Partagez | 
 

 L'Oeil du Serpent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: L'Oeil du Serpent   Mar 5 Oct - 13:43

Chapitre 56 - L'Oeil du Serpent

Il était assis en tailleur sur une estrade, une imposante veste pourpre sur les épaules. Il était pieds nus et portait un pantalon noir en toile qui lui tombait sur les chevilles. La veste qu’il portait presque comme une cape laissait entrevoir son torse entièrement recouvert de bandelettes blanches et le début de son tatouage sur son cou. Comme à son habitude, le coin droit de ses lèvres accueillait un kiseru en bois d’où un fil de fumée blanche s’échappait continuellement.

A ses pieds commençait une table basse en bois de cerisier sur laquelle étaient posés quelques mets de choix et deux dossiers cartonnés.

Son bras droit s’anima. Sa main droite attrapa les baguettes mises à sa disposition et les referma sur un onigiri qu’il porta immédiatement à sa bouche. Mâchant tranquillement, il porta son regard sur le premier dossier cartonné.

Shinzo le lui avais transmis le matin même. Il contenait un rapport détaillé sur un homme pour le moins “ inconnu ” qui s’était introduis dans le village une semaine plus tôt. Sho l’avait entièrement lu et s’était posé la question de savoir à qui revenait la faute de l’avoir laissé entrer. Car au vu des faits, il lui paressait évident qu’un tel individu n’aurait jamais du mettre un seul pied à l’intérieur du village. Son attention s’était particulièrement portée sur une jeune genin qui s’était permis d’interférer avec l’inspection des ninja employés à la garde des portes ce jour là.

Le deuxième dossier cartonné contenait un rapport tout aussi détaillé sur elle. Un dossier qu’il n’avait pas encore pris la peine d’ouvrir.

Il n’était pas du genre à se faire une idée de quelqu’un en lisant des rapports. C’est pourquoi il avait envoyé un chuunin la chercher. Les yeux dans les yeux, il aurait tout le loisir de l’interroger et de comprendre ce qui avait bien pu l’aveugler au point de rater un diagnostic pourtant simple. Impensable pour une prétendue eisei-nin.

Un léger sourire se dessina sur son visage impénétrable.

La nouvelle génération de ninja semblait avoir perdu le sens des réalités. Elle se croyait tout permis, même d’interrompre leurs supérieurs hiérarchiques en plein travail. S’il était amusé par cette perspective, il ne pouvait pas permettre que les choses continuent ainsi. Kumo était une puissance mondiale. Par conséquent, la discipline devait régner dans les jeunes rangs comme dans les plus vieux. Et s’il n’était pas juge de cette discipline, il en était néanmoins l’un des nombreux garants.

Ses baguettes saisirent une tranche de tonkatsu qu’il croqua bouchée par bouchée en fixant son regard sur la porte de la pièce qu’il avait plus ou moins aménagé en bureau.

En réalité, elle lui servait davantage comme retraite de fortune quand il avait besoin de réfléchir au calme. La pièce était parfaitement insonorisée et il était tout bonnement impossible d’entendre quoi que ce soit provenant de l’extérieur. C’était en quelque sorte un cocon enfermé entre quatre murs. Un cocon où il pouvait parfois passer plusieurs jours à méditer en silence sur des questions importantes.

La pièce était pratiquement vide, à l’exception de l’estrade sur laquelle il se trouvait, la table basse en bois de cerisier, les nombreux coussins disposés derrière, celui posé au pied de l’estrade, et un meuble large comme trois hommes figé près de la baie vitrée par laquelle on pouvait s'émouvoir devant le panorama kuméen.

L’oeil particulièrement vif, il releva immédiatement la tête lorsque la porte coulissa sur le côté. Une silhouette élancée fit son apparition. Il s’agissait d’un homme d’une vingtaine d’années au visage ferme et à la longue chevelure de jais. Sho le salua. Le chuunin qu’il avait envoyé s’inclina respectueusement en réponse avant de lui annoncer que Seiki Naru était avec lui.

Son léger sourire aux lèvres, Sho reposa ses baguettes sur la table basse et fit signe au chuunin de la faire entrer.

Sho – Assieds-toi.

Il désigna de sa main droite le coussin qui trônait au pied de l’estrade et remercia le chuunin dans la foulée. La porte se referma dans un chuintement, le laissant seul face à sa proie.


MessageSujet: Re: L'Oeil du Serpent   Mar 5 Oct - 18:39

.:: L'Oeil du Serpent ::.
Chapitre 1 : Pourparlers
- Prologue -

C'était une belle journée, un soleil mi-haut dans le ciel réchauffait l'intégrité du village de Kumo et peut-être même plus. Voilà déjà plusieurs heures que notre jeune genin était assise au sommet du toit de sa demeure familial. Étant quelqu'un de matinal, elle avait passer tout son temps à deux choses ; observer un lever de soleil -acte splendide- et ensuite, regarder les différents nuage qui se promenais au gré du vent.

Seiki, désireuse de profiter de cette journée, avait dans l'intention d'aller rejoindre Ayame au restaurant où elle travail. Histoire de l'embêter un peu. Malheureusement pour elle, un homme tout de noir vêtu -allant avec la couleur de sa crinière- venait interrompre.

[Chuunin] – Seiki Naru ?

Seiki maintenant sortie de ses rêveries tourna la tête et regarda droit dans les yeux l'homme qui se tenais là. Elle était vêtu d'une camisole noir accompagner de « short » blanche ainsi qu'une sucette de couleur verte accompagnais son visage en guise de « décoration ». Son habit habituelle lorsqu'elle ne s'attendait pas à faire quelque chose de concret dans une journée.

