Partagez | 
 

 Voie Maritime menant a Kiri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Kakashi
Invité
avatar


MessageSujet: Voie Maritime menant a Kiri   Mar 22 Mar - 19:29

Rappel du premier message :

Voilà le chemin menant a Kiri Exclamation
Attention différents groupes d'homme y ontr été repéré Exclamation

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Mer 27 Sep - 15:09

Au terme de son voyage, en approchant du village de Kumo, Sana-khan avait repéré d’assez loin un personnage qui semblait attendre quelqu’un, perché sur un rocher.

*Serait-ce mon contact ? Une personne isolée, si tôt… cela serait une drôle de coincidence.*

Sans presser le pas, elle se rapprocha prudemment jusqu’à distinguer une curieuse jeune fille vêtue d’un kimono rayé qui semblait trois fois trop grand pour elle. En l’aperçevant, celle-ci quitta son point d’observation et s’avança à sa rencontre… pour mieux trébucher quelques pas plus loin et faire une chute spectaculaire sur la terre du chemin. Sana-khan se figea, étonnée, puis décida de ne pas montrer sa surprise et de laisser son vis-à-vis prendre les devants.

[Saori]
"Bonjour, Sana-khan-san ! Je suis Saori, je vous attendais. ^^"
"J'espère que vous avez fait bon voyage depuis Kiri."


"Ca peut aller. J'ai l'habitude de la route."

La réponse dénuée de toute forme de politesse pouvait paraître inappropriée, mais la tenue de la jeune fille qui lui faisait face suffisait à trahir des origines paysannes ou guerrières qui ne demandaient pas à ce que l’on respecte un quelconque proctocole maniéré. Aussi ajouta-t-elle dans la foulée ;

"Il est inutile de me vouvoyer. Nous sommes amenées à nous côtoyer dans un cadre qui n’a rien d’une réunion formelle…"

La jeune fille, visiblement soulagée par la remarque, changea aussitôt de registre de langage, mais elle continua toutefois à utiliser une politesse prudente pour s’adresser à elle.

[Saori]
"Venez, il faut que je vous explique les tenants et aboutissants de notre travail..."

Sans répondre, Sana-khan lui emboîta le pas et s’efforça de dissimuler son amusement lorsqu’elle trébucha une nouvelle fois sur un caillou qu’elle venait de heurter avec ses hautes sandales de bois qui auraient donné du fil à retordre à la jeune femme elle-même, pourtant habituée à ce genre de tenues. Puis, n’y tenant plus, elle finit par formuler sa remarque.

"Saori-san… Est-ce la mission qui implique que tu doives porter ce genre de vêtements ? Tu disais être également une voyageuse ; on a vu plus pratique pour courir les routes ! "

La jeune fille se retourna, rougissant légèrement et remontant pour la énième fois sa manche trop large qui avait une fâcheuse tendance à prendre des vacances séparées. Sana-khan souriait légèrement, sans moquerie aucune.

"De plus, ce kimono ne te correspond pas du tout, sa couleur et ses motifs sont ceux que portent d’habitude des personnes d’un certain âge. Sans vouloir te vexer ni te donner de leçons, ce n’est pas avec ça que tu passeras inaperçue..."

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Jeu 28 Sep - 10:12

Sana-khan et Saori marchèrent côte à côte pendant quelques minutes dans un silence ponctués des "aïe" significatifs des chutes de la jeune fille à l'ombrelle. Plutôt amusée, la kiréenne n'hésita pas à la questionner.

[Sana-khan]
"Saori-san… Est-ce la mission qui implique que tu doives porter ce genre de vêtements ? Tu disais être également une voyageuse ; on a vu plus pratique pour courir les routes !

De plus, ce kimono ne te correspond pas du tout, sa couleur et ses motifs sont ceux que portent d’habitude des personnes d’un certain âge. Sans vouloir te vexer ni te donner de leçons, ce n’est pas avec ça que tu passeras inaperçue..."


Saori se retourna, le rouge de la honte aux joues et fit un grand sourire à Sana-khan. Elle remonta la manche de son kimono une énième fois et son compagnon de route remarqua de nouveaux détails qui l'amusèrent beaucoup.

Il n'y avait pas que son kimono et son obi qui étaient de travers ; le noeud qu'elle portait dans les cheveux avait subi le même sort, et la façon dont elle tenait son ombrelle, tel un bucheron portant sa hache, sur l'épaule, la faisait vraiment passer pour une paysanne. Sana-khan émit un petit rire amusé et montra de la main un rocher sur le bord de la route.


[Sana-khan]
"Pose toi là quelques minutes."

Saori s'exécuta et la jeune femme se plaça derrière elle, défaisant le noeud dans ses cheveux et le renouant correctement, alors que son contact abrorait un grand sourire.

"Merci, c'est gentil à vous. ^______^"

[Sana-khan]
"Je t'ai dit de me tutoyer, Saori-san. Personne ne nous prendra jamais pour des compagnons de route de longue date si tu me vouvoies."

"Haaaaaan ! D'accord ! Je peux t'appeler Sana-chan alors ? ^____^"

[Sana-khan]
"Mouais... On va dire que tu peux... Parle moi plutôt de toi. Tu n'as toujours pas répondu à mes questions..."

"Pardon ! J'avais oublié... ^^;

Alors, en effet je n'ai pas l'habitude de porter des vêtements de femme, je suis plus habituée à mes tenues de kunoichi, c'est plus pratique. Mais toi tu as l'air d'avoir du goût ! Tu pourras m'aider à m'habiller comme une jolie jeune femme ? ^o^ "


[Sana-khan]
"De toute façon nous n'avons pas le choix si nous voulons passer inaperçues... Bon à présent explique-moi ce que nous devons faire."

"Ah oui ! Vite avant que j'oublie parce que c'est compliqué ! Alors... euh... attends..."

[Sana-khan]
*C'est pas possible... Dites-moi que je rêve...*

"Ah ! Ca y est ! ^______^

Alors, comme on vous l'a déjà expliqué en partant de Kiri, le pouvoir là bas est divisé en deux. D'un côté les partisans de Zabuza, les Enfants de la Brume, de l'autre les politiciens dirigés par Nezu-sama. Notre but est bien sûr de restaurer la paix à Kiri, de façon politique et économique. Nous allons donc partir autour du monde en mission pour Nezu-sama.

Vu que toi tu peux rentrer à Kiri, tu vas lui porter un message de ma part. Il me connait et nous avons des accords lui et moi. Bien entendu tu seras grassement payée pour ça.

Euh voilà, je crois que j'ai rien oublié dans le texte qu'on m'a donné. ^^ "


[Sana-khan]
"C'est très clair. Par quoi commençons nous ?"

"Ta première mission sera de retourner à Kiri et d'apporter cette lettre à Nezu-sama !"

Saori fouilla dans son kimono, se dénudant à moitié pour trouver ce qu'elle cherchait. Elle en extirpa deux enveloppes, sur lesquelles était marqués des noms, d'une écriture enfantine et sans kanji, juste des hiragana.

[Sana-khan]
*Mais quelle âge elle a ???*

"Voilààààààà. La deuxième est pour toi. Il a des directives pour toi dedans. Je t'attendrai ici après-demain. Des questions ? ^^ "

[Sana-khan]
"Non, ça ira..."

La kiréenne salua celle avec qui elle devrait faire équipe dès à présent et repartit d'un pas rapide vers le village de la Brume. Elle fut tentée un instant de courir le plus loin possible de cet étrange énergumène. Mais pourquoi diable lui avait-on assigné quelqu'un comme ça ? Sana-khan repoussa les questions qui l'assaillaient et se concentra sur son but final. Peu importe le prix, elle y arriverait. Elle acceléra le pas et disparut par delà la butte, laissant Saori seule.

Cette dernière poussa un soupir et se retourna vivement, lançant un kunai en direction d'un arbre. Le bruit sourd d'un corps chutant se fit entendre, et la jeune fille se rapprocha du bord de la route. Elle se pencha vers le corps de l'homme qui avait écouté toute la conversation. Elle avait visé juste, en plein dans la cuisse, enlevant toute mobilité à la jambe gauche de l'invité surprise.


"C'est pas joli-joli d'écouter les conversations des dames... Je suis désolé, monsieur mais je vais devoir te tuer. ^_____^ "

Sans lui laisser le temps de répondre, Saori plaqua la main gauche contre la bouche du blessé et enfonça un deuxième kunai dans son coeur, le tuant net. Elle se recoiffa tout en se levant et retourna sur la route comme si de rien n'était, puis fouilla dans son sac et en sortit un paquet de gâteaux de riz soufflé sucrés et en enfourna un dans sa bouche.

"C'est quand même super bon ces trucs ! ^_________^ "


HP: ???/??? MP: ???/???
FOR: ?? AGI: ?? VIT: ?? DEX: ?? INT: ?? SAG:??
TAI: ?? NIN: ?? GEN: ?? MED: ??

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Jeu 28 Sep - 21:49

Après avoir pris congé de Saori, Sana-khan fit une halte à quelque distance de là, dès qu’elle fut hors de vue, et contempla les deux lettres qu’elle avait en main.

*Vraiment, que dois-je penser de tout cela… ?*

La jeune fille ne lui inspirait aucune confiance, et une foule de questions se bousculaient dans sa tête. Pourquoi ne pouvait-elle pas entrer elle-même à Kiri ? Comment son camp avait-il pu choisir une étrangère pour se charger de cette mission ? Et pourquoi lui avoir demandé de venir jusqu'à Kumo ? … Autant d’énigmes qui laissaient la jeune femme perplexe, et aucun des éléments de réponses qu’elle possédait ne parvenait à lui fournir une explication satisfaisante.

*Je donnerais cher pour savoir qui manipule qui, dans cette affaire ! Ah, cela serait tellement plus simple si je pouvais réellement me fier à elle…*

Glissant les lettres dans sa cape, elle fit demi-tour et se faufila sans bruit dans les fourrés jusqu’à regagner le lieu de sa rencontre avec l'étrange voyageuse où elle assista, depuis son poste d’observation situé un peu en hauteur, au meurtre sans sommation par la jeune fille d’un inconnu qui avait surpris leur conversation.

*Eh bien… son kimono mal ficelé ne la rend pas manchotte, et sa conscience ne doit pas la démanger souvent ! Tant pis pour le risque, il faut que j’en sache plus.*

Quittant sa cachette, elle sauta souplement sur le sol à quelques pas de Saori.

"Joli coup…"

La jeune fille se retourna et se gratta la tête d’une main, rougissant légèrement, un sourire contrit sur le visage.

"Merci… j’aurais pu faire encore mieux sans ces grandes manches… Sana-chan, c’est pas très gentil de m’épier, j’ai l’air de quoi maintenant ?"

Cette fois, Sana-khan resta franchement interloquée. Saori venait de tuer un homme et réagissait comme une gamine prise en faute en train de chiper un pot de confiture ! Toutefois, elle se ressaisit vite et remit aussitôt la conversation sur les rails.

"Trèves de plaisanteries… Bien que je ne sois pas plus attachée à un camp qu’à un autre, je n’irai pas voir Nezu ni lui remettre tes messages sans raison valable de le faire. L’argent m’importe peu, et j’ai assez d’expérience pour savoir qu’on ne se fait pas des alliés ainsi sans avoir vérifié ce qu’ils valent."

Sana-khan avait tiré les deux lettres de sa cape et les agitait machinalement devant elle.

"Il y a sûrement des réponses à mes questions là-dedans, mais je préfèrerais entendre ce que tu as à me dire, toi. Si tu n’es pas attendue, je te propose de m’accompagner un bout de chemin en direction de Kiri. Cela me permettra d’une part de décider si oui ou non je marche dans la combine, et d’autre part d’éviter ce genre…"

Elle regarda le corps étendu à ses pied et releva la tête.

"… d’inconvénients."

Puis, les deux enveloppes toujours en main, elle attendit patiemment la réponse de la jeune fille.

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Ven 29 Sep - 10:04

Saori soupira tout en remontant la manche de son kimono et en finissant d'avaler ce qu'elle avait dans la bouche. Sana-khan restait méfiante et se posait beaucoup de questions sur son interlocutrice. Jouait-elle à l'imbécile ou rentrait-elle en transe lorsqu'elle se battait ? Impossible de le dire.

"Bon d'accord je veux bien t'accompagner Sana-chan, mais je peux pas te donner toutes les réponses, je suis pas au courant de tout. ^o^ "

[Sana-khan]
"Ben voyons..."

Saori remit son ombrelle sur son épaule et fit signe à Sana-khan d'avancer ; cette dernière s'exécuta derechef, ne voulant rater aucune occasion d'en savoir plus. Elle fit une halte quelques mètres plus loin, ce qui força l'informatrice à s'arrêter à son tour.

"Oui ? Qu'est-ce qui y'a ? ^____^ "

[Sana-khan]
"Ton ombrelle... Une jeune fille ne la porterais pas comme ça... On dirait que tu trimballes une bûche..."

"Je dois faire comment alors ? ^^; "

[Sana-khan]
"Ouvre-la. Et tu la poses délicatement sur ton épaule..."

Saori tenta d'ouvir son ombrelle, en vain ; elle semblait coincée. Après diverses tentatives plus ou moins rocambolesques tel que le saut à pied joints dessus, elle finit par maladroitement se la faire tomber sur les orteils.

"Aieuuuuuuuuuuuuuuuuuuh T_____T "

Desespérée, Sana-khan se pencha pour ramasser l'ombrelle et marqua un temps de pause, la surprise visible sur son visage.

[Sana-khan]
*Mais ça pèse une tonne ce machin ! Elle est plus petite et frêle que moi, comment peut-elle porter ça ???*

Saori reprit l'objet des mains de la kunoichi et finit par le déplier après de longues minutes d'efforts intensifs. Le visage rouge, elle se rassit sur un rocher pour souffler et ressortit son paquet de gâteaux.

"T'en veux ? ^____^ "

[Sana-khan]
"Non merci..."

*On sait jamais ce qu'il pourrait y avoir dedans*

"Bon, trève de plaisanteries. Tu n'as toujours pas répondu à mes questions..."


"Pardon... j'avais oublié... ^^ ;

Je te demande d'apporter cette lettre à Nezu parce qu'elle contient des informations confi... confu... confidentionnelles ? euh... top secret ! Avant je correspondais avec lui par courrier aussi, mais avec la guerre la sécurité est renforcée, et vu qu'il est dans la ligne de mire des partisans de Zabuza, il se pourrait que la lettre soit ouverte avant qu'elle ne lui parvienne. Moi je n'ai pas de bandeau de Kiri, donc je peux pas rentrer ^^; "


[Sana-khan]
"Quel intérêt ai-je à faire ça ? Je t'ai déjà dit que l'argent ne m'intéressait pas."

"Si tu sers Nezu-sama, tu pourras rencontrer l'homme que tu cherches. C'est ce que m'a dit le patron ! Karatruc... Je sais plus comment il s'appelle ! Enfin tu vois le monsieur qui ressemble un peu à une fille avec les cheveux tous blancs !"

[Sana-khan]
"Karasu !"

Sana-khan avait presque craché ce nom. Sa seule évocation suffisait à faire bouillir la colère en elle, et savoir qu'elle pourrait peut être l'approcher en servant Nezu lui laissa entrevoir quel genre de pourri le politicien pouvait être.

"Me crie pas dessus ! >___< Désolé si j'ai mal prononcé le nom de ton amoureux... Mais je te comprends, c'est vrai qu'il est beau *______* "

[Sana-khan]
"La relation entre lui et moi n'est pas celle que tu penses... Cependant, je tiens effectivement à le revoir..."

[Sana-khan, Saori : +5 EXP RP]

[Je te laisse poursuivre ^_________^]


HP: ???/??? MP: ???/???
FOR: ?? AGI: ?? VIT: ?? DEX: ?? INT: ?? SAG:??
TAI: ?? NIN: ?? GEN: ?? MED: ??

