Partagez | 
 

 Devant le bâtiment

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Devant le bâtiment   Mer 29 Déc - 20:00

Les larmes n’avaient pas encore séchées. Cette rencontre inattendue avait bouleversé son cœur qui n’était pas habitué à tant d’émotions « humaines ». Il était devenu un véritable fantôme. Seulement, on était en train de le tirer de ce placard nauséabond mais, malheureusement, du mauvais côté. Dans cette scène imagée que l’enfant se construisait dans la tête, il faisait sombre. Debout, seul, dans un silence absolu, You se dressait dans ce qui semblait être une pièce à peine assez grande pour le contenir. Là, l’obscurité laissait passer quelques méandres de lumières. On pouvait y deviner deux portes.

Oui, deux portes, mais elles n’étaient pas identiques. Si les formes et les matières ne présentaient aucun intérêt immédiat, c’était bien des lumières qui perçaient par le trou de la serrure dont il était question. La première, dans le dos du garçon, était apaisante. Blanche et très vive, cette lumière semblait chaude. Et si elle éblouissait un peu, elle laissait dans le cœur et dans la tête une sensation de légèreté déconcertante. Pourtant, ce n’était pas vers cette porte que You regardait…

***

Dans les rues de Konoha, maintenant, sans jamais expliquer son chagrin, You continuait de courir droit devant. Ce professeur, ce personnage difforme et démesuré, défendait son académie chérie à tout prix. Savait-il seulement quel mal sa dulcinée lui avait fait ? Pas de la haine, pas de la discrimination. Non, pire, bien pire, c’était l’indifférence, l’inexistence, l’abandon. Et ça, You ne le supportait plus. Il allait leur faire payer, il allait leur montrer qu’il existait.

***

Cette fureur naissante l’expulser de nouveau dans cette pièce étrange et sombre. You, immobile et étonnamment impassible, fixait la deuxième porte. La lumière y était légèrement différente. Elle était d’abord colorée, d’un ton pourpre, ses reflets ambrés ricochaient sur le teint blême du jeune garçon. Cette flamme hypnotique vibrait de ci de là comme pour envoûter le regard.

D’un pas en avant, You, d’un mouvement lent et assuré, agrippa la poignée de cette porte. La petite décharge électrique qu’il ressentit sonnait comme un premier avertissement.

***


Après avoir parcouru plusieurs rues, You s’était réfugié sur le toit d’un des bâtiments. Il était toujours dans le quartier marchand, il regardait simplement les habitants par le haut. Quelques larmes avaient encore coulée, ses yeux avaient donc rougis et, dans cette position, recroquevillé ainsi, il était plus que jamais juste un enfant malheureux. Ni père, ni mère, juste seul…

Pourquoi devait-il supporter ça ? Pourquoi l’avoir trouvé si c’était pour le traiter ainsi ? Peut-être serait-il plus heureux dans la forêt… Mais il était coincé ici !

Il tendit la main, paume ouverte vers le haut, et fit échapper toute sa colère dans une flamme. Oui, cette maudite flamme qu’il avait réussi dans ce fichu cours à l’Académie. Ils appelaient ça maîtrise du chakra, lui appelait ça de la colère.

Il avait envie de taper et taper encore ! Mais à la place il ferma et ouvrit le poing à répétition, à chaque fois que cette envie lui revenait. Chaque flamme se faisait plus intense, plus grande et plus douloureuse. Les yeux du garçon se durcissaient après chaque tentative, il criait, hurlait et si la flamme commençait à se nourrir des chairs, ça n’en restait qu’un exutoire pour lui.

Mais tout ceci ne l’aidait toujours pas à comprendre. Pourquoi était-il seul ? Si ce don signifiait quelque chose alors pourquoi n’avait-il pas d’importance pour quelqu’un ?

Il hurla une dernière fois, et malgré le brouhaha constant du marché, certaines personnes se turent à l’écoute de cette plainte.

[You] « J’existe, j’existe… Je suis là, regardez-moi ! »

Il sauta et se remit en route. Oui, il existait et il allait le prouver.