[Seiki] – Comment puis-je vous aider ?

Avait-elle dit sans hésitation

[Chuunin] – Le senseï Sho Nagoshi souhaite vous rencontrer.

Qui ne connaissait pas Sho Nagoshi dans ses mur. Enfin, quel médecin ou aspirant en médecine n'avait pas entendu parler du Juunin Sho Nagoshi. Seiki n'aurait jamais penser rencontrer cet homme avant qu'elle devienne elle-même Chuunin. Quel intérêt pouvait bien avoir une genin au yeux d'un homme si accomplie ?

[Seiki] – J'arrive, mais pourrais-je savoir ce qu'il me veut ?

L'homme attendit que Seiki soit redescendu de son perchoir avant de répondre à sa question.

[Chuunin] – Il souhaite vous rencontrer suite à un événement survenu la semaine passé. Vous verrez par vous même.

Une événement survenu la semaine passé ? Les seules choses qu'avait fait Seiki durant cette semaine c'était sa dernière mission D et la rencontre avec l'homme qui se disait voyageur. Un doute commençait à germer dans son esprit. Allait-elle être rencontrer parce qu'elle avait interrompu des plus hauts gradé dans l'exercice de leur fonction ? Avait-elle mal soigné l'homme et portait-il plainte ? Avait-elle fait quelque chose de mal ?

Son pauvre petit coeur battait si vite qu'il aurait bien exploser. Des signes de stress commençaient à faire son apparition. Elle avait chaud, elle commençait à trembler et avait mal au coeur. Seiki était du genre imaginative. C'est-à-dire qu'elle se fait des centaines de scénario. Ajouter à cela du pessimisme et vous obtiendrez des tonnes de scénario stressant.

***

Seiki était rester muette malgré les tentatives de discussion du Chuunin qui l'accompagnait. Plus elle y pensait et plus elle se stressait. Elle se disait que si Sho Nagoshi voulait la rencontrer personnellement au sujet de la semaine passé, c'était parce que c'était assez grave. Plus elle y pensait et plus elle trouvait sa rencontre étrange. Elle avait remarquer un sceau au niveau du pouce du voyageur. Il serait peut-être bien d'en parler, histoire de ne pas aggraver son cas.

Ils étaient maintenant tous deux devant une porte. Sans dire un mot -comme s'il boudait Seiki- il lui fit signe d'attendre et entra dans la pièce pour en ressortir quelques secondes plus tard.

[Chuunin] – Tu peux entrer

Elle entra dans ce vaste endroit. Elle s'inclina en guise de respect.

[Sho] – Assieds-toi.

Elle traversa la pièce d'un pas ferme et décidé histoire de caché ses angoises. Son mécanisme de défense commençait à faire apparition et rationalisait la chose ainsi : « Qu'est-ce qu'il y à de mal à soigner un homme, même aussi étrange soit-il ? Aurait-il été morale de laisser partir sans rien faire ? »

Elle avait choisi de s'assoir dans la position traditionnel japonaise, le corps assis sur les jambes. Par respect, elle attendait que son interlocuteur entame la conversation.

MessageSujet: Re: L'Oeil du Serpent   Lun 18 Oct - 17:10

La lumière du jour filtrait à travers la grande baie vitrée et s'échouait sur les épaules de l'eisei-nin avec une telle blancheur que son ombre n'en était que plus noir au contact du sol. La jeune Genin était prisonnière de cette ombre gigantesque qui s'étendait vaguement de Sho à la porte qu'elle avait franchi quelques instants plus tôt.

Pouffant un nuage de fumée vers le bas, le nuage frôlant amoureusement sa taille pour disparaitre dans son dos et fuire par la fenêtre, Sho fit peser toute la lumière de son regard sur son invitée. Il la salua d'un vague hochement de la tête et porta sa main droite sur la pochette cartonnée qu'il savait contenir le rapport de la garde. Mais au lieu de l'ouvrir, il ne fit qu'en caresser les contours.

Sho – Que sais-tu de Gekuro Tushita ?

La question ne laissait aucune place à l'interprétation. La situation demandait des réponses, des pistes, quelque chose qui puisse expliquer un raisonnement qui n'en était pas un.

Sho – Ou devrais-je dire... que ne sais-tu pas de lui ?

Il était plus qu'évident à ses yeux que la jeune Genin en savait moins qu'il n'en fallait habituellement pour décider de sauver, ou non, la vie de quelqu'un. Si les ninja étaient doués d'un coeur comme tous les êtres humains, ils apprenaient à en contrôler les pulsassions, surtout quand le bandeau d'un village caché trônait fièrement sur leur front. Abandonner ses sentiments au premier venu ne pouvait rien présager de bon ni pour la jeune fille qu'il fixait du regard ni pour le village qu'elle était censé représenter. La jeunesse pardonnait certaines erreurs, disait-on, mais pas dans le monde dans lequel ils évoluaient tous les deux.

Kumo avait une vieille tradition, une très ancienne tradition, autour de l'eisei. Le monde entier savait que les meilleurs médecins se trouvaient à Kumo. Le village ne pouvait donc pas se permettre d'exposer son art pour un simple oui ou pour un non déshonorant. Et bien que cela relevait sans doute de la cruauté, il en était ainsi pour les jeunes générations comme pour les plus vieilles.

Sho fit passer brusquement son kiseru du coin droit de ses lèvres au gauche.

