Partagez | 
 

 Hopital de Kumo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Hôpital
Invité
avatar


MessageSujet: Hopital de Kumo   Mer 23 Mar - 18:45

Pour accéder à l'hôpital, vous suivez une longue rue bordée par des bâtiments de bien moindre taille par rapport à celui de l'hôpital ( mais tout de même assez hauts pour jeter une ombre permanente sur la chaussée ). Ce dernier se distingue par ses façades blanche crème et son arche d'entrée où trône une écriture blanche sur font violet. Passée cette arche, vous entrez dans le bâtiment par de grandes portes en bois et tombez directement sur le service d'accueil. Celui-ci est continuellement occupé par une voir deux secrétaires médicales qui se feront toujours un plaisir de vous orientez selon vos besoins. A droite de leur bureau, s'ouvre un long couloir qui conduit à l'annexe de l'hôpital. A gauche, un autre long couloir qui débouche sur les salles d'opérations et les salles de soins intensifs. Quelques mètres derrière le bureau, un escalier mène au deuxième étage et se voit orné, de chaque côté, par des portes clauses qui donnent sur des chambres individuelles aux accès réglementés.

L'hôpital est composé de trois étages. Au second, s'étendent des services de soins spécialisés pour les personnes âgées et les bureaux de quelques uns des médecins les plus réputés du village. L'accès à cet étage se fait par un escalier qui s'ouvre directement en face du service d'information. Tenu également par une secrétaire, celui-ci sert principalement à prendre rendez-vous auprès des médecins désirés mais aussi de guide pour les visiteurs venus rendre visite à un patient en particulier. Le couloir situé à droite de ce service ouvre sur les bureaux des médecins et celui de gauche, fermé par des portes coulissantes, sur les chambres allouées aux personnes âgées prises en charge par l'hôpital.

Enfin au troisième étage, se regroupent tous les services de recherches : poison et antidote, conception de pilules, anatomie, morgue et autres. Le troisième étage est exclusivement réservé aux membres particuliers du personnel qui y travaillent. D'ailleurs, personne ne sait vraiment comment y accéder. Les rumeurs diraient même que cet étage ne serait accessible que par un passage secret mis au point par le premier directeur de l'hôpital. L'information n'a jamais put être confirmé jusqu'ici mais il est certain que les meilleurs scientifiques du village des nuages concentrent des années de recherches dans ce seul étage.

Qui que vous soyez, les portes de l'hôpital vous sont ouvertes que vous ayez besoin de soins urgents comme d'un simple rendez-vous auprès d'un médecin agréé. Quoi qu'il arrive, les meilleures techniques de guérisons resteront jalousement gardés derrière ses murs blancs crème.

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Jeu 17 Aoû - 13:29

Portant Itori sur ses épaules, Kimimaro virevoltait parmi les toits des habitations de Kumo. Un seul objectif pour le moment : déposer le jeune apprenti à l’hôpital le plus rapidement possible. Peut être qu’ainsi, Alucard pourrait trouver un peu de temps pour se pencher sur son cas. L’étudiant perdait en effet beaucoup de sang, et s’il voulait être rapidement sur pied, la médecine classique pouvait s’avérer bien impuissante. Il serait également dommage de se passer de l’un des rares étudiants de Kumo.

Les pieds du Raikage entrèrent en contact avec le sol dans un claquement sec. Les portes de l’hôpital se dressaient juste en face de lui. Avant d’y pénétrer, il ôta la tunique que revâtait Itori, dévoilant de profondes plaies à vif au niveau de ses côtes et de son abdomen. A peine eut-il enfoncé sa main sur la poignée qu’un cri venu de derrière le mit en alerte.

C’est un Kempachi à bout de souffle et affolé qui aborda Kimimaro. En état de choc, il n’alla même pas jusqu’à remarquer la présence d’Itori sur les épaules de Kimimaro. Il se contenta d’accomplir la mission que son maître lui avait confié :


¤Clone de Kempachi¤
« Kimimaro-Sama, vous devriez de ce pas entrer dans les murs de cet hôpital. D’étranges choses s’y déroulent… »

Ne prenant pas davantage de temps pour expliciter les choses, il s’évapora aussitôt qu’il eut prononcé ces quelques mots. Entre les étranges aventures d’Itori et les bizarreries relatées par le double de Kempachi au sein de l’hôpital, Kimimaro était verni. Pris par l’envie d’ôter le voile sur ces différentes affaires, il poussa sèchement la porte d’entrée du bâtiment, puis se dirigea instantanément vers l’accueil.

Là, on lui donna promptement deux numéros de chambre… Avant de faire quoique ce soit, il indiqua à l’hôtesse de prendre soin d’Itori jusqu’à son retour. Il déposa soigneusement son corps inanimé sur un brancard, qui fut aussi vite pris en charge par le personnel hospitalier.

Puis, parant au plus pressé, il accéléra le pas et parcoura les longs couloirs blancs des différentes aires de l’hôpital, voyant défiler devant ses yeux les numéros de chambre. Jusqu’au moment où le nombre qu’il recherchait éclaircit ses globes oculaires : 51. Ne prenant pas la peine de taper, il investit la chambre sur le champ. Kempachi était étalé dans un lit, particulièrement mal en point. Une infirmière se portait à son chevet. De la bouche du Genin, il ne pu soutirer que deux malheureuses phrases. Mais celles-ci étaient porteuses de sens.

¤Kempachi¤
« J’ai vu Alucard…Se transformer en… Un monstre… Il a tué l’homme qui nous a attaqués dans le parc. C’est horrible… »

Peu après, Kempachi sombra dans le sommeil sous l’effet du produit tranquillisant que venait de lui injecter l’infirmière. Kimimaro jeta un regard noir à cette dernière.

« Vous n’auriez pas pu attendre juste quelques secondes ?! »

¤Infirmière¤
« Je… Désolée… » Répondit-elle confusément.

Il devait trouver maintenant trouver Alucard à tout prix. Il n’eut pas loin à aller puisque les deux Kuméens avaient été placés dans deux chambres annexes. Le corps d’Alucard gisait là immobile, enveloppé d’un drap blanc maculé de traces rougeâtres en de multiples endroits. Kimimaro ne le reconnut pas de prime abord. Il dû s’approcher de son visage afin d’en reconnaître les traits. Quelque chose semblait anormal, mais il n’aurait su mettre le doigt dessus. Son impuissance finit de le mettre dans tous ses états.

« Bon sang Alucard… Réponds-moi ! Tu m’entends ?! Réponds-moi ! »

Kimimaro tapotait vivement de visage du Jounin. Ne constatant aucun effet, il se mit à le secouer jusqu’à ébranler les pieds maintenant le lit sur lequel il reposait. En vain…

* Suis-je bête…*

Le Raikage apposa sa main sur le poignet d’Alucard. Tout doucement, un fine lame osseuse s’échappa de sa paume, et effleura la peau du Hyuuga jusqu’à la transpercer peu à peu…

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Jeu 17 Aoû - 18:09

Alucard s'était effondré au milieu du Parc de Kumo. Voilà ses derniers souvenirs. L'herbe sur son visage était douce et semblait le réconforter. Le Chuunin venait de passer une étape dans sa vie. Lorsqu'il retomba dans l'inconscience physique, il se retrouva de nouveau dans cet espace si particulier...

A présent, l'Astre dans lequel il était entré n'était plus. Alucard était l'Astre rayonnant et rechauffant, porteur de bienveillance dans son esprit.
Le médecin se contempla quelques instants, avant de chercher de la compagnie...


*Père... Êtes-vous toujours là ?*

Une légère vois se fit entendre... Une réponse arrivait.

*Pour toi je le serais toujours... Que me veux-tu, fils ?*

Alucard était rassuré de retrouver la présence de son paternel à ses côtés. Il n'envisageait pas de se retrouver seul au milieu de cet espace froid... Il avait besoin de quelqu'un.

*J'ai l'impression d'avoir grandement changer... Pourquoi suis-je ainsi ?*

*Alucard, tu as fusionné avec mon Astre Spirituel, tu as donc acquis les vestiges de mon âme. Jusque là tu possédais les traits du clan Hyuuga. Pourquoi ? Et bien parce que ta mère a usé de nombreux Jutsu pour que je ne puisse pas prendre possession de toi. Que mon sang ne coule en toi que par petites doses...*
*Autant dire que je n'ai pas trop apprécié, mais ta mère était comme je te l'ai déjà dit très envoûtante, je ne pouvais rien contre elle...*


*Donc, mes yeux, mes cheveux... tout ceci t'appartient ?*

*En quelques sortes... Personnellement, avec le vieillissement j'ai les cheveux bien plus clairs... Mais faut croire que mon souvenirs est resté intact en toi durant tout ce temps...*

*Alucard... Veux-tu me rencontrer ?*


Le jeune garçon fut pris d'un enthousiasme étrange. Il trembla sous cette question, rencontrer son père. Un membre direct de sa famille... Quelqu'un qui venait de l'aider à sauver son meilleur ami, quelqu'un qui venait de le sauver lui... Un homme doué de charisme et de force physique. Une entité inégalable selon Alucard... La proposition était équivalente à si on lui demandait de rencontrer un Dieu...

*Oui... *

*Qu'il en soit ainsi. *

Sur ces mots, Alucard ressentit quelques secousses dans son esprit. Son corps Astral tremblait et se déformait. Une autre forme humanoïde se détachait de lui petit à petit. Lorsque l'opération fut terminée, L'homme se retourna et se présenta à son fils. Alucard 1er était vêtu d'un grand manteau noir muni d'une capuche tout aussi sombre. Un collier en ceinture lui fermait le coup. Ses cheveux blancs virevoltaient dans le légers vent du renouveau. Il était grand et d'une carrure imposante. Musclé tel un athlète, il impressionait son fils rendu muet par l'étonnement.



*Mes yeux... Je te les ai légués. J'ai développé cette forme au fil du temps... L'un représente ma haine envers mes parents, le monde qui me déteste pour ce que je suis... L'autre incarne l'humain qui vit en moi... A ta naissance je n'ai pu te léguer que ce côté de mon être... Mais cette nuit, ma seconde partie s'est infiltré en toi et a fait de ton corps ce qu'il est aujourd'hui. *

*Mais... Et le sang de mère ? Il a disparut ?*

*Bien évidemment que non... Mais si tu le souhaite il disparaîtra... Seule ton âme pourra faire prendre à mon sang le dessus sur celui des Hyuuga. C'est un clan puissant qui ne peut être abolis que par une autre forme tout aussi dévastatrice... Mon sang l'est bien plus qu'il ne le faut. Le problème réside dans tes choix.*

*Soit je garde ton sang, soit l'autre... Les deux ne peuvent cohabiter si je comprend bien... Le sang de mère m'a fais remporter de nombreuses batailles... Mais le tien vient de sauver mon ami... Ce n'est en aucun cas n'égligeable... *

*Ne te précipite pas dans tes choix Alucard... Tu as tout ton temps pour décider... Mais jusque là, le sang de ta mère continuera de couler dans tes veines. Le mien attendra au fond de toi le moment de sa disparition, ou de sa révélation.*

Le père du Chuunin dessina un sourire de compassion sur son visage. N'etant qu'un souvenirs, une âme, il pouvait se déformer à volonter afin d'incarner divers sentiments... Alucard semblait de son côter refléchir à la question...

