Partagez | 
 

 Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang   Lun 14 Déc - 23:29

Le jour s'était levé depuis quelques heures. Ce matin, Syo avait quitté de bonne heure sa moitié. Il n'avait pas manqué de dresser silencieusement la table. Elle ne s'était pas levée. Il savait qu'il l'avait réveillée, ses sens de kunoichi ne pouvaient pas être trompés malgré tous ses efforts. Toutefois, Lya, comme pour honorer ses mouvements feutrés et l'attention qu'il lui portait, n'avait pas ouvert les yeux et était restée, plongée dans une douce torpeur, sous les couettes.

Il avait avalé son café brûlant et ses tartines croustillantes, puis s'en était allé, sous le couvert d'un lever de jour flamboyant. Il sautait de toits en toits pour traverser la ville. On pouvait encore voir, par endroit, les cicatrices laissées par le passage de l'Asahi dans le décor urbain. Il se souvenait bien de leur entrée fracassante lors du tournoi chuunin. Il ne pouvait oublier ses étranges sentiments qui l'avaient alors étreints. Cette terreur sourde en ressentant les terribles énergies décuplées par ses combats et la noirceur absolue de certaines. Il y avait aussi eu ce vague sentiment de patriotisme, cette envie de se battre pour son village, pour ceux qu'on aime et ce que l'on veut protéger.

Malgré l'effroi que représentaient de tels individus, Syo aurait aimé les affronter.

Mais les ordres qu'il avait reçu n'étaient d'aller mourir au combat. Il était chuunin, il était affecté à l'évacuation des civils vers de abris. Le juunin qui avait pris les décisions sur l'instant avait ainsi scindé les groupes : les shinobi de classe moyenne d'un côté, les shinobi "d'élite" de l'autre. Il se rappelait encore amèrement que cette place lui avait été refusée parce qu'il s'était attiré les foudres d'un Uchiha, fils d'un membre influent de Konoha. Sa rancœur s'était apaisée avec les années, mais elle restait là, comme un mal lancinant, comme une blessure qui refuse de cicatriser complètement.

Néanmoins les cartes ne mentaient, face à ces puissants ennemis, il aurait trépassé.

Et toi, Oroken, qui as-tu rencontré lors de ta dernière mission ? Qui a couvert tes pupilles de tes paupières pour l'éternité ?

Le chuunin était arrivé au cimetière de Konoha et se tenait près d'une petite stèle érigée pour un de ces anciens élèves tombé en mission. L'homme passait souvent ici, non que cette destination soit sur le chemin de l'Académie, mais parce que quelque part, il se sentait responsable de la mort de ce shinobi. Il était en mission, il était chuunin, il savait les risques qu'il encourait, pourtant cela ne changeait rien à ses yeux. Ce n'était pas des arguments recevables.

Comme à chaque fois, il marquait de longues minutes de silence et comme à chaque fois, il se remémorait de ce qu'il lui avait enseigné. En vérité, il n'avait pas été un professeur très sérieux, cela était compensé par l'investissement de son élève, qui réussissait ce qu'il entreprenait. Il était rapidement parvenu à maîtriser des techniques de Taïjutsu nécessitant un contrôle de soi et de son chakra important. Un bon élève et un enseignant insouciant en somme.

Tu es trop lent !

Voilà ce qui lui avait dit lors de leur premier affrontement, alors qu'il lui assenait un violent coup à la figure. Cela avait marqué physiquement et mentalement le garçon. La méthode était brutale, mais avec lui elle avait porté ses fruits. Syo n'arrivait pas vraiment à sourire en se remémorant cela. Il gardait une fierté intérieure de sa victoire, au côté de son équipe de genin fraîchement promue, contre Akira Uchiha, son rival et Mikami, son homme de main. Cela n'avait pas été facile et la victoire avait failli leur échapper plusieurs fois, mais ils n'avaient pas perdu. Non, leurs deux adversaires gisaient à terre à la fin de l'affrontement, et malgré leur état calamiteux, ils étaient tous debout, sur leurs deux jambes, eux.

Oroken, Ookami et Yosuke. Le premier était mort, le second avait disparu, encore une fois et le dernier était chuunin à son tour, en mission secrète d'après les très rares échos qu'il avait pu avoir. On était loin de la brillante équipe 2 et de son chef.

Le soleil était déjà monté dans le ciel lorsqu'il se décida à repartir en marchant. A la sortie du cimetière, il peut apercevoir sa compagne qui l'attendait patiemment, le regard mi-inquiet, mi-compatissant, d'un air de dire : " ce n'est pas ta faute". Syo esquissa un bref sourire, mais son visage disait quand même : " Faute ou pas, c'était mon élève... "

Ensemble ils s'envolèrent à grands bons vers l'Académie.

Après plusieurs heures de cours en amphi-théâtre sur la théorie du Katon, Syo s'accorda une pause déjeuné bien méritée avec quelques autres enseignants. Alors que son repas touchait à sa fin lorsqu’il se décida à aller voir sa case d’enseignant, là, il y trouva un petit mot, avec une demande de rendez-vous de la part d’une certaine Taka …

Uchiha …

Qu’est-ce que tout ceci pouvait bien laisser présager ? Après tout le temps qui s’était écoulé depuis leur dernier affrontement entre Akira et lui, le clan n’avait toujours pas enterré la « hache de guerre » ? Pourtant, il avait reçu l’assurance de Takeshi lui-même que ce genre de « désagrément », pour reprendre ses mots, ne se reproduirait plus. Que pouvait-on donc lui vouloir ? Il hésitait à se rendre à « cette rencontre pour une question de sécurité ».

