Partagez | 
 

 Aiko Katsuni E.C

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Aiko Katsuni E.C   Mer 6 Juin - 21:44

Correction des fautes et mise en page en cours

Nom :Katsuni

Prénom : Aiko

Âge :20 ans

Village :Kiri

Affinité :Katon

Grade Envisagé :chuunin

Kekkai Genkai Souhaitée :Katsuni

Comment avez vous connu Ryoma? Tours de jeu

Description Physique.

Bien, par où commencer ? Aiko est une belle et jeune demoiselle mesurant un mètre soixante-douze pour une cinquantaine de kilos, un poids donc quasiment parfait. Elle possède de longs cheveux châtain sublimé d’une touche de marron doré créant un mélange magnifique volant au vent. Ses cheveux longs et lisses, retombe parfois du côté gauche donnant une sorte de longue crinière descendant facilement jusqu’au bas de son dos. Ses cheveux ayant tendances à partir sur le côté gauche peuvent donc cacher la partie gauche de son visage mais dans la plupart des cas elle fait en sorte que tous puissent voir son visage et coiffe ses cheveux pour qu’ils tiennent en place. Ses beaux cheveux sont en permanence détachés, elle aime les voir voler, libres, aux grès du vent. Sa peau est d’une belle couleur, mélangeant une peau d’origine blanche mais non pâle avec un bronzage léger. Les traits de son visage sont très fins, que ça soit aux niveaux de la bouche ou du nez. Elle possède de magnifiques yeux d’un vert pur, un vert tel que celui du jade de chine ou de l’émeraude, d’ailleurs on lui fait souvent ce compliment. Ses yeux portent un regard perçant montrant chez elle une certaine expérience de la vie, ses yeux peuvent encourager à toutes sortes de choses, tantôt il s’agira d’un regard innocent ou bien d’un regard qui en dira long sur ses intentions, cela dépend de la situation dans laquelle Aiko utilise l’arme que constitue son regard. Son corps est mince et non taillé pour les épreuves de force. Elle est très agile et d’une souplesse incroyable, c’est une véritable acrobate XD, cela est dû à ses continuels entrainements de ninja pour garder la forme et une condition physique parfaite nécessaire pour exercer pleinement ses fonctions. Son ventre n’est pas une boule gélatineuse immonde, il est plutôt plat et dénué de graisse, sa silhouette atteint presque la perfection, fine et longue, elle est telle celle des mannequins posant dans divers magazine futile dont les girlys raffolent. Elle possède une poitrine assez généreuse ainsi que d’autre argument « frappant ». Son corps est également marqué de deux étranges tatouages qu’elle possède depuis fort longtemps ; le premier représente un dragon qui n’apparait que lorsque le chakra commence à se concentrer avec force dans le corps d’Aiko ce dragon est rouge et s’étend sur toute la longueur du dos. Ce tatouage est autant mystérieux que particulier, effectivement lorsque l’on regarde de prés ce tatouage semble étrangement prendre de la profondeur et dans un résultat saisissant se dissocier du corps même d’aiko, mais chose encore plus étrange parfois le dragon ne semble pas apparaitre de façon normale, tantôt décalé d’un côté ,parfois il bouge et le plus étonnant de tout : il lui arrive de projeter une ombre, mais après tout, tout ceci n’est peut-être pas qu’un simple effet d’optique, cela pourrait-il être réel ? Le deuxième tatouage est quant à lui moins étrange. Il représente lui aussi un dragon mais celui-ci est au creux de la paume droite de la jeune femme, ce dragon noir est entouré par un cercle de flamme infernale, autours du cercle un pentagramme couvert d’inscription qui parait-il scellerait le mal du dragon démoniaque, ce tatouage reste souvent caché par des élégantes mitaines noies ou par des gants en résille remontant. Parlons maintenant de la tenue vestimentaire de Aiko est bien celle-ci est tellement variable qu’il est impossible de tout énumérer mais les tenues revenant le plus souvent, sont une tenus d’assassin noir moulante pour les missions d’infiltration et d’assassinat ou alors un débardeur simple pour le haut laissant ses épaules nue voir une sorte de corset, pour le bas elle est vêtu la plupart du temps de robes lui laissant une assez grandes liberté de mouvement ou alors de jupes. Il lui arrive aussi parfois de mettre des tenus plus provocantes ou alors la tenue de cérémonial de son clan. Aiko a bien conscience de l’atout que son corps lui offre et n’hésite pas à l’utiliser à tous moment pour obtenir une information par exemple, ou bien pour baisser la garde d’un ennemi qu’elle projette d’assassiner. Grâce a son corps elle pense que les femmes n’ont rien à envier aux hommes et que même si pour elle leurs muscles peuvent paraître moins visibles leur puissance n’en est pas moins diminué, ni leur vitesse et encore moins leur agilité.


Description Psychologique.


