Partagez | 
 

 [Event Uchiha] La Nuit de la Rage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Event Uchiha] La Nuit de la Rage   Dim 17 Juin - 1:23

- Nous ne pourrons jamais vous remercier assez pour votre contribution.

Le ton employé avait été celui de la froide courtoisie, car mon interlocuteur ne méritait guère plus. Je n'avais jamais éprouvé de la sympathie à son égard. Je n'avais jamais éprouvé de la sympathie pour un quelconque étranger, qui plus est lorsqu'il n'avait pas la décence de dévoiler son visage en ma présence. Mais il avait été d'une aide plus que précieuse, ne nous le cachons pas. Mon regard émeraude se posa sur la capuche qu'il me présentait. Agaçante, mais je faisais avec.
On ne pouvait pas en demander trop à ces sauvages appartenant aux villages mineurs. Il s'était présenté à nous, lorsque nous avions pris contact avec le Village du Son. Un mouvement insensé à première vue, Oto était connu pour la haine qu'il éprouvait envers tous ses voisins, Konoha compris. Alors nous aider en quoi que ce soit ? Bah, pourquoi pas.
Ils n'étaient pas stupides, et nous ne l'étions pas. Ils avaient à y gagner, et nous y avions à y gagner. Et eux comme nous étions prêts à nous poignarder dans le dos si quelque chose tournait mal.

Cela nous faisait beaucoup trop de points communs.

Néanmoins, ils s'étaient faits désirés. Notre émissaire avait disparu, et nous avions perdu espoir de le revoir. Après tout, son exécution par leur main ou celle d'une quelconque autre entité n'était pas une surprise plus désagréable que prévue. Rien de plus qu'un sacrifice mesuré. Mais lorsqu'il s'était présenté dans mes appartements, accompagné de monsieur capuche, l'étonnement n'avait pas été feinté. Ils n'avaient pas trop abîmé notre messager, et il semblait même en bonne santé. Et voilà qu'on se retrouvait avec les services d'un assassin se prétendant talentueux.
Et il l'était, vu la facilité qu'il a eu à assassiner Kuzako. Et pour un village mineur, cela était aussi surprenant que désagréable.
Oto avait gagné la puissance d'un village régional, à défaut de national. Et il pouvait rivaliser aisément avec Konoha.
Ce n'était qu'une question de temps avant que la poudre s'embrase, et que tout cela détonne en un conflit d'ampleur. Mais il n'était pas question de cela, actuellement. Il y avait plus pressant.

Cette nuit était notre nuit.

Dans mes appartements, trois hommes d'envergure trônaient, installés à diverses places. Un homme à la silhouette frêle, à la peau semblable au parchemin, d'un âge avancé, mais droit comme une lame et au visage impassible. Seigneur mon Père Toshiyo, chef de la Vipère. Une silhouette plus massive comme l'animal qu'il représentait, un homme qui ne ressemblait en rien au politicien mais plus au casseur de crâne, avait pris place à coté de la fenêtre. Anakeru était une force paisible, mais bel et bien une force de la nature. Et enfin, là où il n'y avait pas d'ombre quelques minutes auparavant, se terrait Jongo du Domaine de la Loutre, qui attirait à lui la pénombre. Des figures hétéroclites aux ambitions divergentes, mais unies en un même dessein.

Rétablir l'ordre au sein du Clan. Cesser cette absurdité provoquée par ce Hyuuga et son pantin Kuzako.
Nous ne pouvions pas laisser impuni ce qu'ils avaient fait à Takeshi, puis à Shinjô.

Tout cela prendrait fin cette nuit, dans les mêmes circonstances que cela avait commencé.


- Votre amitié est le don le plus précieux que nous puissions espérer, Mina-sama. J'espère que vous n'oublierez pas le rôle qu'Oto a joué.

- Ouais, ouais, on a compris. Vous pouvez partir maintenant.

