Partagez | 
 

 Cobaye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Cobaye   Mar 15 Juin - 17:56

.:: Cobaye ::.
Chapitre 5 : Moment avec Ayame
- Prologue -

Une pleine lune était accrochée là, au milieu du ciel. Un ciel sans nuage qui nous permettait la vue la plus splendide sur cette voute étoilé. J’étais couché au milieu du parc Yumekuteka. J’avais exceptionnellement pris une journée pour moi. J’étais venu manger ici vers l’heure du souper histoire d’observer un agréable coucher de soleil. J’avais fait des sushi et des onigiris spécialement pour cette occasion. J’avais bien entendu inviter mon père qui avait un travail important à faire et qui avait du décliner l’invitation et mon frère qui m’avait dit qu’il viendrait, mais comme prévu, m’avait fait faux bond. J’avais voulu inviter ma nouvelle amie Ayame, malheureusement, elle était introuvable. La mère d’Ayame m’avait dit qu’elle était dans les montagnes, probablement c’était-elle trouver un petit endroit ou réviser tranquillement ses ninjutsus voir peut-être même était-elle en train de manipuler la foudre. J’avais donc du me résigner à passer la soirée seule avec moi-même.

Après le coucher de soleil, je n’avais pas eu le courage de tout ranger pour partir et j’avais décidé de rester ici un peu plus longtemps histoire de relaxer un peu. Peu après, les étoiles étaient apparues haut dans le ciel. Ébloui par cette beauté, j’avais perdu la notion du temps et n’avais pas remarqué qu’il était déjà bien tard. J’étais couché sur l’herbe perdu dans mon esprit en regardant la grande ours. Je pensais à tout ce qui m’attendait, ce que je voulais plus faire plus tard. Je pensais aux actions que j’avais portées pour arriver à mes fins. Jusqu’ici, j’avais mené une belle vie, sans doute plus belle que la majorité de mes confrères et consœurs shinobis.

J’étais resté ainsi pendant à peu près deux heures. Jusqu’à ce qu’une silhouette qui m’était assez familière fit son apparition dans mon champ de vision. J’étais couché sur le sol et les cheveux de cette personne tombaient vers moi à cause de la gravité. De longs cheveux bruns caché sous une veste brun vert. Une camisole blanche cachait la peau que la veste non-attachée ne cachait pas. Ayame était venu me voir. Pourquoi si tard ? Bonne question. Toujours placé au dessus de moi, elle me fit un grand sourire suivi d’un salut hippie avec son index et son majeure. Après quelques secondes, elle se couchait à mes côté observant les étoiles à son tour.

[Ayame] – Salut Seiki, ça fait un bail !

Un bail ? Cela devais faire une semaine, voir deux tout ou plus que l’on ne c’était pas vue. Enfin, j’étais très heureuse de la revoir. Depuis notre retour de mission, nous avions faire une toute petite mission D et après plus rien. Chose qui m’avait attristé. Chaque fois que je voulais la voir, sa mère me disait qu’elle était partie dans les montagnes. Il était évident que son entrainement passait avant tout et c’était pour cela que je n’insistais pas plus. J’étais vraiment contente qu’elle soit venue aujourd’hui… même si ce n’était pas pour manger des plats à base de riz et de poisson crue.

[Ayame] – Ton père ma dit que je te trouverai là.

Je relevai mon corps pour être en position assise. Après quelques secondes de silence, elle en fit de même.

[Seiki] – Je suis contente que tu sois là.

Elle sourit lorsqu’elle entendit cela.

[Ayame] – Je ne vais pas passer par quatre chemins, je suis aussi très contente de te revoir, mais j’aurai besoin de ton aide.

Je le savais au fond de moi qu’elle ne venait pas me voir par simple courtoisie. Ayame n’était pas le genre de personne à n’avoir qu’une seule idée en tête. Si elle désirait elle aussi de passer un peu de temps ensemble, elle désirait encore plus autre chose et j’avais la nette impression que j’allais devoir m’embarquer dans une de ses idées étranges.