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Dim 12 Nov - 20:02

[RP d'intro avant arrivée à Kumo]

-------

"Voyage- effectué- sans- encombres…"

Saori releva la tête et mâchouilla consciencieusement le bout de son stylo avant de replonger vers sa feuille en lisant son oeuvre à voix haute au fur et à mesure qu’elle traçait les caractères.

[Saori]
"Nous- sommes- arrivées- à… à… ? Mince, c’est quoi de nouveau le nom de ce patelin ??"

"Kindaichi."

Saori se retourna en fourrageant machinalement dans ses cheveux avec sa main libre. Elle n’avait pas entendu revenir Sana-khan qui se tenait derrière elle, appuyée à l’une des poutres apparentes de la petite pièce dans laquelle les deux jeunes femmes se trouvaient.

[Saori]
"Ah oui, c’est vrai ! Merci, Sana-chan..."

"A qui écris-tu avec tant d’application ?"

[Saori]
"Au patron !"

Sana-khan quitta son appui et se rapprocha de la petite table devant laquelle était installée Saori, un paquet à la main. Avant que la jeune fille n’ait pu poser de question, elle lui fourra le paquet dans les bras et regagna le fond de la pièce où elle avait déposé ses affaires.

"Si ça peut attendre un moment, mets ça de côté et viens te changer. J’aimerais que nous partions d’ici avant la nuit, nous avons déjà pas mal tardé en route…"

Saori se leva tant bien que mal, le paquet sous un bras et le stylo dans la main opposée, en faisant attention de ne pas mettre en péril son fragile équilibre en marchant sur un pan de son kimono à carreaux.

[Saori]
"Se changer… ?"

"Oui ! Je tiens à ce qu’en arrivant à Kumo nous ayons changé d’apparence. Cela fait déjà la seconde fois que nous rôdons dans le coin, autant mettre toutes les chances de notre côté de passer inaperçues. Tu n’y échapperas pas !"

Saori fit une moue de chien battu.

[Saori]
"Mais je ne veux pas ! Déjà que ta nouvelle couleur de cheveux me perturbe… Hier quand tu es revenue dans la pénombre j’ai failli te sauter dessus en croyant que c’était un intrus…"

"Ca n’aurait pas été une première... Regarde plutôt ce que je t’ai amené, je pense que ça va te plaire."

Renonçant à discuter, Saori s’agenouilla, défit la corde qui entourait ce que Sana-khan lui avait donné et tira du papier brun une large étoffe discrètement fleurie dont la couleur s’accordait parfaitement avec celle de ses cheveux.

[Saori]
"Wouaouuu, il est beau ! Tu m’aideras à le mettre ??"

Sana-khan acquiesça, tout en étendant sur une poutre un second kimono plus sombre.

Durant deux heures, les deux jeunes femmes s’apprêtèrent dans la chambre du relais du petit village où elles avaient fait étape, et une fois leur ouvrage fini, elle étaient méconnaissables. Quand Sana-khan tendit le miroir qu’elle tenait à Saori, elle ouvrit des yeux immenses en tournant la tête à droite à gauche, comme pour s’assurer qu’il s’agissait bien de son reflet.

[Saori]
"Ben ça alors… Avant aujourd’hui, je n’aurais jamais pensé que j’étais si jolie !"

Amusée, Sana-khan eut un large sourire et la jeune fille se tourna vers elle.

[Saori]
"Et toi, Sana-chan… Tu crois que ton amoureux te reconnaîtrait, comme ça ? ^_____^"

La jeune femme croisa les bras, le regard perdu dans le vague. Un léger sourire réapparut sur son visage alors qu’elle imaginait Nimuro rougissant comme jamais à la voir ainsi parée et coiffée.

"Je ne sais pas… Je crois que ça l’intimiderait plutôt…"

Saori fut secouée par un rire silencieux et mit la main devant sa bouche. Depuis leur départ du temple des environs de Kiri, elle avait fait d’énormes progrès en matière de maintien, à la grande satisfaction de Sana-khan. Toutefois, lorsqu’elle tendit la main pour récupérer son kunai, celle-ci l’arrêta d’un geste.

"Qu’est-ce que tu fais ? Tu ne vas quand même pas fourrer ça dans ton obi… ?"

[Saori]
"Mais mais mais… Je ne peux pas me promener sans arme ! Comment vais-je faire si quelqu’un m’attaque ?"

"Tu compteras sur l’intervention d’un preux chevalier ! Il faut que nous ayons l’air de jeunes femmes de la société pour passer sans encombre les abords de Kumo, pas de kunoichi crasseuses qui ont des kilomètres de route derrière elles."

En marmonnant un peu, Saori se défit de son précieux kunai, qu’elle rangea dans son baluchon. Puis elle s’allongea précautionneusement sur son futon pour consulter la carte des environs, rapidement rejointe par Sana-khan, qui venait d’extraire son briquet de sa cape après des fouilles laborieuses.

"As-tu trouvé par où passer ? En regardant ce matin j’ai constaté que…"

Mais Saori l’interrompit d’un geste, sérieuse comme un pape.

[Saori]
"Hep, hep, Sana-chan… ?"

"Oui… ?"

[Saori]
"Juste un truc que je me demandais… Fumer comme ça, tu es sûre que c’est digne d’une dame…… ?"

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Lun 13 Nov - 16:34

Sana-khan se ravisa et reposa son briquet où elle l'avait trouvée. Pour une fois, Saori avait dit quelque chose de censé, ce qui avait surpris la kiréenne. Cette dernière s'assit sur ses genoux, face à la kunoichi des chemins et déplia un éventail d'un geste gracieux, cachant son visage derrière, ne laissant apparaître que ses yeux. Son compagnon de route marqua une pause.

[Sana-khan]
"Comprends-tu à présent pourquoi une geisha n'a pas besoin d'arme ?"

"Euuuuuhhh, parce qu'elle a de jolis yeux ? ^o^ "

[Sana-khan]
"Non. Parce qu'une vraie geisha peut arrêter n'importe qui d'un regard. Tout est dans l'intensité."

"Mais moi je suis pas une geisha ! Je pourrais jamais faire ça."

[Sana-khan]
"Tu es une kunoichi, et certainement de plus haut grade que moi, sinon tu ne pourrais pas m'apprendre de jutsu comme tu l'as fait. Tu peux donc censément te faire passer pour qui tu veux. Je pense que tu peux y arriver."

Sana-khan avait marqué un point. Tout le temps passé avec Saori lui avait certes fait prendre confiance en la jeune fille, mais n'avait pas endormi sa méfiance naturelle pour autant. Cette dernière lui répondit juste par un sourire montant jusqu'aux oreilles.

[Sana-khan]
"Allez viens, tu vas essayer."

"Essayer quoi ?"

[Sana-khan]
"De faire comme je t'ai montré, pardi !"

"Ah... mais euh... je... euh..."

[Sana-khan]
"J'ai dit ! Allez on y va !"

Les deux geisha sortirent de l'auberge et se rendirent dans les rues de Kindaichi. Sana-khan marchait le dos droit, son éventail toujours devant le visage. Elle le replia quelques secondes, frappa le bras de Saori avec pour lui intimer de ne pas trainer les pieds et de lever la tête, et le déplia à nouveau, tout ça dans le même mouvement.

*La classe ^_______^ *

La kunoichi des chemins changea d'attitude et se tint à son tour de façon altière, en faisant attention à ses pas et en bougeant de façon féminine. Elle avait opté pour une position plus discrète, marchant les mains croisées devant elle, tenant un petit sac en tissu, et le visage bas. Sana-khan s'arrêta à un carrefour, imitée par sa compagne.

"Que faisons nous à présent Sana-san ?"

[Sana-khan]
*Bien, même si c'est dur de la faire se comporter comme une femme, en tout cas elle sait jouer un rôle...*

"Pour l'instant tu observes..."


Saori répondit par une geste de tête respectueux et se plaça légèrement en retrait. Sana-khan, elle, sonda la foule du regard, puis arrêta son choix par un homme venant dans leur direction à vélo. Leurs regard se croisèrent, et la geisha suivit celui de l'homme quelques secondes, se refocalisant sur la foule. Ce dernier, par contre, ne se détourna pas d'elle et finit sa course dans un poteau, n'ayant pas regardé devant lui. Les deux jeunes femmes reprirent leur route et partirent s'asseoir sur un banc de pierre, à quelques rues de là.

"C'était véritablement impressionnant Sana-san. Vous avez réussi à capter l'attention de cet homme juste en le regardant."

[Sana-khan]
"Ce n'est pas bien difficile, il suffit juste de laisser agir ton charme. Le secret réside dans la façon de regarder la personne. Il faut que ton regard soulève tellement de questions en elle qu'elle ait envie de s'approcher de toi sans oser."

"Mais, comment dois-je faire ?"

[Sana-khan]
"Il n'y a que toi qui puisse le savoir. Tout dépend de chacune. Essaie et tu le sauras."

"D'accord."

Saori resta assise, les mains croisés sur les genoux, et releva juste la tête, tentant de capter des regards parmi les badauds. Pendant un bon quart d'heure, personne ne lui en rendit un ; elle baissa alors la tête, en signe de défaite.

"Je ne plais à personne..."

[Sana-khan]
"Erreur, tu ne regarde pas les gens de façon à leur plaire. Si tu donnes l'impression de chercher quelqu'un du regard, personne ne se retournera vers toi car personne ne va vers quelqu'un qu'il ne connait pas dans ce cas là. Sois plus discrète."

La kunoichi des chemins répondit par l'affirmative de la tête et se reconcentra sur la foule, cette fois, la tête légèrement penchée. Au bout de quelques minutes, elle réussit à capter l'attention d'une jeune homme et lui sourit. Ce dernier lui rendit son sourire et passa son chemin.

[Sana-khan]
"Sois plus intriguante. Si tu te montres trop abordable, les gens ne viendront pas. Tu dois être mystérieuse pour plaire aux hommes ; ils aiment la difficulté."

"D'accord..."

Saori réitéra sa manoeuvre et parvint à attirer le regard d'un homme richement habillé, qui se promenait au bras d'une très belle femme. La jeune fille baissa légèrement les yeux, tout en continuant de le regarder, rougissant un peu.

[Sana-khan]
*On dirait une petite fille comme ça... C'est vrai qu'elle mignonne lorsqu'elle ne se comporte pas comme un garçon manqué...*

La femme au bras du bourgeois lui écrasa le pied, montrant par là son mécontentement, et jeta un regard incendiaire à Saori. Cette dernière dernière baissa encore plus la tête en prenant un air triste qui calma immédiatement les ardeurs de la femme jalouse et lui fit revêtir un masque de gêne. Le coupla passa alors son chemin.

[Sana-khan]
"Tu vois. Tu as trouvé ton style. Il faut toujours avoir des regards qui collent avec ton apparence. Dans ton cas, jouer à la petite fille timide marche bien comme tu peux le constater."

"Merci... je ne pensais pas pouvoir y arriver..."

[Sana-khan]
"Toute femme a un pouvoir de séduction, peu importe qui elle est. C'est pour cela que l'on dit bien que derrière chaque grand homme se cache une femme. Ne l'oublie pas."

Saori resta perdue dans ses pensées quelques instants et en fut tiré par l'injonction de son amie. Toutes deux retournèrent à l'auberge en silence, faisant se retourner les hommes sur leur chemin, puis commencèrent à se changer, chacune de son côté du paravant.

"J'ai gagné ! ^________^ "

[Sana-khan]
"Gagné ?"

"Tu as compté le nombre d'hommes qui se sont retournés sur nous lors du retour ?"

[Sana-khan]
"Non. Toi oui ?"

"Oui ^__________^ Vingt quatre pour toi et vingt-six pour moi héhéhéhé."

[Sana-khan]
"Tu n'aurais pas trafiqué les chiffres par hasard toi ?"

"Ja-mais ! Je suis pure et innocente moi !"

Saori passa juste la tête sur le bord du paravant et tira la langue à Sana-khan en signe de provocation. Cette dernière lui répondit d'une pichenette sur le bout du nez.

[Sana-khan]
"Tiens, tu l'as méritée ; on ne regarde pas une dame qui se change."

Le sourire de défi sur les lèvres de la kiréenne fit pouffer Saori d'un rire communicatif. Bien vite, les deux jeunes femmes rirent aux éclats tout en se promettant d'obtenir le meilleur score la fois prochaine.


HP: ???/??? MP: ???/???
FOR: ?? AGI: ?? VIT: ?? DEX: ?? INT: ?? SAG:??
TAI: ?? NIN: ?? GEN: ?? MED: ??

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Mar 14 Nov - 13:04

[Sana-khan, Saori : +7 EXP RP]

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Jeu 5 Avr - 19:02

Un soleil absent, des nuages se déplaçant en troupeau, un vent froid et piquant, tous furent les composant du climat de ce jour qui commençait.
Alucard enfila ses vêtements après s'être levé maladroitement de son lit. Bubba lui n'était guère proche de son 'nouveau' maître, observant de loin, prenant ses précaution. Il sentait la violence potentielle et redoutait de ne plus revoir son Ami. Le Juunin lui ne fit pas beaucoup attention à l'animal ces quelques temps, très préoccupé par les mêmes raisons que le panda. Paradoxal. Pourquoi ne pas se rapprocher alors et s'aider mutuellement ? L'instinct animal les repoussaient chacuns vers des coins opposés de chaque pièce. La tristesse les y enfermaient.
Chaque matin où ils se réveillaient, ils pensaient simultanément aux même choses, à la même personne, et en ressentaient d'identiques troubles. De légers vertiges, un mal de tête, de faibles tremblements, une baisse de morale singulière pour toute la journée qui s'annonçait devant eux. Un même train train quotidien, trop actif pour l'un, torp ennuyeux pour l'autre. Chacun manquant cruellement du même élément, qui venait autrefois éclairer leurs journées d'un Soleil radieux et majestueux, d'une ambiance heureuse et joviale, d'amour...
Ils devraient se rapprocher.

Mais qui pour le leur dire ? Leur coeur dirions nous. Lorsque chacun se retrouve dans son coin à se morfondre de son malheur, de sa solitude, ils agissent ensemble sans être côte à côte. Une unification de leurs pensées et de leurs émotions se créent, formant un cyclone sombre où ilsse perdent et s'entremêlent malgré leurs différences et différents. Peu à peu, attirés par la force des sentiments ils se rapprochent contre leurs volontés respectives et découvrent passivement l'amélioration de leur état grâce à la présence d'autrui les comprenant. C'est ainsi, et seulement ainsi, que ces deux êtes se rassemblent pour affronter la dureté d'une perte, et s'éloignent peu après pour ne pas froisser leur égo, qu'ils tiennent stupidement à protéger.

En début d'après midi, Alucard sortit de sa maison. Auparavant il prit le temps de préparer un sac à dos complet, rangeant à l'intérieur de nombreux vivres et du matériel pour voyager durant quelques jours voire quelques semaines. Avant de partir, il prit le temps, et ne compris pas, ne put l'expliquer, d'aller prendre son colocataire dans ses bras chauds et protecteurs. Entourant l'animal de son humanité, une légère tornade se créa et disparut un instant plus tard, séparant par la même occasion les deux entités.
Marchant au milieu de la rue, Alucard se dirigea vers l'hôpital où il était censé trouver Rakurai Yugen, son compagnon de voyage.
Tous deux allaient devoir partir en mission direction le village de Kiri. Le Juunin eut quelques réticences internes à l'évocation de cette mission mais il ne put l'expliquer, et ne pourrait tant qu'Alu ne serait pas là pour l'y aider.

Il attendit en bas du bâtiment, nostalgique...

