Partagez | 
 

 [Mission D]Le début d'un déclin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: [Mission D]Le début d'un déclin   Mer 11 Jan - 20:26

Le projecteur continuait de diffuser les images. Je m'arrêtes quelques instants. Mon auditoire, composé de Shizaké, Higaï-sama et Hieï était assez captivé. Assez pour que je continue.

[Jin'] - Aussi, au vue des avancées de la psychologie, il y des données entrantes perpétuelles, avec un programme annexe chargé de les classes. Cas échéant, une vérification mensuelle permet de voir si le système c'est mis à jour de façon convenable.
Le programme prend déjà en compte tout l'historique de l'individu, analyse ses réactions, les compilent, et estiment les réactions probables. Quand un événement est ensuite susceptible de produire une réaction néfaste à Konoha, le nom sort comme nuke-nin potentiel. Avec des facteurs récurrents, comme la mort des proches, de trop grandes victimes en mission, sociopathie présumée, Sentinel a sorti plusieurs noms. Nous avons soumis une base de donnée regroupant tous les shinobis de ces derniers temps, sans indiquer s'ils étaient nuke-nin ou non.
Des noms sont ressortis : Soko Chirabe, Hana Shinratsu, Shinizu, pour les plus dangereux. On notera cependant que celui de Renji Kosuké n'est pas sorti comme strict nuke-nin, mais qu'il y avait un risque significatif. On retrouve d'autres shinobis... Pour ce qui est de la marge d'erreur, trois noms seulement, sur les milliers traités, sont sortis en tant que nuke-nin alors qu'ils ne l'ont jamais été.


[Shizakey] – Qui sont ces trois noms?

[Jin'] – Keira Azaguri, Akogare Hyuuga, et Kinoko Yamanaka. Soit, si je ne me trompe, les trois plus grandes figures de Konoha. Plusieurs explications sont possible. Celle des liens entres ces personnes, pour commencer. Elles s'influencent toutes, aussi, dès qu'une passe nuke-nin, les autres ont plus de chance de le devenir. C'est pour cela qu'il faut mentionner les fins de ce programme. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, je ne pense pas qu'il faille s'y fier pour déceler d'éventuels nuke-nin, mais plutôt pour augmenter les chances de transformer cet éventuel nuke-nin en Keira, Akogare, ou Kinoko.


[Shizaké] – Jin'. C'est de la manipulation, pure et dure. Où se trouve la liberté des gens cités dans ce programme?

[Jin'] – La notion de liberté est purement subjective. La plupart des nukes-nin actuels ne se considèrent pas comme libre. Sentinel attribue la notion de liberté comme 70% des cause de désertion.
Je finirais ensuite par dire, que par les temps qui courent et une politique de moins en moins à l'affût sur ces mêmes désertions, ce programme viserait plus à protéger notre Dojutsu, voire ceux des autres clans, que le village en lui même.


Nous savons tous, dans cette pièce que Sentinel ne peut être accepté par l'autorité en place. Cependant, appliqué aux clans, cela pourrait être bénéfique, quoiqu'une atteinte à la liberté. Sentinel ne s'arrête cependant pas ici.

[Jin'] – Il y a cependant un risque. Si la rumeur venait à se propager qu'un tel programme existe et est utilisé par les autorités, alors 17% des shinobis seraient considérés à risque, et 2% déserteraient. Si la rumeur se confirmait... 70% des effectifs présenteraient un risque.

[Hieï] – Tu te permets de mettre en doute la loyauté de plus de la moitié des effectifs de Konoha? C'est orgueilleux.

Silence. Ils réfléchissent. Et vont arriver à la même conclusion que Fen, le programme, et moi même. On ne peut pas utiliser Sentinel, ou alors cela sonnerait le déclin de Konoha. Seulement Fen l'avait conçu, il avait réussi à compiler mes données administratives et les expériences en psychologie et sociologie menées, pour arriver à Sentinel. Et il existe des copies. Certes, sans les données, mais des copies qui ne demandent qu'à être utilisées. Mais j'avais pris la liberté de remanier Sentinel, en entrant la donnée suivante : Sentinel utilisé uniquement par un tierce Konéen. Moins de 2% de chance que ça se sache, moins d'une chance sur mille que l'information se propage, et même si ça arrivait, seulement 20% des shinobis seraient potentiellement déserteur. Cependant, toutes les personnes en contact avec celle qui manie Sentinel aurait leur chance décuplé... ainsi que la tierce personne. Si j'utilise Sentinel, mes chances de désertion montent au dessus de 25%. Une chance sur quatre. C'est beaucoup. Et ce en intégrant la donnée que je suis au courant de ces stats. Par contre... le créateur du programme, avec les données du dossier, et recalculées avec les données que j'ai accumulé depuis le temps que je le connais le donnent comme nuke-nin. À 98%. C'est pour cela que je suis ici. Pour voir à quel point je peux m'y fier. Ils me diront de le détruire.

[Hieï] – Qui a conçu Sentinel?

[Jin'] – Fen.

[Hieï] – Il faut détruire toutes les versions.

[Jin'] – Si Fen a réussi à le concevoir, il est possible que d'autres ninjas, d'autres nations, puissent aussi le faire. Et ce pour s'attirer des agents doubles, par exemple.

[Shizaké] – S'ils ont accès à notre administration.

[Jin'] – J'aimerai finir le dossier. Et observer de quelle manière des actions peuvent agir sur les statistiques.

[Hieï] – C'est non. Détruis-le. Inutile de te dire que Fen et toi... et ceux qui ont participé à son élaboration, sont passibles de prison, voire de mort.