Sho – Tu t'es montré trop imprudente... trop négligente avec notre invité. Une chance qu'il n'ait été un trop grand danger.

Tout du moins l'espérait-il. Qui pouvait vraiment savoir ce que cet homme était venu trouver à Kumo. Des techniques ? Des informations militaires ? Ou tout autres choses qui pourraient nuire au village ? Le rapport ne stipulait rien de tout ça, pas plus que n'en disait celui de l'équipe qui avait tout de suite été affecté à sa surveillance. Pourtant il ne pouvait s'empêcher de trouver cette arrivée étrange.

Un voyageur n'entrait jamais sans raison dans un village quel qu'il soit. Encore moins avec une excuse ridicule.

Sho prit une courte inspiration et ouvrit le dossier sur ses genoux.

Il lui fallait quelques réponses supplémentaires. Il lui fallait comprendre même si cela lui semblait difficile à réaliser. Il devait essayer. Un point du rapport lui semblait particulièrement épineux.

Comment avait-on pu laissé entrer un homme qui disait avoir été attaqué aux abords du Pays du Son alors que sa plaie saignait encore à son arrivée aux portes du village ? Le Pays du Son se trouvait pourtant à plusieurs jours de marche. Ce n'était pas ce qu'on pouvait appeler " la porte à côté ". Et comment une Genin, élève eisei-nin de surcroit, n'avait pas fait le rapprochement entre la gravité annoncée de la blessure et les pauvres soins qu'elle avait pourtant appliqué. Cela restait un mystère..

.. un mystère qu'il fallait éclaircir.

Sho – Si mes informations sont exactes, tu étudies la médecine n'est-ce pas ? Si c'est le cas, j'aimerai que tu me dises comment tu t'y es prise pour ne pas remarquer que la blessure de cet homme n'était pas aussi grave qu'il le prétendait ? Et comment une blessure vieille de quelques jours, toujours selon lui, pouvait encore saigner aux portes ?


MessageSujet: Re: L'Oeil du Serpent   Mer 20 Oct - 1:46

.:: L'Oeil du Serpent ::.
Chapitre 1 : Pourparlers
- Révélation -

Sho touchait une corde sensible, mais tout aussi nécessaire lorsqu'il demandait ce que Seiki savait ou ne savait pas de Genkuro Tushita. La réponse était si simple, mais si problématique. Elle ne savait rien sur lui ou plutôt, elle ignorait tout. Jamais elle n'avait su d'où il venait, jamais elle ne lui avait demandé pourquoi il voyageait. L'erreur que Seiki avait commise quelque semaine plus tôt était en train de lui retomber dessus ou plutôt, c'était en train de la faire réfléchir. Elle ne s'était jamais demandée si c'était bon d'intervenir dans cette situation, elle s'était imposé. Quelque chose n'allait pas avec Seiki, car en temps normal, elle n'aurait jamais agis ainsi. Cela demanderait approfondissement, mais pour le moment, Sho exigeait des réponses.

[Seiki] - Je... je ne sais rien de Gekuro Tushita

Seiki faisait tout pour croiser le regard de son interlocuteur. Le stress commençait à l'envahir peu à peu et cela pouvait facilement se voir. L'homme qu'elle avait devant elle l'impressionnait au plus haut point par sa réputation, mais aussi par son physique. Si elle devait le décrire en un seul mot, elle choisirait sans hésiter : « Imposant ».

[Seiki] - Je ne connaissais même pas son nom... c'est vous qui venez de me l'apprendre. Si cela n'avait pas été de la mise en situation, je n'aurais jamais qu'il s'appelait ainsi.

Seiki n'avait pas dit cela pour faire accroire quoi que ce soit à Sho. Elle savait pertinemment que cela la mettrait devant de plus grand problème et qu'il n'était pas né de la dernière pluie. Seiki mit ses mains sur ses cuisses et sera le tissu de ses « shorts ».

[Seiki] - J'ai été très imprudente et je m'en excuse... J'assumerais les conséquences de mes actes peut importe ce que cela sera, mais avant cela j'aimerais dire quelque chose. Je ne vous demande pas de me croire, parce que cela pourrait paraître comme une tentative désespérée pour me sortir d'une situation inconfortable. Je vous demande seulement de prendre en compte que je ne dis pas cela pour justifier, mais seulement pour essayer de ne pas paraître comme une incompétente.

Seiki marqua un petit moment silence très bref. Avant de poursuivre, elle prit une grande respiration dans le but de réduire son anxiété.

[Seiki] - Ce que j'ai à dire va me faire paraître comme quelqu'un de très irresponsable, mais je préfère être irresponsable qu'incompétente aux yeux des gens. Voilà, je n'ai jamais su que cet homme disait être blessé depuis quelques jours. C'est ce que je voulais dire par une tentative désespérée pour me sortir d'une situation inconfortable. J'ai intervenu auprès des gardes dans le but d'aider cet homme à venir se faire soigner ici. Lorsque j'ai vu que cet homme était blessé, j'ai tout de suite voulu faire quelque chose. Loin de moi l'idée d'introduire des hommes aux intentions malhonnête dans notre village. J'ai agis ainsi parce que je croyais que c'était ce qu'il fallait faire. Dans le sens où, j'ai énormément de difficultés à ne pas intervenir dans une situation où je crois que mon aide pourrait être sollicitée, je m'impose et c'est un trait de ma personnalité que je dois travailler.

