Partagez | 
 

 A la découverte d'un monde nouveau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: A la découverte d'un monde nouveau   Lun 7 Juin - 23:27

[Hayabusa] 'Fascinant! Incroyable!'

Tels furent les premier mots de l'élu en franchissant les hautes et épaisses murailles de Konoha no Sato, capitale d'un pays du Feu en pleine (ré)expansion. Sous le ciel bleu, arrosé copieusement par des rayons de soleil particulièrement agressifs, Hayabusa n'en croyait pas ses yeux. A la manière d'un paysan découvrant pour la première fois une gigantesque ville, l'adolescent ne savait plus vraiment où donner de la tête. Oh, bien sûr, ce n'était pas la première fois qu'il visitait une grande cité, puisqu'il eut l'occasion de se balader maintes fois à Kiri, entre autre, de par sa position de fils d'un grand commerçant. Pourtant, passé les remparts, il put constater à quel point ces deux entités différaient, notamment à cause de la structure de la ville et de l'architecture utilisée.

Avec de petits pas lents, le jeune Toyome oscillait la tête tantôt de gauche à droite, tantôt de haut en bas, tantôt utilisant les diagonales. Les bâtiments, fait de bois, faisaient penser à un étrange mélange entre ce que de lointains penseurs appelaient le style occidental et le style extrême-oriental dans son époque féodal. C'était loin d'être laid, d'ailleurs, puisqu'il y avait dans ces oeuvres quelque chose de terriblement harmonieux. Il y avait beaucoup de grands immeubles semblables à de gros blocs dont les rez-de-chaussée était occupés par des échoppes, des restaurants, des commerces, tandis que les étages offraient visiblement des appartements. S'alternaient alors à ces immeubles de grandes résidences aux toits en forme de prisme s'apparentant à de véritables manoirs, probablement pour des personnes influentes, avec de courtes murailles fort joliment décorées, dont on pouvait deviner qu'ils donnaient lieu à de grands jardins. Les entrées étaient par ailleurs protégées par des statues de tailles moyennes en marbre, représentant très souvent des animaux. Au vu de la dimension de la route dallée, des nombreux arbres qui la parsemaient, il s'agissait à n'en point douter d'une grande artère. Le monde qui fourmillait au sein de l'avenue ne fait que confirmer cette impression. A mesure que l'adolescent avançait, des effluves délicates chatouillaient progressivement ses narines. Il y avait tantôt cet arôme caractéristique de l'encens, tantôt cette odeur si particulière du genévrier, mêlée à celle du romarin ou du tilleul, tantôt celle de la tomate ou encore du kiwi. On pouvait également distinguer celles des restaurateurs qui préparaient leur menu: Les soupes, les nouilles, les yakitoris préparés sur le grill, et plein d'autre saveur qui ne pouvait qu'inciter le voyageur, terrassé par de longues journées de marche, à s'arrêter dans l'échoppe qui lui parlait le plus. Oui, c'était une ville particulière, où l'on vivait bien, où l'on se prélasserait bien volontier et que l'on se surprendrait d'aimer en quelques jours.

Hayabusa, l'ancien marin, grisé par autant de splendeur (que l'on pourrait tout aussi bien assimiler à de la décadence ostentatoire), tout sourire, ne faisait guère attention aux regards des badauds méfiants, voyant en lui un simple étranger pour ceux qui n'avaient pas encore aperçu ses yeux couleur ambre dont la forme des iris était en amande très fins. Ce n'était qu'au bout d'un certain temps à déambuler à en oublier totalement son but ici qu'il s'aperçut du jugement des autres. Curieusement, si jusque là il ne s'en préoccupait guère, cela changeait du tout au tout depuis qu'il était arrivé à bon port. Il se sentit immergé dans une profonde solitude qu'il n'arrivait pas à réprouver. Pour la première fois de sa vie, il eut mal. Pas à l'extérieur, non...Lui qui possède un physique que beaucoup lui envierait, lui qui possède un visage dont les femmes les plus belles de battraient pour avoir ne serait-ce que quelques secondes en sa compagnie, il avait fallut que le destin lui adjoigne cette malédiction, cette tare que sont ses yeux, pourtant magnifiquement dessiné et d'une couleur si envoutante! Qu'il était difficile pour un si jeune garçon d'être l'élu. Ce fut un crève-coeur, que le futur shinobi s'empressa de dissimuler en se mettant à chercher activement l'académie, point de départ de son chemin. Il s'accroupit, un genou au sol, afin de chercher dans son sac une carte que lui avait procuré ses parents avant qu'il parte à l'aventure. Bien que particulièrement vieille, elle allait sans aucun doute lui être d'une aide précieuse, au vu de la taille du village. Puis, en se relevant, il épousseta son pantalon noir de quelques mouvements rapide sur l'étoffe, et apposa sur sa tête la capuche qui était attachée à sa longue veste du même noir. Seul son torse demeurait alors nu de tissu, au même titre que sa bouche. Ainsi donc, Les yeux du garçon, caché par l'ombre créée par le bout d'étoffe, ce premier se sentit en quelque sorte protégé, et prêt à trouver ce bâtiment que l'on racontait majestueux.