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Jeu 5 Avr - 21:07

Tsss, c'était vraiment pas le bon jour. Rakurai courait à travers les couloirs de l'hôpital, le pot d'onguent de sa famille dans sa main, sa peau devenu jaune pale suite à l'application. Une chemise à moitié ouverte, un pantalon noir suivis d'espadrilles de la même couleur. Un sac était jeté sur son épaule. Dedans se trouvais tout le nécessaire à une traversée prévue comme étant longue. Mais pourquoi alors Rakurai courait il à travers les couloirs de l'hôpital, dérangeant service médical, patients et visiteurs ? Tout simplement parce qu'il était poursuivis par un boeuf...

Ce boeuf était en fait Yuna Yugen, qui semblait courir derrière Rakurai afin de l'attraper pour une raison qui semblait obscur, pas assez d'onguent ou quelque chose comme ça. Malgré ses blessures, avancés pour la plupart, Rakurai pouvait se permettre de courir, l'onguent ne faisait pas de miracle mais soignait beaucoup son utilisateur, ce qui était un objet utile après des combats violents ou l'on cherche à cautériser les plaies ouvertes.
Finalement elle réussit, tant bien que mal, à le barbouiller complètement d'onguent, lui collé sur un mur, enfin encastrer serait un terme plus adapté, elle devant, lui barbouillant ses plaies d'onguent qui faisait déjà jaunir sa peau sous les rires du personne soignant, des malades et des personnes venus rendre visite à leurs familles, amis, ou proches quelconque.

Finalement, Rakurai obtint l'autorisation de sortir de l'hôpital, il pouvait tenir sur ses deux jambes, mais ce n'était qu'un effet de style, il ne pourrait pas assurer un combat de contact, il pourrait toujours user de ses capacités de maître en genjutsu toutefois. Sortant, son sac sur l'épaule, un bandeau noir sur son oeil, le bandeau de Kumo reposant paisiblement sur sa chemise, attaché tel une insigne, Rakurai vit Alucard devant l'hôpital, il devait sûrement l'attendre. Il s'approcha de lui et il lui parla d'une voix d'assez mauvaise humeur.


¤Rakurai¤
"Pas de commentaires je vous prie. Par où devons nous aller ?"

Pourquoi "pas de commentaire" ? Pour son retard ? Non, Rakurai ignorait qu'ils devaient passer le prendre. Pour son équipement guère conventionnel ? Avec les aiguille à porter de sa main gauche, son fuma derrière lui reposant sur le bas de son dos et son bâton l'aidant à marcher ? Non plus. Donc cela devait sûrement venir de sa couleur jaune poussin qui faisait ressortir la couleur unique de son oeil d'une manière assez vulgaire.

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Mar 10 Avr - 20:48

¤Rakurai¤
"Pas de commentaires je vous prie. Par où devons nous aller ?"

Rakurai avait l'air bien malin tout de jaune resplandissant. Les yeux du Juunin le picotèrent à la vue de cette peau inhabituellement colorée. Cependant, acceptant cette recommandation, Alucard ne dis mots sur ce sujet et se contenta de répondre à la question de son apprenti.

¤Alucard¤
"Nous devons prendre une embarcation au sud pour atteindre le pays de la pluie. Le voyage pour atteindre cette première escale qu'est le port nous prendra quelques jours à pied. Plus vite nous partirons, plus vite nous parviendrons à l'immensité océanne."
"J'ai pris la carte de Alu au cas où, mais je ne pense pas me tromper en cours de route. J'ai beaucoup voyagé lorsque j'ai vécu."


C'est ainsi qu'il tourna les talons et prit l'avenue menant aux portes Sud du village. Un petit quart d'heure de marche à pied, parfois agrémentée de sauts sur divers toits et bâtisses plus grandes que les autres. Rakurai suivait et Alucard imagina que cela n'allait pas durer. Ralentir la marche était donc plus astucieux.
Ils atteignirent alors les majestueuses portes de Kumo, inébranlables malgré la Foudre quotidienne. De gigantesques paratonnerres étaient fixés au sommet de différentes tourelles de survéillance tout autour du village. A l'horizon, tapissée d'un bleu azur, on pouvait distinguer une couleur plus foncée mais trop lointaine pour affirmer que ce fut la surface de la Mer du Sud. La route était deserte et ils allaient devoir traverser de grandes plaines vides d'activités et de présence. Par moments ils devraient cependant se réfugier dans la forêt à l'Ouest, afin d'éviter des groupements brigands et autres organisations mineures mais dérangeantes.
Avant de partir, Alucard adressa un regard à son compagnon de voyage et lui demanda:


¤Alucard¤
"Vu le parcours qui nous attend, nous allons probablement faire diverses rencontres. J'imagine non sans raisons que certaines seront animés par le combat parfois mortel, et je voudrais savoir quelles seraients les tactiques que tu prévoierais pour ce genre d'occasion. Sachant que nous sommes deux et que tu connais, en partie, nos capactiés respectives."
"Mais ne perdons pas de temps, parlons en sur le chemin."


Il démarra alors la marche forcée.

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Mer 11 Avr - 20:53

Toujours bougon, encore grognon, mais pas moribond pour autant, voilà l'état dans lequel se trouvait Rakurai. Inutile de dire que toute remarque désobligeante sur sa pigmentation jaune fushia risqué fort de se voir contrarié par une bonne vieille pupille de peur suivis d'une agréable, mais non moins classique, morsure de l'âme. Cependant, la traversée d'une partie du village n'allait pas arranger son humeur, même si ils passaient pas les toits.
Suivant d'aussi prêt qu'il pouvais le vampire malgré ses blessures, le calme et le sang froid de rakurai étaient mis à bien rude épreuve quand, passant au dessus de tels ou tels personnes, il se prenais une remarque des plus désobligeante sur sa pigmentation non naturelle, imputable à l'onguent de guérison de sa famille.
Parlons en de l'onguent justement, inventé par son père, ce remède était efficace dans plus de 80% des situations. Capable de soigner les plaies ouvertes mineure, il pouvait aussi stopper une hémorragie externe pur peu que l'application soit bien faite. Ingéré (quel horreur) l'onguent pouvait combattre les poisons sans toutefois les détruire, il ralentissait juste leurs progressions. Ce produit faisait tout cela, malheureusement, comme tout produit il avait ses effets secondaires, les siens étaient celui de faire naître une pigmentation jaune sur la peau de celui qui s'appliquait le produit. Inutile de dire que tous les Yugen faisaient leurs maximum pour évité d'avoir à se badigeonner les corps avec ce produit.

Enfin, toujours est il qu'(il avait réussir à se contenir et à éviter d'agresser la demi douzaine de gamins qui l'avaient pointé du doigt, mais c'était juste. arrivant devant la porte sud, essoufflé comme cela ne l'était pas permis suite à une distance aussi courte, mais cela se comprenais facilement quand on savait dans quel état se trouvais son corps, Rakurai, entre deux crises de nerfs, n'avaient céssé d'analyser tout ce qu'avait dis le vampire depuis leurs départ et une phrase résonnait dans son esprit, c'était celle ou il parlais du village de la pluie : Ame no Kuni. SI il avait trouvé des informations sur la majorité des villages des grands pays ninjas, il devenait plus difficile d'en trouver sur les pays mineurs, comme celui d'Ame. cependant, il avait eu vent de rumeurs sur l'agressivité des ninja de ce village envers tout ceux qui traversé leurs territoire, inutile de dire que cela risquerait de compliquer grandement la donne si ils venaient à devoir affronter des ninjas ennemis. C'est donc naturellement qu'il posa une question à Alucard tandis qu'il répondait en même temps à la sienne.


¤Rakurai¤
"Les situations peuvent être multiples. La plus simple serait que les brigands viennent à nous face à face, je pourrais alors tenter de les paralyser tandis que vous les mettriez au tapis, cela serait une stratégie que nous pourrions qualifier de "bateau", mais c'est le maximum que je puisse faire étatn donné que je n'ai que des suppositions quand à vos capacités réelles. Bien entendu cela serait la situation idéal, mais je doute que nous ayons à y faire face, non. La plus prévisible serait une attaque tout azimut de la part des brigands et autres malandrins. En face de nous, devant nous, dérrière nous, etc., etc. Dans ces cas là, la stratégie de base deviens inutile, il faudra plus penser à agir rapidement que réellement efficacement, mais si nous parvenons à combiner les deux cela serait l'idéal."

Une mauvaise prise à une branche, Rakurai faillit s'écraser sur le sol mais il avait réussit à prendre une branche plus bas. Il fatiguait de plus en plus et ses mouvements s'en ressentait, surtout qu'il imaginais et prévoyait les différents scénario auquel ils risqueraient de faire face. Reprenant son récit la ou il l'avait arrêté, un simple essoufflement se ressentant dans sa voix.

¤Rakurai¤
"Cependant, ne nous leurrons pas. Vous, vous pourrez aisément vous débarrasser de trois ou quatre assaillants, ce qui n'est pas mon cas, et je ne peut me résoudre à devoir faire appel à votre aide. La meilleurs des stratégie serait d'utiliser efficacement et rapidement plusieurs illusions en même temps contre un certain nombres d'opposants. Je m'explique, si je parvenais à prendre deux, vois trois personnes en même temps dans l'une de mes illusions, je pourrais les conserver jusqu'à ce que vous ayez finis, voir les attaquer en tentant de combiner deux illusions, mon chakra le ressentira, mais cela sera une perte acceptable selon la situation. Cependant, il reste toutefois l'éventualité que les brigands ne me considère pas comme une cible sérieuse et me mésestime, dans ces cas là il sera plus facile pour moi de me dépêtrer de mes adversaires."

Continuant de suivre le jounin, non, l'entité enfermé dans le coups du jounin, Rakurai stoppa un instant son récit. Tout ce qu'il venait de dire fonctionnerait contre de simples brigands, même habitué à combattre des ninjas. mais quel serait la probabilité pour que ces stratégies fonctionnent contre des ninja d'Ame no Kuni ? 20% ? 10% ? Il n'en savait rien, mais il devait en faire part au jounin.

¤Rakurai¤
"Toutefois, tout cela fonctionne seulement en présence de simples brigands, j'ignore si cela fonctionnerais aussi contre des ninjas. Mais je dirais que non, par simple soucis de prévoir l'imprévisible, je pense qu'il faudrait se dire que ces stratégies ne fonctionnerons pas contre des ninjas. D'ailleurs, vu que nous devrons passer par le village d'Ame no Kuni, devons nous aussi les inviter à venir participer à l'examen chuunin ou bien n'est ce qu'une simple étape, et si oui, croyez vous que nous devrions craindre des attaques venant de leurs ninjas ?"

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Sam 14 Avr - 13:11

"Ame no Kuni ? ... J'ai dit ça ? Oulah. En fait je ne dois pas être si bon en orientation qu'on le croit."
"J'ai dû confondre avec Kiri no Kuni. Je mélange souvent les deux. Donc nous devons aller à Kiri, et je ne sais pas si passer par Ame sera nécessaire. Je regarde sur la carte et je te dis..."


Alucard n'en menait pas large, à peine étaient-ils partis qu'il faisait déjà des erreurs d'orientation. Etait-il vraiment préférable que ce soit lui le chef de cette mission ? Vu l'état de Rakurai, oui. Il sortit un rouleau de parchemin de son sac à dos, en retira la ficelle et le déroula afin d'observer la carte du monde, précisant la position de chaque pays et le nom de leur village caché respectifs. Il la montra à son compagnon de route afin qu'ils puissent en discuter ensemble.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Le village d'Ame no Kuni se trouvait dans un pays bien à l'Oues de Kiri, sur le continent. Alucard s'était vraiment égaré dans ses pensées. Montrant timidement la position du village erreur, il glissa son doigt sur la carte et l'arrêta au dessus du pays de l'eau. Indiquant par là leur réelle destination.

"Haha... Nous empruntions la bonne route, rassures-toi. Juste que le nom du village n'était pas le bon. Pas grave après tout." dit-il en rangeant la carte dans son sac.

Puis ils reprirent tous deux la marche rapide vers le Sud de leur pays, un bateau les attendrait dans un port et partirait, qu'ils soient là ou non, dans trois jours. Les deux ninjas devaient donc se dépécher, on ne sait jamais quel événement peut survenir et faire ralentir le groupe un bon moment.
Le Juunin lançait de temps à autres des regards vers son élèves, soucieux de son état et de sa progression parmis les branchages d'une forêt dense mais éclairée par les faisceaux lumineux d'un Soleil radieux.


"J'ai bien compris que tu ne connaissais pas mes réelles capacités. Moi même je ne sais pas jusqu'où je peux aller avec ce corps, mais j'imagine que la limite peut être loin, vu l'état dans lequel je t'ai mis. Tu me présentes une stratégie où tu emprisonnes dans ton illusion plusieurs personnes à la fois. En es-tu capable ? Ou n'est-ce qu'une stratégie idéal mais inaccessible ? Je peux en effet de mon côté m'occuper de trois à quatre brigands, mais toi quel nombre serais-tu capable de contenir ?"

"De toute manière, tu n'as pas encore aperçu certaines de mes possibilités. J'ai quelques talents qui pourraient nous être d'une utilité conséquente."
déclara-t-il avec le sourire.

"En tout cas, tu as raisons de préciser que contre des ninjas, nous avons peu de chance de remporter le combat. Sauf si eux ne sont que deux ou trois. Avec mon corps d'origine ils auraient pu venir à 3 Juunin au maximum. Là, un seul sera déjà éprouvant. Je pense donc que si nous nous retrouvons dans un situation de combat, quelle qu'elle soit, nous déciderons d'une tactique sur le fait, voire seulement dirigée par nos instinct respectifs. Et Dieu sait jusqu'où il peut nous emmener, cet instinct. N'est-ce pas... Rakurai ?"

Quoiqu'il en soit, les deux Ninjas étaient encore loin de leur destination. Le Soleil continuait sa descente vers l'horizon. Comment allaient-ils s'organiser pour la nuit ? Ils avaient encore un peu de temps devant eux pour le décider. Peut-être allaient-ils ne pas s'arrêter...

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Sam 21 Avr - 21:31

Si Rakurai n'était pas aussi frappé de stupeur suite à ce qu'il venait d'entendre de la bouche d'Alucard il serait très certainement tombé d'une branche pour aller s'écraser sur le sol en contrebas. Ce dernier venait, comme une fleur, de lui avouer qu'il s'était planté entre les noms des villages ninja d'Ame no Kuni et de Kiri no Kuni, et, qu'en plus, le village d'Ame était à l'opposé de celui de Kiri, ce qui, avouons le, était très fort comme erreur.
D'accord, Rakurai aussi s'était trompé, mais d'une il n'était pas jounin, de deux il avait un sens de l'orientation proche du moins deux, et trois, euh, ben, pas de trois finalement. S'approchant du vampire ninja, Rakurai observa un instant la carte. Mouais, un chemin direct, sur l'eau qui plus est, l'Arme Humaine n'était pas très à l'aise dans les combats navals, les pirates et autres ninjas spécialistes de cet éléments, eux, seraient comme des coq en pâte dans cet élément, ce qui changeait, par ailleurs et de manière radicale, toutes les stratégies prévus par Rakurai. rajouté la donné d'un voyage marin était très importante car les mouvements des deux camps seraient alors réduit, si ils rencontraient de spirates, si ils rencontraient des ninja de Kiri, alors là, ils n'auraient que très peu de chance de vaincre.

Suite à cela Alucard lui posa une nouvelle question sur ses choix stratégiques, et Rakurai dut bien avouer qu'il avait raison, le plan de Rakurai ne reposait pas sur ses capacités réelle, mais sur les capacités les plus adaptés à ce genre de plan, capacités qu'il ne possédait pas malheureusement. Il savait qu'avec son genjutsu il pourrait tenir un adversaire, peut être deux, mais en prenant des risques alors, et sans genjutsu vu que la nature même du genjutsu force l'utilisateur à rester concentré sur une cible à la fois, l'expérience permettant de cibler plus d'adversaires lors de combats.


