Partagez | 
 

 [RP solo] Noriaki le petit génie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [RP solo] Noriaki le petit génie   Mer 19 Mai - 18:40


Hideo se retrouva seul lorsqu’il arriva au lieu qu’il avait convenu avec Noriaki pour leur rencontre. Le jeune genin lui avait parlé de son « terrain d’entrainement », et l’expression avait effectivement rappelé quelque chose à Hideo. Lui aussi devait avoir quelques mètres carrés de terrain assignés à son nom pour l’entrainement, mais il ne s’en était jamais servi. Et il ignorait complètement où il pouvait se trouver…

Il se trouva une souche d’arbre pas trop humide et s’y installa, patient. Il ferma les yeux un instant, histoire de se reposer un peu avant de démarrer ce qui allait sans doute lui coûter beaucoup d’énergie. Encore une fois, il n’avait pas passé une très bonne nuit. La fièvre et la toux avaient remplacé ses insomnies passées, conséquence naturelle, quoique déplaisante, de son escapade nocturne. Il en était du coup presque reconnaissant envers Noriaki d’être en retard. Le temps passa doucement, et les paupières du garçon se faisaient de plus en plus lourdes, si bien qu’il était tout près de s’abandonner aux bras de Morphée lorsqu’il entendit un fracas sourd juste devant lui.

Ce qu’il avait, à juste titre, interprété comme un simple arbuste dix minutes plus tôt s’était brusquement transformé en un genin rieur. Hideo réalisa ce qui venait de se passer, et se leva paresseusement.

« Et ben réveille toi ! Je pensais que tu me démasquerais dès que tu me verrais. Je fais vraiment un piteux arbre… »

Noriaki se tenait devant lui, les mains sur les hanches et un sourire radieux qui lui barrait le visage. Il était habillé de sa veste ninja, et arborait fièrement son bandeau sur le front. Sa petite sacoche sonnait d’un cliquetis caractéristique des shuriken qui s’entre choquent. Il avait fixé à son torse deux kunais, ainsi qu’une pochette en cuir dont le contenu n’était pas apparent. Peut être y avait il stocké des notes explosives ou du fil. Noriaki arborait la parfaite panoplie du petit ninja, et elle lui allait plutôt bien…
Hideo resta un long moment interdit, et presque impressionné par son homologue, de deux ans son cadet. Lui-même ne portait que rarement sa tenue de genin, et, n’étant que très peu entrainé à manier les diverses armes de sa « profession », il avait rapidement reconverti ses kunais en couteaux de cuisine et ses shurikens en rabots à bois. Il ne comptait par ailleurs plus se resservir d’un de ces engins pour se battre. De toute façon, il avait montré à de nombreuses reprises qu’il n’avait aucun talent pour le maniement des armes. Il ne voyait pas vraiment ça comme un drame…
Noriaki était une toute autre histoire. Il portait sa tenue fièrement, et rayonnait d’une confiance absolue. L’allure qu’il donnait à cet instant était si différente de celle qu’il avait lorsqu’il avait peiné à empiler un pauvre échafaudage qu’Hideo se demanda un instant s’il s’agissait de la même personne.

« Allez, bouge toi ! T’as accepté de t’entrainer avec moi, va falloir assumer. »

Sur ces bonnes paroles, le genin se mit à étirer soigneusement chacun de ses muscles en prenant des positions étranges. Son camarade avait mal rien que de s’imaginer l’imiter. Il se contenta donc de se lever doucement de sa souche, de faire quelques pas, et se positionna bien au centre du terrain, décontracté. Un peu trop décontracté, en fait, car Noriaki rompit brutalement sa position, prit appui sur sa jambe droite et lança sa jambe gauche en direction du visage d’Hideo. Il stoppa son mouvement au dernier instant, soufflant un petit courant d’air sur le visage de sa victime.

« Wouhou, je suis bien chaud ! »

Il reposa son pied au sol. Hideo pouvait à présent parfaitement voir le sourire moqueur de son camarade.

