Partagez | 
 

 La Source du Mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: La Source du Mal   Ven 26 Mar - 2:42

Petit garçon…

Il ne mesurait pas plus haut que les hanches d’un homme qui avait déjà vécu. Sa peau était un peu plus blanche que celle de ses camarades mais pas assez pour s’arrêter sur ce détail pour le décrire et le marginaliser. Ses cheveux cours étaient aussi noir que la nuit, ils surplombaient un visage angélique encore pur et vierge de tout ennui. Son regard d’ébène était pétillant, le soleil semblait naître de ses yeux pourtant si sombres. C’était un paradoxe qui ne s’expliquait pas chez les jeunes enfants. Il était habillé d’un pantalon gris délavé, poussiéreux et troué par endroit accompagné d’un haut noir des plus simples. Le jeune enfant jouait tranquillement, un ballon au pied, avec d’autres garçons et filles de son âge. Tous criaient dans une cacophonie qui leur était propre, ils gesticulaient dans tous les sens à s’en déboiter les membres. Des nuages de poussières volaient dans certains coins indiquant qu’un des leurs étaient tombés. Certains rigolaient tandis que d’autres fonçaient têtes baissé dans le nuage pour venir s’empaler sur un tas d’homme improvisé. Le vent se leva faisant disparaitre la terre de l’air et ne laissant que les sourires sur les visages crasseux des jeunes enfants.

[ ? ] – Genki ! Genki !

Doucement, la masse d’enfant qui s’était agglutinée les uns sur les autres perdit en volume. Les visages se perdirent dans quelques grimaces étranges tandis qu’un seul souriait tout en se relevant difficilement. Il tituba quelques instants comme si l’alcool coulait dans ses veines, mais il reprit rapidement ses esprits en voyant celle qui l’appelait d’une voix douce et mielleuse. La femme se portait dignement, telle une aristocrate, mais il n’y avait aucune pointe d’arrogance dans sa tenue. Elle souriait pleinement au jeune garçon qui accourait vers elle dévoilant une rangée de dent blanche et soignée. Ses cheveux noirs lui tombaient sur les épaules avec grâce et souplesse tandis qu’elle ouvrait les bras pour accueillir le petit boulet de canon qui sauta sur elle. Ses petites mains se resserrèrent autour des cuisses de la jeune femme avec affection. Elle le cajola quelques instants avant de le repousser doucement tout en se mettant à sa hauteur. De sa poche elle prit un petit mouchoir blanc et astiqua le nez du jeune enfant. Celui-ci tira une grimace et tenta de se défaire de l’étreinte dans laquelle il s’était lui-même plongé. La mère ne se laissa pas faire et gagna son combat contre cette vilaine tâche noir.

[ ? ] – On va rentrer ?

Elle sourit à son enfant qui ne lui répondit rien si ce n’est une petite perte de cette lueur qui avait animé ses yeux quelques secondes auparavant. Genki ne parlait pas, ou tout du moins ne parlait plus. Beaucoup pensait que l’enfant prenait un retard mentalement, ou tout simplement que sa mère s’occupait trop de lui. Mais ce n’était pas cela, bien loin de ces simples commérages du voisinage. Elle se redressa attrapant la main de l’enfant et fuyant les regards pesant des autres mamans étant venue chercher leur progéniture. Elle traversa cette foule interrogatrice, comme une accusée se présentant à la cour face à un jury. Elle tenta tout de même de garder une posture droite et fier, non pas pour sa personne mais pour ce petit être qi lui tenait la main avec insouciance. Le visage de Genki était maintenant fermé comme si le fait de rentrer chez lui était la pire épreuve de la journée qu’il allait endurer, comme si sa maison n’était pas le foyer rassurant que chacun possédait.

Il ne fallut pas plus de quelques minutes au petit duo pour arriver devant une petite bâtisse assez banale quoi qu’un peu vieille. Une petite barricade en bois entouré un potager assez bien entretenu. L’herbe était quelque peu défraichi et aurait mérité une petite coupe pour l’été mais cela ne semblait pas être la priorité des occupants. La maison en elle-même paraissait bancale. Un petit porche avait grossièrement été monté autour de l’entrée pour ressembler à un lieu auquel il ne devait pas ressembler. Les planches de bois qui constituaient les murs étaient encore en bon état, leur brillance sous un soleil de feu était la seul chose qui ramenait un peu de gaité alors que la mère et l’enfant avait passé le portique. La jeune femme avait elle aussi un visage fermé et ravagé. Le sourire de la vue de son enfant s’amusant, riant avec les autres semblaient bien loin. Comme si une autre femme avait prit sa place et que rien ne pouvait la faire sourire. Elle inspira profondément et poussa la porte de sa propre demeure avec un petit temps d’hésitation.

Le pas lent, elle avança dans un corridor sombre posant au passage une main protectrice sur le crâne de son enfant. Ce dernier était perdu, son regard n’exprimait plus une seule once de vie comme s’il savait la fatalité qui l’attendait, comme s’il savait qu’aucun dieu ne viendrait l’aider à cet instinct. Il serait seul, et même sa mère ne pourrait rien face à cette furie, face à ce mal qui le rongeait peu à peu. Ses dents vinrent mordre sa mâchoire inférieure avec force et sa petite main se resserra un peu plus dans celle de sa mère. Cette dernière continua à marcher dans le corridor, le souffle lent, elle arriva à l’entrée de la cuisine. Sa main se posa doucement sur le rideau séparant les deux lieux et l’ouvrit timidement. Son cœur fit un bond tendit que la main de son fils vint serrer de plus belle ses doigts. Mais la cuisine était vide.

La mère pressa le pas plus léger et pénétra dans la cuisine se dirigeant vers la table de préparation pour le goûté de son petit homme. Ce dernier semblait avoir retrouvé le sourire. Il lâcha la main de sa mère et prit position à table, attendant avec impatience que cette dernière mette tout en place. Un bol arriva très vite devant lui, mais à sa grande déception il fut vide. Il serra ses mains autour de ce dernier et observa tendrement sa maman sortir les bouteilles de ses jus préférés.
Mais les rayons du soleil ne percent pas les nuages gris. Les pas lourds tambourinant le perron furent le déclic qui rendit au jeune enfant son visage fermé et son regard vide. La porte claqua et en quelques secondes une masse masculine apparut derrière le rideau. Une ombre que connaissait trop bien le petit Genki, une ombre qui le terrorisait. Une main lourde et puissante tira sur ce dernier et laissa apparaître à la lumière du jour son père. Le visage carré, le regard sombre pétillant de méchanceté. Il toisa les deux occupants déjà en place. Son bras lourd pointa la table vide et une voix rauque déchira ses lèvres.

