Partagez | 
 

 Le Goût de la Vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Le Goût de la Vie   Dim 9 Jan - 1:50

Aujourd’hui, le soleil rayonnait. Les premières lueurs de la journée étaient passées depuis quelques heures, laissant l’astre solaire inonder le pays du feu. Les feuilles ne tremblaient pas tandis que la terre se fissurait avec timidité par endroit. Ce n’était pas la sécheresse, mais la chaleur émanant des cieux fatiguait la nature. La cité de Konoha n’échappait pas à la règle. Trônant fièrement derrière ses remparts ; accoudé avec une pointe d’arrogance à une falaise haute de plusieurs centaines de mètres : le village s’éveillait. Les commerçants ouvraient leurs magasins face à des ruelles encore vides. Les jeunes aspirants prenaient les chemins menant à l’académie militaire du village, la tête remplit des rêves de la nuit. Les terrasses de café se peuplaient peu à peu dans une ambiance mêlant jovialité et détente. Quelques shinobis à la retraite prenaient la direction de la boulangerie, une pièce symbolique et scintillante entre les mains. Un tableau remplissant les clichés habituels d’une vie routinière prenait place.

Un jeune homme était réveillé depuis les premières lueurs de l’aube. Habillé sombrement, il finissait de ranger sa chambre en silence. Ses pupilles noires balayé la pièce, qui était d’une taille bien plus qu’honorable pour une chambre, avant de s’arrêter sur un bureau en bois de chêne. Il s’avança, tira la chaise et s’installa confortablement. Sa main traversa sa chevelure sombre avant qu’il ne décide d’ouvrir un tiroir. Rapidement, un cahier à la couverture cramoisie fit son apparition devant lui. Il était bordé de feuille d’or et l’une d’entre elle, plus grande que les autres, se pavanait au milieu. L’espace était vide, c’était un livre sans titre. Les doigts du jeune homme prirent alors doucement la mesure de l’ouvrage. Quelques instants passèrent tandis que son regard se perdait dans des pensées dont il était le seul chef. Il ouvrit le cahier laissant apparaître de belles pages légèrement jaunes. Il attrapa non loin une plume de cygne tout en esquissant un sourire. La pointe trempa avec retenue dans une encre noire jais avant de venir stationner au début de la première page. Après de longues minutes de réflexion, les premières guillemets s’ouvrir…

« L’âme humaine puise sa substance dans des expériences inédites. »

***

[Laly] – Tu es en retard Kenji Uchiha !

[Kenji] – Un shinobi n’est jamais en retard, ni en avance d’ailleurs jeune fille. Il arrive précisément à l’heure.

Laly jeta un grand sourire aussi vif qu’un shuriken en direction de son prétendant avant de lui sauter dans les bras. Son regard noir trahissait toutes ses pensées. Ainsi, le bonheur qu’elle avait de retrouver celui qui faisait vibrer son cœur explosait de toute part. Le jeune homme resta plus mesuré. Sa prestance montrait toute son éducation. Mais il enlaça avec plaisir celle pour qui il était venu. Ils s’embrassèrent comme les deux moitiés qu’ils étaient avant d’entamer une petite promenade dans le parc du village.

La nuit n’était pas encore tout à fait tombée. Les faisceaux d’un soleil mourant se lisaient encore sur l’horizon. Les ombres s’étiraient tandis que la lune venait tout juste de faire son apparition. Reine sûr son territoire, elle montait avec brillance son char d’argent parsemant une fumée d’étoile sur son passage. Le regard noir des deux Uchiha se perdirent dans cette pénombre tandis que la jeune fille laissait transparaître un murmure sur ses lèvres.

[Laly] – Alors, tu comptes me parler un peu de ce qui s’est passé ?

Kenji fronça les sourcils.

[Laly] – Tu reviens de mission et …

Sa voix se perdit aussi vite qu’une onde à la surface de l’eau. Le jeune garçon hocha négativement de la tête tout en regardant au loin, perdu dans ses pensées. Ce passé là, il lui appartenait. Il n’en était pas fier. Sa salive devenait amère aux souvenirs de cette aventure. Il avait pourtant fait équipe avec ce qui se rapprochait le plus d’un ami pour lui, Hakai Uchiha. Un jeune garçon ambitieux qui gravissait les échelons avec toute la vivacité d’un lion. Kenji faisait du surplace et c’était ce qui l’énervait le plus. Il ne le montrait à personne, mais un sac de nœud avait remplacé son estomac et il ne cessait de se demander ce qui allait se passer maintenant. Une mission réussie ne valait rien face à toute une psychologie cassée. Fort à l’extérieur mais faible à l’intérieur. L’enfant prodige se perdait dans les ténèbres de l’ombre d’un patriarche puissant et confiant. Cela faisait de nombreux mois qu’il espérait s’émanciper de Takeshi ; et cela faisait encore plus longtemps qu’il espérait secrètement prendre le contrôle du clan. Mais il était jeune, arrogant et peu écouté. Le Cygne l’aimait, à chaque passage dans le quartier il était reconnu et apprécié par tous. Tout le monde connaissait son statut et savait qu’il n’était pas immérité. Un problème alors subsistait, être aimé ne veut pas dire être écouté. Les gens aimaient ce qu’il représentait, non qui il était. Tant que la droiture de Takeshi se poserait face à lui, il ne pourrait avancer. Il l’avait bien comprit. Mais pour le moment, il ne cherchait pas encore à défier cet obstacle. Il était jeune, bien trop jeune pour espérer quoi que se soit. Il devait apprendre, comprendre et assimiler avec un recul assez important pour porter son propre jugement. Une voix aussi douce qu’une nuit d’été le sorti de ses pensées.

[Laly] - Il y a des personnes qui se sentent indignes d’être aimées. Elles ne prennent pas leur place et se font toutes petites, en essayant de n’ouvrir aucune brèche au passé.

Une rangée de dent éclatante apparue sur la jeune fille qui se positionna face à son amoureux. Elle lui serra les mains avant de plonger son regard dans le sien.