Il n’avait rien à faire à la date de cette rencontre d’après son emploi du temps, mais il estimait avoir toujours mieux à faire que de rencontrer un membre de ce clan de prétentieux, imbus d’eux-même et de leur soi-disant pouvoir « suprême ».

Pourtant, le chuunin se rendit au lieu dit, à l’heure précise indiquée. Peut-être parce que c’est ce qu’Oroken aurait fait ou peut-être était-ce qu’il était devenu moins buté, ces dernières années.

[Je pense que l'on peut se rencontrer dans un restaurant quelconque, un troquet etc., je te laisse choisir. J'ai souhaité faire un sujet à part entière pour cette rencontre =)]

MessageSujet: Re: Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang   Mar 15 Déc - 2:28

De doigt en doigt, dans un sens puis dans l'autre... L'agitateur tournoyait dans une ronde infinie, parfois saccadée mais il ne cessait de se mouvoir un peu à la façon des courses interminables du soleil et de la lune. Tête en haut puis en bas, le petit objet arborait une feuille représentative du village qui semblait s'exhiber dans tous les azimuts, sans franchement se soucier de l'inattention générale, y compris de celle qui le manipulait de la sorte depuis des minutes déjà.
Taka était avachie su son siège, se comportant d'une façon bien désinvolte et fort peu digne de sa classe sociale. Elle semblait avoir oublié les bonnes manières au même titre qu'elle semblait dépourvue de toute motivation. La nuque calée sur le haut du dossier de sa chaise, elle avait la tête ballante et les cheveux coulants jusqu'au sol, regardant le ciel bleu de Konoha sans arriver à s'en lasser et sans avoir envie de retrouver son chemin jusqu'à la terre ferme. Sa seule activité était d'attendre à cette terrasse que quelqu'un qu'elle n'avait jamais vu en réalité daigne la reconnaître. Quel charmante façon de se rencontrer, n'est-ce pas?
Dans sa façon d'être, la jeune femme ne semblait pas se soucier de la mauvaise image qu'elle donnait au corps militaire. Elle qui était tout à fait carrée et droite en temps normal, semblait s'en taper totalement. Pourtant, personne ne se doutait que cette apparence désinvolte et détachée de tout, insouciante au possible et irresponsable, n'était que le reflet d'un flot interminable de pensées qui défilaient dans son esprit. Mine de rien, elle s'inquiétait de la suite. A part Kyô et Akane, elle n'avait plus côtoyé de monde qui faisait partie de leur entourage à Oroken et elle. Là, elle s'apprêtait à rencontrer un de ses professeurs... Certes, il ne s'agissait que d'une question d'ordre professionnel, cependant, elle ne pouvait pas retenir une certaine appréhension mêlée d'un certain enthousiasme à en savoir un peu plus sur la vie de son défunt ami. Qui plus était, il avait semblé énormément tenir en estime cet homme... Doucement, elle se rehaussa sur son assise et bascula sa tête en avant. S'accoudant à la table, elle plongea l'agitateur dans son verre qu'elle n'avait même pas encore touché. Ses yeux se noyèrent dans le breuvage, tandis qu'elle émettait un petit rictus.
Oroken... Quand je pense qu'au début je grimaçais à chaque fois que je te voyais prendre ce truc. Finalement, c'est pas dégueulasse. Sa tête se tourna vers l'enseigne de la terrasse où toujours le même panneau gisait depuis des années, fort bien entretenu. On a du passer la majorité de notre temps libre ici... Akane travaillait, Kyô était chez sa grand-mère. C'était bien quand même, je ne t'avais que pour moi. Elle ne put s'empêcher de dessiner un sourire content sur son visage. C'était un sourire plein de bon souvenirs, plein de joie... quelque peu égoïste et malsain aussi. Mais surtout, c'était un sourire qui cachait beaucoup d'ombre dans son sillage, ce même si elle s'efforçait de penser au bon, et uniquement au bon. Quelque part, elle avait l'impression de ne jamais avoir vraiment fini son deuil, pourtant, les jours passaient et elle écrivait de nouvelles pages de son histoire. Cet instant là, cette attente, en faisait partie. Elle posa ses yeux sur quelques clients qui semblaient traîner là aussi, un ou deux d'entre eux n'étaient pas inconnus, pour les autres... c'était autre chose. Finalement, elle sortit la petite pièce de plastique de son verre puis la lécha en savourant le coup de pomme mélangé à celui de la carrotte. Sa main lâcha l'objet pour saisir le verre qu'elle porta à sa bouche pour en vider une mince partie. Comme si elle se délectait de la saveur d'un bon vin, elle joua avec sa langue et ses lèvres s'assurant de ne perdre pas même une once de ce goût si original.
Elle redressa la tête, jetant ses yeux dans la rue adjacente. Il y avait pas mal de monde, mais pas assez pour s'y perdre. C'était une chance, elle verrait arriver le principal intéressé sans grande difficulté. Pendant une seconde, la jeune fille fouilla dans sa poche pour s'assurer que l'objet de cette rencontre s'y trouvait toujours. Plus les secondes passaient, plus elle se pensait totalement dingue de soupçonner une carte d'être un outil ninja. Cependant, à chaque instant où elle s'octroyait du doute, elle le réprimait tout aussitôt en se rappelant que l'ingéniosité et l'inventivité n'avaient parfois pas de limites pour les shinobis, à un point tel qu'ils auraient pu transformer un ver de terre en une technique magistrale si jamais ils en avaient eu les capacités. Elle sourit en pensant à cette idée absurde... Un ver de terre... et puis quoi encore?
A nouveau, son regard se posa sur l'allée. Elle cligna un instant des yeux, puis fronça les sourcils pour s'assurer qu'elle n'avait pas rêvé. Pourtant, non... Au coin de la rue, une silhouette, ressemblant fort à cet homme dont elle avait vu la fiche de renseignement, se dessinait. Heureuse coïncidence – ou pas – elle se dirigeait vers elle. La jeune fille dressa un peu son dos afin d'être un peu plus haut perchée pour observer cette arrivée. Quand elle n'eut plus un seul doute sur l'identité de l'homme, elle se redressa et attendit qu'il arrive à sa portée. Ce fait, elle s'inclina légèrement comme elle le faisait à chaque nouvelle rencontre, et surtout lorsqu'il s'agissait de supérieurs ou de senpaï. Une fois revenue à sa position initiale, elle prit la parole d'une façon qu'elle voulait accueillante, servant un sourire timide à son hôte.
Taka – Tainoka-senpaï, Merci d'être venu. Elle désigna la chaise qui se trouvait face à la sienne, l'invitant à s'installer lui aussi. Avant de commencer, je peux peut-être vous offrir quelque chose à boire?
Attendant qu'il prenne place, elle se dirigea ensuite vers sa propre chaise où elle s'assit de nouveau. Son sourire s'élargit puis elle poursuivit.
Taka – Je m'excuse de vous déranger de la sorte au milieu de votre journée, d'autant que vous ne me connaissez pas du tout... Mais je dois vous avouer que je n'ai que vous pour m'aider à raisonner mes craintes. L'histoire n'est pas bien longue, aussi vous la conterai-je dans le détail, si toutefois vous avez un peu de temps à m'accorder?



