Partagez | 
 

 [18+] Rencontre sous la lune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: [18+] Rencontre sous la lune   Ven 15 Juin - 0:18

Une semaine déjà s’était écoulé depuis l’arrivée d’Aiko à kiri et elle n’avait toujours pas plus de but que lors des premiers instants qui avait suivi son entrevue avec le mizukage. On lui avait dit qu’elle recevrait un logement et une affectation. Pour ce qui était du logement elle l’avait eu le soir même ainsi qu’un vêtement de ninja qu’elle avait d’ailleurs pris un malin plaisir à essayer directement devant le corps de garde … mais pour ce qui est de l’affectation, à part quelque démonstrations devant les aspirants et quelques cours dispensé a l’académie par les chuunin, tout était d’un ennui mortel. Aucune mission ne s’était présenté à elle et malgré ses efforts elle n'arrivait pas à se motiver pour s’entrainer, si seulement elle connaissait au moins une personne dans ce village étranger, une personne avec qui échanger …
Elle revoyait sa mère et son père, ils étaient vêtus des tenues cérémonielle du clan et arborait un large sourire, c’était un moment de grande fierté pour eux, le passage de leur fille unique à l’âge adulte, le rituel de l’accomplissement et de l’union, un jour de grande fête dans le village. Elle vit une dernière fois l’image puis tout s’assombrit. Une nouvelle forme émergea de l’ombre, une forme qu’elle ne connaissait que trop bien maintenant, une silhouette qui resterait a jamais gravé dans sa mémoire celle de l’assassin, Astaroth le maudit, celui à cause de qui sa peine avait apparu. Il riait, la raillant sur sa faiblesse et son incapacité à maitriser son nouvel ennemi intérieur. Puis cette image aussi commençât à s’estomper, peut a peut le silence ambiant se changea en une mélodie aigue exaspérante.
Bip Bip Bip
Puis tout devint noir…
Bip Bip Bip
Et enfin un grand flash blanc suivit de quelques points de couleur et … un plafond d’un noir uni.

*Je ne reconnais pas se plafond … ha c’est vrais je ne suis plus dans ma chambre … Un nouvel environnement apporte toujours un nouveau plafond. Hum cela semblait si réel, heureusement ce n’était qu’un mauvais rêve*


Pourtant une voix dans sa tête lui suggérait qu’il ne s’agissait peut être pas d’un rêve mais d’un juste rappel à la réalité. Machinalement la jeune kunoichi se leva et commençât à s’habiller, l’après-midi était déjà avancée et elle n’avait encore rien de prévus aujourd’hui. Encore une journée à déambuler parmi les ruelles …
Elle sortit peu de temps après et entreprit d’aller à l’académie observer les aspirants, son passetemps le plus intéressant à l’heure actuelle … Elle continua sa journée par une errance sans but, le peu de personne qui posait le regard sur elle la considérait avec le mépris que l’on adresse aux inconnus par ses temps troublait de guerre civil et de coups d’états en tout genre, même les quelques ninja assez haut gradé pour savoir qui elle était ne la regardait qu’avec la crainte que l’on éprouve face à une personne du clan katsuni, une crainte de voir une personne possédant des pouvoirs héréditaires que trop de personne trouvaient instables.

*Je suis toujours une étrangère pour eux, Shinjin a eu beau dire que j’appartenais à leur famille maintenant, je ne suis qu’une géne pour eux… une bombe à retardement et s’il savait à quelle point leur crainte était justifié que ferait-il ? Me rejetterait il encore plus ? Ne trouverais-je personne pour me considérer d’un œil neuf ? *

Au fur et à mesure que le soleil déclinait dans le ciel elle se dirigeât vers les abords du village et les lieux pour l’entrainement des shinobis. Il faisait déjà nuit quand elle arrivât aux zones d’entrainement près des lacs et sachant qu’elle ne trouverait pas le sommeil cette nuit-là elle commençât à faire quelques exercices sans grande conviction.
Au bout de quelque temps l’ennuie la gagna de nouveau, la lune était désormais pleine dans le ciel et se reflétait dans un magnifique éclat argenté dans le lac. Pour se rafraîchir elle commençât à s’approcher du lac, sans trop comprendre pourquoi elle se sentait attirer par le reflet de la lune et elle avançait, le regard perdu dans l’horizon. C’est en commençant à se dévêtir qu’elle l’aperçut, il se tenait dans le lac et semblait nus, lui aussi le regard dans le vague, un regard qui semblait lourd lui aussi. Elle ne sut pourquoi mais le sentiment de dégout qu’elle éprouvait habituellement pour les hommes qu’elle estimait tous pareil et qui l’a poussé à les manipuler n’avait pas cour sur lui.
Sans trop savoir pourquoi non plus elle se risqua à s’approcher un peu plus, il ne semblait pas la voir et elle s’hasarda à l’interpeller alors qu’elle était dans les eaux peut profonde du la.

«Hem, bonjours ! »
« Je ne vous ai jamais vu dans le coin, vous venez souvent vous baigner la nuit dans cette tenue ? »

MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Ven 15 Juin - 3:55

Sa main était couverte de cloque et de brûlure plus ou mins grave. Les éclairs qui venaient la frapper inlassablement, lui causant des dommages horrible que l'homme se devait de résister pour maîtriser son art. Le raikiri sifflait sur le terrain d’entraînement, les jeunes élèves c'étaient reculé pour éviter le courant électrique que produisait la technique. Un chant d'oiseau, voilà ce que l'on pouvait entendre, si cette technique n'était pas aussi destructrice, on pourrait croire qu'elle était magique et bien faisant. Mais la foudre n'était pas fait pour guérir, au contraire, elle était faite pour détruire. Au contact entre le bois et la foudre, le mannequin vola en éclat, arrosant le terrain d’entraînement de débris qui heurta violemment un élève lui perforant le bras. L'assemblée d'élève se réunit autour de ce pauvre garçon qui hurlait de martyre. L'un d'eux courra le plus vite possible à l’amphithéâtre médicale alors que Ookami resta de marbre devant le spectacle. Il était concentré sur sa main, celle-ci fumé, il avait du mal à plier les doigts et le simple fait de souffler dessus lui procurait une douleur insoutenable. Il y a des techniques où pour causer un maximum de dégâts, il fallait être prêt à perdre soit même quelque chose.

Un professeur arriva en courant ne se préoccupant que du blessé. Elle demanda à quelqu'un de soulever la tête de l'enfant pendant qu'elle l’ausculté. Puis sans même prévenir, elle tira sec sur le morceaux pour l'enlever de la chair, ce qui causa de nouveau hurlement. Ookami regardait la scène, plus pour savoir comment s'y prenait un Eisei plutôt que par compassion pour sa « victime ». Une lueur verte brillait des mains de la professeure, une lueur un peu comme le Raikiri, mais en beaucoup plus doux, cela se voyait qu'elle était faite pour guérir et apaiser les mots. Mais un Eisei avait ses limites, il pouvait arrêter l’hémorragie, empêcher des complications, mais il ne pouvait pas reconstruire les tissus ou empêcher la mort. Alors, plusieurs élèves portèrent le garçon jusqu'à l’hôpital. Ookami ne fit rien, il se foutait complètement des conséquences qu'avait eut sa technique. Mais cela ne devait pas être au goût de tout le monde. La Professeur vint à sa rencontre, d'un air intéressé elle regarda la main encore fumante de l'homme qui devait certainement sentir la chair brûlé. Il ne fallait pas être un génie pour se douter de l'origine des blessures et de la souffrance que ressentait l'homme, mais il en avait l'habitude, il suffisait de jeter un œil à son dos pour savoir que la souffrance avait sans doute était sa meilleure amie. Finalement, elle fit signe à l'homme de la suivre. Etant persuader de passer un sale quart-d'heure pour avoir pratiqué une technique dangereuse en présence de jeune étudiant et pour avoir bléssé l'un d'eux, l'homme la suivit sans réelle motivation.

Ils arrivèrent dans ce qui semblait une petite infirmerie où un lit avait prit place au fond de la pièce à côté d'une fenêtre, un petit plan de travail avec au dessus une armoire contenant les médicaments, un petit renfoncement ou un tringle était disponible pour prendre ses habits et bien sûr le traditionnelle tabouret à roulette que les médecins aimaient user. Elle ne parlait pas, mais fit signe à Ookami de s'asseoir sur le lit, chose qu'il entreprit. Il était persuadé à présent qu'elle n'était pas la pour l'emmerder, mais bien pour le soigner. Elle s'empara de bandelettes dans lesquels elle versa une pommade nauséabonde. Ookami le savait, ce n'était pas l'odeur qui faisait la marchandise, généralement ce qui puait était efficace. Lorsqu'elle impliqua les bandes, il put sentir une chaleur rassurante, ça le détendit et il sourit à la prof, chose rare pour l'homme. Il lui dit merci, elle lui sourit. Elle ne savait pas parler et elle lui fit comprendre. Ce n'était pas commun surtout venant d'un médecin, mais Ookami ne lui donnait pas sa pitié, car ce n'était pas ce qu'elle voulait. Il la laissa alors à son travail et il quitta le village en direction du lac où il prenait l'habitude de se baigner.

Les portes de Kiri était fécile lorsque vous portiez le bandeau, mais surtout c'était la porte qui menait vers les lacs, la zone d’entraînement des shinobi du village de la brume. Il n'y avait aucune échappatoire car un avant poste se trouvait un peu plus loin et que des deux autres côtés étaient la mer. Alors il n'y avait aucun risque pour qu'un petit malin déciderait subitement de déserter. L'homme marchait d'un pas lent. Il n'avait aucune raison de se presser. Il n'y avait personne qui l'attendait chez lui, hormis une maison vide qui sombrait dans l'obscurité. Cela faisait déjà plusieurs nuits qu'il dormait dehors à la belle étoile profitant de l'air marin et du ciel étoilé. Il aimait cela, voir la lune se reflétait dans l'eau, jeter des cailloux créant des vagues... Des petites choses simple de la vie qu'il n'avait pas forcément pu faire pendant son enfance.

Il était arrivé, la lune était déjà présent dans le ciel à présent sombre. Sans attendre de reste, il se découvrit, laissant tomber veste, pantalon, chaussette et même sous-vêtement. Jamais personne n'était venu le déranger depuis tout ce temps qu'il venait ici et même si quelqu'un venait, il y a de forte chance que ce n'était pas la première fois qu'elle rencontre quelqu'un se baigner. Il trempa tout d'abord son pied pour prendre la température de l'eau. Elle était fraîche, sans doute pas plus de treize degrés, le genre de température qui vous fait claquer les dents si vous vous y trempez pas complètement. Mais Ookami connaissait tout cela, l’hypothermie l'avait un jour guetté mais les conditions étaient alors beaucoup plus sévère et impardonnable. Il s'était avancé jusqu'à plongé ses parties génitales dans l'eau, une partie de ses fesses étaient encore en dehors, mais l'homme n'était pas pressé, il jouait avec son reflet qui se trouvait au centre de celui de la lune, un moment qu'il adorait particulièrement. Mais comme tout bon moment, il fallait qu'il soit dérangé. Une femme l'interpella. Ookami ne la regarda pas tout d'abord, mais il fut obliger par soucis de politesse d'observer son interlocutrice à un moment. D'ordinaire, jamais je n'aurais pu remarquer son teint allée, mais la lune était parfaitement alignée sur elle ce qui me permettait de l'observer comme en plein jour. Elle était assez grande pour femme, athlétique, une chevelure longue et d'un brun marquant, des yeux verts émeraude....

