Partagez | 
 

 Kotabe Chikanori - Kumo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Kotabe Chikanori - Kumo   Mar 17 Juil - 18:07

Nom : Kotabe

Prénom : Chikanori

Âge : 17 ans

Village : Kumo

Affinité : Raiton

Grade Envisagé : Genin

Kekkai Genkai Souhaitée : Aucune

Techniques gratuites choisies : Kenboushou - Amnésie, Nakusu - Perdu

Histoire :

Une nouvelle génération est en marche


Demeure des Kotabe - 16h34
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Kozo tenait fermement la main de son épouse, il sentait la pression de ses doigts chaque fois qu'elle tentait de mettre au monde leur second bébé, il lui souriait et l'encourageait à poursuivre. Il n'avait pas eu le temps de la conduire à l'hôpital, c'était leur médecin traitant qui devait s'occuper de l’accouchement. Après près d'une heure d'effort l'enfant sortit enfin du ventre de sa mère.

"C'est un garçon" annonça le docteur

"Vous avez choisi un nom ?"

"Oui, ce sera Chikanori"
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Kotabe formaient une famille exemplaire, Junko et Kozo s'étaient unis cinq ans plus tôt, la jeune femme portait alors leur premier enfant, Izuki.

Kozo était issu d'une famille modeste du village, et il avait choisit de se dévouer aux ninjas comme son père, il était grand et bien bâti, ses cheveux noirs comme du charbon et il arborait une barbe bien fournie, il était stricte et ne laissait aucune place aux débordements et aux sentiments, cependant il savait être un époux attentionné et un père attentif.

Junko quant à elle était l'héritière d'une longue lignée de ninjas qui s'étaient spécialisés dans l'art de la médecine, elle semblait bien frêle par rapport à son époux, la peau blanche une silhouette fine et de long cheveux roux, cette fragilité apparente cachait en réalité une femme à fort caractère et qui su particulièrement se distinguer lors des nombreuses missions auxquelles elle participa, sauvant la vie de bien des compagnons.

Leur premier fils était le portrait craché de Kozo, seul son corps plus mince le faisait ressembler à sa mère, il avait rapidement pris son père comme un modèle d'excellence, il l'admirait et espérait un jour l'égaler. Il s'était tourner vers le taijutsu comme son père, mais dans un style plus aérien.

Chikanori, le dernier, était beaucoup plus proche de sa mère, il était plutôt chétif, portait des lunettes et restait très discret, il n'aimait pas se mêler aux autres enfants de son âge, de plus son frère et lui était en perpétuel concurrence, cherchant à leur manière à devenir le plus fort dans leur domaine.

Les deux frères avaient cinq années d'écart, Izuki était devenu un garçon assez turbulent, cherchant en permanence à se faire remarquer par la force de ses poings, quand il entra à l'académie, son jeune frère ne pu s'empêcher d'éprouver un brin de jalousie, les deux garçons bien que liés par le sang ne s'appréciaient pas vraiment, malgré tous les efforts de leurs parents pour qu'ils s'entendent mieux.

"Ton tour viendra bientôt Chikanori, toi aussi tu iras à l'académie"

"Je sais, mais c'est maintenant que je veux y être !"

"Tu es encore trop jeune, tu n'as pas à essayer de dépasser ton frère, il est plus âgé"

"Mais je veux le dépasser, et j'entrerai à l'académie plus tôt que lui !"

Le jeune garçon avait la tête dure, et il prit sur lui de s'entraîner le plus durement possible afin de réussir l'examen d'admission à l'académie. L'objectif était simple, accumuler un maximum de connaissances pour surpasser son frère, contrairement à ce dernier Chikanori était capable de passer des heures à lire des livres, Izuki lui ne tenait pas en place, il avait besoin de se dépenser physiquement, et ses résultats théoriques n'étaient pas très reluisants.

