Partagez | 
 

 [mission D] Reconstruction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: [mission D] Reconstruction   Dim 6 Déc - 20:36

C’est à mon levé que mon père m’est tombé dessus. Quand on est jeune et aspirant, c‘est à nous qu’incombe la responsabilité du bon fonctionnement du village, au niveau de la base. Pour faire simple, toutes les demandes des villageois pour des actes divers, classé mission de rang D. Des petites missions… c’est un peu comme un journaliste qui s’occupe de la rubrique des chiens écrasés. C’est le nouveau qui s’y colle. Et c’est entre autres ce qui permet de limiter le développement de milices ou de polices eu sein du village. Une façon de ne pas faire devenir plus puissants les factions ou groupes pseudos armés et leur permettre de ne pas prendre trop d’importance. Stabilité de l’état. Bon, bref, je ne m’y étais pas encore collé. Et c’était mon tour.

Non pas que je sois spécialement fainéant, mais ça, c’est tout de même une tâche assez commune. Ce doit être fait, aussi, je le ferais. Ce qui explique pourquoi je me retrouve dans un coin du marché, à écouter attentivement ce qui se dit, ce dont les gens pourraient avoir besoin. Me mettre avec une pancarte « ninja à louer » aurait peut-être été plus efficace. Je pourrais aller voir le panneau de la petite place, mais pour ça, il faudrait pouvoir réussir à le lire.

J’opte finalement pour la mobilité, pour un flux plus varié d’informations. Je chemine donc dans les rues de Konoha. Éviter les passants est maintenant un réflexe, je ne suis même plus obligé de me concentrer pour prévoir la trajectoire de tout ce qui m’entoure. Cela se fait tout seul. Rodé. Ce doit être ça, je suis rodé. Les senteurs des différentes étales viennent à ma rencontre, et à elles viennent irrémédiablement s’ajouter à celle des saveurs générées par mon imagination. Des plats, des fruits, des légumes, des viandes, parfois. Un petit cocktail qui réjouis mes cinq sens et me font apprécier le métier de cuisinier, de pâtissier, cultivateur, etc… tout ce monde, qui cherche à produire une meilleure qualité que le voisin, ce qui les amène à se surpasser, à s’élever dans leur art. Mais pas un de ceux là ne s’est élevé au sommet de la profession, en général, cela veut dire qu’il quitte cette endroit qu’ils considèrent comme la misère, et cherche à changer de quartier. Ce qui fait rester ce quartier populaire dans sa popularité, et ne lui permettra pas d’évoluer. L’égoïsme des gens en perdent beaucoup plus qu’eux-mêmes.

Mine de rien, j’ai tout de même fait un petit bout de chemin. J’arrive là où j’ai rencontré le senseï pour la première fois. Et c’est un chantier qui s’affaire, à la place des ruines du bâtiment détruit et calciné. Enfin, qui devrait s’affairer. L’armature est commencée, mais il n’y qu’un groupe d’ouvriers qui attendent à côté, en train de tergiverser sur le retard ou l’absence du reste de la main d’œuvre. Je me poste à côté, adossé contre un mur. En général, on me prend pour un aveugle qui fait la manche, donc on ne m’accorde que peu d’importance. Je n’ai pas encore le même degré de majesté que ceux de ma race.

Il semblerait que le quartier ne puisse pas faire appel à une entreprise de construction, et que la demande au village s’est empilée dans la pile des demandes. Cet immeuble doit pourtant abriter des gens, qui sont à la rue, à peiné logés par des proches, voisins, ou bons samaritains. La main d’œuvre se compose donc d’ouvriers, d’artisans donnant de leur temps pour reconstruire le bâtiment. Certains se sont défilés.
Je sors mon bandeau, histoire de leur prouver que je ne me fous pas leur gueule quand je leur dirais que je suis un ninja de Konoha. C’est pile ce qu’il me fallait. On peut voir la chose comme un entraînement, mais de mon point de vue, ce serait plutôt une sorte de réparation de ma bêtise.

[Jin’] – Pensez-vous que l’aide d’un aspirant peut combler le manque de main d’œuvre ?

Ils se taisent, tournés vers l’intrus qui vient de les interrompre. Un blanc, et je sais ce qu’ils pensent, c’est tellement commun et habituel que ça en devient blasant. « Le pauvre, il veut se rendre utile, mais un aveugle ne ferait que nous gêner. Mais on ne peut pas le remballer comme ça, il a de bons sentiments, et on n’a pas envie de le vexer ». Et c’est là que c’est à moi je jouer. J’aimerai bien prendre un air empoté et maladroit, et dire que s’ils ne veulent pas de mon aide, c’est pas grave, mais je dois pas revenir les mains vides à la maison, et je ne mens pas à ma famille.

[Jin’] - Ou alors on peut rester là à se demander si la main d’œuvre sera suffisante pendant que le bâtiment, lui, n’avance pas.

