Partagez | 
 

 La foudre contre l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: La foudre contre l'eau    Ven 4 Mai - 18:34

Trop de temps avait passé depuis son évasion de Kumo. Des tonnes de choses lui étaient tombé dessus, mais heureusement, rien de bien grave. Il avait traversé des pays, fait de nouvelle rencontre, deux d'entre elles lui avaient permi de développer ses connaissances du monde shinobi, des ragots qui se racontaient ici et là, et d'en apprendre également un peu plus sur les femmes. Jamais il n'aurait pu atteindre cet état de connaissance en était resté au sein de son clan. Il serait aujourd'hui un zombi obéissant sans foi ni loi au patriarche, quitte à y perdre la vie. La vie au sein d'une secte n'avait rien de glorieux et encore moins d'euphorique. Cela se traduisait par une vie d'esclave, ou l'on devait travailler pour le bien être d'un seul homme, ou l'on devait donner notre vie pour une divinité totalement imaginaire. Il ne faisait aucun doute que la mort existait bel et bien, mais qu'homme une entité imaginaire crée de toute pièce par l'homme pour se donner un minimum de courage lorsque le trépas s’empare d'eux. Son clan lui avait fait perdre seize ans de sa vie, juste pour cela, il méritait la mort. Mais la vengeance n'était pas à l'ordre du jour. Yudai avait quitté Kumo par instinct de survie. Pour se protéger des dangers extérieurs qui le guettaient, il s'était réfugié à Kiri il y a de cela plusieurs mois à présent.

Aujourd'hui, bien qu'il ne soit encore qu'un étudiant, tous étaient d'accord pour reconnaître que l'homme était une exception parmi les autres étudiants, du non seulement à son age, mais aussi à son potentiel. Fier maniement des armes, il avait révélait une maîtrise parfaite de l'élément incontrôlable qu'était la foudre. Encore plus perfectionniste, il avait décidé de son propre chef de suivre des enseignements de taijutsu pour parer à l'éventualité d’être séparé de son arme. En résumé, les professeurs de l'académie de Kiri voyait en lui un futur grand combattant et fondait beaucoup d'espoir sur ses facultés à rester calme face à toute situation, caractéristique essentiel pour les shinobi. Il y avait cependant une petite anecdote quand à sa vie privé que certain jugé de « vide » ou encore « blanche de toute relation ». Le fait qu'Ookami ne s'était lié d'amitié à personne n'avait semble t-il pas échappé à l'académie et l’encourageait chaudement à se mêler à la masse d'étudiant afin de tisser des liens qui pourront un jour lui sauver la vie, disaient-ils.

Ookami regardait son relevez de note avec dédain. La note A était sa plus faible, il faut dire que les exercices que l'on lui proposait de réalisé était bénin pour celui-ci car il les avait déjà réalisé à Kumo. De plus, il ne se ventait pas de cet exploit au vue de son age. Il est vrai que les étudiants arrivant à l'age adulte à l'académie étaient de plus en plus nombreux, mais il jugeait que cela n'était pas une raison pour fanfaronner. Alors il jeta le bout de papier à la poubelle. Son pas lourd fit crépiter le bois du parquet sous ses pieds lorsqu'il se dirigea vers la fenêtre ou d'un coup sec il tira les rideaux pour laisser entrer le soleil froid du pays de l'eau dans son foyer. Comme à l'accoutumé, la brume incessante recouvrait le village, lui donnant des allures de ville fantôme. Heureusement, tel n'était pas le cas. Après quelque jour au sein de ce village, on se faisait rapidement une idée sur ses habitants. D'extérieurs, ils pouvaient paraître comme des rustres guerriers faisant couler le sang avant de poser les questions, mais cela n'était qu'en apparence. Ookami les jugeait fidèles, fiers, mais avant tout chaleureux au vue de l'habitat dans lequel ils vivaient. Il suffisait simplement de creuser un peu pour trouver des gens forts sympathiques. L'homme se délaissa du décor et entreprit l'action de se laver. La matinée venait simplement de débuter, mais une longue journée d’entraînement s'annonçait. Aujourd'hui, il n'allait pas faire des moulinets avec son arme comme à son habitude, travail s'annonçait beaucoup plus compliqué qu'à l'accoutumé. Chaque étudiant avait reçu comme devoir d'apprendre une technique bien précise spécifié par le professeur. Pour corcer un peu les choses, celui-ci avait décidé qu'Ookami devrait se pencher sur le Raikiri, une technique mortelle que les shinobi apprécié pour son efficacité, mais également assez compliqué à apprendre. Le prof avait bien précisé « qu'au moins cela allait te prendre quelque jour. »