[Laly] – Tu n’aimes pas te faire tout petit. Même si tu ne parles pas et que tu gardes toutes tes pensées pour toi en jouant les solitaires, tu adores être au centre des choses. Tu aimerais diriger, ordonner et gérer ce que tu vois. Etre aimé est la clé pour être écouté, tu as fais la moitié du chemin et tu ne pourras atteindre ton objectif quand finissant cette route sur laquelle tu ne cesses de t’arrêter et parfois même, de revenir en arrière.

[Kenji] – Il ne faut pas confondre être solitaire et être pensant.

Kenji la délaissa tout en faisant quelques pas sur le côté en direction du lac du parc.

[Laly] – Si tu penses que la vie humaine ne peut-être régit que par la raison, tu va nier la possibilité même de vivre.

Elle le rattrapa et se positionna à côté de lui. Sa tête vint se blottir avec délicatesse dans le creux de son épaule tandis qu’il regardait tous les deux les premières étoiles scintillées sur la surface de l’eau. Elle passa sa main autour de la taille de Kenji tout en restant silencieuse. Ce dernier jeta alors ses dernières pensées.

[Kenji] – La lune est belle ce soir.

« Le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé. »

***

C’était l’heure du déjeuner. Le petit comité de Takeshi Uchiha était réuni autour de la table de la cuisine. Il y avait tout d’abord Shiori, sa femme. Elle souriait tendrement tout en servant un peu de riz dans chaque bol. Un rayon de soleil venait de temps à autre illuminer son visage avec douceur. Sur sa gauche se tenait le patriarche. Le dos droit, une prestance sans égal, il observait la scène avec sérieux. Sa longue tunique bleue exaltait toute la grandeur de sa posture alors qu’il prit la parole, le ton sec.

[Takeshi] – Si tu veux quelque chose dans la vie, prends-le.

Shiba qui se tenait face à lui décroisa les bras l’air sombre. Sa chevelure blonde ne scintillait pas comme par le passé et son regard bleu se perdait dans les interrogations. Il serra légèrement le point sur la table avant de répondre d’un ton cinglant.

[Shiba] – Je ne veux pas de cette promotion. Etre juunin me suffit amplement, je n’ai pas envie de parcourir les terres du pays du feu pour trouver les derniers rebuts de la société.

Kenji resta quelques instants sans réaction face aux paroles signé d’une consonance féroce. Le patriarche fronça les sourcils.

[Takeshi] – Cela nous serait très utile pour l’image du clan. Et surtout… Il y a toujours le cas de Kazuo Juichi. Cette affaire n’a que trop durée.

[Shiba] – On dit qu’il possède une réserve de chakra infinie.

[Takeshi] – Les rumeurs ne sont qu’une défense pour être tranquille.

Shiba détourna les yeux du regard profond du chef des cygnes. L’aura de Shiori s’estompa peu à peu lorsque le nom du déserteur fut entendu. Kazuo Juichi avait tué un Uchiha et lui avait subtilisé son dôjutsu. C’était une grande perte pour le clan, qui depuis cette heure sombre se savait en danger. Les secrets de toute une famille étaient enfouis dans cet œil qu’il fallait récupérer. Kenji redressa le menton et jeta ses paroles comme une simple réplique.

[Kenji] – Je veux y aller.

Shiori laissa tomber le plat qu’elle avait dans les mains rependant le riz sur la table.

[Shiori] – Tu es fou.

Takeshi resta sans réaction tandis que Shiba ne s’étonnait que très peu des paroles de celui qu’il entrainait depuis de nombreuses années.

[Shiba] – Tu n’as pas le grade nécessaire, ni même la force pour affronter un individu comme lui. Et surtout Suigaira n’est pas un endroit pour un jeune Uchiha.

Après quelques instants de flottement, Kenji inspira profondément avant de saisir au plus profond de ses pupilles le regard de chacun de ses interlocuteurs.

[Kenji] – Il n'est pas rare qu'un jeune homme se lance dans une action considérée comme téméraire par ses aînés. Affronter le danger est un rite de passage dans notre culture comme la plupart des autres. Et puis, le risque a toujours eu un certain charme.

[Takeshi] – Une réponse poétique, mais je reste le seul à décider qui peut y aller.

Shiori commença à ramasser le riz qui s’était étalé sur la table tout en respirant avec plus de facilité. Elle se sentait soulagée des paroles de son mari.

[Shiori] – Oui c’est à Takeshi de décider…

[Takeshi] – Kenji, je vais y réfléchir.

Le plat de riz s’écrasa à nouveau sur la table.

« N’oublie jamais, quand tu veux quelque chose dans la vie, tu n’as qu’à tendre la main et tu le prends. »

***

D’un geste lent et précis, Kenji ferma le cahier. Il posa sa main quelques secondes dessus tout en laissant son regard vagabond errer dans ses pensées. Cela faisait un an jour pour jour qu’il avait commencé cet ouvrage. Il s’était passé beaucoup de chose durant cette année, et le plus important avait été la mission avec son compère Uchiha. Ses pupilles noires reprirent connaissance tandis qu’il reposait sur son porte plume, cet éclair blanc de cygne. Il retourna l’ouvrage observant la feuille d’or qui trônait en son centre. Il lui fallait un titre. En une fraction de seconde il reprit la plume de cygne, la trempa dans l’encre noir et resta suspendu sur l’espace doré. Il inspira profondément et commença à écrire dans une police italique assez magistrale. C’était terminé.

Il se redressa, fit quelques étirements et partit en direction de la grande baie vitrée que possédait sa chambre. Un geste souple lui permis de l’ouvrir. La chaleur d’un début d’après midi, alors que le soleil était à son zénith, vint lui fouettait le visage comme pour l’asphyxier. Il fit quelques pas sur le balcon de bois avant de venir s’accouder sur la rambarde. L’horizon devint sa ligne de conduite. Les cygnes blancs du domaine se reposait sur le lac, comme les personnes âgées font la sieste après un bon repas de midi. Il esquissa un sourire.

« Etincelle de vie. »


Dernière édition par Uchiha Kenji le Lun 31 Jan - 23:52, édité 2 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le Goût de la Vie   Lun 10 Jan - 1:58

Encore, il lui en fallait toujours plus... Asama en demandait encore plus, comme si elle n'en avait encore accès. Sa soif de sang ne serait rassasiée que lorsque son adversaire serait vidé de son sang. Hakai le savait et cette vision l'avait cloué au sol. Assit sur l'herbe humide, les jambes en croix, il avait ouvert ses yeux et son visage était vide de toute expression. Sa soeur était en face, mais étrangement elle ne s'inquiétait pas à la tournure que prenait cet entraînement.

