Partagez | 
 

 [Mission de rang D] Frottons, Ice Queen ! [Avec Uzu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Mission de rang D] Frottons, Ice Queen ! [Avec Uzu]   Mar 6 Avr - 0:00

    Aujourd'hui, nous ne commencerons pas par l'habituel refrain, ainsi, passons sous silence le réveil difficile de Kyuno ; un tel récit n'ayant pour effet qu'une terrible prise de pitié de la part du lecteur – et surtout, cela étant, avouons le sincèrement, incommensurablement chiant -, orientons nous directement sur le centre de l'affaire : Kyuno avait trouvé du travail. Plus que la protection de la veuve et de l'orphelin – notre cher petit protagoniste en serait bel et bien incapable -, c'était une mission « banale » qui lui avait été attribuée. A vrai dire, le Genin n'était pas surpris le moins du monde, et peu de choses semblaient encore ébranler d'une façon mémorable la personnalité du spécialiste du Genjutsu. Tous les villages cachés marchaient de la même façon depuis leur création. Alors que les vieillards illuminés se chargeaient de prendre les décisions importantes, et d'envoyer ou non des centaines de shinobi au casse-pipe, les jeunes ninjas de son envergure se contentaient de cueillir des fleurs, de ranger des boîtes ou de... sauver des morses femelles perchés en haut d'un arbre. Chacun avait son « rôle » dans ce monde : si le sien avait été, ce jour-là, de sauver Morsy de la cruauté du Monde, il l'avait rempli avec fierté.

    [Kyuno] Ca va chier aujourd'hui. Toutefois, restons propres. Y en aura besoin.

    En effet, c'était une mission de bon Genin qu'il avait choisi : cet après-midi, Kyuno allait nettoyer des vitres. Beaucoup de vitres, à ce qu'il avait pu comprendre : d'un point de vue pratique, le jeune homme avait mieux à faire, mais l'adolescent avait besoin d'acquérir deux qualités essentielles : la patience et l'acharnement. Bien sûr, s'entraîner à faire des ricochets aurait été plus instructif, mais un autre critère avait poussé Kyuno à choisir cette missive plutôt qu'une autre. Ce petit bout de papier perdu parmi des milliers d'autres.

    [Kyuno] J'vais m'faire un pote ! Qui sait, peut-être une jolie donzelle ? Héhéhé...

    Diaboliquement efficace, et pourtant pas si malsain. Un shinobi seul était rarement efficace, et puissant comme il était, le jeune homme avait plus qu'intêret à se faire des alliés. Toutefois, ce n'était aucunement dans un but lucratif qu'il s'était axé sur ce critère, mais plutôt dans une idée amicale. Un garçon simple. Voilà ce qu'était le Makare. Quinze ans d'innocence s'étaient succédées, et pourtant, le Genin se posait des questions depuis quelques jours.

    [Kyuno] Au fait... J'mangerai quoi c'soir ?

    Ce genre de question. Sortir n'avait pas été un problème, et il n'avait pas vraiment eu besoin de ses compétences de ninja afin d'ouvrir la porte et de franchir les quelques mètres qui le séparaient de la route. Le ciel était bleu, comme à son habitude à Kiri, bien que tâché de quelques nuages qui ne semblaient pas encore menacer qui que ce soit de rentrer chez lui trempé jusqu'aux os : c'était donc habillé légèrement que Kyuno avait engagé cette journée, balbutiant quelques paroles d'une chanson populaire dont les mots les moins sanglants suffiraient à déstabiliser le plus inculte de tous les roublards des horizons. C'était aussi ça, l'ambiance de Kiri, et cela ne déplaisait, assurément, à aucun habitant du village.