La voix d'Anakeru avait résonné de son baryton, avec une claire hostilité. Il n'avait cherché à cacher le dégoût qu'il avait pour notre invité, et celui-ci lui rendait avec une passionnante indifférence. Les deux échangèrent un long regard, qui n'aboutit à rien. Pas de conflit si tôt de la conclusion, ce serait si stupide ... Mais avais-je une emprise sur eux ? Le doute s'emparait de moi, mais je l'éloignais rapidement. Pas de place à l'hésitation, surtout maintenant.

- L'heure approche, nous ferions mieux d'y aller.

Mon regard n'était pas équivoque. Tout et chacun savaient de quoi je parlais, et ce qui nous attendait. Monsieur capuche se contenta de s'incliner avec toute la grâce dont il était pourvu, avant de dire solennellement.

- Que votre entreprise soit couronnée de succès, je vais continuer à ... veiller.

Je me contentais d'un signe de la main, avant de franchir le seuil de la porte, suivie de près par mes compagnons. Son ton ne me plaisait pas, et il y avait bel et bien une cause à tout cela : Que nous échouions ou réussissions, Oto était gagnante. Nous le savions, au moment de prendre contact avec eux. Ils ne faisaient pas cela par altruisme ou sympathie, ils n'en avaient aucune. Ils faisaient cela dans le but de déstabiliser Konoha. Plus ou moins grandes, notre acte allait avoir des répercussions. Après tout ... Les clans de la Feuille s'étaient unis dans une vaine lubie, dans cet espoir fou qu'ils pourraient construire quelque chose de grand pour le village.

Mensonges éhontés.

Nous n'étions pas aveugles, nous n'étions pas des pantins dont on tire les ficelles. Quelqu'un ne nous voulant aucun bien était l'acteur principal de ce changement. Les clans ne s'étaient jamais voués une quelconque amitié, à défaut d'hostilité. Des naïfs, ceux qui croyaient en une harmonie illusoire. Des traîtres, ceux qui agissaient pour réaliser le but sous-jacent. Ils veulent nous priver de notre liberté. De notre indépendance. De nos traditions et de nos croyances. Ils faisaient cela dans le but de nous asservir, pour un dessein qui n'était en rien dévoilé, mais que nous présagions sombre.

Quatre silhouettes découpées à la lumière lunaire s'avançaient dans les ruelles du Quartier Uchiha.
Ici et là, alors que notre pas lent résonnait, je pouvais voir les relents d'affrontements. Taches de sang, éraflures d'acier, bois et pierre écorchés. Tout cela à cause de Kuzako. A cause d'elle, le Cygne a dû combattre et saigner pour avoir le droit de s'exprimer. A cause d'elle, nous avons été obligé de faire appel à un mineur.
Pour mettre fin à sa folie. Et cela me chagrinait. Je savais qu'elle était manipulée, mais avec elle sur notre route nous ne pouvions rien faire ... Elle avait été la première victime de la folie de cet Akogare.
Cette légende qui voulait notre chute.

Malheureusement pour elle, nous avions pris les devants. Nous étions fils et filles de Dieux. Notre héritage remonte loin, si loin, remonte à une époque d'où il ne reste que des cendres et poussières. Nous sommes d'une lignée royale, et personne, et surtout pas un étranger, viendra nous dicter notre façon de vivre.
Alors que peu à peu nos pas nous approchaient de la destination finale, les fidèles, les vrais croyants, se joignaient à notre route. Leurs noms, je ne m'en souvenais pas. Mais ils étaient venus, de tous les domaines. Seuls le Lion et le Tigre étaient absents, mais cela était normal. Ils étaient les pantins, le mal qu'il fallait purger. Le Corbeau et le Renard soutenaient le conseil fantoche, mais tous n'étaient pas unanimes. Et c'était ceux là qui étaient avec nous.

Nous atteignions le bâtiment où le Conseil se rejoignait habituellement. Tard cette nuit, nous avions eu vent d'une réunion exceptionnelle. Et nous savions que l'absence de certains ne leur passerait pas inaperçue, mais soit. Après tout, ce n'était pas quelque chose qui nous gênerait, qu'ils soient vigilants ou pas. Le groupe de taille modérée, agrandi à une dizaine d'individus, se prépara à affronter la garde postée aux portes. Une garde stoïque, qui n'engagea pas le moindre mouvement pour nous stopper, désormais que nous menacions d'arriver à elle. Et, face à elle, Jongo se contenta de quelques paroles, brèves et concises.