Le jeune garçon entra finalement à l'académie un an plus jeune que son frère, ce qui ne fit qu'alimenter leur désir de se confronter sans cesse, le plus jeune cherchant toujours à dépasser l'autre tandis que Izuki essayait d'imposer son statut de grand frère. Un évènement vint cependant marquer le point d'orgue de leur rivalité, suite à une dispute qui avait poussé l'aîné a jeter l'un des livres de son frère par la fenêtre, les deux garçons se lancèrent dans un duel fraternel sans pitié.

"Toujours le nez dans tes bouquins à faire l'intello de service, tu n'es pas mon frère !"

"Et toi encore moins, sale brute sans cervelle"

"Très bien, alors battons-nous et voyons qui est vraiment le plus doué"

Alors âgés de 14 et 19 ans les deux gamins se faisaient face au milieu du jardin.

Chikanori avait les mains moites, il fixait son frère sur un ton de défi, il savait bien qu'il n'aurait pas l'avantage dans un corps à corps, il devait à tout prix reculer, il sauta sur la petite table qui se trouvait derrière lui, alors que son frère se jetait sur lui à pleine vitesse, il fît basculer la table d'un coup de pied, l'adolescent se retrouvait face contre terre, il devait réagir rapidement, il était trop tard pour le genjutsu qu'il avait prévu, mais pas pour le ninjutsu, il balança à la volée un petit éclair qui vint frapper son frère, suffisant pour lui laisser le temps de se mettre en sécurité.

"Arrête de fuir, viens te battre"

"Je ne suis pas aussi stupide que toi"

Alors que son frère se lançait une fois de plus sur lui, il s'écarta de justesse, laissant son frère heurter de plein fouet le cabanon du jardin, son large coup de pied avait fragiliser la petite structure qui contenait toutes sortes d'outils, et finit par basculer, Izuki était sur le point de se faire écraser.

"Fais gaffe !"

Chikanori s'élança vers son frère, mais il était trop tard, le cabanon s'effondrait déjà sur lui, dans le fracas métallique des outils. L'adolescent était pétrifié par ce qui s'était passé, le bruit avait rapidement fait venir son père, qui s'empressa de soulever les décombres et de sortir Izuki de là. Chikanori ne pu s'empêcher de s'en vouloir, malgré leur rivalité et leurs désaccords, il restait son frère et pour rien au monde il ne voudrait le perdre.

Une fraternité retrouvée

La pièce dégageait une odeur forte de produits pharmaceutiques, comme si l'on avait déversé de l'alcool sur les murs et le sols, Chikanori était assis là, près du lit dans lequel se trouvait son frère, la tête enroulée dans un bandage comme une momie, le poids du cabanon s'était écroulé sur sa tête, il souffrait également de quelques coupures causés par les outils de jardinage. Rien de bien gênant pour un jeune de sa carrure, mais suffisant pour le clouer au lit pendant quelques jours. Chikanori s'en voulait énormément, il savait qu'il était en grande partie la cause de tout ça, et au fond il savait qu'en réalité il aimait son frère malgré toutes leurs différences.

"Désolé Izuki, je ne suis qu'un imbécile"

"Tu as raison, mais alors je suis au moins aussi bête que toi"

Chikanori comprenait finalement qu'ils n'étaient que deux idiots, que leur rivalité était puérile et à des lieux de la réalité. Les deux frères avaient finalement pu se retrouver d'une certaine manière.

"Tu te souviens du jour où tu as choisis ton domaine d'étude ?"

"Oui, on s'était encore engueulé au sujet de mon choix, tu disais que j'avais choisis le genjutsu rien que pour contrer ton taijutsu"

"S'était un très bon choix, ton intelligence est ta force, alors sers t-en"

"Merci, mon frère. Bon, je dois rejoindre père, pour l'entraînement"

Chikanori traversa l'hôpital, l'ambiance était morose, une odeur désagréable se dégageait des murs, celle de l'éther. Il essayait d'apercevoir sa mère au détour d'un couloir, elle travaillait à l'hôpital depuis plusieurs années maintenant, ses grandes compétences en médecine lui avait permis d'accéder au poste de médecin à plein temps. Il reconnut sa voix, elle était en train d'ausculter un patient dans une chambre non loin de là, il la regarda faire, ses mains agissant délicatement pour évaluer le taux de guérison d'une fracture, faisant pression sur chacune des parcelles de l'os, afin d'y déceler le moindre défaut.

