Partagez | 
 

 Yozora Tenshi [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Yozora Tenshi [TERMINE]   Dim 7 Nov - 17:10

Nom : Yozora
Prénom : Tenshi
Age : 14 ans
Village envisagé : Kumo no Sato
Affinité primaire : Fuuton
Justsu personnel envisagé : technique personnelle de plumes. Explication : je pensais m’inventer une technique qui serait créé à partir de plumes blanches et tranchantes.
Grade envisagé : Genin

Histoire :

*Amour interdit

__Le pays de la Foudre était réputé pour son village caché de Kumo no Sato. Dans ce village, vivait une famille riche et influente qui participait à l’organisation quotidienne de l’économie du village. Une famille dont le nom même faisait courber les têtes de respect mais aussi de perplexité. Car la famille Takanagi était si solitaire, si renfermée et distinguée qu’elle faisait courir d’innombrable rumeur sur son passé. Ils étaient reconnaissables à leur symbole mystérieux représentant une plume en forme de Katana, immaculée de blanc. Il n’y avait pourtant rien de dramatisant chez les Takanagi hormis une grande sévérité et une dédaigneuse supériorité. Gen Takanagi était une femme qui descendait directement du sang des ancêtres Takanagi. Blonde et yeux bleus, corps harmonieux, elle représentait un véritable espoir pour un prochain mariage visant à augmenter l’influence de la famille. Son fiancé n’avait rien de mauvais. De plus, il était jeune et riche, bien qu’un peu possessif. Mais Gen était une jeune femme qui vivait alors dans ses poèmes romantiques et délicieux. Elle se rendait compte qu’elle n’aimait pas cet homme et qu’il lui était impossible d’épouser un inconnu dont elle n’était pas amoureuse. Il était pourtant impossible d’en parler à sa famille si stricte et si confiante. Essayant d’oublier l’injustice de son destin, elle passait beaucoup plus de temps dans les jardins à se perdre dans des rêves d’enfants.
Un jour, perdue dans ses rêveries, elle n’entendit pas un homme s’approcher. Quand il lui tapota timidement l’épaule, elle sursauta et se retourna, se retrouvant nez à nez avec un homme aux longs cheveux bruns et du sang sur le visage. Elle cria, paniquée.

- Je vous en prie, calmez-vous, je ne vous veux rien de mal, lui dit-il posément.


- Que... que voulez-vous ? Que me voulez-vous ? haleta Gen.

Gen n’avait jamais connu d’homme en dehors de sa famille et des réceptions. Elle se sentait soudain innocente et fragile alors qu’elle descendait tout droit de riches et puissants parents.


-Je suis navré de vous importuner mais mon sac s’est décroché et j’ai perdu l’équilibre en plein dans votre jardin. Vous feriez mieux de mettre des fleurs à la place de ses cailloux qui entourent votre propriété.

Il lui montra son bras ensanglanté en souriant et Gen tomba sous le charme de cet homme si tranquille et si beau. Il avait eu la malencontreuse idée de s’essuyer le visage avec son bras en sang et il s’en était mis partout. Gen le soigna et tous deux se donnèrent rendez-vous au même endroit. Le premier rendez-vous s’en suivit d’un second. Puis d’un troisième,puis d’un quatrième… Puis ils arrêtèrent de compter. Le jeune homme s'appelait Kaname Yozora et il était marchand dans le monde entier. Son travail consistait à vendre à travers le monde régulièrement et il adorait cet aspect du métier. Cette histoire à l'eau de rose se transforma en une vérité pure : ils s'aimaient et rien ne les en empêcheraient. A l'abri des regards, ils se marièrent et Gen décida de demander l'autorisation de partir avec son mari. Mais la famille Takanagi ne le lui permis pas.

- Tu vas apporter la honte à notre famille si tu te sauves avec cet homme. Nous ne pouvons rien face à se mariage. La mal est fait, mais tu ne devras en aucun cas démissionner de tes autres devoirs. Tu vivras dans le pavillon nord avec lui et il n'aura rien ni de notre fortune ni de notre nom et encore moins de notre bénédiction.