Plus de deux heures plus tard, Hayabusa se retrouvait sur une grande place, à l'intérieur de laquelle on pouvait trouver une sorte de forêt interne. L'étranger pouvait même sentir une certaine différence de température, une sorte de fraicheur qui se mêlait à la légère brise de la journée. Cela faisait énormément de bien, et il ne faisait dès lors aucun doute qu'un lac trônait quelque part dans les fourrées. A vrai dire, exténué (oui, déjà) par ces allez-retour incessants, il souhaitait se rafraichir et surtout retrouver un point d'eau. A ce sujet, il convient de noter que malgré le fait qu'il apprécie au plus au point son choix, il y avait un malaise en lui, quelque chose qui ressemblait à un manque. Il le découvrira beaucoup plus tard, mais ce manque, c'était l'eau. En tout cas, le jeune garçon eut le besoin pressant de se reposer au bord d'une eau qu'il devinait pur au son des canards et des grues qui résonnait à travers les broussailles. Il pestait allègrement contre ce vendeur qui lui a fourgué cette carte fausse à tout point de vue. C'était presque s'il la balançait dans une poubelle...Mais allez savoir pourquoi il la gardait quand même. Ce que l'adolescent ne soupçonnait pas, c'était que la carte était vrai, jusqu'à une certaine période. En réalité, ce 'bout de chiffon' comme il a été qualifié plus d'une fois par notre ami date d'avant la destruction du village par une obscure organisation. Quoi qu'il en fut, depuis la reconstruction, beaucoup de choses ont changé, c'est une loi immuable pour toute chose en ce monde, répétait souvent le père Toyome.

Hayabusa repéra aisément la source d'eau claire. L'herbe était tendre et fraiche, c'était un lit bien moelleux pour l'adolescent, qui n'hésita pas à balancer son sac loin de sa position et à s'écrouler comme s'il venait d'être abattu. Il écarta les jambes, mis les bras en croix, et huma une longue bouffée de cet air humide si frais. Les yeux clos, il sentait amoureusement les rayons de soleil frapper sa peau claire. Puis, à l'aide de ses abdominaux, il releva son torse sans faire bouger ses cuisses. remettant sa capuche en place, il chercha dans la poche intérieur de sa veste un paquet de cigarette duquel il sortit ce joyeux remontant, ainsi qu'un briquet. Il joua quelques instant avec, jonglant avec, le passant machinalement entre ses doigts. Ce que le fumeur n'avait remarqué, c'était que le sac qu'il avait envoyé promener dans la nature avait croisé la trajectoire d'un inconnu. Et lorsqu'il s'en aperçut, c'était naturellement trop tard. Néanmoins, le petit Toyome, bien trop content de pouvoir se reposer, ne prit pas la peine de se lever pour aller le récupérer, et éventuellement de s'excuser. De toute façon, pour ce qu'il y avait dans ce sac...


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Le savoir est la clef du pouvoir.
Le savoir est la clef du salut des Hommes.
Seul le savoir anéantira les ténèbres dans ce monde.

MessageSujet: Re: A la découverte d'un monde nouveau   Mar 8 Juin - 2:01

Le soleil inondait de ses rayons le village caché de la feuille. Sa chaleur ne connaissait aucune limite dans le pays du feu. C’était une contrainte pour la plus part des habitants qui pestaient contre cette atmosphère étouffante qui venait brûler les poumons en milieu d’après-midi. Pour les ninjas de Konoha, c’était tout à fait différent. Il avait apprit à dompter le feu, que cela soit celui du village, ou celui qui vivait en eux. Chacun avait le cœur ardent de cette volonté exceptionnelle qu’avait laissait pour héritage les morts passés. Cette chaleur, il fallait la respecter, mieux il fallait l’aimait. Chaque jour l’embrasser comme étant la flamme de la vie qui brûle en chacun des villageois. C’était l’âme de Konoha, la volonté du feu.