¤Rakurai¤
"Il s'agit bel et bien d'une stratégie idéal mais malheureusement inaccessible avec mes compétences actuelles. En situation de combat réel, j'ignore ce que je vaut, ayant plus l'habitude de combat plus sournois, ou en une frappe un adversaire était mort. Je suis un combattant des Ténèbres, le corps à corps pur n'est pas ma tasse de thé et je ne pourrais contenir guère plus de deux adversaires en même temps,e t avec des difficultés qui plus est. Cependant, le simple fait que nous prenions un bateau change complètement la donne. Nous serons dans un élément ou au moins l'un d'entre nous n'est pas à l'aise : moi. j'ignore tout de vos combats passé, et donc des situations que vous avez rencontrés, mais sur un bateau, si jamais des pirates venaient à tenter de s'en prendre à notre navire, nous serions en très net désavantage, et je ne parle pas alors en cas de rencontres de ninjas de Kiri ou de renégats de Kiri, nos chances de les vaincre seraient alors quasi nulle car ils seraient dans leurs éléments. De ce fait, et dans de tel situations, voici ce que je proposerais : il nous faudrait concentrer nos efforts, si jamais nous rencontrons des ninjas kiréens, sur un seul adversaire à la fois, enfin, vous devriez concentrer vos efforts sur un seul adversaire à la fois. tandis que vous aurez le rôle de l'épée, je prendrais celui du bouclier, bloquant ou empêchant d'avancer les éventuels autres adversaires désireux de venir prêter main forte à leur ami. Une fois un ennemi tombé, nous recommençons jusqu'à ce qu'il n'en reste plus. C'est une tactique éprouvante mais nous ne sommes que deux, avec une unité de plus, de préférences spécialisé dans le taijutsu, nous aurions pu nous servir de sa rapidité et de sa force pour occuper un deuxième adversaire, et moi un troisième, le groupe adverse, ainsi dispatché entres eux, auraient eu plus de difficulté à nous atteindre, mais cela dépens de ce que nous aurions eu en face de nous. Si c'était des maître en ninjutsu, votre force serait largement suffisante pour en terrasser un, idem pour un pro en genjutsu. Un spécialiste taijutsu, ou un médecin, seraient déjà plus problématique, je peut les bloquer, et infliger de sérieux dégats mentaux, mais cela épuiserait grandement mon chakra, et je crains de ne pas soutenir la comparaison au corps à corps."

Rakurai s'arréta sur une branche, la fatigue, plus ses blessures, plus son temps de paroles venaient de l'achever, il mit quelques instants à reprendre son souffle avant de continuer à suivre l médecin devant lui, finissant d'établir son point de vue par la même occasion.

¤Rakurai¤
"Cependant, je digresse, quoiqu'il arrive, un plan reste une préparation avec un certains nombres de donnés aléatoire, il suffit qu'une seule soit manquante ou rajoutée pour rendre toute notre préparation caduc. De ce fait, et il s'agit là d'un vieux conseil de famille, dans le doute, préparons nous à tout et surtout au pire."

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Mar 24 Avr - 20:43

"Très bien, en gros tu sous-entends qu'on est dans la merde si on nous attaque. Mais ne t'inquiète pas... Je suis tout à fait d'accord avec toi !"

Ne pas s'inquiéter... facile à dire après ce genre de remarque. Mais Alucard semblait content malgré ce "problème", pour lui l'action était non pas essentielle mais intéressante et non sans utilitée. Elle formait le corps et l'esprit. Il en avait besoin, de temps en temps, comme une petite sortie pour se décontracter les muscles et vieux os. Cela faisait bien quelques heures qu'ils courraient en direction de la mer et ils n'avaient toujours pas croisé d'hostilités quelqu'elles soient, à la grande déception du Juunin. Le soleil ne tombait pas encore trop bas, il n'atteignait pas l'horizon mais s'en rapprochait, il leur fallait trouver un campement, pour s'arrêter dormir.
Mais ils pouvaient encore voyager, Alucard se sentait en forme pour courir encore longtemps... Mais qu'en était-il pour Rakurai ? Le sombre professeur observa son compagnon discretement et le vit blafard, courrant malgré lui, contre sa volonté physique. Le jeune homme semblait tout aussi vieux que son professeur, ce qui est déjà étrange, et paraissait bien moins endurant. Remarque, son état actuel laissait à désirer, peut-être n'était-il pas ainsi lorsque sa santé le lui permettait.

Une heure plus tard Rakurai semblait avoir du mal à garder les yeux ouverts, sa course se faisait maladroite et il ruisselait de sueur. Inquiet Alucard s'approcha de lui et lui demanda:


"Ca va aller mon bonhomme ? Tu n'as pas l'air très en forme..."

"Non... je ... Ca v..."

Il n'eut pas le temps de finir ses mots, interrompu par un sommeil instantané Rakurai tomba au sol, endormi, épuisé. Le Juunin dut s'arrêter en conséquence, observant l'état de son compagnon et en déduit que rien n'était grave, juste le poids de ses blessures recentes. De sa force inhabituelle il souleva son élève et reprit la marche vers un lieu plus agréable pour passer la nuit. L'odeur de la mer se fit de plus en plus présente à mesure que ses pas le menaient droit devant lui, dans l'obscurité naissante. Bientôt il fit noir comme si Alucard se retrouvait dans son Univers interne, les Astres figurant de la même façon bien qu'ils n'y soient pas identiques. Interrompant ses pas, il leva une main au cie, Rakurai sur ses épaules, et repensa à son fils, l'imaginant bloqué à l'intérieur de l'une de ses lumières indénombrables. La brise souffla, emportant sa capuche et lui offrant une pleine vision des alentours. Ses cheveux se baladaient librement tandis qu'il respirait pleinement l'air de ses poumons fébriles.
Au bout d'un moment il se désista à rester immobile et reprit sa marche à la recherche d'un abris stable pour la nuit.

Quelque temps plus tard Alucard installait le garçon sous les massives branches principales d'un arbre majestueux, la Lune éclairant les interstices créés par les trous dans le feuillage. Le médecin osculta son élève et soigna quelques unes de ses blessures réouvertes pendant la journée.
Encore un jour et ils arriveraient au port, loueraient un bateau et voyagerais une petite semaine à bord de celui-ci. Il faudrait aller plus vite mais les moyens de transports n'étant pas très rapides, il allait falloir s'y résoudre fatalement.
Une nuit paisible l'attendait, Rakurai n'allait pas se réveiller de suite, peut-être le réveillerait-il si nécessaire avant de prendre l'embarcation.

Alucard en profita pour sortir le livre de médecine qu'il avait pris soin d'emporter. Ceci dans le but d'en apprendre plus sur cet art et de ne pas paraître un incompétent dans ce domaine, son fils pratiquant la pratiquant chaque jour, il devrait faire des efforts pour le rattraper. Pourquoi ne pas élargir son éventail de connaissances pendant qu'il en avait le temps ? Bon déjà fallait-il relire le contenu des techniques de ce livre...
Alu semblait avoir marqué chaque page concernant les techniques apprises d'une croix en haut à gauche. Quelle opportunité ! Le père lut alors les définitions et schémas de toutes ces techniques avant d'en esquisser un essai pratique. Tout ceci lui prit une bonne parti de la nuit, et au bout de ce temps passé il se résigna à prendre un peu de sommeil. Lui aussi devait être en forme pour le voyage en mer, nul ne savait ce qui pouvait s'y dérouler...

Le soleil éclaira le visage d'Alucard tôt dans la matinée et il put reprendre la route, Rakurai toujours sur ses épaules, sa respiration résonnant dans son dos, son pouls battant près de ses oreilles.
Durant cette journée, le médecin ne croisa pas non plus d'obstacles, hormis une rivière trop profonde qu'il dut traverser en usant d'une téléportation, allourdie par le poids du genin sur ses épaules. La contourner aurait été trop long, arracher un tronc d'arbre et traverser dessus, trop dangereux. Un peu de chakra "sacrifié", mais rien de grave.
Epuisé de porter Rakurai, Alucard décida de s'arrêter plus tôt que la veille, il trouva rapidement un lieu convenable et remarqua qu'ils se trouvaient à moins d'une heure de l'océan. Ils feraient le chemin restant à deux le lendemain matin, il n'y avait pas d'urgence.

Le feu produisait de petits craquements irréguliers et la lumière qu'il générait oscillait autour du médecin alors qu'il continuait sa lecture. Rakurai était étendu sur une couverture de voyage tout près de lui. Entre deux pages, Alucard grignotait de la viande rôtie qu'il avait prévue dans son sac à dos. Il s'apperçut rapidement qu'il maîtrisait autant que son fils chacune des techniques médicales qu'il avait apprises, manquait plus qu'à en apprendre de nouvelles... Il parcoura rapidement les pages non munies de croix et s'attarda sur deux techniques opposées dans leur difficultés d'apprentissage mais utiles toutes deux. La première, simple, était passive, une fois apprise elle instaurait son application constamment et sans appel nécessaire, l'autre, difficile, demandait une invocation particulière, une série de seaux et un dosage du chakra. "Commençons par la simple" se dit-il.


"Adaptation métabolique... le corps s'adapte au chakra émit par le médecin afin que les soins soient plus efficaces. Ou est-ce que c'est le médecin qui doit adapter son chakra à son corps ? Quoiqu'il en soit, je vais tenter une petie analyse corporelle, je n'ai rien à perdre."

Aussitôt dit, aussitôt fait. Le Juunin ferma les yeux et se concentra sur son réseau et flux de chakra. Il choisit une portion d'énergie et la suivit durant tout son trajet dans son corps. Au niveau de la tête et du torse il sentit une forte concentration en chakra, de nombreux allers retours dans ces zones, en revanche, les pieds et les mains étaient moins avantagés et visités. Le chakra c'était une chose, mais pas tout, qu'en était-il de son métabolisme. Conscient du danger mais tout aussi conscient de ses capacités à se soigner, Alucard forma un scalpel de chakra et incisa sa cuisse droite. Ouvrant l'accés à ses muscles et réseaux sanguins le Juunin analysa leur composition et fit de même dans tout son corps hormis son crâne et son cou, ainsi que son dos. Ses défenses naturelles comportaient des faiblesses au niveau du ventre principalement, seuls des muscles protégaient en ce lieu les organes internes. Seuls le crâne et le thorax étaient (naturellement) protégés au maximum, par une couche osseuse résistante. Le cours d'anatomie continua lorsqu'Alucard eut l'audace d'ouvrir son propre abdomen ainsi que ses côtes. La douleur encourrue lui déchira les entrailles mais un jutsu de régénération l'apaisait quelque peu durant l'opération. Il tirait sur des muscles, des tendons, prenait dans ses mains son estomac, déroulait brièvement son intestin mais il dut rapidement arrêter l'opération. Il se sentit faible et préféra tout stopper avant qu'il ne soit trop tard, il n'avait pas très envie de passer la nuit les viscères à l'air dans le cas où il s'évanouirait. Malgré cet état, il se senti plus à l'aise avec son corps pour tout "ranger". Il avait appris quelque chose: "Se disséquer soi-même est porteur d'apprentissage autre que la douleur atroce." Une fois refermé, le sommeil lui tomba dessus lourdement et ne se réveilla que le lendemain matin, aux côtés d'un Rakurai souriant.

[Alucard: +3xp Technique Adaptation métabolique apprise.]

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Ven 27 Avr - 18:12

Rakurai hocha calmement la tête aux dire d'Alucard. C'était grossièrement dis, mais c'était ça : ils étaient dans la merde, et pas qu'un peu. Rakurai ne pouvait pas se battre très longtemps sans ressentir de vives douleurs un peu partout sur son corps, sentir ses côtes se déplacés dans son corps ainsi qu'un tiraillement à sa jambe qui fut arraché et recollé aussi brusquement que sauvagement. L'ensemble de ces éléments associé à sa faible condition physique l'empêcherait de se battre très très longtemps, quelques minutes, quelques secondes à pleine puissance sans doute, mais guère plus. Et face à d'autres ninja, cela risquait fort de se compliquer.

Finalement, quelques minutes après que les deux ninja se soient tut, Rakurai se sentit défaillir avant de perdre l'équilibre, il pensait pouvoir se rattraper, mais pas cette fois ci, il n'arrivait presque plus à ouvrir les paupières, et encore, c'était un euphémisme. Il ne se rendait même pas compte de ce qui lui arrivait, il supposait avoir baragouiné quelque chose avant de tomber, mais il n'en était pas sur, comment aurait il pu en faire autrement ? Il ne sentait plus rien, c'est à peine si il sentit Alucard le rattraper alors qu'il s'évanouissait aussi silencieusement qu'un mort dans son cercueil.

Plongé dans les méandres des Ténèbres de son âme et de son corps, l'esprit de Rakurai voyagea au gré de ses souvenirs dans son esprit, revoyant des scènes plus ou moins récente. Son anniversaire d'avant son départ pour Kumo, le combat entre sa soeur et un assassin inconnu à sa famille, une lettre de mission d'un shogun afin d'éliminer l'un de ses vassal. Ce souvenir était particulière vivace dans l'esprit de Rakurai car c'était la première fois qu'il faisait une mission avec toute sa famille au grand complet, c'était la première fois qu'il pourrait observer les capacités de chacun dans une mission où le risque de mort était plus que possible. Car attaquer le vassal d'un shogun était devoir s'affronter sa petite armée personnel, une armée soumis corps, biens et âme à leur maître qui dispose d'eux comme on dispose d'objets. La mission était fort simple, ils devaient réussir à pénétrer dans la chambre du vassal et l'éliminer, cette mission était confié à Yuna, plus apte à porté des coups fatal à n'importe qui. Le rôle du reste de la famille était de détourner l'attention de l'armée du vassal à l'extérieur de la bâtisse pour faciliter la mission de Yuna. Rakurai n'avait pas tenu longtemps, il était beaucoup plus faible que le reste de sa famille et il s'en était rendu compte durant ces multiples affrontements. Ho, il avait bien tué quelques gardes, mais pas le corps d'élite composé de ninjas plus ou moins fort. Et pourtant son grand père les avaient accueillis sans grand effort, malgré leurs force, leurs entraînements, son grand père avait fait un ménage incroyable.
La mission s'était finit sur la mort du vassal et la retraite de la famille Yugen, la plupart des membres de la famille était blessé, mais aucun n'était en danger de mort, cependant tous s'accordaient à dire qu'ils l'avaient frôlé.