Ainsi furent les mots tranchants qui blessèrent le cœur de Gen.
La mauvaise nouvelle ne fit rien à Kaname. Il ne voulait rien de l'argent et ne demandait qu'une vie simple et lumineuse. Gen aimait ça en lui. Bien que rejeté, ils s'aimaient et riaient beaucoup. Kaname n'avait aucune famille mais pleins d'amis qui l'acceptèrent très vite. Kaname partait régulièrement sur les routes. La solitude était difficile surtout dans le domaine de sa famille qui ne lui adressait que vaguement la parole. Elle s'occupait du ménage chez elle et des basses besognes au compte de sa famille. Mais le voisinage avait appris à la connaître et "l'extérieur" qu'elle n'avait jamais connu lui faisait du bien. Le seul point noir à ce tableau attachant était la haine de la famille Takanagi et le fait qu'elle n'est toujours pas eut d'enfants. Le docteur confirma la peur en leur apprenant qu'il sera difficile mais pas impossible d'avoir un enfant. Quelques années passèrent jusqu'au fameux jour où Gen fut enceinte. A la maison, ce fut la fête. L'enfant était prévu pour la fin de l'hiver. Le ciel était noircit par la nuit et brillant d'étoiles. Une immense tempête soufflait sur Kumo no Sato lorsque Tenshi Yozora naquit. Un univers d'amour s'ouvrait à elle, de surprise et peut-être d'un destin.


*Petite enfance

__Gen était une mère heureuse et prenait son rôle de mère avec affection et responsabilité. Elle s'amusait beaucoup aussi. Elle prenait Tenshi partout avec elle : lorsqu'elle travaillait elle lui chantait des chansons, à la maison elle lui parlait constamment. Loin d'être obsédé par sa fille, tout de même, elle s'ouvrit encore plus à ses nouvelles amies et à sa vie au foyer. Elle s'arrangea des fleurs partout dans le jardin et dans la maison. Elle qui n'avait jamais eu l'obligation de faire le ménage, la décoration ou autre durant sa jeunesse prenait plaisir à faire toute les corvées. Tenshi était une enfant sage et turbulente. Comme tout bébé, elle dormait très longtemps et observer beaucoup. En grandissant, elle devint de plus en plus curieuse et lançait des petits cris à tue tête sur ce qu'elle découvrait, créant des frayeurs à Gen. Très vite, elle apprit à ce déplacer à quatre pattes et c'est tout juste si Gen ne s'était pas fait pousser des yeux derrière la tête pour la surveiller tant Tenshi était inconsciente. Lorsqu'elle fut marcher tout simplement, il n'était pas rare de voir Gen poursuivre Tenshi dans tout le domaine et de la retrouver dans des endroits improbables : sur une table, près de la mare, enroulé dans le linge... Kaname revenait un peu plus souvent pour profiter de sa famille. Il racontait toute sorte d'histoire épique à sa fille et lui disait toujours à la fin d'une histoire d'un air faussement sérieux :

- Tu vois ma fille, ce héros à mis son cœur dans son rêve. Et un rêve aussi noble n'existe pas. Prends en conscience Tenshi ! Puis en lui caressant sauvagement les cheveux disait : Toi aussi tu feras de grandes choses pour de nobles causes.

Gen avait beau lui rappeler que Tenshi était trop jeune pour comprendre des histoires ninjas, Kaname ne se lassait pas de raconter et Tenshi d'écouter. De temps en temps, Gen grondait et arrêter tout cours Kaname lorsqu'il prenait par à des batailles sanglantes et terribles. Tenshi ne comprenant pas, regardait son père comme s'il allait poursuivre mais il lui souriait et allait embrasser sa mère. Elle aurait bien eu envie de dire : Pourquoi tu t'occupes de maman ? Tu n'as pas terminé mon histoire. Mais la parole arriva tardivement à Tenshi. Elle préférer regarder et écouter. Elle adorait lorsque les amis de son père venaient. Elle avait beaucoup d'approche avec les garçons. Elle les trouver tout à son goût : la faisait rire et lui permettait de se coucher tard. A trois ans, Tenshi pris l'habitude de lire avec sa mère et de l'accompagner d'elle même à certains de ses travaux. Tout en faisant le linge, elle écoutait sa mère qui n'avait pas perdu sa satisfaction à raconter tout et n'importe quoi à sa fille. Ainsi, elle lui apprenait des choses désintéressantes et ennuyeuses, instructives ou palpitantes. Le monde de Tenshi étai un compte de fée. Mais un malaise pesant s'insinuait dans ce magnifique décor. La famille Takanagi n'avait jamais relevé leur rancœur auprès de sa mère. Lorsque sa famille venait, Gen leur disait la bienvenue comme une servante et avec beaucoup de fébrilité. Quand elle se retrouvait nez à nez avec quelqu'un dans la maison principale entendait souvent :

- Sort de ce pavillon, tu n'as rien à faire là.

Et elle obéissait. Ou alors on lui lancer dans un murmure :

- Fille de honte.