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun

MessageSujet: Re: Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang   Jeu 17 Déc - 16:06

Le chuunin faisait face à une jeune demoiselle, d'allure gracieuse, mais il ne se laissait pas abuser par les apparences. Ils savaient par expérience que les Uchiha pouvaient être aussi venimeux que des vipères. C'est avec prudence et suspicion que le jeune homme s'approcha de la table où s'était assise son interlocutrice.

Cette dernière lui proposa à boire. Elle cherchait à le mettre à l'aise ? Voilà qui n'était pas bien courant. Syo refusa poliment toutefois, sa galanterie, quoiqu'un peu rustre, lui indiquait de ne pas se laisser inviter par une femme. Et il ne voulait se sentir redevable de rien. Pas même d'une simple boisson. Il n'y avait rien de bon pour lui a frayé avec les membres de ce clan hautain. Son frère décédé et lui n'en avaient que trop fait les frais.

Il s'assit, un visage placide et un simple "bonjour" pour présentation. Ainsi se tenait face à lui, Uchiha Taka. Bien, au moins, elle faisait preuve d'une courtoisie appréciable. Cependant, Syo savait qu'on ne l'avait pas fait déplacer pour rien, il y avait forcément une raison. Il s'attendait à rencontrer quelqu'un de plus ... âgé ...

Le " sempaï " traduisait bien cet état de fait, c'était lui l'aîné, par conséquent, à grade équivalent, il partait comme "dominant" dans la discussion. Néanmoins, le chuunin restait vraiment méfiant. Il ne se considérait pas comme inférieur à Akira, pourtant la position du père de celui-ci, lui avait valu de nombreux ennuis. Aussi fallait-il faire attention jusqu'à ce qu'il sache tous les tenants et aboutissants de cette rencontre Elle lui souriait avec une étrange sincérité. Elle ne venait pas pour le différent qui l'opposait depuis si longtemps à son clan ? Ou alors elle était une excellente comédienne ?

Syo - Je devrais avoir le temps nécessaire pour écouter votre histoire.

C'était brute de décoffrage. Il n'ajouta rien de plus, rien de moins. Il aurait pu dire qu'elle ne le dérangeait pas et qu'il prendrait le temps qu'il faudrait pour l'écouter mais il ne le fit pas. Aussi loin qu'il se souvienne, depuis qu'il était arrivé à Konoha, juste à l'incendie à la ferme familiale, il avait toujours été placé en compétition avec Akira. Son frère et lui étaient meilleurs, peut-être pas plus doués, mais plus assidus, plus travailleurs, plus volontaires. Akira avait un orgueil démesuré et du génie, mais cela ne pouvait pas tout faire. Il était immanquablement battu par le duo lorsqu'il s'agit d'une épreuve par équipe et perdait régulièrement, sûrement par manque de préparation, contre son frère ou Syo.

Puis il y avait eut Lya. Un nouveau sujet de querelle. Elle l'avait choisi, lui, le roturier, et pas le noble combattant, membre d'un illustre clan. La sombre mort de son frère aussi, en mission pour Konoha, avec un coéquipier Uchiha. Seul le shinobi aux yeux pourpres était revenu vivant, blessé psychologiquement et physiquement, à ce qu'on disait, mais vivant. Son frère était un héros, mais un héros mort. Pour couronner le tout, Akira et Syo étaient en compétition pour le poste de juunin. Des dizaines d'appelés pour un seule place. Les deux rivaux étaient finalistes, on avait donné Syo vainqueur, pourtant c'était Akira qui avait été promu.

