Partagez | 
 

 Le Dragon et ses Konohéens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Le Dragon et ses Konohéens   Mar 13 Sep - 0:35

Les yeux fixés sur le portail d'entrée de l'académie, Hiryuu Gesshoku attendait encore et encore, son kiseru à la main. La fumée qui lui revenait dans les yeux ne l'incommodait pas. Peu de chose l'incommodait. Pas même les piaillements incessants d'une troupe d'oisillons perchée dans les arbres alentours.

Il était assis sur une chaise trop petite et trop basse à l'entrée de l'herboristerie Ishibachi. Il fumait en silence, profitant du répit que lui offrait son emploi du temps exceptionnellement " allégé " aujourd'hui. Il regardait les civils aller et venir avec insouciance, les aspirants se mêler aux genin en petits groupes dans la cour de l'académie. Il entendait également les pas de la gérante faire grincer le parquet à l'intérieur de l'herboristerie.

– Hiryuu ! Hiryuu !

Hiryuu tourna la tête et leva les yeux pile poil au moment où Shizuka Ishibachi apparaissait dans l'entrée. Il s'agissait d'une vieille femme aux cheveux gris et aux traits émaciés. S'il se mettait debout, Hiryuu savait qu'elle lui arriverait au nombril. Aussi resta-t-il assit. Shizuka l'observa longuement en tirant sur son propre kiseru.

– J'ai besoin de ton aide.

– Vous vous êtes passés le mot aujourd'hui ? L'interrogea Hiryuu.

Shizuka frappa le sommet de sa tête avec la petite canne en bambou qui lui servait à soutenir le poids des années.

– Ne te montre pas désobligeant avec une pauvre vieille femme ! Tu es assis depuis une demi-heure devant ma boutique. Tu fais fuir les clients. Alors tu me dois bien un coup de main.

– Comment ça je fais fuir les clients ?

– A cause de ta tête d'anguille, répondit le plus naturellement du monde Shizuka.

– MA TETE DE QUOI ?! S'écria Hiryuu en se levant brusquement.

Shizuka afficha un petit air satisfait et pointa sa canne sous son nez.

– Bien, maintenant que tu es debout tu vas pouvoir m'aider. Suis-moi, je suis trop petite pour attraper le paquet que mon crétin de fils a perché derrière le comptoir.

Hiryuu jeta un coup d’œil à son reflet dans la vitrine et haussa les épaules. S'il avait une tête d'anguille alors celle de Shizuka ressemblait à un raisin sec, songea-t-il avant d'observer la cour de l'académie et de constater qu'elle était relativement vide. Ses cibles devaient encore être en cours comme la plupart des aspirants. Il avait bien quelques minutes à accorder à la vieille gérante de l'herboristerie dans ces conditions.

En entrant dans la petite boutique, les senteurs mélangées d'herbes et de remèdes médicinaux que Shizuka vendait en sachets envahirent ses narines et manquèrent de lui faire tourner de l’œil. Une main sur le nez, Hiryuu contourna le comptoir et se dressa sur la pointe des pieds pour saisir le paquet que lui désigna Shizuka.

– Merci bien mon garçon.

– C'est ça, rétorqua Hiryuu. Autre chose ?

– Non, répondit gaiement Shizuka. Allez sort d'ici, tes élèves sont entrain de sortir, regarde.

Elle pointa sa canne vers la vitrine où Hiryuu vit la cour se remplir à vu d’œil à mesure que les portes de l'académie vomissaient des flots entiers d'étudiants. Hiryuu ne perdit pas une seule seconde de plus dans l'enfer d'odeurs qu'était l'herboristerie Ishibachi et sortit pour prendre une grande bouffée d'air frais. Très vite, il repéra ses deux cibles du jour au cœur de la foule. Les deux étaient parfaitement reconnaissables, il ne ressentit même pas le besoin de jeter un coup d’œil aux photos que Reiko lui avait confiées.

Hiryuu se contenta seulement de les interpeller lorsqu'ils franchirent le portail d'entrée.

– Approchez tous les deux ! J'ai un truc pour vous.