*Et si je décide de garder ton sang... celui de mère disparaîtra... Combien de temps faut-il à ce sang pour ne plus être ?*

*Quelques mois... Il s'affaiblit petit à petit... On va faire un test, afin que tu puisses choisir convenablement le sang qui te convient le mieux... *
*Je vais m'infiltrer en plus grand dose dans ton corps, afin que je puisse prendre le contrôle sur le sang de ta mère. Tu auras alors l'impression de n'être habité que par moi.*
*Il faut que tu puisses 'essayer' les deux possibilités... *

*Es-tu d'accord ?*


Alucard pesa le pour et le contre... Cherchant à trouver diverses conséquences... Si il gardait le sang de sa mère il continuerait à vivre normalement, usant de son byakugan comme il l'avait toujours fait... S'il décidait de 'tester' celui de son père, toute technique Hyuuga lui était impossible, et celles de son père il ne les connaissait pas... Peut-être étaient-elle équivalentes, peut-être pas. Seul un essai pouvait le renseigner.

*C'est d'accord. Quand j'aurais fais mon choix je te contacterais... Ici-même je suppose ?*

*Exactement... De toute façon, il est temps d'arrêter notre petite discussion... Quelqu'un t'appelle visiblement.*

*Kimimaro-sama... *

~<>~<>~<>~


« Bon sang Alucard… Réponds-moi ! Tu m’entends ?! Réponds-moi ! »

Pendant ce temps, Le Raikage était entré dans la chambre d'hôpital et tentait de parler à Alucard. Il le secoua légèrement et lui tapota le visage. Après avoir user de toute son desespoir, le Raikage raisonna un instant.
Il trouva un moyen plus sûr pensait-il de réveiller le blessé.
Le Kaguya posa sa main chaude sur le poigné d'Alucard et fit sortir une lame osseuse de sa paume, afin qu'elle pénètre dans la chair du chuunin.

Il ne fallut pas longtemps avant que la percée ne fasse reprendre conscience au médecin. Lorsque la pointe perça une veine Alucard ouvrit les yeux. Il tourna son regard sur son Raikage.
Petit à petit le sang d'Alucard semblait revenir à son origine, et avant de retourner totalement dans la veine il s'enroula autour de la lame d'os de Kimimaro et la retira du poigné. La tâche accomplie, le sang revînt boucher le trou que le Kaguya avait percé.


"Bonjour Kimimaro-sama. Vous me semblez inquiet. Que se passe-t-il ?" dit-il d'une voix posée et dont le timbre était inconnu du Raikage.

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Ven 18 Aoû - 12:57

La petite entaille creusée dans la chair d’Alucard avait eu l’effet escompté. Ses paupières s’ouvrirent brusquement, puis battirent telles les ailes d’un papillon, avant de s’immobiliser. Il dévoila ainsi son regard bicolore au Raikage qui le contemplait d’un air médusé, issu du fait qu’il ne faisait que voyager de surprise en surprise depuis le début de la journée.

* Alucard n’était-il pas censé être un Hyuuga ? Mais ils se sont tous donnés le mot aujourd’hui… *

L’épine osseuse regagna lentement sa source, alors que dans le même temps, Alucard faisait usage de ses capacités de régénération. Une fois la plaie pansée, il leva la tête en direction de Kimimaro, le fixant d’un regard distant et interrogateur à la fois.

¤Alucard¤
« Bonjour Kimimaro-sama. Vous me semblez inquiet. Que se passe-t-il ? »

Kimimaro ne reconnut pas là l’intonation de voix usuelle que possédait Alucard. Il ne releva même pas…

« Inquiet ? Le mot est plutôt faible. »
« Disons que certaines choses me dépassent, et je n’arrive pas à me faire à cette idée… Te retrouver là, toi le médecin le plus compétent de nos contrées, dans notre hôpital, dans un lit de draps ensanglantés. Et je ne te parle même pas de la nouvelle enveloppe dans laquelle tu m’apparais. »


Le Raikage prenait un malin plaisir à jouer le rôle de la victime.

« Mais peut-être que tu pourras m’apporter quelques éléments de réponse… »

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Ven 18 Aoû - 15:24

« Inquiet ? Le mot est plutôt faible. »
« Disons que certaines choses me dépassent, et je n’arrive pas à me faire à cette idée… Te retrouver là, toi le médecin le plus compétent de nos contrées, dans notre hôpital, dans un lit de draps ensanglantés. Et je ne te parle même pas de la nouvelle enveloppe dans laquelle tu m’apparais. »


*C'est vrai qu'en y pensant, ça doit faire un choc ... Même pour moi.*

« Mais peut-être que tu pourras m’apporter quelques éléments de réponse… » ajouta-t-il.

Alucard prit la peine de se relever, afin de se mettre en position assise et ne pas peiner durant sa prochaine explication. Une fois adossé contre le mur de la chambre blanche, il tourna sa tête vers Kimimaro et lui conta ses dernières aventures...


"Pour commencer, je voudrais vous dire que l'inquiétude angoissée dans votre voix me comble de bonheur... Ce n'est aucunement sadique, mais cela prouve que vous tenez à moi Raikage-sama..."
"Mais, excusez moi, ne perdons pas de temps dans un dialogue inutile comme celui que je viens de commencer."


Alucard sourît un instant avant de baisser la tête, les yeux rivés sur son lit maculé de tâches rougeâtres.

"Vous ai-je déjà raconté mes origines, Raikage-sama ?"
"En tout cas, il vaut mieux que je le fasse si vous voulez comprendre un maximum de choses... "

"Comme vous les savez je suis issu du Clan Hyuuga. Mais ce sang ne me vient que de ma mère. Mon père lui était quelqu'un de très particulier, au sang puissant mais unique. Ma mère, par désir de pouvoir appliqua de nombreux jutsu sur mon corps de foetus afin que seul son sang puisse couler dans mon corps... Celui de mon père se retrouva amoindri, et ne pût influencer sur mon être par la suite. Il était presque neutralisé."


L'homme qui se tenait en face d'Alucard était soucieux d'en apprendre plus, Alucard abrégea sa pause afin de continuer son récit.

"Je n'ai pas grandit longtemps à leur côtés... Mon père étant parti en mission, et moi étant beaucoup trop faible pour un Hyuuga, Mère m'abandonné au milieu d'une contrée connue sous le nom de Kiri no Kuni. Je mis du temps avant de m'approcher de cette ville, qui me paraissait bien trop inconue. J'étais encore sous le choc d'avoir été laissé tel un objet cassé... Oui, j'étais brisé après cet acte inhumain."

"J'ai grandit peu à peu et me suis approché du village de Kiri, apportant un semblant de bonne humeur, de joie et de rires. Je fus admis à l'Académie Ninja sous je ne sais quel miracle. Bref, cette époque vous la connaissez peut-être. Passons."


Le Chuunin inspira quelques instants, reprenant son souffle afin d'expliquer au mieux la suite de son histoire...

"Il se trouve qu'il y a de cela 8 mois je dirais, j'ai trouvé un livre écrit... Par mon père. Une Autobiographie. Je ne put m'empêcher de le consulter plusieurs fois... Jusqu'à apprendre que mon père avait trouvé un moyen de garder sa conscience intacte dans son ouvrage..."

"Oui, il faut savoir qu'il est mort à l'heure qu'il est. Il s'est sacrifié pour une raison que je ne connais pas, et que je doute vouloir connaître."
"Il me parla donc de son passé à travers son livre, en m'envoyer de nombreuses visions de sa vie... Je sus alors qu'il fut assassiné par son père, enfin cela échoua... Mais l'intention était telle que pour lui c'était réussi. Mon père se retrouva écrasé au fond d'une faille rocheuse... Démembré il remit en cause son existence..."

"Son père l'avait lâché du haut de cette falaise, parce qu'il avait apparement développé un pouvoir étrange. Quelque chose qui se rapprochait du Vampirisme des Légendes Transylvaniennes... Mon père se dit alors que si c'était vrai, il pouvait très bien reconstituer son corps de lui même, par sa seule volonté... Si c'était faux, il n'avait plus qu'à s'abandonner à sa propre mort."


Une infirmière entra, changea un ou deux pansements du chuunin avant de repartir. Alucard s'était tût durant ce temps, préférant garder la discussion secrete.

"Il s'avéra alors que son don se révéla plus puissamment que jamais. Le corps de mon père se reforma, et les blessures dues à la chute n'étaient plus. Incroyable n'est-ce pas ?"

"En tout cas, je vais pouvoir abordé ce qui s'est passé la nuit dernière..."

"Je me baladais dans les ruelles de Kumo quand j'ai aperçut Kazuma en train de glisser du toit, et de chuter dangereusement. Je me suis mis à courir en sa direction, mais la foule m'empêcha d'arriver à temps. Sur le coup, j'ai frappé l'homme qui me retenait, assez sauvagement je dois le dire, et je m'en excuse."

"Tout ça pour dire que Kazuma n'échappa pas à un aterrissage douloureux. J'appliqua alors mon seul jutsu de soin, avec énergie et volonté... Je fis ce que je pus pour lui... J'espère qu'il va bien."
"Kempachi m'apporta son aide, il écartait la foule avec l'un de ses clones. Mais pendant que je soignais Kazuma, j'aperçut au loin deux formes familières... J'indiqua alors à Kempachi de me suivre après l'arrivée des urgences."


Alucard jeta un coup d'oeil à son Raikage, afin de vérifiait qu'il suivait bien l'histoire... Puis il reprit.

"Kempachi et moi avons poursuivit les deux ombres, puis nous sommes arrivés, avec un certains décalage dont vous lui demanderez l'origine. L'homme en face de moi, je le connaissait. Il m'avait fait perdre conscience lorsque j'étais encore à Kiri, un clone explosif. En gros, sa provenance de Konoha était flagrante. Il m'avait révélé à l'époque être l'amant de ma Mère... "

"Passons. Nous avons bataillé dans le Parc de Kumo, Kempachi m'aidait et cela me rassurait. L'homme usait de nombreux clones explosifs, de mon côté j'utilisais avec fierté les techniques médicinales que je connaissais."
"Malheureusement, il avait l'avantage, et avec un grand écart. A l'aide d'une subtilité, il arriva à me prendre par surprise et m'immobiliser dans les airs... A sa merci..."