Sûrement que le bras du garçon n'était pas assez long pour devenir shinobi "d'élite"...

Syo - De quoi vouliez vous m'entretenir ? C'était toujours froid, distant, mais le chuunin n'en avait que faire. Il avait déjà répondu positivement à la demande de Taka, il estimait avoir fait un geste appuyé envers le clan détesté.

[Hum... c'est court comme post, il faudra donc nous mettre d'accord par MP sur ce que nous dirons dans les prochains, genre tu me donnes tes questions, je te donnes mes réponses et vice-versa, histoire que j'ai du contenu dans mes posts =)]

MessageSujet: Re: Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang   Mar 22 Déc - 5:54

Méfiance était le maître mot du comportement de l'homme. Même si il n'en était en rien perceptible, son animosité envers le sang de la jeune fille le poussait à ne pas s'installer trop rapidement dans la conversation. D'ailleurs, il refusa la proposition de la jeune fille préférant s'asseoir directement sans n'avoir rien commandé. Il n'avait visiblement pas la parole facile et son froid « bonjour » ne présageait rien de l'aisance apparente qu'elle aurait à nouer contact avec lui. Déjà, dans l'esprit de la jeune fille s'ouvrait un dossier dans lequel elle rangeait quelque information sur ce Syo. Elle se demandait comment ils avaient pu s'entendre avec Oroken, car à en croire l'absent il n'était pas non plus le genre très sociable au moment de sa rencontre avec le Chuunin. Elle se contenta de s'installer, écoutant ses brèves répliques aussi froides que des carottes de glace. La jeune fille se retint de hausser les épaules, puis elle but une gorgée de sa boisson avant de poser le verre.
Alors qu'elle s'apprêtait à prendre la parole, il relança la « conversation »... Toujours avec ce même ton distant et froid. Elle s'empêcha l'apparition d'une expression contrariée, sachant pertinemment qu'il n'avait été en rien obligé de répondre favorablement à cet appel. A nouveau, un doute la saisit... et s'il s'était déplacé pour rien? Comment le prendrait-il? Était-il colérique? Sanguin? Avait-il l'insulte facile? Elle ne savait rien de tout ça pour n'en avoir jamais entendu parler. Elle se contenta de garder ses deux mains rivées sur son verre et fit résonner sa voix dans l'air.
Taka – Alors... Pour faire simple et clair, je vous avoue avoir eu vent de votre style tout à fait particulier. Or mes récents déplacements hors du village m'ont laissé penser que peut-être vous pourriez sans doute m'aiguiller sur un petit quelque chose. Elle sortit de sa poche une carte qu'elle déposa face cachée sur la table, juste devant elle. Ses yeux glissèrent en même temps que ses doigts se mouvaient, puis elle remonta lentement ses pupilles sur Syo. J'ai eu l'occasion de croiser un véritable fou, dont le profil n'a pour l'instant rien d'inquiétant... Cependant, il semblait tourné autour du spectacle et de la « magie » des cartes. Je n'ai pas franchement pu évaluer ses compétences, ni sa force, mais quelque chose me dit que s'il devenait quelqu'un de dangereux, je serais peut-être fautive si je ne venais pas vous voir pour ça. Son index pointa la carte posée devant eux. A la fin de notre rencontre, il a tenu a me faire part de ce petit présent, en précisant que nous nous retrouverions si jamais ses projets m'intéressaient. J'ai donc pensé que cette petite carte pouvait servir de mouchard ou quelque chose dans le genre. J'ai essayé de procéder à des tests sommaires, mais elle ne semble pas contenir de chakra, aucun sceau ne s'y dessine et surtout elle ne réagit pas à mon énergie... Elle posa un regard grave sur l'homme.
La jeune fille décala son verre sur le côté et retourna la carte, face visible, toujours en la laissant sur la table mais en la rapprochant du Chuunin. Sur ce côté de la carte se dessinait un personnage tout à faire loufoque, dont l'humour déjanté se lisait sur le visage et dans sa façon de faire gigoter ses bras. Le Joker... Lui même, bouffon du roi et amuseur des grandes foules. Cette sorte de clown ne plaisait pas à la jeune fille, elle qui avait toujours eu du mal avec ces gars là, particulièrement depuis qu'elle avait croisé Reishou. Son expression ne changeait plus, elle semblait sérieuse, bien que la probabilité que ses doutes soient confirmés fusse quasiment nulle. Elle s'éclaircit la gorge avant de reprendre.
Taka – Je n'avais connaissance que de votre existence pour ce genre de chose... Comme j'ai entendu parler de vous par un ami qui était l'un de vos élèves, je me suis dit que vous seriez sans doute quelqu'un de fiable et qui... connaitrait sans doute la signification des cartes. Elle haussa brièvement les épaules. Maintenant, vous n'êtes engagé à rien... Je ne voudrais pas vous forcer, ou vous déranger plus que cela. A nouveau ses doigts se posèrent sur son verre pour lui permettre de déguster un peu de ce jus de carotte et de pomme. Il ne lui restait qu'à attendre la coopération ou non de Syo. Elle s'était contentée de la jouer franc jeu, avec courtoisie et en tentant de donner le plus d'informations utiles possible.
[Voilà! Tu n'auras qu'à me Mp pour savoir quelles répliques de Taka tu veux mettre dans ton post. Je te répondrai volontier et puis ça t'aidera un peu, je l'espère.]