[Hakai] « Mais c'est un monstre... Comment puis-je posséder une telle chose... »

[Nora] « Avec ton passé, tu ne t'es jamais demandé ou était passé toute la rage qui te faisait tenir debout jadis ? »

[Hakai] « C'est vrai que je n'ai jamais été une personne haineuse malgré tout ce que j'ai enduré, mais je me suis toujours considéré comme un chanceux... J'ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables et je pensais que c'était cela qui m'avait calmé et non cette... chose. »

L'homme portait les sur son visage, car oui Asama était une partie de lui-même qu'il aurait préférée ne jamais rencontrer. Mais l'homme ne peut exister sans haine, cela est impossible. Chez la plupart des personnes, la haine est un sentiment que l'on rencontre lorsqu'elles sont de mauvaise humeur ou que quelque chose les ont contrariés. Chez Hakai tout était différent. Le sang, la haine et tous ces sentiments primitifs étaient concentrés dans une même et seule entité, son sharingan. Déjà par le passé, l'homme avait pu se rendre contre de son indéfectible soif de sang lorsque les perles pourpres venaient baigner dans ses orifices, mais il avait toujours placé cela sur le compte de l'excitation du combat. Jamais il n'aurait cru que ses yeux pouvaient être une personnalité à part et qu'ils vivaient ensemble dans un même et unique corps.

[Hakai] « Comment m'en débarrasser ? »

[Nora] « En t'arrachant les yeux ? Et même... Malgré que tu ne veuilles pas le réaliser, Asama est une partie de toi, ce n'est pas en t'arrachant un membre ou autre chose que tu t'en débarrasseras. Les Uchiha sont des êtes comme les autres, si tu veux canaliser ta rage il te faut travailler comme n'importe quel mortel. Mais crois-tu vraiment que cela est nécessaire ? Tu n'as encore jamais montré de signe d'agressivité quelconque, même en combat. Je pense que tu es simplement troublé par ta nouvelle vision. C'est le résultat de ton apprentissage au genjutsu Hakai... Il t'offre une nouvelle vision de toi-même. »

Le pouvoir de l'esprit... Le pouvoir de percevoir... Le pouvoir de détruire... Tout cela il le maîtrisait grâce à son sharingan, grâce à Asama. Il avait créé un lien profond avec cette chose sans même s'en rendre compte. Il lui était à présent impossible de faire marche arrière, de faire comme s'il ignorait l'existence de cette chose. Elle était encrée en lui, elle faisait partie de lui, peut-être était-elle sa véritable identité. N'était-il pas normal qu'un enfant brutalisé et insulté chaque jour et ceux pendant d'innombrable hivers ne devienne un monstre enragée ?

A cet instant, tout ce flot de colère et de haine qui circulait dans le corps de l'Uchiha fut stoppé par un message de Sakechi.

[Sakechi] « Kenji est rentré. »

Ses mains se desserrent, son visage devint plus serein et ses yeux reprirent une lueur naturelle. Comme ci la bête enragée qui était prisonnière de son corps s'était apaisé. Il savait que la seule chose sur laquelle il pouvait compter était ses amis. Alors que Taka lui faisait défaut, voici que l'ange noir revenait au bercail.

[Hakai] « Nous continuerons l'entraînement à mon retour. Surtout pas un mot de tout cela à père. »

[Nora] « Nous sommes tous passé par la Hakai. »

[Hakai] « Qu'importe. Je ne veux pas qu'il sache qu'il abrite sous son toit une bête. »

[Nora] « Plutôt docile la bébête... »

Hakai ne put s'empêcher d'avoir un rictus. Son coeur était déjà plus apaisé. Savoir que Nora était elle-même passé par cette épreuve ne pouvait que l'encourager à progresser et à dompter la bête qui logeait dans ses pupilles. Il claqua la porte derrière lui et parcourait les quelques centaines de mètres qui le séparaient de la demeure du chef de ce domaine. Cela faisait plusieurs semaines qu'il n'était pas revenu ici. Il avait alors pu rencontrer pour la première fois Takeshi, un homme manipulateur, mais qui forçait le respect tant par son parcours que son charisme. Le chuunin ne savait que trop penser de cet homme. Il était décidé de profiter de l'aide que celui-ci pouvait l'apporter, mais sans trop s'avancer dans son sens. Il était avant tout un électron libre.

Là, au-dessus de lui, sur un balcon qu'Hakai avait déjà admiré plusieurs fois se trouver une silhouette sombre. L'homme savait à qui appartenait cette silhouette et il n'hésita pas une seule seconde à se projeter en l'air. Sa main s'empara de la rambarde et d'un geste fort il se propulsa par dessus. Il se dressait à présent à côté de son plus ancien ami. Les coudes posés sur le garde-fou, Hakai croisait le regard de son vieil ami.

[Hakai] « Ainsi donc mon père avait raison... L'enfant prodige est de retour. »

MessageSujet: Re: Le Goût de la Vie   Jeu 13 Jan - 23:27

Le soleil entamait son parcours descendant en direction de l’horizon. La chaleur restait la même tandis que le vent se levait sous de légère bise. Kenji restait muet, le regard perdu face au discours de la nature. Doucement ses doigts vinrent caresser cet éventail rouge et blanc qui ornait la manche de son haut. Il le touchait sans même le regarder. Il le connaissait par cœur, tout comme il connaissait ce quartier. Ses formes, ses habitants, ses rites, peu de chose lui échappait. Takeshi l’avait fait étudier depuis de nombreuses années. Sa main s’arrêta quelques instants alors que l’image du patriarche se fixait dans son esprit. Il ne savait plus quoi penser. S’il y avait bien un homme à qui il devait tout, c’était lui. Mais ce dernier en avait profité comme jamais. Son passé avait été effacé comme un ouragan dévaste les villes un peu trop prés des côtes. Un léger soupire disparu au travers de ses lèvres avant qu’il ne redresse le torse. Il sentit une présence approchait non loin, aisément reconnaissable. Son visage se referma alors qu’Hakai se posait à ses côtés. Cela faisait plusieurs semaines qu’il n’avait pas revu son compère Uchiha.