[ ? ] – Putain ! Je rentre et y’a rien à manger ? Tu fous rien de tes journées et t’es pas capable de préparer un truc !

La mère de Genki ne bougeait plus, comme paralysé. Elle savait, elle savait que ce n’était que le début. Le commencement d’une lente descente en enfer. Elle avait vécu cette scène tant de fois qu’elle la connaissait par cœur. Bien évidemment, au début, elle avait tenté d’assouvir ces besoins qu’on lui reprochait. Mais rapidement elle s’était aperçue que cela ne faisait qu’empirer les choses. A défaut du meilleur, elle avait choisi le moins pire, et ce n’était pas pour elle qu’elle avait fait ce choix. Elle déglutit difficilement, car elle savait que maintenant le regard de son mari était posé sur son fils.

[ ? ] – Putain de gamin de clochard ! Tu arrêtes de me regarder avec tes yeux d’ahuri ? J’y crois pas que tu sois mon gosse. Si je ne savais pas que ta mère était aussi courge, je l’aurais soupçonné de s’être fait prendre par un autre.

Genki était ailleurs, il n’écoutait pas ce discours qu’il avait tant entendu. Ses mains se crispaient autour de son bol vide et son regard laissait couler quelques larmes. Cela eut le don d’énerver encore plus son père qui s’approcha de lui le regard fumant. Il attrapa le bol de son fils d’un geste violent et le fit voler à travers la pièce. Genki se mit à trembler sans pour autant bouger.

[ ? ] – Tu vas parler ?!

Le père leva alors une main dans les airs prête à s’abattre sur la joue blanche de son fils. Mais une mère veillant est toujours là pour protéger son fils, pour faire que sa vie soit au service de sa progéniture. Elle aimait Genki, elle l’aimait depuis qu’elle avait vu ses petits yeux noirs la détailler à l’hôpital. Cette petite bouille irrésistible qui avait fait de lui ce qu’elle avait de plus cher en ce monde.

[ ? ] – Tu sais très bien pourquoi il ne parle pas !

Sa voix était tremblante, un mélange de gémissement, de peur et de courage.

[ ? ] – Tout est de ta faute sale ordure !

Le père qui avait alors stoppé son geste au dessus de la tête du garçon tourna un visage déchiré par la rage vers sa femme. Doucement, chaque partie de son corps se mirent à pivoter pour faire face à ce qu’il avait épousé quelques années plutôt. Les sources d’un mariage arrangé, la source du mal. Il sera le poing et décocha une droite dans tête de sa femme. La violence d’un homme face à celle qu’il avait promit de chérir pour le meilleur et pour le pire. La mère fut projetée contre le meuble de cuisine et fit s’écrouler tout le service à vaisselle sur son corps. Le bruit fut assourdissant, et sembla durer une éternité. La jeune finit par apparaître au milieu des assiettes, inconsciente. Genki était toujours assit à table, paralysait de peur et d’effroi. La masse de son père se tourna alors vers lui un sourire sadique sur le visage. Il malaxa son poing tout en s’approchant de l’enfant qui le regarda d’un signe interrogateur, le supplice de l’incompréhension.

La main percuta la joue.

C’était une journée ordinaire pour cette famille de Konoha, pour cette famille Uchiha.

MessageSujet: Re: La Source du Mal   Mar 27 Avr - 21:11

Le mal n'apparaît pas sans avoir déjà quelques racines.

Le Domaine du Cygne, lieu des grands hommes, résidence de l'orgueil de tout un clan et vitrine d'un nom. Tout du moins, c'était ce que pensait Kenji. Il ne connaissait pas son passé, il ne savait pas s'il méritait d'être ici, s'il avait eu de prêt ou de loin une quelconque affiliation à cette terre. Mais aujourd'hui il y était considéré avec importance, une stature qu'il avait acquis de façon non mérité au début mais qui par la force de ses actes fût légitimé. Il était l'oiseau blanc fait de noir. Un étrange paradoxe qui allait avec sa personnalité tout aussi mystérieuse et insaisissable. Il était assis face à son bureau, dans la chambre qui était la sienne. Ses pupilles noires se posaient tour à tour sur de multiples parchemins. Certains paraissaient récents, d'autres étaient ternis par les années. Des mentions interdites trônaient sur l'un d'eux et inspiraient le jeune garçon qui tenait d'une main le parchemin et une plume de l'autre. Des bribes d'informations s'accumulaient comme une recherche sans réel objectif, sans savoir où aller.

Le chakra de l'Uchiha était celui de la haine, de la force et de la colère. Des émotions assez lointaines de sa personnalité, des sentiments qu'il n'éprouvait que très rarement et dans des cas de force majeur. C'était cette description même de la couleur de son chakra qui avait attisé sa curiosité. Il avait fait le tour de la bibliothèque de Konoha, de celle du clan et même de celle de Takeshi pour y trouver tous les ouvrages ou bout de papier parlant de cette violence naissante dans son âme. Il voulait comprendre, assimiler le pourquoi d'une chose qui semblait inexplicable.

Trois coups à la porte lui firent redresser la tête de ses recherches. Sa main vint flirter avec ses cheveux tandis que l'ombre de Takeshi se dessinait face à lui. Le patriarche arborait une expression assez neutre tout en pénétrant dans la chambre tout aussi austère de Kenji. Il jeta un rapide coup d'œil au document de son élève avant de prendre position face à la grande baie vitrée. Son regard se perdit en direction des cygnes du domaine. Le chuunin se redressa légèrement sur sa chaise mais ne tourna pas la tête en direction du vieil homme. Il ratura une ligne qu'il venait d'écrire tout en parlant d'une voix des plus détachée.

[Kenji] - Vous souhaitez quelque chose Takeshi sama ?

L'Uchiha trempa sa plume dans l'encrier et continua à écrire quelques lignes avant que Takeshi ne prennent la décision de lui répondre. Sa voix était assortie d'un petit sourire que Kenji devina.

[Takeshi] - Fais moi gentiment disparaître ce ton sarcastique de ta voix Kenji.

La plume se souleva de quelques millimètres du parchemin durant une micro seconde avant de reprendre naturellement son chemin.