Et pourtant, malgré ce souvenir vivace qui avait fait comprendre à Rakurai que ce n'était pas avec ses compétences physique qu'il parviendrait au niveau de sa famille, un autre souvenir, beaucoup plus récent, fit surface dans son esprit. Ce souvenir avait trait à sa mère et à lui, ils étaient tous les deux dans la chambre de Rakurai, non, pas dans sa chambre, dans une pièce beaucoup plus grande, une sorte de salon. Dans ce salon se trouvait la mère de Rakurai, Palanza, ainsi que le livre des âmes, le livre qu'il avait reçu de sa mère et qui avait en son sein des âmes dont les origines étaient inconnues. Sur une longue table se trouvant au milieu du salon se trouvait diverses sortes de matières première. Du bois, de la sève dans des bols, des moules en bois, des couteaux de sculpteur, etc., etc. Le premier exercice de Rakurai avec son livre des âmes, outre celui de prouver le lien les unissant tous les deux, était de réparer le livre. En effet, certains pages étaient déchiré, d'autres manquaient à l'appel et certaines avaient des gribouillage dessus, bien que cela ressemblait plus à des écrit donc l'encre se serait retrouvé effacé. Mais là n'était pas l'important, Rakurai devait, en suivant les consignes qu'il avait lu dans le livre sur comment améliorer des livres, fabriquer de nouvelles pages avant de les coller dans le livre pour le renforcer. Il avait pris les mesures des pages de son livre avant de tailler dans le bois un moule contenant l'exact taille des pages, mais en un peu plus profond toutefois, histoire que ses pages conservent leurs souplesse tout en étant rigide. Le moule fait, il prit un récipient afin d'y verser de la sève, de la résine ainsi que de l'eau avant de mélanger le tout, ce travail était harassant, il devait mélanger à la force des bras son mélange et en déposer un peu dans le moule afin de faire un véritable travail à la chaîne. Si ses premiers résultats n'étaient pas très satisfaisant, ses suivant le furent beaucoup plus. Il avait passer près de deux jours non stop à travailler son livre afin de lui offrir de nouvelles pages dignes de ce nom. Légèrement plus rigides que les anciennes mais aussi plus résistante en gardant toutefois une souplesse respectable.
Finissant de laisser sécher les pages qu'il avait fabriquer, ils 'attaqua à^retirer la couverture de son livre; Ce fut un travail de minutie qui lui prit de nombreuses heurs, car en cas de fautes, sa couverture risquait de fortement souffrir, il risquait même de perdre son livre. heureusement, les conseils de sa mère ainsi que sa patience lui permirent de retirer la couverture, couverture qu'il faudrait sûrement renforcer par la suite, mais pour l'instant cela suffisait, une chose à la fois car la précipitation est le pire ennemi d'un ninja. Finissant cela, il alla chercher ses pages là où il les avaient laissé sécher, toutes étaient prêtes à intégrer son livre des âmes. Bien évidement, avant de rajouter les nouvelles pages, il lui fallait déjà retirer les anciennes à travers du découpage précis des endroits où se trouvaient ces pages. Cela lui prit encore un peu de temps mais il y arriva sans heurt. Enfin, il colla grâce à de la résine mélange à de la sève, les nouvelles pages dans son livre, ce dernier se vit offrir un plus grand nombre de pages, et la couverture risquait de ne plus entrer mai sil avait prévus le coup. Il sortit un petit morceau de pâte restante qui apposa sur la couverture après l'avoir coupé en deux parties. Il colla la nouvelle pâte avec les deux cotés de la couverture avant de coller le tout sur les pages du livre. Son livre était finit.

Rakurai se réveilla en sursaut. A ses cotés se trouvait Alucard, ce dernier dormait à poings fermés. Il ne savait pas ce qui s'était passé mais une chose était sur, il avait dormi, et très longtemps vu qu'il sentait l'odeur de la mer dans ses narines. Désireux de réchauffer ses muscles endoloris par ce sommeil forcé, Rakurai se leva et se mit à préparer la petit déjeuner, à moins que ce ne soit le déjeuner, bien que le soleil restait assez bas. Il finit de faire le café et quand il s'en servit une tasse, Alucard se réveilla de son sommeil. Rakurai ignorait tout de l'endroit où ils étaient et préférait laissé le vampire lui dire la marche des événements.


[Si la technique de Restaurateur de livres anciens accepté, je devrais diminué mon argent de 80 pour augmenter les HP du livre des âmes de 80. Il aura alors 100HP en tout.]

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Mar 1 Mai - 15:57

Alucard accepta une tasse de café quelques instants après s'être réveillé. Ils regardèrent tous deux l'horizon durant quelques instants et le Juunin remarqua un liserait bleu au dessus des arbres: la mer. L'eau s'étendait non loin de leur position et rejoindre le port n'allait pas leur prendre beaucoup de temps. L'odeur salée des coquillage remontait peu à peu dans ses narines, parfumant davantage le café qu'il avait désormais presque terminé.

"Tu as dormis un jour et deux nuits, Rakuraï-san, ton état déplorable t'as littéralement couché alors que tu courrais à mes côtés. Prends ton temps pour te reposer si nécessaire, mais j'imagine que tu pètes la forme non ?"

"Bon, en tout cas nous sommes presque arrivés au port, moins d'une heure de marche je dirais, j'aurais dû m'en appercevoir hier soir mais j'étais trop fatigué, avec toi sur mes épaules et ma petite nuit la veille..."
"Mais bon, une fois là-bas nous louerons un petit bateau pour traverser l'océan jusqu'à Kiri, aucune escale possible, il nous faudra donc être d'une prudence extrême car comme tu l'as déjà dit, si nous subissons une attaque marîtime, nous sommes dans la mouise. C'est pour cela que chaque nuit je m'entraîne, afin de rattraper mon retard et maîtriser les capacités médicale de mon fils. Parce que bon, je ne suis pas un médecin moi, je n'y connaît pas grand chose."
"Rassure-toi, je suis à jour, il ne me reste plus qu'à tenter de renforcer mes pouvoirs héréditaires..."


S'étirant légèrement, Alucard se releva et rangea son matériel de repos dans son sac à dos, il remit sa capuche alors que de petites marques de brûlure avaient pris naissance sur sa peau. Il sourît à Rakurai et l'attendit afin qu'ils puissent se rendre au lieu de rendez-vous.

Ils marchèrent en discutant quelque peu durant une petite heure, où ils arrivèrent face à la mer, l'eau bleue et calme les appelant à venir en profiter. Le médecin avait légèrement chaud dans son manteau noir mais sa survie en dépendait, il ne pouvait le retirer, Rakurai lui s'était rapidement mis à l'aise.
Au bord de l'eau se trouvait un cabanon et un large quai où étaient arrêtés plusieurs bateaux, navires et barques en tous genres. Une pancarte était plantée dans le sol sablonneux et indiquait que l'on pouvait louer les embarcations au prix de 100£ la journée. Alucard en eut les yeux exhorbités. Le voyage qu'ils entreprenaient durerait bien plus qu'une journée, mais au moins trois à quatre jour, sans compter les nuits. A quel prix devaient-ils s'attendre dans ce cas ? C'est donc avec un léger dégoût que le Juunin s'aventura devant lui, ses pas résonnant sur le bois des marches et la porte grinçant à son contact.

Un vieil homme s'y attelait, le ventre bedonnant et la barbe naissante, il leur adressa un signe de salutation et s'en remit à son journal. Alucard fit signe à Rakurai de le suivre sans dire un mot et tous deux s'avancèrent face au gérant de ce centre de location naval.


"Bien le bonjour vieil homme, nous venons prendre une de vos embarcations."

L'oeil tressaillant, il releva son regard vers les deux arrivants et leur répondit sans trop attendre:

"Il ne nous reste qu'une petite barque sur le ponton de droite, combien de temps comptez vous naviguer à bord ?"

Pendant que le vieil homme répondait, Alucard demanda à Rakurai d'aller voir l'état de la barque en question, cela l'étonnait qu'une seule embarcation était disponible alors que des dizaines de navires étaient accostés... L'élève sortit pendant que le Juunin répondit.

"Nous avons besoin de quelques jours, cinq tout au plus. Le prix est toujours celui indiqué sur votre pancarte je suppose ?"

La porte claqua.

[... A toi Rakurai]
[Rakurai: +3xp Technique Restaurateur de livre anciens acquise]
[Fait le travail nécessaire donc]

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Mar 1 Mai - 17:57

Rakurai laissa le temps au jounin médecin/vampire de prendre son petit déjeuner. S'étant levé plus tôt l'assassin avait déjà mangé, même si ce fut frugal, cela lui suffisait pour le moment, inutile de surcharger son estomac dés le matin, il mangerais mieux une fois sur le bateau. Finalement le jounin lui indiqua les raisons de la perte de connaissance de Rakurai ainsi que la durée, cela faisait vraiment très très long, surtout pour quelqu'un d'habitué aux marches forcés, ses blessures étaient beaucoup plus grave que prévus, sinon il ne se serait pas évanoui aussi longtemps et comme il ne parvenait pas à obtenir une analyse précise de l'état de son corps il ne réussissait pas à savoir son état global, ignorant de ce fait sa fatigue.

¤Rakurai¤
"Je dirais plutôt que la forme viendra avec le temps, pour le moment je peut me déplacer si tel est votre remarque."

Suite à cela le jounin fit un rapide point d'analyse de la distance restante avant d'atteindre le village de pécheurs, il lui parla aussi de ses capacités médicales mais ça, Rakurai se doutais bien qu'il n'était pas aussi efficace que son fils, il avait prévus sa stratégie sur sa capacité spéciale de maîtriser le sang, pas sur ses aptitude à soigner les autres. Enfin, cela importait peu vu que quel que soit la stratégie que Rakurai avait prévus elle était basée à 90% sur des suppositions et à 10% sur des aptitudes réelles. Il haïssait vraiment cela, ne pas savoir, être plongé dans l'incertitude, ce n'était décidemment pas sa tasse de thé. Enfin cela importait peu, il était l'heure de la dernière ligne droite. Éteignant le feu à l'aide de son pied, Rakurai rangea ses affaires dans son sac, y compris la cafetière avant de mettre son sac sur les épaules et de se diriger vers le village des pécheurs.
Sur le trajet Alucard lui expliqua ce qu'ils allaient faire une fois arrivé au village, déjà : trouver un bateau, des vivres aussi, même si ce qu'ils avaient sur eux devraient suffire pour au moins faire le trajet aller en direction de Kiri, mais là n'était pas le plus important. Finalement ils se turent et laissèrent le silence s'installé entres eux, Rakurai n'aimait pas beaucoup parlé, cela l'arrangeait.

Enfin ils arrivèrent au village pécheur de Kumo, point de ralliement pour rejoindre toutes les îles se trouvant en mer, et pour un point de ralliement important du pays Rakurai le trouva étonnamment désert, il n'était pourtant pas tard, peut être y avait il une fête au village ? Ou bien une tradition particulière ? Il l'ignorait et ne voulais pas le savoir. Ce qu'ils avait par contre, c'est qu'il allait faire chaud, il était à peine dix heures du matin et le soleil cognait déjà très fort, qu'est ce que ce serait à son zénith ? Il espérait trouver un endroit plus frais à ce moment là.
Ils se dirigèrent rapidement vers les quais, les vivres pouvant attendre le temps qu'ils trouvent un bateau. Ils arrivèrent rapidement devant les quais où se trouvait un nombre impressionnant de bateau se trouvait accosté au port, de plus en plus étrange, mais au mois y avait il du monde ici, beaucoup de monde, on se croirait un jour de marché, mais il n'y avait pas de marché, bref, peu importe. Il suivit Alucard qui se dirigeait vers une habitation où l'on semblait louer des bateau, les prix indiqué semblait excessivement cher pour un simple emprunt. La personne qui les accueillit fut un homme bedonnant à la barbe broussailleuse et au visage fermé, muré par trois belle couche de béton armée. Le jounin vampire/médecin prit la parole demandant un bateau, l'homme répondit qu'il ne restait qu'une barque, près du ponton de droite. Un rapide regard à Alucard et le ninja-assassin sortit de la maison tandis que le jounin commençais à négocier les prix.

Ce qu'allait faire Rakurai était on ne peut plus simple : il allait vérifier l'état de la barque, en éspérant qu'elle convienne à leur voyage; Lorsqu'il arriva au ponton il vit avec une certaine surprise qu'il restait beaucoup plus d'une barque, en fait il y en avait au moins cinq, mais aucune ne semblait pouvoir aller sur l'eau de suite vu les trous qui se trouvaient dans la coque des barques. Stupéfiant, sur la demi douzaine de barques présente une seule semblait être capable de flotter mais après une étude minutieuse Rakurai vit des écorchures sur la coque du bateau, bien, il était temps d'aller à la pèche aux informations.

Il se dirigea, sans se presser, vers l'endroit où il y avait e plus de monde, des marins bourrus et expérimenté à première vu, Rakurai restait à distance raisonnable afin d'écouter leurs conversations, peu discrète il faut l'avouer.
Il semblerait que la raison de la colère de bon nombre de marins soit l'impossibilité de pouvoir prendre la mer, laissant les cales pleines de marchandises qui pourrissaient à vu d'oeil, étrange, Rakurai avait été rapidement voir si il y avait eu une annonce de tempête mais rien, il ne comprenait pas pourquoi les marins ne pouvait pas partir mais préférait éviter de leur poser la question directement, ces hommes seraient capable de l'attaquer pour calmer leurs nerfs déjà bien tendus.
S'éloignant rapidement de la place il s'approcha d'un vieil homme, chauve, avec une longue barbe blanche, diverses cicatrices sur les bras et le visage, résultat sûrement de divers accidents, sûrement ancien pécheur au vu de son béret, qui fumait une pipe tout en prenant un bain de soleil, quand il vit Rakurai s'approcher de lui il lui sourit d'un sourire où il manquait des dents. Le vieil homme semblait amusé par toute cette agitation, bien que Rakurai ne savait pas vraiment pourquoi mais vu les oeillades que lui lançait le vieil homme il n'aurait pa sà attendre longtemps, il avait envie de raconter son histoire et Rakurai allait patiemment attendre qu'il le fasse de son propre chef, ce qui ne mit pas longtemps.


¤Vieil homme¤
"Amusant hein mon garçon ?"

Rakurai préféra garder le silence, il n'en savait pas encore assez pour se permettre de parler tout de suite, mais cela ne changeait rien, vu que le vieil homme repris la parole presque aussitôt.

¤Vieil homme¤
"Tous des couards, tous ! De mon temps on serait aller sur l'eau et on aurait chasser le poisson avec deux filets et un couteau, et avec la modernité ces lâches veulent même pas risquer de se mouiller. Des lâches je te dis !"

¤Rakurai¤
"La lâcheté n'est qu'une forme de prudence après tout grand-père."

La phrase était sortit toute seule, après tout, dans un sens, c'était vrai, la lâcheté n'était qu'une forme de prudence, certes assez vile et pouvant être sujette à des problèmes, mais mieux valait vivre sans honneur que mort avec son honneur. Le vieil homme sourit une nouvelle fois à Rakurai avant de répondre.

¤Vieil homme¤
"La lâcheté reste de la lâcheté, quelque soit les belles explications qu'on utilise. Fuir reste lâche, se cacher aussi, peu importe comment on présente la chose; Et eux, ce sont pire que des couards, encore quelqu'un qui fuit pour mieux y retourner, d'accord, mais eux fuit et en plus ils refusent d'y retourner ! Tous des couards !"

Un instant surpris par la réponse du vieil homme il se ressaisit assez rapidement pour continuer sur le même ton.

¤Rakurai¤
"Et quel est la cause de cette couardise vieil homme ?"

¤Vieil homme¤
"Le Grand Serpent de mer."

Le vieil homme avait dit cela avec un très grand sourire, presque heureux d'annoncer cela, mais il reprit vite la parole devant le regard interrogateur de Rakurai.

¤Vieil homme¤
"C'est une vieille histoire, il y à quelques années un grand serpent de mer faisait des ravages aux niveaux des cotes de Kiri et de Kumo, les deux nations ont chacun envoyé des ninjas pour combattre la bête et ils l'ont rapidement défait, d'ailleurs tous on pensait qu'elle était morte. Son plaisir était de s'attaquer à tous les bateau qui passait sur l'eau, aucun ne repartait entier, et quand ça arrivait, généralement il était en trop mauvais état pour reprendre la mer. Bref, peu importe, pendant près de trente ans on na plus vu la queue de cette bestiole et c'est finalement devenu une légende. Mais depuis quelques jours les bateaux ne reviennent plus et n'arrivent pas non plus à bon port, bref, pas de nouvelles jusqu'il y à quelques jours ou un homme est revenu il disait juste avoir vu un très gros serpent engloutir son bateau, il est mort peu après remarque. Bref, tous les bateau sont resté en cale sèche depuis ce jour, chacun de ces couards disent qu'il faut faire quelque chose sans bouger le petit doigt."

Cela expliquait beaucoup de choses déjà, le prix élevé pour la location d'une barque par exemple. Il remercia d'un signe de tête le vieux pécheur avant de retourner dans la maison où se trouvait Alucard et le marchand, ces informations pouvaient peut être les aidés, ou pas.

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Mer 2 Mai - 18:54

¤Alucard¤
"Nous avons besoin de quelques jours, cinq tout au plus. Le prix est toujours celui indiqué sur votre pancarte je suppose ?"