    Que dire de la faune des environs ? Pas grand chose. Les mouettes étaient omniprésentes, et faisaient définitivement partie du paysage du Pays de l'Eau depuis plus d'années qu'on aurait pu le croire. Selon les ivrognes qui habitaient dans les pires conditions dont on pouvait profiter dans le patelin, elles avaient presque accouché du Ninjutsu, et selon la légende et les idées reçues, il n'était pas une seule technique qu'elles n'avaient vu se faire employer depuis ce sol qui portait, à l'instant même, Kyuno, et qui avait bu toute l'eau du Monde. C'était rempli de ce genre de petites phrases hautement philosophiques que le Genin arriva sur le lieu de rendez-vous.

    [Kyuno] Arrivé, je suis... Où qu'elle est, ma donzelle ? Hein ?

    Putain, Kyuno... Retiens toi... !

MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Frottons, Ice Queen ! [Avec Uzu]   Mer 7 Avr - 20:55

Il faut de tout dans un monde. Des héros et des traîtres, des méchants et des gentils, des soldats et des civils.
Et aussi de jeunes et joyeux genins qui accomplissent les missions de rang D qu'on leur attribue, je vous assure !
Même si dans mon cas, on va repasser pour la joie que je met dans l'ouvrage. Parfois, j'ai envie de faire des choses, disons ... plus sérieuses.
Un peu cette impression qu'on ne me considère pas à ma juste valeur, mais d'un autre coté je ne peux m'en prendre qu'à moi même : J'aurais été plus sérieuse à l'Académie, j'aurais participé aux examens chuunins et autre championnat locaux ...
.. Que ça aurait rien changé du tout, on aurait continué à m'envoyer en nettoyage de toilettes ou garde d'enfants. J'avais pas l'état d'esprit adéquat.
Bref, cessons de nous plaindre, il fait beau, les oiseaux chantent, l'herbe est verte ! Et il faut que je nettoie plein de vitre.
Je pouffe de rire, pour moi-même. Le cynisme de Sansa déteint sur moi. Un nouvel éclat de rire résonna. J'adore.
Et en parlant de la concernée, je l'avais presque oubliée. Et j'avais un peu oublié que j'étais installée contre un mur, et que je l'observais pendant ses entraînements au Katon.
Le Katon, ou comment faire des économies en briquets ... Ça fait de jolies braises, et en plus, en hiver on a jamais froid. Enfin, moi, je n'ai jamais froid, mais comme je suis si altruiste, je pense aux autres qui n'ont pas ma chance. Ils n'ont pas la chance de ressentir cette douce et agréable caresse du nord ...
Konoha reste un lieu bien vague à mes yeux, et pas très accueillant. Un pays à la température modérée, et avec de mystérieuses personnes, dont une qui tient une correspondance avec moi. Konoha devait avoir son charme, comme Kiri.


- Tu ris toute seule maintenant, toi ?


Sansa, maintenant une sphère enflammée, au creux de sa main, me regardait en haussant un sourcil. Je haussais les épaules, tout simplement.
Elle se mit à rire, en réponse à ce geste, et elle fit décrire un magnifique arc de cercle à sa sphère, mue en un long jet de flammes qui fendit les cieux.


- Au début tu ris, ensuite tu te parles à toi même. *Oh il est bon ce thé !* *C'est vrai, mais il manque de sucre !*, et j'en passe. Puis, à la fin, on t'embarque et tu passes le restant de tes jours à l'asile, j'ai une amie à qui c'est arrivé, c'est moche.

Je haussais un sourcil, regard perplexe.


- Non je déconne, pour ça il faudrait que j'ai des amis.


Elle roula des yeux, un insecte venant ramper sur sa main. Elle lâcha un rire rauque, avant de rentrer l'insecte dans sa manche, d'un geste tendre.
Une petite flamme illumina le creux de ses mains, en même temps qu'elle levait son regard vers moi.
Je soutins son regard un petit moment, toujours perplexe, voir un peu plus.

- Tu ressembles de plus en plus à Lean là.

- Et ?

- Et il ne devrait pas y avoir plus d'un Lean dans le monde.


- Ah ouais, carrément ...

