Partagez | 
 

 | CK006 | Du poisson...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

MessageSujet: | CK006 | Du poisson...   Ven 25 Juin - 1:24

Troisième matin depuis que les choses avaient été tirées au clair, depuis que Hakai avait semblé se résigner totalement à la conquête du cœur de Taka qu'il tenait déjà pourtant dans ses mains. Certes, il était difficile de faire disparaître totalement les froids et les moments de gêne qui pouvaient parfois surgir, mais dans l'ensemble chacun semblait y mettre beaucoup du sien pour que les choses roulent normalement. C'était la première règle, lorsque l'on partageait le même toit.

A la maison, les habitants avait décelé ce petit quelque chose, évitant de poser trop souvent de question mais s'étant au moins une fois intéressé au sujet. En face de cette curiosité, que Taka ne trouvait pas mal placée pour autant, la jeune femme s'évertuait à ne répondre que par des silences, ou des réponses qui mettaient immédiatement l'histoire de côté. Elle préférait ne pas donner d'opinion à chaud, elle préférait attendre et analyser tout ceci plus tard, lorsque le temps serait venu.

Ainsi, donc, la Chuunin se levait la première dans la demeure, pointant le bout de son nez dans la pièce principale comme le soleil peignant les première couleurs dans le ciel de la nuit. Silencieusement, et vêtue de son kimono de soie noire, la jeune femme entama sa journée par un séjour dans la cuisine où elle sortit, comme chaque matin, le nécessaire à petit déjeuner. S'efforçant de n'éveiller l'attention de personne – de n'éveiller personne, tout simplement – elle disposa le tout sur la table qui accueillerait les quatre individus. Alors qu'elle s'apprêtait à rejoindre à nouveau la salle des préparations culinaires, elle s'immobilisa, prêtant une attention soutenu à ce qui se passait autour d'elle. Pourtant... rien n'avait bougé dans la maison. Ses sens en alerte, elle pivota sur elle même, exécutant un demi-tour qui la plaçait de façon à ce qu'elle voie la porte d'entrée. Sa main déposa le petit plateau qu'elle tenait et, à pas feutré, elle s'avança vers l'accès principal de la maison. Méfiante comme si elle s'attendait à une agression, elle sur quelques dizaines de centimètres jusqu'à se poser devant la porte, prête à l'ouvrir.

Le bois craqua... C'était la marche extérieure de la maison, celle qui se trouvait juste sous le pré-haut. Ses doigts firent coulisser le bois tandis qu'instinctivement, son corps se chargeait de chakra. Il était rare de recevoir des visites si matinales, en fait... ça n'était quasiment jamais arrivé. Derrière la porte, dans l'ouverture créée, un homme se tenait debout un air anxieux profondément ancré sur le visage. Sans baisser sa vigilance, elle leva les yeux sur lui tandis qu'il effectuait la manœuvre opposée. Un instant silencieux servit d'introduction à la rencontre puis il prit la parole devant l'attente de la jeune femme.

Messager –
Uchiha... Taka?

Elle affirma du chef.

Messager –
Il faut vous hâter... Sania-sama désire vous voir, vous et votre binôme. Elle a une tâche à vous confier. Il faut me suivre.

Dans la tête de Taka, une image jaillit des tréfonds de ses souvenirs. Elle se revoyait signer un papier mentionnant qu'elle et son ami étaient disponibles pour un départ en mission. Ainsi donc, c'était l'heure de vérité. Quelque peu excitée, comme un employé devant son premier travail, elle se retourna vivement, ne prenant pas même la peine de faire entrer l'homme. La Chuunin se dirigea vers ce qui était temporairement la chambre d'Hakai dans laquelle elle entra sans gêne. Sa main se posa sur l'épaule du Genin tandis qu'elle secouait quelque peu brusquement pour un réveil. Lorsque celui-ci daigna ouvrir les yeux, elle s'efforça d'être claire.

Taka –
C'est l'heure... On nous attend pour le briefing de la mission. Pas le temps de te préparer, tu prends tes premiers habits et en route. Nous reviendrons après.

Elle même n'avait pas quitté son kimono. Certes, ce n'était pas des plus approprié, mais en se forçant à ne pas en faire cas, il devenait facile d'oublier la légère tenue de la jeune femme. Lorsque chacun fut prêt à quitter la maison pour s'en aller à la rencontre de la dame, les trois personnes quittèrent le quartier du clan pour se rendre dans un bâtiment de la zone nord du village. C'était évident... la mission commençait. Après tout, toute l'administration était concentrée à cet endroit là. Taka marchait en regardant les rues vides, se demandant de quoi il pouvait s'agir pour qu'on vienne taper à leur porte aussi tôt... et dans un empressement des plus total. Son instinct lui disait qu'il s'agissait d'une mission de rang élevé, au moins celui de la précédente, ce qui avait pour effet de la rendre tout à fait grave.

Quelques minutes passèrent avant qu'on ne décide de les recevoir dans un bureau situé d'un côté d'un couloir sombre. La porte déjà entrouverte pivota. On avait pu entendre brièvement leur présentation à la dite Sania... L'homme se tourna vers eux, déjà dans le bureau, et leur fit signe de pénétrer à leur tour. Taka fut la première à découvrir l'endroit... Une faute de goût monumentale, un mobilier qui laissait à désirer... En somme, une ambiance tout à fait négative. Elle baissa les yeux sur la dame, une personne âgée d'environ quarante ans à vue d'oeil, avec des habits totalement dépassés et en décalage complet avec le monde moderne. En plus, vu la gueule du spécimen, il était super, hyper, méga probable qu'elle n'eût su pas ce qu'était un baiser... Cette idée toute aussi folle que tordante manqua de faire naître un sourire sur le visage de la Chuunin qui s'efforça de rester tout à fait... de marbre? Elle gardait son expression sérieuse tandis que Hakai la suivait de près.

Malgré ce style vraiment démodé, la femme aux lunettes en croissant s'évertua à proposer un petit quelque chose à grignoter et à accompagner d'un breuvage. Poliment, la kunoichi refusa, craignant presque que ses sachets d'infusions soit aussi âgés que ses habits. Encoure une fois, elle réprima toute expression qui aurait pu faire penser qu'elle ne prenait pas tout ceci au sérieux. Une chance que l'on décidât enfin de passer à la mission en elle même.

Sania –
Ni vous, ni moi ne souhaitons perdre de temps, alors allons droit au but. Plusieurs rapports provenant du village portuaire de Taka nous signalent des vols répétés et continus de cargaisons de poissons destinées au commerce.

La jeune femme éleva un sourcil, plutôt surprise de la nouvelle. Du poisson... Du poisson? DU POISSON? C'te conne m'a dépêché à l'aube pour du poisson?!

Sania – Normalement, nous devrions laisser cela aux autorités mais... elles se révèlent incompétentes sur le coup. Un marchand a donc réclamé notre aide. Il incombe à vous deux de faire le travail à la place de ces inutiles.

Voilà qu'ils allaient jouer aux détectives. Ceci dit, c'était plutôt sympathique cette idée de... d'enquête, d'indices, de recherche... Ca pouvait titiller les sens et l'attention, permettre de travailler son approche des gens et... non bon, il fallait arrêter là quoi. C'était du poisson, point barre.

Sania – Selon le commanditaire de cette mission, ce serait un coup des enfants des quartiers pauvres qui utiliseraient des roublardises pour arriver à leur fin. Quoi qu'il en soit, je m'en moque. Préparez vos affaires et partez en hâte. Ne revenez surtout pas avant que l'histoire soit mise au clair et que les forfait cessent. Maintenant, ouste!

Elle fit un geste dédaigneux de la main, ce que Taka prit pour de la pure jalousie. Non pas qu'elle se sentait profondément belle mais face à cette grenouille fripée et mal vieillie, il n'y avait sans doute pas photo. Qui plus était, Hakai n'était pas franchement « dégueu » comme garçon, et ses atouts physiques n'avaient sans doute pas du échapper à cette vieille « tâchonne ». Décidant d'ignorer une telle attitude, Taka ne fit qu'un signe de la tête pour confirmer qu'elle avait bien pris note de l'affaire et sorti sans même la saluer. Une fois hors de l'enceinte du bâtiment, elle se tourna vers son ami.

Taka –
On sait ce qu'il nous reste à faire. Mère a du se lever, on déjeune, prépare nos affaires tranquillement sans ne rien oublier et on se met en route avant dix heures. Taka est loin non? Tout à l'est du pays si je ne me trompe pas. Elle lui adressa un franc sourire. On va enfin pouvoir voir un peu de pays ensemble, même si c'est pour le travail.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Ven 25 Juin - 17:15

Il avait passé le stade de l'insomnie. Les trois derniers furent un enfer pour l'Uchiha. Ne pouvant exprimer ses sentiments, montrer au grand jour ce qu'il ressentait. « L'amitié » entre Taka et lui serait fragilisé... Il la connaissait, ses réactions, ses attentes. Il savait parfaitement qu'insister lui ferait perdre le peu de crédibilité qu'il avait gagné toute cette année... Et lorsque c'est non... Mieux vaut accepter ou, comme dans ce cas ou le refus était de mise, attendre que quelque chose ce passe. Sauf que... il n'était vraiment pas le genre de type à rester prêt d'elle, attendant le premier signe de fragilité pour agir. Il préférait encore s'en éloigner, continuer son malheur autre part et la laisser progresser au sein de l'échelon du village, loin de lui, loin de tout problème.

Son comportement avait changé. Peut être plus distant, plus renfermé, moins parlant... Il répondait lorsqu'on lui parlait, mais il n'avait plus cette flamme dans les yeux lorsque Taka le regardait ou lui adressait la parole. Cette flamme c'était essoufflé, réduite à l'état de braise cherchant désespérément un souffle pour regagner sa puissance d'antan. Mais cela, l'homme n'y croyait plus. Et c'était justement pour éviter toute sorte de faux espoirs et de mauvaise surprise qu'il refermait son coeur. Ne montrant plus autant de bonne humeur qu'auparavant, semblant être sur la lune par moment. Il changeait, c'était indéniable et la vie de maison le sentait vraisemblablement. Seul Suzu arrivait par moment à le faire revenir dans ses anciennes habitudes, mais rapidement, il revenait dans cet état de tranquillité.

Ses yeux s'ouvrirent sur le visage de la belle Uchiha. Sans expression particulière, il restait dans le silence, fixant les yeux de son réveil. Il était beaucoup trop tôt pour réclamer sa présence, cela devait vraiment être important pour que l'on vient ainsi le réveiller.

Taka – C'est l'heure... On nous attend pour le briefing de la mission. Pas le temps de te préparer, tu prends tes premiers habits et en route. Nous reviendrons après.

Clignant frénétiquement des yeux pendants de longue seconde, l'homme semblait vérifier s'il était bien réveillé. Taka le pressa un peu d'un geste de la main et, instinctivement il se leva. Il laissa un petit grognement s'échapper lorsqu'il enfila son marcel rouge qui traînait sur le bureau. Les bandages avaient disparu depuis quelques jours, il avait reprit peu à peu un rythme de vie normal et son départ de la villa avait percuté les esprits la veille. Cette mission sonnait donc son départ. Il regarda l'horloge, il était beaucoup trop tôt... Suzu devait être bercé par des rêves merveilleux tandis que Hatsue devait, peu à peu, se libérer des griffes du sommeil.

Accordant un unique regard à l'homme destinait à rester coursier toute sa vie, l'homme suivait péniblement la petite troupe. Personne n'était présent dans les rues et heureusement... Hakai était habillé d'un simple marcel et d'un short, qui ressemblait presque à un caleçon... Ses cheveux n'étaient pas coiffés et il n'avait nullement eut l'occasion de se passer un coup de toilette sur la figure. Bref, il n'était vraiment pas à son avantage. Il en était de même pour Taka même si se kimono lui donnait un côté de grâce que l'homme ne possédait pas. Ils marchèrent ainsi dans les rues déserte pendant de longue minute. Minute dans laquelle aucun mot ne sortit de la bouche de l'homme, comme des deux autres d'ailleurs.

Ses pieds étaient lourds, c'est avec dédain qu'il monta une à une les marches de cet escalier. Les mains dans les poches, l'homme faisait très mauvais garçon, il était surtout mal réveillé et ne pensait vraiment pas à sa tenue. Le chien chien les stoppa devant une porte, leur demandant de patienter quelque instant pendant qu'il allait informer sa maîtresse de leur arriver. Moment que le genin profita pour se passer un coup dans les yeux histoire de se donner meilleure mine. Ce fut une attente peut être trop courte pour l'Uchiha qui essayait de finir rapidement d'enlever ce maudit truc vert de son cil... Ah enfin c'était bon. Il laissa, poliment entrer Taka en premier, lui emboîtant le pas. S'il s'écoutait, le genin aurait laissé un sifflement moqueur se perdre tout en aillant lâcher une phrase du genre « Punaise, qu'est-ce que c'est laid. » Mais heureusement pour elle (et pour lui probablement) il était calme. Quoi que... Il n'hésita pas à bailler ouvertement lorsque la peau ridé de la vieille apparut.

Sania – Ni vous, ni moi ne souhaitons perdre de temps, alors allons droit au but. Plusieurs rapports provenant du village portuaire de Taka nous signalent des vols répétés et continus de cargaisons de poissons destinées au commerce.

Jusque là, l'homme n'en avait que faire, c'était un ordre de mission comme un autre. Les shinobi devant réparer les pots cassés, ou exécuter le travail que d'autre n'était pas capable de finir. Une mission de rang C quoi. Une envie irrésistible de s'étirer prit l'homme, mais qui forte heureusement, réussit à se retenir.

Sania – Selon le commanditaire de cette mission, ce serait un coup des enfants des quartiers pauvres qui utiliseraient des roublardises pour arriver à leur fin. Quoi qu'il en soit, je m'en moque. Préparez vos affaires et partez en hâte. Ne revenez surtout pas avant que l'histoire soit mise au clair et que les forfait cessent. Maintenant, ouste!

Sa mâchoire, qui s'était étiré dans le but d'évacuer un trop plein de fatigue se stoppa net. Comme si on lui racontait une histoire grave, terriblement importante. Le vole de poisson par des gamins du quartier pauvre? Oui, c'était une possibilité, mais le fait que ces mômes fassent parti des suspect numéro un fit rager intérieurement l'Uchiha. C'est sans un mot qu'ils quittèrent cette « belle » pièce. L'homme marchait, son dos droit, ses épaules d'acier se saillant dans ce marcel. Son regard fixé un mur imaginaire, pensant déjà à ce qu'il trouverait dans ces taudis.

Taka – On sait ce qu'il nous reste à faire. Mère a du se lever, on déjeune, prépare nos affaires tranquillement sans ne rien oublier et on se met en route avant dix heures. Taka est loin non? Tout à l'est du pays si je ne me trompe pas. On va enfin pouvoir voir un peu de pays ensemble, même si c'est pour le travail.

L'homme se tourna vers la chuunin

[Hakai] « Oui c'est une petite ville côtière de l'est du pays. Je suis passé rapidement dans ce village avec la compagnie du renard. Elle ressemble étrangement à celle ou je suis née. Hormis le port bien sur. Il nous faudra deux bonne journée de marche si nous suivons les raccourcis. » Il sourit de plus belle « Tu verras, le coin est magnifique par la-bas. »

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Sam 26 Juin - 0:42

Magnifique? Soit, en route alors... Le temps ne pressait pas mais l'affaire, si suivie sérieusement, requérait tout de même d'être sur place rapidement, plus rapidement que la vitesse de dégénérescence des faits. Taka se tourna et activa la marche en direction de la maison où l'on prendrait un copieux repas avant de se mettre en route sans s'arrêter jusqu'à l'heure du déjeuner. Dans son esprit, il fallait un peu plus de temps que ce qu'avait énoncé le Genin pour gagner la côte du village, mais si tout se déroulait bien, ils y seraient en temps et heure.

La jeune fille franchit la porte d'entrée et se dirigea directement vers la cuisine où elle lança le fourneau. Elle sortit quelques aliments, dont des sardines et du riz et entama de préparer le tout le temps que Hakai se mette en tenue de voyage. Après le petit déjeuner, elle irait elle même réunir tout son barda pour que le binôme puisse se mettre en route. Elle servit un bon petit déjeuner traditionnel, ayant fait griller les petits poissons et ayant cuit son riz à la perfection. Une ou deux petites sauces sucrées dont elle avait le secret avaient été jointes. Elle s'autorisa une touche de modernisme en ajoutant du jus. La jeune femme semblait vouloir passer ces instants avant départ dans un silence prononcé. Bien sûr, elle n'était pas sauvage et proposait toujours à Hakai de prendre tel ou tel aliment, s'inquiétait de savoir s'il avait assez bu etc... Mais il régnait tout de même une atmosphère étrange et palpable dans laquelle la gêne prenait place. Sans doute était-ce de l'appréhension. Quoi qu'il en fût, elle disparut lorsqu'il fallut faire ses affaires.

La Chuunin parcourut l'ensemble de sa chambre à la recherche d'un éventuel oubli. Elle serra la lanière de son sac qui se portait à la façon d'une ceinture, dans le bas du dos. En dessous, un étui était disposé duquel sortaient deux sortes de gros anneaux qui s'avéraient – si l'on y regardait d'un peu plus près – être le centre de l'hélice d'un de deux Fuuma Shuriken. Elle les enfonça un peu plus afin qu'on ne devine pas trop vite de quoi il s'agissait, puis elle se tourna vers sa table de chevet. Avant de procéder à la dernière étape, elle ouvrit la fenêtre visant à renouveler l'air de la pièce et, dans un même temps, à effacer l'odeur du jeune homme. A son retour, elle reprendrait possession de ses quartiers. Taka exécuta finalement un demi-tour puis s'approcha de sa table de chevet. Ses doigt attrapèrent les deux petites lanières qui gisaient là puis elle leva les mains derrière sa nuque. Pour la première fois depuis des années sans doute, elle remettait ce collier fait de cinq cristaux imbriqués à leur base. Son index et son majeur vinrent caresser l'objet qui trônait désormais sous sa gorge tandis qu'un sourire s'afficha sur son visage.

Elle apparut dans le salon ajustant un manteau de voyage sur ses épaules, totalement équipée et prête à partir. Dans la maison l'on s'était levé comme pour lui souhaiter bon courage. Pourtant, les échanges se limitèrent presque uniquement à un « Bon voyage » et « A bientôt ». Évidemment, il avait été possible de déceler un peu d'inquiétude dans son regard lorsqu'elle se tourna une dernière fois vers sa mère et sa sœur. Après tout... leur père n'était toujours pas là et ce commençait à être long. Elle soupira légèrement puis se mit en route, leur souriant une ultime fois. Elle jeta un regard à Hakai tandis qu'elle entamait sa marche à son côté, sans ambiguïté aucune. Ils finirent par franchir les portes...

Taka –
J'aimerais arriver à Toshitsuiya le plus rapidement possible. Non pas que bivouaquer en pleine nature me dérange, mais tant qu'à faire, autant accélérer le pas et arriver en ville pour passer la nuit.

Elle ne parlait clairement pas comme à un subordonné, elle n'en avait pas l'envie. Si nécessaire, cela viendrait mais elle estimait la manoeuvre comme une action d'extrême urgence. De plus, elle trouvait que c'était tomber dans le chantage que de mettre cette histoire entre eux dans la cadre de la mission. Bien sûr, officiellement, elle était responsable et le savait, encore que... il se pouvait que les autorités elle mêmes ne le considéraient plus comme un simple Genin mais qu'administrativement, sa chance n'était pas encore arrivée ou alors n'avait pas été saisie.

Taka –
Ca te va? Ou tu as un meilleur programme?


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun


Dernière édition par Uchiha Taka le Mar 29 Juin - 21:36, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Dim 27 Juin - 14:58

Il mangea en silence, comme à son habitude depuis quelque jour. Malgré lui, il ne pouvait faire comme si rien ne s’était passé. Il refusait d’avouer qu’il avait mal, que son cœur lui tiraillait le torse comme pour s’y échapper et ne plus jamais y revenir. Ce sentiment perdu pouvait se lire sur son visage, moins souriant, moins enclin à vivre. Il avait perdu cette petite touche de folie qui lui avait valu pas mal de sourire et aussi, pas mal de soucis. L’homme paraissait peut-être plus mûr, plus réfléchit, mais toute personne le connaissant diraient que… c’était un autre homme et non le Hakai qu’ils connaissaient.