Hum, comment définir le caractère d'Aiko, celui-ci est tellement changeant et imprévisible qu'elle semble changer de caractère aussi souvent que de tenues. Son caractère peut varier énormément d'une personne à une autre semblant s'adapter à ce que désire celle-ci. Après tout cela n'est peut-être rien d'autre qu'une simple impression. Enfin toujours est-il que son caractère changeant reste assez difficile à prévoir et donc il est quasiment impossible d'établir une ligne de conduite à laquelle Aiko se tiendrait d'autant plus que la plupart des personnes ne connaissent pas son véritable caractère. Beaucoup de gens pourraient la décrire comme douce, attentionné, serviable voir aimante mais cela n'est rien de plus qu'un masque derrière lequel elle dissimule son véritable caractère bien moi aimable et plutôt fourbe dirons-nous. Son vrai caractère lorsqu'elle décide de le montrer au grand jour et tout à fait le contraire de ce que l'on pourrait penser d'elle et réprimerait bien des personne tentant de l'approcher. Elle est froide et calculatrice et même sadique et ne laisse transparaitre dans la plupart des cas aucunes traces de son véritable caractère à part dans les moments où elle se sent véritablement en sécurité et que montrer sa vraie personnalité ne pourrait compromettre sa sécurité , son statut social ou encore pire de tout la vision, la perception que les autres personnes ont d'elle, car après tout si son vrai caractère est révélé elle ne pourrait plus jouir des mêmes privilèges qu’actuellement et même son aura sensuel naturelle s'en trouverait amoindrie. Aiko a conscience de ses atouts naturels et les exploitent au maximum de leur possibilités, les faisant bien ressortir XD. Elle peut user de son charme afin de soutirer des informations, amadouer des personnes hostiles, obtenir des faveurs diverses et variés ou des cadeaux ou encore même déstabiliser son adversaire grâce a son caractère pouvant paraître doucereux. Ce n'est qu'un fois pris dans sa toile ou dans ses griffes acérés que son vrai caractère se révèle au malheureux qui se retrouve pris au piège sans aucun échappatoire possible car une fois pris dans la toile rien ne peut s'en échapper. Si l'on pouvait comparer Aiko à un animal on la comparerait certainement à la veuve noire. Aiko tout comme cet animal considère son charme comme une arme pour piéger les mâles afin de mieux les dévorer. Seulement la troisième facette du caractère d’aiko, son caractère d’origine mis de côté est le caractère d’une jeune fille gentille, dévoué et généreuse seulement ce caractère ne convenait pas pour ses nouveaux objectifs alors il a était écarté mais peut être ressort-il. (Ne cherche-t-elle pas à contrôler cette entité pour ne pas faire de mal a cause d’elle ?)

Biographie.




