Partagez | 
 

 [CI003] Jinshi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [CI003] Jinshi   Mar 13 Juil - 20:50

°-o_o- Jinshi :: Voyage en mer -o_o-°
°-o___.o-°-o.___o-°
[Précédent : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]]
Ils n'étaient partis que depuis un peu plus d'une heure du village caché de la brume et le port d'attache, dans lequel ils allaient prendre leur bateau en direction du pays des vagues, était déjà en vue. Ils n'en avaient plus que pour quelques minutes avant d'atteindre le village qui, de loin, avait l'air très actif, bien organisé, très grand et, par conséquent, plutôt peuplé. Il y avait un bon point. En effet, le mauvais temps ne s'étendait que sur le continent et la mer était très ensoleillée même si le vent soufflait fort.

Ils arrivèrent enfin à l'entrée du village. Celle-ci était représentée par une arcade, le village étant encerclé par une sorte de muraille en pierre haute d'un mètre et demi environ. Les deux ninjas rentrèrent dans le village et commencèrent à marcher jusqu'au port. C'était un village très beau et surement facile à vivre. Les habitations suivaient une rue principale sur laquelle débouchaient de petites allées et qui débouchait sur une place, face au port, surement le centre du village. Arrivés sur la place central, les deux Kiréens pouvaient distinguer trois grandes débouchés. La rue principale qu'ils venaient d'emprunter, une rue menant à la partie industrielle du port, qui ne contenait aucune habitation mais quelques entrepôts et une rue menant à la partie touristique du port, qui représentait le port de plaisance du village. C'est cette dernière rue que le fils et sa mère prirent afin de trouver un bateau les menant au pays des vagues. Sur cette rue très accueillante, il y avait une taverne, plusieurs boutiques vendant de tout et de rien ainsi qu'un bâtiment dédié spécialement à l'achat de billets permettant de prendre la mer. Cette bâtisse ressemblait plus à un petit entrepôt qu'à autre chose et n'était, par conséquent, pas très accueillante. Akane et Nura rentrèrent afin d'acheter un billet pour le pays des vagues.

Il n'y avait pas grand chose à l'intérieur. C'était sombre, presque noir, ça sentait l'iode à plein nez et ce n'était pas très propre. Directement face à la porte se trouvait un bureau sur lequel il n'y avait rien d'autre qu'un cadre de photo, un carnet et un stylo. Une personne obèse et ayant une barbe grise était assit sur la chaise, derrière le bureau. L'homme portait un pantalon gris, une veste bleu-marine et avait sur la tête une sorte de casquette, bleu-marine elle aussi. C'était une casquette de marin qui n'était plus toute jeune. L'homme commença à parler aux deux ninjas.

-Hein? Oui, c'est pour quoi? Qu'est-ce que des ninjas de Kiri font ici?

L'homme avait l'air négligé, autant dans sa façon de vivre que dans sa façon de parler. Akane répliqua.

-Bonjour monsieur, nous venons vous acheter deux billets pour le pays des vagues. Et le fait que nous soyons là ne vous regarde pas, c'est clair ou faut que je vous fasse les détails?

-Oui, très clair!


Le vieux marin était mort de peur. Ce n'était pas souvent qu'il voyait des ninjas et il n'avait pas l'habitude que quelqu'un le face taire aussi vite ni avec autant d'autorité, même si cette dernière n'était pas très... Autoritaire. L'homme, après quelques secondes d'hésitation, reprit la parole d'un ton beaucoup plus polit.

-Donc vous avez dit deux billets pour le pays des vagues c'est ça?

-Exact!

-Très bien, je le note sur mon carnet et je vous laisse payer. Le bateau arrivera au port dans un gros quart d'heure.

-Très bien, merci. Maman, je te laisse payer les billets, je vais dehors pour t'attendre.


Il sortit et laissa sa mère payer. Il regarda la mer, durant quelques minutes, comme lorsqu'il était petit. Il allait réaliser l'un de ses rêves, quitter le pays de l'eau et voir un autre continent. Le vent soufflait fort mais l'immense étendue d'eau était ensoleillée, l'orage étant sur le continent. Sa mère sortit et alla sur le quai, devant un emplacement libre. Un bateau apparaissait à l'horizon.

-Le voilà enfin.

Le bateau accosta, des gens descendaient et d'autres montaient. Les deux Kiréens montèrent à bord. L'accueil de l'équipage était très chaleureux et le capitaine lui même vint accueillir les deux ninjas.

-Bienvenue à bord du Destinée! J'espère que vous ferez bon voyage!

-Nous vous remercions. A propos du voyage, nous faisons une enquête et nous aurons besoin de poser quelques questions à votre équipage et vous même. J'espère que ça ne vous gène pas.

-Non, ne vous inquiétez pas, vous pourrez poser autant de questions que vous le voudrez, il n'y a aucun problème.


Akane et Nura allèrent dans leur cabine, ils avaient prévu de poser les questions le lendemain, avant d'arriver au pays des vagues. L'après-midi sur le bateau se passa bien, le diner aussi, ils allèrent se coucher. Le lendemain ils auraient du travail.

Vendeur de billets ; Capitaine du Destinée ; Nura ; Akane


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Akane Nimika le Mer 18 Aoû - 17:32, édité 3 fois

MessageSujet: Re: [CI003] Jinshi   Mer 21 Juil - 18:00

Il était environ six heures du matin. Les deux Kiréens se réveillaient et sortaient de leur cabine, encore un peu fatigués. Le bateau était dans la brume, les deux mats totalement invisibles. Ils marchaient sur un pont en bois mouillé et les lumières sensées éclairer le pont étaient loin d'être efficaces. Le Destinée n'était pas très grand mais, dans la brume, alors que les deux ninjas ne voyaient pas deux mètres devant eux, il paraissait à la fois immense et étrange. L'ambiance était extrêmement lugubre même si ce n'était qu'une brume matinale tout à fait banale.

Akane et sa mère devaient interroger l'équipage du navire avant d'accoster au pays des vagues. Le capitaine était devant la proue, il fumait sa pipe et regardait au loin dans la brume, c'est à dire pas plus de deux mètres devant lui. Nura et Akane allèrent le voir et commencèrent à lui poser des questions afin de plus ou moins préparer l'interrogatoire.

-Bonjour capitaine. Vous avez deux minutes à nous accorder?

-Oui bien sûr, que puis-je pour vous?

-Et bien nous souhaiterions vous poser quelques questions à vous et votre équipage avant d'arriver au port. Ça ne vous gène pas j'espère.

-Non absolument pas, il n'y a aucun problème. Vous pouvez tous nous interroger. Attendez moi là quelques secondes, je vais appeler l'équipage.


Le capitaine alla en direction du mat avant du navire. Sur celui-ci se trouvait une vieille clochette, à hauteur du nez de l'homme, comparable à celles qui servent de sonnette à l'entrée de chez certaines personnes. Il y avait une autre clochette, taillée dans le métal, sur cette cloche qui, par ailleurs, n'était plus toute jeune. Un bout de ficelle sortait de l'intérieur de la cloche. Le capitaine la secoua dans tous les sens et la cloche retentit. Un son aigüe prit place sur tout le Destinée et, en quelques secondes, tout l'équipage du navire arriva face à leur capitaine. Les marins étaient très bruyant, ils se demandaient tous ce qu'ils faisaient là. Le capitaine ne les fit pas attendre plus longtemps et leur expliqua la situation. Au bout d'environ cinq minutes d'explication, le capitaine demanda alors à tous les marins de retourner à leur poste, ils allaient être interrogé pendant qu'ils travaillaient. Il alla alors voir Nura et son fils.

-C'est bon, je leur ai expliqué la situation, vous pouvez aller les interroger.

-Très bien merci.