[Seiki] – Pourquoi faire ?

[Ayame] - Pour m'entrainer

[Seiki] – il faut que je fasse quoi ?

Je m’étais relever et commençais à rassembler mes affaires. Je savais pertinemment qu’elle allait avoir besoin de mon aide pour s’entrainer, elle ne faisait que cela. Et si tel était le cas, j’aurai bien besoin de repos.

[Ayame] – Rejoint moi demain à l’entré des montagnes, je te dirais tout cela en temps et lieu.

L’idée de marché un peu avec elle m’enchantait beaucoup. Même si cela ne fait qu’une ou deux semaines que nous ne nous sommes pas vu, j’avais l’impression qu’une éternité était passée. Après tout, c’était la personne autre que les membres de ma famille avec qui j’avais passé le plus de temps. Que ce soit pendant les trois mois loin du village ou dans le village. Je n’avais pas vraiment rencontré de gens depuis mon retour et même en mission, j’essayais d’éviter le plus possible Alice et son copain.

[Seiki] – Expliques-moi plus en détail

Elle ne voulait pas vraiment entré dans les détails. Allez savoir pourquoi ?

[Ayame] - Allez accepte... fait le pour moi

[Seiki] - ...

[Ayame] - Alleeeeeeeezz


Dernière édition par Seiki Naru le Mer 16 Juin - 15:31, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Cobaye   Mar 15 Juin - 23:58

.:: Cobaye ::.
Chapitre 5 : Moment avec Ayame
- Un étrange costume -

La journée venait tout juste de débuter et exceptionnellement, cela ne m’avait pas pris beaucoup de temps m’endormir. J’étais donc très reposer et prête pour cette dure et longue journée qui m’attendais. Ayame m’avait donné rendez-vous à l’entré des montagnes. J’étais donc devant un petit sentier qui s’enfonçait dans les montagnes en prenant peu à peu de la hauteur. Ayame n’était pas encore arrivé, sans doute parce que j’étais trente minutes à l’avance. J’avais horreur de me faire attendre… Attendre ne me dérangeais aucunement, mais me faire attendre, c’était une autre histoire.

Ayame était à l’heure, comme à son habitude. Physiquement, elle était pareille, aucun changement, elle était habillé exactement comme hier, mais elle avait avec elle une combinaison noire en caoutchouc. Lorsqu’elle avait remarqué que je fixai cette armure synthétique, elle me fit un sourire qui allait jusqu’à l’oreille. Ce sourire voulait tout dire, j’aurai à enfiler cette armure. Il était aisé de constater ce que nous allions faire de notre journée. Personne n’avait voulu l’aider, car le descriptif de la mission devait préciser : « Vous devrez porter une armure en caoutchouc pendant tout une journée » et l’idée de finir aussi rouge qu’un crabe ne devait pas les affoler. En même temps, cette idée ne me plaisait pas du tout.

[Seiki] – J’ai l’impression que c’est pour moi.

Avais-je dit en lançant aller un léger soupire de désespoir.

[Ayame] – Oui

[Seiki] – Et pourquoi je dois porter cela ?

J’avais peur de la réponse. J’avais vraiment le pressentiment que je m’étais embarquée dans un de ses plans sans queue ni tête.

[Ayame] – Pour ne pas mourir électrifier.

[Seiki] – Pourquoi mourir électrifier ?

[Ayame] – Tu va porter cela et tu va courir. Viser une cible qui ne bouge pas avec des éclairs, c’est très facile, j’avais besoin d’une cobaye pour viser des cibles en mouvement.

[Seiki] – Et si je mourrais d’une insolation en portant ce truc

[Ayame] – Cela sera sans aucun doute moins douloureux que la décharge d’un éclair.

Je n’avais plus tellement envie d’être son « cobaye » pour la journée.

