Partagez | 
 

 [Prison] Seule au Monde ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Prison] Seule au Monde ?   Mer 17 Mar - 2:02

Je sourit, étrange comment je peux encore sourire dans ce genre d'endroit moi. Mais bon, si tu te souviens bien, avant, je souriait comme si j'allait bouffer la personne avec qui je parle. Mais là, c'est différent, il est plus calme mon sourire. C'est très étrange, depuis trois mois que je suis enfermée là dedans, j'ai jamais sourit, pas une seule fois, emplissant mon coeur de rage, pensant à Ajira, pensant à mon désir d'accomplir mon but.
Mais, avec le temps, ma haine à légèrement changer. Oh, t'en fait pas chéri, je veux toujours as tête au bout d'un piquet et lui pisser dessus un rigolant comme une perdue hein, c'est juste que ma... Motivation à changée.

Je sourit doucement donc, grattant doucement le mur devant moi, perdue dans mes pensées. J'ai pas chercher à faire couper mes cheveux, ce qui fait qu'après trois mois au Paradis, ils vont bien au-delà de mes pieds, mais ça me dérange pas, je les aime bien comme ça, tombant de partout, cachant une grande partie de mon visage, mais je men cogne.
Je me cogne de beaucoup de chose je remarque, nan ? Ah ! Amusant.
Quelles amusante situation, quelle amusant endroit, quelles amusante raison de ma présence en prison...

Eh ouais mon grand, regarde moi, Motoko, en prison, à Kiri pour plusieurs petites raisons. Je te le dirais pas, bleurg ! Héhéhé... Le pire c'est que, je regrette pas mon acte, enfin, presque pas. Si j'étais partit, je l'aurait fait sans un regard en arrière, sans penser à revenir. Mais en laissant derrière moi une petite partie de moi...
Uzumi Meloku...
Je sais pas comment, ni même pourquoi mais elle est rapidement devenue une grande partie de moi, de ma vie. Je crois bien que je l'aimais, que je l'aime toujours. Ça me fait rire doucement ça... Depuis le temps, elle doit, sois m'avoir oubliée, sois me haïr. Bah, je l'aurais méritée dans tous les cas. Parce que je suis partie sans elle, sans la prévenir et je n'aurais jamais cherchée à la contactée, j'en suis sûre...
Mais une petite... Bon, okay, une grande partie de moi veux la retrouver, pour au moins m'excuser.

Et ça va être possible ça, rapidement.

Ah, je te l'ai pas dis mon gars ? Je sort aujourd'hui. Après trois mois d'enfermement, peut être la raison de mon sourire tiens ? Nan, impossible... Ce coin est devenu rapidement une seconde maison pour moi.
En parlant de maison, je me demande, Uzu est toujours dans mon appart ou bien elle est partie et il a été revendue ?
C'était un trou à rats, je sais, mais c'était chez moi... Et j'ai pleins d'alcools à récupérer dedans.
Bof, on verra quand y serra.
Ah, j'entend une clé être insérer dans la porte de la cellule, je tourne même pas mon regard vers la porte, je préfère continuer de gratter mon mur, mon sourire s'élargissant juste ce qu'il faut pour le rendre malsain.

??? - Motoko Houjuu. Il est l'heure, tu es désormais libre. Ton sensei, Liori Satsubatsu, t'attends dehors. Suis nous.

Je me lève doucement, souriant toujours, plongeant mon oeil unique dans ceux du garde. Avant, on aurait put lire de la folie dans mon oeil, de la colère, de l'idiotie, de l'insouciance, de l'ennui. Désormais, j'ai le regard plus alerte, l'esprit moins embrouillée. Je serait toujours folle, mais trois mois ici, loin de tout, m'ont permis de mettre au point mes idées. Et ouais garçon. Je resterais toujours un peu folle, mais, désormais, je suis capable de plonger, volontairement, dans cette folie.
Et tout ce que ça m'a coutée, c'est un petit plongeon dans mon cerveau et un combat mental des plus épuisant... Je t'en parlerais plus tard.

