Partagez | 
 

 La rencontre du bois et de l'acier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: La rencontre du bois et de l'acier   Mer 25 Juil - 5:13

Le feu et l’eau, deux éléments opposés, qui donnaient pourtant naissance à l’acier le plus pur, et enfin façonné permettait de créer la plus belle des lames. Les étincelles des coups de marteau fascinaient le jeune, un mouvement fluide, parfait, dont seul un maître forgeron avait le secret. L’acier, un métal si complexe, dont la qualité dépend essentiellement de l’alliage du fer et du carbone, mais aussi de chrome, d’aluminium et d’autres éléments, donnant à l’acier les propriétés désirées. Celui d’un sabre doit être solide, souple et particulièrement tranchant, mais ce n’est pas tout, la lame doit également s’adapter au manche, afin de créer un équilibre parfait entre les mains de son utilisateur.

« On dirait que tu t’es trouvé une passion pour les katanas ? »

Chikanori adressa un sourire à Chami, ils avaient décidé de se promener dans les rues du village à la recherche de bonnes affaires et pour se détendre. Kumo proposait de nombreuses boutiques, il n’aimait pas particulièrement le lèche-vitrine mais la compagnie de la jeune fille lui suffisait. Il s’arrêta un moment, faisant mine de réfléchir, il pensa qu’il était temps de lui dire.

« J’ai reçu un message m’ordonnant de rencontrer un certain Takuan Toshiya. C’est surement pour intégrer une équipe, finalement le moment que tu redoutais est arrivé. Désolé »

La jeune fille détourna le regard, puis les larmes aux yeux et armé de son plus beau sourire lui répondit.

« Ce n’est rien, moi aussi j’aurai une équipe bientôt. On ne peut pas toujours être ensemble, c’est ainsi qu’est la vie de ninja. »

« Ne t’inquiètes pas, je ne suis que genin, on se verra encore souvent. Et puis j’ai bien besoin de me faire une bonne expérience avant de devenir chuunin »

Il comprenait le sentiment de Chami, mais il attendait également ce moment depuis longtemps, il n’en pouvait plus des petits boulots de genin au village, il pourrait enfin sortir prendre ses marques, et travailler pour le village, pour de bon. Il ne savait pas grand-chose de son futur chef d’équipe, mais il connaissait les Toshiya de réputation, des assassins utilisant des arcs pour opérer silencieusement. Chikanori regarda les sabres entreposés sur l’étalage, il se demandait s’il était possible que l’un d’eux puisse surpasser un arc. En y réfléchissant, ces deux armes n’étaient pas du tout de la même catégorie, l’une donnait la mort en silence, sans qu’un réel affrontement puisse avoir lieu, tandis que l’autre obligeait son utilisateur à être au plus proche de sa cible, si proche qu’il sentirait le cœur de son opposant résonner.

Il revint à la réalité et reprit la parole.

« Je vais y aller dans l’après-midi, en espérant faire bonne impression. Mais avant cela j’aimerai me rendre à la bibliothèque pour en savoir plus sur les Toshiya, même si je ne pense pas trouver grand-chose, ils sont si secrets. Je t’aime, je te raconterais en rentrant. »

Ils s’embrassèrent rapidement, puis il prit la direction de la bibliothèque. C’était le lieu qu’il affectionnait le plus, celui dans lequel il passait le plus de temps, lire, sans relâche et tenter de capter ne serait-ce qu’une infime partie de la sagesse distillée dans ces ouvrages.

Il y passa quatre heures, étudiant tous les livres pouvant contenir l’histoire des Toshiya, il dérivait également sur quelques livres traitant de l’apprentissage du tir à l’arc ou encore de l’assassinat. Le tir à l’arc semblait être considéré comme une véritable forme d’art par les Toshiya, en feuilletant d’autres ouvrages, il tomba sur un livre décrivant l’utilisation du sabre dans diverses conditions. En cas d’opposition avec un archer il était conseillé de rester mobile et de se mettre à couvert jusqu’à s’approcher suffisamment près de l’adversaire, en effet, un arc ne peut être maintenu tendu pendant une période trop important, empêchant un tir précis sur une cible trop rapide. Il n’avait pas vraiment pensé à se restaurer, quand il regarda sa montre il était déjà deux heures. Il devait faire vite, il achèterait un sandwich sur la route menant à l’adresse qu’on lui avait laissé. Il s’agissait en fait de l’adresse d’un terrain d’entraînement, qui proposait suffisamment d’espace pour réaliser bon nombre d’activités, il s’y était déjà rendu avec son frère et son père.

