Partagez | 
 

 Des yeux bleus et des cheveux rouges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Des yeux bleus et des cheveux rouges   Dim 20 Déc - 22:36

Depuis qu'il était rentré du tournoi chuunin à Konoha, Iba avait tout fait pour progresser. Karasu, l'un des puissants généraux d'Asahi, avait utilisé une technique interdite lors de leur affrontement. Cette dernière lui avait donné un très large avantage sur beaucoup de plans. C'était comme s'ils n'appartenaient plus au même monde, comme si son ennemi était devenu autre pour essayer de lui soutirer son dernier souffle. Encore maintenant, Iba était incapable de savoir avec exactitude ce qu'avait fait l'assassin de son maître Shinobu. Une chose restait certaine, si l'Oï-nin voulait avoir une chance de l'abattre, il se devait de devenir "plus fort".

En y repensant, si l'ordre de retrait par le chef de l'organisation n'avait pas été donné, le jeune homme aurait été tué par son adversaire. Il pensait avoir la maîtrise du combat, mais le jumeau de son senseï avait dévoilé un nouvel atout, changeant complètement la donne. Il avait suffit d'une seule attaque à Iba pour saisir la dure réalité qui caractérisait l'écart entre eux.

Depuis il s'était plongé dans les ouvrages de ninjustu, il avait étudié et pratiqué sans relâche. Ses talents naturels pour manier les Eaux lui avaient permis de progresser très rapidement. Son savoir avait cru ainsi que le nombre de technique qu'il maîtrisait. Les bibliothécaires du village, ainsi que certains professeurs de l'Académie commençaient à vraiment le connaître de vue. Le garçon ne donnait jamais son nom, seulement son accréditation de chasseur de déserteurs, qui lui ouvrait toutes les portes.

Hiyori ...

Son nom était toujours entaché de honte et méprisé par nombre d'habitants du village. Un jour cela changerait, il en était convaincu, un jour, il montrerait à tous combien ils s'étaient trompés et qu'elle était la valeur des siens. Aujourd'hui, on ne le respectait pas, on le craignait à cause de ses pouvoirs de shinobi. Il le voyait dans les yeux de nombreuses personnes. Il l'avait toujours vu. Et lorsqu'elle n'y était pas, c'était juste dû à l'ignorance ou à un profond désintérêt. Qui peut regarder sereinement le fils de traîtres, d'individus qui avaient vendu la vie de nombreux shinobi du pays de l'Eau ?

On lui crachait des torts qu'il n'avait pas commis à la figure mais lui il se refusait d'y croire, jamais, sa famille n'aurait vendu qui que se soit, pas même un secret. Ils étaient des villageois de Kiri no Sato, des ninja de la Brume depuis des années, ils n'avaient pas trahis, on les avait tué et ils avaient servi de boucs-émissaires. Le jeune homme ne voulait pas admettre autre chose malgré l'évidence crasse et l'absence de preuve pour attester sa thèse.

L'Oï-nin dévalait les couloirs blancs de l'académie. Il évitait soigneusement certaines allées où pouvait se trouver l'Homme de Glace, son partenaire de missions. Il ne souhaitait pas le rencontrer. Pas après son échec à Konoha, pas sans avoir prouvé qu'il valait mieux que la réputation donnée par son nom honnis. Hyô pouvait peut-être avoir des informations sur sa famille, peut-être connaissait-il des secrets sur son maître ou sur son affinité avec l'eau ? Iba était tiraillé par l'envie de le questionner et la peur de devoir l'affronter, ne serait-ce que verbalement. Il était une légende vivante et lui, rien.

Le garçon, comme tous les matins, se rendait dans une petite salle de l'Académie où étaient rangés des dizaines de parchemins et de livres. Et comme chaque jour, il s'assit à une table, avec plusieurs sujets d'études devant lui et il les avait lu, encore et encore, comme pour s'en imprégner totalement. Il avait fait des simulations mentales pour visualiser ou tout du moins essayer de traduire concrètement les mots alignés les uns derrière les autres sur les pages jaunies par les années.

