Partagez | 
 

 La fortune de Tsuki Senjago

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: La fortune de Tsuki Senjago   Dim 6 Nov - 15:31

_-_Mission 1 : il faut sauver Minou ! _-_


[Mission de rang D]

Maman n’arrivait pas à se lever ce matin. Elle disait que ma petite sœur arriverait bientôt mais, jusque là, elle devrait rester allongée.

Certes, Tsuki commençait à avoir l’habitude mais les crises dans son sommeil avait repris. Suki continuait d’appeler son mari et de pleurer. Et ça, Tsuki ne le supportait pas. A huit ans, il avait encore besoin de son père. Seulement, jamais il ne pleurera devant sa mère, jamais.

Il préférerait s’isoler sur le toit pour faire ça… Là-haut, il passait quelques nuits blanches parfois. Il ne voyait pas sa maison, le mont sacré des Senjago, il était bien trop loin encore et caché de l’autre côté de la falaise mais savoir qu’il était là, quelque part, le rassurer quelque peu…

Est-ce que Mihito était là-bas ? Au cœur du volcan…

Il se perdait souvent dans ce genre de réflexion, ce qui contre balançait totalement son tempérament sanguin et colérique. Mais ce n’était pas comme s’il pouvait se contrôler.

Il rentra sans faire de bruit. Suki dormait encore dans le canapé lit, il n’aurait pas à se justifier au moins. Elle dormait paisiblement mais son visage, éclairé par les quelques rayons de lune de ce soir, indiquait des signes de fatigue. Elle avait d’ailleurs les pommettes bien plus creusées que d’habitude. Sans doute avait-elle encore pleuré…

Un frisson la parcoura, elle trembla un peu avant de se mettre en position fœtale pour se réchauffer. Tsuki l’avait vu, c’est vrai que l’air était froid ici. Il ne faudrait pas qu’elle tombe malade.

***

Le Soleil ne sortit pas avant 8H mais Tsuki était déjà sortit. Comprenant que le toit sous lequel ils vivaient désormais ne suffirait pas à la venue du bébé, Tsuki décida de trouver du travail. Il avait surpris une bande d’étudiants à l’Académie parlant de mission de rang D, un travail tout désigné pour les aspirants et permettant de se faire un peu d’argent. Il traqua alors les petits annonces non loin de l’Académie.

C’est ainsi qu’il tomba sur une petite affiche très ridicule mais en papier glassé.

[Tsuki] * Ca sent l’argent.*

On y voyait une inscription « Minou ! » en grand accompagnée d’une photo. Dévinez quoi, c’était la photo d’un chat !

[Tsuki] « Minou perdu ou kidnappé. Forte récompense à celui qui le retrouvera vivant et en forme. »

Apparemment, c’était la femme d’un grand marchand qui avait perdu son animal de compagnie. Minou était gris, les poils courts et avait un regard un débile, sans compter les grosses joues qu’il avait.

L’habitante habitait le quartier marchand, il faudrait donc trouver l’animal assez vite.

Il se mit en route très rapidement, le quartier marchand était celui qu’il connaissait le mieux et il avait quelques contacts parmi les étalages. Légumes, fruits, condiments et épices, Tsuki connaissait toujours quelqu’un dans ce genre d’étalage.

[Tsuki] « Bon, où est passé ce chat de mes deux… (insulte du jour). J’ai besoin de finir cette mission rapidement. »

Effectivement, arrivé au marché, la rue était déjà bien remplie. Retrouver ce chat ne serait pas facile. Ce qui faisait certainement le plus peur à Tsuki ce matin là, c’est que quelqu’un d’autres trouve Minou avant lui. Une mission si simple pour un gagne pain si conséquent ne se représenterait sans doute pas de si tôt.

Donc, à chaque miaulement intempestif, Tsuki accourait pour observer la bagarre. La plupart du temps, les chats se disputait une carcasse de poisson ou un bol laissait là exprès. Quand l’aspirant avait un doute, il se rapprochait, prenait le chat par le dos et l’observait. C’était ce qu’il était en train de faire avec ce chat de gouttière.

Ce n’était pas lui mais…

[Tsuki] « Qu’est-ce que t’es moche… Tu pues en plus. »

Mais le chat n’apprécia pas vraiment la remarque, il lui donna un coup de griffe sur la joue.

[Tsuki] « Chat de mes deux ! Viens ici que je te crame ! »

Il courut après ce merdeux jusqu’au coin de la rue quand, au détour de la ruelle, il aperçut quelqu’un, tenant un chat gris et potelé dans les bras.
Ni une ni deux, son sang ne fit qu’un tour.

