Partagez | 
 

 Salle 101.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Salle 101.   Ven 11 Mai - 21:03

Yuurei se fraya un chemin dans le hall principal de l’établissement, il était à la hauteur de ce qu'il avait pu imaginer, le nombre d’étages étaient effrayant, tout comme le monde a l’intérieur.
Yuurei, levant les yeux chercha un panneau qui indiquait la salle 101. Les couloirs était long et les classes semblaient déjà remplie, Yuurei ne c’était pas imaginé que autant d’élèves étudiaient l’art des shinobi entres ces murs.

Il tourna en vain pendant un quart d’heure sans oser demander la direction aux personne qui passaient, tous avaient l’air parfaitement dans leur élément et semblait connaitre l’édifice par cœur tant ils déambulaient machinalement dans toutes les directions. Prenant son courage à deux mains, il s’avança vers une longue chevelure bleuté a moitié enfoncé dans un casier.

« - excusez-moi dit timidement Yuurei, je cherche la salle 101 s’il vous plait.

- Quoi ???????

Yuurei sursauta littéralement face à ce véritable cri.
Il remarqua avec effroi que tout le monde dans le couloir c’était figé et regardait la chevelure avec un regards plein d’appréhensions et d’excitations, la chevelure s’extirpa enfin du casier et se retourna dévoilant l’être le plus parfait que Yuurei avait jamais vu, un corps magnifique aux proportions divines se releva pour lui faire face, il était plus grand que lui, le visage de cette jeune femme était à la hauteur de son corps, en tous points éblouissant.
Yuurei souriant niaisement quand il fut réveillé par de la musique, la jeune femme avait enlevé le casque qu’elle avait sur les oreilles, le couloir était maintenant baigné dans la musique qui était vraisemblablement beaucoup trop forte pour être écouter en casque.
C’était une mélodie douce et calme, et aux premières notes, le couloir reprit son activité normal. Ne comprenant pas le comportement décidément bizarre des gens autour de lui, et encore rouge de honte d’avoir été le centre d’attention il répéta sa requête assez fort pour couvrir la musique.

- Bah la salle 101 ce n’est pas compliquer, c’est la première salle à droite de l’escalier au premier étage, juste avant la 102…sans prendre le temps d’écouter le « merci » sonore de Yuurei elle revissa son casque sur les oreilles et replongea dans le casier.

Il avait les jambes tremblantes quand il monta les escaliers, chaque marche lui semblaient être une montagne à parcourir et des dizaines de questions fusaient dans son cerveau sans qu’il puisse le contrôler.
Arrivé à la dernière marche, il sentit bizarrement une sensation de fraicheur dans son dos, Soranamida se terra un peu plus loin dans son dos.
Il rentra dans la salle qui était vide il alla s’assoir à côté de la fenêtre vers le fond. Il eut a peine le temps de sortir ces affaire qu’un vielle homme entra dans la salle. Il avait le visage grave et les yeux cachés par de grandes lunettes noires. Sans dire un mot, il s’assit, posa sa sacoche sur le coin de la table et commença à parler :

« Il n’est pas dans mes habitudes de faire cours a des aspirants de l’académie, cependant, il m’a été demandé d’enseigner à certains élèves en particulier pour les formés au contrôle du genjutsu. Certains voudront surement arrêter mon entrainement, ils sont libres de partir des aujourd’hui ceux qui restent dépendront entièrement de ma volonté de leur enseigner ou non l’art de la manipulation psychique. Il est inutile d’aller se plaindre a l’administration ou a qui qu’onques a part moi au sujet de mon cours, dans cette salle, et plus tard en terrain d’entrainement, vous ne prononcerai un mot que si je vous en donne la parole, toute entorse sera punis d’un renvoi définitif. Vous avez voulu étudier une des branches les plus dangereux et destructeur de l’art shinobi, sans une discipline de fer, vous ne deviendrez que de pauvres déments dormant dans les rues et racontant ces délires à la foule médisantes...

Yuurei regarda autour de lui, le vieil homme semblait s’adresser a plusieurs personnes, alors que lui était tout seul, avec Soranamida.

Sans même tourner la tête face au mouvement de Yuurei le professeur continua :

...Personne ne sors indemne lorsqu’il se plonge dans le genjutsu, plus qu’un entrainement il s’agit de construire les murs qui fonderont les meilleurs attache au monde réelle, et vous ne tarderez pas à vous rendre compte que la notion de monde réelle est tout à fait abstraite mais cela vous le verrez avec le professeur Rokugo qui traitera du rapport essentiel du ninja avec la réalité dans la pratique du genjutsu. Je m’appelle Eichino Kenji et je vous donne rendez-vous, pour ceux qui le veulent bien sur la semaine prochaine ici même. Au revoir. »

Les pieds de Yuurei faillirent sous le poids de son corps, il se cramponna a la barre fixé contre le mur et monta la dernière marche de l’escalier la respiration haletante.
Lorsqu’il regarda la salle, il aperçut une dizaine de jeunes élèves qui semblaient aussi surpris et fatigués de ce cours. Le vieille homme sortit de la salle et passa devant le jeune shinobi, avant de descendre les escaliers il s’arrêta et commença à rouler une cigarette :

« - sachez, jeune homme, que je ne tolère aucun retard à mes cours ni dans n’importe quel autre domaine. Une seconde peut être une éternité, cela dépends du point de vue ou l’on se place. »

Sans ajouter un mot, le vieil homme descendit les escaliers, son long manteau frottant chaque marche, il dégageait une sensation de froide lucidité, et de calme implacable.
Encore sous le choc par la remontrance du professeur. Yuurei se dirigea vers le hall principal car il savait que son prochains cours serait en amphithéâtre.