« Prêt ? »

Hideo plongea sur le côté. Si on lui avait demandé par la suite pourquoi il avait eu une réaction si brutale, il n’aurait pas su répondre. Quelque chose dans le ton de Noriaki l’avait sans doute fait tiquer. Peut être qu’il avait simplement vu le pied arriver et avait réagi rapidement, quoique ce fût une hypothèse bien peu probable compte tenu de son état du moment. Toujours était-il qu’il parvint presque miraculeusement à éviter un élégant coup de pied sauté de la part du jeune genin. Ce dernier en perdit l’équilibre et se rattrapa de justesse. Il le félicita brièvement, et Hideo se sentit bêtement fier de sa chance.

Ce fut le seul coup qu’il esquiva.

La suite des évènements ne fut que la douloureuse conséquence d’un manque flagrant d’entrainement de la part de l’adolescent. Il encaissa d’abord un coup de poing dans le ventre qui le plia en deux et l’empêcha de bouger pendant quelques secondes. Ce temps fut largement mis à profit par son adversaire, qui enchaina deux coups de pied latéraux sur le côté et un à la tête. Hideo bascula et ne parvint à ne pas s’étaler par terre que par une chance insensée. L’humiliation perdura une minute ou deux, qui parurent dix fois plus longtemps pour le pauvre genin. Il était flagrant par ailleurs que Noriaki n’utilisait pas son plein potentiel. Ses mouvements restaient lents et très académiques, et il ne portait pas la plupart de ses coups. Il n’avait nullement l’intention de blesser son camarade, mais la vérité était qu’il risquait malgré tout d’en arriver là par accident s’il ne faisait pas attention.

Hideo se retrouva au sol. Il vit distinctement la semelle de son opposant s’écraser à quelques centimètres de son visage. Il s’immobilisa complètement, passablement impressionné. Noriaki l’aida à se relever.

« Tu vois, j’ai essayé de te jauger pendant la mission qu’on a mené ensemble l’autre jour. J’imaginais bien que tu n’étais pas un grand adepte du combat rapproché… »

Il marqua une longue pause, presque gêné.
« Mais là, c’est une catastrophe. Je veux dire, il y a quand même des limites à ce qu’on peut se permettre en combat, t’es bien conscient de ça ? »

Hideo soupira, et afficha un sourire triste. Il venait d’écouter un gamin de deux ans son cadet, indiscutablement plus doué que lui dans l’art du combat, lui livrer sa morale sur des combats qu’il n’avait sans doute jamais connus. Il avait raison, ceci dit, et il faudrait bien redevenir sérieux à un moment ou un autre. Pas aujourd’hui.
Hideo, toujours couché face en l’air, se mit à applaudir lentement, doucement. Il lut une certaine surprise sur le visage de Noriaki, qui décida néanmoins qu’il était temps d’aider son homologue à se relever. Il lui tendit la main, mais le jeune homme ne la saisit pas. Au lieu de ça, il continua d’applaudir, comme hypnotisé. Il laissa ce manège tourner quelques secondes de plus, jusqu’à brusquement joindre ses mains en un signe incantatoire. Il souriait toujours.

« Ah ! »
Noriaki fit un bond en arrière. Un mouvement bien futile, compte tenu de la nature de l’assaut qu’il subissait. Hideo en profita pour rouler péniblement sur le côté et se relever de lui-même. Il adopta un semblant de position de combat, par sécurité. En effet, s’il avait réussi à prendre par surprise son camarade de jeu, la partie était loin d’être jouée, et il devait encore parfaire son genjutsu pour le pousser à sa pleine efficacité. Et le temps qu’il prenait à faire ça représentait autant de secondes pendant lesquelles Noriaki pouvait mettre fin à l’exercice d’un uppercut bien placé…

Il essaya, mais son mouvement agité de tremblements parasites fut suffisamment ralenti pour être évité. Il se dit alors que si la précision n’était plus à l’ordre du jour, la force brute ferait bien l’affaire. Du moins, c’est ce qu’Hideo s’imagina qu’il se disait dans ces conditions… Il ne se trompa pas, et Noriaki effectua un coup de pied retourné qui aurait pu causer de lourds dommages s’il n’avait pas été lancé aussi ridiculement loin de sa cible. Hideo n’eut qu’un pas en arrière à faire pour éviter d’être touché. Pour assurer le coup, il continua cependant de reculer, jusqu’à ce que sa victime s’immobilise et décide de transposer le combat dans une autre sphère.

