Partagez | 
 

 Le Rush à Kumo [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Le Rush à Kumo [Terminé]   Ven 27 Aoû - 23:25

La mort pousse à la mort, c’est un peu cela qu’on nomme la loi de la jungle. C’est du moins l’exacte notion de ce qui fait l’essence même de la structure du monde Nuke-Nin. C’est toucher au point de non-retour que de choisir de s’y inscrire de son âme.
Dans un Village Caché règnent en maîtresses les règles de vie et de respect nécessaires à la stabilité d’une communauté. Le savoir-vivre, la loi, la punition mesurée, sont les conditions primaires pour qu’un groupe avance sur le même chemin. Sortir d’un village, choisir de se servir de son art pour servir ses propres fins, c’est remettre entre les mains d’Atropos le fil de sa vie. A l’extérieur, dans l’immense majorité du monde, celui qui entame l’escalade de l’échelle des Parias ne peut en redescendre. Et si tant est que tous sont sur une même échelle ascendante, celui sous vos pieds voudra nous tuer pour prendre votre place et celui au-dessus de vous voudra faire de même pour ne pas que vous risquiez de la lui prendre…

Dernièrement, les faits d’armes de Xenetha tendaient à se faire connaître à Suigara, et il devenait de plus en plus fréquent que des Shinobis s’attaquent à lui pour le supprimer et emporter avec sa mort la réussite de tout ce qu’il avait accompli durant sa vie. Curieusement, l’endroit où une forme de trêve glauque s’instaurait par convention n’était autre que Suigara. En effet le Marché Noir, outre la menace des gros bras des lobbies qui le contrôlaient, semblait revêtir aux yeux du monde de seconde zone un rôle primordial, un rôle qui touchait de plein fouet la psychologie de masse : le besoin récurrent de venir trouver quelque part un endroit civilisé. Rarement on voyait de disputes à Suigara car l’on y venait pour faire des affaires, pour prendre des nouvelles, des contrats et aussi pour faire une courte pause en retrait de sa destinée périlleuse.

Hormis Suigara, Xenetha n’avait trouvé nulle part où s’imposait un respect aux yeux de ceux qui n’en avaient soi-disant aucun. Ceci dit, il n’était pas non plus certain que les raisons qu’il s’étaient trouvé furent les bonnes et il n’était pas dit que la paix glaciale qui trônait au Marché Noir n’était pas le résultat d’une situation bien plus dangereuse que ce qu’il imaginait…

Ce fut donc pendant un de ces voyages, ou devrions-nous dire durant son quotidien qui n’est autre qu’une errance continue, que Xenetha tomba sur un homme un peu moins gauche qu’un autre. S’il avait eu pour habitude de réduire en miettes l’esprit de ses ennemis avant même qu’ils aient pu l’approcher, cet homme là était d’une autre trempe et lui offrit un combat d’une toute autre envergure que ce qu’il avait eu la chance de vivre jusqu’ici. L’afflux régulier des défis avait entre autre un avantage pour le Déserteur de Kiri : en ce moment il n’avait plus besoin de chercher pour assouvir sa soif de tuerie, et cela allait en augmentant…

Si ce Ninja différent des autres n’avait cependant pas fait long feu face à la surcharge d’offensives mentales de l’adepte du Genjutsu, il était tout de même parvenu à le blesser, et plutôt sérieusement, au niveau de la main droite jusqu’en haut de l’avant-bras, et avait même entaillé en partie le sceau sur son pouce. Depuis ce jour il sentait que son esprit luttait contre quelque chose dont il ignorait la nature, mais il en déduit que ce sceau endommagé permettait à son Chakra d’affluer à une vitesse non-voulue par son créateur. Il était de toute évidence qu’il allait falloir résoudre le problème rapidement, sans quoi il ne savait trop ce qui pourrait lui arriver…

Zul ne tarda pas à lui communiquer la chose à faire en cette situation, chose qu’il ne faisait que lorsque l’exigence de son intervention était certaine.