Les élèves s’installait déjà quand il entra dans la grande salle, il semblait y avoir de tous les âges et niveaux, il essaya de trouver un endroit à l’écart des autres, pas trop loin, pour pouvoir entendre le professeur et pas top près pour ne pas être interroger par celui-ci.
La tache fut ardu, il trouva au bout de quelques minutes, une rangée ou seul une fille, qui avait le visage enfoncer dans un coussin dormait.
Quelque peu étonné et n’ayant pas l’intention de faire du bruit pendant le cours, il s’assit a deux place à proximité. Alors qu’il sortait ses affaires, la classe se tut d’un coup, un homme, se tenait dans l’encadrement de la porte.
Yuurei était loin, et il n’arrivait pas à distinguer ce qui n’allait pas dans le visage du professeur, il semblait changer à chaque secondes, complètement stupéfait devant ce spectacle étrange, il n’écouta pas grand-chose du cours, a peine avait-il écrit le titre, cependant il avait remarqué que en plus du visage des élèves, le professeur Rokugo imitait parfaitement leurs voix ! Sans écouter ce qu’il disait, Yuurei observait ce miroir vivant, soudain, les élèves se levèrent et rangèrent leurs affaires, le professeur resta quant à lui, les mains jointent sur le bureau, attendant ses prochains élèves.

Tout le monde était sorti et il ne restait plus que Yuurei, le professeur, et le fille qui n’avait pas bouger d’un poil, ces cheveux était très pâle, comme sa peau laiteuse et sans imperfection, la situation le mettait mal à l’aise, il ne pouvait laisser la fille endormie, peut-être avait-elle un cours important après, et, bizarrement, il n’avait pas très envie de parler avec le professeur.

« Vas-y ! Des élèves attendent, réveille-la, elle t’en sera reconnaissante.

Yuurei se retourna au son de sa propre voix, même s’il ne l’entendait pas ainsi, il l’avait reconnu et c’était un peu bizarre.

- Oui sensei! dit Yuurei, s’approchant peu à peu de la jeune shinobi, il posa la main sur son épaule et secoua légèrement celle-ci pour la réveiller.

Il ressentit tout a coup une vague de froid lui traverser le corps, il avait l’impression qu’il venait de toucher un glaçon géant, de surprise, il se dégagea violement et tomba à la renverse. Ce n’est qu’en se relevant qu’il vu que les élèves qui venaient assister au prochain cours était tous là et souriait d’un air narquois.

- C’est déjà fini ? demanda la jeune fille qui releva son visage et dévoila des yeux d’un bleu surnaturel qui s’estompa rapidement pour laisser place a un bleu pastel. Elle était très belle, et contrairement à Yuurei, elle ne semblait n’avoir aucune honte devant les autres élèves.

- Bon je me suis bien reposé, merci et au revoir professeur dit la jeune fille, qui sortit de la salle le pas léger. Arriver à la sortie et se retourna vers Yuurei :

- On va manger ? le sommeil sa creuse !

- D’accord dit-i mais je choisi l’endroit ! je dois retrouver Senri tu le connais ?

- Oui !il est née ici, comme moi, mais on ne s’est jamais trop parler…il faudrait déjà que j’arrive a le comprendre ! dit-elle en souriant.

Ils sortirent de l’académie, une petite pluie fine coulait, il faudra t’y habituer dit la jeune shinobi, je m’appelle Aisu Doji lui dit-elle en lui tendant la main.

- Moi c’est Yuurei tout court répondit-il en lui serrant celle-ci.

Arrivé aux rendez-vous Senri les attendait déjà.

- Salut ! tu vas bien Doji ? j’ai faim ! allons-y ! d’ailleurs, tu connais le nouveau restaurant de Kiri ?

- Oui, il est juste à côté de Tamika et filles, en bas de ma rue.

Ils se dirigèrent donc tous les trois vers le restaurant, sous la pluie, Doji dansait et s’accrochait aux lampadaires, tournait en chantant. Elle revenait vers les deux garçons et essayait de les entrainer dans sa danse, devant leurs refus, loin de se décourager a redoubla d’effort et de grâce. Leur lançant des regards appuyés.

Ils arrivèrent devant le restaurant, il était vide, mais l’ambiance était très chaleureuse, la cuisine était dans la salle à manger et cela donnait une atmosphère de maison.
Les traits de Rukia s’éclairèrent, devant les clients.
-Ah, tu as trouvé ? Venez, venez, vous êtes mes premiers vrai clients hormis un mendiant qui a manger une de mes soupes mais il ne l’a pas fini ! Elle montra un bol à moitié plein, le liquide qu’il contenait semblait pâteux et d’une couleur assez répugnante.

Qu’est-ce que vous prenez ?

- Euh je crois que je vais manger chez moi, dirent Senri et Doji en même temps.

- Toi, je te dois un plat je vais le préparé maintenant.


Ce soir-là, ils parlèrent tous les quatre, Yuurei traduisait ce que Senri disait car les deux jeunes filles ne comprenaient pas, ce qui fut le sujet d’un fou rire de plus d’une heure.
Alors que la lune était déjà bien haute, et qu’il rentrait chez lui, il pensa que, malgré le poids de sa bourse qui avait diminué et son diner qui avait été infecte, il avait passé la plus belle soirée depuis qu’il était à Kiri.

En passant devant l’épicerie de Ocha, il l e salua et partit se coucher le sourire aux lèvres.
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Salle du Feu
» La salle du trône et le château
» Salle d'opération section civile
» La salle de l'argent
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Académie de Kiri-