- Tout est prêt ?

- Les issues du Quartier sont gardées, et nul ne sortira avant que vous ne l'ordonniez.

- Soit.

Il ne fit nul geste à notre égard, mais je devinais que nous pouvions entrer sans gêne aucune. Alors que chacun des membres de l'expédition disparaissait dans la pénombre du long couloir d'entrée, j'entendais finalement la Loutre s'adresser une dernière fois à ses sbires avant de clôturer la marche.

- Assurez-vous bien que personne ne nous dérange.

Car cette nuit est celle de la vérité.

MessageSujet: Re: [Event Uchiha] La Nuit de la Rage   Dim 24 Juin - 2:23

La pénombre était omniprésente.

Nul ne s'était embarrassé à allumer une quelconque lumière, si bien qu'ici, à l'intérieur du bâtiment, tout était bien plus sombre. Inquiétant. Angoissant oserais-je dire, bien que la présence réconfortante de mes comparses, derrière moi, faisait s'envoler tout doute. Mais eux comme moi, étions dans un état de nervosité plus au moins palpable. Respirations accélérées, sueurs coulant lentement, crissement de dents et autres tics corporels. Je ne doutais de leur valeur, car tous en avaient prouvés au service de Konoha. Mais surtout au service du Clan. Certains étaient à peine adultes, d'autres avaient le cheveux grisonnant. Près de la vie ou de la mort, personne n'avait oublié ce qu'il devait, et à qui il le devait. C'est ainsi qu'à la fin de cette traversée du désert, la lueur d'espoir et damnation se devina, plus et plus agréablement. A travers une porte close, nous devinions ce Concile que tant nous méprisions. Le murmure étouffé de leurs voix s'était tue, en réponse à notre pas qui ne faisait rien pour se dissimuler.
A priori, nous nous trouvions dans la meilleure des configurations. Ils ne savaient pas que nous venions, et notre apparition soudaine devait provoquer autant de confusion que de surprise.
Parfait, nous devions jouer dessus, et bien.

Réflexe stupide, je jetais un coup d'oeil derrière, pour vérifier de n'avoir perdu personne en chemin. Oui, que voulez vous, nous n'étions jamais à l'abri d'un coup bas. Et, observant toute la troupe au complet, je décidais de faire mon entrée en beauté. Tournant la poignée avec une certaine appréhension, puis en poussant la porte avec dédain, c'est avec un sourire en coin et une mine satisfaite que je m'offrais aux regards contradictoires de l'assemblée. Comme je l'imaginais, de la surprise, de l'étonnement, de la colère et de l'indignation. Peu de figures, conformément à mes attentes. Et je pouvais même voir Shinzei, qui s'était pourtant retiré de la scène politique. Après avoir assassiné Takeshi. Charmant. Si bien que, je prenais la parole, sur le ton de la plaisanterie.


- Shinzei, quel plaisir de vous revoir. J'espère que vous n'êtes pas ici pour faire disparaître une autre de nos chères figures.

Le concerné se contenta de me transpercer du regard, bien que la réponse vint de sa droite.

- Cette réunion est privée, Mina. J'espère que les raisons vous menant en notre sein avec vos ... amis soient meilleures que le simple plaisir de la calomnie.

La voix était celle d'Okane. Oui, j'avais fait en sorte de mémoriser tous leurs noms et toutes leurs têtes, histoire de savoir à qui je parlais. Mais surtout, pour ne jamais oublier les instigateurs du désastre accablant notre clan, ces immondes traîtres ... Pour que ma haine ne puisse s'éteindre. Je soutenais le regard de mon interlocuteur au physique aussi sec que sa voix. Avant de répliquer, insolente.


- Je vois ça. Et aussi que vous n'avez pas attendu longtemps avant de vous accaparer le siège de Kuzako.

- Votre sollicitude nous honore, Mina.