Nura commença alors à expliquer à Akane comment procéder dans ce genre de situation et commença, par conséquent, un petit monologues peu intéressant. Au bout de quelques minutes, après lui avoir expliqué qu'il ne fallait pas trop faire circuler de rumeurs et plein d'autres choses, elle lui laissa la parole sur la façon dont l'interrogatoire allait se dérouler. Akane proposa de faire deux groupes afin que la séance de question-réponse prenne deux fois moins de temps. Il irait questionner l'arrière du bateau ainsi que le capitaine et, pendant ce temps, sa mère irait interroger l'avant du bateau. Étant tous les deux d'accord, il commencèrent leur interrogatoire. Ils posaient des questions du genre " Connaissez vous une personne nommé Jinshi? " afin d'avoir un maximum d'information et surtout pour savoir si leur voleur avait quitté le pays des vagues. Au bout d'une grosse heure d'interrogatoire, les deux ninjas se retrouvèrent vers le mat avant et commencèrent à faire le bilan des informations qu'ils avaient collecté.

-Alors, t'as eu des informations utiles de ton coté?

-Non. Certaines personnes connaissaient des Jinshi mais... C'était jamais celui qu'on recherche, ça aurait été trop beau malheureusement.

-Pareil. Bon, tant pis, retournons voir le capitaine pour lui dire qu'on a fini.


Ils retournèrent donc voir le capitaine afin de lui dire que l'interrogatoire était terminé mais que, malheureusement, ils n'avaient pas eu les informations qu'ils voulaient. Le capitaine était désolé de n'avoir pu aiguiller les ninjas et il retourna à son poste.

Entre le début de l'interrogatoire et la fin de ce dernier, la brume s'était dissipée progressivement. Le soleil était visible quoi qu'encore un peu caché par le fin voile que formaient les restes de brume. Ils mirent un peu plus d'une heure à atteindre le pays des vagues. Ce pays portait bien son nom. Il y avait de fortes vagues qui s'écrasaient sur de grandes falaises et la crique où se trouvait le port d'attache était protégée par une longue digue. Le vent était fort sur les côtes mais le Destinée put sans problème accoster. Akane et Nura descendirent sur le port et prirent le chemin qui menait au centre-ville.

Capitaine du Destinée ; Nura ; Akane

°-o___.o-°-o.___o-°


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Akane Nimika le Mer 18 Aoû - 17:46, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [CI003] Jinshi   Mer 28 Juil - 19:45

°-o_o- Jinshi :: Premiers jours au pays des vagues -o_o-°
Le port était très peuplé et il était très semblable au port du pays de l'eau par lequel Akane et Nura avaient dû passer pour aller au pays des vagues. Une des deux seules grosses différences entre ces deux ports était que, contrairement à celui du pays de l'eau qui était situé près d'une plage, celui du pays des vagues, dans lequel ils se trouvaient, était situé dans une crique entourée de hautes falaises. La seconde grosse différence était que le port du pays des vagues était beaucoup plus peuplé. C'était le soir, les auberges et les rues étaient pleines de touristes prêts à dépenser tout leur argent, ces derniers formant la grande majorité de la population. Les magasins vendant de la nourritures, contrairement aux librairies ou à tout autre magasin de souvenirs attrape touristes, était presque tous fermés, les derniers ouverts ne vendant plus grand chose et vendant plus souvent aux habitants du port qu'aux touristes qui préféraient aller manger dans une auberge.

Les deux ninjas se trouvaient sur la place principale du port, face à un magnifique couché de soleil, à l'horizon, sur la mer et dans un pays différent. Akane trouvait ça à la fois très excitant et très perturbant. Il adorait le fait qu'il se trouvait dans un autre pays que celui dans lequel il avait toujours vécu mais il était tout de même très désorienté. En effet, à part le fait qu'il venait d'accoster au pays des vagues, il n'avait aucune idée de où il se trouvait dans ce pays ni de où il devait se rendre. C'est pourquoi, après quelques minutes de réflexion il commença à faire des propositions à sa mère afin de continuer la mission et afin de pouvoir se repérer plus facilement au sein du pays. Il lui proposa d'acheter une carte du pays ainsi que de se rendre à Nao, la capital du pays, à la demeure du daimyo, afin de rencontrer ce dernier. Sa mère accepta mais à la seule condition qu'ils se rendraient à Nao le lendemain, la soirée étant déjà très avancée ce jour-ci.

Ils partirent donc acheter une carte du pays des vagues dans le port chacun de leur coté. Ils devaient se retrouver une heure plus tard à la place principale pour faire le point et ensuite partir ensemble dans une auberge, payer deux lits pour la nuit. Nura prit le centre ville et alla voir dans l'agence de tourisme tandis qu'Akane pris le chemin de la digue et alla voir dans une grande librairie, surement la plus grande du port. Nura alla voir la femme qui s'occupait de l'agence du tourisme pour lui demander si elle avait une carte du pays de l'eau tout entier. Après quelques minutes de discussion avec la femme Nura ressortit du lieu dans lequel elle se trouvait bredouille, n'ayant pas trouvé de carte du pays assez correcte à son goût. Akane, quant à lui, était entré dans la librairie et avait tout un tas de lecture à la vente dont des cartes. Certaines étaient imprécises, ne représentaient qu'une certaine partie du pays ou alors avaient une trop petite échelle tandis que d'autres étaient très détaillées. Il trouva même une carte du monde shinobi, plutôt bien détaillée qui plus est. Il chercha alors quelques minutes, le temps de trouver une carte qui lui convienne plus ou moins et alla à la caisse pour payer la carte en question, qui, soit dit en passant, n'était vraiment pas très chère.

Il retourna ensuite rejoindre Nura à la place principale afin de trouver un endroit où dormir pour la nuit. Ils s'arrêtèrent alors dans une auberge bien entretenue qui pourtant était peu fréquentée de part sa place dans le port, c'est à dire dans une petite rue annexe loin de la digue. Ils payèrent deux lits pour la nuit ainsi qu'un vrai festin en guise de diner. En effet, il y avait au menu de nombreuses choses de très bonne qualité. De la viande, du poisson, des légumes, à boire, il ne manquait vraiment de rien et ce pour un prix dérisoire. Tard dans la soirée, ils montèrent à l'étage dans leur chambre afin de faire un point sur la journée qui venait de se passer et afin d'aller dormir. C'est alors qu'il commencèrent à discuter, notamment de la carte du pays des vagues.

-Et... Ah, j'y pense, tu peux me faire montrer la carte du pays que tu as acheté toute à l'heure?

Akane lui tendit la carte et sa mère l'ouvrit afin de la regarder plus en détails. Son fils commença alors à lui expliquer plus ou moins ce qui était représenté sur la carte pendant qu'elle examinait la carte.

-Bah... C'est une carte comme une autre. Il y a les grandes villes, certains villages touristiques, une grande majorité des routes du pays ainsi que les lieux culturels importants dont la demeure du daimyo. Par contre faut pas rêver, si tu veux trouver un sentier qui passe dans une forêt près d'un ruisseau ou un trou paumé de cinquante habitants, va falloir que tu change de carte parce que celle-là, je pense pas qu'elle soit à la bonne échelle pour ce genre de détails.

-Ok, très bien, on va aller se coucher maintenant, on part à huit heure demain matin.


Et ils allèrent chacun dans leur lit, chacun des lits étant très confortables et très propres, et dormir d'un profond sommeil, comme des bébés, jusqu'au lendemain matin.