Le jeune homme n’avait pas eu tant d’occasions de lancer ses illusions sur de vraies personnes en situation réelle. Toutefois, il avait très tôt acquis la certitude qu’un genjutsu n’était jamais unidirectionnel. Aussi loin qu’il se souvenait, même lorsqu’il avait appris sa toute première technique trois ans auparavant et qu’il l’avait testé sur un camarade peu consentant, il avait eu l’impression de ressentir … quelque chose. C’était assez difficile à définir, parce que cette impression était très fugace. Elle ne faisait pas le poids face à la concentration intense nécessaire pour maintenir son illusion en place dans la tête de l’adversaire, et il était du coup tellement facile de ne pas s’en rendre compte ! Il en avait parlé avec quelques uns de ses homologues qui comme lui manifestaient plus de talent pour le genjutsu que la moyenne, mais ils n’eurent pas l’air de le comprendre.

Cette fois ci, il sentit très précisément l’intensité avec laquelle Noriaki se débattit pour s’extirper de l’illusion. Sans doute utilisait il une technique particulière de libération, car Hideo n’avait jamais ressenti une telle force de volonté émaner de sa victime, remonter jusqu’à sa propre conscience par le même canal que lui utilisait pour contrôler son illusion. Ce n’était pas violent, non. C’était fort, mais pas dangereux. Il ne fut pas assommé, étourdi, pris de vertige où quoi que ce soit qu’on aurait pu attendre d’une riposte à un genjutsu. C’était juste une sensation puissante de rejet, et la certitude que le lien mental allait être coupé dans les secondes qui suivraient.

Hideo sursauta. Il prit conscience qu’il avait passé trop de temps à rêvasser à propos de tout ça. Noriaki venait de se débarrasser de ses entraves et s’était élancé vers lui avec toute la force dont il était capable. Et malgré les quinze centimètres qu’il pouvait envier à son ainé, sa force cinétique fut bien suffisante pour les envoyer tous les deux rouler au sol. Ils y restèrent tous les deux un long moment, essoufflés et épuisés.

« Genjutsu hein ? Je déteste ça. Je me doutais que tu devais en connaitre un rayon en la matière. C’est souvent le cas pour des gringalets comme toi, mais j’ai espéré que tu m’épargnerais ça… »

Hideo ne répondit pas. D’abord parce qu’il n’avait pas encore retrouvé tout son souffle, mais aussi parce qu’il méditait sur ces paroles du genin. Bien sûr, sa carrure et sa technique étaient autant d’indices qui mèneraient ses adversaires à vite comprendre sa spécialité. Il avait pu rencontrer au cours de sa formation des ninjas plus diversifiés que lui, cependant doués en genjutsu, qui parvenaient aisément à donner le change. Lui ne pensait pas qu’il y parviendrait. Il avait trop souvent montré sa maladresse en combat, ou son incapacité à utiliser de grandes quantités de chakra pour infliger de lourds dommages. Il y avait une part de fainéantise dans son jugement, mais il était, à raison, convaincu que dans son cas, il valait mieux se concentrer sur ce qu’il savait faire plutôt que de chercher à améliorer des points qu’il ne parviendrait probablement pas à utiliser correctement en combat.

« Et tu ne sais rien faire d’autre, hein ? »

Hideo lâcha un ricanement sans le vouloir. Son cadet semblait lire dans ses pensées. Était-il si transparent ? Il fallait croire que oui, et ce n’était pas vraiment une bonne chose. Il soupira et se releva, s’épousseta distraitement les vêtements et fit quelques pas pour faire passer ses crampes. Un silence passablement gêné s’était installé…

« Pourquoi as-tu voulu t’entrainer avec moi ? »

« Quoi ? » Noriaki se releva à son tour, sincèrement surpris.
« On ne se connait pas du tout, toi et moi. Tu l’as dit toi-même, tu te doutais depuis le début de ce que je valais, mais tu es venu quand même. Et tu ne cesses de me rappeler à l’ordre sur mes capacités. Je reconnais d’ailleurs volontiers que tu es infiniment plus doué que moi. Alors pourquoi ? »
« Je te l’ai dit, j’ai pensé que ce serait intéressant. T’as deux ans de plus que moi, je me suis dit que t’avais quelques trucs à m’apprendre. J’ai eu tord ? »

L’expression de défi qu’affichait alors Noriaki avait quelque chose qui sonnait faux. Hideo restait persuadé qu’il avait eu un autre motif pour lui proposer spécifiquement à lui cette session. Mais s’il ne voulait pas le dire, il ne voyait pas bien pourquoi il le forcerait.