Ookami – Oui, je viens souvent ici.

Je ne bougeais pas, la regardant dans les yeux. J'étais nue, mais cela ne me dérangeait pas plus que cela.. Je ne devais pas être le premier homme nue qu'elle voyait, mais de toute façon mes parties génitales étaient cachés dans l'eau, seul mes fesses étaient légèrement visible... Et des fesses ç se ressemble... D'accord, celle de Ookami était bien ferme dû à sa pratique du Taijutsu, mais ce n'est pas pour cela qu'il les utiliserait comme moyen de séduction. La jeune femme l'observait, sans doute son dos recouvert presque entièrement de cicatrice tous laides les une que les autres.

Ookami – Et vous ? Vous venez sans doute admirer la lune. Elle est belle d'ici, sans doute l'un des meilleurs coin pour l'observer. Je suis Ookami, enchanté.



\\\"La mort n\\\'est que le visage caché de l\\\'Homme\\\"
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Ven 15 Juin - 5:32

Et voilà la situation se répétait inlassablement, une nuit découvert et face à elle un homme nus, cependant cette fois-ci c’était différent. Il ne ressemblait guére aux quelques « coups d’un soir » qu’aiko avait pris l’habitude de fréquenter, déjà il semblait bien moins naïf que les quelques gardes qu’elle avait attiré dans son lit et surtout il avait une aura bien différente en lui, une aura de solitude mais en même temps de maturité et peut être lui ne serait-il pas intéressé que par ses charmes physiques, en tout cas il ne serait pas de ceux qu’elle pourrait manipuler aisément mais cela valait le coups d’essayer, qui ne tente rien a rien, est malgré tout un homme reste un homme.
Comme il n’était vêtu que du plus simple appareil, elle pouvait le contempler en partit, il était grand et élancé son corps était une merveille de musculature, on voyait qu’il devait pratiquer un art physique, ses abdos était bien dessinés et que dire de ses pectoraux, il était vraiment bel homme et il semblait bien plus à même de la satisfaire que ne l’avait fait ses conquêtes précédentes, il était … appétissant, c’était le mot , d’autant plus lorsque l’on voyait sa chute de reins et ses fesses mais ça elle n’était pas encore assez proche à son gout pour les admirées totalement. Elle était tellement dans le vague en train de l’observer qu’elle ne s’aperçut que quelque seconde plus tard qu’il lui avait répondu.

« Oui, je viens souvent ici. »


Elle observa une cour temps de silence se perdant encore une foi, son regard balayant le corps du jeune homme, elle s’attardant quelques temps sur les nombreuses cicatrices qui zébrait sont dos et sur les bandages qui lui entourait sa main.

*en voila un qui doit s’entrainer très dur, lui aussi a-t-il une raison importante de devenir plus puissant ou est-ce seulement par soif de pouvoir ? Peut-être existe-t-il quelqu’un dans ce village pour me comprendre finalement. Le voir ainsi avoir donné son corps sans doute pour son entrainement me redonne le courage de moi aussi développé mon art et mes jutsu, peut être pourrait il m’y aider si je lui demandé gentiment ? Mais non … pour lui aussi je ne serait qu’une étrangère…*

« Et vous ? Vous venez sans doute admirer la lune. Elle est belle d'ici, sans doute l'un des meilleurs coins pour l'observer. Je suis Ookami, enchanté. »


Il ne semblait pas agressif et il n’y avait pas ce mépris qu’avaient les villageois dans son regard, un regard perçant souligné par des prunelles rouges.

« Je dois avouer que c’est la première fois que je viens par ici, en fait je suis arrivée il y a peu à kiri, tout juste une semaine pour être exacte. Je m’apelle aiko et je suis depuis peu une genin de kiri.
Je dois avouer que cette endroit me plait énormément, il y règne une certaine sérénité, et comme vous le soulignez la lune est magnifique ici, elle se reflète magnifiquement sur le lac et sur v ... »


Comme elle allait prononcer hâtivement sa phrase elle avala son dernier mot, et rougis légèrement, cela ne lui ressemblait pas, elle n’avait pas ressenti de gène auprès d’un homme depuis de nombreuses année et était même devenue une chasseuse d’homme a kiri alors pourquoi tout un coup se sentait elle troublée a la vue d’un homme nue, elle en avait vue de nombreux autres mais celui-là était différent … Pour couvrir sa maladresse et le silence elle s’enfonçât plus profondément dans l’eau s’approchant encore du shinobi, l’eau était glacé elle ne put contrôler un frisson.

« L’eau est tellement froide, ça ne vous gêne pas pour vous baignez ? Et je suis désolé mais je n’i put m’empêcher de contempler vos cicatrices, c’est un entrainement acharné ou bien des cicatrices de guerre ? Bien entendu s’il s’agît d’un sujet taboo vous n’êtes pas obligés de répondre »

MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Ven 15 Juin - 7:12

L'eau était froide oui, mais supportable. Le corps d'Ookami ne tremblait pas, pas encore. Les quelques gouttes sur son corps reflétaient à la lumière de la lune, cela donnait un contraste saisissant, cela le rendait beaucoup plus beau que ce qu'il était vraiment. Il observait la jeune femme avancer dans l'eau, elle était pratiquement à son hauteur, l'eau recouvrant le bas de sa combinaison. Le regard de l'homme balayait tout d'abord son visage, épousant parfaitement ses lèvres, sa peau, ses yeux... Ookami était quelqu'un qui admirait la beauté du visage des femmes et non un homme omnibulé par les fesses... Il s'attarda un instant sur cela avant de lui sourire bêtement. Ookami n'avait jamais été doué avec les filles et son passé lui avait toujours empêché de savoir si le sucés viendrait de lui même ou s'il devait le forcer un peu. Concrètement, hormis une nuit à laquelle il n'avait que des vagues souvenirs de fête, d'alcool et d'une femme dans son lit à son réveil, l'homme n'avait jamais réellement connu les femmes. Il ne s'en plaignait pas, lorsqu'on ne vous a jamais appris à connaître quelque chose, on ne la réclame pas. Mais depuis qu'il était à Kiri, les choses étaient différent. Il avait pu observer des couples se tenir par la main, des langues s'entremêler, des cadeaux offerts... C'était ces petits détails qu'il ne comprenait pas, qu'il ne savait pas pourquoi ils existaient et dans quel but. D'ordinaire, Ookami n'était pas curieux, mais voir autant de gens heureux à cause de ce phénomène l'avait marqué. Pourquoi n'avait-il pas droit de goûter un peu à ce bonheur lui aussi ?

Ils restaient ainsi à ce regarder dans les yeux un moment. Puis un courant d'air fit son apparition faisant frissonner tout le corps de l'homme. Les pores de sa peau apparurent un instant sans que cela ne gêne véritablement l'homme. Cependant, pour la jeune femme, cela était complètement différent. Sa tenue moulante refaisait sortir ses teints qui pointaient vigoureusement. Il était impossible pour l'homme de ne pas le remarquer et de s'y attarder un instant au point que la jeune femme pu aisément suivre son regard. Tout deux gêné, Ookami détourna le regard tandis qu'elle le regarda gêné, une légère teinte rougeâtre sur les joues à peine remarquable dans l'obscurité. La situation était gênante... L'homme était nue, avec des poussées d'hormones alors que la jeune femme était venue à sa rencontre dans l'eau au risque de voir son corps réagir au froid malgré sa volonté. Le mieux était sans doute de changer de sujet, ceux que fit Ookami avec brio.

Ookami – Ces cicatrices sont les marques d'une enfance difficile. J'ai été élevé à la dure.

"Je suis désolé d'avoir soulevé un point tragique mais puisque tu m'as révélé le secret de tes cicatrices je vais te révélé un des miens"

Ce n'était pas réellement un secret, juste une partie de la vérité. Il ne pouvait dire qu'il avait été élevé dans une secte incestueuse ou les enfants étaient chois à leur naissance et les autres exécutés pour respecter un cota. Dirigé par un gourou qui s'offrait le luxe des femmes et de former les couples. Dire qu'Ookami avait perdu son enfance était peu dire. Mais la femme l’intéressa d'un coup. Elle souhaitait lui révéler l'un de ses secrets ? Pourquoi ? Ookami ne semblait montrer aucun intérêt pour elle.... Il n'était pas venu à sa rencontre et n'avait nullement demandé à ce qu'on lui parle. La réaction de la jeune femme était des plus curieuses. Le jeune homme l'observa se tourner légèrement le dos, il pu entendre le petit bruit caractériel d'une fermeture éclair et de quelque petit mouvement souple, elle se dénua le dos tout en cachant sa poitrine à l'aide de ses mains. Un immense tatouage de dragon rouge recouvrait le dos de la jeune femme. La vision était envoûtante et l'homme ne pu s'empêcher d'avancer vers elle cherchant à observer cette fresque qui relevait de la rareté. Puis, comme ci que le regard ne suffisait pas, il toucha le dos dénudé de la jeune femme avec ses doigts, suivant les courbes de son dos et la fresque du dragon. Le toucher du tatouage animé un sentiment de mal être chez l'homme, il sentait quelque chose frissonnait sous ses doigts, comme ci le dragon.... était vivant. Elle exprima un petit frisson de surprise, il était cependant impossible de savoir pour Ookami si c'était de plaisir ou non. Elle retournait vers le jeune homme, toujours en se cachant correctement les seins, mais il fallait être fou pour ne pas regarder les formes généreuse que cela offrait. Ookami eut unsourire tendre, comme ci la jeune venait de lui faire un magnifique cadeau. S on sentiment de mal être avait disparut en même temps que le dragon s'était envolé, seul le désir de cette femme restait intact. Mais il n'était pas l'un de ses hommes qui sautait sur une femme au moindre signe de séduction. Non, il lui en faudrait beaucoup plus pour cela. Alors il souriait, ce genre de sourire qui vous dit qu'on l'on vous apprécies, que votre présence ici est agréable et puis il s'en alla à la nage, partant un peu plus profondément dans les eaux. Si elle le souhaitait, elle pouvait toujours le suivre, mais cela au risque de se retrouver tremper jusqu'au cou. Il était curieux de connaître sa réaction.



