Partagez | 
 

 Les petits poucets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Les petits poucets   Jeu 14 Avr - 4:15

Setsu tenait entre ses mains un morceau de papier qu'elle avait reçu voilà quelques jours. Celle-ci informait les destinataires que leurs présences étaient requise dans deux jours au Parc Seibutsu à 15 heures pile. Visiblement, elle s'adressait à des aspirants et des genins puisque l'objet du message était la formation d'une équipe. Cette lettre était signée par deux personnes. La première portait le nom de Reiko Kairi, directrice de l'académie de Konoha et la seconde signature était celle d'un Uchiha nommé Hakai, Chuunin pour le même village.

Setsu avait prévu assister au cours d'Uchiki Matsuda sur la maîtrise du Chakra avant de se rendre au Parc, mais après avoir vérifier avec son horaire, les enseignements de Madame Matsuda allait empiéter sur la rencontre et l'Aburame avait opté pour la rencontre. De ce fait, elle avait profiter de la matiner pour se détendre et prendre le temps de bien savourer cette journée. Huit à dix heures de sommeil bien mérité, copieux petit déjeuner pour se réveiller, promenade dans la forêt jusqu'à midi et entrainement de midi à deux heures trente minutes. Voilà la journée idéal pour elle.

Comme à son habitude, Setsu portait l'habit des Aburame. Un pantalons beige pâle était a peine visible. Il était caché par énorme manteau assez lourd de la même couleur qui lui descendait jusqu'aux genoux et remontait jusqu'à son menton. Ses cheveux, d'un brun très clair, bougeaient au gré du vent et lui arrivaient dans le bas du dos. La couleur de ses yeux étaient impossibles à discerner, car ils étaient cachés sous une paire de lunette de soleil noir. Setsu mesurait un mètre quatre-vingt, ce qui était assez grand pour une fille et même pour certains garçons.

La distance qui la séparait entre le lieu qu'elle avait choisi pour s'entraîner et le parc Seibutsu correspondait à une bonne quinzaine de minutes. Ainsi la voilà, fraiche et disponible pour cette fin d'après-midi. La journée était assez belle. Un léger soleil illuminait le village caché du pays du feu pendant qu'une petite brise froide flottaient dans l'air. Un homme semblait profiter de cette belle journée, il était allongé au ras d'un arbre les yeux fermés, les deux mains sous la tête. Setsu s'approchait de lui, car elle semblait avoir remarquer un éventail brodé sur son épaule, le signe du clan Uchiha.

À son approche, l'Uchiha ouvrit les yeux et détourna son regard vers l'Aburame. Ses lunettes empêchait l'homme de voir où les yeux de Satsu regardait, mais il pouvait facilement s'imaginer qu'elle le regardait dans les yeux.

[Setsu] - Bonjour, êtes-vous monsieur Hakai Uchiha ?

Dit-elle en s'inclinant pour le saluer.

[Hakai] -
lui même... Je crois que vous êtes l'une de mes élèves, mais j'ai un petit doute avec tout ce tissu qui recouvre ton visage...

Setsu hocha de la tête en signe de non.

[Setsu] -
Setsu Aburame ! Enchanté

[Hakai] - Oue oue... je connais ton nom... J'ai même vu ta photo... ce qui me dérange un peu... c'est que sur aucunes d'entre elles, je ne vois ton visage."

L'Aburame restait stoïque en fixant celui qui allait devenir son sensei. Quelques secondes passèrent avant qu'elle ne réponde.

[Setsu] - Il serait regrettable de briser un si beau mystère

L'Uchiha n'avait pas eu le temps de lui répondre. Une seconde personne venait d'arriver et s'immisçait dans la conversation


Dernière édition par Aburame Setsu le Jeu 14 Avr - 22:09, édité 1 fois
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Jeu 14 Avr - 20:23

.°,o:O¦ Trouver sa voie ¦O:o,°.
"Les petits poucets"



Déjà deux heures déjà... Deux heures que je m'entraînais encore et toujours avec Sasaku sans plus de résultats que les autres jours. Même si je commençais à me muscler, ma silhouette prêtait toujours plus aux rires qu'au respect en face du colosse que j'affrontais chaque jour. Un bon mètre quarante-cinq, une musculature suffisamment développée pour admettre que j'étais shinobi, un corps bien proportionné; mes yeux de biche égarée mis-à-part, j'avais pourtant une fière allure. Mes cheveux, quant à eux, commençaient à se faire long. Je devais les attacher pour éviter qu'ils ne me gênent pendant les entraînes quotidiens, bien que cela n'empêche jamais de nombreuses mèches rebelles de retomber sur mon visage.

L'entrainement était finit et la journée bien entamée. Aujourd'hui était un jour faste, Yôko m'avait donné congés pour ses cours de l'après-midi. Elle avait en effet eu vent d'un billet qui avait été distribué à quelques étudiants de l'académie concernant la formation des équipes. C'était une chance inespérée, j'allais enfin pouvoir sortir de ma routine quotidienne. Pas qu'étudier la médecine, apprendre à gérer mon chakra et lire à longueur de journée me déplaise, mais comme tous les plaisir, ils se doivent être consommés avec modération... Une équipe, enfin ma vie de shinobi allait commencer!

Je n'avais pas vraiment d'expérience concernant les équipes ou même les missions : la seule et unique que j'ai fait était une demande, ou plutôt un ordre, donné par ma si chère professeur de médecine. Toute la mâtiné je m'étais demandé ceux à quoi ressembleraient les autres membres de cette fameuse équipe. Seraient-ils de mon âge? Connaitrais-je certains d'entre eux? Y avait-il des filles mignonnes à souhait? C'était là tout ce que j'espérais!

A mesure que mon impatience montait, les heures défilaient de plus en plus lentement, comme si les aiguilles de l'horloge de l’amphithéâtre de médecine voulaient me narguer. Mais enfin l'heure bénite du repas sonna. Les cours étaient finis pour aujourd'hui, j'allais pouvoir manger et me présenter au lieu de rendez-vous qui était inscrit sur le billet : le parc Seibutsu. Ce lieu représentais pour moi le seul endroit paisible de Konoha. Allongé sur une branche, quelques rayons de soleils réchauffant mon visage presque entièrement caché par l'épais feuillage des arbres, une bouteille de thé vert froid à la main. Une place de repos digne de celle des Daimyô.

Le repas fut rapide mais copieux, un simple bol de ramen de chez Ichiraku. Il n'y avait pas mieux qu'un bol au bœuf et au poulet pour se restaurer rapidement et copieusement. L’hiver n'était pas encore tout à fait finit et, malgré les températures records, de nombreux arbres n’arboraient toujours pas leurs somptueuse parure de printemps. Une légère brise adoucissait cette chaleur, rendant la température tout à fait supportable, d'autant plus à l'ombre des grands arbres du parc. Au centre de celui-ci, au point même du rendez-vous fixé par le billet, se trouvaient deux personnes d'une taille plus que respectable. Aucun des deux n'étaient plus grand que Sasaku, enfin à priori, mais tous les deux mesuraient bien deux têtes de plus que moi.

L'un des deux personnages présent arborait l'insigne du clan Uchiha, un éventail, brodé au niveau de son bras droit. Cheveux noirs, yeux sombres comme le charbon, exactement comme Yûki et Kenji, les deux seuls autres Uchiha que j'ai eu le plaisir de connaitre. La seconde personne avait des traits féminins mais il était impossible de vérifier cette impression tant elle était caché par ses vêtements. Un grand manteau beige, un pantalon qui l'accompagne et des lunettes de soleils, de quoi cacher ses traits comme un chef. Je me suis approché de ces deux semi-géants, les interrompant visiblement en pleine discutions.

[Akito] - Euh... Excusez moi, c'est vous Hakai Uchiha? J'ai reçus un billet et...

[Hakai] - En personne. Akito, je me trompe?

[Akito] - Exact! Enchanté

Malgré les airs décontractés qu'il affiché, j'ai préférer m'incliner devant Hakai. Après tout, il semblait tout désigner comme étant mon futur sensei. Une fois incliné, j'arrivais à peine à la même hauteur que la ceinture du Chuunin. Une fois relevé, je me suis incliné, moins fortement cette fois-ci, vers l'autre personne présente.

[Akito] - Hokufû Akito, enchanté!

[Setsu] - Aburame Setsu, de même.

Une Aburame. Ces fameux ninja qui emportent partout où ils vont des nuées d'insectes cachés dans chaque recoins de leurs corps. Aussi fascinante que cette symbiose puisse être, elle n'était pas sans m'effrayer. Comment fait-on pour héberger autant d'insectes dans un corps?! Mes interrogations terminées, je me suis retourné vers Hakai pour étancher ma soif de réponse.