La porte claqua, laissant Alucard seul avec le marchand.
Il fallut quelques temps à celui-ci avant de reprendre la conversation, ayant probablement été perturbé par la sortie inattendue de Rakurai.


¤Vieux marchand¤
"Cinq jours... Vous parlez d'un aller simple ? Ou d'un aller-retour ? Précisez-vous, car le prix dépend de vos paramètres."

Ces phrases semblaient trahir un désir d'argent, c'était certes du commerce mais il ne mâchait pas ses mots, demandant presque explicitement à ce que les voyageurs faces à lui le paient le plus cher possible. A part l'état délabré des lieux, ce qui peut être normal d'un point de vue "authentique", rien ne semblait nécessiter apport de réparation, donc d'argent.

¤Alucard¤
"Il nous faudra cinq jours pour l'aller seulement, et si le prix reste le même indiqué sur la pancarte nous prendrons notre retour une fois sur Kiri, le coût en sera peut-être plus abordable. J'en tiens le pari."

¤Vieux marchand¤
"Le prix reste et restera a 100£ pour la journée. Donc autant vous dire que si vous m'emprunter un bateau pendant cinq jours, comme vous dîtes pour votre aller pour Kiri, vous devrez me payer 500£ pour cinq journées, auquels s'ajoutent 300£ pour quatre nuits, ce qui nous fait un total de 800£ pour vous rendre au pays "voisin"."

¤Alucard¤
"..."

¤Vieux marchand¤
"Je n'ai pas terminé ! Si vous me prenez mon bateau pour ces cinq jours, qui me le ramenera ? Vous devrez donc prendre un marin avec vous, et ce marin se chargera de revenir avec l'embarcation une fois vous avoir déposer sur le sol de Kiri. Et si je ne me trompe pas, il mettra une nouvelle fois cinq jours et quatre nuits pour revenir. Le prix total double donc pour m'avoir emprunter le bateau tout ce temps. Je vous demanderais donc 1600£ pour votre aller à Kiri. A ceci s'ajoutera le prix de la nourriture du marin qui vous accompagnera et de ses efforts pour avoir fait les trajets. Une somme finale de 2000£ me semble normale."
"Je parie que vous vous dîtes en ce moment "Autant demander le retour en même temps, ça revient au même prix au final..." Et bien non ! Car, imaginez que vous choisissez de garder le bateau pour le retour, vous paierez bien 1600£ pour les voyages, mais qu'en est-il du temps passé hors de celui-ci, pendant votre excursion à Kiri ? Mon bateau restera au port, et il faut louer un emplacement pour le laisser ainsi plusieurs jours, même plusieurs heures."
"Je vous conforte donc à ne pas prendre un aller-retour pour Kiri avec mon bateau car il vous en reviendra pour 2400£ en tout et pour tout."


Un clin d'oeil anima son visage ridé et sauvagement broussailleux. Comment se faisait-il qu'après une telle demande d'argent il conseillait au Juunin de prendre la "formule" la moins cher ? Etait-ce un test ? Ou savait-il que les prix de Kiri seraient exhorbitants et qu'ainsi son client serait encore davatange vidé de son argent ? Pourquoi un marchand voudrait la liquidation de la monnaie d'autrui hormis ses propres clients et pour son propre compte ? Cela pouvait-il être un simple gage de simpathie ? Là également cela semblait étrange... Quoiqu'il en soit, Alucard décida de négocier ce prix si flamboyant, celui d'un simple aller...

¤Alucard¤
"Le prix me semble bien élevé vieil homme pour traverser un océan en tant de paix. Il n'y a pourtant rien qui devrait vous détruire vos embarcations durant le voyage hormis une navigation mauvaise et une tempête imprévue."

¤Vieux marchand¤
"Une mauvaise navigation ? Vous n'êtes pas marin à ce que je peux en déduire de votre personne, donc vous pouvez être sujet à ce type de péripétie, je me trompe ? Pour ce qui est du mauvais temps, vous n'êtes pas non plus climatologue, là également vous n'êtes pas un expert. Les risques sont avec vous, donc le prix me semble logique."
"A ces risques se rajoute un troisième dont vous semblez ignorer l'existence..."


Le visage du Juunin s'assombrît alors, une veine battant lourdement le long de sa tempe gauche, son regard se posa avec dureté sur le vieil homme. Des émanations de chakra montèrent autour de lui et du sang commença à s'échapper discrètement de l'une de ses blessures, virevoletant à peine autour de lui.

¤Alucard¤
"Ne me sous-estimez pas, vieil homme, je n'aime pas trop cela. Je ne suis certes pas un climatologue ou un marin, mais j'incarne ce qui pourrait être pour vous l'Ange de la M..."

La porte s'ouvrit calmement mais dans un grincement plutôt dérangeant, coupant le médecin dans sa phrase et dans son attitude offensive. Le chakra autour de lui disparu et le sang réinfiltra le réseau sanguin devant les yeux d'un Rakurai plein de bonnes nouvelles, enfin il vallait mieux...

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Jeu 3 Mai - 0:41

Lorsque Rakurai pénétra dans la maison du vieil homme l'ambiance semblait tendu, le marin avait ses bras reposé sur son estomac et Alucard semblait prêt à tenter de le tuer juste avec des regards méchants, amusant. Il ne fallait pas longtemps pour savoir ce qui s'était passé, vu les prix affiché, le jounin de remplacement avait du vouloir tenter de négocier la traversé, ce que le marin avait du refusé, logique si on connaissait la raison de prix si élevé, mais par respect, ou plutôt par amusement ? Oui, ce devait plutôt être ça. Par amusement donc, Rakurai préféra poser la question quand même.

¤Rakurai¤
"Tomberais je mal ?"

¤Alucard¤
"Pas le moins du monde, encore un peu et j'égorge ce voleur !"

L'homme effectua un mouvement de recul qui se voulait digne mais qui exprimait clairement la peur, cependant il parla avec un ton assuré, ou presque.

¤Vieux marchand*
"Attention à ce que vous dites vous, c'est pas parce que vous êtes sans le sou que vous avez le droit de me traiter de voleur, et quand à toi gamin, si tu veux savoir, c'est 2400£ en tout et pour tout pour la traversé aller avec ma barque, pas un sou de moins, pas un sou de plus, débrouillez vous une fois arrivé à Kiri pour revenir, mais je veux mon bateau !"

Le ton était clair, un peu haut, mais cela importait peu pour Rakurai. Les prix étaient excessivement haut et illogiquement calculé pour un trajet aller, surtout que le marchand pouvait doubler cette somme si il se faisait payer d'avance, le seul soucis, c'est que peu de personne pouvais se balader avec presque 5000£ sur soi, hormis les nantis et les seigneurs locaux. D'ailleurs si Rakurai faisait l'analyse de ce qu'il savait, demander 2400£ était une somme minimal pour la perte d'un bateau. Après tout il prenait moins de risque à demander 2400£ que 5800£ auquel il ne verrait très certainement même pas la couleur si jamais son bateau venait à être dévorer par le grand serpent de mer. Il avait pris connaissance de cette information, le marchand, ainsi qu'Alucard, n'en savait rien, voilà qui promettait d'être des plus drôle.

¤Rakurai¤
"Je vois, le prix est en effet très cher, mais justifié..."

¤Alucard¤
"Quoi ?! Qu'est ce que tu dis Rakurai ?! Aurait tu péter les plombs ? C'est la fatigue qui te fait délirer, c'est ça hein ? Avoue !"

¤Vieux marchand¤
"Ah ! Vous voyez, même votre jeune ami est d'accord avec moi, mes prix sont raisonnable, allez vous faire plumer ailleurs si ça vous chante."

Rakurai avait fermé les yeux et avait laissé apparaître une grosse veine sur son front, si il y avait bien quelque chose qu'il détestait, c'était bien de se faire sauvagement couper la parole avant qu'il n'ait le temps de finir sa phrase. Soufflant un coup, il ouvrit ses yeux, non, son oeil unique afin de reprendre là ou il s'était arrêter.

¤Rakurai¤
"Je disais donc que ces prix étaient justifié vu le risque de la perte d'un bateau sur le trajet."

¤Alucard et le vieux marchand¤
"Quoi ?"

¤Rakurai¤
"Voyez vous, j'ai fait une intéressante découverte en discutant avec un vieux marin sur le port, il est possible qu'il soit fou et totalement gateux, mais après une analyse de différentes barques je pense qu'il à raison. Ce dernier ma dis qu'un monstre marin sévissait dans les eaux des côtes de Kiri, dévorant tout bateau osant s'approcher de son territoire. Vu le nombre de bateau en cale sèche et l'air contrit qu'aborde les marins des différents équipages, j'en déduis que quelque chose retiens ces hommes et ces navires sur la terre ferme, reste à savoir quoi. Des pirates ? Vu les vaisseaux de la marine présent j'en doute fort. La diminution des prises ? Impossible, cela ne justifierais pas le pourquoi de la présence de ces bateau en cale sèche, si le poisson viens à manquer, les marins sont capable de parcourir des milliers de kilomètres pour en trouver. Il ne reste que l'histoire, certes farfelue, du vieux pécheur. Mais j'ai analysé quelques une de vos barque, y comprit celle que vous avez la bonté de nous louer, et j'y ait vu des écorchures qui ne semblait pas être le résultat de rochers ou autres. Suis je loin de la vérité monsieur ?"

¤Vieux marchand¤
"Euh..."

¤Rakurai¤
"Je poursuis donc. Voici ma théorie. Voyant la baisse de revenue affluer par le manque de personne décidant de prendre la mer à cause de cette histoire vous avez décider de surtaxer le prix de location d'un bateau afin de faire un bénéfice acceptable, j'ai vu en chemin le prix de fabrication d'une barque standart et il nous reviendrait moins cher d'en acheter une que de vous en louer une, mais là n'est pas le problème. Le problème viens du fait que vous ne demander que le prix du voyage aller, pas retour, chose étonnante vous en conviendrez. La réponse que j'ai trouvé est que la somme que cela représente est une somme trop importante pour la majorité des personnes et ceux capable de la payer sont ceux qui sont aussi capable de se payer une défense efficace. j'ignore quel combine vous préparer, mais je me doute que vous n'espérez même pas revoir votre barque si jamais vous veniez à nous la prêter, non, vous attendriez d'autres pigeons et vous leurs ferrez payer le coût de fabrication d'une barque standart, avec une petite marge compensatrice pour votre peine, bien entendue. La combine est simple et vous permet d'éviter les réclamations si jamais le monstre marin venait à tuer ceux vous ayant payer, et comme vous ne vous séparerez pas de votre barque avant que nous ne vous payons, vous étiez assuré de voir la couleur de l'argent."

Le discours de Rakurai était peut être un brin pompeux, mais cela était voulu, il était en train, sans mauvais jeu de mot, de "noyer le poisson" afin de venir à son argument imparable.

¤Rakurai¤
"En tant qu'envoyé de Kumo, payer une aussi forte somme d'argent nous est impossible sans demander l'aval à notre administration, il nous faudra donc trois jours pour retourner au village et encore trois jours pour revenir ici. Et vu que nous agissons pour la sécurité de tous, notre honneur ainsi que notre désir d'apporter la sécurité nous obligera à prévenir toutes personnes se dirigeant ici qu'un monstre marin sévit actuellement dans ces eaux et que prendre un bateau se voyait courir le risque de mourir prématurément."

¤Vieux marchand¤
"Vous n'oseriez pas faire ça quand même ?!"

¤Rakurai¤
"Vous m'insulter monsieur, j'agis avant tout pour le peuple, et si je ne devais pas les prévenir d'un aussi grand danger je serais indigne de servir mon pays. Donc, mon sensei et moi allons repartir monsieur, c'est dommage, avec un geste de votre part nous aurions pu partir directement vers Kiri et ainsi éviter de devoir révéler les dangers d'emprunter cette zone, surtout que ça risque de faire fortement diminuer le tourisme, enfin bref, au revoir monsieur à dans une semaine."

Rakurai s'était tourné vers la porte quand le vieil homme l'appela d'une voix terrifié. Contrôlant ses mouvements, Rakurai ne s'arrêta pas trop brutalement ni trop rapidement afin de caché qu'il n'attendais que ça.

¤Vieux marchand¤
"Attendez, il est possible qu'on fasse affaire vous et moi, je serais prêt à vous offrir à titre gracieux un de mes bateau à deux conditions. La première étant de ne parler de mon affaire à personne, la seconde étant de vous débarrasser du monstre, alors, qu'en dites vous ?"

Si prévisible, c'était même pas drôle, mais bon, Rakurai ne pouvait pas s'attendre à mieux de la part d'un couard comme disait l'autre. Il se tourne vers Alucard, seule personne habilité à donner une réponse à cette interrogation, est ce qu'il allait accepter, ou bien allaient ils repartir pour Kumo ?

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Mer 9 Mai - 20:35

Il fallait avouer que Rakurai était convainquant, le vieux marchand mordu à l'hameçon sans trop d'effort. Enfin, seulement un long discours qui aurait pu paraître pompeux si la vision d'un marchand fondant sur place n'était pas disponible. De la sueur coulait encore sur son visage et sa barbe en fut rapidement trempée, l'homme tremblait en annonçant sa proposition aux ninjas. Quant à eux, ils se retournèrent lentement, forçant le vieux marchand à attendre dans le stress de tout perdre. Rakurai regarda son professeur, lui seul étant capable de trancher. Revenir au village, perdre du temps mais officialiser l'emprunt de la barque, ou aller chasser le monstre marin et gagner en prime une barque prête au voyage pour Kiri ? Question idiote, réponse simple, trop évidente, le Juunin ne prit pas la peine d'y répondre, il se contenta d'une nouvelle question.

¤Alucard¤
"Prêtez nous simplement un bateau, et indiquez nous l'endroit où vous pensez que cette bestiole agit."

¤Vieux marchand¤
"Prenez la grande barque, avec la proue en forme de colombe, mais par contre je ne sais pas du tout où 'il' se trouve..."

Le médecin tourna les talons, emmenant Rakurai avec lui et remerciant le vieux marchand d'un signe de main. Il sortit du cabanon et continua son chemin sur le quai de bois, cherchant l'embarcation empruntée. Le jeune Yugen la trouva sans trop de difficultée et ils en fouillèrent le contenu ainsi que l'état. Rien à signaler, le Juunin laissa alors un Bunshin sur place, afin de dissuader divers inconnu à sacager la barque.

¤Alucard¤
"Suis moi Rakurai, nous allons faire un tour d'horizon au village, récolter des informations sur ce monstre marin..."

Emboîtant le pas, leur marche forcée vers le coeur du village résonnait sur le bois des quais, le son se répendant sur la surface de l'eau remuée de mouvements hasardeux.
La foule n'était pas convaincante, trois voire quatre individus au maximum au même endroit. Les deux ninjas s'aventurèrent dans les rues vides et se dirigèrent vers la place centrale des lieux, où ils trouvèrent quelques passants, un petit nombre de personnes assises à attendre que le temps défile et une demi douzaine d'échoppes, dont trois fermées.


¤Alucard¤
"Débrouilles-toi pour questionner ces gens, je m'occupe d'acheter des vivres et du matériel tout en interrogeant les marchands. Balance un senbon que je t'ai donné en cas de besoin..."

Sur ces mots il quitta son élève et orienta ses pas vers le premier magazin en vue. Pourquoi demander à Rakurai d'envoyer un senbon ? Pensait-il vraiment qu'un danger était potentiel en ces lieux ? Menaçait-il une sorte de complot derrière toute cette mascarade de monstre marin etc ? Ou valait-il simplement mieux prévenir que guérir, comme il se dit ? De toute manière, il ne prêtait plus aucune attention aux passants de la place, n'accordant sa personne qu'à ce qu'il l'attendait dans les échoppes.