Les heures défilaient et la concentration du shinobi ne vacillait pas. Par instant, il laissait son regard erré par la fenêtre. Il voyait une partie du village. Il se demandait souvent s'il se battait pour ce dernier, pour ses habitants ou s'il se battait pour lui, pour un passé bien révolu que l'Oï-nin se refusait à enterrer. Et comme à chaque fois, la réponse ne variait pas. Il devait beaucoup au village, il lui était reconnaissant, mais il ne se voyait pas mourir pour lui. En fait, il ne se voyait pas mourir du tout. Il craignait la mort, car seuls les fous n'en prennent par garde, cependant, il n'avait plus peur de l'affronter depuis des années.

Après ses longues heures d'études matinales, Iba allait mettre en pratique ses connaissances sur un terrain d'entraînement pour valider la partie pratique de son enseignement. Il se ménageait un petit trou dans son emploi du temps pour se restaurer. Après avoir rangé les différents supports de connaissance qu'il avait utilisé, il se mit en route pour quitter le bâtiment blanc, aux tuiles bleues foncées. Il descendait d'un pas souple et maîtrisé les escaliers en direction de la sortie, puis déboucha dans un couloir menant à la sortie. Celui-ci était vide, pourtant tous les sens du garçon se mirent en alerte, il y avait quelque chose qui s'approchait et qu'il connaissait bien, une présence, un aura qui lui était familière. Son maître ? Hyô ? Haya ? Non. Cette sensation ressemblait à celles qu'il avait ressenti aux contacts des membres de sa famille, mais elle différait légèrement, il s'agissait de quelqu'un d'autre.

Ces réflexions n'empêchèrent pas le shinobi de continuer à marcher en direction de la porte menant vers la cours de l'Académie. Soudain, il la croisa. Une jeune femme à la chevelure flamboyante. Elle arrivait d'un couloir perpendiculaire au sien, alors que le jeune homme commençait à sortir.

Ils se retournèrent ensemble, pour dévisager l'autre et le temps sembla se figer.

Les yeux bleus d'Iba rencontrèrent l'azur d'Uzumi. Il ne dit rien et ne laissa rien paraître sur son visage. Une étrange neutralité, un soupçon d'intérêt ? Qui sait ? Le contact entre les deux individus fut coupé par la porte qui se rabattit, les séparant. Lui, dehors, elle, à l'intérieur.

MessageSujet: Re: Des yeux bleus et des cheveux rouges   Lun 21 Déc - 21:43

Savoir est père de Puissance.
Un dicton que j'entends souvent, des lèvres de Lean ... Enfin, un des nombreux dictions que je l'entends employer, vu qu'il semble en connaître ... Une bibliothèque entière ? J'exagérerai à peine en l'affirmant ...
Plusieurs mois déjà, que je l'ai rencontré, qu'il m'enseigne sa ... façon d'être ? Voilà, oui ... Le bon état d'esprit, avant de pouvoir ne serait-ce qu'apercevoir le vrai pouvoir ... Stratégie et sagesse, pour mieux appréhender le monde, pour ne serait-ce que pouvoir survivre.
Et ça ne me déplaît même pas. Le monde ne semble pas être le conte de fées que j'idéalisais, et alors ?
Puis-je changer le monde ? J'aimerai me le faire croire ... Mais une des nombreuses choses que Lean m'a fait comprendre, c'est qu'il n'y avait de place en ce monde pour les idéalistes.
Après tout, peut-on changer une mentalité, une société qui existe depuis des siècles, et qui en subsistera bien d'autres après ma mort ?
Une réponse simple qui vient tout naturellement à la bouche : Non, trois fois non.
Notre vie est déjà bien assez courte ainsi, que pour la gâcher en des desseins futiles ...
Et ça ne me dérange même pas, en fait.
Plus beaucoup de choses me dérangent à vrai dire, je fais avec, je m'adapte. Et je les supprime, si il est nécessaire de le faire. Extrémité terrible, à laquelle je suis forcée ...
Que suis-je devenue ?
Un quelque chose qui ne me plaît pas ... Un quelque chose duquel j'ai essayé de m'éloigner ... Ce quelque chose qui s'était apaisé, qu'elle a réussit à calmer, par sa simple et si mirifique présence ...
Je me demande ce qu'elle fait, ma Motoko-chan ...
Que je me suis levée, et qu'elle n'était plus au lit, que j'ai posé pied à terre, que sa chaleur réconfortante me manquait, que j'avançais vers la cuisine pour le petit déjeuner, que son absence creusait un giron dans ma poitrine ...
L'innocence s'envole, la magie disparaît, je crois que je ... grandis.
Où est donc passé ce romantisme si désespérant, à m'en faire vomir aux premier vers déclamés, aux premiers mots d'une ode en son honneur ?
Ce romantisme que je cherche à retrouver, sans aucune grande conviction ?
Je grandis, et je m'empreint de la réalité souillée, de la froide logique qui anime le monde, des ténèbres qui m'acculent et veulent me traîner dans des lieux où tout espoir est violé ...