\\\"La mort n\\\'est que le visage caché de l\\\'Homme\\\"
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Ven 15 Juin - 8:55

Un silence commençât a s’installer entre les deux jeunes gens, pas un silence tendu mais le silence provoquer par deux personnes qui s’observent et ne savent quoi se dire à cause de leur capacité à gérer des sentiments parfois nouveaux pour eux. Ookami scrutait son visage, chose inhabituel chez aiko qui était plutôt habitué à ce que le regarde des hommes vers les courbes de ses fesses et ver la volupté de ses seins. C’est à ce moment-là qu’un courant d’air fit son apparition et dévoila à l’homme la poitrine d’aiko qui de par la température pointait dangereusement tel deux missiles vers lui. D’ailleurs l’homme ne put s’empêcher de s’attarder un moment sur les courbes si séduisantes de la jeune femme, lorsqu’elle comprit ou se dirigeait désormais son regard elle ne put s’empêcher de rougir en pensant à ce qu’il pourrait s’imaginer, malgré tout la situation rester gênante et elle fut assez soulagé quand Ookami changeât de sujet même si c’était pour aborder un souvenir qui semblait lourd de ressentit.
Il n’avait peut-être pas révéler toute la vérité, sans doute même mais chacun avait ses petits secret et aiko allait lui en révéler un qui n’en était pas vraiment un évidement car quelque personne avait pu le voir, mais le contempler était une tout autre chose et rare était ceux qui avait pu le faire avec l’accord de la demoiselle en dehors des membres de son clans. Tout cela entrait bien évidement dans un jeu de séduction le coté femme fatale revenait peut a peut en elle ainsi que sa confiance, elle tourna légèrement le dos a Ookami interrogatif et commençât à défaire sa combinaison lentement mais pas trop révélant peut a peut son dos nus et ses fesses au jeune homme aux cheveux d’argents tout en prenant soin de cacher sa poitrine avec son autre main. Il semblât comme attiré par le tatouage, s’approchant toujours plus, jusqu’à toucher le dos nus d’aiko, au contact de sa peau chaude sur son corps frigorifié elle ressentit un frisson, seulement ce n’était pas dut qu’au brusque changement de température corporelle, elle l’avait sentie… son dragon avait comme crépitait. Comme l’aspirant lui adressa un sourire avenant elle détourna cette pensée, elle aurait tout le temps d’y réfléchir une prochaine fois, pour le moment elle souhaitait juste s’abandonner… elle avait vécu trop de situation stressante et éprouvante ses derniers, il étant temps de prendre un peu de bonheur là où on le trouvait, dans le regard d’un homme, surtout quand celui-ci se montrait si envoutant.
Il lui sourit puis s’éloignât d’elle à la nage, peu importe les intentions de l’homme aiko le prit comme un petit défis « rejoins-moi si tu peux ». Adorant la compétions homme/femme aiko s’apprêtât à le suivre. Toujours dans un jeu de séduction avant de s’immerger complétement elle roula en boule sa combinaison et la jeta sur la berge, elle n’en aurait pas besoin dans l’eau et si elle pouvait le contempler nus, lui aussi devrait le pouvoir. Elle cachât plus pour se faire encore plus désirer que par réel pudeur sa poitrine avant d’être complétement immergé dans l’eau. Ne voulant se laisser distancer elle commençât à nager et dépassât Ookami et pour la première fois depuis ce qui lui semblait des années elle sourit d’un sourire franc.
Leur petite escapade continua comme ça jusqu’au centre du lac, tous deux étaient tout sourires. Enfin elle s’arrêtât au centre du lac suivit de peu par son « concurrent » qui s’arrêtât près d’elle. La lune se reflétait parfaitement dans le lac semblant entourait les deux jeunes gens. Elle se rapprochât encore un peu de lui jusqu’à être assez près pour pouvoir contempler parfaitement son visage.

« Toi qui vient souvent dans ce lac tu aimes nager ? J’adore nager ça me rappelle mes parents nous allions souvent près des lacs qui bordait notre village … avant. J’aime le contact rafraichissant de l’eau la sentir glisser sur mon corps, me pénétrait de son énergie. »

Comme elle disait ses mots, elle relevât lentement ses cheveux faisant jouer avec brio le reflet de la lune sur son corps et dévoilant pour la première fois sa poitrine sans entrave au jeune homme. Elle s’étendit dans l’eau faisant jouer son corps félin, au reflet de la lune elle était radieuse et elle le savait, elle commençait à se rappeler comment jouer de ses avantages…

« Et maintenant que je suis arrivé la première, j’ai gagnée quelque chose ? »

Ce n’était pas à son habitude d’être si familière avec les hommes et pourtant cela ne la troublait et lui semblait totalement naturel, en même ce n’était pas dans ses habitudes de rencontrer d’homme si plaisant qui semblait aussi intéressant.

MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Ven 15 Juin - 10:22

Ookami la regardait faire, il n'allait pas s'en priver. Elle jetait à terre sa combinaison et entrée à présent entièrement dans l'eau seulement habillait de sa petite culotte. L'étudiant était euphorique, sans doute à cause du jeu de séduction que les deux jeunes gens pratiquaient. Bien qu'il n'y avait réellement réfléchit, son plan afin d'amener la jeune femme à se découvrir et à venir barboter dans l'eau avait marché à merveille. Il lui avait suffit d'un regard, d'une caresse pour que celle-ci lui soit corps et âme voué pour cette nuit. Il était étrange de voir cela, habituellement, seul les hommes tombaient dans ce piège, les femmes étant habitués à se servir de leur corps. Peut-être que celle-ci était différente, qu'elle recherchait simplement le frisson de connaître l'orgasme avec un étranger, Ookami ne pouvait le savoir et à cette heure, il s'en foutait éperdument. Seul le regard de la belle brune lui importait. Il voulait être le seul homme à occuper ses pensées l'espace d'une nuit, ce dire qu'on était le fantasme d'une femme, le seul centre d’intérêt, le seul but. Sans doute était-ce pour flatter son égaux, mais de son côté, il agissait de la même façon avec cette inconnue.

Elle le rejoignant, non encore mieux, elle le dépassait histoire de mettre un peu de piquent dans ce jeu. Ookami la regardait faire ébahi sans doute par la beauté du geste, puis lorsqu'il jugea que celle-ci avait suffisamment d'avance, il se mit en route. Nageant aussi qu'il le pouvait, on aurait presque pu les confondre avec des nageurs de compétition tant ils mettaient d'énergie dans leur mouvement, mais il n'en était rien. Pour la femme, le but était de rester devant son prétendant, lui montrer qu'elle pouvait être au moins aussi forte que lui, pour Ookami, le but était l’inverse, saisir la jeune femme comme il se saisirait d'un rêve. Mais les rêves pouvaient être moins beaux que cette réalité.

Elle s'arrêta enfin. Ookami n'était pas loin derrière une brasse ou deux. Un cadeau l'attendait. Une paire de sein des plus ravissantes que la jeune femme daignait lui montrer. Il était inutile d'expliquer les envies qui envoûtaient l'esprit du jeune homme en ce moment, mais une chose était certaine, la femme en était consciente. Elle jouait avec lui, se mettant sur le dos et nageant presque autour de lui, lui adressant des sourires, des regards soutenu et surtout cette parole qui raisonnait comme une invitation aux oreilles de l'homme. C'était tentant de se jeter corps et âme dans la bataille, de s'emparer de son corps frêle et de le couvrir de bonheur, mais l'homme jugeait que cela était encore beaucoup trop facile, qu'il se devait de résister au champ de la sirène. Alors il s'approcha d'elle, un sourire angélique il déposa sa main sur sa tête dans ce qui pouvait ressembler à une caresse, mais le résultat en fut tout autre, il enfonça littéralement comme un vulgaire bouchon la jeune femme dans la masse aqueuse avant de la relâcher pour la revoir monter à la surface reprendre sa respiration visiblement surprit par la réaction de l'homme qu'elle croyait déjà siens. Il rit alors qu'elle devenait rouge de colère, pire, boudeuse elle lui tourna le dos alors que lui continué de rire encore un instant. Mais tout cela n'était qu'une ruse, un jeu de poker pour savoir lequel allait craquer en premier pour donner en fin de compte, le premier baiser.

Il plongea silencieusement dans l'eau. Surprendre les femmes étaient quelque chose d'important, l'homme savait le faire d’instinct. De sous l'eau et à l'aide de la lumière de la lune, il pouvait observer les mouvements de la jeune femme afin de se maintenir à la surface, mais il arrivait un moment où, sans doute interpellé par le silence ambiant, elle se retourna pour savoir où cet imbécile d'homme avait disparut. C'était le moment choisi par celui-ci se piquer vers sa proie, deux mains placé il ne sait trop où, il porta sa proie pour la surprendre. Ses mains étaient sur du tissu, sa culotte donc, ses fesses... Il le savait et regardé Aiko dans les yeux. Ce n'était pas difficile à y voir le désir, mais celle-ci, en petite maline le repoussa, agitant son index comme dire que le jeu était loin d'être terminé. Alors l'homme sourit, il suivait la femme à vitesse réduite pour maintenir l'écart entre eux et indiquer qu'il n'avait nullement décidé de lâcher l'affaire. Ce soir, c'était leur bal, leur soirée qu'ils n'oublieraient certainement jamais. Ookami n'allait pas gâcher la fête et le regard qu'il lançait à Aiko en disait long sur ses attentions. A croire que la jeune femme avait également des envies à combler, sans crier garde, elle changea complètement de direction pour s'avancer prestement vers le garçon. Il sourit, mais il se rapprocha d'elle, le plus prêt possible. Ils étaient à présent nez contre nez, ils pouvaient sentir le souffle de chacun, voir les pensées de l'autre dans leur yeux, mais qui allait oser faire le premier pas vers une relation torride ? C'était un jeu sans réel perdant, mais simplement une question de fierté et aussi peut-être qu'ils aimeraient un jour lointain, se moquer entre ami en disant que c'était un tel qui embrassa en premier... Qui sait, peut-être que cette aventure d'une nuit allez se transformer en quelque chose de beaucoup plus beau, mais rien n'était encore fait et il était aussi possible que rien ne se passe.



\\\"La mort n\\\'est que le visage caché de l\\\'Homme\\\"
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Ven 15 Juin - 11:56

Alors qu’elle prononçât la phrase qu’elle croyait être celle finale de son jeu de séduction, le jeune homme s’approchât d’elle, elle pensait qu’après avoir montré ses attributs et par cette joute verbale que l’homme lui appartenait désormais mais pas encore. C’est ainsi qu’elle ne prit pas garde quand elle le vit avec son sourire angélique et qu’il lui enfonçât la tête dans l’eau, totalement elle surprise elle n’y échappa pas et quand elle fut revenue à la surface pour reprendre de l’air, elle était toute rouge, et pas à cause de la gêne cette fois. Elle était fâché et vexé, d’une que l’homme ne soit pas encore sous ses charmes et deux d’avoir perdu la première manche mais ce n’était que partit remise. Elle entra donc dans une fausse colère en tournant le dos à son prétendant même si elle savait qu’intérieurement elle ne ferait pas ça toute la nuit, c’était un nouveau jeu, une nouvelle manche pour savoir qui allait craquer en premier.
C’est au bout de quelque temps de silence qu’elle commençât à se demander où il était passé. Elle jeta d’abord un coup d’œil au-dessus de son épaule puis quand elle ne le vit pas elle se retournât complétement. Alors qu’elle commençait à se demandait ou se trouvait cet idiot et s’il l’avait laissé la toute seule, elle sentit du mouvement dans l’eau et puis quelque chose la touchât, quelque chose lui touchât les fesse, elle sursauta un petit peut puis décollât a quelques centimètre du sol emporté par le fougueux aspirant. Cet action sur une partit intime de son anatomie ainsi que le regard du jeune homme fit monter en elle du désir en elle mais elle le réprima, pour l’instant, plus le petit jeu durerait plus se serait magnifique et ce n’était pas souvent qu’un homme pouvait lui résister si longtemps, elle comptait bien en profiter. Elle le repoussa donc agitant sa main de gauche à droite pour lui faire comprendre que ce n’était pas pour tout de suite, elle garderait l’initiative coute que coute. Le jeune homme la suivit à courte distance, c’est alors qu’elle prit la décision de brusquement se précipité vers lui et d’être la première à rompre l’équilibre mais lui aussi se rapprochât d’elle de façon à ce qu’il se retrouve presque l’un contre l’autre, si proche que chacun pouvait sentir le souffle de l’autre, voir chaque détail du corps et du visage même dans la nuit éclairé par la lune pleine.
C’est ce moment de complicité qu’elle mit à profit pour exercer sa petite vengeance pour l’attaque de tout à l’heure, elle s’approchât de lui encore plus près, leurs fronts se touchant maintenant et tandis qu’elle approchait ses lèvres de lui, au point qu’il devait pouvoir sentir le souffle rauque caractéristique de ses moments-là, elle lui pinçât le nez et lui plongea la tête sous l’eau à son tour.

