Partagez | 
 

 Un oiseau sur l'épaule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Un oiseau sur l'épaule   Mar 17 Juil - 4:34

Sur le toit de son immeuble, une jeune genin dort en se laissant réchauffer par les rayons du soleil. Une journée de détente avant l’arrivé très prochaine de l’examen chuunin. La seule chose venant la déranger, un petit oiseau très commun venu se poser sur son épaule. Pas si commun que cela, le commun des oiseaux ne porte pas de message accroché à leur patte. Attrapé par à la gorge, l’oiseau ne se débat pas longtemps et abdique, laissant la genin prendre le message. C’est un simple message non codé et court.


Spoiler:
 


Une convocation à l'académie. Ce n'est pas pour lui plaire. Son après-midi de détente est largement compromis, mais rien à faire d'autre que de ramasser le livre posé à côté d'elle et soupirer pour la forme. L’oiseau toujours dans sa main, elle relâche sa prise et le laisse s'envoler.

***


Sur le chemin de l'académie, elle prend son temps. Chaque personne souriante ou passant une belle journée à ne rien faire croisée sur sa route est une irritation supplémentaire. Elle aurait bien envie de leur... de leur faire quoi en fait? Qu'est-ce qu'on peut bien faire èa des gens qu'on croise dans la rue et qui sourient? Il n'y a pas grand chose à faire contre les gens qui sourient. Tout ce qu'elle trouve à faire devant ce problème insoluble est de grogner dans un premier temps. Dans un second temps, elle donne un coup de pied dans un chat qui a eu le malheur de passer par là pour évacuer un peu de son énervement. D'un coup, les gens autour d'elle sont déjà moins souriants. Donc, quand les gens sont trop souriant autour de soit, il suffit de donner un coup de pied dans un chat. C'est une information qu'elle retiendra. Il y a même une enfant qui commence à pleurer. Rien de telle qu'un belle après-midi que l'on peut gâcher pour tout le monde, comme il a été gâché pour soit.

Arrivé devant l'académie, c'est l'ennui qui se lie sur son visage. Elle s'est pourtant tenue tranquille et n'a pas attiré l'attention sur elle. Personne ne peut rien lui reprocher, sauf peut-être d'être désagréable avec ceux qu'elle n'aime pas. Ce qui englobe une grande majorité d'individus.

Rien d’autre à faire que d’entrer dans le bâtiment pour être fixé. La porte grince toujours autant quand on l’ouvre. La secrétaire, à son bureau à l’accueil, est trop absorbé dans ses papiers pour remarquer sa présence .Ce sont deux chuunins qui discutent dans le hall d’entrer qui l’interpellent. Le premier, peu content d’être dérangé encore une fois par un genin ayant reçu une convocation, renâcle.

Chuunin mécontent – C’est pour la convocation ?

Pas de réponse en face, seulement le même air qu’aborde le chuunin. L’air de quelqu’un qui a perdu son après midi tranquille. Il fouille dans une pochette qu’il gardait sous le coude et en sort une fiche qu’il consulte rapidement.

Chuunin mécontent – Fuki Rindo… Une convocation avec Tamao Yui en salle des professeurs.

Fuki – Pourquoi?

Le chuunin a envie d’en finir vite et de retourner à sa conversation.

Chuunin mécontent - Tamao Yui va t’expliquer, alors du vent. Trouve une grosse masse de cheveux blonds et c’est bon.

Il tourne le dos à la genin une fois sa phrase achevée. Rien de plus à dire, rien de plus à répondre d’un côté comme de l’autre. Elle s’éloigne et cherche la salle des professeurs. On dit que la porte de cette salle est toujours, mais ça ne veut pas dire qu’on va y trouver quelqu’un. Comme dans le cas présent. Personne dans la pièce, que des bureaux encombrés et mal rangés pour la plupart, ainsi que des casiers dont un débordant de vêtement et accessoires en tout genre.