Shinzei. A la première syllabe prononcée, je savais que c'était lui. Je voyais dans mon esprit son visage, avant d'y faire face dans la réalité. Peut-être parce que je l'avais désiré, un jour. Désiré jusqu'à la haine. Je n'avais jamais eu le courage de tenter une quelconque approche. Il était trop différent. Trop Uchiha, oserai-je dire ? Sa simple vue me dégoutait, maintenant. Il ne me fallait pas me perdre en pensées futiles. Pas oublier pourquoi j'étais là, et pourquoi son joli visage allait se retrouver en cendres.

- Ah oui ... Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous interrompre longtemps. J'étais juste venue vous présenter quelques personnes ... Vous devez bien connaître Toshiyo, mon Père, seigneur de la Vipère. Il a un siège dans le Conseil, à ce qu'il paraît. Puis, Jongo doit être un nom qui doit vous être familier, après tout, sa dernière action d'éclat nous a valu la bienveillance de Taki. Oh, et puis, comment ne pas parler du talentueux Kelydan de l'Ours ou bien de ...

Un à un, je les avais désignés, de façon spontanée, l'air léger qui allait avec. Mais un des vieux hiboux ne trouva pas à son goût les présentations, et c'est sur un air blasé qu'il m'interrompait, le visage de circonstance.

- Arrêtez votre comédie, et allez droit au but. Nous avons compris que vous connaissiez beaucoup de gens dans les domaines.

Je m'interrompais, l'espace d'une seconde, pour le poignarder du regard. Stoïque face à mon assaut, comprenant que cela ne menait à rien, je poursuivais en présentant mes invités ... spéciaux.

- Oh, ça arrive, ça arrive. Mais avant, je me vois dans l'obligation de vous introduire deux chefs de Domaine qui passent très inaperçus ces derniers temps. Vous savez, Oni du Dragon et Sen'nyo du Phoenix. Des figures très discrètes mais sans qui le Clan ne serait ce qu'il est, actuellement.

Oni et Sen'nyo étaient le genre d'individus que je méprisais au plus haut point. Des opportunistes, à la manière du Corbeau ou du Renard, des sombres idiots affublés d'une bêtise dépassant l'entendement. Mais ils faisaient de bon faire valoir, et utilisés habilement ils étaient même des atouts. Pas eux directement, mais d'autres ...
Heureusement que Shinzei laisser échapper un éclat de rire, captivant l'attention de la foule. Assez longtemps pour qu'un frisson parcoure mon échine.


- Qu'est-ce qui vous amuse tant, Shinzei ?

Oni venait de s'exprimer de sa voix de trompette, qui n'avait rien de sérieux. Le personnage lui même ne l'était pas, mais ce n'était pas la question. Le rouge montait sur son petit visage boursouflé, et l'on sentait l'indignement. Après tout, lui et les siens étaient ... comment dire, une blague au sein du clan. Enfin, à l'exception de vous savez qui, qui lui était une très mauvaise blague ...

- Phénix, dragons, que sais-je encore. Des noms de bêtes mythiques pour vous donner un air de grandeur, pour cacher le fait que vous n'êtes rien d'autres que des individus médiocres. Nommez votre domaine ainsi ne fait pas de vous de telles bêtes. Vous n'êtes rien que des enfants jouant à être des monstres pour intimider le premier naïf venu.

Je me suis sentie obligée d'intervenir.

- De bien sages paroles. Dommage qu'elles n'aient pas été prononcées à l'époque des Cendres, n'est-ce pas ?

- Calomnies, tout le monde sait très bien que le Tigre n'a eu aucun lien dans ce génocide !

- Et c'est pourtant eux qui se sont élevées à la troisième place du clan à son issue. Êtes vous donc si hypocrites que vous osez toujours vous regarder dans un miroir, après avoir accepté qu'un tel acte répugnant se produise sous vos yeux ? Après que des enfants aient été mutilés ?! ?