« Alors reprenons… »


MessageSujet: Re: [RP solo] Noriaki le petit génie   Dim 23 Mai - 18:57

Hideo battit des bras pour en faire tomber le plus d’eau possible. Il était littéralement trempé : des mèches de cheveux poisseuses lui tombaient devant les yeux, sa veste était deux fois plus lourde sur son dos que son véritable poids. Ou était-ce la fatigue physique qui parlait ? Cela faisait une bonne heure qu’il ne cessait de courir, d’esquiver, de sauter et de dévier les assauts répétés de Noriaki. Ce dernier était aussi épuisé que lui, si ce n’était plus. Après tout, c’est lui qui fournissait le plus d’efforts : il enchainait sans interruption et avec une rapidité très impressionnante pour son âge les ninjutsus élémentaires, les techniques de combat au corps à corps et les techniques de lancer. Et ce, tout en faisant attention de ne pas blesser son camarade de jeu, qui s’amusait à faire ce qu’il faisait de mieux : brouiller ses sens. A vrai dire, Hideo ne lui en aurait pas voulu s’il avait pris un shuriken ou deux dans les bras. Il le cherchait bien. Mais ça ne s’était pas produit, et c’était tout à l’honneur de l’enfant.

Hideo jeta un coup d’œil derrière lui. Deux kunais étaient plantés dans l’écorce d’un arbre, et les trainées formées par leurs copies apparaissaient encore dans l’herbe quelques mètres plus loin. Cette salve de métal n’était pas passée bien loin de lui… encore une fois.
S’il avait voulu, Noriaki aurait eu une bonne douzaine d’occasions de blesser ou tuer son camarade pendant cette session amicale. L’inverse n’était pas vrai, et même si Hideo avait senti progressivement revenir ses reflexes en matière de genjutsu, il n’avait jamais pu s’imposer suffisamment efficacement dans la tête pour pouvoir y faire entrer une illusion assez forte pour mettre fin à l’altercation.

« Ca va ? Pas trop fatigué ? » Lança t’il, sur un ton plus convaincu qu’il n’aurait dû l’être. Noriaki se massa les tempes, et se frotta les yeux.
« Mal à la tête ? »

Il ne répondit pas. Au lieu de cela, il forma une paire de signes et souffla une imposante colonne d’eau sur son compère, qui l’esquiva sans trop de difficulté, malgré le fait qu’ils pataugeaient tous les deux dans une dizaine de centimètres d’eau boueuse, ce qui ne facilitait nullement le déplacement. Noriaki avait choisi de marcher sur l’eau. Il brûlait du coup d’autant plus de chakra, et Hideo était proprement impressionné par la quantité d’énergie que son cadet semblait pouvoir déployer. Lui préférait rester dans la boue. C’était assez injuste, car cela le ralentissait lui, diminuait sa capacité à se défendre, et forçait donc Noriaki à mieux mesurer ses attaques. Mais c’était indispensable, tant il avait besoin de son propre chakra.

C’était assez ironique, quand on y pensait. Le ninjutsu permettait d’accomplir des miracles destructeurs de la nature, alors que le genjutsu signifiait seulement perturber les connexions nerveuses d’une personne à l’aide de sa propre énergie. Si on ne regardait la chose que sous cet angle, il était incompréhensible que l’art de l’illusion soit si gourmand en chakra. Mais il fallait bien se rendre compte d’une chose : sur la quantité de puissance qu’un shinobi déployait pour atteindre la tête de son adversaire, le dixième seulement était effectivement utilisé et passait dans les synapses de sa cible. Et si la dose était trop importante, elle était simplement bloquée par le propre chakra de la victime. Tout ça n’était qu’une sombre histoire de dosage idéal, sur lequel le genin avait lu des tas de traités tous plus académiques les uns que les autres. La vérité, c’était que certains ne parvenaient jamais à prendre le coup, d’autres y arrivaient miraculeusement vite. Et voilà vos grands maîtres de l’illusion !