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun

MessageSujet: Re: Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang   Jeu 24 Déc - 16:46

Syo remarqua rapidement que son ton et son attitude peu engageante m'était la jeune demoiselle mal à l'aise. Il aurait presque eut envie de hausser les épaules, de soupirer un grand coup et de s'en aller. Il était venu à ce rendez-vous parce qu'il pensait qu'il allait de nouveau avoir des complications avec le clan Uchiha et qu'on allait le prévenir d'une manière plus ou moins agréable.

Néanmoins, il se trouvait désormais dans une toute autre situation que celle qu'il avait imaginé.

Il n'avait pas envie de l'aider à cause de ce qu'elle représentait. Toutefois, elle n'en demeurait pas moins une kunoichi de Konoha no Sato. Si elle pensait avoir affaire à un problème et qu'il pouvait le régler, il devait le faire, non par franc esprit de camaraderie, mais parce qu'il était lui aussi un shinobi du village de la Feuille et qu'il devait penser à la sécurité de ce dernier avant ses intérêts personnels. Tout du moins c'est que l'on essaye de lui inculquer.

Il écouta attentivement les paroles de la jeune femme, la dévisageant plus amplement. C'est vrai qu'elle était mignonne. Comme cela le clan pouvait se vanter d'avoir des combattants beaux et forts, pensa-t-il ironiquement. L'histoire du fou, le laissa de marbre. Des timbrés, il y en avait partout. Plus ou moins atteint, bien sûr. Comme celui qui avait brûlé la ferme, il y avait de cela des années. Syo se souvenait des parties de pêche qu'il allait faire avec son paternel et son frangin sur le lac à quelques enjambées de la maison. Il se souvenait bien aussi des longues parties de cartes, la nuit tombée, en famille, autour de la lourde de bois noir, près de l'âtre flamboyant. Il se souvenait très bien du jeu de cartes, aux dorures ciselées sur leur dos carmin, le tout enfermé dans une boîte de nacre. Jamais, ni son frère, ni lui, n'avaient pu toucher au jeu. En de rares occasions, ils l'avaient entre-aperçu.

C'est ce même jeu de cartes qu'il fit apparaître. Il se contenta de poser sa main sur la table, puis de la soulever, révélant les précieux bouts de cartons rougeoyant et dorés.

Syo - Je suppose que c'est de cela dont votre ami vous a parlé.

Du regard, il pointait l'étrange paquet. Puis il dévisagea l'étrange bouffon qui se tenait sur la carte que Taka venait de lui révélé. Il s'en saisit, tout en écoutant les propos de son interlocutrice.

Syo - Vous êtes une kunoichi du village de la Feuille. Vous avez demandé mon aide ... alors je vous aide.

Ce n'était vraiment pas des plus engageant. Il y avait une sorte de dégoût dans la voix du chuunin. En fait sa rancœur envers Akira n'était pas morte, elle était juste oubliée, dans un coin de sa mémoire. Elle attendait là, tapis, silencieuse, attendant le moindre élément pour pouvoir resurgir et frapper au cœur. Syo commença à regarder la carte sous différentes coutures. Il la manipulait étrangement, comme si ces doigts experts, semblaient mûs par une volonté propres et effectuaient des gestes mécaniques, faits et refaits des milliers de fois.

Syo - Vous avez eu un bon réflexe. Les cartes ou objets de taille similaire sont souvent utilisés comme outils de communication ou de traçage à l'aide de sceaux gris.

Le chuunin lança la carte dans les airs. Celle-ci se mit à flotter légèrement à une hauteur constante. D'un claquement de doigts, certaines cartes du jeu de Syo s'envolèrent pour encadrer la carte de Reishou. Le symbole du clown restait au milieu des autres avatars qui tournoyaient joyeusement autour. Syo semblait concentré sur ce qu'il faisait, il se hasarda quand même à demander.

Syo - Qui est notre connaissance commune ? Question à laquelle Taka répondit simplement.

Taka - C'est Oroken qui m'a conseillée de m'entretenir avec vous... Mais je pense que vous avez du voir passer beaucoup d'élèves alors...

Elle afficha un sourire gêné qui indiquait bien qu'elle ne jugeait en rien un éventuel manque de mémoire. Les cartes s'arrêtèrent de tourner et Syo reporta un regard interloqué et gêné sur la demoiselle. C'était un contraste d'émotions qui se lisaient sur son visage. Il semblait alors beaucoup plus abordable, moins lointain, moins froid. Il y eut un blanc, puis les cartes se mirent de nouveau en mouvement.

Syo - Vous connaissiez Oroken ? Vous étiez sa coéquipière ?

La réponse de Taka confirma ce qu'il pensait. Le chuunin eut une moue dubitative. Il n'avait jamais voulu rencontrer les coéquipiers de son élève décédé. Peur de manquer de tact ? D'être pris au dépourvu et de ne pas savoir comment réagir ? Peut-être, peut-être pas. Il étouffa un petit sourire en pensant que cela n'avait pas dû être rose entre l'Uchiha et le bonhomme au début de leur relation. Après tout, Oroken s'était bien fait cogner sur la tête par Akira. Syo laissa quand même échapper une petite remarque.

Syo - Cela n'a pas forcément dû être facile au début, non ?