Seiki fit une autre pose pour reprendre ses esprits. Lorsqu'elle est anxieuse, elle à tendance à sauter du coq à l'âne et elle ne voulait pas embêter plus qu'il faut Sho.
[Seiki] - Pardons, cela n'avait pas de rapport. Comme je le disais, je n'ai jamais su que ce que cet homme avait dit puisque j'étais trop loin au moment où cela a été dit. J'ai traité cette blessure comme si elle avait été récemment faite ce que je croyais être le cas au vu de mes observations. Était-elle bonne ? Probablement pas, mais sur le coup c'était ce que je croyais. Était-ce de l'incompétence ? Non, c'était de l'irresponsabilité. Je m'excuse si en ce moment je peux paraître impolie et loin de moi l'idée de vous manquer de respect, mais je ne tenais qu'à clarifier ce point.

Ce qu'elle venait de dire lui avait rappelée une observation qu'elle avait faite chez cet homme. Seiki n'était pas remplie de mauvaises intentions et elle savait pertinemment que son irresponsabilité pourrait causer des problèmes à elle et au village. Elle était hésitante sur un point : « parler de ce qu'elle avait remarquée chez ce voyageur ». Elle ne voulait pas descendre encore plus bas dans sa bêtise. Elle prit son courage à deux mains, elle ne voulait pas avoir plus de problèmes si les gens venaient à l'apprendre plus tard.


[Seiki] - Par contre, j'ai remarqué quelque chose d'inhabituelle chez cet homme. Vous m'avez demandée ce que je savais pas sur cet homme et je vous ai dit que j'ignorai tout. Ce n'est pas vrai... Ne croyez pas, je vous prie, que je vous ai volontairement mentie, mais je n'y avais seulement pas pensé. Cet homme, Gekuro Tushita portait un tatouage au niveau du pouce. Je n'ai pas vraiment étudiée l'art des sceaux, mais je crois que cela en était un. Malheureusement, je ne pourrais pas vous le décrire, cela fait trop longtemps et je ne me souviens pas de la forme.

MessageSujet: Re: L'Oeil du Serpent   Mer 27 Oct - 14:09


Elle ne savait rien. Il s'en était douté à la seconde même où il avait commencé à lire le rapport. Seiki n'était qu'un pion que le destin avait placé là par hasard. Un malheureux hasard. Gekuro Tushita n'était qu'un nom noyé dans la masse. Un nom qu'elle venait d'entendre pour la première fois et qui devait autant l'inspirer que la situation dans laquelle elle s'était mise. Mais que cela soit regrettable ou non, elle faisait partis du scénario original et par conséquent devait participer au plan final qu'il avait tricoté durant de longues heures silencieuses. Aux yeux du Juunin, il était compliqué d'évaluer correctement la menace que pouvait représenter l'entrée d'un homme tout bonnement méconnu des registres du village. En temps normal, Kumo laissait entrer n'importe qui pour peu que les raisons et les motivations soient louables et qu'aucun détail suspect ne soit relevé. Mais le cas qu'il avait à traiter aujourd'hui ne répondait à aucun de ces critères sélectifs.

Partant de ce constat, il fallait naturellement déterminer pourquoi il y avait eu mensonge. Ou pour être plus précis, le mensonge avait-il été prononcé pour oblitérer le passé ou plutôt le futur ?

Sho ne savait trop quoi en penser. Il ne penchait pour l'instant ni pour l'une des réponses ni pour l'autre. Ses yeux se contentèrent de glisser vers le rapport, et sa bouche de s'entrouvrir pour dessiner des cercles de fumée qui frôlèrent son bras gauche. La situation n’était pas si grave au sens propre, elle était juste passablement ennuyeuse. Les moyens qu’il avait à sa disposition pour résoudre l’énigme étaient sommaires, mais suffisants. L’enquête serait peut-être infructueuse, ou les éléments à charge trop peu nombreux, dans le fond ça n’avait pas une franche importance. Il voulait faire d’une pierre deux coups, voir en qui il pouvait avoir confiance et qui il faudrait traquer.

Sho · N’oublie plus ta place à l’avenir. Tu es une kunoichi de Kumo, pas un médecin civil. Aussi cruel que cela puisse te paraître, nous n’avons pas la vocation de sauver tout le monde. Nous nous entraînons pour préserver les vies de nos équipiers et celles des civils qui ont besoin de notre protection dans ce pays. L’homme que tu as accueilli à nos portes n’avait pas plus besoin de toi que tu avais besoin de lui.

Le ton était parfaitement neutre. Les leçons de morale avaient toujours eu le mérite de le faire sourire, les prononcer lui-même n’y changeait rien. Il se souvenait de chaque leçon que Akai lui avait donné, toutes dans les moindres détails. Cela lui avait servi à se forger le caractère qu’on lui connaissait aujourd’hui, et si certain le jugeait parfois trop froid, ce n’était jamais plus qu’une nécessité. La tendresse ne pouvait aider un ninja à survivre aux dangers qui guettaient les portes de son village. Tôt ou tard, il lui fallait s’endurcir, abandonner une partie de lui-même, quitte à se perdre en retour. L’ordre du monde en avait décidé ainsi depuis bien longtemps. Lui comme Seiki n’étaient que les réceptacles de cette doctrine, des pions, comme s’amusaient à le rappeler les plus sinistres.