Je levais le regard en l'air, et je portais la bouteille d'eau (celle qui faisait jolie dans mes mains) à mes lèvres, buvant une gorgée.
Elle exécuta une téléportation à coté de moi, avant de m'assener une grande tape dans le dos, ce genre de tape soudaine qui font que tu recraches tout ce que tu avais à la bouche, et te laisse avec cette impression d'asphyxie alors que tu craches partout pour reprendre ton souffle.
J'ai vraiment l'air conne sur le coup.


- Détend toi grande perche ! Je déconneeeeee !

Elle explosait de nouveau de rire, avant de disparaître dans une nouvelle téléportation, laissant juste une vague odeur champêtre comme seul témoin de sa présence. Et aussi moi, comme témoin, pauvre victime qu'elle a essayé de tuer furtivement. Je devrais arrêter de lire des mélodrames ... Et stresser moins, elle a raison. Je bois quoi maintenant, moi ? Il reste plus qu'un gros glaçon dans la bouteille ...

Je pense qu'il faut le dire : Il y a vraiment beaucoup de vitres. Plus que je n'arrive à en compter ...
Je soupirais doucement, appuyée contre un arbre, fatiguée d'avance à l'idée de travailler. Oui, je n'aime pas travailler, ça se voit tant que ça ?
Bref, je devrais arrêter les monologues, je vais vraiment finir dans les gouffres de la folie si j'arrête pas.
Doooonc, regardons autour de moi pour m'occuper ! Un ciel bleu magnifique, des mouettes moqueuses (ce sont les hyènes du ciel), et des vitres.
Des vitres, des vitres, et encore des vitres. Mon regard prend un malin plaisir à me rappeler le travail qu'il me reste à faire.


- Arrivé, je suis... Où qu'elle est, ma donzelle ? Hein ?

Je me tournais vers la source de la voix, un gamin blond aux yeux bleus. A cette âge là, et ils pensent déjà à ça, notre monde est vraiment corrompu. Puis, un détail traversa mon esprit, un détail négligeable en soit, mais qui prenait tout son sens maintenant. On m'avait assigné un compagnon, pour ce sale boulot. Et il y avait fort à parier que c'était lui, mon compagnon.
Il devait être assez jeune, et pas mal inexpérimenté. Un peu comme l'autre, le nain ... Bref, laissons ce mauvais souvenir où il est, sur une étagère poussiéreuse. Et intéressons nous à ce jeune homme, qui a enfin aviser de ma présence.
Il n'avait pas l'air vraiment à l'aise, mes pupilles glacées dardées sur lui.


- Oh... Euh... Coucou !

Je ne répondais pas, continuant de le fixer, silencieusement. Vu la tête qu'il m'affiche, je crois que je l'intimide, l'effet était réussi !

- ... Je crois qu'on doit... Frotter les vitres... Ensemble, quoi...

C'était hilarant. Si drôle que j'avais envie d'éclater de rire, de me rouler au sol, avant de reprendre en l'espace d'une fraction de seconde un air sérieux et de m'excuser, sans grand conviction, un grand sourire sur le visage.
Il y a pas tellement de raisons qui m'empêcheraient de le faire cela dit, mais il faut que j'y aille avec délicatesse, subtilité.
Je m'approchais lentement de lui, mon regard plongé dans le sien, avant de me retrouver juste devant lui, sans mots dire.
Et là, je concentrais le froid de l'hiver dans mes mains, et je saisissais son visage avec, et lui criait dans une voix enjouée :


- Détend toi ! Je déconneeeeeeee !

Je riais doucement, avec retenue.
Tout est dans la nuance, je vous l'ai bien dit !


- ... Oui... Oui. On va se... Détendre... Ouais !


Un grand sourire narquois illuminait mon visage, mes yeux pétillant de malice. Et dans un soupir, il se tourne vers le matériel de nettoyage, et s'y dirige. Je penchais la tête sur le coté, avant de suivre ses pas, toujours aussi souriante.

MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Frottons, Ice Queen ! [Avec Uzu]   Mer 7 Avr - 21:58

    Ne jamais prononcer ce genre de mots en public. Il le savait, ce con ! Et pourtant, il avait clairement utilisé des mots de vieux pervers devant toute l’assemblée, sans faire attention. Les autistes du genre vivaient dans leur bulle, et oubliaient trop souvent qu’une quasi-infinité de personnes pouvaient la percer avec le plus simple regard critique. Ainsi, fut-il violemment rattrapé par la réalité alors que la « donzelle » en question l'interpella. Aucun mot ne sortit de la bouche de cette jolie jeune fille (cela était bien inutile, en fait) : son regard abyssal croisa celui de Kyuno, qui se sentit bien petit. La jeune femme était bien plus âgée que lui : cela ne fit qu'accentuer cette sensation de mal-être qui s'était emparée de tout son corps, et notamment de son esprit. Il ne posait plus qu'une question : où se ranger ? Il n'avait jamais bénéficié d'un grand tact avec les êtres humains : il pouvait comprendre leurs réactions, leurs mimiques et leurs paroles, mais rarement quand elles lui étaient personellement destiné. La timidité était vraiment un salle défaut. Il prit la parole, les deux mains dans ses poches arrières, déjà en retrait face à un tel personnage.

    [Kyuno] Oh... Euh... Coucou !

    Franchement, il ne fallait pas dire plus. Parler davantage n'aurait été qu'un risque peu négligeable de multiplier par un nombre trop gros pour nous, les chances que cette rencontre se transforme en pure boucherie. Il n'était vraiment pas à l'aise avecles autres adolescents, et encore moins avec les filles. Combinez les deux, et c'est alors un Kyuno décédé cérébralement que vous obtiendrez dans votre shaker des sentiments. Toutefois, on l'aimait bien quand même, notre Illisionniste, dans le fond, et c'est pour ça, en grande partie, qu'il était encore en vie. Malheureusement, cette salutation brève, mais pas vraiment mal placée n'eut... Aucun effet. La jeune femme ne sembla même pas lever un sourcil, continuant de le fixer avec ce regard qu'il ne connaissait que trop : on aurait dit son père, et croiser son regard encore une fois lui aurait envoyé une décharge éléctrique dans tout le corps. Ne surtout pas se laisser abattre. Il suffisait de continuer la conversation, tranquillement et d'essayer d'être... Cool. Oui, il fallait être sym-pa-thique.

    [Kyuno] ... Je crois qu'on doit... Frotter les vitres... Ensemble, quoi...

    Oui, frotter les vitres. D'ailleurs, ce serait un bon moyen de communiquer sans se faire dessus. Il suffisait de faire abstraction de la poitrine, des hanches, des fesses et de la voix de la jeune femme. Oublier que c'était une femelle, quoi. Et par dessus tout, ne pas recroiser ce regard qui le glaçait des pieds jusqu'à la tête. Néanmoins, son regard prit d'un seul coup une vive couleur océanique, et plus que du froid, c'était désormais de la chaleur qui se dégageait de ses globes occulaires, et instantanément, elle se décrispa.

    [???] Détends toi ! Je déconneeeeeeee !

    [Kyuno] ... Oui... Oui. On va se... Détendre... Ouais !

    Nan mais ça va pas ?! De faire des blagues à notre petit cardiaque ? Un miligramme d'adrénaline de plus aurait suffit à faire trépasser notre cher ami au crâne blond et aux airs de guerrier du nord, et c'était donc crispé jusqu'à la moelle qu'il se retourna lentement : le seau, les chiffons, et différents accessoires nécessaires à la réalisation de leur mission étaient là. Rien n'était plus simple que de les saisir, et de se mettre au travail : plus vite c'était fini, et plus rapidement il pourrait rentrer chez lui, afin de se détendre et d'oublier cette insolite aventure. Mais... Il s'arrêta. Il avait attendu ce moment. Il ne s'en rendait compte qu'au moment où il se baissa afin d'attraper le chiffon d'un violent mouvement de bras avant de se relever avec la vigueur propre à son jeune âge. Se faire des amis. C'était sa chance, aujourd'hui, et s'il hésitait à adresser la parole à quelqu'un, qu'en serait-il le jour où il devrait protéger sa vie, et peut-être prendre celle de son adversaire ? Il y avait des priorités dans la vie, tout de même...

