Partagez | 
 

 La renégat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: La renégat   Lun 16 Aoû - 12:12

L'établissement servait bien. Il était cher, certes, mais la nourriture y était bonne, l'ambiance assez chic. Nous étions une douze à table: tous des Hyuugas. J'étais assis entre mon père et une fille de mon âge, Ceto, qui, comme moi, n'avait pas de pupille. Enfin je crois qu'elle s'appelle comme ça. on va dire que dans mon esprit, ce sera Ceto. Les adultes discutaient, à voix basse, des choses importantes, de la trame du clan, sans pour autant mentionner le potentiel avenir des jeunes enfant du clan. Ceto ne m'adressait pas la parole... elle avait sans doute reçu la même éducation que moi. Quand ce sont nos pairs qui parlent, on ne les interrompt pas. On pourrait prendre part à la conversation une fois le respect d'autrui acquis. Et oui, il est malheureusement plus question de respect que d'aptitude, même si l'un découle de l'autre.
Je prenais des morceaux de viandes qui étaient en train de griller. Je pense que je vais tenter d'engager la conversation avec Ceto. À part son nom, je ne la connais que de vue, pour l'avoir croiser de temps en temps sur le domaine. À l'inverse de moi, ses cheveux sont noirs de jais, ce qui fait ressortir sa peau blanche et pure. Elle est la fille d'une cousine à ma mère, donc une cousine au deuxième... non, au troisième? Je ne sais plus, c'pas mon fort les liens familiaux. Tout comme adresser la parole à quelqu'un pour entamer la conversation. On peut essayer de faire ça stratégiquement, mais mes bouquins disent qu'on ne peut pas appliquer la stratégie normale à la psychologie. On va voir...

[Jin'] - Je ne t'ai jamais vu à l'académie. Tu es shinobi?

Elle s'empourpre, et à l'air encore plus gênée qu'avant. Ben c'est pas gagné. Si encore j'avais assez gagné en notoriété pour participer à la conversation. Mais visiblement, mes exploits ne sont pas encore connus. Je me passe la main dans les cheveux en bataille, mais arrête subitement mon geste en milieu de course. Il n'y a qu'une personne que j'ai vu faire ça, et là, je la mimique.
La table semble avoir remarqué, plus personne ne parle. Mais ce n'est pas moi qu'on regarde. Une cousine vient d'entrer. Elle n'a pas de pupille, mais ne se dirige pas vers notre table. Elle va langer seule. Puis les conversations reprennent. J'entends mêmes quelques petites blagues plutôt déplacées sur les Uchiha. Je me penche vers Ceto.

[Jin'] - Excuse moi, mais qui est cette fille? Elle ne s'assoit pas à notre table.

C'est là que je remarquai. Même si la table s'était un peu détendu, ce n'etait pas le cas de Ceto (s'appelait-elle vraiment Ceto?). Elle était assez intriguée. En voyant la Hyuuga s'écarter de son clan.

[Ceto] - Je ne sais pas... Une fille du clan.

Autour de nous, on ne se soucie pas de notre échange. Je reprends un maki. Ceto cesse de prendre son air gêné. Elle est peut-être un peu moins humaine que je ne le pensais... ou simplement plus intelligente. Je regarde la nouvelle. Etrangement, elle me dit quelque chsoe. La phrase juste n'est pas "je ne l'ai jamais vu", mais serait plutôt: "je ne l'ai pas revu actuellement".

[Ceto] - Hum... je crois qu'elle s'appelle Nara. Cela fait longtemps que je ne l'ai plus vu.

Plus vu. Ceto, moi non plus. Qu'est-ce qui se passe? Je ne pense qu'elle habite le domaine. Arpès mon combat, je l'ai arpenté pendant deux mois sans le quitter, je l'aurais vu. Et on ne reste pas en mission durant deux mois. Mais elle y était. Et si elle avait fait un grosse gaffe, ça s'aurait su. Elle a donc décider de prendre du recul. Ou il est arrivé quelque chose qui lui a fait prendre ce recul. Dommage qu'on ne nous donne pas des cours ragot sur les cousins.

