Partagez | 
 

 AK003 - Retour de Taki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: AK003 - Retour de Taki   Jeu 24 Déc - 22:02

L’obscurité avait reprit ses droits sur la bibliothèque…

Chef de brigade – Vous devez partir maintenant. Je vais vous raccompagnez jusqu’au porte du village.

L’équipe de Konoha fut escortée jusqu’à la fin de leur visite dans le village de la cascade. Un Shinobi les rejoint avec leurs affaires empaquetées, plus rien ne les retenaient désormais. Naoki n’appréciait pas vraiment qu’on ait touché à ses affaires mais ils n’avaient pas le choix, leur liberté d’action était nulle. Une fois qu’ils eurent quitté le village, le Chunin ressentait une présence et comprit rapidement qu’ils étaient suivit même en dehors des frontières du village. Le Takikage semblait vouloir être absolument certain de ne plus avoir d’espion de Konoha autour de lui.

Le début du retour à Konoha fut calme et tranquille, ils eurent la chance d’avoir un beau temps ce qui rendit le voyage plus confortable. Les présences les quittèrent une fois qu’ils étaient à nouveau à l’intérieur du pays du feu. Les deux adolescents allaient plus vite qu’à l’aller, ils avaient moins peur de se faire intercepter, ils avançaient avec plus d’assurance. Ils longèrent Mshinami, la ville semblait être en cours de reconstruction et pour l’instant, ça ressemblait plus à un agglomérat de bidonville. Yosuke et Naoki continuèrent leur chemin sans s’arrêter.

Ils avançaient vraiment très vite, il n’y avait eut que deux jours qu’ils étaient partis de Taki. En réalité, les deux garçons traversaient la forêt sans ménagement dans l’espoir d’atteindre Konocha avant la fermeture des portes. Quelque chose s’approcha d’eux, l’être semblait les suivre grossièrement sans chercher à se cacher. Les deux Chuunins s’arrêtèrent aussitôt pour se mettre en position de combat. Un vieillard en haillons était juste derrière eux, il semblait un peu halluciné.

Shinichi Kensei – Beuh, pourquoi vous vous arrêtez ? Moi je m’appelle Shinichi Kensei et vous ?

Naoki – On n’a pas le temps de discuter. On le sème Yosuke ?

Shinichi Kensei – Allez les jeunes, rigolez un coup ! Restez avec moi.

Le vieil homme sortit un bout de papier de sa poche et le posa par terre avec négligence. Naoki eut tout d’un coup l’impression d’être enchaîné, totalement paralysé. Yosuke semblait être dans la même situation.

Naoki – Bon sang, mais vous êtes qui ?

Shinichi Kensei – Je l’ai dit, je suis un vieux schnoque qui aime faire des petits dessins. Je peux en faire sur vous ?

Naoki ne voyait absolument pas comment se sortir de cette situation délicate, il n’avait pas vraiment le choix mais il ne pouvait pas accepter non plus. Et pourtant, son intuition lui disait que le vieil homme n’avait aucune intention hostile.

Naoki - Je n’aime pas les dessins.

Shinichi kensei – Oh! Oh ! Oh ! t’es un drôle toi. Tu n’as jamais vu mes dessins, ils sont beaux et affecte l’humeur des gens. Je t’aime bien, je susi sûr que tu es un blanc toi ?

Naoki – Je ne sais pas de quoi vous parlez.

Shinichi Kensei – Ben c’est simple : moi je suis violet. Je sais pas pourquoi mais c’est comme ça, on m’a jamais demandé ce que je voulais être mais un jour j’ai fait un dessin en violet. C’est vrai que j’aime bien cette couleur, c’est peut-être pour ça que beaucoup de mes dessins sont violet. Par contre j’ai jamais fait dessins blancs, je les rates tous. Je ne suis vraiment pas doué avec le blanc et il y en a pas beaucoup…

Yosuke – Nous sommes pressés alors laissez nous partir.

Shinichi Kensei – Rah les jeunes, tous les mêmes. Jamais le temps pour rien. Ben moi je vous laisse si je peux faire un petit dessin, je ne sais pas encore lequel, j’en connais un violet hyper sympa mais en général les autres en le trouve pas beau. Enfin vous peut-être que si…

Il était désormais clair que Kensei n‘avait pas de mauvaises intentions à leur égard, il était juste un peu trop vieux pour avoir encore toute sa tête. La fin de l’après midi se faisait sentir dans la température et le Chunin voulait vraiment rentrer au village ce soir.

Naoki – Décidez-vous vite. Si vous voulez on pourra en parlez une autre fois.