Même son père regardait furtivement autours de lui quand ils étaient seuls dans le village. Il semblait que la vengeance soit une priorité de la famille Takanagi et il ne restait tout de même pas indifférent à mourir en laissant seul sa famille. Il faisait attention à son commerce, se disant qu'il avait deux charmantes dames à nourrir et une famille qui pouvait d'un doigt lui retirer toute clientèle. Tenshi ne comprenait pas. Trop petite, trop fragile, elle se contentait de regarder intensément ses parents qui lui souriaient avec tendresse. Elle faisait semblant de ne rien avoir compris et leur souriait de même. Mais à ses quatre ans elle en était sûr. L'idée n'était pas très clair car elle était jeune et ignorante. Mais elle ressentait que quelque chose tournait par rond et ses parents en souffraient inévitablement.


*Prise de conscience

Quand on a six ans, on a tendance à faire des caprices. Tenshi n'avait jamais été aussi bruyante, aussi casse pied. Rien allait ce jour là, ni le repas, ni le beau soleil. La petite fille avait demandé à aller avec son père au prochain voyage. Du côté des parents c'étaient inconcevable pour une enfant qui allait rentrer à l'école. Pour Tenshi c'était un manque de confiance en son endurance et sa détermination. Vexée, elle se sauva dans les jardins et s'avança vers les pavillons principaux. Elle entendit des rires d'enfants et la curiosité la poussa à regarder furtivement. Cacher derrière un buisson tel un ninja de l'ombre dans les histoires, elle observa trois enfants qui se lancer un ballon rouge. Derrière eux, deux adolescents jouaient au majong. Ils portaient tous la plume caractéristique sur leur vêtement, les désignant comme appartenant aux Takanagis. Soudain, le ballon rebondit et s'arrêta devant le buisson de Tenshi. Elle le prit et le brandit en souriant. Elle n'avait jamais connu ses cousins, ils avaient toujours été tenu éloigné des jeux ou de n'importe quelle rencontre avec elle. Elle connaissait peu d'enfant et encore moins de son âge. Heureuse à l'idée de se faire des amis, elle s'approcha en bégayant :

- Je- je peux jouer ? Avec vous ?

Personne ne lui répondit. Ils n'avaient pas l'air spécialement mauvais. Aucun d'entre eux ne lui dit non et ils semblèrent embarrassés. Le plus grand devait avoir sept ans, il vint et lui prit le ballon sans un mot en lui jetant un regard mauvais. Ils s'en allèrent et Tenshi ne les retint pas. Elle se demanda naïvement si elle avait quelque chose sur le visage ou si elle s'était salie. Sa mère lui avait appris l'importance de la propreté lorsqu'on rencontrait des gens. Mais aujourd'hui elle n'était pas tombé ni salie d'aucune manière possible. Même à table elle n'avait pas malencontreusement fait tomber son plat sur ses vêtements. Elle rejoint alors les adolescents qui n'avaient pas bougé en regardant la scène et qui reprenait leur jeu avec des murmures. Elle s'assit devant le jeu et les regarda jouer. Les joueurs se regardèrent mais ne sur que dire devant l'innocence de Tenshi qui les observer tranquillement. Après un certain temps l'un d'eux la regarda brusquement :

- Va t'en, tu nous embête là.

- Tu n'arrives pas à te concentrer ? Demanda-t-elle en lui lançant un regard désespérément désolé.

- Ce n'est pas ça le problème, lança-t-il après un moment confus, ta place n'est pas ici enfant de honte.

- Pourquoi tu m'appelles comme ça ?

- Parce que ta mère n'est qu'une lâche qui a abandonné sa famille et ton père un pauvre qui traîne avec des poivrots !

Choquée, Tenshi ne répondit rien. Gênée, elle entendit des pas qui venait et elle se sauva. En rentrant à la maison, elle courut dans les bras de sa mère en pleurant et conta à ses parents l'étrange chose qui lui avait été dite. Consternés, ses parents lui racontèrent le plus délicatement possible la petite histoire romantique. Ils terminèrent en lui promettant qu'il ne lui serait pas fait de mal et que ses enfants n'avaient pas été gentils du fait qu'ils n'avaient pas le droit de jouer avec elle. A partir de ce moment là, l'humiliation que subissait Gen, Tenshi la subit aussi, maintenant qu'elle n'était plus sous la bonne aile de l'ignorance. Lorsqu'elle entra à l'école, ses cousins ne vinrent jamais la voir mais elle fut soulagée de se trouver des amis attachants et elle même ne fit plus attention à sa famille. Sans avoir recours à des persécutions, le malaise n'échappait jamais à Tenshi. Serait-elle vraiment un enfant honteux ? Née dans un mariage honteux ? Mais elle était née dans un amour sincère non ? Cela n'était-il pas mieux de naître parce que ses parents s'aimer pour de vrai de vrai ? Beaucoup de questions quand à son identité et à son droit, à sa place dans le monde lui embuèrent l'esprit.