« Bon, p’tit y va falloir que t’ailles nous faire soigner la plaie. L’autre empafé t’a bien amoché et j’ai du mal à contenir la défaillance du Sceau. Comme d’habitude je ne t’en dirai pas plus mais si jamais je n’ai plus la force de faire barrière tu peux tirer un trait sur ce que tu es mon gars. On est à Oto et on est loin de nos contacts du Pays de l’Eau mais avec un peu de chance on devrait pouvoir entrer à Kumo sans trop de problèmes. Fais-toi gentil pour une fois, enfin essaye même si je suis conscient que tu n’as aucune idée de ce qu’est la gentillesse… Fais-toi passer pour un Voyageur blessé là-bas et demande un médecin, ils sont réputés pour être plutôt balèzes pour l’Eisei à Kumo… »

Eisei. Cet art Ninja lui rappelait la douleur de sa naissance anormale et faisait remonter en Xenetha la volonté ferme de torturer à jamais Issei Keichi, celui qui l’avait créé de toutes parts. En aucun cas il n’était heureux de se rendre là où ces adeptes du corps humain étaient dits les meilleurs, car il exécrait leurs pratiquants. Cependant la chose était vitale, et bien plus que ça Zul lui avait dit de le faire. Ce qu’il disait n’avait jamais eu que des avantages pour lui au final.

« Ne renie pas tes pouvoirs Ninjas, fais toi juste passer pour un Voyageur itinérant qui souhaite entrer en Kumo pour panser sa plaie. S’ils ne veulent pas, bein on est bien dans la merde… »

Xenetha prit la route du Nord, longeant la côte. Il lui fallut quelques jours d’un pas rapide pour arriver devant l’entrée du Village caché de la Foudre.

La structure de défense était imposante, le Déserteur la trouvait plus complexe et plus épaisse que celle de Kiri. Il ne voyait cependant que moins de guetteurs postés sur les murs, et sentait de façon palpable une étrange atmosphère de méfiance peser sur lui tandis qu’il approchait d’une marche calme et légère vers la Porte d’entrée, au milieu du sentier en terre battue qui y menait tout droit.

Ses deux bandeaux baffoués de Kiri étaient comme toujours dissimulés sous sa grande robe noire dont le capuchon recouvrait la tête du Nuke-Nin jusqu’au nez, lui offrant l’aspect d’un spectre en cette douce matinée arrosée d’une pluie fine. Fixant le sol constamment, le Déserteur s’arrêta lorsqu’il vit deux paires de pieds alignés qui lui barraient la route. Lentement il releva la tête et put décomposer chaque partie des deux corps des Shinobis imposants qui se dressaient devant son passage. Tous deux portaient le bandeau nuageux de Kumo et n’avaient pas la mine à blaguer.

Xenetha leva les bras très lentement, sans faire aucun geste brusque, et rabattit sa capuche dans son dos, laissant son visage, au regard absent et aux mèches de cheveux noirs de jais balayant sa peau, à l’air libre. Il ôta la manche de sa main droite, et montra la plaie aux deux gardes.

« Bonjour. Je me nomme Gekuro Tushita. Je suis Voyageur itinérant, et j’ai été attaqué aux abords du Pays du Son par un Ninja, probablement un Nuke-Nin. Cela fait plusieurs jours que je fais route vers le grand village de Kumo pour panser ma plaie qui requiert un talent que je n’ai pas pour guérir. Accepteriez-vous de me soigner ? »

Le Déserteur fixait les deux hommes face à lui sans parvenir à exprimer la moindre émotion joyeuse. Il attendait leur réponse…


Dernière édition par Zul le Mar 31 Aoû - 0:54, édité 3 fois

MessageSujet: Re: Le Rush à Kumo [Terminé]   Sam 28 Aoû - 6:43

.:: Rush à Kumo ::.
Chapitre 5 : Rencontre
- Prologue -

Spoiler:
 

Il y à des jours où nous nous levons machinalement, nous exécutons des tâches bien précise sans en avoir vraiment l'impression. Pourquoi ? Parce que lesdites choses font parties d'une routine que nous nous imposons. Tel que se lever, s'habiller, se brosser les dents et aller déjeuner. Toutes ses actions nous guides vers un bon début de journée. Tel était le cas pour Seiki aujourd'hui. Au programme du jours, elle devait trouver quelque chose à faire pour éviter l'ennuie. Une mission ne l'intéressait pas, puisqu'elle en avait déjà fait un tas. Une rencontre avec Ayame était à oublié, puisqu'elle ne voulait pas finir la journée électrocuté. Il n'y avait plus qu'une seule solution, se balader au gré de ses pieds. D'un sourire et du revers de la main, elle disait au revoir à son père qui la regardait l'air serin. D'un pas bien décidé, elle voulait ce promener. Ne sachant pas où aller, elle ferma les yeux. Tournant six fois sur elle même, elle finit par pointer un lieux. Pointant comme une abrutie deux grand porte massive, elle avait laisser le hasard lui dicter ses directives.