Shinichi Kensei – Ah ouaih, c’est yune bonne idée ça garçon. J’ai trouvé, je vais te faire un joli dessin gris. Je sais la couleur et pas top mais bon, ça te tente ?

Naoki – si ça me permet de partir vite alors oui.

Shinichi Kensei – Ah, ah ! Je t’aime vraiment toi tu sais ?

Le vieillard sortit un flacon d’encre d’une de ses poches et en ôta le bouchon avec sa bouche à moitié édentée. Il plongea un de ses doigts déjà noirs d’encre séchée en s’approchant de Naoki.

Shinichi Kensei – Bon je vais t’en faire petit sur le visage mais je vais me faire le même aussi. Tu va voir comme c’est joli, tu va avoir la côté avec les filles avec ça

Naoki – Bon d’accord mais vite.

Le vieil homme dessina un petit trait en forme de vague sur sa tempe. Il reproduisit le même signe sur celle de Naoki. L’encre noir sécha et devint grise après un nouveau contact de Kensei.

Shinichi Kensei – T’as vu, c’est joli, hein ? Bon allez, je vous laisse les jeunes, je ne peux pas passer ma journée à me promener dans la forêt comme vous, je suis une personne occupée.

Le vieil homme partit de la où il était venu et Naoki se sentit à nouveaux capable de bouger. Il ramassa le bout de papier qui était l’unique preuve du passage de Kensei, un dessin rouge était dessus. Naoki le montra à son camarade.

Yosuke – Des sceaux…

Naoki – Je crois… Mais je ne pense pas que ça soit dangereux et on n’avait pas de temps à perdre.

Yosuke – Tu as prit vraiment trop de risque, on ne connaît pas les effets de ce trucs là.

Naoki – Allons-y. On n’avait pas le choix de toute façon.

Les deux Chunins repartirent encore plus vite pour rattraper leur retard. L’atmosphère se faisait de plus en plus fraiche et le soleil commençait sa longue descente vers l’horizon. Les efforts des deux camarades portèrent leur fruits, ils arrivèrent au village avant que les portes ne se ferme.

Garde – Vous avez de la chance, encore quelques minutes et vous auriez du passer la nuit dehors.

Naoki – Merci. Bonne soirée !

Les deux Chuunins étaient enfin rentré de leur mission de quelques jours à Taki. Jamais Naoki n’avait vécut quelques chose d’aussi stressant et il aurait bien besoin de quelques jours de repos pour se remettre complètement de toute la fatigue qu’il avait accumulée. Konoha était là devant eux, grand et magnifique, mais quelque chose semblait manquer pour que le tableau soit parfait.

Naoki – On se rejoint demain matin à la mairie pour faire notre rapport. Repose toi bien et à demain, Yosuke !

Naoki partit en courant, il avait hâte d’aller ce couché dans un lit confortable, de revoir les trois chats et de se faire chahuter par Shirohime, hâte de discuter à nouveaux avec Nana ou Kimiko, hâte de retrouver tous ses repères et de retomber dans la vie quotidienne de Konoha.
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: AK003 - Retour de Taki   Jeu 31 Déc - 20:26

Ils furent priés de quitter le village dès la fin de l’éclairage de la pièce secrète. Il était difficile de leur en vouloir après tout. Konoha, grand village caché si ce n’est le plus grand, venait d’être assez déloyal devant son voisin plus petit. Yosuke n’avait pas réussi à faire comprendre au kage que la discrétion était une nécessité absolue. Ils n’avaient pas été autorisés à dévoiler la raison non plus. Yosuke espérait juste qu’il avait réussi à éviter un incident diplomatique.

Ils se retrouvèrent donc sur les routes rapidement. Le cœur était plus léger, et même l’indiscrétion de l’escorte n’entacha en rien cette sensation. Ils n’étaient plus désirés en ces lieux, mais Yosuke ne les désirait plus non plus. Quelques jours de marche et ils seraient rentrés. Enfin, ils pourraient retourner à leur formation, protégés parmi les autres ninjas sans penser à l’Asahi et quoi que ce soit d’autres.

Il regarda Naoki d’un air de défi, un air qui dit « On fait la course ? ». En tout cas, le message avait été transmis et, à la seconde d’après, le groupe accéléra, semant ainsi et pour toujours les ninjas de Taki.

Le retour ainsi commencé se continua tranquillement. Mais ils ne se ménagèrent pas pour autant. Chacun d’entre eux était visiblement pressé de rentrer. Les haltes étaient toujours l’occasion de repense à ce qu’ils venaient de vivre, aux risques qui étaient presque derrière eux et ceux qui se profilaient à l’horizon car, Yosuke le savait, les maigres informations qu’ils allaient ramener les enverraient ailleurs, dans un coin du monde peut-être encore plus dangereux.