[Kenji] - Je travail.

[Takeshi] - Les sceaux violets encore et toujours... Tu suis une voix dangereuse où de nombreux ninja se sont perdus.

Kenji esquissa un petit sourire et se leva de sa chaise tout en fixant Takeshi.

[Kenji] - Vouloir comprendre est le bien de chaque homme.

[Takeshi] - Tu devrais parler avec Hiryuu Gesshoku, il est un spécialiste de cette branche.

[Kenji] - Je préfère ne pas trop ébruité mes recherches...

Takeshi resta assez froid durant la conversation. Il s'approcha doucement du bureau du jeune garçon et prit le parchemin remplit de note de ce dernier. Il prit le temps de le lire avec sérieux avant de le reposer.

[Takeshi] - Je vois, tu as raison.

Le patriarche prit alors la direction de la sortie sans un mot. Kenji reprit position face à son bureau et recommença sa lecture. Il cherchait à faire quelque chose d'unique, quelque chose de fort. Cette émotion de haine, de force, il voulait la concentrer en un seul sceau. Réussir à intégrer ce chakra si violent dans une seule marque pour la rendre plus fort. Cette idée lui était venu à force de s'entraîner où il devait à chaque fois se concentrer pour utiliser son énergie spirituelle avec précision. Faire quelque chose de petit mais puissant comme l'Orbe bleue.

On frappa à nouveau à sa porte, Kenji laissa apparaitre une moue légèrement agacée sur son visage avant de redevenir neutre tandis qu'une jeune fille s'avançait dans sa chambre. Il poussa discrètement ses écrits d'un geste de la main pour que Laly ne puisse les voir. Après ce petit tour de passe-passe, il se posa enfin la question.

[Kenji] - Que fais-tu ici ?

La jeune fille était en tenue d'entrainement. Elle arborait toujours cet étrange sourire à la limite de la mesquinerie sur son visage. Sa chevelure sombre entourait sa face angélique pendant que ses pupilles perçaient l'âme de Kenji. Elle s'avança vers lui avec souplesse feintant une danseuse étoile.

[Laly] - Tu te fais si connu, qu'une simple shinobi comme moi n'a pas le droit de prendre de tes nouvelles ?

Kenji resta froid. Il n'avait jamais été réellement ami avec la disciple de Sayuri. Il savait que cette dernière était encore plus fausse qu'un ennemi sur le champ de batail. C'était pour cela, que de la voir dans sa chambre en ce début de soirée, était véritablement complexe. Il se redressa de sa chaise tout en soutenant le regarde de Laly. Il ne lui répondit cependant pas ce qui vexa légèrement la fille.

[Laly] - J'ai besoin de toi pour mon entrainement.

Kenji resta neutre. Il n'avait pas du tout l'intention d'aider la jeune fille, principalement car il était déjà entrain de faire certaines recherches pour son compte. Il voyait les morceaux de parchemin qui l'attendait sur son bureau.

[Kenji] - Je n'ais pas de temps à t'accorder.

Lalyu parut outrée.

[Laly] - Mais...

Sa prhase fut coupée par l'entrée dans la chambre d’un autre protagoniste. Kenji se maudit de ne pas avoir fait installé de verrou sur sa porte tout en observant Shiori avancer vers Laly. Elle souri à la jeune fille tout en tuant du regard son fils adoptif. Elle le pointa du doigt avec un aspect désobligeant.

[Shiori] - Laly n'a-t-elle pas donné de sa personne pour que tu maîtrises le Genjutsu monsieur l'égoïste ?

Ses paroles étaient emplies de reproche à l'égard de Kenji tandis que Laly affichait un sourire narquois qu'elle maîtrisait à la perfection depuis de nombreuses années. Le chuunin resta froid face aux deux femmes qui lui faisaient face. Il était très difficile de résister à la force féminine. C'est pour cela qu'il prit la direction de sa commode et en sorti une veste pour se préparer à sortir. Une chose était sûre, s'il voulait continuer ses recherches et améliorer sa maîtrise des sceaux il lui faudrait un endroit plus calme pour travailler. Sa chambre était un vrai moulin ouvert à tous.

MessageSujet: Re: La Source du Mal   Lun 3 Mai - 19:11

L'entrainement avec Laly fut long et laborieux. Il ne savait pour quelle raison la jeune fille avait eut autant de difficulté à se concentrer et à assimiler les leçons que lui avait donné l'Uchiha. Mais c'était maintenant une chose passée. Il avait perdu tout un après-midi pour la petite protégée de Sayuri mais étrangement il ne le regrettait pas. Comme le lui avait fait remarquer Shiori il avait ainsi payé ses dettes passées, et peut-être que dans un avenir assez proche il aurait besoin de la jeune fille. Ce n'était finalement du temps perdu que pour ses recherches, pour ses ambitions ce n'était qu'une après-midi banale.

Le soleil avait déjà bien amorçé sa descente des cieux pour venir retrouver le lit des montagnes et les nuages comme coussins. Il changeait de couleur doucement, passant d'un jaune virulant à un orangé calme et apaisant. Une chaleur presque lyrique venait enivrer les corps en cette fin d'après-midi. Les arbres perdaient de leur splandeur pour gagner en mystère. Quelques animaux commençaient à sortir la tête des bois pour se préparer à se promener sous le manteau de la nuit.

Kenji déambulait dans le quartier Uchiha. Il avait un but bien précis et pourtant assez flou. Il voulait trouver un lieu de travail. Il possédait déjà de nombreux terrains d'entrainements et sa chambre était l'endroit où il aimait se poser pour étudier. Mais il lui manquait un lieu où il pourrait faire ce qu'il souhaitait en toute sécurité. Il vagabondait alors dans le quartier, observant des endroits qu'il connaissait déjà sur le bout des doigts, découvrant d'autres ruelles auxquelles il n'avait pas fait attention. Une voix bourrue le tira de ses observations tandis qu'il passait devant la grande forge du clan. Il tourna la tête et vit sans stupeur Korenaga sur le pas de sa porte. Il arborait encore son tablier de travail et semblait tout juste avoir fini sa journée de labeur. Il adressa un sourire à Kenji. Korenaga aimait bien le jeune garçon sans trop savoir pourquoi. Il s'était mit à croire que c'était parcequ'il était différent de Takeshi.

[Korenaga] - Alors Kenji ! C'est bien une première de te voir vagabonder comme cela !