Nura ; Akane


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Akane Nimika le Mer 18 Aoû - 17:57, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [CI003] Jinshi   Mar 3 Aoû - 23:57

Il était environ huit heures du matin. Les deux ninjas s'apprêtaient à partir pour Nao, la capitale du pays des vagues, et étaient à l'entrée du port dans lequel ils avaient accostés. S'étant réveillés peu de temps auparavant et n'ayant pris qu'un bref petit déjeuné, Akane ainsi que sa mère, Nura, étaient encore très fatigués mais se reposer n'était pas leur plus grande priorité. En effet, ils devaient partir tôt car la capitale était à environ six heures de marche, vers le nord, du port et car Nura ne voulait pas arriver devant le daimyo trop tard dans la journée. Il faisait beau, le soleil se levait et, malgré le fait que la journée puisse s'annoncer fatigante, elle s'annonçait aussi très plaisante, autant grâce au beau temps que grâce aux informations qu'allait fournir le daimyo aux deux Kiréens à propos du voleur ainsi que de l'objet volé, des informations essentielles à la réussite de la mission qu'ils avaient à accomplir.

Mais avant de partir, Nura briffa Akane sur le déroulement de la journée. Elle lui expliqua qu'ils allaient avoir de nombreuses heures de marche devant eux et que, arrivé à Nao, ils devraient retrouver la demeure du daimyo afin de le rencontrer et de pouvoir discuter de la mission avec lui en personne. Elle lui expliqua aussi ce que représentait le daimyo par rapport à son pays et aux autres pays. Enfin, elle lui expliqua que ce sera lui-même qui représentera Kiri devant le daimyo, son fils étant plus diplomate qu'elle. Suite à ce long, très long discours, les deux ninjas prirent le chemin en direction de Nao.

Vers deux heures de l'après-midi, un peu moins de six heures plus tard, Nura et Akane arrivèrent à la capitale. Nao était une grande et belle ville, en bord de mer et très ensoleillée, aux allures aquatiques. En effet, tandis qu'une grande partie de la ville se trouvait sur le continent, environ un quart des habitations étaient construites en mer, sur pilotis, et sur la plage. Cette partie maritime était totalement constituée en bois, des pilotis aux habitations, en passant par les pontons et les petites barques permettant d'accéder aux habitations les plus reculées. Elle ne contenait aucun port, les bateaux qui souhaitaient arriver en ville devaient soit aller au port d'attache le plus proche, soit dépêcher une barque pour rejoindre la ville, le bateau n'ayant d'autre solution que de jeter l'ancre un peu plus loin des cotes. La partie continentale, quant à elle, était presque totalement différente de la partie maritime. Il y avait de grandes routes pavées ainsi que de nombreux jardins. La majorité des habitations était en béton, recouvert d'une peinture beige, même si quelques maisons et autres bâtiments restaient toujours fidèle au bois, et la seule chose commune aux deux parties de la capitale était les toits. En effet, les toits étaient tous fait de tuiles couleur bleue, que ce soit sur la partie continentale comme sur la partie maritime de Nao.

Les deux Kiréens devaient trouver la demeure dans laquelle le daimyo allait les recevoir. Ne sachant pas du tout où cette dernière pouvait se trouver, Akane décida d'aller voir dans la première boutique qui se présenterait à eux afin de demander son chemin. Cette boutique ne fut qu'un simple marchand de légumes situé sur l'une des premières où les ninjas passaient.

-Bonjour monsieur, nous cherchons le bâtiment dans lequel le daimyo reçoit les gens... Pouvez-vous nous indiquer le chemin?

Le marchand lui répondit en faisant de nombreux gestes, notamment pour indiquer les directions par lesquels Akane et sa mère devraient passer pour rejoindre la demeure du daimyo.

-Oui, bien sûr. Alors... Vous avancez dans cette rue. Au bout d'un moment vous allez avoir un embranchement. A ce moment là, vous prendrez à gauche. Ensuite vous avancez encore, vous prenez la première à droite, puis directement à gauche et vous êtes arrivés. Vous louperez pas la bâtiment, il est comment dire... très riche.

-C'est à dire très riche? J'ai peur de ne pas pouvoir vous suivre...

-C'est à dire que c'est une demeure de politiciens, c'est très voyant. Vous verrez, c'est une île artificielle, il y a une digue autour et c'est très bien décoré, vous reconnaitrez tout de suite.

-Très bien, merci. Bonne journée.

-A vous aussi.


Environ cinq minutes plus tard, Akane et Nura arrivèrent face à la demeure du daimyo. Celle-ci était, comme l'avait si bien qualifiée le marchand, très riche. Le bâtiment se trouvais sur une île artificielle accessible seulement grâce à un pont. Au centre de cette île se trouvait un bâtiment de taille moyenne entouré par un immense jardin joliment agencé. Les deux Kiréens s'avancèrent vers la bâtisse abondamment décoré. Celle-ci était très belle. Elle était en bois, un bois plutôt sombre et son toit ainsi que ses encoignures était de couleur rouge foncé, presque pourpre. Un major d'homme se trouvait à l'entrée, prêt à attendre tout arrivant voulant voir le daimyo.

-Bonjour messieurs-dames, vous souhaitez rencontrer le daimyo je suppose?

-Oui, s'il vous plait.

-Très bien, veuillez me suivre je vous prie.


Le major d'homme les conduisit dans un petit salon bien décoré. La salle était claire, il y avait de jolis meubles dont un très confortable canapé et une magnifique table basse. A tout ceci étaient ajoutés quelques plantes et quelques tableaux, en somme, la pièce était très confortable et très bien agencée. Akane et Nura s'assirent dans le canapé.

-Je vais chercher le daimyo, veuillez patienter ici le temps que je le prévienne de votre venue.

-Et dites lui que c'est urgent.


L'homme s'en alla vers une autre partie de la demeure. Il y eut un silence durant quelques secondes et Nura, intriguée, ne put s'empêcher de poser une question à Akane.

-C'est urgent? Pourquoi t'as dis ça?

-T'aurais préféré attendre une heure ici?


Le silence revint durant environ cinq minutes et le major d'homme revint afin de conduire des deux ninjas en face du daimyo.

-Le daimyo vous attend, veuillez me suivre je vous prie.

Marchand ; Major d'homme ; Nura ; Akane

°-o___.o-°-o.___o-°


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: [CI003] Jinshi   Mar 24 Aoû - 19:46

°-o_o- Jinshi :: Le daimyo du pays des vagues -o_o-°
Le major d'homme conduisit les deux ninjas dans une salle de conférence fort bien décorée. Une grande et magnifique table d'un bois noble trônait au centre de la pièce. Un splendide lustre orné de diamants et recouvert de feuilles d'or éclairait la pièce, accroché au plafond, au niveau du centre de la table. Tout le long des murs, étaient accrochés des tableaux de personnes importantes pour le pays des vagues. Akane, sans pouvoir dire de qui il s'agissait trouvait que, rien qu'avec les tableaux, le daimyo ne manquait pas de compagnie. Si l'on compte à ça les gardes et tout le personnel civil du bâtiment, on peut affirmer que le ce dernier était même très entouré.

Le daimyo, lui, était assis sur une chaise et présidait la table. Il n'était pas, comme on aurait pu le croire, habillé très richement pour un daimyo. Il était vêtu d'une toge de couleur dorée et une écharpe couleur rouge était posée sur son cou. Celle-ci n'était pas enroulée mais juste posée, les bouts de l'écharpe descendant chacun d'un coté du ventre du personnage.
Physiquement, le politique était de taille moyenne et plutôt mince. Son visage était neutre, on aurait cru qu'il faisait la tête. Il avait l'air d'être une personne assez sévère mais qui était tout de même très intelligente.

Une fois arrivé dans la pièce, Akane et Nura saluèrent le daimyo d'un signe de tête. Le daimyo se leva et s'avança vers les deux ninjas. Il commença alors à leur souhaiter la bienvenue.

-Bienvenue à vous, on m'a annoncé que des shinobi de Kiri venaient d'arriver. Entrez, entrez je vous prie.

Le daimyo commença alors par s'adresser à Nura. Étant la plus âgée des deux ninjas, elle était la plus expérimentée et par conséquent, le politique la prit pour son interlocuteur. Avant même que l'un des deux ninjas ne puisse répondre quoi que ce soit, le daimyo enchaina.

