Partagez | 
 

 Un temps de chien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Un temps de chien   Lun 10 Mai - 4:57

.:: Un temps de chien ::.
Chapitre 3 : Pourparlers
- Rencontre –

J'étais assise dans mon restaurant préféré de l'Asakura. J'avais décidé de prendre cette petite journée pour moi, histoire de prendre le temps de faire le point sur ma carrière de médecin, mais aussi pour prendre un peu de temps à moi. Cela faisait plusieurs journées que j'enchainais les missions les unes à la suite des autres. Au début, tout cela me passionnait et c'était cette énergie qui m'avais permis de passer au travers sans trop de difficulté. Par contre, tout vient à point à qui sais attendre. Ce n'était pas qu'une expression prônant la patience. Mon corps avait besoin de repos. Bien sur, je n'étais qu'une petite Kunoichi sans expérience. Il était probable qu'un chuunin aurait été capable de les enchainer sans trop de difficulté. Chose qui n'étais pas mon cas.

J'étais assise face à une fenêtre, cela me relaxais de voir les gens passer devant moi. Je pris dans ma main droite ma tasse de thé blanc, thé que je ne bois qu'avec des Dango. Je la porta à ma bouche et en pris une gorgé. Un thé très fruité infusé dans une eau entre 75 et 85 degrés. Rien de mieux pour accompagner des Chi chi dango très sucrés. C'était toujours un extase pour moi que d'assembler l'art du thé à la dégustation de petit mets sucré.

Dehors, il pleuvait. Il était vrai que ce n'était pas le temps le plus parfait pour observer les gens qui sont en règle générale, peu nombreux. Très souvent, il m'arrive de croiser quelques personnes avec un parapluie à la main. Le plus drôle à voir, c'était les gens sans imperméable, sans parapluie, sans objet quelqu'onque pour les protégés de la pluie qui courraient le plus rapidement qu'il leur était possible pour atteindre leur objectifs en étant le moins mouiller. Malheureusement, la tempête qui faisais rage ne leur laissait aucunement cette chance. Si vous avez le malheurs de sortir une extrémité elle ce retrouvera complètement humide en quelques secondes. Par chance, j'étais arriver avant que la tempête de débute et j'avais ainsi profité de la vue. Une légère pluie qui ce transforme en tempête c'était vachement intéressant à regarder.

Une homme entra dans le restaurant, sans doute pour y trouver refuge le temps que ladite tempête ce calme. La serveuse lui expliqua calmement qu'il devait consommé s'il voulait rester ici. Sans argumenter, il ce plia au règle de l'établissement et commanda un petit truc. Puis vient s'assoir à la seule place disponible, la table juste à côté de moi


[Seiki] – Un mauvais temps n'est-ce pas?


J'attendais une réponse, j'avais envie de faire la discutions. Peut-être que le temps passerait plus rapidement.

MessageSujet: Re: Un temps de chien   Mar 18 Mai - 21:26

Inattendu

Rencontrer une personne telle que Shina avait été une expérience troublante... j'y avait repensé durant tout le chemin qui m'avait mené à la maison après notre excursion. Cela faisait une bonne quinzaine de minutes que j'étais rentré quand j'ai réalisé que je n'avais pas sommeil, j'étais tout bonnement surexcité ! Mon premier jour en tant qu'aspirant et j'avais peut-être déjà trouvé un professeur... Enfin ce qu'elle me demandait d'accomplir n'était pas une mince affaire... Mais j'y arriverai, j'en ai la conviction.

Étant clair dans mon esprit que je ne dormirai pas j'ai décidé de lire le courrier que m'avait laissé Kyo, il expliquai tout ce qu'il y avait à savoir sur le village, comment cela fonctionnai, où trouver tel ou tel lieu important du village, il y avait une petite description pour chaque partie vraiment différente du village, c'est ainsi que j'ai découvert l'Asakura, les bas quartiers de Kumo, d'après la description c'était un endroit étrange, plein de mystère et unique, une impression de constance semblait s'en dégager.