J'acquiesce. Il ne vaut mieux pas signaler que cela pourrait être vrai si l'information sort de cette pièce. J'éteins l'ordinateur, et pose le CD à côté. J'en sors un deuxième de mon kimono. Ils le prennent, et me demandent de sortir. L'entretien est fini. L'idée, c'est que je n'étais pas obligé de les mettre dans la confidence, mais le problème, c'est qu'on s'est aperçu de ce qu'on faisait trop tard. Sentinel vivait. Du coup, ne rien dire aurait été encore plus mauvais. Nous n'avons pas les épaules pour. Higaï-sama est le premier à sortir. Il s'allume une pipe d'opiacée.

[Higaï] – La plupart du temps, on attend d'être mis dans la confidence de secrets d'état. J'en ai vu qui les ont cherché. Mais les créer... ma foi. Crapottant. Ceux qui s'y sont risqués, ils étaient morts bien avant que j'ai connaissance la raison pour laquelle ils sont morts. Cet exposé ne va pas sortir, et ne le doit pas. Arrange toi pour qu'il n'émerge pas de ton côté non plus.

La conversation est donc finie. Je me dirige vers les quartiers marchands, direction le hangar d'entraînement de Higaï-sama. Utiliser son propre stade d'entraînement... c'est osé. Fen y est déjà. Nous n'avons pas mis Kanzaki dans la confidence.

[Jin'] – C'est fini. Comme on l'avait prédit.

Il se détourne de son moniteur.

[Fen] – On le teste?

[Jin'] – Comme prévu.

Même si j'ai la nette impression de jouer au sorcier avec quelque chose d'un peu gros pour moi. Je regarde sur le moniteur.

[Jin'] – 17%. À quoi est-ce du?

[Fen] – Perte d'une mère. Et récemment, mort d'une de ses commanditaires : Misaki Yoshida.

[Jin'] – Suspecte?

[Fen] – Vieillesse, infarctus. Elle était seule. Du coup, on n'a pas cherché de poison.

[Jin'] – Probabilité qu'elle ait été assassinée par Kin : 3%. C'est maigre.

[Fen] – Et c'est ce qui fait les 17%.

[Jin'] – Allons voir ce que je peux pour diminuer ce chiffre.

***

La demeure de Misaki Yoshida était un vrai bordel. Il faut vraiment que je me concentre pour comprendre l'ordre et la logique des choses. Elle ne déplaçait visiblement plus correctement. Sa chambre avait été vite déménagée au rez-de-chaussée, les objets trop loin de leur place habituelle avait été laissés. La vaisselle était cependant toujours faîte. Rien qui laissait penser qu'un invité récent était venu. Pas de trace d'effraction, la porte, les fenêtre. Je pousse même la paranoïa à aller voir les fenêtre de l'étage. Rien. Aucun indice. Le jardin impec', résultat de Kin Saitô. Bon. Il n'y a plus rien à faire ici. Je dois juste demandé quelque chose à Akito et Umi. Je fais leur billet qui les enverra à la morgue inspecté le corps.

À l'académie, les mission faciles ne se bousculent pas. Il y en a une entre le rang D et le rang C. Qu'on ne peut pas confier à n'importe qui, visiblement. Surveiller une geïsha célèbre de passage à Konoha. Allons-y. Je demande tout de même un coéquipier. On regarde qui est disponible, et on me montre les dossiers. Elle est dedans. Je lis son dossier, et la choisis. Incognito. Le rendez-vous est devant l'établissement, dans les quartiers populaires. Évidemment. Elle sera en retard, on doit y être dans moins d'une heure, et elle n'a pas encore reçu d'ordre. Je demande qu'on lui transmette au plus vite, et rejoins les lieux aussi vite que possible.

Il y a déjà des gardes. Montagnes de muscles, pas shinobis. Je passe, et on m'introduit. La femme, Sakura, n'est pas encore en tenue. Elle est nue, et visiblement surprise par mon âge.

[Sakura] – Je m'attendais à ce qu'on m'envoie quelqu'un de... plus jeune.

[Jin'] – L'âge n'a pas d'importance. Seuls les actes comptent. J'attends un coéquipier. Nous ne serons pas trop de deux. Si je comprends bien les sous-entendus, nous sommes ici pour vous protéger non pas des clients habituels - je montrer le garde devant la porte – mais ceux qui appartiennent au corps shinobi.

[Sakura] – Vif d'esprit, hein?

J'acquiesce, et sort de la pièce en prenant place devant la porte. Un valet vient m'apporter une oreillette sur un plateau. Je la mets, et suis directement en relation avec tous les autres gardes. À vue de nez, une dizaine. Pourquoi nous engager? Les shinobis normaux n'ont surement pas les moyens de se payer une call girl aussi chère. On m'explique que les gardes sont digérés par deux personnes : leur leader, et moi (en situation de crise). Kin et moi seront autorisés à aller où bon nous semble, à n'importe quel moment. En parlant de Kin, elle n'est toujours pas présente.


La faim justifie les moyens...

MessageSujet: Re: [Mission D]Le début d'un déclin   Mer 11 Jan - 22:25

Kin rentrait chez elle dans le quartier populaire en traînant les pieds. Elle revenait d'un entraînement dans la forêt qui l'avait épuiser et physiquement...souillée. Ses cheveux en bataille étaient recouverts de brindilles et de feuilles d'arbre et sa tunique était tâchée. Sans parler de la forte odeur de transpiration qui émanait de son corps tout entier. Elle était enfin arrivée chez elle et faire une sieste était tout ce dont elle rêvait.
Elle remarqua immédiatement le panneau qui indiquait que la maison de sa voisine Misaki Yoshida était à vendre.