Il chercha machinalement dans la manche de son kimono et en sortit deux rubans ornés de plaques métalliques. Les bandeaux de Konoha.
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le Dragon et ses Konohéens   Mar 13 Sep - 18:32

Setsu n'avait aucune idée de ce que la journée allait lui réserver. De son point vue, elle avait passer une journée ordinaire, un peu comme celle qu'elle venait de vivre. Elle allait tranquillement se réveiller, prendre son petit déjeuner. Si elle en avait le temps, elle irait sans doute embêter Umi. Sinon, elle allait se préparer et se diriger tranquillement vers l'académie. Aujourd'hui elle avait cours de ninjutsu non-élémentaire. Comme à son habitude, elle irait rejoindre Akito à l'entré de l'académie, puisque tous les deux partageaient ce cours, même si leurs disciplines principales étaient éloignées.

Setsu avait rencontrer Akito lors de la formation d'une équipe avec un dénommé Hakai Uchiha. Malheureusement, l'équipe à vite été rayer de la carte. Naisen avait rapidement dépassé les compétences de ses deux coéquipiers, qui avait exprimer quelques difficultés avec les arts shinobi, il y à quelques temps déjà. Un beau jour, plus aucune nouvelle de personne. Ni de Naisen, ni d'Hakai. Depuis ce temps-là, Akito et Setsu avaient garder contacte. Ils leurs arrivaient même de discuter autour d'une tasse de thé où de s'entrainer ensemble dans la forêt.

Une fois arrivée en classe, elle choisirait la première place ayant deux bureaux côte à côte et ferait signe à Akito la place qu'ils allaient occuper aujourd'hui. Patiemment, les deux aspirants auraient suivi le cours. Une fois les cours terminés, ils seraient rentrer respectivement chez eux. Ni Akito, ni Setsu n'aurait pu s'attendre à croiser la route d'Hiryuu Gesshoku.

Setsu avait déjà rencontrer Hiryuu Gesshoku, enfin pas personnellement. Hiryuu était un professeur de ninjutsu à l'académie de Konoha et elle avait déjà suivi quelques uns de ses cours. Aussi étrange que cela puisse paraitre, elle aimait bien l'enseignement d'Hiryuu, bien qu'il laissait les élèves à eux-même après le cours. Par contre, pendant celui-ci, il avait un don pour expliquer la façon de faire et la passion pouvait se faire entendre dans son discourt.

Setsu discutait tout bonnement du cours d'aujourd'hui avec Akito quand une voix sortie de nul part les interpella. Enfin, elle avait entendu quelqu'un lâcher un « Approchez tous les deux ! J'ai un truc pour vous. » La curiosité avait attirée l'attention de Setsu sur cet homme, c'est en voyant que le regard d'Hiryuu était fixé sur Akito et sur elle qu'elle comprit qu'il s'adressait à eux.

Elle tapota sur l'épaule d'Akito qui n'avait pas sembler l'entendre puisqu'il était partie dans ses paroles. Timidement, elle dévia la trajectoire de son ami qui comprit rapidement que quelqu'un voulait les rencontrer.

Une fois à proximité, l'homme sortie de son kimono deux bandeaux du village caché de la feuille. Bandeau facilement remarquable par sa couleur et la plaque métallique en plein milieu. La confusion avait envahis l'esprit de Setsu. Elle ne s'attendait, mais vraiment pas à recevoir son bandeau de cette façon. Ses efforts auraient-ils enfin porter fruit ?


[Setsu] – C'est pour nous ?

Dit-elle en enfilant l'un des deux rubans autours de son front. Son esprit commençait à s'égarer, pensant à la réaction d'Umi lorsqu'elle la verrait arrivé et par le fait même, la réaction de ses parents lorsqu'ils rentreront de mission.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le Dragon et ses Konohéens   Mar 13 Sep - 19:47

A Konoha, bien souvent les journées se suivaient et se ressemblaient. Il arrivait bien évidemment que quelques évènements exceptionnels ponctuent mes journées, comme un entrainement avec Setsu ou une course incroyablement palpitante à faire pour Yoko... Bon, certes ses courses n'étaient jamais palpitantes, mais elles brisaient mon quotidien, elle cassaient la routine si bien qu'on avait l'impression peu à peu que le temps changeait. Que j'étais un gamin ignorant et naïf, et que je suis devenu un gamin ignorant et naïf, mais un peu plus fort, un peu plus mur. Un peu plus un shinobi en sommes.

Chacun l'aura deviné, aujourd'hui n'était pas une de ces journées comme toutes les autres. C'était une journée du changement. Une de celles que l'on attends, que l'on espère, mais que l'on ne voit jamais venir. Tout avait pourtant commencé comme une journée banale : J'ai quitté l'appartement tôt et pas très réveillé pour rejoindre Sasaku. L'entrainement avait été physique, comme à chaque fois, mais je m'en sortais pas trop mal. J'avais mal aux abdominaux - quoi de plus logique après des exercices de renforcement - mais je me portais plutôt bien. J'ai ensuite rejoins Setsu aux portes pour participer à un cours de Ninjutsu.