*Empathie et Rêve

A l'école, Tenshi était rêveuse et distraite. Les mathématiques lui étaient étrangers et la grammaire inconnu. Toutefois, cette dernière matière ne lui posait pas trop de problème dû à ses constantes lectures. En revanche, tout ce qui tenait de la logique et des chiffres étaient des ennemis. Tenshi préférait les cours d'histoire où elle s'imaginait vivre d'incroyable aventure auprès des Raikages d'autant ou une infirmière douée sauvant des héros qui reprenaient aussitôt du poil de la bête. Sans être la meilleure, elle faisait preuve d'une attention extrême à ces cours ci, mais aussi bien à la biologie et aux sciences naturelles tant que celle-ci ne se reposaient pas sur les maths. Bien que maladroite et lente à la réflexion, Tenshi se trouvait être dans les meilleurs dans le sport. Elle n'avait pas froid aux yeux et se trouvait être dotée d'une grande endurance. Au sprint elle battait la plupart des garçons et question équilibre elle semblait être une FTT : "fille tout terrain". L'école était donc une cour de récréation constante entre rêveries, jeux et histoires fascinantes. A la maison, elle restait cloîtrée à lire des fictions et du fantastique autant que des documentaires. Elle sortait rarement dans le jardin mais observait souvent par la fenêtre.
A son anniversaire justement - où elle allait fêter ses 8 ans - elle regarda par la fenêtre en imaginant mille cadeaux qui pouvaient lui être destinée. Elle entendit des piaillements affolés d'oiseau et elle sortit sans réfléchir. Sous un arbre, se tenait l'adolescent qui l'avait traité de "fille de honte" deux ans plus tôt. Il tenait un oiseau blanc dans sa main et elle reconnu une colombe. Elle vint :

- Elle est jolie cette colombe ! Tu me la montre ?

L'oiseau était encore jeune et il semblait étouffer dans la main puissante du garçon qui la regardait, impassible.

- Tu lui fait mal, relâche-la. Lui dit-elle.

- Tu me donnes des ordres fille de honte ! Cracha-t-il.

- Relâche-la, s'il te plaît, insista-t-elle en regardant la souffrance de l'oiseau avec horreur, sa maman doit le chercher.

- Sa mère, hurla-t-il, que veux-tu que ça lui fasse, à sa mère ? Tant que sa petite personne reçoit des éloges, les mères ne se soucient pas de nous ! Son regard divagua sur quelque chose d'inexistant. Mais dés que quelque chose ne marche pas comme prévue c'est toujours moi le fautif !

- Pourquoi tu fais mal à l'oiseau ? Demanda Tenshi en se demandant ce qui s'était passé entre lui et sa mère.

- Je fais ce que je veux. Dit-il en resserrant sa prise.

- Arrête ! L'oiseau ne t'as rien fait ! Tu n'as pas à rejeter ta colère sur cet oiseau ! Tu n'as aucun droit sur lui, Monsieur je fais la tête à ma mère et je torture un oiseau pour savoir ce que l'on ressent quand on s'abandonne à la cruauté égoïste !

"Trop d'honnêteté tue", ce pourrait être un joli proverbe ? Il lui donna une gifle et elle tomba sur les fesses. Entre larmes et crises de nerfs, elle lui lança des jurons inconcevables venant d'une fillette descendant d'une telle famille. Elle se calma lorsqu'il lâcha l'animal qui s'envola difficilement.

- La colombe représente le blanc de la paix. Les grands ninjas d'autrefois se battaient pour ce rêve, tu sais ? Grogna-t-elle.

Il ne répondit pas mais des pas résonnèrent sur la pierre et une immense femme magnifique se présenta. Sur chacune de ses manches rouges se détachaient le blanc incontestable d'une plume, symbole de la famille. Elle regarda le garçon avec sévérité. Lorsqu'elle vit Tenshi la joue rouge et gonflée, elle gifla l'adolescent :

- Tu n'as pas honte de frapper une enfant ? Tu imagines ce qui peux advenir de notre réputation si l'on apprend la lâcheté de ton agissement ?