C'était presque trop beau pour être vrai.
L'époque des Cendres est une sorte de tabou, pour le clan. Peu après la fondation de Konoha et l'installation des Uchiha, de nombreux conflits pour prendre la tête de la famille ont eu lieu. Le Dragon a pris un coup duquel il ne s'est jamais relevé, et le sujet restait sensible parmi les Mineurs. Et voilà qu'en une allusion, la poudre s'embrasait.
Membre du Conseil ou un de mes suivants, ils vociféraient car tous se sentaient concernés. Ils essayaient d'imposer leur parole, alors que nul ne les écoutait. Ce chaos me réjouissait, vraiment.
Mais comme dit, c'était trop beau pour être vrai.


- SI-LEN-CE !

Okane avait rétabli le silence, et tous les regards étaient posés sur lui.

- Je ne sais pas à quoi vous jouez, Mina, mais je ne vous laisserai plus semer la discorde dans ce conseil. Quittez sur le champ cette pièce avant que nous appelions la garde.

- Non.

Je devais jouer habilement.

- Je, nous, refusons de quitter cette pièce, avant que vous aillez écouter ce que nous avons à vous dire.

- Pourquoi écouterions-nous une vipère comme vous.

La pique m'effleura à peine, et c'est avec une nouvelle force que ma voix résonna dans toute la pièce, avec la force qu'ont les conquérants.

- Pour la même raison que vous avez écouté Kuzako. Pour la même raison que vous avez mis à mort Takeshi. Car nous sommes la voix du Clan que vous avez oublié, lorsque vous avez fait vos grands projets d'avenir. Ne nous voilons pas la face, vous avez fait un coup d'Etat odieux, et votre seule excuse pathétique a été d'annoncer que cela était pour nous. Pour qu'il n'y ait plus aucun conflit, pour que tout Uchiha soit égal. Mais vous mentez comme vous respirez. Vous avez juste à regarder ce Conseil pour voir l'absence des Domaines Oubliés. Vous avez juste à sortir dehors pour voir les traces d'une haine que vous avez enflammé. Et pire que tout, vous avez juste à voir à quels retranchements vous avez poussé le Cygne.

Et tout ça pour quoi ? Pour avoir suivi la foi aveugle d'un pantin des Hyuugas ?

Nous sommes des Uchiha, avons droit à la parole, et allons dire notre pensée : L'époque de Takeshi a été la plus glorieuse pour notre clan. Les Domaines n'ont jamais été aussi stables et paisibles que lorsqu'il était au pouvoir. Et, il ne nous a jamais privé de notre liberté. Au contraire, il était un modèle pour nous. Le Cygne n'était rien avant lui, et il l'a mené au sommet. Et c'est cette philosophie du mérite que nous souhaitons conserver. Tout Domaine peut atteindre l'excellence, si les hommes qui le portent sont de nature vertueuse. Et votre Conseil, avec ses lubies, veut anéantir notre force. Veut mettre des Domaines tels ceux du Corbeau ou du Renard au même niveau que les plus grands, alors qu'ils n'ont pour unique mérite que d'avoir profiter de votre immonde opportunisme.

Nous demandons la dissolution du Conseil, et le retour du Concile. Nous demandons à chaque membre de ce Conseil de reconnaître l'autorité du Concile ce lendemain, devant une assemblée Uchiha, puis de quitter le village pour ne jamais y revenir.


Ce silence était différent. Tous avaient été ébranlés par mes affirmations, et surtout par mes demandes.
Nul n'était duppe, et tous savaient de quoi il en retournait. J'observais quelques mouvements nerveux à gauche de la salle, si bien que je commençais à devenir nerveuse. J'avais peur qu'aucun d'eux ne me donne une excuse ...


- Utiliser de grands mots ne fait pas de vous une grande fille, Mina.

.... Valable.
Il n'avait pas souri. Pourtant je sentais le sourire intérieur. A moins que je ne me l'imagine pour le rendre plus odieux qu'il ne l'était déjà. Je m'étais contenté d'agiter un unique doigt en sa direction, mon regard rivé vers le sien, alors que mes lèvres s'entrouvraient en ces uniques mots.


- Vous m'avez raillé pour la dernière fois, Shinzei.