*Elle a déménagée?*

Un homme se tenait devant la porte de la maison de Kin. D'un physique banal, l'homme arborait une expression neutre. D'une façon générale, il passait totalement inaperçu ce qui le rendait louche aux yeux de Kin. Elle s'avança jusqu'à lui.

«Euh... Vous êtes devant ma porte. Poussez vous.»

L'inconnu n'eut aucune réaction. Il se contenta de tendre à la jeune femme un papier.
La jeune femme était méfiante. Qui était cet homme? Et ce papier... Cette histoire lui semblait louche. Et si ce papier était un parchemin explosif? Quelqu'un voulait l'éliminer!

*Sans doute une fille jalouse de mon physique.*


Elle entreprit d'inspecter le papier sans pourtant le prendre en main. L'homme qui se tenait devant Kin montra enfin un visage expressif. Il semblait choqué voir sidéré.

«C'est une missive pour une mission de rang D, idiote!»

Kin rougit. Elle avait honte de s'être comporté de la sorte. Mais elle ne pouvait passer outre ce comportement prudent.

«Oh! Pas la peine de m'insulter l'ovni!»

Lâcha-t-elle.

Elle arracha le papier des mains de l'inconnu. Il s'en allait déjà. Kin déplia la missive et lut:

Mission de rang D.

Ordre: Rejoindre Shinjin Hyuuga au plus vite ici: (une petite carte était dessinée).

*Au plus vite? Ça a l'air urgent... J'ai bien le temps de prendre une douche non?*


Kin rentra chez elle et se déshabilla en montant l'escalier qui menait au premier étage. Elle pénétra dans la salle de bain. En observant son reflet dans le miroir, elle se dit qu'il y avait du boulot pour retrouver une apparence décente. Elle prit une douche. L'eau chaude calmait déjà les courbatures qui la faisaient souffrir. Une fois débarbouillée, elle enfila des vêtements propres et ajouta ses deux kunaïs à son équipement. Elle était prête à y aller.

En fermant la porte d'entrée de sa maison elle pensa:

*J'espère ne pas être trop en retard...*

Le lieu de rencontre était non loin et elle y serait en quelques minutes. Durant sa marche, Kin profita du beau temps et des rayons du soleil qui frappait sa peau. Un léger et agréable vent tiède soufflait dans ses cheveux.

*Au moins mes cheveux vont sécher rapidement.*

Enfn, Kin arrivait à l'adresse indiquée sur la carte. Des gardes imposants étaient disposés devant l'entrée. Apparemment ils n'étaient pas des shinobis. Un air grave était fiché sur leurs visages. L'un d'eux interpella la jeune femme. Il était plutôt mignon et sa masse musculaire était impressionnante. Tout en secouant sa chevelure de manière aguicheuse, elle dit à l'intention du garde:

«Bonjour vous! Ça va comme vous voulez? J'ai rendez-vous...»

Elle porta à sa bouche une des branches de ses lunettes et commença à la mâchouiller tout en fixant le garde.
Celui-ci resta de marbre et entreprit de conduire Kin à l'interieur du bâtiment. Ils traversaient à présent un couloir étroit et arrivèrent devant une porte ouverte.
Un jeune homme, un ninja de Konoha apparemment, était présent. Une oreillette était introduite dans son oreille. Ses cheveux blancs ébouriffés et son manque d'expression lui donnait une allure générale étrange.
Elle l'ignora et passa la tête par l'encadrure de la porte. Une magnifique femme était nue dans la pièce. Kin, loin d'être gênée la dévisagea et la jaugea.

*Ouais, elle est pas mal mais bon, elle ne peut rien contre ÇA*

Par «ça», elle entendait bien sûr elle même. Une flamme traversa son regard. Apparemment, la jeune kunoichi se sentait menacer par cette femme.

Cette dernière dit:

«Vous êtes sans doute la personne que l'on attendait. Je suis Sakura...»


Sans lui prêter la moindre attention, Kin dégagea sa tête de l'encadrure de la porte et fit quelques pas dans le couloir.

«Qui est Shinjin Hyuuga?»


Brailla-t-elle.
Elle tournait la tête dans tout les sens. Elle ne trouvait pas le ninja avec qui elle avait rendez-vous. Sans doute était-elle en avance... Elle s'imaginait déjà à quoi ressemblerait son coéquipier. Il devait être grand, de son âge, d'une beauté à couper le souffle. A tout les coûts, elle parviendrait à le séduire. Un sourire carnassier s'afficha sur le visage de Kin à cette idée.
Elle n'avait accomplie qu'une mission et l'avait accomplie seule. Le travail d'équipe n'était pas son fort mais si son coéquipier était tel qu'elle se l'imaginait, elle n'aurait aucun mal à faire un effort.

Apparemment, Kin avait fait sensation. Les regards se tournaient vers elle. Ce qu'elle ignorait c'est qu'ils la regardaient parce qu'elle avait manquer de discrétion.

*Ah! J'ai totalement éclipser cette gourde à poil... Ils me désirent tous!*


Elle agita de nouveaux ses cheveux une mine boudeuse sur le visage et mâchouilla l'extrémité de la branche de ses lunettes.