Si j'avais décidé de me rendre à l'Académie dans un premier temps je rangeai cette idée dans un coin de mon esprit... Je n'étais pas attendu avant demain matin à l'Académie et je me connaissais assé pour savoir que je m'y enfermerai sans m'en rendre compte dès que j'y mettrai les pieds, je n'y peux rien j'aime m'instruire et dès que je vois une bibliothèque je ne peux m'empêcher de m'enfermer dedans avec pour objectif de lire tous les livres qui me passent sous la main....

Mais ces quartiers avaient attiré ma curiosité, pourquoi ne pas profiter de ce qui serait peut-être ma dernière après-midi sans motivation autres que la lecture pour aller faire une visite de cet endroit si particulier de Kumo?
Je m'étais mis en route rapidement, j'avais pris le peu d'argent qui me restait et un peu d'eau car la marche risquait d'être longue et intéressante.

Sur le chemin je croisais beaucoup de monde, des ninjas comme des villageois, je ne reconnaissais personne, en même temps je devais connaître vraiment seulement trois personnes dans tout le village... je profitait de la ballade pour m'imprégner de l'environnement, il n'y avait pas de doute ce village était magnifique, on retrouvai partout la trace de l'architecture traditionnelle du pays de la foudre avec parfois quelques ajouts personnel des différents propriétaires qui rajoutaient du charme à l'ensemble, c'était vraiment surprenant.

L'arrivée dans l'Asakura fut aussi évidente qu'inattendue, c'était comme si tout d'un coups j'avais traversé le temps, une volée d'escaliers plus haut il y avait l'architecture moderne et citadine du pays de la foudre, et à l'autre bout de ces même escaliers une ville qui semblait beaucoup plus ancienne, remplie d'histoire, un dépaysement total et très soudain... ! Je n'en croyais pas mes yeux, c'était vraiment un endroit étrange et .... intemporel, amusant. Comme je l'avais lu il y avait beaucoup de bar et de restaurants et la vie allait bon train, il y avait autant de monde dans les rue que dans le centre ville, on avait juste l'impression d'être à une autre époque, un Kumo plus ancien en somme.

J'entamais ma visite de ces quartier quand une bruine se fît sentir, je ne m'inquiétais pas plus que ça, j'avais déjà voyagé sous des pluies plus fortes et au contraire une petite pluie fine et rafraichissante était la bienvenue et collait si bien à l'endroit, je continuais donc alors que les gens sortaient leur parapluies ou commençaient à hâter le pas pour rentrer chez eux. J'ai pu continué comme ça pendant une dizaines de minutes, la pluie s'intensifiant peu à peu mais à une vitesse qui n'annonçait rien d'inquiétant, ce qui arriva fût une surprise pour moi, une mauvaise surprise !

En l'espace d'une demi minute je m'étais retrouvé trempé de la tête au pieds, sans comprendre ce qui m'arrivait, la pluie légère s'était transformée en torrents d'eau qui se déversaient sans fin, une vrai tempête ! Je me dirigeais rapidement vers le premier établissement que je voyais pour échapper à cette impressionnante chute d'eau, c'était un restaurant où il régnait un douce chaleur qui faisait du bien après toute cette eau, je n'en revenais pas que le temps ai pu changer aussi vite, Je me retournais pour regarder dehors tout en réalisant que je risquai bien de rester un petit moment dans ce restaurant, j'avais entendu parler de ces tempête et savais qu'elles pouvait durer quelques minutes comme plusieurs heures.

Je fût tiré de mes pensées par une serveuse qui s'était rapprochée de moi sans que je me rende compte, elle m'expliquait que pour rester à l'intérieur je devais commander quelque chose, l'idée d'une boisson chaude apparu soudainement à mon esprit et je lui demandais sa carte, après quelques instant j'optais pour un thé Oolong, un thé que j'avais découvert pendant mon dernier voyage, il était vraiment délicieux, je ne pris aucun accompagnement, le thé seul suffirait.