Sur le coup, je suis très tenté d'y aller de suite. Mais ça ne se fait pas de quitter une table comme un voleur sous le coup de la curiosité. À table, on échange des banalités, des choses et d'autres. Evidemment, un peu de politique à l'échelle du pays du feu. Les shinobis ne s'entendent pas très bien avec la plupart des seigneurs féodaux qui dirigent ce pays. Ce qui est normal, puisque c'est à cause d'eux qu'ils ont perdu leur monopole "militaire", et certains sont même obligés de payer des ninjas pour leur garde. Il faudrait faire en sorte qu'ils croient avoir récupérer leur pouvoir, ou que les shinobis ne puissent plus intérférer dans leurs affaires. Personnellement, je pense qu'il faudrait deux ou trois empêchements de tentatives d'assassinat, histoire de leur montrer qu'on peut aussi se rendre utile.

Finalement, je n'ai pas osé participer à la conversation des adultes, et ils paient, et quittent la table. Pour ma part, je ne me cache pas, mais maintenant que j'ai la permission de me lever, je vais satisfaire ma curiosité, et je m'assois en face de l'ermite du clan. Elle est belle, et son âge ne transparaît pas. Et elle ne se tient pas comme un Hyuuga: son air n'est pas autain, noble, mais des emotions doivent transparaitre sur son visage entouré d'une auréole noire.
Derrière elle, devant la sortie, je vois Ceto qui me jette un regard noir. Nous n'avions pas prévu de passer l'après midi ensemble, mais elle semble furieuse que me désintéresse d'elle. ou alors c'est moi qui suis trop imbus de moi même. Mon attention se reporte sur la marginale.

[Jin'] - Shinjin.

Je ne crois pas besoin d'ajouter mon nom de famille. Des Hyuugas étaient avec moi, mes yeux n'ont aps de pupille, je porte mon bandeau à la ceinture, mon teint est aussi blanc que le sien. Je n'ai que mes cheveux qui auraient pu faire douter, mais même s'il est rare d'en trouver des blancs parmis le clan, il y en a. Bref, à moins qu'elle soit complétement aveugle, elle sait qui je suis.

[Jin'] - Et... hum.. Comment dire...

Et là, c'est le drame personnel. Au lieu de ma gratter la nuque, comme je le fais sous le stresse, je me passe la main des les cheveux. Après le geste, je regarde ma main. Il faut que j'arrête ça. Je n'ai pas besoin de mimiquer un Chuunin pour en devenir un.

[Jin'] - Je ne t'ai jamais vu au domaine.

Ok. C'est la phrase du dragueur type. Mais sur le coup, elle donne plein d'avantage. D'abord, elle va croire que je la drague, que je suis un coureur de jupons, et donc me sous-estimer. Ensuite, elle devra trouver une explication, si elle répond à ma question implicite, et en fonction de ce que je sais, je serais en mesure de dire si elle ment, ou non. très utile pour la suite. Si par contre elle ne veut pas s'expliquer, je changerai de stratégie, mais j'aurai déjà un peu plus d'infos sur son caractère. Quoi qu'en disent les gens, ça reste une très bonne entrée en matière.
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La renégat   Mar 24 Aoû - 6:24

Pour la première fois depuis for longtemps, ce ne fut pas la chaleur du soleil ou le brouhaha de la rue qui réveilla la Hyuuga mais une voix autoritaire, une voix qu’elle aurait mieux aimer ne pas entendre. Pour qui ce prenait-il à la fin ? Son père ? Il n’était rien de cela pourtant et Nara sentait qu’elle allait bientôt devoir le lui faire remarquer. Ses paupières s’ouvrirent avec douceur tandis qu’un grognement étouffé s’échappais de la gorge de la kunoichi de façon a montrer son agacement de le trouver dans sa chambre a elle.