-Vous venez au sujet de Jinshi, non ?

-Oui, nous venons bien pour cela. Nous souhaiterions vous poser un certain nombre de question afin de pouvoir effectuer notre mission. Si ça ne vous gène pas, Akane, mon fils, sera votre interlocuteur. Je me contenterais de prendre des notes.

Nura commença ensuite à sortir un petit carnet et un stylo plume. La couverture du calepin était rouge et les pages étaient reliées grâce à des agrafes ; Quant au stylo, sa couleur était argentée. Le daimyo, suite à ce que lui avait dis Nura, se tourna vers Akane et le regarda d'un air bizarre. Enfin, Akane commença l'interrogatoire du daimyo, si tant est que nous puissions appeler ça un interrogatoire.

-Ne vous inquiétez pas, je vous poserais des questions bien ciblées. J'attends bien entendu de vous que vous répondiez aux questions avec sincérité. Pouvons nous commencer?

A cette phrase, le daimyo eut le tique de frapper du point sur la table et il répliqua violament.

-Enfin, si j'ai passé un ordre de mission, ce n'est pas pour gaspiller mon argent...

Puis il se résigna, hochant doucement la tête vers l'avant et reprenant son souffle pour se calmer.

-Allez-y, posez vos questions.

-Très bien, alors commençons.

Akane se retourna vers sa mère et lui fit un hochement de tête afin de lui dire qu'elle allait devoir commencer à prendre des notes. Il se retourna enfin vers le daimyo afin de lui poser des questions.

-Alors, tout d'abord, j'aimerais que vous me décriviez, de façon plus ou moins précise, l'objet qui vous à été volé. Le but est que nous puissions l'identifier lorsque nous l'aurons sous nos yeux.

- C'est une broche toute simple, en argent, avec un petit kanji effacé sur le devant. Vous n'aurez pas de mal à la reconnaître, à moins qu'il n'en fasse collection. Ce qui ne serait pas plus étonnant que ça...

Sur ce, il pencha légèrement la tête vers le bas et marmonna. Il parlait si bas qu'on aurait presque dit qu'il se parlait à lui même.

-J'imagine qu'il l'aura vendu depuis...

Il redressa la tête et recommença à parler à Akane d'une voie beaucoup plus clair.

-S'il l'a vendu, ce sera plus facile de la retrouver. Mais vous aurez surtout besoin de le reconnaître lui. Mais là, je ne peux rien vous dire de plus que vous pouvez savoir par vous-même. Je ne l'ai pas vu directement.

-Dans ce cas là, il me faudra votre accord pour deux ou trois trucs, si ça ne vous gène mais on verra ça un peu plus tard.

Akane marqua une petite pose afin de réfléchir à sa prochaine question. Devant un politique aussi important, il aurait été bête de faire une gaffe en disant des bêtises. Mais après réflexion, il enchaina

-Vous dites ne pas l'avoir vu directement. Cela veut que l'une des personnes que vous embauchez l'a vu n'est-ce pas? Parce que dans ce cas, j'aimerais voir cette personne pour lui poser quelques questions.

-Eh bien, non... je pensais que l'on savait mieux que cela comment les choses s'étaient passées. Personne n'a vu Jinshi, il a revendiqué le vol après l'avoir accompli.

La daimyo marqua une petite pause. On aurait dit qu'il avait oublié de dire quelque chose mais, quoi que ce soit, il enchaina tout de même.

-Jinshi est tout fier de son vol. La dernière fois qu'il s'est manifesté, il était au sud du pays, dans une petite ville qui s'appelle Sano. Je doute qu'il y soit toujours. Il a fait parvenir une photo qui le représentait, arborant ma broche. C'était très humiliant. Sur la photo, nous ne voyons pas les traits de son visage, mais nous vous la fournirons. Elle vous donnera déjà une idée de sa silhouette. Surtout s'il porte toujours ma broche, ce qui serait tout de même un peu fort.

-Sano vous dites?

Akane se retourna et s'adressa à sa mère qui était toujours en train de prendre des notes dans un coin de la table, sans se faire remarquer.

-Tu peux trouver le village sur la carte qu'on a acheté l'autre jours s'il te plait?

Nura trouva sans problème la ville de Sano. Cette dernière se trouvait au sud du pays, près des côtes. Sur ce, il recommença à questionner le daimyo.

-Donc, vous avez dit que personne ne l'avait vu sur le lieux du vol mais qu'il vous avait envoyé une photo de lui pour se moquer de vous?

Le daimyo l'interrompit.

-Non, non. La photographie s'est retrouvée dans des tavernes d'Ishigaki. Jinshi a dû la montrer à des gens du métier, depuis Sano, pour montrer l'étendue de son... talent... et l'image a été reproduite et s'est distribuée à petite échelle. C'est à Sano que la milice de la ville a repéré l'image et nous l'a envoyée.

Akane ne put s'empêche de penser que les hommes du daimyo étaient de gros incapables, le genre à dormir la nuit lorsqu'ils sont de garde et à faire la fête au lieu d'être à leur poste.
"J'ai l'impression que les gardes qui surveillent le daimyo et ses biens sont pas des flèches m'enfin..."
Et le genin enchaina sa phrase à voie haute.

-Pourriez vous me montrer la photo maintenant s'il vous plait?

Le daimyo fit un signe de la main et quelques secondes plus tard, la photographie arrivait, tenue par l'un des multiples majors d'homme du daimyo. Akane prit la photo et commença à la regarder. La broche était très visible mais malheureusement, pas la tête du voleur. Nous ne voyions de celle-ci qu'un grand sourire sadique, conséquence d'un homme fière de son vole.

-On a pas, nous-même, de Village Caché, alors on doit se reposer sur Kiri. Mais je suis sûr que vous ferez du bon travail. Est-ce que vous avez maintenant tout ce qu'il vous faut ?

Akane se retourna vers sa mère afin de savoir si, oui ou non, ils avaient assez d'informations pour l'instant. Nura hocha la tête, elle avait déjà pas mal d'informations. Akane répondit alors au daimyo.

-Bah, je pense que oui. On va aller Sano pour remonter un peu sa piste et on vous recontacte dès que possible sur l'avancement de l'enquête.

Le jeune ninja réfléchit quelques secondes et commença à demander quelques faveurs au daimyo afin de faciliter les voyage vers Sano et afin de pouvoir se fondre plus facilement dans le décor.

-Si ça ne vous gène pas, j'aimerais vous demander une faveur.
Voilà, on aurait besoin d'habits du coin, ou en tout cas, d'un genre d'habit comme pour les trafiquants afin que nous puissions interroger les gens en toute discrétion à Sano. Et, si possible, est-ce qu'on pourrait vous emprunter un moyen de transport un peu plus rapide que la marche à pieds? Des chevaux par exemple. C'est juste histoire qu'on soit plus rapide que lui durant les voyages, nous serions moins serré niveau timing.


-Je ferai le nécessaire. Suivez Hiroshi, il vous mènera aux écuries, même si je pensais que les shinobi disposaient de pouvoirs spéciaux. Mais il me reste beaucoup à apprendre de toute évidence. Des vêtements vous seront apportés là-bas.

Hiroshi venait d'arriver dans la pièce. A la fin des demandes du ninja, le daimyo avait fait signe de le faire venir. C'était un jeune homme brun, de grande taille mais pas plus musclé que ça. Il était vêtu de façon à pouvoir s'occuper de chevaux, avec des bottes, un grand pantalon... De son visage dégageait de la sympathie. Il était très détendu et il avait l'air de n'avoir rien à faire de ce que qui que ce soit pensait de lui. Enfin bref, pour résumer, il était bien dans ses bottes.
Le daimyo, qui n'avait pas fini de dire ce qu'il avait à dire, finit alors par informer les deux ninjas d'une chose.