Une fois servit j'analysais le restaurant à la recherche d'une place, il ne restait qu'une table proche des fenêtres, une jeune femme occupait la place juste à coté, elle semblait absorbée dans la contemplation de la rue, je m'installais à la table sans la déranger et goutta mon thé, il était très bon, aussi bon que celui que j'avais déjà bu et l'effet attendu se produisit, une vague de chaleur réconfortante se répandit dans mon corps. Je profitais de ce bonheur quand j'entendis une voix à ma droite, c'était la jeune femme.


Seiki - Un mauvais temps n'est-ce pas?

Je mis un instant à répondre, je ne m'attendais pas à ce qu'on m'adresse la parole...

Mianzou - Heu.. Oui on peut le dire !

Je regardais mes vêtements puis la jeune femme à nouveau.

Mianzou - J'ai été surpris, je ne m'attendais pas à une telle pluie, elle est arrivée si soudainement....

Elle esquissa un sourire, moi je me demandais où tout cela allait mener mais j'étais curieux, je souris donc à mon tour en attendant sa réponse.

MessageSujet: Re: Un temps de chien   Lun 31 Mai - 22:17

Kairyû cherchait.
Après avoir quitté l'académie il flânait en ville, espérant tomber d'un moment à l'autre sur un Sanzoku cavalant un fruit à la gueule, rattrapé par le flot d'insultes du marchand volé.
Il faisais aussi le tour des échoppes dont l'équipe de Kômaru sont des habitués, espérant leur enseignement.

Néanmoins s'il se baladait au sein de la foule c'est avant tout parce qu'il aimait ça, voir les gens mener leur vie, et de fait voir la rue être vivante. L'animation citadine était, pour lui qui avait passer son enfance uniquement chez sa famille, un spectacle faisant tourner la tête.
Lui qui avait été tendu en sortant de l'académie était désormais détendu.

Il arriva jusqu'aux vieux quartiers, Asakura, ce qui étrangement coïncida avec l'arrivée de la pluie.
Kairyû avait sa cape, la bruine ne le dérangeait pas outre mesure et l'allure ancienne des bâtiments attisait sa curiosité.

Il se décida a franchir le pas.
Quelque chose lui venait à l'esprit à mesure qu'il avançait dans les ruelles : l'ambiance de cette endroit pourrait plaire à un animal folklorique, un tanuki par exemple...
La pluie devenait de plus en plus forte.

Kairyû commençait à chercher un endroit où s'abriter, aussi un endroit où un tanuki pourrait trouver son bonheur. Un marchand, une gargote ou un restaurant ayant des clients par exemple.
La pluie devint soudainement torrentiel.
C'est fou ce que le climat de Kumo était versatile, Kairyû n'aimait guère ses facéties.

D'ailleurs sa cape bien que imperméable atteignait ses limites aussi se hâta-t-il d'entrer dans la première boutique venu.
C'était un restaurant, peut être un salon de thé.
Kairyû retira sa cape et la secoua sans gêne.
Remettant sa cape, il se retourna et tomba sur le regard noir du patron.
Il s'excusa le plus humblement possible et passa commande, davantage par politesse que par envie.

Faisant le tour de l'endroit il ne remarqua que 2 clients attablés, tout deux proches de son âge.
Personne d'autres.
Se sentant d'humeur sociable, il s'approcha.


« Bonjour, puis-je m'attabler avec vous, le temps que le ciel arrête de pleurer ? »

MessageSujet: Re: Un temps de chien   Ven 2 Juil - 14:10

Toc, toc, toc...