Irresponsable, Seiki l’avait été, mais il n’appartenait qu’à elle d’en tirer les bonnes conclusions. Sho avait beau être son supérieur, il estimait qu’il en avait assez dis à ce sujet. Ce qui attira bien plus son attention, c’était le détail que la jeune Genin venait de lui fournir. Un tatouage au niveau du pouce.. il n’était pas assez fin connaisseur en matière de sceaux pour savoir combien il en existait qui pouvait répondre à ce descriptif. Le détail n’en était pas moins intriguant. Était-il réellement exploitable pour autant ? Sho en doutait. Les sceaux se comptaient par dizaine, voir par centaine, faire une recherche sur le sujet demanderait beaucoup trop de temps pour peut-être aucun résultat. De plus, s’il était vraiment question d’un sceau, ce signe ne serait plus classable parmi les signes distinctifs, ce qui les pénaliserait encore plus. Non, sceau ou pas, Sho ne pouvait résolument pas s’y fier. Il lui fallait des informations plus concrètes, quelque chose qui reposerait sur une base réelle, plutôt que sur des suppositions. Pour cela, il avait échafaudé un plan simple, un plan qui reposerait entièrement sur la réussite du duo qu’il s’apprêtait à former.

Sho prit son kiseru dans sa main gauche et leva son regard vers la porte d’entrée, tout juste avant qu’elle ne coulisse sur le côté. Miwa Daïbutsu entra, le salua d’un hochement de tête, et se cala dans un coin de la pièce, les bras croisés sur sa poitrine. Miwa était âgée de vingt deux printemps. Elle s’était faite un petit nom parmi les Chuunin pour avoir littéralement rendu fou un duo de ninja rencontré au cours d’une mission d’investigation. Spécialiste du Genjutsu, parmi les plus prometteurs de la nouvelle génération, Miwa n’avait rien à envier à son mentor, Shuujin Noutan. Elle s’était faite experte en matière de jeux d’esprit, si bien que très peu de choses échappaient à sa vigilance. C’est entre autre pour cette raison que Sho avait fait appel à elle. Son plan nécessitait d’être encadré par une personne comme elle, qui saurait trouver les informations dont il avait besoin dans les méandres les plus reculés de l’esprit humain. Comme si elle lisait en ce moment même dans son esprit, elle le mitrailla de son regard sombre. Elle glissa ensuite une main dans sa chevelure violet et porta son regard sur les épaules de Seiki.

Le sourire de Sho s’affina.

Sho · Seiki, je te présente Miwa Daïbutsu. Miwa, Seiki Naru.

Miwa · Salut.

On ne pouvait attendre mieux de Miwa. Elle n’était pas le genre de fille coquette, souriante, et débordante d’enthousiasme. Non, elle entrait davantage dans la catégorie des inexpressives, limite dépressives.

Sho · Seiki, Miwa sera exceptionnellement ta coéquipière pour une mission tout aussi exceptionnelle. Il s’agit d’une enquête pour le compte du village..

Miwa le fusilla à nouveau du regard. Sho comprit le message et ramena lentement ses yeux vers Seiki.

Sho · .. mais avant de t’en dire davantage, est-ce que tu autoriserais Miwa à entrer dans ton esprit ? Elle n’y puisera que les informations sur notre ami Gekuro Tushita, rien de plus, tu as ma parole.

Miwa avait formulé cette requête bien avant cet entretien. Sho n’avait pas cherché à en savoir davantage. Miwa n’était pas le genre de femme à laisser un détail de côté, il lui fallait donc une vue d’ensemble. Il lui fallait voir ce que Seiki avait vu.



MessageSujet: Re: L'Oeil du Serpent   Mer 27 Oct - 17:09

.:: L'Oeil du Serpent ::.
Chapitre 1 : Pourparlers
- Demande -

Si quelqu'un avait dit à Seiki qu'elle allait être rencontrer pour quelque chose qu'elle avait commis la semaine précédente, elle l'aurait sans doute cru sans hésitation. Seulement, si cette personne avait ajouté qu'on lui demanderait si elle acceptait si l'on pouvait lui fouiller dans son esprit, elle lui aurait probablement ris à la figure en ajoutant, entre deux fous rire, que cette personne était probablement folle. Elle connaissait très peu le Genjutsu, mais elle ce doutait que seule cette art était capable d'entrée dans l'esprit des gens.

Seiki voyait bien que Sho était très sérieux et croyait sincèrement que cela pourrait aider à leur situations. Ne sachant pas très bien si cela pouvait aider réellement ou non, elle avait décidée de s'en remettre à ce que Sho disait. S'il croyait que cela devait ce passer ainsi, elle le croyait aussi. Le stress qu'elle vivait voilà quelques minutes commençaient à s'estomper tranquillement. Sans doute était-ce à l'annonce d'une mission exceptionnelle. Elle voyait cela comme une façon de rattraper ses erreurs.

[Seiki] – Bien entendu

Avait-elle répondu d'une voix ferme. Elle était prête à tout faire et à obéir à n'importe qu'elle ordre tant qu'elle pouvait aider. Un caractère altruiste qu'elle devra revoir à la baisse. Seiki avait beaucoup de difficulté à rester à sa place justement à cause dudit trait de sa personnalité. Elle ne savait pas trop quoi faire, ni comment réagir face à cette situation. Aussi, elle décida de rester immobile et d'attendre. Elle ne savait pas si Miwa était déjà dans son esprit où non, elle ne savait pas comment le savoir d'ailleurs, cela n'était jamais arrivé auparavant.

C'était justement cette nouvelle expérience qui avait faire ressortir l'anxiété qui venait de disparaître. Bien entendu, l'expérience était moins stressante pour elle, ce n'était pas ses capacités que l'on remettait en jeu, mais ses souvenirs. Les effets du stress en était affecter, au lieux d'avoir des nausée et une boule dans l'estomac, elle n'avait qu'un léger malaise.