Je les sens tiraillé, certains plus ou moins que d’autres. Ils ne savent pas s’ils peuvent me faire confiance. Il y en a même un que j’ai mis en colère. Il faut l’âme charitable, qui aura confiance en moi. Ou alors je serais obligé de leur faire une petite démonstration sur le fait que je ne suis aucunement handicapé par mon bandeau. Je préférerai la première solution. Et l’aura d’un homme abonde en ce sens.

[Chijô] – Moi c’est Chijô. Qu’est-ce que tu sais faire ?

A ceci s’ajoute une main tendue. Pas une poignée de tapette, vu l’imperceptible bourrasque que son bras soulève. Ce doit être une grande désillusion pour eux, que de me voir la saisir. Sans me louper, sans même ciller. Ce que je sais faire. Je crois qu’on va être honnête, pas grand-chose de plus qu’eux. Si ce n’est que je peux me servir de techniques de substitutions pour élever de grosses poutres, ou ce genre de chose. On rajoute ma capacité à grimper comme un petit singe sur des surfaces lisses comme si c’était une échelle, et ça me fait quand même sortir du lot.

C’est vrai que ce n’est pas une poignée de main de douillet. Une grosse main, presque le double de la mienne. Bourrue, dure. Une main de maçon, ou de bûcheron. Il a l’habitude de s’en servir, et n’y rechigne pas. Je le vois massif, costaud, jovial, puisque c’est lui qui fait le premier pas. Ce qui montre un certain esprit d’initiative, et que les autres n’ont pas d’influence sur lui. Donc lui en a sur eux. Ce doit être lui, la tête du groupe.
Je cherche une réponse qui leur montre que je ne me crois pas au dessus d’eux, tout en les informant sur les possibilités qu’offrent mon savoir-faire.

[Jin’] – Je ne sais pas faire grand-chose de plus que vous. Privilégiez-moi pour les travaux de hauteur, je tombe bien, et je m’agrippe bien, aussi, quelle que soit l’aspérité de la surface. Et je peux monter quelques objets en hauteur avec du ninjutsu.


Dernière édition par Shinjin Hyuuga le Lun 21 Déc - 21:02, édité 2 fois
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [mission D] Reconstruction   Sam 12 Déc - 20:03

Cela faisait maintenant depuis quatre bonnes heures que nous nous étions attelés à la dure tâche de la construction du bâtiment. Nous étions aidé par un architecte du village, qui, comme nous tous, prenait sur son temps pour palier à ce que le village ne pouvait offrir. Cette entende, cet élan de solidarité, c’était admirable. Je connaissais peu de personnes capables d’une telle chose. Et ceux avec qui je travaillai, étaient des perles, rares, comme j’ose les appeler. Chacun avait leur caractère. Chijô, comme on pouvait s’y attendre, était massif de carrure et de charisme. Jovial, gentil, un peu bourru et peu subtil, il n’en restait pas moins une force de la nature, et maniai les poutres, tirais sur des poulies avec grande verve. Il était le meneur du groupe d’entre-aide. Mon préféré se prénommait Nin. C’était également un habitué des travaux de constructions, d’après son savoir faire et son corps rôdé à tout ce vacarme et cette agitation organisée. Il ne parlait pas, mais il obéissait très efficacement à tout ce qu’on lui demandait de faire. Efficace.

Pour ma part, j’installais les débuts de ce qui allait être une charpente. Au travers de bruits habituels de chantier : bruit de scies, de marteaux, de poulies mal huilées, cries d’ordre pour couvrir soit la distance, soit la hauteur qui nous séparait. L’architecte m’avait montrer comment procéder pour fixer els poutres entre elles.. Bien que, tout comme les autres, suspicieux à mon égard, les soupçons se sont envolés lorsque j’avais parfaitement refais ce qu’il m’avait montré, à petite échelle, et également lorsqu’en 4 bonds, j’étais au sommet du squelette du bâtiment.

L’activité consistait à placer une poutre sciée d’un angle précis sur le haut du mure, contre une autre poutre, de l’autre côté, en équilibre, avant de les fixer. La méthode était une catastrophe de stratégie, mais nous n’avions pas les outils nécessaires pour agir autrement. Aussi, c’est moi qui volait au dessus du chantier pour essayer d’arranger les poutres deux par deux. En deux heures, j’en étais qu’à mon troisième duo de charpente, mais je commençais à prendre la main, et mettais ainsi de moins en moins de temps à trouver l’équilibre nécessaire avant de les fixer.

J’étais donc au sommet d’un duo, attaché par deux cordes mobiles (on avait aménagé plusieurs sortes de monte charges, prenant appui sur les structures déjà existantes, pour pouvoir monter les objets). Pour moi, l’équilibre se tenait, aussi je me préparai à aller chercher de quoi consolider le tout, lorsque j’entends un bruit de craquement…

- Jin’, descend de là, ça va péter.