[Kenji] - Je ne vagabonde pas Korenaga.

Korenaga rigola et s'avança en direction de Kenji la démarche lourde.

[Korenaga] - Que fais-tu alors mon garçon ?

[Kenji] - J'ai un rendez-vous avec Akitoki.

Le jeune garçon mentit. Il n'avait pas envie de déclarer haut et fort tous ses projets. Même si le vieux forgeron n'en dirait rien à personne, au coin d'une table, à l'auberge après quelques verres il aurait été facile de dire que Kenji cherchait à travailler seul. Cela aurait attiré des curiosités que le chuunin voulait éviter. Il fixa alors Korenaga de manière neutre tandis que ce dernier tira une grimace à l'entente du nom du délégué du conseil Uchiha.

[Korenaga] - Tu vas te perdre en politique ?

Kenji esquissa un sourire.

[Kenji] - Je vais être en retard.

[Korenaga] - Va alors. Quand tu auras du temps libre j'ai reçu de nouvelles armures qui pourrait t'interesser.

Kenji acquiesça d'un signe de tête et partit en saluant une dernière fois le forgeron. Le soleil continua à descendre doucement dans le ciel tandis que le chuunin continuait son périple. Il salua encore de nombreuse connaissance du Domaine du Cygne qui venait lui serrer la main. Il ne refusait pas ce jeu même car inconsciemment il aimait être reconnu. Une dizaine d'aspirant du Cygne arrivèrent en courant autour de lui. Ils venaient tous de sortir de l'académie et rentraient chez eux après une journée d'étude. Mais en voyant Kenji, la plus part avaient rebroussé chemin. Le chuunin ressemblait à un arbre au milieu de nombreux brins d'herbe qui ne cessait de gesticuler. Il en connaissait quelques uns mais la plus part était venu juste à l'écoute du nom du garçon.

[Chibana] - Kenji ! Devine ce que j'ai appris aujourd'hui !

Kenji reconnu fille, la fille d'une des nombreuses familles shinobi vivant dans le Domaine de l'oiseau blanc. Il n'eut besoin de répondre à la question de cette dernière qu'un bushin apparût soudainement devant lui. Il était très bien retranscrit et montrait les talents de l'aspirante. Les autres montrant tout l'orgueil du Cygne firent de même et Kenji fût finalement entouré du double d'enfant. Il esquissa un petit sourire avant de reprendre son sérieux.

[Kenji] - Continuez comme ça et faites honneur au clan.

Les enfants comme revigorés des paroles du chuunin bombèrent le torse tous ensemble et répondirent un "oui" puissant, tous en cœur. Un nuage de fumée apparût rapidement autour de Kenji tandis que les enfants disparaissaient pour rentrer chez eux. Kenji expira doucement tout en les observant. Ils étaient jeune et fier, mais bien moins prétentieux que lui à l'époque. Mais ce n'était pas à ce moment là de la vie que leur confiance en eux devait être au maximum, c'était plus tard, bien plus tard.

La nuit était tombée. Quelques étoiles étaient apparues dans le ciel, mais c'était encore trop tôt pour véritablement parler d'une nuit étoilée. La lune se cachait derrière quelques nuages, sortant de temps à autre pour éclairer le chemin de Kenji. Ce dernier c'était retrouvé dans le Domaine du Tigre. Il savait qu'il n'était pas en terrain conquit mais qu'il y était apprécié. Pour preuve, les quelques habitants l'ayant croisés l'avait salué sans méchanceté. Il sentit une étrange brise venir lui caresser doucement la nuque, cassant l'harmonie chaleureuse du début de soirée. C'était étrange, il remonté alors doucement le col de sa veste observant de ses pupilles noires les alentours. Il n'avait toujours pas trouvé ce qu'il cherchait. Il avait non seulement était accosté toute la soirée par des individus qu'il connaissait ou non, mais à chaque lieu qui pouvait convenir à ses recherches il avait dû faire face à des problèmes multiples. Trop proche d'un lieu public, trop de bruit aux alentours, ou encore trop connu. Il espérait trouver peut-être ce qu'il cherchait chez les Tigres qui était assez discipliné pour le laisser en paix.

Mais cela ne devait pas être la journée pour. Un kunai jaillit de la nuit ne laissant apparaître sur le visage de Kenji que la lueur du métal dans ses yeux noirs. Il vint se planter à ses pieds comme un avertissement. L'Uchiha s'arrêta scrutant l'horizon sans réussir à percer la nuit, telle la lune se perdant derrière les nuages. Une voix féminine résonna alors dans une ruelle sur sa droite. Elle était forte et légèrement froide, Kenji ne la reconnaissait pas.

[ ? ] - Que fais-tu ici étranger ?

Kenji ne répondit pas. Il activa doucement ses pupilles rouges, laissant son regard rubis balayer la ruelle. D'un bond, la voix féminine se posta devant lui, le visage couvert d'un large sourire. Kenji reconnu immédiatement celle qui avait transformé sa voix pour l'occasion. Kuzako se dressait devant lui. Elle lui fit un clin d'œil tout en ramassant son kunai. Sa voix redevint normale tandis qu'elle s'adressait au jeune garçon.

[Kuzako] - Tu ne réponds pas à tes agresseurs maintenant ?

Elle lui sourit et continua.

[Kuzako] - Tu te permets une balade nocturne ?

[Kenji] - On peut dire ça.

[Kuzako] - Permet moi de faire quelques pas avec toi.

Kenji se passa doucement une main dans sa chevelure sombre et se baissa pour ramasser l'arme de la tigresse en chef. Il la lui rendit en esquissant un petit sourire.

[Kenji] - J'en serais honoré.

Il ne fallait pas oublier qu'il était un simple chuunin avec certes une place spéciale dans le clan, mais c'était un shinobi sans aucun poids politique. Il avait en face de lui la patronne du Domaine du Tigre. Et même si cette dernière était loin des faits politiques des Uchiha, et qu'elle restait alliée à Kenji, il ne devait pas oublier d'où il venait. Ils partirent alors tous deux dans les ruelles du Domaine du Tigre.

[Kenji] - Les gens vont se mettre à penser de drôle de chose en nous voyant ainsi à une heure si tardive.

[Kuzako] - Voyons Kenji, tu es trop jeune pour moi.

Elle sourit au garçon et continua.

[Kuzako] - J'aimerais bien savoir ce que tu fais dans mon domaine tout de même.