Elle attrapa violemment le garçon en proie à une frayeur et à une culpabilisation sans nom. Il avait beau tiré sur sa main en s'excusant, la femme était tout simplement sourde à ses pardons et resserra sa prise. Tenshi eut alors une vision de déjà vue. Cette scène était la même que la précédente lorsque son cousin retenait la colombe prisonnière. Il s'était approprié de l'animal pour lui faire du mal, car il souffrait lui même. Sa mère faisait la même chose, elle donnait toujours raison à la réputation de la famille pour ne jamais être fière de son fils. Pourquoi ? La vie n'était-elle qu'un cercle vicieux ? En proie à un mal aise grandissant, Tenshi se remémora les histoires des grandes batailles ninjas. Elle avait toujours été fasciné par les combats sanglants et les histoires complexes entre les frères et les sœurs, les relations entre les ninjas qui soudain devaient choisir entre leur devoir et leur sentiment. Évidemment, cela mettait tellement de frissons en lus, tellement d'excitation... Mais elle se trouvait maintenant bien ridicule d'avoir eut plaisir à la souffrance et aux ravages mentaux qu'avaient subis tous ces ninjas. Les remords entraînèrent les remords, elle avait imaginé sa famille injuste et cruelle. Mais elle était elle-même dans un horrible champs de bataille entre bonne impression et choix familiaux qui se construisait sur les sacrifices de leurs frères. Si sa mère c'était sacrifié à épouser un homme qu'elle n'aimait pas, son sacrifice aurait nourris l'estime de la famille. Estime, impression, réputation, renommée, argent, honneur étaient les bases de la malédiction familiale. Une malédiction qu'elle s'était elle même infligée et qui était commune à d'autres familles. Tout le monde souffre, c'était une évidence. Pourquoi certains s'obstinaient à remettre leur propre douleur sur les autres ? Mais n'avait-elle pas participer elle aussi à ce cercle infâme ? Ne plus s'opposer à sa famille et laisser sa mère gérer ? Pourquoi ne défendait-elle pas ses droits à ses cousins ? Tenshi se précipita et tira sur la jupe de sa tante.

- Arrêter ! S'il vous plaît... Je suis tombée toute seule. Il n'y ait pour rien. Elle s'inclina à moitié. Veuillez pardonner ma maladresse, madame.

Un brusque silence s'installa, puis la femme la repoussa dans toute sa magnifique supériorité et demanda à son fils de la suivre sans broncher. Il observa Tenshi avec gratitude et emboîta le pas de sa mère. Tenshi fut très touchée par ce regard et une idée s'encra dans son esprit :"Je veux apporter la paix aux gens, je veux que la souffrance ne soit qu'une partie dérisoire de la vie et infime." Quelques mois plus tard, il fut emmené pour recevoir une éducation supérieur d'un grand précepteur. Toute la famille assista à son départ. En passant devant Tenshi, il lui remit distraitement un papier et s'en alla sans un mot. Le papier décrivait un endroit précis de la maison où elle s'empressa d'aller lorsque l'endroit fut désert. Elle découvrit un immense grimoire beige, aux pages jaunes et à la couverture rude. Elle ouvrit la première page et lut le nom de l'auteur. Il lui fallut un moment pour comprendre, et un autre pour réaliser : ce grimoire avait appartenu aux premiers Takanagis de l'histoire de sa famille. Pourtant, le livre semblait parler de ninjas. Un morceau de papier récent avait été inséré entre les pages. Il y avait inscrit : "J'ai appris que tu aimais les livres."