« Vengeance Hihihi »

Mais alors qu’il remontait à la surface pour reprendre sa respiration, il semblait beaucoup moins étonné que ne l’avait était la kunoichi, il fonçât directement vers elle. Cependant Aiko l’attendait avec une arme capable de briser n’importe quel assaut : un baiser, un doux et tendre baiser et pour la première fois en cette nuit mais certainement pas la dernière leur lèvres s’accolait ensemble en un geste que répétait les couples depuis millénaires. Quel ne fut la surprise quand le garçon repris l’initiative, l’enserrant fougueusement de ses bras musclés et lui enfournant sa langue (ouais ce n’est pas jolie comme mot mais j’aime bien XD) dans la bouche. Pour un instant elle oublia son rôle de femme fatal devant contrôler la séduction et se laissa aller à la passion que lui inspirait le jeune homme. Cependant elle se rattrapa vite et il fallait bien lui montrer qui séduisait qui ici, quoi qu’à ce stade on puisse se le demander si cette pensé n’était que pour flatter son égaux.

« Hum …pas mal pour une première fois. »

Il sourit de nouveau et cette fois ci de lui-même il l’embrassa dans un fougueux baisé. Cette fois-ci la jeune femme se laissa allé totalement dans l’étreinte et dans l’ivresse du moment, ses bras caressèrent le dos nus de l’homme, l’enserrèrent puis descendirent jusqu’à ses fesses fermes afin de s’y accrocher. Ils restèrent ainsi un certain moment s’embrassant et ne formant qu’un tout au centre du lac sous la seule vision du gigantesque œil qu’est la lune. Effectivement ce soir ce serait leur soir et quelque chose lui disait qu’elle se sentirait désormais beaucoup moins seule et perdu dans ce village étranger.
Elle releva la tête cambrant son dos basculé ses cheveux mouillés en arrière de façon à faire ressortir sa poitrine face à l’homme dans une attitude invitante mais non plus trop provocatrice, sensuel mais pas vulgaire.

« C’était beaucoup mieux… tu apprends vite… si tu apprends aussi vite dans tous les autres domaines … »

(héhé on a réussit à, faire quasiment le tours du cadran depuis mon premier rp à mon dernier)

MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Ven 15 Juin - 20:10

Le vengeance de la jeune n’étonnait pas plus que cela le jeune homme. Il fallait avouer que sous ses airs boudeuses, la jeune femme trahissait des besoins que seul l'homme semblait a même de combler et ne dit-on pas que la vengeance est un plat qui se mange chaud ? Alors l'homme se retrouva pour la seconde fois dans les fonds marins, bien contre sa volonté cependant. La main appliqué sur sa tête était faible, il s'agissait plus d'un guide qu'une véritable enclume qui vous entraînait dans l'eau, mais l'homme se laissa faire, c'était un juste retour des choses. Il resta un instant ainsi, admirant le ventre de la jeune femme à la lumière du soleil, ce nombril qu'il aurait voulu embrasser... Puis il remonta à la surface comme une flèche, l'accueil fut des plus chaleureux, un baisé qui lui fit tourner la tête. Le contact était chaud, les deux bouches appliquées l'une contre l'autre l'espace de quelque seconde qui passèrent comme une éternité. Au moment de se décoller l'un contre l'autre, Ookami ressentit cela comme une cassure et il ne pu s'empêcher d'aller plus loin, embrassant fougueusement la belle, entre mêlant leur langue entre elles dans une osmose chaude et humide. Des étoiles pétillaient dans leur yeux, pour Ookami, c'était la première fois qu'il ressentait réellement cela, ma première fois ayant était noyé par l'alcool.

Leur langue se dénouèrent et elle s'éloigna d'une petite brasse pour former un écart de plus qu'une petite poignée de centimètre. Elle le complimenta pour la chose qu'il prit avec un sourire gêné. Il n'était pas un expert, il y avait juste mis tout son cœur et ses envies. Et ils recommencèrent, cette fois-ci elle fut plus gourmande et s'empara des fesses du jeune homme avec ses mains, lui avait une main derrière na nuque de la jeune femme et l'embrasser avec fougue, il était amoureux de cela, de son visage et il le faisait comprendre. Il était impossible de savoir combien de temps la scène avait duré, ils étaient sur un pied d'estale. Ils ne faisaient à présent plus attention de savoir dans quel décor ils se trouvaient, c'est a peine s'ils se souvenaient qu'ils se trouvaient au milieux d'un lac à débattre leur pied pour rester à la surface.

« C’était beaucoup mieux… tu apprends vite… si tu apprends aussi vite dans tous les autres domaines … »

Il n'y avait pas trente six façon de voir les choses, ils se désiraient mutuellement, elle préférant les gestes sensuel et les paroles alors que lui préféré les actes. Sa main droite caressé le doux visage de la jeune femme, suivant les courbes des lignes, le menton... la joue... Il n'y avait pas plus belle chose au monde que la beauté féminine, il était inimaginable de croire que la mort pourrait emprunter cette apparence. Mais le jeune homme ne voulait pas penser à sa famille de fanatique, il était bien ici à Kiri, dans ce lac froid avec une femme nue devant lui. La suite, il l'imaginait merveilleuse, savoir qu'il allait vivre quelque chose d'intense avec une tierce personne l'encouragé à faire ce qu'il faisait. Sa main descendait légèrement, ses doigts caressaient la peau de la jeune femme, ils étaient à présent entre ses deux seins, l'homme regardait ses doigts avant de revenir sur le visage de la jeune femme, il lui gratifiait un sourire franc, l'un de ceux qu'on savait pure. Le souffle de la jeune femme se faisait plus fort, plus intense. Malgré la fraîcheur de l'eau, leur corps bouillonnait. Délicatement, elle s'empara de la main du jeune homme pour la déposer sur son cœur, sans doute voulait-elle faire partager ce sentiment d'un cœur qui bat la chamade. Ookami l'observait, son visage était étrangement sérieux, comme si dans sa tête se posait tout un tas de question. Puis, comme pour se vider la tête de tous les maux qui l'avaient tiraillé un instant, il déposa un baisé romantique sur les lèvres de la jeune femme. Ses mains se posèrent sur son dos puis glissèrent légèrement vers les fesses de la jeune femme. Il la regardait, attendant une réaction pour agir, pour passer à l'étape suivante. Elle sourit légèrement, prenant une main de l'homme pour la poser sur l'une de ses cuisses et faisant la même chose de son côté. La posture était sensuel, chacun partageant le corps de l'autre l'espace d'un instant. L'homme l'embrassa le coup, puis la joue et enfin les lèvres. Il l'avait prit dans ses bras dans une étreinte amoureuse forte, ses pieds s'étaient mis à remuer frénétiquement les faisant retourner peu à peu vers la berge. La suite ne pouvait que se passer sur la terre ferme, la où tout avait commencé.



\\\"La mort n\\\'est que le visage caché de l\\\'Homme\\\"
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Ven 15 Juin - 23:36

Comme elle le pensait l’homme avait répondu à son appel, l’appel de la sensualité celui qui quand il était employé assez de maitrise pouvait happer homme ou femme sans distinction. Elle sentit que le moment arrivait il était sous le charme de ses courbes mais pour elle ce n’était pas encore le bon moment, plus l’on patienter, plus l’on faisait monter la tension et l’excitation, plus l’étreinte serait puissante et passionnée. Il entreprit de la caresser, sa main effleurant délicatement le visage puis les courbes parfaites de son corps et vint s’attarder au creux de ses seins. Un léger tressaillement d’excitation monta en elle, le désir devenait plus fort et son souffle s’accélérait, se faisait plus pressant. Cependant ce n’était pas pour tout de suite, ne pas encore… se faire désirer était l’arme la plus importante dans le jeu de séduction actuel de la jeune femme et elle n’allait pas abandonner maintenant sous prétexte que cet homme faisait monter plus que d’ordinaire de désir chez elle. Pour refréner l’appétit de l’homme et pour lui montrer que les femmes aimaient le romantisme avant tout elle prit sa main et la posa délicatement sur son cœur afin de lui faire ressentir les battements du sien qui semblait vouloir bondir en dehors de sa poitrine. Mais la réaction de l’homme n’était pas celle escompté par la jeune fille, en effet il arborait un visage limite sérieux et semblait en pleine réfection, puis tout d’un coup changeant d’attitude il déposa un baisé sur les lèvres de la jeune kunoichi du clan katsuni. Il lui adressant un sourire qui en disait long sur ses intentions et approchât ses mains de son corps. Elles glissèrent le long de son dos et vinrent à la rencontre de ses fesses.
Il la regardait fixement, attendant sans doute un signe d’approbation de la femme avant de pouvoir aller plus loin, au moins lui se montrait respectueux pas comme la plupart de ses porcs qui se préoccupaient seulement de leurs désirs et de leurs besoins primaire, un bon point pour lui. Elle lui sourît, un sourire aussi pur que l’eau dans laquelle ils se reflétaient tout deux et comme pour accéder au désir de l’homme et le conduire sur les chemins de la sensualité elle prit sa main et l’apposa sur sa cuisse puis elle fit de même de son côté près de l’entre-jambe vigoureux (XD). La posture était très sensuel ont eu dit quelque scéne de film qui aurait était minutieusement répété afin d’atteindre un tel degré de perfection, mais il n’en était rien, cela avait était fait sous le coup de la spontanéité et c’est ce qui rendait la scène d’autant plus parfaite. L’homme la couvrit de baisés, son visage était en proie à ses lèvres affamées mais cela ne la dérangeait en rien, bien au contraire. Il l’étreignit de plus belle et la jeune femme commençât à se dire que l’endroit n’était pas le plus adapté à la suite des opérations. Le raillant gentiment elle attirât son attention sur la nécessité de retourner sur la terre ferme.

« Et bien et bien tant de fougue mais je crois qu’il serait préférable de revenir sur la terre, il commence à faire frisquet dans l’eau et le lac commence à devenir un peu incommodant. Pouvez-vous encore nager jusqu’à la berge ou votre nouveaux muscle va vous gênez »

Le désignait-elle en rigolant gentiment. Elle commençât à nager tranquillement vers la berge tandis qui la suivait. Elle se débrouilla pour accélérer un peu avant lui et sur la berge se cachât derrière les fourrés. Devait elle se rhabillait maintenant ou pas, perdra elle cette occasion si elle le faisait patienter encore. Elle l’appelât de derrière les fourrés.

« J’aime beaucoup cet endroit et toi aussi tu sembles l’apprécier, mais peut serions-nous plus à l’aise sous un toit. Il ne passe personne par ici ? »


Ookami - A cette heure personne ne passe par ici. Ils passent leur journée en famille, ou à s'occuper.

Satisfait de la réponse, après tout le faire sur un lieu quasiment public comme cela avait du charme tout de même.