Hideo sourit, et manqua de se faire décapiter par un coup de pied rotatif étonnant. Il se reprit : il n’avait pas vraiment assez de marge en ce qui concernait sa concentration pour se permettre de rêvasser. Noriaki avait voulu, pour une raison qui lui échappait encore, qu’ils s « entrainent » ensemble. Il le prenait donc au sérieux, et en profitait pour expérimenter un peu. Le bon côté, avec le genjutsu, c’était qu’une fois qu’on avait les techniques de base il était relativement aisé d’explorer un peu le domaine…

« Pas qu’à la tête, n’est ce pas ? Tu bouges moins vite qu’avant … tu as mal partout, non ? »
« Ah ! Ferme la, je suis juste crevé ! »
Et sur cette exclamation, il envoya une nouvelle volée de projectiles divers. Hideo, qui lui aussi fatiguait de plus en plus, ne put les éviter et encaissa deux shurikens dans le torse, juste sous les clavicules. Il laissa une exclamation de douleur et de surprise franchir le pas de ses lèvres. Puis il bondit en arrière, inquiet de ce que pouvait faire son adversaire après ça.
C’était la première fois qu’il était blessé pendant cette altercation, ce qui signifiait que les deux combattants commençaient à arriver au bout de leurs forces. Si Noriaki disposait encore d’assez d’armes blanches, les choses pourraient devenir assez dangereuses à partir de ce moment. Hideo se maudit pour la première fois de son incompétence complète.

Mais Noriaki ne semblait pas vouloir immédiatement poursuivre son assaut. Il s’était arrêté, et se massait les tempes avec vigueur, le visage crispé et les yeux clos. Il réutilisa une fois de plus sa technique de libération contre le genjutsu, ce qui était un indice qu’il était aussi au bout de sa résistance : Il n’avait pas utilisé le kaï depuis la première fois qu’Hideo l’avait surpris avec une illusion.

« La migraine ne part pas. Qu’est ce que tu m’as fait ? » demanda t’il sur un ton plein d’un ressentiment dont Hideo ne l’aurait pas cru capable d’afficher. Ce dernier ne lui adressa qu’un petit sourire narquois, ce qui énerva encore davantage le jeune genin. C’était le but, évidemment.

La vérité était qu’Hideo avait utilisé une technique très simple, dont le seul but était d’irriter les centres nerveux de sa cible. C’était assez enfantin, d’une certaine manière. Pas de grande manipulation ni d’illusion démente, juste le lent effritement des sensations et des réflexes. En d’autres termes, la technique ne faisait qu’infliger des dommages, à tout le système nerveux. Noriaki aurait besoin de quelques heures avant que la douleur ne s’estompe…

Hideo se remit en position. Il était calme, posé, comme toujours. La douleur de ces deux entailles ne l’incommodait pas tant que ça, comparé aux effets de l’épuisement qui se faisaient toujours plus ressentir. La fatigue n’avait pas que de mauvais côtés, si on y réfléchissait un peu. Elle émoussait les émotions fortes et forçaient une certaine paix intérieure. Seuls ceux qui avaient l’énergie à perdre pouvaient s’adonner aux sentiments violents. Lui était placide, concentré sur le combat. D’une certaine manière, il était confiant. La panique et le manque de confiance n’étaient elles pas des émotions fortes ?

Tout lui paraissait à présent plus lent. Ses mouvements, les battements sourds de son cœur, l’écoulement tranquille de l’eau entre ses pieds. Noriaki lui-même semblait figé dans sa position, mais son visage ne trahissait, lui, pas le calme et la quiétude. Il était crispé, troublé par la douleur et une concentration intense. Hideo aurait voulu lui dire de ne pas tant en faire…

A aucun moment Hideo ne se rendit compte que le piège s’était déjà refermé sur lui. Il n’eut pas d’éclair de lucidité, ni même de « vague sentiment que quelque chose n’allait pas bien », non. Il se sentait parfaitement normal, absolument insouciant. D’autant plus que Noriaki avait déjà manifesté son talent en taijutsu et en ninjutsu, comment pouvait-il soupçonner qu’il connaissait aussi un rayon de genjutsu ? Bien sûr, il s’était débarrassé très facilement des illusions qu’il avait subi, mais c’était quelque chose que beaucoup de shinobis s’entrainaient à faire. Tout de même, un genin de deux ans son cadet qui écarte ses illusions d’un revers de la main, ça aurait dû lui mettre la puce à l’oreille.