[Kenji] - Je cherchais un peu de tranquillité, chose assez difficile je trouve.

Kuzako éclata de rire. Kenji ne la comprenait pas vraiment, mais elle se reprit rapidement pour prendre une mine plus sérieuse.

[Kuzako] - Kenji, tu côtoies une de mes élèves et je te connais assez pour dire que tu aimes ça. Tu aimes être dérangé et qu'on flatte ton égaux, d'ailleurs ça sera ton point faible plus tard.

Kenji fronça les sourcils.

[Kenji] - Si vous croyez que lors d'une mission les paroles d'un ennemi peuvent me toucher...

Kuzako lui coupa la parole d'un geste de la main.

[Kuzako] - Je ne parlais pas de mission. Tu es aimé dans ton Domaine Kenji, tu es certes jeune mais tu es mature et responsable, n'as-tu jamais envisagé de prendre la suite de Takeshi ?

Kenji s'arrêta net observant Kuzako comme on observe un serpent. Deux choix s'offraient à lui. Il pouvait penser qu'elle tentait de le manipuler pour faire tomber le Cygne, ou croire en la bonne fois de la Tigresse qui souhaitait l'aider pour son avenir. Il ne savait pas quoi réellement penser à cet instant et resta sans voix. Pour l'une des rares fois de sa vie, son visage était à découvert et on pouvait lire dessus comme dans un livre. Kuzako en prit note et continua alors.

[Kuzako] - Tu as le respect du Cygne, et le Tigre t'apprécie. Je ne te dis pas d'aller...

Kenji coupa furieusement la parole à Kuzako.

[Kenji] - Je crois que j'en ais assez entendu pour ce soir. A bientôt Kuzako.

Un nuage de fumée remplaça la silhouette de Kenji tandis qu'il se téléportait loin de la chef du Domaine. Elle n'avait pas de mauvaise intention à l'égard du chuunin. Mais elle savait qu'il n'avancerait pas tant qu'il resterait dans l'ombre de son maître. Sa légitimité se gagnait un peu plus chaque jour et elle voyait en lui un vrai leader pour les Uchiha, et non pas un leader de Domaine. Bien entendu, s'il se venait à se savoir qu'elle parlait de cela avec Kenji, tout se finirait très mal. Elle expira longuement avant de poser les yeux en direction du Domaine du Cygne.

[Kuzako] - Tu as ton avenir entre tes mains Kenji, réfléchis-y.

MessageSujet: Re: La Source du Mal   Jeu 6 Mai - 1:02

Misa était une jeune fille qui avait quitté l'adolescence pleine d'ambition. Elle portait fièrement ses lunettes de vue qui allait bien avec sa profession. Une blouse blanche entourait ses formes assez généreuses pour la fin de ses vingt ans. Une chevelure d'un noir jais entourait son visage fin et donnait encore plus de puissance à ses pupilles d'ébènes. Elle souriait facilement ce qui illuminait son visage pourtant entouré d'obscurité. Un petit badge qui trônait fièrement sur la poche de son sein gauche indiqué qu'elle était une sorte de docteur. Une sorte, car elle ne soignait pas les gens. Elle était docteur en recherche. Ses études poussées l'avaient obligé à se spécialiser et elle avait finalement choisie d'être celle qui serait sans doute incontournable dans les années avenir dans l'art de manipulation des sceaux. Quelque chose au fond d'elle en faisait quelqu'un de spécial, l'essence de son chakra. Elle n'avait pas d'affinité, que cela soit avec la nature ou avec les émotions. Certains disaient qu'elle n'excellait alors en rien, tandis que d'autres pensaient le contraire.

Mais cela restait l'un des grands mystères que Misa n'avait jamais résolu. Elle était tranquillement assise au centre d'une grande salle. Un bureau de bois massif trônait fièrement devant elle et lui permettait d'étaler à son gré des documents multiples. Dans cette atmosphère studieuse, se trouvait dans son dos une grande bibliothèque qui prenant tout un pan de mur. Une lumière assez neutre au plafond permettait de voir qu'aucun vide n'existait entre les ouvrages, ils devaient y en avoir presque mille. Deux chaises étaient aussi présentes devant le bureau pour recevoir les potentiels visiteurs. Ceux qui avaient des demandes spéciales ou qui voulaient simplement lui donner le bonjour pouvaient se présenter à elle quand ils le souhaitaient. Le reste de la pièce était assez vide, quelques tableaux abstraits sur les murs et une grande fenêtre étaient présent. Cette dernière était fermée, un rideau rouge foncé la recouvrant. Dans le coin de la pièce, on pouvait tout de même apercevoir un buste connu, et apprécié par de nombreux individus. Le buste de Kosuke Uchiha. Ce dernier était souvent remis en cause, car peu avait réellement vu le fondateur du clan Uchiha, alors de là à en créer son image.

Misa n'en avait que faire, elle le trouvait imposant dans son bureau et appréciait cela. Elle n'avait pas d'assistant ses origines l'en empêchait inconsciemment. Misa venait du Domaine du Loup, solitaire, intelligent mais distant. C'était de cette partie là du quartier Uchiha que ressortait le plus de chercheur et médecin. Les plus simples d'esprits diraient que c'est à cause de la description de ce dernier, mais la source était ailleurs. Le Loup était dirigé par Shoutâ, chef assez énigmatique qui ne voulait pas s'empêtrer dans les problèmes politiques. Il entretenait tout de même de bonne relation avec le Domaine du Tigre qui venait tout juste d'être pris en tête par Kuzako Uchiha. Une jeune femme que Shoutâ appréciait par sa maîtrise des relations humaines. Misa était proche de Shoutâ, assez pour savoir que lorsque les jours trop vieillissant du maître se feraient sentir, elle prendrait la relève. C'était écrit.

Mais pour le moment, elle avait d'autres ambitions. Elle se leva de son bureau avec souplesse et se rendit près de sa bibliothèque. La tête légèrement courbée elle observa les livres un à un, récitant dans sa tête les titres qui apparaissaient devant elle. Un ouvrage assez banal attira un peu plus son attention, sa main gauche se leva avec souplesse et l'attrapa. Un bruit sourd se fit alors entendre. Dans un sourire Misa recula de plusieurs pas.