Seiki avait l'air d'une mélancolique, puisque tout de noir elle était draper. Ses cheveux n'étaient pas attaché, mais d'un papillon ils étaient orné. Il arrivait assez rarement que ses cheveux flottes dans le vent. Trop souvent elle revêtais son habit formel, aujourd'hui elle désirait faire sa rebelle. Tout le long de son chemin, elle avait aperçu des gens à l'air hautin. Une attitude que Seiki détestait, puisqu'ils la snobaient. Il lui était aussi arrivé de croiser deux ou trois famille, elle les saluais l'air tranquille. C'était une belle journée, chaude et ensoleillé. Peu de nuage parsemait le ciel, ce qui donnais au ciel une couleur pastel.

Un peu plus loin sur sa route, elle eu un léger doute. Qu'allait-elle faire une fois arrivé ? Les gardes n'aillaient pas la laisser passer. Dieu seul sait à quel point elle aimerai sortir, aller visité le pays et puis revenir. Malheureusement, elle devait être accompagnée. Chose plutôt triste puisqu'elle en n'aurai bien profité. D'un gifle mentale, elle chassais les pensés qui commençait à lui gâcher la journée. Elle verrait bien ce qui adviendrait, dans le pire des cas, elle s'en irait.

Au dessus des portes, voilà où elle c'était encré. De cette façon, elle respectait la réglementation et évitait ainsi tout problème avec des « pousseux » de crayons. Ils avaient tous le même don, il était tous grognons. Trois hommes discutaient plus bas, l'un d'entre avait passer un sale tabac. Il montrait au garde son bras blesser, sans doute voulait-il venir ce faire soigner. Il était vrai que la médecine était un art reconnu dans ce village. Et oui, Kumo n'était pas visité que pour ses paysages. Les gardes semblaient réticent à le laisser entrer, nous ne pouvons lui en vouloir puisqu'ils faisaient ce pourquoi ils avaient été formés.

La curiosité l'avait emporter, Seiki voulait aller voir ce qui se passait. En temps normal, il devait bien y avoir une équipe médicale ? Mais pourquoi les déranger pour si peu, elle était amplement capable de soigner cet homme nerveux. Sans perdre de temps, elle s'approcha, d'un « excusez-moi » elle les abordas. Vu de plus prêt, c'était plus grave. Les gardiens n'étaient pas des médecines, comment voulait-il qu'ils le savent ? La plaie n'avait pas été soigner et la blessure allait s'infecter. Devant les deux gardes, elle c'était placée, Seiki exigeait qu'ils le laissent entrer

[Seiki] – Laissez-moi m'en occuper, cette homme est blesse et sa plaie va s'infecter. Je sais que vous devez lui poser quelques questions avant de le laisser entrer, mais si nous ne le soignons pas, c'est son bras que nous devrons amputer.


C'était-elle exprimer. Les gardes sceptique avait répliquer :

[Garde #1] – Appelons une troupe médicale.

D'un signe de tête, elle leur montrait son désaccord

[Seiki] – Ne les déranger pas pour si peu, je n'ai rien n'a faire et je peux facilement m'en occupé, je suis moi-même une médecin en devenir. Une fois le tout soigner, je peux vous le ramener pour que vous puissiez interroger.

L'autre garde avait l'air septique.

[Garde #2] – Nous ne pouvons faire d'exception

[Seiki] – De toute façon, vu l'état de son bras, il ne serait pas en mesure de blesser qui que ce soit. Vous devez avoir une infirmerie prêt des portes ? Laissez-moi le soigner là-bas, comme cela, vous pourrez l'avoir à l'oeil.


Dernière édition par Seiki Naru le Lun 30 Aoû - 19:50, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Le Rush à Kumo [Terminé]   Lun 30 Aoû - 16:30

Citation :
L'un des gardes se retourna calmement mais sûrement, un rictus affirmé s'était dessiné pendant qu'il faisait volte-face. Lentement il inspira. Son coéquipier gardait quant à lui toujours un œil sur le voyageur qui attendait patiemment et qui n'avait esquissé aucune réaction à la proposition de la jeune Genin.

Depuis l'intervention inopinée de la Kunoichi, l'atmosphère semblait porter un poids lourd, les deux sentinelles de Kumo lui avaient répondu sans trop faire attention à la nature de la situation elle-même, et ce fut à sa deuxième phrase que leurs esprits percutèrent qu'ils étaient en train d'être perturbés dans leur travail de sécurité interne par une inconnue qui offrait aux yeux du voyageur une image peu élogieuse de Kumo, un Kumo où les jeunes Ninjas venaient discuter avec les gardes en poste...

Le Ninja qui observa la Genin un court instant, d'un air à la fois méprisant et bête...