Nara- Je pourrais avoir un peu d’intimité… le temps de m’habiller…

Le Hyuuga lui lança un regard moqueur qui ne réussi qu’à tirer un soupir d’exaspération a la jeune femme qui se retenais tant bien que mal pour ne pas lui balancer l’un des coussins qu’elle avait jeté en bas du lit avant de ce coucher. Puis semblant enfin comprendre la requête de la jeune femme, l’homme se retira, laissant enfin une certaine intimité a le kunoichi qui s’empressa d’enfiler les premiers vêtements qu’elle aperçu avant de ressortir de sa chambre, prête à sermonner cet homme qui se prenais pour un père dont elle n’avait aucun besoin.

Higame- Bien, je te laisse le temps de… t’arranger un peu mieux… Disons que l’on se retrouve dans deux heures au restaurant du centre du village… Sois à l’heure.

Puis il tourna les talons sous le regard éberlué d’une Nara qui n’avait plus qu’une seule envie, retourné se coucher. C’est au prix d’un certain effort qu’elle parvint a ce rendre devant le miroir de la salle d’eau et tandis qu’elle se mouillait le visage pour finir de se réveillé, elle ne put s’empêcher de rire devant son accoutrement. Dans son empressement elle n’avait pas réellement fait attention à ce qu’elle enfilait et maintenant elle se retrouvait habillée uniquement d’une culotte de pyjama rose et d’un débardeur beaucoup trop grand pour elle qui laissait apparaître un peu trop ses atouts féminins.

Lorsqu’elle eu finit de faire sa toilette, Nara s’empressa d’aller se chercher des vêtements décents et bien vite elle se retrouva habillé de sa robe bleuté qu’elle affectionnait particulièrement lorsqu’elle ne s’entraînait pas, assise sur le sofa du salon, se demandant quoi faire en attendant le rendez-vous que lui avait fixé Higame.

Mais pour qui se prenait ce dernier ? Depuis que Takame avait déserté, il n’avait pas arrêté de paterné Nara, ce qui au début ne lui avait pas déplu commençait réellement a lui tomber sur les nerfs. Après tout, il n’était rien d’autre qu’un Hyuuga que l’on avait certainement mandater pour veiller à la sécurité des byakugans qu’elle possédait. Même pas pour veiller sur elle mais sur de fichu œil, alors pourquoi ce dernier sentait-il autant le besoin de materner la jeune femme ? Peut-être par pitié… Et c’était principalement ce qui agaçait le plus la Hyuuga qui n’avait aucun besoin de la pitié d’un homme qu’elle ne connaissait à peine.

Nara se leva furieusement de son siège avant de se diriger d’une démarche rageuse vers sa chambre. D’une main experte elle attacha sur sa cuisse le petit étui de son kunai, avant de rabaisser sa robe de façon à ce que ce dernier soit totalement invisible au premier regard. Depuis que Takame avait déserté, Nara n’avait plus quitté ce kunai lorsqu’elle sortait, s’accrochant à ce dernier souvenir des moments heureux qu’elle avait vécu avec sa mère.

Un dernier soupir s’échappa des lèvres de la kunoichi tandis qu’elle enfilait ses sandales puis, enfin prête, elle sortit enfin de sa maison pour prendre la direction du centre du village. Un quartier que Nara n’appréciait pas réellement car même si ce dernier était le cœur du village, il manquait cruellement de la vie qui habitait les quartiers un peu plus pauvre comme celui dans lequel vivait Nara.

Les gens qui habitait dans le quartier central ne semblait pas remarqué les beautés qui jalonnais chacun de leurs pas, trop obnubilé par un point d’arrivé ou leurs pensées. C’était aussi dans ce quartier que c’était établi les principaux domaines des clans Uchiha et Hyuuga et donc un lieu propice à rencontrer des membres de ses derniers, même si la plupart restaient cloisonné en permanence dans les domaines. Bref, ce quartier avait tout pour déplaire a la jeune femme.