Quel bruit étrange... Des aiguilles qui s'enfonce dans du béton, qui n'a jamais vu ça...? Tout le monde devrait je dire ? Pourtant c'est bien vrai, seul les ninjas et encore pas tous en sont capable et puis pour un médecin de sont calibre c'est normal. Quoi qu'il en soit, il aime bien garder ce secret rien que pour lui. Bien sur les autres font ce qu’ils veuillent. Car dans un sens c'est une de ses nombreuses et mystérieuses manières pour accomplir ses missions. Quel lieu plus tranquille que le Parc, surtout quand il pleut averse, personne n’aurait l’idée de venir par ici. Assis sur un des petits murets, son style vestimentaire en total opposition avec l'image que reflète ce lieu, il faisait vraiment tâche. Et pourtant il ce sentait bien ici, loin de la civilisation, enfin loin assez loin pour ne pas les entendre geindre à tout bout de champs.

Quoi qu'il en soit, notre jeune Genin trouvait ça assez marrant, de voir ses aiguilles filer dans l'air pour se ficher dans le béton du mur d'en face. Assis d'une façon décontractée, le pied gauche posé dessus, le genou fléchit vers sa tête avec sa main posé en arrière pour le maintenir. On aurait put le prendre pour un de ces voyous, s'il n'avait pas porté tout ces vêtements de ninja habituelle. Ce qui donnait le plus cet effet décontracté était sans nul doute le geste nonchalant du poignet quand il lançait les Senbon. Pincé entre son majeur et son index l’aiguille semblait s'envoler tellement le geste était lent.
Toc, toc et encore toc... le bruit net prouvait aisément la dangerosité de ses « armes ».

Au bout d’un moment, quand le nombre de ses Senbon ne pouvait plus diminuer, c'est-à-dire qu’ils étaient tous planté contre le mur. Il consenti enfin à se lever pour aller les récupérer. Puis une fois qu’il les a mit dans ses étuis il se retourna pour sentir la pluie tomber sur son visage. Un sourire satisfait sur les lèvres, il prit le chemin pour sortir des Parcs. Ça changeait des ordinaires jours de soleil. Maintenant un bon rafraichissement lui fera du bien. Il fouilla dans ses poches pour voir s’il n’avait pas des pièces et en sorti juste assez pour un verre. Dur… Fallait dire aussi que depuis la mission avec Sho il n’avait plus rien fait. Plus aucune mission à l’horizon, et puis a part s’entrainer il n’avait quasiment rien d’autre à faire.

Alors qu’il marchait en plein centre ville, les yeux dans le vague comme à son habitude. Puis au loin il entendit des voix, curieux il s'approcha d'eux. Au milieu de se mélange de voix il en reconnu une, c'était celle d'une fille avec qui il avait participé à une mission de rang D. Un petit sourire aux lèvres, ni une ni deux il s’approcha d’eux.

Shinji – Bonjour à vous cher confrère. Seiki Naru ?

Il avait prononcé sont nom pour voir si c’était bien elle, poliment, alors qu’il s’inclinait devant eux deux. Et confrère était plus destiné à la jeune fille car il ne pouvait pas savoir si les autres était des ninjas.

Shinji – Seiki c’est bien toi ?


Dernière édition par Shinji Kagami le Mar 14 Sep - 17:52, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Un temps de chien   Mar 14 Sep - 16:41

.:: Un temps de chien ::.
Chapitre 1 : Pourparlers
- Des gens –

Il y avait de cela quelques minutes, Seiki était toutes seule dans son restaurant préféré : « Super Dango ». Bien qu'elle trouvait le nom assez ridicule et peu accrocheur, rien ne l'empêchait d'adorer cette cuisine. Il y avait maintenant une personne assise avec elle et les deux autres étaient debout à côté d'eux. L'un attendais leur approbation pour s'assoir et l'autre était un Gennin avec qui Seiki avait fait équipe voilà quelque mois de cela. Un certain Shinji si sa mémoire était bonne. Elle trouvait que c'était un bel homme, mais il avait le regard vide. Un regard perdu dans les abyss. Quoi de plus normal quand on ne voie pas ce qui se passe autour de nous ?

