Partagez | 
 

 Mission de rang D: La tombe d'une mère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Mission de rang D: La tombe d'une mère   Ven 25 Mai - 18:56

J’arrive aux portes du village. Mon senseï m’attend, j’espère être à l’heure. Je n’étais pas certaine d’arriver à temps malgré le fait que je n’ai pas pris la peine de manger avant de partir. Je me dirige vers, qui se trouve devant le poste de garde de la porte principale, et à mesure que la distance entre nous deux se réduit, je remarque qu’il porte sur ses épaules une enfant qui doit avoir environ huit ans.

Takuro me fait un signe de la main au moment où il me voit me détacher de la foule pour le rejoindre. Il semble que finalement je sois à l’heure, puisqu’il ne me fait pas de remarques à ce sujet et commence par faire les présentations.

-Fuki, je te présente Hio. C’est elle que tu devras escorter pour ta mission.

-Quoi, c’est elle que je dois escorter. Je croyais que j’allais avoir une vraie mission, pas du gardiennage d’enfant.

-C’est une vrai mission. Tu devras t’assurer que rien ne lui arrive et qu’elle puisse voir la tombe de sa mère. Je te rappel que c’est ta première mission depuis que tu es genin, on ne peut pas te confier de missions importantes sans que tu ne fasses tes preuves. De toute façon, c’est ça ou ramasser les ordures dans la rivière.


Je croise les bras sur ma poitrine. Je n’aime pas ça, ce n’est pas comme ça que je vais me distinguer ou mettre en pratique ce que j’ai appris à l’académie.

-D’accord, je m’en occupe, mais à ma prochaine mission, je serai peut-être chunin. Alors on verra bien si j’ai encore besoin de faire mes preuves.

Il essaie tant bien que mal de dissimuler son amusement. Je remarque également que la gamine qu’il porte sur ses épaules s’amuse de mon petit coup de gueule. Je me calme.

-Tiens, je t’ai préparé l’ordre de sortie pour pouvoir quitter le village pour la journée, une carte pour t’indiquer l’endroit à atteindre et un panier de sandwich pour le diner.

Il me tend le tout et je vois bien que le type qui s’occupe de contrôler les sorties se fend bien la poire en me voyant prendre le panier de provision. J’avais bien raison, c’est davantage un piquenique qu’une mission. J’aurais peut-être mieux fait de rester couchée, finalement.

-Je sais ce que tu penses, tu crois que ce n’est pas une vrai mission, mais je crois que tu apprendras des choses utiles aujourd‘hui.

-Je ne vois pas vraiment ce que ça pourrait m’apprendre.

-Voyons voir. Si on commençait par le respect de la hiérarchie et de ses ainés.

-Bon, d’accord, pas la peine d’en faire toute une histoire. Je vais le faire.

-Très bien, va présenter l’ordre de mission au poste de contrôle.


Je m’empresse d’obéir pour en finir le plus rapidement possible avec cette histoire. Une fois devant le responsable, je lui présente le document, qu’il lit trop lentement à mon gout. Sa lecture terminée, il avise le panier de sandwich que je porte et se fend d’un sourire à peine dissimulé. Lui aussi doit se moquer intérieurement de moi, une nouvelle recrue qui doit amener une gamine faire un piquenique à l’extérieur du village. Il me rend le document estampillé et en règle pour quitter le village. Une fois ceux-ci rangé dans le panier, en compagnie des sandwichs, je me retourne pour appeler la gamine.

C’est à ce moment que je me rends compte que cette mission sera encore pire que ce que j’avais imaginé. Takuro a disparu, mais la gamine est bien là, se tenant difficilement debout en s’aidant de deux béquilles et les jambes entourées de bandages que je n’avais pas remarqué jusque là. Une fille en béquilles que je dois me trimballer sur le dos, il m’a vraiment bien soigné cette première mission. Alors que je fais mon possible pour me contenir, elle commence à me parler timidement.