[Hakai] – Ainsi donc mon père avait raison... L'enfant prodige est de retour.

Cette phrase fit exploser un océan de pensée dans l’esprit de Kenji. Hakai appelait Sakeshi père, ce qui n’était pas rien dans la hiérarchie sociale d’une famille. Kenji ne se serait jamais permis de telle familiarité avec Takeshi. Il savait que ce dernier ne l’aurait de toute manière pas accepté. Mais même avec Shiori, il n’avait pas de lien assez puissant. Il n’avait de toute façon aucun lien avec personne. Une autre pensée secoua son esprit. Hakai l’appelait l’enfant prodige. Cela faisait quelques années qu’il n’avait plus entendu ce surnom qui avait bercé son enfance. Kenji resserra légèrement ses mains autour de la rambarde de bois tout en fuyant son regard en direction de l’horizon. Il avait tellement aimé ce surnom, il l’avait tellement embrassé avec passion dans sa jeunesse, qu’il le détestait maintenant. Tout cela n’était que des mots, des lettres posées entre elles pour se rassurer. Le domaine avait simplement voulu se dorloter dans un confort créé de toute pièce. Ce n’était que mensonge et trahison. Il était un imposteur. Son âme le savait, son cœur le savait. Il gardait toutes ces pensées pour lui et son corps ne transmettait que peu de message. Il prit alors un ton détaché pour répondre à ce qui s’apparentait le plus à un ami pour lui.

[Kenji] – Il faut bien rentrer un jour.

Hakai esquissa un petit sourire tout en lui rétorquant.

[Hakai] – Quoi de neuf l'ami ?

Kenji laissa flotter un petit moment de silence. Il se remettait les idées en place et réfléchissait à ce qu’il pouvait révéler au protagoniste à ses côtés. Il y avait certaines choses, comme la mission échouée avec Iki, qu’il préférait garder pour lui. Et d’autre, comme ses états d’âmes qu’il voulait oublier. Mais il était poli et parler avec Hakai ne le dérangeait pas. Même si le dialogue n’était pas son point fort et que pour lui les gestes valaient mille discours. Soudainement, il se rappela d’un fait dont Takeshi lui avait parlé au détour d’un simple diner. C’était quelque chose d’important dans la carrière de l’Uchiha qu’il ne fallait pas manquer de souligner.

[Kenji] – Les choses se passent sent grand changement. J'ai appris que tu étais passé chuunin, félicitation.

Hakai allait pouvoir réaliser son rêve : devenir instructeur. Ce n’était pas chose aisée et Kenji en avait fait l’expérience avant de partir en mission. Il y avait eu l’équipe neuf, mais cette dernière n’avait pas tenu le choc de la séparation. Elle avait été dissoute et Kenji n’avait eu aucune nouvelle de ses membres. Ying semblait portée disparue. Il avait pourtant apprécié voir progresser la jeune Niwa qui s’était créée une seine rivalité avec le génie du groupe. Azumi était si précoce que cela en avait séduit l’Uchiha. Voir une élève si douée, qui assimilait et buvait la moindre de ses paroles en avait fait son élève préférée. Il restait Shinjin. Certes c’était un Hyûuga, mais il avait l’abnégation d’un grand ninja. Il ne reculait jamais devant l’effort et avait les qualités d’un futur chef d’équipe. Lorsque Kenji regardait dans passé, il s’apercevait que son équipe lui manquait. Ces jeunes de qualités avaient sut se faire une place dans sa vie. Et maintenant, il fallait qu’ils les oublient pour se concentrer sur ses objectifs. Sa carrière commençait à peine et il devait trouver sa voix. Il voulait tracer son propre chemin comme l’avait fait nombre de ses prédécesseurs.

[Hakai] – Les choses changent et les hommes évoluent. Ce n'est que pure suite dans la vie, un grade est un grade, c'est le nom qui compte. Il marqua un temps d'arrêt tout en fixant Kenji. Et on sait tous les deux que Kenji Uchiha est toujours sur le devant de la scène.

C’est le nom qui compte, Kenji Uchiha est sur le devant de la scène. Kenji soupira, il avait l’impression de s’entendre parler quelques années plutôt. Pourtant, cette idéologie ne l’avait pas vraiment quitté. Il avait juste appris à la maîtriser, à ne plus la faire transparaître comme on expose une œuvre d’art. Il voulait être prit au sérieux et cela ne pouvait passer que par une profonde remise en question de son comportement et de sa façon d’agir. Le clan Uchiha était puissant, mais ce n’était pas par l’arrogance et la prétention qu’il allait étaler cette force. Ce n’était pas non plus en refusant le dialogue. Kenji se redressa alors, doucement ses mains lâchèrent prise sur la rambarde de bois.

[Kenji] – Je ne vais pas te dire que cela me déplait. Mais pour le moment je ne suis rien qu'une image, je veux représenter quelque chose de concret. Il n'y a que la réussite en mission qui pourra me le permettre.

Il marqua une pause comme hésitant sur ce qu’il allait annoncer. Ses premières paroles mettaient à mal ce qui venait de se dérouler quelques mois plutôt. Sa main remonta jusqu’à son visage pour passer au travers de sa chevelure noir tandis que sa voix prenait un ton profond. Il se parlait plus à lui-même cas Hakai. C’était comme si ce dernier n’était pas vraiment là, le jeune garçon affichait un constat. Il reconnaissait ce qui c’était passé, il le réalisait vraiment.

[Kenji] – La dernière a échoué.

L’Uchiha reprit très rapidement conscience de ce qui l’entourait. Toute la réalité de la situation le bouscula. Il serra le poing tout en lançant un regard froid et défensif en direction d’Hakai. Il se jurait au fond de lui qu’il ne recommencerait plus jamais à parler de cette façon. C’était inutile et ne lui servait pas. Depuis tout petit, on lui avait appris à être fier de ce qu’il accomplissait, à haïr la défaite comme on déteste la chaleur du désert. Avouer son échec était un acte irrationnel. Son esprit sifflé de toute part tandis que son cerveau était en ébullition. Jusqu’à ce que toutes ses émotions atteignent leur paroxysme pour finalement s’écrouler comme un château de carte. Le pique émotionnel était passé et il revenait doucement à ce qu’il savait faire de mieux. Le visage fermé, le regard profond et un sujet de conversation anodin.