Il était arrivé l'heure de se préparer à présent. L'homme balaya son regard dans cette pièce qui fut sa chambre pendant ces quelques jours. Rangeant ses affaires dans un seul sac qu'il plaça dans un coin. Il viendrait le récupérer une fois de retour, le temps leur manquait pour arriver à faire un détour par le centre-ville. D'une main ferme, il laissa pendre sa sacoche au niveau de sa ceinture. Celle-ci contenait quelque vivre, quelque premier soin et ses pilules. De l'autre côté, pendait une chaînette qui représentait son bolas, arme qui pouvait s'avérer utile dans certaine situation. Un bras puis l'autre, il enfila sa veste plaquée qui lui conférait une protection solide. Son nunchaku était attaché dans son dos par une liasse en cuir. Il n'avait plus qu'à tendre le bras vers sa nuque pour s'emparer du manche et faire tournoyer cette arme qui pouvait s'avérer mortel.

Le dos collé au mur, les bras croisés, l'Uchiha regardait sa partenaire finir ses préparatifs. Sa famille qui aujourd'hui composé de Suzu et Hatsue, l'attendait pour lui souhaiter bon voyage et surtout bonne chance. Hakai resta neutre dans cette affaire même si au fond de lui il connaissait les risques de cette mission et il était relativement proche de zéro. Dans le meilleur des cas, ils n'auront à combattre, simplement à faire pression sur de quelconque voleur. S'il s'agissait bien de ses gamins, le genin ne pourrait rien leur dire, connaissant la dure vie de la rue... Il faudrait alors que ce soit Taka qui arrache leur bien, condamnant peut-être à mort certain.

Il était l’heure. Les adieux, bien que court, furent faits. L’homme se détacha du mur d’un geste du poignet et suivit du regard la chuunin qui s’avançait en sa direction. Il l’accompagna à ses côtés jusqu'à la sortie, ouvrant et refermant la porte. Les voici qui quittaient le domaine avec la ferme attention d’y revenir triomphant. Ils restèrent silencieux avant que la jeune femme et chef d’équipe pour le jour ne prit la parole.

Taka – J'aimerais arriver à Toshitsuiya le plus rapidement possible. Non pas que bivouaquer en pleine nature me dérange, mais tant qu'à faire, autant accélérer le pas et arriver en ville pour passer la nuit.

Le regard sombre de l'homme se posa sur la silhouette mince de la jeune femme. Il n'avait aucune objection à y faire même si cela constituait un détour sur le trajet auquel il avait réfléchi. De plus, l'homme n'était vraiment pas friand de cette ville. Il n'y avait aucune place pour l'art, pour le chant, la danse. Tout y était fait pour l'argent. Les casinos, les bars spécialisés... Même les églises devaient faire de l'argent en mariant des inconnus venant de se rencontrer... Non ce n'était pas une ville faite pour lui... La compagnie des renards ne faisait que la traverser pour acheter des vivres avant de repartir aussi vite. Les jeux, l'excitation de perdre de l'argent, mais de pouvoir ramasser le pactole, les filles se trémoussant... Non il n'y avait vraiment rien d'attirant....

Taka – Ca te va? Ou tu as un meilleur programme?

Cette parole refit descendre sur terre l’homme qui finissait d’abattre cette ville…

[Hakai] « Non c’est très bien. »

A la sortie des immenses porte de bois, délimitant le territoire du village, les deux compères s'envolèrent dans un élan sulfureux. Sautant de branche en branche, ils tenaient un rythme assez élevé que l'homme n'avait aucun mal à tenir malgré sa ressente blessure. S'ils souhaitaient atteindre Toshitsuiva pour la nuit, il fallait maintenir cette allure. Ne s'autorisant que des pauses pour manger un bout ou pour souffler quelques instants, ils avançaient à un bon rythme. Probablement plus vite que ce que le genin aurait pensé.

La nuit se prononçait à présent. Les étoiles brillaient de mille feux dans ce ciel sombre, mais pourtant rassurant. La température avait peu à peu baissée tout en restant agréable. Les Uchiha touchaient au but. Descendant une petite colline, ils pouvaient observer les lumières de la ville se dessinaient en contre bas. L'homme n'était franchement pas emballé d'y retourner. La vie y était animée sans cesse et dormir y était presque impossible... Sans compter les poivrots, les voleurs, les putes, les droguer et toutes autres chose...

C’est le visage maussade que le genin entra dans la ville animée. Des lumières partout, de la musique en tout genre, à première vue, on pouvait s’attendre à passer un bon séjour, cependant cette ambiance devient vite un enfer. Le monde passait son temps à jouer, boire et à se droguer… Il suffisait de tourner la tête dans une ruelle pour voir qu’un trafic avait lieu. Les mains dans les poches, il se contentait de marcher à côté de Taka sur cette avenue principal qui traversait de long en large la ville. Il n’avait qu’une envie, trouver un endroit ou dormir et quitter au plus vite cette ville de fou…

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Mar 29 Juin - 19:21

Stop ! Temps mort ! Point virgule ! Arrêt des machines ! Mode « repos sauvage » activé !

Je suis où là ?

Attends que je résume ma situation deux minutes. Je suis partie de cette ville pourrie de Maka pour rejoindre Konoha. Je suis partie de nuit, en furie, sans carte, sans direction et avec huit ans d’abstinence physique…
Ouaip, je suis perdue.
Alors, je me retrouve là, devant la mer, ne sachant pas trop comment je suis arrivé là. J’ai joué les idiotes, je sais même pas où Konoha n’est pas… Alors je saurais encore moins où est le village. Mais quand même, moi qui me vantait d’avoir un bon sens de l’orientation, je n’aurais pas put juste suivre les feuilles ?

Ouais, je sais, remarque stupide.

Je n’ai pas trop le choix là, je suis fatiguée, j’ai faim, je suis sale et je commence à avoir mal aux jambes. Je savais que j’aurais du continuer l’entraînement sauvage de Bushujima-sensei… Bah nan, je me suis un peu trop affaiblie là.
Enfin, inutile de ressasser le passé là… Surtout maintenant. Vérifions plutôt où est-ce que je suis.

Voyons voir, derrière moi… Pas grand-chose, un chemin de terre tout pourri avec quelques arbres qui se battent entre eux. Sur ma droite, un chemin de plage, avec la mer en face, sur ma gauche… Un village… Enfin, un port plutôt, un truc petit mais efficace on dirait.
On dirait que j’ai mas prochaine direction. Heureusement que courir à travers les bois et dormir à la belle étoile ma fait économiser de l’argent, sinon j’aurais été très mal partit…

Après quelques minutes de marche, sans forcer, inutile à ce stade là. J’arrive finalement au port. C’est vraiment un truc sympa… Mais je n’ai pas non plus le temps de visiter…
Tout ce que je peux dire c’est qu’il y a de l’activité, beaucoup d’activité. Les gens sont nombreux, et, à priori, venant de tous les horizons. Un port quoi.
J’ignore tout ce beau monde pour me diriger vers ce qui semble être « la rue aux auberges-bars »… Ouaip, un port, vu le nombre.
J’en prends une au hasard et me dirige vers le patron, un type à l’apparence sympa, un peu bourru et bronzé, mais, hé, c’est ça la vie près de la mer.

??? - « Ouais ? »

Bonjour. Je voudrais une chambre, pour… On va dire trois nuits. Avec un bain s’il vous plaît.

Il me regarde un moment et je peux presque entendre ses pensées. Une gamine sale et borgne, qui a vraiment l’air crevée et paumé. Je suis sûre qu’il se demande si j’ai du fric. Pour assurer mon point, je sors mon porte-monnaie, un truc minable en cuir mais assez résistant et pratique, donc pas mal. Je l’ouvre rapidement, montrant, discrètement, les billets dedans, lui assurant donc que, oui, j’ai les moyens.

??? - « Ouais… Tenez, une chambre tranquille, le bain est d’office. Par contre les petits déjeuners ne sont pas compris dans le prix, ça vous intéresse ? »

Evidement, une chambre toute petite, avec un bac à eau en guise de baignoire et pas de petits-déjeuners. Ca va être folklorique tiens… Je hoche la tête, lui payant son dû, avant de prendre mon sac et de monter l’escalier se trouvant à coté du bar ou, déjà, des éponges se chargent de vider les réserves du lieu.

Peu m’importe, il me faut un bain, il me faut dormir et il me faut des infos… Mais les infos attendront demain.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Mar 29 Juin - 22:55

De branche en branche, d'arbre en arbre. Tous les bois se ressemblaient même si, s'éloignant du village caché, leur densité allait en décroissant. Taka et Hakai avait pris un bon rythme, ils atteindraient leur objectif journalier, comme prévu. Le temps ne pressait pas forcément, mais vue la cadence donnée par la jeune fille, il semblait que la visite des paysages ne soit pas pour l'aller mais bien pour le voyage les ramenant au bercail. Elle accéléra sur quelques kilomètres avant de s'immobiliser soudain en lisière, quasiment au sommet d'un imposant végétal. Hakai était juste à côté d'elle et tous deux jetaient leurs sombres yeux au pied des collines.

Serpentant dans le relief doux mais irrégulier, les lumières de la ville des jeux la plus connue de la zone dessinaient toutes sortes de formes. Ondulantes, tantôt en angle droit, parfois certains toit étaient totalement illuminés et d'architecture en sacré décalage avec ce que l'on voyait dans les bâtiments classiques. La kunoichi sourit légèrement avant de descendre de son perchoir. Avec l'obscurité bien installée, il était difficile de lire réellement les expressions et de déchiffrer les attitudes. Tout ce qu'il était possible de constater, c'est qu'avec leur style de déplacement et les mimiques faciales qu'elle avait, on aurait pu les prendre pour deux malfaiteurs prêts à un bain de sang dans l'une des cités les plus animées.

Suivant la route qui mènerait jusqu'aux portes elle vérifia qu'elle ne portait la capuche de son manteau, ce qui l'aurait assurément faite passer pour une voleuse. Les portes de la ville se dressèrent devant eux, prêtes à les accueillir. En fait, il s'agissait simplement d'une grande arcade en pierre finement taillée par laquelle des dizaines et des dizaines de personnes se glissaient pour quitter ou gagner la rue brillant en tout point. La jeune femme se tourna vers Hakai qui ne semblait pas présenter le même enthousiasme qu'elle à pénétrer en ces lieux. Certes l'animation n'était pas la meilleure amie du repos, mais de là à tirer une tête pareil, il ne fallait pas abuser. Elle haussa les épaule sachant pertinemment que son vêtement de voyage masquait ce genre de petits gestes puis elle s'engouffra dans l'allée surfréquentée.

De droite à gauche et ce jusqu'au fond, à perte de vue, la foule rugissait, piétinant ardemment le sol. On entendait des rires de groupes de jeunes déjà bien joyeux – symptôme d'une consommation grandissante d'alcool – des hommes ou des femmes qui sortaient d'établissements consacrés aux jeu d'argent, soit en râlant leurs pertes, soit en bénissant le ciel de les avoir fait gagner. Il y avait des couples, des clochards, des alcooliques – qui étaient d'ailleurs souvent des mandiants – des chiens... Émerveillée par tant d'agitation, tant de vie, Taka avançait sans vraiment se rendre compte du chemin qu'elle empruntait à travers la masse populaire. Elle s'arrêta lorsqu'une main vint tapoter son épaule, ce qui la fit brusquement se retourner. Il ne s'agissait pourtant que du Genin, mais dans une rue aussi bondée, elle gardait des réflexes utiles à la survie de son porte-monnaie. Sans décliner le moindre sourire, le jeune homme pointa du doigt une enseigne qui semblait être une auberge ou quelque chose dans ce goût. A vue d'oeil, le bâtiment s'étendait sur trois niveaux. Elle examina brièvement avant de se remettre en mouvement pour ne plus être la victime du passage quelque peu brusque des habitants ou visiteurs. Comme un accord, les deux décidèrent finalement de pénétrer les lieux.

Derrière la porte, la ferveur ne semblait pas s'estomper. Le rez de chaussée était tout aussi bondé que l'extérieur. Ici et là, des visages totalement différents ornaient le cadre. Certains hommes, certaines femmes aussi, avait toute l'allure de marchands itinérants ou non. D'autre venaient simplement d'horizons plus ou moins lointains. La jeune femme resta un instant sur le pas de la porte à observer tout ceci. La pièce était relativement colorée, contrastant avec son manteau de voyage sombre, de teinte anthracite. Après environ quatre secondes passées à détailler tout ceci, elle fila tout droit, s'approchant du comptoir, ses pas légers largement couverts par le vacarme assourdissant de la salle de restauration.

Homme -
saletés de gosses, encore en train d'mendier autour de mon commerce, même qu'un j'l'ai surpris à mettre la main à...

Un homme qui était là, visiblement en grande discussion avec le propriétaire de tout ceci tourna vivement la tête lorsque la jeune femme arriva à son côté. Dommage... il avait pourtant l'air de parler de quelque chose d'intéressant. Elle quitta cet enthousiasme qui l'habitait juste avant, soudain fortement concentrée sur sa mission. Ils étaient encore loin de Taka, pourtant, elle ne se sentait pas l'âme à négliger le moindre petit quelque chose. Feignant de ne s'intéresser à ce qu'il racontait, elle lui servit un radieux sourire et s'excusa de l'interrompre ainsi avant de faire signe au tavernier, laissant l'autre maugréer visiblement mécontent de cette intervention.

Tavernier –
B'soir ma p'tite dame. Qu'est-ce que j'peux pour vous? Il avait la voix puissante, parfaitement audible de près.

Taka –
Euh... Deux chambres individuelles et deux repas chauds pour ce soir, c'est possible? Evidemment, dans tel environnement, parler à voix basse semblait parfaitement impossible.

Tavernier –
Ah bah... Les deux repas c'est sans problème, mais il m'rest' qu'une chambre double!

Taka – Ah...

Tavernier – Bah oui! Vous arrivez en pleine saison, c'est qu'les tournois ça y va fort en c'moment. Donc c'est plein partout. V'pourrez toujours faire le tour, j'espère juste que personne ne s'ra v'nu prendre cette dernière à vot' place.

Elle jeta un oeil rapide à Hakai avant de revenir sur l'homme qu'elle avait coupé puis de terminer sur le tenancier.

Taka –
Le lit qui est dedans c'est...

Tavernier –
Un deux places, mad'moiselle.

Taka – Soit... faisons ainsi, alors. Elle sortit de quoi payer, réglant au moins la nuit et le petit déjeuner du lendemain. Après quoi elle leva de nouveau les yeux vers les deux hommes qui semblaient n'attendre qu'une chose, pouvoir discuter à nouveau. Dites... A combien de jours se trouve t-on de la côte Est ici?

L'homme qui essuyait alors un verre avant de le ranger se tourna vers elle.

Tavernier –
A un jour et d'mi de marche m'dame. Mais, si j'peux m'permettre, vous comptez aller où? Vous s'rez pas de ces pèlerins qui...

Qui? L'homme s'était arrêté là, jaugeant soudain l'attirail de la jeune fille avec une dose de méfiance trop excessive à son goût. Elle sortit le bras de son manteau pour faire un signe négatif de la main tout en secouant la tête.

Taka –
Non, non, les pèlerinages c'est pour les croyants... Je suis censée gérer les affaires d'un ami par là bas. Les environs de Taka, si ma mémoire est bonne. Il paraît qu'on pinaille un peu dans ce coin là, en ce moment.

Visiblement, ces quelques mots attisaient la curiosité de l'homme. Il dévisagea la jeune femme pendant un instant qui parut une éternité, réclamant là les acquis d'une formation dans la tromperie et la capture de la confiance d'autrui. Elle haussa légèrement les sourcils, l'air de dire « je suis pas une voleuse, je vais pas te braquer... » mais se limita simplement à cette action. C'était visiblement suffisant, l'homme hocha la tête et jetant un regard insistant... teinté d'une lueur de perspicacité.

Tavernier –
Un aubergiste peut-il demander de quelles affaires il s'agit?

Taka ne s'empêcha pas d'afficher une nouvelle expression bien à elle. Presque atterrée, il semblait en fait que ce ne soit là que le résultat d'un sentiment de gêne. Ses oreilles se mouvèrent légèrement vers l'arrière tandis qu'à son tour son regard se plissait. Elle haussa à nouveau les épaules sous son manteau, parlant avec neutralité bien qu'elle feigne de ne vouloir trop en divulguer.

Taka –
Ma foi... sur la côte, il n'y a pas d'énormes secteurs. En tout cas je n'y vais pas pour des sculptures à base d'arêtes de poisson. Son visage se complut dans un large sourire avant qu'elle décide de reprendre. C'est d'entreprises d'exploitation de la mer, dont je vous parle... Du moins, c'est comme ça qu'elles se définissent sur le papier. Son index droit pointait vers le ciel, soulignant et appuyant par une gestuelle très contrôlée le discours de la jeune femme.

Tavernier – Je vois... Il lui servit un franc sourire. Vous savez, les temps sont durs... et voyager seul n'est jamais avisé. Il jeta un coup d'oeil rapide avant de sourire de plus belle, sous entendant... des choses. La jeune femme répondit avec une expression similaire et complice.

Taka –
Ne vous en faites pas pour ça, je sais m'entourer de ce qu'il faut quand il le faut. Sans doute est-ce pour ça que l'on m'a confié ce petit service à rendre. Elle lui adressa aussi un clin d'oeil avant de reprendre une mine plus grave en ayant pris le soin de laisser un petit moment de silence. Rude période n'est-ce pas... vous savez quelque chose de la crise commerciale de l'Est? Son regard sombre ne semblait pas uniquement destiné à l'aubergiste mais bien entendu à celui ou celle dont l'oreille traînait un peu. De ce qu'on m'a dit, le problème ne semble pas atteindre que ma petite affaire...

Un air sympathique et bienfaiteur, l'homme s'esclaffa.

Tavernier –
Tant que la crise ne touche pas mon humble établissement, qu'elle continue! Terminant de rire, il fit signe à la jeune fille de s'approcher un peu pour poursuivre plus bas. Par contre, si vous cherchez des compagnons pour voyager... je peux vous mettre en contact, ils préfèrent voyager en groupe. Il se redressa avant d'adresser un clin d'oeil à la jeune fille qui semblait accepter l'offre, tant qu'elle n'était pas trop chère payée, puis sa voix puissante appela la serveuse afin qu'on les place à un endroit decent. Taka se retourna vers Hakai pour lui faire signe de suivre la dite dame jusqu'à leur table.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Mer 30 Juin - 21:34

Tout ce monde ne rendait guère heureux l'homme qui avait plutôt vue cette nuit dans une auberge paisible au coin de la route. Mais les désirs de Taka primaient sur les siens, il avait donc accepté tout naturellement. Après tout le principal était ce qu'il allait lui montrer sur le chemin du retour... Cependant, l'homme cherchait désespérément du regard un hôtel ou enfin ils pourraient s'enfermer dans leurs chambres, prendre un repas chaud et s'abandonner au sommeil. Ne faisant guère attention à l'air ravi de la jeune femme, l'homme balayait son regard de droite à gauche. Il y avait des bars, des salles de jeux. Il tomba sur un love hôtel, pas franchement adapté. Il se résignait pour le moment, de plus tout semblait être complet. Des pancartes indiquaient qu'un tournoi de poker de renommé national avait lieu en ce moment en ville. Tous les joueurs étaient donc venus dans ce coin dépenser leurs pognons. Hakai ne comprenait pas ce comportement. Certain n'hésitait pas à mettre en risque leur famille pour leurs jeux stupides... Jamais Hakai ne risquerait la vie de sa femme et de ses enfants pour broutille pareille... Car oui se retrouver dans la rue, c'était être en danger de mort constant.

L'Uchiha commençait à être désemparé devant tant de monde, mais se fut avec plaisir qu'il remarque une bâtisse, d'une taille assez basique sur sa gauche. S'élevant sur trois étages sans compter le grenier, des lumières jaillissaient à chaque fenêtre, encore trop tôt pour s'endormir, si s'endormir dans pareil lieu était possible. L'homme tapota légèrement l'épaule de son amie qui se retourna brusquement. Ce petit geste de défense capable d'intimider les voleurs fit sourire intérieurement le jeune homme. Il la fixa dans les yeux quelques secondes avant de pointer de son index la bâtisse où il comptait bien se reposer. Un mouvement de tête de sa part et ils se dirigeaient vers le bâtiment.