La porte était ouverte et une légère odeur de poisson se dégageait de l'intérieur, une enseigne en forme de thon tournoyant grinçait au rythme du vent. Le Juunin entra dans les lieux et regarda autour de lui, le tenancier était posté sur le comptoir reluquant avec curiosité à son tour le nouvel arrivant. Tout en retirant sa capuche, Alucard attrapa un sachet de riz et sélectionna différents morceaux de poissons, en vue de faire de bons suchis le soir même. Hésitant entre le thon et le saumon, il trancha et prit les deux, ajoutant par la suite un peu de gingembre frais. C'est ainsi qu'il se présenta au comptoir, dévoilant ses achats et regardant l'homme droit dans les yeux.


¤Alucard¤
"Vous avez quoi comme morceau de gros poisson ? Vous savez, du genre qui peuve dévorer un équipage entier..."

Un sourire accompagné d'un intense regard, attendant une réponse qui lui fut apportée peu après.

¤Marchand poisseux¤
"Un équipage entier ? Vous y allez pas d'main morte. Ya des gros poissons ouaip, mais seulement du genre à être plus gros que les autres, rien d'extraordinaire, qui tiennent dans les bras, pas plus."

¤Alucard¤
"Et je ne savais pas que les poissons de la taille de votre avant-bras pouvait bouffer tous les autres habitants des fonds marins..."

¤Marchand poisseux¤
"Oh vous savez, si j'dis ça c'est pour vous, moi je m'en fous que vous alliez vous faire déguster par le Géant... Beaucoup avant vous ont tenté de s'y aventurer, emmenant diverses armes, y allant par dizaines, de braves marins, mais aucun n'est revenus."

¤Alucard¤
"Je comprend, mais si vous ne faites rien votre stock de poisson sera vide pour de bon, j'ai déjà remarqué qu'il n'était pas très important dans votre établissement, donc j'imagine que c'est pareil pour tout le village, et cela va se répercuter sur l'intérieur du pays. Ne pensez vous pas qu'il vaudrait mieux en finir avec ce "Géant" ?"

L'homme respira profondément, détacha sa salopette et retira son haut salis. A premier abord, sa musculature saillante et parfaitement dessinée heurtait la vue de par sa beauté esthétique, cependant peu à peu se découvraient de larges entailles, ainsi qu'une énorme cicatrice chaotique recouvrant tout le côté droit de son abdomen.

¤Marchand poisseux¤
"Je suis partit du magasin il y a peu pour pêcher moi-même, ayant assez d'attendre le retour de marins disparus. Je ne suis pas allé bien loin, une sorte de reptile aquatique est passé sous ma barque, j'en ai aperçu l'ombre lorsque je ramais, j'ai tout de suite stoppé tout mouvement, pétrifié par une peur inconnue. La bestiole mesurait bien quatre mètres de longs et il ne fallut pas longtemps pour qu'elle tente de me bouffer. J'ai vu sa tête ressortir de l'eau avec une vivacité incroyable, sa grande mâchoire jonchées de centaines de dents se rapprocher de moi et m'attraper le buste. Elle m'emporta avec elle, sous l'eau, je vous assure qu'en cet instant j'étais persuadé mourir dans les dix secondes, et encore quelle vision optimiste ! Lors de mon débat, j'ai vu au loin une ombre de forme identique, mais bien plus grande... quatre à cinq fois je dirais, c'était confus. La bestiole accrochée à mon corps n'était donc qu'un enfant... !"

"Ha vous vous demandez sûrement comment je suis parvenu à survivre.. Et bien au moment où je commençait à perdre connaissance, une ébullition importante m'entoura, ma vision fut obstruée quelques instants, comme si il y avait eut une explosion, et lorsque le calme fut revenu la bestiole avait disparu... Un groupe de pêcheurs me retrouvèrent peur après. Mais je ne vous cache pas que la disparition me surprit et je me pose tous les jours des questions. Je vais même jusqu'à remercier notre divinité marine... moi qui ne croyait en rien."


Alucard baissa les yeux et constata que la cicatrice semblait bien réelle... Une affaire étrange, une suposition naissante, il allait de suite retrouver Rakurai. L'homme se rhabilla et calcula la somme à payer pour la nourriture achetée. Il annonça le tout au Juunin qui en sortit le compte exacte. Avant de partir, le médecin se retourna et capta l'attention du marchand.

¤Alucard¤
"Je voudrais vous remercier pour ces précieux renseignements. Que dîtes vous d'une amélioration esthétique de vos blessures, je suis ninja médecin, le meilleur de Kumo."

¤Marchand poisseux¤
"Je remercie votre attention, mais je garderais ces blessures, elles font ce que je suis, ce que j'ai vécu. Cependant, si vous désirez vraiment me remercier, débarassez-nous de ces monstres, vous aurez une récompense non négligeable de notre part, à tous."

Alucard sourit et sortit en agitant la main, le soleil frappant son visage de plein fouet, il remit sa capuche et se dirigea vers le centre de la place, s'adossant à une statue d'une précision barbare.

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Lun 21 Mai - 20:25

Rakurai étant en pleines révisions et comme je vais pas tarder à commencer les miennes, je fais une première distribution d'xp, telle une pause:

[Rakurai, Alucard: +16xp pour RP]

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Lun 11 Juin - 0:26

Rakurai ne dis rien quand le marchand offrit avec toute la mansuétude possible une barque aux deux ninjas afin qu'ils puissent aller sur l'eau chasser du monstre marin. Il se doutait que cela risquait d'être difficile et qu'il y avait de très forte chance pour que le monstre, si il s'agissait bien d'un monstre, soit coriace et risquait fort de détruire la barque prêter. D'ailleurs, l'assassin genjutsueur n'avait aucun doute concernant l'inquiétude du marchand, il avait peur, non pas pour eux deux, mais pour sa barque et, comme il était légitime de le penser, pour les éventuels représailles du monstre sur le village, qui était très proche de la mer soit dit en passant.
Si il était suffisamment volumineux, il pouvait créer une vague suffisamment grosse pour engloutir une partie de la ville, mais ça, ce serait dans le cas ou il aurait conscience de ce qu'il est et du fait que l'on souhaitait le tuer, quoique, même instinctivement, pour protéger son territoire, cela était possible qu'il se venge, mais passons. L'autre cas était du au fait qu'ils 'agissait de ninja de Kiri ou d'Ame, ayant réussit à conclure un pacte avec un animal marin géant qui s'amusaient à terroriser les navires afin de les voler, dans ces cas là un simple jutsu aqueux suffisamment puissant et c'était tout le village qui était noyé.
De ce fait, la peur du marchand était on ne peut plus légitime.

Finalement, ils allèrent tout d'abord inspecter la barque prêter par le marchand il suffisait que cette dernière ait un défaut pour qu'ils se retrouvent en très mauvaise posture, surtout que Rakurai maîtrisait encore assez mal son chakra, surtout dans ses pieds, donc il risquait fort de couler si jamais il devait se battre sur l'eau, ce qui était problématique dans la situation présente.
Alucard laissa un Bushin sur place, l'air grognon de ce dernier empêcherait même une mouche de trop s'approcher de la barque, mais il n'y avait rien à craindre du point de vue de l'assassin. Ces marins étaient furieux, nerveux, triste et démoralisé, ils ne se donneraient sûrement pas la peine de saccager un barque qui aurait le courage de s'aventurer sur l'eau, loin s'en fallait, mais Prudence était mère de Sûreté, et proche des frontière kiréenne, cela était une nécessité vitale.
Suite à cela le jounin vampire emmena son étudiant jusqu'à la place du village, objectif : obtenir des informations. L'information était la denrée la plus précieuse d'un ninja, plus il en avait, plus il était susceptible d'accomplir avec brio son objectif. Cependant, si récolté des informations étaient, généralement, difficile, dans ce village au bord de l'implosion cela risquait fort d'être impossible, voir mortel pour peu que l'on titillait trop longtemps les marins frustrés, mais les ordres étaient direct et l'on en contestait pas de tel ordre. Appuyant les dires de son actuel sensei, jusqu'à ce qu'il retrouve la trace d'Alucard-san, Rakurai se dirigea vers le lieu le plus apte à lui donner des informations, le bar se trouvant le plus près de la jetée.

Il était de notoriété publique que les marins, revenant de pèche ou non, aimés se retrouvé dans un lieu conviviale proche de leurs "lieu de travail", c'est pour cela que l'on voyait souvent poussé des bar, des restaurant et autres près de la jetée des ports du monde, cela permettait de récupérer rapidement les clients avant qu'ils ne changent d'avis.
C'est pour cela que Rakurai se dirigea immédiatement vers le bar le plus grand et le plus sale qu'il pouvait trouver, quitte à faire les choses, autant les faire à fond. Il trouva rapidement son bonheur sous les traits d'une sorte de boui-boui géant portant le nom si gracieux d'à "La Sirène enchantée", si poétique nom mais irrévocablement hors contexte dans ce lieu, mais passons.
Pénétrant dans l'étouffant lieu, Rakurai dut se retenir pour éviter de repeindre le parquet, sale soit dit en passant, d'un flot immonde et très désagréable de vomi tiède sortant directement de son fragile estomac.
L'odeur fétide mêlant habilement poisson, pourriture, alcool, urine et d'autres réjouissances du même genre, était promptement insoutenable, les yeux de l'assassin lui brûlaient, sa gorge s'irritait, sa peau s'asséchait, bref, il commençais à pourrir ici.
C'est pour cela qu'il se dirigea avec rapidité vers le bar afin de discuter avec le barman, un homme aussi haut que large mais dévoilant une impressionnante musculature du à de très nombreuses années de travail en tant que docker sûrement. Rakurai décida donc de l'aborder avec calme, sans toutefois chercher à cacher ce qu'il disait, il faut dire que vu le calme ambiant, hormis la voluptueuse musique envoûtante traînant dans l'air, il n'y avait pas un bruit, ce devait d'ailleurs être grâce à cette musique sortie des flots que ce bar avait choisit son nom, mais peu importe.


¤Rakurai¤
"Salutation, excuser moi de vous déranger, mais un ami et moi désirions prendre la mer prochainement mais nous aurions besoin de trois choses, de conseils, d'un navigateur pour nous indiquer le chemin et enfin de renseignement sur le monstre sévissant dans les parages."

A la mention du monstre, beaucoup de visages haineux se dressèrent dans la direction du génin de Kumo, nul doute que la simple évocation de l'existence de cette créature devait mettre les marins dans une rage folle mais il était obligé d'en passer par là si il voulait obtenir des informations, bien qu'il ne soit pas très rassuré des regards assassin transperçant son dos.
Le barman lui répondit alors, n'osant pas le regarder et essuyant machinalement, pour la seconde fois, un verre sale devenant de plus en plus sale à cause de l'état du torchon utilisé.


¤Barman¤
"Je vois qu'un taré pour vous répondre, voir vous accompagner, il s'agit de Pat Hiruli, dit "Demis Pat", un marin ayant rencontré par deux fois la créature et y avoir survécut, même si il est légèrement diminué. A cause de ses rencontres il à un peu perdu la raison et il deviens incohérent, ça reste toutefois le meilleur gars qu'on ait ici, mas si je peut vous donner un conseil c'est de rester sur la terre ferme, dans quelques mois ils auront finit la construction du Grand Pont du pays des vagues, donc vous aurez toutes la tranquillité qu'il faut pour traverser."

Tandis qu'il parlais, il indiquait d'un signe de tête un vieux marin rabougri accoudé seul à une table auquel il lui manquait... Ses deux jambes. Dès lors Rakurai, ayant ignoré proprement la remarque et le conseil du barman et tout en se dirigeant vers lui, comprenait mieux son surnom. Il s'approcha du marin, où se trouvait à coté de lui une sorte de baquet à roulettes, sûrement pour ses déplacements, avant de lui parler calmement.

¤Rakurai¤
"Monsieur Hiruli ? Je suis Rakurai Yugen et j'aurais besoin de vous pour..."

¤Pat¤
"Je sais qui t'est gamin, je t'ai écouté quand tu parlait avec ce vendu de barman, et ma réponse va être précise, c'est non, j'ai déjà perdus mes deux jambes contre cette saloperie je perdrais pas un bras supplémentaire pour accompagner un téméraire et son copain pour leurs plaisir charnel."

Rakurai sourit, le vieux en avait encore dans le bide après tout ce qu'il avait vécu, il ne semblait pas fou à Rakurai, mais peut être jouait il ce rôle pour qu'on lui fiche la paix, manque de bol, Rakurai avait besoin de lui, et il comptait bien obtenir son aide.

¤Rakurai¤
"Je vois, malheureusement, j'ai besoin de votre aide, je vous ait dis mon nom maintenant je vais vous dire d'où je viens. Je viens du village de Kumo, cette année c'est nous qui organisons le tournoi chuunin de ce fait je dois me rendre à Kiri rapidement, vous vous en moquez, moi pas, si il s'agit d'un monstre, mon sensei et moi avons les moyens de le faire plier, si il n'en s'agit pas d'un, je puis vous promettre que les responsable passerons leurs existences à regretter leurs actes. Aujourd'hui, je représente Kumo et aussi sa justice, de ce fait, je me dois de traversé par la mer afin d'accomplir la justice de Kumo. M'aiderait vous, ou bien désirez vous continuer à vous morfondre dans votre décrépitude et votre pathétique tristesse ? Répondez maintenant ou taisez vous à jamais."

Le vieillard semblait hésité, si il avait en face de lui un ninja de Kumo, alors effectivement, il existai tune chance qu'ils réussissent à vaincre la créature, mais il n'était pas fou, pas complètement. Cependant, par fatigue de vivre ou espoir, ce dernier rampa jusqu'à son baquet avant de se diriger vers la sortie lançant dans son dos une phrase acerbe mais ou se lisait un semblant de sourire.

¤Pat¤
"Va te faire voir gamin, je vais t'aider, mais soit tu fait en sorte que j'y reste, soit tu fait en sorte de tuer cette saloperie, c'est l'un ou l'autre, maintenant bouge tes miches jusqu'à votre bateau, je vous aiderais à le naviguer, en partant dans l'heure on pourrait arriver demain matin, si on crève pas tous ensemble."

Rakurai sourit à son tour avant de se lever et de se diriger, sous les regards méfiants, inquiet et, surprise, haineux de certains clients. D'ailleurs, Rakurai commit une erreur en ne remarquant pas suffisamment le marin s'étant levé peu après lui et sortit avant lui comme si il avait le feu aux fesses, cela lui coûterait cher, mais pour l'heure, il l'ignorait, il accompagnait le vieux marin devant la barque où se trouvait toujours le bushin de son sensei tout en attendant ce dernier.

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Mar 12 Juin - 22:25

Alucard c'était presque assoupi sur cette vieille statue lorsqu'une sensation étrange lui parcouru l'échine. Une partie de lui venait de disparaître, non ce n'était pas Alü qui avait à tout jamais sombré dans l'inconnu et l'inaccessible, mais bel et bien le bunshin qu'il avait laissé près de la barque. Une autodestruction pareille ne pouvait que signifier la présence de Rakurai sur les lieux, même s'il y avait des chances pour que ce soit une attaque, mais dans la situation actuelle c'était vraiment peu probable. Le Juunin se leva donc et hâta le pas en direction du port, et seules quelques minutes lui suffirent pour l'atteindre. Comme son intuition le lui avait révélé, Rakurai se trouvait bien sur les lieux mais ne semblait pas seul, il était accompagné par un marin d'apparence douteuse, aux jambes raccourcies. Le regard ni plus ni moins neutre, Alucard salua l'homme en inclinant brièvement la tête. Ce salut lui fut rendu par un signe de main bien familier, mais en rien offensant. Le marin s'attela alors à préparer le navire.

¤Alucard¤
"Tout va bien Rakurai ?"

¤Rakurai¤
"Oui, pas de soucis. Je vous présente Pat, un valeureux marin qui va nous guider au travers de cette mer peu hostile."

Puis se tournant vers Pat:

"Pat, voici le Juunin et médecin Alucard Hyuuga."