[Seiki] – Sans doute oui… Tu sais…

Elle s’empressa de me couper

[Ayame] – S’il te plait… qui d’autre voudrai bien m’aider… je pourrais certes oui viser les oiseaux, mais c’est moins amusant. Tu m’en dois une n’oublie pas… le « babysitting »

Il fallait vraiment qu’elle tourne le couteau dans la plaie. La prochaine fois, je ferais bien attention à ce QU’ELLE veut. Comme cela, je pourrais aussi user du fameux : « Tu m’en dois une »

[Seiki] – Ce n’est pas comme si j’avais le choix

***

Cela nous avais pris une heure arriver là où Ayame s’entrainait… c’était vraiment perdu dans les montagnes ou il fallait emprunter des milliers de petit chemin, escalader certaine place. Bien entendu, l’endroit valait les risques. Contrairement à moi, c’était un endroit qu’elle-même avait trouvé… Comment ? Allez donc le savoir. Personnellement, je trouvais ma place plus adapté à l’entrainement. Ici, c’est plein de distraction… source chaude, beau paysage, ciel dégagé, arbres normaux et arbre à moitié calciner par les entrainements d’Ayame. Ouais, enfin, la dernière option n’était pas très distrayante, mais cela faisait tout de même partie du paysage.

[Ayame] – Bon, enfile la protection.

J’avais de la chance… enfin, pour le peu de chance que j’avais. Le soleil n’était pas encore levé et un vent frisquet nous frappait la nuque. Bien entendu, dans cette armure, les rayons du soleil verraient leur chaleur amplifier par un gros pourcentage, mais si de base, il ne faisait pas très chaud, l’armure en serai moins suffoquant. Je suis chanceuse dans ma malchance. Sans perdre une minute de plus, j’enfilais l’armure. Plus j’attendais, plus l’air ambiante serai chaude et je me disais que si nous terminions cette séance rapidement, nous serions peut-être ne mesure de profiter de la vue. J’adorais ne rien faire et regarde de beau paysage.

[Seiki] – C’est bon.

Le principe de cet entrainement était très facile… courir. Comme si c’était réellement possible dans cette armure. Ce n’était pas impossible avec un gros I, mais c’était difficile. Par chance, mes entrainements de médecine me permettaient de résister un peu à la chaleur – qui commençait déjà à apparaitre -. C’est exactement comme si on prenait votre corps, qu’on l’enduisait de matière grâce et qu’on le faisait cuire. Maintenant, imaginez-vous au milieu d’une poêle pendant que quelqu’un part le rond. Sentez-vous la chaleur monté ? C’était exactement le cas ici.

[Ayame] – Prête ?

Elle ne m’avait même pas laisser le temps de répondre qu’elle me balançait un Raiton pure et dure sur la guelle. Si ce n’était pas de cette protection, le courant aurait fait des ravages dans mon corps. Le ninjutsu de Kumo était bien moins imposant que celui de Konoha… Par contre, niveau beauté, Konoha et Kiri avait de quoi envier Kumo. Même si cette protection était lourde, chaude et encombrante, elle était efficace.

[Seiki] – Comme si tu me laissais le choix ?

[Ayame] – Hihi

Ayame prenait un malin plaisir à me voir dans cette armure. Tellement, qu’elle me balançait des Raitons un à la suite de l’autre. Elle avait littéralement oublié le but de cet exercice. Si elle continuait ainsi, elle ce retrouverai assez rapidement à court de chakra

[Seiki] – Ayame, calme toi, je n’ai même pas le temps de bouger.

Ayame stoppa sec les mouvements de ses mains qui me lançaient les éclairs meurtriers.

[Ayame] – C’est vrai, je m’excuse. Bon, tu dois tout faire pour ne pas être touché par mes éclairs. Comme si ta vie en dépendait. Bien entendu, comme je tiens à la survie des Kuméens et à mon intégrité dans le village, tu portes cette armure. Es-tu prête ?

Je me sentais déjà plus rassurer. Je fis deux ou trois bonds pour voir si j’étais capable de sauter avec cette chose sur le corps. Étrangement, l’armure était d’une légèreté des plus déconcertantes. Sertes oui, elle gênait mes mouvements, mais beaucoup moins que ce à quoi je m’attendais.