[Kenji] – Comment se porte Sakeshi ?

Il souhaitait clairement changer de sujet.

[Hakai] – Il se porte bien, mais ne change pas de sujet, cela commence à me plaire.

Hakai marqua une pause tandis que Kenji fronçait les sourcils. Il n’appréciait que très peu la réaction de son opposant.

[Hakai] – Tu dis n'être qu'une image, mais ce n'est pas ce que tu cherchais en vivant chaque jour derrière Takeshi ? Tous les jours, les Uchiha voyaient un petit enfant prometteur derrière leur chef, il ne fait aucun doute qu'ils voient en toi le successeur de Takeshi. La question est : l'as-tu mérité ? Ne crois pas que je fais une crise de jalousie, ce serait mal me connaitre. Je pense plutôt que si tu veux quelque chose, prend le, mais prend le avec tes mains et non avec la réputation d'un autre. Je pense qu'il est temps que tu te sépares de cet homme.

La colère surpris à nouveau l’Uchiha comme un feu se ravivant lors d’une bourrasque de vent. Il était attaqué dans sa fierté, dans son orgueil. Cette ambition que possèdait chaque Uchiha, que le cygne cultivait comme on élève des chevaux. Le feu explosait de toute part dans son corps. Il ne comprenait pas comment un ninja lambda pouvait lui faire de telles remontrances. Hakai tenait ici un constat si féroce et si dur dans l’expression qu’il en devenait désobligeant, presque impoli. Il remettait en doute les capacités de celui dont on ne doutait pas. Mais surtout, il portait affront à l’enseignement du patriarche. Kenji jeta un regard glacial en direction de son ainé. Il n’était pas un pantin, il ne l’était plus. Sa réputation n’était pas volée, les mots d’Hakai étaient trop extrêmes. Kenji avait travaillé de longues heures, de longues semaines, de longues années sous l’égide d’un grand homme. Un individu qu’il respectait, et qu’il remerciait chaque jour que dieu faisait de lui avoir sauvé la vie et de lui avoir offert un toi. Kenji plongea alors ses yeux noirs dans ceux d’Hakai et prit un ton cassant.

[Kenji] – Tu manques de respect au clan avec ces paroles. Tu me manques de respect envers moi et surtout, tu insultes Takeshi. Ne parle jamais, je dis bien jamais, de celui qui t’a donné un toit, une famille et une éducation ; comme tu viens de le faire. Tu es mon ainé, mais cela ne t’autorise pas à me faire de telle remontrance. Je sais de quoi est fait mon avenir et comment tracer le chemin que je veux prendre.

Kenji se tourna face à l’horizon et s’accouda à nouveau à la rambarde. Quelques secondes passèrent tandis que ce sursaut d’émotion le quittait. Sur un ton totalement détaché il souffla alors quelques mots.

[Kenji] – Maintenant, pour moi c’est oublié.


Dernière édition par Uchiha Kenji le Mer 19 Jan - 1:43, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le Goût de la Vie   Sam 15 Jan - 4:19

Comment aurait-il pu croire changer les choses avec de simple mot ? Kenji n’était il pas l’élève incontesté de Takeshi ? N’était-il pas celui en qui le vieux insufflait ses principes, ses buts, ses penchants ? Même si Kenji se sentait manipulé, jamais il ne défierait Takeshi. De ce fait, il respectait les trahisons, les perversions de son maître. Il décidait encore d’être son chien. Le pouvoir occupé t’elle une place si importante pour Kenji au point de perdre dignité et respect de soit ? Hakai le sentait, cet orgueil typique des Uchiha, mais celui de Kenji n’était pas réel, il était inventé de toute part. Il était la création même de Takeshi et il l’acceptait. Hakai ne pouvait supporter une chose pareille. Kenji n’était pas le même homme entre ces murs.

Et pourquoi Hakai devait donc cultiver du respect pour un être se dévouant corps et âme à un homme qu’il savait manipulateur ? L’Uchiha avait essayé de lui dire, de lui faire ouvrir les yeux, mais rien n’y faisait. Comment pouvait-il résister à l’appel de la puissance que lui offrait Takeshi ? Hakai n’avait aucune chance de sauver son ami, s’il l’avait été un jour… Les doutes troublaient l’esprit du chuunin qui ne cessait de dévisager son compère. Devait-il garder seine une relation avec cet homme qui ne mènerait de toute façon nulle part ou casser ce mince fil qui les reliés et partir vers ces propres démons, vers ceux qui partageaient la même vision que lui ? Tout le monde savait Takeshi dangereux, même Konoha… Un jour viendra ou quelqu’un devra le mettre sur la touche et ses alliés également. D’ici la, il faudra que Kenji choisisse… Hakai gardait l’espoir de voir le jeune homme changer.

[Kenji] – Maintenant, pour moi c’est oublié.

Oublier ? Il était si facile d’oublier et si compliqué de faire face. Encore une attitude qu’Hakai n’associait jusqu’alors pas à Kenji. Pourquoi après tous les remontrances qu’il aurait fait à Hakai celui-ci devrait oublier ? Il ne faisait aucun doute qu’ils ne possédaient pas du tout le même point de vue sur la chose. L’un défendait farouchement son maître tandis que l’autre exiger des changements. Une question tonitruait l’esprit d’Hakai : Pourquoi Kenji avait-il peur des changements ? Il ne fait aucun doute que si Takeshi disparaissait par la main d’un lion, cela causerait une guerre civile au sein des domaines. Et même, celui qui remplacerait Takeshi devrait avoir un solide bagage derrière lui. Hakai avait conscience que faire face à la plus grande figure du clan n’était pas rien, mais il ne pouvait pas rester les bras croisés. Même s’il ne possédait pas l’envie de renverser directement l’homme, il se devait d’agir dans ce sens.