Quelques regards se tournèrent en direction de la jeune femme lorsqu’elle pénétra enfin dans le restaurant où Higame lui avait donné rendez-vous et qu’elle ne fut pas sa surprise de remarquer que parmi les regards qu’elle avait attiré, une douzaine n’avait pas de pupille. Un léger juron sortit des lèvres de Nara, avant de se perdre dans l’air ambiant qui s’était de nouveau alléger tandis que les regards se détournait tranquillement, se replongeant dans des discussions qui pour la plupart devait être ennuyeuse a souhait.

La kunoichi pris enfin la direction de la table qu’une serveuse lui indiqua en lui fournissant le menu de l’endroit. Lorsqu’elle fut arrivée à destination, la hyuuga s’écrasa sur la banquette, poussant un léger soupir d’exaspération en repensant à son après-midi qui allait certainement s’envoler dans ce restaurant a la décoration bien trop exubérante. Mais pourquoi donc Higame lui avait-il donner rendez-vous dans cet endroit a cette heure précise ? Et pourquoi donc n’était-il toujours pas arrivé ?

Un soupcon désagréable commença à s’immiscer dans l’esprit de la jeune femme tandis que les minutes s’égrainais. Higame lui avait donné rendez-vous dans ce restaurant pour une bonne raison, pour qu’elle croise la haute caste supposé du clan Hyuuga, c’était en effet ce que dictait la logique. Car pourquoi donné un rendez-vous dans un restaurant du centre-ville alors que Nara et lui habitais du côté du quartier populaire ? La kunoichi ne voyait pas d’autre raison et cela commençait a l’exaspéré au plus haut point.

Elle allait se lever et quitter cet endroit lorsqu’elle remarqua du mouvement dans le groupe de Hyuuga attablé un peu plus loin, ils partaient mais l’un d’eux se dirigeais vers elle, un adolescent en pleine puberté. Son visage lui disait vaguement quelques choses, peut-être l’avait-elle côtoyé lorsqu’elle habitait elle-même le domaine, huit années auparavant. Peut-être que l’adolescent d’une quinzaine d’année qui approchait de plus en plus, de la démarche hautaine que Nara détestait tant, avait partagé des jeux d’enfant avec elle, mais tout cela était du passé et bientôt la vague impression de le connaître laissa la place a un dégoût devant l’attitude qui se dégageait du jeune Hyuuga.

L’adolescent pris place sur la chaise en face de la banquette où était assise Nara et cette dernière ne put retenir un nouveau soupir d’éxaspération. Mais qu’avait donc manigancé Higame ? Avait-il manœuvré ainsi de façon a lui faire oublier Kenji ? Ou l’adolescent agissait-il de son propre chef ? En tout cas, si cette mascarade était un coup monté d’Higame, il aurait dû choisir quelqu’un de plus vieux qu’un simple adolescent ayant les hormones au plafond.

???- Shinjin. Et... hum… Comment dire... Je ne t'ai jamais vu au domaine.

Nara arqua légèrement l’un de ses sourcils, se retenant de ne pas se pincer pour voir si elle rêvait. Un adolescent de quinze ans tentait de la courtiser. N’y avait-il donc aucune limite a l’égo démesuré des Hyuuga et des Uchiha ? Un soupir agacé s’échappa des lèvres de la kunoichi tandis que ses yeux rosé s’enfonçaient dans le regard parfaitement blanc de son interlocuteur.