Une convocation dans une salle vide. Gâcher un après-midi de détente pour ça. C’est vraiment une perte de temps pour la genin. Elle soupire à nouveau. Préférant continuer où elle avait laisser avant l’arrivé de l’inopportun volatile, elle quitte la pièce pour se diriger vers le toit de l’académie. Un banc sur le toit fera très bien l’affaire pour reprendre sa séance de détente. Ce n’est pas ce qui se fait de plus confortable en la matière, mais c’est du moins suffisant. Le soleil réchauffe doucement sa peau et même Ichi, le petit serpent balc a décidé de sortir de sa couchette, sous les vêtements de la jeune genin, pour venir se nicher au creux de son ventre pour prendre le soleil. Le temps s’écoule doucement de cette manière, comme si de rien était. En fait, ça aurait été le cas si quelque chose ne n’était pas venue obstruer le soleil. Probablement qu’un nuage, les yeux fermés il est impossible pour la jeune genin d’en apprécier la véracité. Ce n’est que la persistance de ce nuage qui lui fait ouvrir les yeux, ainsi que d’inopportunes gouttelettes de pluie.

Les instructeurs de l’académie et les nuages se sont donnés le mot pour faire passer une mauvaise journée à une genin fatiguée. Il ne lui reste qu’à rentrer chez elle. Personne n’est venu la voir à propos de cette convocation, ce n’est plus sont problème. Il suffit d’un passage obligé par le hall d’entré de l’académie pour quitter le bâtiment. Les deux chuunins qui l’avaient accueillis ne sont plus là. C’est un bon point, ils ne lui demanderont pas si elle a trouvé ce Tamao Yui et sa tignasse. Tiens, la secrétaire à l’accueil n’est plus là. Bah, ce n’est pas plus important que ça. Pas plus important que ça, si ce n’est de petits gémissements étouffés venant d’une porte entrebâillée derrière le bureau vide.

Un petit coup de d’œil ne coûte rien. La genin s’approche doucement et silencieusement de la porte. Rien qu’un petit coup d’œil pour voir ce qui se passe à l’intérieur, rien de mal là dedans. Il s’agit d’un placard tout ce qu’il y a de plus ordinaire et de plus innocent, contenant des accessoires de bureau et du matériel d’entretien. Ce qui si passe est un peu moins innocent. La secrétaire, dans une position non conventionnelle, très légèrement vêtue, est emmêlée dans une épaisse tignasse couleur de blé décoloré. C’est bien elle qui pousse de petits gémissements, le rouge lui montant aux joues. La genin reste quelques instants a observer la scène. Ça ne peut qu’être bénéfique à sa culture personnelle et dans le cadre de son étude du corps relative à sa formation médicale.




Spoiler:
 




Spoiler:
 

EDIT STAFF : Après sa pause cigarette habituelle, le chuunin repasse les portes de l'Académie. Il se serait bien enfilé une deuxième cigarette mais ils avaient déjà assez mauvaise réputation ici. S'il faut glander, autant le faire à l'intérieur en étant payé et en faisant semblant de travailler.

Mais à peine rentré qu'un genin est déjà là, c'était raté pour sa pause discrète ni vu ni connu. Tiens, quelque chose clochait.

[Chuunin mécontent] " Tiens, tu es déjà passé ? Il y a un problè..."

La genin n'avait pas eu le temps de détourner son regard suffisamment vite de la pièce du fond, faisant semblant d'être gêné. Le chuunin ouvrit une large bouche, les yeux écarquillés, la bave coulant légèrement sur le coin des lèvres. il n'en croyait pas ses yeux. Tamui se faisait la secrétaire dans le placard à balai, presque devant tout le monde. Et cette genin était en train de mâter sans rien dire ? Et depuis combien de temps en plus ? Mon dieu...

[chuunun mécontent] " Faut que je raconte ça aux potes bordel, sacré Tamui !"

Et il partit en courant, le nom de Fuki bien en tête pour ne pas loupper un seul détail de cette histoire incroyable.

BONUS STAFF : à ajouter dans ton profil Etat : Fuki a une montée de sang. Comment dire... Elle est toute rouge, très gêné. Qu'est-ce qui a pu la mettre dans cet état ? ( A garder au moins une semaine IRL !)
à ajouter dans ta réputation de Konoha : Fuki est connu de la gente masculine de l'administration comme "Celle qui regarde". Des petits sourires et quelques allusions salaces accompagnent toujours ce petit surnom quand il est utilisé.