Chapitre 1 : le journal du vieil homme

80 years ago … Nous voici revenus à la grande guerre des clans lorsque les clans Uchiha et Senjuu tentaient d'affirmer leurs supériorités dans l’ouest, le clan Katsuni, lui, bataillait ferme à l’est. Luttant pour le contrôle des mers du pays des vagues et de la pluie. Le Clan ne réussit pas sur le temps à affirmer sa supériorité. Bien que doué d’une grande habilité et de pouvoirs mystérieux le clan était trop peu nombreux pour espérer se défaire de tous les autres clans car à 10 ou 20 contre 1 même le meilleur des guerriers ne peut vaincre. Plus le temps passait plus le clan perdait en réputation et en puissance, il devenait de plus en plus minoritaire sur l’échelle de la puissance des nations en lice pour la conquête de l’est. Puis le clan eut vent d’une coalition se formant dans le pays de la pluie. Le clan rejoignit donc cette coalition qui se formait, ils étaient bien conscients que seuls ils n’arriveraient a rien alors cette sorte d’assemblage de clans tombait à point nommé. Le temps passait et la coalition qui formait désormais un grand village baptisé kiri no kuni s’imposait comme maître sur le pays des vagues. Cependant bien qu’étant partie inhérente du village de Kiri. Le clan se trouvait être un peu à l’ écart. Dans une sorte de mini-village non loin, village adapté aux mœurs particulières du clan et où ils pourraient former eux même leurs propres soldats avant de les envoyer étudier à kiri, ainsi ils réuniraient les connaissances du clan et celle du village caché. Selon les coutumes du clan chaque enfant reçoit l’âme d’un dragon qui le guidera et lui permettra d’utiliser pleinement les techniques du clan. Durant les premières années de l’enfant celui-ci apprend à connaitre la nature et le caractère de son dragon et à faire communion avec celui-ci. Plus tard il apprend comment utiliser sa force pour ses besoins. Malheureusement il arrive des fois où l’inverse se produit, des fois où le dragon perfide prend le pas sur l’esprit humain et le soumet à sa volonté, ses personnes sont exécutés dès que possible et le clan fait rapidement disparaitre les traces et les rumeurs. Le clan forme les ninjas d’élites pour kiri, si ses rumeurs se propageaient jusqu'au Kage cela pourrait être dramatique. Au fur et à mesure des années le clan devint de plus en plus solitaire, commençant à avoir des réunions entre les hauts dignitaires de celui-ci, complotant même pour la suprématie sur kiri. Bientôt les ninjas d’élites du clan entreprirent une longue croisade afin de retrouver le sabre mystique du dragon: symbole de l’autorité et de la puissance de leur ancien chef, le plus puissant ninja ayant vu le jour dans le clan. Il était dit dans le clan qu’acquérir ce symbole était le premier pas vers la conquête de kiri puis du pays des vagues en entier. Après une longue absence les ninjas revinrent avec le trésor enfoui dans une malle que seul le grand chef du clan ouvrirai, certains de ceux qui étaient partit n’étaient pas revenus et la souffrance ainsi que la fatigue se lisaient dans les yeux des survivants, récupérer ce trésor n’avais pas dût être chose facile. Le lourd coffre de bois fut déposé au pied du chef qui découvrit dedans un sabre d’une facture exceptionnelle. Une lame magnifique doublée d’ornements on ne peut plus gracieux, son équilibre avait l’air tout aussi incroyable. Il voulut vérifier cela tout de suite et entreprit de soulever le sabre mais au moment où sa main s’approcha de celui-ci une résistance se fit sentir puis une légère décharge de chakra expulsa violemment sa main et le fit tomber à la renverse sur le plancher. Les gardes accoururent autour de lui, tous essayèrent l’un après l’autre de se saisir du sabre mais rien n’y faisait, même résultat à chaque fois. Alors le chef que l’on appelait Atsuro tenta de découvrir le secret du sabre, peut être le coffre le renfermait il ? Plusieurs jours passèrent sans qu’il ne le découvrit, pourtant le sabre l’obsédait, jusqu'à ses rêves les plus secrets. Ce n’est que quelques jours plus tard qu’il découvrit enfin la clef afin de résoudre ce mystère. Par une heureuse coïncidence un membre du clan était venu dénoncer un des membres de l’expédition qui avait récupéré un sceau portant le blason du clan. Celui-ci semblait observer ce sceau chaque soir comme s’il en était obsédé, et au fur à mesure de son comportement étrange, les doutes s’étaient attirés sur sa personne et il fut livré à Atsuro dès qu’il fut découvert. Atsuro en profita pour l’envoyer en mission très dangereuse, une mission à laquelle il ne pouvait survivre mais il ne pouvait non plus la refuser : tel était le châtiment d’Atsuro qui savait pertinemment qu’une exécution attirerait l’attention de Kiri. Une fois le sceau en sa possession il tenta de l’apposer sur le sabre mais une fois encore une décharge le repoussa. Fous de rage Atsuro jeta le coffre à travers la pièce, c’est alors qu’il découvrit dans le fond de celui-ci la marque imprimé sur le sceau. Fou de joie il alla apposer le sceau sur la marque. Une cache s’ouvrit libérant un vieux parchemin étonnement conservé. Le parchemin contenait l’héritage du grand maître. Il expliquait en détail quel dragon avait quel caractère et quelles étaient leurs attributions aux enfants selon leurs naissances. Il décrivait aussi de nombreuses techniques. Cependant dans la liste des âmes de dragons un était répertorié sans périodes appropriés : le dragon noir, à côté de lui seul une note subsistait :
Apportera la félicité où la destruction au clan, pour ma part je suis habité par ce dragon et sa puissance est incommensurable.
Autant que je le sache il fût le seul à être habité par ce dragon et Atsuro comprit enfin pourquoi le sabre le rejetait, il était réservé à ceux nés sous cette étoile. Il décida de sceller le sabre en attendant la venue de celui ou de celle capable de le manier…
Le temps passa, il semblait filer tel le vent tandis que l’héritier du sabre ne se montrait toujours pas, au fil du temps la légende fut oubliée. Lorsque le mystérieux décès d’Atsuro survint la légende fut totalement perdue, ainsi même le vol du katana légendaire ne fut remarqué. Enfin de toute façon la personne qui aurait volé le katana ne pourrait s’en servir sans le sceau. Mais je m’égare je vais continuer de-vous conter cette histoire si passionnante. Ainsi donc le katana fut volé mais étant donné que personne hormis moi ne connaissaient son existence et que plus personne ne se souciait d’un vieillard que l’on disait sénile. Le temps continua donc avec Atsuro deuxième du nom à la tête du clan. Apparemment les envies belliqueuses du père ne se retrouvaient pas chez le fils, celui-ci n’aspirait qu’à la paix. Tout se passa donc très bien, le village connu toute sorte de signe d’opulence jusqu’au jour où un mystérieux guerrier portant un sabre magnifique fit son apparition. Tapis dans ma demeure j’épiais la venue de cet étranger, celui-ci vociférait qu’il voulait le possesseur de l’âme du dragon ocre afin d’accomplir son destin de Légendaire dragon des ténèbres. Le fait que cette personne arrivait à manier le sabre sans son sceau prouvait son appartenance à la lignée des dragons noirs, il fut donc le deuxième dragon noir que j’eus le plaisir ou l’amertume de voir, prenez le comme vous le voulez moi je me dois d’être neutre, après tout je ne fais que relater les faits, je ne suis pas là pour interagir avec et changer le cours de ceux-ci. Les gardes tentèrent d’arrêter l’homme qui je le savais se nommait Astaroth. Les gardes furent rapidement balayés par la puissance qui paraissait sans-bornes du dragon noir. Plus ses adversaires déferlaient sur lui plus son état semblait s’aggraver, pourtant aucun des coups que ses adversaires ne lui portaient ne l’atteignaient. En fait la nature de ses souffrances était toute autre. Il était dévoré de l’intérieur, dévoré par l’omniprésence du dragon noir dans sa tête, celui-ci avait réussi à le posséder, lui mutilant son âme, la déchirant de part en part et son heure était bientôt venu, voilà pourquoi il cherchait absolument à accomplir son destin à cet instant. Bientôt les gardes furent décimés et c’est enfin l’équipe des trois plus puissants guerriers qui fonça sur Astaroth, cette équipe était composée d’Atsuro II et de ses deux gardes d’honneur Yui et Genzo qui était d’ailleurs le couple qui avait engendré le nouveau dragon ocre. Lorsque les sabres allaient s’entrechoquer une onde de choc se fit sentir, celle-ci balaya ma pauvre chaumière. Le toit commença à s’effondrer, nul doute que pour le vieil homme que je suis le temps de fermer le livre était arrivé. Peut-être aurais-je pût éviter ma mort en m’échappant et même cela aurait était facile, mais après tout je suis là pour décrire les événements non pour interférer avec.
La jeune fille laissa s’échapper le livre de ses mains une petite perle coulait de ses yeux, perle qui se transforma en larme qui vint s’écraser contre le plancher.

Chapitre 2 : Dragon Ocre, Dragon noir La naissance du mythe

La jeune fille s’essuya délicatement la joue et l’œil, ne voulant laisser de preuve qu’elle était faible , à partir de ce jour elle avait décidé qu’elle n’aurait plus le droit d’être faible, plus maintenant, plus après ce qu’il s’est passé aujourd’hui … Après ce bref interlude elle décida de saisir un nouvel ouvrage.


« Le dragon noir, le dragon Ocre révélation »

Le dragon noir et le dragon ocre, voilà des dragons bien particuliers qui on fait couler beaucoup de sang des ennemis du clan Katsuni et parfois même des alliés et même de leur propre clan. Avant de vous parler du Dragon Noir je vais commencera vous parler du dragon Ocre. L’âme du Dragon Ocre est délivrée à un membre du clan qui serait né le 29 février. L’âme de ce dragon est réputé pour posséder une grande puissance qu’elle apporte à son « réceptacle » mais elle possède aussi une grande influence dessus, l’âme du possesseur est bien souvent dévorée par le dragon par un manque de concentration. De par sa couleur on pourrait croire que le dragon ocre représenterai l’élément du feu mais la préférence de celui-ci est très variable et est définie à son entrée dans le corps de son possesseur selon les capacités de l’âme et du corps, nul doute que plus les techniques des deux seront proches plus celles-ci serons puissantes. Le dragon ocre est aussi un dragon réputé pour ne pas prêter sa puissance au corps faible préférant les pousser au suicide ou à la démence afin de pouvoir regagner au plus vite son royaume au sein du Mekai et ne pas perdre son temps avec des faibles.