"Il utilisa un jutsu que je ne connaissais pas, et m'arracha ma jambe droite et mon bras gauche... Mon sang se vidait à un débit important, et je perdit conscience... J'entre-aperçut Kempachi venir à mon secours avant de sombrer dans l'espace froit de mon âme..."


Alucard n'avait pas terminé, mais il laissa une pause s'installer dans la pièce, un silence. Parler autant en étant mal en point l'épuisait énormément. Mais il reprit, conscient que cette histoire était importante.

"Dans cet univers glacial, je recontra mon père, ou plutot l'incarnation de son esprit. Il se présentait sous la forme d'un Astre rayonnant de lumière et de chaleur. Nous discutâmes, et il me proposa de renforcer son sang en moi afin de me venger de cet homme... et surtout de pouvoir sauver Kempachi."

"Oui, notre ami était mal en point à ce stade du combat. Je ne le supporta pas et accepta la dite fusion spritiuelle... Il faut croire que ce qui arriva à mon père lorsqu'il était tombé se reproduisit avec moi... Mes membres me revinrent d'eux mêmes, mon sang retourna en moi, guérisant mes blessures profondes... "
"J'étais réveillé, et plein de haine. Le problème c'est que j'étais totalement passif, et ne me souviens guère de ce que j'ai pu faire... Je me souviens d'un sentiment de réussite... Comme si j'avais pu venger mon ami au prix de quelques efforts..."

"J'ai l'impression que de nouveaux dons s'offrent à moi... Voyez la blessures que vous m'avez faites... Elle s'est refermée d'elle même... Je me fais peur et je m'admire à la fois. Je ne serais plus le gentil Alucard innofensif..."

"Je ne peux donc vous renseigner plus... Sachez juste que, je ne serais plus le même à présent. Je resterais cependant toujours à vos côtés, Raikage-sama."


Alucard put enfin s'arrêter de parler. Il avait sauté quelques passages, en se disant qu'il pourrait les révéler à Kimimaro plus tard, quand il se serait rétablit.

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Lun 21 Aoû - 21:22

Itori était rester conscient durant tout le voyage sur le dos de kimimaro, et avant d'avoir put prendre conscience de ce qui se passait, finit sur un lit d'hopital, comme peu de temps avant. Ses blessure saignait abondament, mais il n'éprouvait aucune douleur. Il regardait simplement autour de lui, comme un touriste au millieu d'une foule. Les infirmière était affolé par son état, qui était toujours le même : mort. Il voyait la situation d'un oeil amusé, bien qu'un peu étonné par ce qui se passait. Au bout d'un moment, il jeta un regard sur son corp et se rendit compte qu'une de ses main était devenue noir et couverte de symbole doré.

Sa main ne lui fesait pas mal, au contraire, mais elle l'inquiétait beaucoup. Il se pencha pour prendre un verre d'eau de sa main affecé, et lorsqu'il le prit entre ses doigt, celui-ci explosa. Itori voulut alors se redresser, mais le lit se tordit souos lui alors qu'il s'appuyait sur sa main infecté. Il comprit alors que celle-ci déployait sans cesse une puissance énorme. Pour stopper les catastrophe, il la rangea dans sa poche, en prenant soin de ne pas déchirer celle-ci, puis il se leva et alla pour partir.
A ce moment, une infirmière rentra dans sa chambre et regarda avec horreur le paysage ravagé de la salle.


C'est vous qui avez fait ca ?

Heu non... c'est ma mains

Hooo, ne vous moquer pas, ce n'est vraiment pas drôle, les patient ne doivent pas faire de dégat sur le matèriel de l'hopital. Bon, maintenant, allez vous recoucher !

Mais, je...

TOUT DE SUITE !!!

Itori s'executta... instinct de survie sans doute. Les heures passèrent sans que quoi que ce soit n'advienne, Itori n'osant plus bouger, puis un docteur rentra dans la salle et dit d'un ton solennel.

Et bien monsieur, il semblerait que quelque chose vous ronge de l'intèrieur, tout d'abord, votre corps refuse de fonctionner normalement, apparament, la chose en vous souhaite que vous ne vous débarassier pas si facilement d'elle, si bien que si on arrivait à vous sauver, vous moureriez d'un arrêt cardiaque.

Itori déglutit violemment.

Donc désormais, tout ceci n'est plus de notre ressort, ce n'est pas un médecin qu'il vous faut, mais un exorciste, je suis sincèrement désolé.

Itori partit donc en quête de kimimaro, cherchant à treavers tout l'hopital une trace de son sensei. Il entra finalement dans une salle ou il le vit.

Sensei, j'ai besoin de vos conseil...


HP:138/138-Mp:72/72 Niveau 7
For:14-Agi:15-Vit:18-Dex:1-Int:1-Sag:1
Tai:15-Gen:1-Nin:1-Med:16
EXP:43/70-Pts de Stats:0
Armes:rien
Argent:100£

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mar 22 Aoû - 13:52

Alucard se montra particulièrement volubile quant au récit de ses aventures. Quelques points firent sourciller le Raikage, mais il laissa poursuivre le Jounin jusqu’au terme de son discours. Bien que revêtant un corps différent, il ne semblait pas avoir perdu sa lucidité pour autant.

Jusqu’à ce que ces quelques mots sortirent de sa bouche : Univers glacial, astre rayonnant, incarnation de son esprit… Kimimaro avait maintenant peine à croire tout ce que lui racontait Alucard, mais celui-ci exprimait tant de sincérité qu’il fut difficile de renier en bloc ses paroles. L’idée qu’Alucard pouvait se trouver sous l’influence d’un esprit malin lui traversa l’esprit. Sa nouvelle apparence ainsi que les plaies couvrant son corps annihilèrent néanmoins partiellement cette hypothèse.


Il conclut sons discours par des paroles qui se voulurent rassurante.

¤Alucard¤
« Je ne peux donc vous renseigner plus... Sachez juste que, je ne serais plus le même à présent. Je resterais cependant toujours à vos côtés, Raikage-sama. »

« Voilà bien le principal… »
Un court moment de silence s’insinua dans la scène.
« Ecoute… Contente-toi de reprendre des forces pour l’instant. Nous verrons comment les choses évoluent par la suite pour agir en fonction de ce que tu me rac... »

La porte de la chambre claqua violemment contre le mur, laissant pantois à la fois Alucard et Kimimaro. Le Raikage tourna la tête en direction de la porte qui commençait déjà à se refermer. Blasé, plus rien ne pouvait maintenant le surprendre lors de cette journée plus que particulière.

* Le Mizukage ? Un démon renard ? … *

Ce fut finalement Itori qui apparut, ensanglanté, le bras droit ballant et inarticulé, pendant que son bras gauche maintenait son épaule.

« Bon sang Itori, ne t’avais-je pas confié aux médecins de cet hôpital ?! »

¤Itori¤
« Sensei, j'ai besoin de vos conseil... » Lâcha-t-il dans un soupir de douleur.

Kimimaro tourna la tête vers son Jounin. Il ne l’avait pas noté, mais l’odeur du sang inhérente à l’intrusion d’Itori dans la pièce avait provoqué un spasme nerveux chez Alucard.

« A moins que tu ne te sentes capable de reprendre du service immédiatement… »

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mar 22 Aoû - 19:43

« A moins que tu ne te sentes capable de reprendre du service immédiatement… »

L'arrivée d'Itori avait provoqué un comportement inconnu chez Alucard. Même si on peut dire que ce n'est pas la présence d'Itori qui le mit dans cet état, mais tout autre chose... Itori le transportait avec lui. Du sang. Le Juunin eu un tressaillement de désir, et il ne le comprit pas.

*D'où me vient cette sensation ? Je n'ai jamais ressentit cela auparavant, une sorte de soif, un désir profond pour une substance qui circule en chacun de nous... *
*Je devrait poser des questions à Père, mais pour le moment, je dois contenir ces sensations et me concentré sur ce que j'ai à faire. *


Alucard lutta un instant pour retenir son envie, sa soif. Le médecin se concentra à oublier ce désir charnel. Puis, une fois fait, il s'adressa à Kimimaro tout en ne regardant qu'Itori d'un oeil interrogateur.

"Evidemment que je suis capable de reprendre du service. Vous croyez vraiment que ce sont ces tâches rouges qui vont m'en empêcher ? Je n'ai plus aucune blessure, la seule qui me reste est psychique..."

Alucard se leva de son lit, sourit à son Raikage et se dirigea vers Itori.
Il observa quelques instantss le garçon en face de lui, attrapa son bras droit afin de regarder avec attention la main qui le terminait.
Celle-ci était toute noire, et sa surface était parsemée d'écritures dorées. Alucard tenta d'en déchiffrer le sens.


"Je vais tenter quelque chose... On ne sait jamais. "

Alucard joignit ses deux mains et appliqua une série de signe à une vitesse fulgurante. Cette technique, il l'a maîtrisait parfaitement depuis le temps. Le Juunin posa ses mains au dessus de celle d'Itori et envoya son chakra bleuté et régénérateur la noirceur de son membre.

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mar 22 Aoû - 20:15

Au moment ou Alucard posait ses mains sur celle d'Itori, celui-ci poussa un hurlement déchirant et se débatit. Alucard évita cependant d'être blesser, et Itori finit par tomber au sol, vidé de toute ses force. Tout le monde avait les yeux rivé sur sa mains, qui reprenait peut à peut un aspect normal. Puis d'un coup, la noirceur de celle-ci sembla s'accroitre brusquement, et Itori se remit à hurler et à se débattre. Dans sa rage, il commenca à arraché le haut de son habit, et on pouvait voir la tache noir progresser le long de son torse.

Finalement, elle s'arréta une fois qu'elle eut gagné tout son bras et une petite partie de son torse. A ce moment la, Itori arréta ses convulsion... Et semblait dormir d'un sommeil profond. Sur son torse, on pouvait voir des trace de griffure qu'ils s'était faite durant sa folie, mais elles apparaissaient doré et formais d'étrange inscription, mais qui n'était cependant pas inconpréhensible. En fait, on pouvait lire...

"SORTEZ MOI DE LA !!!"


