Partagez | 
 

 Chronique de mon passé....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Chronique de mon passé....   Ven 21 Oct - 16:11

Intro:

Croyez-vous en la destinée, cette douce musique qui guide vos pas ? Elle chante sur vos chemins les louanges de vos envies et les erreurs que vous avez commis...

Elle est passée par ce village un matin, un village comme bien d'autres dans le pays des rivières, Kawa no kuni. Elle s'est introduite en silence sous la porte d'une petite maisonnette, ondula entre les meubles avant de se caller contre le ventre rond d'une jeune femme, la caressant avec amour. Ce fut les douleurs qui prirent la relève, des douleurs étranges qui crispèrent l'utérus de la nouvelle maman, comme un appel à la délivrance.

Ce fut une effervescence dans le village : les voisins s'étaient réunis à la porte de la bâtisse, entourant le père inquiet. Il ne pouvait s'empêcher de faire les cent pas devant sa porte, angoissé par les cris de sa compagne. Les femmes avaient déjà rapporté quelques cadeaux pour le nouveau née et les enfants se fessaient la courte-échelle pour pouvoir observer depuis la fenêtre, chose inutile quand l'on sait que les rideaux étaient tirés.

Enfin, la porte s'ouvrit et l'un des Eisen apparut avec un grand sourire aux lèvres. Il laissa rentrer le père qui ressorti quelques secondes plus tard, avec un petit paquet dans les bras.

« Une fille.... J'ai une fille ! »

...

Le temps passa.... La destinée partit parcourir le monde un temps avant de revenir se loger dans ce beau pays des rivières. Elle s'installa de nouveau dans cette demeure, observant avec nostalgie les empreintes du temps passée. L'enfant avait maintenant bientôt deux ans et arborait déjà une tignasse aussi rousse que celle de son père associé à des yeux de braises volés à sa mère. Elle était allongée dans un petit lit en bois, dormant à poing fermé sous l'oeil attentif du couple. La mère avait gardé quelques rondeurs de sa grossesse mais ses yeux s'étaient embellit, pétillant de bonheur, heureuse à n'en pas douter. Le père, lui, avait pris un peu plus de ventre qu'autrefois, peut être de part le fait qu'il avait laissé son métier de shinobi au placard le temps de profiter de sa fille. Il restait désormais auprès de son enfant quand sa mère sortait nettoyer les appartements qu'on lui demandait.

La destinée passa de l'un à l'autre avec un petit air honteux à l'idée de ce qu'elle allait provoquer avant de s'en aller fureter dans les autres bâtisses. Le village semblait en paix... Beaucoup trop calme et serein pour ce qui l'attendait.

Ce fut une descente aussi rapide qu'un courant d'eau, les rires changèrent de ton pour prendre l'apparence de cris, les larmes se déversèrent sur les visages avant se fondre dans le sang et les rues, si remplis, se retrouvèrent joncher de cadavre : Iwa venait de passer à l'attaque.

Ce village n'étant pas l'un des plus importants, les ninjas n'étaient pas si nombreux, mais quand même suffisant pour massacrer quelques villageois inoffensifs. Les shinobi, ici, étaient bien rare, soit à la retraite, soit blessé, soit, comme cet homme là, en « congé ». Quand les cris se firent entendre, il se leva, pris dans ses bras l'enfant et le cacha au sous-sol après l'avoir emmitouflé dans une couverture blanche. Il l'embrassa tendrement sur le front pour la rassurer autant que lui-même puis ressorti après avoir récupéré les griffes qu'il utilisait aux combats. La petite fille ouvris les yeux un instant... Puis les referma, inconsciente de la tragédie qui vagabondait au dessus d'elle.

Quelques minutes... il n'avait suffit que de quelques minutes pour rendre la ville silencieuse. Les rares survivants restèrent à terre immobile sous le regard de quelques ninjas ennemis tandis que les autres fouillaient les habitations dans l'espoir d'y récupérer quelques objets de valeurs. Allongé dans la poussière, l'une des femmes attrapa la main de l'un des enfants pour le rassurer. Ses yeux rougis, baigné de larmes, s'étaient assombris, marqué par la peur et le désespoir et pourtant, elle lui adressa l'un de ses plus beaux sourires. Un sourire qui disparut lentement quand ses yeux observèrent le mur de sa maison : tenu par des kunaïs, le corps de son époux était accroché contre le bois, laissant s'écouler son sang sur le sol boueux... Ils en avaient fait un exemple, l'emblème de leur force, l'image de leur cruauté.


Dernière édition par Mei Tang le Sam 22 Oct - 16:49, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Chronique de mon passé....   Sam 22 Oct - 16:48

Intro vu par Yung Li Tang, père de Mei Li Tang :

Elle s'était enfin endormie, ma petite rose. Je ne pouvais m'empêcher de l'observait, cette enfant si petite, si chétive et si rêveuse, tant de choses qu'elle tenait davantage de sa mère que de moi. Ses cheveux en revanche, roux presque rouge, c'était moi, à n'en pas douter, tout comme son caractère têtu. Si jeune et déjà si impliquée : dès qu'elle avait une idée derrière la tête, il était bien impossible de le lui enlever. Finalement, une fois sur trois, c'était bien moi qui cédait, mais comment en vouloir à un si petit enfant...