« Alors approche, j’ai une belle surprise pour toi »

Le jeune homme hésitât mais il se relevât et délassant sa serviette s’approchât toujours nus de l’endroit d’où la jeune femme l’avait appelée. Quand il s’approchât des fourrés elle surgit en un « Bhouh » en une dernière facétie, Ookami beau joueur fit semblant dans une mimique exagéré d’être terrifié quelque secondes. En tout cas elle ne fut pas terrifiée par ce qu’elle vit, au contraire, telle en haut telle en bas, les muscles du haut se reproduisait plus bas et ça n’allait pas être pour lui déplaire.
Il l’attira à terre d’un coup sec non violent mais tout de même viril, elle se laissa faire s’abandonnant totalement sur le corps musclé de son futur amant d’une nuit, laissant sa tête reposé quelque instant sur son torse. Elle sentait sa poitrine se soulevait a un rythme assez soutenu et cella grandit lorsqu’elle prit sa main dans la sienne, la posant sur son nombril puis la faisant glisser de plus en plus en bas sur son ventre jusqu’à ce que ses doigts rencontrent un tissu…

MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Sam 16 Juin - 3:01

Cette fille le rendait fou. Une course pour retourner vers la berge alors que l'organe de l'homme était à son paroxysme. Il était certain que a course était gagné d'avance pour la jeune femme qui n'avait pas une enclume bloqué vers le fond pour la gêner. Alors l'étudiant prit son temps pour rejoindre la berge, il put apercevoir la jeune femme rejoindre le fourré où elle avait sans doute laissé ses vêtements. L'espace d'un instant, Ookami cru que tout ce qui venait de se passer n'avait été qu'un petit flirt. L'histoire d'une heure, l'histoire de s'observer, de fantasmer l'un sur l'autre. Si tel était le cas, elle avait réussit son jeu, l'homme ne pouvait avoir eut autant envie d'une femme que ce soir. Il ne savait pas si c'était un compliment ou non pour elle. Il fallait tout de même avouer qu'il ne la connaissait pas, qu'ils allaient effectuer l'acte uniquement parce qu'ils en avaient envie et non par sentiment. Peut-être même certain traduirait Ookami comme un homme faible ou Aiko comme une femme facile... Qu'importe, ils étaient seul sous cette lune et comptaient bien en profiter.

L'homme sortit de l'eau. Il n'allait pas offrir le plaisir à la belle de se diriger d'instinct vers elle, non ce serait trop facile. Alors, il allait vers ses vêtements ou une serviette l'y attendait. Il s'essuya énergiquement le corps tout en répondant à l'interrogation de la jeune femme. Ainsi donc, elle hésitait entre un bon lit et faire cela à même le sol. Personnellement, Ookami ne se voyait pas se rhabiller, traverser le village en compagnie de la jeune femme, l'inviter à entrer dans son appartement qui ressemblait plus à un dépotoir qu'autre chose et puis la chevaucher durant toute la nuit pour avoir la surprise de se réveiller le lendemain avec une inconnue dans son lit. Ce n'était pas par manque de respect qu'il ne souhaitait la voir chez lui, simplement qu'il avait e sentiment que quelque part, cette relation n'avait aucun lendemain, que lorsqu'ils auront terminé de se faire du bien mutuellement, ils rejoindront la porte et se diront adieu. Ookami était un solitaire, il ne savait pas vivre en communauté avec quelqu'un, où du moins il n'en ressentait pas l'envie et surtout pas avec une femme qu'il n'avait demandé que le nom avant de coucher avec elle.

Justement, cette femme le fit sortir de sa pseudo torpeur. Elle l’appelait, lui promettant sans doute une grande diversité de perversité. Il fallait avouer que l'homme ne demandait pas mieux en ce moment. Alors il exécuta comme un mâle en ruth qu'il était. Une blague censé faire peur, polie, l'homme esquissa une grimace grossière le montrant apeuré. Cela la fit sourire, mais la suite était encore mieux. Il la prit dans ses bras et l'obligea à le suivre dans sa chute vers le sol. Voilà qu'elle était au dessus de lui, admirant son corps à la fois athlétique et meurtri. Lui ne se le cachait pas, dévoré des yeux la poitrine de la jeune femme. Elle enlaça sa main dans celle du jeune homme puis la plaqua contre son corps, son nombril... puis cela descendit petit à petit pour finalement atteindre la culotte. C'était ici que les choses sérieuses commençait. Ils se regardaient yeux dans les yeux jusqu'au moment où de lui même, l'homme continua sa route jusqu'à l'intérieur. Pas besoin de regarder, la peau si douce, puis une petite bande de poile, signe que la jeune femme s'entretenait pour être coquette. Puis ce fut le contact, son regard pétilla, un petit souffle de bonheur sortit de sa bouche lorsque les deux doigts de l'homme s’enfonça légèrement dans son vagin. Il ne faisait aucun doute que cela lui plaisait, elle se mordillait légèrement la lèvre inférieur comme pour résister au plaisir que lui procuré l'homme. Puis ce fut a libération, elle laissa paraître un long gémissement de bonheur avant, d'une main, se tenir au cou du jeune homme et de l'autre, elle s'empara vigoureusement de l'organe de l'homme et commença à y faire des petits allé et retour. Il ne fit pas longtemps pour qu'excitation fut à son comble. L'homme se redressa un instant la tête, sensuellement, il embrassa le sein de la jeune femme, il lécha son téton, le suça, lui provoquant des gémissement incontrôlé Le but ici était de s'offrir, ils travaillaient chacun pour son prochain et y mettaient véritablement du cœur. A tel point que la jeune femme lâcha le cou du jeune homme, de sa main, elle s'empara de celle du jeune homme qui était en pleine action contre la paroi vaginal, elle le guida à aller plus loin, plus profond et Ookami pouvait alors sentir le corps de la jeune femme s'activer, donnant des coups de reins brusque sans oublier les coups de langue que celle-ci donnant dans le cou du garçon. Le managé continua des sencondes ou peut-être des minutes, ils ne s'en rendaient pas compte. Ookami de son côté sentait que cela montait, alors il s'arrêta de s'occuper des seins de la jeune femme pour lui offrir un long et savoureux baiser qui humidifia leur langue.

Ookami – Arrête ou je vais...



\\\"La mort n\\\'est que le visage caché de l\\\'Homme\\\"
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Sam 16 Juin - 5:32

Un tourbillon de sensualité, voilà ce qu’avait promis cette nuit, et elle tenait sa promesse, tout n’était que plaisir et en cette nuit chaque désir, chaque fantasme pour l’homme comme pour la femme semblait pouvoir être exercé par l’autre.
Elle avait tout d’abord pris les devants en conduisant sa main vers l’espace qu’elle voulait tant lui révélé désormais. Une fois arrivé au lieu de toute leurs attentes, ils se regardèrent tout deux pendant un court instant puis Ookami commençât leur accession vers le plaisir à tout deux.
Sa main glissa à l’intérieur de la pièce de tissu et se reprochât de l’intimité de la jeune fille, dont le souffle devenait de plus en plus rauque et le regard de plus en plus étincelant, jusqu’à finalement la caresser légèrement, effleurant la partit charnu, ce qui fit sursauter aiko, puis glissant légèrement un doigt puis deux dans le vagin de la jeune demoiselle qui ne pût que se mordillé la lèvre pour ne pas succomber totalement au plaisir que lui procuré l’homme,elle ne devait pas encore s’abandonner totalement. Mais elle ne put résister longtemps et laissa s’échapper un long gémissement d’entre ses lèvres. D’une main elle saisit le cou de l’homme ,pour se rapprocher encore plus … toujours plus que ce qu’il était encore possible et d’une autre part pour encore garder une surface solide pour rester dans la réalité, et de l’autre elle saisit le membre vigoureux de l’homme et dans un mouvement de va et viens elle offrit à l’homme d’une main experte une partie de ce qu’il attendait . L’excitation entre les deux jeunes gens était désormais à son comble.
Il décida de s’attaquer en même temps à la poitrine de la jeune fille, s’en était trop pour aiko qui commençât à être agiter de léger tremblement incontrôlé, sa bouche s’ouvrait et se fermé happant l’air tout en émettant de petits sons si caractéristique. Chacun des deux amants étaient au paroxysme du désir en cette nuit et ils allaient s’abandonner à un plaisir tel qu’il l’avait rarement connu. La femme s’activait de plus en plus, elle saisit le poignet d’Ookami, le guidant dans son anatomie lui montrant là où il fallait aller tout en l’appuyant encore et toujours de façon à aller plus loin, donnant des coups de reins, activant tout son corps dans la recherche de se plaisir mais elle ne délaissait pas son compagnon et tout en continuant à s’occuper activement de l’organe du jeune homme elle lécha son cou en de petite zone érogènes qu’elle savait stimulante pour tout homme en ce monde. Cela eu un effet immédiat sur le jeune homme, au bout de quelques minutes il se redressa et l’embrassa d’un long et passionné baisé, leur langue se cherchant et s’entrelaçant dans leurs bouche.

« Arrête ou je vais... »


« Pas encore, pas maintenant, résiste encore un peu voyons »

Elle disait ça mais elles n’ont plus n’était pas capable de résister éternellement face au demande de son corps. Cependant la belle n’était pas dénuée de ressource elle saisit la base du pénis vigoureusement de façon à retenir la montée sanguine et décroitre la sensibilité du pénis. L’homme eu quelque convulsion et timidement un liquide incolore fit son apparition sur l’organe masculin.
Elle s’approchât de son oreille et tout en reprenant quelque peu son souffle dans cette petite pause lui susurrât.

« Si tu me promets de te retenir encore un peu, je vais t’offrir cadeau des plus délicieux, qu’en dit tu ? »

A ses mots il se sait de son oreille laissant sa langue courir sur la peau sensible de l’appareil auditif et mordillant la partie charnue du lobe ce qui eut un effet assez électrisant sur la jeune fille.
La jeune femme avait déjà une autre idée pour pimenter encore plus le jeu. Elle le plaqua avec sa main libre contre le sol et récupéra un bout de tissu de sa ceinture non loin et l’exhibât a son amant.

« On va pimenter un peu le jeu »

« Euh.. »

Face à sa réaction peut assurer elle s’échinât tout de même à réaliser sa petite manigance et noua le tissu derrière la tête de l’homme de façon à lui bander les yeux.

« Tu vas adorer j’en suis sur… »

Tout en continuant à caressant sensuellement son torse, elle commençât à lécher le corps de l’homme, d’abord les oreilles, puis le cou, les tétons et enfin l’organe de l’homme qu’elle s’’échinât a lécher en premier lieux, faisant jouer sa langue experte sur les testicule et le scutum de l’homme, puis elle y alla franc-jeu, et goulûment avalant d’abord la petite montagne rose qu’était son gland puis le tout, dans un mouvement de va-et viens parfois lent et profond et parfois rapide et par à-coups. Il ne pouvait se contenir son dos se cabrant, son corps s’agitant de soubresaut, les mains se reposèrent sur la tête de la jeune fille qui s’activait et aller en rythme l’exhortant a toujours aller plus loin ce qui n’offusqua pas la femme pour le moment qui la ne s’occupait que de son amant pour le plus grand plaisir de celui-ci. Au moment où elle sentit les tressaillements de l’homme et qu’elle sût qu’il ne pourrait se retenir de ses traitement elle retira sa bouche au grand dam de l’homme qui telle Onan par le passé répandit sa semence à terre. Elle se léchât les lèvres d’un coup de langue montrant la satisfaction que l’on éprouve lorsque l’on donne du plaisir à quelqu’un, le sentiment de puissance que l’on croit posséder sur l’autre. Elle dénoua le bandeau de l’homme et l’embrassa sur la joue

« Déjà terminé ? Hum… je commençais justement à m’amuser moi »

Elle s’allongeât sur le sol et cambrant son buste pour faire ressortir ses atouts féminins. Elle releva une longue jambe à laquelle pendant une culotte qui n’avait pas était mouillé que par leur viré dans le lac.