[You] « Si tu aimes tant ton académie, Monsieur Sasaku, alors je vais exister pour toi, que tu le veuilles ou non. »

***

Il était encore là, la poignée dans la main. Le visage était cette fois dur, fermé, presque mauvais. Il entendait la plainte de la porte de lumière vive, de la chaleur et de la légèreté qui l’appelait. Mais son choix était fait, il tourna la poignée et commença à entrouvrir la porte de la colère, de la fureur et de la rancœur. Le fantôme commençait à sortir du placard.

***

You avait trouvé une utilisation aux quelques pièces que le professeur de médecine avait consenti à lui donner. Dans une petite échoppe, la première qu’il trouva, il s’acheta un petit pot de peinture couleur du sang et un pinceau brosse assez large. De là, il courut rapidement ce qui le distançait de l’Académie de Konoha.

Le bâtiment se dressait devant lui, si grand, si imposant et si… propre. Le regard de You était maintenant celui d’un démon. Creusé et toujours rouge, c’était bel et bien de la violence qui se traduisait ici.

Dans cet édifice de bois, briques et ciment, travaillaient les personnes responsables de son malheur. Il avait attendu si longtemps. Maintenant, c’en était fini.

Il grimpa comme il le put pour se placer aussi haut que possible sur la façade avant. De là, le pinceau barbouillé de rouge, You était décidé, il allait s’exprimer.

[You] « J’existe, j’existe… sinon comment expliques-tu l’état de ton Académie ? »

Il aurait voulu y mettre le feu, mais il en était incapable. Les lettres se dessinaient à la sueur et aux larmes du garçon, mais elles se dessinaient bien.

Bientôt, tout le monde pourra lire : j’existe !
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Devant le bâtiment   Mer 29 Déc - 21:41

Il en pleurait presque... Il tenait fermement ce bout de papier salutaire. Il lisait et relisait chaque mot pour au final connaître par coeur cette maigre lettre écrite d'une fine plume. Enfin, on l'avait promu Chuunin. L'homme n'en revenait pas, cela faisait de nombreuses années qu'il attendait ce jour et enfin il y était. Sans doute l'émotion le cloua sur place, mais ni les félicitations de sa famille ni son envie de les serrer dans ses bras ne parvint à le déclouer du sol. Ce ne fut que lorsque l'émotion descendit un peu qu'il réussit à se laisser tomber sur une chaise, prêt à dévorer de plaisir ce qu'avait posé sur la table Tina. Dans sa tête germait un nombre incalculable d'idée et d'objectif en tout genre. Mais pour l'heure, une seule chose lui semblait faisable.

Après un court repas qu'il s'empressa d'écourter, Hakai quittait la demeure pour se rendre à l'académie militaire du village. Il entreprenait de réaliser un rêve qu'il désirait depuis fort longtemps : être chef d'équipe. Il ne savait pas ce qu'il devait faire, mais à présent qu'il était chuunin, il avait ce droit et compter bien l'utiliser. Sautant de toit en toit, Hakai ne perdait pas de vue son objectif qui occupait une place si particulière dans l'architecture du village. Il avait comme l'impression que tout tourner autour de ce bâtiment avec les portraits des Kage qui s'élevait derrière pour la plus grande gloire du village. Ces hommes avaient dédié leurs existences au village comme beaucoup d'autre, mais avait eu l'avantage de posséder une puissance suffisamment grande pour se hisser sur la plus haute marche. Hakai n'avait pas cette prétention. Il vivait pour les choses qu'il aimait, les choses qu'il protégeait, mais jamais il n'avait aspiré à devenir Kage. Il se concentrait sur sa carrière militaire, souhaitant devenir un de ces héros anonymes. Il voulait créer l'équipe la plus efficace de Konoha et cela passait par l'encadrement des jeunes. C'était en bas âge que l'on apprenait le mieux et surtout que l'on attendait d'être mit sur la bonne voie. Hakai serait en quelque sorte leur messie, montrant la voie de la justice et du jugement. Car en effet, rien ne lui était plus important que d'inculquer des bases solides à ses élèves. Ils pourront ainsi s'envoler par leurs propres ailes façonner leur légende.