"Les branches des arbres trop chargés se rompent."
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Mission D]Le début d'un déclin   Ven 13 Jan - 2:29

J'attachais mes cheveux... ou plutôt essayais, en catogan. Plus respectable pour la situation dans laquelle je me trouve. Surtout en partant du principe qu'à part Sakura en peignoir, tous étaient sur leur 31. Une personnalité importante, qui mérite qu'on se fasse beau pour elle. Par contre, ma coéquipière, elle, venait de ne pas briller. Elle aurait pu, en regardant mes yeux, par exemple. Et en déduisant, au vue de la densité de population Hyuuga dans les quartiers populaires, arriver à la déduction logique qui s'impose : je suis Shinjin Hyuuga. Sauf que ça n'aurait pas été « briller », mais simplement se maintenir à la moyenne du QI national.

[Jin'] – C'est moi.

Une servante vient avec un plateau, une deuxième oreillette pour Kin. Je lui fais signe de la prendre.

[Jin'] – Je vous présente Kin Saito, Sakura. Elle vous collera jusqu'à ce que vous soyez hors de Konoha. Elle devra toujours vous avoir dans son champs de vision. Ce qui impliqe la totalité de vos relations, sociales ou physiques.

Je ressortis de la pièce, laissant les femmes à leurs ablutions, en dressant le portrait de Kin. Jeune, belle, plantureuse, modeste, aussi. Ces habits ne valaient pas mon kimono. Les siens étaient plus dans la tendance moderne, les miens étaient plus chers. Un différence de classe.

[Garde] – Vous voulez vérifier les périmètres?

[Jin'] – Amenez moi au cloître.

Il traversa la demeure. Elle était grande. Trop grande pour deux shinobis, mais la garde veillait, et avait l'air très présente. Gardes personnels, ou seulement pour l'occasion? Bonne question. Sans eux, il nous aurait été impossible d'assurer une quelconque sécurité sur un périmètre aussi grand. Et nous n'étions que dans l'aile réservée aux employés. Le cloître était dans la salle commune, celle qui servait d'accueil aux clients. On le voyait tout de suite : scènes, lumières tamisées, alvéoles, richesse du décor. Placé au centre, mon byakugan couvrait plus loin que la maison close.

J'avais accès à tout : chaque petit recoin, chaque détail. Mon cerveau s'était habitué : il triait les données, et m'alertait en priorité quand il voyait un danger. Un trou dans le muret entourant le jardin, une pièce cachée, une conduite trop grande. En faisant le tour, le danger apparaissait toujours minimes. Trois points étaient susceptibles de fournir une entrée, et les trois avaient un garde assignés. En fait, nous n'avions rien à faire. J'utilisais le micro pour parler au chef de la sécurité.

[Jin'] – Vous checker vos hommes combien de fois par heure?

[Chef'] – Quatre.

[Jin'] – Et après l'arrivée des clients?

[Chef'] – Six.

[Jin'] – Doublez-les pour les hommes qui couvrent les point d'entré potentiel. Si on peut avoir affaire à un shinobi, il sera rapide.

[Chef'] – Entendu.

Je n'avais pas cru bon de signaler à Kin que je pouvais surveiller Sakura sans lui imposer quelqu'un dans la pièce. Mais c'était la tactique qui prévoyait le plus de dangers, et dans ce cas, mieux valait compter sur le plus de chakra possible. Quitte à être indiscret. J'orientai mon dojutsu sur la salle oà Kin était restée, histoire de voir comment se présenter les choses.


La faim justifie les moyens...

MessageSujet: Re: [Mission D]Le début d'un déclin   Ven 13 Jan - 16:36

Kin observait le jeune homme aux yeux étranges nouer ses cheveux.

«C'est moi.»

Dit il simplement.
Kin venait de se ridiculiser devant tout le monde. Elle rougissait de honte. Après réflexion, ses yeux étaient un bon indice de son appartenance au clan Hyuuga. De plus, il portait un kimono décoré des armoiries de l'illustre famille. Ces ninjas étaient réputés talentueux et leur byakugan leur permettait, à ce qu'en savait Kin, de tout voir. Une image lui traversa l'esprit: ce byakugan était comme les yeux d'une mouche, plusieurs facettes lui permettaient de voir dans plusieurs directions. Un frisson parcourut l'échine de la jeune femme. Mieux valait ne pas se faire remarquer d'avantage.

Une servante discrète s'approcha de la kunoichi un plateau à la main, sur lequel était posé une oreillette. Le jeune Shinjin Hyuuga fit signe à Kin de la prendre et de la mettre. Tout en acquiesçant, elle mit en place l'oreillette. Elle était dorénavant reliée à l'équipe entière via se dispositif.

Jin déclara à l'encontre de la geisha:

«Je vous présente Kin Saito, Sakura. Elle vous collera jusqu'à ce que vous soyez hors de Konoha. Elle devra toujours vous avoir dans son champs de vision. Ce qui impliqe la totalité de vos relations, sociales ou physiques.»

Sa déclaration achevée, il quitta la pièce laissant Kin seule avec Sakura. Dans son oreillette, Kin entendait tout ce que Jin disait. Jusque là rien d'étrange, mais une phrase la turlupinait.

«Doublez-les pour les hommes qui couvrent les points d'entrée potentiels. Si on peut avoir affaire à un shinobi, il sera rapide.»

Avait dit le jeune Hyuuga. Un shinobi ennemi? Kin n'avait jamais affronter un adversaire sérieux. A cette idée, l'angoisse l'envahie et son corps fut prit de tremblements.

«Ca va? Vous êtes toute pâle.»

S'inquiéta Sakura qui avait enfiler un peignoir. Kin tourna la tête vers elle. Sa beauté était à couper le souffle. Sa coiffure ainsi que son peignoir l'interpelèrent et donnaient à la kunoichi des indices sur la fonction qu'elle devait occuper.

*Une geisha! Pourquoi un shinobi ennemi s'en prendrait à une geisha? Elle doit être importante.*


«Oui ca va merci. Ne vous inquiétez pas, je suis une professionnelle.»

