Partagez | 
 

 Shinjin Hyuuga à Kiri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Shinjin Hyuuga à Kiri   Jeu 26 Mai - 1:22

Kiri... c'était à la fois comme Konoha, mais également différent. Le village bougeait et vivait avec sa propre inertie, mais on sentait des choses qui différaient de Konoha. Les gens parlaient autrement, marchandaient, aussi, autrement, mais ils vivaient, et le village grouillait d'activité, que ça soit du civil au shinobi. D'ailleurs, les ninjas semblaient être fort occupés en ce moment. La première chose que j'ai faîte, c'est enlever le bandeau sur mes yeux, et sortir celui de mon village. Les relations n'étaient pas au mieux de leur forme avec le village, mais elle ne sont pas mauvaises au point de me faire kidnapper au milieu de la rue. La deuxième chose, c'est parcourir le village, à la recherche de je ne sais quoi... en fait non, juste pour voir.
Mais quand on tombe sur un restaurant et qu'on a faim, on ne se pose pas de question, et pourquoi ne pas goûter la cuisine locale? Mise à part qu'elle se compose peut-être d'un peu plus de poisson que Konoha, à la place de la viande (ce qui est logique, en vue de la situation géographique de Kiri), peu de choses changent. Riz, poisson cru, cuisiné à merveilles. Juste quelques personnes, qui semblent étonnées de voir un genin de Konoha arpenter les rues de Kiri.

Le repas fini, on m'indique où je peux trouver le quartier marchand. Les armes de Kiri sont-elles les mêmes. En rentrant dans la première forge que je vois, j'y retrouves les mêmes armes de base : katana, kunaï, shurriken, etc... mais il faut croire que Kiri verse dans la barbarisme, à en croire une sorte de long katana sans garde, avec des dents. Cette arme n'est pas fait pour tuer, elle est faite pour déchiqueter. Rien avoir avec le style du clan Hyuuga. Une autre est un machin que je verrai bien à la main d'un moine, mais pas à celle d'un ninja. Finalement, la troisième, une épée de barbare, beaucoup trop large pour que j'arrive à la manipuler, attire tout de même mon attention. Ça fait un joli souvenir. 800£... pourquoi pas. Je la prends, et déjà là, j'ai du mal en la soupesant. Si je n'arriverai pas à l'acheminer à Konoha, autant la laisser ici. Je reviendrai la chercher un autre jour. L'homme aux fourneaux regarde ma sortie d'un air suspicieux, et pourtant je n'ai rien volé. Il y a d'autres boutiques, d'autres spécialités, trop de choses à voir. Pour l'instant, je me cantonnerai au village.

Taka nous a guidé dans une auberge, où nous avons tous pris une chambre, puis nous a laissé quartier libre, sans pour autant nous informer de notre date de retour. Je crois qu'elle ne sait pas elle même, et qu'elle se renseigne auprès des autorités de Kiri. Peut-être que notre réelle mission était de venir ici, et non d'apporter un paquet? Je ne pense pas, et on ne peut pas la blâmer d'aller à la pâche aux informations. La pêche... dommage que le village ne soit pas au bord de l'eau, j'aurai aimé apprendre à naviguer, ou même retourner sur un bateau. D'une rue à l'autre, les bâtiments deviennent plus nombreux, se resserrent, les rues deviennent plus petites, mais la populations reste la même, aussi les gens se resserrent. Ce doit être les quartiers populaires, ou un peu moins marchands que le précédent. Au détour d'une rue, une grande enseigne annonce le parc Hakushou... plus de bâtiments, mais une grand étendue verte, avec des arbres, des bancs, de l'herbe. Pourquoi pas? Un décor qui ferait presque penser à celui du pays du Feu, si l'air de la mer ne parvenait pas jusqu'ici. Il était toujours présent, comme si l'océan lui même étendait son ombre au delà du littoral. Quelle sensation étrange que de se savoir à la merci d'une étendue capricieuse. Quand le vent se met en colère et que le ciel gronde, l'océan arrive-t-il jusqu'ici?

Après une allée pavée, passant au milieu du parc, et au détour d'un buisson, plusieurs tables sont installés. Les gens jouent un jeu. Non, ce n'est pas shôgi, mais un autre style. La table de pierre est quadrillée, et chaque joueur place un pion de sa couleur sur les intersections. Posé à côté d'une partie, avec d'autres spectateurs, je regarde le jeu. Le but est visiblement de prendre les pions de l'adversaire en l'acculant avec ses propres pièces. Si les joueurs posent, au premier abord, leurs pions d'une façon quasi aléatoire, on peut voir, en s'y attardant, qu'ils finissent par définir des figures, dans un certain équilibre, imparfait. C'est un jeu intéressant, mais malheureusement, je ne pense pas que ces citoyens aient la patience d'expliquer à un fils du feu un tel jeu. Je me renseignerai, il doit y avoir quelques ouvrages qui en parlent et l'expliquent dans la bibliothèque de Konoha.

En attendant, après m'être acheté un de ces chapeaux coniques, utilisés par les paysans et très utile en cas de pluie, car les bords du cône vont au delà de mes petites épaules, je m'étant sous un arbre du parc, le chapeaux sur mon visage pour éviter que le soleil ne me fasse mal aux yeux, et m'en vais somnoler dans mon monde, de récits épiques, incluant les statuts des Mizukage contre un océan en furie, qui maltraite une pauvre navire, avec des marins qui luttent contre une force contre laquelle ils ne peuvent pas grand chose.
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Piri piri piri [comme Kiri]
» Cimetière de Kiri
» Demeure Hyuuga : Akogare
» Darok, Jounin spécial de Kiri - Accepté
» Hôpital de Kiri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-