HP:138/138-Mp:72/72 Niveau 7
For:14-Agi:15-Vit:18-Dex:1-Int:1-Sag:1
Tai:15-Gen:1-Nin:1-Med:16
EXP:43/70-Pts de Stats:0
Armes:rien
Argent:100£

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mar 29 Aoû - 0:07

Lorsqu'Alucard vit la marque se refermer, il relacha son attention. Le Juunin pensait que l'affaire était réglée, mais non. Le noirceur de son bras reprit, Itori rentra dans une crise. Son corps ne lui obéissait plus et était prit de spasmes violents.
Alucard tenta de saisir les bras d'Itori et de les lui plaquer contre le sol. La force du Juunin fit ses preuves, et Alucard fit craquer douloureusement les poignés de l'étudiant.
Ormis ce détail, l'opération s'était bien déroulée, et Itori s'était calmé.

Cependant, les ténèbres s'emparaient à présent de son torse. La marque avait grandit et Alucard n'avait pas prévu cela. Déjà qu'il ne connaissait pas bien le phénomène, le fait qu'il prenne plus d'ampleur le refroidit dans ses intentions.


*Merde !*

Cette seule pensée arpentait son esprit.
Petit à petit, des marques apparurent sur le torse de l'étudiant. Elles étaient d'un doré pur, et symbolisaient une écriture. Les deux gradés dans la salle n'eurent aucune difficulté à lire ce qui y était inscrit...


"Sortez moi de là..." dit Alucard dans un soupir surpris.

"A mon avis, il y a un truc pas bon qui habite Itori."
"Et en plus, il veut sortir."
"Soit c'est une sorte de démon, et là vaut mieux le tuer. Cela réglera la maladie et la menace du démon. Cependant je doute qu'Itori soit pour. Si c'est comme pour mon cas, je conseil d'attendre. L'attente porte toujours ses fruits et révèle ses secret grâce à Chronos.."


Alucard regarda Kimimaro dans les yeux, lui indiquant deux trois choses. Un language que seuls eux avaient développé.
Ce qu'il voulait dire ne le lui plaisait guère. Alucard détestait lâcher prise...
Il reprit, afin d'en faire profiter Itori.


"En tout cas, ce n'est plus de mon ressort. Je le laisse à l'Hôpital, peut-être que son cas révèlera de nouveaux indices plus tard."

"En attendant, j'aimerais que l'on parle, Raikage-sama. Quel endroit me conseillez vous pour cela ?"

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Ven 1 Sep - 16:22

Alucard se démenait tant bien que mal afin de cerner le mal qui habitait Itori. Ses dires n’étaient pas pour rassurer Kimimaro sur l’état de l’étudiant.

¤Alucard¤
« Soit c'est une sorte de démon, et là vaut mieux le tuer. Cela réglera la maladie et la menace du démon. Cependant je doute qu'Itori soit pour. Si c'est comme pour mon cas, je conseil d'attendre. L'attente porte toujours ses fruits et révèle ses secret grâce à Chronos… »

« Le tuer ? Si nous pouvions reporter ce genre de décision, j’apprécierai en effet… » Répondit-il sur le ton de l’ironie.
« Je ne suis pas médecin, toi seul est capable de m’indiquer la marche à suivre. S’il doit rester à l’hôpital, il y restera le temps qu’il faudra… »

Kimimaro se redressa et se saisit de la première infirmière qui lui passa à proximité.

¤Infirmière¤
« Hey ! Mais ça va pas ?!! »

Se retournant précipitamment, elle reconnut de suite le faciès du Raikage.

¤Infirmière¤
« Ooops veuillez m’excuser Raikage-Sama. »

« Pas le temps de s’excuser, si vous pouviez me libérer une chambre pour cet étudiant, vous seriez exceptionnelle. »

La jeune femme se perdit dans ses pensées l’espace de quelques instants, pendant lesquels il la fixait intensément, attendant d’elle une réaction rapide. Il émit un hochement de tête pour confirmer ses propos et pousser l’infirmière à réagir. Ce qu’elle fit après avoir repris ses esprits.

¤Infirmière¤
« Heu… Oui, bien sûr Raikage-Sama. »

L’inquiétude n’avait pas quitté l’expression du Jounin. Il avait également d’autres choses à dires à Kimimaro.

¤Alucard¤
« En attendant, j'aimerais que l'on parle, Raikage-sama. Quel endroit me conseillez vous pour cela ? »

« Gagnons tout simplement mon humble demeure… Ce n’est pas très loin d’ici. »

[ Arrow Suite à venir dans le sujet « Appartements de kimimaro » ]

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Ven 8 Sep - 10:54

Après avoir couru comme un dératé jusqu'à l'hôpital de Kumo, Shosuki fit une halte, à bout de souffle et porta un cigarette à sa bouche. Il s'appretait à l'allumer lorsque Sieg grogna, lui rappellant la raison de sa présence ici.

"Ouais, t'as raison... Si je suis ici c'est pour mes poumons hein..."

Le Jounin se pencha et caressa la tête de l'animal. Ce dernier enfouit son museau dans le cou de son maître, comme s'il avait compris ce qui nouait l'estomac du shinobi.

"Si je suis recalé à la visite médicale, je ne pourrais plus être un shinobi de Kumo... En plus Tia va me gueuler dessus et bien bien..."

A la simple évocation de la colère de la jeune femme Sieg couina comme s'il redoutait une raclée. Un frisson parcourut l'échine de Shosuki. Sur ce point là, les deux comparses étaient bien d'accord, mieux valait ne pas s'attirer ses foudres. Le shinobi se releva et monta les marches menant au hall principal.

"Toi tu m'attends ici, les animaux ne sont pas admis. J'en ai pas pour longtemps."

Sieg se laissa tomber au sol comme une masse et se coucha, piquant un somme le temps que son maître revienne. Shosuki traversa le bâtiment et pris l'ascenceur, jusqu'au bureau du Médecin qui l'avait convoqué. Il toqua trois fois à la porte et entra. Une jeune fille en tenue d'infirmière l'accueillit.

"Yo ! Je suis le Jounin Shosuki ! J'ai rendez-vous avec le professeur Matsuda pour la visite annuelle !"

[Infirmière]
"Monsieur Shosuki ! Le professeur commençait à désespérer de ne plus vous voir."

"Vous savez le travail, encore et toujours..."

[Infirmière]
"Le travail ou votre peur-panique annuelle des piqures ? ^^;"

"Pffff je jouais juste la comédie pour amuser la galerie ! Je suis un shinobi, je peux pas avoir peur des piqures !"

[Infirmière]
"Oui, oui, oui... Allez vous déshabiller, le professeur va vous recevoir.

Non, pas ici ! Dans la salle à côté !!!"


"Oh pardon ! L'habitude de me déshabiller devant les jolies filles :p"

Après une volée d'objets metalliques divers qu'il esquiva sans le moindre souci, Shosuki partit dans la salle en question et se mit en caleçon. Le professeur arriva au bout de quelques minutes et l'examina longuement. Une fois que ce fut terminé, le shinobi se rhabilla.

[Dr Matsuda]
"Shosuki-san, votre condition ne s'est pas améliorée depuis l'an dernier, bien au contraire. Même si ce que vous avez est bégnin et pour l'instant et ne remet pas votre carrière en cause, cela risque de ne plus être le cas si vous continuez à abuser du tabac."

"Vous me l'avez déjà dit l'an dernier, doc... Mais j'ai beau essayer d'arrêter j'y arrive pas. J'ai déjà réduit, j'en suis plus qu'à un paquet par jour..."

[Dr Matsuda]
"C'est encore énorme ! Depuis quand fumez vous Shosuki-san ?"

"Depuis que j'ai huit ans... Et vu que je vais sur mes vingt quatre..."

[Dr Matsuda]
"C'est un miracle que vos poumons soient encore en état de fonctionner correctement vu l'activité que vous avez. Ecoutez, pour cette année, je ne reporterai rien au Raikage, mais en retour, vous devez arrêter de fumer, compris ?"

"Si ma carrière est en jeu, ok..."

[Dr Matsuda]
"Bien, donnez-moi votre paquet de cigarettes, vous allez vous sevrer de suite !"

A contrecoeur, Shosuki donna un paquet presque plein au Médecin. Il savait que c'était pour son bien, mais se demandait s'il pourrait se passer de son vice. Après avoir salué le praticien, il quitta l'hôpital et rejoignit Sieg. Ce dernier se leva et marcha en silence aux côtés de son maître qui venait de shooter rageusement dans une canette vide au sol.

Sur le chemin du retour, le Jounin passa devant son tabac habituel et se dirigea vers le comptoir machinalement.


"Bonjour, je voudrais un paquet de... de chewing-gums à la menthe..."


[Zabuza (as Shosuki) : +4 EXP RP]

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mer 27 Sep - 19:55

Après un bon moi de repos particulièrement éprouvant malgré tout, Itori fut enfin remis sur pied. Sa blessure au bras avait disparut et il ne faisait plus aucune crise de schysophrénie (oula, je suis pas sur pour l'orthographe...)

Haaa c'est bon de retrouver l'air pur du dehors...

Itori avala une grande bouffé d'air avant de partir par bond successif vers... La maison du kage. En effet, il voulait lui faire part des avancement de sa guérison, et du fait qu'il allai a nouveau pouvoir reprendre le service, encore une fois après un long moment d'absence...
Cependant, son sens de l'argent prenait toujours le dessus sur ses objectif, aussi envoya-t-il tout d'abord un clone allé chercehr son argent


HP:138/138-Mp:72/72 Niveau 7
For:14-Agi:15-Vit:18-Dex:1-Int:1-Sag:1
Tai:15-Gen:1-Nin:1-Med:16
EXP:43/70-Pts de Stats:0
Armes:rien
Argent:100£

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Jeu 2 Nov - 23:22

Une lumière au plafond, et l'odeur du sang . Ce fut ce que Shikano ressentit à son réveil à l'hôpital . La douleur de son estomac avait eu raison de lui pendant l'interrogatoire qu'il subît par Shosuki et Kempachi . La souffrance avait diminué , mais le barbare avait encore du malà bouger . Après beaucoup de mal , il se mit assît sur le matelas avant d'apercevoir une note écrite sur un papier . Il s'empressa de le lire .

" Message à Shikano : Nous vous rendons la liberté après avoir discuté avec le conseil kuméen . "

* Je suis libre ....... Enfin , ils ont enfin vu que j'étais pas un déserteur ! Reste maintenant ma vengeance avec la kunoichi de chez Kempachi ! *

Se dit-il avant de voir une infirmière entrée dans la chambre brusquement . Elle tenait en main quelques rapports médicaux .

" Oh ! Vous vous êtes réveillés ? Mais , il ne faut pas trop bouger , sinon la plaie va se réouvrir . "

Dit-elle en souriant légèrement . Elle posa les papiers sur la comode , et reprît son discours .