Le sang teinta mes pupilles.

MessageSujet: Re: [Event Uchiha] La Nuit de la Rage   Mar 7 Aoû - 23:45

L'ample robe blanche que je portais ne me plaisait pas. Le tissu n'était pas assez doux pour ma peau, et la coupure même me gênait. Mais elle était de circonstance, et porter quoi que ce soit d'autre aurait été déplacé, et même mal vu. Debout, silhouette unique sur une estrade de bois montée une heure auparavant, j'observais les membres du clan affluer, affichant des mines blessées et maussades. Des mines de circonstance, que je me forçais à remémorer, pour que la mienne s'y reflète. Une profonde joie me tenait, mais cette joie ne pouvait être dévoilée au public. Pas ici, pas maintenant, pas tout de suite. Plus tard, il y aurait tout le temps. Mais il me fallait apaiser le peuple, après tout ce qui s'était déroulé.
Beaucoup d'Uchiha présents, et réunis en un lieu qui n'était point nos Quartiers.

C'est dans le calme angoissant des cimetières que la cohorte silencieuse des pupilles écarlates s'installait.

A mes cotés, des individus que je pouvais qualifier de confiance, robustes et aillant vécu des expériences éprouvantes. Qui m'avaient accompagnés jusqu'à la toute fin. Et je ne pouvais que regretter de ne pas voir plus de visages familiers en leur sein. Mais tout cela avait été un sacrifice nécessaire.

Une semaine était passée, depuis cette nuit.
Trois jours s'étaient écoulés, depuis le drame du Cygne.

Il était normal que le nouveau Concile officie la cérémonie, lorsque tant des nôtres étaient tombés.
Cygne, Corbeau, Dragon, Renard, tous étaient réunis, et nulle animosité ne les animait. Pour l'instant.
Ce n'était qu'une question de temps, avant que les flammes de la haine dévorent tout ce qu'il restait. Mais était-ce si gênant, en soi ?

Onze figures étaient derrière moi, onze figure représentant le renouveau d'un Clan née des cendres.
Du coin de l’œil, j'observais les alentours. Une silhouette à peine discrète s'était installée contre la barrière, avec son masque de faucon. Un ANBU envoyé sans nul doute pour observer ce qui allait se dérouler, Konoha étant inquiète.
Ne le décevons pas, voyons. Néanmoins, j'attendais bien que tous les participants à la cérémonie se soient installés avant de prendre la parole, d'une voix douce mais sûre, celle qui se voulait d'un Clan.


- Chers frères, chers sœurs, réunis en ce lieu pour honorer la mémoire de nos défunts ...

Je m'arrêtais, quelques secondes, le temps de capter l'attention, avant de reprendre, d'une voix plus forte.

- Vous n'êtes pas sans savoir à quel point nous avons été frappés durement, ces dernières semaines ... Premièrement avec la destitution de Takeshi, puis avec l'assassinat de Kuzako et de tout son conseil, pour finalement aboutir sur le génocide du Cygne par l'ANBU ... Et je n'ai qu'une chose à dire.

Je suis désolée.


Le mot fit hausser un sourcil à plusieurs dans l'assemblée. A monsieur faucon aussi, à n'en pas douter.

- Je suis navrée, pour mon impuissance. Je ne suis pas hypocrite au point de vous dire *Je comprends votre douleur*, et c'est peut-être cela qui me désole tant. De ne pouvoir partager ce fardeau qui est votre, car il est, à mon goût, notre. Nous sommes une famille, et une famille prend soin de ses membres. Et j'en ai été incapable.

Mais je ne suis pas là pour exprimer des regrets.


J'humidifiais mes lèvres, une seconde durant, avant de poursuivre, mon regard balayant l'assemblée.

- Je suis là pour vous promettre. Vous promettre, oui, mais vous promettre quoi ? Un avenir radieux ? Y croirez vous si je vous le promets ? Nous savons bien tous que non. Kuzako nous a trompée avec cet idylle, et nous a plongé dans la guerre civile. C'est cette utopie qui a causé l'intervention de Konoha au Domaine du Cygne. Non, je ne vous promets pas un avenir radieux, car cela ne dépend pas de moi. Cela dépend de vous.