-J'informerai également la milice de Sano de votre visite. Cela facilitera vos contacts avec les autorités, peut-être ont-elles eu davantage d'informations depuis le temps. Bon courage.

-Nous vous remercions, bonne journée.

Et Akane ainsi que Nura suivirent Hiroshi dans les écuries afin de trouver deux chevaux. Après une bonne heure, ils avaient choisi les chevaux qu'ils allaient prendre. Celui de Nura était blanc et avait des taches grises sur le dos alors que celui d'Akane était d'un marron simple. Au moment où ils sortirent des écuries, deux hommes vinrent avec des vêtements. Ils tenaient deux grandes capes, l'une était marron et l'autre blanche avec des motifs bleus dessus. Akane mis la cape marron et Nura la blanche. Ce qui était génial, c'était que les capes étaient dotées de capuche. Ainsi, les ninjas étaient méconnaissables.
Suite à ces longs préparatifs, les deux Kiréens partirent vers Sano, à cheval. La fin de journée était belle, il n'y avait aucun nuage à l'horizon et le soleil était d'une belle lumière orange, presque rouge.

Daimyo ; Nura ; Akane

°-o___.o-°-o.___o-°


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Akane Nimika le Sam 23 Oct - 18:37, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [CI003] Jinshi   Dim 10 Oct - 14:41

°-o_o- Jinshi :: La milice de Sano, un choix à faire -o_o-°
Le lendemain, suite à une nuit blanche, Nura et Akane arrivèrent à Sano, la ville dans laquelle ils devaient se rendre. La ville n'était pas très grande, il n'y avait que quelques habitations, trois ou quatre commerçants et une milice. Ce n'était pas non plus une ville riche, les bâtiments étaient modestes, les routes étaient en terre, le commerce actif mais sans plus. En réalité, il n'y avait que quelques dizaines de personnes dans les rues, des personnes ni riches ni pauvres, à l'image de la ville dans laquelle ils habitaient, c'est à dire modeste. Les deux ninjas avancèrent vers la milices, zigzaguant entre les gens, toujours sur leur chevaux. Au fur et à mesure qu'ils avançaient, il y avait de plus en plus de monde dans la rue. Même si la foule n'était pas énorme, ils durent descendre de leurs montures et finir le chemin à pied, tirant les animaux avec une corde afin de les faire avancer.

Arrivés à la milice, ils attachèrent les chevaux à une barrière. Le bâtiment était tout aussi modeste que le reste de la ville. Il y avait un rez-de-chaussé et un étage, quelques fenêtres par si par là et une grande porte d'entrée. A l'intérieur se trouvait une grande pièce au rez-de-chaussé et des bureau dispersés un peu partout dans tout le reste de l'infrastructure. La pièce principale était correctement éclairée, des fenêtres de taille moyenne laissant entrer toute la lumière qu'elles pouvaient laisser passer à travers elles.

Dans la pièce se trouvaient six hommes et deux femmes, les deux ninjas allèrent donc les interroger afin de glaner le maximum d'information possible sur Jinshi. Au bout d'une grosse demi-heure de questions et les miliciens étant tous retournés dans leurs bureaux respectifs, les Kiréens firent le point.

Deux pistes s'ouvraient à eux. Un jeune femme, jolie et impérieuse, du nom de Saya assurait que le voleur, Jinshi, était parti rejoindre sa petite amie sur Shino, l'une des îles du pays des vagues. Elle disait avoir beaucoup travaillée sur l'affaire ces derniers temps et était sûr que Jinshi, effrayé par le Daimyo, était allé se cacher chez sa petite amie, qu'il aime plus que tout au monde. En opposition, un autre miliciens, solide et cordial, du nom de Moge affirmait que sa collègue n'avait rien compris. Il était sûr que le voleur n'était pas assez bête au point de se cacher dans un endroit aussi évident et que ce dernier avait rejoint le plus vite possible Suigara, au pays des rivières, afin de se débarrasser de la broche qu'il avait volé. Par « aussi évident » , Moge laissa sous-entendre aux deux ninjas que sa collègue était niaise, naïve et qu'il ne fallait pas prendre tout ce qu'elle disait au sérieux.

Suite à ce point, les deux ninjas décidèrent d'aller chacun approfondir ces deux pistes. Akane alla voir Saya, et Nura alla voir Moge, chacun dans leur bureau respectif. Le bureau de Saya était très éclairé à la fois par des lampes et par deux fenêtres grandes ouvertes et il était très encombré. A vrai dire, c'était un vrai bordel, Akane se demanda même comment la femme faisait pour s'y retrouver dans un tel foutoir. Le bureau de Moge, quant à lui, était beaucoup plus petit que celui de sa collègue. Il n'y avait qu'une seule fenêtre, fermée et le soleil était la seule source de lumière de la pièce et contrairement au bureau de sa collègue, le sien était très propre et très bien organisé.

Sur ce, l'interrogatoire commença. Les deux shinobis avaient préparé une série de questions afin d'avoir le maximum d'éléments possible et de pouvoir rattraper le voleur rapidement. Akane commença à poser ses questions à Saya, assis sur la chaise, devant le bureau de la dite dame.

-Bon, alors je vais vous poser quelques questions afin de pouvoir avancer dans mon enquête, si ça ne vous gène pas. Tout d'abord, j'aimerais savoir d'où vous tirez vos information et où vous en êtes dans votre enquête.

-D'où les enquêteurs tiennent leurs infos d'habitude ? Des rumeurs, des erreurs de leur cible et de leur sens de la déduction. Il se trouve que, moi, je dispose des trois.


En disant le « moi » , la milicienne regarda en direction du bureau de Moge d'un air un peu méchant. Elle continua ensuite à répondre à Akane.

-Jinshi est un gamin, il n'a aucune expérience en la matière. Franchement, je vois même pas ce que vous faites ici, c'est lui donner beaucoup d'importance. Il a volé la broche et s'en est vanté ici, il ne faut quand même pas être crétin... malheureusement, c'était ce gland de... enfin, c'était Moge qui était en poste quand Jinshi s'est manifesté, moi j'étais en enquête. Vous pouvez demander à n'importe qui ici, il confirmera, mais bien sûr Moge vous inventera une jolie histoire pour essayer de cacher la rigidité de son cerveau...

Elle marque une petite pause de quelques secondes à peine et puis reprit.

-Il se trouve qu'il a paniqué. Vraiment, imaginer seulement qu'il a fait le voyage jusqu'à Suigara, lui... mais c'est juste du n'importe quoi ! Il avait peur, il est forcément retourné chez sa copine. A mon avis, cette broche, c'est un cadeau, pas un trophée ni un truc à revendre.

La réponse était claire, nette et précise mais ça ne suffisait pas à Akane, il eut alors une idée. Il se demanda si son interlocutrice avait noté les détails de son enquête quelque part et lui demanda donc si c'est ce qu'elle avait fait. Saya, mécontente car l'interrogatoire lui faisait perdre un temps précieux, commença à fouiller son bureau à la recherche de ses notes. Durant quelques minutes, elle relut ses fiches et au bout d'un moment, donna ses notes à Akane. C'était un tas de feuilles non classée, regroupant des informations en tout genre sur l'enquête, tout simplement illisible. Akane ne fit aucune remarque au sujet de l'écriture mais commença un peu à s'énerver. Il sortit de la pièce afin de faire un point avec sa mère.

Nura, pendant ce temps, interrogeait Moge. Lui, contrairement à Saya, avait l'air beaucoup plus accueillant et répondait aux questions sans trop se plaindre, faisant tout de même clairement remarquer qu'il n'aimait pas sa collègue.

-Bon, monsieur, je vais vous poser une série de questions. Tout d'abord j'aimerais savoir quels sont vos conclusions par rapport à l'enquête.

Moge répondit, sur de lui et de ce qu'il avançait. Il avait l'air très confiant et donnait l'impression qu'il savait ce qu'il disait.