Je tend, instinctivement, les mains en avant, pour qu'ils me passent des menottes. Tellement l'habitude... Quand je suis arrivée ici, je prétextait l'envie de pisser pour essayer de me barrer, ce qu'il fait que j'ai gagnée un chaperon chaque fois que j'avais la goutte à faire tombée.
Je ricane doucement pendant que les menottes sont mises à mes poignets. Ils se formalisent même plus maintenant, tellement l'habitude que je commence à ricaner sans réel raisons que, maintenant, bah !
Une fois cette formalité fait, je secoue un peu la tête, faisant tomber mes cheveux en cascade derrière moi, dégageant complètement mon visage, les pointes de mes cheveux traînant derrière moi, frottant le sol, comme à chaque fois que je marche désormais et je suis le chef de cette bande de troufions, tous bien bâtis quand même...

J'avance tranquillement dans les longs couloir sombre, comme si la place m'appartenait, ce qui est loin d'être le cas. SI jamais un seul d'entre ces couillons venait à sortir, ma vie serait en danger. Pourquoi ? mélange mon ancien caractère de merde avec le comportement ultra-agressif de prisonnier qui ont pas vu de chair fraiche depuis un moment et t'auras ta réponse.
Décidément, en trois mois, je change, mais pas toi. Amusant.
On arrive finalement au bureau des sorties, mes chaines sont retirés, ce qui me fait vachement plaisir mine de rien et, pendant que je masse mes poignets, on me rend mes affaires avec lesquelles je suis entrée.

Cool. Maintenant, plus qu'à attendre Liori et je pourrais enfin me casser d'ici.

MessageSujet: Re: [Prison] Seule au Monde ?   Dim 20 Juin - 16:33

Je peux pas m'en empêcher, non, réellement, je ne peux pas.
Je ris, comme une folle, un rire long, bruyant, amusé, un rire qui indique clairement à quel point je suis cinglée ! Un rire qui viens de tréfonds de mon âme.
Et il n'y a pas que moi qui crois que je suis devenue folle, puisque, aux regards que me lance mes "compagnons", eux aussi croient que je suis folle, et je leur en voudrais pas, pas du tout. Après tout, qui ris comme une perdue, heureuse, quand elle retourne en prison ?

Hello Darling, I'm home !

Héhéhé, eh oui Darling, je suis de retour dans mon petit Paradis. Je n'aurais profité de la liberté que quelques jours, le temps de régler mes affaires...
La première affaire que j'ai du régler à été mon statut de ninja que j'ai demander à ce qu'il soit révoquer. Je ne suis pas une ninja, je ne suis pas une kunoichi, je ne suis pas une de ces sales garces s'amusant avec tout leur jutsus.
Je suis Motoko Houjuu, fille de Agon Houjuu, maître du dojo du "sabre qui coupe l'esprit", samouraï déchue.
Et pas une saleté de kunoichi qui devrait écarter les cuisses pour réussir sa mission.
Je ne regrette pas mon choix, absolument pas, ce monde ne m'apportait rien, alors le quitter ne me dérange pas.

Hé... Je ment bien hein ?

Bah, a qui je veux faire croire cela ? Que ce monde ne m'a rien apporté ? J'ai gagner des amis, j'ai gagner une vie, j'ai gagner un amour...
Et j'ai décidée de tout quitter, pour tout protéger.
...
Oui, moi, protéger. Hé. J'ai beaucoup changer. Avant... Avant j'aurais cracher sur eux, peut être même que je me serait marrer en les voyant avec un air complètement perdu.
Mais maintenant, aaah... Je me suis affaiblie je crois.

Oui, je sais, prendre soin des autres n'est pas forcément un synonyme de "faiblesse", mais... Avant... Avant, quel mot stupide !
Avant j'étais une sale garce qui voulait crever ! Avant j'étais une pétasse qui aurait écartée les cuisses pour une soupe chaude ! Avant j'aurais tuée n'importe quelle personne devant moi juste pour avoir des sensations !
Bordel, je suis pas devenue faible, je suis redevenue humaine !
...
Je suis redevenue humaine... Voilà ce qui m'est arrivée.

Et c'est vraiment à chier...

J'observe les gardes avec un soupçon d'humour, ces derniers ne sont ni mal à l'aise, ni particulièrement content de me voir revenir ici. Je les respecte pour cela, ils ne prennent aucun plaisir à enfermer les gens, ni ne montrent de faiblesses devant ces mêmes prisonniers.
Si cela aurait été le cas je crois que j'aurais bouffer l'oreille du type à ma gauche, juste histoire qu'ils soient toujours sur leurs gardes...

