Partagez | 
 

 Hatori Zarate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Hatori Zarate   Lun 15 Aoû - 7:10

Nom : Zarate

Prénom :Hatori

Age : 12 ans

Village : Konoha – Pays du Feu

Grade envisagé : Aspirant

Affinité : Doton

Kekkai Genkai Souhaitée : Aucune


Histoire :

Hatori Zarate est encore un jeune enfant, fils de Endo et Ba Zarate, famille de bûcherons très modeste vivant dans les forêts peuplant le Pays du Feu, il est au service de ses parents depuis qu'il est apte à porter une hache bûcheronne et les stères de bois rapportés de la forêt pour les marchés. D'un naturel relativement Dynamique et Travailleur, ces journées à couper du bois lui ont donné des prédispositions physiques intéressantes. Curieux et Enthousiaste, le jeune homme en devenir aime se complaire le soir pour lire les ouvrages que sa mère rapporte des marchés et ainsi profiter de cette chance pour s'instruire.

Activité indispensable à la survie de la famille, la récolte du bois, ainsi que l'élaboration de nombreux stratagèmes afin d'assurer la pérennité de la forêt et sa survie sont transmis de générations en générations et plus récemment, généreusement partagé avec le dernier Zarate, Hatori.
Aujourd'hui, et, comme tous les autres précédents jours de cette semaine, l'enfant est parti de bon matin s'occuper de la zone qui lui a été attribué par son père pour récupérer le fameux matériau. Le vent souffle à travers la clairière, se love dans les cheveux brun et suintant du jeune homme, glisse sur son rude visage et refroidit ses petites oreilles déjà bien échauffées par l'effort. Ses mains tiennent fermement l'outil de son travail, une hache au manche en bois de Hêtre ( Aucune idée de noms d'arbres Asiatiques, rectifiez moi s'il s'agit d'un Blasphème ) dont le bout en métal parfaitement aiguisé, laisse apercevoir certains détails gravés dans l'acier de l'objet. Offert 2 années plus tôt, la hache ne semble pas avoir souffert de quelques usures que ce soit hormis le manche qui semble s'être légèrement creusé de la forme des mains de son utilisateur. Fort de sa vigoureuse étreinte, le jeune homme maîtrise son sujet lorsqu'il vient délicatement caresser le bois de sa lame, cette dernière s'enfonçant sans problème pour parvenir à la fameuse récolte. Allant ici et là dans les chemins improvisés, rompant irrégulièrement la paix qui règne dans l'endroit de par ses coups de haches dans les arbres, tantôt précis et propre, tantôt maladroit.

Chaque jours passés à explorer les limites de la forêt, à s'en imprégner ainsi qu'à passer la plus grosse partie de son temps à l'intérieur lui permet de devenir plus confiant, certain de sa force, proportionnellement à son âge et d'acquérir une meilleure connaissance de l'environnement dans lequel il vit. Au fur et à mesure de cet évolution ainsi que simultanément à celui de son compteurs de printemps, le jeune homme est régulièrement la proie a des excès de confiance et d'aventures au sein du domaine. Bien malgré les avertissements de ses parents et les nombreux dangers qui y rôdent, il n'est pas rare de voir le dernier et plus jeune membre de la famille Zarate s'aventurait au-delà des limites fixés par l'ennuyeuse caste parentale. Très souvent embusqué dans les fourrés à observer les mouvements des meutes de Loups et bien que plus rare, les entraînements en forêts des jeunes shinobis du village caché de Konoha ; et rêvasser le soir venu, au coin du feu de porter le fameux bandeau à la feuille, symbole et fierté du village en maniant des Jutsus dont lui seul aurait le secret. Lorsque l'on se prends à rêver, autant ne pas avoir de limites pensait-il secrètement. Si seulement il eut un quelconque talent pour le combat, peut-être aurait il pu soulever l'idée pendant un repas afin de laisser un embryon d'idée à son père pour l'avenir.

Ce jour-ci encore, Hatori rigoureusement caché dans une crevasse creusé par l'érosion de la roche à la presque limite de la forêt, a la chance de voir un groupe de jeune shinobis qui s'entraînent aux lancers d'étoiles sur des cibles installés par cet homme qui semble, par son âge, être le meneur. Shurikens avait-il cru lire un soir dans son lit en remarquant que les armes de jet des ninjas semblaient bien plus aiguisé que la hache qu'il portait, ou du moins tout autant. Leurs lancers étaient d'une précision effrayante pour de si jeunes enfants. La puissance qu'ils utilisaient dans leurs jets était démente proportionnellement à ce qu'un enfant est censé pouvoir produire selon lui. Fasciné et admiratif, il aurait bien pu rester toute la nuit à s'imaginer à leurs places rien qu'en regardant les jeunes aspirants sous ses yeux ébahis, mais, le soleil semblait se coucher et les courants d'air frais qui parcouraient son torse nu provoquèrent des frissons et il jugea meilleur de rentrer que de s'attarder jusqu'à ce que la nuit apparaisse.