Quoi de plus normal, déjà deux ans que nous nous connaissions. D'abord à cause - ou grâce - à Hakai Uchiha et son équipe éphémère. Ensuite de part nos entrainement, puis à voir de suer ensemble, nous avons finis par devenir ce que l'on pourrait qualifier d'amis, ou tout du moins camarades. En tout cas, nous avions finis suffisamment proches pour expliquer chacun à l'autre une partie de ses tracas quotidiens. C'est donc tout naturellement qu'à la sortie des cours nous avons discuté de sujets divers et variés, intéressants ou non.

Mais c'est à cet instant précis que la journée dévia de son cours normal. Après m'avoir tapoté sur l'épaule puis carrément dévié de mon droit chemin pour me sortir de ma transe, la jeune - bien que moins jeune que moi - Aburame désigna un homme qui venait semble-t-il de nous appeler. Je l'avais déjà croisé quelques fois à l'académie et j'avais même assisté à quelques cours avant de me réorienté vers l'Eisei. Hiryuu Gesshoku Chuunin ou Juunin de Konoha, Setsu me l'avait dit, mais j'avais certainement du faire un tri-sélectif des informations à retenir sur cet homme. Chuunin ou Juunin donc, mais avant tout professeur de ninjutsu à Konoha.

L'homme sortis deux bandes de tissus à notre approche. Deux beaux morceaux de tissu bleu ornés d'une plaque de métal. Pour un villageois comme un autre, ceci n'était rien d'autre qu'un chiffon pas très optimisé, et pour un forgeron, ça n'était rien d'autre qu'un métal de moyenne facture, pas suffisamment pour faire un kunaï. Aucun intérêt donc; mais Setsu, moi et tout autre aspirant de Konoha voyait en ces "morceaux de chiffon" la preuve d'une maturité, d'une étape, d'un changement. Devenir un ninja à part entière de Konoha.

Akito - Je... Je peux?

Hiryuu - Si tu veux je peux le reprendre.

Et puis quoi encore. Ce que cet homme tenait entre ses mains, c'était la représentation matérielle de tous les efforts fournis ces deux dernières années.

Akito - Je pense que je vais quand même le prendre.

C'était un bandeau frontal, mais je ne voulais ne voulais pas le mettre sur mon front. Je voulais pouvoir l'admirer. Mais en même temps, tant qu'il n'était pas sur mon front, je ne pourrais pas l'afficher fièrement comme la montagne d'épreuve que j'ai du parcourir à bout de bras. Après une courte réflexion, il me semblait juste de l'accrocher sommairement autour de mon cou. Je réfléchirais à son emplacement plus adéquat plus tard.

Akito - Et... On fait quoi maintenant?

MessageSujet: Re: Le Dragon et ses Konohéens   Mer 14 Sep - 22:56

Setsu – C’est pour nous ?

Hiryuu acquiesça sans la moindre émotion. On disait les Aburame inexpressifs et plutôt perspicaces, mais celle-ci ne semblait pas tout à fait coller au moule existant. Pour tout dire, c’était peut-être même l’Aburame la plus expressive qu’il avait croisé de toute son existence. La plupart des membres de cette famille ayant pour habitude de se cacher derrière d’épais manteaux, des cols relevés, et pour parachever le tout, des lunettes noires, il n’était clairement pas donné de leur arracher la moindre émotion visible. Setsu aurait très bien pu ne pas déroger à la règle sous sa montagne de vêtements, mais Hiryuu discerna très clairement de l’étonnement dans son timbre de voix et même dans ses traits. La voix était tout compte fait peut-être la seule chose analysable chez eux.

Akito – Je… je peux ?

Hiryuu haussa un sourcil en reportant son attention sur Akito.

Hiryuu – Si tu veux je peux le reprendre.

Akito – Je pense que je vais quand même le prendre.

Finalement, Setsu attacha son dû autour du front. Akito autour du cou.

Hiryuu – Je connais des gens qui ont été étranglé avec moins que ça.