L'atmosphère du village changea d'un coup, quand un cri se fit entendre. Sur le coup, ma femme et moi pensions à un enfant qui s'était fait mal et tandis qu'elle sortait pour voir, je restais près de ma fille. Sakura, mon épouse, ne réapparut pas, puis d'autres cri se firent entendre à leurs tours. Ce n'était pas normal, loin de là. Je sentis La peur me monter au ventre quand je m'aperçus que ses hurlements m'était familiers : ils ressemblaient bien trop à ceux que laissaient s'échapper les gens des villages ennemis que nous allions « visiter ». Je ne pris même pas le temps de réfléchir, mon instinct prenant le dessus sans que je puisse faire quoi que se soit. J'attrapais alors Mei, l'enveloppant dans sa couverture et poussa d'un coup de pied le tapis qui cachait la trappe de la cave. A l'intérieur, j'y trouvais l'un de mes vieux coffres remplis de draps et de vêtements troué à rapiécer, un endroit bien sale mais sûr pour mon petit ange. Je relevais alors l'une des couvertures blanches sur elle et l'embrasse sur le front pour la rassurer, un geste qui bien étrange qui me fit penser plus à un adieu qu'autre chose...

Mais ce n'était pas le moment de penser à ça ! Dehors Sakura et les habitants avaient besoin de moi ! Je sortis de la cave en courant, prenant aux passages les griffes que j'utilisais aux combats quand je partais en mission. Bien que cela fasse deux ans que je ne m'étais pas battu, je sentais toujours couler en moi la force des shinobi.

Une fois dehors, je fus cloué sur place en voyant déjà certains corps à terre, baignant dans leurs propres sangs. Sakura ! Ou était Sakura ?! Mais yeux pointèrent aussitôt vers la petite école située plus loin. Ma femme avait toujours était dévouée et volontaire, servant parfois de nounou et de maman pour tous les enfants du village. Dans ce cas là, elle y serait aller sans aucun doute afin de les protéger du mieux qu'elle pouvait, même si, finalement, elle ne connaissait aucune technique. Je m'y dirigeais en courant...

On a beau vous dire, dès l'académie, de rester calme, d'agir avec sagesse, sans précipitation, mais en pleine action, peu nombreux sont ceux qui respectent vraiment les règles. Selon nos code, j'aurai du d'abord lancer un message d'alerte mais la peur que j'éprouvais pour ma femme me fit tout oublié. Je courais pour la retrouver, pour me rassurer, sans même chercher à me cacher... Fatal erreur....

Il est arrivé devant moi si rapidement que j'eu à peine le temps de l'esquiver, stopper net dans mon élan. Un coup d'oeil sur son bandeau me fit serrer les dents : un ninja d'Iwa, un ennemi avec lequel les guerres étaient devenues aussi courante que les fêtes. J'aurai continué mon chemin pour retrouver Sakura si je n'avais pas vu son sourire, un sourire de défis, d'amusement, d'assassin. Son regard était celui d'un démon, d'une bête dont la seul envie était d'entendre sa proie gémir, l'implorer, pleurer à ses genoux. Rien que le sang sur ses vêtements montrait à quel point ce qu'il venait de faire lui procurer du plaisir, un plaisir avec lequel il me nargua quand il se mit à lécher, devant moi, le sang qui trainait sur son kunaïs.

Il n'en fallut pas plus pour me faire sortir de mes gongs : je me jette sur lui avec toute la rage dont j'étais capable. Je ne réfléchissais même pas aux techniques que j'aurai pu utiliser, ni à garder une distance de sécurité entre lui et moi. La seule chose qui avait de l'importance, c'était de le défigurer, de lui faire perdre ce regard et ce sourire qu'il arborait comme une couronne. Encore une erreur...

Il ne riposta pas, parant ou évitant mes coups, assez facilement. Contre une personne si enragé, il était si facile de prévoir les attaques, même moi, je le savais, mais submergé par mes sentiments, je n'y fessais guère attention. D'un coup, il se lassa et riposta, m'envoyant rouler au loin dans la poussière. Au moins, cette riposte avait-elle eue un l'effet de me calmer, de reprendre un peu de mes esprits. Je me relevais plus lentement, essuyant le sang qui coulait de ma bouche d'un revers de main, prêt, cette fois, à me battre sérieusement contre ce ninja, de lui montrer que Kawa ne se laisserait pas faire.

Il m'observa me relever avec un petit rire puis me tourna le dos en se dirigeant vers la bâtisse principale de la ville. J'allais lui courir après quand mon corps se mit à raidir, d'un coup, comme si je venais de me pétrifier, de me congeler sur place. Cette sensation intense dura à peine quelques secondes qui me parurent une éternité puis d'un coup, une douleur atroce me déchira la poitrine, une douleur à la fois aussi froide que l'acier et aussi brûlante que la lave. Elle partit de mon coeur pour s'étendre sur tout mon corps, m'obligeant à me mettre à genoux dans la poussière. Mes yeux, rivés sur le sol désormais rougi se mirent à verser quelques larmes de douleurs: je ne comprenais pas... je ne comprenais plus....