-Je… c’est lui qui m’a demandé monter sur ses épaules. Il pensait que ce serait mieux au début.


Le salaud, il avait bien préparé son coup pour que je sois obligé de remplir la mission. Maintenant que la demande de sorti a été approuvée, je ne peux pas revenir en arrière. J’aurais l’air d’une idiote si je refusais de continuer la mission.

- Bon, on ne va pas y passer la journée. Tu vas monter sur mon dos et on devrait y être dans une heure.

Je l’aide à s’installer. À la façon dont elle se tient, je constate que ses jambes ne sont pas seulement cassées, elles sont pratiquement paralysées. Surement le résultat d’une blessure ou d’un accident. Je passe à nouveau devant le poste de contrôle pour sortir du village. Une fois la porte franchi, je me mets en direction de la tombe de la mère de la gamine. Le trajet est long, mais elle garde le silence, d’un côté cela m’arrange. Je n’aurais pas su quoi dire ou de quoi parler. C’est une fois la moitié du chemin traversé que je me rends compte qu’elle dort. Surement depuis que nous sommes partie. Sa respiration est régulière, je n’ai qu’à assurer un peu mieux ma prise pour éviter qu’elle ne tombe.

Cette situation m’est familière. Les instructeurs de l’académie nous avaient déjà fait transporter des sacs de sables sur de plus longues distances. Des sacs de sables plus lourds et qui ne laissaient pas s’échapper une chaleur aussi apaisante dans mon dos. Cette mission n’est pas si horrible que ce à quoi je m’attendais. Pour le moment, rien de désagréable ne s’est encore passé.


***


Nous arrivons enfin au lieu indiqué sur mon plan. Je la dépose sur l’herbe sans la réveiller et me met à chercher la tombe. Celle-ci se trouve dans une clairière à proximité. Un ruisseau coule paresseusement derrière la stèle de pierre. Bien que certain doivent trouver l’endroit magnifique, j’ai du mal à comprendre pourquoi une tombe se trouve dans un endroit aussi reculé. Pas le temps de se poser ce genre de, il faut que j’aille réveiller la gamine.

Elle est toujours là, étendue dans l’herbe. Je la secoue légèrement pour la réveiller. Cette dernière me repousse. Si elle croit s’en sortir de cette façon et continuer sa sieste, alors que j’ai du la porter sur mon dos pour arriver ici.

C’est finalement en atterrissant dans le ruisseau qu’elle se réveille. Ce qui aurait été une meilleure idée si elle avait le contrôle de la partie inférieure de son corps. C’est donc trempé toutes les deux que nous sommes arrivé devant la tombe de sa mère. Elle parce que je l’avais lancé à l’eau, moi parce que j’ai du me porter à son secours avant qu’elle ne se noie.

Je la laisse seul devant la tombe, les morts ne font pas peur, ce sont plutôt ceux qui restent en après qui me mettent mal alaise. Pour tuer le temps en attendant qu’elle est terminée de se recueillir, je commence à inspecter le contenu du panier qu’on m’a remis avant de partir. Rien de bien spéciale de se côté là. Il contenait une nappe que j’étends au sol et plusieurs sandwichs que je mets en évidence pour le moment où celle que j’escorte viendra manger.

Au bout de plusieurs minutes, elle délaisse la tombe pour venir à ma rencontre, d’un pas lent et mal assuré, à l’aide de ses béquilles. Elle s’assoie sur la nappe et prend un sandwich qu’elle commence à dévorer comme si c’était un repas exceptionnel. Alors qu’elle mange, je commence à sentir que le silence devient pesant. Je savais bien que cela finirait par arriver, que je devrais faire la conversation. Mais comme souvent dans ces cas là, je ne sais pas quoi dire ou faire. Je me décide à lancer la première chose qui me vient à l’esprit.

-Pourquoi est-ce que tu as des béquilles?

Elle me lance, toute souriante.

-Pour m’aider à marcher, c’est à ça qu’elles servent.