    [Kyuno] Et... Sinan, tu t'appelles comment, toi ? Moi c'est... Kyuno. Makare, Kyuno...

    [???] L'on me connait sous bien des noms.

    [Kyuno] Et sinan... Le classique ?

    Citation :
    [Kyuno - Intérieur] Oh putain, une illuminée !
    [Uzumi] Je suis la Reine des Ténèbres, la Conquérante par delà les Océans, la Tueuse aux milles et une lames, la Dame Noire, mais aussi celle connue sous le nom de... Meloku Uzumi.

    Citation :
    [Kyuno - Intérieur] ... Faut que j'me casse d'ici. En vitesse.

    Je plussoie. C'était donc, préparant déjà son évasion, qu'il commençait à frotter les vitres sales et opaques qui se trouvaient devant lui...

MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Frottons, Ice Queen ! [Avec Uzu]   Ven 9 Avr - 2:13

Des sifflements joyeux accompagnaient mes pas, alors que je regardais les outils mis à notre disposition, pour la dure tâche nous attendant. Chiffons, seaux d'eau, produits nettoyants et autres joyeusetés du même genre, tout l'attirail du parfait petit nettoyeur de vitres. Ce sera vraiment amusant, enfin, pas vraiment, mais le gamin lui le sera. Je suis sûre qu'il a un potentiel ! C'est même un filon, j'en suis certaine. Mais avant, je me permettais un long bâillement, un long étirement, et un quelque chose qui ressemblait à un ronron. Je me demande si je ne descend pas d'une longue lignée de chatons en fait ? L'idée n'est pas déplaisante, je dois l'avouer !
Je me baissais et prenais d'une main un chiffon et un produit nettoyant, de l'autre un seau d'eau, un peu lourd pour moi, que je reposais aussitôt, dans un gémissement étouffé. Pourquoi j'essaye de le déplacer, au fait ? les vitres se trouvent juste en face ...
Mettons cela sur le compte de la fatigue.


- Et... Sinan, tu t'appelles comment, toi ? Moi c'est... Kyuno. Makare, Kyuno...

Sa voix résonna derrière, à coté de moi, devant, je ne sais pas trop en fait. Bref, il venait de m'adresser la parole, sur un ton hésitant. Et il se révéla plus tard (c'est à dire dans la seconde qui suivit) qu'il se trouvait à coté de moi. Vu la tonalité de sa voix, et le manque de naturel flagrant de son comportement, je sens que je l'ai pas complétement détendu avec mon cri enthousiaste et mélodieux.
Une idée assez malsaine traversa mon esprit. Non, pas ce genre d'idées bandes de petits chenapans, plutôt un truc pas très sympa à faire un adolescent mal à l'aise. Je me sens espièglement malicieuse aujourd'hui, à son grand dam.
Je prenais dés lors un air ténébreux, qui me sied bien soit disant passant, avant que ma voix résonne sibylline, basse.


- L'on me connait sous bien des noms.

Je ne le sentais pas très à l'aise tout à coup. Il devait prendre pour une de ces illuminées, des personnes assez spéciales mais que l'on fréquente au quotidien, sans même s'en rendre compte. Quelqu'un de peu fréquentable, en somme. Mais l'effet y était, un fou rire m'attendait si j'étais assez patiente pour. Oui, qu'est ce que je ne ferai pas pour tromper mon ennui ...

- Et sinan... Le classique ?

La réponse que j'attendais. Dés lors, je levais les bras, théâtrale, et m'exclamais, d'une voix forte et tragique.