Il termina de rincer le visage. Il avait enfilé comme il faut sa tunique, son zanbato était déjà en place dans son étui, prêt à être utilisé en cas de pépin. Il laissa alors derrière lui l'appartement vide de toute vie et le condamna à la noirceur, du moins jusqu'à ce qu'il décide d'y retourner à la nuit tombante. L'étudiant marchait lentement dans la brume, sentant le souffle marin sur son visage devant moite. Il faisait froid, mais Ookami trouvait ce froid bienfaisant, il l'aidait à se réveiller un peu. Le chemin séparant son logis à l'académie n'était pas bien long, pas plus de cinq minutes. Cela devait probablement être voulu par le village qui souhaitait avoir ses étudiants à porté de main. Quoi qu'il en soit, Ookami se tenait déjà droit devant les fameux poteaux en bois, ces bout de bois qui avaient tant encaissé mais qui se dressaient pourtant encore. Cela lui rappelait un peu lui même, il suffisait d'observer son dos pour connaître les traumatismes qu'avaient enduré l'homme par le passé. Mais cela était une autre histoire, l'homme commença son échauffement traditionnel, il enleva sa tunique, apparaissant torse nue et commença à tabasser à coup de poing le tronc qui ne bronchait pas. Une fois ses poings mis en condition, il s'empara de son arme et commença à pratiquer des moulinés en frappant le tronc du plat de la lame. Cela dura des heures, il ne fallait pas cracher sur l'échauffement des muscles, même les shinobi pouvaient être trompé par leur propre corps et Ookami en connaissait un rayon sur les claquages. Le terrain d’entraînement était à présent rempli d'étudiant en tout genre, mais comme à son habitude, Ookami travaillait à l'écart de tous, préférant peaufiner sa technique plutôt que de rêvasser de grandeur avec les autres.

D'un coup ferme, il planta son arme dans le sable. Cela signifiait la fin de l'échauffement. Il fouilla dans sa pochette et en sortit un parchemin qu'il s'empressa de dérouler. Celui se déroulant jusqu'au sol, Ookami eut un regard éreinté devant les connaissances que celui-ci allait devoir emmagasiner pour parvenir à ses fins. La lecture était complexe, cela ressemblait beaucoup à du ninjutsu élémentaire, heureusement, Ookami en connaissait pas mal de chose et encore plus chanceux, Ookami disposait de l'élément demandé.(c'était sans doute pour cela que le prof lui avait demandé d'apprendre cette technique.) Comme à son accoutumé, Ookami aimait savoir de quoi il était capable et sans crier gare il essaya directement d'enclencher le jutsu en brûlant les étapes. Cela manquait clairement de maîtrise, on pouvait sans nul doute voir que l'homme ne connaissait pas son sujet car aux lieux de canaliser les éclairs dans sa main, ceux-ci se déchaînait sur le sol. Il devrait donc passer par toute les étapes, comme il détestait cela....



\\\"La mort n\\\'est que le visage caché de l\\\'Homme\\\"
Hana Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La foudre contre l'eau    Ven 4 Mai - 18:49

« Il y a un temps pour tout » avait coutume de lui dire sa mère quand Kaede n’était encore qu’une gamine. Et aujourd’hui, cette phrase lui revenait en mémoire. Oui, il y avait bien un temps pour tout. Un temps pour le repos, un temps pour la fierté… Mais aujourd’hui, ce ne serait pas un jour de repos pour la jeune fille. Aujourd’hui, elle allait devoir suer un peu.
Maintenant qu’elle avait réussi à perfectionner la création d’eau, il fallait qu’elle passe aux choses sérieuses. Oda, son maître, lui avait fourni un parchemin usé.

« Prend ça, Kaede. C’est une des premières techniques que tu te dois d’apprendre. Demain, j’entraînerais Yahei au Taijutsu pendant qu’Hisa sera mobilisé pour une mission de rang D. De ton côté, je veux que tu te rendes au terrain d’entraînement. Ne va pas trop près de la mer : utilise ta nouvelle technique pour atteindre le niveau d’humidité nécessaire. »

Il avait du voir sur le visage de l’adolescente un doute, car il s’empressa d’ajouter :

« Tu vas y arriver. Je ne te le demanderai pas si je ne t’en savais pas capable ! »

Kaede avait acquiescé et elle se retrouvait, maintenant, à marcher dans la fraicheur de la matinée vers le terrain d’entraînement. Lorsqu’elle y arriva, elle fut frappé par le nombre d’étudiants qui s’y entrainaient. Elle qui était habituée à s’exercer tôt le matin ou tard le soir ne croisait que rarement d’autre aspirants en formation. Tant pis, ils ne devraient pas être gênants.

Elle passa sa première heure sur le terrain à s’entraîner, enchaînant les sauts et les coups portés aux solides poteaux de bois. Mais lorsqu’elle jugea qu’il lui fallait maintenant passer à l’apprentissage de sa technique, elle se dirigea vers une zone d’entraînement un peu moins bondée. Elle ne voulait pas risquer de blesser quelqu’un en mettant en mouvement des forces qui la dépassaient. Balayant le lieu du regard, elle vit un étudiant – plus vieux qu’elle visiblement – s’entraîner un peu à l’écart. L’endroit était parfait… Mais occupé.