[Akito] - Dites, on est que trois? C'est une équipe officielle? Vous avez eu un régime alimentaire particulier pour atteindre cette taille? Vous...

Interrompant mon monologue, une troisième personne se présenta enfin. J'étais fixé sur ma première question. Il avait les yeux et les cheveux noirs comme ceux d'Hakai, et faisais la même taille que moi. Naisen, c'est comme ça qu'il allait se présenter à nous.

MessageSujet: Re: Les petits poucets   Jeu 14 Avr - 23:04

Naisen s’était levé ce matin là d’humeur bougonne. Il balaya d’un revers de la main le filet de transpiration qui s’épanchait le long de son front et se reposa sur ses coudes, l’air fatigué. Comme tous les matins, il tenta de se remémorer les rêves qu’il avait fait durant la nuit et avec le même dégout, il se rendait compte qu’il n’atteignait qu’une même et unique conclusion qui le prenait aux tripes chaque fois qu’il se réveillait. Ce trou béant, ce vide infini, l’impression d’être emprisonné, dans les mailles d’un filet invisible mais qui pressait son âme avec une force dont il était impossible de se défaire. Le visage d’une femme le hantait toujours. Il se rappelait ses deux lèvres sèches, creusées par la soif et par le temps, se poser sur son oreille et lui susurrer des mots qu’il n’entendait pas. Sa voix se faisait de plus en plus forte, il la voyait ouvrir grande la bouche, sa gorge devenant de plus en plus insistante, mais non, décidemment, ce n’était rien d’autre qu’un murmure, une onde qui se diffusait avec la plus grande des difficultés. Elle s’éloignait, ensuite, et il tombait. Il tombait toujours.

Le filet de lumière qui s’introduisait entre les deux plaques de ses volets s’agrandit subitement en une ambiance diffuse aux couleurs chaudes et claires. Le soleil fit son apparition avec une violence infinie. Naisen eut du mal à reconnaître la silhouette pourtant bien visible de Tomoro, ses yeux plissés pour calmer les ardeurs de l’astre qui terminait de le réveiller.

[Tomoro] – Eh, gamin. Debout.

Son ton amusé indiquait clairement qu’il prenait un plaisir malsain à user d’une délicatesse ironique. Tomoro s’élança et sauta sur le lit, posé au sol. Son sourire ne disparaissait pas et ne cessait de frapper Naisen au visage, toujours courroucé par l’intense rayon de lumière qui filtrait jusqu’à lui. Il s’étira longuement sur son lit, tentant de pousser son frère de sa couette ; sans réussite. Il avait cette fâcheuse habitude de venir l’importuner. Tomoro avait changé depuis qu’il côtoyait le milieu particulier des shinobi, il avait changé de force, mais si ses petits rituels quotidiens disparaissaient peu à peu au grès du temps, il n’en restait pas moins lui-même.

Un putain d’enfoiré d’emmerdeur.

[Naisen] – Tire les rideaux.

Il l’attrapa par le col et le tira vers à lui. L’air grave, il colla son visage contre le sien.

[Naisen] – Tire les rideaux. S’il te plait.

Tomoro se défit de l’emprise de son frère d’un sec revers de la main qui balaya celle de Naisen. Il se releva dans un rire sincère et tendancieusement moqueur, se dirigea à nouveau vers la fenêtre et en tira les rideaux. La lumière devint plus calme, moins intense ; simplement plus douce. Naisen cligna nerveusement des yeux et repoussa sa couette sur le sol à côté de lui. Il s’assit sur son matelas et passa ses bras autour de ses deux genoux repliés contre son buste dans un bâillement plaintif.

[Tomoro] – Tu sais que tu n’es jamais aussi sérieux qu’au réveil ?

Il continuait de glousser.

[Naisen] – T’es jamais aussi …

Il chercha le mot qui lui convenait mais parut finalement déçu.

[Naisen] - … toi-même qu’au réveil.

Il gloussa encore.

Tomoro reprit très vite un air sérieux. Il se rapprocha de son frère et lui envoya une petite claque amicale dans le dos du crâne.

[Tomoro] – Aller, lève toi. Un courrier vient d’arriver.

Naisen leva des yeux ronds.

[Tomoro] – Ils ont monté une équipe avec un de nos grands potes du cygne. T’en fais partie.


***


La cohabitation. Ce formidable processus d’acceptation, de tolérance. Le tout était de situer l’autre. De le définir, non dans son fond plein, mais dans une parcimonieuse neutralité qui laisse ouvert le champ du possible. Sans jugement de valeur. Sans compensation moqueuse ni aprioris. La découverte, la curiosité, cet impensable penchant pour l’autre. La cohabitation. Ce mot revêtait pourtant une espèce de carapace négative, des consonances désagréables. Comme si l’histoire était déjà écrite, qu’on avait déjà effectué sur travail sur soi-même et que, non, définitivement non, les idées étaient différentes, les points de vues opposés, les sensations extrémistes. Mais pour la cause commune. Pour une bonne cause. Pour un bonheur commun, un bonheur salvateur, partagé, il fallait, il fallait, prendre sur soi, lever les yeux et rester muet, circonspect, impassible malgré le désaccord et parfois, la haine. La cohabitation. Ce n’était pas du respect. C’était seulement une belle série de compromis.

C’était l’idée que Naisen en avait. Il n’était pas un enfant solitaire. Son approche des autres était tout sauf inexistante. Mais ça l’emmerdait, profondément. Son engagement arrivait peut-être trop tôt. Effectivement, il ne s’y attendait pas et il avait toujours un peu de mal avec cette prise de conscience-là. Une équipe, lui. On lui avait dédaigneusement donné son bandeau, une ou deux semaines auparavant et déjà, déjà, on s’occupait de lui, de lui trouver une place, comme si ce village ne pouvait pas laisser ses chainons libres, l’espace d’un instant. Il semblait que tout soit hiérarchisé, impeccablement rangé. Pourquoi ? Pour éviter un désordre. Pour éviter le chaos. Un mal pour un bien. Un mal dont ils souffriraient probablement toute leur vie. Et même, Naisen ne doutait pas de pouvoir profiter de ces expériences mais décidemment, non, tout allait trop vite à son gout.

Il mit les mains dans ses poches et les rejoint d’un pas pataud. Son visage était clairement détendu, presque sympathique même si sa démarche manquait très certainement d’engagement. Naisen traversa le parc de Konoha. Les arbres passaient. Un soleil de plomb les pressait vers le sol. Les ombres s’enchaînaient comme d’éphémères paradis salvateurs. Rien ne semble toucher Naisen, il restait impeccablement fixé sur les trois personnes qu’il voyait, d’une petite trentaine de mètres.

L’air décontracté, il les rejoint avec un petit sourire sympathique aux lèvres. Il ne voulait pas faire bonne impression, peut-être. Il voulait surtout ne pas s’attirer d’ennuis, ne pas se mettre à dos les premières vraies relations qu’il aurait à tisser à l’extérieur du clan, aussi superficielles seront-elles. D’un petit signe de la tête, il s’immisça entre eux. Son attention se porta d’abord sur les deux premiers. Le plus âgé était nécessairement l’Uchiha dont lui avait parlé Tomoro, il préféra ne pas trop s’attacher au nom qu’ils partageaient tous deux.

[Naisen] – Salut.

Il sourit.

[Naisen] – Je m’appelle Naisen. Le monsieur là fait partie de mon clan.

De la tête, il indiqua Hakai.

Son intérêt se reporta enfin sur l’Aburame. Son blouson, aussi long soit-il, ne semblait pas tout à fait convenir à sa taille gigantesque si bien qu’il sourit en décrivant du regard ses deux petites chevilles féminines. La paire de lunette noire qu’elle portait sur son nez terminait de couvrir un visage recouvert de mèches brunes bien trop haut dans les airs pour que Naisen ne puisse découvrir autre chose que le dessous de son menton.

L’air de rien, il recula d’un pas et s’adossa contre le tronc de l’arbre qui leur offrait un peu de fraicheur. Et là, il les observa, d’un air circonspect et intéressé.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Ven 15 Avr - 1:15

Ce n'était pas comme s'il n'avait rien fait lors de ces deux derniers jours. C'est que mettre une équipe en route demande du temps et de l'énergie. Il fallait tout d'abord convaincre les harpies de l'académie que l'on était l'homme de la situation, ensuite venait le moment des conseils qui ressemblaient plus à des consignes de la directrice. Une fois libéré de tout ce topo, voici venu le temps des séances d'orthographe qu'il fallait faire à la chaine. Trois élèves, trois formulaires chacun qui sera remit au différent organisme concerné dans le contrat: la famille, l'académie et le professeur. On y attrapait rapidement mal au bras, mais après un rapide et dernier gribouillage, Hakai en avait enfin terminé. Il pensait en avoir terminé, mais c'était mal connaître Reiko Kairi.