??? - "Motoko Houjuu... Je pensais pas te revoir."

Hey ! Voilà le chef des gardes en personne, juste pour ma petite personne ? Oh My, je pourrais rougir de tant d'attention.
Mais je préfère lui lancer un sourire carnassier, avec mon plus cinglé des regards.

??? - "Vire ça de ton regard fillette, je sais que tu n'est pas aussi cinglée que ut veux bien le faire croire."

Je boude un peu tiens, il a cassé mon fun le salaud. Je me vengerais ! Je sais pas encore comment par contre...

??? - "Houjuu... Tu étais libre... Tu avais renoncer aux ninjas... Alors pourquoi une telle connerie ?"

Mon sourire se décrispe un peu, il perd de son coté "cannibale" et va plutôt vers la douceur, un sourire que j'ai acquis à force de traîner avec Uzumi.
Je refuse de lui répondre, bloquant plutôt mon œil unique dans son regard. Il voudrais connaître la réponse, il voudrais savoir la vérité, il voudrait savoir pourquoi j'ai tentée de fuir le village en causant le maximum de dommages collatéraux. Il aimerait aussi savoir pourquoi j'ai envoyer chier une partie du conseil alors qu'avec Liori on tentait de plaider ma cause.
Il aimerait connaître la réponse, mais je ne la lui donnerait pas.
Elle m'appartiens, c'est la dernière chose qui m'appartiens car... J'ai perdue tout le reste, par mon idiotie.

??? - "Très bien Houjuu, comme tu voudras, accompagner là à sa cellule. Bon retour Motoko."

Je renifle d'amusement à sa dernière phrase. Bon retour ? C'est cela oui.

J'avance calmement, les chaînes aux poignants, tandis que je passe devant les autres cellules, rires et moqueries volant parfois dans ma direction, mais tous sont bloquer.
Je pense à mes raisons, à mon excuse, à ma seule et unique raison...
Quand je suis sortie, après autant de temps, j'ai découvert que le monde avait continuer à tourner sans moi... Chose normale, mais... Cela m'avais quand même surprise, je ne m'y était pas du tout attendu.
Le monde avait changé et, bien que je voulais croire différemment, je ne suis pas si différente d'avant. Juste moins conne.

Mais la différence c'est fait de façon réel quand j'ai vue la nouvelle vie de Uzumi...
Hé. Je suis contente pour elle, réellement, je suis aussi terriblement triste mais... Ma tristesse ne vaux rien. Elle s'est trouvée une famille, des gens qui tiennent à elle et a qui elle tiens. Elle s'est stabilisée, elle a un vie stable.
Et ma présence ne pourrait être bénéfique pour elle. Je suis trop touchée, trop frappée par la folie pour que je puisse encore rester à ses cotés. Elle est heureuse.
Je n'apporterais que la destruction à sa vie paisible.

Je me suis donc éloignée, le cœur brisée mais avec un sourire aux lèvres et... J'ai essayer de trouver ma nouvelle voie, j'ai essayer de continuer à avancer mais... Rien.
Le monde des ninja n'était pas faire pour moi, le monde réel n'étais pas prêt pour moi, Ajira... N'était qu'une distraction.
Finalement, il ne me restait qu'une chose à faire : mettre un terme à mon passé, ma mère et Kantei.

Je devais en finir avec elles, ce que j'ai fait, le plus calmement possible.

Je savait que la mort de deux habitantes allait vite être découvert, c'est pour cela que j'ai décider de fuir, de m'échapper et, peut être, me reconstruire une fois libre. Mais j'ai sous-estimé les ninjas de Kiri ont dirait car en moins de temps qu'il en faut pour le dire, je fut rattrapée et capturée, puis jugée, là où j'en ait profiter pour envoyer chier les personnes présente, avant d'être reconnue coupable et condamnée à la perpétuité.

Une sentence qui me convenait, peut être, au moins, trouverais je la paix ainsi.

Je jette un regard à la porte de ma cellule qui viens de se fermer, avant de poser mon regard dans ma cellule nue, grise, sans fenêtre, et je sourit, avant d'éclater de rire.

Home, Sweet, Home.

Adieu, Uzumi.
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un Monde Parfait
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-