Les portes les laissèrent entrer dans ce lieu ou la folie avait également ça place. Le hall était bondé de personne qui discutaient, riaient, dansaient verre à la main. Avec un coup dans le nez, il était certain qu'Hakai se laisserait prendre à cette atmosphérique, mais pas aujourd'hui. Ils étaient en mission et cette ville n'était qu'un point d'ancrage parmi tant d'autre. L'homme regarda Taka se diriger vers l'accueil ou le gérant devait probablement prendre les commandes des chambres et du bar. Pendant ce temps, l'homme devait se soulager d'un besoin plutôt pressant. Une porte camouflé par deux pots ou des plantes montantes venaient créer une arche autour de cette ouverture blanche. D'une main, l'homme poussa celle-ci qui exécuta trois quarts de tour avant de se stabiliser. C'était peut-être ici, dans ce lieu a priori basique, que l'homme fut le plus surprit. La lumière était représentée par une boule lumineuse tournoyant sur elle-même. Les urinoirs avaient la forme bien douteuse de lèvres marquées d'un rouge à lèvre. Sans compter ces bruits suspects qui résonnaient d'une cabine. Faisant abstraction de tout cela, l'homme se soulagea. Une porte grinça derrière lui créant la surprise de l'homme. Une femme, blonde, mini short beaucoup trop moulant, une bretelle arrivant au coude... Tout cela avait presque le don de le choquer... Un homme tout aussi mal fringué suivant derrière... L'homme se retint de porter sa main au visage, alors porteuse de bactérie peu recommandable.

Après s’être correctement nettoyer les mains, l’homme réapparut dans le hall ou il fut surprit de retrouver Taka en pleine discutions avec ce qui devait être le patron. Il laissa un soupire s’échapper tout en se frottant le couvre chef. Il posa son dos contre le mure, plaça ses mains dans les poches et ne quitta la scène des yeux. Les bruits alentours étaient affreux, la musique, les rires, les paroles, les engueulades… C’était presque un miracle qu’Hakai réussit à capter une discutions assez… intéressante. Ne changeant de position, il focalisait uniquement ses oreilles sur cette petite discutions entre une femme d’un certain âge et son mari.

[Femme] « Je te dis qu’il est…… Taka…… à deux… »

L'homme plissa légèrement les yeux. Il s'agissait bien de la ville portuaire de Taka dont parlé cette femme, mais il n'avait malheureusement pas tout saisis. Finalement, après plusieurs minutes d'écoute, il comprit enfin ce dont voulaient parler cette femme. Dangereux de se rendre à Taka à deux ? Oui sans doute pour des civiles, mais sûrement pas pour des shinobi de Konoha. Les routes étaient sécurisées, le village caché de la feuille n'était pas l'unique force militaire du pays. Bien sûr, quelque bandit faisait encore connaître bien des malheurs à certain mal chanceux, mais cela n'était plus une généralité.

Taka le retrouva du regard, ce qu'Hakai n'avait jamais perdu. Tout droit sorti de nulle part, une serveuse devait les conduire à leur table. Restant neutre, l'homme se décolla du mure et rejoint son amie qui suivait déjà la dame. Elle les guida au fond d'une pièce éclairait de certaines bougies et d'un feu qui brûlait dans une cheminée. C'est à proximité de celle-ci que la femme leur fit signe de s'installer.

[Hakai] « Des gens souhaites se rendre à Taka... Peut-être pourrions nous les accompagnés? Leur protection est importante et qui sait... une petite somme nous serait peut-être versée. »

Son visage était sérieux bien qu'un fin sourire vienne l'orner à la fin de sa phrase. Ce n'est vraiment pas que l'argent l'intéresse, mais bien souvent ce genre de service était apprécié des voyageurs, surtout en cas d'attaque...

Taka - Le propriétaire m'en a touché deux mots... Si tu sais de qui il s'agit, je préfère éviter de balancer de l'argent dans un arrangement pour une rencontre.

[Hakai]"J'ai surprit une conversation... Reste plus qu'à les retrouver."

Alors que l'homme regardait la carte des alcools et qu'il s'apprêtait à appeller la serveuse, Taka executa un rapide geste de la tête.

Taka - Minute... Ne te mets pas le compte tout de suite.

L'une commanda de l'eau tandis que l'autre commandait, comme prévu son alcool fort à quarante cinq degrés sans pour autant y toucher.

Taka - Ce type là bas... on a beau être loin, il parlait de gamins mendiant autour de son commerce et prêts à voler quelque chose. Mais il a vite fait de se taire quand je suis arrivée. Si on peut le faire picoler pour en tirer quelque chose...

Son verre dans la main, il faisait des petits cercle avec, comme attendant patiemment le jour ou celui-ci s'élèvera vers sa bouche et que le liquide chaud se déversera dans sa bouche. Son regard fixé le type au comptoir, dégustant son verre. Si ce type avait des info pouvant intéresser les Uchiha, dépenser de l'argent pour quelque verre ne devrait pas être embêtant. Au pire Taka remplira une fiche de remboursement...

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Dim 4 Juil - 4:10

La serveuse venait de les installer. Tous deux prirent le temps de s'attarder sur la carte, dans le brouhaha général de la salle. Hakai entama la soirée avec un apéritif plutôt corsé au goût de la jeune femme. Elle espérait qu'il tenait bien le choc de l'alcool, mais dans le doute, elle préféra l'avertir tout de même. Comme précisé, ils étaient encore loin de Taka, mais si des indices pouvaient filtrer jusque là, il était toujours temps d'en apprendre plus.

Les yeux de la jeune femme lurent les noms de boisson les uns après les autres. Il n'y avait là rien qui la tentait et, à comparer chaque description, aucun breuvage non alcoolisé ne donnait l'impression d'en être. Aussi, pour commencer, elle décida une petite fantaisie. Discrètement, elle fit signe à la serveuse de s'approcher afin de lui glisser la commande; simple, de l'eau dans un récipient type verre à whisky avec deux glaçon au fond et une rondelle de citron vert... Elle laissa la serveuse se redresser tandis qu'elle jetait un oeil à Hakai dont le sourire léger semblait tout à elle. Pour terminer, Taka se tourna une dernière fois vers la serveuse et l'interrogea sur l'homme, visiblement marchand, qui parlementait avec le tenancier. Quoi que ce fut et surtout tant que c'était alcoolisé, elle demanda à ce qu'on lui serve de nouveau en le mettant sur sa note. Après ce, elle libéra l'employée pour se tourner vers Hakai. Quelques détails s'imposaient afin d'accorder les violons.

Taka –
Ce type là bas... on a beau être loin, il parlait de gamins mendiant autour de son commerce et prêts à voler quelque chose. Mais il a vite fait de se taire quand je suis arrivée. Si on peut le faire picoler pour en tirer quelque chose...

Evidemment, telle remarque nécessitait de parler tout bas, de façon à ce que la voix ne porte que jusqu'au genin, et pas plus loin. La jeune femme défit son manteau de voyage, prenant garde à ne laisser apparaître à aucun moment le bandeau de Konoha qui était accroché sur la face intérieure. Elle abaissa soigneusement le tout, se forçant à ne pas trop dévoiler le bagage qu'elle trimballait avec elle, sans doute trop caractéristique de sa profession. Aussi discrètement que possible, elle se débarrassa de son barda, le posant sous la table, à l'abri des regards indiscrets et le laissant de façon ni trop rangée, ni trop désordonnée. Quelques instants plus tard, la femme qui avait pris leur commande un peu plus tôt revint deux verres en main et assurant que la généreuse attention dont elle avait fait preuve avait connu la finalité attendue.

Immédiatement, son visage angélique se tourna vers l'homme qui trônait au comptoir. Ce dernier lui jeta un léger coup d'oeil visant à la jauger. Face à cette attendue méfiance, la jeune kunoichi leva son vert un fin sourire dessiné sur son visage qu'elle agrémenta d'un furtif clin d'œil. Elle attendit la réponse – qui ne tarda pas – puis dégusta une gorgée de son eau, grimaçant comme s'il avait s'agit d'un remontant tout à fait.... remontant. Sans attendre plus que le simple sourire béat que le marchand lui servait, elle reporta son attention sur Hakai, maintenant une expression souriante afin de ne pas contraster avec l'attitude qu'elle venait d'avoir.

Taka -
J'espère que cette buse va vraiment mordre... j'ai pas envie de faire la chauffeuse pour rien.

Ce dernier ne retint pas un léger rire.

Hakai –
Mais tu le fais très bien.

Elle manqua de lui jeter un regard noir qu'elle laissa finalement au placard. A nouveau, la jeune fille parcourut la salle des yeux, dressant rapidement le profil de quelques personnes pour le moins intéressantes, à la recherche de certaines ayant l'aspect de voyageurs en route vers l'Est. Malheureusement, ce n'était pas le genre d'informations qui était inscrite sur les habits ou sur les fronts. Elle s'avérait tout de même curieuse de savoir quel genre de type, ou de femme, pouvait bien se déplacer jusque dans les ports en cette saison...

Hakai –
Cependant pour que cela ait plus d'effet... Tu devrais aller à côter de lui et... avec un vrai verre d'alcool pour cette fois.

Elle ne revint même pas sur le garçon mais lui fit un signe négatif de la tête.

Taka –
Han han.... Les vrais ne seront que des mesures d'urgence. J'ai une capacité plus que limitée avec ces choses là. Mais vu comme c'est parti, je crois qu'il va falloir.

Elle rappela à nouveau la serveuse, qui rappliqua dès que ce fut possible. C'est là qu'elle mis au point un code qu'elle espérait facile à retenir... Elle glissa un billet en pourboire dans son tablier afin de motiver l'employée mais aussi pour acheter son silence vis à vis du protocole. Un « corsé » et Taka se retrouvait avec un vrai alcool entre les mains, un classique et ce n'était qu'un verre comme celui qu'elle avait déjà pris. Evidemment, il fallait en utiliser le moins possible afin de garder les flaveurs de l'alcool qui y avait été versé. Sur ce, elle dégomma son verre d'eau avant de le rendre et de commander un verre un peu chargé et de laisser le soin à Hakai de prendre la commande du repas. Elle se leva une fois tout ça terminé...

Taka –
Je te laisse mes affaires... Si je suis obligé d'aller loin, c'est toi qui me sauveras la peau.

Tout était dit, elle tourna le dos à la table afin de retourner au comptoir. Ses pas la menèrent jusqu'à un petit tabouret non loin de l'endroit où elle avait réservé leur chambre mais surtout à côté de cet homme qui semblait l'intéresser. Elle tourna ses yeux vers lui, sans pour autant laisser son visage faire face – ne pas boire d'alcool impliquait aussi de n'en avoir l'odeur – puis elle laissa filtrer sa voix.

Taka –
J'espère qu'il est aussi bon que le précédent. Son doigt pointa le verre dont elle aurait la charge financière tandis qu'elle souriait légèrement. En face, l'homme ne semblait pas à son aise. Lui qui avait parlé avec autant de facilité de ses problèmes semblait un peu décontenancé face à la jeune femme.

Marchand –
Euh... oui, oui. Sa voix n'était par franchement sereine, un peu tremblante en plus d'être quasi inaudible.

La jeune femme manqua de rire devant une telle attitude, mais elle se limita à une expression identique à celle qu'elle arborait jusque là. Sa main droite quitta le comptoir où elle s'accoudait pour monter jusqu'à quelques mèches de cheveux sombres qui tombaient le long de son visage. Elle prit une inspiration en regardant devant elle, gonflant ainsi légèrement sa cage thoracique et... suggérant avec un tantinet de subtilité quelques atouts féminins. Elle se retourna ensuite vers l'homme alors que son verre venait glisser sous son nez, enfin servi. La kunoichi s'en saisit et le porta entre elle et le marchand.

Taka –
Allons, ne soyez pas gêné... A la votre. Le bord de son verre se présenta un peu en avant, prêt à être percuté par celui de son gibier du soir. Malheureusement pour elle, il n'était pas franchement le genre à se laisser entraîner, du moins pas comme ça. Aussi, elle décida de laisser passer quelques instants durant lesquels elle sirotait son verre en faisant mine de regarder la salle. Au fond, ses yeux s'intéressaient quasi uniquement à la table de Hakai et à l'homme. Elle voulait le cuisiner, elle sentait qu'il le fallait mais le pauvre bougre ne se laissait pas prendre, il lui fallait surement une dose. Elle patienta, s'efforçant de finir son verre en même temps que lui avant de se tourner vers la serveuse qui passait derrière. Un classique, s'il vous plait. Elle lui tendit son verre avant de se tourner vers le type. Je vous en paie un autre? Ses dents se découvrirent légèrement tandis que ses lèvres s'étiraient en travers de son visage dans une expression tout à fait.... tout à fait j'ai envie de boire un coup avec toi. Une lueur indescriptible brillait dans ses sombres yeux. Et, alors qu'elles patientaient le temps qu'il se décide, l'homme sembla vouloir retourner les choses.

Marchand –
La même, mais apportez directement la bouteille... Et puis, mettez le sur ma note. Il semblait content de son initiative. Taka manqua d'afficher une expression d'effroi. Cette demande venait de briser tout le plan qu'elle avait en tête. Pouvait-elle faire demi-tour? Non, certainement pas... la nuit s'annonçait longue, le voyage du lendemain aussi. Elle se retourna vers le comptoir, résolue à tout faire pour réussir. Elle décocha un sourire.

Taka –
Je m'appelle Aiko, très cher. Contente de partager ceci avec vous. Son expression s'intensifia tandis qu'elle tendait la main devant elle façon serrons nous la pogne. Ô oui... la nuit allait durer.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun


Dernière édition par Uchiha Taka le Mar 6 Juil - 0:34, édité 2 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Dim 4 Juil - 5:56

Verre dans la main, demi sourire au coin des lèvres, l'Uchiha s'amusait à regarder ce petit manège. Dans sa tête, il envoyait un petit message à ce type « Profite, elle ne fait jamais cela. » Petit clin d'oeil aguicheur, Hakai était à la limite de la jalousie, mais gardait son air amusé tout en portant son verre aux lèvres. Il taquina quelque peu Taka dans le sens du poil avant de déposer son verre sur le bois sombre. Ses yeux se portèrent ensuite sur le dos de ce bonhomme. Les informations en valaient elles vraiment le coup ? Après tout Taka prenait quelque risque là. Pas qu'elle court à la blessure, mais l'alcool plus un homme aussi... opportuniste... Heureusement pour elle, Hakai était là et son corps lui permettait d'absorber un peu plus d'alcool contrairement à ce qu'indiquait la jeune femme. Le genin n'était pas inquiet, mais il avait toujours ce petit doute et cette crainte de voir ce sale type poser ses doigts sur la belle. C'était un risque à prendre lorsque l'on était kunoichi...

La kunoichi était probablement l'arme la plus puissante d'un village. Pouvant s'infiltrer avec aisance dans n'importe quel village, n'importe quelle famille. Il suffisait qu'elle fasse usure de ses charmes pour s'ouvrir des portes alors impossible pour un homme. Sans compter que celle-ci possédait la même puissance... Non, les femmes contrôlaient le monde... Et le genin le voyait bien. L'amour qu'il portait pour la chuunin serait bien capable de lui faire faire n'importe quoi si ce n'était pour son bon plaisir. Mais cela n'avait pas sa place pour le moment. Il envoyait presque l'élu de son coeur à « l'abattoir ». La mission avant tout il parait...

*Non je ne crois pas… Les sentiments avant…*

Et le revoilà buvant deux gorgées de son verre. L'alcool de ce whisky avait un arôme très particulier. Délicat à l'odorat, on pouvait retrouver ce délicat arôme une fois le liquide au contact avec le palet. L'alcool se faisait sentir uniquement lorsqu'il passait dans la gorge. Mais ce petit moment de plaisir allait couper court. Takaavait pris sa mine sérieuse quelque instant. Sa voix, bien que faible montrait la détermination avec laquelle elle comptait s'emparer de ses informations. Donnant ses instructions, elle se dirigeait à présent, le pas léger, les hanches se balançant vers ce type. Un léger soupire s'échappa de la bouche d'Hakai avant que celui-ci ne dépose sa main sur son visage. Cela n'en valait pas la peine...

Il se concentra ensuite sur le menu. Il n'y avait vraiment aucune gastronomie digne de ce nom, la petite auberge de Konoha lui manqua l'espace de quelques secondes pendant lesquelles il but une énième gorgée. Il referma énergiquement ce petit livre en papier plastique. Il n'allait rien commander. Rien n'indiquait que la jeune femme se sortirait indemne de son tête-à-tête et l'on a difficilement faim lorsque l'on est bourré... A laplace, son regard ce balada dans l'assemblée, il l'avait également une tâche à accomplir et autant le faire avant que Taka ne dégénère, car Hakai en était persuadé, un homme aillant l'habitude de boire ne pouvait être vaincu par une fille aussi menu que Taka. Le genin devra intervenir à un moment ou un autre.

Se saisissant d'une poignée forte de son verre, l'homme souleva sa masse de la chaise avant de rejoindre une seconde fois le hall. Il avait bien sûr pris la peine de signaler au chef de surveiller la table et que tout vol lui serait donc tenu responsable. Hakai avait trouvé ses cibles. Toujours le même couples d'un certain âge, mais qui gardait tout de même une beauté exceptionnelle. Un sourire aux lèvres, Hakai s'excusa d'un geste de la main auprès de ces deux personnes.

[Hakai] « Veuillez m’excuser mais… J’aimerais vous offrir un verre à ma table tout en vous transmettant une offre. »

Tout d'abord surprit, le couple accepta finalement la requête. Ils suivirent donc le jeune homme jusqu'à une autre table ou une banquette en forme de L était installée. D'un rapide coup de tête, il demanda à la serveuse de venir prendre les commandes, chose qu'elle s'empressa de faire. Hakai dégusta pendant plusieurs minutes sa boisson en silence, laissant le temps à la charmante poupée de ramener leurs verres à ses messieurs dames. Une fois qu'ils étaient enfin prêts, l'homme posa son verre sur la table et les fixa, un petit sourire gêné au coin des lèvres.

[Hakai] « Par chance, j’oserais dire, j’ai entendu votre conversation à propos du village portuaire de Taka… En fait, je m’y rends avec une amie pour résoudre une affaire assez urgente. Vous sembliez inquiet au sujet de voyager seul. J’avais dans l’idée que nous pourrions faire voyage ensemble. »

*Qu'est-ce qui me dit que vous ne nous dépouillerez pas, une fois à mi-chemin ?*

[Hakai] « C’est un risque il est vrai… Cependant plus que des mots je peux vous donner des arguments. Vous pouvez prendre le risque d’y aller seul et ainsi représenter une cible de choix pour tout brigand. Sinon vous pouvez toujours engager des gardes du corps, mais encore une fois, qui vous dira s’ils sont réglo ? Ils pourraient très bien vous dépouiller du peu qu’il vous restait. Je ne demande rien quand à moi. Je pense que vous y gagnez… »

Son regard se voulait neutre, ne voulant mettre une quelconque pression sur les épaules de l’homme. Sa femme qui semblait quand à elle plus encline lui lançait des regards réprobateurs sur sa méfiance. L’homme ne voulait montrer son bandeau, mais s’il fallait en arriver là, alors soit…

*Rien ..?*

[Hakai] « Rien… Nous y allons quoi qu’il arrive. A vous de voir si vous souhaitez nous accompagner ou non. Les cartes sont dans vos mains. »

Il s’empara du verre et le porta à sa bouche, son regard ne quittait celui de l’homme qui semblait pensif. La crainte était un sentiment humain. Elle nous permettait d’éviter certaine situation dangereuse et dans d’autre moment, elle nous empêchait de nous épanouir.

*Si vous êtes si forts que cela, quel est l'intérêt de nous joindre à vous ?*

Décidemment, se vieux bouc était fort craintif. Hakai piocha dans l’une de ses poches et en fit légèrement dépasser un bout de métal gravé du cygne de la feuille. Cet emblème devait suffire à prouver la sincérité de l’homme.