Elle hurla en pointant la personne du doigt.

[Tsuki] « Donne moi ce chat ! Kidnappeur ! »
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La fortune de Tsuki Senjago   Dim 6 Nov - 19:40

- Frères -
"La fortune de Tsuki Senjago" - I

Ce matin était comme tous les autres à Konoha. J'avais peu dormis, réveillé par le sommeil qui s'est engouffré par la seule fenêtre de l’appartement où il n'y avait pas de fenêtre, la mienne. Le petit déjeuné était sommaire; depuis que nous sommes 4 à la maison, il est plus difficile de s'offrir des repas décents, d'autant que mon père et mon frère attendent toujours l'aval des autorités pour installer leur forge à Konoha. J'ai pris le chemin de l'académie, mais aujourd'hui Sasaku n'était pas là. Il devait encadrer les nouvelles têtes de l'académie de médecine à l'aide des autres professeurs d'Eisei. J'avais quartier libre, mais au final je ne savais pas quoi faire. Il ne me restait à me lancer dans une mission de rang D. Un matin comme tous les autres en sommes.

Le mur des missions n'était pas très bien fournis aujourd'hui, et une fois les annonces les plus ennuyeuses et harassantes éliminées, il ne restait pas grand chose de folichon. Finalement, j'ai décidé de m'atteler à la chasse d'un chat qui avait fuit son maître. Un grand classique, si ce n'est que ce chat là était bien en chair, il faudrait donc certainement moins d’effort pour en venir à bout. Tant mieux, je n'avais ni la motivation ni la patience de traquer un chat dans tout Konoha. Direction le quartier marchant puis-ce que c'était là que ce trouvait le dit félin.

Une fois sur place, je n'ai pas eu trop de mal à repérer les chats errants : Ils se battaient tous pour le moindre morceau de nourriture que les marchants laissaient malencontreusement tomber pendant qu'ils servaient leurs clients. De vrais rapaces. Celui que je cherchais ne se trouvait pas dans l'artère principale du quartier, mais dans une petite rue annexe. Il était recroquevillé sur lui même, certainement endormis malgré l'agitation dans la rue. C'était un chat gris à poil cours, plutôt gros et qui semblait âgé. Une galère en moins pour attraper le chat, il suffisait de ne pas faire trop de bruit. Les réels problèmes arrivèrent une fois que j'avais le dit félin dans les bras - toujours aussi endormis par ailleurs -.

??? - Donne moi ce chat ! Kidnappeur !

Un gamin sortit de nul part, 8 ans, 9 tout au plus, qui me gueule dessus sans crier gare. L'énorme chat que je tiens entre mes mains se réveille et s'empresse se sauter hors de mes bras pour se faufiler entre les jambes des commerçants de la rue principale. Je viens de perdre ma proie.

Akito - Hey! Tu l'as fait fuir, t'es content? T'as intérêt à le retrouver fissa!

??? - Hey toi-même! C'est mon chat, ma mission, c'est toi qu'à intérêt à le récupérer fissa sale Kidnappeur de chat!

Moi, kidnappeur de chat? Cette histoire commençait mal... J'ai été gamin moi aussi, je le suis encore un peu aujourd'hui en réalité, et je sais que notre imagination nous travaille énormément pour pas grand chose à cet âge là. Le gamin pourrait-il croire que je sois celui qui aurait hypothétiquement enlevé ce gros-lard de chat? Certainement l'une de ces premières missions. Je ne sais pas trop si c'était la nostalgie ou parce que ce gamin me rappelait mon enfance, finie il n'y a pas si longtemps, mais j'avais une soudaine envie de lui donner un coup de main.

Akito - Tu permets, j'suis en mission. Tu sais, ces trucs barbants que les minus de ton genre pensent être les seuls à faire. Tu dois retrouver ce chat, bah moi aussi. Tu veux le chat? J'veux bien t'aider. Tu veux tout le fric? Tu peux t'enfoncer le doigt dans l'oeil jusqu'à l'os. T'auras la moitier de la prime, ni plus ni moins!

Sans attendre de réponse, je lui tend ma main.

Akito - Moi, c'est Akito. T'as intérêt à le retenir gamin.


Dernière édition par Hokufû Akito le Mer 16 Nov - 16:12, édité 1 fois
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La fortune de Tsuki Senjago   Mer 9 Nov - 13:06

C’était bien le bon chat et, heureusement, Tsuki lui permit de s’échapper en interpelant le kidnappeur. Enfin, il l’avait cru… En fait, c’était encore pire : c’était un ninja qui réalisait la même mission que lui !