Il choisit de ne pas la déranger et tourna les talons, il arriva à l’accueil, où il croisa l'une de ses amies d'enfance.

"Salut Chikanori-kun"

C'était Chami, ses parents étaient leurs voisins depuis longtemps, et tous deux ayant le même âge, ils avaient sympathisé, elle était également avec lui à l'académie, il entretenait une amitié proche, que la jeune fille aurait sûrement voulu encore plus proche.

"Bonjour, Chami"

"Tu es venu voir ton frère ?"

"Oui, il se porte bien, je ne m'inquiète pas. Et toi tu viens voir ton grand-père comme d'habitude ?"

"C'est ça, je vais lui rendre visite chaque jour."

L'adolescente cessa de parler un moment, marquant une certaine hésitation qui mettait Chikanori mal à l'aise

"Dis Chikanori-kun, tu voudrais bien, sortir avec moi ?"

Le garçon resta sans voix devant la proposition de son amie, il avait encore la tête pleine des quelques mots échangés avec son frère, et il n'attendait qu'une chose, c'était qu'il sorte de l'hôpital. Il finit par sorti quelques mots en bafouillant.

"Je ne sais pas, pourquoi pas. Mais je dois d'abord m’entraîner avec mon père."

"Pas de problème, Chika-kun"

La jeune fille lui glissa un doux baiser sur la joue avant de se diriger vers les couloirs de l'hôpital. Chikanori resta sans bouger un moment, la sensation mouillée sur sa joue et la douceur de ses lèvres l'avait transporté dans un autre monde, il finit par sortir de son immobilité et se dirigea chez lui, le sourire aux lèvres.


Dernière édition par Kotabe Chikanori le Sam 21 Juil - 0:04, édité 3 fois
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kotabe Chikanori - Kumo   Jeu 19 Juil - 0:02

Trois années passèrent, les deux frères avaient donc fini par se rapprocher, et à ne plus chercher à se quereller sans cesse, Chikanori n'oubliait pas le temps écoulé depuis cette journée. Il était allongé dans l'herbe et lisait un livre sur les tactiques employées par les équipes ninjas, il adorait lire, sentir le grain du papier sous ses doigts, il lui arrivait de passer des heures à lire des pages et des pages sans bouger.Une légère brise venait lui caresser le visage, la tête de Chami reposait sur son abdomen, elle s’était endormie, ses yeux d’un bleu profond dissimulés sous ses paupières, il glissa sa main dans ses cheveux noirs comme la nuit en essayant de ne pas la réveiller.

« Tu lis toujours »

Elle lui glissa un petit sourire, chaque fois son cœur s’emballait devant tant de beauté, ses petites lèvres harmonieuses, ses pommettes roses et ses yeux si parfaits, comme dans un rêve.

« J’ai bientôt fini »

« Tu crois que notre histoire finira comme dans les livres ? »

Chikanori avait lu bon nombre de livres depuis son plus jeune âge, aux contes pour enfants, en passant par les romans d’aventure et les livres plus techniques, il aimait tout du moment qu’il pouvait lire. Les romans utilisaient divers engrenages pour arriver à une fin souvent heureuse, même si parfois certains sortaient des sentiers battus et conduisaient à une fin triste voire cataclysmique.

« J’espère bien que ça finira comme dans les livres »

« Je t’aime »

Ces mots, pourtant si simples, étaient comme une décharge électrique en plein cœur, ils étaient maintenant ensemble depuis près de trois ans, et rien au monde ne se mettrait en travers de leur histoire.

« Moi, aussi. Je ne veux pas te perdre, j’y mettrais mon honneur s’il le fallait »

Ce qu’il venait de dire résonnait comme une promesse inviolable et même s’il n’évaluait pas encore toute l’ampleur de ses mots à ce moment-là, il se sentait prêt à en assumer la responsabilité.