" Nous venons d'examiner votre sang avec les ninjas de l'Anbu . Comme soupconné , vous avez été victime d'une drogue testée sur votre corps pendant votre "désertation" . Nous nous sommes empressés de le nettoyer . "

* Une drogue ?!? .... J'ai été un sujet d'expérience .... *

" Mais comment cela se fait-il ? Je n'ai pas ressenti d'engourdissement pendant mon voyage . "

" Justement , c'était l'effet contraire . Cette drogue vous a redonnée de l'énergie . Réflechissez un peu : comment avez vous fait pour rentrer à Kumo après une longue durée sans nourriture ? "

Shikano ouvrit la bouche tellement il s'étonna par les paroles de l'infirmière . La drogue avait pour effet de le renforcer .

* Ils m'ont utilisés comme cobaye ... *

" Merci pour ces informations ... Quand pourrais-je sortir ? "

L'infirmière s'empressa de sortir les nouveaux vêtements de Shikano .

" Vous pouvez quitter l'hôpital quand vous voulez , mais , si vous forcez trop , vous vous retrouverez pour une semaine à l'hôpital . "

Puis elle continua en souriant .

" Ses vêtements sont les cadeaux de l'hôpital . Les autres étaient déchirés . En plus , cette tenue est une tenue pour les ninjas experts en Taijutsu . "

Shikano souria , et remercia par un signe net de la tête . Il s'empressa de l'enfiler à la sortie de l'infirmière . La tenue lui allait à merveille . Il ne comptait plus la quitter avant longtemps .

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Dim 5 Nov - 18:47

[Shikano:+3EXP RP]

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Jeu 9 Nov - 22:30

Dans une pièce sombre où seule une faible lumière du clair de lune réfléchissait sur le sol, Kazuma ouvrit doucement les yeux. Il faisait nuit à l'extérieur, il était allongé sur le lit, les différentes machines et la disposition de la pièce lui fit comprendre tout de suite qu'il était dans un lit d'hôpital. Il essayait de bouger mais il n'y arrivait pas.

Ses membres étaient engourdis, sa vision était floue, ses souvenirs étaient troubles. Il n'arrivait pas à comprendre et se sentait très affabli. Son corps était recouvert de nombreu bandages. Il essayait de se remémorer ce qui s'était passé, pourquoi s'était-il retrouvé ici...

Après quelques instants, ses souvenirs lui revenaient peu à peu. Sa dernière vision était celle de son professeur Alucard. Il était au dessus de son élève et semblait agité, Kazuma, lui, était blessé et allongé sur le sol. Il se souvenait enfin des évènements. L'étudiant médecin avait fait une chute du haut de son immeuble avant de s'écraser sur le sol. Ses souvenirs s'arrêtaient là car il perdit conscience aussitôt.

Kazuma essayait de se lever, cependant, il n'arrivait pas. Non pas parce qu'il avait mal, mais ses membres étaient tout engourdis, preuve qu'il n'avait pas bougé depuis longtemps. Peut-être était-il tombé dans le coma ? Rien à faire, il n'arrivait pas à déterminer combien de temps il était resté sur le lit. A son chevet, quelques fleurs qui commençaient à faner étaient présentes. Il se demandait d'où cela pouvait venir.

Le moral à zéro, il voulut marcher, cependant, il était dans l'incapacité de bouger ses jambes. La non-réaction de ses membres inférieurs commençait à le faire paniquer. Il craignait la perte de l'usage de ses jambes. Il n'arrivait pas même à les faire bouger d'un centimètre. Il començait à balbutier :


"Qu'... Qu'est-ce qui m'arrive ?"

*Non, ce n'est pas possible, c'est un rêve*

Mais il savait que ce qu'il était en train de vivre était la réalité. Il essayait de se relever, il réussit cela avec quelques difficultés. Il se sentait très faible. Il essayait de poser ses pieds sur le sol à l'aide de ses mains. S'aggrippant sur le lit, il se força de retrouver des sensations au niveau de ses jambes. Il ne sentit rien, il était un peu désespéré. Il tenta de lacher prise. Mais il n'y avait aucune réaction dans ses jambes, il perdit l'équilibre et commença à tomber. Venant à peine de se réveillé, son corps était faible et ses réflexes ammenuisés. Il chuta et sa tête frappa lourdement le sol. Il avait senti ses cervicales craquer.

Il était allongé par terre, sa vue commençait à se troubler, ses sens le quittaient, il commençait à perdre connaissance. Quelques larmes dans les yeux, sa dernière vision fut un sol qui commençait à rougir sous le sang qu'il commençait à déverser lentement. Ses paupières se fermèrent, ses muscles se relachèrent, son coeur s'arrêta de battre. Une petite chute certes, mais fatale pour lui dont la condition physique était au plus bas.

L'étudiant médecin avait fini ses jours dans cette petite chambre d'hôpital de Kumo.

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mar 20 Mar - 20:03

Précédement...

L'Être surpris Rakurai, et ce fut loin d'être une simple pensée en l'air. La ou Rakurai s'attendais à le voir s'enfuir suite à l'annonce de Kempachi, ce dernier préféra s'approcher de Yuna qui le regarda pour vérifier si elle n'avait pas un fou devant les yeux. Car ce dernier, au risque de paraître surprenant, venait tout simplement de tenter de draguer Yuna... L'inconscient. Car Yuna, en plus d'avoir un caractère très particulier (non ! Pas ma colonne vertébrale !) ne voulais pas qu'un homme puisse l'aborder sans que ce dernier n'ai pu prouver sa supériorité physique grâce à un combat. Et affronter Yuna était du suicide, surtout si l'on était blessé et fatigué...

Cependant, Yuna, cette fois ci, semblait plus partager entre l'idée d'expédier rapidement cette affaire (donc d'enterrer l'Être...) et celle d'embarquer directement son frère à l'hôpital pour qu'il se fasse soigner. finalement, elle n'eut pas à faire de choix, vu que l'Être s'était soudainement rétracter avant de se téléporter. Si l'état de santé de l'assassin n'était pas aussi critique, il aurait explosé de rire. La situation était passé d'extrême à joyeuse en quelques secondes. Les trois élites regardaient l'Être avec un mélange de stupeur et de colère, Saori semblait complètement désespérer par l'état mentale du jounin et Yuna ne faisait désormais plus attention à lui, préférant s'occuper du mourant. Cependant, bien qu'il était presque mort, il se sentait bien, certes il ne pouvait pas faire un mouvement sans déclencher une horde de douleur diverse et varié, mais au moins pouvait il bouger, il n'était pas paralysé.

Enfin, devant cet état de stupeur général, Yuna pris Rakurai avec toute la délicatesse dont elle pouvait faire preuve, c'est à dire en le mettant sur son épaule tel un vieux sac de patate. Autant dire que la position n'avait rien de confortable pour l'Arme, mais bon, il avait connus plus douloureux comme méthode. Elle le prit sur ses épaules avant de concentrer son chakra dans ses jambes, autant dire qu'elle allait partir à très grande vitesse... Mais avant qu'elle ne parte, Rakurai, serrant furieusement son bandeau dans sa main, eut le temps de croasser quelque chose à l'Être, enfin, l'espérais t-il.


¤Rakurai¤
"Alucard-san, si possible j'aimerais que vous passiez à l'hôpital, je pense que nous devrions discuter de quelque chose vous et moi."

Ce fut tout ce qu'il eut le temps de dire, enfin presque tout, avant que Yuna, dans un grand cri guerrier propulsa son corps vers les bois suivis du cri de terreur de Rakurai.
Durant le trajet, qui fut très rapide mais l'assassin ne s'en inquiétait pas outre mesure, Yuna pris enfin la décision de discuter avec Rakurai, après tout, cela était son but depuis le début.


¤Yuna¤
"Bien, petit frère, qui était ce ?"

Son ton ne laissait planer aucun doute sur le fait qu'elle voulait une réponse claire et précise, chose que Rakurai était impossible de lui apporter.

¤Rakurai¤
"Je l'ignore Yuna. Cet être est apparus durant notre entraînement, après que j'eut attaqué Alucard avec une attaque de genjutsu. Tout ce que je peux dire, c'est qu'il est puissant, très puissant, peut être trop même. Cependant, malgré sa puissance Alucard pouvait toujours le contrôler et revenir, et au vu de son attitude j'ai l'impression qu'il se retrouve "dehors" un peu par accident."

Yuna réfléchissait. Peut être serait il bon de stopper les contrats quelques temps. Après tout, tous les membres Yugen eurent des difficultés à devenir ninja. Et, cela faisait longtemps qu'il n'y avait pas eut de nouvelles tentatives de devenir ninja, de ce fait, les autres membres avaient oublié la difficulté qu'il y avait à le devenir.

¤Yuna¤
"Admettons, le crois tu plus fort que moi ou que nos parents ? Si il est aussi dangereux que tu le dis, il va peut être falloir prendre des mesures radical et expéditives, non ?"

Cette question ne surprenait pas outre mesure le nouveau genin. Sa soeur, bien que peu violente naturellement, avait une peur chronique de perdre sa famille, et quand l'un d'entre eux venait à être blessé au point d'en mourir, elle était capable de tout, même de s'attaquer seule au village de Kumo, chose que Rakurai ne voulais pas.

¤Rakurai¤
"Inutile Yuna. Pour sa force je la dirais proche de celle de grand père mais va savoir ? Grand père n'a jamais dévoiler sa vraie force devant nous, et je suppose que cet être non plus. Après tout je n'était qu'un pantin de bois entre ses mains, donc en aucun cas dangereux. Pour sa mort, c'est inutile comme je viens de dire, car j'ai déjà pris la décision de m'en occuper personnellement, ce sera mon premier contrat personnel, désolé."

Yuna ne répondit pas. Ce genre de contrat n'avait pas à être discuté, cependant elle sourit quand même suite aux paroles de son frère. Il n'était décidément pas fait pour être ninja, c'était un véritable assassin, et ça, rien ne pourrait y faire quoi que ce soit.
Continuant de courir sur les branches, puis sur les toits, Yuna eut la désagréable sensation de se voir être suivie par les trois élites et la kunoichi médicale. Un simple "fait chier" sortit de ses minces lèvres avant qu'elle n'accélère encore plus, toujours sous les cris de Rakurai, plantant là les trois médecins. Heureusement pour eux, ils connaissaient Kumo bien mieux que la jeune meurtrière des Ombres.

Cela se vérifia quelques minutes plus tard ou, Yuna, arrivant enfin devant l'hôpital reconnu les trois élites, à peine essoufflés et la kunoichi qui elle semblait avoir eut du mal à suivre le rythme. S'en suivis, devant l'hôpital de Kumo une... Dispute au sujet de l'incompétence des élites pour soigner efficacement Rakurai. Dispute qui partit un cran au dessus quand l'un des médecins traita Yuna de pimbêche, ceux à quoi une réaction logique s'ens suivit. Yuna, l'écume aux lèvres, enfonça bien profondément la tête du médecin, sous les yeux ébahi de Rakurai et ceux terrifiés des autres médecins.


