Partagez | 
 

 La magnifique demeure de Akihko Nao[terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: La magnifique demeure de Akihko Nao[terminé]   Lun 9 Aoû - 23:42

[Avant de commencer, je veux préciser que je ne savais pas si je devais mettre ça dans le centre ville de Kiri, comme les autres demeures, où ici, étant donné que la demeure de Akihiko n'est pas vraiment dans le centre ville]

Le grand retour


Être fils unique avait peut être amené quelques désavantages au cours de sa vie mais, cette fois, Akihko devait le reconnaître, cela l’arrangeait. Il avait hérité de toutes les possessions de son père, le grand compositeur… dont, entre autre, l’immense maison dans laquelle il avait toujours vécu. Cependant, cette fois, elle était entièrement à lui.

Ayant trois étages, située sur une petite île tout de même assez proche du cœur du village, que plusieurs riches se partageaient, et étant, en grande partie, fait de marbre… Akihiko ne commençait pas en bas de l’échelle avec cette résidence, c’était le moins qu’on puisse dire. Cela faisait trois ans qu’il n’était pas revenu ici, trois ans qu’il s’était établi dans le bureau de Hayate, durant son entrainement d’apprenti… il en avait oublié son luxe d’antan. Son énorme lit moelleux, son immense foyer, les majestueuses fenêtres de plusieurs étages qui donnaient sur la berge de l’île et, surtout, la salle de musique. Trois ans sans jouer de la flûte, du samisen ou encore du piano, pour un Nao, c’est très long! D’ailleurs, en arrivant, une fois Hayate parti et la date de leur prochaine rencontre, pour trouver une équipe à l’adolescent, fixée, ce fut la première chose qu’il fit : jouer du piano. Sur son petit banc rembourré, devant le magnifique piano à queue familial, il retrouva cette joie d’enfant qu’il avait perdue depuis la mort de son père. Son père…ce cher Sei…
Akihiko arrêta doucement de jouer et regarda, pensif, par la petite fenêtre, juste devant l’instrument, qui donnait sur la cours arrière.

La tombe de mon père devrait être enterrée ici, sur cette île, se rappela le ninja.

Il dévala les marches en colimaçon et courra aussi vite qu’il pu vers le centre de l’île, « là ou les terrains se croisent ». C’était, en effet, à cet endroit que les quatre familles installées sur l’île avaient bâtît leur cimetière commun. Le jeune Nao savait le chemin, connaissait les raccourcis, et cela ne lui pris pas beaucoup de temps. Il longea la petite montagne, traversa l’étant artificiel à l’aide du large pont en bois et, après seulement quelques minutes, il l’a vue : la majestueuse fontaine qui ornait le milieu du cimetière. Akihiko avait toujours eu peur de cette dernière, elle lui avait toujours donné le goût de déguerpir dès qu’il l’apercevait. Il faut dire que l’immense statue d’un squelette encapuchonné, représentation de la mort elle même, qui avait été placée au milieu du bassin, n’était pas très invitante. Aujourd’hui, par contre, elle lui servait de phare.
Il sauta par dessus la clôture, commença à s’élancer puis, subitement, il s’arrêtât. Devant lui se tenait un obélisque. Une immense statue sur laquelle on pouvait voir gravé, sur chacun de ses côtés, une note de musique. Akihiko fit le tour de la sépulture et lut.

Citation :
Sei Nao
« Les émotions constituent les cris du cœur. Le musicien est celui qui les libère. »
Un grand musicien, un excellent père, un homme courageux.

L’enfant sourit en voyant le dicton paternel, taillé à jamais dans la pierre. Il trouvait aussi parfaite la description : simple, mais qui parlait d’elle même. Il n’osait par contre pas lire l’année de naissance et celle de mort, car cela lui ferait réaliser le court passage sur terre de son père. 38 ans? 36? Il fallait mieux ne pas y penser. Cela avait beau faire trois ans, la plaie ne s’était toujours pas refermée, et il ne voulait pas l’ouvrir encore plus. Non, surtout que, en voyant ce magnifique hommage, cela lui permit d’accepter un peu plus la dure réalité. Rien ne devait gâcher ce moment. Il retourna donc chez lui, le cœur un peu plus léger. Puis il pensa à la citation, cela lui donna une idée.

[Si vous voulez entendre la musique joué par Akihiko, aller voir ce lien http://www.youtube.com/watch?v=TlQsfSdIomk&feature=related . C’est plus immersif ainsi. ]


Il retourna s’installer au piano et se mit, comme bien des autres fois lorsqu’il avait le cœur lourd, à jouer l’un des plus grands chefs d’œuvre de son père : sa sixième berceuse. Cela allait lui faire un grand bien car, si l’homme normal se contente d’expliquer sa peine oralement, le musicien l’extériorise musicalement. Pour un Nao, il n’y a rien de plus puissant qu’une pièce jouée avec émotion, avec cœur, et la sixième berceuse était parfaite pour cela. Jouer cette pièce était comme une thérapie. Akihiko y mit toute sa tristesse, toute sa douleur, dans ses doigts, dans son jeu, dans son interprétation. Il regardait les touches blanches et noires mais, tel un film projeté sur un mur, c’était les souvenirs avec son père qu’il voyait. Il revoyait son sourire, son regard passionné, son rire si sincère. Il le revoyait jouer lui même de cet instrument sous le regard admiratif de son fils. Il le revoyait composer lui même cette pièce, avec, là où il aurait dû y avoir une partition, la photo de sa défunte femme, la mère du jeune Nao. Akihiko était emporté dans ses souvenirs. Il joua comme il n’avait jamais joué. Il ne jouait pas du piano, il jouait avec le piano. Toutes ses pensées étaient concentrées sur deux choses : la souffrance de la perte et la sixième berceuse. Mais ces deux là se mélangeaient habilement pour ne faire qu’un tout, un tout resplendissant. Et en même temps, il se sentit encore, lentement, un peu plus apaisé. Les émotions constituent les cris du cœur. Le musicien est celui qui les libère.


---Suite: [Apprentissage] Entrainement à la plage -bouclier aqueux ---

MessageSujet: Re: La magnifique demeure de Akihko Nao[terminé]   Lun 22 Nov - 21:13

Akihiko : +7 XP
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» C’est magnifique, n’est-ce pas? Ô douces colombes du printemps [Ghost]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Autres Lieux-