Sa voix n’évoquait clairement pas la réprimande, mais plutôt le conseil avisé. Hiryuu était conscient de l’image qu’il renvoyait aux autres, conscient qu’il était perçu comme un insensible par une bonne partie du village. Il ne doutait d’ailleurs pas être un très mauvais choix pour remettre les bandeaux du village. La plupart des professeurs, et plus communément des gradés, auraient probablement félicité les deux nouveaux genin en souriant à outrance. Lui n’était pas de ce genre là. Il ne voyait pourtant rien de lassant dans cette cérémonie. A bien des titres, il était heureux que Konoha accueille des nouvelles pousses en son sein. Rien ne valait plus que le sang neuf pour faire germer de nouvelles idées. Malgré tout, Hiryuu n’arrivait pas à en tirer une satisfaction personnelle. C’était plutôt la fête d’un village et de deux jeunes gens, lui n’était qu’un meuble dans cette histoire, ou tout au mieux le coursier qui remettait le colis.

Pour tout dire, il n’avait pas grand souvenir de sa remise de bandeau. Cela s’était fait de manière très officielle dans une salle de classe tout à fait banal. Il se souvenait vaguement qu’à l’époque les parents étaient encore invités à insister à la fête. L’idée n’avait pas fait long feu. Beaucoup d’élèves étaient orphelins de père ou de mère, parfois même des deux. Rien de bien anormal dans un village militaire, mais les dirigeants de l’académie de l’époque semblaient l’avoir oublié. Qu’avait-il conservé de ce moment ? Hiryuu loucha sur son bras gauche. Son bandeau. Le signe de Konoha gravé dans le métal. Les souvenirs, il les laissait volontiers aux émotifs. Porter le bandeau de Konoha impliquait une responsabilité hautement plus significative que le souvenir d’une joie immense mais fugace au moment de le recevoir.

Akito – Et… On fait quoi maintenant ?

Hiryuu tira sur son kiseru, leva le menton, et souffla un peu de fumée. Il n’avait aucune idée de ce qu’ils devaient faire, mais de son côté il commençait à avoir faim. Il avait la nette impression que des crocs essayaient de dévorer les parois de son estomac.

En ramenant son regard sur les deux nouveaux genin, Hiryuu nota à leur posture et à leurs regards qu’ils attendaient réellement une réponse de sa part. Il serra les dents. Il n’avait vraiment pas la moindre idée de ce qu’il devait dire. Après tout, il leur avait remis les bandeaux. Ils étaient donc à priori libres d’aller où ils le voulaient.

Shizuka – POURQUOI TU NE LES INVITES PAS A MANGER HIRYUU ? UN TEL EVENEMENT CA SE FETE !

Les sourcils d’Hiryuu se froncèrent d’eux-mêmes. Il pivota brusquement sur ses talons et se sentit prêt à déverser un flot d’insultes sur la tenancière de l’herboristerie Ishibachi, assise sur sa chaise de l’autre côté de la rue, mais il se ravisa en la voyant tapoter sa main droite avec sa canne, un sourire carnassier aux lèvres.

Hiryuu – Foutue vieille peau..

Son marmonnement se perdit dans la barbe qu’il ne possédait pas. En ramenant son regard sur Setsu et Akito, Hiryuu sentit qu’il était coincé et qu’il apparaîtrait vraiment déplacé de ne pas les inviter. Non pas qu’il redoutait de se taper une réputation plus désastreuse qu’elle ne l’était déjà, mais qu’il se sentirait bête de donner une mauvaise première image des rapports entre gradés. Il préférait que d’autres s’en occupent à sa place, et plus tard, comme ça il aurait la conscience tranquille.

Hiryuu – Bon. Vous voulez manger un bout ? Je vous invite.

Il n’en revenait presque pas de devoir passer par la case « mangeons ensemble » alors qu’il avait, à la base, accepté la demande de Reiko parce qu’elle se disait trop occupée pour le faire elle-même. Las, il n’attendit même pas une réponse formelle de l’une ou de l’autre pour prendre la direction de l’artère principale, avançant d’un pas résolument lent, la tête haute, jetant des regards presque suspicieux à sa gauche comme à sa droite pour en réalité observer les aléas de la vie konohéenne. Des enfants qui se chamaillaient sur les trottoirs aux personnes âgés affalés sur les bancs à se raconter les derniers ragots, en passant par les couples qui se retrouvaient pour déjeuner, la vie konohéenne comportait son lot de choses normales et d’autres plus inhabituelles.

Comme son vendeur de rāmen ambulant.