-Facile. Jinshi est un voleur a la petite semaine. Il a fait un bon coup, il a acquis une petite renommée dans le milieu. Qu'est-ce qu'il va en faire ? Il va aller là où cette renommée est la plus susceptible d'intéresser des gens : à Suigara.

Il eut un petit sourire indulgent et commença ensuite à vanner sa collègue, comme quoi elle ne saurait pas mener une enquête comme il se doit.

-Saya est une gentille fille et je suis sûr qu'elle fait du bon travail quand il s'agit de retrouver le chat de la voisine. Mais son conte à l'eau de rose, quand on parle d'une petite crapule, c'est lamentable. Je ne vois même pas pourquoi on lui a confié le dossier, elle n'a pas les épaules, c'est évident. Non ? Bah.

Il marqua ensuite une petite pose avant de finir ce qu'il avait à dire et reprit son explication par rapport à l'affaire.

-Garder la broche serait trop dangereux pour lui. A priori, il agit seul, alors il n'a personne pour le protéger et puis, il est sans doute recherché par d'autres personnes que vous. Il ne peut vendre la breloque qu'à Suigara. C'est obligé qu'il y aille. Sinon, c'est un crétin fini et je doute qu'un crétin fini puisse faire ce qu'il a fait. Mais allez expliquer ça à l'énamourée d'à côté.

Nura était plus ou moins satisfaite de la réponse mais voulait en savoir plus. Elle demanda alors s'il avait pris des notes de son enquête où s'il avait quoi que ce soit d'autre d'utile à donner. Moge lui donna alors une petite notice informative à propos du Daimyo, rien de concret en somme. Elle sortit ensuite du bureau afin de faire le point avec son fils.

Par conséquent, les deux ninjas firent un point dans le couloir avant de reprendre les interrogatoires. Chacun d'eux exposa les plus importantes informations qu'ils avaient pu avoir et décidèrent ensuite d'y retourner sur le pied de guerre n'ayant rien eut de bien concret.

Akane et Nura allèrent alors voir leur interlocuteurs respectifs et commencèrent à se plaindre et à les menacer. L'effet s'en fit vite ressentir, Saya avait réagit au quart de tour et Akane s'en prit plein la poire.

-Vous avez le droit de me faire perdre du temps ? Et depuis quand ? Vous ne représentez pas du tout une autorité supérieure à celle du daimyo, garçon, et moi, je reçois mes ordres uniquement du daimyo. Si vous voulez faire votre petit bonhomme procédurier, et croyez-moi, vous en baveriez avec moi, vous devriez me présenter une lettre écrite, signée et authentifiée du daimyo qui me demande de coopérer complètement avec vous. Là, ce que vous faites, c'est vous accaparer mon travail, comme un fainéant. Vous voulez qu'on vous dise quoi penser parce que vous n'avez pas envie de penser par vous-même, de déduire. Vous nous demandez, à moi et à l'autre attardé, d'être les plus convaincants et vous choisirez ensuite votre vérité. Vous vous posez en juge, alors que vous êtes un soldat : vous vous inventez une autorité mon pauvre garçon. C'est de la fainéantise, n'essayez pas de me faire croire que vous travaillez en ce moment, vous n'en glandez pas plus que Moge. Alors, votre couplet sur votre autorité, vous le remballez sagement. Ce n'est pas parce que vous pouvez faire péter l'eau et siffler les chandelles que je vais vous dire oui oui.

Elle marque une petite pose afin de reprendre son souffle et reprit de plus belle.

-Et mettez-moi avec Moge et je l'éventre. Je comprends même pas que vous ne vous intéressiez pas davantage à ce petit arriviste crétin. Que vous vous penchiez un peu sur la façon dont il aborde son travail. Oh oui, il a l'air impressionnant et sûr de lui... quand on n'a soi-même rien fichu et qu'on se laisse impressionné facilement. Je travaille moi, je m'intéresse, je ne réfléchis pas à base de préjugés en ressortant mes grosses solutions évidentes.

Elle prit la voie de Moge, une voie profonde et quelque peu arrogante, et commença à l'imiter.

-Oui oui, c'est un petit voyou voleur, il est forcément affilié à Suigara, oui oui, j'ai déjà vu ça quinze fois le mois dernier.

Elle secoua la tête et leva les yeux vers le ciel. Elle arrêta son imitation et reprit.

-Si vous croyez ça, franchement, ce pays est mal barré. Vous croyez que le daimyo en a quelque chose à carrer de ce que vous pensez de nous ? Si vous n'êtes pas fichu de trouver sa broche, ce sera vous le crétin incapable et c'est ça qui vous fait flipper, rater votre mission. Moi je ne serai pas mutée, parce que mes états de service parlent pour moi. Je ne pense pas que ce soit la même chose pour toi, jeune homme. Alors t'es gentil, te mêle pas de ma relation avec Moge, ça ne te regarde pas du tout. Si tu viens ici, tu respectes les habitudes d'ici et tu n'essayes pas de nous imposer ton supposé professionnalisme. Merci.

Elle marqua une petite pause, encore une fois, afin de se calmer et reprit.

-Ceci étant réglé, je n'ai ni le temps ni l'envie de t'expliquer trois semaines d'enquête. Tu vois, il y a des gens qui travaillent, et d'autres qui se contentent de récolter les fruits de ce travail. On dirait que tu as un point commun avec Moge. J'ai rencontré la petite amie de Jinshi, je sais que c'était son anniversaire il y a deux semaines, je sais que Jinshi est issu d'un milieu modeste, qu'il est très jeune et que sa copine est très jolie. Je sais qu'il a naturellement envie que tout se passe bien avec elle et que, parce qu'il est très jeune, il croit que lui acheter des cadeaux est nécessaire pour la conserver auprès de lui. Mais s'il avait un peu plus d'expérience, il saurait reconnaître que sa petite amie l'aime sincèrement, qu'elle l'a pris comme il était au début - pauvre - et qu'elle n'a pas besoin de richesse. Jinshi, qui n'a jamais voyagé, s'est demandé quel brillant cadeau il pouvait lui faire pour son anniversaire, pour lui témoigner la grandeur de son amour. Il s'est reporté sur le seul symbole d'autorité et de grandeur qu'il connaît, le daimyo. Il s'est infiltré chez lui, par hasard et avec, reconnaissons-le, un certain talent naturel. Il a pris la broche du daimyo, parce que c'était sans doute l'objet qui lui a semblé le plus joli, et il a dû l'offrir depuis le temps à sa copine. Mais Jinshi est un enfant, il était content de son vol et il s'en est vanté ici. Moge a pris comme une insulte personnelle le fait que Jinshi est fait cela ici, alors qu'il avait la responsabilité de la ville, c'est la raison pour laquelle il s'est immiscé avec ses gros sabots dans mon enquête. Mais est-ce qu'il a travaillé ? Non. Est-ce qu'il a jamais rencontré la copine de Jinshi ? Non. Est-ce qu'il a une seule idée des motivations de Jinshi ? Non. Il raisonne par préjugés, par a priori et en réutilisant ses vieux succès d'antan. Il a tout de même fichu une trouille bleue à Jinshi, qui est aussitôt retourné chez lui. Et vous savez pourquoi je n'ai pas pu le vérifier ? Parce que vous me prenez tout mon temps et que vous allez naturellement vous appropriez le mérite du temps que j'ai passé sur cette enquête. Merci beaucoup.

-Franchement, regardez-moi... est-ce que j'ai l'air d'une cruche romantique ? Non, je suis travailleuse, sans doute plus qu'aucun d'entre vous ici d'ailleurs, et sérieuse. Je travaille seule, je n'ai pas besoin de soigner mes notes parce que je n'ai pas vraiment l'habitude qu'un shinobi vienne empiéter sur mon territoire réclamer mes succès. Et je m'en passais très bien...