[Shiori] – Kenji !

Le jeune garçon était allongé dans l’herbe fraîche du Domaine du Cygne. Ses mains surélevant légèrement sa tête pour pouvoir regarder dans une position confortable les grands oiseaux blancs sur le lac. Les Cygnes voguaient devant lui avec impérialité, ils étaient les maîtres absolues de cette partie du village sans même le savoir. Kenji redressa alors la tête voyant la femme du grand chef Uchiha sur le balcon de bois dans la résidence. Elle lui faisait de grand signe de main pour l’inviter à venir. Le chuunin se remit alors sur pied tout en se passant une main dans sa chevelure sombre. Il prit ensuite la direction de la villa du Cygne, la villa de Takeshi.

Il pénétra rapidement dans la cuisine où de multiples plats étaient en préparations. Les odeurs se mélangèrent dans un mariage de confusion en direction de ses narines. Doucement, l’odeur du cumin, du sel et d’autres herbes dont il ne savait pas le nom vinrent caresser son odorat comme une prostituée aguichant son futur client. Le mixte des saveurs se faisait aussi en couleur dans les marmites de Shiori. Kenji y jeta un regard intéressé avant de se faire rattraper par la vieille femme.

[Shiori] – Le casino du centre-ville nous a envoyé un courrier. Ta partie de Shôgi avec la disciple de Kuzako n’est pas passée inaperçu et les dirigeants voudraient te parler.

Cela pouvait être risible comme discours venant de Shiori. Elle connaissait Kenji sur le bout des doigts, et savait pertinemment qu’il n’en aurait que faire d’aller au casino. D’ailleurs, sans un mot, le jeune garçon prenait la direction de sa chambre où il comptait aller étudier ne laissant aucune émotion, aucun regard à Shiori. C’était si futile qu’il avait légèrement du mal à comprendre les intentions de la femme de Takeshi. Alors qu’il allait passer le cadre de la porte de la cuisine, elle continua.

[Shiori] – Taka a surement du recevoir la même lettre.

Kenji s’arrêta promptement et se passa une main dans sa chevelure sombre tout en dirigeant son regard d’ébène en direction de Shiori. Son visage était fermé, même si pendant un instant certains auraient juré voir une étincelle de vie dans ses yeux noirs. Il tourna une dernière fois les talons mais prit cette fois la direction de la grande ruelle du quartier Uchiha, pour sortir en direction du centre-ville…

***

Sans comprendre réellement pourquoi, Kenji vit ses pas le mener en direction du grand parc de Konoha. Ce n’était pas forcément un détour pour aller dans le centre-ville, mais il n’y était plus repassé depuis des mois. La dernière fois, il y avait été avec Nara et cela c’était pourtant très bien terminé. C’était surement le destin qui voulait le faire pénétrer dans cette immense forêt qu’il connaissait maintenant par cœur. Il emprunta le petit sentier qui longeait le lac intérieur sur lequel proliférait des cygnes, des canards et autres oiseaux que les enfants adoraient nourrir après une longue journée à l’académie. Par chance, ce n’était que le début de l’après-midi et peu de monde se présentait dans l’espace vert. Kenji continua alors son chemin le pas sûr.

Soudainement, un sac qui avait volé quelques instants dans les airs tomba à ses pieds. C’était un sac d’enfant qui devait surement encore aller à l’académie. Mais au vue de l’horaire, Kenji trouva suspect la situation. C’était surement dû à ce sentiment d’interrogation qu’il ramassa l’objet. Par le passé, il aurait simplement laissé de côté et aurait continué sa route. Il ne savait pas encore très bien pourquoi il avait attrapait la hanse de ce dernier mais il n’allait pas faire machine arrière. Un rapide coup d’œil sur l’horizon lui permit de trouver sa proie.

L’Uchiha avança alors en direction d’un jeune garçon allongé dans l’herbe les bras en croix. Il ne semblait pas avoir remarqué la présence du chuunin même après s’être redressé. Kenji l’observa un instant avant de jeter le sac à côté du garçon. Son regard était légèrement froid pour une raison assez simple. Il ne comprenait pas pourquoi, un aspirant n’était pas à l’académie à une heure pareille. Mais ce n’était pas ses affaires, il ne le connaissait pas. Il laissa alors ses lèvres délivrer un message avec détachement.