¤Yuna¤
"Répète un peu ça pour voir ?!"

¤Élite médical 1¤
"Écoutez mademoiselle, nous pouvons comprendre que vous vous fassiez du soucis pour lui, mais ce n'est pas en nous empêchant de le soigner qu'il ira mieux, donc, s'il vous plait, laisser nous l'examiner."

Yuna réfléchit un moment, sous les murmures de prières de Rakurai qu'elle laisse enfin tomber, ce qu'elle fit...Littéralement. Rakurai s'écrasa tel une vieux sac de.. Hum, vous voyez de quoi je parle ? Bien. Donc Rakurai s'écrasa, faisant un drôle de bruit à l'atterrissage, entre le cri de douleur et celui du bruit qu'un foie ferait en explosant. Bavant au sol, agitant inutilement ses bras et ses jambes, les médecins encore debout semblait se demander si elle tentait de l'aider ou de l'achever. Quoi qu'il en soit, ils devaient faire vite.
Quatre heures après le début de l'opération, Yuna se rongeant les sangs devant la salle d'opération, put voir le brancard sortir de la salle d'opération, transportant une momie endormis dedans. Le chef de l'équipe médicale vint ensuite à coté de Yuna.


¤Chef médecin¤
"Vous êtes sa soeur c'est cela ? Il survivra, rassurez vous, cependant j'ai rarement vu autant de blessures en une seule fois. J'ignore si sa volonté, ou sa folie, je doute sur le terme le plus adéquat à employer, lui à permis de survivre, mais cela était très juste. malheureusement, et malgré les premiers soins très efficace qu'il à reçu dans la forêt de rochers, nous n'avons put sauver son oeil, vous m'en voyez navré."

Yuna serra hargneusement ses poings avant d'exploser le mur se trouvant juste à ses cotés. "Calmée" elle entreprit de parler au médecin, articulant très clairement ses mots.

¤Yuna¤
"Merci. Chambre où il est ?"

Le médecin, terrifié mais pas surpris par la réaction de la jeune femme (faut dire, il avait l'habitude des comportements violent suite à une mauvaise nouvelle mais on détruisait rarement les murs...) lui répondit en bafouillant.

¤Chef médecin¤
"Trois...Troisisème étage, chambre 28."

Un simple remerciement de la tête de Yuna fut la seule réponse qu'il eut. Elle se dirigea de suite vers sa chambre, serrant toujours aussi furieusement ses poings. Entre-temps, Rakurai s'éveillait doucement et découvrait la vie d'un borgne à travers les bandages recouvrant la moitié de son visage.

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mar 20 Mar - 21:47

¤Rakurai¤
"Alucard-san, si possible j'aimerais que vous passiez à l'hôpital, je pense que nous devrions discuter de quelque chose vous et moi."

Un murmure lointain, une pensée, un message. Un lien, une union malgré les circonstances, une parole malgré la distance... Alucard se retourna durant sa marche, restant figé après ceci. Pourquoi Rakurai avait-il dit quelque chose comme cela ? Pourquoi voulait-il voir et discuter avec Alucard alors qu'il avait manqué de le tuer ? Cet enfant était vraiment étrange, peut-être était-ce en raison de son message, lorsque l'Être lui avait confié ses senbons comme moyen de le rappeler. Il était rempli de confusion, le garçon lui vouait un intérêt, peut-être de la haine, certes, mais un intérêt tout de même. Certains oubliaient tout après ce genre d'attaque, certains oubliaient car ils perdaient la mémoire, la plupart d'entre eux. Mais Rakurai n'allait pas oublié, lui... La haine était compréhensible, dans une seconde mesure. Toutes ces blessures, tous ces risques. Par contre, si cet intérêt avait une nature aimante... ? Qu'est-ce que cela signifiait ? Une sorte de grande admiration ? Non, Rakurai avait les capacités, le potentiel de dépasser rapidement les talents corporelles de Alu. Si seulement Alucard avait encore son corps d'origine... Mais là n'était pas le problème de l'instant.
Et puis cette femme, cette soeur, quelle puissance dans l'existence ! Une simple présence calmant les malins, Alucard dut rapidement se retirer, la tension était montée telle qu'il ne pouvait s'autoriser un pas de plus. Mais cette femme était-elle si puissante que ça au fond ? Ne dégageait-elle pas simplement un charisme pesant ? Alucard, lui aussi, avait ce type de prestence, enfin c'est ce qu'il en déduisit des comportements généraux. Etait-elle une menace alors ? Pouvait-il se permettre de telles attitudes aguicheuses ? Non. Alucard n'était pas ainsi, il était bien plus grand. Trahir son fils par ce type d'actions n'était pas digne d'un père tel que lui. Le respect envers Alu était grandissant chaque jour depuis leur union, son amour également, si proche de lui, chaque instant. Il devait donc se montrer à la hauteur de ce qu'il était, de qui il était, surtout aux yeux de son fils.

La marche fut longue sous cette pluie naissante. L'hôpital approchait peu à peu. Au bout de quelques temps Alucard se retrouva devant le bâtiment, comme prévu, il y pénétra alors d'un pas conquérant. Son regard transperça quiconque le croisait, l'administratrice à l'accueil en fut pétrifiée et elle mit quelques secondes avant de pouvoir articuler le bon numéro de chambre, malgré le fait qu'il le connaissait déjà. Simple vérification.
Il monta les escaliers lentement, d'un pas droit, jusqu'au troisième étage, puis traversa un grand couloir, cherchant d'un rapide coup d'oeil la chambre n°28. Il s'y arrêta alors.

Prenant son temps, il tourna la poignée après avoir frappé promptement. Sa fatigue diminuait peu à peu et son chakra se faisait de nouveau ressentir. Il poussa donc la porte d'un pas plus assuré.


"Tu désirais me voir, Rakurai-san ?"

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mar 20 Mar - 22:14

Rakurai, tranquillement installé dans son lit, les yeux clos... Non, pas les yeux, plus jamais il ne pourrait parler de ses yeux, il ne devrait parler que de son oeil, son dernier oeil. L'ouvrant subitement à travers la grisaille de la chambre à peine éclairé par la fenêtre à cause de la pluie battante qui semblait vouloir frapper Rakurai de tristesse. Cependant ce dernier n'était pas triste, pourquoi devrait il l'être ? Il avait certes perdus un oeil, faillit mourir, souffrir tel un martyr d'un autre temps, mais il ne ressentait aucune haine, aucune frustration, aucun désir de vengeance, juste de la lassitude de se retrouver dans cet endroit.

Mais pourquoi un tel état d'esprit ? Certains dirait qu'il s'agit là d'un manque de combativité, ce qui n'était pas faux, mais la vraie raison était plus subtile, plus malsaine à avouer. Le fait est, que l'on lui avait toujours inculqué de respecter les forts. "Si tu tombe sur un guerrier plus fort que toi, ne le hais pas, admire sa force et cherche à la surpasser" il avait vécu en entendant ce dogme. Aujourd'hui il en avait fait sien. L'Être était plus fort que lui pour le moment, et en ça il le respectait, perdre son oeil était le symbole de leurs différences de puissance, et ça, Rakurai l'acceptait pleinement.

Toutefois, malgré la très grand efficacité des soins, il se sentait fatigué, épuisé, il n'avait plus mal, mais il doutait pouvoir marcher pendant un moment, quelques jours lui seraient nécessaire pour récupérer ses mouvements, surtout si sa soeur trouve qu'il flemmarde trop au lit...
Toujours est il, que Rakurai était assit sur son lit quand quelqu'un frappa à la porte. L'assassin n'eut guère eu le temps de répondre que déjà la porte s'ouvrait sur le visage d'Alucard-san, actuellement contrôlé par l'Être. La question que ce dernier posa à Rakurai fit sourire ce dernier à travers ses bandages, mais il parvint à montrer une chaise à coté du lit, invitant l'Être à s'asseoir avant de parler d'un ton calme, presque jovial.


¤Rakurai¤
"Asseyez vous je vous en prie. Vous devez vous demandez la raison pour laquelle je voulais que vous veniez ici ? Elle est fort simple, j'aurais deux questions à vous poser. La première étant, comme vous devez vous en douter, votre nom. La seconde par contre, risque de poser quelques soucis. J'aimerais savoir ce que vous êtes, ce que vous faites dans Alucard et surtout de savoir qu'elles sont vos intentions. Je me doute que pour un genin fraîchement promu ces questions n'ont en aucun cas à être répondu, mais j'estime avoir le droit à une réponse. Alors Être, qui êtes vous ?"

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mar 20 Mar - 23:08

¤Rakurai¤
"Asseyez vous je vous en prie. Vous devez vous demandez la raison pour laquelle je voulais que vous veniez ici ? Elle est fort simple, j'aurais deux questions à vous poser. La première étant, comme vous devez vous en douter, votre nom. La seconde par contre, risque de poser quelques soucis. J'aimerais savoir ce que vous êtes, ce que vous faites dans Alucard et surtout de savoir qu'elles sont vos intentions. Je me doute que pour un genin fraîchement promu ces questions n'ont en aucun cas à être répondu, mais j'estime avoir le droit à une réponse. Alors Être, qui êtes vous ?"

S'asseoir ? Pourquoi pas. Alucard accepta volontier la proposition lui permettant de reposer son corps après tout cette marche. Ses jambes tremblaient quelque peu, son être physique n'était pas encore bien habitué à son nouvel adhérent.
La quesiton de Rakurai fit sourire le Juunin. Ce genre de renseignement était simple à apporter, et il comptait bien le faire. Rakurai était certes un "simple" genin mais c'était avant tout un personnage comme lui, tout aussi étrange. Ce pourrait-être une raison pour s'en méfier, oui, mais là, il désirait instaurer un climat de confiance, faciliter leur rapport futur. C'est alors qu'il retira son manteau, dévoilant une tunique noire aux manches longues. Sa mains gauche se trahit d'elle-même, sa couleur n'étant pas naturelle, mais se rapprochant davantage du gris métallique. N'y faisant pas attention, Alucard posa ses affaires sur un siège voisin et reporta son regard sur Rakurai, enroulé dans une multitude de bandages, le rendant plus proche de la momie que de l'être vivant. Une grande inspiration s'en suivit, puis le récit d'Alucard débuta.