De façon incongru il s'était aventuré bien plus loin que ce qu'il avait imaginé, et jusqu'à maintenant il n'avait pas prit conscience que la route était si longue, si bien que la nuit était déjà tombée tout en se hâtant avec son chariot de bois rempli de fagots. Cette situation oppressante et inattendue avait, malgré sa confiance, fait naître en lui quelques sentiments d'angoisse propre à chaque enfant dans ce genre de moments. S'assurant assez régulièrement de ne pas être en danger, et par sécurité , l'enfant vérifiait régulièrement les cotés du chemin qu'il empruntait pour rentrer chez lui. Inopportun, son regard croisa celui de ce qui semblait dessiner un loup, fourrures blanches, mélées au gris, habituelles palettes de couleurs familières à ces canidés. Il ne pouvait pas espérer pire rencontre, pas de doutes possibles, il ne fallu pas longtemps pour que les yeux du bûcheron ne passèrent de l'angoisse à la peur. Stupéfié, tétanisé, immobilisé, son corps raide faisait face au chemin et sa tête était tourné vers son épaule droite pour fixer la bête qui ne manqua pas de se rapprocher lentement.

Hatori lâcha prise, ses mains s'effacèrent des manches qui servaient à tracter la chariote, et seulement quelques mètres ne séparaient plus la bête de l'homme. Ce dernier plaça son corps face à celui du loup tout en reculant de quelques pas à mesure que son probable assaillant, lui, tentait d'avancer. L'animal posa un léger mouvement de recul de son bassin arrière, pliant ses genoux rapiécés, s'enorgueillissant de sa puissance bestial entreprit un saut à destination du corps de l'enfant. L'assaut était prévisible, le moment inconnu, et pourtant il se tenait en l'air face à lui les deux premières pattes en avant, se projetant sur le corps faible du jeune bûcheron qui trébucha en même temps que ses mains se mirent devant son visage pour se protéger, au paroxysme de la peur Il sentit son corps tout entier se heurtait au sol, sa tête tombant sur la terre, l'une de ses cuisses sur un bout de pierre rocheuse. Ses yeux se fermèrent pendant cet instant de flottement, l'issu était scellée, il s'en était persuadé, il respirait pour la dernière fois.

Le corps de la bête s'était apposé sur celui de l'enfant et l'adrénaline du moment fit perdre contenance de la masse qui s'était effondré sur le jeune homme. Haletant, Transpirant, quelques secondes s'écoulèrent et l'incompréhension prit possession de ses pensées. Que s'était-il passé ? Il relevait la tête et consultait le corps inanimé de la bête, sa tête majestueusement poilu s'était effondré sur les cuisses du bûcheron. L'adrénaline contrôla ses futures actions et il se désengagea du corps gisant sur lui pour courir jusqu'à l'endroit où il vivait avec ses parents, la respiration courte, titubant à demi tant qu'il essayait d'avancer rapidement. Il rentra chez lui, crasseux et terrifié, le pantalon investit de sang qui dégoulinait sur ses jambes ouvertes ainsi que sur ses chaussures.

Honteux, il ne manqua pas de rendre compte à son père qui se chargeait d'écouter son fils pendant que sa femme nettoyait le corps sale du jeune homme à l'aide de serviettes chaudes et mouillées imbibées de savon. Après avoir récupérer ses esprits, le jeune homme et son père décidèrent qu'ils retourneraient voir l'état du loup à l'aube et d'aviser directement sur place.



Suite en cours. Ca fait 3h que j'écris et pour éviter d'amoindrir la qualité que j'essaie de donner à mon écrit. ( Je ne dis pas que c'est bien mais que je fais pas mal d'efforts pour essayer d'offrir quelque chose de lisible. ) J'écrirai la suite plus tard.

Évidemment j'espère que vous aurez deviné que le KG demandé à un rapport direct avec l'histoire de mon personnage et que la demande de village aussi. Ils seront dévoilé plus loin si vous avez toujours l'envie de me lire.