- Je suis la Reine des Ténèbres, la Conquérante par delà les Océans, la Tueuse aux milles et une lames, la Dame Noire, mais aussi celle connue sous le nom de... Meloku Uzumi.

Au début, j'ai cru que mon effet de style n'était pas réussi. J'étais franchement frustrée, et déçue ... Je me croyais meilleure actrice. Mais, la suite allait me donnait raison : Il ne répondit rien, et se mit à frotter avec frénésie les vitres sales, opaques, et sales (oui, je n'ai trouvé aucun autre adjectif), comme si il voulait en finir le plus vite possible, pour partir en courant le moment venu.
J'éclatais de rire, bruyamment, larmes aux yeux. Je l'adore ce petit.


- T'es pas très drôle n'empêche dans un ton malicieux, clin d'œil appuyé.

Et en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, alors que je m'apprêtais à passer le chiffon inhibé d'eau sur la surface vitreuse inhibé de produit nettoyant, paf, puissance de la magie et de la chimère réunies ! Plus de chiffon. Et à la place ? Rien. Mais rien de rien. Le plus grand et intense néant que l'on pourrait imaginer. Et la surprise se lit sur mon visage, à ce moment là.


- Chacun son truc

Je vois ... Un manipulateur des illusions.

- Ah, tu utilises le Genjutsu toi ! Des gens pas très fréquentables, avec des têtes de fouines. Or, tu n'as pas une tête de fouine, tu ne peux donc pas faire de Genjutsu. En conclusion, tout cela n'est qu'un rêve.

Les paroles étaient absurdes au possible, certes. Mais j'en connaissais plus d'un qui serait sorti de ses gonds à la simple allusion à ce petit rongeur très amical bien qu'assez mesquin.

- Ils donnent des trucs de plus en plus forts aux gamines, dis donc.

Il me sourit, amicalement, sourire que je lui rendais, dans le même ton.

- Jeunesse décadente ! m'exclamais-je, sur un ton grandiloquent.

Un petit rire accompagna la réplique, alors que mon regard azur pétillait de malice. Je ne m'étais pas trompé sur ce blondinet, il rendrait cette corvée moins lourde que prévue, ce qui ne pouvait être que bénéfique pour ma bonne humeur.
Le chiffon, précédemment disparu dans les limbes abstraites du Rien, se retrouva comme par enchantement à nouveau en main, aussi humide que je l'avais laissé.


- Tu m'aides ?


Je levais les yeux en l'air, exprimant clairement une intense flemme. Il y avait tellement de vitres ...


- Moui ... répondis-je, sans grande conviction, dans un long baîllement.

Je sens que je vais m'ennuyer.

MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Frottons, Ice Queen ! [Avec Uzu]   Sam 10 Avr - 12:10

    Étrange. On pouvait qualifier cette rencontre d'étrange : nous avions beau dire que Kyuno n'avait pas d'amis, il n'était pas un être asocial, et pourtant, il ressentait un terrible mal-être en compagnie de cette jeune fille : non pas qu'elle soit désagréable, mais plutôt qu'on ressentait fortement sa présence : elle en imposait, quoi. Il était fier de s'être enfin fait une « amie », s'il pouvait déjà s'avancer aussi loin. Il souhaitait devenir un grand Illusionniste, et donc, un spécialiste incontesté de l'esprit humain et de ses petits secrets plus ou moins obscurs : ce n'était donc en aucun cas un art qui pouvait s'exploiter à son plein potentiel si l'on restait constamment seul. Comparer, analyser et rendre plus efficace. Voilà les maîtres mots du Genjutsu. Si l'on voulait vraiment atteindre un niveau de puissance incommensurable, bien sûr. Il n'en était pas là. Pour l'instant, chiffon et produit bleu à la main, il frottait du mieux qu'il pouvait les épaisses et nombreuses vitres qui l'entouraient : l'exercice n'était pas si ardu qu'il en avait l'air. La crasse se décollait relativement facilement, et toute la difficulté de cette terrible besogne résidait dans sa longueur. En effet, les vitres se comptaient presque par centaines, et il fallait se contorsionner dans des positions peu banales afin d'être sûr de bien essuyer certaines d'entre elles. Mais, il fallait bien mériter son pain, et tous les grands ninjas (ou presque) étaient passés par là. Il existait bien sûr quelques exceptions, qui étaient nées avec les pires techniques interdites gravées dans leur disque dur, et une enfance à faire coucher un bébé phoque dehors. Kyuno préférait prendre son temps. Démanteler des organisations à mains nues à l'âge de huit ans ne faisait pas partie de ses rêves. Façon, il n'avait plus huit ans. Il enchaîna, alors qu'il pensait à son ancienne vie, à son ancien maître, dont le nom ne lui revenait décidément pas depuis des années.

