supérieure de la jeune fille se mit à trembler.

[Shiba] – Votre village s’est-il rendu complice des nukenin présent ici ?

[Akari] –

[Shiba] – Parle !

La voix du juunin résonna dans la cabane. Kenji leva soudainement les yeux du parchemin tandis qu’Akari serrait les poings.

[Akari] – Je ne peux pas…

Shiba se leva.

[Shiba] – Mon rapport peut causer de gros ennuie à Kemuri, à toi et à ta famille.

Son ton était cassant. Mais lorsqu’Akari percuta que l’on s’en prenait à sa famille, elle bondit sur son seul pied valide et gifla Shiba. Ce dernier resta totalement ébahit après une telle action. Kenji toujours assis, regardait la scène intrigué. Il préférait ne pas trop se mêler de ces affaires là.

[Akari] – Tais-toi ! Tu ne sais pas ce que nous avons vécu durant la période d’occupation. Tu ne sais rien ! Alors ne t’avise plus jamais de dire de telle chose et encore moins de t’en prendre à ma famille !

Shiba secoua la tête tout en s’approchant de la guide.

[Shiba] – Je fais ça uniquement dans ton intérêt ! Je veux comprendre ce qui s’est passé ici, il faut que tu réagisses. Crois-tu une seule seconde que je vais m’en prendre à toi ou ta famille ?!

Akari tomba alors dans les bras de Shiba. Des larmes coulaient le long de son visage qui affichait un mélange de douleur et de souffrance physique et morale. Doucement, les deux protagonistes reprirent leur place sur les coussins. Akari renifla à plusieurs reprises avant de se rassoir, seule, le dos droit. Elle fixa Shiba de ses yeux encore mouillées tout en esquissant un petit sourire jaune.

[Akari] – L’histoire n’est pas belle et il n’y a pas de fin heureuse.

[Shiba] – Le monde n’est pas un conte.

Akari prit alors une profonde inspiration et entama son récit.

[Akari] – Tout ce que je t’ais dit est vrai. Les déserteurs avaient bien prit possession de cet endroit. Mais cela faisait bien plus longtemps qu’ils étaient ici. Ce volcan, ces entrailles ont vu passer des siècles de déserteur. Notre village était trop faible pour pouvoir s’opposer à cela et Konoha semblait n’avoir que faire de ce qui se passait en dehors de ses murs. Nous étions seules et sans ressources. Alors, nous avons laissé faire les choses au prix de nombreux sacrifices. Les vols étaient fréquents, les enlèvements d’enfant et de femme aussi. Mais personne n’ouvrait la bouche par peur des représailles. Finalement, il y eut l’arrivée du Senjago. Ce dernier semblait avoir mit de l’ordre dans la hiérarchie des déserteurs et nous n’avions plus compté de vol, ni d’enlèvement depuis une longue décennie. Personne n’avait vu son visage et son prénom nous était inconnu. Seul son nom se murmurait sur les lèvres des habitants du village. Il était en quelque sorte le sauveur que nous n’avions jamais eu…

Shiba fronça les sourcils.

[Shiba] – Mais l’intervention de Konoha et la mort de ton frère ?

Akari hocha positivement de la tête.

[Akari] – Tout cela a bien eu lieu. Sauf que nous n’avons pas demandé aussi rapidement l’intervention de Konoha. La vie suivait son cours. Mais un jour des tremblements de terre se mirent à faire leur apparition. De simple spasme au début, qui prirent des proportions de plus en plus importantes. La chaleur gagna la région, tandis que le sol devenait d’une étrange couleur noire et l’odeur du souffre venait étouffer nos narines. Le village comprenait ce qui se passait, le Senjago était entrain de jouer un jeu dangereux avec les volcans. C’est alors que nous avons fait jouer nos relations, et mon frère, notamment, pour mettre fin à tout cela. Pour que cela ne reste qu’une veille histoire oubliée dans la mémoire des anciens.

Kenji posa un œil interrogateur sur Akari.

[Kenji] – Cela n’explique pas la présence du rouleau.

La jeune fille fit un grand balayage avec son bras.

[Akari] – Nous sommes dans la demeure du Senjago.

Shiba et Kenji ouvrirent grand les yeux, tout en détaillant chaque recoin de la cabane.

[Akari] – J’ai eu du mal à y croire au début, mais des indices sont disposés de part et d’autre. La couleur du bois aussi sombre que les flammes d’un Senjago, la maîtrise du feu à son paroxysme à l’intérieur du puits et surtout ce nuage de fumée. Pour vous, c’est un nuage ordinaire, mais je le reconnaîtrais entre mille. Il possède la marque du Senjago. Il avait dut voler ce parchemin à Konoha avant sa désertion. Tu en hérites aujourd’hui.