Dernière édition par Hatori Zarate le Mer 17 Aoû - 18:30, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Hatori Zarate   Mar 16 Aoû - 3:29

Suite :




Le lendemain, au réveil, l’odeur amère du sang qui s’était répandu sur ses cuisses ne se sentait plus, les seules effluves qu’Hatori était capable d’humer était celle de sa transpiration provoqué durant la nuit. Le corps ankylosé et les yeux à demi-ouverts, il se levait difficilement pour rejoindre son père à l’extérieur. Peu enclin à parler et l’appétit coupé, la scène de la veille restait irrémédiablement omniprésente dans ses pensées en se la ressassant sans cesse; son incompréhension du dénouement était en majeure partie la proie à un grand nombre de questions. Comment s’en était-il sorti ? Comment l’animal avait-il été tué ? Avait-il été miraculeusement sauvé ? La chariote était - elle toujours sur le chemin de la maison ?

Les deux bûcherons s’étaient rapidement mis en route, le soleil resplendissait, le vent aux aguets ne manquait pas de se faufiler dans les manches des habits de l‘enfant, hérissant le peu d’attributs velus qu’il possédait sur ses bras. Finalement ils arrivèrent à hauteur du lieu où s’était déroulé la scène, la chariote se tenait remplis des fagots face au corps inerte du loup, sous lequel s’était formé une tâche de sang encore fraîche du à l’écoulement continu issu du bas ventre de la bête.

Sur le chemin de terre, entre la chariote et le cadavre immobile, un élément inconnu semblait sortir du flanc de la bête et rentrer dans la terre en formant un croissant de lune. Surpris, les deux bûcherons examinèrent d’abord l’étrange corps inconnu qui semblait être sorti du sol, sans avoir besoin d’observer ce dernier avec circonspection, ils se rendirent bien compte qu’il s’agissait d’un long morceau de terre séché qui surgissait du chemin lui-même et qui transperçait le loup de son flanc, ils prirent la peine d’ôter l’animal pour le mettre hors du chemin.

Sous leurs yeux, la terre séchée parfaitement sculptée émanait du chemin. La pointe, magnifiquement taillé pour transpercer un corps mou avait fait mouche et le sang suintait encore de la partie transversale de l’élément organique. C’était surtout l’étonnement qui régissait dans les regards des deux spectateurs. Ils passaient tous les deux chaque jours sur ce chemin et jamais une telle chose n’était présente.

Le père et l’enfant s’assirent sur le bord du chemin, l’un à coté de l’autre, ils commencèrent à parler de la scène d’hier une nouvelle fois, Hatori narrant avec précision les faits. De son grand galbe pectoral, le père soupira, respira profondément et évoqua seulement son propre père.



«  Tu ne sais pas qui il a été, ni ce qu’il a fait durant durant sa vie mais l’homme qui m’a fait naître possédait des pouvoirs que je n’aurai jamais cru voir. Il était capable de faire des choses si extraordinaires que chaque jour cela me faisait me souvenir de ma propre et médiocre existence. »

- … ?

«  Ton grand-père était un fabuleux manieur du Doton, l'élément de la terre. il s’agit d’un pouvoir qui apparaît aléatoirement au cours de la vie du détenteur d’un tel potentiel. Je tiens ça de ses propres dires. J’aurai adoré posséder de telles capacités mais évidemment tu t’en doutes, la seule chose dont je suis capable est de couper les arbres qui t'entourent pour en replanter d'autres. Peut-être es-tu plus chanceux que moi car ce qui se dresse devant nous ressemble étrangement à ce que mon vieux était capable de produire »

- Et donc j’en suis ? C’est trop cooooool !

Hatori est à présent en train de gesticuler et mimer des incantations en soufflant dans l’air prenant les poses des grands ninjas du monde qu’il a eu l’occasion de consulter dans les livres de sa mère.

«  Haha ! T’enflammes pas bonhomme ! » s’exclama le père les yeux plissés et le sourire aux lèvres

«  Ton grand père n’était peut-être pas un ninja mais sa maîtrise du Doton était excellente et nombreux furent les fois où il s’exerçait, obstiné, têtu, idiot. Rien ne dit que tu es aussi un détenteur de ce pouvoir »

- Tu n'es pas obligé d'être jaloux de mon magnifique pouvoir." Lança t'il les joues creusées et les bras en l'air, roulant des mécaniques. Taquin et Joueur.

Face à Face, l’homme et l’enfant s’observent, ils sont tous les deux en train de sourire. La situation est paradoxale et inattendue.