Mes pas me dirigent, monotones, vers une Académie bondée, où on enseigne à de jeunes enfants à devenir soldats, meurtriers. Où on détruit toute pureté et innocence, pour ne laisser juste place qu'à des armes au service ... De quelqu'un.
Peut-on dire que c'est le Mizukage, qui nous dirige ? Ou est-ce quelqu'un d'autre, qui tire les ficelles depuis l'obscurité ?
Ou, encore ... Une entité supérieure, une divinité ..?
Comment savoir où est la vérité, comment savoir en quoi croire, en quoi avoir confiance ... Comment savoir, comment vivre, en somme ?
Vivre, épargnée par une réalité omniprésente ... Vivre dans un rêve, dans une bulle à l'écart de tout ... Est-ce donc le mieux, que de nier tout ce qui nous dérange, aveuglés par ce qui nous dépasse, plutôt que d'accepter le don qu'est notre vie et continuer à avancer pour espérer voir un dénouement heureux ?
Vivre, mais vivre et avancer juste par peur de se retourner en arrière ... De comprendre que tout est futile et sans sens, et que même nos pensées sont prédestinées par autrui ...
C'est la force et le savoir, qui nous épargne de tout cela. Des armes dangereuses, des armes qui peuvent se retourner contre nous. Armes à double tranchant.
Je dois être forte, pour ceux qui comptent sur moi ... Amour, Lean, Sansa, Hanzo, les villageois ...
C'est ce que Lean m'a fait comprendre. Nous devons nous donner une raison pour nous pousser au-delà, lorsque nous ne pouvons le faire par nous-même. Et des raisons, il ne m'en manque pas.

*Science sans conscience n'est que ruine de l'âme* un autre diction, que j'entends souvent ces temps-ci ... La bibliothèque de l'Académie est pourvue de nombreux ouvrages, qui ont pour but d'approfondir mon savoir, qui englobe la sagesse des anciens ... Un lieu de savoir tout indiqué au dessein que je me suis fixé. L'endroit me répugne, mais ça ne me dérange pas plus que ça.
Après tout, je suis bien obligée de m'y rendre, alors, tant qu'à faire, essayons d'y parvenir avec un état d'esprit adapté.

Et ce quelque chose, insignifiant au début, alors que je parcoure les couloirs réchauffés de l'Académie, que j'étais plongée en plein monologue, et qui revient avec insistance, me déconcentrant, dispersant mes pensées ... Quelque chose n'est pas comme il devrait être.
Et ce quelque chose, il m'est un peu trop familier ... Lean est pourtant en mission, ses engagements de Juunin m'a-t-il dit la veille ...
Alors, pourquoi ai-je ce même sentiment, que quand il est à mes cotés ?
Voilà que, sans m'en rendre compte, je me retrouve face à face avec un jeune homme aux cheveux bleus, aux yeux bleus, au teint pâle ...
Pourtant, je n'interrompt pas ma course, pourtant, il n'interrompt pas la sienne.
Jusqu'à ce qu'il y ait cette brisure. Ce quelque chose qui m'a fait comprendre, que c'est de lui que ça provient.
Et qu'au moment où je me retourne, je me retrouve face à lui, pupilles rétrécies par la surprise, et qu'on se dévisage pendant des secondes qui me parurent des siècles ...
*Nous ne sommes pas seuls.* avait dit un jour Lean, sur un ton sibyllin.
Quoi que, on ne sait jamais quand il l'est que quand il ne l'est pas, à sa façon de s'exprimer ...
Pas seuls ... Comme nous, de même sang et affinité ...
Et sa marche a reprit, me laissant moi à l'intérieur du bâtiment, seule, et l'amenant lui dehors, où la morsure de l'hiver a fait son effet.