Le dragon Ocre contrairement aux autres âmes ne libère sont pouvoir que progressivement au fils du temps .Il est évident que si toute sa puissance venait à se libérer en un coup le corps frêle d’un humain non suffisamment entrainé se verrait broyer dans les heures qui suivent. Donc au lieu de ça progressivement plus le temps passe plus la puissance du corps augmente plus l’âme du dragon devient présente (ce qui apporte puissance mais aussi une plus grande emprise).

Maintenant abordons le thème du dragon noir. Nous ne savons sur cette âme que malheureusement peu de choses. Le premier et seul réceptacle véritablement reconnu par le clan est le tout premier chef de celui-ci dont la puissance était inégalée au sein du clan. Il est dit que l’âme du dragon noir se transmettrait par une malédiction spécifique portée sur un membre possédant l’âme du dragon ocre. Le dragon noir apporterait un surplus de puissance considérable à son porteur mais il y a un revers de la médaille : tout d’abord le porteur est très vite consumé si son esprit n’est pas assez puissant pour y résister ensuite le problème vient de l’influence du dragon noir sur l’esprit de la victime. Celui-ci peut apparaitre comme une voix dans sa tête la poussant à accomplir les objectifs perfides du dragon noir qui se trouve être très intelligent et sournois. Le problème subsiste aussi de la malédiction en elle-même : Le possédé ne peut mourir qu’en combat et recherche plus ou moins cette mort, cependant à cause de la puissance du dragon noir cette mort est difficile à trouver et c’est pour ça qu’en général les maudits cherche à transmettre au plus tôt leur malédiction et a mourir enfin pour être libéré de ce cauchemar. L’âme du dragon ocre quant à elle subsiste encore dans le corps du possesseur mais se fait bien moins présente dans sa tête laissant la place au dragon noir qui exploite bien mieux cette emprise psychique. Le dragon ocre devient de plus en plus tangible conférant à son possesseur une aide en combat en prenant une forme physique. Aiko allait reposer le livre lorsque, caché à l’intérieur, le sceau du sabre du dragon tomba. Au moment où la jeune demoiselle le toucha une vague de souvenir lui revint.

Flashback :

L’onde de choc balaya tout le village, Aiko qui se trouvait au palais auparavant avec ses parents fut secouée par la brutalité et la soudaineté de celle-ci. Elle se releva pour observer le combat titanesque se déroulant devant elle. Ses parents et le chef Atsuro se battait contre Astaroth et celui-ci semblait dominer le combat. Du chakra noir semblait émaner de son corps consumant ses adversaires aussi bien que lui-même. Il parait et feintait avec une telle rapidité, parade feinte à droite coup d’estoc il serait un véritable génie du sabre. Malgré leur nombre les trois guerriers commençait à vaciller. D’un revers de la main il envoya valser la pauvre Yui. Son mari fou de rage chargea droit sur Astaroth qui para avec facilité le coup et passa sa lame derrière lui la garde appuyée sur sa nuque. Accompagnant le mouvement du sabre il ne put empêcher sa tête de s’écraser sur le genou du maudit. Atsuro faisait désormais face seul il rentra en communion avec son dragon et chargea droit sur son adversaire. Celui-ci pourfendit … l’air le génie des Katsuni était passé derrière lui et lui planta la lame de son katana en plein dos. Astaroth rigola doucement, un rire amer qui découvrait ses dents déjà recouverte de sang, un filet de bave mélangé au sang s’écoula de sa bouche et son corps se plia. Atsuro soulagé commença à lâcher prise mais d’un coup le corps du se raidit et se redressa. Ses yeux avaient désormais une couleur bien étrange variant dans diverses teintes de rouge sombre. D’un coup il retira la lame de son corps et la brisa en repoussant Atsuro. Le génie n’était désormais rien de plus qu’un nourrisson face à un ogre, david face à goliath peu importe la forme vous voyez bien je pense. Astaroth fou de rage saisit son adversaire terrifié, le soulevant quelques centimètres au-dessus du sol . Soudains des flammes noires coururent sur le bras d’Astaroth en direction du chef. Mais au moment où celui-ci allait périr, Yui dans un ultime effort se jeta sur Astaroth qui se contenta de jeter Atsuro au loin pour se retourner vers son nouvel adversaire dont il n’eut aucun mal à se défaire mais au moment où il l’acheva une jeune fille se jeta sur lui. Aveuglé par la perte de sa mère Aiko ne vit pas le danger. L’assassin para son coup d’un geste nonchalant et répliqua d’un mouvement qui ressemblait vaguement à un uppercut. Aiko décolla du sol et s’écrasa lourdement par terre.

« Hum je voie une magnifique haine dans tes yeux, mais malgré toute ta haine tu ne peux pas me vaincre, je voie dans tes yeux que je peux te faire un petit cadeau qui te permettra de me vaincre. Viens je te maudis, fille des Katsuni ».

« Que … Quoi »

Une étrange énergie s’installa dans son corps, son premier réflexe fut de tenter de la refouler puis elle la laissa aller librement dans son corps après tout, elle avait trouvé un moyen de se venger. Seulement, la puissance était trop grande pour la gamine : elle ne pouvait la contrôler. Sa silhouette se métamorphosa, elle prix l’apparence du dragon et à partir de là, ce fut le trou noir. Elle ne souvenait plus de rien, hormis du visage se tordant de douleur d’astaroth et du sourire qu’elle-même arborait devant tant de violence. Horrible, tout cela était horrible, elle venait de pénétrer dans un cauchemar dont elle ne ressortirait de sitôt. Après le drame, son premier réflexe fut d’aller chez le vieil archiviste voir les ouvrages pour se renseigner sur ce qui lui arrivait. Maintenant, elle se remémorait quelque chose, l’intervention de sa mère, Atsuro n’était donc par terre, il devrait se retrouver quelque part dans les décombres, lui, il pourra m’aider, voilà ce que se disait la jeune kunoichi.