[Reiko] « Et surtout, souviens toi bien de répondre correctement à leur question. Ce sont des jeunes, la première impression est très importante. »

[Hakai] « Oue oue... c'est pas comme ci c'était ma première fois... »

Le ton de l'Uchiha indiquait un certain manque de patience vis-à-vis de sa collègue, mais rien à faire, il avait beau changer de direction à chaque carrefour dans ce dédale de couloir, elle s'accrochait telle une sangsue. L'homme jeta un regard flamboyant à son dos, la femme n'avait nullement changé de trait, elle ne semblait même pas avoir remarqué son petit manège. Elle était beaucoup trop absorbé par son monologue.

Hakai avait fait la rencontre de Reiko et de la plupart des autres professeurs lors de sa monté au grade de chuunin. Habituellement, c'était une femme que l'Uchiha qualifiait de bonne compagnie, il adorait avoir son nez dans le décolleté de la directrice. Mais aujourd'hui, tout était différent, elle lui prenait la tête et par dessus tout, elle avait un ou deux boutons en trop... Elle ne faisait vraiment rien pour arranger les choses.

[Hakai] « Bon écoute Reiko... Je suis un grand garçon et tu es une grande fille... Chacun va de son côté et tout ira bien, j'ai l'impression d'avoir du miel au cul la... »

[Reiko] « Tu ne comprends donc pas que j'essaye de t'expliquer le bon déroulement du premier contact avec tes élèves? »

L'homme souffla un court instant avant de rabattre ses yeux sur le brin de femme qui se tenait devant lui.

[Hakai] « Tout ira bien... Je ne compte maltraiter personne aujourd'hui, enfin... si personne ne me les brises. »

La cloche sonna, c'était signe de liberté pour le chuunin. Il entreprit un court clin d'œil a la femme qui savait qu'il avait remporté une victoire, mais certainement pas la guerre. Elle lui confia alors un paquet de feuille avant de s'en aller à son prochain cours sans toute fois jeter un dernier coup d'œil par dessus son épaule.

***

L'Uchiha avait passé le restant de son temps à examiner les dossiers fraichement sorti du col parfumé de Reiko. Un à un, il regardait les têtes de ces joyeux luron. Il n'était nullement intrigué par l'Uchiha ou bien même le petit blondinet. En fait il resta assis une heure à se demander ce que pouvait bien cacher comme carrosserie ce long manteau... Il trouvait cela dommage de cacher de la marchandit fraiche... Enfin, aussi fraiche que les insectes puisse la laisser.

L'homme frémit en ce demandant ce qui pouvait bien se cacher en dessous de tout ce tissus. Une momie?? Non pas possible! Les aburame seraient donc des carcasses vides contrôlé par une forme d'insectoïde intelligent??

L'homme resta donc dans son délire de longue heure. Le pire était a craindre... Plus il pensait au aburame et plus l'envie de voir ce qui se cachait sous ses lunettes et se manteau beige le tenaillait. Il fallait prendre son mal en patience. L'homme se releva du banc sur lequelle il avait passé les dernières heures et se dirigea vers le centre-ville. Il comptait jeter un oeil à l'habitat de l'un de ses pensionnaires, mais il fallait avouer que cela s'avérait difficile. Il connaissait plus ou moins le cadre de vie qu'avait du subir Naisen et il ne se voyait pas entrer dans une ruche à la poursuite des parents de Setsu... encore moins si toutes les carrosseries étaient camouflé sous deux kilos de tissu... Akito? Hakai n'avait pas la tête à rnetrer par effraction chez lui et encore moins de rencontrer ses parents, il ne manquerait plus qu'ils soient casse bonbon comme la plupart des parents.

Non le mieux était.... les sources chaudes!

***

Il se prélassait encore et toujours. Coucher sous un arbre à l'abri du soleil, Hakai décuvait légèrement de la veille. Il ne se souvenait plus très bien avec qui il avait passé la soirée, mais une chose est sûr, son porte feuille s'était retrouvé bien plus léger. Perdu dans son imagination débordante, l'homme ne remarqua nullement la présence de la femme insecte. Elle s'approchait de lui et curieusement ses pensées était porté sur elle, toujours et encore ce même problème de carrosserie... Il ouvrit un œil lorsqu'elle lui parla, d'abord fixé sur l'emplacement ou devait normalement figuré un visage, ses yeux onyx descendirent machinalement vers sa poitrine.

*Difficile de deviner avec tout ce tissu... Un gros C peut-être... un B dans le meilleure des cas.*

Par tous les moyens du bord il essaya de découvrir au moins son visage, il ne demandait pas grand chose... Juste d'enlever ses lunettes, c'était pas comme s'il voulait la voir en soutiffe... Rien à faire... Les femmes je vous jure. Et voilà que les deux autres glandouille arrive... Même pas possible de s'arranger un tête à tête ici. Bref!

[Hakai] « Bon, vous êtes tous la, on va enfin pouvoir commencer. »

L'homme se leva et se placa de façon à avoir une vue sur tout le petit monde. Il regardait un à un ses troupes en restant une voir deux secondes de plus sur la seule fille (toujours cette histoire de carrosserie).

[Hakai] « Je vais pas y aller par quatre chemin. Je ne suis pas votre père, votre frère ou bien même votre oncle. Je n'ai pas a supporter vos caprices d'enfant ou d'ado, le premier qui me les brises je lui en colle une. » Son regard se posa sur Setsu. « Enfin pour toi on verra bien. »

[Hakai] «Mon rôle est de vous former à votre future vie, vous n'être pour le moment que des étudiant ou des genin, en d'autre therme des bébés ou des sous-merdes, tout dépend votre point de vue. Mes méthodes pourront sans doute vous paraître dure voir même injuste, mais ce sera pour votre bien. »

Il piocha quelque chose dans sa poche et en sorti les dossiers.

[Hakai] « J'ai ici vos dossiers. Ils sont pour le moment incomplet, il va donc me falloir quelque renseignement pour avoir une vue générale de vos capacités actuelle et des futurs entrainements que nous feront ensemble. »

Une nouvelle fois son regard parcouru l'assemblé.

[Hakai] « Il me faut vos spécialités, les personnes qui suivaient jusqu'à présent votre entrainement et pour toi... » son index se pointa sur Setsu « Il nous faut voir ton visage. Comment avoir confiance à un alliés si on ne sait même pas a quoi il ressemble. Pendant des mois et des mois vous serez amené à travailler ensemble, à suer ensemble. Vous vous connaitrez presque par cœur, mais pour le moment, je ne vois en vous que le trouble et l'angoisse que vous provoques cette nouvelle équipe. Alors jouons table rase et jeux égaux. »

Comme pour valider ce qu'il venait de dire, Hakai baissa le voile qui couvrait jusqu'à présent son visage, laissant un mince sourire apparaître.

[Hakai] « Au boulot. »


[HRP: Mp ou Msn si vous avez besoin de plus de chose.]
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Ven 15 Avr - 3:55

Setsu n'avait pas pu s'empêcher de regarder droit dans les yeux l'Uchiha qui allait devenir son professeur... Enfin, leurs professeurs. Ainsi, elle n'avait eu aucune difficulté à remarquer l'attitude qu'il avait à son égard. Premièrement, il semblait obséder pas sa poitrine, car il ne manquait pas une occasion pour détourner ses yeux et deuxièmement, il semblait avoir une obsession des plus mystérieuse au sujet du visage de l'Aburame. Dès les premières secondes qu'ils ont passés ensembles, Hakai n'avait pas cesser de faire des allusions sur son regard caché derrière les lunettes familiales et à chaque fois, Setsu avait laisser planer le mystère, même si elle savait qu'elle serait forcée de les retires, ne serais-ce que quelques secondes.

Par chance pour elle, quelques instants avaient suffi pour que les deux autres membres de son équipe se pointe, la retirant des griffes de «l'animal» assoiffé de sexe et retardant l'inévitable moment où elle devrait dénuder son regard. Le premier à arriver était un jeune homme aux cheveux blonds. Setsu semblait intriguée par lui, elle avait l'impression de l'avoir déjà rencontrer, mais elle n'arrivait plus à se souvenir où exactement. Bien entendu, tout cela se clarifia lorsqu'il prononça son nom. Akito était, comme Setsu, un aspirant à l'académie et ils avaient déjà été ensemble dans un cours. D'un naturel réservé, Setsu ne se démarquait pas de la foule de gens. Bien qu'ici elle faisait tâche dans le paysage avec ses habits bien particulier, lors des cours il n'était pas rare d'y voir d'autre Aburame vêtu de la même façon. Dans ce cas, elle passait facilement inaperçu. Elle ne savait pas grand chose de lui, mais l'avait gardé en mémoire à cause de la rare blancheur de sa crinière. Le second était un Uchiha lui aussi. Jamais elle ne l'avait rencontré par le passé, ni même croisé. Cela ne faisait pas longtemps qu'elle avait rejoint l'académie et elle passait la majeure partie de son temps soit en classe, soit chez elle à s'entraîner avec son paternel.