« Tant pis j’y vais quand même ! »


Prenant son courage à deux mains, elle avança à grands pas vers le shinobi et lui déclara simplement :

« Salut, ça t’embêtes si j’utilise le même terrain que toi ? Les autres sont bondés… »


MessageSujet: Re: La foudre contre l'eau    Sam 5 Mai - 17:02

On l'abordait, comme c'était innovent. Il n'y avait décidément pas une séance d’entraînement qui se passerait sans que l'on vienne l'emmerder. Ookami jeta un simple regard à celle qui venait le déranger. Plus jeune que lui, d'une petite taille, la chevelure d'un blanc éclatant comme lui, mais le visage beaucoup plus timide et boudeur. D'habitude, il l'aurait envoyé paître, la priant d'aller rejoindre les personnes de son age et de laisser les grands travailler, mais les mots des professeurs sur son relevé de note étaient resté gravé dans sa mémoire et bien qu'il en avait envie, les mots restaient bloqués dans sa gorge.

Ookami – Tu peux rester.

Pourquoi avait-il dis cela ? Lui même ne le savait pas. C'était comme ci sa bouche c'était ouverte toute seule, que sa langue s'était gesticulé toute seule et que les mots étaient sortis tout seul. Sa conscience refusait t-elle donc de lui obéir ? Préférant suivre les instructions de personne que Ookami n'en avait cure ? Tout le dépassait et le visage qu'il montrait en témoignait. Alors il observa un instant cette gamine, il n'en avait cure d'elle, mais il n'arrivait pas à s'en désintéresser. Ses yeux pourpre observait de haut en bas la jeune fille, que pouvait-elle bien étudier ?

Bref, dans un ultime effort, Ookami reporta son attention sur son parchemin, observant avec minutie les écritures qui étaient accompagnées de dessein ayant l'utilité de donner une image à l'exercice. Il fallait avouer que le charabia était parfois incompréhensible alors qu'un simple croquis résumait le tout parfaitement. Tout semblait plus clair, mais la difficulté de l'exercice était apparente à présent. Une indication semblait parler d'une importante consommation d'énergie au point que le jutsu ne pouvait être utilisé qu'un certain nombre de fois lors d'un combat. Cela pouvait être ennuyeux car il faudrait à présent combattre avec cette idée de limitation derrière la tête en plus de penser à préserver sa peau. Cela pouvait paraître difficile lorsque l'on y pensé, mais dans le feu de l'action, tout paraissait si simple. Il ne fait aucun doute que le jeune homme s'en sortirait brillamment, mais pour l'heure il devait déjà apprendre cette fameuse technique.

Ookami porta son regard à la partie la plus importante du jutsu, la concentration du chakra. Habituellement, l'homme n'avait pas de problème pour diriger son chakra dans son corps, cela était devenu une habitude pour lui. Comme on pouvait s'y attendre, la plus grande partie du chakra se trouvait dans la paume de la main, celle-ci devait en faite servir de catalyseur de sorte que le jutsu ne se dissipe pas. Mais ce n'était pas tout (sinon ce serait beaucoup trop simple), il fallait également manipuler le chakra de sorte qu'il forme une couche protectrice autour de la main afin d'éviter les brûlure du à l'utilisation du jutsu. Tout cela devenait compliqué, un jutsu ou le chakra aurait une double fonction, ce n'était pas courant et pour cause, seul les shinobis ayant une parfaite maîtrise de leur corps et de leur chakra pouvaient prétendre réussir une telle chose. Soit, sa tache était de réussir et il le ferait. Ce n'était pas plus compliqué qu'une autre, il suffisait de travailler avec acharnement tout en suivant les consignes et de ne surtout pas ce décourager à cause des (inévitables) échecs. Alors il commença, n'ayant pas d'autre choix que de suivre les instructions, il commença par le départ, c'est à dire à malaxer son chakra afin de le rendre plus flexible, plus enclin à répondre au attente, il fallait avouer que celui-ci serait malmené en cette belle journée qui s'annonçait, dommage qu'il fallait la passer à l’entraînement...

Le malaxage du chakra était un exercice long à réaliser, cela pouvait prendre des dizaines de minutes et les moins expérimentés pouvaient même y mettre des heures. Malheureusement, c'était le point de départ pour la plupart des jutsu, seul les spécialistes du taijutsu n'était pas emmerdé par cela. Mais Ookami était dérangé par la présence de cette gamine, il l'observait par moment s'en vraiment s'en rendre compte. Que souhaitait-elle apprendre ? Peut-être que pour continuer son entraînement, l'homme devait se débarrasser de cette fille ?

Ookami – Que comptes-tu apprendre au juste ?



\\\"La mort n\\\'est que le visage caché de l\\\'Homme\\\"
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La foudre contre l'eau    

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La foudre contre le vent [libre]
» Sort de foudre
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Terrains d'Entraînement-