-Il fait froid, non ..?


Qu'aurais-je pu trouver de plus absurde à dire, à un membre du Clan Aisu, que ceci, alors que sans aucune réflexion, je suis sortie à sa poursuite, un sourire gêné glacé sur le visage maintenant que je suis face à lui ..?

MessageSujet: Re: Des yeux bleus et des cheveux rouges   Mar 22 Déc - 12:53

Elle avait poussé la porte. Elle était sortie. Pour le suivre ? Sans aucun doute car lorsque leur regard s'étaient croisés, il avait clairement vu qu'elle n'allait pas dans sa direction. Que lui voulait-elle ? Simplement discuter ? Iba n'aimait pas les gens qui faisait les choses "simplement". Tout le monde a une arrière pensée, même cachée au plus profond de lui, pour justifier, motiver ses actes.

Et toi, jeune demoiselle, aux cheveux carmin, quelle est ta motivation pour venir m'aborder ainsi ?

Elle a voulu l'arrêter. Elle l'a hélé, en me posant une interrogation. C'est banal, c'est bancal, pourtant c'est assez fort pour arrêter l'Oï-nin de marcher. Quel terrible pouvoir recèle les mots. Là où les pires souffrances physiques, les plus puissantes attaques ne l'aurait pas empêcher de continuer sa route, quelques mots suffisaient pour le stopper, net. Il ne se retourna pas et marqua une pause. Il y eut un blanc, le jeune homme ne répondit pas tout de suite à son interlocutrice.

Le vent commença à se lever. La température chutait littéralement. Prestement de la neige se mit à tomber. D'abord par petites touches, pleine de parcimonie, ci et là. C'était étrange, il ne semblait pourtant pas y avoir de nuages dans le ciel grisé de Kiri no Sato. la neige tombait encore, et encore, avec plus de force, si bien qu'un petit tapis de mousse blanche se formait à leurs pieds.

Le garçon se souvenait de son entrée à l'Académie, de sa première rencontre avec son maître. Il était terrifié et n'osait franchir le pas de la porte. Il avait une grosse boule dans le ventre qu'il nepouvait pas expliquer. Comme s'il l'attendait, Shinobi-senseï se trouvait devant l'entrée. Ils étaient seuls. Il lui dit qu'il allait devenir son élève et qu'il le formerait pour devenir un excellent shinobi. Il n'avait menti qu'à moitié. L'ancien Mizukage était bien devenu son maître, mais il n'avait pu le former complètement, il lui avait juste montré la voie. Son jumeau Karasu l'avait privé de la joie de montrer ses progrès à son tuteur, ainsi que de la fierté de savoir ses efforts reconnus à leur juste valeur.

Ce n'était même plus de la haine que nourrissait Iba à l'encontre du Nuke-nin. C'était bien plus fort, bien plus noir comme sentiment. Terrible et inéluctable.

La température avait chuté d'une bonne dizaine de degrés, pourtant ni lui, ni Uzumi ne montraient de signe de faiblesse. Pas de chair de poule,pas de dents qui claquent, pas de lèvres bleues. L'hypothermie ne serait pas pour aujourd'hui.

Lentement, le shinobi se retourna pour voir la kunoichi, son regard encore plus perçant et bleu qu'à l'accoutumée, à cause de l'utilisation de ses pouvoirs. Sous ses pieds, la neige crissait. Le silence était maître de la situation et l'on entendait les flocons se heurter contre le sol rugueux. Il le dévisagea plus complètement. Ce n'était guère élégant, on aurait pu penser que le garçon avait quelques véillités purement physionomistes, mais il n'en était rien. De ce côté là, la croissance accélérée du garçon n'avait pas été bénéfique et son rapport avec la gente féminine n'était pas vraiment celui que devrait avoir un jeune homme de dix huit ans. Sa dernière rencontre avec Haya avait bien éveillé des sentiments contrastés.