Pandant ce temps, Moge, quant à lui, ne s'énerva pas et répondit à Nura, toujours aussi sûr de lui et de ce qu'il avançait.

-Bien sûr, nous sommes là avant tout pour finaliser cette petite affaire le mieux possible. En revanche, je doute que le débat gagne en lisibilité si nous nous retrouvons dans la même pièce. Saya est une personne sympathique, mais un peu emportée et elle a du mal à admettre quand elle a tort.

-Je n'ai pas réellement fait d'enquête car ce n'est pas mon rôle. Je délègue les missions d'enquêtes à mes subordonnés. Il se trouve que c'est Saya qui s'occupe de Jinshi. Mais depuis que Jinshi a fait l'annonce de son haut fait dans notre ville, j'ai repris l'affaire en main. Bien sûr, pour occuper la position qui est la mienne, j'ai mené beaucoup d'enquêtes par le passé, je ne suis pas un débutant en la matière, n'en déplaise à certaines personnes. Ma thèse est très simple et je doute que des shinobi de métier me contredisent : ce vol était naturellement un geste humiliant envers le pays tout entier, un crachat à la figure de chacun des habitants du Pays des Vagues. Nous n'avons pas de village militaire, mais je pense que ce vol est un acte éminemment terroriste : c'est la même chose que d'attaquer une escouade de shinobi. Comme nous sommes dépourvus d'une telle force, on s'en prend à notre daimyo. Je trouve cela honteux et méprisable et je ne laisserai pas Jinshi impuni.

-J'ai enquêté pendant des années à Suigara, parfois au cours de longues missions d'infiltrations. Je sais comment cela fonctionne. Jinshi a acquis un objet précieux qu'il ne peut revendre ici, ni ailleurs, car il est recherché - par vous en l'occurrence, et par nous à une échelle locale. Tous les objets volés passent à Suigara. Personne ne regarde, là-bas, on peut virtuellement tout vendre. Une broche de daimyo ? Il trouvera un acheteur aisément. Et une fois ceci fait, vous n'avez aucune chance de retrouver la broche, jamais.

-Jinshi a de l'avance sur vous. Si vous voulez avoir une chance de le rattraper, vous devez partir immédiatement à Suigara et voyager le plus vite possible. J'ai vu que vous étiez venu avec des chevaux. Ce sera insuffisant, il faudra vous déplacer à très grande vitesse pour espérer atteindre Suigara dans les deux jours, maximum. J'ai quelques contacts là-bas, je pourrais les contacter pour que vous ayez un point d'appui pour savoir ce qui s'est passé en votre absence.


Les deux shinobis quittèrent les bureaux afin de faire un dernier point. En effet, le fait d'énerver les miliciens avait fonctionné. Moge paraissait beaucoup moins crédible que sa collègue et, par conséquent, la thèse de la femme fut prise. Akane et Nura iraient donc à Shino, l'une des îles du pays des vagues, chez Jinshi, afin de la coincer et d'en terminer avec la mission.

Les deux shinobis allèrent faire leur adieux et remercier les deux miliciens pour les importantes informations qu'ils ont pu glaner d'eux. Enfin, ils partirent en direction de Shino, à cheval, avec leur cape sur eux.

Saya ; Moge ; Nura ; Akane

°-o___.o-°-o.___o-°


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: [CI003] Jinshi   Ven 12 Nov - 11:21

°-o_o- Jinshi :: Un fin heureuse... Enfin presque -o_o-°
Après une bonne demi journée de route à cheval et ayant traversé des plaines et des ponts à tout allure, les deux ninjas atteignirent enfin l'île où se trouvait la maison de la petite amie de Jinshi. C'était une île comme les autre. Il y avait de hautes côtes escarpées, de grandes plaines, quelques forêts et quelques villages souvent assez petits. Apparemment, l'île de Shino était loin d'être la plus importante du pays. Elle ne comportait, d'après la carte, aucune infrastructure vitale au pays et elle ne contenait qu'une seule milice de taille très petite, caché dans un village où il ne se passait jamais rien.

Akane et Nura avançaient vers la maison où ils devaient se rendre. Elle se trouvaient à quelques kilomètres, près d'un petit village. Ce petit village s'appelait Ishiko, il était assez modeste et il ne s'y trouvait aucun bâtiment important, même pour l'île elle même. Il était situé à la lisière d'une forêt verdoyant et pleine de vie, les feuilles des arbres chantant au gré du vent. La route était faite de gravier, les chevaux avançaient tranquillement, le ciel était bleu et ensoleillé, les deux ninjas n'allaient pas tarder à arriver à leur destination.

Quelques dizaines de minutes plus tard, il arrivèrent face à la maison qu'ils cherchaient. Il y avait un petit jardin et quelques plantes sur le rebord des fenêtres. La maison était de taille moyenne, pile ce qu'il fallait pour deux personnes. Elle était à la fois en bois et en pierre et le toit était en tuile. Les murs, ainsi que les encadrement de fenêtres, étaient d'un bois très foncé, distinct de la pierre clair qui se trouvait à la basse de la structure. Le tout était très bien entretenu et était, par conséquent, propre et d'un air presque neuf. En plus de ça, la maison était très bien placée. La paysage était très beau et l'air marin était revigorant.

Les deux shinobis allèrent attacher les chevaux sur un muret de pierre en ruine, muret fait de la même pierre blanche que la base la la maison. Ils se dirigèrent ensuite vers la porte, le pas tranquille, se disant qu'il y avait de grande chance pour que la mission se conclus dans peu de temps. Devant la porte, Nura s'imposa. Elle regarda son fils quelques secondes afin de lui faire comprendre que c'était à elle d'entamer la conversation et frappa.

Ils attendirent quelques secondes, quelques longues secondes qui, pour Akane, auraient pu représenter une vie. Ils allaient enfin, peut-être, voir Jinshi, le voleur, en personne. La mission allait peut-être se terminer bientôt, ils allaient peut-être pouvoir rentrer à Kiri bientôt. Enfin bref, suite à ses longues secondes, quelqu'un ouvrit la porte.

Une jeune femme d'environ une vingtaine d'année ouvrit la porte. C'était une belle femme brune, au visage lisse et joyeux et de taille moyenne. Surement la petite amie parfaite pour n'importe quel homme. En plus d'être très belle, elle n'avait pas l'air méchante. Elle sourit au deux arrivant et Nura commença a se présenter tout en sortant la photo qu'elle avait eut de Jinshi et en montrant son insigne de Kiri.

-Bonjours madame, je m'appelle Nura et voici mon fils, Akane. Nous sommes des ninjas de Kiri, est-ce que vous connaissez cet homme?

-Ah... bonjours. Je suis Sadae. Jinshi n'est pas là.


La jeune femme laissa alors entrer les deux compères dans sa maison et les fit s'assoir sur des fauteuils. La maison n'était pas très grande vue de l'intérieur mais elle était tout juste assez grande pour deux personnes. C'était propre, bien entretenu mais il n'y avait aucune trace de Jinshi. Pas un vêtement, pas un seul objet qu'aurais pu avoir la gente masculine ne trainait, pas une seule photo, rien. La décoration était sobre, la pièce était éclairé, il faisait bon vivre mais il n'y avait rien prouvant que Jinshi ait pu passer par là à part le fait que Sadae est reconnu le voleur sur la photo et qu'elle ait avoué qu'il n'était pas là en ce moment.
Une fois les shinobis assis, elle enchaina debout, adossée à la cheminé, les bras croisés.

-Est-ce que... euh... Jinshi a causé des ennuis ?

Elle regarda Nura et Akane d'un air inquiet, essayant tout de même de cacher ses émotions face aux deux militaires. Inquiète, elle posa la question dont la réponse lui était surement la plus vitale.

-Enfin... je veux dire... vous n'êtes quand même pas là pour...

-Pour... L'arrêter, vous voulez dire?