Il arriva finalement au terrain, il n’y avait pas grand monde, seul un homme de forte constitution s’entraînait au tir à l’arc et une jeune kunoichi qui réalisait une véritable chorégraphie en lançant ses shurikens sur plusieurs cibles disposées en rond autour d’elle. En voyant ainsi l’homme s’exercer il repensa aux Toshiya, il observa son mouvement avec attention, essayant de décortiquer le geste, comme il avait pu le lire. Le mouvement était particulièrement fluide et propre pour un homme de cette carrure, la flèche vint se planter au milieu de la cible, un geste parfait pensait-il. Peut-être était-ce lui le Toshiya qu’il devait rencontrer, il lui paraissait bien imposant pour un assassin silencieux, mais pourquoi pas. Il décida de vérifier sa supposition.

« Bonjour. Vous êtes sacrément habile avec un arc. Vous avez suivi un entraînement spécifique ? »

Sur le moment l’homme ne répondit pas, il se contenta de montrer un léger sourire en coin puis décocha une seconde flèche qui atteignit également la cible en son centre. Chikanori n’avait plus vraiment de doute sur l’identité de l’archer, il décida de se présenter.

« Je suis Kotabe Chikanori, et j’imagine que vous êtes Toshiya Takuan-sensei ? »
Takuan
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   Mer 25 Juil - 7:37

Depuis qu'il était arrivé dans ce village, il y a de ça à peine une semaine et demi, il n'avait décidément cessé de rire, en toutes occasions. Habituellement, un rien permettait à Takuan de profiter de la vie et de voir e meilleur dans les évènements qui se présentaient à lui. Mais son enfance s'était éclipsée au sein d'une communauté fermée, qui considère le rire comme un objet de déconcentration. Cette attitude austère qu'il avait dû adopter des années durant n'avait pourtant pas déteint sur son humeur habituelle : Takuan n'avait fait qu'emmagasiner ce positivisme, le réservant pour des jours meilleurs où il pourrait s'exprimer en toute liberté. Pardi, le village des Nuages semblait un terrain parfait pour déverser ce tsunami de bonnes ondes. Il accueillit ainsi le jeune garçon qu'il attendait d'un rire sincère et chaleureux.

Takuan - Hahaaa, sensei, elle est bien bonne. Désolé, je n'ai vraiment pas l'habitude de voir le suffixe sensei accroché à mon nom. Ca fait si formel.

Il déposa son arc sur le présentoir d'où il venait. Il s'en rendait compte petit à petit : il n'avait jamais autant pratiqué le Kyudo que depuis son arrivée à Kumo, lui qui refusait de simplement tenir un arc entre ses mains au clan. Un reflexe de protection ? Un moyen de se raccrocher à son ancien foyer ? Cela signifierait-il que la demeure Toshiya était devenue son foyer à ses yeux ? Une drôle d'impression parcourut l'échine de Takuan, mais il n'en montra rien au jeune homme. Une fois le matériel posé, il put se concentrer sur le sujet de sa présence aujourd'hui. Il ne pouvait croire qu'en l'espace de quelques jours, déjà trois jeunes Genins ou aspirants étaient rentrés dans ses critères et feraient probablement partie de son équipe. Peut être avait-il devant lui la pièce manquante à son puzzle qu'il pensait insolvable. Soit il avait eu beaucoup de chance, soit ce village regorgeait de talents, mais dans tous les cas, il devait reconnaître qu'il s'était mépris sur la valeur humaine des habitants de ce village, si tant est qu'on puisse dire qu'un humain ait une valeur bien entendu. Takuan jeta de nouveau un coup d'oeil à l'arc

Takuan - Pour répondre à ta question, j'ai subi les enseignements du clan qui m'a recueilli.

Il ne pouvait encore se résoudre à appeler cela sa famille. En était-ce vraiment une ? Une famille d'adoption ? Ou un élevage en batterie de machines à tuer ? Sa famille, c'était son père, c'était Ryoko, et personne d'autre. Il resta donc sur ces termes, fixe comme une statue stoique.