*Histoire des Takanagis

Ce livre qui semblait être un roman épique était en réalité un mémoire. Et pas n'importe lequel. Il contenait les écrits originaux d'anciens membres de sa famille. Le livre devait être vieux d'une centaine d'année et quelques décennies environ. Plus était-il possible ? Le premier à avoir écrit dans le livre était un certain Tsukasa. Son écriture était difficile à lire puisqu'elle tenait un langage ancien et très soutenu. Tenshi s'armait de dictionnaire et de parchemins anciens pour décrypter les confidences de son ancêtre. Après Tsukasa, c'était un autre membre de la famille qui repris la suite du livre. Il était de la génération suivante. A sa mort, un autre pris la suite de l'œuvre, puis un autre... Ils semblaient tous avoir été chef de la famille Takanagi et rapportaient les évènements majeurs que vivaient la famille. Quand à savoir si Tsukasa avait été le premier nommé "chef", rien ne le certifiait. En revanche, c'était bien lui qui avait pris l'initiative de mettre un mémoire à jour pour les générations à venir. Plus Tenshi avançait dans le livre plus les narrateurs se faisaient récents. Mais ils étaient encore très anciens et leurs noms étaient inconnus à Tenshi.
Le plus important dans cette œuvre, c'était qu'elle racontait l'histoire d'une famille ninja. Les Takanagis n'avaient rien de grands financiers, ils étaient juste ninjas de Kumo. Tenshi n'arrivait pas à y croire. Pourtant, les narrateurs tenaient les même valeurs que les Takanagis d'aujourd'hui : fierté, honneur, sagesse... Ils était donc bien ses ancêtres. Mais ils ne parlaient comme des ninjas et expliquaient en détails leurs découvertes et des techniques incroyables. Ils faisaient des rapports brefs sur leurs missions et entretenaient la mise à jour de l'évolution familiale. Plus incroyable encore, Tenshi comprenait désormais ce que signifiait le symbole des Takanagis : la fameuse plume blanche. Autrefois, leurs ancêtres étaient connus sous se symbole car leur jardin était sans cesse habité par des oiseaux, notamment des colombes. Le dernier maître ninja à avoir écrit dans le mémoire, apprenait que la dernière mission l'avait sérieusement blessé et qu'il lui avait été impossible de redevenir ninja. Il avait décidé de mener une entreprise visant à créer des tenues de combat efficaces. Cela avait plutôt bien marché et sa fortune se fit très vite par ses recherches avancées. Depuis ce jour, plus aucun de la famille n'étaient devenu ninja. Cela expliquait que la famille Takanagi était constitué de financiers, qui répugnaient la vie ninja mais aussi qu'elle était si impliqué dans le système de Kumo. Elle était après tout, à l'origine de grandes inventions vestimentaires, bien qu'aujourd'hui la famille Takanagi soit maître de plus de secteurs. Tenshi était profondément déçue de ce retournement de situation. Une idée lui vain alors : pourquoi pas raviver la flamme combattante au sein de la famille ? Elle qui était fille d'un mariage honteux certes, mais qui était aussi le fruit d'un amour exemplaire, ne pouvait-elle pas réaliser son rêve shinobi en restituant la famille Takanagi parmi les guerriers légendaires, ramener le respect et un "libre amour" à ses parents, prendre part à la sécurité des siens ? Son souhait, qui avait été jusque là un rêve d'enfant, prenait forme. Elle sentait tout son être se projeter vers ce destin. Un destin qu'elle avait choisi et qui, elle en était persuadée, voulait d'elle. Quand elle finit le livre, elle le referma et soupira. Elle se trouvait à l'endroit où elle avait surpris son cousin avec la colombe. La colombe... qui était symbole de paix. Était-elle aussi le symbole du bonheur ? Pouvait-elle rendre le sourire à sa famille si soudée dans l'honneur et si déchirée dans l'amour ? Elle vit une plume blanche et la pris en rêvassant. Elle voulait être une ninja de la paix, la paix des cœurs et des esprits. Elle tournait la plume entre ses doigts, ses pensées perdues dans des histoires héroïques et son cœur enflammé par une volonté pur. Soudain, son chakra s'éveilla et sa peau se fendit. Elle poussa un cri et se leva si brusquement qu'elle tomba les fesses à terre. Elle sentit quelque chose sortir de son poignet et se glisser entre ses doigts. Ce n'était pas douloureux mais horriblement désagréable. Elle ouvrit les yeux en haletant d'effroi. Dans sa main, elle tenait maintenant deux plumes blanches. La première était sale car elle avait subit la pluie et le temps, l'autre était d'un blanc immaculé et d'une précision affolante...

*Défi et volonté

Durant les deux ans qui suivirent, Tenshi ne parlait à personne du livre et passait son temps cloitrée dans sa chambre ou perdue dans le jardin. Ses parents arrêtèrent de la chercher sans arrêt faute de ne jamais la trouver. Elle restait leur fille curieuse et joyeuse mais semblait distante à propos d'elle même. Tenshi s'entraînait tous les jours à créer des plumes. Non seulement elles sortaient de son corps mais elles étaient constituées de chakra. Tenshi le découvrit en se coupant le doigt avec. Elle essaya de couper différents choses et les plumes tranchaient presque tout comme du beurre : le papier, le bois, les plantes... La fillette s'était découvert un don. Plus que ça, un justu. Elle l'appela Shiraha no Justu : la technique de plumes. En ce talent, elle y vit sa chance de devenir une bonne ninja. Aussi, elle s'était choisie un moment particulier pour demander à sa famille une faveur. Elle voulait leur demander leur accord pour devenir un ninja tout en portant l'insigne des Takanagis, et réinstaurer sa gloire dans le monde ninja. Chaque jour elle devenait une aspirante ninja toujours plus forte, toujours plus près de son rêve. Elle attendit patiemment le retour de son cousin, le garçon qui lui avait offert le livre. Car il était prévu qu'une réception familiale serait préparé à son retour. Elle pourrait ainsi s'adresser à toute la famille en une fois. Bien qu'exilée à la dernière table, sa famille, les Yozoras, faisait partie d'une branche de la famille et se devait de participer au repas. Quand le jour vain, elle se fit sage et se conduisit impeccablement. Ce n'était pas une première puisque malgré les apparences sa mère lui avait donné une éducation hors pair. Le chef de famille leva son verre et demanda à connaître les dernières nouvelles. Tous les membres de la famille étaient présents, aussi bien ce qui vivaient ici que ce qui vivaient dans d'autres régions. Certains se levèrent et clamèrent les dernières louanges et histoires de la famille. A la fin, Tenshi se leva sous l'œil effrayé de ses parents et l'indignation des autres. Le chef de famille l'observa calmement et froidement :

- Yozora Tenshi, dit-il pour lui rappeler qu'elle n'était pas d'une branche adéquate de la famille, que nous vaut cette interruption ?