Le mur de la bibliothèque se scinda en deux. La fissure grandit dans un bruit étrangement étouffé laissant apparaître un trou obscur devant la jeune Uchiha. Elle se glissa entre les pans du mur et frappa deux fois dans ses mains. Le bruit du claquement eut pour effet d'illuminer la pièce avec force et vigueur. Elle cligna plusieurs fois des yeux pour s'habituer à ce changement et balaya la pièce comme cherchant quelque chose.

Cette dernière était plus petite que la précédente et ne comportait que des livres et parchemins. Les murs n'existaient plus et étaient remplacés par ces derniers. La plupart des ouvrages étaient anciens ou tout simplement interdits au public. Elle y avait eu accès mais en contrepartie elle devait bien les cacher pour ne pas qu'ils tombent trop facilement entre les mains d'individus mal intentionnées. Elle visa le mur de droite et y attrapa un bout de parchemin jauni par le temps. Elle rebroussa chemin, claquant à nouveau des mains et laissant les portes de cette chambre secrète se refermer derrière elle pour aller s'installer à nouveau à son bureau.


***


Quelques mois passèrent et le chef du Domaine du Loup mourut. Les années de vieillesses avaient eut raison de sa ténacité. Sa succession apparut alors comme une évidence, que cela soit pour le Domaine du Loup, pour le conseil Uchiha ou encore pour Takeshi Uchiha. Chacun voyait dans son intérêt de nommer Misa Uchiha comme chef du Domaine. La population de ce dernier avait toujours aimé cette enfant du pays. Son caractère fort et son intelligence tout cela assemblé à un art de la rhétorique qui n'était plus à prouver faisaient d'elle un leader incontesté. Le conseil Uchiha n'aimait que très peu la vacance du pouvoir, à force cela pouvait entraîner des soulèvements du peuple. Le fait qu'un successeur qui convienne au Domaine soit déjà présent leur facilita la tâche et le conseil s'empressa d'accepter la jeune fille. Takeshi y voyait plus de son intérêt. Pour lui c'était une femme qui n'avait pratiqué que très peu les arts ninjas et qui lui serait alors facilement manipulable.

Le jour de la grande cérémonie arriva. Les cinq chefs de Domaine en activité étaient présents dans le dôme de pierre. Ce lieu qui abritait habituellement la cérémonie de l'hégémonie des pupilles d'un Uchiha était aujourd'hui la source du pouvoir de la jeune Louve. Quelques membres du conseil Uchiha étaient aussi présents, observant Takeshi s'approcher de la femme pour lui remettre les commandes du Domaine du Loup. Elle accepta les rennes de cette affaire et se redressa fièrement.

Takeshi esquissa un petit sourire, les jeux étaient fait pour lui, tout du moins il le croyait. Misa remit ses lunettes en place tout en s'avançant vers Kuzako. Elle s'arrêta quelques secondes devant la Tigresse en chef et lui adressa un sourire qui signifiait beaucoup de chose pour tous les membres présents dans l'assemblée. Takeshi ferma alors toute expression sur son visage tandis que Shinzei éclatait de rire intérieurement. Misa, elle, ne faisait que respecter les volontés de son prédécesseur et gardait intact les bonnes relations déjà établies par le passé.

[Takeshi] - Les choix se payent un jour au l'autre... Murmura le chef Uchiha.

Shinzei tout prés entendit ces quelques mots et glissa sournoisement.

[Shinzei] - Tout ne se passe pas comme tu l'avais prévu Takeshi ?

MessageSujet: Re: La Source du Mal   Mer 2 Juin - 3:00

Ma tête n’est que confusion, un état d’esprit qui m’entoure depuis ma tendre jeunesse. Je ne cesse de refouler ce qui m’entoure pour me protéger, je ne cesse de refouler ce qui me ronge de l’intérieur pour ne rien laisser transparaître. Mais je ne suis pas celui que l’on croit. Je guette le jour où je trouverais un sens à ma vie, le jour où enfin mon passé ne serait plus un poids, où mon futur serait éclairé d’un soleil radieux. Mais jusqu’à présent une force, une entité que je ne peux dénommer m’empêche d’atteindre se but et m’enferme dans cet enclos qui n’est fait que de question. Lorsqu’une réponse apparaît enfin, des dizaines de questions naissent pour venir fortifier la barrière qui m’entoure. J’ai beau regarder autour de moi, je ne vois qu’un monde qui semble si loin de moi. Alors je m’accroche à la seul chose que je possède vraiment, tout du moins que je crois possédait vraiment. Un nom. Je suis Uchiha, mes yeux sont là pour me rappeler qui je suis. Je vis pour la seule chose qui me fait me sentir vivant, ce statut. Le Geneki est depuis longtemps, s’il réapparaissait aujourd’hui, il serait suivit d’une flaque de sang coulant le long d’un bras écorché.

Aujourd’hui, je me rends compte que la seule chose concrète à laquelle je peux me fier est mon nom, le clan. Car sans cela, je ne suis rien. Mon esprit ne l’avouera jamais à mon être mais je ne supporterais pas de vivre dans l’ombre. Mon cœur n’est pas aussi noir que ce qu’il peut laisser paraître. Pourtant, il tente par tous les moyens de jouer ce rôle avec froideur. Mais le véritable mal qui me hante, cette émotion trop longtemps refoulé n’est pas méchante. C’est une haine, il faut l’avouer, une colère mais qui n’était que pure incompréhension à la base. La source de ce mal n’est autre que cette confusion trop longtemps alimenté par un maître en la matière. La confusion à créé cette poche d’émotion, intense, et sévère qui grandît avec l’ardeur d’un feu de volcan à l’intérieur de mon corps. Maintenant je comprends, j’assimile ce qui m’entoure pour le rejeter dans une autre vision des choses. Mon regard est neutre, mon esprit distingue le bien du mal et ne voit que des situations similaires.

Le doute trop longtemps conservé a créé l’indignation, qui s’est transformé en colère douce, passive. Paradoxalement, la haine qui hante mon esprit ressurgit par ma froideur. Je le comprends, de mieux en mieux. Je grandis, je m’émancipe et surtout j’ouvre les yeux. Takeshi était un bon mentor, c’est grâce à lui que je suis devenu ce que je suis aujourd’hui. Mais c’est surtout un manipulateur qui n’a eut de cesse de me façonner à sa façon. Maintenant que Kuzako me tient de tels discours je comprends. Ma vision des choses s’est toujours tournée vers le clan, pas ses individus. Mais par conséquence c’était obligé. A vouloir la gloire d’un peuple on s’attire la sympathie de ses composants.