Nara- J’attend quelqu’un qui ne devrais pas tarder à arriver… La kunoichi jeta un regard presque implorant en direction de la porte, espérant y voir arriver Higame, avant de retourner son attention sur le jeune Hyuuga devant elle… Sinon… Mon nom c’est Nara, que voulais-tu savoir à mon sujet pour venir t’asseoir à ma table ?
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La renégat   Mar 24 Aoû - 11:05

La première chose qui me vînt à l'esprit, c'est que je l'exaspérai. Et pas qu'un peu. C'est le moment ou on pèse le pour et le contre. Sur le plateau du contre, le manque de politesse, l'arrogance, la désinvolture, la fierté... bref, tout ce qui fait un Hyuuga et que je joue plutôt bien. Dans celui du pour, la curiosité, la savoir, la politique, la satisfaction personnelle. Oui, je sais, je ne parle pas, mais je réfléchis. C'est impoli, mais sur ce point là, la rattrapage est quasi impossible, donc autant rester pour satisfaire ma recherche de connaissance, qui, je l'espère, n'est pas une recherche de ragot inintéressant.
Le problème, en fait, dans cette affaire, c'est que si elle me dit qu'elle ne participe plus à la vie de clan, et que je chercher à savoir pourquoi, c'est que ce sera un travail à long terme. Et je ne suis pas assez inhumain pour le faire correctement. Du coup, elle passe dans les "amies" potentielles, et perd donc son utilité en tant que pion. Kanzaki me dirait que foncer, et que de toute façon, je n'ai que tellement peu d'amies, que si je me plante, je ne suis plus à ça près.

En tout cas une chose est sure, elle n'est pas dangereuse. Et ce, par le, simple fait que je me trouve à ses côtés. Sans vouloir être orgueilleux, on surprotège les gens comme moi, et si elle était dangereuse, ou une paria, on ne m'aurait jamais permis de l'lapprocher, voire même d'apprendre son existence.

Pour la suite, changement de jeu. Changer de registre. Toute façon, le phrase type "dragueur" n'a pas marché. C'est bien. J'aimais pas ça, ça ne marche pas, je ne l'utiliserai plus. Trop pompant, stéréotypé, et ennuyeux dans le cas d'un refus. Mais ça m'a permis de passer pour un individu landa. L'utilité se discute, en fait. Faudra que j'en parle, que je demande, que je lise. Bon, dans l'immédiat, répondre à son attente. Les gens n'aiment pas qu'on réponde à une question par une autre question. C'est hautain. Qu'est-ce qui se passe dans le cas où ladîte question répond à la question précédente?

[Jin'] - Savoir pourquoi une jeune Hyuuga n'adresse même pas un signe de tête aux membres de son clan.

Est-ce que je continue sur un raisonnement? Je la vois déjà applaudir, et lancer une remarque sarcastique sur ma capacité de raisonnement qui me déshumanise. Cela la mettre en garde, et elle fera attention à ses paroles. J'aime interpréter les paroles de mes interlocuteurs. Si elle y prend garde, je saurais quoi en tirer et comment leur accorder crédit. Mais là, c'est un plongeon dans l'impolitesse - c'est elle qui a commencé avec ses mimiques. Exact. Je n'ai que 15 ans, ça tombe bien, on ne me demande pas encore d'être mature. Au pire, je plaiderai la faute à mes hormones. Très pratique, ça aussi.

[Jin'] - Tu n'as même pas dit bonjour, eux non plus. Tu ne participes donc plus à la vie de clan. Mais on ne t'as pas "prié de partir", sinon je ne serais pas à cette table. Tu es donc partie. Mais pourtant, on te tolère. C'est limite si on t'ignore. On ne doit pas encore considérer ça comme définitif, ou pas important. Pourquoi est-tu partie?