Les présentations étant faites, les deux hommes se sourirent discrètement et Alucard déposa ses affaires sur le bois humide de l'embarcation. Il organisa les provisions en plaçant les morceaux de poissons dans une caisse remplie de glace, et le reste dans divers boîtiers de ci de là. Peu après le médecin senti une légère secousse et se rendit compte que la barque venait d'être mise en mouvement. Pat maîtrisait à la perfection son engin de déplacement qu'Alucard n'avait pas vraiment remarqué auparavant. Le marin était installé dans une petite caisse où étaient fixées deux roues. Malgré l'apparence peu pratique de la chose, Pat ne ratait aucun virage et arrivait même à soulever une roue pour s'immiscer dans des endroits étroits, frolant la chute dans l'eau qui s'assombrissait peu à peu.
Profitant de l'occupation de Pat à gérer l'embarcation, le Juunin attira son élève dans un recoin de la barque pour lui parler.


¤Alucard¤
"Bon, de mon côté, lorsque j'ai acheté ces provisions, j'ai eu l'occasion de parler avec un vendeur qui a eu affaire à ce monstre géant... J'ai trouvé cette version des faits plutôt intéressante, écoute."
"Les marins ne revenant jamais au port, son stock de poissons s'épuisait peu à peu, et il décida un beau jour d'aller pêcher lui même. Malheureusement pour lui, non loin de la côté, il fut attaqué par une bestiole d'environ quatre mètres d'après ses dires, elle lui attrapa la partie gauche de son abdomen et en lascéra la majeure partie. "Une mâchoire jonchée de centaines de dents" m'a-t-il dit... Il ne comprit cependant pas la suite. Alors qu'il venait d'apercevoir une ombre au loin, de forme identique à son assaillant mais de taille quatre à cinq fois supérieure, le monstre accroché à son poitraille disparu dans une ébullition intense."
"Pour n'importe quel habitant 'basique', un tel phénomène est inexplicable et a tendance à rapidement agacer. En revanche, pour nous les ninjas c'est une autre histoire. Regarde."


Le Juunin, afin d'appuyer ses propos, invoqua un Bunshin dans l'eau (la barque n'allant pas très vite, le bunshin avait le temps de nager, et d'ainsi rester dans le périmètre). Soudain Alucard claqua des doigts et le Bunshin se volatilisa, mais contrairement à cette même action dans l'aire, la disparition provoqua non pas une fumée dense rapidement dissipée par le vent, mais une forte ébullition subaquatique. Le Juunin sourit.

¤Alucard¤
"Alors ? Tu vois que ce genre de phénomène est tout à fais compréhensible. Une telle disparition ne peut signifier qu'une chose sur l'identité du monstre: C'est un Kuchiyose. En as-tu déjà entendu parler ?"

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Sam 16 Juin - 16:55

Une fois qu'il fit disparaître le bushin du jounin médecin, Rakurai s'était tranquillement assit sur l'un des rebords de la barque, ne jugeant pas nécessaire, pour l'heure, de tenter de comprendre le fonctionnement du bateau; Ceci était réservé à Pat et si jamais Alucard et lui devaient se débrouiller sans Pat pour une raison X ou Y, ils sauraient se débrouillaient. Après tout, ils leurs suffisaient d'observer le marin pendant la traversé pour apercevoir les outils indispensable pour faire avancée la barque. Enfin, pour l'heure, Rakurai avait sortis son livre des âmes, cela était encore récent pour lui, il devait s'assurer de son bon fonctionnement, mais aussi de le connaître à la perfection. Sa mère l'avait aiguillé dans le bon sens, mais seul lui pouvait trouver les réponses à ses questions et Diable seul savait à quel point elles étaient nombreuses.
Perdus dans ses pensées, il ne remarqua pas Pat, posé sur son fauteuil à roulettes, en train de fumer une pipe tout en observant avec intérêt le bandeau de Kumo présent sur l'oeil mort de Rakurai.


¤Pat¤
"Alors gamin ? Je me fais chier et tu vas me servir à me distraire. Qu'est ce qui ta poussé à devenir ninja ? C'est pas tous des tarés normalement ?"

Cela avait au moins le mérite d'être clair, chose que Rakurai appréciait mais là cela allait un peu trop loin et au moment où il avait accepté de les aider, Rakurai n'avait plus besoin de lui raconter sa vie en détail préférant, de ce fait, l'ignorer proprement en ne répondant pas à sa question, ce qui amusa beaucoup Pat qui y vit une invitation à continuer.

¤Pat¤
"Bien, alors, quel type de ninja tu veux être ? Jusqu'où dans la hiérarchie tu veux aller, Comme tous les gosses, je suppose que tu rêve d'être le chef, nan ? Est ce que tes camarades sont efficaces, Pourquoi ils ne sont pas là ? Dis moi une chose, pourquoi est ce que..."

¤Rakurai¤
"Dans la mesure ou ces réponses ne vous intéressent pas, je vous prierais d'économiser votre salive et votre énergie pour hurler vos ordres quand nous serons en prise face à la créature marine. Ces questions n'ont aucun but, leurs réponses n'est donc pas nécessaire, j'ose espérer que vous comprenez cela Pat ?"

La réplique de Rakurai n'était pas réellement dur ou cassante, elle était juste brutale et sans appel, c'était somme tout très différent de ses manières habituel de stopper quelqu'un en plein élan. Il avait l'habitude de le faire froidement, avec une pointe de sarcasmes et d'ironie dans le ton qui ne se faisait pas sentir ici, et la raison était simple, il était tendu; Tendu car depuis son arrivé à Kumo, c'était la première fois qu'il sortait du village, tendu car pour sa première mission il devait convaincre les dignitaires de Kiri, qui ne portaient clairement pas Kumo dans leurs coeurs, à venir participer au tournoi chuunin organisé à Kumo. Tendu car il ignorait encore trop de choses sur lui même, su r ce qu'il était, sur ce qu'il adviendrait.
Mais vu que le jounin Alucard arrivait, Rakurai cessa ses pensées fugitives sur lui pour se recentrer sur la mission.
La question de jounin était amusante, compte tenu de ses connaissances, il aurait pu dire si Rakurai souffrait des cheveux, mais bon à question poli, réponse réciproque, avec quelques explications dans la foulée.


¤Rakurai¤
"Oui, pas de soucis. Je vous présente Pat un valeureux marin qui va nous guider au travers de cette mer peu hostile." Il avait peut être poussé le cynisme un peu loin là, mais peu importait, il redevenait lui même. "Pat, voici le Juunin et médecin Alucard Hyuuga."

Sobre, efficace, distant, comme d'habitude en somme. Il aida le jounin à ranger les provisions qu'il avaient acheter dans diverses boîtes ils disposèrent de ci de là dans la barque, mais toujours le plus profondément enfoui afin d'éviter qu'une caisse de nourriture, ou d'eau potable ne passe par dessus bord. C'était peu probable vu qu'il y avait que peu de nuages et que la brise semblait douce, mais savait on jamais, certes, le monstre ferrait tomber des provisions, mais encore fallait il qu'il en reste quand ils tomberaient sur lui. Si ils tombaient sur lui.
Finalement, la barque se retrouva sur l'eau, Rakurai observait, non pas les mouvements, mais les réflexes que Pat avait pour faire manier cette barque, il fallait tout prévoir, quitte à ce que cela signifie que Pat devrait mourir, mais bon, encore une fois, cela n'était guère enviable.
Toutefois, sa surveillance se tarit quand le jounin prit à parti Rakurai afin de lui parler d'un sujet qui semblait important.


Ce dernier était en train de lui faire partager ses informations obtenues via ses questions, les gens parlaient toujours plus facilement à quelqu'un capable de vous broyer l'intestin juste en le pensant, mais bon. Ses explications, enfin, son agencement de détails venant d'une des personnes ayant été attaqué par le monstre marin ne donnait pas beaucoup d'indice à Rakurai, bien entendu, il avait désormais une vue d'ensemble de la créature, mais rien de réellement déterminant, enfin,c 'est ce qu'il croyait. La suite des explications devint, par contre, beaucoup plus intéressante. Ils emblerait que le monstre soit le fruit de l'apparition de la volonté d'un ninja, et l'exemple appuyé par les dires du marin interrogé favorisé cette hypothèse, mais la question d'Alucard le surprit; Certes, il avait déjà entendu parler des kuchiyose, travers une lecture à la bibliothèque, il n'en avait pas tenu plus compte à ce moment là et ne savait donc pas grand chose, hormis qu'ils 'agissait d'une créature consciente que l'on invoquais.

¤Rakurai¤
"Je vois, cela est somme toutes très intéressant et nous aide à un peu mieux cerner notre adversaire, mais un kuchiyose capable d'engloutir des bateaux entier, cela ne dois pas courir les rues, et il ne faut pas être faible pour parvenir à le contrôler. Pour répondre à votre question, disons que je ne connais que le minimum syndical sur ces bestioles, il s'agit d'invocation que fait un ninja, j'ignore le comment, et je sais aussi qu'il en existe de différente sortes, mais c'est à peu près tout ce que je sais dessus. Toutefois, le savoir ne nous aidera pas beaucoup je suppose. Il nous faudrait alors concentrer nos attaques sur l'origine de ce kuchiyose, je suppose que vaincre celui qui la invoqué révoque la créature, non ? Enfin, peu importe, toujours est il que si cela est vrai, cela signifie deux choses seulement, la première que notre adversaire est un ninja, comme je le craignais, la seconde qu'il se trouve sur son élément et que cela risque d'être compliqué pour nous."

La parole était au jounin, Rakurai avait tout dis, il savait que son adversaire était un ninja, ninja qui se trouvais être dans son élément, de ce fait, ils risquaient fort d'y laisser des plumes quand, ou si, ils venaient à croiser la route du ninja. Mais une autre question venait s'ajouter à cette dernière, est ce que le ninja était de Kiri ou alors d'Ame ?

MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   Lun 25 Juin - 17:41

¤Rakurai¤
"Je vois, cela est somme toutes très intéressant et nous aide à un peu mieux cerner notre adversaire, mais un kuchiyose capable d'engloutir des bateaux entier, cela ne dois pas courir les rues, et il ne faut pas être faible pour parvenir à le contrôler. Pour répondre à votre question, disons que je ne connais que le minimum syndical sur ces bestioles, il s'agit d'invocation que fait un ninja, j'ignore le comment, et je sais aussi qu'il en existe de différente sortes, mais c'est à peu près tout ce que je sais dessus. Toutefois, le savoir ne nous aidera pas beaucoup je suppose. Il nous faudrait alors concentrer nos attaques sur l'origine de ce kuchiyose, je suppose que vaincre celui qui la invoqué révoque la créature, non ? Enfin, peu importe, toujours est il que si cela est vrai, cela signifie deux choses seulement, la première que notre adversaire est un ninja, comme je le craignais, la seconde qu'il se trouve sur son élément et que cela risque d'être compliqué pour nous."

Rakurai était décidément un très bon observateur. Un tel raisonnement, une telle aisance. Alucard appréciait de plus en plus son compagnon de route, et son estime pour lui grandissait chaque jour.

¤Alucard¤
"Je t'accorde le fait qu'engloutir un bateau n'est pas rien, et que la créature derrière tout ça doit être plutôt monstrueusement grande, ce qui nous amène à un Ninja Invocateur "monstrueusement" doué... Je garde en tête le fait que le témoin que j'ai vu n'a fait qu'apercevoir au loin, un grand monstre marin, celui qui l'a attaqué était plus petit. Toi qui est un maître de l'illusion, tu pourrais également faire croire à quelqu'un qu'il exite plus gros que lui non ? ..."
"J'émet donc l'hypothèse, qui nous sauverait crois-moi, que l'invocateur n'est pas si puissant que ça mais pas seul. Un maître Genjutsu l'accompagnerait, à moins que ça ne soit lui... Mais s'il est seul, il est bien courageux ! Un Pro-Gen se baladant en solitaire c'est un peu risqué, en général ils sont accompagnés d'une escorte plus ou moins conséquente, comme moi pour toi."


Un clin d'oeil en direction du genin et le Juunin reprit ses explications.

"De toute manière, les ninjas concernés sont en effet sur leur élément. Et ça ne va pas nous faciliter la tâche ! J'ai autrefois maîtrisé quelques techniques aqueuses du pays de l'eau, mais je crois qu'elles sont définitivement perdues. Toujours est-il que nous sommes plutôt une bonne équipe à nous deux, tu paralyse l'ennemi comme tu le peux, et je lui fonce dessus, simple et efficace. Evidemment s'ils sont plusieurs j'aurais aimé pouvoir user des mes talents personnels, mais je crois qu'Alu ne m'a pas laissé carte blanche au niveau de son génome... Petit salopio va."

Un sourire se démarqua sur son visage. Le regard rivé sur l'horizon, le médecin se remémorait des souvenirs en compagnie de son fils. L'avoir perdu l'affecta beaucoup, même s'il sait qu'il est toujours en vie, quelque part dans les méandres de son Esprit. La discussion avec Rakurai en fut coupée, mais cela ne géna en aucun cas les deux protagonistes.
Pat arpentait le navire, opérant pour son fonctionnement, il faisait mouvoir cette barque avec efficacité et rapidité.
La journée passa tranquillement, les kuméens échangeaient des regards explicites lorsqu'ils n'admiraient pas le paysage marîtime que leur faisait traverser le bon vieux Pat. Un poil de vent ébourrifait la tignasse sombre du Juunin alors qu'une plainte se dessinait sur son visage trop irradié de lumière Solaire. Un léger voile de fumée s'éleva tandis qu'il se retournait, remettant sa capuche. Une régénération des tissus capilaires démarra, alors qu'Alucard laissa couler un peu de son sang dans l'eau sombre des océans. Jouant à créer divers créatures et animaux marîns il passait le temps, étonné que rien ne se soit encore produit. Malgré cette couverture de divertissement enfantin, le Juunin n'en était pas moins à l'affut de tout signe évocateur d'un futur danger.

Mais une heure passa, puis une deuxième, une troisième... Rien, toujours rien. Heureusement, se dit-il, mais cela laisserait-il penser que toute cette histoire aurait été montée par les pêcheurs ? Dans quel but ? Ils n'auraient eu aucun intérêt à raconter tout ça... Peut-être le Ninja avait-il autre chose à faire en cet instant... Prions pour que cela dure.

Au matin, les côtés de Kiri se dessinaient peu à peu et toujours pas de nouvelles du monstre marin. La nuit n'avait pas été difficile, simplement le fait que de veiller et ne dormir que d'un oeil était fatiguant. Ils allaient maintenant poser le pied sur la terre ferme, et fêter avec Pat une traversée sans le moindre obstacle. Alucard sortit un peu de nourriture pour le déjeuné et prépara le tout, un poisson eut le malheur de passer par là, il finira dans l'estomac des trois compagnons.


¤Alucard¤
"Rakurai, nous voilà sur les Terres de Kiri et nous n'avons rien rencontré ! N'est-ce pas magnifique ? Tu verras, Kiri est un pays plutôt humide mais tout de même sympathique, tant qu'on emmerde pas trop les dirigeants... Quelque mauvais souvenirs, enfin surtout pour Alu, mais rien de grave... Juste, il me semble, une mise à mort en cas de retour ici. Espérons qu'ils ont oublié depuis ! ^^ Nous allons bientôt pouvoir fouler le sol de cette île, je te prierais donc de prendre la carte et de nous mener jusqu'au village. J'ai fait la partie Kumo, tu feras la partie Kiri."

Un sourire chatoyant éclaira son visage, dans l'espoir d'illuminer celui de son élève également...

[Post à Kiri désormais, je te suivrais...]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Voie Maritime menant a Kiri   

Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Accident maritime : l’Etat Haïtien doit être responsabilisé
» Voie de la Navigation
» Piri piri piri [comme Kiri]
» Prérequis pour la voie de la Médecine
» La voie du Martyre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-