Comme elle s'y attendait, l'entretiens débutait par un petit discourt bien typique de la part d'Hakai et comme elle le prévoyait, il n'avait pas arrêter de faire quelques allusions sur l'Aburame, oubliant bien souvent la présence des deux autres hommes qui avait, selon elle, autant d'importance dans l'équipe.


[Hakai] - Il nous faut voir ton visage. Comment avoir confiance à un alliés si on ne sait même pas a quoi il ressemble.

L'inévitable moment qu'elle essayait tant bien que mal de reporter était arriver. Retirer ses lunettes n'apporterait rien à Hakai, Akito ou Naisen et la fixation que son sensei faisait la-dessus commençait à l'agacer. D'un autre point de vue, le fait de conserver ses lunettes ne lui apportait rien de plus, enfaite, cela lui apportait des emmerdes de la part d'Hakai. Aussi, elle saisit avec sa main gauche la jonction entre le verre et la tige allant et elle retira la protection solaire.

[Setsu] - Je suis une femme, si c'est ce que vous cherchez à voir !

Un message qui pouvait sembler déplacer pour les autres, mais qui avait tout son sens pour Hakai. Elle se doutait bien qu'il allait être en mesure de lire entre les lignes. Le message sous-entendait un petit : «Oui, je suis une femme, tu peux arrêter de me reluquer là ?». Un léger sourire fit son apparition sur le visage du Chuunin. Avant qu'il n'ait le temps de passer le moindre commentaire - qu'elle arrivait très bien à imaginer, - Setsu remit ses lunettes.

[Hakai] - Quel gâchis de cacher cela...

Dit-il le regard fixé plus bas que les yeux de l'Aburame. Même elle ne savait pas s'il faisait allusion aux yeux qu'elle venait de couvrir où à son corps complètement dissimulé sous plusieurs couches de vêtement. Ne voulant pas perdre plus de temps, Hakai poursuivit son discourt. En gros, celui-ci voulait connaitre le passé de ses élèves et ce vers quoi ils s'orientait... Une sorte de présentation quoi. Setsu fut la première à briser la glace, mais avant elle se tourna vers Naisen pour le saluer. Elle n'avait pas eu le temps de le faire, car Hakai avait débuté son discourt trop tôt et elle ne voulait pas paraitre comme quelqu'un qui ignore les autres. Cela serait tout simplement impolie

[Setsu] - Bonjour Naisen, je me nomme Setsu... Setsu Aburame

mais cela, il l'avait sans doute déjà comprit. Setsu se retourna vers Hakai avant de continuer sur sa lancé

[Setsu] - Spécialité, je ne peux pas dire que je n'ai vraiment une, mais je compte bien me tourner vers mes petites bêtes... Sinon, probablement vers le Ninjutsu. Pour le moment, je n'ai reçu les enseignements que de Sei Aburame, mon père et de quelques professeurs de l'académie.

Un chuunin complètement frappé du ciboulot alternant entre perversité, sévérité et "Ne me casse pas les couilles ou je te brise les tiennes", deux aspirant n'y connaissant rien de rien et un Genin pas trop certain des relations qu'il pourrait établir avec eux. Quel équipe allaient-ils former ? Une chose était bien certaine, seul le temps pouvait le dire.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Ven 15 Avr - 21:23

"Les petits poucets" - 2


[Naisen] - Je m’appelle Naisen. Le monsieur là fait partie de mon clan.

Enfin quelqu'un qui faisait d'une taille acceptable. Je me rassurais en me disant que même si j'allais me démolir le cou à toujours essayer de capter les regards du Chuunin et de l'Aburame, je ne serais pas le seul. Une bien maigre consolation. Même s'il faisait partis du même clan qu'Hakai, tous les deux ne se ressemblaient pas vraiment. Leurs cheveux, leurs yeux, leurs tailles et leurs attitudes respectives. S'il n'avait pas apporté la précision, je n'aurais sans aucun doute jamais fais le rapprochement entre ceux deux là. Ah! Quel miracle plus incroyable que le brassage génétique!

Nous étions enfin tous réunis pour commencer la fameuse réunion d'équipe mentionnée par le billet. Nous formions pour le moins une alliance exotique. Deux membres d'un clan illustre qui semblent être à l’opposé l'un de l'autre, si ce n'est que par leurs tailles respectives, et une ruche sur patte directement tirée depuis les quartiers Aburame. J'avais beau être vu comme un démon avec mes cheveux blancs, j'étais certainement la personne la plus normale du groupe. La plus faible aussi. Oppressé, entouré par trois lions issu du tissu social même qui fait la grandeur de Konoha. Le clan Aburame et son célèbre Hokage, le clan Uchiha et ses faits d'armes aussi nombreux qu'extraordinaire... Mais qu'est-ce que je faisais là?

Hakai prit la parole dès l'arrivée de Naisen. Même si j'ai cru pendant quelques instants qu'il prenait son rôle particulièrement à cœur, la réalité était tout autre. A mesure qu'il discourait sur les banalités habituelles d'un professeur à un étudiant, le Chuunin passait son regard d'onyx successivement sur chacun des futurs membres de son équipe. Jusque là rien d'anormal, mais il était difficile de ne pas remarquer son regard divergeant vers la poitrine de Setsu à chaque passage. l'Uchiha en venait d'ailleurs au problème que lui causait l'accoutrement lourd et disgracieux que portaient la jeune femme. Cette dernière ôta ses lunettes pour enfin croiser son regard avec celui d'Hakai. Elle n'allait sans aucun doute enlever un autre vêtement, aussi devrait-il se consoler avec cette bien maigre récompense. Un regard de braise à vous briser les cœur. Autant que cela soit le cœur qu'autre chose...

Hakai clôt son rapide discours sur sa volonté d'en savoir plus sur nous au sens général du terme. Notre passé en tant que shinobi, soit un grand concentré de vide dans mon cas, nos spécialités, les professeurs qui nous ont suivis... La routine du chef d'équipe comme l'aurait dit Akikaze. La première à avoir briser la glace fut Setsu, la jeune Aburame.

[Setsu] - Spécialité, je ne peux pas dire que je n'ai vraiment une, mais je compte bien me tourner vers mes petites bêtes... Sinon, probablement vers le Ninjutsu. Pour le moment, je n'ai reçu les enseignements que de Sei Aburame, mon père et de quelques professeurs de l'académie.

Rien de bien folichon en sommes. Nous avons juste appris qu'elle à suivit les enseignements de son père - ce qui est relativement logique dans les clans shinobis - et de quelques professeurs de Konoha sans mentionner de nom. Autant dire qu'elle avait, comme moi, aucune expérience de la vie de shinobi. Après avoir bien reluqué Setsu, Hakai porta son regard sur moi. Sans doute attendait-il que je prenne la parole, ce que je ne fit pas. Je cherchais mes mots, J'avais appris récemment que bien choisir ses mots peut-être quelque chose d’extrêmement important en tant que shinobi.

[Hakai] - Alors? Tu te bouges le cul?

[Akito] - Ah, oui! Euh... Alors... J'ai tourné mon regard vers Naisen avec qui ne n'avais pas encore fait les présentations d'usage. Tout d'abord je m'appelle Akito, je suis un étudiant spécialisé en médecine. J'étudie auprès d'Omoshiroi Yoko et d'Hiroida Sasaku ainsi que d'autres professeurs de médecine et de ninjutsu à l'académie. J'ai aussi déjà effectué une mission de rang D, mais... Disons simplement que ça n'a pas été une grande expérience.

[Hakai] - Et bien c'est pas si difficile...

Le sarcasme... J'adorais déjà notre future ambiance de travail.

MessageSujet: Re: Les petits poucets   Lun 18 Avr - 20:52

Hakai n’avait pas l’air d’être quelqu’un de tout à fait appréciable, à défaut de ne pas être respectable. De cela, Naisen en était intimement persuadé. Mais il ne doutait pas que le chuunin puisse créer ses relations propres et que, dans la grande soupe de personnalités qu’était le village, il pouvait sans difficulté trouver chaussure à son pied. Il sourit en pensant à cela. Il y avait bien des idiots partout. Mais Hakai ne semblait pas non plus être un crétin terminé, du moins, il ne voulait pas lui coller cette fabuleuse étiquette tout de suite. L’habitude qu’il avait de classer les choses de ce monde dans des cases se tarit, pour la bonne cause, par esprit de conscience peut-être, Naisen ne le savait pas bien. Ce qu’il savait, c’est qu’il ne pouvait pas se permettre de le ranger aussi vite et de manière aussi définitive l’Uchiha dans une catégorie de personne qui pourrait ne pas lui convenir ; et qui pourrait lui nuire, surtout. Surtout. Naisen ne connaissait pas particulièrement bien des responsabilités qui découlaient du grade que Hakai portait. Il ne connaissait guère mieux les conditions d’accession. Mais une chose était sûre dans son esprit : la vivacité avec laquelle l’Académie, les équipes et la politique de Konoha encadraient les aspirants et les genin montrait clairement qu’il y avait une barrière stricte entre leurs deux grades. Une barrière si peu anodine et innocemment franchissable que l’Uchiha ne pouvait pas ne pas être complètement à sa place, qu’il avait mérité d’une manière ou d’une autre d’être la place où il était aujourd’hui.