Il apprenait l'envie et le désir, doucement.

Son regard finit par s'arrêter sur les yeux bleus et le visage fin de son interlocutrice.

Étrange question pour quelqu'un insensible aux morsures du compagnon Hiver ?

Iba aimait bien personnaliser les saisons, comme si leur nom évoquait désormais un individu, une entité presque palpable. La neige continuait de tomber abondamment et commençait à déposer un fin manteau sur les épaules des deux personnages. Se pouvait-il que cette jeune femme soit de sa famille ? Si oui que devait-il faire ? Il n'avait pas donner beaucoup de réponses à Haya et l'avait réorienter vers Hyô. Devait-il faire la même chose ? Peut-être devait-il s'assurer d'abord qu'elle était bien une membre de son clan et que ses pouvoirs s'étaient éveillés ?

Y a-t-il un nom à mettre sur cette question ?

Périphrase plus ou moins utile pour tourner autour du pot et demander à la demoiselle son patronyme. Si elle répondait de but en blanc Aisu, au moins, Iba serait fixé. D'après son équipement, Iba devinait qu'elle n'était pas très gradée, genin ? Pourtant son âge avancé l'intriguait ? Elle aurait dû au moins être chuunin. Alors avait-elle échouer plusieurs fois le fameux tournoi ? Il y avait pu de chance, le garçon l'aurait remarqué si elle avait participé aux dernières rencontres. Enfin,tout du moins, le pensait-il.

Est-ce que tu aimes la neige ?

Questionna-t-il alors que celle-ci tombait toujours,on avait désormais plusieurs centimètres sur le sol. Les observateurs auraient été étonné de voir qu'il ne neigeait que sur l'Académie et pas ailleurs. La question était sans intérêt, presque vide de sens. Pourtant, Iba l'avait posé. Après tout, il avait aussi le droit de poser des questions sans intérêt.

MessageSujet: Re: Des yeux bleus et des cheveux rouges   Lun 8 Mar - 1:21

Le Il fait froid, si froid ... Mais si peu, à la fois.
Un ciel limpide, duquel des flocons tombent ... Si beau, si pur, si romantique ...
Et face à moi, quelqu'un comme moi. Un Aisu que c'est, aux pupilles de ce bleu si perçant, si intense, ce même bleu qui nous caractérise, quand nous faisons usage de nos dons ...
La neige continue de tomber, alors que je détourne finalement le regard, angoisse ne se reflétant sur le visage.
La façon qu'il a de me dévisager ne me plaît pas, mais je n'ose pas lui demander d'arrêter ...
Après tout, il a ce même quelque chose que Lean, pas clairement hostile, mais pas non plus amical ... Bref, ce quelque chose qui me fait comprendre qu'il vaut mieux ne pas le contrarier ...
Et bon, la neige qui continue de tomber, ça prouve bien qu'on est pas du même niveau ... Je me demande bien comment il fait, un ninjutsu provoquant la pluie, modifié par le biais du Hyuuton ?
Sûrement ... Je n'y avais jamais pensée avant, je dois l'avouer.
Je secoue doucement la tête, les flocons de neige continuant de tomber, lui continuant de me toiser, le silence installé depuis quelques lourdes secondes persistant.
C'est beau, n'empêche, ces tourbillons immaculés ...
La température a chuté dans le négatif, pourtant aucun de nous deux ne semble disposer à céder.
L'hiver ne nous affecte pas comme il affecte les autres, nous sommes ses fils et filles après tout, ses hérauts et mandatés.
Comme nous le sommes pour les Eaux, qui représentent la vie et le pouvoir qui nous anime.


- Étrange question pour quelqu'un insensible aux morsures du compagnon Hiver ?