Ledit craquement était en effet du à la corde qui supportait la poulie, se détressant à une vitesse plutôt rapide. Me sauver, c’était basique et facile. Ce qu’il fallait sauver, c’était les deux poutres. D’autant qu’ils étaient tous en bas, et pas sure qu’ils seraient écartés lorsque les deux monceaux de bois dégringoleraient. Plusieurs options germent dans mon imagination, mais je n’ai pas trop le temps de choisir. Foncer vers la corde, mettre ma main dessus, lui insuffler mon chakra pour la rendre plus résistante…
Petit imprévu, la quantité de chakra. Le poids de la poutre est très lourd. Je dirais 150 à 200kg. Ce qui implique beaucoup de chakra, pour une meilleure résistance. J’estime à ½ le temps que je pourrais tenir.

Nin a compris. Je sens son aura s’agiter, et escalader comme il les échaffaudages, dans ma direction. À sa suite, d’autres, tiltant avec son aide.

[Jin’] – Fixez les poutres, je m’occupe de tenir ça.

Ma voix est étrangement calme. C’est bien. Il n’y a pas de place pour le stress ou la panique dans une situation comme celle là. La corde, cependant, a arrêté de s’effilocher. Merci, ô puissant chakra.

[Chijô] – Tiens bon Jin’. On va fixer ça le plus vite possible. Ecartez-vous en dessous. Si ça pète, vous voyez pas qu’vous allez le prendre sur la gueule ?!

Quel poète ce Chijô… En tout cas, j’apprécie beaucoup que personne ne se soucie de mon bien être. C’aurait été m’insulté, là, sur le coup. Et je pense qu’ils comprennent que nous n’aurions pas les moyens de racheter de telles poutres. Surtout que ces poutres, en tombant, risquent de faire pas mal de dégâts, ou de tout détruire, à voir.

Je me retrouve dans un de ces moments ou le temps s’écoulent lentement. Je rescends chaque seconde dument, sentant mon chakra parcourir mes mains, pour entrer dans cette corde que je durcis de l’intérieur. Qu’est-ce que j’aurais pu faire d’autre. Me barrer, et tout laisser tomber. Ou alors me débrouiller pour rejoindre le sol avant que la corder ne cède, et lancer une technique de transposition. Je ne sais si cette dernière aurait marché… Quoique les deux étaient envisageables. Pour la solution que je suis en train de pratiquer, la quantité de chakra dépensée est plus importante. Mais nous n’aurons pas besoin de remonter les poutres. D’un autre côté, les travaux du bas se sont interrompus. On perd un peu de production.

Ils s’affairent. Mais pas trop vite. Ce qui sont montés ont assez d’expérience pour savoir que de la précipitation dans ce genre de situation peut vite tourner à la catastrophe. Glisser parce qu’on veut être rapide peut être fatal, en particulier à cette hauteur. Aussi ils préfèrent me faire patienter, et s’assurer qu’ils rentreront bien chez eux ce soir. Admirable… si mon équipe pouvait être comme ça. Calme, réfléchie, rôdé aux situations précaires comme celle là.

Ils s’affairent peut-être pas vite, mais s’arrangent pour être efficaces. Certains vont même pousser le vice jusqu’à s’envoyer les outils, par-dessus le grand vide que représente le milieu du futur immeuble. Si ça tombe, ça va être pour mon chakra. En moins de dix minutes, les poutres sont fixées à leur base. Reste à les fixer au sommet. Petit inconvénient, c’est moi qui occuper le sommet, actuellement, et me déplacer, c’est moyen. Nin arrive cependant sur les poutres. La dose de chakra doit être augmentée… Nin pèse près de 100kg, c’est affolant.

Avant qu’il n’atteigne un point critique, je joue le tout pour le tout. Je lâche la corde, et pivote, en solidifiant mon chakra dans mes membres inférieur, pour me retrouver, telle une chauve-souris, accroupie, la tête en bas. Immédiatement, je pose ma main là où les deux poutres se touchent, et y fait pénétrer du chakra. Heureuse surprise, les deux poutres sont en équilibre. Reste juste à réajuster mon chakra en fonction de la trajectoire de Nin.
S’il est surpris, il ne le montre pas, et après s’être arrêter durant mon mouvement, reprend son ascension, et s’en va fixer les poutres entre elles, puis à la poutre centrale. Une fois écarté, je diminue progressivement l’afflux du chakra, jusqu’à ne plus en donner. Les poutres tiennent. Je les sens même très stables.

[Jin’] – C’est OK.

[Chijô] – De la tarte ! Allez, pause déjeuné pour tout le monde !

MessageSujet: Re: [mission D] Reconstruction   Sam 9 Jan - 15:58



Shinjin : +25 XP - Réputation +1
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [mission D] Reconstruction   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Haiti : Qui va gérer la reconstruction ?
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» Première mission
» PREVAL EST CONTRE LA RECONSTRUCTION DA LA PISCINE DE MONTANA AU CAP-HAITIEN ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Quartier Populaire-