A n’en pas douter, il jouissait. C’était ce que ressentait Naisen. Mais le regard qu’il portait sur son congénère n’était pas méchant, il n’avait rien de critique ni de moqueur. C’était une banale analyse. Ses yeux léchaient le monde avec une neutralité effrayante. Il était là, adossé contre ce tronc, et il les observait sans réellement détenir les clés du bon et du mauvais ; si tant est qu’il n’existe que du bon et du mauvais et que l’intermédiaire, le complexe, le nuancé n’existerait pas. Hakai jouissait, oui. Pas seulement de la poitrine de Setsu qu’il imaginait prépondérante – c’est ce qu’il avait compris, même s’il ne comprenait toutefois pas ce qu’il y avait de si intéressant à cela et de si extraordinaire. Non, il semblait jubiler de sa position dominante, de cette fabuleuse carte de visite qu’on lui avait collé sur le cul : « Je ne suis pas votre père, vous n’êtes que des sous-merdes. » L’idée était à peu près là, efficacement marquée sur les coups d’un langage vulgaire qui était apparemment approprié – de son infime expérience, il en doutait.

Cette déliquescence avec laquelle il les méprisait – non, il ne les méprisait pas, au fond il les aimait, n’est-ce pas ? – indiquait peut-être un manque. Un manque ou une vengeance, un retour de bâton. Peut-être avait-il souffert, dans son passé, de ce passage délicat que semblait être les relations entre équipiers, ou plus précisément, de sa relation avec son ancien chef d’équipe. Ce n’était qu’une supposition. Elle était la plus salvatrice. Sa crédibilité se jouait là-dessus, sur ce fait indéniable. C’était un peu d’autorité qu’il recherchait, une autorité que son petit rang de chuunin Uchiha ne lui permettait pas. Au final, il n’était qu’une sous-merde, comme eux. Le système dans lequel ils évoluaient tous les traiter sans discontinuité comme des sous-merdes pour la simple raison qu’il y aurait toujours un connard méprisant au dessus d’eux. Voilà ce qu’il était, une méprisante petite fourmi qui n’était plus dans les bas-fonds de la hiérarchie militaire. Une hiérarchie sociale plus que tout. C’était un système comme un autre, Naisen doutait qu’il en existe un meilleur que les autres. Il voyait cela comme un choix, une décision qu’on avait prise un jour, que des personnes intelligentes – ou non – avaient prises un jour et ils le leur avait imposé. Avec son lot de droits et de devoirs. Celui d’oppresser ses subalternes. Celui de se faire mépriser par ses supérieurs.

Naisen eu un relan nauséabond. Si, en fait, c’était tout à fait vomir.

Malgré tout, il ne lui en voulait pas. Il ne le jugeait pas plus que ça. D’ailleurs, il n’était rien pour faire ça. Mais tout de même. Quelle que soit la vie misérable d’Hakai, ses antécédents pourris par la colère et ses relations sociales destructrices, Naisen voyait les des raisons. Il ne savait pas si elles étaient bonnes ou mauvaises, crédibles ou indécentes, c’étaient seulement des raisons, des putains de raisons qui donnaient un putain de sens à leur vie. L’idée qu’il agisse gratuitement lui semblait impossible parce que folle. C’était la seule raison qu’il ne pouvait expliquer, dont il ne saisissait pas l’essence. Il voyait en tout homme des explications de leurs agissements. Un contexte, une histoire, un passé, non, rien n’était inexplicable, tout pouvait être prouvé et alors seulement il pourrait pardonner. Parce que si tel n’était pas le cas, il lui foutrait son petit poing de gamin dans la gueule et en assumerait les conséquences.

Mais il en doutait grandement. Il voyait dans sa méchanceté la personnalité délirante de Daiki Senjago. Personne n’avait jamais cru dans cet homme, personne ne s’était intéressé à lui. Ou si l’on avait essayé, on avait sûrement très vite renoncé ; ce mec était invivable et simplement destructeur. Pourtant Naisen ne l’avait pas jugé pour autant. Il ne jugerait pas Hakai pour cela. Parce qu’il pas Dieu. Il était juste un gamin qui essayait de trouver des réponses.

Les réponses de Setsu et d’Akito ne l’aidèrent pas beaucoup. La jeune femme avait brièvement rechigné à retirer ses lunettes. Naisen avait trouvé cette attitude insultante, bien plus insultante que les manières injurieuses d’Hakai. Du peu qu’il connaissait le clan Aburame, il avait attribué leur style vestimentaire à une véritable tradition, une coutume que tous les membres de ce clan discret respectaient. La demande de l’Uchiha, qui avait plus ressemblé à un ordre, lui paraissait incompréhensible et discourtoise. C’était comme s’il avait voulu voir les pupilles d’un Hyuuga, ou demander à un Inuzuka de ne pas amener son canin de compagnie durant les réunions de l’équipe. C’était insensé et ahurissant. Mais cela collait au personnage. Ce qu’il ne comprit pas, ce fut la réaction de Setsu. C’était une grande fille, dans tous les sens du terme. Elle était leur ainée à tous et pourtant, il crut qu’elle portait avec elle l’assurance d’un enfant … de leur âge. Son discours était désuet, simplement dominé et impuissant. Elle qui bafouait ses valeurs pour si peu, qui semblait jeter son regard sur ses attributs avec un dédain irrespectueux et qui parlait de ses petites bêtes comme de vulgaires choses dont elle s’était liée d’amitié. Naisen espérait que le jour où il passerait du bon temps avec son sharingan, Tomoro lui inflige une gifle monumentale. Le visage de Setsu lui collait si peu à la peau, mais il n’en dit rien, il préférait regarder, sans toutefois comprendre. Naisen s’en détacha très vite et laissa son esprit se reposer. Finalement, cela l’intéressait peu. Les quelques personnes qu’il avait rencontrées lui avaient prouvé que parfois, il n’était pas intéressant de les comprendre, de s’intéresser à eux. Ils étaient ainsi, il ferait avec.

Ou peut-être ne ferait-il pas, il n’en savait rien.

Naisen avait quelque peu étudié la question que leur avait posée Hakai. Non qu’il écrivait son avenir tout à fait rigoureusement que ses cinq prochaines années seraient dirigées d’une main de maître, sans surprise ni aléas, non, ce n’était absolument pas cette sensation là. Mais lorsqu’il avait pénétré les locaux de l’académie et qu’on l’avait interrogé sur les cours qu’il serait amené à suivre, il était littéralement tombé des nues.

[Naisen] – Je pense me spécialiser dans le Genjutsu. Je ne ressens absolument pas l’envie de vous dire pourquoi. Il sourit gentiment. Je me penche également vers le Ninjutsu élémentaire, plus par obligation que par passion. Il parait que c’est familial.

Cette phrase le fit sourire à nouveau.

[Naisen] – Sinon, je ne comprends pas tellement pourquoi il « nous » faut voir son visage, personnellement je n’en avais pas besoin. Je pensais que justement, on pouvait lui faire confiance sur ce sujet. Vous avez appris quoi ?

Sa question parut tout à fait sérieuse. Son visage impassible et absolument neutre indiquait réellement qu’il attendait une réponse et que, de manière tout à fait naïve, elle serait intéressante et importante.

[Naisen] – Vous pouvez nous parler de l’angoisse dont vous parlez ? Vous avez vécu cela vous aussi avec votre équipe ? Parce que je ne la ressens pas beaucoup, et ça m’intrigue. Il ponctua son raisonnement enfantin. C’est pas normal ?

L’intérêt qu’il portait à Akito était beaucoup plus grand. D’abord parce qu’il lui apparaissait comme presque normal, et qu’en ce sens, il voyait là des éléments à découvrir que ni son nom, ni sa carrure, ni sa personnalité n’impliquaient. Akito voulait se tourner vers la médecine et cela restait sûrement sa plus grande interrogation. Naisen s’était intéressé à toutes les grandes voies de l’art shinobi, par obligation, souvent, mais jamais il n’avait eu l’occasion d’apprendre ce qu’était l’Eisei, ce en quoi il consistait.