- Avec votre permission, répondit-elle en le saluant, j'aimerais prendre la parole. Si j'ose la demander aujourd'hui c'est grâce à la bonté de votre petit-fils dont nous fêtons le retour ce jour, il m'a donné le courage et la voie de mon destin. Ainsi, je vous prie d'accepter ma vulgaire parole. S'il vous plaît.

Le silence fut de mort. Mais bientôt le maître financier acquiesça d'un mouvement de tête et Tenshi lança :

- J'ai pris la décision de devenir ninja. Beaucoup on rit car je suis connue comme désobéissante et maladroite. Ce à quoi, ils n'ont pas tord. Mais j'ai aujourd'hui la chance de racheter une faute qui n'est pas la mienne, si un temps soit peu mes parents sont fautifs de s'être aimés à travers un sentiment qui dépasse nos lois familiaux. Elle poursuivit sous les protestations. Il y a quelques années j'ai découvert ce livre. Elle le brandit et s'avança vers le roi de la famille. Il présente tous les écrits de nos ancêtres et font part de notre passé. Un passé glorieux où le domaine de la famille n'était ni l'argent ni l'orgueil mais la solidarité et le monde ninja. Regardez s'il vous plaît.

Prudemment, il prit le livre et le regarda avec une soudaine curiosité. Son visage se décomposa et il approuva. Du coin de l'œil, sa tante, celle étant la mère de son cousin, jeter des regards affolés autours d'elle. Tenshi ne savait pas pourquoi mais elle s'en moquait quelque peu.

- Aujourd'hui, j'aimerais votre approbation à tous, pour devenir ninja et porter l'insigne de notre famille. Je veux me battre en notre nom. Je resterais toujours une Yozora car je n'ai aucune honte à être la fille de mon père. Mais j'ai aussi beaucoup de respect pour ma famille maternelle. Je vous pris donc de m'accepter en tant que représentante de notre famille à la sécurité du village.

- Je n'en ai rien contre, susurra le chef de famille à la grande incrédulité du publique, mais pouvons-nous te confier une telle tâche ? Toi, qui n'est ni de sang pur ni dans l'honneur et sans don particulier ?

Tenshi ne dit rien et lui présenta sa main. Tout en concentrant son chakra et sa volonté, réveillant son profond désir de s'affirmer devant la famille qui l'avait humilié, elle fit naître une volée de plume par la paume de sa main. Les plumes s'envolèrent dans la brise qui filtrait par la fenêtre. Le calme s'installa dans la salle ainsi que l'incompréhension. Petites et douces, blanches et pures, les plumes retombèrent comme neige tiède sur le sol et sur le bois des tables. Le silence qui s'en suivi en disait long sur la beauté du moment.

- Ma technique n'est pas aussi futile qu'elle n'y paraît : elle est vive et efficace. Elle est le Shiraha no jutsu. Mon jutsu n'est pas encore bien mis au point car j'ai encore beaucoup à apprendre des bases ninja. Mais vous pouvez tous me faire confiance : je deviendrais une ninja reconnue.

Plus tard, sa demande fut accepté. Tenshi allait pouvoir démontrer de la force de sa famille et appliqué un respect véritable pour ses parents. Mais au fond d'elle même, ce qu'elle voulait vraiment c'était de stopper la violence et la souffrance des autres. Après avoir été promu Genin, elle reçut un cadeau symbolique de sa famille : une tenue ninja aux couleurs de sa famille.