MessageSujet: Re: Un oiseau sur l'épaule   Ven 20 Juil - 13:28

Ils étaient remontés dans une salle de classe du premier étage très rapidement. Yui recoiffait encore sa longue chevelure blanche et reboutonnait sa chemise. Elle avait chaud, tellement chaud. Et cette situation était aussi insolite que gênante. Mais ce qui est fait, Yui n’était pas du genre à se morfondre.

Elle jeta un coup d’œil en direction de la genin. Par chance ce n’était plus vraiment un enfant, elle connaissait suremment déjà ces choses de la vie même si Yui n’arrivait pas à contenir ces regards un peu accusateur. Elle ferma les yeux en prenant une voix forte.

[Yui] « Ba quoi ? D’habitude l’Académie est vide. On nous a jamais vu avant… »

Elle venait de donner encore plus de détails sans le vouloir. Ba… tant pis. Si ça ne convenait pas à la genin, elle pourrait toujours aller voir ailleurs. Yui finit de se rhabiller sans aucune pudeur, resserrant un peu plus sur sa chemise un peu trop serrée. Elle se frotta un peu les joues, comme pour enlever le rouges à lèvres qui s’y était incrusté. Voilà, elle était fraiche et disponible. Elle lança un grand sourire à Fuki.

[Yui] « Je m’appelle Yui Tamao, chuunin instructeur. Enchantée. Et désolée du retard, j’étais un peu occupée… »

Elle remettait le couvert sans le vouloir. Mais elle était comme ça, elle se dévoilait un peu à n’importe qui, juste pour s’amuser. Elle regarda un peu à gauche, à droite. Elle se leva, se redressa. Elle cherchait sur le bureau, en dessous, puis un peu partout dans la pièce sans réelle raison apparente. C’est seulement quand elle s’approcha de la genin qu’elle s’arrêta, un peu gênée une nouvelle fois.

[Yui] « J’ai dû oublier ton dossier en bas… Je ne me souviens pas de ton prénom, désolée. »

Quelle tête de mule ! Elle n’était pas un cadeau, entre les trous de mémoire et son caractère « spécial », Yui était un vrai numéro. Mais il faut de tout pour faire un monde et Yui savait qu’elle était unique. C’est bien pour cela qu’on l’avait nommé chuunin.
Elle s’installa assez près de la genin, elle voulait tout savoir pour se faire pardonner.

[Yui] « Alors tu as un petit copain ? Une petite copine peut-être ? Si tu veux apprendre des trucs, je suis là. Je peux être comme une grande sœur pour toi si tu veux. »

Et la chuunin lui prît les mains. Est-ce pour la rassurer ou juste pour l’empêcher de s’enfuir ?

MessageSujet: Re: Un oiseau sur l'épaule   Lun 23 Juil - 21:09

La chuunin, son forfait découvert, s'était empressé d'entrainer la genin dans une salle de classe à l'écart. Emportant ses vêtements avec elle et essayant d'y remettre un peu d'ordre dans sa tenu, elle essayait de s'excuser et de s'expliquer. Assez maladroitement, tout de même. À chaque phrase, elle s'enfonçait un peu plus.

Yui - [Yui] J’ai dû oublier ton dossier en bas… Je ne me souviens pas de ton prénom, désolée.

De mieux en mieux, en plus de lui avoir fait perdre une partie de son après-midi elle oublie le dossier sur la genin qu'elle doit former. Fuki en a marre. Au moment où elle veut s'en aller pour cause de lassitude aigu, l'instructrice essai de noyer le poisson et lui attrape les mains pour l'empêcher de partir.

Yui - Alors tu as un petit copain ? Une petite copine peut-être ? Si tu veux apprendre des trucs, je suis là. Je peux être comme une grande sœur pour toi si tu veux.

Pour Fuki, c'est soit une tentative de ce faire pardonner, soit une tentative de drague minable et un peu pervers à ce qui a trait à cette allusion à une grande soeur. Elle décide de mettre les choses au clair dés le départ, en commençant par clairement mettre en lumière qu'elle n'a aucune lacune concernant les mécanismes du corps humain. S'il y a bien une chose dont on ne peut pas l'accuser, c'est bien de ne pas être au fait de cela.