Chapitre 3 : mots de l’assassin, quête, destination Kiri

La jeune fille essayait tant bien que mal de fouiller dans ses souvenirs pour savoir à peu près dans quel point Atsuro avait atterri. Elle le retrouva ensevelis sous de nombreux décors, son pouls était faible mais encore présent, il n’allait pas tarder à décéder des suites de ses blessures. Ses yeux se rouvrirent brusquement lorsque la paume d’Aiko effleura sa joue. Il s’agrippa à elle et plongea ses yeux dans les siens tel que l’aurait fait un damné.

« Ma petite Aiko tu es encore en vie, qu’est-il arrivé à ce monstre ? Que t’as t’il fait ? »

« Ne craignez rien Maitre si je suis encore la seule en vie je promets de faire mon possible pour faire rejaillir l’honneur du clan de ses cendres »

« Ma petite … Désormais j’ai vue en toi que tu étais habité par le dragon noir, celui-ci essaiera de te contrôler, de se servir de toi, ne le laisse jamais faire, combats le et garde le contrôle, approche ton bras je vais te donner quelque chose qui t’y aideras »

Dans un ultime effort il se releva et saisit le bras d’Aiko. Il composa vivement quelques signes et apposa sa main ensanglanté sur la jeune femme. De sa paume se forma un sceau très complexe qui empêcherait un minimum l’influence du dragon noir et surtout qui permettrait de ne pas libérer sa puissance d’un seul coup mais au fur et à mesure. C’est ainsi que Aiko fut marqué de son second tatouage à la paume. Avant de mourir le vieil homme déclara à Aiko qu’elle devait se rendre à Kiri les prévenir de ce qui c’était passé ici et reconstruire sa vie là-bas afin de renaitre encore une fois avec l’aide du village caché du sang. La jeune ninja allait donc commencer son long périple. Elle commença d’abord, comme son sens de l’honneur lui ordonnait, par constituer un cimetière pour offrir une sépulture décente à tous les morts. Au moment d’enterrer l’assassin la jeune femme pris son épée bien sur mais remarqua qu’un carnet se trouvait dans sa poche. Elle enterra le cadavre et entreprit de commencer la lecture.

Journal De Senguuu rebaptisé Atsaroth .

Année 12 mois 11 jours 16
Cela fait aujourd’hui 12 ans que je me suis rebaptisé astaroth.
Depuis que je suis petit je me sens différent, mon tatouage dans le dos n’a rien de commun avec les autres enfants du clan, on dit de moi que je suis un prodige que je suis un élu pourtant je ne sens aucune gloire. Les seules choses que je ressens envers moi sont la haine, la jalousie, l’amertume et voire même la xénophobie. Aujourd'hui j’ai décidé de savoir pourquoi les gens me traitent ainsi. Cette nuit je m’introduirai dans le local de l’archiviste et consulterai les ouvrages. Ainsi je serais pourquoi enfin …

Année 12 mois 11 jours 18
De nombreuses nuits j’ai répété l’opération et maintenant j’ai enfin compris, je suis un héritier du dragon ocre, ils sont tous jaloux de moi car je pourrais obtenir la puissance du dragon noir ainsi que du dragon ocre et pas eux. Je vais leur montrer moi quelle puissance m'habite et leur rabattre le caquet a tous ceux qui ont osé me mépriser ainsi …

Année 12 mois 12 jours 3
J’ai ouïe dire des commères du village que tapis dans la grotte sombre au nord se trouvait une créature malfaisante terrorisant les villageois alentours. Certains groupes ont étaient envoyés en exploration mais ne sont jamais revenu. Tous ceux passés aux alentours de la grotte s’accordent à dire qu’il s’agirait d’un dragon qui aurait la couleur de l’ébène. Tout porte à me faire croire qu’il s’agirait du dragon noir qui m’apportera ma revanche. Les dieux jouent en ma faveur aujourd’hui je me prépare, demain je pars, et après-demain je prendrais ma revanche.

Année 12 mois 12 jour 4, matin.
Ca y’est je suis fin prêt. Je suis à l’aube d’une revanche, je vais acquérir ce pouvoir, le maitriser et écraser ce clan qui me méprisait et me jalousait. Tous vont gouter à ma fureur vengeresse, moi Astaroth je vais les balayer, frapper au moment où ils s’y attendent le moins.

Année 12 mois 12 jours 4 après midi.
Me voilà arrivé face à la grotte au terme d’une longue expédition, je vérifie mes armes je suis au top, que le dragon noir s’amène je le dominerai. Il fait sombre ici dans la pénombre je distingue une forme humanoïde je vais m’en approcher pour voir de quoi il s’agit …

Année 12 mois 12 jours 4 soir.
La forme humanoïde se trouvait bien être un homme. Il appartenait au clan Katsuni, il s’est montré agressif et m’a défié en combat singulier. Il m’a paru puissant mais en même temps faible, cruel mais suppliant. Maintes fois il m’a demandé de le libérer de sa malédiction. Effaré par tant de puissance je ne pus accéder à sa supplique. Au bout de quelques minutes de combat comprenant que je ne pourrais le vaincre il me transmit sont pouvoir, qu’il appelait malédiction, et se donna la mort. Il était enfin libéré avait-il dit.

Année 12 mois 12 jours 5 matin.
L’écriture était tremblante. L'écrivain semblait effrayer au moment où il écrivit ce passage.