Dit elle sans en être convaincue.
Sakura pouffa et entreprit de s'habiller ce qui impliquait un rituel précis. D'abord elle noua ses cheveux en un chignon complexe et arboré de différents bijoux qui semblaient être de très grande valeur. Elle étala ensuite sur son visage et autour de son coup une crème qui lui donna le teint aussi blanc que la craie. Puis vint le tour des lèvres, qu'elle peignit d'un rouge plus intense que le sang. Avec une dextérité qui impressionna Kin, la geisha esquissa des traits noirs au dessus de ses cils. Pour finir, elle teinta de rose ses joues et se parfuma.
Une jeune femme entra frappa et entra discrètement.

«Je viens vous aider à vous préparer...»

Dit elle tout en effectuant une élégante prosternation.
Kin s'approcha de la jeune inconnue et dit:

«Merci de vous être déplacée mais je suis là pour veiller sur cette femme et personne n'entrera dans cette pièce tant qu'elle sera sous ma surveillance.»


Surprise la jeune femme inconnue acquiesça et s'en alla à pas vifs.

«Vous prenez tout cela très au sérieux! J'ai presque finit de me préparer. Pourriez vous m'aider à me vêtir?»

Dit Sakura d'une voix douce.
Kin était comme hypnotisée par tant de beauté. Sa vanité exacerbée en prenait un coup mais elle savait pertinemment que dans une telle situation, elle ne pouvait pas lutter. Elles ne jouaient tout simplement pas dans la même cours.

«Bien...bien sûr.»

Balbutia-t-elle.
Elle s'approcha de Sakura qui se positionna dos à elle. Elle retira son peignoir de soie et noua autour de ses hanches nues une série de bandes de tissu avant d'enfiler une combinaison de couleur blanche. Une fois que ce fut fait, elle revêtit le plus beau kimono qu'il est été donner à Kin de voir. Il était coloré de rose et de beige et arborait de magnifiques détails floraux. Un des motifs attira particulièrement l'œil de la jeune kunoichi. C'était un colibri qui butinait. Le mouvement de ses ailes en action était particulièrement bien représenté. Ce kimono devait être peint à la main et d'une valeur inestimable.
Sakura se retourna, tendit à Kin une large bande de tissu et lui dit:

«C'est un obi. C'est une sorte de ceinture qu'il faut nouer autour du kimono. Le nœud doit se trouver dans mon dos.»


Kin était perplexe. Elle ne saurait pas comment faire ca! Pourquoi était-ce à elle de le faire?

*Je n'aurai jamais dut congédier l'autre pétasse...*

Elle fit le tour de la geisha tout en enroulant l'épais ruban autour de sa taille. Puis elle commença à le nouer dans le dos comme le lui avait demander Sakura.
La geisha se déplaça par petits pas graciles jusqu'à un miroir et tout en tournant la tête observa l'œuvre de Kin et dit:

«Bon ce n'est pas parfait mais ca ira pour aujourd'hui...»

La geisha chaussa des sandales de bois.
Vexée, Kin tourna la tête et lâcha:

«C'est pas mon boulot à moi hein!»


D'ailleurs c'était quoi son boulot? Veiller sur cette fille? Mais encore combien de temps devrait-elles rester dans cette pièce.


"Les branches des arbres trop chargés se rompent."
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Mission D]Le début d'un déclin   Mar 17 Jan - 22:31

Sakura était nue, et Kin l'aidait comme elle pouvait à se vêtir. J'arrête le dojutsu, avec encore une fois, l'impression d'avoir violé l'intimité de quelqu'un. Ma place, devant la porte, ne change pas. J'escorterai Sakura dans les différentes pièces, mais laisserait à Kin le soin de s'occuper de la coller. Prise en compte du genre de notre protégée. Dans cette mission, c'est effectivement à prendre en compte. On a plus de facilité à se dévoiler devant une personne du même sexe. Enfin d'après mes lectures. Elles sortent. Le planning indique une brève répétition avant l'arrivée des invités.
Sakura se dirige vers la salle d'accueil, et occupe l'estrade centrale, à baldaquin, en jouant du luth. Elle est effectivement très douée. Belle, séduisante, et douée. D'autres geishas arrivent. La fête va être une orgie. Il n'y a pas que les jeunes qui penchent vers la décadence dans cette ville, visiblement. L'oreillette grésille comme si elle lisait dans mes pensées.

[chef'] – Des gens se sont déplacés depuis tout le pays du feu.

En fait, Konoha accueille tous les pervers du pays du feu. Éthiquement critiquable, économiquement défendable. Les gens s'affairent, et commencent à s'agiter : on dresse le tables, on remplit les carafes, parfume les coussins, ouvre les chambres, tamise les lumières, brûle des essences. Puis ce sont les invités. D'abord un pervers, riche. Riche, car protégé. Il a deux hommes avec lui, qui se contentent de l'encadrer, et deux femmes. Jeunes (par jeune, j'entends deux fois moins vieilles que lui. Voire trois), belles, séduisantes. Blasant. D'autres, aussi. Une minorité n'est pas protégée, mais la majorité a emporté sa propre garde personnelle. On remarque les plus importantes personnalités du fait que leur gardes ne les suivent pas à l'intérieur. Déjà, l'ambiance avance. Des kimonos tombent, des rires aussi discrets que des mains baladeuses. Puis on entend les trois coups. Un silence divin.