L’homme n’avait quitté sa position, ne faisant que brièvement écouter ce que disait son interlocuteur. Sa tête était légèrement levée vers le ciel pour profiter de cette légère brise qui venait caresser son visage. Les rayons du soleil offraient une tiède chaleur en cette période de l’année. Délicatement, l’homme tourna sa tête vers ce lac où il avait vécu tant de chose. Il regardait ces oiseaux fier et maculé de pureté baigner à leur souhait ou bien tout simplement faire bronzette. La vie était belle pour eux, il n’y avait rien qui pouvait les perturber. Pour lui, c’était le calme avant la tempête, car il savait très bien que si Kenji réagirait mal à ses prochains propos, ce sera fini de leur pseudo amitié. Il laissa paraître un léger soupir et tout en restant concentré sur le lac il commençait à parler.

[Hakai] « Au contraire… Je ne manque de respect à personne si ce n’est à Takeshi et cela uniquement car j’ai la certitude que le clan vaut bien mieux que cela. Cela fait beaucoup trop longtemps qu’un climat orageux c’est installé sur les domaines. Les attaques que j’ai subi, que nous avons subi en sont la preuve. Il faut s’attendre à ce que cela devienne plus fréquent si les choses ne bougent pas. »

Il marqua une pause en profitant de l’occasion pour tourner la tête vers Kenji. Il n’y avait aucune rancœur dans sa voix, ni même de l’énervement. Tout paraissait calme à l’extérieur et pourtant à l’intérieur il ressentait un malaise, comme-ci quelque chose d’important était entrain de se dérouler.

[Hakai] « Ce ne sont pas des rêves utopique, ce ne le sont plus. Nous avons grandi, nous avons conscience de notre potentiel et savons l’exploiter. Il y a des choses qui se passent et nous ne pouvons pas rester à ne rien faire. En tout cas, moi je ne le peux pas. Tout Konoha connaît la façon de faire de Takeshi. Il est certes un grand homme, mais il est purement dangereux. »

Il y avait autre chose qu’Hakai aurait aimé dire, mais le respect qu’il avait pour Kenji l’empêchait de le faire sortir. C’est son poing serrant le bois du garde fou qui exprima sa frustration. Takeshi ne lui avait jamais offert un toit, il ne connaissait même pas son existence il y à de cela deux mois. Comment Hakai pourrait remercier Takeshi ? Il n’avait jamais rien reçu de sa part. Seul Sakeshi était à remercier et uniquement lui. Et l’éducation… Par moment Hakai pensait qu’il était mieux à vivre comme un imbécile simplet comme il l’était il y a plusieurs années. Cela l’aurait épargné de temps de chose.

[Kenji] - Je crois que tu fais un peu trop de raccourcis sur les politiques employées par le clan et le village. Tu n'es pas le premier à vouloir t'opposer à Takeshi, mais en faisant cela tu te mettras tout le domaine du cygne à dos. Penses à ta famille, penses aux répercutions que tu vas entraîner en allant au bout de tes convictions. On ne peut pas revenir en arrière ; c’est pas facile de choisir, il faut faire le bon choix. Tant qu’on ne choisit pas tout le reste est possible. Tu ne supprimeras pas un système ayant des siècles de vies. J'ai dix-huit ans et je ne veux pas jouer les adolescents révolutionnaires. J'ai fait mon choix lorsque j'ai franchis la porte de cette demeure. J'ai accepté d'être un Uchiha, non sans un grand bonheur, mais j'ai aussi accepté d'être un oiseau blanc. Prends le temps de te construire avant de vouloir bâtir une vie pour les autres ; sinon tu ne risques pas d'aller bien loin.

Kenji marque une pause et prend un ton agacé.

[Kenji] - Je t'ais dis que pour moi tes paroles étaient oubliées. Je viens de rentrer et je n'ais pas envie d'avoir cette conversation pour le moment.

Raccourci ou non, les faits étaient bien présents. Sans doute qu’Hakai ne savait pas tout, Kenji non plus d’ailleurs, mais le clan donnait une si mauvaise image que l’envie de vomir s’emparait du chuunin par moment. A quoi bon faire parti d’un clan prestigieux si c’est pour se faire défigurer comme un animal de foire ? Mais Kenji avait raison sur un point, la famille. Hakai ne savait comment réagirait Nora ou bien même Sakeshi. Nora était si peu impliquée dans la vie politique du clan qu’elle ne saurait de quoi il voulait parler. Tandis que Sakeshi lui avait toujours conseillé de suivre son cœur… Serais-ce le moment de faire le grand pas ?

Il y a cependant une chose que Kenji ignorait, il se pourrait bien que le é « rebelle » n’ait plus rien à perdre. Hakai ne pouvait en être certain avant d’avoir rejoint Kumo et passer des tests approfondis, mais si cela était bien vrai, alors il n’aurait plus rien à perdre et se battrait de tout cœur pour ses convictions. Pour l’heure… il allait essayer d’oublier.

[Hakai] « Oublions cela… »

MessageSujet: Re: Le Goût de la Vie   Mer 19 Jan - 1:43

La tension était retombée. Durant quelques minutes on aurait pût croire que Kenji allait s’emporter et en venir aux mains contre Hakai. Mais il n’était pas pour cette façon d’agir. Les insultes à l’encontre du clan, du cygne et de Takeshi l’avait mit hors de lui un temps. Mais son cœur n’était pas remplit de rancune. Comme il se le disait souvent, il préférait des actes à de long discours. Les paroles d’Hakai n’étaient alors que du vent qu’il eut vite fait de balayer comme des feuilles sur le pas de sa porte. Ils avaient tous les deux des positions différentes, des principes bien à eux et pourtant ; ils souhaitaient exactement la même chose : La grandeur des Uchiha. Peut-être qu’Hakai était plus mesuré dans cette notion de puissance. Seul l’avenir permettrait d’apercevoir la fin de cette conversation. Kenji en était lasse et son corps ne s’était pas encore remit de son périple dans le pays du feu. Il tenta tout de même d’alléger la conversation.

[Kenji] – Tu as des nouvelles de Taka ?