Le soir, les tours de grades s’enchaînaient comme à l’aller. Ils étaien eux aussi l’occasion de faire le point pour Yosuke et, paradoxalement, il ne parlait pas beaucoup avec Naoki de tout ça. Il avait sa propre vision des choses maintenant sans savoir si son coéquipier la partageait. Du haut de son sapin, il avait les yeux dans les étoiles. La lune n’était plus, invisible, laissant place à la beauté des milliers de scintillements de ses petites sœurs.

[Yosuke] « Pour vaincre l’Asahi, il faut aller… tout là-haut. »

Le bras au ciel, un referma le poing sur l’une de ces petites billes de lumières. C’était la sienne, il avait tout pouvoir dessus, il avait son pouvoir dans la paume de sa main…

***

La matin pointa le bout de son nez mais c’est bien Naoki qui réveilla Yosuke. Il faisait désormais suffisamment clair, ils pouvaient se remettre en route.

Encore des arbres, toujours des arbres… le feuillage vert et… vert plongeait Yosuke dans ses pensées. Il s’imaginait déjà son retour qui serait prévu pour ce soir s’ils ne trainaient pas en route.

[Yosuke] "Qu'est-ce que tu ferras en premier en arrivant à Konoha ?"

La question était innocente car il se la posait lui-même. Depuis le temps qu’ils étaient parti, il y avait sans doute des choses à faire, des endroits à visiter, des gens à rencontrer…

[Yosuke] « Je ne sais pas encore si je vais aux sources chaudes me relaxer ou si je rentre directement chez moi pour dormir dans un vrai lit ! »

[Naoki] « Moi j'irai dormir direct ! »

[Yosuke] « Tu as bien raison, je ferai pareil. Pensons à nous d’abord, les autres ensuite ! »

En tout cas, Yosuke savait qu’il y avait bien un endroit qu’il ne voudrait plus voir : l’Académie.

***

Après un très bref casse-croute, ils avaient repris la route une nouvelle fois. Les articulations de Yosuke se plaignaient moins. S’était-il habitué à l’effort du voyage ? C’est qu’il avait été mis à rude épreuve ces derniers temps.

Alors que la route était calme, le temps clément et ensoleillé, les deux compères repérèrent au même instant une silhouette au loin qui les suivait. Yosuke pensa d’abord à un retour des forces de Taki, mais ils les avaient semés depuis bien trop longtemps pour que cela soit possible. L’idée d’Asahi lui vint alors en tête et fit tressaillir ses intestins au point de lui causer une douleur aussi soudaine que violente dans le bas du ventre.

Il s’apprêtait à charger, sortir ses kunais, attaquer avant de se faire attaquer mais… quelque chose clochait. La silhouette, même si plus agile qu’un civil, ne ressemblait pas vraiment à un ninja d’élite.

D’ailleurs, il s’agissait d’un vieillard.

Shinichi Kensei – Beuh, pourquoi vous vous arrêtez ? Moi je m’appelle Shinichi Kensei et vous ?

Naoki – On n’a pas le temps de discuter. On le sème Yosuke ?

Shinichi Kensei – Allez les jeunes, rigolez un coup ! Restez avec moi.

Un drôle de numéro d’ailleurs. Yosuke pensa à une diversion, il scrutait donc les alentours sans se soucier véritablement de la conversation atypique qui venait de s’enclencher.
C’est pourquoi il ne remarqua pas le bout de papier, ni le sceau dessinait dessus et c’est pur l’entrave qui s’en suivit fût une totale surprise. Yosuke regarda le vieux avec des yeux injectés de sang. Comment avait-il pu faire une erreur aussi grossière !

Naoki – Bon sang, mais vous êtes qui ?

Shinichi Kensei – Je l’ai dit, je suis un vieux schnoque qui aime faire des petits dessins. Je peux en faire sur vous ?

Naoki - Je n’aime pas les dessins.

Tu m’étonnes ! Il avait risqué d’exploser à cause d’un de ces jolis dessins durant près de dix heures.

Shinichi kensei – Oh! Oh ! Oh ! t’es un drôle toi. Tu n’as jamais vu mes dessins, ils sont beaux et affecte l’humeur des gens. Je t’aime bien, je suis sûr que tu es un blanc toi ?

Un blanc ? Il devait sans doute parler des yeux du ninja. Plus Yosuke le regardait et moins la thèse de l’Asahi, ou de brigands d’ailleurs, ne paraissait plausible.