_____________________________________________________________________________________

Chikanori et son frère avaient pris l’habitude de s’entraîner avec leur père chaque mois, c’était l’occasion pour ce dernier de profiter un peu de ses fils et de leur inculquer les arts ninjas. C’était aussi l’occasion pour lui de ramener sa science via un petit cours d’histoire. Kozo était un juunin, et le peu de temps qu’il pouvait passer avec sa famille, il l’exploitait au maximum, en se préparant même des fiches en cas d’oublis.

« Bon, aujourd’hui je vais vous faire un petit cours sur l’art du sabre. Alors comme d’habitude commençons par un peu d’histoire. Les samouraïs maintenant disparus, ont commencé à pratiquer le sabre de manière classique, mais il existait déjà plusieurs écoles, par exemple le iaïdo était basé sur l’art de dégainé son sabre et de tuer son adversaire d’un seul coup. Plus tard, ces hommes réussirent à développer le kido, qui se rapproche un peu du ninjutsu de combat, sauf que c’était beaucoup plus élaboré et complexe. Leur ordre a fini par disparaître... »

« On commence bientôt ? »

« Tais-toi et écoutes, Izuki »

Kozo en profita pour lui mettre un coup de sabre en bois sur la tête.

« Bien reprenons. Alors leur ordre disparu pour laisser la place aux shinobis, c’était donc la fin des batailles rangées, les différents pays préféraient se tourner vers les ninjas, moins nombreux à engager et pouvant se montrer très discrets. Cependant cette période de l’histoire est restée très importante car on donnait beaucoup d’importance au sacrifice de soi et à l’honneur. Bien, maintenant nous pouvons commencer, voici des bekko, ce sont des sabres d’entrainement, mais attention, entre des mains expertes ce sont aussi des armes redoutables. »

Les deux garçons prirent leur sabres respectifs, Chikanori évalua rapidement le poids de l’arme, il constata également qu’elle était faites d’un bois dur mais souple, suffisamment travaillé pour donner la sensation d’utiliser un vrai katana.

« Mettez-vous en position, Izuki, redresses-toi et sois moins raide. Chikanori, lèves ton sabre plus haut, voilà. Bon maintenant suivez mes mouvements. »

Les deux garçons étaient prêts, leur père enchaîna alors toute une chorégraphie de mouvements, qui ressemblait davantage à une danse qu’à du combat au sabre. Au départ, Chikanori éprouva un peu de difficulté à manier son sabre, mais il finit par s’habituer à son poids et à prendre le rythme.
Après une bonne demi-heure d’effort, Kozo s’arrêta.

« Vous avez bien travaillé tous les deux, Izuki, tu dois mettre moins de force dans tes mouvements, tu perds en précision.»

« Mais je fais comment pour faire mal si je frappe doucement »

« L’important pour le moment est de toucher les points vitaux, pas besoin d’y mettre de force, pourtant tu t’en sors très bien avec tes poings. »

« C’est différent, ce n’est pas comme si le sabre était une partie de mon corps, c’est beaucoup plus difficile à contrôler. »

« Chikanori, en ce qui te concerne, je suis assez impressionné, toi qui est plutôt un combattant à distance, tu réussis à maîtriser parfaitement ton sabre, par contre celui-ci est un peu trop lourd pour toi. »

Chikanori ne s’attendait pas à tant d’éloges, lui qui n’avait jamais brillé dans toutes les disciplines physiques, il en trouvait enfin une où il arrivait à faire mieux que son frère. Apparemment la concentration était la clé, un geste précis et vif est bien mieux qu’un coup violent et agressif.

