Partagez | 
 

 Les Fondateurs du Kido

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Les Fondateurs du Kido   Mar 26 Oct - 19:03

Identité : Les Fondateurs du Kido
Chef : aucun
Membres Historiques : Aoi Kusanagi, Yui Akebono, Katsuko Otoe, Satoshi Shingo.
Statut : Inactifs
Classe : N/A
Générations : unique

Motif de Notoriété : figures historiques et héroïques des samouraïs, fondateurs du Kido, fondateurs de la Mythique Cité de Kobi, fondateur de l’ère des samouraïs

Histoire :

Les quatre Fondateurs se connaissaient depuis qu’ils étaient enfants. Très peu d’archives évoquent leur enfance, mais il est tenu pour certains qu’ils vivaient ensemble. Leurs familles restent quant à elles dans la plus totale des obscurités. Il faut savoir qu’ils sont tous les trois considérés, encore aujourd’hui, comme des dieux. Ce n’est pas juste une façon de parler : dans l’esprit des gens, les Fondateurs étaient des dieux. Ainsi, on ne s’attache pas à connaître la façon dont ils sont nés, comment ils se sont rencontrés, cela est du domaine des dieux. Mais grâce à certaines connaissances samouraïs, il est possible d’établir leurs pérégrinations géographiques assez précisément.

Ils ont toujours été quatre, commençant leur légende dans une ville côtière au nord du continent Hakkado, dans le vaste pays d’Omon. La ville s’appelait Mani, elle est toujours dressée aujourd’hui. Mais les Fondateurs voyagèrent très vite. On ne connaît rien des légendes qui les accompagnèrent alors, rien de précis, mais on sait qu’ils étaient déjà équipés des armes qui firent leur postérité. Ces armes ont par ailleurs générées quantité de nouveaux mythes, de recherches désespérées… on raconte qu’elles se nourrissaient de la puissance de leur porteur et qu’aujourd’hui, ce sont peut-être les artefacts les plus vieux et redoutables encore en activité. Mais sur ce dernier point, les avis divergent car pour ce qu’on en sait, aucune n’a jamais été retrouvée.

Ils atteignirent le pays de Kashin aux alentours de leur vingtième année. Les Fondateurs étaient de grands héros déjà, mais il faut garder à l’esprit qu’à cette époque, les qualités héroïques et la notion de puissance n’étaient pas semblables à aujourd’hui. Ils se confrontèrent ainsi à du menue fretin, qui n’avait pas la moindre chance même à cent contre un, des bandits, des coupe-jarrets, des sauvages… rien qui ne puisse tenir contre un seul des Fondateurs. Mais leur puissance était encore à ses balbutiements, si l’on peut dire, et quand bien même maîtrisaient-ils, pour ce que l’on en sait, certains des mouvements les plus célèbres aujourd’hui du Kido, ils étaient loin d’avoir approfondi aussi parfaitement qu’ils le firent le sujet. Ils demandèrent à ce qu’une ville soit bâtie dans cette jungle inhospitalière, ils sentaient que de grandes choses devaient être faites, qu’il était temps que l’homme prenne conscience de sa force et revendique ce qui lui revenait : ils aspiraient à la fin du chaos et au début d’une nouvelle ère.

Leur réussite fut étourdissante mais pas instantanée. Il leur fallut attendre plusieurs années pour que Kobi, la Mythique Cité, soit fondée. Ils n’étaient pas pressés : ils repoussaient avec sérénité les assauts faiblissants des pillards, qui finirent par abandonner définitivement cet os trop dur pour leurs crocs. Ils ne comprirent pas pourquoi quatre guerriers aussi exceptionnels avaient décidé de protéger ce bout de terre détestable, aussi l’abandonnèrent-ils de bonne grâce.

Il est cependant temps de se pencher en détail sur ces quatre figures, dont le nom retentit encore aux oreilles de chacun. Même un roturier sans éducation est susceptible de savoir qui est Aoi Kusanagi, là où il ignorera ce qu’est Asahi.

On a dit d’elle que c’était la chef des Fondateurs, mais c’est une convenance a posteriori. Car la vérité, c’est que les Fondateurs n’avaient pas de chef : ils n’en avaient pas besoin, ils étaient une force complètement unie, à la façon des doigts d’un poing fermé. Cette femme, c’est Aoi Kusanagi. C’était une jeune femme très douce, étonnamment agréable. Ce qui était le plus stupéfiant c’est que malgré sa très grande bonté, il était complètement impossible de ne pas ressentir physiquement sa force quand on se tenait à ses côtés ou qu’on croisait son regard. Il n’y avait dans ses yeux aucune qualité guerrière, mais quelque chose de plus fort, de plus profond, quelque chose qui visait à l’essence des choses. Elle avait un regard très pâle mais étincelant et de longs cheveux châtains qui cascadaient sur ses épaules. Chacun de ses mouvements était d’une grâce infinie, elle ne faisait jamais d’erreur de placement, aucun geste inutile, c’était une lame dans toute sa pureté. Elle possédait plusieurs armes à titre personnel, on a répertorié six katana différents qui ont tous disparu, un katana très long, probablement un nodachi, qui restait son arme de prédilection et plusieurs wakizashi, qui faisaient davantage office d’armes d’apparat même si cet usage n’était pas vraiment du fait d’Aoi. Elle se chargeait de la Caste de l’Eau, qui a toujours bénéficié d’une énorme popularité, même aujourd’hui, aussi surprenant que cela puisse paraître. Il faut dire que dans les événements tragiques qui firent imploser l’ère des samouraïs, le Caste de l’Eau resta à l’image d’Aoi : pure, droite et parfaite. Certaines des lames les plus craintes de tous les temps, à l’instar de Tael ou de Kanda Shiuuku, ont notamment bénéficié du savoir ancestral d’Aoi. On raconte que seule de Tael, de toute l’histoire, s’est approchée du niveau réel d’Aoi Kusanagi. Si la jeune femme restait une guerrière avant tout, elle était une professeur d’exception, patiente et enthousiaste, participant considérablement à l’expansion de l’art samouraï, tout en discrétion.