" Euh... Attends deux secondes petite. Est-ce qu'il s'agit d'une blague ou est-ce que je dois te botter le train pour que tu retournes avec célérité d'où tu viens ? Il me semble pas qu'on t'ait ni donné l'autorisation de nous perturber dans notre boulot, ni accepté que tu nous donnes des injonctions. Tu te prends pour qui ici ?
C'est nous qui décidons de qui faire entrer dans ce que nous avons la charge de protéger, et c'est nous qui lui proposerons un médecin. C'est assez clair comme ça ?
Allez, fiche-moi le camp avant que je m'énerve pour de bon."

Le second Ninja poursuivit dans la lancée de l'autre, sur un ton un peu moins incisif.

" Bon toi... C'est vrai que ta main est dans un sale état. Je sais pas qui t'a fait ça ni comment mais ça saigne dru et ça va s'infecter rapidement si on y fait pas quelque chose. Remercie déjà la bonne augure que ça soit pas infecté à l'heure qu'il est.
On peut malgré tout pas te laisser passer comme ça. Tu dis être un Voyageur, qu'est-ce qui nous prouve que t'es pas un mec dangereux, tu comprends ce que je veux dire.
Alors j'vais te proposer la chose suivante. Hakamairi va te coller le train un moment. De toute façon si tu fais un faux pas tu peux être certain de mourir. Donc je te conseille de ne pas te montrer troublant sinon l'état de ton bras ne sera que dérisoire comparé à ce qui t'arrivera."

Le premier Ninja fit un signe de la tête au second, et celui-ci invita Xenetha à le suivre rapidement, d'un air menaçant. Avant que Seiki ne s'en aille, un troisième Shinobi qui donnait les ordres ici lui fit signe de rester un instant, et continua.

" Et toi, Kunoichi. Te sens-tu véritablement capable de soigner une telle blessure ? Donne-moi une raison de laisser le cas de cet homme entre tes mains, et de ne pas l'envoyer à un autre Eisei plus compétent ? Tu parles trop et je n'aime pas ça. Alors si tu tiens tant à pratiquer la médecine, montre-moi d'une façon ou d'une autre que cet homme ne risque pas sa vie en te faisant confiance, et que Kumo ne ternira pas son image si tu venais à aggraver son état."

Malgré le ton sévère du Shinobi sentinelle, il était très fréquent qu'un voyageur passe dans un Village Caché pour une raison ou une autre. Ils n'étaient pas particulièrement bien perçus car ils venaient de l'extérieur, mais il était de convention de les laisser entrer s'ils montraient pâte blanche, puisqu'ils n'avaient aucunement le but de nuire à un village.
Quoi qu'il en fut, il était clair et net que sa façon d'exposer les alternatives qui s'offraient n'ouvraient en aucun cas la voie à la contestation d'aucune sorte, et son assurance donnait gage de son expérience au combat...

MessageSujet: Re: Le Rush à Kumo [Terminé]   Lun 30 Aoû - 20:42

.:: Rush à Kumo ::.
Chapitre 5 : Rencontre
- Les gardes -


[Garde#3] - Et toi, Kunoichi. Te sens-tu véritablement capable de soigner une telle blessure ? Donne-moi une raison de laisser le cas de cet homme entre tes mains, et de ne pas l'envoyer à un autre Eisei plus compétent ? Tu parles trop et je n'aime pas ça. Alors si tu tiens tant à pratiquer la médecine, montre-moi d'une façon ou d'une autre que cet homme ne risque pas sa vie en te faisant confiance, et que Kumo ne ternira pas son image si tu venais à aggraver son état.

Seiki était embêtée, tout ce qu'elle voulait faire, c'était aider. Elle avait envie de dire ce qu'elle pensait, mais cela aggraverai son cas, elle le savait. D'un certain point de vu, ils avaient raison. Qu'avait-elle pour faire valoir son opinion ? Après tout, ce n'était qu'une bas gradé.


[Seiki] – Je n'ai pas de bonne raison


Avait-elle avoué. Elle baisait les yeux et regarda le sol, cette situation allait la rendre folle. Seule contre trois têtes de mules, peut importe ce qu'elle dirait, elle aurait l'air ridicule. Ils était tellement bouché, qu'ils refuseraient tous les arguments, même celui de l'année. Elle crispa le poing, l'air fâché. Du désinfectant et quelques bandages n'allait tout de même pas salir une image.


[Seiki] – N'importe qu'elle Genin étudiant en médecine serait capable de régler ce problème. C'est pas d'un médecin qu'il à besoin, mais de premier soins. C'est même l'une des premières choses qu'on nous enseigne, mais si vous avez envie de déranger un médecin allez-si. Je ne vous gênerai plus. Je ne voulais pas causer plus de problème et je ne voulais pas déranger des gardes dans leur fonction et je m'en excuse.