Tout est dit. Sauf que maintenant que tu sais ce que je veux, et que je suis capable d'une once de raisonnement, tu vas te méfier. Si tu mens, ça se verra. Et je saurais donc quand tu mens. Il y a très peu de bon menteur. On a toujours un tic quand on ment. Que je veux percevoir. Le plus courant, c'est fureter du regard le temps de trouver une solution, puis mentir en regardant des les yeux.
Ce que je veux, c'est ce qu'il se passe avant. Et j'espère que je l'obtiendrai avant que son rendez-vous ne vienne. Sinon, ça risque de tout gâcher.
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La renégat   Sam 18 Sep - 4:21

Une ombre passa dans le regard de la Hyuuga tandis que de douloureux souvenirs de son passé lui revenait en tête. Pourquoi avait-elle quittée le clan ? C’était une question à laquelle elle ne pouvait pas répondre car il n’y avait pas eu de réelle raison pour justifier cette décision au moment où cette dernière avait été prise, une simple tristesse muée en colère contre un clan qui n’avait pas de réel rôle dans la mort de son père.

Une larme coula sur la joue de Nara tandis que son regard quelque peu embrumé se dirigeait vers la porte, cherchant un visage connu qui pourraient lui empêcher de ressasser toutes cette histoire. Elle aurait pus tout aussi bien se lever et sortir mais a quoi bon cela allait-il lui servir ?

Un besoin de confidence lui enserrait de plus en plus la poitrine mais elle ne pouvait pour le moment rien faire pour le soulager, ce confier a un gamin du clan était pour le moins impensable. Pourquoi Kenji était-il partit en mission ? La dernière personne chère qui lui restait encore en ce monde... Pourquoi n’était-il toujours pas revenu ? L’avait-il abandonnée lui aussi ?

Une larme tomba, éclatant dans une myriade de minuscules gouttelettes d’eau qui miroitèrent brièvement dans la lumière tamisé du petit restaurant. Nara reporta son attention sur le jeune membre du clan qui se trouvait devant elle et qui semblait quelques peu troublé par les larmes qui coulait délicatement sur les joues de la Hyuuga.

Nara- Tu veux connaître mon histoire ? Tu la connaîtras peut-être un jour, mais pas aujourd’hui car avant de conter son passé il faut avoir tourné la page sur ce dernier…

Nara reporta son attention sur la porte, espérant de nouveau voir apparaître le visage d’Higame. Elle ne pouvait toutefois s’empêcher de penser a l’ironie de la situation, quelques minutes plus tôt elle aurait voulut lui donner une leçon pour lui avoir tendu un piège si minable pour lui faire voir le clan et maintenant elle se rattachait a l’espoir de le voir arriver pour arrêter de ressasser un passé qu’elle n’aspirait plus qu’à enterrer, le souvenir de la désertion de sa mère étant encore trop présent dans son esprit…

Pour une fois, ses espoirs ne furent pas vains et le visage de marbre du juunin apparu dans l’encadrement de la porte, ses yeux immaculés balayèrent rapidement le petit restaurant avant de se braquer dans ceux humide de la Hyuuga. Un petit sourire illumina son visage lorsqu’il aperçu le jeune adolescent qui avait pris place devant Nara et alors qu’il s’avançait, la kunoichi lui lança un regard fou drayant.

Higame- Désolé pour le retard, quelques dossiers importants de dernières minutes on retenu mon attention…

Nara fit mine de ce lever mais la main que posa Higame sur son épaule l’arrêta avant qu’elle n’ait esquissé le moindre mouvement perceptible a un œil non expert et la jeune femme, pour l’une des seules fois de sa vie n’osa pas allez contre l’autorité que dégageait le juunin.

Higame- Si je t’ais fait venir ici, c’était pour m’entretenir avec toi de ton futur retour au sein du clan… Mais puisque je vois que tu as fais connaissance avec un jeune apprenti du clan, peut-être pourrais-tu t’occuper de son entraînement aujourd’hui ?

La jeune femme ne put que lui lancer un regard incrédule, croyant à une plaisanterie elle ne put s’empêcher d’éclater de rire, ce qui fit en sorte que leur table devint bientôt la cible de dizaine de regard outré et qui s’en désintéressèrent rapidement lorsque la kunoichi se calma enfin, reprenant une bouffée d’air.