En tant qu'étudiante en médecine, elle avait toujours eu une certaine curiosité pour ce qui est des choses inconnue. Cette fois-ci, ce n'est pas elle qui cherchait, elle était le cobaye. Voulant ce rassurer un tant soi peu, elle regarda Sho dans les yeux qui souriait


[Seiki] – Est-ce que je suis supposer faire quelques choses ?

MessageSujet: Re: L'Oeil du Serpent   Mer 3 Nov - 19:17

Elle pouvait le voir de ses propres yeux, voir son horrible regard malgré le rideau de pluie.

Voix · Je me nomme Gekuro Tushita. Je suis Voyageur itinérant, et j’ai été attaqué aux abords du Pays du Son par un Ninja, probablement un Nuke-Nin. Cela fait plusieurs jours que je fais route vers le grand village de Kumo pour panser ma plaie qui requiert un talent que je n’ai pas pour guérir.

Ce n'était pas son regard. Ce n'était pas sa vision. Mais avec son esprit terré dans celui de Seiki, c'était tout comme. Elle tourna la tête et essaya de mettre au point les visages des deux ninja de garde. Un flou imbibait grossièrement leurs traits, un signe qui ne trompait pas, elle commençait à les oublier. Ce n'était qu'un détail sans grande importance pour Miwa, sa main droite s'anima d'un frisson et la vision éclata en volutes de fumée blanches, bleues, rouges, jaunes, violets et même noires.

Noyée dans les ténèbres d'un esprit qu'elle découvrait pour la première fois, elle caressa chaque volute dans l'espoir qu'elle trouverait une autre trace, quelque chose qui lui parlerait davantage. Entre ses doigts de fée, la volute de fumée noire révéla des images troubles et lointaines qu'elle laissa voguer vers une autre destination, persuadée qu'elle n'y trouverait rien de ce qu'elle voulait savoir. La bleue laissa échapper un rire strident et les éclats d'une conversation qu'elle fit taire en la balayant de sa main gauche. La blanche, l'insouciance... c'est dans cette volute là qu'elle trouva ce qu'elle était venu chercher.

Voix · La suite risque de faire mal... Assez mal, ne m'en tenez pas rigueur.

Elle se pencha sur son corps. Il était étendu sur le dos, immobile au possible. Son regard croisa une nouvelle fois le sien.. horrible, à ne pas en douter. Sa main droite se referma dans le vide et la vision éclata en poussière pour se reconstituer instantanément sur un bout de papier. Un bout de papier sur lequel était notifié l'adresse d'un restaurant plutôt réputé de l'Asakura. Elle se redressa et porta son index et son majeur sur ses lèvres, rompant le lien par lequel elle était entrée dans les chers souvenirs de sa future coéquipière. Gekuro Tushita était bel et bien une invention, un mensonge qui venait de s'engluer dans ses filets.

Lentement, les yeux de Miwa se rouvrirent et se posèrent aussitôt sur Sho.

Miwa · Il n'est pas très intéressant.

Sho inclina la tête.

Sho · Avec un peu de chance, il pourrait le devenir.

La jeune femme retourna s'adosser contre le mur, se désintéressant complètement de Seiki. Ses yeux balayèrent momentanément le vide puis se dirigèrent vers le médecin.

Miwa · Peut-être. Destination ?

Sho · Oto.

Miwa · Ok.

Sho servit le thé à ses deux invités et remplit une coupelle à son propre compte. Qui que soit réellement leur mystérieux inconnu, il était persuadé que Miwa et Seiki trouveraient des éléments de réponse en se rendant aux abords d'Oto no Kuni. La clé du premier cadenas s'y trouvait forcément, restait qu'Oto n'était pas une zone dépourvue de dangers et qu'elles devraient agir prudemment si elles ne voulaient pas s'attirer trop d'ennuis. Le monde n'était-il pas plongé dans une guerre perpétuelle ?

Les yeux baissés sur la table, Sho avala son thé en deux gorgées. S’il n’avait pas été impliqué dans d’autres affaires, il aurait sans doute choisit de mener l’enquête lui-même. Ne serait-ce que pour faire le voyage jusqu’à Oto et voir le village légendaire de ses propres yeux. De nombreux mythes circulaient sur les shinobi du Son, parmi lesquels le mythe d’une famille capable de tuer en interprétant des mélodies funestes. Il se disait aussi que le pays n’était plus à l’apogée de sa gloire, que la corruption y régnait en maître, et qu’Oto n’était plus qu’un spectre de son ancienne fortune. Où s’arrête la réalité, le mythe commence… c’est ce qui se disait communément. En l’absence de fait réel, la vigilance était de mise… c’est ce qu’un shinobi ne devait jamais oublier.

Sho releva ses yeux vers Miwa pour finalement les arrêter sur Seiki.

Sho · Comme tu l’auras sans doute compris, toi et Miwa allez voyager jusqu’à Oto, où notre cher ami dit avoir été attaqué. Le but de votre mission sera de déterminer si cela s’est réellement produis ou non, et de récolter des informations sur son identité s’il vous est permis de trouver quoi que ce soit à son sujet.

Il marqua une pause, empoignant ses baguettes.

Sho · Oto n’est pas un pays où l’erreur est permise. Vous devrez être extrêmement vigilantes.

Miwa pinça une mèche de cheveux entre son majeur et son annulaire, le fixant avec insistance.

Miwa · On se débrouillera ne t’en fais pas.

Espérons… espérons.