[Hakai] « Comme je vous l’ai dit… Une amie et moi-même avons une affaire à régler dans le village portuaire de Taka. Et en tant que shinobi de Konoha… Il est de notre devoir d’aider les gens. Nous accompagner vous fera économiser votre argent et vous assurera d’une protection sûr. »

Le comportement de l’homme changea du tout au tout. Son expression jusqu’alors méfiante s’éclairci pour presque passer à… l’admiration ?

*Ce serait un honneur d'avoir pareille escorte, sir shinobi*

[Hakai] « Affaire conclut alors. Disons que l’on se retrouve demain à midi dans le hall ? »

Il quitta d'un geste de la tête c'est deux compagnons de voyage. Au fond du bar se trouvait le joli couple. Hakaieut un léger sourire et se dirigea à l'extrémité du bar. De là, il avait une très belle vue sur ce qu'il s'y passait, il arrivait par moment à lire sur les lèvres, mais ce n'était pas un exercice qu'il pratiquait tous les jours. Lorsque la serveuse lui demande s'il avait besoin de quelque chose, l'homme affirma, il commanda un second verre et laissa un gros pourboire à celle-ci, tout en indiquant quelque consigne très claire accompagne d'un sourire charmeur.

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Mar 6 Juil - 19:25

Il ne lui serra pas même la main, préférant un sourire. Un peu déçue, la jeune fille se contenta de refaire totalement face au comptoir où l'on s'était pressé de déléguer la commande afin que les deux personnes soient servies rapidement.

Taka laissa son verre de côté, préférant en demander un nouveau afin que l'homme le remplisse. Un bref échange entre leur regard puis la bouteille se vida quelque peu dans chacun des deux récipients. Les deux protagonistes trinquèrent rapidement avant d'entamer leur boisson. Cette fois ci, la grimace se faisait réelle. Elle ne comprenait pas comment l'on pouvait se décaper le gosier avec ce genre de breuvage, surtout aussi souvent que certains le faisaient. Mais le mal était passager et le gain serait – elle l'espérait – bénéfique. La conversation semblait difficile à engager, la plupart du temps, ils ne faisaient que se regarder avant de replonger vers leur breuvage. Ainsi, dans un silence qui les séparait, les deux clients terminèrent leur premier verre. La jeune fille inspira longuement avant de se saisir du second et d'en boire une gorgée pour faire passer le goût amer de l'alcool. L'homme esquissa une mine surprise, sûrement intrigué par une telle descente. Il ignorait évidemment qu'il ne s'agissait que d'eau. Sur ce il se servit de nouveau et suivit le rythme.


- « Alors? Que faites vous par ici? » entama t-elle, agitant calmement son verre entre ses doigts.

Hésitant un instant, il se contenta d'un bref exposé.

- « De retour de Taka, je compte revendre des marchandises à travers le Pays du Feu . »

Évidemment, une lumière s'alluma dans l'esprit de la jeune femme. Son visage ne le trahit cependant pas, dévoilant tout de même un léger intérêt.

- « Les marchandises de Taka sont de bonne qualité... Vous devriez écouler vos stocks facilement. »

- « Les meilleures, même! » Rétorqua t-il non sans un brin de fierté qui provoqua un léger sourire chez la jeune fille.

- « Avec des stocks bien fournis, vous devez quasiment rouler sur l'or... »

- « Ouais... Si c'n'était à cause de ces petits voyous... », répondit-il visiblement contrarié. En face, Taka ne put réprimer un haussement de sourcils.

- « A cause de? »

- « Ces rats d'égouts! », la colère semblait l'envahir peu à peu, c'était là un bien mauvais point si elle voulait en apprendre plus. Elle posa délicatement la main sur son bras le temps de le faire redescendre un peu dans les tours. Elle s'attarda ensuite sur les faits évoqués, feintant un intérêt pour la mauvaise publicité qu'un manque d'hygiène dans la ville provoquerait.

- « Des rats? Il y a des problèmes d'hygiène là bas? »

- « Je parle d'autres rats, des rats bien humains eux. », répliqua-t-il en secouant la tête négativement. La kunoichi fronça les sourcils.

- « Il y a... » commença t-elle avant de baisser le ton et de s'approcher au plus près de l'homme, le laissant humer son parfum et jeter un oeil à quelques atouts, « ...des vols? ». Evidemment, c'était un homme... et comme tout homme il ne put s'empêcher un bref coup d'oeil sur la poitrine partiellement dénudée de la jeune femme; grand merci aux tenues modernes. Cependant, il décrocha bien vite pour acquiescer.

- « Ces sales gamins des quartiers pauvres... Ca fait des mois qu'ils font ça et personne ne fait rien. » Chacun d'eux se redressa tandis que la plus jeune soupirait.

- « Des enfants, hein? Et les autorités? S'il ne s'agit que deux ou trois gamins... »

- « Deux ou trois gamins? Les Dieux seraient cléments s'il ne s'agissait que de ça. Non, je parle là de plusieurs dizaines, il rôdent en bandes éparses. »

Taka baissa les yeux, ponctuant tout ceci d'un bref « je vois ». Elle tenta néanmoins de détourner la conversation, persuadée qu'un tel gars ne pourrait lui en apprendre plus.

- « C'est sans doute aussi la cause du problème de mon ami. Au moins, je sais sans doute à quoi j'ai à faire. ».

Elle dégomma d'un trait le verre que l'homme lui avait servi entre temps puis elle se retourna vers leur table où Hakai n'était plus et où le repas tardait à se faire servir. Cachant son désaccord, elle se dit qu'elle chercherait en marchant. Son visage se tourna à nouveau vers l'homme, de qui elle allait prendre congé. Elle posa une main sur son épaule et se leva, manquant de valser sous le coup d'un étonnant vertige. Montée trop rapide... ou alors les deux ou trois verres d'alcool plutôt chargés que l'homme lui avait offerts, elle n'en savait trop rien. La Chuunin vacilla l'espace d'une seconde pendant laquelle l'homme la retint légèrement. Elle le remercia brièvement.

- « Cher ami... Je vais devoir aller me restaurer. Qui plus est, la nuit risque d'être courte... Ce fut un plaisir. ». Sa main saisit une petite pièce qui trainait dans une poche puis elle la déposa sur le comptoir en guise de participation symbolique. Visiblement, l'homme souhaitait un peu plus que quelque verres. Elle se tourna une ultime fois pour l'écouter.

- « Etes vous sure de ne pas vouloir rester? Ca me ferait tellement plaisir d'avoir quelqu'un à ma table. ». Il sembla décocher un sourire.

Non, il n'obtiendrait pas de repas en sa compagnie ce soir et si jamais il s'était imaginé plus, il pouvait de brosser les poils. Il ne coucherait pas, ou alors pas avec elle. En revanche elle proposa que lui se joigne à leur table ce qu'il déclina expressément. Elle eut une expression plus proche de la grimace que d'un sourire puis elle se retira afin de regagner ses affaires. La première chose qu'elle fit fut de vérifier qu'il ne manquait rien. Après ce, elle releva le museau, le regard balayant la salle. Son visage était serré., une fois de plus. Son équipier semblait suffisamment crédule pour avoir laissé leur barda sans surveillance. Pour un voleur, il semblait bien quelqu'un d'étourdi, ou de stupide.

La Chuunin en profita pour jeter un œil au menu après un copieux bâillement et quelques battements de cils. Il n'avait pas commandé à en croire la présence de la serveuse qui demandait ce qui avait finalement été choisi. La jeune fille la regarda, les yeux s'agrandissant légèrement. Elle saisit ensuite la carte et jeta ses pupilles dedans. Son doigt pointa rapidement l'un des plats qu'elle indiqua à l'employée qui se retira dans l'instant. Pour finir, Taka s'adossa lourdement, attendant le retour de son ami.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Jeu 8 Juil - 0:31

Bon et bien tout cela aura été plus rapide que prévu. L'Uchiha, de l'autre bout du bar, vidait son troisième whisky en regardant sa compagne prendre congé de ce type. Probablement n'avait-il rien à dire comme Hakai le pensait. Il ne fallait pas croire qu'un vulgaire marchand nous sortirait une histoire abracadabrante parlant de complot contre la ville pour en prendre le contrôle et toutes autres conneries. Il était fort probable que ce soit les gamins et dans le fond, Hakai disait que c'était bien fait pour eux. Ils n'avaient qu'à leur venir en aide, les gosses ne volaient pas par plaisir, mais par nécessité. Il est vrai que l'on ne pouvait pas faire grand-chose contre la pauvreté. Depuis la nuit des temps, il y avait toujours eu les forts et les faibles, les riches et les pauvres, c'était un cercle vicieux qui ne pourra jamais être cassé à moins que... une force surpuissante n'impose son autorité et fasse changer tout cela. Mais aucun être ne possédant pareille puissance n'existe et même si c'était le cas, qu'en aurait-il à faire d'une bande de gamin voleur.

L'homme tourna sur son tabouret, les coudes posaient sur le comptoir, il regardait tout le bon monde encore présent dans ce hall. Son petit doigt lui disait que jamais la tranquillité ne reviendrait tant que ce tournoi ne sera pas terminé. Un petit souffle puis il était temps de retourner à table. Sa stature droite, les effets de l'alcool ne faisait encore effet sur sa personne, c'était sans doute mieux ainsi. Lui qui redoutait devoir intervenir derrière Taka pour ce mec... Bref, d'un pas léger, les mains dans les poches, l'air décontracté, il revenait à la table. Un fin sourire au bout des lèvres, rien de bien méchant, la simple satisfaction d'un travail bien fait sans de dérapage. Il s'installa sur sa chaise en face de la jeune femme, bras posé sur le dossier, il fit un petit clin d'oeil à son amie.

[Hakai] « Alors ? »

La jeune femme inspira longuement laissant l’idée qu’Hakai avait vu juste. Après quoi avait elle courut ?

Taka - Rien... Il avait juste à dire que les gosses sont les voleurs. Seule information notable, les actions ne sont pas coordonnées. On n'aurait donc pas à faire à un cartel ou quelque chose comme ça.

[Hakai] « C’est mieux ainsi. Cependant les gosses agissent par nécéssité. Moi-même je volais pour me nourrir et cela ressemblé étrangement à cette situation sauf que… aucun shinobi n’était intervenu. »

Cette mission rappelait des souvenirs pas franchement glorieux de la vie du jeune homme. Mais il faisait avec et il était probablement le meilleur choix pour cette mission. D’autre shinobi aurait agis de façon drastique. Avec des gosses il fallait s’y prendre doucement même si le résultat était le même. Ils allaient être privé de leurs biens et étroitement surveillé voir même battu…

Taka - Je n'ai jamais pris la peine de juger... ne justifie pas leurs actes, ni les tiens. J'imagine que ça puisse te gêner, mais tu es de l'autre côté de la barrière maintenant.

[Hakai] « De quelle barrière parles tu ? Nous sommes shinobi de Konoha. On nous à toujours dit que notre but était de protéger le peuple. Je doute que cette mission soit en cohérence avec cela… Nous allons simplement défendre les intérêts de riche bourgeois qui en ont rien à foutre des gosses qui crèvent de faim. »

Son visage était naturel, aucun signe ne pouvait le tromper malgré toutes les rages qui bouillonnaient au fond de lui. Sa voix était calme et sereine comme à son habitude lorsqu’il s’adressait à la jeune femme. Il exposait son point de vue tout simplement même si celui-ci ne servirait à rien. Au moins, Taka serait dans quel contexte l’homme l’accompagnait.

Taka - Nous sommes surtout des soldats... On défend le peuple du village, uniquement du village. Si un jour on demande de raser une ville pour la sécurité du village, on le fera. Et évite de crier tout haut qui nous sommes. Du moins pas tant que nous ne sommes pas devant les commanditaires et les responsables de Taka. Des personnes lambda pourraient modifier leur comportement à cause de nos identités.

Le regard de la jeune femme était froid. Hakai n'aimait guère le ton qu'elle employait, mais que pouvait-il y faire ? Elle avait raison sur ce coup... Mais fallait-il perdre notre humanité pour réussir sa carrière ? Cela avait le don de répugner le genin. Il comprenait à présent la différence qu'il y avait entre Taka et lui. Cette mentalité qui ferait de lui une vraie machine à tuer. Encore faut-il le vouloir. Hakai n'était pas devenu shinobi pour massacrer des innocents pour sa « croisade ». Une bonne guerre était une guerre où il y avait le moins de perte civile. Il espérait réellement que le village ne demanderait jamais cela...

[Hakai] « Sans doutes… Sinon j’ai du neuf. J’ai prit contact avec les voyageurs et j’ai réussit à négocier. On voyagera avec eux. Ainsi nous passerons inaperçu et on pourra assurer leur sécurité en cas d’attaque. »

L'homme avait à peine fini sa phrase qu'une main vint couper le visage de la chuunin en deux. Rapidementsurprit par cela, l'homme fixa la jeune femme blonde qui déposait un nouveau verre d'alcool à la chuunin. Un sourcil vint tout d'abord se lever puis il commanda pour lui un digestif à la menthe fort appréciable. Il n'avait rien de très fort et était même moins fort que du whisky. Hakai commandait cela plus pour l'aromate de la menthe liée à l'alcool.

Taka - Leur sécurité...? Ils t'ont pas pris pour un arnaqueur?"

Cette petite remarque eue l’effet de faire sourire le garçon. Il est vrai qu’à première vue, il n’avait pas vraiment le profil d’un honnête gars. Il se frotta rapidement le couvre chef tout en regardant son amie boire une lapée de son alcool.

[Hakai] « Au départ si bien sur… L’homme était vraiment craintif, j’ai dû vraiment jouer pour qu’ils me fassent enfin confiance. Nous avons rendez vous demain à midi dans le hall. »

Prenant une autre gorgée ce qui effaça peu à peu le sourire d'Hakai. Il n'était pas son père, pas son mari, maiselle semblait comme envieuse d'alcool à présent... Bref, il détacha son regard du verre avant d'observer le visage de la jeune femme qui semblait rosir aux niveaux des joues. La serveuse revint et déposa le récipient d'où le liquide vert accompagné de petits glaçons tremblait sous le choc. Le genin s'empara du verre et en bu une longue gorgée avant de laisser paraître un soupir de satisfaction.

Taka - On verra demain. Tu sais ce qu'ils vont faire à Taka?

[Hakai] « La seul chose que je sais, c’est qu’ils sont mari et femmes et qu’ils jugent dangereux de
retourner à Taka seul. Ils sont des civiles, rien de plus. »


Rien de plus.. Elle continuait de tremper ses lèvres dans son verre et de même pour le genin. Son visage venait fixer une zone inconnue, vide, sans expression, Hakai le regardait, il s'y baignait même. Et puis vint la musique. Entraînante, enivrante, tout cela donnait des idées à l'homme. Il vida le reste de son verre d'une traite avant de se lever. Il fit le tour de la table vers sa compagne et présenta sa main vers celle-ci.

[Hakai] « Voulez-vous m'accorder cette danse, gente dame ? »

Regard morne, verre en main. La réponse fut catégorique. Les jambes l’homme cédèrent sur le coup et un sourire gêné venait se dessiner sur son visage. Ce n’était pas beau ce vent… De rage il commanda un autre verre tout en retournant s’asseoir. Il pivota la chaise de sorte à pouvoir regarder cette joyeuse bande danser énergiquement et pour aussi il fallait l’avouer, donner la sensation de bouder. Son verre arriva et il s’appliqua à l’entamer joyeusement. Sa tête commençait tout doucement à faire de petits tours.

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Jeu 8 Juil - 23:08

Je ne sais pas exactement quand mes plans ont changés mais... Ca fait plus de trois nuits que je suis dans ce port pourri... Au début je croyais que c'était le grand port de Taka, un truc connu, qui va dans toutes les directions et, si ta du fric, tu peux trouver tout ce que tu cherche. Je ne sais pas pourquoi j'ai crue ça, peut être que j'étais crevée, peut être que je voulais que ce soit ce port, comme ça au moins, je serais tranquille pour trouver des informations. Bah ouais... De ce que je sais, ou entendue parler au sujet de ce port, ils engagent souvent des ninjas. Très souvent même. Bien sur, ils viennent généralement de Kiri, plus facile pour venir via les mers, mais bon, il paraît que c'est assez équitable avec ceux de Konoha, un peu logique quand on sait que ce port se trouve à l'extrémité du pays du feu.

Alors me voilà coincée depuis une semaine dans ce port. J'aurais put partir depuis longtemps mais... Je suis fauchée là.

C'est un fait, passer mes trois nuits ici ont réduit à zéro mes pauvres petites économies. J'ai plus un sous. Les seules choses de valeur que j'ai c'est mon bâton, que je me refuse à vendre, mon bandeau de Suna, que j'ai conservé intact, je ne sais pas pourquoi d'ailleurs...

Je me prends un aparté ici pour en parler tiens, ça a toujours été un sujet difficile pour moi.

Normalement, la "coutume" des nuke-nin veut que l'on raye le symbole de son village sur son bandeau ninja... Pour bien montrer au monde que l'on a renié son village. Ca permet d'éviter des problèmes face aux ninjas ennemis de son village, bien que ça crée plus de problèmes encore... Même les villages ennemis ne cracheraient pas sur la prime d'un traître à son village...
Rares sont les nuke-nin à ne pas le faire, car ils ont tous généralement de très bonnes raisons de haïr leur village.

Sauf moi.

Je ne déteste pas Suna... Je ne lui souhaite pas de mal... je ne comprends juste pas ses méthodes, c'est tout. Donc je n'ai aucune raison de cracher sur le bandeau de Suna, aucune. Et puis, ça aide toujours d'avoir un bandeau de village sur soi. Ca permet une certaine... Autorité.

Enfin, aparté fermé.

J'en étais a... j'ai plus de thunes. C'est mal et me voilà obligé de jouer les serveuses dans la taverne où je loge... C'est mal payer mais bon, je n’avais rien d'autres à portée pour pouvoir gagner du fric. Et le patron semblait sympa.
Les deux premiers jours, tout c'est bien passer, juste que je n’aime pas faire ce genre de boulot. Je le trouve... Dégradant. Attention ! Je refuse de jouer mes précieuses. Je suis un ninja de Suna après tout mais... Disons qu'avec mes aptitudes, jouer les serveuses me met mal à l'aise.
Et ça je l'ai vite fait comprendre à mon "boss" qui me changea de place... Pour me coller derrière le bar.

C'était mieux. Au moins j'étais tranquille et avec un regard noir on me foutait la paix. Le seul point noir ? Pas de pourboire avec mon attitude de merde...

Enfin, il y avait une autre raison pour que je sois derrière le bar, il fallait que je surveille sa salle. Je n’ai pas compris pourquoi au début, mais deux jours plus tard j'ai tout de suite compris... C'était chaud, chaud, chaud... Ces gosses ne dansent pas. Ils couchent ensemble avec encore leur vêtements sur le dos...
Autant dire que j'étais chargé de les séparer... Et de les foutre dehors. Mais dur pour mes hormones de résister à un tel déploiement de sexe... Surtout que ça fait longtemps.

Bah. Me voilà aujourd'hui à jouer les barmen... Avec un autre type, sympa mais pas très content de voir son espace perso diminué avec ma présence. Bof, pas mon problème.

Mon problème c'est de savoir comment faire pour aller à Konoha.

??? - "Hey, Jazz, une autre commande pour le mignon ténébreux s'il te plaît."

Jazz - "Toi, ta plus un coup de foudre sur lui, c'est de l'amour fou dis donc."

Ah bah voilà... Jazz, le barman, se mettait à papoter avec la serveuse officielle du lieu, une charmante petite brune à la peau foncée, assez jeune et qui répondait au nom de Kallian. Un prénom original dans ces terres, mais vu qu'elle venait de par delà les mers, pas de soucis.

Jazz, par contre, était un homme qui rentre dans la catégorie "canon", enfin, si on aime le genre beau blond bien coiffé, bien rasé, qui sent bon le sable chaud... Je suis sûre qu'il à les cheveux plus doux que les miens.

Mais je dérive.

Kallian - "Oh ça va ! Comme si tu ne faisais pas les yeux doux à sa copine toi. Pis bon, avoue quand même qu'il est sexy le garçon, en plus paraît que c'est un ninja !"