Nara- Êtes-vous réellement sérieux Higame ? Avec le peu de respect que je te dois, crois-tu réellement que je pourrais apprendre plus de chose a cet enfant que le clan ?

Un sourire narquois apparut sur le visage du Hyuuga tandis que sa main alla replacer une mèche de cheveux qui tombait paresseusement sur son front. Puis le regard de ce dernier se braqua dans celui de Nara.

Higame- Aussi bon que sois l’entraînement du clan, il possède plusieurs lacune la première est que ceux qui le suive deviennent un peu trop confiant en leurs capacité…

Un léger mouvement de tête en direction du jeune hyuuga fit comprendre à Nara la réalité de l’entraînement qu’Higame voulait qu’elle lui fasse subir et la jeune femme n’était pas certaine qu’elle était heureuse de ce que lui demandait le juunin.

Nara- … Et si je l’abîme un peu trop… Quelle seront les conséquences pour mes relations avec le clan ?

De nouveau, un sourire illumina le visage d’Higame tandis qu’un petit gloussement s’échappait de ses lèvres.

Higame- Cela n’aura aucune influence sur tes relations avec le clan, ce dernier à autre choses a ce soucier en ce moment je dois dire...

Nara poussa un soupir de résignation tandis que son regard se tournait vers le jeune Hyuuga qui ne semblait pas plus enthousiasmé qu’elle par l’idée d’un entraînement avec elle, mais ils n’avaient pas le choix et tandis que la jeune femme se levait, ce dernier en fit autant.

Nara- Viens… Et tâche de ne pas traîner en chemin.
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La renégat   Sam 2 Oct - 21:09

Quand j'y repense, je n'ai pas trop compris ce qui s'est passé. J'ai abordé une Hyuuga que je ne connaissais pas, on a commencé à parler... enfin parler, c'est une façon de voir les choses. C'était plutôt une joute verbale. Et voilà que je marche dans les rues de Konoha pour ma faire entraîner par cette même Hyuuga, alors que j'étais censé avoir ce qu'on appelle communément un rendez-vous galant avec Ceto. Non seulement je risque de me faire tuer par cette Nara, mais une deuxième par Ceto.
En repensant à la conversation, à laquelle je n'ai pas eu le droit de dire un mot, il semblerait que ma nouvelle cousine, à l'image d'Akogare, vive en marge du clan, comme je l'avais prédit. Mais Higame, qui lui, est toujours dedans, tient à ce qu'elle le réintègre. Ce qui est compréhensible. Et le seul compromis qu'il a trouvé en me voyant avec elle, c'est d'essayer de nous rapprocher... ou plutôt essayer d'élargir les contacts de Nara avec le clan, en me faisant subir un entraînement. Il faudra que je sois aux abois, autant sur le plan physique que moral, vu qu'elle risque de passer pas mal de choses refoulées sur moi. Et en plus, elle continue d'être verbalement désagréable, puisqu'elle insinue que je n'arriverai pas à la suivre.

Un choc!

[Jin'] - Excusez moi.

[Haga] - Aucun problème.

Nara de nouveau à côté de moi, je peux encore sentir le regard de l'homme. Il est élégant, en costume, sans pour autant être trop sur son séant. Il s'est arrêté pour me regarder. Aucune remarque de Nara. Avec un peu de chance, elle n'a pas vu la scène. J'arrive à circuler à côté d'elle, donc pas à la traîne. Mais je n'ai aucune idée de conversation. Dans ces cas là, il y a des sujets récurrents : le temps (qu'il fait, qu'ill fera, qu'il a fait), le métier, la famille. Ce dernier est à éviter. Pour le temps, c'est un peu banal. Quant au boulot, je sais qu'elle est shinobi. Reste les questions plus personnelles : amour, santé, moral. Les trois sont liés. Mais sur le moment, ça ne m'intéresse pas trop. Je serais plus d'avis d'estimer ses capacités.