Hiryuu s’arrêta devant son chariot en sachant très bien ce qu’il allait commander mais jeta au préalable un regard par-dessus son épaule pour vérifier si les deux promus lui avaient emboité le pas ou s'ils s'étaient décidés à rester en arrière.
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le Dragon et ses Konohéens   Mar 27 Sep - 18:10

La situation avait prise une tourne quelque peu gênante pour Setsu. Premièrement, elle venait d'obtenir son bandeau sans savoir ce qui avait justifié une telle promotion. Elle était très enjouéee de pouvoir enfin dire faire officiellement partie des forces militaires du village caché de la feuille. Titre qu'elle voulait avoir depuis qu'elle était tout jeune. Cependant, elle aurait cru l'obtenir après un test où quelque chose du genre. Enfin, elle n'était pas contre sa promotion, elle trouvait cela un peu rapide, elle était simplement dépassée par les évènements.

Deuxièmement, l'invitation du Chuunin l'incommodait au plus haut point. Dans son fort intérieur, un dilemme éthique se confrontait. Elle hésitait à accepter où à refuser. D'une part, il y a dans les moeurs véhiculer par la société qu'on ne doit pas refuser une invitation si cela à pour but de fêter une promotion, encore moins si la personne promu était soi-même où un bon ami. De l'autre part, l'idée d'aller à une invitation forcée ne l'intéressait pas. Elle ne voulait pas prendre part à quelque chose qui ne venait pas de la personne elle-même. Dans ce cas si, la vieille dame avait en quelque sorte obligée Hiryuu a inviter les deux nouveaux genin à manger et fondamentalement, elle refusait d'accepter une telle invitation. Après un petit débat intérieur sur les pours et les contres de la situation, le contre l'avait emporté.

Hiryuu était même déjà partie, ne prêtant que peu d'attention aux genin. Cela renforçait le choix qu'elle venait de prendre.

[Setsu] – Je regrette Akito, mais je ne vais pas le suivre.

Akito semblait quelque peu étonné de la réaction de Setsu.


[Akito] – Pourquoi ?

[Setsu] – Je ne veux pas participer à une invitation qu'on a forcée.

Setsu espérait que son ami comprenne ses motivations. Elle savait qu'elle était parfois difficile à suivre et qu'elle pouvait sembler quelque peu étrange dans ses réactions, mais elle préférait passer pour quelqu'un de bizarre que de se sentir mal-à-l'aise face à une situation allant contre ses principes, contre ce qu'elle croyait et surtout dans une situation qu'elle aurait pu éviter. Avouons-le, le choix était facile à faire, la bizarrerie faisait déjà partie de son quotidiens et elle avait accepter de vivre avec même si le choix de sa famille ne lui était pas revenu. Qu'elle soit perçu un peu plus comme une paria, comme quelque chose d'étrange ne la dérangeait plus autant qu'avant


[Shizuka] – Ce n'est pas tout les jours qu'Hiryuu invite quelqu'un à manger.

Exploit où non, cela ne changeait pas sa décision. En plus, le refus de Setsu de prendre part au jeu de la vieille n'allait sans doute pas déranger Hiryuu... cela devrait même le rendre plus « heureux ». Il n'aurait pas deux genin dans les pattes. Peut-être Akito, mais un était toujours mieux que deux.


[Setsu] – Je vous remercie pour ce qui vous avez fait... Je parle d'avoir fait en sorte qu'Hiryuu nous invite, mais je n'ai pas l'intention d'y aller.

Aussi, Setsu tourna les talons et reprit sa route. Peut importe ce qu'allait choisir Akito, cela ne l'influencerai pas. De plus, cela ne changerais pas sa journée non plus. Elle n'avait pas prévu de faire quelque chose avec Akito. En plus, elle avait quelque chose d'important à faire avec sa famille. Quelque chose qui n'est pas à la porté de la compréhension de n'importe qui, ni à la connaissance de n'importe qui. Les Aburame sont très secret au niveau du clan.

MessageSujet: Re: Le Dragon et ses Konohéens   Jeu 27 Oct - 19:53

Hiryuu Gesshoku (as. Sho) :
: +17 XP
: + 50% Bonus Inclus (PNJ)

Aburame Setsu :
: +10 XP
: +20% Bonus Inclus (Niveau)

Hokufû Akito :
: +5 XP
: + 0% Bonus Inclus (Niveau)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Dragon et ses Konohéens   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» How train your dragon
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» Avocats du Dragon
» Dragon vs Aigles
» Au Dragon Vert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Konoha-