[Kenji] – Tu devrais faire plus attention à tes affaires.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: A la découverte d'un monde nouveau   Mar 8 Juin - 14:03

Une voix se fit entendre, alors que le jeune garçon s'amusait tout seul avec son briquet. Une voix froide et monocorde, au passage. Il ne tourna pas de suite la tête en direction du mystérieux personnage, continuant son jeu puéril et se contentant simplement de faire de la rhétorique. Après l'accueil qu'il avait reçu de la part des habitants de ce village, il pouvait se permettre quelques mots déplacés et un humour désuet, pour ne pas dire... assommant envers un inconnu.

[Hayabusa] 'Pourquoi? L'herbe tacherait-elle ici?', lâcha-t-il, complètement hilare.

Après avoir franchement rigolé à sa blague pas drôle, il jeta son regard sur le bonhomme, tout en prenant un soin particulier à cacher ses yeux. Ainsi apparaissait donc, au risque de se répéter, un sourire bien dessiné. Puis, il se releva rapidement, rangeant au passage l'allume-feu dans une poche et fit de même pour une cigarette qu'il n'avait pas consommé au final. Il se dirigea par la suite vers son sac et la personne qui l'accompagnait, et, comme pour se faire pardonner, il s'inclina légèrement afin de lui montrer une esquisse de respect et de remerciement.

[Hayabusa] 'Il n'y a dans ce sac qu'une fausse carte et quelques effets personnels sans grande valeur, si ce n'est celle que je leur accorde. Désolé, mais j'avais vraiment la flemme d'all...'

Le ton se voulait agréable, chaud, et souriant, avec une voix légèrement grave, jusqu'à ce que l'adolescent aperçut un étrange objet, quelque chose ressemblant à un bandeau sur lequel était apposé une plaque métallique surmontée d'un symbole gravé dessus. Instinctivement, le natif des mers de Kiri approcha son visage en direction de la chose en question, fronçant les sourcils de curiosité, sans bouger les pieds d'un seul pouce. Il étira sa colonne vertébrale vers l'avant, puis, quelques courtes secondes plus tard, il fit un pas en arrière, sous le coup de la surprise. Ses yeux irradièrent alors d'une joie encore plus marquée que précédemment, dévoilant ainsi une large rangée de dents blanc-cassé, comme s'il venait de recevoir le cadeau de ses rêves. Le gamin s'avança de nouveau, persuadé d'y voir là encore un signe des esprits justifiant le bien-fondé de sa quête. Le bandeau brillait de mille feux sous les assauts du soleil, conférant à celui-ci une aura presque divine, attisant plus encore la curiosité maladive d'Hayabusa. La voix de ce dernier, pourtant si assuré jusque là, se métamorphosa littéralement, se lança dans des aigües digne des plus grands 'alto', et fut accompagné de bégaiements. Des signes trahissant un état d'excitation sans commune mesure.

[Hayabusa] 'Tu...Tu es un shinobi, c'est ça? Mais c'est fabuleux! C'est le fameux bandeau que l'on donne aux ninja de Konoha, c'est ça? Avec l'écusson du village? C'est absolument incroyable...Ça veut dire que tu es un shinobi, hein? Tu es un Genin? Ou un Chuunin peut-être? Oooooh, c'est affreusement excitant, tout ça! Je peux le voir? Dis? Dis? Dis? C'est la première fois que j'en vois un de mes propres yeux, et d'aussi prêt! Ah la la, il n'y a pas à dire, c'est vraiment un joyaux...Il est fait dans quel métal? Fer? Acier? Argent, peut-être? Chrome? Un alliage, sûrement? C'est ça, hein? Il faut absolument que je l'examine...'