Mais je peux vous promettre l'unité. Je peux vous promettre l'égalité pour tous les Domaines. Chacun aura sa voix a donné, qu'il soit mineur ou majeur, connu ou oublié. Tous auront un mot à dire.

En quoi cela change-t-il de Kuzako ? Après tout, elle nous avait promis cela et tellement plus ...

Kuzako a été aveuglée par les promesses d'un Hyuuga, et a oublié d'où elle venait, et à qui elle le devait. Un Uchiha n'est pas un individu ordinaire, et vous le savez, puisque nous partageons le même sang. Vous savez que nos aspirations diffèrent de celles du reste des gens. Alors, pourquoi chercherions à nous à approcher des gens qui ne savent rien de nous, qui ne nous comprennent pas, et qui plus est, nous craignent ?
N'oubliez pas les noms à jamais gravés dans les étoiles. Rappelez vous leurs hauts faits, et pensez-y.

Takeshi avait vu, mais il n'a pas eu le temps de réaliser sa vision. Il a vu des Uchiha unis, unis pour un but unique.
Il a vu la puissance qui est notre, et qui servira à protéger notre famille. Et, ce n'est qu'ensemble que nous pourrons avancer. Vers la gloire ? Peut-être. Vers la survie ? Mais qu'est-ce que la survie sans le respect de notre condition ?
Nous méritons plus, car nous sommes plus. Nous sommes des Uchiha, et notre destinée ne peut être que glorieuse.


Ma voix s'éteignait doucement, laissant place aux murmures de l'assemblée. Je ne laissais pas indifférente.
Je lançais un regard discret à ma droite. Aisen hocha la tête lentement, si bien que je me décidais à poursuivre.


- Nombreux ont pointé les Cygnes comme des assassins, Konoha elle-même les a châtiés. Mais sachez que le Concile le refuse. Leur gloire passée ne doit pas être entachée par de viles calomnies. Un Uchiha, quel que soit son domaine, reste un Uchiha, et ce qu'il a fait sera remémoré lorsqu'il sera temps des récompenses. Le Concile fera en sorte de juger équitablement tous et chacun, comme le ferait un Père avec ses enfants.

Certains de nos frères, eux, ont fui. L'horreur des dernières semaines les a envahis, et ils n'ont eu la force de l'endurer. Konoha les considère comme des traîtres, des déserteurs. Ferons nous de même ? Pouvons nous, après tout ce que nous avons vécu, leur en vouloir ? Leur cracher au visage et juste les renier ? Ce serait indigne. Un Uchiha n'est pas un Konoha-jin, et il ne doit répondre qu'à un membre de sa famille. Et nous les reprendrons sous notre aile, car ils se sont égarés, et que notre devoir est de les protéger ...

Mais je m'égare ...

Honorons nos morts, mes frères et soeurs, mais surtout, honorons la vie, car elle est précieuse et que nul sang ne mérite de couler inutilement. Chers Uchiha, le Concile s'engage à vous offrir ce que vous méritez. Mais pour le mériter, il faudra vous battre, comme nous l'avons toujours fait.


Le discours s'était achevé, et les applaudissement commençaient à résonner, avec plus ou moins d'enthousiasme.
L'assemblée était partagée, mais cela n'avait pas de réelle importance.

Le Cygne, grâce à l'opportune intervention de Konoha, n'était plus une menace tangible.
Les Domaines Mineurs étaient sous notre égide, et leurs dirigeants osaient à peine lever la voix en notre présence.
La Vipère, le Dragon et la Loutre s'étaient taillés comme les vainqueurs de cette émeute.

Nous étions à l'aube ... D'une nouvelle ère.

Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Event Uchiha] La Nuit de la Rage   Jeu 1 Nov - 20:18

+ 57 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event Uchiha] La Nuit de la Rage   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Event Uchiha] L'avènement du Dragon
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» event coupe du monde la semaine prochaine
» Une nuit d'ivresse humaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-