Avait-elle dit sur un ton cynique. Ses excuses lui avait donnés des hauts le coeur. Après tout cette homme n'était qu'un voyageur. Pourquoi était-elle aussi en colère ? Étais-ce parce qu'elle avait bon coeur et qu'on ne l'avait pas laisser faire ? Ce qui venait vraiment la chercher, c'est qu'ils avaient dit qu'il ne voulaient pas que Seiki ternisse l'image de son village. Dans tous les cas, ce n'était pas de grosses brutes épaisses qui allait lui rendre hommage.

Seiki tourna les talons, elle en avait assez entendu, il était temps de rentrer à la maison. Chose bien dommage, puisqu'elle aurait bien aimer entendre des histoires de voyages. Sur ce point, elle n'était pas du genre à laisser tomber. Elle avait quand même sa petite idée. Au moins, les gardes voulaient bien le faire soigner. Seiki n'allait pas leur barrer le chemin, elle n'était pas borné. Par contre, une fois l'homme soigné, rien ne l'empêcherait d'aller lui parler.

La vie de cette homme n'était pas en danger, l'hôpital aurai vite faire de le remettre sur pied. Seiki allait attendre qu'il soit soigner. Puis elle allait lui offrir un repas, au moins pour s'excuser. Elle ne voulait pas que cette homme croit qu'elle était affronter.

[HRP : Dernier post de cette façon, j'ai trop de difficulté à écrire dans ce style et cela raccourcie énormément mes posts =/]

MessageSujet: Re: Le Rush à Kumo [Terminé]   Lun 30 Aoû - 21:19

Citation :
Le garde en Chef hocha la tête, et Hakamairi invita sèchement Xenetha à le suivre.
Tandis que ceux-ci commençaient à marcher et à passer la porte du village, il vit la jeune Genin humiliée faire les cent pas en arrière, la mine basse et l'humeur maussade.

S'il n'était pas de mise de rire avec les règles, il n'était pas bon et juste non plus de priver un élève motivé d'un exercice pour lequel il se proposait, bien qu'un peu gauchement, plutôt gentiment. Après tout un Chuunin veillerait à la fois sur elle et sur l'individu, et ce serait l'occasion pour une jeune Kunoichi d'accomplir une mission qui servirait au village.

Il cria

"Jeune Genin ! Suis-les tous les deux, et soigne la plaie du voyageur ! Merci !"

Dans cette simple phrase pleine de compassion et de force de caractère, le Juunin sentinelle qui régulait les entrées et les sorties de plus ou moins loin avait terminé son travail de la plus belle façon qu'il soit.
D'un côté il avait écarté très rapidement de l'esprit du Voyageur qu'au Village Caché du Brouillard on laissait faire les recrues comme elles l'entendaient, et de l'autre il avait montré à l'inverse que l'on laissait l'initiative à ceux qui se portaient volontaire pour aider l'institution Kuméenne.

Le Nuke-Nin, sous couvert d'une fausse identité, était quant à lui surveillé de très près, car son manque étrange d'expression quelconque, son regard absent et empli d'une haine palpable et son attitude inhabituelle avait éveillé les soupçons de la Garde.

MessageSujet: Re: Le Rush à Kumo [Terminé]   Lun 30 Aoû - 21:41

Un tout autre monde allait s'offrir à lui, et une foultitude de découvertes en perspective. Xenetha avait grandi en Kiri, mais avait eu vent d'autres Villages Ninjas tels que celui de Kumo, réputé pour la qualité de l'enseignement de son Eisei.

S
'il avait peu parlé, il était clair qu'il avait beaucoup analysé. Il s'était contenté d'un simple merci en guise de réponse à toutes les questions des Shinobis et avait profité de l'attention portée à la jeune Kunoichi par son auditoire pour faire un bilan psychologique et physique des trois hommes qui se tenaient devant la porte d'entrée.

Le premier, le chef, était probablement un Ninja de haut rang, dont la prestance et l'attitude trahissaient une vie entière vouée à son art guerrier et à son rôle. Il n'avait pas dévoilé une once de ses talents, et Xenetha n'avait en aucun cas tenté de pénétrer son esprit pour y récolter quelques informations, pour la simple et bonne raison que cela aurait pu lui être fatal si celui-ci maîtrisait le Genjutsu lui aussi.