Je ne comprends pas, sa puissance me dépasse totalement … Hier soir j’ai proféré destructions sans même pouvoir intervenir, je ne contrôlais rien vraiment rien. En plus de cela je sens qu’il prend de plus en plus de place de mon esprit, me contrôlerait-il de l’intérieur ? C’est impossible pourtant, ne suis-je pas l’élu qui devrait pouvoir le contrôler à ma guise, n’aurais-je jamais ma revanche ? A partir de ce jour j’ai décidé que je m’entrainerai à maitriser cette force et lorsque je la maitriserai suffisamment j’irais à la rencontre des membres du clan et je les écraserai.
A partir de la de nombreuses pages sont arrachées, le journal reprend ici.
Année 20 mois 10 jours 6
J’ai enfin compris comment maitriser la puissance effroyable du dragon noir. Ma revanche est enfin arrivée, je n’ai qu’à tendre la main et je l’aurai. J’ai entendu dire que le clan coulait des jours heureux, à mon avis cela ne vas pas durer longtemps. J’ai dévalé la pente avec une vitesse incroyable pour me retrouver à l’entrée du village face à mon destin et face au leur, peut être un guerrier digne d’intérêt me combattra en ce lieu celà serai merveilleux mais je doute fort qu’il n’y en ait un ici. Nous voici venus au jour où le clan Katsuni est tombé.

Le journal s’arrête ici mais il reste encore des pages vierges. La kunoichi le pris, elle pourrait raconter son voyage si l’envie le lui prenais. Maintenant les besognes accomplis et les renseignements acquis elle savait ce qu’elle devait faire.
1 : Prévenir Kiri.
2 : Apprendre à contrôler ses émotions pour maitriser la puissance du dragon noir.

Chapitre 4 : le voyage le viol et la perte de contrôle.

Aiko se mit donc en route vers le village de kiri no kuni. La route bien que pas très longue promettait son lot d’embuche pour la jeune kunoichi. De nombreux brigands auraient envahis ces contrés sauvages entre le village de kiri et celui des Katsuni. Le crépuscule naissant donnait un étrange effet sur le visage d’Aiko, on aurait presque dit une incarnation diabolique, nuls doute que le dragon noir commençait déjà à étendre son influence néfaste en elle. Elle alluma rapidement une torche et parti en direction de kiri, suivre la brise maritime pour rejoindre kiri simple non ?
Aiko choisit de passer par un bois préférant ne pas s’attarder près des chemins la nuit, on est jamais à l’ abri d’une mauvaise rencontre mais elle ne craignait pas pour sa vie mais pour celle de ses agresseurs qui, s’ils rencontraient la puissance du dragon noir, pourraient bien ne plus jamais rien voir n’y rencontrer dans leurs vies.
La marche était éreintante les obstacles naturels étaient bien trop nombreux pour pouvoir passer directement sans déblayer quelque peu. AIko avançait donc en faisant de grand moulinet à la main, cela la fatiguait mais c’était le seul moyen. Plusieurs fois l’idée d’utiliser un katon ou même son compagnon dragon afin de brûler la forêt pour avancer plus vite lui vinrent à l’esprit mais elle réprima bien vite ses pensées, elle savait que ce n’était pas les siennes, il essayait de la pousser à la haine mais elle se contrôlerait. Au bout de quelques heures de marche Aiko n’en put plus, elle s’assit dans l’herbe et commença à regarder ses provisions. Malheur le sac était éventré, sans doute une ronce ou une branche qui se serait pris dedans sans qu’elle s’en aperçoive.

*Pourquoi ne chasserais tu pas un animal dans son sommeil cela serait si facile et si délicieux *

*Non vas t’en laisse mes pensées tranquilles*

Réprimant une nouvelle fois son maudit compagnon d’âme, elle décida de suivre un sentier qu’elle découvrit derrière un bosquet. Elle le suivit et cela la mena hors de la foret sur un chemin d’aspect assez délabré mais déjà plus praticable que les sentiers boueux de la foret. Non loin de là après quelques altercations avec des animaux nocturnes ayant un peu de mal à comprendre qu’elle n’était pas encore morte. Rhalala la salle bête. Aiko arriva en vue d’une bâtisse à l’aspect quelque peu délabrée mais bon c’était mieux que rien, d’autant plus que le ciel commençait à se couvrir et qu’y a-t-il de plus inquiétant que des nuages dans une nuit noire. Aiko entra dedans. Elle fut accueillie par un aubergiste ventripotent vêtu d’un tablier souillé par de nombreuses taches de graisse et de sang ? Certainement qu’il découpait lui-même ses plats miteux. Le propriétaire l’accueillit d’un large sourire.

« Que vient faire une si jolie demoiselle dans notre magnifique auberge ? »

« Je suis en voyage et j’ai était surpris par la tombée de la nuit, pourriez-vous me proposez logis et couvert pour aujourd’hui ? »

« Bien sur ma jeune demoiselle, je vous apporte le plat du jour, Rognons et langue de Bœuf accompagné de carottes sautés, cela feras 3 ryos »

« Merci bien »

Dans le fond de l’auberge deux individus à la mine patibulaire lorgnaient l’épée, la bourse et autre chose chez la jeune demoiselle. Après avoir pris son repas, la jeune Katsuni fonça directement à sa chambre pour se reposer, la journée avait était bien trop longue à son gout et elle ne réalisait pas encore la perte de sa famille.
Son rêve se métamorphosa vite en cauchemar. Dans son songe elle aperçut un énorme dragon à la couleur d’ébène qui la croque lui répétant qu’elle était toute entière à lui, qu’il avait le contrôle sur elle. Celle-ci lui répondait désespérément que c’était faux qu’elle pouvait le maitrisait si elle le voulait vraiment, qu’elle y arriverait, qu’elle deviendrait plus forte …
Soudain elle se réveilla, le jour n’étais pas levé mais une chose lui parut étrange. Le décor elle n’était plus dans sa chambre et puis cette sensation de douleur dans les poignées elle était ligotée, elle comprenait peu à peu ce qui s’était passé, elle avait était droguée, elle se retrouvait nue face aux deux hommes patibulaires.