MessageSujet: Re: L'Oeil du Serpent   Mar 16 Nov - 0:09

.:: L'Oeil du Serpent ::.
Chapitre 1 : Pourparlers
- Oto No Kuni -


Seiki ne savait pas où donner de la tête. On venait de lui dire qu'elle allait partir pour le village d'Oto no Kuni. C'était un village mythique et mystérieux où règne débauche et illégalité. En plus de cela, elle allait devoir partir avec cette dame qui avait fouillée son esprit. Elle était perdu et avait le regard vide. Elle avait toujours voulu sortir du village et aujourd'hui on le lui offrait. Sertes oui, elle était partie trois mois, mais elle n'en gardait pas un très bon souvenir. Bien que l'idée l'enchantait au plus haut point, elle avait quelques inquiétudes sur ce qu'elle pourrait trouver là-bas, mais avec une coéquipière capable de connaître les bas-fonds de l'esprit humain, cela ne devait pas être difficile.

Seiki pris une gorgé du thé que Sho venait de lui donné. Elle n'osait pas demander à quand était le départ, tellement la réponse était évidente. Le plus tôt possible bien entendu. Elle ne savait pas trop quoi penser de la nouvelle venue. Elle ne savait pas vraiment s'il fallait qu'elle l'aime ou pas. Elle était froide, directe et l'ignorait. Chose qui avait le don d'énerver Seiki. L'Eisei était du genre bavarde et allait sans doute trouver le voyage long. En particulier avec une personne qui ne répondrait sans doute pas à ses discussions ou en n'y répondant par un simple hochement de tête.

Une fois la tasse de thé terminé, Seiki se leva tranquillement. Signe qu'elle allait bientôt partir. À ses yeux, la rencontre était terminée et il n'y avait plus de temps à perdre.

[Seiki] – Merci pour le thé dit-elle le sourire aux lèvres

Elle s'inclina vers Sho puis se retourna en fixant son équipière qui ne semblait pas lui accorder plus d'importance qu'auparavant. Seiki mit une main derrière sa nuque et pencha légèrement la tête. Sertes oui, cette dame l'intimidait, mais l'idée qu'elle avait fouiller dans son esprit la gênait.


[Seiki] – Je serait prête dans une heure

Toute la pression qui émanait de cet endroit commençait à la ronger de l'intérieur. Sans parler de la fumée qu'elle détestait particulièrement. Une fois la pièce quittée, elle s'adossa contre un mur et prit une grande inspiration suivi d'un léger soupir. Dans quoi venait-elle de s'embarquer ? Elle n'en n'avait pas la moindre idée. Elle devait trouver des informations sur un homme dont elle ne savait rien. Ni son nom, ni son âge, ni rien. Elle avait même de la difficulté à visualiser un visage. La suite des événements lui étaient inconnues.

Elle était maintenant assise en position fœtale au milieu du corridor. N'étant pas de nature à laisser le hasard faire les choses, elle réfléchissait sur ce qu'elle allait faire une fois arrivé au village d'Oto no Kuni. Bien évidement, si le jeune homme avait bel et bien été attaqué, il devait encore y avoir des traces.

*Le sang ne disparaît pas en une semaine*

Elle avait le besoin d'avoir une routine établie. Sans cette idée, elle serai incapable de faire quoi que ce soit, elle serait désorganiser. Dans le cas contraire, elle n'arriverait tout simplement pas à fonctionner adéquatement et pourtant, cette toute petite idée la rassurait. Même si ce n'était pas grand chose, elle en n'était le début

*Oui, commençons par le sang*

MessageSujet: Re: L'Oeil du Serpent   Mer 17 Nov - 18:29

Le regard de Sho oscillait entre les deux jeunes femmes, cherchant à savoir laquelle des deux poseraient le plus de problèmes. Seiki était, de ce qu’il en comprenait, du genre à suivre les autres plutôt qu’à tenir les rênes. Miwa, elle, était tout le contraire. Il fallait apprendre à la suivre en toutes circonstances. En fait, il fallait surtout apprendre à suivre son rythme, à ne jamais la perdre de vue car si elle n’était pas du genre à abandonner un coéquipier sur le bord de la route sans surveillance, elle pouvait en revanche très bien semer ses coéquipiers si ceux-ci n’étaient pas capables de la servir convenablement. Servir, c’était le mot. Miwa Daïbutsu servait Kumo pour une raison tout à fait obscure aux yeux de Sho. Sortit de ce contexte là, elle ne servait plus personne. Les personnes qui l’accompagnaient au cours de ses missions n’étaient jamais plus que des silhouettes à ses yeux. De pauvres pantins qu’on lui mettait dans les pattes sans doute pour la ralentir, ou pour calmer ses ardeurs, c’est ce qu’elle pensait.

Sho était persuadé qu’elle et Seiki formeraient un duo intéressant, à défaut de tout briser sur son passage. Seiki était un frein naturel pour Miwa, et Miwa un frein naturel pour Seiki. Dans leur absolue différence, elles se complétaient. Peut-être n’était-ce pas évident à leurs yeux ( probablement ne l’était-ce pas du tout même ) mais aux yeux du juunin l’affaire était très claire. Il ne s’attendait bien évidemment pas à ce qu’elles fassent ami-ami au cours de cette mission, cela révélerait sans doute de la folie, mais il était persuadé que toutes les deux apprendraient quelque chose de l’autre. Du moment qu’elles revenaient saines et sauves de leur expédition, elles auraient de toute façon tout gagné, pensa-t-il en saisissant un morceau de volaille encore tiède entre ses baguettes.