Sans dire un mot, Seiki fit un signe de la main au deux jeunes hommes voulant dire qu'il pouvait s'assoir avec eux. Seiki ne savait pas que Shinji était aveugle, elle pensait qu'il était simplement lunatique en permanence. Voyant qu'il ne réagissait pas, elle le lui dit en parole

[Seiki] – Salut Shinji, vient t'assoir avec nous.

Tout le monde se dévisageait et n'osait pas parler. Seiki quant-à elle était un peu gêner, ce qu'elle voulait d'un petit moment dans son restaurant est devenu un rencontre avec les gens. Par contre, cela ne là dérangeait pas du tout, c'était toujours agréable de voir de nouveau visage ou d'ancien visage vu pendant la nuit avec peu de lumière. Une petite atmosphère tendu pouvait se faire sentir.

À l'extérieur, la pluie avait doublé d'intensité et des éclairs avait commencé à sortir le bout de leurs nez. La jeune Genin ne put s'empêcher d'avoir une pensé pour Ayame qui doit jubiler de joie comme une folle dans sa chambre.

[Seiki] – Cassons ce froid voulez-vous ? Passons au présentation formel pour toute bonne soirée avec des gens. Je ne sais pas pour vous, mais je ne compte pas ressortir de si tôt vu l'état de l'air dehors et mon chez-moi est à l'autre bout du monde

Avait-elle en tournant la tête vers l'extérieur. Elle ne voulait pas avoué que les orages lui faisait peur. En temps normal, la pluie ne l'aurait pas dérangé, mais là... Bien entendu, la dernière fois elle avait aidé Ayame dans son entrainement, mais elle disposait de quelque chose pour se protéger, là non.


[Seiki] – Go. Je me nomme Seiki Naru, j'ai 17 ans et je vais avoir mes 18 dans quelques mois. Depuis que je suis toute petite, mon père m'enseigne la médecine et j'ai donc décidé de suivre son exemple et d'aller dans cette voie. Contrairement à lui, je ne suis pas passionner par la médecine de recherche, mais plutôt par l'aide en équipe. Nous sommes présentement dans mon restaurant préféré qui serve du thé et des dango et c'est cela...

Avait elle dit en les fixant. Seiki était quelqu'un de relativement gêner de base. Cela faisait partie de ses caractère de communication, elle avait de la facilité à aborder des inconnues, mais de la difficulté à parler en groupe à des inconnue et elle ne pouvait pas dire que Shinji était quelqu'un qu'elle connaissait puis-qu'elle la croisé une seule fois pendant quelques heures ou ils étaient en mission. Avant que le suivant entame son récit d'aventure, la serveuse fit éruption avec un carnet à la main. Elle venait prendre leur commende, bien entendu.

[Serveuse] – Est-ce que je peux vous servir ?


Seiki avait les idées ailleurs et n'avait pas regarder la serveuse. Allez savoir pourquoi ? En temps normal, les gens regardaient toujours quand la serveuse allait arriver, mais elle était concentrer sur son monologue et fixait les gens devant elle. Elle répondit machinalement ce qu'elle demandait toujours.


[Seiki] – Un thé vert avec des Chichi dango.

Seiki c'était senti fixé par la serveuse et avait finalement décider de la regarder droit dans les yeux. Ce fut un choc pour elle

[Ayame] – Seiki, je ne savais pas que tu mangeais ici

Avait-elle dit en souriant à notre genin

[Seiki] – Et moi je ne savais pas que tu travaillais ici


Seiki n'en n'avait vraiment pas la moindre idée. Elle avait toujours pensé que tout comme elle, ses revenues provenait des fond verser par le village pour leur service.

[Ayame] – C'est le restaurant de ma famille et ma mère est malade, donc je la remplace

MessageSujet: Re: Un temps de chien   Mer 22 Sep - 0:11

Ralliement


Il est étrange de se retrouver, sans s'en rendre compte, en un lieux qui se transforme soudain en point de ralliement et cela, parfois, de manière bien étrange.