Chapitre 5 : La machination du dragon noir, nouvelle page, Kiri no kuni

La jeune fille approchait de plus en plus de kiri no kuni, cela se sentait la brume se faisait de plus en plus épaisse, bientôt la jeunette n’y verrait plus grand-chose, heureusement que dans le pays les apparitions de brume comme celle-ci était fréquente sinon elle n’aurait jamais retrouvé son chemin parmi un tel nuage de brume, et étrangement cette brume apportait une odeur dans la brise, une odeur de sang et de sueur ainsi que l’odeur beaucoup plus subtile des larmes. Elle continua d’approcher et arriva finalement devant les portes lourdes de kiri. Dés qu’elle tenta de s’approcher elle fut intercepté par un garde qui lui demanda ce qu’elle venait faire dans ce magnifique village qu’est kiri no kuni. Au moment où elle voulut répondre son esprit se brouilla, elle ne se souvint plus du tout.

« Heu attendez que je me rappelle j’avais un message à vous transmettre »

Aiko fouilla dans sa mémoire mais elle ne trouvait pas. Alors qu’elle allait se résigner elle pénétra comme dans une autre dimension. Là elle se trouva face au Dragon Noir. Celui-ci était tellement imposant bien plus que lorsqu’elle se métamorphosait.

« Vous qu’avez-vous fait de mes souvenirs ? »

« Tes souvenirs je te les ai emprunté pour que tu puisses écouter ma proposition jeune kunoichi, dans ton intérêt et dans le mien »

« Je n’ai rien à faire de tes propositions douteuses démon, je vais me faire maitresse de toi et te voler ta puissance. Je la dompterais »

« Arrête de rêver tu sais bien que tout ceci t’est impossible, tu ne voie pas comment je prends contrôle de toi ces derniers temps et comment j’interfère dans ton esprit ? Ne souhaites-tu pas être libéré de cette malédiction ? »

« Très bien qu’elle est votre proposition ? Si elle ne me plait pas sachez que je révélerais tout aux autorités et qu’ils trouveront un moyen de te tuer »

« Ne dis pas de sottise s’ils me tuent tu mourras aussi la seule solution serait que je m’éloigne de mon gré mais bon. Voilà ma proposition : Je vais arrêter d’interférer quelque peu dans ton esprit et te prêter ma force le temps que tu ne deviennes plus forte. Ainsi en devenant plus forte tu pourras redorer le blason de ton clan et tu n’auras plus besoin de moi »

« Et toi qu’y gagneras tu ? »

« Et bien vois-tu je ne suis pas de mon plein gré dans des corps frêles d’humains je préfère mon royaume dans le Mekai et si tu deviens assez forte pour ne plus avoir besoin de moi alors je pourrais m’en aller tranquillement »

« Très bien scellons notre accord »

« Voici l’accord : Toi Aiko Katsuni deviendras plus forte et durant cette période je te prêterais de mon pouvoir en échange tu me promets que lorsque ta puissance sera assez élevé tu me laisseras retourner dans le mekai si je le désire. ACCORD SCELLE ! »

« Accord scellé. »

Ce que Aiko ne savait pas c’est que l’accord favorisait les deux parties mais pas comme elle le croyait. Le vrai but du dragon noir était d’abord d’obtenir un corps puissant, une fois le corps de Aiko façonné et ses talents polis, il en prendrait le contrôle afin d’imposer sa suprématie. Plan abject n’est-il pas ?

Retour monde normal

« Moi je suis du clan Katsuni, le clan m’envoie à kiri pour le servir comme l’indique notre accord »

Elle ôta sa veste laissant apparaitre son tatouage dans le dos nu, prouvant son appartenance au clan. Le garde la laissa passer et elle prit gout à regarder le visage qui semblait délicieux du jeune homme peut être s’amuserait elle avec lui pour avoir quelques informations sur Kiri mais en attendant elle chercherait la puissance.
Journal D’Aiko Katsuni

Année 1 Mois 1 Jours 1

Aujourd’hui une nouvelle page s’ouvre celle de Nout’an(ombre de l’âme). Désormais celà sera mon nom. Mon seul objectif à présent est la puissance, peu importe l’honneur, peu importe la lâcheté ou la tromperie peu importe tout, je dois obtenir de la puissance, pour mon clan pour la mémoire de mes parents et pour chasser ce dragon noir ainsi personne ne vivra plus ce calvaire, cette malédiction. Désormais le livre se ferme pour Aiko c’est Nout’an qui prend le relais.


Correction des fautes et mise en page en cours
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Aiko Katsuni E.C   Jeu 14 Juin - 13:05

Chapitre 6 : Chuunin ? Une Famille ? Hésitation…
La jeune fille suivit le garde dans les dédales des ruelles de Kiri, leurs pas convergeait vers un bâtiment impressionnant qui semblait trônait au centre de la ville, elle apprit par le garde qu’il s’agissait des bureaux des haut représentant du village de la brume. Au fur et à mesure qu’ils approchaient, une question à laquelle Aiko n’avait jamais prêté attention refit surface, une question qui pourrait changer ses plans vis-à-vis de Kiri.

« Hum, Dites-moi, vous qui gardait la portes vous devez être au courent de pas mal de chose sur kiri non ? Vous étiez de faction ces derniers jours ? »
« Hum, ma foi oui nous les gardes voyons pas mal de choses étranges de plus on discute pas mal entre nous. Et de vous à moi des choses étranges dans un village caché il y en a beaucoup et sans me vanté je dirais que je suis au courant de beaucoup des secrets d’ici, mais peut être pourrions-nous en discuter devant un verre, je connais une échoppe ou ils servent un de ces sake »

*Hum c’est bien ce que je pensais, les Hommes possèdent tous les mêmes faiblesses, à moi de les exploiter*


Comme il la regardait et ne semblait pas insensible à son charme elle s’approchât de lui, lui susurrant presque à l’oreille.