Néanmoins il resta silencieux sur ce sujet. Il préférait garder cette réflexion pour plus tard, jugeant de lui-même qu’il serait plus judicieux d’en faire la découverte de sa propre initiative avant d’en discuter avec son équipier. Alors il resta là, adossé contre son arbre. Comme un mur qui le soutenait. Et qui le soulageait.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Lun 18 Avr - 23:06

Chacun d'entre dégagé une aura qui leur était propre. A en regarder les dossiers, on pourrait croire que ce n'était que de simple genin et étudiant de plus qui tentait d'en apprendre un maximum lors d'une énième équipe fondé par l'académie. Mais Hakai n'était pas n'importe quel homme, il aimait les résultats et surtout la continuité. Il avait fait l'erreur par le passé de récupérer une équipe qui se disloquait de toute part et d'y rajouter quelque élément pour mixer tout cela, mais c'était une belle connerie et les éléments présent le prouvait bien. Comment aider un jeune étudiant à contrôler son chakra si vous deviez surveiller constamment le type à côté pour qu'il ne pulvérise pas des hectares de forêt? Azumi et Jin étaient devenu tous les deux Chuunin et cela valait mieux pour tout le monde. Aujourd'hui, l'Uchiha pouvait partir de rien avec ceux la et les amener au plus haut. On pouvait peut-être croire qu'il ne cherchait que le pouvoir et la renommé avec comme seule but d'être le formateur du prochain Kage, mais ce serait mal le connaître. Au fond de lui, il ne voulait qu'aider ces gosses à atteindre leur but tout en leur donnant la force de protéger le village.

Mais vouloir aider une personne en lui insufflant un pouvoir de destruction majeur était un acte qui se voulait réfléchit. Tant de monde avait mal tourné... Tant de cinglé avait détruit des vies... Doit-on blamer le fou ou l'homme lui aillant donné l'arme? Hakai ne voulait prendre aucun risque, il analyserait chacun de leur fait et geste et apprendrait à les connaître comme eux apprendrait a le connaître.

Il fallait dire que c'était plutôt mal parti avec Setsu. Certes il s'était arrêté quelque peu sur sa poitrine et l'avait forcé à montrer son visage. Mais mon dieux quel pied! Un abus de pouvoir? Peut-être... et alors? Il pouvait en profiter un peu tout de même? Il ne l'avait pas violé... D'ailleurs avec tous ces insectes... il fallait en avoir envie.

[Setsu] - Spécialité, je ne peux pas dire que je n'ai vraiment une, mais je compte bien me tourner vers mes petites bêtes... Sinon, probablement vers le Ninjutsu. Pour le moment, je n'ai reçu les enseignements que de Sei Aburame, mon père et de quelques professeurs de l'académie.

Rien de bien passionnant en soit. N'avait-elle rien réalisait de sa vie jusqu'à présent? Une mission ou bien même un événement bien particulier. Allez parle! Ne te gêne pas, je suis tout ouï. Rien? Dommage... On travaillera cela.

Petit rictus au coin des lèvres, le chuunin détacha son regard de la seule femme du groupe pour se tourner vers le blondinet. De tous, il était le seul à ne pas appartenir à un clan quelconque. Cela voulait-il dire qu'il était le plus faible des trois? Surement pas! Aux yeux d'Hakai, il avait même un avantage sur les deux autres, au moins lui ne sera pas emmerdé avec ses histoire de familles.

[Akito] - Ah, oui! Euh... Alors... Tout d'abord je m'appelle Akito, je suis un étudiant spécialisé en médecine. J'étudie auprès d'Omoshiroi Yoko et d'Hiroida Sasaku ainsi que d'autres professeurs de médecine et de ninjutsu à l'académie. J'ai aussi déjà effectué une mission de rang D, mais... Disons simplement que ça n'a pas été une grande expérience.

On s'en fou de ton nom, je le connais déjà, tu le fais exprès ma parole! Il n'a jamais été bon d'être timide lorsque l'on se voue à une vie de shinobi. Tellement de chose à apprendre... Cela en faisait presque tourner la tête de l'Uchiha qui dû se tenir le crâne quelque seconde. Peut-être qu'il donnait l'image d'un mec ce moquant de son élève... les mômes croyaient à tellement de chose... Il préférait ne pas s'attarder sur le sujet et regarda le dernier.

Beaucoup dirait que les deux Uchiha étaient cousins, mais il n'en était rien. Les origines du clan étaient si éloignés du présent que le fait de porter le nom d'Uchiha voulait simplement dire « porteur du sharingan ». On ne pouvait voir ce clan comme une grande famille à tel point il était grand et à la fois divisé. Non, ces deux Uchiha n'avaient rien en commun.

[Naisen] – Je pense me spécialiser dans le Genjutsu. Je ne ressens absolument pas l’envie de vous dire pourquoi. Il sourit gentiment. Je me penche également vers le Ninjutsu élémentaire, plus par obligation que par passion. Il parait que c’est familial. 

Hakai sourit également. Chacun avait le droit de garder ces petits secrets du moment que cela ne pouvait compromettre la sécurité. Le chuunin regarda une petite seconde Setsu avant de revenir sur l'enfant collé à l'arbre. Il parlait de tradition familial? Peut-être... Les taditions du clan n'était pas le fort de l'homme. Depuis son arrivé dans ce clan, il n'avait jamais cherché a en connaître le passé ou bien même les rites. Il avait préféré suivre sa propre voie même si cela fit couler beaucoup d'encre.

[Naisen] – Sinon, je ne comprends pas tellement pourquoi il « nous » faut voir son visage, personnellement je n’en avais pas besoin. Je pensais que justement, on pouvait lui faire confiance sur ce sujet. Vous avez appris quoi ? 

Amusant. Enfin quelqu'un qui parlait ouvertement. Le chuunin fut amusé par les interrogations du gamin. Y avait-il quelque chose à apprendre du visage de Setsu? Une femme et une femme mon petit, il est toujours plaisant de l'observer et de l'avoir à porté de main.

[Hakai] « J'ai mémorisé son visage si tu veux vraiment le savoir. De plus... il est toujours agréable d'observer une belle femme, mais tu es trop jeunes pour comprendre ça. »

Après tout, il parlait à des gamins, sinon il ne faisait aucun doute qu'il aurait été ravi de pouvoir se rincer l'œil également... Mais un pervers dans l'équipe suffisait, il n'en avait pas besoin de deux, de plus... Hakai n'était pas partageur.

[Naisen] – Vous pouvez nous parler de l’angoisse dont vous parlez ? Vous avez vécu cela vous aussi avec votre équipe ? Parce que je ne la ressens pas beaucoup, et ça m’intrigue. C’est pas normal ?

Peut-être que tu t'en branles complétement?A première vue, tu n'as pas l'air de quelqu'un qui se complique la vie... Mais la tu me les brises.

Il aurait été facile de lui répondre cela, mais l'Uchiha se retint.

[Hakai] « Disons que j'ai connu pas mal de situation. J'ai vaqué d'équipe en équipe sans avoir la chance de pouvoir m'y intégrer concrètement. Si tu n'as pas peur de l'avenir, c'est tant mieux pour toi. Chaque homme ou femme réagi différemment selon la situation. Bien sur, les shinobi s'entrainent pour masquer leurs peurs, mais au plus profond d'eux, elle les consume. Je ne peux pas dire que je n'ai jamais eut peur, ce serait mentir, mais je ressens une certaine angoisse lorsque je vous regarde, vous êtes à l'excepté de Setsu, des enfants. Vous êtes sous ma responsabilité et il arrivera un jour ou vos vies ne dépendront que des actions que « nous » effectuerons. Une erreur de toi »Il pointa son index sur Akito «et ton voisin et mort. Tu es dans un jeune age, tu ne penses pas encore à ce genre de chose. Cela viendra, mais ne soit pas trop pressé. »

L'Uchiha n'avait probablement pas répondu à toutes les attentes du jeune garçon et cela était voulu. Il y avait certaine chose qu'il fallait découvrir par soit même et Hakai n'avait pas particulièrement envie de lui dévoiler toute sa vie...

[Hakai] « Maintenant que j'en sais un peu plus sur vous... Nous allons pouvoir attaquer votre première mission. Suivez moi. »
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Lun 18 Avr - 23:34

Citation :
Hakai vous emmènes vers la basse ville, plus précisément vers le quartier industrielles. Au fur et à mesure que vous approchez des lieux, une odeur nauséabonde pénètre dans vos narines. Au loin, des nuages de fumé nacre s'élève de nombreuses cheminées. A cette vision, vous pourriez très bien croire que l'homme va vous faire descendre dans les mines, mais contre toute attente, il change de rue pour se diriger vers des bâtiments plus accueillant. Devant vous se dresses trois ou quatre bâtiments de différent taille. Vous pouvez lire sur un panneau « fromagerie ». Après avoir pénétré dans le complexe, un homme vous accueille visiblement soulagé d'avoir une équipe au complète de shinobi pour l'aider.