Le chuunin n'y avait pas pensé mais sa phrase pouvait être interprétée de plusieurs façons, le début de leur travail d'équipe, mais aussi après la mort du chuunin. C'était un manque évident de réflexion et de tact, mais qui sait, Taka comprendrait peut-être le sens de sa remarque ? Ou alors elle le prendrait pour un vrai goujat...

Avant qu'elle n'ait pu lui répondre, Syo enchaîna.

Syo - Il y a un sceau sur la carte ...

MessageSujet: Re: Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang   Jeu 24 Déc - 19:30


Evidemment, déranger quelqu'un que l'on ne connaissait pas en plein milieu de sa journée sans même lui donner d'énormes précisions bien formulée avait de quoi rendre quelque peu... aigri? Néanmoins, Taka ne s'était en rien attendue à tomber sur quelqu'un d'aussi froid, aussi distant, montrant une certaine mauvaise volonté. Elle réprima un haussement d'épaules, tandis que la conversation se poursuivait vaguement entre les deux protagonistes. Les yeux de la jeune fille se posèrent rapidement sur ce si intriguant jeu de cartes dont elle avait entendu parler sans en avoir de plus amples détails. Ainsi, c'était grâce à ce mince petit tas qu'il accédait à toutes les disciplines, sans aucune frontière? Rien que pour cette capacité, ce type aurait dû être un Jounin... Sans doute pas sous le couvert de l'anonymat puisque des techniques de combat pareilles ne courraient pas les rues et il lui aurait été impossible de rester sans nom longtemps... mais au moins un Jounin.

Il fallait l'avouer, elles représentaient un beau trésor, ne serait-ce que par leur facture et leur esthétique si spéciale. Penser en plus qu'elle réagissaient au chakra... Taka se retrouva rapidement submergée de questions qui ne laissèrent cependant aucune trace sur son visage, hors mis ce regard dévorant le petit paquet. Elle en oublia même la froideur débordante du Chuunin qui lui faisait face. Tout simplement, elle l'observa attraper la carte qu'elle venait de lui présenter, quelques instants plus tôt, détaillant chacun des mouvements qu'il faisait lors de son examen. Ce faisant, elle se convainquait qu'elle n'avait sans doute pas fait le mauvais choix, ne serait-qu'en s'amusant à regarder Syo triturer l'objet avec expérience et savoir-faire. Il ne fit que confirmer cet avis naissant dans l'esprit de la jeune fille, par une simple déclaration, alors que son propre paquet entamer une danse magistrale autour de cette simple carte qu'elle trouvait de mauvais goût... au moins autant que le personnage qui le lui avait donnée.

Elle eut un petit sourire auquel Syo n'avait pas dû faire attention. Il embraya d'ailleurs d'une façon peu surprenante, mais tout de même impromptue. Elle haussa légèrement les sourcils avant de retrouver une expression un peu plus banale, puis elle poursuivit avec un petit sourire qui semblait indiquer qu'elle ne lui en voudrait pas si jamais il ne se souvenait pas. Elle se figea alors que l'homme sembla changer du tout au tout. Un léger silence domina l'instant avant qu'il ne décide de reprendre.

Syo – Vous connaissiez Oroken? Vous étiez sa coéquipière?

Elle affirma du chef avant d'ajouter quelque chose.

Taka – J'étais son amie...

Malgré elle, la jeune fille laissa couler un brin de cette tristesse éternelle qui touchait tous ceux qui avaient pu perdre quelqu'un de proche d'une cause autre que la mort naturelle. Elle esquissa néanmoins un petit sourire lorsqu'il poursuivit, dans le doute de savoir s'il parlait du début du deuil ou de leur rencontre elle même. Elle conclut qu'il s'agissait de la deuxième option, car évidemment, la première n'était un secret pour personne. Perdre quelqu'un restait perdre quelqu'un. Elle ne put cependant pas répondre car déjà, il reprenait la parole.

Syo – Il y a un sceau sur la carte...

Elle s'arrêta net, regardant le petit objet avec méfiance. Quelle saloperie, même quelque chose comme ça devenait un outil, une arme ninja... Elle regarda encore une fois les cartes de Syo. Étrangement, elle n'envisageait pas la question de la même façon, sûrement parce qu'ils se trouvaient encore dans le même camp.

Taka – Que faire maintenant? Je n'ai pas encore commencé mon apprentissage du Fuiin-jutsu donc je ne peux en rien agir dessus... Elle planta ses yeux dans ceux de Syo pendant un instant avant de balayer l'endroit du regard.

Syo – Il y a plusieurs choses possibles. Détruire le sceau qui semble effectivement être un traceur, ou le conserver pour s'en servir dans le sens inverse et retrouver le propriétaire. Mais ce n'est pas le mieux, selon moi. Il s'arrêta là, semblant laisser place à la décision de la jeune fille qui s'autorisa à entretenir une conversation parallèle alors qu'elle tentait de choisir la meilleure option.

Taka - Pour vous répondre, oui ça n'a pas été facile facile... Oroken détestait sincèrement les membres de mon clan... jusqu'à sa dernière heure je suppose. Alors imaginer en commander une sur le terrain et l'avoir collée à ses basques tout le temps... Elle érigea un petit sourire nostalgique et joyeux à la fois. Elle revoyait certains moments qu'elle prenait désormais avec humour. Des expressions, des réactions qu'il avait, des grimace devant lesquelles elle aurait rit à cette heure là, si seulement...

Si seulement elle pouvait lui manquer, là où il était.