Non, hors de question, il ne se laisserait pas faire !

Akito - Tu permets, j'suis en mission. Tu sais, ces trucs barbants que les minus de ton genre pensent être les seuls à faire. Tu dois retrouver ce chat, bah moi aussi. Tu veux le chat? J'veux bien t'aider. Tu veux tout le fric? Tu peux t'enfoncer le doigt dans l'oeil jusqu'à l'os. T'auras la moitier de la prime, ni plus ni moins!

[Tsuki] « Et ta main tendue, tu sais où tu peux te la mettre ? Dans ton cul. »

S’il croyait qu’il allait se laisser insulter comme ça tout ça parce que monsieur avait trois têtes de plus que lui, c’était mal se connaître. Il le dévisageait encore un peu plus, le regard insistant et sans se cacher.

Habillé correctement, le bandeau ninja donc au moins genin, oué…

[Tsuki] « T’as l’air d’être un petit bourgeois toi. T’as pas vraiment besoin de la récompense on dirait. Moi si ! Alors laisse le travail d’étudiants aux étudiants et va faire ton boulot de genin ok ? »

Mouais, est-ce que ça suffirait vraiment ? Pas si sûr… Puis ça avait l’air d’une teigne. Puis s’il avait vu la mission, quelqu’un d’autres l’aurait peut-être vu aussi…

Il le regardait encore…

[Tsuki] « Tu fais chier. Ok pour la moitié, moi c’est Tsuki. »

La moitié, c’était toujours mieux que la totalité de rien. Avec un peu de chance, il gagnerait suffisamment pour une couverture bien chaude. Il ne restait plus qu’à retrouver Minou.

[Tsuki] « Il est parti par là je crois. Gros tas comme il est, il ne doit pas être bien loin… »

Et maintenant ? Il ne faudrait sans doute pas longtemps pour le retrouver. Enfin, plus vite trouvé, plus vite l’argent en poche.

[Tsuki] "Alors, tu fais des missions d'étudiants parce que tu n'as pas le niveau pour celle de genin ?"
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La fortune de Tsuki Senjago   Mer 16 Nov - 16:51

- Frères -
"La fortune de Tsuki Senjago" - I

??? - Et ta main tendue, tu sais où tu peux te la mettre ? Dans ton cul.

Ce gamin avait une capacité à énerver l'interlocuteur, s'en était presque admirable. Par deux fois et en moins d'une seconde à chaque fois, il m'avait répondu sèchement, sans aucun répit. Un vrai montre. Il me donnait l'envie de lui trouer la peau avec des centaines de kunaï. Je suis un pacifique, je n'aime pas le combat. En fait je n'aime surtout pas me battre, je trouve ça simplement inutile, chiant, barbant... Je préférais donc me battre avec des mots, c'est souvent plus facile et beaucoup moins fatiguant. Le problème ici, c'était ce foutu gamin. Quoi que je dise, j'étais sur qu'il me rétorquerais des saloperies, en glissant ici et là tous les noms d'oiseaux qu'il connait.

Je me contentais donc simplement de le fixer pendant qu'il blablatait sur mon statut et le sien. Blabla j'suis genin, blabla il est étudiant. Quand on a pas de fric, on a pas de fric; ya pas lieu de chercher si on est gradé ou non. Après un léger silence, la tête brulée préféra couper cours aux provocations - d'ailleurs c'était agréable quand pendant plus d'une minute on ne se faisait pas rabaisser ou simplement provoquer -. Il baissait les bras, et acceptait ma proposition. Tant mieux, j'avais pas vraiment envie d'avoir à cherche ce gros chat pendant des heures. A deux mains, ce serait certainement plus rapide.

??? - Il est parti par là je crois. Gros tas comme il est, il ne doit pas être bien loin…

Akito - Si tu le dis. Allons y alors.

Il s'appelait Tsuki, et c'était une tête brulée avec une sale habitude à la provocation et aux insultes. Bon à savoir, si un jour j'ai besoin d'emmerder une connaissance, je l'orienterais vers lui. Ce devrait faire plaisir à Setsu, elle cherche à devenir professeur à l'académie, il faut bien s'entrainer à gérer toutes sortes de situations, même les plus difficiles. Ce gamin était une situation difficile, il pourrait provoquer une dépression chez certains professeurs tellement il est horriblement agaçant. Moi, je tenais bon. D'abord parce que j'ai été conditionné pour ne pas partir au quart de tour - parce que bosser pour un tyran comme Yoko, c'est un véritable défi de ce côté là - et ensuite parce que j'ai moi-même été agaçant comme lui, je pense être plus où moins préparé à toute les saletés qu'il pourrait dire sur moi. En parlant de saleté, il ne tarde pas à en dire une.