Akane pris quelques secondes de réflexion afin de ne pas dire de bêtises et, une fois la suite de sa réponse formulé, il commença a expliquer plus en détails ce qui se passait.

-Eh bien... Disons qu'il a fait une grosse, une énorme connerie et que nous souhaiterions en parler avec lui dès qu'il rentrera, si ça ne vous gène pas. Mais... Je suis dans le regret de vous dire qu'il y a de fortes chances pour que nous ayons à l'arrêter...

Sa mère enchaina alors de suite afin d'expliquer de façon plus assurée la situation.

-J'imagine que ça doit vous faire bizarre d'entendre ça mais, malheureusement, c'est la vérité... Sachez qu'il a tout de même commis un vol et que, par définition, il a enfreint la loi et doit être arrêter. Après... Il y a une possibilité pour que nous n'ayons pas à l'arrêter mais pour ça... Nous devons nous arranger avec lui. Savez vous quand il va rentrer?

-Ah... quelle bêtise ? Si c'est de l'argent que vous voulez, j'en ai. Pour dédommager la personne...

-Je ne pense pas qu'il rentrera avant la semaine prochaine.

-Ah mince, ça nous arrange pas ça...

-Est-ce que ce ne serait pas lié à... euh... un bijou en argent, par hasard ?

-Un bijou en argent? Peut-être bien !


Akane sortit la photo ou Jinshi se montrait tout fière, portant la broche sur lui, et la montra à Sadae. Il y avait de grande chances, apparemment, pour que la jeune femme saches quelques choses.

-Vous parlez de ce bijou là, cette broche?!

-Oui... c'est bien lui... je savais bien qu'il n'avait pas pu le, euh, payer honnêtement.

-Je lui ai dit que ce n'était pas la peine de me faire des cadeaux comme ça, mais il ne voulait pas me dire s'il l'avait volé ou pas et c'est... des conversations gênantes. Mais Jinshi est quelqu'un de très gentil et je suis sûre qu'il ne pensait pas à mal et qu'il n'a blessé personne !


Elle continua, parfaitement convaincue de ce qu'elle disait et confiante en l'amour de son petit ami.

-Il devait juste penser... je ne sais pas, que ça me ferait plaisir.

Sadae se retourna et fit quelques pas vers un meuble en bois clair. Elle ouvrit plusieurs tiroirs et fouilla dedans pendant plus d'une minutes afin de se retourner un objet à la main. C'était la broche volé. C'est ainsi qu'elle repris la conversation avec les deux Kiréens.

-C'est ça que vous voulez ? Rendez-le à son propriétaire alors... si Jinshi apprend que des shinobis sont venus ici, je peux vous garantir qu'il ne fera jamais rien d'illégal, il aurait trop peur qu'il m'arrive du mal. Ce n'est pas une mauvaise personne, laissez-lui le temps de grandir.

-Bon, ben... Pour commencer, on va vous reprendre la broche.


Akane prit cette dernière et ouvrit son sac. Il trifouilla quelques secondes dedans afin de faire une petite place pour le bijoux, rangea l'objet et se retourna vers Sadae.

-Ne vous inquiètez pas, il n'a blessé personne.

Il eut un petit moment de réflexion et repris.

-Je veux bien vous croire sur le fait qu'il ait un bon cœur et qu'il n'ait fait ça que par amour mais... Pour ma bonne conscience, je voudrais que vous me disiez où il est partit. S'il ne rentre pas avant la semaine prochaine, j'imagine qu'il doit être assez loin.

-Il est allé voir sa mère au Pays du Thé. Je ne pense pas que cela vous intéresse beaucoup, mais on va sans doute déménager là-bas dans les mois à venir.

-A qui était la broche?

-Euh... A vrai dire, la broche appartient au daimyo.


Ainsi, il commença à parler au second degré afin de se moquer du politique.

-Vous savez, le gars très riche qui dirige le pays !

Il reprit plus sérieusement.

-En fait, disons plus sérieusement que votre copain s'est mis le Daimyo à dos.

La jeune femme sursauta, apparemment, elle ne se doutait absolument pas qu'il s'agissait du Daimyo, elle était donc très stupéfaite de ce que Akane venait de lui dire. Elle savait que Jinshi avait volé le bijoux mais on aurait dit qu'elle ne pensait pas du tout que c'était aussi gros mais, après tout, c'était compréhensible de sa part étant donné qu'il était tout de même peu probable que le vol soit important, surtout pour un voleur non expérimenté comme son petit copain.

-Vous avez dis le pays du thé?

Il se retourna vers sa mère et parla à voie basse pour lui dire ce qu'il avait à lui dire.

-On avait pas prévu d'aller aussi loin, tu croie que si on ramène la broche sans le voleur ça va aller?

-Je sais pas... Je pense, oui, mais j'en suis pas sûr.

-Bon, et bien... On arrête de le poursuivre, on rend la broche au Daimyo et on lui dit qu'il va déménager au pays du thé.


Il se retourna encore une fois mais cette fois ci pour s'adresser à Sadae d'un air joyeux.

-Bonne nouvelle ! On arrête de poursuivre votre petit ami et on va rendre la broche à son propriétaire.

Il reprit alors un peu de sérieux afin de finir ce qu'il avait à dire.

-Par contre, en guise de sûreté, nous allons prévenir le daimyo que vous allez déménager au pays du thé et nous allons aussi lui donner votre adresse actuel de façon à ce que, si par malheur, votre copain soit encore impliqué dans un vol, nous puissions le retrouver facilement. Vous avez des questions?

Sadae n'avait pas de question, il repartirent en direction de la capitale afin de rendre son bijoux au Daimyo. Sadae avait l'air plutôt contente que les poursuites soient arrêtées et Akane était heureux que ça se termine bien, sans problème aucun.

Arrivé à Nao, le Daimyo les remercia et les invita à prendre le repas avec lui. N'ayant pas ramené le voleur devant le politique, les deux Kiréens n'eurent pas la prime qu'ils auraient pu avoir. Néanmoins, le Daimyo était content que le voleur n'ait fait ça que par amour et qu'il soit jeune. En effet, il disait que ça allait arrêter le jeune homme dans son élan de délinquance et que, pour cette raison, il n'allait pas le poursuivre en justice. Il n'y avait qu'un seul point sur lequel il ne était pas très heureux. En effet, la sécurité de son domaine s'était faite avoir par un simple voleur en herbe. Il avoua donc aux deux ninjas qu'il n'allait pas tarder à changer tous les systèmes de sécurité qu'il avait mis en place, qu'il allait doubler les effectifs de surveillance et enfin qu'il allait engager des personnes compétentes ou, en tout cas, qui le seront plus que les anciens agents de sécurité.

Enfin, après ce copieux repas, tout le monde étant content du résultat de la mission, les deux ninjas rentrèrent donc à Kiri, de la même façon qu'ils étaient venu, en bateau, sous une pluie battante. Ils allèrent valider leur mission au même endroit où ils l'avaient pris en partant et rentrèrent chez eux, afin de pouvoir profiter de la fin de journée pour faire une longue sieste. Akane s'allongea sur son lit qu'il trouva, contrairement à d'habitude, très confortable alors que, généralement, il le trouvait trop dur. Il s'endormit et les rêves le submergèrent petit à petit jusqu'à ce qu'il n'est plus conscience du fait qu'il était en train de dormir, chez lui, dans sa chambre, sur son lit.

Sadae ; Nura ; Akane

°-o___.o-°-o.___o-°

(fautes non corrigées)


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: [CI003] Jinshi   Sam 20 Nov - 14:13

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Mission de rang C : Jinshi - Succès
Kiri
+3 Prestige
+300 £

Akane
+82 XP (bonus mission divisé entre Nura et Akane)
+2 Réputation

Une mission rondement menée, bien joué, ça fait plaisir de pouvoir en faire mener une à son terme =)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [CI003] Jinshi   

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-