En face, le Chuunin sembla tiquer aux paroles de la jeunes fille. Il se reprit rapidement sans forcément chercher à masquer le fait qu'il avait probablement été touché, d'une façon ou d'une autre, par les propos que venaient de tenir Taka. Elle se demanda même s'il n'y avait pas quelque chose qui se cachait là dessous.

Syo – Ce n'est pas surprenant de sa part.

Elle le regarda un peu surprise, il semblait savoir quelque chose dont elle n'avais connaissance. Aussi, elle se risqua à creuser un peu plus le sujet.

Taka – Il m'a bien touché deux mots sur ses raisons, mais je reste persuadée qu'il ne m'a jamais tout dit... Vous sauriez peut-être pourquoi?

Syo – Ca, il faut voir avec Akira... Akira Uchiha. Parles lui des frères Tainoka et de l'équipe deux, il en sera surement très heureux

Elle devinait une évidente ironie dans ses propos. Néanmoins, ce nom ne lui était pas inconnu. La jeune fille frissona un instant, réalisant qu'elle avait une passerelle de plus vers le Cygne... D'abord Kenji, puis Oroken. Certes, Chronologiquement, c'était l'inverse, mais elle n'en avait jamais rien su jusque là. Elle afficha une petite expression sérieuse, laissant penser qu'elle prenait plus à cœur cette histoire que celle de Reishou et de sa carte. Finalement, elle redressa son regard sur Syo avant de reprendre la parole.

Taka – Je la ferai détruire, tout simplement. Si Reishou devenait dangereux, il serait vite intégré aux Bingo Book, ou aux ennemis du village. Les forces spéciales auront vite fait de le supprimer, je suppose... Elle posa un regard interrogateur sur Syo, supposant qu'il pouvait donner son avis sans réserve et si l'envie l'en prenait, il pouvait même s'amuser à détruire lui même cette carte.



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun


Dernière édition par Uchiha Taka le Sam 13 Fév - 22:44, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang   Ven 25 Déc - 18:57

La discussion semblait bien entamée et poursuivait normalement son cours. Le chuunin était plus qu'étonné que la demoiselle et lui est une personne commune en mémoire. Syo pensait à beaucoup de choses, souvent il se posait des questions sur lamort de son frère, l'implication des Uchiha dans cette tragédie. Il repensait aussi à l'apprentissage qu'il avait fourni à ses élèves. Bon, mauvais, ce n'était pas à lui de dire. Les faits parlaient d'eux-même.

Oroken était mort. Oni, Ookami s'étaient volatisés. Déserteurs ? Certainement.

Naoki, Yosuke étaient devenus chuunin. Shinji stagnait à un niveau médiocre, absentéisme chronique.

Aujourd'hui, il n'avait plus d'équipe à sa charge. Sarcastiquement, Syo comprenait bien pourquoi. Pas la moitié de ses élèves arrivaient à maturité. Le constat semblait assez accablant pour le jeune homme. Ses cartes avaient arrêté leur petit manège et d'un claquement de doigts, elles avaient disparu, tout comme elles étaient apparues. Syo se saisit de la carte du joker et la donna à Taka.

Syo - Il y a plusieurs choses possibles. Détruire le sceau qui semble effectivement être un traceur, ou le conserver pour s'en servir dans le sens inverse et retrouver le propriétaire. Mais ce n'est pas le mieux, selon moi.

Elle s'en saisit. Le chuunin avait fait ce qu'il devait. Il pouvait détruire le sceau, ses vastes connaissances lui permettaient de faire cela. Toutefois il ne le ferait pas, ni même le proposerait à la jeune femme. C'était à elle de choisir et non à lui. Il ne voulait pas même influencer sa décision. Si elle devait se tromper, elle assumerait son échec. Dans le cas contraire, on ne dirait rien, elle aurait juste correctement agi. Il y avait une certaine malice dans cette inaction voulue par le chuunin. Il était partagé, mais ce qui pouvait faire de l'ombre au clan Uchiha, ne lui semblait pas forcément une mauvaise chose.

Elle lui parlait un peu de sa relation datant avec Oroken. Syo écoutait et restait silencieux. Le garçon était volontaire et intelligent, c'était du gâchis. On lui disait aussi que c'était la voie du shinobi. Que c'était amer comme tentative de réconfort. Extrêmement amer.

Lorsqu'elle lui évoqua les difficultés qu'elle avait rencontré à l'aborder au début de leur relation de coéquipier, Syo ne fut pas surpris. Il lâcha même le fin mot de l'histoire pour Oroken, et une partie de son histoire à lui, la source de sa rancune. Après tout ne dit-on pas que le maître transmet son nindô à ses élèves ? Etait-ce cela sa voie ? Haïr les Uchiha ? Non, il ne le voulait pas. Cela le transformerait, Lya le quitterait, il finirait seul et cela il ne le supporterait pas. Le temps ne changeait rien, il n'arrivait pas à pardonner.

Quelle étrange similitude quand même. Oroken était mort en mission avec un Uchiha. Cette dernière se tenait là devant lui, indemne, tout comme l'ancien partenaire de son regretté frère, s'était tenu droit devant lui, pour lui annoncer la triste nouvelle. Se pouvait-il qu'encore une fois ...

Son esprit devenait malade, comment pouvait-il imaginer une telle chose ? Uchiha ou non, ils restaient tous des shinobi du village de la Feuille.Il ne fallait surtout pas l'oublier, il ne devait garder que cela à l'esprit. Ensemble, d'une certaine manière, il devait former une grande famille. Et comme dans toutes les familles, il y a des hauts et des bas, des disputes.