« Bon, les garçons, j’ai autre chose pour vous, j’y avais pensé depuis un moment, et comme Izuki vient de monter en grade, ça pourrait faire une bonne récompense. J’avais l’intention de vous emmener faire un petit voyage en dehors du village, les montagnes du Sud sont particulièrement belles à cette époque de l’année, ce serait aussi l’occasion de vous faire un bon entraînement. »

Chikanori était au bout du rouleau, cela faisait bien quatre jours qu’ils n’avaient pas cessé de marcher, d’escalader et de risquer de tomber dans le vide à chaque faux pas, le garçon n’était pas d’une nature très athlétique, et la montagne lui dévorait progressivement toute son énergie. Cependant le spectacle était magnifique, de l’arrivée en bas de ces monts gigantesques à leur ascension, chaque jour il pouvait admirer le lever du Soleil, et l’immensité du monde qui se trouvait sous ses yeux, des forêts, des prairies, des villages, ce monde lui inspirait la pureté, la même pureté qu’il avait ressenti lorsqu’il vit pour la première fois l’éclosion des cerisiers, ou encore quand Chami lui souriait. Il fut rapidement ramené à la réalité lorsqu’il sentit la brise glacée de la montagne lui pétrifier la chair, ils étaient proches du sommet, les pieds dans la neige, et le visage glacé.

« On est plus très loin du sommet, tiens bon Chikanori »

En effet il ne restait plus qu’une dizaine de mètres avant le sommet, ce serait enfin la délivrance, et il pourrait profiter de l’incroyable panorama. Il fit les derniers pas qui le séparait du sommet, son père et son frère étaient déjà là, à admirer le paysage.

« C’est magnifique »

La douleur

« Tu as raison, ça valait le coup de monter là-haut »

Le décor était majestueux, le ciel était dégagé, on voyait à des kilomètres à la ronde, Chikanori imaginait peut-être voir l’ombre de Kumo, mais le village était bien trop loin pour cela.

« Au sud c’est Yuki no Kuni, le pays de la neige, on dit que cet endroit est perpétuellement couvert par un épais manteau blanc, à cause des montagnes de notre pays qui bloquent les nuages. Il parait que leur climat en fait de redoutables ninjas.»

J’ai déjà traversé ce pays, et je dois dire que c’est assez impressionnant. »
En regardant vers le Sud, Chikanori remarqua une large étendue blanche à perte de vue, comme si par de là cette montagne le monde était coincé dans un hiver éternel.

« Bon nous ferions bien de commencer à descendre, on doit rejoindre notre dernier campement avant la nuit. »

La descente ne s’avéra pas aussi facile que Chikanori l’avait imaginé, et le temps semblait également se dégrader au fur et à mesure qu’ils avançaient. Soudain il entendit un craquement, une vague de neige gigantesque était en train de dévaler la montagne.

« AVALAAAAAAANNNNNNCHE ! »

Il était trop tard, malgré leur folle cadence pour descendre la montagne, ils ne pouvaient pas échapper à la force de la nature. Kozo s’arrêta et fit face à l’avalanche.

« Je vais essayer de la stopper, FUYEZ ! »

___________________________________________________________________________________________

Le dernier souvenir de Chikanori était son père effectuant des signes face à l’avalanche, après plus rien, la glace avait finie par le rattraper, sa jambe frappa lourdement contre un rocher, il n’avait pas réussi à distinguer son frère, qui c’était lui aussi fait emporter. Une épaisse couche de neige le recouvrait, il distinguait cependant la lumière au travers de celle-ci, il lança un coup de poing dans la masse neigeuse, il sentait que son bras était à l’extérieur. Il tenta de s’élancer vers l’extérieur, mais sa jambe le faisait souffrir, il prit appuie sur la neige à l’aide de ses bras, il se hissa, la neige le recouvrait encore jusqu’au torse, mais il pouvait enfin distinguer de nouveau les rayons du Soleil.

Il ne savait pas depuis combien de temps il était là, mais ses membres engourdis laissaient supposer une bonne durée, dans l’espoir de revoir son père et son frère, il utilisa ses dernières forces pour les appelés.

« IZUKI !! PERE !! VOUS M’ENTENDEZ ? »

Aucune réponse. Après un moment il entendit comme un bruit de pas dans la neige, puis deux mains l’agrippèrent sous les épaules.