Fuki - Premièrement, je connais déjà les zones érogènes à stimuler pour provoquer une monté d'endorphine chez moi ou chez ma partenaire.

Elle a utilisé le mot partenaire au féminin sans y réfléchir au lieu d'un plus générique partenaire au masculin qui pouvait englober l'ensemble des deux sexes. En fait, elle ne s'en est même pas rendu compte. Elle enchaîne donc sans plus se formaliser.

Fuki - J'ai eu le temps d'étudier tous les schémas de la bibliothèque de Konha concernant le corps. Mes connaissances sont suffisantes pour obtenir un résultat optimale au niveau temps/résultat, si ce genre de situation devait se présenter. Deuxièmement, j'ai vu de meilleurs techniques de dragues dans les livres de la section adulte du libraire du coin.

Elle prend une pause pour reprendre son souffle et retirer ses mains d'entre celles de son instructrice.

Fuki - Troisièmement, les fluides produit lors de l'excitation sexuelle par les glandes de Bartholin ont pour but de faciliter la pénétration vaginale. Même si l'on peut considérer que ces fluides peuvent également être bons pour la peau et l'hydrater, ce n'est pas une raison pour en tartiner sur les mains des gens.

Alors qu’elle prononce cette dernière phrase, elle essuie ses mains sur des papier qui trainent sur le bureau.

MessageSujet: Re: Un oiseau sur l'épaule   Mer 25 Juil - 11:46

Le chuunin paraissait énormément décontenancée.

[Yui] « Mais comment… Je n’ai pas eu le temps de… »

Même si la scène aurait pu en choquer plus d’un, Yui était tout à fait sérieuse dans ces moments là. Le sexe, l’amour et la passion sont des choses très importantes qu’il ne fallait pas négliger.

Puis elle s’esclaffa bruyamment, montrant Fuki du doigt et se tapant la cuisse.

[Yui] « Mais tu me charries ! Tu es une vilaine menteuse tu sais ? Ah elle était bonne. »

Elle reprit son souffle calmement.

[Yui] « Je fais plutôt « ça » proprement d’habitude, c’est pour ça que… »

Elle fit des gestes avec ses doigts autour de sa tête, le même geste que l’on fait quand on veut décrire quelqu’un de fou. C’est vrai que c’était une véritable scène folle.

Elle tapa sur ses deux cuisses et, dans le même élan, fit un bond pour se relever. Elle restait rarement en place dans une conversation entre filles.

[Yui] « Bon ba si tu t’y connais en relations sexuelles, on pourra se faire une soirée Karaoké où on se racontera nos petits secrets. »

Elle imita un micro et se mit à chanter en imitant son girl band préféré, un truc assez inaudible qui parle de garçons trop kawaï. Sacré phénomène…

[Yui] « A oui, puis si tu as des questions sur le travail ou la médecine, je suis là aussi. Il n’y a pas que l’anatomie dans la vie petite coquine. »

Elle lui reprit les mains et poussa un petit cri joyeux comme peuvent le faire les adolescentes.

[Yui] « On va former un duo d’enfer. Une question ou une glace ? »

[Si tu as des questions, envoies les moi par MP, je t’y répondrai pour que tu étoffes ton post.]

MessageSujet: Re: Un oiseau sur l'épaule   Mar 31 Juil - 5:40

Devant Fuki, Tamao Yui, qui est supposé lui enseigner l'eisei, semble avoir complètement perdue la tête. Celle-ci est en train de chanter ou du moins essayer de chanter quelque chose d'incompréhensible et de strident. Elle enchaine sur de petits cries, qui s'avèrent encore plus strident que son chant, même si cela est difficile à croire. Alors que cette dernière lui reprend les mains, la jeune genin tente de remettre dans l'ordre les dernières phrases de son enseignante. Ce qui n'est pas une tache aisée, vu la confusion dont Fuki souffre. À moins que ce ne soit la chuunin qui soit confus et qui donne cette impression à son élève. C'est difficile à dire.

Avec le peu qu'elle a réussi à comprendre dans la confusion de paroles sur un garçon trop mignon et le reste, il ne lui vient à l'esprit qu'une seule question. Surtout parce que c'est Tamao qui le propose et que la genin n'a aucune idée de ce que la glace vient faire là.