Syo - Je pense que le choix de détruire cette carte ou non vous appartient. Quelque soit votre décision, je pense que vous en assumerez les éventuelles conséquences pleinement.

Il n'en dit pas plus, se leva de table, tout en s'apprêtant à rentrer chez lui. De nouveau, il regarda son interlocutrice. Ses yeux n'avaient en rien les éclats rougeoyant si détestés. Elle avait montré de nombreuses attentions à son égard et s'était conduite de la meilleure des façons possibles envers lui. Il ne pouvait que l'admettre.

Mais qu'il est difficile de ne pas mettre tout le monde dans un seul et même panier...

Syo - Je suis dans le froid le plus profond avec de nombreux membres de votre clan, pour des raisons personnelles. Toutefois si vous avez encore besoin de mon aide, je répondrai de nouveau présent. Je vous souhaite une bonne continuation, mademoiselle.

[Si tu veux faire une réponse, n'hésites pas. Je pensais clôturer là pour Syo. =)]

MessageSujet: Re: Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang   Sam 26 Déc - 1:34


Des dizaines... Voilà quel nombre estimait particulièrement bien les gens qui en avait contre ce sang, le sang que la jeune fille portait dans ses veines et qu'elle prenait un certain plaisir à ne pas brandir à tort et à travers. Son esprit s'évada quelques instants de la réalité... Où était cette enfant qui détestait ce sang au point de l'avoir enfermé dans un coin de son âme de façon à ce qu'elle devienne une entité propre? Elle laissa courir un léger soupir, se disant ô combien cette époque là était loin. Quand elle était juste discrète, juste simple et juste une fille qui voulait apprendre aux jeunes gens. C'était quatre ans auparavant, juste après la mort de son ami... Quatre longues années pendant lesquelles elle n'avait fait qu'osciller entre de maigres biens et de grands maux. Mais avant tout ça, elle avait réussi à se faire accepter en tant qu'Uchiha, tellement bien qu'il ne le voyait plus malgré son aversion pour eux.

Elle leva les yeux sur Syo, alors qu'il se retenait d'exprimer tout avis personnel. Tant pis... elle suivrait l'option qu'elle venait d'énoncer au Chuunin. Les cartes avaient disparu, laissant ce Joker solitaire trôner sur la table et n'ayant pas quitté sa mine affreusement joyeuse. Un peu plus loin, Syo se le va de table en jetant encore un regard sur la jeune fille. Elle crut y lire un avis mitigé. Elle n'avait pas fait d'erreur de présentation, s'était montrée correcte, polie et avenante, comme elle l'aurait fait avec n'importe qui. Néanmoins, il semblait clair que son physique respirait l'archétype de son clan et que dans les yeux du Tainoka, cela exprimait une importance majeure.

Syo – Je suis dans le froid le plus profond avec de nombreux membres de votre clan, pour des raisons personnelles. Toutefois, si vous avez encore besoin de mon aide, je répondrai de nouveau présent. Je vous souhaite une bonne continuation, mademoiselle.

A son tour, la jeune fille se leva, inclinant légèrement le chef avant de poursuivre.

Taka – Nombre des miens savent se montrer peu attachants. Mais, cela changera... Cela changera. Alors qu'une brève lueur s'inscrit dans son regard, la jeune fille tendit la main dans l'espoir de recevoir une poignée. Amicale? C'était autre chose, mais une poignée. Merci d'avoir fait le déplacement. J'espère vous recroiser un jour et... vous voir à l'œuvre. Un sourire se dessina sur son visage alors qu'elle ne masquait toujours pas l'intérêt grandissant en elle pour les cartes du jeune homme. Bien sûr, sa requête implicite pouvait être simplement acceptée lors d'un entraînement ou alors ils se retrouveraient un jour côte à côte sur le champ de bataille. Qui pouvait le savoir? En tout cas, elle espérait déjà, depuis longtemps, ne plus avoir à porter la responsabilité d'un décès sur ses épaules. Elle avait mieux fait de ne pas aborder le sujet avec Syo, mais ça, elle n'était pas capable de s'en rendre compte.

Quelques instants plus tard, il était parti et elle finissait son verre. Elle déposa une pièce sur la table afin de régler sa consommation, puis elle attrapa la carte qu'elle examina attentivement. Ses sourcils se froncèrent un instant, puis elle prit la route qui la séparait du département de la sécurité. Elle règlerait ce cas rapidement afin de se libérer la tête et se pencher sur autre chose. Cet autre chose... C'était sûrement l'entraînement, mais encore une fois, qui pouvait savoir? On pouvait rencontrer beaucoup de monde en ville...
[Ceci clot la session pour moi. Pour les petits détails, il suffira de les garder en tête, je pense à la poignée de main et la réaction à la "demande" de Taka.
En tout cas, merci d'avoir accepté de jouer, ça m'a fait super plaisir.]



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun

MessageSujet: Re: Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang   Lun 18 Jan - 20:35

Iba (Syo) : +33 XP
Taka : +30 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les Cartes Carmins rencontrent de nouveau les Yeux de Sang   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Saber Milena [Terminé] (excusez moi pour la longueur --')
» Mes yeux en sang (n°1)
» Mes yeux en sang (n°2)
» Du nouveau chez les lordz - Napoleon III beta v2 -
» "Cartes sur table", nouveau magasin de jeu de société sur Auxerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-