Le second homme, celui qui allait lui coller aux fesses sûrement un bon moment, avait une carrure à la fois imposante et ferme, et devait sans aucun doute pratiquer le Taijutsu. S'il est un art que l'on reconnait aisément c'est bien celui-là, car ses utilisateurs sont souvent d'une musculature massive et très bien développée, exactement comme celle d'Hakamairi. Le Déserteur pouvait aussi voir qu'il se pliait aux ordres avec une totale dévotion, mais qu'il était conduit par une psychologie dure et menaçante. Il ne parlait que très peu, et observait beaucoup. Ce fut d'ailleurs sûrement la raison pour laquelle il fut chargé de le suivre.

Le troisième homme, qui avait eu tantôt un rôle de chef et un rôle d'exécutant, était d'une carrure tout à fait normale, mais faisait lui aussi penser à une expérience de vécu qu'il arborait dans ses injonctions et dans son ton. Xenetha ne s'était que peu penché sur lui, mais il savait qu'il n'avait pas été nommé sentinelle pour rien.
Quoi qu'il en soit, tous trois devaient avoir bien plus d'un tour dans leurs manches...

En dehors de tout cela, une jeune femme, une jeune Ninja, était venue proposer à ces hommes, qui avaient été hautains avec elle, de le guérir. Cette femme avait subjugué Xenetha dans son être même. Il pouvait ressentir son essence au plus profond de lui, et était comme attiré inexorablement vers elle, il n'avait plus ressenti cela depuis longtemps. Elle était d'une toute autre nature que la Voyageuse qui avait hanté ses nuits, elle respirait la pureté et la douceur, elle aurait fait pâlir la braise de son innocence mêlée d'une détermination insouciante.
Pire que tout, elle semblait souffrir d'un certain rejet des autres, qui ne paraissait au Nuke-Nin absolument pas justifié. Sa beauté sombre et animée d'une lumière lunaire ressemblait beaucoup au spectacle du ciel nocturne que Zul aimait tant admirer.
Pour la seconde fois de son existence, il souhaitait découvrir une personne, ne pas lui faire de mal. Peut-être cela avait-il été engendré par le sentiment d'intérêt qu'il avait éprouvé lorsqu'elle était venue lui porter secours de bon gré. Peut-être était-ce seulement ce qui émanait d'elle; ou bien les deux à la fois.
Il avait déjà perçu une fois cette sensation des plus vivantes, mais cette nouvelle fois était aussi emplie d'autres nuances exquises et d'autres impressions beaucoup moins agressives...

Au final, il était rare que cela arrive, mais Xenetha était heureux d'être pris en charge par la jeune femme, même s'il ne l'avait montré sous aucun de ses traits les plus minutieux.
Et cette joie l'inquiétait, car elle était tellement rare et tellement éphémère qu'il se sentait mis à nu et capable d'être faible pour une autre... Vivement qu'il parte de Kumo, personne ne pouvait de toute façon comprendre ce qu'il était...

Son garde attitré les mena tous les trois en direction de l'hôpital. Après quelques minutes d'attente, on trouva à Xenetha une chambre. Celui-ci fut donc confié à Seiki Naru, et s'allongea sur un lit bien propre, le bras inondant déjà les draps tout juste lavés du cramoisi de son sang... Hakamairi était dans l'angle de la pièce et ne loupait rien de se qui se passait.

Xenetha, lui, gardait une attitude docile et ne disait aucun mot.

MessageSujet: Re: Le Rush à Kumo [Terminé]   Mar 31 Aoû - 0:26

.:: Rush à Kumo ::.
Chapitre 5 : Rencontre
- Les soins -

Les événements c'étaient enchainés sur rapidement et Seiki ne comprenait pas vraiment la suite des choses. Pourquoi le garde qui la harcelais et lui sortait des grands discours sur l'image d'un village avait-il changé d'avis si vite ? C'était à ne rien comprendre. En soi, elle était contente de pouvoir aider au mieux de ses capacités, mais elle se posait quand même des questions. Peut-être que ce garde était simplement incapable de tenir ses interventions ? Ou peut-être avait-il déjà dans l'idée de laisser Seiki soigner le malade, mais qu'il voulait s'amuser avec les nerfs de la jeune Kunoichi ? Dans les deux cas, elle l'aimait de moins en moins. En même temps, ce n'était pas quelqu'un qu'elle connaissait tout particulièrement où qu'elle croiserai si souvent cela. Kumo n'était pas un petit village, mais reste qu'il lui était probable le fait qu'un jour peut-être elle le croise du coin de l'oeil. Quel importance ? De toute façon, elle n'avait même pas envie de lui poser la question à savoir : « Tu t'amuses avec moi ou t'es juste imbécile de nature ? » C'était la meilleure idée pour lui faire changer d'avis.