Tsuki - Alors, tu fais des missions d'étudiants parce que tu n'as pas le niveau pour celle de genin ?

Celle-ci était venue de nul part, je ne pensais pas qu'il serait incapable de ne pas pestiférer moins de deux minutes.

Akito - Et toi, tu casse souvent les couilles des gens où tu fais juste ça parce que je t'horripile particulièrement? Nan, parce que si tu cherche juste à te faire botter le cul, tu me le dis et j'arrange ça vite fait.

Il ne l'avait pas volé celle-ci. Avec ma phrase, je réinstaure le silence pendant plus d'une minute. Je pense pas qu'il était intimidé, il n'avait probablement juste pas envie de répondre à mes propres provocations. De toute manière, il n'en aurait pas le temps, au tournant de la ruelle, nous tombons sur belle surprise : le chat est à l'autre bout de la ruelle. Cette fois-ci, il n'est pas dans mes mains, mais dans celles d'autres enfants. Des visages que je reconnais de visu, ils devaient certainement être à l'académie. Nous sommes combien exactement à vouloir cette foutu prime? Parce que bon, je veux bien partager, mais un quart de prime, c'est pas beaucoup. Pas le temps de réagir, que Tsuki réarme sa rhétorique pour attaquer nos nouveaux rivaux pour cette mission.

Tsuki - Hey! Rendez nous ce chat, kidnappeurs!

Encore la même phrase.

Enfant - C'est notre chat, c'est notre prime, trouvez vous le votre!

Sur ces mots le gamin commence à courir. Visiblement, on va aussi devoir s'y mettre. J'espère que la tête brulée n'est pas douée qu'avec sa langue. Si ça n'avait été qu'une ligne droite, ça aurait été simple, mais ces garnements retournent dans la rue principale, bondée de marchants et de villageois cherchant les bonnes affaires. Il allait falloir avoir l’œil malin pour les repérer, et les jambes bien agiles pour esquiver tous les adultes qui nous feraient certainement obstacle. Grandir n'avait donc pas que des avantages. Il ne restait qu'à dissiper la foule, ce serait certainement la plus facile des méthodes pour trouver des gamins et les rattraper.

Akito - Tu saurais pas éloigner les foules par hasard?
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La fortune de Tsuki Senjago   Mer 16 Nov - 19:57

Akito - Et toi, tu casse souvent les couilles des gens où tu fais juste ça parce que je t'horripile particulièrement? Nan, parce que si tu cherche juste à te faire botter le cul, tu me le dis et j'arrange ça vite fait.

Hé ! Akito, c’est ça ? C’est bien la première personne à Konoha qui lui répondait comme ça. Casser les couilles, il n’y avait pas pensé à celle-là. Suki et Mihito ne l’ont jamais employé. Il venait d’ajouter un nouveau mot dans son lexique préféré. Il faudra qu’il le teste bientôt !

En tout cas, même s’il avait essayé de lui voler sa prime, il avait au moins réussi à lui arracher un sourire. Pas mal, mais peut mieux faire quand même !

Mais ce temps de calme ne dura pas quand, au coin d’une autre ruelle, ils retrouvèrent l’objet de la prime, tout poilu qu’il était, dans les bras d’un autre morveux. Encore de la concurrence !

Tsuki - Hey! Rendez nous ce chat, kidnappeurs!

Car quoi, c’est vrai bon sang, il fallait se battre pour ramener un chat à une grosse maintenant. La mission si facile commençait à devenir un vrai calvaire.

Pris de panique, les autres gosses prennent la fuite direction le marché. Et comme c’est un jour de chance, la rue est forcément bondée à ce moment là. Il y avait vraiment de quoi être dégoûté de tout ça.

Mais pour un Senjago, le dégoût n’existe pas car, à la fin, tout se rapporte au même sentiment colérique. Ni une ni deux, le sang de Tsuki ne fit qu’un tour et, malgré son jeune âge, ce n’était déjà pas bien beau à voir.

Akito - Tu saurais pas éloigner les foules par hasard?

Oui, il avait l’air aussi embêté que Tsuki.