Compagnon Hiver ... Personnification de la saison ... Lean et moi faisons de même avec l'eau et la glace, je me demande bien si ce n'est pas un trait héréditaire ... Un petit sourire vint percer, neige s'accumulant sur nos épaules, sans que je fasse néanmoins un quelconque mouvement pour m'en défaire.
Le malaise se dissipa, sitôt sa voix résonnant. Puis, la question s'imposa : Que lui dire, maintenant ?
Une question sans importance, certes ... Mais bon, je ne tenais pas particulièrement à revenir au silence précédent ...
Qui est-il, peut être ? Ce serait sûrement un bon début ... Mais après, l'on ne resterait pas sur des banalités, non ?
Il fallait que je trouve quelque chose à dire, et vite.


- Y a-t-il un nom à mettre sur cette question ?

Il m'avait devancé, qu'allais-je bien pouvoir lui répondre ..?
Enfin, un nom ... Je ne tenais pas tellement à le dire, pour une raison que j'ignore, en sachant que très bien que je ne pourrais esquiver longtemps la question. La question en soit n'a pour but que de savoir qui je suis, enfin, je crois ...
Et après tout, pour une présentation, ne vaut-il mieux pas s'exposer tel que nous sommes ..?
Je penchais la tête sur le coté, alors que mon souffle s'élevait en volutes lourdes, que le bleu de mes yeux s'intensifiait, devenait plus perçant, et que je m’exclamais sur une voix enjouée.


-Oui et non. Disons que … je suis … une fille ... pleine d'allégresse !

Un sourire radieux illumina mon visage, un sourire qui avait pourtant un quelque chose de superficiel, de pas naturel.
Je me décidais à le toiser de haut en bas, espérant trouver un quelconque signe dans son habillement ou son équipement me précisant son grade ou son appartenance, sans succès. Des cheveux à la teinte bleutée, un teint pâle, rien d’autre de très probant.
Juste ce mal à l’aise grandissant, se répandant comme neige au sol.
Pourquoi l’ai-je interpellé..?


-Seriez vous compagnon Hiver à faire tomber ainsi son essence .. ?

Une question à la tournure poétique, juste pour lui demander une identification.
Je ne sais pourquoi, mais je me sentais dans l'obligation de la lui demander, avant de m'identifier moi même. Mais cela dit, je doute que son nom m’apporte une quelconque information à son sujet, n’étant pas très versée dans l’histoire de mon désormais clan … Lean aurait dû m’instruire plus à ce sujet. Ou j’aurais dû insister plus à ce sujet, oui … La seconde infirmation, même …


Est-ce que tu aimes la neige ?

Sa voix résonnant, mon regard se leva au ciel, un ciel d’où une cascade de flocons tombait.
Un ciel bien beau, il faut le dire … Me répéterai-je ?


-Qui ne l’aime pas, cela dit ?

Mon souffle s’éleva en lourdes volutes, de nouveau.
Les prochaines secondes, les prochains mots seront capitaux. Après tout, je ne l'avais pas interpellé pour en rester là, non ?
Peut être m'en apprendra-t-il plus quand à notre histoire, à tous les deux ?


-Maître Luuse m'a dit que nous n'étions pas seuls, il avait raison. Mais il y a beaucoup de choses qu'il ne m'a pas dites, comme ...

Je laissais les secondes passer, les flocons de neige s'installant sur mes épaules.

- ... Si vous souhaitiez que nous discutions à un endroit plus posé, à l'intérieur qui sait ?

Un nouveau sourire vint éclairer mon visage.
Le paysage ne me dérangeait pas, mais, vu le nombre de questions qui me fusaient à l'esprit, je préférais être assise, plutôt que debout, afin qu'aucun facteur extérieur ne me déconcentre.

MessageSujet: Re: Des yeux bleus et des cheveux rouges   Sam 20 Nov - 14:04

Iba : +22 XP ( bonus inclus )
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Des yeux bleus et des cheveux rouges   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des yeux bleus et des cheveux rouges
» Caolan , le chat tricolore aux yeux bleus.
» La longue histoire d'un Ange...
» Pourquoi j'aime tes yeux...
» hermine&augustin ? be careful with what you're saying. (pm)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Académie de Kiri-