« Et vous qui avez l’air d’avoir le regard si perçant, rien ne vous échapperez, n’auriez-vous pas vu un autre membre de mon clan entrer à Kiri ? »
« Non, je ne crois pas, mais je pourrais me renseigner, c’est important ? »
« Assez oui, mais pas plus que mon entrevue avec le Kage et je crois que nous sommes arrivé. »
« Oui, c’est exact, soyez respectueux quand vous serai devant lui c’est un grand Homme, le plus grand de kiri il est bon et bienveillant »

Il allait partir quand elle l’interpellât une nouvelle fois, l’embrassant sur la joue en une promesse d’une retrouvaille prochaine elle s’assurait que sa collecte d’information serait fructueuse. Mais pour l’instant elle devait se concentrer sur sa rencontrer avec le mizukage. Elle réfléchissait sur ce qu’elle allait bien pouvoir lui dire lorsque la porte s’ouvrit de l’intérieur. Un homme de forte stature en sortit revêtu d’une armure en sortit.

« Aiko Katsuni, le mizukage va vous recevoir, j’espère que votre information est importante, Shinji est très occupé en ce moment »


Il se détourna de l’encadrement et la suivit de prés dans la pièce. Elle entra dans un bureau richement décoré. Au centre de la pièce penché sur de nombreux parchemins qui emplissait son bureau se tenait un homme de forte stature, la première impression qu’Aiko eut de lui fut qu’il rayonnait, il avait une aura de puissance tout en semblant disposer d’une grande sagesse, un chef parmi les chefs, il était enfin en face d’elle le mizukage, Shinji Azechi…

« Approche jeune fille, il me semble que tu as des informations pour moi de la première importance, ton chakra en dis déjà long et je sais que tu appartiens au clan Katsuni, ils ont un chakra si particulier. »

« Et bien maître je dois vous apportez une triste nouvelle, je crains que le clan Katsuni ne sois plus … Il y a quelques jours de cela le clan a était attaqué par un psychopathe doté d’une puissance folle et tout le village fut rasé entièrement, toute ma famille et tous les membres de notre communauté sont… mort »

Finit elle dans un sanglot contrôlé, vrai tristesse ou atout pour attirer la compassion, nul n’aurait su le dire tellement elle jouait son rôle à la perfection.

*Ne leur révélé pas que c’est toi qui as tué l’assassin, personne ne doit soupçonner mon existence sinon ils t’embarrasseront de nombres de question et se poseront des questions sur ta stabilité et tu n’accéderas jamais à la puissance que tu convoite pour te débarrasser de moi*


Même si elle rechignait à écouter cette voix qui résonnait dans sa tête, elle savait qu’elle avait raison et dû se résigner à ne pas avoir le choix, sensation qu’elle allait désormais retrouver de nombreuses fois.
« L’assassin fut finalement éliminé grâce à l’action conjointe de mes deux parents et de notre chef Atsuro mais à quelle prix, aucun n’en réchappa et je crains d’être désormais la seul survivante de notre clan … »

« Hum c’est en effet une grave nouvelle, jeune fille, mais même si le clan n’est plus et que vous êtes effectivement la dernière survivante, l’accord qui unit kiri et vous sera respecté et comme stipulé dans le contrat vous servirez désormais le village de la brume et en échange de quoi nous continuerons votre formation, évidement vous avez déjà reçu votre formation initial dans votre village et vous n'allait donc pas commencez en bas de l’échelle mais en tant que ninja de classe intermédiaire, autrement dit, un chuunin, de lourde responsabilité planeront sur vous dès lors, montrez-vous en dignes. »
« Concernant votre famille j’en suis attristé mais je ne peux rien y faire hormis une chose, voyez-vous à kiri nous sommes tous unis pour la défense et l’amour de notre village, je sais que cela ne remplacera pas vos parents mais si vous vous montrez respectueux et aimant avec les villageois et les autres shinobis ils seront votre nouvelle famille, après tout vous êtes maintenant une fille de la brume »

A ses mots elle ne put s’empêcher de sangloter, elle ne s’était pas attendu a tant de bonté et cela faisait voler en éclat ses résolutions, si elle leurs disaient la vérité sur sa malédiction peut être pourraient-ils l’aider, mais non elle devait être forte, s’il s’agissait d’une attitude de façade ça pourrait avoir de fâcheuse conséquence, elle devait garder le secret, avant d’en savoir plus au moins ….

« Vous pouvez y allez à présent, on va tacher de vous trouver un logement et une affectation, en attendant visitez notre beau village »


C’est troublé qu’elle quitta le bureau du kage et elle commençât à errer sans but dans les ruelles de kiri, on lui avait dit de passer au poste de garde dans la soirée qu’on y aurait déposé une lettre pour elle avec une clé et une occupation. Maintenant qu’elle avait accompli sa mission première, elle se sentait étrangement vide, comme une coquille sans substance, elle continua de marcher vers une destination qui n’existait pas en attendant le soir, elle serait peut-être plus en forme une fois qu’elle saurait ou aller et peut être encore plus une fois qu’elle aurait vu le beau garde, qui sait, un peu de distraction ne fait jamais de mal…

MessageSujet: Re: Aiko Katsuni E.C   Jeu 14 Juin - 19:32

Donc après discutions et où nous sommes tombé d'accord, il est préférable que je te valide Genin que je te fasse la morale sur le chuunin et que ta motivation baisse en chute libre. Le grade genin est vraiment (a mes yeux) meilleurs pour débuter dans ryoma.

Aiko: +55 Exp

Accepté comme Genin.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
\\\"La mort n\\\'est que le visage caché de l\\\'Homme\\\"
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Aiko Katsuni E.C   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aiko Katsuni E.C
» Aiko Tinuviel [EN CONSTRUCTION]
» Tom Aiko, fiche de présentation. [EN COURS]
» Jeu dangereux...
» Une bande se forme [Suite, mission rang A max] [Genki, Dan, Aiko and Lucifer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-