[Seiki] – C’est quand tu veux.

Je m’étais mise à courir en ligne droite. Même si mon but était d’éviter les éclairs, il fallait bien qu’ayame s’entraine un peu. Je voulais tout d’abord voir ce dont elle était capable. Elle mit ses mains ensemble et commença la réalisation de tao. Des nuages avaient commencé à émerger des entrailles du néant. Des nuages aussi noir que la mort et chargé en électricité. Elle venait de faire lever un orage dans cette journée des plus magnifiques. Elle était aussi droite qu’un arbre, le bras droit levé vers le ciel les yeux river sur les nuages. Le capuchon de sa veste était tombé à cause du vent. Elle descendit son regard sur moi. Un léger sourire en coin se dessinait sur son visage. Elle descendit son bras pour ordonner à la foudre de ce jeter sur moi... Si l’armure n’avait pas été là, j’aurai eu assez mal.

[Ayame] – Bon, nous pouvons commencer.

Elle recula sa jambe droite pour être de côté à moi. Son bras droit était un peu lever et des éclairs commençaient à jaillir dudit bras. En une fraction de seconde elle lança l’éclaire sur ma personne. Par chance, j’avais prévu cet assaut et l’éclair ne m’avait pas touché. Contrairement aux techniques Katons qui ont un périmètre énorme, le Raiton demande plus d’adresse pour viser une cible en mouvement, puisque les éclairs n’étaient pas quelque chose de trop gros.

[Ayame] – Et si j’essayais cela.

Lorsqu’Ayame s’entraine, elle utilise la technique la plus rependu. Elle dit à voix haute ce qu’elle voulait faire. Ayame étant quelqu’un d’auditive, il lui est plus facile de mémoriser ses plans ainsi. Bien entendu, il n’y avait pas vraiment de plan à faire, nous n’étions pas en vrai situation de combat ou bien, les techniques ne demandais pas un ordre particulier pour maximiser leur efficacité. En temps normal, oui… mais à cause de cet équipement, je ne ressentais en rien les effets néfaste qu’avait les éclairs sur notre corps.

Ayame se replaçait exactement comme avant, dans la même position, il était évident qu’elle voulait de nouveau refaire la technique d’avant. Seulement, avant de s’élancer, elle appela la foudre de l’orage pour me surprendre. Chose que je n’avais pas prévu. En temps normal, elle me l’aurait envoyé dessus, mais vu la combinaison, cela n’aurai pas été efficace. Elle envoya l’éclair de l’orage un peu en avant de moi, sentant le danger, je stop sec mes déplacement et elle en n’avait profité pour m’envoyer son Raiton en plein figure. Je venais de comprendre que les positions qu’elle prenait n’étaient là que pour surprendre son adversaire. Elle pouvait très bien envoyer la foudre de l’orage sans avoir de mouvement à faire.

***

Nous avions continué cela pendant plus d’une heure. Ayame ne voulait pas arrêter, même si elle sentait que son corps avait commencé à faiblir il y à plus d’une demi-heure de cela. Elle ne voulait pas arrêter tant qu’elle n’aura pas été assez satisfaite par ses progrès. Si bien, qu’elle avait enchainé les pilules. Toutes ses économies étaient passées dans l’achat de pilule pour ses entrainements. Malgré mes mises en garde face à l’ingestion massive de pilule, elle ne c’était pas arrêter et nous y étions encore là, après plus d’une heure. L’orage qu’elle avait fait lever c’était dissiper. Sans doute n’en voulait-elle plus. J’avais eu tant de facilité à éviter les assauts venu d’en haut après plusieurs essais que conserver l’orage lui coutait chère. Elle commençait à être à bout et elle n’avait plus de pilule… Je n’avais même plus l’envie de lui dire d’arrêter… Elle ne voulait pas m’écouter. Elle prit son poignet droit avec sa main gauche et descendit son bras vers le sol. Des éclairs plus puissants sortaient de l’extrémité de ses doigts pour aller recouvrire toute sa main puis son bras. En un éclair – quel jeu de mot – elle avait disparut de sa position d’origine pour apparaitre devant moi, la main sur la combinaison. La technique avait été si puissante qu’une marque de sa main était restée imprégner dans le caoutchouc.