«Je suis assez ennuyé. Habituellement, nous avons une équipe pour tirer les chariots, mais ils ont tous étaient contaminé... Voyez-vous, nous avons un stock assez conséquent de fromage avarié sur les bras et ces imbéciles n'ont pas trouvé meilleure moyen que d'en manger. A présent, le fromage est dans la coure et attends d'être transféré pour être finalement détruit. Je vous serez reconnaissant d'amener au plus vite la charrette à l'entrepôt numéro neuf au plus vite car les rats commencent a être énervé. Nous ne voulons pas que ces bestioles puissent en dévorer une seule miette, nous ne savons pas les effets que cela aurait sur leurs organismes. Nous ne voulons pas d'une nouvelle peste! »

Les ordres sont très clair, vous devez emmener au plus vite la charrette jusqu'à l'entrepôt. Seul problème, l'odeur nauséabonde du fromage attire les rats des environs et si vous ne vous dépêchez pas, vous vous retrouverez avec une véritable armée de rat sous les pieds.

La mission est réussit lorsque la charrette arrive à destination. Elle échoue si elle est vide avant votre arrivé.

Cette mission comporte des règles spéciales:

La mission se fera sous forme d'action au modèle des combats. Deux types d'actions s'offrent à vous:

-Pousser la charrette
-Repousser les rats

Vous êtes à 10 actions de l'objectif.
Attention, il vous faut être deux pour réussir à déplacer la charrette.
Lorsque vous décidez de repousser les rats, indiquez moi par mp si vous utilisez une technique ou non. Une attaque physique sera sur une cible unique et donc un seul rat.

La charrette comporte 10 unités de fromage. Si un rat n'est pas neutralisé pendant deux actions (les actions qu'il lui faut pour approcher et dévorer le fromage) il fera perdre une unité. Attention, si un rat dévore une unité et qu'il n'est toujours pas neutralisé. Il pourra continuer à se goinfrer à l'action suivante et ainsi de suite.

Pour toutes question: me mp
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Lun 18 Avr - 23:37

Citation :
Alors que vous vous retournez pour vous dirigez vers la charrette, vous apercevez six formes volumineuses ramper vers la charrette. Les hostilit←s sont lanc←s!

Rat A, B, C, D, E, F: situation ¢ distance de Naisen; Setsu; Akito; Charrette
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Ven 22 Avr - 4:35

Citation :
Action 1: Bien d'une lenteur monstrueuse, Akito est le plus rapide de tous et s'empare d'une poignée, son regard se pose sur ses coéquipiers et semble les supplier de venir l'aider. Setsu répond à son appelle et tous deux arrivent difficilement à faire avancer la charrette. (Avance d'une case.)

Pendant ce temps, en bon flemmard qu'il est, Naisen regarde ses coéquipiers pousser tout en faisant rôtir deux rats un peu trop imprudent.(-10Mp) (Rat E et F finissent carbonisés)

(HRP: Au vue de ton niveau, j'ai supposé que tu utilisais le Katon rang Etudiant.)

Les rats ne prêtent aucune intention à la mort de leurs congénères et continuent leurs ascension vers le butin. Ils se retrouvent à porté de la charrette.

Action 2: Akito abandonne quelques instants la charrette pour occire deux rats à l'aide de sa technique De la vie à la mort.(-10Mp) (Rat C et D scalpé)

Setsu veut prouver à l'Uchiha qu'elle aussi peut faire mumuse avec le feu et pulvérise littéralement deux rats.(-10Mp) (Rat A et B mort)

(HRP: De même que pour Naisen.)

N'ayant plus rien à faire Naisen se contente de regarder le carnage.

Action 3: Akito et Setsu reprenne le travail et font avancer une nouvelle fois la lourde charrette. Naisen quand à lui, regarde de nouveaux rats approcher.

Huit nouveaux rats apparaissent au loin.

Action 4: Les deux inséparables ne se séparent plus de la charrette et la fond encore avancer.
Naisen attends patiemment qu'un rat soit a porté avant de jouer au foot avec. (Rat A vient d'apprendre à voler.)

Les autres rats semblent être possédé par le damné et se rapproche de la charrette, ils sont à deux pattes du fromage.

Naisen
-0HP -10MP
Au corps à corps avec Rat B,C,D,E,F,G,H et Charrette.

Akito
-0HP -10MP
Au corps à corps avec Rat B,C,D,E,F,G,H et Charrette.

Setsu
-0HP -10MP
Au corps à corps avec Rat B,C,D,E,F,G,H et Charrette.


Il reste sept action avant arrivé à destination.

Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Mar 26 Avr - 15:39

Citation :
Action 1: Soucieux de préserver le fromage puant, Akito s'active à chasser les rats en utilisant une nouvelle fois sa technique (-10Mp) (Rat B et C tombent raid mort.) Setsu quand à elle crache une nouvelle fois du feu.(-10Mp) (Rat D et E mort)

(HRP: Setsu attention, précise bien tes cibles et le rang de ta technique.)

Naisen fait de même.(-10Mp) (Rat F et G mort). Profitant du chaos qui régne, un rat est parvenu à s'engouffrer dans la charrette et commence à se goinfrer de fromage. (-1 unité de fromage.)

Action 2: Setsu et Akito pousse la charrette indifférent sur le passager clandestin qu'ils transportent. Naisen quand à lui a très bien remarqué le rat et compte le faire rôtir. (-10Mp) (Rat H mort.) De loin, un petit groupe de rat s'approche emmené par leur meneur, un gros rat presque de la taille d'un petit chien... D'un couinement, il semble donner ses ordres alors que son regard féroce se pose sur Naisen.

Action 3: Les deux aspirants s'activent pour ramener la charrette à bon port. Naisen utilise une nouvelle fois Katon sur les subalternes. (-10Mp) (Rat A et B mort.) Rat C et D s'avancent vigoureusement vers la charrette alors que la bête s'avance avec hargne vers Naisen, visiblement décidé à venger ses congénères.

Action 4: Akito, soucieux de la sécurité de la charrette, lache la poignet et s'attelle a frapper un rat. (Rat C mort) Setsu compte finir cette vague avec un nouveau Katon. (-10Mp) (Rat D mort) Naisen veut montrer c'est qui le boss et balance un Katon dans la tronche du gros rat (-10Mp). Celui-ci reçoit l'attaque de plein fouet, mais est encore debout (-11Hp). Le rat riposte en se jetant de tout son poids sur Naisen (-13Hp)

Naisen
-13HP -40MP
(-13HP -50MP)
Au corps à corps avec gros rat et charrette.

Akito
-0HP -10MP
(-0HP -20MP)
Corps à corps avec gros rat et charrette.

Setsu
-0HP -20MP
(-0HP -30MP)
Corps à corps avec gros rat et charrette.

Gros rat
-11HP -0MP
Corps à corps avec Naisen, Akito, Setsu et charrette.

Encore cinq action
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Jeu 5 Mai - 14:10

Citation :
Action 1 : Akito fonce sur le chef de meute et lui assène un coup à l'aide de sa technique De la vie à la mort (-10MP). Le gros rat subi l'attaque sans broncher (-9HP) et compte se venger en mordant les chevilles de Naisen (-13HP). Setsu se repose quelque instant (+5MP) et Naisen balance son plus puissant Katon (-20MP) sur le gros rat (-20HP).

Action 2 : Le duo de choc recommence à pousser le chariot tandis que le gros rat s'acharne sur Naisen en se moquant des deux autres. (-13HP). Naisen encaisse tout en vaillant à ce qu'aucun rat ne puisse approcher de la charrette. Au loin, quatre rats apparaissent.

Action 3 : Akito et Setsu continu de pousser et Naisen d'encaisser (-13HP). Les quatre rats bondissent sur la charrette prêt à s’empiffrer de bon fromage puant, mais déjà deux d'entre eux se font rôtir par Naisen (-10MP).

Action 4 : Akito veut se débarrasser de cette immonde bête et utilise De la vie à la mort (-10MP) sur le gros rat (-9HP). Il semblerait que le gros rat n'ai que Naisen dans son champ de vision car celui-ci continue inlassablement de l'attaquer (-13HP). Setsu crache du feu pour tuer les deux derniers rats (-10MP). Naisen continue de veiller sur la cargaison d'un œil affuté alors que cinq nouveaux rats déboule au loin.