Le petit Toyome était sur un petit nuage, et ses cris stridents ne manquèrent pas d'attirer l'attention des quelques konohan présent sur les rives du lac. Seuls les amoureux se retrouvant ici à la recherche d'un peu de romantisme n'avaient que faire de ce garçon exalté à en mourir. Le volume de sa voix cachait sans mal le bruissement des feuillages, le croassement des grenouilles, le cris des nombreux volatiles présents dans la zone et tout ce qui faisait la magie de cet endroit. Toutefois, et après quelques minutes de questions incessantes et de hurlements perçants, Hayabusa nota le comportement qu'avait les badauds à son encontre, ce qui l'encouragea fortement à revoir son attitude. Il posa alors un poing fermé sur des lèvres amoureusement bien dessinées, puis il se racla la gorge discrètement. Enfin, il fit courir cette même main le long de la nuque par-dessus le tissu de la capuche afin de ne pas dévoiler à son interlocuteur ce qui faisait de lui un démon parmi la population superstitieuse. D'un sourire extrêmement gêné, il finit par reprendre sa voix normale et le ton si particulier qu'était le sien.

[Hayabusa] 'Oups! Ca m'arrive pas souvent d'être aussi chiant...J'veux dire, pas à ce point là en tout cas. Moi, c'est Hayabusa, je viens de loin pour devenir un shinobi de Konoha, mais je me suis fait arnaqué et le plan que j'ai eu est complètement pourri. Du coup, je ne trouve pas l'académie...Dis-moi, toi qui est du coin, tu veux pas me dire où elle se trouve?'


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Le savoir est la clef du pouvoir.
Le savoir est la clef du salut des Hommes.
Seul le savoir anéantira les ténèbres dans ce monde.

MessageSujet: Re: A la découverte d'un monde nouveau   Mer 9 Juin - 13:25

Kenji observait le jeune garçon froidement. Ce dernier ne semblait pas savoir à qui il s’adressait. L’irritation de l’Uchiha grandit lorsque l’aspirant ne daigna pas se tourner vers lui et préféra blaguer. Kenji plissa légèrement les yeux, laissant juste deux petites fentes noires apparaître tout en espérant que ces dernières tueraient d’un regard l’enfant. Il croisa alors les bras et n’esquissa pas même un sourire à la repartie d’académicien d’Hayabusa. Même si la blague avait été réellement marrante, il aurait été très difficile de faire rire Kenji, surtout aujourd’hui où il était de mauvaise humeur. L’Uchiha patienta alors quelques instants attendant des excuses de la part d’un individu qui ne respectait un supérieur hiérarchique. Le Chuunin avait une équipe et il savait que ses élèves ne se permettraient jamais une telle arrogance face à un autre sensei ou envers lui-même. Ces derniers étaient disciplinés, et buvaient ses paroles. C’était la force de l’équipe neuf.

Le jeune garçon daigna finalement accorder de l’attention à l’Uchiha. Il vint vers lui et se présenta avec respect ce que Kenji apprécia. Le sensei se dérida quelque peu, en supprimant la froideur de ses gestes pour plus de neutralité. Il semblait qu’il avait devant lui un jeune garçon qui n’avait pas reçu une éducation très noble au vue de son vocabulaire. Mais le chuunin ne lui en tint pas rigueur, il connaissait la mixité sociale de Konoha qui sévissait de partout.

Hayabusa s’arrêta alors en pleine phrase et posa honteusement son regard sur la ceinture de Kenji. Il semblait fasciné par le bandeau de Konoha que portait l’Uchiha. Il l’observa sous toutes les coutures, espérant peut-être le voler ou simplement le toucher. La plaque de métal rayonnait sous le grand soleil du village caché de la feuille, et avait encore plus d’importance sur Kenji. Le jeune garçon se délecta alors de cette image de manière assez impolie. Il semblait que son esprit se perdait dans la confusion et des milliers de questions l’envahissaient. Le voyageur se mit à débiter des questions à un rythme infernal. Kenji ne l’écouta qu’à moitié se demandant surtout comment il allait se débarrasser d’un garçon qui allait maintenant l’harceler de question sur la vie des ninjas. Il jura intérieurement et attendit la fin du monologue de l’aspirant. Sa voix était stridente et difficile à supporter, mais il se calma assez vite pour reprendre une nature plus moins marginales après que la plus part des visiteurs du parc se soient retourné vers eux.

Finalement, le jeune garçon se présenta. Kenji décroisa les bras et l’écouta sans un signe d’acquiescement ou autre. Le chuunin était en quelque sorte rassuré de savoir qu’Hayabusa était un nouvel élève car dans le cas contraire, il aurait grandement remit en question l’éducation que donnait l’académie de Konoha. Il se passa alors doucement une main dans sa chevelure sombre avant de réfléchir quelques instants. Même s’il ne voyait pas vraiment d’intérêt à le faire, il allait aider l’aspirant. Il était chuunin et c’était son travail après tout…

[Kenji] – Je suis Kenji Uchiha, chuunin de Konoha.