[Ayame] – Je t’ai eu

M’avait-elle dit avant de sombre dans l’inconscience. La demande en chakra de cette dernière technique avait été si demande qu’elle avait du puiser dans ses dernières réserves. N’ayant plus d’énergie, le cerveau d’Ayame eu le réflex le plus simple pour récupérer des forces. Il ordonna à tout son corps de tout arrêter et elle était ainsi tombée dans l’inconscience. Ayame ne représentant plus aucun danger, j’avais retiré la combinaison. J’étais couverte de sueur. Avec le temps, je m’étais un peu habitué à cette chaleur. Non pas que je ne la sentais pas, mais j’arrive à vivre avec. J’avais pris ayame sur mon épaule pour la déposer au raz d’un arbre. Assise au côté d’elle, je regardais le paysage droit devant moi. Je l’avais dit qu’a la fin de cette journée j’allais regarder les merveilles de la nature. Et puis, je n’avais pas tellement le choix… Seul Ayame savait comment retourné au village à partir d’ici et elle n’était pas capable de me dire comment… Quoi faire d’autre ?

***

[Ayame] – Seiki, réveille-toi.

À force d’attendre le réveil d’Ayame, je m’étais assoupie tout comme elle. Cet entrainement avait été rude pour les deux parties. Bien entendu, plus pour elle qui s’était volontairement mise en situation de problème avec de trop grosse dépense de Chakra et une absorption de masse. L’énergie avait fini par me manqué et je m’étais endormie auprès d’elle. Lorsque sa voix me tira des bras de Morphée, il faisait déjà nuit et la lune était déjà bien haute. Une odeur de poison cuit titillait mes narines. C’était Ayame qui avait préparé un repas. Depuis combien de temps était-elle réveiller ?

[Seiki] – Ayame… Quel heure est-il ?

Ayame souriait comme la première fois ou nous nous étions rencontrer. Elle était quelqu’un de spécial. Douce et gentille lorsqu’il s’agissait d’être avec des gens, mais au moment ou une demande en Chakra ce faisait sentir, elle devenait incontrôlable et sans pitié.

[Ayame] – Déjà bien tard. Tiens mange, je l’ai fait spécialement pour toi. Ma façon à moi de te remercier.

L’odeur de ce délicieux repas me tentait. Vider d’énergie, mon corps devait trouver une source autre que le repos et c’était de manger.

[Seiki] – Merci Ayame

Elle me mit l’index sur la bouche comme pour me dire de me taire

[Ayame] – C’est moi qui doit te remercier et c’est ma façon à moi

Sans perdre un instant de plus, nous nous installions pour déguster ce repas. Il était vrai que je n’avais pas utilisé énormément de Chakra comparé à Ayame… peut-être une fois ou deux involontairement pour m’arrête rapidement histoire d’éviter les attaques de ma compagnes. C’était la chaleur qui m’avait vidé. Mon corps devait essayer tant bien que mal de résister aux effets néfastes d’une insolation voilà ce qui m’avait vidé de mes forces. Probablement aussi une combinaison de l’équipement et du fait que j’avais du courir sans m’arrêter pendant plusieurs minutes prenant des pauses une fois de temps en temps

[Seiki] – Bonne appétit

Ayame me regardait en souriant.

[Ayame] – Bonne appétit.

.:: FIN ::.

MessageSujet: Re: Cobaye   Mer 16 Juin - 16:07


    Seiki : +21 XP

    Session très sympathique !
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Cobaye   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti est-il un pays cobaye ?
» Cherche cobaye pour manipulation génétique.
» Atsushi Ishimaru: Entraînement intensif
» Cobaye
» et j'suis comme un cobaye qui a sniffé toute sa paille ••

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-