Description :
Physiquement, Tenshi est une fille petite d'un mètre cinquante huit et pèse environ cinquante cinq kilogrammes. Elle a une silhouette proportionnée, charpentée et élancée. Son teint est d'une blancheur intense et ressort la couleur de ses yeux, de ses lèvres et de ses ongles roses. La plupart de ses veines sont bien visibles tels des serpents bleutés sur sa peau. Elle a la taille fine et la poitrine chaleureuse. Ses épaules et le haut de son dos sont parsemés de grain de beauté comme une volée de pollen sur un désert blanc. Sous une cascade de cheveux châtains presque orange, son visage ovale possède des traits fins et des lèvres douces et rose sur une petite bouche. Son nez est droit et proportionné. Ses yeux sont ornées de cils longs et noirs. Ils sont de la couleur bleu des lacs clairs et profonds. C'est un bleu qui n'est ni perçant ni désagréables, il est profond et remplie de vie.
Elle est vêtue d'un haut noir qui dénue ses épaules et sa gorge par un décolleté profond mais peu large. Les manches de soie sont mi longues et amples. Une lanière de cuir noire lui enlace son cou et est ornée de plumes blanches et grises dont le bout chatouille le bas de son cou. Au dessus d'un short banc et moulant à mis cuisse, elle a une jupe de coton noire, ample et longue jusqu'au genoux, fendue des deux cotés jusqu'à la hanche, retenue par une ceinture blanche. Enfin, elle porte des sandales noires de ninja.
Moralement, Tenshi peut être qualifier de rêveuse, curieuse, ouverte aux autres et renfermée sur elle même. Elle dit rarement se qu'elle pense des autres et surtout pas en mal. Elle est empathique et répugne les mauvaises langues et la "haine gratuite". Elle est souvent neutre mais présente des opinions très engagées. Elle a peur d'être de trop et de ne pas être accepté. Elle aime se faire des amis et aider les autres mais est toujours effrayée à l'idée de mal agir. Mis à part la peur d'être rejetée, c'est une fille extravertie et naïve, énergique, lectrice acharnée, un brin fétarde et d'une volonté sans faille.


Dernière édition par Yozora Tenshi le Dim 5 Déc - 19:46, édité 5 fois

MessageSujet: Re: Yozora Tenshi [TERMINE]   Dim 28 Nov - 14:21

Bienvenue Tenshi !

Je m'excuse si tu attends depuis un petit moment, je ne viens de remarquer la mention [Terminé] que maintenant ^^'

En ce qui concerne ta fiche, je la trouve complète et bien écrite ( il y a parfois quelques fautes d'inattention mais rien de bien grave pour autant ) ce qui m'amène à te proposer le rang Genin en cohérence avec ce que tu as écris et une future validation après avoir traité de quelques détails.

Là où j'ai besoin d'information c'est sur l'affinité. Les affinités sont traitées dans ce sujet : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Je crois que ton souhait de " manipuler " les plumes relève plus d'une Kekkai Genkai, ou Trait Héréditaire. Ce qui m'amène à une autre remarque. Pour obtenir tes techniques de plume propres à la famille Takanagi, si j'ai compris, tu vas devoir passer par la création d'un KG ( Kekkai Genkai ) via [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Mais je ne te cache pas que la création d'une KG demande beaucoup de temps et aussi une très bonne connaissance des règles et des techniques déjà présentes sur le forum. Donc si c'est ton souhait de créer une KG Takanagi, soit pleinement consciente que ça prendra beaucoup de mois et que tu ne pourras pas tout de suite exploiter les techniques de ton clan d'un point de vue RPG ( tu pourras en mentionner quelques unes en RP cependant )

Si créer une KG Takanagi ne t'intéresse pas, tu pourras passer par une option mise récemment à disposition des joueurs : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]. Comme tu le découvriras, les techniques personnelles sont soumises à quelques règles précises qui ne te permettront pas de créer quelque chose d'aussi complet qu'une KG.

Bref, étant consciente de tout ça, que veux-tu pour ton personnage ?

Si tu choisissais de passer par la case Technique Personnelle, je serais d'avis que tu sépares un peu plus le secret des plumes de la famille Takanagi ( car dans ton RP, cela ressemble tout de même beaucoup à un trait héréditaire et donc à une KG, mais si tu veux une KG malgré le temps de création que cela demandera, pas de changements à faire et je te valide comme ça )

A toi de voir =)

P.S : le blanc dans les dialogues ça pique les yeux ^^'

MessageSujet: Re: Yozora Tenshi [TERMINE]   Dim 5 Déc - 15:05

la fiche est éditée !
Ma technique est devenue une technique personnelle : cela facilitera la suite et donnera libre court à mon imagination.
Et j'ai changé les couleurs. ^^

MessageSujet: Re: Yozora Tenshi [TERMINE]   Dim 5 Déc - 15:16

Ça me va =)

Je te valide donc au rang de Genin ! Amuse-toi bien à Kumo et n'hésite pas à entrer en contact avec les autres kuméens pour un RP.

Yozora : +32 XP

Sho : +10 XP Lecteur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Yozora Tenshi [TERMINE]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Tenshi
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]
» {TERMINE} Olaf le bonhomme de neige qui aime l'été

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-