Quelques notes cristallines. Les quatre rideaux s'ouvrent. Encore une note, puis une voix, a capella. Puis la musique et la chanson se mêlent. C'est le début du show. Sakura a captivé son public. Et ici, pas de rustre. Un îlot d'art, de respect et d'émotion dans un océan d'abus. C'est beau, dans un certain sens, touchant. Au grès d'une note, elle dénude son épaule. On aurait pu croire que le kimono avait glissé naturellement, mais un mouvement, quasi imperceptible de sa part, a provoqué cette chute. Les notes se rapprochent. La musique s'intensifie. Les paroles durcissent. Puis une autre épaule. Le kimono dénude son dos, cache peu de sa poitrine, ne tenant plus que sur les creux de ses bras, blancs, immaculé, en équilibre sur le nœud que lui a fait Kin.
Une sonnette d'alarme : ce n'est pas le moment adéquat pour rêver. Mais la salle est toujours scotchée. Même les filles ont arrêté d'essayer de séduire. Sakura est le centre de l'attention. Le nouveau centre de gravité de la pièce. Certes, il y a de la convoitise, dans leur regard, mais également des larmes, un soupçon de rêve. Je déclenche un ninjutsu de rupture de genjutsu. Rien n'y fait. Trop de paranoïa.

La musique prend fin. Le nœud ne cède pas. Pas encore. Sakura regarde son assemblée. Souvent, elle répond à un signe de tête, de doigt, un petit haussement de sourcil. Mais le manège se reproduit deux fois avec une même personne. C'est horrible, ça devrait m'horrifier, mais il n'en est rien. C'était la suite logique des choses. Tous ces signes, ces attentions. Le fait qu'elle puisse voir toute son assemblée. Les clients non protégés – et donc les les plus pauvres – sont derrière elles. Une vente aux enchères, muette, esclavagiste. Personne n'a donc le courage de le dire haut et fort? Non, ça ne se fait pas, ce n'est pas éthique. Triste condition humaine. C'est un homme qui ne m'est pas inconnu, qui gagne Sakura, momentanément reléguée au rang de propriété. L'homme qui avait donné une réception, étalant ses richesses aux yeux de tous : Jiman, de Tori. Il a traversé bien des pays pour venir s'offrir une nuit avec Sakura. Cette convoitise vis à vis de son prochain... tout ce que les moines conseillent de ne pas faire, cet homme le fait.

Il se lève. Deux homme en kimono, armés, sont à ses côtés. Ils le suivent, mais de loin, lui laissant tout le loisir de se rapprocher. Il s'assied à côté d'elle, et finit d'enlever son kimono. Seins nus, devant tout le monde, il entreprend maintenant de fermer les rideaux. Je ne prend pas de gants, et le rideau se referme sur mon bras. J'entre.

[Jiman] – Qu'est-ce que...

[Jin'] – Jiman-sama. Je vous prie de m'excuser, mais nous avons une chambre bien plus appropriée pour cela.

Si l'envie et le désir sont des moteurs puissants, la jalousie y est attachée, et elle, est un moteur bien moins présent, mais beaucoup plus puissant. Mon dojutsu, encore. Rien ne se passe autour de nous. Jiman réfléchit, attentivement. Il pèse le pour, et le contre. Ses deux hommes entrent également, Jiman les renvoie.

[Jiman] – Je vous suis.

Un garde entre, car j'avais pris soin de laisser le micro durant la conversation. Ils ont visiblement compris ce que j'essaye de faire, et l'approuvent. Jiman prend soin, cette fois, de recouvrir le haut du corps de Sakura avant de sortir. Silence dans la salle. C'est une procession. Moi en tête, avec le garde qui va nous guider dans une chambre, Jiman, Sakura et Kin au milieu, et ses deux gardes derrière. On arrive, j'ouvre le panneau, et les prie d'entrer. Kin également. Jiman me regarde.

[Jin']- Un shinobi, pour votre protection et celle de Sakura. C'est non négociable.

Encore une fois, il pèse le pour et le contre, et réfléchit. Il abdique. Ce n'est pas un cadeau pour Kin, mais c'est la mission. Et si un risque a été évalué, on ne peut rien se permettre.

[Chef'] – Bonne réaction... même si ce n'était pas prévu.

Aucune réponse n'est nécessaire. Je me poste devant la porte. Deux gardes à nous sont maintenant en faction, à deux, peut-être trois mètres de la fenêtre de la pièce. Rien n'est laissé au hasard. Au moment où j'arrête mon dojutsu, Jiman regardait encore Kin en se demandant surement s'il laisserait son ardeur l'emporter devant ses yeux.
Les deux gardes de Jiman sont atypiques. Discrets. Ils se sont tous les deux positionnés de part et d'autre du couloir, dans des zones d'ombres. On ne le voit presque plus. Un est maigre, dans un kimono trop grand, avec un katana à la ceinture. Un vestige samouraï? L'autre, plus épais, est habillé avec une tunique sur une cotte de mailles, et deux saïs dans le dos. Deux êtres originaux et furtifs, qui doivent sans doute posséder une grande force. L'oreillette prédit un message.

[Garde] – Un homme vient vers vous.

Quatre secondes, entre l'information et sa venue. Il arrive devant moi.

? - Un cadeau pour Sakura.

Si je n'avais pas été autant sur mes gardes, il aurait peut-être bénéficié de l'effet de surprise. Quoi qu'il en soit, j'arrive à parer son poing kunaï avec mon bras. Il a l'air surpris. Puis sa surprise se fige. Un trait fin et rouge se dessine sur son coup, avant que sa tête ne tombe doucement sur le sol, suivie du corps, dans un bruit mat, faisant sortir son bras de ma parade. Derrière lui, le maigre, en kimono, est déjà en train de nettoyer son sabre. Je n'ai même pas vu le coup. L'autre, aux deux saïs, s'empresse de prendre la tête dans une main, le corps dans l'autre, et de l'enlever. J'active le micro.