    [Kyuno] Héhé, je suis enchanté de te rencontrer. Jamais vraiment eu l'occasion d'me faire des amis, ici, alors suis pas trop... A l'aise, hein, comme on dit. T'as ton bandeau depuis longtemps ?

    Citation :
    [Kyuno] Vous vouliez me dire quelqu'chose ?

    [???] Oui... Tu es encore jeune, et ça ne te concerne pas encore...

    [Uzumi, un sourire bienveillant sur le visage] J'connais ça ... Mais ne t'inquiète pas, ça passera ! Sinan, j'ai mon bandeau depuis 5 ans, si j'me souviens bien.

    Il ne l'avait jamais vu sourire, et à vrai dire, il la trouva vraiment très jolie. Toutefois, il n'y pensa pas plus que ça, concentré sur sa mission : laver les vitres. Cinq ans qu'elle faisait ça... Elle devait sincèrement en avoir marre. Et elle devait tout connaître du rôle de Genin... Une personne encore pleine de mystères, cette Uzumi... Il la découvrirait bien, au fil du temps, si leur relation devait s'approfondir...

    Citation :
    [???] Tu sais ce qu'est une fille... ?

    [Kyuno] Bah... Ouais ! Pourquoi ?

    [???] N'y pense jamais ! De vraies plaies ! Si tu tombes dans les griffes d'une d'entre elles... T'es mort ! Elles capturent ton âme, la gonfle d'espoir, et percent cet abcès de joie ! Et te laissent crever dans ton coin. Fais vraiment gaffe.

    [Kyuno] Waw ! Ca va passer, ouais... Cinq ans ! Tu dois connaître les ficelles du métier... C'quoi ton truc ? Les arcanes de ninjutsu ?

    [Uzumi, enjouée, et lui soufflant de la neige sur le visage] Pas tellement en fait ... J'ai séché, c'pour ça que je suis toujours Genin !

    [Kyuno, dans un clin d'oeil] Géniallll ! C'est mignon... Enfin, je présume qu'avoir les bijoux de famille en pleine solidification, c'est pas la joie.

    Il ne savait pas qu'il avait raison. Le Hyuuton, fusion des affinités Suiton et Fuuton, était un art plus que redoutable : vous vous trouviez face à votre adversaire, et la seconde d'après, face à une glace trois boules chocolat/noisette/pistache. Mortellement efficace, et esthétiquement très développé, comme art. Malheureusement, Kyuno ne pouvait imaginer une telle puissance, et il se contentait de s'amuser dans un frisson glacé des quelques flocons de neige qui avaient juste humidifié son visage. Il reprit son travail... Il ne restait que quelques vitres à laver, et le temps était passé beaucoup plus vite que prévu. Mettre du produit, enlever la poussière, frotter afin de retirer les impuretés restantes, et rincer. Il l'avait fait plusieurs dizaines de fois, et Uzumi avait fait de même en même temps que lui. La tâche s'en retrouvait grandement facilitée...

    Citation :
    [???] Si une femme t'approche... Fuis !
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mission de rang D] Frottons, Ice Queen ! [Avec Uzu]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Mission de rang C : Le reliquaire oublié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Coeur du Village-