Je roule de l'œil, continuant à nettoyer les verres devant moi, une oreille perdue dans la conversation et l'autre rivé dans la salle, pour éviter les problèmes.
Un ninja... Ouais, c'est ça chérie, continue de le croire. Il devait sûrement essayer de se faire mousser.

Jazz - "Un ninja ? T’es sûre qu'il cherchait pas juste à se faire mousser ?"

Je ricane silencieusement. Un point pour Adonis.

Kallian - "Non, non, je te jure. Il vient de Konoha même. Il a demandé au couples de marchands si il pouvait pas les accompagner."

Une seconde...

Jazz - "Ah quand même... Et tu sais ça parce que... ?"

Kallian - "Bah... Euh... Je voulais en savoir plus sur lui alors j'ai un peu laissé mes oreilles vagabonder..."

Je coupe la conversation. Le fait qu'un type cherche à se faire mousser en se faisant passer pour un ninja de Konoha n'est pas à exclure. Mais il reste toujours l'infime possibilité que ce soit réellement le cas... Bien que je me pose des questions quant au fait du "pourquoi" il cherche des missions comme ça, dans la nature...
Cela était curieux, au mieux, mais une chance, une que j'attends depuis une semaine, donc, autant en profiter !
Si ce n’est pas bon, je lui écraserais ses valseuses sous mes bottes en lui disant bien d'éviter de jouer les ninjas.

J'attrape le bras de Kallian alors qu'elle allait partir, attirant, de ce fait, le regard de Jazz.

Attends. Où il est ?

Kallian - "Pourquoi ? Tu veux le draguer Un-Œil ?"

Je soupire, avant d'appliquer une "légère" pression au bras de la jeune femme, la faisant crier de surprise, et de douleur, jetant, au passage, un regard glacial à Jazz, le bloquant sur place.

J'adore mon entraînement de ninja.

Répond.

Kallian - "Aie ! Salope ! Il est au fond, maintenant lâche moi espèce d'anormale !"

Je lâche son bras, me récoltant un joli tirage de langue. Fait gaffe chérie, un jour quelqu'un va te garder cette langue.

Je dépose mon torchon avant de sortir du bar, me dirigeant vers l'endroit dont elle a parlé et, effectivement, je le vois, il est là, assit seul à observer la salle. Excellent, et en plus il boit.
Sans m'arrêter pour rien, je me dirige vers lui, avant de bloquer son champ de vision, le jaugeant du regard. Épaule solide, corps qui semble bien bâtit. Bref, au moins un sportif.

Rien qui prouve qu'il s'agisse d'un ninja.

Il paraît que vous venez de Konoha ?


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Jeu 8 Juil - 23:41

Il était temps de regrouper les informations. Elle leva les yeux sur le Genin qui venait reprendre place. Les informations étaient maigres mais les partager était la base du travail d'équipe. Elle exposa rapidement ses trouvailles, glissant au passage quelques paroles un peu moins liées à la mission elle même, puis elle garda le plus possible ses yeux sur le garçon, le temps qu'il présentât à son tour ses avancées. Le regard de la fille suivit le bras de la serveuse qui venait zébrer son champ de vision. Elle adressa un simple signe de tête quand on lui confirma que son repas arrivait, après ce, elle revint à Hakai, attrapant immédiatement le verre qu'on venait de lui poser pour en déglutir une partie.

Ses joues rosirent légèrement tandis que l'on posait à nouveau un verre, mais devant le genin. Sa voix s'éleva à nouveau traitant toujours des deux autres voyageurs qu'ils accompagneraient le lendemain. Un silence s'abattit ensuite, silence qu'elle ne rompit en aucun cas. Soudain son visage se redressa, ses pupilles balayèrent la salle un instant, vifs et bougeant de façon saccadée. Son cou se tendit légèrement tandis que ses yeux se plissaient. Sur la table, sa main cessa de remuer son verre dans une succession de cercles sans fin. Elle finit par jeter un oeil vers une table où des amoureux avaient jusque là passé leur temps à se bécoter en partageant un repas. Ils avaient visiblement décidé de se lever pour s'en aller danser, enivrés par la musique montante et apparemment vivifiante pour la plupart des occupants de la salle.

Elle perçut un grincement, tournant rapidement les yeux vers son lieu d'origine. En se levant, Hakai avait fait reculer sa chaise, la déplaçant sur quelques centimètres et provoquant le dit son. Elle jeta ses iris sur le verre vide que le Genin posait sur la table avant de faire le tour pour venir la rejoindre. Sa main se tendit vers la jeune fille qui ne bougea pas d'un millimètre.


- Voulez vous m'accorder cette danse, gente dame?

Son visage se braqua sur le jeune homme, n'ayant à offrir qu'un regard indifférent quoi que légèrement teinté d'agacement. Elle se détourna de son ami, préférant poursuivre la dégustation de son alcool.

- … Non.

Elle entendit sa voix s'adresser à la serveuse, commandant un nouveau verre. Son sourcil se leva tandis qu'elle jetait un bref coup d'oeil à côté d'elle, observant le comportement de Hakai. Il était frustré, rageur... peut-être agacé aussi. Elle conserva son indifférence jusqu'à ce que l'arrivée du verre fraîchement demandé et de son repas ne vienne couper court à toute autre tentative. Le met devant son nez lui arracha un petit sourire tandis qu'elle l'entamait comme une louve affamée depuis des jours. Étrangement, elle mangeait vite mais avec distinction, ne répendant pas de sauce et d'aliments autour de son assiette. Elle termina le tout en un temps record et posa ses baguettes.

- C'était pas mauvais... Espérons que le lit soit tout aussi correct.

Ses yeux décollèrent de son verre qu'elle venait de reposer après l'avoir terminé, pour atterrir sur le visage de Hakai. Elle n'avait plus cette couleur rose aux joues et avait repris une teinte tout à fait normal. Ses yeux clignèrent frénétiquement pendant une seconde puis elle se frotta le front.

- Je pense que je vais aller dormir... Je commence à vraiment avoir la tête qui tourne.

Elle se dressa sur ses deux jambes s'immobilisant une fois levé. L'espace d'un instant, elle vacilla, se rattrapant au dossier de sa chaise et à la table. Elle sortit un petit sac de monnaie qu'elle déposa sur la table et se pencha vers ses affaires toujours intactes.

- Je te laisse payer avec ça, je vais récupérer les clés et monter. Ne tarde pas, je ne veux pas laisser ouvert trop longtemps.

Sur ces mots, elle s'assura de prendre tout son barda et se mis en marche vers le comptoir. Elle s'arrêta une seconde, se rappelant soudain d'un détail.

- Ah... au fait. Ne sois pas surpris quand tu montes. Il ne restait qu'une chambre avec un lit double.

Elle lui adressa un bref sourire avant de reprendre sa marche, mettant à exécution ses paroles. Avec difficulté, elle gravit les marches, direction une chambre du second.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Ven 9 Juil - 5:41

Le visage neutre, l’homme sirotait son verre de liqueur de menthe tout regardant cette bande de joyeux luron se trémoussaient sur la piste de danse. Les hanches se déhanchaient, les bras volaient en suivant le rythme fou installer par cette musique, les pieds sa baladaient sur la surface plate du sol suivant un pas ordonner et presque parfait. Tout cela donnait une chorégraphie digne des plus grands galas. Hakai eu un fin sourire avant d’apercevoir la serveuse les bras chargeaient de mets. Tout d’abord surprit de voir que tout cela était destinait à cette table, le genin comprit rapidement que Taka avait prit la commande. L’estomac de l’Uchiha était déjà bien rempli d’alcool et cette bouteille de vin rouge qui se mariait très bien avec le plat de viande rouge. Cette viande saignante avait l’effet que le cuistot avait sûrement voulu, l’envie de se jeter dessus avait envahi l’esprit de l’homme. Il vida alors d’une traite son… cinquième verre ? Oui ça devait être cela. Sa tête tournait pas mal, son haleine on n’en parlait même pas bien que la liqueur de menthe l’avait tout de même rafraîchi, une petite nausée commençait à se faire sentir. Bref tous les signes aventureurs d’une petite cuite.

Regardant tout d’abord son amie attaquer, il ne fallut guère plus de deux minutes pour voir le genin avaler à son tour la première boucher. Cependant, Taka ne semblait encline à entamer cette bouteille de vin et pourtant c’était une grande année !!! Bref Hakai s’en versa une larme afin de goûter cela. Faisant tout d’abord faire quelques tours à son verre, l’homme s’y prenait en vrai professionnel, sans doute un peu trop d’ailleurs. Puis, las de tout se mijotage, il fit tremper son palet avant d’avaler le tout. Sucré, ce qu’Hakai préférait. Il regarda sa compagne, un seul regard suffit pour comprendre qu’elle n’en prendrait pas. Hakai se versa donc un vers qu’il dégustera tout du long de ce copieux repas. Repas qu’il espérait ne pas finir dans les toilettes.

Elle avait terminé et s’était bien gavé. Ses joues avaient reprit leur teint d’origine aidé probablement par l’absorption d’élément. Il la regardait se lever tout en mastiquant ce bout de viande qui venait se coincer entre ses dents, assez chiant soit dit en passant.

-Je pense que je vais aller dormir... Je commence à vraiment avoir la tête qui tourne.

Hum… Sans doute. Hakai s’en était affilé pas mal et Taka avait comme qui dirait suivi le rythme, vu son gabarit, son état devait être au même point que le genin si ce n’était pire. Le fait qu’elle dut se retenir à la chaise en disait long sur son état. Il fit un petit clin d’œil comme pour dire « A tout de suite » car oui, que pouvait-il faire d’autre ? Il n’allait pas plus se bourrer la gueule, cela lui servirait à quoi ? Et puis danser seul n’était pas franchement son kiff même si c’était le meilleur moyen d’approcher les nanas. Mais encore une fois, il n’était pas la pour et de plus il y avait toujours Taka…

-Ah... au fait. Ne sois pas surpris quand tu montes. Il ne restait qu'une chambre avec un lit double.

C’était une blague ? En tout cas elle eut l’effet escompter. L’homme manqua de s’étrangler et frapper énergiquement sur son torse, la boucher était mal passé d’un coup et le petit sourire que lui lançait la jeune femme en disait long sur la nature du sujet. Pour du vrai ? Et bin… L’homme ne toucha pas à son plat pendant pas mal de temps. Au contraire même, il le repoussa d’une main et demanda le digestif le plus corset qu’avait le barman. Cette annonce l’avait choqué ? Un peu au départ, a vrai dire il ne s’attendait pas à dormir dans le même lit que Taka en mission… Etrangement, il aurait imaginé la demoiselle plus renfermé, plus sage, plus froide. Il n’allait pas s’en plaindre. Et voila que la musique changeait… un slow… Putain, mais qu’aurait il donné pour danser un slow avec Taka… L’homme leva son verre.

[Hakai] « A mon indéfectible manque de chance… »

La gachette était partie et le liquide brulant venait réveiller le fauve. Il posa avec peut-être un peu trop d’enthousiames son verre sur le comptoir et se dirigea vers les chambres. Montant doucement, très doucement les marches. Sa vue était trouble et il manqua à plusieurs reprises de chuter. Il arrivait à présent dans un couloir, une série de porte des deux côtés.

*Alors attends…* Hic…*Que je me souviens… C’était 63 ? Où peut être 55…. Je sais plus… A oui… 66*

Sa main fit pivoter la poignée de porte. La pénombre de la pièce était accablante, Taka dormait déjà ? Hakai chercha de la main l’interrupteur ce qu’il tarda à trouver. Que la lumière fut…

*Hum ? C’est qui se type le cul en l’air avec une nana la ?*

[Hakai] « Euh… J’ai du me gourer… »

Il referma la porte derrière, tout aussi calme que bourré. En fait, cette dernière liqueur lui avait bousillé le cerveau… C’était souvent celle-ci qui faisait le plus grand dommage, mais qui servait strictement à rien…

*Bon c’est où déjà… A j’suis con, le barman ma donné un double des clefs… Alors numéro… 13 Putain j’étais loin quand même…*

L’homme fit demi tour étant beaucoup trop loin de la dite chambre. Enfin arrivé dedans, il hésita un instant avant d’entrer. La chambre était éclairée mais aucune trace de Taka. De la lumière s’échappait de la salle de bain. Pas la peine de vérifier pensa t-il difficilement… Sa veste, puis son marcel, l’homme enleva ses habits, se retrouvant torse nue puis son regard son pencha vers le bas… Devait il ou non… Dormir en jean était quelque chose de… particulièrement chiant, mais en caleçon… cela pourrait rendre mal à l’aise Taka si ce n’est pire…. Bon et puis zut… il serait dans les draps rien de bien choquant… L’homme se délaissa donc de son jean avant de s’écrouler sur le lit, les bras en croix, il fixait le plafond avant de se tourner vers cette porte… Hum…

*Mais comment va-t-elle dormir elle ?*

Question conne, oui je sais…

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Dim 11 Juil - 0:00

La pièce était plongée dans un silence lumineux. Les yeux fermés, Taka était allongée dans une eau d'où se dégageaient occasionnellement des volutes de fumée. De temps à autres, sa main venait brouiller la surface demeurant quasi lisse grâce à une immobilité presque parfaite. Quelque fois, son autre main venait frotter son front. Sa tête semblait bercer contre la paroi de la baignoire dans un mouvement très lent et cyclique, comme ces chiens que l'on accroche sur la plage arrière de sa voiture. Le bruissement de l'eau vint percer le calme environnant tandis que ses yeux s'ouvraient pour donner sur le plafond. Comme sorti de nulle part, son rire retentit dans la pièce, clair et cristallin.

Dans la pièce d'à côté, du bruit se fit entendre. Elle cessa toute activité, ses muscles se raidissant pendant moins d'une seconde. La kunoichi bougea légèrement pour sortir ses mains de l'eau, effectuant d'étranges formes avec, avant de les disjoindre. Dans la salle de bain, plus aucun bruit à partir du moment où ses doigts s'étaient posés sur le bord de la baignoire. De l'autre côté de la porte, on entendait désormais des bruissements de vêtements. Elle jeta un oeil sur le plan de toilette où gisaient quelques affaires dont les clés de la chambre. Son visage se tourna vivement vers la porte d'où plus aucun son ne provenait. Se glissant, non sans bruit, hors du bain elle attrapa une serviette et, vêtue de cette simple étoffe spongieuse, elle s'apprêtait à poser la main sur la poignée lorsqu'elle se ravisa. De l'autre côté, l'on venait de s'affaler sur le lit. Un sourire se dessina sur son visage, et elle pouffa de rire.

La jeune femme fit face à la baignoire qu'elle vida tout en prenant soin de nettoyer les bords. Elle se tourna ensuite vers le miroir, séchant ses cheveux raides et noirs comme la suie. Un peigne vint ensuite les mettre en ordre afin d'éviter un trop plein de noeuds puis elle rangea son matériel. De là, elle saisit les clés et ouvrit finalement la porte. Lumière dans le dos, elle se tenait accoudée à l'encadrement, toujours vêtue de sa serviette, la chevelure tombant dans son dos et aux abords de son visage. A ses pieds gisait le jean de Hakai surplombé de son ombre. La scène semblait étrangement bien faite. Taka étaient tout juste éclairée, baignant dans une aura éblouissante. Une auréole dorée se dessinait directement au contact de ses épaules découvertes, sa peau claire – à l'exception de son visage rosi – demeurant à la vue du seul présent dans la pièce. Le tissu qui faisait le tour de son corps, juste en dessous de ses bras, ne faisait que suggérer le volume de sa poitrine. Il descendait le long de son anatomie pour venir s'arrêter à peine plus bas que ses hanches, les couvrant subtilement ainsi que la zone qu'elles dominaient. Cependant, cette serviette là semblait s'arrêter bien haut pour constituer une tenue décente.

Les yeux de la jeune femmes tombèrent dans ceux du garçon tandis qu'elle lui adressait un sourire tendancieux et où se mélangeaient un air angélique et de la mesquinerie. Elle se mit en route avec une démarche féline, passant devant le Genin pour aller directement à la porte d'entrée. On entendit frapper à ce moment là. Un bref échange s'en suivit et le verrou tintea puis la clé s'entrechoqua avec le petit carré de bois sur lequel était gravé le numéro de la chambre. Lorsqu'elle revint dans le champ de vision du jeune homme, elle jeta l'objet sur une table de chevet avec désinvolture. Dans son autre main, il y avait une bouteille et deux verres imbriqués.

- Ce soir, j'ai envie de... Elle s'approcha et déposa la bouteille pour s'occuper de séparer les deux verres. Elle se tenait à côté de Hakai qu'elle ne regardait plus le temps de remplir les deux récipients. Elle en attrapa un et jeta son regard sur l'homme. Boire.

Elle dégomma d'un trait sa boisson, grimaçant au moment d'avaler. Puis sans lui laisser le temps de bouger, elle posa une main sur son épaule, puis la deuxième sur l'autre pour venir s'asseoir directement sur son bas ventre. Elle jeta un instant son regarde noire sur lui sans ne rien dire, ses incisives supérieures venant marquer sa lèvre inférieure. Son bassin effectua un petit mouvement vers l'arrière, venant frotter tout particulièrement cet endroit si sensible chez la gente masculine mais qui demeurait à ce compte séparé de la chair de la jeune femme par trois épaisseurs... Les vêtements de chacun et, évidemment, les draps.

Les mains de la jeunes femme glissèrent sur la peau de son ami, l'une rejoignant son torse, l'autre laissant l'index effleurer ses lèvres. Ses yeux fixaient avec insistance sa bouche, une expression neutre profondément ancrée sur son visage.

Elle ne bougeait plus.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Dim 11 Juil - 1:59

Cette luminosité tiraillait les yeux de l'homme. Un point blanc venait se loger au centre de sa vue et ce malgré qu'il détournait son regard. Il n'avait franchement rien d'autre à faire que de se faire chier. Taka était dans la salle de bain, ce qu'elle y faisait, Hakai n'en savait que trop, mais une chose était sûre, il ne se coucherait pas tant qu'il avait croisé son regard une nouvelle fois, pas tant qu'il n'aurait pu lui souhaiter une bonne nuit. Même lorsqu'ils partageaient le même toit, il n'avait jamais eu l'occasion de lui dire d'aussi prêt. Cette mission avait peut-être du bon ? Mais au détriment de qui ? Et pourquoi cette andouille pensait à cela ? Fallait vraiment être con pour penser à tous ces pauvres gens qui crevaient dehors alors que d'ici quelque minute il allait partager le même lit que celle qu'il aimait. Un vrai tue l'amour ce truc...

Un bruit bien spécifique s'évada de la petite pièce qui était directement situé sur la droite de l’homme. L'Uchiha était d'abord étonnait que malgré tout l'alcool consommé Taka eut le bon sens de faire son hygiène. Habituellement, la seul chose à laquelle vous pensez c'est d'aller roupiller ou vraiment si vous avez saqué dedans, évacuer le trop plein... Mais se laver ? Elle gardait un bon sens et ce malgré son état. Un petit silence avant que le cliquetis de la porte. C'était une femme qui sortait la ? Ou une déesse ? L'Uchiha cru rêver, sans doutes les effets de l'alcool qui aiguisait encore un peu plus son opinion vis-à-vis de la jeune femme. Comme pour vérifier, l'homme se frotta quelque peu les yeux, mais non, elle était réellement là, dans une posture aguicheuse, serviette comme unique protection, l'homme crut rêver. Un instant il pensait être revenu un peu trop tôt, n'aillant laissé le temps à la jeune femme de se préparer pour cette petite nuit qui s'annonçait.

Et la voici qui s’avançait vers lui. L’homme se redressa sur ses coudes, ne quittant des yeux la belle. Elle tournait autour du lit, une vraie tigresse prêt à ce jeter sur sa proie, ici à l’occurrence un cygne. Tournant autour du lit, son chemin fut tout tracer, direction la porte d’entrée. Timing parfait, on pouvait entendre la porte être cogné à plusieurs reprises. Hakai n’eut le temps de voir quoi que ce soit, Taka s’était placé devant la petite ouverture. Quelques mots furent échangés indiquant par la même occasion la nature du dérangement. Dérangement qui étant en faite un service spécialement demandé par la tigresse. Lorsqu’elle se retourna vers l’homme, un sourcil se leva, surpris parce qu’il observait. La jeune femme tenait dans ses mains de quoi s’amuser encore cette nuit.