[Jin'] – Le suspect est mort. Il faudrait envoyer quelqu'un pour nettoyer.

Pas de réponse, mais un déclic au poste de commande fait savoir que l'information sera transmise.

[samouraï] – Comment as-tu paré?

Je montre ma protection en métal.

[samouraï] – Malin.

Il reprend son poste, laissant le mouchoir qui a servi à nettoyer son katana, plein de sang, par terre. Deux minutes plus tard, une femme arrive, avec un seau et une serpillère, et commence à nettoyer. Ce ne doit pas être la pire substance quelle aura à nettoyer ce soir, à mon humble avis. En fin de compte, le métier de shinobi reste assez honorable. L'eau du seau maintenant trop pourpre, elle fait un allé-retour pour revenir avec de l'eau propre, et finit de nettoyer. Il ne reste plus que de l'homme le mouchoir blanc ayant servi à nettoyer son sang du katana. Elle le remarque, le prend, passe un coup de chiffon à son emplacement, et s'en va définitivement.


La faim justifie les moyens...

MessageSujet: Re: [Mission D]Le début d'un déclin   Mer 18 Jan - 3:54

«Je suis prête. Allons y!»

Dit Sakura de sa voix mélodieuse.
Kin hocha la tête comme pour donner sa permission et se rapprocha de la geisha. Elle devait rester près d'elle. C'était sa mission. Kin ouvrit la porte et observa les environs. Rien à signaler à gauche, ni à droite... Mieux valait être trop prudente que trop peu. Tout en se dirigeant vers la salle d'acceuill, Sakura dit:

«Une répétition est prévue avant le levé de rideau.»

Encore une fois, la jeune kunoichi hocha la tête. Une fois dans la pièce, la belle geisha monta sur la scène et entreprit de frotter les cordes de son luth. Sa façon de jouer était divine et plaisait à Kin qui luttait pour ne pas se laisser embarquer par les notes fabuleuses émises par l'instrument. Sa mission était de protéger cette femme coute que coute, il lui fallait donc ne pas la quitter des yeux. Elle décida de s'installer discrètement juste à côté de la scène. D'ici elle pourrait avoir une vue sur le public et sur sa protégée.
Les invités pénétraient désormais dans la salle. Kin remarqua un homme d'un certain âge qui était, on peut le dire, bien accompagné.

*Il doit être sacrément riche pour être avec d'aussi belles filles.*

Soudain, le signal fut lancer. Le spectacle allait commencer. Sakura commencait à faire chanter son instrument. Les rideaux se levèrent. Le public semblait captivé, presque hypnotisé. Et il y avait de quoi! Le kimono de Sakura commençait à tomber.

*Oh mon dieu, la pauvre!*

Au bout de quelques minutes, Kin se rendit compte qu'en réalité tout cela était orchestré et que cet effeuillage faisait parti du spectacle. La musique s'intensifia, le rythme devint plus soutenu. L'émotion semblait avoir envahie les spectateurs. A la surprise générale le morceau s'achèva. Sakura agissait de manière étrange. Elle semblait aguicher le public!

*Qu'est ce qui se passe ici?*

Un homme se leva et s'approcha de la scène accompagné de loin par deux gardes armés pas vraiment discrets. Il était désormais tellement proche de Sakura qu'il pouvait la toucher. Sans doute n'oserait il pas... Et bien si!Il acheva de déshabiller la geisha qui se retrouvait maintenant la poitrine découverte devant tout le monde. Kin était sous le choc et trouvait que la magie du spectacle était gâchée par un tel acte. D'une main le pervers entreprit de fermer le rideau. Aussitôt Kin s'approcha mais fut devancée par Jin' qui conseilla à l'homme d'aller faire ses cochonneries avec Sakura dans un endroit plus approprié. Les deux gardes s'avancèrent mais furent congédiés par leur maître. Celui-ci accepta la requête du jeune Hyuuga et recouvrit le buste de Sakura. Kin se précipita aux côtés de la geisha. Elle, Sakura et le pervers étaient entourés telles des célébrités qu'il fallait protéger à tout prix. A cette idée, la kunoichi ne put réprimer un sourire franc.
Le petit groupe arriva enfin devant une pièce. L'homme, la geisha et Kin y pénétrèrent. Il dévisagea la kunoichi qui ne se fit pas prier pour lui jeter un regard plein de mépris et de réprobations.
Jin' dit:

«Un shinobi, pour votre protection et celle de Sakura. C'est non négociable.»


Kin hocha la tête. Elle savait qu'il fallait qu'elle reste aux côtés de la geisha.

*Vos galipettes vont devoir attendre.*

Quelqu'un referma la porte. Le vieux pervers dit:

«J'ai payé trop chère pour ne pas te posséder. Peu importe que nous ayons une audience ou non!»

A ces mots Kin ne put s'empêcher de grimacer. Cependant, ne voulant pas enchaîner les bourdes, elle se retint de faire une remarque.

*Non mais il rigole ou quoi? C'est impossible qu'ils fassent ça devant moi?*

L'homme n'attendit pas plus longtemps avant de glisser sa main le long de la cuisse de la geisha. De son autre main il lui tira les cheveux et l'embrassa violemment dans le cou. Sa fougue rebuta Kin qui remerciait les dieux de ne pas être à la place de la pauvre Sakura. Celle-ci restait muette. En revanche, son regard semblait vide, comme si elle avait mit en veille son esprit.
Le vieux releva la tête et tout en caressant la peau de la geisha dit d'une voix rauque:

«Tu nous rejoins?»