Kenji marqua une pause avant de reprendre sur un ton tout aussi neutre.

[Kenji] – L’académie se trouve plus à l’est d’ici. Une fois arrivé là-bas, demande Reiko Kairi à l’accueil. Si tu veux devenir un grand ninja applique des principes dans lesquels tu crois plus que tout, comme la confiance en soi, la fierté et le courage.

Kenji aligna ces quelques mots de manière assez désuète. Il y avait autre chose qui l’intéressait finalement. Une phrase qu’Hayabusa avait prononcée et qui avait attiré l’attention de l’Uchiha. Ce dernier désigna d’un regard le sac du jeune aspirant et prit la parole d’une façon intéressé.

[Kenji] – Puis-je voir cette « fausse carte » ?

Kenji souhaitait savoir si c’était réellement un plan de Konoha que possédait Hayabusa et surtout dans quelle mesure il pouvait aider l’aspirant. Peut-être, que le plan révélait d’ancien passage secret que les autorités seraient contentes de connaître. Il valait mieux dans tous les cas, analyser cette carte, même si cela n’apporterait peut-être rien au final.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: A la découverte d'un monde nouveau   Mer 9 Juin - 20:54

[Hayabusa] *Uchiha...Uchiha...Où aie-je bien pu voir ça...*

L'adolescent n'avait pas le temps d'y réfléchir convenablement que le dénommé Kenji continuait sa tirade, bien aimable de répondre à la question posé par le jeune Toyome malgré un manque évident d'entrain. Cela n'avait pas échappé à ce dernier, qui avait, passé l'euphorie des premières minutes de son arrivée à Konoha, relevé bien malgré lui la différence globale de caractère entre les habitants d'un hameau ou d'une petite communauté et celui des habitants d'une grande agglomération. Naturellement, l'excentricité qu'il affichait, ajouté à son problème génétique, n'arrangeaient en rien le résultat observé. Pour autant, le garçon n'en tint pas rigueur, conscient d'être comme un cheveux dans la soupe et qu'il s'agissait là d'un phénomène reconnu et que, passé quelques mois d'adaptation, les Konohans apprendrait à le connaitre et à l'apprécier, ceux-ci devenant par conséquent plus aimable et plus souriant. Du moins l'espérait-il...

Nous passerons sous silence le moment où notre protagoniste manqua de tomber à la renverse lorsqu'il apprit que son interlocuteur était un Chuunin. Il se mordit les lèvres, désireux de ne pas interrompre le Uchiha dans ses indications, mais nul doute que ces informations lui donnèrent l'eau à la bouche. Quoi qu'il en fut, le garçon encapuchonné jeta un regard impétueux sur le levant, direction par laquelle se situait, d'après Kenji, l'académie du village caché de la feuille. Hayabusa saisit machinalement sa capuche du bout du pouce et de l'index afin de l'arranger quelque peu. Ce dernier mit ensuite les mains dans les poches, toujours échaudé de ne pas se souvenir de l'endroit où il avait entendu parler des Uchihas, et peut-être aussi à cause du soleil qui tapait affreusement en cette contrée. Allez savoir. Ce qui était certain, c'est que même si le haut gradé prônait des valeurs archaïques, force était de constater qu'il eût un impact assez prononcé sur l'adolescent en face de lui, suffisamment en tout cas pour lui donner un motif supplémentaire à emprunter une voie qui lui semblait déjà clairement dessinée. En tout cas, la petit Toyome se mit à songer et à imaginer ce que pouvait être cette vie, et éventuellement tout les sacrifices qu'il pourrait être amené à faire afin d'anéantir toute trace d'ombre en ce bas-monde. Un maigre prix à payer, se disait-il!


[Kenji] 'Puis-je voir cette 'fausse carte'?'
[Hayabusa] 'Hein? Oh!'

Le Uchiha désigna le sac du garçon, comme pour être plus clair face à un rêveur de premier ordre. Hayabusa secoua rapidement la tête de gauche à droite afin de reprendre ses esprits, puis s'accroupit élégamment, un genou sur un gazon tendre et humide, et ouvrit son bagage pour en sortir ladite carte qui lui aura fait marcher des lieux et des lieux inutilement. Toujours positionné de la sorte l'adolescent tendit le vieux bout de parchemin à son interlocuteur.