Évidement. À question stupide, réponse stupide.

-Je veux dire, pourquoi est-ce que tu en a besoin? Tu as eu un accident ou quelque chose comme ça?

Elle est tout de suite moins souriante en me répondant.

-Oui, quelque chose comme ça.

Elle ne semble pas vouloir s’étendre sur le sujet. Je devrais changer de sujet.

-Hum… Alors, c’est Takuro qui te soigne. Je suis certaine qu’avec lui tu remarcheras normalement très bientôt.

-… Personne à part lui ne pense que je pourrai remarcher un jour…

Mais qu’est-ce que j’ai aujourd’hui, je fais gaffe sur gaffe. Maintenant, la gamine ne souris plus du tout et a déposé son sandwich à moitié entamé.

-Toi aussi, personne à part lui ne doit penser que tu peux être réparé. C’est pour ça qu’il s’occupe de toi.

À l’instant, je suis certaine d’avoir vu quelque chose passer dans son regard, comme si elle me scrutait pour voir quelque chose que je ne voyais pas. J’allais commencer à parler, quand un bruit dans les buissons attira mon attention. Je me mets immédiatement entre le bruit et la gamine, comme on nous l’a montré à l’académie. Le bruit se rapproche, les buissons commencent à bouger et je ne sais pas quoi faire. On nous a toujours dit que la mission était le plus important, mais j’ignore quoi faire dans ce genre de situation. Mes jambes ne me répondent plus, mon cœur s’emballe et mes genoux tremblent. C’est donc ça, la panique. Qu’est-ce que je peux faire, je n’ai pas amené d’arme et je suis trop effrayé pour me souvenir des signes à composer pour utiliser une technique de ninjutsu. Même si ce n’était pas le cas, je n’en connais pas suffisamment pour que cela me soit utile, je ne connais que de l’esei et seulement sur le plan théorique. Un filet de sueur coule le long de ma nuque et vient atterrir au sol. La chose dans les buissons, se rapproche encore. Elle va bientôt sortir. Si je dois me battre, je n’ai aucune chance.

Sors alors des buissons un lièvre, un simple lièvre. Je m’écroule au sol, la seule chose qui me faisait tenir debout était cette pression écrasante. Comment cela est-il possible, cela ne me serait jamais arrivé il y deux ans. La peur, je l’avais déjà ressenti après que Takuro ait commencé à s’occuper de ma formation, mais je ne l’avais jamais ressenti de cette façon. Comment les autres font pour supporter ça.

-Nous allons rentrer. Il se fait tard.

Je remets tout dans le panier et prend la gamine sur mon dos. Tout comme à l’aller, elle dort, bien installée alors que je la porte. À nouveau, la chaleur qui se dégage de son corps et apaisante, mais je ressens toujours les contrecoups de la peur dans mon corps. Cela m’inquiète, il faudra que j’en parle à Takuro.


***


De retour au village, un eisei attend devant le poste de contrôle. Il est supposé prendre en charge Hio. Il a un ordre écrit de la main de Takuro. Je ne m’oppose pas, mais j’aurais aimé le voir en personne. Il devait avoir peur que je l’engueule pour m’avoir menti sur certains détails de la mission et aura préféré attendre que je me calme. Mais c’est sur un autre sujet que je voulais le voir. Je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe dans ma tête. La fille au curry et maintenant cette détresse que j’ai ressenti sans raison. C’est trop, est-ce que tout le monde ressent cela et est-ce que j’aurais du le ressentir avant.

-Arg, j’en aie marre. Qu’est-ce qui se passe avec moi.
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Mission de rang D: La tombe d'une mère   Ven 25 Mai - 22:38

Fuki
Mission D validée

+ 10 xp
+ 1 réputation
+ 25£

RP
+ 8 xp

Je pourrais savoir quelles sont-tes disponibilités, par mp, pour un rp sur une mission C ?


La faim justifie les moyens...
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Mission de rang D: Examen Chuunin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Portes du Village-