Mais non…

Alors lorsque Noriaki se lança en avant, Hideo eut à peine l’impression de le voir. Son cerveau n’interpréta d’ailleurs pas le mouvement de son jeune opposant dans son entièreté. Au lieu de voir un mouvement rapide, mais continu, il eut l’impression de distinguer deux saccades bien distinctes, et le genin était sur lui. Il ne ressenti pas la douleur de l’uppercut qui l’envoya fleurer l’inconscience…

Ceci fait office d'apprentissage de la morsure de l'ame

MessageSujet: Re: [RP solo] Noriaki le petit génie   Lun 7 Juin - 2:09

Hideo finit par rouvrir les yeux. Le retour à la réalité fut laborieux, douloureux, et globalement extrêmement désagréable. L’adolescent commença par cligner des paupières, et même la faible lumière qui filtrait au travers de la couche grise nuageuse était suffisante pour l’éblouir. Sans s’en rendre compte, il bougea un petit peu chacune de ses extrémités, ce qui l’assura qu’il n’avait pas subi de dommage majeur. Il roula alors sur le côté, péniblement, et toussa plusieurs fois, ce qui ne manqua pas de provoquer une violente douleur au niveau de ses côtes. Il jeta un œil autour de lui : la majorité de l’eau que Noriaki avait crachée au cours de leur altercation s’était écoulée vers le ruisseau en contrebas, ou avait été absorbée par la terre. L’enfant avait déjà ramassé ses projectiles et était en ce moment même en train de les nettoyer rapidement avant de les ranger dans ses multiples poches et sacoches.

Hideo s’appuya sur un bras, étouffa sans grand succès une exclamation de douleur, et se mit assis. Il ramena ses jambes sous lui et adopta la position du tailleur. Il inspira et expira longuement et profondément, plusieurs fois de suite, tout en se massant le bras droit, qui pour une raison qu’il ignorait le lançait terriblement.
Il ferma les yeux, le temps de remettre ses idées en place. Il tenta de se remémorer avec attention l’ensemble des évènements qui l’avaient menés à ce point. L’altercation, les techniques, les coups, et l’illusion.
Ah ! Cette illusion. Il la voyait à présent. Rétrospectivement, il était capable de se rendre compte qu’il n’avait pas été tout à fait lui-même lors des dernières secondes de leur affrontement. Il se sentait surpris, déçu, un peu honteux de s’être laissé avoir. Mais après tout, Noriaki avait dès le début montré sa supériorité dans l’art du combat. Il n’y avait pas de quoi en faire un drame, même si l’humiliation était, en fait, totale. Hideo n’avait aucun talent particulier pour les arts ninja, excepté pour le genjutsu, ce qui ne l’avait pas empêché d’être battu à plate couture.

Il grogna. « Et bien, je suppose que j’ai perdu, cette fois ci. Je n’ai pas honte, tu es vraiment un prodige ! »
« Il n’y a pas de vainqueur, ni de perdant. Ce n’était qu’un entrainement, et je ne cherchais pas à t’écraser. »

La réponse, sèche et franche, écrasa Hideo sous le poids de ses sous entendus. Au temps pour sa vaine tentative de complimenter son adversaire !
L’adolescent ne répondit cependant pas tout de suite. Il ne pouvait pas dire qu’il connaissait Noriaki depuis bien longtemps, mais il était malgré cela certain que cette façon de se vanter et d’assoir sa supériorité n’était pas son genre. D’autant plus qu’il n’y avait pas l’ombre d’un sourire sur le visage autrement candide de l’enfant. Peut être était il simplement rendu ronchon par les douleurs et la migraine. Cela n’aurait rien eu de surprenant, mais peut être avait il autre chose sur le cœur.

C’est pourquoi Hideo eut la nette impression de tendre le bâton lorsqu’il se décida à reprendre la parole sur le ton le plus innocent du monde.
« Il y a un gagnant dans un jeu. Et nous ne faisions que jouer. Ne sois pas si modeste Noriaki, ça ne te va pas ! C’était bien joué de ta part. »
Il se releva doucement, frottant au passage ses vêtements pour en faire tomber le plus de boue possible.
« Un jeu ? C’est ce que c’est pour toi ? Juste un putain de jeu ? Mais qu’est ce que t’as foutu depuis que tu es entré à l’Académie ? »