Naoki – Je ne sais pas de quoi vous parlez.

Shinichi Kensei – Ben c’est simple : moi je suis violet. Je sais pas pourquoi mais c’est comme ça, on m’a jamais demandé ce que je voulais être mais un jour j’ai fait un dessin en violet. C’est vrai que j’aime bien cette couleur, c’est peut-être pour ça que beaucoup de mes dessins sont violet. Par contre j’ai jamais fait dessins blancs, je les rates tous. Je ne suis vraiment pas doué avec le blanc et il y en a pas beaucoup…
Ce charabiat commençait à souler littéralement.

Yosuke – Nous sommes pressés alors laissez nous partir.

Ces histoires de couleurs étaient sans importance. S’ils aimaient tant que ça naoki, ils n’avaient qu’à dessiner un arc-en-ciel ensemble ! Yosuke savait juste qu’ils étaient entraver par une technique inconnue, qui l’intrigait beaucoup d’ailleurs, et que cet ancêtre était un peu déjanté mais inoffensif. Il voulait absolument rentré à Konoha.

Shinichi Kensei – Rah les jeunes, tous les mêmes. Jamais le temps pour rien. Ben moi je vous laisse si je peux faire un petit dessin, je ne sais pas encore lequel, j’en connais un violet hyper sympa mais en général les autres en le trouve pas beau. Enfin vous peut-être que si…

Et ils continuèrent à déblatérer ensemble. Yosuke n’écouta plus, il s’était fermé à tout ça, il en avait plus qu’assez. Il fallait juste que ce vieux dégage. Seulement, et il crut qu’il avait fait une nouvelle erreur, le vieux commença à réellement dessiner sur Naoki. Il appliqua un symbole sur le visage de Naoki et réalisa le même sur son propre visage.

Mais soudain, tout devint un peu plus clair, ces symboles devaient être en réalité un certain type de sceaux, les mêmes qu’il avait peut-être déjà vu dans les grimoires du clan Kotodama.

C’est seulement quand il eut fini sa basse besogne que l’inconnu déguerpi aussi vite que l’éclair. De toute façon, Yosuke était trop abassourdi pour penser à le suivre.

Yosuke – Des sceaux…

Naoki – Je crois… Mais je ne pense pas que ça soit dangereux et on n’avait pas de temps à perdre.

Yosuke – Tu as prit vraiment trop de risque, on ne connaît pas les effets de ce trucs là.

Naoki – Allons-y. On n’avait pas le choix de toute façon.

Etait-ce la mission qui l’avait monté à la tête ou avait-il pris le goût du risque ? En tout cas, Yosuke se jura à ce moment précis d’aller se renseigner à la bibliothèque en rentrant. Il s’imprima les marques et la couleur de ce sceau pour les mémoriser et s’en servir au moment venu.

Ils continuèrent leur chemin un peu moins serein, il fallait l’avouer. Yosuke repensa à ces sceaux, et il savait qu’à un moment ou un autre il voulait s’y intéresser. C’était toujours une branche du ninjutsu qui l’avait convoiter. A vrai dire, c’est parce que l’essence même des techniques des Kotodama s’inspirait du procédé des sceaux. Les maîtriser reviendrait peut-être à s’approcher de la solution pour rebâtir son clan.

Le soir tomba, la fatigue arriva et Konoha se rapprochait trop lentement. A ce train là, ils devraient camper une fois de plus. Naoki avait encore de l’énerie en réserve et choisit d’accélérer tout bonnement en une impulsion. Yosuke dût se résoudre à consommer du chakra pour le suivre, trop honteux d’avouer sa fatigue et son infériorité physique. Néanmoins, même s’il devait ravaler sa fierté, Naoki leur permit de passer les portes à temps.

Garde – Vous avez de la chance, encore quelques minutes et vous auriez du passer la nuit dehors.

Naoki – Merci. Bonne soirée !

Mais enfin Konoha, enfin ! Même s’il faisait noir et qu’on n’y voyait rien à trois mètres. Il faudrait attendre demain matin pour admirer le paysage. Mais ils étaient là, chez eux, en sécurité et en famille. Une sensation de chaleur enveloppa son cœur, une sensation qu’il n’avait pas ressenti depuis si longtemps.

Naoki – On se rejoint demain matin à la mairie pour faire notre rapport. Repose toi bien et à demain, Yosuke !

[Yosuke] « Euh, oui… à demain ! » * Coéquipier. *

Ils étaient en vie, il était heureux.


Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Portes du Village-