"Je me nomme Alucard Ishida, connu sous le nom de Alucard 1er. Je suis le père de ton professeur. Etrange, ce même prénom, n'est-ce pas ? Je le conçois, mais je n'ai qu'à moitié choisi, sa mère y est pour beaucoup, elle eut dit que son nouveau-né allait recevoir la grandeur de mon prénom, lui offrant donc ma prestence, mais elle lui imposa également le nom de Hyuuga, pour qu'il garde une majorité maternelle dans son sang."

Les présentations étaient faites. Rakurai connaissait à présent le prénom de son interlocuteur, prénom facile à retenir. Mais Alucard reprit la parole, désirant continuer son histoire, sa réponse.

"Ce que je suis donc, son père. Mais ce que je fais en lui est un tout autre problème à expliquer, comme tu l'as souligné. Disons que mon propre corps n'est plus, j'ai été détruit, tué lors d'une bataille qui ne te concerne pas, du moins pas encore. Sachant ce qui allait m'arriver, j'ai inscrit dans un livre mes souvenirs les plus divers, et à la fin de ma vie, de ce qui allait en rester, j'ai accentué le chakra que j'infiltrait dans l'ouvrage afin que toute ma mémoire y soit imprimée. Etant un shinobi de grande renommée et de grand talent j'ai pu faire en sorte que seuls les héritiers de mon sang puissent accéder à mes écrits et bénéficier de ma vie tout entière. Il s'est trouvé que c'est Alucard qui est tombé sur ce livre."

"Et par un processus indescriptible mes souvenirs se sont imprégnés tellement fortement dans l'esprit d'Alucard qu'ils ont put y prendre une forme à part entière. C'est ainsi qu'à l'intérieur de ton professeur se trouvent deux esprits différents. Mes souvenirs, ma mémoire, mon esprit, tout cela revient au même biensûr. Il faut, pour la suite, que je te parle de l'apparence qu'à son esprit. Chacun en a une différente, la sienne est intéressante, tu vas voir. Son esprit, son Âme, est une sorte d'Univers infini où des milliards d'Astres brillent. Ces Astres représentent les potentialités de mon fils. Autant dire qu'il y en a beaucoup, autant qu'en chaque homme, et qu'elles ne seront pas toutes explorées durant sa vie, certaines ne seront jamais approchées, même de loin. Je voulais en venir au fait que, par une aide inconsciente de son mental, je me suis infiltré dans l'un de ses Astres, attendant sa venue."


Alucard fit une courte pause, attrapant un verre d'eau sur une table, se reinçant la cavité bucale et reprit:

"Au début, je ne pouvait pas agir sur sa conscience, je m'étais emprisonné dans cette sphère, et j'ai bien fait. Il est un jour venu se perdre dans son Univers et m'a rejoint par un hasard étrange. Je lui ais alors parlé, lui expliquant qui j'étais et pourquoi je me retrouvais en lui."

"Il faut également savoir qu'à partir de ce moment, la partie du sang que je lui ais transmise à sa naissance s'activa peu à peu. Pendant son enfance, sa mère lui avait inculqué d'étrange substance pour que seul son sang de Hyuuga puisse avoir le contrôle sur ses pouvoirs. Mais à partir de ce jour mon hérédité fit des siennes progessivement, offrant de temps à autres à Alucard la possibilité de l'utiliser et de goûter à ce que j'ai pu lui léguer. Une grande puissance il faut l'avouer. La maîtrise du sang m'est venue d'elle même, lorsque je suis né, j'ai énormément fait souffrir ma mère, et par la suite également, lors de trances incontrôlées. Mon père a tenté de me tuer, et je pense que pour lui je l'ai été à partir de ce jour, officiellement. Comment ? En me jetant du haut d'une falaise durant l'un de nos voyages montagnards... Brisé, éparpillé, mourrant, je me suis retrouvé au fond du ravin, la conscience, la volonté persistant à survivre contre la Mort. C'est alors que mon sang se reconstitua, forma une bulle autour de moi et ramena mes membres éloignés à leur origine, me reconstituant à mon tour. Me ramenant à la vie."

"Je te parle de ceci car je pense que tu as vécu quelque chose de similaire, n'est-ce pas ? Je disais donc que je suis revenu à la vie grâce à mon propore sang. J'ai alors appris à l'apprivoiser puis le maîtriser entièrement. D'où ce que tu as vu durant ton entraînement. Peu de personnes ont encore le souvenirs de mes talents, les autres sont morts par ceux-ci. Kempachi est l'un des témoins les plus frais... Je lui ais sauvé la vie, mais c'est une autre histoire..."

"J'ai l'impression d'avoir oublié une question. Ha oui, quelles sont mes intentions... ? Intéressant, je me doute. Je désires le bonheur de mon fils, sa survie, c'est l'un de mes derniers héritiers (c'est ainsi que je le considérais au début) et aujourd'hui c'est vraiment quelqu'un, mon propre enfant, mon sang, enfin en partie et c'est là le problème. Enfin bref. L'un de mes derniers enfants car oui il m'en reste. Une seule pour être précis. Plus jeune qu'Alucard, elle a déjà le contrôle quasi entier sur le pouvoir que je lui ais légué. Le seul soucis est qu'elle ne sait pas s'en servir et menace donc sa vie. Si tu désires savoir pourquoi, je te l'expliquerais mais ce n'est pas essentiel. Je me dois donc de retrouver mon enfant et de lui inculquer mon savoir, et par la même occasion réunir un frère et une soeur. Biensur, elle menace également son entourage en agissant ainsi, c'est pourquoi il faut davantage que je la retrouve."
"Alucard est aussi, pour moi, un moyen de parvenir à mes fins, qui sont, il faut le rappeler, aussi les siennes."


Alucard s'arrêta sur ces mots. Décidant qu'il en avait terminé pour le moment. Rakurai en savait plus que quiconque, plus que son professeur lui même...

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mer 21 Mar - 20:06

Rakurai, sans un mot, l'oeil droit clos, un léger sourire aux lèvres, il écoutait. Il écoutait le récit de celui présent devant lui à savoir Alucard Ishida, père d'Alucard Hyyuga. Deux personnes identiques, deux nom identiques, deux familles distinctes, voilà une chose étonnante. Cependant Rakurai ne dit rien, pas un seul mot, il se contentait d'amasser des informations.
Cependant, quand Alucard entra dans la pièce et qu'il ôta, pour la première fois depuis que Rakurai le connaissait, sa cape, révélant alors un détail que l'assassin n'avait pas remarquer jusqu'alors : la différence de couleur entre ses mains. Si celle de droite semblait normale bien qu'un peu pâle, celle de gauche par contre, avait plus de similitude avec la couleur de l'acier que de la peau, mais pour l'heure, Rakurai préféras conserver sa question pour Alucard-san.

L'histoire d'Alucard et par extension celle d'Alucard-san était surprenante. Terrifiante aussi, mais cela permettait déjà à Rakurai de constituer les premières pièces d'un puzzle géant qui risquait de lui compliquer la vie.
Pour résumer cela en une phrase, et bien disons que la famille d'Alucard semblait maudite, en partie à cause de leurs sangs mais surtout (de l'avis de Rakurai tout du moins) à cause de la folie que procurait cette puissance. L'enivrement, le désir de se retrouver avec du sang, encore et toujours plus de sang, voilà pourquoi Alucard l'avait attaquer envers et contre tous. Il n'avait su résister à cette pulsion, et pourquoi l'en blâmer ? Après tout, Rakurai n'aurait pas résister non plus à l'affronter. C'était quelque chose qu'il pouvait comprendre, quelque chose qu'ils avaient au moins en commun, même si chez Rakurai, cela n'était encore qu'une simple pulsion. Ils étaient tout les deux accrocs aux meurtres et au sang.
Finalement, une fois l'histoire d'Alucard finis, Rakurai se demandait vraiment si ce dernier en avait finis. Il avait donné tellement d'information que c'en était à peine croyable, pour être franc, le genin ne s'attendais pas à ce qu'il lui réponde. Inspirant profondément, Rakurai finit par ouvrir son oeil, souriant toujours, et il commença à parler d'une voix fatigué.


¤Rakurai¤
"C'est... Impressionnant. Si je n'avais pas déjà de l'expérience dans les récits farfelues, je n'arriverai pas à croire à votre histoire, pensant simplement qu'Alucard-san était un schizophrène. Cependant, votre histoire vient éclaircir certains points obscur lors de notre première rencontre. De ce fait, je ne pense pas que poursuivre cette discussion soit nécessaire. Il semblerait que vous ayez un but très précis, et bien que j'ignore pourquoi vous me l'avez raconté avec autant de détail, je n'irais pas interférer dans vos affaires. Pourquoi ? Tout simplement car je ne suis pas fou. Cette histoire se finira soit en tragédie, soit en drame. Dans un cas comme dans l'autre, m'y mêler ne ferrait que raccourcir mon temps de vie."

Finissant ses paroles en souriant clairement, son sourire se crispa quand il entendis la porte s'ouvrir et voir Yuna apparaître à l'encadrement de la porte, tête baissé, les bras tremblant de fureur, la grosse veine de retour sur son front. Cette dernière n'accorda même pas un regard à Alucard avant de se diriger vers Rakurai, faisant craquer de manière menaçante les os de ses doigts. Rakurai quand à lui s'était enfoncé dans son lit, de très grosses gouttes de sueurs sur le front et le reste du corps, sachant pertinement la raison de la colère de sa soeur.

¤Yuna¤
"Dis moi mon petit frère ? Est ce que tu souhaite mourir ? Non ? DANS CES CAS LA EXPLIQUE MOI POURQUOI TU TE RETROUVE ASSIT SUR TON LIT ALORS QUE LES MEDECINS M'ONT CLAIREMENT DIT QUE TU DEVAIS TE REPOSER DURANT TON SÉJOUR ICI ? TU VEUX QUE JE ME METTE EN COLÈRE OU BIEN C'EST UN NOUVEAU JEU QUE T'INVENTE ?"

Elle se mit à hurler comme ça durant un très long moment, attrapant de temps en temps Rakurai par le cou pour le secouer tel une poupée de chiffon entre des mains d'un bûcheron.

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Sam 31 Mar - 18:59

Alucard s'apprétait à répliquer lorsqu'une maginifique jeune demoiselle s'infiltra dans la pièce tel un char d'assaut dans un poulailler. Le Juunin en fut bloqué de surprise; elle s'avança vers Rakurai et l'attrapa violemment comme si elle s'énervait contre sa poupée qui n'avait pas voulu boire le thé qu'elle lui servait, sachant pertinemment qu'elle ne pouvait matériellement le faire. Un coup de gueule pour ne rien dire en quelque sorte, la gueularde tout aussi persuadée de sa connerie que sa victime.
Alucard préféra se faire discret pendant cet instant de retrouvailles chaleureuses, désirant montrer à Rakurai à quel point il était, en fait, en sécurité auprès de lui plutôt qu'auprès de sa propre famille. Se fondant dans l'ombre avec une aisance dérangeante, il se dissimula en attendant que la démone ne se calme.