Taka - Ce soir, j'ai envie de... Boire.

L'homme sourit. Que pouvait il faire d'autre ? Il était lui-même sous l'emprise de l'alcool qui lui dictait de s'amuser et de continuer à boire plus tôt que de résonner son amie. Soit, il prit plaisir à observer sa compagne boire ce doux mélange qui la fit grimacer quelque peu. C'était à son tour de se faire pla... Euh... Il semblerait que la jeune femme en décida autrement. Une main puis une seconde vinrent bloquer l'homme dans son ascension. L'homme sur le coup impuissant, observa la tigresse s'approprier son corps. Œil pour oeil, Hakai dévorait le visage de la belle d'un regard désirant, il fondait littéralement devant cette petite expression qu'affichait la jeune femme en se mordant la lèvre inférieure. Puis s'en suivi une réaction que l'homme n'avait prévu. Un frottement, mais pas à n'importe quel endroit. Son visage vira au rouge alors qu'il continuait de fixer la demoiselle. Des doigts baladeurs glissaient ensuite sur la peau dénudée du jeune homme. Des petits frissons parcouraient son corps, comme si l'envie circulait dans ses veines.

Il n'y avait aucune hésitation chez la jeune femme. Ses gestes, ses mimiques, tout était mis en place pour que l'homme laisse place à ses désirs les plus profonds. D'ailleurs même la serviette de la jeune femme était beaucoup trop... courte. Encore un élément provocateur que l'homme avait tôt fait de remarquer. Ses mains vinrent au contact du dos de la jeune femme. Une situé sur le tissu et une autre, beaucoup plus haute, qui venait effleurer la peau de la jeune femme. Tout cela avait pour but de permettre à l'homme de se pencher, se rapprocher encore un peu plus de ce si beau visage. Et c'est vrai qu'ils étaient proches, presque nez à nez.

[Hakai] « Comment veux tu que je goûtes si tu me laisses ici bas ? »

Le ton de sa voix était charmeur, ses yeux étaient focalisés sur les lèvres de la jeune femme tandis qu’un léger arc de cercle venait déformer ses lèvres. La jeune femme se recula légèrement, juste de quoi tendre le bras, verser un le liquide dans un verre et tout doucement, le verre vint au contact des lèvres de l’homme qui dégustait cela. Un léger souffle vint se faire qui caressait la peau de la jeune femme. L’homme la tenait toujours dans ses bras. Une main baladeuse venait caresser le bras de la jeune femme, doucement très doucement. Aucun geste brusque, l’homme avait laissé au placard sa force pour satisfaire les désirs de celle-ci. La main se retira avec grâce, laissant place au doux baiser de l’homme.

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Dim 11 Juil - 13:04

Un jet de lumière traversait la sombre chambre. Pointant directement sur son visage, il déposait une agréable tiédeur sur sa peau mais avait aussi pour effet d'éveiller les âmes endormies. Ses yeux ne s'ouvrirent que lorsqu'elle perçut un mouvement dans le lit. Brusquement, elle se retourna pour regarder Hakai qui lui faisait dos. Elle détailla sa silhouette dans la pénombre, fronçant les sourcils. Ses yeux clignèrent avec insistance tandis qu'elle n'empêchât pas ses doigt de lui frotter le front avec force. Un petit soupir s'éleva juste avant qu'elle n'ouvre à nouveau les paupières. Cette même main s'abattit sur les draps avec douceur et précaution, elle les abaissa pour aller regarder sous la couverture. Discrètement, Taka jeta un oeil au corps de Hakai. Elle crut percevoir sa région pubienne bel et bien couverte. C'était plutôt en accord avec sa propre tenue vestimentaire.

Vêtue d'un shorty tout à fait classique et d'un large t-shirt, elle avait pris là le strict nécessaire pour passer des nuit sans avoir à souffrir le joug de la chaleur. Et de la chaleur, il y en avait eu. Elle s'assit sur le bord du lit, regardant la pièce plutôt bien rangée. Il n'y avait là aucune trace de folie, aucune trace d'amusement.... Son visage se logea à nouveau dans la paume de sa main.

*

Il y avait eu un baiser... sur le bras. Puis elle s'était tournée une fois de plus vers la bouteille. Elle avait les mains du Genin dans le dos alors qu'elle servait un nouveau verre. Elle avait évité un premier baiser en lui fourrant littéralement l'un des deux récipients dans la bouche pour y vider le contenu de gré ou de force. Dans son mouvement, sa quête d'alcool, la jeune femme avait laissé son corps fritter avec celui du garçon. Elle attrapa le verre et le but à moitié. De son autre main, elle se poussa du corps du Genin pour se retrouver sur ses deux pieds. Taka fit volte face et fondit sur son sac qu'elle emporta avec elle dans la salle de bain. Lorsqu'elle en sortit, quelques minutes plus tard, Elle était habillée de sa tenue de nuit et son verre était vide.

*

Toujours assise sur le bord du lit, la jeune femme prenait le temps de se lever. Elle marcha lentement jusqu'à la salle de bain où le premier objectif de la journée se trouvait. Toilette, eau sur le visage, contemplation dans le miroir... Elle avait une cerne naissante sous chaque oeil. Un battement de cils un peu plus long qu'à l'accoutumée vint casser le rythme de ses clignements. Ses sourcils se haussèrent tandis que son visage se vêtait d'une expression désespérée. Elle inspira profondément puis se mouilla une fois de plus le visage avant de jeter un oeil à la porte close. Discrètement, sans un bruit, sa main descendit le long de son ventre puis alla se loger dans ses sous vêtements. Son avis semblait déjà arrêté mais une certitude de plus ne faisait pas bien grand mal. Elle soupira une fois de plus.

Si tu me touches, je te brûles.

Dernier flash, dernière parole censée qu'elle avait prononcée la veille... avant de piquer du nez sans même s'en rendre compte. Jeux dangereux... frustration... tout ça parce que des envies, des instincts primaires n'avaient été assouvis. La suite n'était pas bien compliquée à envisager entre ces deux là. Et la seule chance que tout se passe réellement bien, c'était l'oubli provoqué par l'alcool.

Dans la pièce d'à côté, les vêtements de la jeune fille était prêt à être portés. Elle s'habilla de son complet de kunoichi qu'elle masqua avec son manteau léger. Elle prépara de nouveau son barda afin de pouvoir partir le plus rapidement et dans les meilleures conditions. Elle descendit le tout avec elle le disposant à ses pieds là où elle s'installait pour le petit déjeuner. Encore endormie, elle sursauta lorsque le patron lui adressa la parole. Sympathique, il lui adressa un chaleureux sourire et un haussement de sourcils tendancieux. Elle lui octroya une froide expression qui se changea en un petit sourire timide.


- "Ne vous méprenez pas...."

- "Ah! Ma foi, mad'moiselle, je ne me permettrais pas." Son sourire s'agrandit alors qu'il rétorquait. "Qu'est-ce que je lui sert à la dame?"

Après une brève discussion, le choix s'orienta sur un repas tout à fait exceptionnel et riche en lipides. Il était probablement dans les neuf à dix heures du matin et l'on ne pouvait se permettre de s'arrêter pour midi. Midi... c'était précisément l'heure du rendez vous avec les voyageurs. Elle interpella le tenancier pour lui demander une double dose, ce qui provoqua chez lui un grand rire tandis qu'il confirmait la commande. Attendant de se faire servir, Taka en profita pour regarder la salle relativement vide. En fait, elle était quasiment la seule. Ses yeux s'attardèrent sur un binôme qui mangeait un peu plus loin, son visage vira à l'expression la plus neutre possible. Un petit tour d'horizon pour savoir de qui il s'agissait, ce qui était notable, pas notable... et surtout s'ils pouvaient incarner les dits voyageurs.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Dim 11 Juil - 15:18

Taka - Si tu me touches, je te brûle.

Foutage de gueule la non ? L’homme le prit ainsi en tout cas. Il avait tout d’abord entreprit cette nuit avec la jeune femme d’une façon qu’ELLE avait décidé. Il s’était plié au moindre de ses désirs, passant de l’observateur au tapis vivant. Il l’avait observé dégommer rapidement, trop rapidement peut-être cette bouteille de vodka. Elle avait joué avec son corps, ce l’étant approprié tout comme son cœur. Jouant les provocatrices, elle allait obtenir ce dont elle semblait chercher depuis plusieurs minutes à présent. Mais encore une fois… Elle dégoûta le genin. Une femme sans défaut n’existait pas, celle-ci avait beau être magnifique et généreuse… Elle possédait sans doute le pire de tous… Vouloir garder le contrôle surtout. Le visage de l’homme n’était plus rosé et ses yeux étaient plus sombres que jamais lorsqu’il observa la jeune femme se séparer de lui pour rejoindre une nouvelle fois la salle de bain. Quand avait elle un jour demandé l'avis de l'homme ? Jamais... Elle avait toujours tout décider, pour elle et pour lui... Avait-il vraiment eu une discutions d'égal à égal avec elle ? Non... Elle avait toujours eu le dernier mot, par moment ne prenant même pas en compte ce que disait l'homme ou même ce qu'il ressentait. Que pouvait-il ressentir d'autre ? Le dégoût d'être repoussé. Le sentiment de n'être qu'un pantin entre ses mains. D'être appelé uniquement lorsqu'elle en avait besoin et être aussitôt rejeté. Toutes ces idées « d'amour différent »... Foutaise. Ce n'était qu'un autre moyen de l'éloigner d'elle, de le museler sans toutefois trop s'avancer.
Qu'avait-elle à perdre à se risquer une aventure avec lui ? Rien... Strictement rien. Elle avait peur de perdre un ami ? Et en agissant ainsi elle pensait faire quoi ? Elle avait réussi à garder la lucidité de le repousser, de le menacer. Comment le genin devait-il agir ? Aimer Taka était une mission impossible. En fait non... Vous pouvez l'aimer, mais il ne fallait rien s'attendre au retour. Dire que l'on tient à une personne au point de la vouloir à ses côtés. C'est qu'il ne fallait qu'une chose, une simple chose pour trouver le courage de dire « oui ».S'aimer pour la vie, cela pouvait arriver, mais comment faire si tout était bloqué par une seul et uniquepersonne ? Elle ne s'imaginait pas pouvoir l'aimer autrement quand ami ? Et si elle essayait ? Et si pour une fois dans sa vie elle faisait confiance au grand gaillard. Et si pour une fois elle fermait les yeux sur le monde qui l'entourait et qu'elle se concentrait sur cet homme, sur son coeur. Avec un tel amour, était-il encore permit de douter de la sincérité ? Oui, des couples se séparaient, mais tous ne s'abandonnaient pas. Hakai avait fait une promesse, il s'en tiendrait même si le dégoût prenait le pas.

***


Il sentait un poids se délester du lit. Une masse qui se déplaçait légèrement sur le sol avant de s’enfermer dans cette pièce qu’elle semblait s’être appropriée. L’homme se replaça sur le dos, bras en dessous de la tête, son regard était une nouvelle fois fixée au plafond. Comment était-il passé du rêve au cauchemar ? Elle quitta la chambre sans même s’apercevoir du réveil de l’homme. Sans doute revivait-elle également des morceaux de cette nuit. Elle était loin d’imaginer le mal qu’elle faisait subir à l’homme. Mais pourquoi ne prenait-elle aucun risque ? Par moment, elle agissait comme une femme aimante et dans d’autre cas…

L’homme eu toute la peine du monde à se lever. Les rayons du soleil venaient percuter son visage, l’aveuglant quelque peu. Ses pas le menèrent à cette salle de bain qu’il découvrait. Il se fit couler un bain avant de se plonger dans l’eau chaude. Il y resta presque une heure, se reposant encore et toujours les mêmes questions. Il n’arrivait à faire le vide dans ses esprits déjà bien assommé par les restes de la veille et par le manque de sommeil évidant.Après s’être décrassé, l’eau s’évacua et l’homme sécha ses cheveux à l’aide d’une serviette propre. Son regard éternellement posé sur la serviette qui dépassait du bac à linge. Il s’habilla tout en conservant son bandeau dans l’une de ses poches. Après un examen complet de la pièce, il en vint à la conclusion qu’ils n’avaient rien oubliée. Il ferma la porte après son passage et descendit les marches pour se retrouver dans le hall. L’atmosphère qui y régnait n’avait rien avoir avec celle de la veille. Peu de monde, le barman, blond, toujours le sourire aux lèvres qui échangeait quelque mot avec Taka. La serveuse d’un teint un peu plus sombre essuyait quelque table à l’aide d’un torchon. Hakai n’avait nullement l’envie de parler à qui que ce soit. Il alla s’installer à cette même table que la veille ce qui attira l’intention de la jolie femme.

[Serveuse] « Besoin de quelque chose mon grand ? »

[Hakai] « Rien… Ou peut-être un verre de… lait. »

Elle lui sourit avant de se diriger vers le bar. Hakai avait eu du mal à se retenir de demander de l’alcool. Après tout il était en mission… Oue c’est cela… Son regard vide tomba sur une nouvelle femme qui se tenait droite devant lui. Cache œil, vêtement qui n’était pas du coin, une voyageuse pensa l’homme, mais il reste silencieux.

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Ven 16 Juil - 23:10

Ses yeux firent le tour de la salle. Sans un mot – à vrai dire elle n'avait personne à qui parler à cet instant – elle jeta son regard par la fenêtre où quelques rayons venait blanchir l'atmosphère et jaunir le bois de sa table. Encore une fois, elle se trouvais dans la lumière qui dorait quelques uns de ses cheveux esseulés parmi sa coiffure. Elle entendit des pas lourds passer dans son dos. Se retournant, la jeune femme posa ses deux yeux noirs sur la silhouette massive d'un homme qu'elle connaissait très bien. Sa tête se baissa un peu tandis que ses coudes vinrent se poser sur la table. Ses deux mains finirent par accueillir son menton et ses traits dessinaient une expression fortement pensive. Au fond de ses yeux régnait un monde terne qui s'opacifia d'avantage lorsqu'elle comprit qu'il ne viendrait pas s'asseoir avec elle.

Tout naturellement... diraient certains.

Enfermée dans un silence qui n'occupait que quelques centimètres cube autour d'elle, elle perdit son regard dans un monde vague lointain et proche à la fois. Sur sa tempe, en s'arrêtant quelques seconde et en la détaillant réellement, l'on pouvait voir un bout de peau qui s'agitait frénétiquement et de plus en plus rapidement. Sa poitrine se gonfla plus intensément qu'à l'accoutumée et soudain, d'un geste brusque et vif, elle se leva pour se camper sur ses deux jambes. Avec tout autant de délicatesse, la kunoichi fit un demi tour sur elle même et s'approcha de la table du jeune homme qu'elle avait vu descendre. Ses pas étaient plus appuyés que d'habitude et l'on pouvait facilement l'entendre venir. Elle s'arrêta sur le côté de la table où elle posa ses deux mains avec moins de vigueur que lors de ses précédents gestes. Elle était légèrement penchée, dans les trois quart du champ de vision du jeune homme. Une hésitation se fit sentir, traduite par un temps de latence, de silence... Il était clair que les mots auraient du sortir plus vite.


- Pour hier... je n'aurais pas du. J'ai fait une grosse connerie, s'expliqua t-elle suffisamment discrètement pour que personne d'autre que lui ne puisse l'entendre. Je ne te demanderai pas le pardon ou quoi que ce soit, parce que je sais que je suis trop fière pour arriver à faire ça. Sache juste que j'ai retenu la leçon.

La jeune femme se redressa, décollant ses mains de la table. Sa respiration était saccadée et elle suffoquait presque. Il était clair qu'elle n'était pas du tout dans son assiette. Un nouveau temps de latence prit place, durant lequel son regard était plutôt du genre à ne pas donner le droit de parole. Ses lèvres se mouvèrent une fois de plus, mais les sons qui sortirent tardèrent quelque peu.

- On se retrouve à midi avec tes voyageurs... devant l'établissement.

Elle se tourna à nouveau et reprit une marche qui la menait directement jusqu'à sa table.

*

Le soleil était haut dans le ciel. Elle avait passé la majorité de son temps à s'empiffrer de bons gros plats. Grimace sur le visage et manteau de voyage déjà vêtu, elle se tenait le dos appuyé contre le mur de leur auberge d'un soir lorsque les conviés au rendez vous firent leur apparition. La jeune fille dérida sa frimousse et un pan de son manteau vibra légèrement sous son épaule droite. Elle jeta son regard sur les arrivants les jaugeant immédiatement. Il y avait bien sûr Hakai mais aussi un couple plus très jeune. La kunoichi haussa un sourcil qu'elle rabattit bien vite. Lorsqu'ils arrivèrent devant elle, les deux ne lui adressèrent qu'un signe de tête. Ce furent alors ses deux sourcils qui grimpèrent au milieu de son front.

- Bonjour... entama t-elle dans un ton neutre voire un peu froid. C'est donc vous qui allez nous accompagner jusqu'à Taka, si j'ai bien compris? Recevant confirmation, elle poursuivit. Soit. Je m'appelle... Taka, ajouta t-elle sans masquer une mimique.

La femme qui lui faisait face redressa le visage, car légèrement plus petite, avant de rétorquer.


- Vous êtes shinobis, c'est ça?

L'interrogation, bien qu'anodine, ne pu empêcher un froncement de sourcils chez la kunoichi.

- Non.. Lui, l'est... Il me sert de protection. Elle pointa du doigt Hakai. Et moi, je suis capricieuse.

- En temps de loup, un protection n'a rien d'un caprice! Sa reaction était vive, proche de l'exclamation et trahissant sans doute un très bon jeu d'acteur ou alors... un réel besoin de protection. Quoi qu'il en fut, elle arracha un semblant de sourire à la Chuunin.

- Evidemment... Je propose qu'on se mette en route, nous discuterons sans doute plus en chemin. Je ne sais pas ce que vous allez faire à Taka, mais... le temps presse pour moi. Sur ces mots, elle se mit en route.

- Oh... Des affaires et d'autres...

- Vous y habitez? Interrogeant, la kunoichi tourna son regard noir vers la femme.

- Ou-oui.... répliqua t-elle, visiblement intimidée.

En face, Taka ne put s'empêcher un haussement de sourcil surpris. Elle ne savait pas pourquoi cette aînée réagissait ainsi, d'autant qu'elle avait « ommis » de préciser sa fonction. Pour se rattraper, elle dessina un large sourire sur ses lèvres.

- Ah! Alors peut-être pourriez vous m'aider! Devant la réponse affirmative elle poursuivit. Je dois superviser quelques tâches pour un ami, dans le port. Et j'ai entendu dire qu'il n'y faisait plus bon vivre depuis que... Elle s'approche pour lui chuchoter la suite. Depuis qu'on raconte qu'il y a des vols.

- Oui... c'est possible, répondit-elle de façon... evasive. Trop evasive.

La kunoichi se redressa, surprise.

- Ah? Vous n'étiez pas au courant? Et bien je suis au moins contente de vous l'apprendre! Si vous retournez chez vous sans savoir de quoi il retourne... Ce pourrait être dangereux!

Rien n'y fit. Taka n'obtint qu'une réponse tout aussi floue. Son manteau traduisit son haussement d'épaule puis elle leva les yeux au ciel.

- Ça m'étonne... Généralement, quand ça ne va pas, on ne cherche pas à retourner dans un endroit. Sauf peut-être pour mettre un terme aux problèmes... Sa mine était soucieuse. Ses yeux passèrent du ciel à l'homme cette fois-ci.

- Nous avons des affaires à régler là bas. Ses sourcils s'étaient froncés brusquement et son ton abrupte clôturait la conversation.