Mianzou était rentré dans ce restaurant à l'improviste, juste pour se protéger de la pluie battante, ou plutôt de la tempête, qui faisait rage à l'extérieur.... Il s'était à peine assis à coter d'une jeune femme qu'elle lui adressais la parole, elle avait l'air gentille et donc il lui répondit, seulement après une ou deux phrases deux autres jeunes personnes avaient fait leur apparition à leur tour, dont l'un semblait connaitre la jeune femme, qui s'appelait en réalité Seiki Naru. Visiblement ils attendaient la permission de s'asseoir avec eux, Seiki leur fit signe et le premier pris directement la direction de la chaise la plus proche alors que le deuxième resta sur place, son expression inchangée.

Devant cette absence de réponse Seiki l'appela à voix haute, le dénommé Shinji réagit et alla s'asseoir. Cette scène avait beaucoup surpris Mianzou, depuis longtemps il avait acquis la certitude que pour faire un bon shinobis il fallait être en bonne condition physique, hors ce jeune là, semblait être aveugle. D'un autre coter ses autres sens devaient certainement être plus développé, mais Mianzou ne s'imaginait pas livrer un combat sans y voir, cela serait une horreur.
Une fois tout le monde attablé, un silence gêné s'installa, Il fallait le rompre mais personne n'osait, jusqu'au moment ou Seiki ouvrit la parole pour le rompre.


Seiki – Cassons ce froid voulez-vous ? Passons au présentation formel pour toute bonne soirée avec des gens. Je ne sais pas pour vous, mais je ne compte pas ressortir de si tôt vu l'état de l'air dehors et mon chez-moi est à l'autre bout du monde.

Elle fit une pause en regardant par la fenêtre, Mianzou jeta un coup d'oeuil lui aussi et tout laissait a penser que la pluie ne s'arrêterait pas de si tôt, ni ne s'adoucirait d'ailleurs, au contraire elle avait encore forcit.

Seiki – Go. Je me nomme Seiki Naru, j'ai 17 ans et je vais avoir mes 18 dans quelques mois. Depuis que je suis toute petite, mon père m'enseigne la médecine et j'ai donc décidé de suivre son exemple et d'aller dans cette voie. Contrairement à lui, je ne suis pas passionner par la médecine de recherche, mais plutôt par l'aide en équipe. Nous sommes présentement dans mon restaurant préféré qui serve du thé et des dango et c'est cela...

Elle avait dit tout ça en nous regardant tour à tour, apparemment elle se sentait mal à l'aise de parler la première, ce que Mianzou pouvait comprendre n'étant pas très fier lui-même, une fois son discours fini cependant, une nouvelle personne fit irruption dans leur petite assemblée incongrue, et cette personne était la serveuse, apparemment tout le monde n'avait pas commandé et la règle de l'établissement était de consommé si l'on voulait rester.

Alors que Seiki passait sa commande, la serveuse la fixait intensément, Seiki dut le ressentir car elle se mit à la fixée et la reconnue. Seiki et la serveuse semblait se connaitre, le sourire de la serveuse laissait même à penser qu'elles étaient amies, elles échangèrent quelques mots quand la serveuse se tourna vers Mianzou et les deux autres garçon. Elle devait surement avoir senti les regards des trois garçons sur elle, mais elle ne le laissa pas voir et enchaina, sans se départir de son air souriant due à la rencontre avec Seiki, pour prendre les commandes de tout le monde.

Pour sa part, Mianzou l'informa qu'il avait déjà passé sa commande, son thé était toujours chaud, il n'avait pas besoin d'en commander un autre. Elle pris quelques minutes pour prendre les commandes des deux autres garçons puis repartis en direction du comptoir.

C'est à ce moment que Mianzou décida de se présenté à son tour.


Mianzou - Et bien, à mon tour. Bonjour! Je m'appelle Mianzou Suizune, je suis arrivé il y a peu seulement au village donc je suis encore un peux perdu, la par exemple je visitai pour la première fois le quartier quand la tempête m'a surpris, c'était asser rare de les voir arriver si vite où j'habitais avant. J'ai douze ans et je suis un jeune inscrit à l'académie, un aspirant, qui aimerait devenir un maitre en ninjutsu plus tard! Heureux de vous rencontrer!