Aujourd’hui, je suis seul dans une foule d’individu. Chacun est animé par un sentiment bien particulier : Ambition, Reconnaissance, Pouvoir. Mais je sais que tous vont apprendre que je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme.

***

La nuit était maintenant bien entamée. Elle fit plisser quelque peu le regard du jeune Uchiha qui posa doucement sur sa chevelure sombre une capuche noire pour éviter de se faire reconnaître. Le reste de l’habit le recouvrit pour le faire disparaître dans la nuit. Les nuages dans le ciel, masquant les étoiles, l’aidèrent à se fondre dans les ruelles du Domaine du Loup…

***

Il y a cinq ans…

[ ? ] – Takeshi tu vas trop loin cette fois-ci !

Le patriarche du clan Uchiha se tenait droit, les bras croisés, devant une table où siégeaient cinq personnes. Son visage ne laissait rien transparaître, si ce n’était un peu d’agacement au son de la voix stridente de celui qui venait de prendre la parole. Il fixa son interlocuteur qui c’était presque levé d’indignation face au chef.

[Takeshi] – Je ne demande pas l’impossible au conseil Uchiha. Il jugea tour à tour les membres de l’assemblée. Ce jeune garçon est des nôtres depuis sa naissance, pourquoi le priver de nos enseignements ? Il est très prometteur et sera la fierté du quartier s’il est bien aiguillé.

Une voix lourde s’éleva de la gauche de la table. L’individu était masqué par une capuche marron, seul une barbe grisonnante était visible. Il avait les bras croisés et respirait avec intensité tout en pesant chacun de ses mots.

[ ? ] – Devons-nous te rappeler les relations que tu entretiens avec ton dernier élève en date aujourd’hui Takeshi ?

Takeshi esquissa un sourire tout en frappant dans ses mains.

[Takeshi] – Un petit différend idéologique, et tout un mode de vie doit être chamboulé ? Ne me dites pas que la sénilité vous guettes déjà ?

La faible lueur de la pièce donnait un aspect presque divin au chef Uchiha qui se tenait debout face à ses interlocuteurs. Il savait que dans tous les cas il avait l’avantage sur le conseil, qu’il aurait le dernier mot. Mais le système voulait qu’il reste poli face à ces anciens. Il gagnerait d’autant plus en légitimité. Mais une petite voix, assez faible et comme sortie de mille ans de sommeil s’éleva juste entre les deux protagonistes qui avait parlé un peu plutôt.

[ ? ] – C’est le fils de Waru…

L’assemblée resta silencieuse sous cette révélation que tous semblaient déjà connaître. Le véritable argument du conseil était alors révélé et Takeshi s’y était attendu car lui-même connaissait la vérité sur ce jeune garçon qu’il avait recueillit quelques jours plutôt dans les ruelles de son domaine. Il prit une posture impériale tout en gardant le sérieux de la situation. Le silence dura encore une longue minute tandis que Takeshi réfléchit patiemment. Il ouvrit finalement ses lèvres.

[Takeshi] – Ce qu’a fait Waru est impardonnable. Genki a souffert tout comme sa mère et lorsqu’elle a fuie avec l’enfant il y a eu du soulagement dans le Domaine Dragon. Tous étaient heureux en quelques sortes qu’elle ait fuies. Le dragon est devenu faible à ce moment là. Certes vous, grand conseil Uchiha, vous siégeait dans ce Domaine fait de tradition. Mais pourquoi avoir fait tant de tabou autour de cette famille ? On voit ce Domaine comme l’embryon fondateur du clan avec ses traditions et le patrimoine qu’il possède avec. Mais il s’est maudit seul en ne réglant pas ses propres problèmes. Aujourd’hui, je propose une renaissance à Genki.

[ ? ] – Menteur ! L’individu du milieu c’était levé de son siège. Sa capuche était retombée sur ses épaules et son regard noir d’Uchiha assassinait Takeshi du regard. Il ne faisait aucun doute qu’il était le plus jeune du conseil et qu’il appartenait au Domaine de ce dernier. Depuis que tu es en place tu surveilles la naissance de tous les enfants du clan pour déceler ceux qui ont le plus de potentiel. Tu souhaites juste récupérer le fils de Waru !

Takeshi secoua la tête malicieusement.

[Takeshi] – Où est la légendaire sagesse du conseil ?

[ ? ] – Minato rassis toi.

[ ? ] – Waru avait obtenu de nombreux passe-droit à l’époque. Beaucoup voyait en lui l’image qui manquait cruellement au Dragon pour exister. Le conseil Uchiha siège dans ce domaine mais ne lui appartient pas. Takeshi sourit faussement à cette affirmation qu’il savait fausse. Ne mélange pas les problèmes Takeshi. La bêtise du père ne coule pas dans les gènes du fils, qui n’a pas de souvenir de ce moment là de sa vie d’après ce que tu nous as raconté. C’est un Uchiha, ne l’oublions pas, il doit donc en recevoir l’enseignement. Le fait qu’il ait atterrit dans le Cygne peut nous permettre de mettre un terme final à toute cette histoire passée.

[Minato] – Il voudra forcément connaître son passé un jour, et s’il a un potentiel aussi important pour que Takeshi le prenne sous son aile. Il grimaça en faisant cette remarque. Cela n’en sera que plus dangereux plus tard.

[ ? ] – Je ne vois alors qu’une solution. Takeshi tu peux former Genki, mais il ne devra jamais connaître son passé. Il sera à partir d’aujourd’hui un Uchiha du Cygne comme s’il l’était depuis toujours.

Cette décision finale arrangeait tout le monde. Le conseil se lavait de ses erreurs passées, le Dragon continuait de penser que Genki et sa mère vivaient des jours heureux en dehors de Konoha et Takeshi… Ce dernier venait de trouver celui qui lui apporterait encore plus de poids dans le clan, mais ce nouveau pouvoir engendrerait bien des conséquences qu’il ne prévoyait pas encore.