« Je vais te sortir de là Chikanori, essaye de pousser vers l’extérieur. »

Il tenta de se relever comme il pouvait, mais sa jambe refusait de bouger, son frère réussit finalement à l’extirper, non sans mal. La jambe de Chikanori était belle et bien brisée, son pied tordu sur la droite, douloureux et impossible à bouger.

« Tu vas bien ? »

« Ça peut aller, j’ai juste la jambe cassée, et toi ?»

« Rien, j’ai eu de la chance, j’ai atterri dans un sapin qui a en quelque sorte amorti ma chute »

« J’imagine que tu n’as pas retrouvé notre père »

« Non, il a du se prendre l’avalanche de plein fouet, mais il a réussi à la diminuer, sinon nous serions déjà morts. »

Chikanori ne pouvait plus bouger, sa jambe lui faisait un peu moins mal, sans doute à cause du froid. Izuki entreprit de mener une recherche minutieuse dans la neige afin de retrouver Kozo, l’espoir était faible, mais toujours présent. Il fallait penser aussi au retour, ils étaient à une journée de marche de Kumo, comment pourraient-ils bien rentrer si son père était lui aussi blessé. Après une bonne heure, Chikanori entendit de nouveaux des pas, c’était son frère, qui portait péniblement leur père sur son dos, il l’avait retrouvé et s’était tout ce qui importait.

« Il va bien ? »

« Pas vraiment, il est inconscient pour le moment. On devrait se rendre au village en bas de la montagne avant que la nuit nous en empêche, l’avalanche nous a fait parcourir une bonne distance, le problème risque d’être le transport. Tu ne peux vraiment pas marcher ? »

Chikanori fit ce qu’il put, mais chaque qu’il s’appuyait sur sa jambe, la douleur était insoutenable, son pied refusant de reprendre sa place initiale.

« J’ai une idée. Voilà, avec cette branche de sapin, tu pourras t’en servir comme une béquille, je pourrais alors m’occuper de porter notre père. »

L’adolescent prit le bâton qui lui tendait son frère, en s’appuyant il arrivait à se tenir debout tant bien que mal, la douleur était supportable, ils pouvaient avancer. L’étendue glacée paraissait beaucoup plus hostile, leur progression était lente, il fallait éviter les crevasses, et ne pas tomber. Ils arrivèrent au soir dans le village où ils avaient dormis la veille, les habitants les prirent rapidement en charge, les conduisant au seul médecin du coin.

Chikanori avait passé la nuit dans une chambre de l’auberge, sa jambe solidement accroché en l’air, le médecin n’était pas un shinobi, alors il avait arrangé la fracture à l’ancienne, en replaçant son pied dans la bonne position, et en le recouvrant de plâtre. Il n’avait aucune information concernant son père, celui-ci était dans la chambre d’à côté, le médecin n’avait pas voulu se prononcer sur son état, préférant attendre l’avis d’un eisei qui saurait peut-être mieux le soigner.
Quelqu’un frappa à la porte, c’était Izuki.

« Salut frangin, alors tu te sens bien ? »

« Ça va, je n’ai plus mal. Tu as des nouvelles de papa ? »

« Personne n’ose vraiment se prononcer sur son état, mais ça ressemble à une paralysie, il ne sent plus ses jambes. Le médecin dit que ça peut revenir, que c’est le choc, alors il reste un peu d’espoir. Nous partirons demain pour Kumo, j’espère que maman pourra faire quelque chose. »

Le voyage vers Kumo dura une journée, Chikanori retournait ce qui c’était passé dans tous les sens, il n’aurait rien pu faire, son père s’était sacrifié pour eux, et c’était tout, se torturer l’esprit n’y changerai rien. Ils furent tous les deux transporté à l’hôpital général de Kumo, on lui laissa le plâtre, le temps que sa jambe se remette en place. Kozo lui était aux soins intensifs, les médecins faisaient tout leur possible pour l’aider.