Naisen
-52HP -30MP
(-65HP -80MP)
Au corps à corps avec Gros Rat et charrette

Akito
-0HP -20MP
(-0HP -40MP)
Au corps à corps avec Gros Rat et charrette

Setsu
-0HP -5MP
(-0HP -35MP)
Au corps à corps avec Gros Rat et charrette

Gros Rat
-38HP -0MP
(-49HP -0MP)
Au corps à corps avec Naisen, Akito, Setsu et charrette.

Rat A, B, C, D et E sont à distance de Naisen, Akito, Setsu et charrette.

Encore trois actions avant l'arrivée de la charrette à destination.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Jeu 2 Juin - 13:06

Citation :
Action 1: Akito et Setsu conjugue leurs efforts pour faire bouger la charrette alors que le gros rat se jette sur le coup de Naisen ( coup critique! -21HP). Celui-ci répond par un nouveau Katon (-10MP) qui fouette le gros rat (-11HP). La joyeuse bande de rat accoure vers la charrette et commence à grimper par dessus.

Action 2: Akito utilise De la Vie à la Mort (-10MP) et tue rat A et B. Setsu quand à elle, joue également avec le feu (-10MP) et tue rat C et D. Le gros rat continue son massacre du Naisen (-13HP) et Naisen répond à l'aide de son crache feu favori (-10MP) que le rat subit tout en vacillant (-11HP). Le rat survivant, le bien heureux, commence à grignoter dans un morceau de fromage.

Action 3: Les deux tourtereaux recommence à pousser la charrette et regagne un peu de moral en voyant les grilles de l'usine approcher. Le gros rat, dans un dernier effort, se jette dans les jambes de Naisen (-13HP). Essayant de se débarrasser de la bête Naisen remue les jambes, mais ne trouve pas de meilleure moyen qu'un Katon en pleine tête (-10MP) le rat fini enfin par s'écrouler. Et voici que le rat déguste la dernière miette du fromage périmé. Ne souhaitant guère s’arrêter en si bon chemin, il attaque un second morceau. (perte d'un stack de fromage.)

Action 4: L'équipe parvient finalement jusqu'à l'usine où des portes se ferment derrière eux. Les employés vous remercies chaleureusement pour l'aide apporté et vous pouvez observer l'un deux matraquer le survivant qui continué de dévorer le fromage en cachette.


GOOD JOB!! MISSION ACCOMPLISHED
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les petits poucets   Jeu 23 Juin - 14:35

À peine la réunion d'équipe terminée, Hakai voulut nous faire participer à une première mission en groupe. Formellement c'était plutôt une bonne idée. Il n'y a pas de moyen plus rapide pour tester des jeunes gens que de les envoyer sur le terrain pour voir ce qu'ils valent, d'autant que c'est à travers les missions que l'esprit d'équipe nait. Une bonne idée donc, si seulement l'ambiance de travail n'était pas aussi gangrénée. Setsu était gênée par le regard insistant d'Hakai qui devait se justifier auprès de Naisen qui était parfaitement détaché... Quel bordel! Les missions étaient sensées être excitantes, c'était un premier pas dans la vie active de shinobi, mais les choses en étaient au tel point que j'avais plus peur de savoir que nous allions devoir travailler ensemble.

Si la cohésion du groupe était effrayante, les ruelles que nous traversions pour aller au point de rendez-vous n'étaient pas plus rassurantes. Je n'avais été dans le quartier industriel de la ville que deux petites fois en douze années, et c'était uniquement pour pouvoir échapper à la corvée du ménage que me réservait ma mère chaque dimanche. Les bâtiments étaient lugubres, sales; des détritus jonchaient le sol, comme si les entrepreneurs ne pouvaient pas s'offrir le luxe d'installer des poubelles. En regardant plus attentivement les fenêtres de chaque battisse, on pouvait compter le nombre de fenêtre entières sur les doigts d'une seule main. Konoha était un village plutôt riche et bien entretenus, mais le fait était que - comme dans toutes les villes - il y avait les beaux quartiers, les quartiers commerçants, et les quartiers industriel. La providence a voulu que le quartier industriel et était aussi le plus sale de la ville. Certaines personnes prétendent même que les lieux sont tellement impropre que les enfants n'ont pas des chats, mais des rats comme animaux de compagnie. Les légendes urbaines sont toujours drôles à entendre... Tant qu'elles ne se vérifient pas.

Finalement Hakai nous emmena vers des rues légèrement plus accueillantes, rues au bout de laquelle se dressaient quelques bâtiments. Pointant l'un d'eux - celui sur lequel trônait un écriteau qui le présentait comme fromagerie - notre chef d'équipe prit la parole.


[Hakai] - C'est ici. J'espère que vous supportez bien les odeurs.


Je n'avais jamais été à l'intérieur d'une fromagerie. A dire vrai je n'avais pas particulièrement envie de savoir comment était fabriquée la nourriture que je mange. Les quelques rapports sur l'élevage de thon en masse avaient suffit à me faire oublier la simple idée de manger des poissons pendant une semaine; alors même si je ne raffolais pas de fromage, je préférais m'abstenir. Heureusement pour moi, un homme se présenta à nous avant que nous ayons à pousser la porte du paradis des odeurs. C'était un géant de mon point de vue et une personne comme une autre du point de vue de Setsu et Hakai. Visiblement soulagé de nous voir venir - s'il savait où en était la cohésion dans le groupe, le pauvre - le gérant de l'entreprise explicita son problème.


[Homme] - Je suis assez ennuyé. Habituellement, nous avons une équipe pour tirer les chariots, mais ils ont tous étaient contaminé... Voyez-vous, nous avons un stock assez conséquent de fromage avarié sur les bras et ces imbéciles n'ont pas trouvé meilleure moyen que d'en manger. A présent, le fromage est dans la coure et attends d'être transféré pour être finalement détruit. Je vous serez reconnaissant d'amener au plus vite la charrette à l'entrepôt numéro neuf au plus vite car les rats commencent a être énervé. Nous ne voulons pas que ces bestioles puissent en dévorer une seule miette, nous ne savons pas les effets que cela aurait sur leurs organismes. Nous ne voulons pas d'une nouvelle peste!


J'avais oublié, c'était pourtant la base à savoir quand on est un shinobi. Avant de recevoir des boulots intéressants, on se tape tous les petits travaux dont personne ne veut. Quelle barbe! Il n'y a malheureusement rien d'autre à faire que d'accomplir cette basse besogne. La première chose à faire était de s'organiser pour savoir comment nous allions pousser le chariot jusqu'à l’entrepôt. Hakai aurait très bien pu le pousser tout seul pendant que nous dératisions le chemin, mais cette option ne l'atteint même pas. Sa vision des choses était claire : Nous nous démerdions et il regardait amusé. Même si je n'appréciais pas ce comportement, il avait bien raison d'agir ainsi. Si c'était pour nous tester, à quoi bon intervenir? Finalement il a été convenu que Setsu et moi - probablement les plus faibles du groupe - pousseraient le chariot un maximum de temps, et que nous tenterions tous de tuer les rats dès qu'ils se présenteront à nous. Une stratégie des plus basiques, mais ce sont souvent les plans les plus simples qui réussissent les mieux.

A peine organisé - quoiqu'organisé était un bien trop grand mot - que des rats pointaient déjà le bout de leurs museau au bout de la rue. J'ai saisis la charrette bien trop lourde pour mes seuls petits bras, prêt à en découdre avec les rongeurs. Alors que j'attendais l'aide de Setsu j'ai sentis comme une fusée qui me frôlait l'oreille pour partir en direction des rats. Naisen venait de nous faire une belle démonstration du Katon. C'était le plus jeune mais aussi certainement le plus fort de nous trois.


[Akito] - Bien heureux celui qui a pensé à apporter un lance-flamme...

MessageSujet: Re: Les petits poucets   Ven 5 Aoû - 1:29

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MISSION DE RANG D : LES PETITS POUCETS - SUCCES

Akito Hokufu :(niveau 5)
: +0% bonus inclus
: +15XP
: +25£ - +1 réputation

Hakai Uchiha :(niveau 28)
: +50% bonus inclus
: +27XP
: +25£

Naisen Uchiha :(Niveau 11)
: +20% bonus inclus
: +23XP
: +25£ - +1 réputation

Setsu Aburame : (Niveau 11)
: +20% bonus inclus
: +11XP
: +25£ - +1 réputation (N'oublie pas de mettre à jour ta réputation !)

Une session sympathique. L'idée de la mission est intéressante et originale. Dommage que cette équipe soit tombée à l'eau, ça aurait fait des flammèches !! =) Pour ce qui est de l'XP d'arbitrage et tout le tralala, le staff s'en occupera ^^.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les petits poucets   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» sos petits caniches toys doivent etre euthanasiés !!! HELP !
» Les petits santons ;-)
» SOS 125 à 130 petits chiens entassés dans une maison(08)
» Les petits cailloux d'amour
» Mon Aragorn (et quelques petits orques qui passaient par la)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-