***

Quelques jours passèrent. Le conseil savait pertinemment qu’il venait de donner un poids très important à un Domaine qui en avait déjà beaucoup. Le Cygne était derrière son chef qui était un vrai politicien avec toutes les qualités de ce dernier et tous les défauts. Il fallait que le conseil garde sa crédibilité et une certaine main mise sur le clan. Il n’avait d’autre choix que de renforcer le Domaine du Tigre. En effet, le Domaine de la Vipère et du Loup n’était que trop mineur. S’il avantageait celui du Dragon où il siégeait, on crierait au favoritisme. Il restait alors le Lion, mais leur donner un brin de pouvoir c’était comme ouvrir l’écorce d’un volcan pour qu’il explose. La guerre avec le Cygne reprendrait alors de plus belle. Le Tigre était la seule alternative crédible. C’était pour cela que Kuzako avait prit la place de Takeshi devant le conseil qui était dans les mêmes dispositions que quelques jours auparavant.

[? ] – Tu dois te demander pourquoi nous t'avons fait venir Kuzako en vertu du fait que tu ne prêtes guères attention à la politique du clan ?

Elle jaugea chacun des membres, même si elle n'en voyait pas les visages des membres du conseil.

[Kuzako] - C'est encore une question à éclaircir, mais je pense que nous sommes là pour ça.

Le plus vieux soupira légèrement avant de prendre la parole.

[ ? ] – Takeshi a un nouveau disciple.

Il fut suivit d’un autre membre qui apporta quelques précisions.

[ ? ] – C’est Genki…

[Kuzako] – Genki ? Il est au village ?

[ ? ] – En effet. Il a rencontré Takeshi il y a peu et ce dernier a tout de suite reconnu la nature du chakra du jeune garçon. Il se fait appeler Kenji et semble ne pas connaître son passé.

[ ? ] – Cette histoire soulève de nombreuses questions, mais nous ne pouvons avoir de réponse malheureusement. Pour le moment, nous essayons de faire que les histoires passées ne ressurgissent pas.

[ ? ] – Takeshi est venu nous demander le droit de former le fils de Waru et nous avons accepté.

Le conseil resta silencieux, observant avec attention la réaction de la jeune Tigresse face aux nouvelles qu’elle venait d’apprendre. Elle semblait légèrement agacée et une expression ironique naquit sur son visage. Elle fixa la dernière capuche qui venait de lui parler.

[Kuzako] – Après Shinzei ? Quel âge a Genki... Douze ans ? Il a TOUT à apprendre.

[ ? ] – Et il apprendra bien avec Takeshi. Mais il ne faut pas oublier que son père représentait beaucoup pour le Dragon. Si la nouvelle venait à se savoir, certains penserait que Genki pourrait prendre la relève.

[ ? ] – Nous voulons faire oublier toute cette histoire un maximum.

[Minato] – Mais nous payons un cher tribu à cela en donnant beaucoup de poids à Takeshi.

[ ? ] – Il faut garder un certain équilibre, le Loup et la Vipère sont trop faibles, le Dragon n'a pas d'image à qui se référer. Et donner des pouvoirs à Shinzei signifierait déclarer ouvertement la guerre entre Cygne et Lion.

[ ? ] – Parle nous un peu de Taka Uchiha.

[Kuzako] – Taka ? Elle est jeune et assidue. Kiyouji aime lui faire croire qu'elle est faible mais tout indique qu'elle a une longueur d'avance sur n'importe quel Genin de son âge... Elle s'arrête un instant. Pourquoi un rapport sur Taka ?

Le plus vieux de la compagnie prit une voix stricte et tranchante à l’égard de la jeune femme.

[ ? ] – Ne fais pas l’ignorante Kuzako.

[Kuzako] – Dites moi ce que vous comptez faire... Je vous dirai si c'est envisageable. Elle est jeune et sa docilité pourrait être autant un avantage qu'un inconvénient.

[Minato] – Takeshi ne se trompe jamais sur le potentiel de ses élèves, Shinzei en est l'exemple type. Cela laisse penser à ce qu'il va faire de Genki.
[ ? ] – On ne peut laisser faire cela sans un contrôle. Le Tigre doit aussi former une shinobi pour équilibrer les forces en présence.

Sur ces paroles, Kuzako sembla s’emporter.

[Kuzako] – Le Tigre ne doit rien du tout... Le Tigre est votre seule option, voilà tout, sinon je suis sûre que vous vous seriez tournés ailleurs.

Elle semblait avoir perdu de vue les personnes qui étaient assises en face d’elle. La jeune chef du Domaine du Tigre parlait au conseil comme à de vulgaire shinobi. Minato, qui n’était pas le chef de ce conseil, mais l’un des portes paroles rattrapa rapidement la situation d’un ton froid et sec.

[Minato] – N'oublies pas à qui tu t'adresses Kuzako. Nous œuvrons pour le bien du clan et tu as trop longtemps laissé de côté tes obligations politiques envers le conseil.

Kuzako reprit alors la parole plus calmement.

[Kuzako] – Au premier abord, Taka n'est pas le genre de personne que l'on remarque ou à qui l'on s'en remet. De ce que j'ai vu, elle impose sa personne avec le temps. Comme son attitude, la nécessité de sa présence dans un groupe s'installe lentement. Elle a bon fond, c'est ce qui fait que tous finissent par l'apprécier, mais ça ne l'empêche pas d'agir en tant que cette apprentie kunoichi qu'elle est.

[ ? ] – Cela sera parfait. Une personne que Takeshi ne prendra pas forcément au sérieux...

[ ? ] – Et qui sera là en cas de problème.

L’extrémiste de gauche reprit la parole d’une voix rauque pour mettre fin au débat.

[ ? ] – Tu devras entrainer Taka Uchiha dans l'optique de contrer la puissance de Genki Uchiha.
[Minato] – Taka Uchiha est ta nouvelle disciple officielle Kuzako et le conseil n'acceptera pas de réponse négative.

Kuzako esquissa un petit sourire avant de reprendre un peu plus de gaieté sur son visage. Elle soupira faussement une dernière phrase pour le conseil.

[Kuzako] – Elle le serait devenue de toute façon... un peu plus tard.

[Minato] – Tu peux disposer.

MessageSujet: Re: La Source du Mal   Ven 4 Fév - 16:59

    Kenji ( Niveau 26 )
    : +50% Bonus Inclus
    : +90 XP

    : Une petite plongée dans les relations tortueuses entre Domaines Uchiha. J'avoue avoir été assez surpris par cette session. C'était plaisant à lire, beau travail =)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La Source du Mal   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le pois congo : source de protéines et de devises
» [Code Source] Code Source
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)
» une source "valable" ?
» Petite patrouille avec mes mentors[Pv Source aux Petits Poisson et Lac de Givre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-