___________________________________________________________________________________________

« Je t’ai apporté des fleurs, et un livre. J’espère que tu apprécieras. »

Elle l’embrassa, elle venait lui rendre visite chaque jour. Chikanori en avait assez de rester dans cet hôpital, toujours cette même odeur, le cri des hommes blessés en mission, ou devenu fou suite à trop de combats.

« Je vais pouvoir sortir de cette chambre dans quelques jours, pour entamer ma rééducation, j’ai hâte de revoir mon père. Maman me dit de ne pas m’inquiéter, mais il a toujours été un homme d’action. Il ne pourra pas continuer à vivre dans ce fauteuil roulant. »

« Tu sais, j’ai rendu visite à ta famille, et il n’a pas l’air d’être aussi malheureux que tu le penses. »

« J’espère que tu as raison »

__________________________________________________________________________________________

Chikanori entama sa rééducation la semaine suivante, c’était sa mère qui s’occupait de lui.

« D’après la radio, tes os on l’air d’avoir bien repris leur place, mais il reste encore à tester tes muscles, ils ont subi un choc important. »

Chikanori posa ses mains sur les deux rambardes et posa doucement sa jambe au sol, celle-ci semblait tenir le choc, il essaya de faire quelques pas, mais sa jambe ne tenait pas en place, il boitait plutôt sévèrement.

« Ne t’en fais pas la rééducation est là pour ça, essayes de faire quelques pas de plus. »

Elle posa ses mains sur la cheville blessée, lorsqu’il s’appuya de nouveau sur sa jambe, celle-ci ne pouvait pas rester droite. Un léger pivotement de sa cheville le faisait boiter irrémédiablement. Elle ausculta plus en détails sa jambe, faisant pression sur chacun des muscles, os et tendons de sa jambe.

« On dirait bien que tu vas devoir te passer de faire des activités physiques pour un petit moment, en tout cas rien avec cette jambe. Tes muscles ne se sont pas encore remis du choc. Une béquille devrait suffire, essaye un maximum de garder ta jambe dans une position naturelle, sans forcer, ça reviendra progressivement. »

Il observa sa mère, elle était perturbée, mais pas par lui.

« Papa tiens le coup ? »

Elle lui adressa un large sourire, sans doute pour le rassurer lui aussi bien qu’elle-même.

« C’était un peu dur au début, mais maintenant ça va. Il travaille pour l’administration et comme enseignant. Il n’a pas besoin de ses jambes pour faire du ninjutsu. »

__________________________________________________________________________________________

Quand il rentra chez lui, il voulait voir son père dans les plus brefs délais, ce dernier frappait dans un mannequin de bois, ses poings n’avaient rien perdu de leur force.

« Père ! »

Il le serra dans ses bras, comme s’il ne l’avait pas vu depuis des années, son père lui avait manqué terriblement, et le voir toujours aussi concentré dans son effort, lui redonna espoir.

« Chikanori, toi aussi tu m’as manqué. Ta mère m’a dit que tu t’inquiétais beaucoup, comme tu peux le voir je n’ai pas abandonné, ce ne serait pas digne de moi. »

Le garçon ne pouvait pas contenir sa joie, retrouver son père après une si grande épreuve, il savait pourtant que son père était un battant, mais il savait aussi à quel point il aimait le taijutsu. Finalement il avait trouvé la force d’avancer, de reprendre une vie quasi normale. Chikanori lui aussi comptait reprendre rapidement l’entraînement, dès que sa jambe serait guéri. Et en effet quelques mois plus tard il retourna en mission, essayant toujours de rattraper son frère mais pas pour le défier, juste pour avoir un but. Il voulait se battre pour protéger les siens, son frère, sa mère, son père et Chami, il voulait montrer au reste du village sa détermination et son courage, il était prêt à payer le prix de sa force, à faire tous les sacrifices, mais pas pour lui, pour tous les autres.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Description Physique & Mentale (facultatif) :
Chikanori est un jeune homme encore un peu chétif, même si son corps commence à prendre forme. Il ne porte pas l'habit ninja, qu'il considère trop lourd, il préfère garder une chemise simple et il porte parfois une cravate rouge offerte par Chami.
Les cheveux foncés, les yeux marrons, et une peau pâle témoignant du temps passé à la bibliothèque. Il voue une véritable passion pour la lecture, il considère que le savoir qu'il peut acquérir simplement en lisant est capital, c'est aussi une faiblesse, car il en vient à négliger son entraînement physique. Doté d'une excellente capacité d'analyse et d'énormément de patience, il est un stratège avisé, même si son sens du travail d'équipe reste encore imparfait. Il possède une faiblesse à la jambe droite, lui provoquant un léger boitement par temps pluvieux, mais rien de rédhibitoire.
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kotabe Chikanori - Kumo   Ven 20 Juil - 23:51