[Hayabusa] 'Elle s'appelle reviens...'

Gradé ou pas, ce morceau de papier n'en restait pas moins une acquisition honnête, et le Kirisien ne se sentait pas obligé de faire des ronds de jambes, quant bien même il eût apprécié l'aide de Kenji. Ceci fait, il se redressa. Une légère brise se leva et souffla sur le corps perlant de sueur d'Hayabusa, soulevant ainsi la longue veste noir de l'adolescent tel le vent gonflant les voiles d'une jonque. Cela lui faisait un bien fou, et il en résulta un très large sourire. Pourtant, et c'est bien connu, le naturel revint au galop, puisqu'il abandonna rapidement la joie de sentir Zéphyr sur son torse pour une joie toute autre, celle d'apprendre toujours un peu plus...

Le grade de l'homme aux cheveux de jais était toujours dans l'esprit du Kirisien, mais ce qui l'obsédait encore un peu plus, c'était son nom de famille. Les bras croisés, tapotant du pied le sol meuble et fertile, ce dernier cherchait dans les tréfonds de sa mémoire les quelques bribes d'informations qui lui manquait jusqu'alors, et tandis que l'Uchiha examinait le document griffonné, il sursauta. Le jeune Toyome fixa alors du même regard que celui qui l'animait quelques instants plus tôt, presque malsain. Ses yeux se posèrent plus spécialement sur ceux de son vis-à-vis. Uchiha...Un clan extrêmement puissant inhérent à Konoha, peut-être le plus puissant autant en terme de population qu'en terme de technique pure. Convoités par bon nombre de shinobi et de marchant, il paraitrait, selon les quelques histoires racontées par le père Toyome à son fils, que leurs yeux sont le réceptacle d'une force et d'une énergie hors du commun. Par ailleurs, l'apparence de ces globes oculaires diffèrerait du commun des mortels mais les membres de cette famille n'étaient en aucun cas honnis. Bien au contraire, ils jouissaient d'une haute estime vis-à-vis les habitants du village. Cependant, malgré le sombre qui régnait dans ceux de Kenji, Hayabusa ne parvenait pas à distinguer ce qui était si inhabituel. Le fils Toyome crut alors à une fable destinée aux enfants en mal de reconnaissance. Désillusion...

Notre ami s'éloigna alors de Kenji, se redressant et mettant les mains dans les poches. Ne cachant pas cette déception qui empara tout son être, il ne prit même plus la peine d'en savoir un peu plus sur son interlocuteur et ce fameux grade de chuunin. Il se contenta simplement de grommeler dans un langage indescriptible, attendant que la personne en face de lui ne lui rende son bien. Tout juste s'il ne voulut pas allumer la cigarette qu'il tenait avant de rencontrer le shinobi planté devant lui, juste par dépit. Hasard du destin, le vent jusque là si doux, se leva soudainement, et une puissante rafale souffla, emportant dans sa course la capuche qui couvrait judicieusement les yeux du garçon.


[Hayabusa] 'Nom de...'

Plus rien ne s'opposa à ce regard démoniaque, l'espace d'un instant, le temps qu'il remit l'étoffe en place. Il jura ouvertement dans un vocabulaire peu raffiné contre ce vent jusque là pourtant si bienfaiteur. La vie est faite ainsi, tout va très vite. Chose curieuse mais non moins dénuée de sens, le jeune homme se sentit comme un pestiféré sans ses bandelettes jusqu'à ce qu'il puisse remettre en place sa capuche, comme si ce bout de tissu avait un pouvoir psychologique sur son esprit. Hayabusa priait continuellement pour que le dénommé Kenji soit absorbé par la carte et ne lui fasse pas la chasse dans le cas contraire...


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Le savoir est la clef du pouvoir.
Le savoir est la clef du salut des Hommes.
Seul le savoir anéantira les ténèbres dans ce monde.

MessageSujet: Re: A la découverte d'un monde nouveau   Sam 7 Aoû - 12:49

Hayabusa - 12 XP

Kenji - 10 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A la découverte d'un monde nouveau   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Documentaire : A la découverte du vrai monde Harry Potter
» Gaïa Asteria Simmons, une aveugle dans un monde nouveau
» Kuroka Kanashita / Necra - Malgré ce monde nouveau,, ma vie est toujours aussi amer.
» Le début d'un nouveau monde...
» Découverte d'un nouveau sens...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-