Tout cela n'était que pour le moment un rêve totalement fou d'un petit nouveau qui entrait dans la cour des grands. Il n'avait aucune idée des procédures à remplir pour s'attacher à cette tâche. Il appréhendait déjà le moment où il demanderait les papiers d'inscription d'une nouvelle équipe. Il voyait déjà cette bonne femme lui rire au nez en lui disant qu'il n'avait pas les aptitudes requises pour diriger une équipe. Non tout cela n'était qu'un mauvais rêve, cela n'arrivera pas, il avait confiance en lui et à ses capacités. Il faisait partie des Uchiha, avait réussi deux missions ou la logique, la négociation et la déduction avait joué un rôle essentiel. Il ne pouvait décidément pas se voir refuser ce droit.

L'Uchiha franchissait les lourdes portes en bois massif avec une boule au ventre. Comme un petit enfant ne savant pas trop où aller, il se dirigea vers l'accueil ou sans doute pourrait-on le renseigner. C'était cette bonne femme... Un air mélangeant la sévérité à la sagesse, de petites lunettes sur le bout de son nez, Hakai ne pouvait s'empêcher de la dévisager avec la crainte de se faire refouler. Son manque de discrétion ne manqua pas d'alarmer la femme qui regardait derrière elle se demandant ce qu'il se passait. Jamais elle n'avait pensé que c'était elle qui mettait mal à l'aise le jeune homme.

[Secrétaire] « Je peux vous aider jeune homme ? »

Hakai s'approcha du bureau d'un pas peu rassuré.

[Hakai] « Euh... Peut-être. J'ai été promu Chuunin il y a peu... et j'aimerais savoir comment ouvrir une nouvelle équipe que je dirigerais. »

[Secrétaire] « Sans doute vous êtes vu cru capable de diriger des élèves, vous le chuunin sans expérience...Quoi qu'il en soit vous trouverez les papiers et la liste des élèves potentiels dans le carré bleu. »

Hakai n'avait nullement l'envie de rester plus longtemps en compagnie de cette harpie. Il se dirigea sans attendre vers cette salle qu'il n'avait encore jamais vue. Tout comme la salle des professeurs, elle servait de salle de repos et de recherche au shinobi de haut niveau. En pénétrant de ce lieu, Hakai remarqua que la pièce portait bien son nom. D'une forme carré, les murs et le sol étaient quasiment habillé de bleu. Seul les meubles ressortaient de ce paysage. Les yeux sombres de l'homme observait ce nouveau décor et semblait comme l'enregistrer dans sa tête. Il y avait du monde, mais cela n'était pas pour le déplaire, il referma la porte et s'attira quelques regards qui ne restèrent pas plus de cinq secondes sur lui. Hakai reconnaissait quelque visage pour les avoir croisé ou alors avoir été dans la même classe pendant ces années d'étude ici, mais pourtant il n'alla saluer personne. Il voulait faire au plus vite et pour cela il s'avança machinalement vers le petit bac en bois ou des dossiers étaient rangés. « Ordre de Mission » ; « Liste des élèves et genin » ; « Formulaire d'inscription » ; il semblait y avoir tout ce dont Hakai avait besoin. Il regarda tout d'abord quelque ordre de mission histoire de voir s'il n'y avait pas quelque chose d'assez simple. Quelques-unes marquèrent son intention, mais il devait pour le moment choisir ses élèves. Etant donné qu'il lançait la démarche lui-même, il ne fallait pas s'attendre que l'académie lui face tout le boulot. Il s'empara d'un dossier d'une dizaine de page comportant les noms, l'adresse et la spécialité (lorsqu'elle était connue) de chaque élève. Il devait y en avoir une centaine, Hakai n'avait que l'embarra du choix. Mais avant tout il devait lire et signer un formulaire. Chose faite, il quitta le carré bleu pour visiter chaque amphi théâtre à la recherche de jeune prometteur. Bien qu'il avait déjà réservé une place pour Azumi, il devait encore trouver deux autres shinobi avide d'apprendre.