[Tsuki] « Je ne sais pas comment on fait à Konoha, mais au Senjagosan, ça se passe comme ça. »

L’enfant prit une grande inspiration, rendant son visage encore plus rouge qu’il ne l’était déjà. Puis quand il ouvrit la bouche, un son à la fois aigüe et strident en sortit. Mais au moins, le message était clair comme de l’eau de roche.

[Tsuki] « Une bombe ! Ca va péter ! »

Et une petite flammèche noire sortit de sa main. D’abord abasourdi, les premiers passants se contentèrent d’abord d’arrêter un peu plus leur regard sur la main de Tsuki.

[Tsuki] « Oui oui, c’est bien une bombe, il faut que je passe, DE, PE, CHEZ VOUS ! »

D’abord ce sont les femmes avec les enfants qui commencèrent à s’affoler. Comme il y en avait quelques unes, le mouvement de foule s’enclencha.

Il n’y eut qu’à répéter deux ou trois fois la méthode pour que les autres passants y croivent.

[Tsuki] « Laissez passer ou ça va péter ! »

Et oui, à la maison, Mihito faisait souvent ça quand il se rendait aux toilettes en revenant de l’entraînement. Ca avait toujours fait beaucoup rire sa mère. Mais au moins, ces enfantillages lui sont bien utiles maintenant.

Bon, par contre, il y avait bien une personne qui n’était pas convaincu du tout, c’était Akito.

[Tsuki] « Fais pas cette tête. La semaine passée j’ai transporté un colis d’explosif sensible ici. Donc j’ai juste une semaine de retard. »

Puis le chemin était libre, c’était le plus important. Les deux acolytes purent donc commencer à avancer. Le chemin du milieu était à peu près dégagé mais il était impossible de savoir si ca suffirait pour retrouver les garnements.

Tsuki eut tout de même un pincement au cœur quand il surprit une grand-mère tombait dans les pommes à la vue de sa main. Décidément, il n’y avait pas beaucoup de Senjago par ici.

Même si le petit jeu restait très amusant, il n’y avait toujours pas de résultat et ça inquiétait énormement Tsuki. Il s’adressa alors à Akito.

[Tsuki] « Tu ne pourrais pas monter sur cette immeuble là-bas ? J’ai déjà vu mon père le faire, mais je n’ai jamais réussi. On pourrait peut-être les voir de là-haut non ? »

Il fallait faire vite car la vermine, plus elle est petite, plus elle court vite.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La fortune de Tsuki Senjago   Mar 22 Nov - 20:31

- Frères -
"La fortune de Tsuki Senjago" - III


Tsuki - Une bombe ! Ça va péter !

Évidement, j'aurais du m'en douter...

Quand on demande à un tier de nous rendre un service, il faut prendre deux facteurs en compte. Le tier et le service - logique, n'est-ce pas? -. Ici le service était simple à comprendre, pas d'ambiguïté possible, il suffisait d'éloigner une foule. Le tier par contre, je ne le connaissais pas depuis bien longtemps. Je savais qu'il jurait bien, trop bien même. Je savais aussi qu'il n'était pas bien vieux et ne semblait pas d'un milieu social particulièrement favorisé. En sommes, hormis son aptitude innée à jurer comme personne, rien n'aurait pu m'indiquer qu'il était en plus de tout ça un pyromane.

En temps normal, j'aurais certainement tout fait pour qu'on ne m'associe pas avec ce genre de personnages, d'abord parce que je ne suis pas particulièrement friand de destruction massive, et ensuite parce que j'apprécie être catégorisé chez les gens "normaux"... Se balader avec un pyromane, ça n'est pas être "normal"... Mais aujourd'hui, je voulais bien faire une entorse à ma propre règle. D'abord parce que je voulais rapidement me débarrasser de cette mission. Ensuite parce qu'un pyromane, ça sait généralement bien disperser les foules.

Le jeune aspirant qui se tenait devant moi avait réussit à créer une bousculade comme on en voit rarement dans Konoha, j'avais d'ailleurs un peu peur de les autorités rameutent. Sa méthode était simple. Crier à la bombe, et faire apparaitre une petite flamme dans sa main. Comme à chaque fois qu'il est en présence de quelque chose de naturellement dangereux et incontrôlable, l'homme se met à paniquer et à courir dans tout les sens, prêt à piétiner ses semblables pour s'éloigner un peu plus. C'était presque déplorable de voir à quel point un gamin avec un poil de maitrise du ninjutsu pouvait être dangereux dans une foule.