« Tranchez- lui la gorge. »

Un ordre simple.... Précis.... Une rapide sensation de froid dans mon cou... Mon corps qui tombe lentement, très lentement... et cette lumière vive avant le néant, un néant absolu, sans retour.

MessageSujet: Re: Chronique de mon passé....   Ven 4 Nov - 21:33

Intro vu par l'un des ninjas d'Iwa:

La ruse…. On parvient à tous si l’on est aussi rusé qu’un renard. Le plan initial pour l’attaque contre Kawa no kuni était de lui planter une aiguille dans le pied avant de l’assommer à coup de massue. On s’était faufiler dans le pays en passant pour des voyageurs, nous lions d’amitié avec plusieurs ninja et villageois afin d’endormir toute méfiance. Le but de notre team était très simple, il nous était demandé de raser les villages les plus riches en nourritures afin qu’ensuite, ils ne puissent jamais se relever.

Le moment voulut, nous redevenions des ninjas le temps de tout massacrer, puis reprenait notre masque de voyageur perdu, avançant vers nos prochaines cibles. Le reste de notre armée étant aux porte du pays, Kawa nous prit pour du menus frottin, pensant pouvoir nous neutraliser après la bataille. En effet, un petit village anéanti n’était pas grand choses. Ce qu’ils ne firent pas attention, c’est que celui-ci et le deux suivant couperais aussi la route commercial la plus fréquenté.

Au deuxième village détruit, ils commencèrent à s’apeurer et nous pûmes voir déjà quelques poursuivants, mais encore bien trop peu, le reste attendant toujours l’attaque d’Iwa. Enfin, arriva le temps de détruire le dernier village, et pour notre armée, celui d’attaquer enfin Kawa pour de bon.

Tout se déroulait comme d’habitude… Ou presque. Comme se fut le dernier village que nous devions raser, je laissais à mes deux coéquipiers le droit de s’amuser. Ce fut notre erreur, mon erreur…. Si Haïku était du genre a prendre l’argent, Kiba, lui, savourait les vies qu’il prenait. Je m’en fichais pas mal a se moment là, jugeant tout les habitant de Kawa comme des ennemis.

Un des ninjas du village voulu jouer les héro, il n’aurait pas dût. L’amour, la rage, le désespoir… Je ne sais pas vraiment quel sentiment avait pris possession de lui, mais il n’était plus bon a rien. Vraiment, les ninjas de Kawa n’était pas aussi puissant que je le pensait. Kiba s’amusa un temps avec de lui faire son coup préféré je regardais alors Haïku et l’ordonne de tuer se pauvre gars, que la folie et l’amusement de Kiba cesse avant qu’il n’y prenne trop goût. Il avait suffisamment tué cette fois là.

J’avais rassemblé les paysan au milieu de la rue avec l’aide d’Haïku tandis que Kiba chercher désespérément la baston. Il faut dire que son idée d’attacher le ninja au mur, au regard de tous, éviscéré, avez calmé toute rébellion de leurs part. C’est donc tranquillement que l’on fouillait les maisons. Haïku s’en mis plein les poche tandis que Kiba, finalement, avait décidé de se satisfaire d’une femme avant de l’égorgé.

Se fut dans l’une des maisons que j’entendis ses petits cris…et la trouvais, dans la cave, couché dans le coffre, l’air surprise. Une petite fille aux cheveux rouges vifs….

Je sortis mon kunaï, prêt a l’égorgé, quand des cris m’arrêtèrent. Je sortis aussitôt dehors pour voir Kiba maltraiter encore une femme. Celui-là…. J’observais Haïku du coin de l’œil, il était posé là, sur un tonneau, les poches remplis d’argents et de bijoux : il avait finit ses emplettes et attendait la retraite. Je commençais a me lassait de tout ça et rêver, tout comme lui, de rentrer aux pays. Je fis signe à Kiba de s’arrêter et de nous rejoindre pour partir. Énervé, il jeta la femme et lui cracha au visage avant de nous suivre. Je remarquais les yeux rouges de celle-ci, les même que celui de l’enfant que j’avais finalement laissé en vie. L’hésitation me prit de court : retourner l’achever ou la laisser en vie…

Haïku m’appela, manquant apparemment de patience. Après tout, Kawa allez être anéantit, et un bébé ne pourrait rien y changer…


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Chronique de mon passé....   Sam 12 Nov - 20:21

Mei: 16 xp
L'idée des différents points de vue sur la même scène est très réussie je trouve. L'impression de guerre est bien rendue aussi, sans excès mais sans concession.
Peut être que tu aurais pu encore étoffer davantage l'histoire des parents ou la vie au village, mais ce sera peut être pour une prochaine fois, en tout cas bonne continuation dans la construction de ton personnage et de son histoire! ^^
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chronique de mon passé....   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chronique de mon passé....
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-