Seiki et le voyageur avait été conduit dans une salle d'hôpital. Aller savoir pourquoi on lui avait prêter une salle pour ça, mais la n'était pas la question. Elle installa tranquillement son interlocuteur sur le lit et allait chercher une paire de gant. Cours d'hygiène 101, ne jamais soigner quelqu'un qui à une plaie ouverte sans gant. C'est la meilleure façon pour attraper des maladies. La chose était logique non ? À sa demande, une infirmière lui avait apporter ce dont elle avait besoin ; Quelques tampons alcoolisés, des bandages, un fil et une aiguille. Même un aspirant à l'académie serait capable de coudre une plaie. Seiki s'excusa à l'homme avant de rouler sa manche. C'était purement une question d'Éthique. La plaie était assez profonde et elle saignait encore un peu, mais seulement lorsqu'une trop grande demande en sang était acheminé dans son bras. Par exemple, lorsqu'il forçait du bras pour prendre un objet. La plaie était plus infecté que ce que Seiki avait perçu à l'origine et cela dégradait la régénération naturel d'une blessure.

[Seiki] – La suite risque de faire mal... Assez mal, ne m'en tenez pas rigueur.

Avait-elle dit en prenant le tampons alcoolisés. Très tranquillement, elle commençait à désinfecter la blesser partant du haut de la plaie allant vers le bas. Par chance, la plaie du voyageur n'avait pas été en contacte avec de la terre. Les plaies ouverte causer par une chute ou ayant été en contacte avec la terre sont les plus dangereuses. Enfin, en matière de plaie puisqu'elle s'infecte rapidement et parfois, le blesser contacte le « Tétanos ». Maladie assez violente et si facile à attraper. Tout le long de l'intervention, Seiki n'avait jamais regarder l'homme dans les yeux, pour deux raisons, la première était qu'elle était concentrer et ne voulait pas « aggraver » son état comme l'avait si bien l'homme l'un des gardes de la portes. Deuxièmement, elle était surveiller par quelqu'un qui la sous-estimait et voulait lui prouver qu'elle n'était pas une bon à rien.

Ce n'était que rendu plus bas dans la plaie que Seiki remarqua quelques inscriptions sur son pouce. La spécialité de Seiki n'était pas le ninjutsu, mais comme tout bon shinobi, elle était capable de reconnaitre un sceau quand elle en voyait un. Lequel ? Ça elle n'en n'avait pas la moindre idée et elle n'était pas assez compétente pour le savoir. Comment un voyageur pouvait-il connaître cet art qu'est un sceau ? Peut-être n'étais-ce pas lui qui l'avait appliquer comment le savoir ? En lui demandant bien entendu, mais pas maintenant. La blessure s'arrêtait au milieu du sceau. Lui demander comment il avait eu ceci serai non seulement impolie, mais le garde qui la surveillait aurait aussi tôt espéré des réponses et cela aurait gêné l'eisei dans l'exécution des soins.

***

Une fois la plaie complètement suturer, Seiki avait penser le tout, partant de son avant bras et allant jusqu'au pouce. Comme elle l'avait prévu, une fois l'homme soigner, le garde avait vite fait de l'écarter pour le ramener aux portes du villages. Un petit interrogatoire était de mise. Ne voulant pas plus aggraver les tensions qu'il y avait entre elle et les trois hommes, elle trouvait plus sage l'idée de ce retirer et donna au voyageur un petit bout de papier avec une adresse noté dessus. Bien entendu, le garde l'ayant remarquer, il lui demanda ce que c'était. Dans le calme, seiki lui avait répondu que c'était l'adresse d'un restaurant dans l'Asakura et qu'elle lui donnait rendez-vous s'il était autoriser à rester au village. De plus, elle voulait avoir un suivi sur l'évolution de la guérissons. Dans la mesure où les gardes l'auraient jugés trop « dangereux » pour rester à Kumo, elle aurai du s'en accommoder, mais dans le cas contraire, elle allait forcer l'homme à la revoir au moins une fois par jours pour au minimum changer les pansements.

.:: Fin ::.

Spoiler:
 


Dernière édition par Seiki Naru le Ven 10 Sep - 19:20, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Le Rush à Kumo [Terminé]   Mar 31 Aoû - 0:52

La jeune Genin avait pris un soin aussi parfait que ce à quoi on pouvait s'attendre d'une Kunoihi de Kumo. Xenetha avait apprécié la douceur de ses mains et la qualité avec laquelle elle rendait la couture des points de suture la moins douloureuse possible. Cependant il n'avait pu croiser son regard. Pour un maître illusionniste, un marionnettiste des esprits et du faciès, quel comble de n'avoir pu lire en ses yeux.
Son toucher trahissait quelque chose d'étrange, et elle lui avait même finalement donné rendez-vous quelque part en Kumo. Un rendez-vous... Là encore une nouvelle expérience pointait le bout de son nez. Jamais il n'avait été invité nulle part.