Le départ de Seiki annonça la début de la fin ou, d’un autre point de vue, le commencement d’un nouveau projet. Sho voulait revenir à son repas, mais à remarquer l’immobilisme de Miwa il comprit que l’entretien n’était pas tout à fait terminé. Il reposa ses baguettes et leva les yeux dans sa direction. Miwa y resta insensible, les bras croisés sur sa poitrine, ses yeux le fixant presque avec froideur. Quelque chose ne lui plaisait pas dans cette histoire, Sho en était persuadé à la manière qu’elle avait de le regarder. Elle se contenait certainement de lui faire remarquer certaines choses, faute de trouver le moyen de le faire convenablement. Il la connaissait depuis assez longtemps maintenant pour savoir que quelque chose la tracassait.

Sho · Un problème ?

Miwa · Un gros

A ce point… Seiki ne devait vraiment pas lui plaire ou bien était-ce la destination de sa prochaine mission qui ne lui plaisait guère ?

Sho · Je t’écoute.

Miwa ne bougea pas d’un cil.

Miwa · J’ai une dette envers toi, c’est vrai, et tu sais bien que j’ai horreur de ça, mais tu ne trouves pas que tu abuses sur ce coup là ?

Sho releva sensiblement la tête, lui lançant un regard interrogateur.

Miwa · Tu me refiles une gamine pour traquer un imbécile, tu ne trouve pas la situation ironique ?

Sho · Hm oui, sans doute, mais tu aimes les challenges.

Miwa · Pas de ce genre là, si tu vois ce que je veux dire.

Il voyait très bien. Miwa aimait les choses claires nettes et concises. Elle aimait les missions réglées au peigne fin, le genre de missions où il fallait remonter toute une piste détaillée jusqu’à la cible qu’elle se faisait un plaisir de dégommer si c’était stipulé par les autorités. Partir pour l’inconnu avec une inconnue, sur les traces d’un plus grand inconnu, non ce n’était définitivement pas sa tasse de thé. Malheureusement pour elle, Sho avait jugé qu’il était nécessaire que ce soit elle qui accompagne Seiki en mission. Qu’elle aime ou pas la situation ne changeait pas grand chose à ses yeux, et aussi cruel soit ce raisonnement, elle devait la mener à bien avec Seiki. Seule, cette dernière ne pouvait pas y arriver, en tout cas pas dans les conditions actuelles. Il lui fallait un mentor, quelqu’un à qui se raccrocher. Quelqu’un en qui Sho avait confiance.

Sho · Il n’y a rien que tu puisses aimer dans cette mission, mais cette fille a besoin de toi. De toi et de tes enseignements..

Miwa · Tu tiens à ce que je lui donne des cours en plus ?

Sho · Ça ne sera pas nécessaire. Elle n’aura qu’à te regarder faire pour apprendre.

Le regard de Miwa croisa le sien. Il pouvait paraître neutre sous bien des aspects, mais Sho pouvait y voir une pointe d’amertume.

Miwa · Je ne suis pas un modèle et je ne le serais jamais, entre bien ça dans ton crâne.

Sho · C’est entendu. Aide-la, c’est le seul service que je te demande. Aide-la le temps de cette mission.

Miwa prit un air renfrogné et serra un peu plus les bras sur sa poitrine. Détournant son regard, elle soupira. De son côté, Sho affichait un léger sourire qui ne tarderait pas à irriter encore d’avantage la pauvre chuunin. Elle ne pouvait pas lui refuser ce service, et il le savait. Sans doute en jouait-il un peu trop, mais il n’y avait aucune mauvaise intention derrière cela. Il comptait sincèrement sur elle pour mener à bien cette mission avec Seiki.

Après quelques secondes passées à broyer le silence, Miwa se décolla du mur et s’approcha de Sho. Arrivée devant l’estrade, elle se pencha pour attraper sa coupelle de thé qu’elle vida d’un coup sec avant de croiser de nouveau le regard de l’eisei-nin.

Miwa · J’espère que tu sais ce que tu fais.

Sho · J’espère aussi.

Elle se redressa, fouilla dans la poche de son short et en sortit son bandeau qu’elle noua autour de son front. Sho comprit que l’entretien touchait désormais à sa fin et hocha de la tête comme pour lui souhaiter bonne chance. Miwa n’y répondit rien. Elle tourna lentement sur ses talons et elle se dirigea vers la sortie. Toutefois, avant de refermer la porte derrière elle, elle se permit une remarque.

Miwa · Et arrête avec ce kiseru. Tu as peut-être la capacité de régénérer les cellules de tes poumons, mais ça ne te va pas du tout de fumer. On dirait l’un de ces gérants de bordels comme il en pullule par dizaine à Suigara.

La porte se referma et le sourire de Sho s’agrandit jusqu’au rire cristallin.

Dans le corridor, Miwa s’arrêtait devant Seiki et lui annonçait :

Miwa · Rendez-vous dans une heure aux portes du village.. Seiki Naru.

[FIN]


MessageSujet: Re: L'Oeil du Serpent   Mer 17 Nov - 20:41

    Sho ( Niveau 31 )
    : +60% Bonus Inclus
    : +49 XP

    Seiki ( Niveau 9 )
    : +0% Bonus Inclus
    : +23 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'Oeil du Serpent   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Trois chemins qui se croisent (PV Oeil de Lynx et Nuage de Cerisier)
» Vision cauchemardesque [Pv : Dark_Sky (Sora) et Oeil d'Argent]
» Le baiser de la femme serpent
» Un Serpent Royal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Kumo-