Kenji écoutait attentivement les paroles de la jeune fille. Tout lui semblait couler de source, et en observant un peu plus précisément chaque centimètre carré de la surface, il voyait les marques d’un maître du feu. Il se passa doucement une main dans sa chevelure sombre tout en se redressant pour prendre place prés du bureau et observer les livres qu’il n’avait que trop négligé. Shiba ne savait pas trop quoi penser de cette histoire. Après tout la guide lui avait déjà menti une fois. Il laissa ses yeux azure percer les défenses d’Akari qui reprenait la parole comme pour conclure son discours.

[Akari] – Les villageois ont rapidement investit les entrailles du volcan après la fuite des déserteurs. Il était décrété qu’il fallait laver la mémoire du village et rien de ce qui pouvait avoir appartenu à ces individus ne devaient exister. C’est comme cela qu’est né le premier parcours d’endurance à travers les deux volcans. Nous n’avons pas cessé de dériver depuis le début de notre périple, et nous sommes tombés dans une autre face du volcan, inconnu des villageois mais aussi des déserteurs ; si ce n’est du Senjago qui semble y avoir habité.

Shiba soupira avant de prendre un ton plus doux envers Akari.

[Shiba] – Vous n’aviez pas le choix. Je comprends l’attitude du village mais je ne la cautionne pas.

Kenji se retourna.

[Kenji] – Konoha n’a pas répondu à leur appel, sûrement lorsque Kuronishi Sanabi était au pouvoir. Ils étaient seuls et ce Senjago semble avoir apporté un semblant de calme dans ce village. Pourquoi voir le mal en lui alors qu’il leur permet au contraire de se sortir d’une situation bien difficile ?

[Shiba] – Qui ne se dresse devant rien courbera l’échine toute sa vie !

[Akari] – Mais…

Kenji s’avança en direction de Shiba le regard interrogateur.

[Kenji] – Kokoro* dit toujours : « C'est sagement fait que d'écouter tout le monde, et de ne croire entièrement ceux qui nous approchent, ni sur leurs ennemis, hors le bien qu'ils sont contraints d'y reconnaître, ni sur leurs amis, hors le mal qu'ils tâchent d'y excuser. »

[Shiba] – Tu parles comme si tu appréciais ce Senjago.

Kenji secoua la tête.

[Kenji] – Non. Je parle en essayant de voir plus loin que sa simple description de déserteur. Etre un nukenin ne signifie pas forcément vouloir à tout prés lever une armée pour détruire un village, ou tuer quiconque ose avoir un regard un peu trop appuyé.

[Akari] – Ma…

Shiba se dressa devant son élève.

[Shiba] – Aurais-tu oublié tes enseignements Kenji ! Serais-tu entrain…

[Akari] – HEY !

La voix d’Akari avait été puissante et ferme. Les deux garçons se tournèrent dans sa direction, le visage rigide.

[Akari] – Je rêve ou vous êtes entrain de discuter la méchanceté de ce Senjago ? On n’a pas mieux à faire ?

Les deux shinobi hochèrent la tête.

[Kenji] – Je crois que ce cloisonnement commence à nous monter à la tête.

Shiba acquiesça.

[Shiba] – Il faut à tout prix que l’on sorte d’ici.

[Akari] – Mangeons, et reposons-nous quelques heures. Cela ne sert à rien de s’aventurer dans l’inconnu en étant fatigué.


* Kokoro : Chef du domaine du dragon. Il tend vers ses 80 ans. Au départ il souhaitait seulement assurer un intérim pour facilité le choix du conseil Uchiha. Finalement, après quelques actes assez judicieux, on lui proposa de rester. Croyant que cela pimenterait un peu sa vie de retraité, il accepta. Une erreur qu’il regrette. Il n’a plus l’âge, ni la force d’être un chef. Il est respecté pour son passé, mais aujourd’hui il ne fait que voguer sur les vagues de la politique des trois leaders. Il attend, la mort ou un successeur… Le dragon a trouvé un peu de stabilité grâce à lui, mais aucune gloire. Il préside le jury lors de la grande fête Uchiha.



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Nuée Ardente   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuée Ardente
» Un nouvel ami ? [Patte Ardente]
» Sous la pluie ardente [Jon Snow].
» [ Carnet de Nuée Ardente ] Cause this is my life.
» Présentation de Nuit Ardente

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-