Souhaitant une équipe équilibré, Hakai essayait tout d'abord les classes de ninjutsu, mais il n'y vit que des gamins composant les signes les plus basiques pour réaliser un bunshin... Rien qui ne pouvait le convaincre. A cet instant son regard c'était posé sur un nom bien particulier... Hyuuga... Ils étaient rares dans cette liste. Hakai présumé que chaque chef d'équipe se jeter sur pareil élève pour l'enrôler. Hakai décala son regard de quelques centimètres pour voir sous quel prénom cet Hyuuga se présentait. Jin.... Un visage venait à l'esprit de l'Uchiha, celui d'un jeune Hyuuga aveugle... Peut-être la cause de sa présence dans cette liste. Quoi qu'il en soit, Hakai barra généreusement ce prénom, ce gosse n'était plus libre, il faisait toujours partie de la team 9 avec Azumi et le resta encore un bout de temps sous la direction d'Hakai.

Un Hyuuga, une spécialiste en genjutsu... Qui pourrait venir combler ce duo ? Un eisei était toujours le bienvenue... Le chuunin parti donc à la recherche de son dernier membre. Les classes étaient silencieuses, visiblement personne ne semblait faire court... Il fallait abandonner les recherches. Visiblement, il ne trouverait aucun aspirant médecin pour venir compléter son équipe. Qu'importe, avec deux membres comme Azumi et Jin, n'importe qui pourrait faire l'affaire, du moment que celui-ci n'avait pas de tendance suicidaire... Hakai alla déposer ses papiers à l'accueil et sans ajouter quelque chose le moindre mot, il sortit du bâtiment ou un spectacle l'y attendait. Un môme visiblement en manque d'attention gribouillait sur l'académie. Personnellement, Hakai n'en avait que faire de pareil connerie, quelqu'un trouverait bien moyen de le punir à sa place, mais il alla tout de même à sa rencontre.

[Hakai] « J'existe... Tu es vivant petit ? Ou alors un zombi peut-être ? Quoi qu'il en soit tu es devant moi, alors tu dois bel et bien exister. Reste à savoir ce que tu es...»

MessageSujet: Re: Devant le bâtiment   Ven 31 Déc - 20:37

You se crispa derrière son pinceau. Quelqu’un, derrière lui, venait de lui adresser la parole. A peine quelques secondes après le début de son message, quelqu’un réagissait. Et c’était bien le but. Oui, montrer à tout le monde qu’il était là, lui le garçon abandonné de tous. Il existait !

Il ne se retourna pas, il n’avait pas même l’air coupable, c’était un sentiment bien plus subtil qui le guidait. Il continua les graffitis, plus question de messages mais bel et bien de dégradation. Il fallait que son message soit fort.

On le regardait faire, derrière lui. Qui ça ? Il n’en avait aucune idée mais il fallait qu’il y en ait beaucoup plus. Tous les étudiants, toute l’Académie, tout le village devait le savoir !

L’excitation guidait son pinceau, il dessinait des ronds, des lignes. Tantôt pointus, tantôt arrondis, les motifs n’étaient là que pour marquer sa présence. Quelle était la meilleure preuve d’existence aux autres si ce n’était la destruction de quelque chose qu’ils chérissent ? D’abord Sasaku, puis d’autres professeurs aussi, ils seront tous affectés par ce geste.

[Hakai] « Un geste désespéré, animé par une rage depuis trop longtemps canalisé… Je pense que cela prouve que tu es humain… »

Il s’arrêta, encore, le pinceau tremblant. Il ne finit pas le rond qu’il était en train de dessiner. Ces paroles raisonnaient dans sa tête, ricochaient à tout va pour enfin s’étouffer lentement dans l’écho de ses propres pensées.

You se retourna et dévisagea l’inconnu. Il était grand, il avait un bandeau, deux choses qui n’allaient pas dans son sens. Mais ses paroles sonnaient juste. Il le dévisagea encore, même lorsque sa vue se troubla et que l’eau se mélangea à la saleté de son visage.