Peut-être la deuxième personnalité à qui l’on a souhaité prêter des dispositions de chef, Satoshi Shingo est le fondateur de la Caste de la Terre. Ses disciples sont illustres pour leur force. On dit que c’est lui qui a souhaité pousser les Fondateurs à explorer les jungles étouffantes de Kashin pour trouver l’endroit où fonder leur cité. Quand ils parvinrent sur le site de ce qui deviendrait Kobi, ils se regardèrent en souriant tranquillement. C’était ici que la légende devait commencer. C’est également Satoshi qui rejoignit ce qui n’était pas encore le Pays de la Terre, pour entériner le plus important accord de ce temps : l’émergence des forces militaires. Ainsi, les Fondateurs tournèrent le dos à Hakkado pour se concentrer sur l’avenir du monde samouraï. Aussi loin que l’on peut se rappeler, Satoshi n’a jamais utilisé qu’une arme : un magnifique bâton ouvragé surmonté de petites cloches qui tintent à chaque pas. Il n’avait, de fait, pas besoin d’autre chose pour briser instinctivement les os et les colonnes de roche. Satoshi respirait la puissance tranquille, il surmontait ses amis d’une bonne tête et ne cachait pas ses muscles noueux sous ses vêtements d’enseignement.

L’événement qui causa leur perte, immédiate ou progressive selon les cas, a tellement été répété qu’il ne sert à rien de s’appesantir dessus. Le fait est que Katsuko était mort et Yui bannie. Leurs deux Castes avaient explosées. Lorsque Satoshi et Aoi avertirent qu’ils partaient à leur tour, tous savaient qu’ils assistaient à la fin d’un monde. On ne sait rien de ce qu’ils ont fait. Il semble probable que Satoshi et Aoi aient retrouvé Yui et qu’ils aient entrepris des choses ensemble. Yui cherchait à retrouver qui était l’instigateur de leur chute, elle était déterminée à faire la lumière sur l’affaire, mais de lumière le monde n’en eu jamais. Les causes de l’affaire disparurent si elles avaient jamais été sues, si bien qu’on n’entendit plus parler des Fondateurs ou qu’à tout le moins, rien n’a été conservé. Certains théoriciens avancent qu’une organisation puissante aurait détruit les preuves avancées par Yui, si bien qu’elles finirent englouties par l’histoire. Peut-être que quelques vieilles familles samouraïs savent encore la vérité, ou une part de cette vérité, mais il est peu probable qu’ils ne cherchent jamais à la dire. Quelque chose est mort pour eux à cette époque. Les Fondateurs disparurent dans l’histoire, un berceau doux-amer au regard de ce qu’ils auraient pu accomplir. Le monde qu’ils avaient bâti fut lentement mais sûrement remis aux mains d’une force naissante, celles des shinobi, et les samouraïs disparurent à leur tour dans l’histoire. Partiellement seulement, car leur art survit et reste extrêmement recherché.

Aujourd’hui, un samouraï reste acharné à faire la lumière sur l’ascension des shinobi et la chute des Fondateurs. Ce samouraï, c’est Soru Roshouki et il se pourrait bien qu’il soit la seule personne au monde à pouvoir entreprendre une tâche aussi ardue. Il marche sur les pas de Yui Akebono, et on lui prête une puissance proche. Les Fondateurs restent ancrés dans sa tête et il pourrait bien chercher à retrouver leurs antiques armes. Elles reviennent bien au champion des samouraïs, le seul encore capable de se lever et de porter sa lame dans le flanc de l’ennemi.

Role Play où ils apparaissent :

- Historique du Kido : présentation générale de l'histoire du Kido et de leurs créateurs.
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Fondateurs du Kido
» Déconstruction des mythes fondateurs de la grandeur française
» Takeji Kido {OK}
» [Scénario libre]La grande fête des dieux fondateurs (Évènement de Noël)
» Quiqui qui c'est qui fait dodo ? C'est Kido ! [PV Nakashima Hisaka]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Légendes du Monde :: Légendes du Monde-