Hideo haussa les épaules, moitié amusé, moitié agacé. Il n’était jamais agréable de se sentir réprimandé par plus petit que soi, même si la personne en question était indiscutablement plus douée. D’autant plus qu’il n’avait aucune envie de justifier sa relative inactivité depuis son passage au rang de genin. Il commençait déjà à regretter d’avoir entamé cette discution…

« Le genre de jeu où tu te blesses. C’est pas si commun ! »

Noriaki avait nerveusement pointé la direction de la veste d’Hideo. Ce dernier baissa les yeux et remarqua les deux petites tâches rouges qui l’ornaient. C’est vrai qu’il avait encaissé deux projectiles au cours de leur affrontement. Il n’avait pas vraiment mal, et ne s’inquiétait pas outre mesure : la veste avait encaissé le plus gros des dégâts et la peau avait été à peine entaillée. Il voyait cependant très bien où l’enfant voulait en venir.
Mais c’était un refrain qu’il avait déjà trop entendu. Les shinobis sont des hommes d’armes, des guerriers, avec les risques que cela implique. Ses professeurs le lui avaient répété, ses parents aussi, et il en était parfaitement conscient. Trop conscient, même, si bien qu’il préférait éviter de trop penser à tout cela lorsqu’il le pouvait. Sans vraiment pouvoir argumenter son idée, il aimait penser qu’il y avait beaucoup plus à l’art ninja que ces simples pensées macabres. La guerre n’en était heureusement pas la seule application.

« Tu m’as demandé pourquoi je t’avais proposé cette séance. Je vais te le dire ! Je pensais que tu étais différent. Voilà ! »

Le genin était à bout de souffle. Son agacement s’ajoutait aux efforts qu’il avait fourni précédemment et il avait beaucoup de mal à stabiliser sa respiration. Il était si agité qu’il ne se rendit pas compte que son homologue n’avait guère de moyen de savoir de qui il était « différent ». C’était une réaction bien exagérée, pensa Hideo. Il voyait mal comment réagir. D’un côté, il voyait bien que Noriaki était troublé, et qu’il n’était pas uniquement en colère contre lui. Mais il ne savait pas comment il pouvait l’amener à en dire plus. Alors c’est d’un ton faussement calme et posé qu’il finit par demander :

« Différent de qui ? »
« Des autres ! Des gamins avec qui j’ai étudié jusque là. La plupart ont été gradés genin, mais je ne les imagine pas aller plus loin. Ecoute, j’ai passé plusieurs mois à les côtoyer, à m’entrainer avec eux. Quand je t’ai vu pendant cette mission idiote l’autre jour, j’ai eu l’impression que tu serais différent. Je me doutais bien que tu ne serais pas un monstre de puissance, mais j’ai bêtement cru que l’expérience aurait fait de toi quelqu’un d’intéressant ! »

Hideo encaissa la pique avec philosophie. Il n’allait pas hausser le ton pour si peu. D’autant plus que sa gorge toujours enflammée ne lui en laisserait pas le loisir. Il était cependant toujours aussi démuni devant la saute d’humeur imprévue de son jeune camarade.

« Tu es dur. Tu dois pourtant bien te rendre compte que tu es naturellement au dessus du lot. Je ne connais personne qui soit capable à ton âge d’utiliser à la fois du ninjutsu, du taijutsu et du genjutsu avec l’aisance que tu m’as montré. Ce n’est pas donné à tout le monde, crois moi. »
« Mais c’est donné à personne putain ! Et pourtant c’est pas aussi difficile que tu veux me le faire croire. Je ne suis pas un génie, ou ce que tu veux. J’en suis arrivé là parce que j’ai travaillé. Sérieusement, et pas à moitié comme je vois les autres le faire. J’arrive pas à comprendre comment vous pouvez vous contenter de cette médiocrité quand vous savez pertinemment ce qui vous attend par la suite ! »
« Je crois que tu nous surestime. » lâcha doucement Hideo. Il n’avait pas dit ça assez fort pour couvrir les invectives de l’enfant, et à vrai dire cela ne lui était pas destiné. Noriaki était doué, voire plus que ça, ça ne faisait aucun doute. Et pourtant il refusait de l’admettre. Il se bornait à vanter les mérites de son travail, mais le travail seul ne menait pas un enfant à s’engager efficacement dans les trois branches majeures des arts offensifs du monde ninja…