La Kunoichi s'arrêta une seconde, semblant soudain penser à quelque chose. Elle leva les yeux depuis le sol où elle venait les baisser, jusque sur les personnes qui l'accompagnaient. Elle les jaugea toutes avant de laisser échapper un filet de voix de sa gorge, bouche close. Sans dire un mot supplémentaire, elle reprit sa marche à un rythme tout aussi poussé. Un départ aussi tardif nécessitait de rattraper le temps perdu.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Sam 17 Juil - 0:26

L'une partait et voici déjà la seconde qui arrivait. Entre deux, la charmante serveuse avait déposé son verre de lait sur la table laissant un petit quelque chose qu'Hakai s'empressa de déchirer. Il n'était pas d'humeur pour ses petits jeux d'adolescent en rut, il avait déjà donné la nuit précédente. Ses iris sombres fixaient inlassablement la silhouette de Taka s'approchait, pendant ce temps, il mordit la paille avant d'inspirer le liquide blanc. Ne montrant aucune émotion devant la jeune femme qui se penchait devant lui, il se contentait d'observer son visage. Les informations qu'il y trouva lui indiquaient que la jeune femme était toute aussi ennuyait que lui. Mais les raisons devaient diverger. C'est donc des yeux noirs, presque empli d'un sentiment de haine qui fixaient le récipient pendant que la jeune femme parlait. Ses mots entraient dans les oreilles de l'homme avant d'être minutieusement analysé. En fait, il ne s'attendait pas à autre chose. Cette soirée n'aurait pu être qu'une connerie pour Taka et même pour Hakai... Ce n'était pas comme ça qu'il voulait...

C’est sur cette conclusion que l’homme releva la tête, espérant croiser le regard de la jeune femme et le lui dire, mais trop tard, elle se dirigeait déjà vers une autre table. Mais rien n’était encore joué, l’homme vida son verre avant de se lever, une nouvelle lueur dans le visage, cette fois-ci plus brillante, plus vivante. Il laissa un pourboire en dessous du verre sale et se dirigea vers la petite table à l’extrémité de la salle ou la jeune femme patientait. Il resta debout le temps d’observer la jeune femme avant de s’installer sur la chaise d’en face. Un léger soupir, l’homme passa sa main sur le dossier de sa chaise et une jambe vint se croiser par-dessus la seconde.

[Hakai] « Je viens ici et je m’installe à cette table car nous sommes partenaire. Nous sommes en mission et pourtant les sentiments viennent interagir. Le boulot c’est le boulot, je ne souhaite pas déballer mes sentiments dans une auberge en plein milieu d’une ville de débauche. Et pourtant pour mettre les choses au point et clôturer ce chapitre je vais devoir parler. » Il resta silencieux quelques secondes fixant les yeux de la jeune femme. « Ce qu’il sait passer cette nuit est à oublier. Nous avions but et surtout tu n’étais pas toi-même. Mais surtout j’ai été un imbécile. Je me contrôlais… J’aurais très bien pu dire stop et te laisser te reposer, mais non, je t’ai embrassé… J’ai essayé d’obtenir ce que je voulais à l’aide d’un moyen peu glorieux… Et je m’excuse… Mes sentiments pour toi ne sont plus à redire, mais sache que ce n’est pas cela que je veux avec toi… »

Taka ne le regardait même pas, préférant le spectacle que lui offrait la fenêtre. Hakai ne lui en voulait pas. Aujourd’hui était une journée qu’ils voudraient oublier tous les deux, mais l’homme savait que tôt ou tard, tout reviendrait à la normal. Il fallait juste le temps qu’ils avalent la pilule. Inutile de continuer à déballer se qu’avait l’homme sur la patate car cela ne ferait qu’agacer la jeune femme qui voulait probablement ne plus entendre parler de cette histoire. L’homme se contenta d’interpeller la serveuse au passage et de lui commander un repas léger composer de légume. Le temps n’était pas au gavage pour le jeune homme…

***


Il était midi et les aventuriers ce rassemblaient dans le hall. Hakai était dans un coin prêt de la porte, le dos collé au mûr, les bras croisés, il observait le couple se diriger dans sa direction avant d’être intercepté par Taka. Il est vrai que le chef de cette mission n’était autre que la jeune femme et qu’elle n’avait encore fait connaissance avec les personnes. Elle voulait en savoir plus et les questions ne tardèrent pas à fuser. Certaine était probablement trop pressante, mais Hakai décida de ne pas intervenir. D’ailleurs Taka le mit en position de force, mais également en mauvaise posture. Bref… Il doutait que quelques brigands puissent les mettre en danger. De plus il y avait cette étrangère… Hakai ignorait qui elle était, mais si elle se mettait en travers de leur chemin, ils n’hésiteraient pas à la faire rôtir.

La petite communauté se mit en route. Hakai n’était étonné du rythme lent qu’infligeait le couple cependant cette femme suivait parfaitement et sa façon de se déplacer ressembler étrangement à celle des shinobi. L’Uchiha resta pensif quelque instant avant de prendre la première ligne et de guider le groupe. Il fallait des raccourcis si ils voulaient atteindre la ville dans les temps. Hakai traversa donc un champ de ronce qu’il du enflammer à l’aide de ses poings de feu. Ainsi il permettait à Taka de ne pas dévoiler son jeu. Ils arrivèrent par la suite dans un champ doré, du blé sans doute ? Le soleil se couchait et c’est dans une petite clairière qu’Hakai fit halte. Il s’occupa d’allumer le feu. Une heure plus tard, un petit cercle de personne se trouvait autour. Hakai se situait au côté de la jeune femme et lui dit quelque mot discrètement.

[Hakai] « Repose toi, je vais prendre le premier tour. »

Cela valait mieux, ainsi les personnes auraient le temps de s’endormir. Mais comme Hakai avait besoin de sommeil, il viendrait le temps ou Taka devrait à son tour se charger du problème.

La nuit passa vite, très vite. Hakai laissa dormir un peu plus longtemps la jeune femme, se contenta de cinq heures de sommeil. Après une rapide toilette prêt d’une source environnante ou l’homme purifia son corps et son esprit, ils reprirent la route de plus belle ou l’homme motiva le vieux couple qui fatiguait.

[Hakai] « Nous sommes bientôt arrivé. Encore quelques heures de route. »

Quelques heures ? En fait, il l’avait répété tellement de fois qu’il faillit le répéter alors que les maisonnettes de la ville apparaissaient au loin. Comme un second souffle, le vieux couple s’obligea à tenir le rythme jusqu’au bout et enfin il y était. Taka… Hakai examinait les environs à la recherche des gosses, mais rien. Il se tourna alors vers Taka.

[Hakai] « Nous y sommes madame. »

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Mar 20 Juil - 22:25

Des heures et des heures de marche. Ce n'était que le premier tiers de ce qu'il restait à parcourir. Le voyage était silencieux, Taka ne se risquait plus à parler à leurs hôtes et eux lui rendaient la pareille. De temps à autres, elle leur jetait des regards plus ou moins discrets, particulièrement à cette dame au cache œil. Elle n'alla pas plus loin que ces simples coups d'oeil et, au soir tombé, l'on proposa de bivouaquer. Dormir à la belle étoile... Elle n'avait plus fait ça depuis longtemps. Dans un calme tout aussi identique à celui de la journée, elle prépara ses affaires après s'être entendue avec Hakai sur les tours de garde, de façon la plus subtile afin de ne pas se faire découvrir dans son vrai rôle.

Au petit matin, elle vit toute la troupe se réveiller. Une nuit calme durant laquelle la relève s'était faite efficacement. Bien sûr, les yeux collaient toujours au début, mais lorsque les premiers rayons du soleil vinrent darder le ciel, elle avait déjà mangé une de ses rations et était prête à repartir, attendant simplement que chacun daigne se remettre en route. Evidemment, ce couple était un poids non négligeable. Néanmoins, malgré leur infâme présence, le petit groupe joignit la charmante ville portuaire au terme de la seconde journée. Dans un soleil lointain et orangé, les cinq silhouettes s'immobilisèrent devant les portes.


- Nous y sommes, madame.

Le regard de la jeune femme se tourna sur son ami quelques instants avant qu'il ne termine sur les autres
.

- Bien... je crois que notre temps commun s'achève ici. Sur ces quelques mots au ton sec, elle adressa un signe de tête aux autres et posa le premier pied sur la terre inconnue.

Le long des rues, les fenêtres étaient illuminées, signe que chacun était chez soi, surement prêt à se restaurer avant de passer une nuit calme... ou non. Elle jeta à nouveau un œil à Hakai puis décida de s'enfoncer dans le centre afin de trouver un refuge, un gîte pour les quelques nuits à venir. Un bâtiment suffisamment présentable et à proximité de tout.

Lorsqu'elle pénétra dans un établissement du centre, elle ne fut pas surprise le moins du monde. Sans être bondé, il était loin d'être vide. Comme à chaque fois, la première chose qu'elle fit fut de commander à manger et deux chambres, cette fois-ci. Deux chambres individuelles avec la liberté que cela laissait à chacun. Elle en profita pour extraire un petit renseignement. La jeune fille qui se tenait au bar semblait travailler là, aussi ce fut à elle qu'elle s'adressa.


- Une dernière chose... Le marché se déroule t-il tous les jours?

- Toutes les semaines. Sa voix était aussi accueillante qu'au début de leur échange, une vraie professionnelle. Et le prochain a lieux demain.

La kunoichi la remercia et, comme un rituel, alla rejoindre Hakai à table. Elle déposa son barda de voyageuse en jetant un oeil aux réactions des clients, n'importe quoi... un regard de travers, une attention particulière, un marginal... tout était important une fois sur place. Elle prit parole à voix basse afin de n'être entendue que du Genin.

- On va pouvoir commencer vite, le marché a lieu demain. Je vais commencer par là-bas et voir s'il y a une piste à remonter.

- Ok. Demain je vais jeter un oeil dans les bas quartiers. Si c'est bien les mômes qui ont fait le coup j'aurai déjà un aperçu.

Elle lui sourit légèrement et, comme si chacun pensait déjà au lendemain, s'imaginant des scénarios, des façons de procéder, le reste du repas se déroula en silence, une fois de plus. A la fin de celui-ci, Taka régla une partie de la note laissant le soin à Hakai de compléter.

- Demain, sept heures pétantes? On mange ensemble les matins et les soirs, pour faire le point et discuter de tout ceci, ça te va?

- Ça roule.

Puis elle se rendit dans sa chambre, clés en mains et la totalité de ses affaires avec elle. L'auberge n'était pas très grande et construite sur deux étages au total, surement pour accueillir autant de personnes la nuit que ce qu'elle pouvait faire à l'heure du repas. La jeune femme pénétra dans ses quartiers, mitoyens avec ceux de son partenaire. Elle prit le temps de se mettre à l'aise, verrouilla le tout et ne lutta pas longtemps.

*

Enquête : Jour 1

Le marché

Une jeune femme, la vingtaine passée, parcourait les rues en sautillant. Visiblement contente de ce début de journée clair qui promettait du soleil, elle trottina jusqu'à la place du marché où la ferveur de la foule s'élevait déjà. A son allure vive, elle arriva bien vite au milieu des larges étalages des différents marchands et vendeurs à la criée. Il y avait, dans les rayons, des couleurs multiples et des produites diverses. Au milieu de la clameur citadine et portuaire, elle semblait parfaitement dans son élément. Agitation, vivacité... ou vie, tout simplement. Ça oui, elle était vivante. Elle alla de table en table, jetant un oeil à tout ce que cet endroit lui offrait. Ici et là, elle faisait quelques arrêts, profitant pour discuter un peu et laissant sa voix claire s'élever au delà des voix de ses voisins.

Ca, pour une voix claire, on n'aurait pu trouver mieux. C'était cristallin, et il était difficile d'imaginer un cri autre que perçant si elle venait à élever le ton. Néanmoins, elle s'attirait généralement les faveurs de ses interlocuteur, notamment grâce à cet étonnant et constant sourire jovial qui armait son visage. Quant à la gente masculine, ses habits moulants de généreuses formes et d'un bleu tapant avaient de quoi faire voyager des paires et des paires d'yeux sur son corps. Evidemment, pour mettre un coup de pinceau final, elle laissait une partie de sa poitrine prendre l'air via un large décolleté et elle coiffait sa chevelure bouclée d'une fleur blanche... une azalée.

Fruits à la main – qu'elle venait de prendre à l'étalage en question – elle s'avança encore et encore afin de gagner le stand des vendeurs de poissons, où des dizaines et des dizaines d'articles gisaient, conservés tant bien que mal dans des lits de glace et tenus bien à l'ombre.

- Bonjour, bonjour! Belle journée n'est-ce pas? Ses yeux s'étaient posés sur un grand gaillard dont la carrure vous passait l'envie de le provoquer en duel. Elle se hissa sur le bord de l'étalage et elle regarda un peu plus bas. Mmmm... des algues et l'odeur d'un poisson bien... fort.

- 'qui l'dites vous!

Retombant sur ses pieds, elle laissa une main farfouiller sa tunique tandis que l'autre venait faire croquer une pomme à la jeune fille. De sa main chercheuse, elle attrapa une petite carte qui traînait dans un pan de tissu et qu'elle brandit devant elle. Dessus, il y avait sa photo juxtaposant son nom et celui d'une organisation.

- Azusa Nakamura, Bureau de la Sécurité des Marchés. Nous sommes en charge, depuis quelques temps, de l'ordre qui règne sur les places marchandes de la région. Elle adressa un sourire à l'homme qui regardait vaguement la carte... Vaguement comme un illétré. Puis, quelque peu perturbé, il se laissa entraîner dans la conversation.

- Je-je... Pourquoi êtes vous là?

Elle lui sourit largement avant de dégainer un petit carnet noir couplé à un crayon. La jeune femme jeta sa pomme et se lécha les doigts de façon peu distinguée puis elle reprit la parole.

- Ne vous inquiétez pas, je suis là pour vous. Elle attrapa le crayon de sa main libre et ouvrit le carnet. Alors, alors... Auriez vous des plaintes ou des remarques à émettre au sujet du marché et de ses environs. N'importe quoi qui rende le travail un peu plus compliqué qu'il ne devrait et qui touche à la sécurité des marchands ou de leur marchandises... je ne sais pas, des vols, des groupes menaçants. Quelque chose dans ce goût là?

- Ouais, ces sales gosses! Son enthousiasme, ou peut-être sa véhémence, s'était traduite par une réponse énergique et instantanée. La jeune fille haussa un sourcil intéressé et une lueur scintilla dans son iris bleus.

- Ces gosses? Elle laissa la phrase en suspens avant de reprendre une demi-seconde après. Racontez moi tout! Sa main s'agita frénétiquement, guidant la mine de son crayon sur le papier de son carnet.

- Bah heu ... ils rodent partout, "voyez ? Ils arrêtent pas d'demander à bouffer, mais, 'voyez, m'dame, c'pas not' faute, on a d'jà des problèmes nous ! Alors ils volent, ces morveux ! L'homme ponctua sa plainte d'un beau et gros crachat bien masculin qui s'écrasa à ses pieds. En face, Taka, ou Azusa, hocha du chef.

- Mm hm... Ils vous ont volé du poisson? Vous connaissez d'autres victimes? Vous savez où je peux m'adresser?

- D'mandez à n'import' qui, vous diront la même ! Ces sales gosses ils volent d'partout !

Elle mit ses mains en opposition comme pour adoucir l'homme.

- Bien, bien... Avec qui je peux voir ça? Vous connaissez quelqu'un d'important qui puisse m'aider?

- Important ? Heu ... Y'a bien l'maire, mais j'sais pas s'il vous aid'ra.


- Nous verrons bien... Elle nota quelque chose dans son carnet. Où puis-je le trouver à cette heure ci?

- Bah... euh... A la mairie? Sa voix était hésitante, l'hésitation qui emplit ceux à qui l'ont pose des questions évidente. En face, la jeune fille rit aux éclats

- Et bah, ça commence tôt par ici... Soit, je vous remercie! Bonne journée!

Sans même attendre la réponse, elle quitta cet étalage et arpenta de nouveau les rayons. De ci de là, les effluves de produits frais s'élevaient jusqu'à ses narines, charmant ses sens et attisant ses envies de gourmandise. Elle balaya néanmoins tout ceci de son esprit et se dirigea vers un autre étalage où elle déballa le même cinéma. Puis un autre, et un autre... sur son carnet, des phrases totalement hors sujet défilaient, la faisant parfois largement sourire par leur niaiserie et leur bêtise. Elle changea de page lorsqu'elle tomba sur quelque chose de concluant.

- Cette marchandise... vous avez le souvenir d'un endroit particulier avant de l'avoir perdue?

- Ça oui! C'était sur les docks. J'm'en rappelle comme si c't'ait hier!

L'oeil de la jeune fille changea d'expression. Elle nota l'information à côté de quelques autres qu'elles dissimulaient déjà parmi ses notes. D'après ce qu'elle avait réuni, tout avait commencé plusieurs semaines avant mais avec de petites quantités... comme on l'en avait informée à Konoha. Mais les gros rapts dataient seulement de trois semaines avant leur arrivée. Elle relut rapidement tout en soupirant puis pressa le pas du côté des docks.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun


Dernière édition par Uchiha Taka le Mar 3 Aoû - 15:49, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Jeu 22 Juil - 0:46

La nuit avait plutôt était bonne. Epuisait par le long voyage que venait d’effectuer la petite troupe, Hakai ne tarda à s’écrouler sur son lit pour s’abandonner dans un long et bien faisant sommeil. Adieu l’agitation de cette maudite ville, bonjour le calme du bord de mer. Enfin… Le calme… Uniquement le soir couché, car le matin… Il était cinq heures du matin que déjà des bruits incessants pénétraient dans la petite couchette de l’homme. Des marins, des centaines de marins s’activaient sur les docks, déchargeant des milliers de caisses qui finissaient par s’écraser sur le sol. Tout cela était formidablement bien orchestré par les capitaines, certain amarraient les navires, d’autre terminaient de remonter les filets, certain faisait signe à leur famille venu les retrouver. Bref une bonne petit vie qui avait la.

L’Uchiha s’étira une dernière fois avant de refermer cette petite fenêtre. Il faisait moins chaud sur la côte et comparé à la dernière nuit d’hôtel, il avait gardé son marcel. Après une rapide toilette, il ferma la porte de sa chambre avant de rejoindre le salon du rez-de-chaussée. Peu de monde et bien sûr Taka devait encore être dans son lit. L’homme passa donc le temps à siroter du café, attendant que la petite princesse se réveille. Chose faite, ils se répétèrent leurs objectifs de cette première journée d’enquête. Taka allait se rendre au marché et enquêter auprès des personnes les plus concernées. Tandis que notre gentil petit rat allait fouiller l’antre à la recherche des restes. Si c’est gosse était belle et bien responsable, Hakai sera ou chercher.

L’homme quitta sa compagne le premier, il laissa à son tour quelques piécettes et quitta le bâtiment. Il avait du pain sur la planche. Les taudis n’étaient guère difficile à trouver, toujours à la même place, figé dans n’importe qu’elle ville. Les baraquements faits de métaux de récupération se trouvaient par moment collé à des marchés fleurissant. Tout s’opposait généralement, ici comme ailleurs.

La route de terre sèche, les détritus sur le sol, les baraques prêtes à s’écrouler sur ses occupants, oui il était bien arrivé. Il avait comme l’impression étrange d’être revenu chez lui, c’était toute son enfance qui se revivait. Devant lui, un garçon, l’homme l’interpella par un don que lui-même aurait réclamé à cet âge. L’accueil fut… chaleureux ? Un cracha vint s’écraser sur sa veste que l’homme s’empressa de nettoyer.

[Hakai]"Reponds à ma question et tu auras le double."

*L'double de rien c'rien, r'partez d'où vous v'nez, étranger.*

L’homme fut surpris par cette réaction. L’argent servait à acheter de la nourriture, refuser de l’argent c’était refuser le pain et la viande. Ils détestaient les étrangers, à juste cause probablement mais refuser également les dons… Curieux.

[Hakai]"Etranger? Tu sais, je regarde ce taudis, ses maisons faites de taules, ses routes qui servent également d'égout et je peux te dire que je suis tout sauf un étranger ici. Accepte ses pièces, tu pourras nourrir tes camarades aujourd'hui"

*'allais pas vous la rend'e, étranger.*

Le gosse s’échappa à toute hate et l’Uchiha resta sur place encore surprit d’un tel comportement. Peut être que Taka serait lui fournir les réponses pour l’éclairer, mais pour l’heure il ne pouvait rien faire dans son état. Il jeta un coup d’œil autour de lui avant de s’engouffrer entre deux taudis. Un signe avant de retrouver un garçonnet habillé de quelque loque cradingue. Hakai venait de refaire apparaître son passé. Ses automatismes réapparaissaient peu à peu au fur et à mesure qu’il marchait pied nu sur cette terre desséché qui brûlait au soleil. Marchant d’un pas léger, sans bruit, il scrutait chaque ouverture à la recherche d’indice, le mieux aurait été d’entrer dans une de ses habitations de fortune, mais il ignorait encore ou chercher précisément. Il jeta son dévolu sur une fillette qui traînait par la.