Il lui semblait que cela faisait des années qu’il n’avait pas revue la jeune tigresse. Leur relation était construite sur ces bases de séparation à répétition. Il était vrai que l’Uchiha ne faisait pas de grand effort pour rester en contact avec elle. Mais on ne pouvait pas dire qu’elle en faisait énormément non plus. C’était pourtant une relation profonde et importante qu’il avait sût tisser. Mais, pour Kenji, tout était allé trop vite. Ils avaient consumé la flamme du départ à une vitesse malsaine. Cela avait eut pour conséquence toutes ces séparations enchaînées de retrouvaille. Kenji secoua alors la tête comme pour se dégager les images de leur dernière rencontre. C’était au casino et cela avait clairement mal terminée. Même si la jeune fille était posée et sage, Kenji n’avait pas apprécié les propos qu’elle avait tenu sur Takeshi et le clan… Soudainement, le jeune garçon comprit quelque chose qui sautait pourtant aux yeux de tous depuis des années. Il était bien plus attaché à ces deux derniers qu’il ne le pensait. Ce nom qui avait construit sa personne il l’adulé. Mais à cet instant, il prit conscience que le lien était bien plus puissant. Il ne pourrait jamais faire de mal à ce quartier, à ces individus qui le peuple et qui le salut chaque matin. Sans en prendre conscience, il y avait une partie de lui dans ces murs, sur ces terres et dans ces oiseaux blancs qui dansaient sur le lac. Son regard resta sans vie alors qu’Hakai lui répondait poliment.

[Hakai] – J'ai effectué une mission à ses côtés il y a peu. Depuis, plus grande nouvelle.

Kenji sortit de sa torpeur observant son comparse dans un silence certain. Hakai marqua une pause avant de reprendre.

[Hakai] – Sinon je présume que tu n'es pas resté à rien faire pendant toutes ces semaines. Tu as probablement progressé n'est-ce-pas ?

Progresser n’était pas vraiment le mot approprié. Bien au contraire, cela faisait plusieurs semaines que le jeune garçon suivait son entrainement sans franchir de palier. Il stagnait. C’était difficile à avouer mais il n’avait plus toutes les facilités de son enfance pour appréhender une technique. Tout devenait bien plus complexe. Même si son potentiel restait au dessus de la moyenne, il prenait plus de tant pour assimiler des techniques de rang élevé. Pour beaucoup, c’était tout à fait normal. Pour un jeune garçon habitué à toujours rechercher l’excellence c’était frustrant. Rare était ceux qui le savait. Ses doutes, il ne les avait partagés qu’avec Shiba, Takeshi et Laly. Pour deux d’entre eux il n’y avait pas de souci particulier à se faire. Le troisième restait dans un silence de glace.

[Kenji] – Pas vraiment. Je n'ai pas eu le temps de m'intéresser à l'entrainement ces temps-ci. Je suis rentré il y a peu de mission. Tu progresses avec Sakeshi ?

La réponse ne se fit pas tarder.

[Hakai] – Je me suis tourné vers les genjutsu du clan. Cet entrainement me fait ouvrir les yeux sur certaine chose, faire travailler son esprit sans cesse vous offres une autre vision des choses. Je découvre des facettes de ma personnalité que je ne connaissais même pas. Nos yeux possèdent un pouvoir énorme... Il n'y aurait pas assez d'une vie humaine pour découvrir tous leurs pouvoirs. Mais pour le moment je me contente simplement d'apprendre Kasegui.

Cela faisait des siècles que le clan Uchiha existait et le pouvoir du sharingan n’avait été qu’effleuré par certains. Hakai s’en rendait compte. Ces yeux avaient un pouvoir quasiment sans limite mais le prix à payer n’était pas négligeable. C’était aussi pourquoi ils étaient tant convoités. C’est pour ça que chaque Uchiha se devait d’être fort et puissant. Il se devait de pouvoir se défendre, et protéger les secrets du clan qui lui permettait de voir. La puissance d’une précision sans faille qui rendait aveugle ceux qui voulaient accroître leur puissance. Seul le regard des Hyuûga pouvait rivaliser avec celui des Uchiha, les autres n’étaient rien. Les individus lambda ne pouvaient comprendre la puissance grisante qui naissait à chaque combat, à chaque utilisation de ces pupilles de rubis. Kenji ne connaissait que trop bien cette sensation. Ce sentiment de domination sur un adversaire trop lent, trop prévisible et trop faible. C’était ce qui avait fait naître l’orgueil des Uchiha, ce qui faisait d’eux, sans être une généralité, des ninjas prétentieux. Cette différence les marginalisait face à une population qui ne les appréciait pas forcément. Le pouvoir était source de convoitise et de conflit.

Hakai se tournait vers les arcanes légendaires du clan. Pour un professionnel en taijutsu, espérait apprendre Kasegui relevait du miracle. Il fallait avoir une maîtrise complète des pupilles Uchiha mais aussi un certain doigté pour le genjutsu. Kenji maîtrisait cette technique, mais il était un professionnel en ninjutsu et par conséquent avait quelques bases pour les illusions. Hakai partait de zéro ce qui allait lui valoir un entrainement extrêmement long et compliqué sans garantie de résultat.

[Kenji] – Un spécialiste en Taijutsu qui se tourne vers le Genjutsu. Ton entrainement ne doit pas être facile. Je maîtrise cette technique, si tu as des questions c'est le moment.

Kenji pensait l’aider dans la mesure du possible. Mais il n’attendait pas grand-chose de se maître en l’art du corps à corps.

[Hakai] – Mon problème est de matérialiser les pieux... Disons que j'ai un souci personnel qui m'empêche de suffisamment me concentrer. A tu comme... une entité à l'intérieur de ton corps ? Lorsque tu te plonges dans ton subconscient, ne ressent tu pas comme les sentiments d'une autre personne ? Je sais que c'est étrange... mais c'est ce que je ressens.

Kenji resta sans réaction à l’écoute de ces paroles. Il n’y avait pas de quoi rire et surtout il avait déjà vécu cela. Ce n’était pas personnel, car le jeune garçon avait appréhendé son don de manière naturelle. Mais il se souvenait que Taka avait eut bien plus de mal. La puissance du sharingan était différente pour chacun des membres du clan. Certains étaient précoces et développaient une puissance qui n’avait de limite que leur réserve de chakra. D’autres semblaient en conflit avec ces yeux. C’était le cas de ceux qui ne se sentait pas forcément aussi attaché à la symbolique du clan. C’était peut-être une conclusion hâtive, mais Kenji la trouvait tout à fait plausible. Hakai avait vécu loin des idéaux Uchiha durant de longues années et avait passé une grande partie de son enfance dans la rue ou avec la compagnie du renard. Des sentiments bien étrangers à la notion de clan. Kenji se passa doucement une main dans sa chevelure sombre tout en se redressant. Le ton de sa voix était profond, signe qu’il prenait tout à faire au sérieux les dires d’Hakai.