Pitoyable.

Le poing se serrait sur cet instrument de peinture. Il détestait sa faiblesse.

[You] « Qu’est-ce que ça peut te faire toi ?! hurla-t-il. »

Il respirait fort, il suait et pleurait en même temps qu’il tremblait. Mais ça ne calmait pas toute la rancœur qui alimentait son cœur. Il se retourna, fébrile de cette énergie déployée. Mais il n’en avait pas assez. Les paroles sont éphémères, il fallait écrire. Machinalement, ce sont des pointes, des stries et des pics qu’il traça. Cette façade serait bientôt rouge sang, la couleur que tous ces enseignants méritent.

Il pensait à toutes ces nuits passées dans les combles humides de cet immeuble, à errer dans un esprit vide de tout souvenir. Il pensait au légume qu’il était depuis son arrivée. Aujourd’hui, il pouvait le dire. Il n’en était plus un. Car oui, cette rancœur l’animait d’un feu nouveau, d’un feu qu’il aimerait partager.

[You] « Il faudrait y mettre le feu ! »

Et ses mains s’allumèrent dans son excès de fureur. Le manche du pinceau s’enflamma légèrement, puis brûla plus vivement ses poils. You continuait de dessiner. Cette danse sanglante et flamboyante était la plus belle chose qu’il avait réalisée. La fureur le maintenait en vie et il adorait ça.

Il avait mal aussi, son pinceau tombait littéralement en morceau de braises dans sa main. Ce n’était pas pour autant qu’il le lâcherait. La douleur était une chose bien merveilleuse également. Elle le réveillait et lui montrait que ses actes avaient un sens. Seulement, la peinture ne s’étalait plus.

[You] « Raaah ! »

Il prit le pot et jeta le reste de son contenu sur la porte. Son cri était à la fois une satisfaction et une douleur profonde. Ils fallaient qu’ils comprennent, qu’ils voient, qu’ils ressentent et qu’ils n’oublient jamais que You était là.

[Hakai] « Qu’est ce que cela peut me faire ? A dire vrai… Rien… Je me contrefiche de ce que tu ressens ou bien même de ce que tu as ressenti et même de ce que tu es occupé de faire… L’importance pour moi, c’est de savoir ce que tu pourrais faire dans l’avenir. »

[You] « Peut-être brûler l’Académie ou alors me jeter de la falaise, répondit-il hilare. Tout ce qui pourra leur montrer qu’ils se sont plantés ! »


[Hakai] « Et où se sont-ils planté ? Hum ? N’es-tu pas occupé de faire tout ce dont ils pensent de toi ? Crois tu vraiment que ses gens souhaitent ton malheur, qu’ils souhaitent que tu disparaisses à tout jamais de ce village ? Si cela était le cas… tu ne serais déjà plus qu’un vague souvenir, un simple mauvais souvenir que les gens se moqueraient le soir autour de la table. Tu es bien vivant, là, devant moi… Alors essaye de leur montrer qu’ils ont tord… Pour une fois. »

Encore des phrases incessantes, encore un adulte qui pense tout savoir, qui pense toujours prendre les meilleures décisions, qui pense connaître tout sur toute chose. Tout ça n’avait aucun sens pour You, il se tenait la tête avec ses mains, il ne voulait pas attendre tout ça une deuxième fois en si peu de temps. Il s’en fichait de tout ça, ce n’était pas ce qu’il voulait.

Il prit son appui et voulut s’enfuir en courant. Mais qu’est-ce qui n’allait pas chez les adultes enfin ? Tout ce chaos mental ne fit qu’aggraver son état physique pitoyable. Une simple pierre sur la route du garçon lui prouva son existence. Lui qui ignora tout d’elle se mit au travers de son chemin et c’est sans peine qu’elle le fit trébucher en avant. Le visage de You toucha le sol en premier et cet hématome agrandit la collection d’écorchures et de brûlures qu’il avait déjà.