Une fois que de la mousse se formait aux coins de la bouche de Rakurai, sa soeur se résigna à le lâcher, voyant qu'il ne pouvait lui répondre si elle continuait à l'étrangler. Alucard se risqua alors à reprendre contact avec son étudiant.


"Et bien, excusez moi de m'infiltrer dans votre conversation, dynamique je dirais, mais j'étais en train de discuter avec votre petit frère au sujet de ce que nous allions faire demain. Oui, oui." ajouta-t-il en fixant Rakurai comme pour le faire souvenir de quelque chose qui ne s'était pas produit.

"Nous avons été convoqué comme équipe de la prochaine mission. Mission qui consistera à se diriger à Kiri donc il vaudrait mieux que vous le laissiez se reposer, plutôt que de le torturer. De plus je suis médecin, j'ai donc doublement le devoir de vous empêcher d'agir ainsi plus longtemps. Veuillez sortir de cette pièce, s'il vous plaît."

Un sourire large, des yeux pétillants, Alucard attendit quelques instants puis se reconcentra sur Rakurai. Il le fixa tout d'abord, faisant abstraction de la présence de sa soeur. Pour lui, elle n'était plus dans la pièce, il la considérait partie. Ce qu'elle entendrait ne regarderait qu'elle.

"Donc mon petit Raku ! C'est pas parce que t'es passé Genin qu'il faut te la couler douce ! Demain on se barre à Kiri, que tu le puisses ou non ! Quittes à ce que je te fasse transporter par Bubba s'il le faut !"

"Je voulais aussi ajouter le fait que, depuis l'instant où nous nous sommes rencontré, et surtout depuis cette convocation, ton temps de vie a déjà raccourci."
"Tu me seras utile, quoique tu en dises..."

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Dim 1 Avr - 14:25

L'écume aux lèvres, Rakurai se demandait si son cou était brisé pour être secouer avec autant de faciliter par sa soeur. Mais vu sa terrifiante puissante, elle pouvait lui comprimer le cou sans risque et sans peur de le tuer, c'était assez étrange quand on y pensait.
Sa force était capable de briser des rochers sans grands efforts et pourtant elle maîtrisait celle ci à la perfection, cela signifiait que même énervée, elle n'userait jamais de la totalité de sa force, ce quia vait sauver la vie à Rakurai de nombreuses fois.

Une fois de plus, elle lâcha le cadavre sans vie de Rakurai, enfin presque, écume aux lèvres, cou réduit à la taille d'une paille, membres désarticulé, Rakurai devait vraiment être plus proche du cadavre de l'être vivant. Cependant, l'intervention d'Alucard stoppa tout net l'action. Yuna tourna son regard vers lui sans dire un mot, les poings desserrer, les regard ni haineux ni désireux de le tuer, elle était parfaitement calme.
Rakurai lui même s'était calmé, il regardait Alucard avec un mélange d'amusement et de respect étrange, un respect fondé sur la puissance et sur la supériorité.
Mais cela était un autre fait de l'étrange relation établis entre le vampire et le genin. Une relation de cause à effet pour savoir sui sera apte à tuer l'autre en premier. Un vrai challenge pour un assassin comme Rakurai, une plaie pour son esprit de conservation.

Toujours est il que Rakurai écouta avec une attention biblique les dires d'Alucard, ni lui ni sa soeur ne firent attention à ses paroles concernant Yuna, cette dernière savait se faire discrète et Rakurai n'avait pas besoin qu'elle sorte pour le moment, leurs destin d'assassins les prédisposaient à savoir rester à leurs places quand cela était nécessaire, et cela l'était pour Yuna aujourd'hui, elle se souvenait de la discussion qu'elle avait eu avec Rakurai sur le trajet, donc elle n'interviendrait pas.
Une fois les dires d'Alucard finis, Rakurai se permit de sourire en fermant son oeil unique, son espérance de vie avait diminué ? Tant mieux, cela laissait supposer du meilleur quand à la suite des événements, qu'elle excitation !


¤Rakurai¤
"Je vois. Ma vie est, par nature, déjà réduite à son plus stricte minimum. La raccourcir plus encore ne me pose aucun problème majeur. Si cela arrive, je l'accepterais, ma nature profonde l'accepte avec une joie non feinte, mais mon esprit de conservation semble plus prédisposer à vous fuir, mais vu mon caractère, cela m'étonnerais. Pour la mission de demain, n'ayez crainte, je serais apte à vous accompagner jusqu'à Kiri. Ma famille possède des onguents accélérant la guérison, en contrepartie, ma peau risque de jaunir un peu, mais bon, rien de très grave, l'affaire de quelques jours avant que ma pigmentation d'origine revienne. Avez vous des recommandations à me faire de dernières minutes avant que nous ne partions ?"

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mar 3 Avr - 20:44

"Pour la mission de demain, n'ayez crainte, je serais apte à vous accompagner jusqu'à Kiri. Ma famille possède des onguents accélérant la guérison, en contrepartie, ma peau risque de jaunir un peu, mais bon, rien de très grave, l'affaire de quelques jours avant que ma pigmentation d'origine revienne. Avez vous des recommandations à me faire de dernières minutes avant que nous ne partions ?"

"Que tu deviennes tout jaune, je m'en contrefiche, du moment que cela reste faible... Evite le jaune fort, solaire, le bleu, le rouge et le violet pâle. A part ça devient un barbapapa, peu m'importe."

Un léger ton d'ironie flottait dans ses paroles. Détendre la situation, faire en sorte que l'enfant trouve une certaine atmosphère plaisante autour du Juunin. Le discours d'un professeur ? ...
Un gazouilli d'oiseau traversa leur ouïe, enchantant leur récepteurs, associant ce bruit à quelque chose de chaleureux. Renforçant la situation dans sa douceur ambiante. Un rayon de soleil filtra par la fenêtre, venant éclairer de sa pureté l'intérieur de la pièce.


"Des recommandations ? Je ne crois pas. Seulement une. Arrive vivant et entier."

Un rapide coup d'oeil à la soeur de Rakurai afin d'appuyer quelque peu ses propos. Un sourire prit place sur son visage lorsqu'il reposa ses yeux sur son élève. Puis Alucard baissa la tête, sondant le sol d'une inquiétante anxiété. Son regard se déporta alors par la fenêtre, observant l'extérieur d'un oeil loitain, absent.

"Par contre, j'aurais un service à te demander... Une requête, une aide."

Un silence plana en ces lieux. Le Juunin Alucard demandant ceci, une situation unique. Alors que son père le fasse... Sa main droite vint s'appuyer contre la vitre, semblant désirer quelque chose d'invisible au travers, elle aussi absente. Son corps hésita à continuer, sa bouche ne savait plus que faire. S'ouvrir et laisser s'échapper cette requête qui pourrait lui être fatale ? Ou rester ainsi et perdre l'occasion d'appeler à l'aide ? Ressassant divers souvenirs, croisant diverses pensées, Alucard sembla faire un choix, prendre une décision. Cette décision. Pesant le pour et le contre de sa prochaine action, se rappelant tout à coup son enjeu. A partir de cet instant, tout s'enchaîna dans son esprit. Il n'y avait plus aucun doute à avoir...

"Je... Pourrais-tu m'aider à retrouver Alu... ?"
"Mon fils..."


Sur ces derniers mots, sa main droite se crispa entièrement, son regard se perdit davantage dans ses contrées lointaines, et sa respiration en fut, quelques secondes, coupée.

MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   Mer 4 Avr - 1:24

Rakurai ne disait rien, le sourire qui planait sur son visage étant assez équivoque pour être compris par tous de la manière dont il appréhendais les "plaisanteries", certes douteuse, mais néanmoins bienvenue dans le sens qu'Alucard tente de détendre l'atmosphère. En un mot comme en mille, il avait apprécier la pointe d'humour naissante du jounin vampire. Cependant, ce n'était pas pour autant qu'il allait renoncer à son projet déjà bien établis en lui. Alucard-san, Alucard, ou la dernière membre de cette si étrange famille. Tous devraient subir la loi de la famille Yugen si jamais les conditions de son contrat étaient remplis, aucun altruisme à avoir, ni par amitié, ni par respect, ni par sensibilité. Si jamais les clauses de son contrat devaient arriver, alors il deviendrait Rakurai Yugen, l'Arme Humaine des Ténèbres. Le shinobi disparaîtrait, laissant à l'assassin l'opportunité d'exercer sa profession avec style. Mais ils n'en était pas encore là.

¤Rakurai¤
"Je tenterais de faire un effort. Mais je ne sais si j'arriverais à éviter les couleurs fluo, enfin nous verrons bien demain."

Suite à sa réponse, le jeune genin observa avec attention le faux jounin se déplaçait en direction de la fenêtre. Il l'observait toujours avec son demi sourire, son oeil gauche absent, mais l'oeil droit pétillant de malice et d'humour. Puis il écouta, rêveusement, les paroles du vampire. Pour être franc, il ne s'attendais pas à une telle remarque, cela le surprenait beaucoup et plus encore même. Toutefois, il ne put retenir un rire, immense, vivant, réel. Le rire de quelqu'un qui viens d'entendre la chose la plus drole au monde, et en riait, mais sans se moquer. Un rire n'ayant pas connu les difficultés de la vie, ni ceux de la douleur, un rire qui venait de la dernière parcelle d'enfant de Rakurai, celle qui s'amusait en éxécutant les exercices demander par sa famille. Celui qui riait avec sa soeur et ses frères en jouant à un cache-cache spécial ninja. Le rire de Rakurai. Cependant, quand il pris la parole ce fut avec sérieux, toujours souriant, mais sérieux. Yuna elle même semblait sourire de cela.

¤Rakurai¤
"Vous aider à retrouver Alucard-san ? Voyons, cela coule de source. Alucard-san doit être sauver, d'une manière ou d'une autre. Par moi, vous, votre fille ou un élément encore inconnue. Mais sachez que même si vous ne m'aviez pas demander votre aide, et en tenant compte du fait que je fasse désormais partie de cette si étrange histoire, je comptait bien retrouver votre fils, et seul si il le fallait."
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hopital de Kumo   

Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Chartre de l hopital militaire de l'ost Artésien
» Operations de protection du Morne l'Hopital
» CK005 : Tournoi Chuunin, partie de Kumo
» Hopital de Konoha
» Armurerie de Kumo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Les Autres Lieux-