« Qu’est ce qui nous attend par la suite ? » finit il par demande, plus fort cette fois ci.
Noriaki ne répondit pas. Hideo ne pouvait pas en jurer, mais il eut l’impression de le voir blêmir. D’agacement, de colère ou de peur ? Impossible à déterminer, évidemment. Mais il sentait bien qu’il s’approchait du cœur du problème. Il répéta, laconique :
« Qu’est ce qui nous attend, Noriaki ? De quoi est ce que tu parles ? »
« Tu me fais chier. »
Et il lui tourna le dos brusquement. Hideo se passa les mains dans les cheveux, agacé. Il n’avait pas été bien fin, et il en était parfaitement conscient. Mais que pouvait-il dire d’autre ? Oui, la vie d’un shinobi était rarement bien longue. Oui, lui aussi connaissait les risques. Il avait croisé des gens qui avaient tout perdu à la suite d’une mission échouée. Perdu la vue, perdu des membres, perdu un être cher. Lui-même avait déjà beaucoup abandonné à ce monde implacable. Il ne le regrettait pas. Il ne portait aucune rancœur à propos de son père. Ce dernier avait fait ses choix, et puisqu’il s’agissait de son père, Hideo devait respecter ce choix. Du moins, c’était ce dont il essayait de se persuader.
« Noriaki… »
L’enfant se retourna.
« Excuse moi… Je ne voulais pas… enfin… »

Le jeune genin fit quelque pas vers son homologue. Il semblait un peu calmé, et c’est d’un ton assuré qu’il demanda abruptement :
« En quoi est ce que tu crois ? »
Hideo ne comprit pas tout de suite la question. Il crut d’abord avoir mal entendu.
« Quoi ? »
« En rien. Peut être que je me trompe, mais quand je te vois te battre, je vois que tu ne crois en rien. Tu ne sais pas pourquoi tu fais ça, tu ne montres aucune motivation. C’est ta vie que tu mets en jeu ! Tu peux pas prendre ça à la légère, ça va te retomber dessus trop vite pour toi. C’est pour ça qu’il faut que tu te mettes à croire. »

La voix était sèche, mais au-delà de la leçon un peu prétentieuse, Hideo perçut la chaleur d’une sincère gentillesse. Cela le rassura un peu. Noriaki poursuivit sur sa lancée :
« Ecoute, je sais de quoi j’ai l’air là. Je sais que c’est pas évident d’entendre ça de la bouche d’un gamin comme moi, mais c’est une bonne leçon que je tiens de mes parents. Il faut que tu trouves quelque chose, un but. Croire en toi, croire en le village, croire en ta patrie. On n’a pas tous le même rapport à ces choses là, mais si on veut survivre, il faut quelque chose à quoi se raccrocher. »

Hideo ne répondait pas. Son camarade ne lui apprenait rien ; c’étaient des choses auxquelles il avait déjà longuement pensé. Mais c’était la première fois qu’il se l’entendait dire, et cela semblait donner une nouvelle perspective à un problème qu’il croyait déjà bien connu. Peut être Noriaki avait il raison. Peut être qu’il venait de recevoir une précieuse leçon d’un petit génie à peine gradé, haut comme trois pommes, mais terriblement précoce.

Noriaki ricana.
« J’ai l’impression de parler à un mur… ou à un débile. Je sais pas ce que tu vas faire de tout ça. J’espère que tu vas te réveiller. En attendant, je retourne m’occuper de mes oignons. Allez, bon vent ! »

Et il se retourna à nouveau, définitivement cette fois ci. Hideo n’avait rien trouvé de plus à dire, et il le laissa simplement s’en aller. Il le regarda longuement s’éloigner, pensif. Le petit avait beau avoir son caractère, il se dit qu’il était intéressant, et il espérait honnêtement le revoir. Peut être aurait il la satisfaction de lui montrer plus tard ses propres progrès. Peut être pas…

Croire…

fin de cette session

MessageSujet: Re: [RP solo] Noriaki le petit génie   Mar 20 Juil - 22:12

Hideo : + 30 XP

J'ai trouvé cette session plus vivante que le RP commun avec Kimaru, va savoir pourquoi.

J'aime bien le "Croire ..." de la fin
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [RP solo] Noriaki le petit génie   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE
» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Terrains d'Entraînement-