A sa sortie de la salle d'opération, il fut reconduit devant la Garde d'entrée, toujours suivi de près par le puissant Chuunin. Celui-ci souffla dans l'oreille de son plus haut gradé quelques phrases, et celui-ci exprima quelques mouvements du visage et fixa Xenetha en réponse.
Un léger blanc prit place l'espace d'un instant, et le Chef prit la parole.

"Bon, ça y est tu es soigné. Tu peux t'en aller maintenant. Kumo t'a rendu service, nous t'invitons à repartir, tu n'as plus rien à faire ici..."

Le trouble se sema très vite en l'esprit du Déserteur. Il n'avait fait qu'une brève apparition au Village de la Fourde, mais déjà quelque chose de terrifiant lui tordait l'âme à l'idée de devoir partir maintenant. Il aurait aimé pouvoir rester, et revoir sa guérisseuse, lui parler, la regarder. Il ne pouvait décemment pas accepter de décamper de la sorte, c'était tout simplement insupportable et viscéralement impossible à envisager...

"J... Je vous remercie de vos soins... Je voulais vous demander, je... J'aurais beaucoup aimé pouvoir demander asile dans votre village, pour reprendre des forces et avoir le temps de consulter un médecin chaque jour, qui puisse s'assurer que ma blessure guérit correctement... Comme vous l'avez vu, je ne suis pas ici pour déranger... Je ne parlais pas tout à l'heure car je souffrais beaucoup et que je ne voulais pas vous interrompre dans vos affaires internes qui ne me regardent en aucun cas...
M'autoriseriez-vous à rester ici quelques jours ?
"

Xenetha avait essayé de prendre un ton agréable, du moins essayé de parler différemment de la façon dont il s'exprimait au quotidien.
Le Chef d'équipe le regarda pendant une longue minute, tentant de guetter une émotion sur le visage du Nuke-Nin, il semblait intérieurement très étonné que celui-ci ne dégage rien d'expressif. Il fit un signe de la main à ses deux coéquipiers, ceux-ci reprirent leurs positions respectives pour monter la garde. Puis il fit volte-face et dit calmement avant d'aller grimper sur un arbre proche...

" Tu peux rester. Tu as sept jours. Après, tu t'en vas."

Le Déserteur se retourna, et traversa de nouveau la porte d'entrée de Kumo no Sato. Le village était éveillé, vaste et plutôt riche. De nombreux lieux étaient à visiter et Xenetha espérait une seule chose à l'heure qu'il était, ne pas être assujetti à une pulsion tortionnaire qui causerait sa mort.

I
l fouilla dans la poche de sa longue robe noire, et rouvrit le petit papier. Ce soir, il irait voir sa bienfaitrice...

MessageSujet: Re: Le Rush à Kumo [Terminé]   Lun 13 Sep - 13:28


    Seiki ( Niveau 9 )
    : +0% Bonus Inclus
    : + 17 XP - Technique Validée

    Zul ( Niveau 8 )
    : +0% Bonus Inclus
    : + 29 XP

    : Le scénario est sympathique, malheureusement le manque de cohérence abaisse toutes les suspicions sur toi Zul ( Seiki tu n'es pas en reste pour ton manque d'analyse ). En annonçant " Cela fait plusieurs jours que je fais route vers le grand village de Kumo pour panser ma plaie qui requiert un talent que je n’ai pas pour guérir. " tu as éveillé les soupçons car une plaie qui saigne encore après " plusieurs jours " personne n'y croit à Kumo. Le fait que Seiki dise plus tard " N'importe qu'elle Genin étudiant en médecine serait capable de régler ce problème. C'est pas d'un médecin qu'il à besoin, mais de premier soins. " ampute définitivement toute crédibilité à la requête de départ.

    Conséquences. Zul, l'équipe qui te colle aux fesses a reçu des instructions secrètes à ton sujet mais tu es encore libre de te déplacer dans le village ( tu es toujours suivi ). Seiki, tu seras entendu plus tard. Pour l'heure, votre RP peut donc continuer mais sachez que vous marchez dores et déjà sur un fil très très.. très mince.

    Pour toutes remarques, ça se passe par MP les amis =)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Rush à Kumo [Terminé]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Portes de Kumo-