« A moi maintenant ? »


MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Lun 18 Juin - 22:19

On l'avait forcé à être dans le noir total, on lui avait privé du plaisir de voir une dame en action avec son propre corps. Était-ce réellement fait pour le décevoir ? Oui et non. Il est vrai qu'Ookami aurait aimé regarder la scène, voir la langue experte s'occuper de son membre en feu, qu'il aurait encouragé du regard sa compagne de la soirée, qu'il aurait aimé l'embrasser, la touché, lui procurer du plaisir également. Mais ce que ressentait l'homme à ce moment précis lui enlevait toute idée négative. Son corps entier était en extase, sans même sans rendre compte, il avait plaqué ses pieds au sol et c'était légèrement levé les reins pour obliger presque la femme à aller plus loin, plus profond dans ses besoins. Pire encore, il lui avait plaqué les mains sur sa tête, il souhaitait contrôler cette chose invisible qui lui procurait tant de bien au point que la pression montait dans son corps. Des petites convulsions de plaisir se firent entendre. Un gémissent sorti alors de sa bouche, signe pour la jeune femme qu'il était temps d'évacuer les lieux avant l'ouverture des valves. Et la fontaine jaillit, l'homme retint son crie de joie, mais il en mourrait d'envie. C'était pour la première fois qu'il pouvait se lâcher ainsi avec une femme, mais surtout, c'était la première fois qu'il couchait pour son esprit. Car bien qu'il se doutait qu'un jour, il y avait eut une histoire de fesse dans le pays du feu, il avait été bien trop amoché par l'alcool pour s'en souvenir. Alors il profitait de ce moment, sa semence se répandant à la fois sur son corps et sur la terre.

Il en avait fini, son corps se lâcha littéralement et son fessiers retrouva la froideur du sol herbeux. On le libéra de sa cécité et il pu profiter d'une embrassade avec la belle, sa main se porta dans les cheveux de la belle qu'il fit mine de brosser, c'était sa façon de la remercier, une caresse. Mais visiblement, elle en réclamait beaucoup plus. Quittant la chaleur du corps du jeune homme pour la froideur du sol, elle se dandinait énergiquement pour mettre ses formes en avant, certainement dans le but de redonner de l'excitation à son amant. De l'excitation, il en avait à revendre, mais il jugea qu'elle avait probablement raison. Après le plaisir instance qu'elle venait de lui procurer, il était légitime qu'elle en ai autant. Une jambe en l'air, une culotte qui pendait au bout... Il ne fallait pas être devin pour savoir où ce siturer la prochaine bataille. Ookami sourit un instant. Ce qu'il allait fait à cet instant, ce serait la première fois qu'il le ferait.

Se redressant doucement pour ne pas presser les choses, l'homme se mit à quatre pattes et regardait avec envie la dulcinée qui se trémoussait devant lui. Il avança ainsi jusqu'à ce que son corps soit au dessus d'elle, que son visage soit au niveau de son visage. Il souriait, vous savez, ce genre de sourire qui voulait dire « tu vas adorer ça ». Il l'embrassa goulûment comme ils en avaient l'habitude depuis ce soir. Une nouvelle fois, leur langue flirtèrent ensemble, mais cette fois-ci, ce n'était un simple signe de plaisir, quelque chose au fond du jeune homme lui disait que c'était bien plus profond, comme une sorte de reconnaissance ou de sentiment naissant. A ce moment, Ookami n'avait pas envie de se dire que ses sentiments n'avaient pas lieux d'être, qu'il ne connaissait pas cette femme et qu'il était au final très bien tout seul. Pour cette heure, il avait besoin d'elle, de sa présence, de son corps et de ses pensées, car oui, une fois leur langue déliées, il passa un long moment à regarder la jeune femme dans ses yeux et à y lire ses désirs les plus fous. Désirs qu'il ne tarderait pas à combler.

Il l'embrassa une nouvelle fois, mais ne s'attarda pas cette fois ci dans la bouche d'Aiko, non... il était temps pour la jeune femme de sentir un plus grand plaisir qu'une langue faisant mille tours avec la sienne. L'homme couvrit tout d'abord de baisé son cou, puis il descendait petit à petit, déposant des baisers sur ses clavicules, puis enfin sur la poitrine de la jeune femme. Il s'y attarda un instant, léchant les mamelon puis les mordillant légèrement avant de les sucer littéralement. Son corps se convulsait par moment, ce qui était bon signe pour le jeune homme, sans parler des gémissements de plaisir que celle-ci se mettait à produire à cœur joie. Elle voulait le récompenser et elle le fit en venant léchouiller le cou du jeune homme. Ookami était satisfait de son travail et il n'hésitait pas à le faire savoir à la jeune femme en revenant l'embrasser. Mais son travail n'était pas terminé alors, il retourna plus bas et cette fois ses lèvres se portèrent sur le ventre de l jeune femme où il déposa des baiser sur son nombril. Avec le temps, l'homme descendit de plus en plus bas jusqu'à arriver à la partie qui avait été jusqu'alors camouflé par un stupide morceaux de chiffon. Comme auparavant, il inséra ses doigts dans le vagin de la jeune femme observant sa réaction avant d'une nouvelle fois s'occuper de sa poitrine avec ses lèvres. Le manège de gémissements dure de longue minute avant que l'étudiant décide de changer de jeu. Il retira ses doigts aux grandes damnations de sa partenaire, mais il les remplaça par tout autre chose... Le premier coup de langue fut assez spéciale... L'homme s'attendait à un tout autre goût au vue de la partie qu'il léchait, mais il n'y pensa rapidement plus offrant alors à sa partenaire une séance alphabétique assez spéciale. Il ne fallu pas longtemps à sa magnifique victime pour réagir. Repliant ses jambes autour du corps du jeune homme, elle s'était agrippé à lui pour être certain qu'il n'arrêterait pas, ses mains parcouraient e dos du jeune homme et ses ongles vinrent le griffer dans une étreinte qu'elle voulu bestial. L'homme lâcha une plainte, mais il lui en faudrait beaucoup plus pour le dégoutter de l'étreinte. Il continuait son travail, sentant le corps de la jeune femme s'humidifiait de plus en plus. Ce n'était pas fait pour lui déplaire, il avait le sentiment de bien faire son travail et les cris de plus en plus aigus de la jeune femme gonflait encore un peu plus ce sentiment. Et voici que les rôles étaient à présent inversé, la jeune femme s'était emparé de la tête du jeune homme où elle tira sur ses cheveux pour indiquer la direction que la langue devait passer. Puis vint se crie, plus puissant, plus aiguë que tous les autres, cette main crispé que le crane de l'homme qui on aurait pu croire, avait comme but de le broyer, ce corps d'un coup tendu, mais qui se relâchait à la seconde d’après. La jeune femme venait de jouir et Ookami revenait pour chercher sa récompense, un long et goulu baiser. Mais ce n'était pas tout... De sa main gauche, il vint attraper sa partie génital et commença à la frotter contre celle de la jeune femme...

Ookami – Tu es toute mouillée maintenant.



\\\"La mort n\\\'est que le visage caché de l\\\'Homme\\\"
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Mar 19 Juin - 4:19

Après s’être tant donné pour son amant, elle aussi aller en fin accéder à ce à quoi chaque femme qui a déjà gouter au plaisir aspire, retrouver cette sensation si particulière, unique en son genre, cette sensation propre à chaque femme et pourtant partagés par des millions d’entre elles. Elle était bien décidé à faire comprendre ce qu’elle attendait d’ailleurs, une position suggestive afin de remettre le gout des bonnes choses, après tout même s’il ne s’agissait pas de son propre, un homme est toujours plus performant lorsqu’il est au comble de l’excitation et puis c’était un juste retour des choses que lui aussi se donne à fond pour elle.
Il se rapprochât enfin d’elle son visage se trouvant juste au-dessus du sien, souffle contre souffle. Sa bouche se fendait en un large sourire ou pouvait lire la fierté que ressent un homme lorsqu’il sait que ça compagne va, pour parler crûment prendre son pied, grâce à lui de surcroit. Il l’embrassa une nouvelle fois, leur langue s’entrelaçant encore une fois, faisant monter le désir d’aiko à mesure que l’attente se faisait croissante. Il l’embrasse une fois de plus, quand allait-il enfin accéder à son désir, elle sentait son esprit perdre pied face à cette de désir et d’attente qui la submergé. Enfin il quitta sa bouche mais continua à la torturé en faisant monter le désir peu à peu. Il embrassa son cou puis descendît lentement, sa langue cherchant toujours de nouvelle zone sensible pour flatter la jeune femme. Il s’attarda sur la poitrine de la jeune femme trouvant des tétons qui ne tardèrent pas à durcir sous les assauts des lèvres de l’homme. Il léchait, les mordillait et sucer maintenant carrément ses mamelons a pleine bouche. Le corps d’aiko commençât à se soulevait puis à se reposer doucement, signe que les choses commençait à être pressante. Elle penchât sa tête pour lui lécher le cou à son tour, pour entretenir son excitation et le récompenser mais aussi pour déverser d’elle même une partie de son excitation en se donnant une tâche concrète à effectuer. Il revint quelque fois l’embrasser mais cela ne suffisait pas et il continua sa tâche et descendît de plus en plus bas, passant par le ventre et le nombril avant d’arriver à l’endroit dont il allait s’échiner à s’occuper.
Il commençât par y insérer ses doigts lentement afin de ne pas faire mal à la jeune femme puis il y allât à et le manège recommençât, s’occupant à la fois de la poitrine et du vagin de la demoiselle il faisait monter encore plus la température. Il continua quelques minutes avant de gouter à un jeu encore plus intéressant pour elle comme pour lui.
Il approchât son visage des jambes de la demoiselle et accédât enfin à sa demande silencieuse, dans la petite hésitation dut à la première fois il lapa la partie la plus sensible de la femme, qui ressortit d’ailleurs de plus belle. La partit du corps féminin qui était seulement dédié au désir aller remplir son rôle à la perfection se soir-là. Il s’acharnât donc sur sa partenaire, lui faisant payer pour tout à l’heure, décrivant les différentes lettres de l’alphabet sur sa partenaire, s’occupant de toute la zone de sa partenaire, de la plus charnue à la plus sensible sur laquelle il s’attardait plus bien évidement. Elle enserrant de ses longues jambes de corps de l’homme de façon à ce que celui-ci ne puisse lui échapper avant d’avoir accompli sa tâche. Elle s’accrochât aussi à l’aide de ses bras au corps meurtrit d’Ookami. Au fur et à mesure que le plaisir grimpait, l’étreinte devint plus « bestiale », elle lacérât le dos de son amant mais ne put entendre sa peinte couverte par ses gémissement et aussi parce que son cerveau embué focalisait sur elle-même ne pouvait entendre clairement. Elle s’emparât de la tête de l’homme cherchant à le conduire pour qu’elle accède plus rapidement au stade suprême, celui qui lui tendait les mains, le septième ciel. Tout tourbillonnait dans son esprit, ses gestes se faisaient désormais plus par instinct que par la raison. Sa respiration désormais bruyante était saccadé, elle semblait chercher de l’air tout en poussant des petits gémissement incontrôlé et son corps brulait de l’intérieur, ses jambes se raidirent et une étrange sensation de chaleur intense commençât à l’envahir. Sa y’est, elle y était presque, elle resserrât encore plus son étreinte sur l’homme, presque dans la violence elle appuyât si fort sur la tête de celui-ci qu’il semblait qu’elle aurait pu la broyer mais elle n’en avait conscience et surtout elle n’en avait rien à foutre, seul importait la sensation qu’elle allait ressentir.
Soudain se fut le moment, le septième ciel, le nirvana, les convulsions s’arrêtèrent et son corps se raidit une nouvelle fois tendit qu’elle laissait échapper un petit cri plus aigus encore que les autres et d’un coup tout se stoppa, son corps tout entier se relâchât tandis qu’elle poussât un long soupir de soulagement. Elle était totalement vidée, elle tentait de reprendre son souffle chercha à articuler un mot mais celui-ci ne sortit. Elle trembla légèrement quelques secondes et reprit enfin son esprit.
Quand elle reprit vaguement conscience du monde qui l’entourait elle vit le visage qui s’approchait d’elle afin de l’embrasser, elle accepter volontiers même si elle se sentait à bout de force. Pour signifier ce qu’il désirait à présent, l’homme approchât son sexe de celui de la femme.