Fuki - Une question. Est-ce que c'est au karakoké (Fuki ne connait pas le karaoké) que l'on apprend les secrets de l'eisei?

Yui - Bien sûr ! C'est mon secret pour commencer. C'est en chantant des musiques des Beautifulful Kawai et en sirotant des cocktails jusqu'au bout de la nuit qu'on apprend l'eisei. Fais moi confiance, dit-elle avec un grand sourire.

Elle prit cependant un ton beaucoup moins enjoué et beaucoup plus sérieux.

Yui - Mais veux-tu réellement connaître les secrets de l'eisei ? C'est un enseignement avec de lourdes responsabilités. Je t'interdis de le prendre à la légère.

Comme si elle ne le savait pas déjà. C’est ce qu’elle étudie depuis toujours, même avant son entré à l’académie. C’est aussi la seule chose qu’elle connaît, la seule chose qui pour laquelle elle a vécue. De quel droit ce permet-elle de questionner les motivations de ceux qu’elle convoque. Ce serait plutôt les motivations de cette instructrice un peu trop collante qui devrait être questionnées. Renfrognée, la genin se renfrogne.

Fuki – Je n’ai jamais pris l’eisei à la légère. Mon désir de compréhension et de domination du corps est gravé dans ma chair depuis aussi loin que ma mémoire remonte. S’il y quelqu’un qui n’est pas sérieux ici, ce n’est pas moi.

Elle marque une pause pour croiser les bras devant elle pour montrer qu’elle est sérieuse.

Fuki – Si c’est comme ça, je vais aller trouver les secrets toute seule. Même si je ne sais pas où se trouve se karakoké.

Sa dernière phrase est inaudible, mais elle est davantage pour elle-même que pour cette instructrice un peu trop excitée.

Fuki – Il faudra que je demande des explications à Takuro sur ce karakoké.

MessageSujet: Re: Un oiseau sur l'épaule   Mar 31 Juil - 12:33

Yui croisa les bras et prit appui sur l’une de ses mains pour y poser délicatement sa tête. Il laissa glisser un doigt près de ses lèvres, c’était la pose qu’elle prenait quand elle réfléchissait. La petite Fuki n’avait pas l’air très enthousiaste et, pour une raison que Yui ignorait totalement, elle s’était braquée. Ne serait-elle pas la super copine de ses rêves ?

[Yui] « Bon dans ce cas, tiens ! »

Elle prit le poignet de Fuki par la force et lui glissa une carte de visite dans la main. Elle s’assura que Fuki tenait bien la carte avant de relâcher son étreinte.

[Yui] « C’est l’adresse du Karaoké. Si tu veux apprendre avec moi, c’est là-bas qu’il faudra me retrouver. J’y vais les mardis soirs, jeudis soirs et samedis soirs, toutes les semaines. Sauf quand je ne suis pas en mission bien entendu. »

Elle tenta un dernier sourire, une dernière dose de bonne humeur. Elle afficha même plus longuement que d’habitude sa mine enjouée. Ouais… Il y avait du travail. Fuki ne réagissait même pas.

[Yui] « Bon ba je te laisse alors. »

Elle reprit ses affaires doucement, jetant un dernier coup d’œil sur son élève, un air inquiet et mélancolique qui ne lui allait pas du tout sur le visage. Pensant que c’était peut-être la dernière fois qu’elle la reverrait, elle préféra ajouter un dernier mot.

[Yui] « Prends soin de toi Chérie. »

Et elle s’éclipsa dans le couloir, presque la mort dans l’âme. Yui était quelqu’un réputée pour son air sympathique et sa mine enjouée, entre autres choses. Là, une inconnue avait réussi à lui donner le cafard en moins de cinq minutes.

[Yui] « Quelle jeunesse, ça craint. »
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Un oiseau sur l'épaule   Mar 31 Juil - 12:40

Petite session RP fort sympathique !

Fuki : + 14Xp
Yui (alias Tsuki) : + 16XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un oiseau sur l'épaule   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un oiseau sur votre épaule
» Un oiseau qui chante....
» L'oiseau messager
» Deux oiseau etrange(PV Duscisio)
» Un petit kit pour l'oiseau bleu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Konoha-