Takuan - Et tu dois être Chikanori Kotabe, n'est ce pas ? Puis-je t'appeler Chika ?

Il ne lui laissa pas le temps d'acquiescer et continua sur ce surnom tout naturellement. Pour ce genre de choses, Takuan n'en faisait qu'à sa tête, les personnes trop susceptibles avaient le choix entre laisser faire finalement, ou s'en aller, mais il n'y avait pas de choix à proprement parler.

Takuan - Allons-en au fait. Il me reste une place à pourvoir dans mon équipe. Une place pour laquelle je cherche quelqu'un de particulier, de précis. Ce n'est donc pas assuré que tu sois cette personne. Et pour m'en convaincre, je vais avoir besoin d'une chose de toi.

Il montra un carquois rempli d'une centaine de flèches, posé sur le bord du Shajo.

Takuan - Mon entraînement quotidien se trouve dans ce carquois. Tu as tout ce temps pour réfléchir à ma requête et revenir vers moi. Je souhaite que tu me rapportes deux objets. L'un représentera ce village. L'autre te représentera toi. Nous continuerons notre discussion une fois que tu seras revenu. C'est parti !

Il se mit en postion et tira sa première flèche. A tout casser, le jeune homme avait une heure devant lui, pas plus. Et le compte à rebours avait déjà commencé...

Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   Dim 29 Juil - 15:27

La discussion avait tourné court, à peine le temps de faire les présentations qu’il était déjà mis à l’épreuve. Le Toshiya semblait être un homme sympathique, mais également exigeant. Une centaine de flèches dans un carquois, une cadence de tir élevée, le genin n’avait pas le temps de courir dans les rues du village, il devait d’abord se fixer des objectifs, trouver les symboles, puis aller les chercher.

Chikanori commença par ce qui lui semblait le plus compliqué, un objet représentant le village, Kumo a été forgé dans la roche, c’est le village des nuages et de la foudre. Il pensait aux katanas qu’il avait vu plus tôt, ou encore au bandeau qu’il portait sur le bras. L’un représentait la perfection et la destruction à la fois, tandis que l’autre représentait les ninjas du village, du simple aspirant jusqu’au plus haut gradé, cependant il manquait une chose à cela, Kumo n’est pas que le village des ninjas, il y a aussi tous les villageois non-combattants. Il repensa à l’entraînement, la meilleure solution était souvent la plus simple, c’est toujours quand il cherchait trop compliqué qu’il finissait par s’égarer, et par se faire battre. Le bandeau ressemblait à cette solution, il représentait parfaitement le rôle des kuméens pour le pays du feu, il accompagne les ninjas du début jusqu’à la fin, il contient le sang des blessés, et celui des morts. Il est le symbole du combat mené par les shinobis de Kumo, il les réunit sous une même bannière, et leur donne le pouvoir d’aider les citoyens à travers tout le pays de la Foudre. Il en était sûr maintenant, c’était le meilleur symbole pour Kumo.

Sa réflexion lui pris vingt bonnes minutes, il était resté au terrain d’entraînement, maintenant il lui fallait un objet pour le représenter lui, il pensa aux nombreux livres qu’il avait lu, il prit rapidement le chemin de la bibliothèque, il était persuadé qu’il trouverait la solution là-bas. Il traversait le village aussi vite que possible, il savait que le temps finirait par le rattraper, il devait rapidement trouver un livre en particulier. Il entra dans l’enceinte de la bibliothèque, il connaissait ce lieu par chœur, le silence imposé pour la lecture, les étagères pleines de livres, classés par ordre alphabétique dont le rangement était étroitement surveillé par la bibliothécaire, qui jetait un œil accusateur à tous les chuchotements ou erreur dans le rangement d’un livre. Il la salua cordialement, cela faisait plusieurs années qu’il la connaissait.