Vu de l’extérieur, il ne fit que tomber, raide comme un bout de bois. Mais il se mit à pleurer juste après. Il n’était qu’un enfant mais son chagrin avait une cause bien plus mature.

[You] « Le problème, ce n’est pas ce qu’ils pensent de moi. C’est… qu’ils ne pensent rien du tout. »

A bout, à la limite de ses possibilités physiques les plus extrêmes, le garçon de 8 ans ferma les yeux. La fatigue l’emporta ainsi sans qu’il ne puisse lutter. Il ne vit plus que le noir et la fureur s’estompa en même temps que sa conscience.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Devant le bâtiment   Sam 1 Jan - 16:37

Hakai regardait ce petit corps frileux trembler de tous ses membres. Il aurait pu croire sur le coup que le gosse mourrait de peur, mais c'était sans compter sur la réaction immédiate de celui-ci. Il reprit de plus belle son travail, mêlant dessin barbare à des fresques originales. L'Uchiha ne faisait rien, son devoir aurait probablement été de mettre fin à cette dégradation, mais il avait le sentiment que ceci était primordial pour la survie de ce gosse. Il ne le connaissait pas, il ne savait pas pourquoi il agissait ainsi, mais Hakai avait lui-même eut un passé douloureux et voir un garçon écrire « J'existe ! » sur les murs de l'académie ne signifiait rien de bien amusant.

[Hakai] « Un geste désespéré, animé par une rage depuis trop longtemps canalisé… Je pense que cela prouve que tu es humain… »

Une nouvelle, l'enfant s'arrêta, immobilisé devant les propos tenus par l'adulte. D'un geste brusque, celui-ci se retourna pour faire face à son interlocuteur et ainsi voir à quoi ressemble l'Uchiha. Son regard se fit plus frustré lorsqu'il remarqua le bandeau attachait au bras de l'homme. On pouvait ressentir toute la haine que portait le garçon dans son coeur contre ce symbole. Pour quelle raison ? Un enfant de neuf ans ne pouvait avoir autant de raisons qu'un shinobi confirmé pour haïr son village et pourtant tous se battent pour sa survie. Tout cela devait probablement être des enfantillages où le manque de maturité empêchée celui-ci de s'apercevoir de son erreur.

[You] « Qu’est-ce que ça peut te faire toi ?!

Un chien enragé ? Il ne manquait que la bave qui s’évadait abondamment de sa gueule pour y croire. Le garçon ne se contrôlait plus, il n’avait plus aucun contrôle sur son corps et laissait sa rage l’envahir, le contrôler, le manipuler… Un tel comportement pouvait être dangereux. Il fallait que quelqu’un l’aide ou l’enferme…

[You] « Il faudrait y mettre le feu ! »

Et voilà que sa rage prenait forme dans un jet de flamme qui venait embraser le pinceau et ainsi, son porteur en même temps. La rage qui le consommait l'empêcher même de souffrir alors que sa chair bruler. Il ne faisait aucun doute que la douleur de cet enfant pouvait être un danger potentiel pour les habitants du village si personne ne réagissait. Le sceau valsa au sol vidant son contenu à même le sol. Les murs étaient à présent sauf, mais en était-il de même de ce garçon ?

[Hakai] « Qu’est ce que cela peut me faire ? A dire vrai… Rien… Je me contrefiche de ce que tu ressens ou bien même de ce que tu as ressenti et même de ce que tu es occupé de faire… L’importance pour moi, c’est de savoir ce que tu pourrais faire dans l’avenir. »

[You] « Peut-être brûler l’Académie ou alors me jeter de la falaise, répondit-il hilare. Tout ce qui pourra leur montrer qu’ils se sont plantés ! »

[Hakai] « Et où se sont-ils planté ? Hum ? N’es-tu pas occupé de faire tout ce dont ils pensent de toi ? Crois tu vraiment que ses gens souhaitent ton malheur, qu’ils souhaitent que tu disparaisses à tout jamais de ce village ? Si cela était le cas… tu ne serais déjà plus qu’un vague souvenir, un simple mauvais souvenir que les gens se moqueraient le soir autour de la table. Tu es bien vivant, là, devant moi… Alors essaye de leur montrer qu’ils ont tord… Pour une fois. »