C'est une Hyuuga. Elle a donc la maîtrise de Byakugan, vu que si un autre que moi ne l'avait pas encore activé, ça se saurait. Ce qui lui donne le double avantage de pouvoir bloquer mes réseaux, sans que je puisse me défendre, vu que comme je ne l'ai pas, je ne sais pas où ils se trouvent, et donc les protéger efficacement. Ensuite, elle doit avoir l'avantage sur le terrain du taïjutsu, je ne parle même pas du genjutsu. Si elle en possède quelques techniques, c'est foutu de toute façon, donc on va partir du principe que non. Sur le ninjutsu, j'ai peut etre d'infimes chances. Mais ne rêvons pas. Pour l'avantage du terrain, je ne le connais pas, donc c'est plus un inconvénient. Me reste la tactique, comme d'habitude. Quand on n'est pas assez fort, c'est ça qui domine, mais c'est quand même assez aléatoire. Je ne suis pas à l'abris de rencontrer quelqu'un de plus intelligent que moi. Je serais bien allé prévenir Ceto. Ce n'est pas une mauvaise idée tiens. Surtout qu'en prévision d'un non-entraînement, je n'ai pas d'armes, et ne suis pas spécialement habillé pour combattre.

[Jin'] - Il faudrait que je passe au Domaine pour aller chercher mon kunaï, et mettre une tenue plus adaptée. Tu me rejoins devant?

Comme j'ai pris la sale manie de le faire, je n'attends pas la réponse et fonce vers le domaine. Déjà que je lui fait perdre du temps à cause de l'entraînement, plus ce détour, la réponse avait de forte chance d'être non. Arrivé la bas, je me change vite fais. Je troque le kimono complet par un pantalon de kimono plus resserré, sur lequel j'accroche mon kunaï à la cuisse. Pour la haut, une chemise chemise par dessus à léger filet de maille, qui n'entrave pas mes mouvements. Deux mitaines, sans métal (ce qui a la fâcheuse tendance à ralentir mes taos). Mon bandeau, accroché à mon sac en bandoulière, comme d'habitude. Je prends quelques trucs : pansements, bandages, médicaments, désinfectant. Des trucs pour l'après combat. Aussi un peu à manger, si Nara ou moi avons la dalle.

[Ceto] - Tu prends à manger pour deux? Je ne te savais pas aussi altruiste.

[Jin'] - Faut croire que je ne m'améliore pas.

Elle ne sait quoi répondre, mais aussi à quoi s'attendre. Elle est là pour ça. J'arrache mon pendentif. Une babiole que Fen et Kanzaki m'avait offert il y a deux. Je l'ai mis assez de temps pour qu'on remarque que je ne m'en sépare rarement. JE lui envoie.

[Jin'] - Un entraînement de dernière minute. Et les ordres des aînés de ne discutent pas. Tu me le rendra une fois que je me serais fait pardonné.

Encore une fois, le temps qu'elle s'aperçoive de tout ce que ce geste implique, je suis déjà dehors, avec un bon point: je sais qu'elle sujet je pourrais aborder sur le chemin: l'immobilier. Le geste pour Ceto est assez parfait dans son genre. C'est un engagement de ma part, qui fera passer mon absence de cette après midi. De plus, j'ai dit que c'était un entraînement, et que j'obéissais aux ordres des aînés, donc que ce n'est pas de ma faute : la raison pour laquelle je ne me suis pas excusé. L'engagement montre également qu'elle n'a aucune raison d'être jalouse de Nara. Parfait.

Nara n'est pas encore là. Jespère qu'elle viendra me chercher quand même, parce que je ne sais pas du tout où elle veut pratiquer ça.

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La renégat   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Préval Acte II; par Jean Erich René !
» Une bourgeoisie déracinée ! Par Jean Erich René
» René Civil devant le tribunal criminel
» René Civil est libéré
» Haïti : René Préval, un président "têtu" au "caractère de caméléon"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-