[Hakai]" 'xcuse moi... pourrais m'dire ou trouver dl'a bouffe?"

Sous le regard de la jeune fille, l’homme sentait bien que quelque chose n’allait pas.

[Hakai] "Une poubelle ou autre chose..."

*Qu'est-ce tu dis comme conn'rie Alex', on a bouffé y'a pas une heure.*

[Hakai]"J'sais... mais j'ai pas t'op mangé... j'tais pas bien... J'veux d'la bouuffe maintenant..."

*Ferme ton caquet, on bouff'ra p't'être c'soir.*

[Hakai]"J'ai la dalle... Pou'quoi se retenit alors suffit de retourner a l'peque..."

*Parle plus correct à ta soeur, 'bruti, sinon j'te promets j'te casse du sel sur l'crâne.*

La situation commençait à déraper. Cette fillette le confondait avec son frère et Hakai ne pouvait prendre le risque de rester plus longtemps dans cette identité. Il manquerait plus que le vrai môme débarque.

[Hakai]"t'pas ma soeur..."

*C'quoi mon nom ?*

[Hakai]"t'pas ma soeur... Jl'e sais pas... J'connais ke'dalle d'ici... on m'a abandonné... jme nourissais poiskaille, mais ct'adulte ma viré... j'peux plus m'nourir seul maintenant… »

*C'pas mon problème*

[Hakai]"On m'a traité d'voleur alors que j'peque juste du poisquaille..."

*Rien à fout', dégage.*

Il ne pourrait rien faire de plus auprès d’elle. C’est donc le dos courbé que le garçon s’éloignait de là, mettant en scène une parfaite condamnation. Il marcha, las, aux milieux de la route s’étalant de tout son corps sous le rare arbre de cette décharge.

Une probabilité de deux repas par jour… C’était infaisable pour des clodos. Lui-même, malgré les voles avait eu du mal à se nourrir une fois par jour… Il se passait donc belle et bien quelque chose ici et le fait que les mômes étaient aussi méfiants confirmait les soupçons. Cependant si l’homme voulait en apprendre plus, il devait continuer à jouer les martyres, en tout cas jusque ce soir.

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Jeu 22 Juil - 23:21

Enquête : Jour 1

Les Docks


La jeune femme quittait le marché dont les toiles et les étales se dessinaient dans son dos. Ses pas rapides la menaient tout droits vers les quais, dans la zone des docks où les réponses, à en croire le dernier interrogé, se feraient plus probantes. Car il fallait le dire, Azusa n'avait toujours rien à de croustillant à se mettre sous la dent.

De sa démarche vive, elle gagna les petites avancées sur l'eau que formaient les passerelles et les pontons, l'œil s'agitant frénétiquement de droite à gauche et détaillant les faits et gestes de chacun. De ci de là, on débarquait des marchandises tantôt en vrac, tantôt bien empaquetées. Elle s'immobilisa soudain tandis que ses yeux s'arrêtaient sur un homme, pièces à la main, en train de passer et repasser sa monnaie. Aucun doute, celui là était en train de.... compter. La petite rousse dessina un large sourire qui découvrit des dents correctement agencées avant de jeter un oeil à sa tenue qu'elle réajusta avec soin. Ses doigts tirèrent un peu sur son décolleté pour le remettre en place d'une fine façon, puis elle sautilla jusqu'à cet homme qu'elle interpella néanmoins avec une certaine timidité.


- Mmmm... monsieur? Dit-elle en inclinant son buste pour espérer croiser le regard de l'homme.

- Mmmh?

- Azusa Nakamura du Bureau de Sécurité... Elle dégaina sa carte afin de s'appuyer dessus comme preuve irréfutable. Vous auriez quelques minutes à m'accorder?

- Naturellement.

- Je suis là pour une histoire de... vols. Essentiellement des cargaisons de poisson à ce qu'on me dit, vous en auriez entendu parler par hasard?

- Qui n'en a pas entendu parler? Répondit-il en toussotant. De nombreux vols effectivement.

La jeune femme afficha une mine quelque peu agacée par tant de concision. Elle secoua rapidement le chef pour retrouver un sourire commercial.

- Vous pourriez m'en toucher deux mots? Si vous savez qui en a été victime, où était la cargaison...

- Beaucoup de victimes, jamais les mêmes. Les vols se font de façon... aléatoire. Il marqua un temps. A vrai dire, on pense qu'il y a une bande organisée derrière tout ça. Cette phrase fit hausser un sourcil à la jeune femme qui sortit son carnet et son crayon pour griffonner.

- Une bande organisée? Y a t-il des soupçons particuliers? Bandits, clochards... farceurs?

- Les pêcheurs disent que ce seraient les enfants des quartiers pauvres. Il ponctua sa réponse d'un haussement d'épaules.

- Je vois... Avez vous entendu parler d'autres suspects que ces enfants?

- Hmmm... oui.

Il n'avait visiblement pas l'intention d'en ajouter plus. Devant ce manque de répartie, la jeune fille avança légèrement le chef, haussant deux sourcils d'un air de demander une suite.

- Certains disent qu'il y aurait un truc dans les égouts, mais qui sait?

Elle hocha de la tête devant telle affirmation, en prenant bonne note. Elle redressa un regard pétillant sur l'homme.

- Autre chose... Auriez vous un nom, une adresse ou un lieu, par exemple les entrepôts où étaient stockées les marchandises lors de leur vol? Un particulier ou un quai précis peut-être?

- Les vols ne sont pas faits aux entrepôts.

- Où alors? Sur les quais? Elle désigna ceux là mêmes sur lesquels ils étaient en train de discuter.

- Non plus.

- Il y a bien un ou des lieux, non? Elle ne put masquer sa surprise, accompagnant sa question d'un froncement de sourcils soupçonneux.

- C'est entre les quais et les entrepôts.

- Lors du transport des marchandises?

L'homme confirma par une réponse toute aussi brève que les précédentes. Elle hocha afin d'illustrer le fait qu'elle eût bien compris ce qu'il disait et enchaîna.

- Deux dernières choses... Tout d'abord, les vols ont-ils eu lieu de nuit? De jour? Une tranche horaire particulière.

- La nuit, nous avons noté ça.

- Très bien... Et... Qu'ont fait les autorités locales jusque là? Il y a eu des patrouilles? Des tentatives d'arrestations?

Il infirma. La jeune fille leva son regard au ciel tandis que son crayon venait tapoter contre son menton. Elle affichait une moue dubitative, ses lèvres remuant sans que sa voix ne soit perceptible. Elle rangea son calepin, remercia en bonne et due forme l'homme qu'elle avait importuné pendant ces quelques minutes. La kunoichi le salua chaleureusement avant de tourner talon et de le laisser à nouveau à ses comptes.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun


Dernière édition par Uchiha Taka le Mar 2 Nov - 1:41, édité 2 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Sam 24 Juil - 21:27

Le garçon était restait toute la journée assis, son dos posé contre la paroi brûlante de la taule. Il avait observé la vie quitter peu à peu les rues environnante. Il n’y avait plus aucun enfant, simplement encore quelque adulte qui continuait à faire manche ou à dormir sur le sol dur. Le garçon restait tranquille, mais l’homme qui était à l’intérieur observait les alentours avec un œil vif qui ne laissait passer aucun détail. Le fait de ne retrouver plus aucun enfant n’était passé inaperçu, cela ne présageait rien de bon. Il n’y avait cependant aucune raison d’intervenir. Ou aller ? Que faire ? Tout cela ne lui était disponible, il ne pouvait donc que rester sur place et observer, en espérant attirer des regards ou autres. Il était tout de même étrange de voir avec quelle méfiance la jeune fille l’avait rejeté. Ils ne faisaient guère confiance au autres gens même s’ils étaient dans le besoin. Ils agissaient comme une bande fermée, probablement pour protéger leur secret. L’auteur des vols paraissait évident à présent, mais Hakai devait encore chercher quelques preuves.

La nuit tombait peu à peu sur la côte. Hakai n’avait toujours pas revu un seul gosse, mais cela ne l’étonnait plus à présent. Il faisait confiance à Taka qui devait se trouver sur les docks, si un vol avait lieu, elle serait probablement sur place. Lui, il devait simplement trouver des preuves pour dire si oui ou non les gosses étaient bien coupable. Ses yeux regardèrent à gauche puis à droite, personne. Son corps s’anima alors après plusieurs heures d’inactivité. Il resta dos collé au mur et ses pas se firent latéralement, l’homme était préservé de la lumière de dame lune, à l’abri des regards indiscrets. L’avantage des baraquements des bidonvilles était qu’il suffisait de faire plier quelque peu la taule pour voir si oui ou non il était occupé. Ici, deux personnes étaient endormi, un adulte, une femme et ce qui devait être son enfant. La voie était donc libre. D’un pas silencieux, l’homme pénétra à l’intérieur et ses yeux sombres observaient chaque objet, chaque recoin pouvant contenir des éléments. Il n’y avait rien d’utile à vu d’œil ici, mais pour le nez, cela pué la mer. Il y avait eu des produits de la mer ici, cela ne fait aucun doute, probablement le repas du soir comme l’avait dit cette petite fille. Cela constitué un indice sérieux sur la culpabilité des taudis. Cependant cela pouvait également s’expliquer d’une autre façon, la pêche n’était pas une activité bien compliquée. Mais la plage était loin d’ici et Hakai voyait mal une petite bande de mendiant traverser la vile, canne à pêche à la main. Il restait à prouver que c’était bel et bien les mômes qui avaient commis les voles. Mais on pouvait très bien passer cela, Hakai voyait mal un justicier voler au riche pour donner au pauvre. Le monde était pourri…

L’homme n’avait toujours pas trouvé la preuve qui inculperait les taudis, c'est-à-dire du poisson. Pour le moment il n’avait trouver qu’une odeur de mer qui s’échappait de la plupart des baraquement et surtout que certain d’entre eux étaient vide. L’homme sauta alors sur ce qui ressemblait à une ruine d’église, de la haut il avait une vue imprenable sur les taudis, cependant rien ne vint titiller sa vue. Les quartiers étaient calme, aucune lumière, aucun passant, rien, strictement rien. Toutes les rues étaient vides, il n’y avait même pas un chien pour venir fouiller les détritus qui s’étalaient en masse à certain endroit. L’homme semblait voir une décharge sans âme qui vive. Tout cela le désolait. Il ne pouvait comprendre pourquoi on ne faisait rien pour ces gens. Pourquoi ne pas leur apprendre à pêcher ou à chasser ? Cela permettrait à des pauvres hommes de se nourrir et d’oublier le vol. Hakai était un voleur lui-même, il ne le cachait pas, mais il n’avait nullement eu de choix. Ici, c’était un village de pêcheur, il était désolant de voir des hommes mourir de faim ou être obliger de voler.

Heureusement pour notre homme, il avait prit un petit déjeuner lourd car c’était une nuit blanche qui s’annonçait pour lui. Il voulait savoir ou était passé toutes les personnes manquantes. Quelque chose lui disait d’attendre et d’observer.

MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   Jeu 29 Juil - 0:18

Enquête : Jour 1

La mairie - Part 1

Quelques minutes de marche... la rouquine avait traversé le quartier des docks, rebroussé chemin dans le marché, pris tout droit dans l'artère principale où la clameur des crieurs s'élevait encore et toujours depuis la place. Les mains chargés de quelques petites provisions qu'elle avait acquises dans les étales, la jeune femme avançait le pas rapide essayant de se presser le plus possible sans risquer de s'étouffer.

La journée était bien avancée. Elle avait déjà quelques informations en main, des informations utiles mais il restait des choses à détailler, à éclaircir. Elle arriva devant un grand bâtiment dont la façade portait un petit fanion aux couleurs de la ville portuaire. Azusa termina ses fruits rouges, se lécha le bout des doigt dans une disgrâce totale puis elle jeta le petit sachet qui les contenait. Le pas décidé, elle pénétra dans l'enceinte administrative. A l'intérieur, ses yeux parcoururent vivement le hall d'entrée pour se poser sur un homme d'un... certain âge. Lisant le journal, il daigna à peine lever les yeux de son journal pour adresser un signe de tête à le jeune femme. Elle fronça les sourcils et fit un nouveau tour d'horizon. A part ce type... personne. Elle s'approcha de lui.


- Bonjour, je cherche le maire... Vous sauriez où il est?

- Dans ses bureaux.

Elle jeta un regard noir à son interlocuteur et à sa réponse sèche comme un bois mort resté au soleil pendant des jours. Ses pupilles regardèrent autour, il n'y avait aucun panneau indicateur. L'espace d'un instant, elle eut une mine agacée puis elle haussa les sourcil.

- Et c'est par où?

- Par là.

Son pouce se leva pour pointer derrière lui, une porte qui se trouvait légèrement sur sa gauche. Sans même le remercier, elle se déporta pour se poster devant l'accès puis elle frappa par trois fois. A peine eut-elle terminé que la voix de l'homme s'éleva dans le hall.

- Il faut attendre votre tour.

En un éclair, le regard bleu foudroyant de la jeune fille se posa sur lui. Elle le fusilla des yeux tandis que sa main venait se placer le long de son corps. Sans même tourner sur ses pieds, elle entama une réplique.

- Je suis là pour une urgence et une question de sécurité... Je n'ai pas le temps d'attendre à moins que les bureaux ne ferment d'ici quelques heures... Et encore, il se pourrait que ce soit trop tard.

Sa voix avait perdu ce reste de politesse et de patience qu'elle avait encore quelques dizaines de secondes auparavant. Elle dessina un sourire qui sonnait faux sur son visage puis elle frappa une autre fois sur la porte.

- Il faut quand même attendre votre tour.

Au ton et à l'allure, ce mec n'avait rien à faire du contenu de la requête. Il pointait du doigt un banc où trois personnes attendaient, trois personnes qu'elle ne remarquait qu'à cet instant. Quant à l'homme, il n'était là que pour...

- Quel est votre rôle au juste? Tenir l'agenda du maire et faire respecter les horaires?

- Mon rôle est le mien, attendez votre tour.

La jeune femme serra la mâchoire un instant serrant les poing puis elle inspira profondément en fermant les yeux. La seconde d'après, elle se dirigeait vers le banc où les trois autres étaient assis. Elle les regarda tous trois – un bouseux et deux marchands – avant de s'adresser à eux.

- Depuis quand êtes-vous là?

Sa tête se tourna vers l'un des deux marchands, relativement bien vêtu comparé aux autres, alors qu'il prenait la parole. Il était là depuis quelques minutes seulement et l'homme qui se trouvait à côté de lui semblait être son associé. Quant au paysan... il était là depuis trop longtemps à son goût et sa mine renfrognée témoignait de sa patience épuisée. La jeune femme leva son regard au plafond pendant une seconde puis revint sur le marchand.

- Vous m'avez tout l'air d'un marchand... Dans quel domaine êtes-vous?

- L'agriculture.

Il semblait fier de sa réponse et de son travail. La jeune fille en prit note puis elle se tourna vers le paysan.


- Et vous, quelle est votre profession?

- Paysan, m'demoiselle.

Il leva son chapeau en guise de salut, visiblement enchanté qu'on daigne lui offrir un peu d'attention. Elle répondit en souriant chaleureusement, le regard brillant.

- Vous travaillez la terre?

- Ouep!

Elle porta les main à ses hanches, la mine ravie.

- Ah! Alors peut-être pourrions nous tous arriver à un accord! Elle poursuivit devant le manque de réaction. Je suis ici pour traiter d'un grave problème de sécurité en ce qui concerne le commerce de céréales et activités attachées... Le problème, c'est que la mairie est censée fermer sous peu et qu'il se pourrait que ça bouge cette nuit...

Son regard balayait l'assemblée au moment où on l'interrompit. Ils semblaient décidés à ne pas vouloir céder leur place. Un marchand catégorique, son acolyte aussi... et un paysan hésitant. Azusa afficha une mine déçue et soucieuse à la fois.

- C'est dommage... On soupçonne que les actions puissent s'étendre et que tout traitant de la zone est sans doute en danger de mort.

- Tant mieux, nous partons ce soir!

Le marchand ne semblait pas impressionné. En revanche, le pauvre agriculteur semblait... peu serein. Il se renfrogna d'avantage.

- Le soir... C'est déjà le terrain de jeu des assassins et des brigands... Son regard était grave, son visage aussi.

Sur ces mots... il se leva d'un bon et partit sans même prêter attention à la remarque de la jeune femme qui demandait s'il délaissait sa place. Elle se tourna brusquement vers le marchand qui rigolait.

- Vous savez y faire avec les paysans. Mais votre bla bla afin de nous intimider n'a guere d'effet sur nous. Nous connaissons toutes les combines.

Les yeux d'Azusa devinrent sombre. Elle laissa tomber sa main vers un pan de sa tunique.

- J'aimerais bien bluffer... Ses doigts découvrir le bandeau de Konoha qui trônait sous ses vêtements. Mais, pour l'heure, je ne tiens pas à m'amuser avec de tels faits.

- Vous attendrez quand même.

L'index de la jeune femme se leva pour pointer la place vacante.

- Il semble bien, oui. J'attendrai... Mais à sa place.

Sur ces mots, elle se décala tandis que l'autre haussait les épaules en ayant visiblement compris. La jeune femme se posta sur ses deux jambes, attendant quasi patiemment. D'autres personnes ne tardèrent à entrer. Les unes après les autres, elle vinrent s'installer sur le banc.

Les regards se redressèrent lorsque, plusieurs minutes plus tard, la porte du bureau s'ouvrit. Le greffier, car il s'agissait d'un greffier, leva les yeux de son journal et désigna les marchand. A cet instant, d'un geste vif, la jeune femme se mit en travers de leur route, les empêchant d'avancer avec son bras. Sans en tenir compte, le marchand retira le membre de la kunoichi puis passa. Le regard de cette dernière se tourna vers l'homme au journal qui s'était déjà réfugié derrière son quotidien. Elle pesta puis laissa les choses se dérouler...

Plus tard encore, la porte s'ouvrit. Elle s'avança jusqu'à... ce que le greffier désigne une personne arrivée plus tard. Elle fonça vers l'homme.


- Vous vous foutez de moi?

- Pour?

- Je suis pas venue cueillir des carottes... J'attends depuis plus longtemps pour entrer dans ce bureau

Le ton était cassant mais n'avait aucune répercussion sur l'homme, sûrement trop blasé par son travail. Durant ce laps de temps, la personne appelée s'était glissée dans le bureau.


- Ça vous dérangera pas d'attendre un peu plus, attendez votre tour.

Azusa se déplaça avec rapidité et bloqua le pivotement de l'accès, jetant un regard noir à l'homme au journal
.

- C'est une question de vie ou de mort pour certains, espèce de... Sa voix aigue, alors sur un ton bien plus haut que précedemment s'étouffa dans des jurons incompréhensible. Sa tête se tourna vers l'intérieur de la pièce adjacente. Désolée monsieur le maire, mais il s'agit de sécurité dans votre ville!

La porte claqua, repoussant le pied et son corps qu'elle avait mis en opposition. Sur le même ton que celui du greffier, on indiqua d'attendre depuis l'intérieur de la salle. Une de ses mains se leva, paume vers le ciel tandis que ses doigts se crispait. Son regard changeait dangereusement d'expression jusqu'au moment où elle ferma le poing puis s'écarta de l'accès au bureau pour s'en retourner au banc, l'air très peu commode.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun


Dernière édition par Uchiha Taka le Mer 4 Aoû - 1:22, édité 1 fois
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: | CK006 | Du poisson...   

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» | CK006 | Du poisson...
» Une femme aurait accouché d’un poisson...
» Petit poisson mord à l'hameçon... [Jared] ?
» Cassolette de poisson
» A qui appartient le poisson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-