Comme Seiki, Mianzou avait fixé tout ses voisin de table à tour de rôle, ne se sentant pas à l'aise au début de son discourt. Au fur et à mesure cependant, l'inquiétude partait, après tout les autres ne le mangerai pas.

A présent il attendait que le suivant se présente, heureux de faire de nouvelles connaissances.

MessageSujet: Re: Un temps de chien   Ven 1 Oct - 21:24

Peu après avoir demander s'il pouvait s'attabler avec les deux autres jeunes gens, Kairyû vit un troisième arrivant.
Ce dernier sembla reconnaître l'une des personnes attablées, quoi que pas très sûr de lui.
La jeune fille cependant les enjoignit d'un geste à s'asseoir d'un geste, Kairyû eut un frisson à l'idée que cette fille s'attendait à être obéit au doigt et à l'oeil... à moins que ce ne soit un simple coup de froid ?

L'arrivant ne bougeant pas plus que lui il l'observa un peu et constata ses yeux vides, quand Seiki lui répondit, Kairyû compris de suite que l'autre n'avait pu voir le signe de main.
Il alla tout de même s'assoir mais se tenait à moitié près à aider en cas de besoin.

Une fois assis il dévisagea les autres pendant un moment, ils faisaient de même de leur cotés de toute façon et ce fut Seiki qui tenta de lancer la conversation en se présentant.
Kairyû avisa quelle était plus âgée que lui et qu'elle suivait la voie de son père, tout son contraire donc. Il semblai par ailleurs qu'elle soit déjà Genin.

La serveuse passa prendre la commande de tout le monde.
Pour Kairyû la commande était déjà faite, chose qu'il rappela.
La serveuse se mit soudain à apostrophé Seiki, il semblait qu'elles sont amies mais que ni l'une ni l'autre j'attendais à se voir ici.


*Quel supercherie, si elles sont amies elles devraient tout savoir l'une de l'autre, elle a très bien pu choisir ce restaurant parce que son amie y est serveuse.*

Ce fut au tour du compagnon de Seiki de se présenter, dénommé Mianzou Suizune il a 12 ans donc est plus jeune que Kairyû et semble être arrivé il y a peu au village tout comme lui, c'est donc un aspirant souhaitant se spécialiser dans le ninjutsu.... pouvait-il être catalogué comme un Kohai ?

À la sortie de ses réflexions il se sentait fixé par les autres... manifestement les présentations devaient être par ordre d'arrivée....


«  Je m'appelle Kairyû Ikuma, j'ai 15 ans et ça en fait trois que je suis arrivé au village ninja et à l'académie, j'ai fugué car je ne veux pas participer aux affaires de ma famille. Je viens tout juste d'en finir avec l'académie et dois donc faire mes preuves pour devenir Genin. »

La serveuse passa pour servir la commande de Kairyû, du thé Hojicha accompagné de Kuchi dango et reparti chercher le reste des commandes.
Le jeune garçon entrepris de retirer une à une et soigneusement les boules de pâtes de son Kuchi dongo avant de les gober entre deux gorgées de thé.

MessageSujet: Re: Un temps de chien   Dim 19 Déc - 12:44


    Seiki ( Niveau 10 )
    : +20% Bonus Inclus
    : + 9 XP

    Mianzou ( Niveau 4 )
    : +0% Bonus Inclus
    : + 10 XP

    Kairyû ( Niveau 2 )
    : +0% Bonus Inclus
    : + 5 XP

    Shinji ( Niveau 12 )
    : +20% Bonus Inclus
    : + 4 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un temps de chien   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission D] Un temps de chien
» Un temps de chien[PV Kate Piell]
» OBI CANICHE MALE 12 ANS (SOS VIE DE CHIEN)
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Asakura-