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Kotabe Izuki

Chuunin de Kumo, il est le frère aîné de Chikanori. Il a le physique d'un athlète, un corps quasi parfait, qu'il a entièrement dédié au taijutsu. Au premier abord il peut paraître trop sérieux et trop dur, mais une fois qu'on le connait c'est un vrai boute-en-train, toujours prêt à faire des conneries, ou à picoler avec ses meilleurs amis. Il a horreur de l'échec, il veut devenir le plus fort et il le deviendra, peu importe les sacrifices qu'il devra faire afin d'atteindre son but. Les cheveux noirs et les yeux marrons, avec une barbe naissante, il est le portrait craché de son père. Il porte généralement un kimono aux couleurs de Kumo, le bandeau sur le bras droit.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Azuyki Chami

Fille d'une enseignante à l'académie et d'un marchand du village, elle est d'une douceur extrême, elle connait les frères Kotabe depuis sa plus tendre enfance, d'une certaine manière elle s'était destiné à se lier à l'un d'eux. Elle suivit rapidement les pas de Chikanori, aussi bien à l'académie que dans ses longues journées à la bibliothèque. Elle l'aimait, son côté introverti lui plaisait, et son sens du devoir. Tout comme lui elle avait suivi la voix du genjutsu, qu'elle affectionnait depuis sa plus tendre enfance, et que sa mère s'évertuait à lui transmettre. Elle était une belle jeune femme, les cheveux noirs, les yeux d'un bleu profond et un visage d'une très grande douceur.
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kotabe Chikanori - Kumo   Ven 20 Juil - 23:54

Voilà j'en ai terminé
J'espère que vous apprécierez la lecture Smile
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kotabe Chikanori - Kumo   Sam 21 Juil - 1:07

Bon retour à toi sur notre beau forum.

Présentation limpide, originale et efficace, tu t'es construit un personnage sympathique. Voyons voir de quoi son avenir sera fait. Tu es validé en tant que genin de Kumo, félicitations !

Chikanori + 19XP

Comme d'habitude, tu peux poster ta fiche ninja et RP avec les autres joueurs de Kumo. Pense à visiter la fiche du village pour connaître les effectifs.

L'event "Un oiseau sur votre épaule" permet de rapprocher les joueurs vers des professeurs de même spécialité. Si tu souhaites avoir un PNJ géré par le staff, envoie-moi un MP ou poste dans Coin RP/Un oiseau sur votre épaule. Tu peux, si tu préfères, créer et gérer toi-même ton professeur.

Encore félicitations !
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kotabe Chikanori - Kumo   Sam 4 Aoû - 22:19

A bouger ! Ce n'est pas une fiche mais une présentation; Je ne sais pas le faire donc si Azumi ou un autre modo pourrait le faire. Merci !
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Kotabe Chikanori - Kumo   Sam 4 Aoû - 23:32

Ah non j'avais cru, mais bravo quand même cheers
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Kotabe Chikanori - Kumo   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CK005 : Tournoi Chuunin, partie de Kumo
» Armurerie de Kumo
» CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]
» Au Sud de Kumo - La Demeure des Toshiya
» Changement de la couleur de Kumo !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-