- Tu sais, il m’arrive de voir les ninjas du village s’entrainaient en forêt parfois et je ne peux pas m’empêcher de rêver d’être l’un d’entre eux. J’adore m’amuser en travaillant pour vous aider mais ..

«  Tu essaies de soulever l’idée de devenir ninja ? Que puis-je bien y faire ? Quels genre de parents serions-nous si nous bridions les rêves d’un enfant si dévoué que toi. Les ninjas ne sont pas appréciés de tous, mais connus et respectés de la totalité des gens de ce pays. Devenir l’un d’eux constitueraient de nombreux efforts et sacrifices. »

- J’en suis conscient et je ne veux pas vous peser si je devais partir.

«  Si tu en devenais, nous serions bien plus fier que de penser égoïstement à nous.

Deviens celui que tu es destiné à devenir. »




Voilà donc l'histoire de mon personnage, j'apprécierais vraiment vos commentaires, qu'ils soient bons ou mauvais, indifférent ou haineux. Mon objectif est vraiment de pouvoir travailler ma prose, mon vocabulaire et mon orthgraphe tout en m'amusant. A vous !


Dernière édition par Hatori Zarate le Mer 17 Aoû - 18:29, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Hatori Zarate   Mer 17 Aoû - 10:37

Bonjour Hatori !

Alors avant même de débuter mes commentaires sur ta présentation, sache qu'il n'existe pas de KG Mokuton à ce jour sur Ryoma, et qu'il n'en existera pas avant un moment ( pour ne pas dire probablement jamais ). Ce qui m'amène donc à la " critique " la plus importante de cette présentation, le fait que tu bases toute ton histoire sur ce don. Les affinités combinées sont des choses assez peu traitées sur Ryoma. Une KG demande un travail colossal d'équilibre et d'innovation qui fait qu'à ce jour il n'y a que très peu de KG concernées. Il va donc falloir que tu revois ce point en entier si tu veux être validé.

Au delà de ce détail, je trouve que ton écriture est intéressante et que malgré quelques fautes d'inattention ( principalement des fautes d'accords et des erreurs entre l'imparfait et l'infinitif d'un verbe ) tu t'en sors très bien et tu aurais toute ta place sur ce forum !

Je te souhaite, d'avance, bon courage pour modifier ton récit par rapport à ce qui vient de t'être dit sur le Mokuton.

MessageSujet: Re: Hatori Zarate   Dim 28 Aoû - 19:03

Je suis en train de me momifier en attendant une réponse Mr. Green

MessageSujet: Re: Hatori Zarate   Dim 28 Aoû - 21:21

Il me semble que tu en as reçu une. Si depuis tu as édité, tu dois le signaler. Et sache que le Staff aussi peut prendre des vacances.
Merci de ta compréhension


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] - 25 ans - Saltimbanque - Contactable par chance pour tous contrats
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: Hatori Zarate   Lun 29 Aoû - 11:52

J'ai édité le jour-même de la réponse. J'ai signalé le lendemain même. Et j'attends maintenant depuis bien 2 semaines sans avoir manifester quoique ce soit.

Après un laps de temps pareil, il me semble avoir un peu de crédit pour demander où en est ma candidature quand même ?

Me traiter d'impatient serait un peu audacieux..

MessageSujet: Re: Hatori Zarate   Lun 29 Aoû - 13:37

Ce que Shiro veut te dire, c'est qu'il fallait être un poil plus futé. Tu es bien gentil de m'envoyer des MP, mais si tu ne me vois pas connecté depuis quelques jours, c'est sûr que tu pouvais attendre même 2 ans si je revenais dans 2 ans pour obtenir une réponse. Tu aurais précisé directement ici que tu avais fini, Shiro aurait pu te valider bien avant ce laps de temps de 2 semaines ^^

Pour en revenir à ta fiche, un effort a été fourni pour palier au problème de départ. Je te valide donc au rang d'Aspirant à Konoha ! Bon jeu parmi nous et n'hésite pas à contacter les autres konohéens pour tes premiers RP.

Merci de te trouver un avatar =)

Hatori : +13 XP

MessageSujet: Re: Hatori Zarate   Lun 29 Aoû - 16:44

Mes excuses alors. Je pensais que tu étais le seul maître à bord.

Merci pour l'acceptation, je vais me mettre en règle.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hatori Zarate   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Edition Panini
» Bibliothéque de Hatori
» Miki Hatori
» La voie du sabre [Mentorat Hatori]
» Hattori Heiji ~ Détective de l'Ouest {Terminé}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-