Tsuki - Fais pas cette tête. La semaine passée j’ai transporté un colis d’explosif sensible ici. Donc j’ai juste une semaine de retard.

Akito - ... Genre ils osent te confier des explosifs à toi? On est réellement en crise alors...

Oubliant quelques seconde ses envies de répliques, le jeune aspirant recentra son attention sur la rue où devaient se trouver les deux gamins que nous pourchassions. Je n'y voyais rien, les gamins avaient se faire emporter par un mouvement de foule que nous avions créé. C'était une idée stupide finalement.

Tsuki - Tu ne pourrais pas monter sur cette immeuble là-bas ? J’ai déjà vu mon père le faire, mais je n’ai jamais réussi. On pourrait peut-être les voir de là-haut non ?

Je me serais bien arrêté quelques secondes pour m'étonner du fait qu'il ne connaisse pas le Waza - il maitrisait visiblement bien un minimum de Katon, pourquoi pas les bases du ninjutsu alors? - mais il était préférable de monter rapidement sur immeuble au coin de la rue. Il ferait un parfait point d'observation.

De la haut, la vue était dégagée sur la rue principale, l'allée marchant et quelques ruelles. Suffisamment pour voir deux gringalets bousculer quelques personnes pour aller vers l'armurerie, sur le chemin de l'académie. Si nous devions retourner au sol pour les pourchasser, ils nous auraient échappés à n'en pas douter. Autant que Tsuki bloque un côté de la rue, et moi que je les bloque de l'autre. Ni une ni deux, j'avertis le jeune Senjago - car il en était un à n'en pas douter -.

Akito - Continue tout droit, deuxième à droite.

Pour ma part, je prends la direction de la forge. En passant par les toits, je pourrais certainement rejoindre l'intersection entre leurs ruelle et la rue principale avant eux, ils seraient coincés. Je n'ai jamais eu la prétention de me croire particulièrement rapide, mais les circonstances sont ici en ma faveur : j'ai de plus grande jambes, je suis certainement plus endurant et je n'ai pas tous les aléas des ruelles, sans compter le gros chat à porter. J'arrive donc sans trop de problèmes en bout de ruelle avant que les gamins aient eu le temps d'en sortir.

Surpris par ma venue plutôt inattendue - et stylée, je suis fier de mon coup - l'un des gamins tombe en voulant faire demi-tour. L'autre, plus habile, me tourne rapidement le dos, le chat entre les mains. Il se dirige vers l'autre sortie à la rue, mais celle-ci est désormais bloquée par Tsuki. Je suis content qu'il m'ait compris; mes directives semblaient plus claires que je ne le pensais. Le gamin s'est écroulé en butant contre je-ne-sais-quoi, laissant le chat s'échappe vers Tsuki qui l'attrape au vol sans hésiter. Notre calvaire semblait toucher à sa fin, ça n'est pas trop tôt.

Les deux gamins qui venaient de perdre le chat s'étaient enfuis en courant. Certainement parce qu'ils savaient bien que de toute manière, si nous avions su attraper une première fois ce chat, nous aurions largement été capable de le récupérer une seconde fois. Aussi c'était l'heure pour mon jeune compagnon et moi-même de regagner l'académie, sans se presser, évidement. Après avoir remit le gros chat à une dame dont l'IMC devait au moins égaler celui de la bête, la paye m'a été confiée. A la sortie de l'académie, Tsuki s'est empressé de me rappeler qu'il voulait sa part du gâteau; une grande part de préférence. Je lui ai donné la moitié des 50 ryos que nous venions d'obtenir - la grosse femme avait été généreuse -.

Sans demander son reste, ce gamin au tempérament de feu s'est éclipsé dans les rues de Konoha. Il était énervant mais marrant, si bien qu'il me manque déjà. Seul l'avenir nous dira si nous nous recroiserons.

MessageSujet: Re: La fortune de Tsuki Senjago   Sam 21 Jan - 5:46

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Akito :
: +16 XP
: +0% Bonus Inclus
: +1 point de réputation
: +25£

Tsuki :
: +11 XP
: +0% Bonus Inclus
: +1 point de réputation
: + 25£

: Je crois que le point fort de cette session fût l'humour. J'aime bien. Continuez comme cela =)

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La fortune de Tsuki Senjago   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Exercices de Tsuki Senjago
» Gentilhommes de Fortune
» La Roue de la Fortune
» Tombeau ou abri de fortune ? [Livre I - Terminé]
» [FB] Mémoires Senjago

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-