« Bonjour Chikanori, tu viens encore chercher un nouveau livre, tu veux peut-être un conseil ? »

« Non, merci, je m’en occupe »

Refuser son aide n’était peut-être pas une bonne idée, mais les objets devaient venir de lui, il devait lui-même se représenter. Il commença à faire le tour des rayons, regardant les différents livres qui l’avaient marqué. Des livres d’histoires aux livres sur l’art du combat en passant par des fictions, la liste était longue, mais il devait faire vite, il ne lui restait que peu de temps. Il sélectionna cinq livres, qu’il déposa sur la table à laquelle il s’installait le plus souvent, au calme, il prit le premier d’entre eux, « Histoire de Kumo », il connaissait très bien ce livre, qui racontait la naissance du village et son évolution jusqu’à aujourd’hui, une liste de ses dirigeants, et plusieurs évènements importants. C’était une bonne solution, il aimait son village, mais peut-être n’était-ce pas assez personnel, trop commun. Le second livre s’intitulait « Techniques de combat », un livre théorique sur la stratégie, il l’avait étudié attentivement, mais il ne se sentait pas particulièrement touché par ce livre, ce n’était pas ce qui le représentait. Les trois livres restants étaient moins classiques, il y avait un traité philosophique sur le sens de la vie pour un ninja, écrit par un auteur célèbre, un autre était un conte que sa mère lui lisait quand il était encore un petit garçon, il se souvenait parfaitement de l’histoire qui le berçait chaque soir avant de dormir, le dernier traitait de l’art du sabre, un art pour lequel il avait commencé à se passionner, mais il pouvait très bien s’agir d’une passion fugace, alors il mit le livre de côté. Il en restait trois qui retenaient son attention, il élimina rapidement le livre d’histoire, trop banal, le traité philosophique lui paraissait trop lourd, inutile, et il ne se reconnaissait pas dans la description du ninja que l’ouvrage donnait. Il avait finalement gardé le conte, la simplicité même, un souvenir heureux, une belle histoire, des personnages forts, capables de protéger leur famille et les plus faibles au péril de leur vie. Il pensait que cela représentait parfaitement sa vision de ce que devait être un ninja.

Il prit rapidement la direction du terrain d’entraînement, il devait rester très peu de temps, en effet, lorsqu’il revint de sa petite escapade, il ne restait que quatre flèche à l’intérieur du carquois, il s’avança face au Toshiya, il détacha son bandeau et prit le livre.

« Voici pour le village, et voici pour moi. Le choix n’a pas été facile, alors j’ai fais au plus simple. »

Il ne savait pas qu’elle serait la réaction du chuunin qui lui faisait face, il regarda les deux objets, ne montrant pas d’émotion particulière, il examinait plus précisément le conte. En y repensant, c’était peut-être ridicule, un simple livre pour enfant, et pourtant, cela signifiait tellement pour lui. Après tout, si cela ne convenait, il s’en moquait, cela signifierait simplement qu’il ne correspondait pas à l’idéologie de cet homme, dont il ne savait presque rien, mais qui savait tout de lui.
Takuan
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   Jeu 2 Aoû - 0:51

La dernière flèche venait de partir du bout des doigts du Chuunin quand son invité regagna le champ de tir à l'arc. Pile à l'heure, tel un métronome, Takuan apprécia la qualité de ce jeune homme à l'air nonchalant, mais qui lui semblait d'une certaine vivacité d'esprit. Le garçon déposa ses deux choix d'objets dans les mains du Toshiya. Son bandeau, et un livre. Le bandeau pour le village, la solution de facilité en somme, rien d'intéressant en tout cas. Le pari du livre pour le représenter recélait bien plus d'importance. Au delà de l'histoire elle-même qu'il ne parcourut même pas, la symbolique surpassait tout. Chaque être humain est une histoire, une somme de péripéties, chaque vie humaine suit la progression d'un livre, débute, finit, en bien ou en mal, longuement ou rapidement. Le lecteur le lit, en retient des choses, puis inlassablement, finit par oublier. Ainsi sont nos vies : flamboyantes, vives, dont nos actes rayonnent autour de nous. Mais quelques générations plus tard, que reste-t-il de la vie d'un shinobi ? Qui se souvient d'hommes de main chargés de faire l'histoire, mais qui disparaissent avant que les projecteurs ne se braquent sur eux ? Et après tout, laisser une trace indélébile de son passage chez les humains, serait-ce une finalité en soi ?

Chikanori n'avait probablement pas songé à cela en prenant ce livre pour le présenter à Takuan, mais le simple fait que l'objet choisi suscite autant de réflexion de la part du Chuunin tendait à lui montrer qu'il avait face à lui quelqu'un qui valait le coup. Encore fallait-il s'en assurer, et pour cela, le Toshiya venait d'imaginer une simple question qui lui permettrait de le savoir bien vite.