Kin eut un mouvement de recul. Elle était outrée par ce personnage. Il était tout ce qu'elle détestait.

«Non mais...»

Un bruit suspect empêcha Kin de terminer sa phrase. La jeune femme s'approcha du couple, les sépara et leur fit signe de se taire. Un instant plus tard, elle entendit via son oreillette:

«Le suspect est mort. Il faudrait envoyer quelqu'un pour nettoyer.»

Un conflit avait eu lieu. Stressée, Kin posa sa main sur l'étui qui contenait ses kunais.
Elle approchant le micro de sa bouche et dit:

«Maître Hyuuga, vous m'entendez? Que se passe-t-il?»


De son côté, son ardeur ayant prit le pas sur son instinct de survie, le vieux s'était allongé sur Sakura qui affichait toujours une mine neutre et un regard éteint. En silence il commença sa petite affaire. Kin ne put s'empêcher de regarder ailleurs. Cependant, elle entendit un petit râle.

*Et bien! C'est un rapide celui-ci.*


"Les branches des arbres trop chargés se rompent."
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Mission D]Le début d'un déclin   Jeu 19 Jan - 21:17

[Kin] – Maître Hyuuga, que se passe-t-il?

La question m'avait été posée plus tôt, mais mon esprit avait mis un certain temps de latence avant de s'en rendre compte, accordant plus d'importance devant le fait de nettoyer la bavure.

[Jin] – Il y a eu une tentative de passage en force. Soldée par un échec.

Et la mort dudit tentateur. Jiman sortit, gêné, pour aller rejoindre la salle d'audience. Un rapide, celui là. J'entrai dans la pièce, trouvant Kin, toujours debout, et Sakura en train de somnoler sous ses draps. Elle ne ferait plus de passe ce soir, donc elle diminuait maintenant les risques. Si elle arrivait à dormir avec Saitô dans la pièce, c'est qu'elle avait du s'y habituer, aussi je ne voyais pas l'utilisé de changer de stratégie, et lui fit comprendre. C'était juste une petite visite de routine.
Dehors, la nuit avait été ennuyante. Rester planté devant une porte, avec de temps en temps, une ronde dans le couloir. Au début de chaque heure, je checkai Saitô via le micro pour vérifier qu'elle n'était pas endormie. De son côté, le chef vérifiait aussi ses gardes toutes les quinze minutes. Il n'y avait aucune raison de s'inquiéter.

Lorsque le soleil se leva, rien de notable ne s'était passé. Une mission D, une mission chiante. Sakura sortit avec Saitô, et nous l'accompagnâmes jusqu'aux portes de Konoha, ou elle avait mandaté une autre équipe (plus nombreuse et plus expérimentée) pour l'accompagner jusqu'à sa prochaine destination : la capitale du pays de la brume. Elle nous remercia, sourit à Saitô, et disparut dans la forêt. Fin de la mission. Je me retournai vers Saitô. En rogne de ne pas avoir dormi cette nuit?

[Jin'] – Bon. Mission réussie. Je te conseille d'aller rattraper tes heures en retard.

Je trace tout de suite jusqu'au hangar d'Higaï. Fen n'était pas là. Merde. Je n'aime pas utiliser ses capteurs sensorielles et ses écouteurs pour manier l'ordinateur, et lui n'aime pas quand je les débranche. Un informaticien aveugle, on aura tout vu. Les anciennes méthodes sont les meilleures, aussi je dresse un rapport écrit, en deux exemplaires : un pour l'administration, banal, et un autre plus détaillé sur Saitô, pour Fen, et vais me coucher. Des paillasses sont disponibles pour les fois où nous travaillons tards.

***

C'est le bruit de pianotement et de machines qui me réveille. Fen est déjà à son poste. Il a scanné mes données, les a trié, et rentrer dans Sentinel.

[Fen] – C'est mort Jin'. Sentinel ne marche pas.

[Jin'] – Comment ça?

[Fen] – J'ai rentré les données, et la probabilité qu'elle ait tué la vieille ont diminué.

[Jin'] – On ne peut pas calculer un seuil de proba significatif en fonction du nombre de données?

[Fen] – Surement... dans cinquante ans, avec une machine assez puissante. Et puis, des probabilité sur des probabilités, et des données sur des données, on ne va plus s'en sortir. Sentinel en veut toujours plus après que j'ai tenté une MAJ... j'ai déjà du le débugger deux fois ce matin.

[Jin'] – Programme non fiable. Tant pis. Je vais p'tit déjeuner, tu viens?

[Fen] – Yes.

Il sortit le CD Sentinel, et le classe dans son dossier. C'en était fini d'un projet malsain. J'allais pouvoir rassurer mes pairs, et ma mère. Ce n'était plus un fardeau, seulement un petit secret sur un projet d'espionnage raté. Mais c'était toujours bon d'avoir une carte supplémentaire dans sa main.


La faim justifie les moyens...

MessageSujet: Re: [Mission D]Le début d'un déclin   Ven 27 Jan - 21:05


Kin Saitô :
: +17 XP
: 0% Bonus Inclus
: +25£
: + 1 point de réputation

Jin' :
: +35 XP
: 30% Bonus Inclus
: +25£


: Petite mission sympathique =). Je déplore seulement le manque d’interactions entre vos personnages. Au final, on dirait qu'ils ne se connaissent même pas.
Continuez de vous amuser !

Note : N'oubliez pas de tenir votre réputation à jour =)


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mission D]Le début d'un déclin   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Quartier Populaire-