« Tu es toute mouillé maintenant »


Elle n’avait pas la force de lui répondre pour le moment cependant elle se saisit du pénis afin de le rendre un peu vigoureux avant la tâche qui l’attendait, par un petit mouvement de va et viens elle fit remonter le sang dans l’organe qu’elle sentait durcir entre sa paume. Elle le forçat à se rapprocher d’elle et tenant toujours fermement son sexe entre ses mains elle le conduisit lentement au travers de son vagin. Une étrange sensation l’envahis et au moment où son organe génitale se retrouvât emplit elle sentit un courant électrique la traversa de la nuque jusqu’au bas de sa colonne vertébrale. Il commençât à faire aller et venir ses hanches et elle dans le même temps se callât sur son rythme pour faire onduler son bassin afin de donner plus de sensation à celui qui l’avait comblait de désir.
L’étreinte de déroulait pendant quelques minutes ou chacun se donnait pour lui-même et pour l’autre. S’étreignant en une union parfaite ou se mêler leurs corps désormais transpirant, leur esprits se chevaucher par le biais de leurs désirs commun envers l’autre. Tout n’était désormais que sensualité, chaque sensations semblait décuplée à l’infini et se répercuter en boucle dans le cerveau d’aiko et bientôt plus rien d’autre n’avait de prise sur elle. Elle était dans une bulle ou se trouvait seulement elle et ce délicieux ninja de kiri. Au bout d’un certain temps la belle commençât à se lasser de ce petit jeu et voulut inverser les rôles, reprendre sa position de dominatrice. Elle glissa par le coté entrainant son compagnons avec elle avant de se retrouver sur lui. Il lui sourit et l’embrassa fougueusement, un passionné baisé qui servait de petite pause pour la suite des évènements.
Elle ondula de plus belle telle une vague lors d’un tsunami. Toujours à la recherche de plus de bonheur et pour offrir une vue plus magnifique encore à l’homme sa main descendit délicatement jusqu’à son clitoris tandis que l’autre soulevait sa poitrine permettant ainsi à celui qui la contemplait d’en bas d’avoir les yeux ainsi que l’organe stimulé tout à la fois. Et pour aiko c’était un bon moyen d’arriver à l’extase, non seulement elle contrôler désormais l’action ce qui était pour la ravir car elle était un brun dominatrice mais en plus elle pouvait attaquer selon l’angle qu’elle désirait et à la vitesse qu’elle avait elle-même choisis. Ainsi pendant de longues minutes elle se mouvait parfois très rapidement parfois très lentement et profondément. A chaque fois que le membre turgescent de l’homme venait cogner au fond d’elle lâché un petit gémissement et sa respiration s’accélérait encore plus. Ookami était puissant à n’en pas douter, la jeune femme l’apprenais aujourd’hui alors qu’il la comblait de tout son être.
Ookami décidât de reprendre le devant, il se redressât et embrassa sa poitrine puis la remis sur lui virilement e donnât de puissant coups de reins alors que la jeune fille était assise sur lui. Elle s’accrochait toujours fermement à lui, lui caressant le dos et continuait de l’embrasser tendant que le coït se poursuivait, la nuit était loin d’être fini, après tout l’endurance des ninjas était légendaire et elle espérait bien que celle d’un expert en taijutsu comme lui soit proverbiale. En tout cas la sienne commençait à être mise à l’épreuve, ses jambes qui avait tant était sollicité et qui avait tant tremblées commençait à être de plomb mais elle n’en avait cure elle était trop entrainer par les gémissements rauque de son amant pour se soucier de la douleur physique. Lui ne donner aucun signe de faiblesse en tout cas et il n’était pas prêt à s’arrêter maintenant vu l’éclat dans ses yeux. Elle voulait le fatigué, pour elle il pouvait encore s’agir d’un petit jeu et elle voulait en être la victorieuse.
Elle aller l’épuisé, oh oui il et en même temps elle en retirait un plaisir certains, s’il faisait démonstration de sa force elle aller peut être rentré chez elle en boitant ce soir…
Elle fit passer une jambe par-dessus sa tête et tandis qu’elle se retournait pour lui offrir une vue magnifique sur sa croupe, elle lui fit comprendre qu’elle voulait qu’il donne le meilleur de lui-même en exhibant devant des courbes qui avait fait tomber tellement d’homme entre ses griffes, la suite allait être brutale et bestiale, ils le savaient tous les deux. Il vint se placer derrière elle sur ses genoux, il posa ses mains sur son dos et tandis qu’elle le guidait une nouvelle fois en elle il donna un violent coup de rein, ne pas le voir l’émoustillait encore plus, elle ne savait pas à quoi s’attendre et ce piquant avait un coté délicieusement excitant d’autant plus que l’homme y allait à fond s’enfonçant à chaque fois si profondément en elle qu’elle ne pouvait plus réprimer ses cris. Elle s’abandonna totalement tandis que tout devint confus autours d’elle, elle ne ressentait plus rien hormis ce pénis vigoureux qui s’enfonçait à chaque fois plus loin en elle, elle se sentait remplis et emplit d’une extase terrifiante, capable de vous faire perdre la tête et perdre pied en ce monde. Elle ne s’offusqua même pas quand il lui tira les cheveux dans un élan de bestialité, pire cela lui donna encore plus de plaisir, ce soir elle était redevenu primaire et tout ce qu’on se corps pouvait subir n’importait pas tant qu’elle recevrait en récompense cette chaleur en elle. Tandis que les deux compagnons arrivaient aux termes de leurs caibriole, Ookami eut encore une autre idée, un dernier fantasme à assouvir…
Il se relevât d’un coups toujours au plus profond d’elle et tandis qu’il continuait les va et viens, elle sentit une vive douleur en elle, il venait d’introduire quelque chose en elle, d’une autre façon que précédemment et dans un autre endroit, quelqu’un avait déjà essayer avant mais il n’avait pas vécut assez longtemps pour en profiter, pourtant cette fois c’était plus doux, l’homme avait compris qu’il ne fallait pas y aller comme une brute. Au départ elle se sentit outré et même souillé et encore plus quand l’homme glissa un deuxiéme doigt. La douleur la déchira mais pourtant, au bout d’un petit moment elle s’estompât, le plaisir qu’elle ressentait de l’autre côté de son corps y était pour quelque chose aussi évidement et cette nuit elle était prête à toute les folies et à toutes les expériences et la sensation qu’elle avait d’abord considérer comme une gêne commençait à se muer en plaisir, cela devenait même plutôt agréable et elle gémit de bonheur de se voir ainsi doublement comblé ainsi lorsque l’homme lui demandât si elle voulait essayait cette nouvelle expérience elle ne refusât pas mais elle lui fit promettre la laisser guider et d’y aller à son rythme et pas trop brutalement. Elle avait peur évidement mais ce soir elle était prête à vaincre ses peurs pour combler encore plus son désir de plaisir. L’homme s’exécuta alors, il exultait visiblement de pouvoir réaliser ce fantasme de bon nombre d’homme.
La douleur était telle qu’elle ne l’avait jamais connus et même si tout c’était dérouler progressivement elle avait l’impression qu’on lui broyer les entrailles. C’était si serrer, comment cela pourrait-il se faire sans se déchirer et pourtant après quelque va et vient tout s’estompa et une nouvelle vague de plaisir s’engouffrât en elle, un plaisir qu’elle n’avait jamais ressenti, différent mais pourtant non déplaisant, elle le sentait si profondément en elle … cependant elle ne pouvait endurer cela très longtemps, elle avait déjà tellement donné et lui aussi, elle ne saurait dire depuis combien de temps ce manège de désir durait mais elle lui semblait qu’il avait durait une éternité. Elle était fatiguée de ressentir tant de sensation à la fois et pourtant elle le voulait une dernière fois en elle, elle voulait qu’il se déverse en elle et c’est ce qu’il fit la retournant et la prenant dans ses bras il la souleva du sol et à la force de ses bras guida sn bassin toujours plus fort et toujours plus profond en elle jusqu’au moment où tous deux s’abandonnèrent enfin dans une jouissance intense partagé. Elle le sentait au fond d’elle si chaud et cette sensation si spéciale, elle était comblée (c’est le cas de le dire …) mais ressentait aussi un épuisement hors du commun et alors qu’il se retiré d’elle, sensation qu’elle prit pour une séparation difficilement supportable après cette nuit intense, elle s’abandonna au sol et poussa un long râle de soulagement. Elle vint se blottir contre lui sa tête sur son torse.

« J’espère que ma récompense ta plût »

Ce fut les derniers mots qu’elle prononçât avant de sombrer dans le sommeil tandis que son amant la caressait tendrement. Maintenant c’était sur elle aurait du mal à marcher.

MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Ven 22 Juin - 20:45

??? - Où est-il ?

Le capitaine tremblait de tous ses membres. L'homme savait qu'il aurait dû rendre des comptes, mais jamais aussi rapidement. L'homme qui se trouvait devant lui faisait peur et pour effrayer un capitaine pirate, il fallait vraiment y aller. Son visage était couverte d'une large cicatrice qui partait du haut de son front pour venir recouvrir la cavité orbitaire vide et se perdre sous les plis de tissus. L'homme était imposant, cela ne faisait aucun doute qu'il pratiquait une quelconque sorte de taijutsu . D'ailleurs, son kimono portant la marque d'une vipère y faisait largement penser.

Le capitaine n'arrivait à rien dire, juste quelque mot très mal articulé que personne ne pouvait comprendre. Les quelques personne membre de l'équipage présent le regardèrent étrangement, comme-ci ils ne reconnaissaient plus l'homme qui les insultait et les brutalisait si souvent sur le navire. En face d'eux... il n'avait qu'un homme terrifiait comme un enfant qui regardait e père fouettard...

Capitaine – C'est... que... vous.... vous voyez.... le type... il est plutôt doué... il... il a... réussit à.... à...

??? - A quoi ?

Capitaine – A s'échapper...

Le silence qui régna après cet aveux fut lourd. Tout le monde pu le sentir et le regard glaciale que lançait l'homme inconnue sur le capitaine en disait long sur ses attentions. Il descendait les marches, une à une, prenant son temps pour laisser encore plus la pression monter dans le cœur de l'homme responsable ici. Il ne faisait aucun doute qu'un capitaine devait assumer les erreurs de son équipage, après tout, c'était lui qui les guidait, lui qui les postait et si un seul homme avait été mis de garde ce jour la pour surveiller le prisonnier, c'était de la faute du capitaine. Alors le revers du droit qu'il reçu était légitime pour tout le monde. La masse s'écroula au sol, une main se tenant la mâchoire, l'homme n'osait pas regarder son agresseur, comme on le dit si souvent, il n'y a pas pire fillette que les gros durs...