Takuan - Merci de t'être prêté au jeu. Je te demanderai une dernière chose, qui ne prendra que quelques secondes.

Il s'approcha à nouveau du jeune homme et lui tendit les deux objets, un dans chaque main.

Takuan - Et si je te dis que tu ne peux en choisir qu'un. Toi-même, ou ton village, et dans dix secondes, si tu n'as pas choisi, tu perdras les deux. C'est parti.

Voilà ce qui s'appelait, dans la philosophie Zen, un Koan : un dilemme insoutenable, dont la réponse n'avait de valeur qu'à la lueur de l'intelligence de celui qui l'énonce. Takuan se souvenait de ces séances de méditation aux côtés de son père et de Rioko-chan, sa petite soeur. Il n'avait jamais autant appris, du haut de ses six ans, qu'en échangeant ces quelques paroles qui restaient encore gravées dans sa mémoire. Qu'énoncerait Chikanori ?
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   Jeu 2 Aoû - 2:35

Le choix semblait facile pour le jeune homme, nul ne pouvait combattre le temps, nul ne pouvait empêcher la destruction ou l’évolution. Tôt ou tard le village disparaîtrait, mais ce sont ses habitants qui subsisteraient et qui pourraient faire perdurer son histoire. Le village n’était qu’un symbole, sans son peuple, il n’est rien, et il en était de même pour Kumo, mais la vraie question est, que représente le village pour le Toshiya ? Un symbole, ou bien son peuple ? Il devait réfléchir vite, il ne lui restait que quelques secondes pour donner sa réponse, il repensa au serment qu’il avait prêté auprès du village en devenant genin, à son père, ses amis. Eux-aussi disparaîtraient finalement. Un véritable dilemme, et tout dépendait de la vision de ce chuunin. Il fit bien usage des dix secondes qui lui étaient impartis, recherchant chacune des possibilités. Finalement il en vint à la conclusion que les deux se valaient, et que l’important serait de trouver l’argumentaire suffisant pour démontrer qu’il avait raison. Il regarda les deux objets, pourquoi devrait-il en laisser tomber un ? Pour sauver ceux qu’il aime, c’était la seule possibilité, si le village était sacrifié, sa famille en subirait les conséquences, Chami pourrait elle aussi être touchée. Il vivait pour eux et avec eux, son seul désir était de les protéger, jusqu’à en sacrifier sa vie.
Il laissa tomber le livre, qui s’écrasa lourdement sur le sol, dégageant un léger nuage de poussière.

« Je ne vis pas pour satisfaire mes propres besoins, je vis pour ceux qui me sont chers. Sinon la vie n’aurait aucun sens, je ne suis pas devenu ninja pour la gloire ou le pouvoir, mais seulement pour avoir la force de protéger les miens, de protéger le peuple de Kumo. Nous avons tous besoin d’avoir un but, on ne peut pas être heureux si on n’a pas de rêves à poursuivre, et j’ai trouvé le mien, protéger ce qui doit l’être. »

Chikanori avait fait de son mieux pour exprimer ce qu’il ressentait, en réalité il avait toujours été prêt à sacrifier sa vie pour les autres, pas pour les intérêts du village, mais pour ceux qui y vivaient. Il regarda le bandeau dans sa main, le symbole de sa force, celui de sa volonté et du village. Il ne savait pas si le Toshiya serait du même avis, mais il s'attendait à tout de la part d'un assassin formé par l'élite.

Spoiler:
 
Takuan
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   Sam 4 Aoû - 12:53

Takuan - Tu n'as pas tort...

Le Toshiya eut un petit sourire bienveillant. Il regardait ce jeune homme à la tête bien vissée sur ses épaules avec une sorte de paternalisme chalereux. Il se demanda s'il n'allait pas lui faire peur à le regarder comme ça, mais qu'importe, il se sentait investi d'une nouvelle et fabuleuse mission que de faire croître les jeunes pousses de ce village qu'il aimait de plus en plus. Rien ni personne n'aurait pu lui retirer ce sourire.

Takuan - Mais tu n'as pas forcément raison non plus.

Il posa le livre sous le bandeau. Puis entreprit son explication.