Et il s'enfuyait, courant la peur aux trousses. Jamais il n'aurait le courage d'affronter la vérité en face. Jamais il ne serait prêt à affronter le regard des habitants. Et pourtant le peuple aime ses héros... comme il déteste les faiseurs de troubles. Il ne tient qu'à lui de changer sa situation, mais il est trop aveuglé par la rage pour s'en apercevoir. Il lui faut une main pour le sortir de ce trou ténébreux et encore une fois, Hakai était prêt à jouer ce rôle. Ses yeux sombres scrutaient la silhouette du garçon s'effondrer une vingtaine de mètre plus loin. Hakai laissa son désespoir s'échapper en un long soufflement avant de débuter son approche de la carcasse vide qui joncher le sol. Il était assez prêt à présent pour remarquer les pleurs du jeune garçon et pour entendre les faibles sons qui sortaient de sa bouche.

[You] « Le problème, ce n’est pas ce qu’ils pensent de moi. C’est… qu’ils ne pensent rien du tout. »

*Si ce n’est que ça…*

Hakai était arrivé au côté de l'enfant. Celui-ci c'était évanoui de fatigue. Le chuunin rangea ses documents dans sa poche intérieure avant de porter dans ses bras l'enfant. Il remonta l'allée de l'académie ainsi afin de pénétrer à l'intérieur de l'imposant bâtiment. Une nouvelle fois, Hakai aurait à faire à cette femme, mais cette fois il ne s'agissait pas de lui.

[Hakai] « J'ai besoin d'avoir les informations disponibles sur cet enfant, il est étudiant ou bien genin, c'est une certitude. »

Après plusieurs minutes de recherche, la secrétaire lui sortit une feuille avec les informations concernant cet enfant. Hakai les consulta rapidement. You... Aucun nom de famille, pas de famille connue, grade : genin ; aucune spécialisation connue jusqu'à présent... Cela ne présentait vraiment rien de bon. Hakai réalisait alors que cet enfant était comme enfermé dans une bulle ou personne ne venait. Il était seul dans un monde ou l'entraide est primordiale. Hakai remercia poliment la femme et sortit enfin de l'académie. Sa recherche de jeune talent s'était achevé d'une façon peu habituel, mais peut-être portait-il à bout de bras un garçon capable de réaliser de grandes choses. La rage est un facteur important pour un soldat, il suffisait simplement de savoir la contrôler et de l'utiliser pour protéger autrui. Ce garçon n'avait personne dans sa vie... cette rage ne lui servait qu'à le maintenir en vie, cela allait changer. Il allait faire partie d'une équipe, allait côtoyer d'autres personnes et se lierait à elles, car il allait soit vivre avec elles ou soit mourir...

Hakai franchit les portes de l'hôpital. La pièce principale était bondée de monde, mais quelqu'un remarqua immédiatement le garçon qu'il tenait dans ses bras et vint lui prêter assistance. C'est ainsi que l'Uchiha se sépara de son fardeau. Mais avant de quitter l'hôpital il comptait bien lui laisser un petit quelque chose : l'occasion pour lui de montrer son existence à tous.

Citation :
« Dans deux jours, à 15 heures précisément, tu devras te rendre à l'académie : salle 105. Tu y découvriras le moyen de prouver to existence à tout le village et de gagner leur sympathie. Ton destin est entre tes mains. »

MessageSujet: Re: Devant le bâtiment   Sam 1 Jan - 17:59

Session terminée.

Demande de validation de Yokusei - Maîtrise du Ninjutsu.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Devant le bâtiment   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» René Civil devant le tribunal criminel
» Devant la Cathédrale
» j''me suis fait tout p''tit devant une poupée qui disait non
» L'un des fils de Sarkozy devant un tribunal.
» Ou comment perdre son temps devant un portrait...[venez!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Konoha-