??? - Espèce d'incapable. Vous êtes grassement payé pour apporter un colis et vous trouvez le moyen de le perdre en route. Vous êtes vraiment la pire des merdes que ce monde porte. Il va falloir faire le travail moi-même...

Chacun dans la pièce ignorait réellement en quoi consistait ce travail. Pour eux, l'homme leur avait simplement demandé de ramener un pauvre bougre, les raisons, ils s'en moquaient complètement du moment qu'ils étaient payé.

??? - Votre navire sera sous mes ordres jusqu'à temps que nous aillons retrouvé sa trace.

***

L'homme vivait un moment magique, le moment que l'on ressent qu'une seule fois dans sa vie, la première fois. Et quelle première ! La jeune femme qui l'accompagnait dans cette aventure était encline à combler tous ses désires. Ainsi l'homme pu profiter du corps alléchant de la jeune femme comme bon lui semblait. Les positions s’enchaînaient, parfois sous la volonté de la femme, parfois sous celle de l'homme. Leur corps ne formaient plus qu'un, le pénis formant cette chaîne qui les unissait pour leur ébat amoureux. Les corps se convulsait, les petits gémissements se faisaient de plus en plus puissant des deux côtés. Le bonheur pouvait se lire sur leur visage. Alors lorsque Ookami souleva puissamment sa compagne et qu'ils jouirent tous dans cette position, ce fut l'extase de la soirée.

Ils s'écroulèrent sur le sol, bras dans les bras, corps contre corps. Leur esprits étaient vide de toute pensée, seul le plaisir qui les enveloppait encore était important. L'homme souhaitait maintenir le plus possible cette sensation en lui. Ne jamais l'oublier, car il avait le pressentiment qu'il ne connaîtrait plus pareil plaisir avant bien longtemps. Son menton se posa sur le crane de la jeune femme et son regard fixa un point invisible.

« J’espère que ma récompense ta plût »

Pour lui avoir plu, elle lui avait plu... L'homme ne s'était jamais senti aussi.... vivant de toute sa vie. C'était comme si la jeune femme lui avait insufflé un peu de fraîcheur, un peu d'envie en lui. Il était bien avec elle, en tout cas pour ce soir... Alors il se permit une folie, il ferma les yeux et s'endormit à côté de la jeune femme. Le réveil le lendemain serait sans doute moins glamour, mais il s'en moquait, elle avait bien gagné le droit de passer une nuit à dormir à ses côtés.

Les ténèbres s'étaient emparé de lui depuis bien longtemps et pourtant l'homme avait l'impression de bouger... Comme si qu'on le traînait sur le sol. Ce n'était pas la première fois que des rêves paraissaient si réel, mais cette fois, l'homme se débattait pour sortir de son sommeil par peur que tout cela ne soit réel. Sa surprise ne fut qu'à moitié atteinte lorsqu'il s'aperçut que tout cela était vrai. Deux hommes le tiraient vers l'arrière, laissant a jeune femme dormir paisiblement. Ookami ne comprenait tout d'abord pas ce qu'on lui voulait, il était proche de Kiri, perdu entre la mer, le village et avant poste et pourtant quelqu'un semblait lui vouloir du mal. Il débattit un instant avant qu'on ne lui cogne violemment la tête. Il était groggy et impuissant face à ces hommes qui le prenaient par surprise. Aiko disparut entièrement de son champ de vision, heureusement, les hommes ne semblaient pas lui vouloir le moindre mal, ce qui voulait dire qu'Ookami était leur seul cible. Cela ne présageait rien de bon pour lui.... Soit Kumo avait décidé d'agir derrière le dos de Kiri et de le traîner de force jusqu'au pays de la foudre, soit son clan l'avait retrouvé et cela ne voulait dire qu'une chose : la mort l'attendait au bout du chemin.

On le jeta au sol au pied d'un homme. Okamai ne le connaissait pas, mais le sourire machiavélique que celui-ci affichait en disait long. Cette orifice vide.... En fouillant dans sa mémoire, Ookami se souvint d'avoir déjà entraperçu cette homme. Il était sans doute le plus puissant, mais surtout le plus vicieux des Sorahiko... Avec lui... il n'y avait pas de cadeau.

??? - Cela fait longtemps que je te cherche Yûdai... Beaucoup trop longtemps à mon goût.

Et il envoya un coup de pied dans la mâchoire de l'homme. Celle-ci fut brisé sur le coup. Au moins, il n'aurait pas à répondre ou à donner des informations quelconque.

??? - Je vois que tu n'as pas traîné pour forniquer. Peut-être qu'avec un peu de chance tu nous auras fourni à nouvel adepte.

Ookami se débattit violemment, il souhaitait se jeter sur son agresseur, mais il ne réussit qu'à se prendre un autre coup. Son visage était en sang et tachait abondamment le sol.

Pirate – Ce salop était avec une nana, qu'est ce qu'on fait d'elle ?

??? - On n'y touche pas. Avec un peu de chance cet abrutit l'aura mis enceinte et nous pourrons alors chercher notre dû...

S'en suit une série de coup que l'étudiant ne pouvait que subir. Il était épuisé, les coups l’assommaient et il n'arrivait même plus à voir ses pieds. On ne lui avait laissé aucune chance et c'était sans doute pour cela que cet homme avait été chargé de le retrouver. Mais dans quel but ?

??? - Emmenait le sur la chaloupe. On ne peut faire cela ici, Kiri est juste à côté.

Une chaloupe... des pirates.... leur navire devait se trouver quelque part non loin, en pleine mer ou caché des yeux de Kiri. En tout cas, avec cette homme, il n'y avait aucune échappatoire possible... Ookami toussa un instant, laissant une grosse trainer de sang derrière son passage. A ce moment, il disait adieu à Kiri, à Aiko... il reprenait son ancien nom : Sorahiko Yûdai... Il mourra donc ainsi.



\\\"La mort n\\\'est que le visage caché de l\\\'Homme\\\"
Hansha Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Mar 26 Juin - 3:53

Tout était sombre … Dans des ténèbres infini il y avait un corps, se corps c’était le mien devinai-je. Le corps était la seule source lumineuse et au-delà du faible rayonnement qui en émanait rien ne se trouvait… le vide total, un espace sans limite plongée dans les ténèbres.

*je suis dans … Moi ? *

Et tandis qu’elle se matérialisé cette pensée en elle, sa vision de ce monde changeât, elle fut différente image, celle de cette nuit, et pourtant le visage de celui qui l’avait accompagnée dans la passion cette nuit restait flouté invisible, ses souvenirs de cette nuit, semblait eux aussi flous…
Elle savait reconnaître cet endroit, elle l’avait déjà dans l’un des rituels de son clan, celui qui permettait de sentir la nouvelle présence en soi. Elle était dans la chambre de son esprit, son moi intérieur. Peu à peu-elle récupéra ses esprits, sentit les deux présences habituelles qui habitait son corps, pourtant cette fois-ci quelque chose était différent, elle voyait un point lumineux au loin, faible presque invisible mais il y’avait une autre présence si faible soit elle. Elle ne comprenait pas et ressentant la présence plus que la voyant elle tenta de s’en approcher mais une image éclatât dans son esprit, un jeune homme aux cheveux d’argent et aux yeux flamboyant. Puis l’image se déforma et le visage prit une allure squelettique nimbé de flammes. Elle vu le corps de l’homme nus et inerte sur la terre, puis une grande croix. S’était la dernière image qui apparut.

*Ookami … il… il est en danger…*


Puis tout lui apparut, les souvenir de cette nuit était désormais nette et les ténèbres s’effaçait peu à peu, remplacer par une vive lumière. Un vent mordant la transperçât et elle se réveillât en sursaut, elle papillonna des yeux comme pour s’accrocher à la réalité. Le premier constat qu’elle fit et qu’elle était toujours au même endroit où elle s’était endormie, seulement le jour commençait à poindre à l’horizon et l’aube était sur elle et aussi elle était seule. Ou avait bien put passer son compagnon de la nuit, c’était-il enfuit comme le font tant d’homme avant que leur amante de la soirée ne se réveille ? Elle n’y croyait pas, il ne semblait pas le genre d’homme qui l’aurait abandonné aussi soudainement, elle commençât à chercher aux alentours tout en l’appelant, mais personne ne lui répondit, seulement elle trouvât des marque dans la terre meuble près du fleuve, de petit sillon comme si l’on avait trainé quelques chose de lourd sur le sol. Elle suivit les petites marques qui s’éloignaient vers la côte en récupérant ses vêtements au passage. Les marques la menèrent à une distance respectueuse de son point de départ avant de découvrir un spectacle qui l’emplit de crainte, une mare de sang et de trace de lutte se trouvait là, une grande marre de sang même. De la partait des trainés de sang, comme il s’en échappe d’un corps meurtris que l’on traine sur le sol, les traces menaient jusqu’à la cote et la plage. Sur la plage elle trouvât de nouvelles traces, de large bande de sables meubles récemment remués, un canoë avait était trainé de la plage à la mer, maintenant elle en était sur Ookami avait était enlevé, pourquoi, qui et comment elle n’en savait rien, mais la disparition et les traces récentes de luttes ne pouvait être une coïncidence. C’est seule et l’esprit embrumé de sombre pensait qu’elle se redirigea vers le lac, elle devait prendre une décision, rallier les autorités et les prévenir déjà, ensuite on verrait bien…
Elle se dirigeât vers l’avant-poste le pas trainant. Morose elle rencontrât le capitaine des gardes de l’avant-poste. Il fut surpris et troublé quand il apprit la nouvelle, comment quelqu’un avait pu passer ainsi les frontières de kiri et pénétrer sur les terres du village à moins que ce n’était déjà quelqu’un du village, il y’avait trop de mystère trop d’énigmes dans tout cela et il faudrait du temps pour résoudre cette affaire.

« C’est très troublant en effet, nous allons avertir les autorités compétentes de kiri et une enquête sera ouverte, tant donner que vous étiez la dernière sur place on vous demandera surement des compléments d’informations mais pour l’instant vous avez l’air épuisée, allez-vous reposez et on vous avertira quand aura besoin de vous. »

« Mais je … merci »

Il ne semblait pas très enclin à laisser une genin comme elle participer et cella la vexé, elle allait peut être devoir les convaincre ou mener son enquête d’elle-même ? Déjà elle devrait se renseigner sur Ookami, savoir qui il était, peut être apprendrait elle quelque chose d’utile et déjà si il avait vraiment disparut. Mais pour l’instant elle était las, très las et n’avait qu’une envie, se reposer chez elle …
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   Mar 26 Juin - 16:18

Aiko Katsuni: +64 Exp

Ookami Shiroi: +78 Exp

Bonne session rp de ta part je trouve. Tu es motivé (le fait d'avoir fait une nuit blanche rp le prouve à tous je pense) ton niveau d'écriture ne demande qu'à s'améliorer, un excellent joueur rp en perspective. Je t'ai offert de quoi rp sur le long terme, exploite le filon comme il faut.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [18+] Rencontre sous la lune   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Solitude sous la Lune (PV Miriane Lonira) [ ABANDON ]
» Sous la lune éclatante [Libre]
» Cynthia
» Rendez-vous sous la lune (PV Mymy =3)
» Chanter sous la lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Terrains d'Entraînement-