[Kenji] – Je n’ai jamais vécu cela, mais j’en ai déjà entendu parler. Il arrive que l’on ait du mal à assimiler comme il se doit le sharingan. Ces yeux sont un pouvoir marginal et ancestral. Ils sont totalement différents des techniques habituelles. Ils s’activent quand tu le souhaites mais ils peuvent aussi juger d’eux même qu’après une grande colère leur couleur rubis te soit utile. J’ai connu un ninja qui devenait arrogant et sournois lorsque ses pupilles apparaissaient. Il a voulu me combattre. Nous étions à arme égale mais sa maîtrise du sharingan était si brouillonne qu’il ne lui était d’aucune utilité. Certains qui comprennent la situation nomment cet état comme s’il faisait face à une tierce personne. Mais ce n’est que toi contre toi. Si tu veux découvrir la puissance de tes yeux il va falloir la dominer.

Kenji marqua une pause tout en se tournant vers Hakai.

[Kenji] – Le genjutsu c’est les illusions, le contrôle de l’esprit. T’ouvrir à cet art te permet de découvrir les lacunes qui existent encore dans l’enseignement de ton dojutsu. Concentres ton apprentissage sur le sharingan, le reste viendra naturellement.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le Goût de la Vie   Sam 22 Jan - 14:06

Parler de tous les problèmes que pouvaient causer le sharingan avec Kenji était sans doute un bon moyen pour Hakai de découvrir certain secret que possédaient les yeux divins. Malgré son jeune age, Kenji était un Uchiha bourré de talent, il ne faisait aucun doute pour le chuunin que son ami connaisse des facettes du sharingan que lui-même ignorait. Cette Asama ne serait que le fruit de l’imagination de l’homme ? Ou plutôt la manifestation des effets que le sharingan a sur l’esprit humain. Tout cela pouvait être réel… Le genjutsu était tellement complexe qu’aucune hypothèse n’était à écarter. Il n’était pas rare que des membres plus expérimenté mettent en garde les jeunes contre la pratique de cet art. On pouvait facilement s’y perdre, les esprits les plus faibles pouvaient bien s’égarer dans la folie voir pire… Les Oi-nin devaient en connaître un rayon sur le sujet.

Les Uchiha était un clan compétent, touchant à tout et surtout visant toujours l’excellence. Hakai avait cela dans le sang et savoir qu’il courait des risques à la pratique de cet art ne faisait que renforcer sa volonté d’apprendre. C’est en forgeant que l’on devient forgeron. Si son œil n’était pas encore prêt alors il lui fallait s’entraîner, améliorer sa vue, sa capacité d’analyse et de jugement. Mais surtout se plonger encore un peu plus dans ce monde qu’était le sharingan. En effet, dès lors ou l’homme se concentrait avec son sharingan actif, il n’avait de cesse d’aller et venir d’un monde à un autre, passant d’un monde ou la destruction, la violence et la barbarie régnait en maître, à la réalité. Ce matin encore il avait fait l’expérience et tout le monde semblait croire que c’était normal… Pire, ils semblaient tous l’encourageaient à persister dans cette voie et à vaincre ses démons. Sans doute était-ce la seule solution…

[Kenji] – Je n’ai jamais vécu cela, mais j’en ai déjà entendu parler. Il arrive que l’on ait du mal à assimiler comme il se doit le sharingan. Ces yeux sont un pouvoir marginal et ancestral. Ils sont totalement différents des techniques habituelles. Ils s’activent quand tu le souhaites mais ils peuvent aussi juger d’eux même qu’après une grande colère leur couleur rubis te soit utile. J’ai connu un ninja qui devenait arrogant et sournois lorsque ses pupilles apparaissaient. Il a voulu me combattre. Nous étions à arme égale mais sa maîtrise du sharingan était si brouillonne qu’il ne lui était d’aucune utilité. Certains qui comprennent la situation nomment cet état comme s’il faisait face à une tierce personne. Mais ce n’est que toi contre toi. Si tu veux découvrir la puissance de tes yeux il va falloir la dominer.

Dominer ou être dominé, l’histoire a toujours était ainsi. Le devoir de tout shinobi était de posséder la puissance, mais surtout de l’asservir à sa volonté pour sa sécurité et celle de son entourage. Tant d’homme avait couru après el pouvoir sans jamais remettre en question leur stabilité mentale et physique. Cela son condamné à courir après la force toute leur vie ou bien de se noyer dans ce nouveau flot de puissance.

[Kenji] – Le genjutsu c’est les illusions, le contrôle de l’esprit. T’ouvrir à cet art te permet de découvrir les lacunes qui existent encore dans l’enseignement de ton dojutsu. Concentres ton apprentissage sur le sharingan, le reste viendra naturellement.

Voila qui était dit. Tout ce que venait de dire Kenji était d’une banalité déconcertante, mais d’une vérité certaine. Hakai ne pouvait que suivre ses conseils, après tout Kenji maîtrisait Kasegui. Mais il ne pouvait mettre en pratique des conseils de son ami pour le moment, pas ici. Il devait rentrer au plus vite et il était certain que Nora serait ravi de sa nouvelle motivation.

[Hakai] « Je te remercie pour tes conseils. Je pense que c’est le mieux que je puisse faire pour l’heure. »

Le chuunin s’inclina respectueusement.

[Hakai] « J’ai beaucoup à faire et toi aussi probablement. Je vais te laisser. A plus tard. »

L’homme s’en alla par la même porte de sorti. Il prit appuie sur la rambarde de bois avant de s’envoler tel un faucon sur le toi d’en face. Il courait avec l’agilité d’un renard et sauté de toit en toit pour finir par disparaître complètement.

[HRP : Session Terminée]
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Goût de la Vie   Mar 25 Jan - 21:01

Kenji : +48 XP - Bonus inclus
Hakai : +36 XP - Bonus inclus
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Goût de la Vie   

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-