Takuan - Ce bandeau, ce village, repose sur ses membres. Chaque histoire, chaque individu est un pilier de cette communauté. Tu auras peut être à faire face à de telles situations, où le sacrifice peut sauver la vie de beaucoup. Tu feras alors un choix en ton âme et conscience.

Il lâcha alors le livre, le bandeau tomba de même.

Takuan - Mais il n'y a rien de plus précieux que la vie. Celle des autres, mais la tienne aussi. Aussi, en tant que futur membre de mon équipe, je veux que tu aies toujours cela en tête.

C'était dit. Takuan sentait qu'il pouvait faire confiance en ce jeune homme. Ironie du sort, le livre était tombé sur la page où le prince pense qu'il doit sacrifier sa vie pour sauver la princesse... Il ramassa les deux objets qu'il rendit au jeune homme. Depuis le moment où il était entré dans cette pièce, avant même d'aller chercher les objets de sa requête, le Chuunin avait ressenti ce qu'il pouvait insuffler en ce garçon. Le Toshiya sortit un petit carnet de l'intérieur de son kimono, duquel il sortit un dossier comprenant quelques notes.

Takuan - J'ai lu dans ton profil académique que tu souhaites te tourner vers le ninjutsu martial. Tu m'as l'air un peu chétif pour ça, mais qui ne tente rien n'a rien, n'est-ce pas ? Il se trouve que je m'initie en ce moment même à ces arts. Je peux faire en sorte que tu rencontres des personnes qui pourront t'aider, si tu le souhaites.

Dans l'esprit du Chuunin, un poids venait de disparaître soudainement. Le compte était bon, son équipe au complet. Un poids bien plus lourd arriverait peu après, il le savait, puisqu'en quelques jours, il devrait insuffler un esprit d'équipe à tout ce petit groupe, avant de les mener vers une première mission d'une importance capitale pour leur avenir. Un grand rayon de soleil trancha soudainement des nuages cotonneux vers la cible où une multitude de flèches s'étaient plantés auparavant. Mains dans les poches, contemplant le jeu des ombres sur le cercle de pailles, il décida d'oublier. Chaque jour suffit à sa peine, et demain arriverait bien assez tôt...

Spoiler:
 
Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   Lun 6 Aoû - 0:49

Les bases étaient posées, comme il le pensait, il aurait peut-être dû choisir de garder les deux dans ses mains, mais il avait choisi de garder le bandeau et donc de sacrifier sa vie pour le village. Le regard du Toshiya était bienveillant, même si son insistance lui donnait l’impression de passer pour un gamin. Visiblement le chuunin était bien informé, il sortit quelques notes d’un carnet et lui proposa de s’entraîner au ninjutsu de combat. Chikanori n’avait pas encore beaucoup d’expérience dans le domaine, mais il avait le sens du combat au sabre, il l’avait déjà remarqué lorsqu’il s’entraînait avec son père avant qu’il ne perde ses jambes. Chaque jour, il s’était donné comme objectif de réaliser cinquante coups avec son katana en bois. Il avait presque tenu parole, seule Chami avait quelque fois réussit à le faire sortir de sa concentration, et il commençait à acquérir un peu plus de force dans les bras. De plus il s’était penché sur le travail de forgeron, afin de comprendre la fabrication d’un sabre, et peut-être d’en fabriquer un lui-même un jour. Ce qui lui manquait c’était un maître compétent, qui saurait lui donner la force dont il a besoin, de l’endurcir comme il se doit.

« Merci de l’intérêt que vous portez à mon enseignement. Je prendrais volontiers quelques cours avec l’un des professeurs de l’académie, je n’en connais pas qui enseignent le ninjutsu de combat »

Chikanori s’avança vers l’endroit où étaient entreposées les armes, il prit un Wakizashi, plus petit et plus maniable pour lui. Il s’approcha de l’un des mannequins et exécuta un mouvement souple et propre, la lame trancha le mannequin au niveau de l’épaule droite, il y avait une belle entaille, cependant un véritable maître pourrait sans aucun doute faire beaucoup mieux que ça. Il reposa le sabre et s’adressa à son nouveau sensei.

« Comme vous le voyez j’ai déjà quelques bases, mais il me reste à apprendre à combiner ma technique avec le chakra. D’autre part vous avez surement remarqué que je suis également un utilisateur de genjutsu. Mon professeur à l’académie était persuadé qu’il était impossible de lier combat rapproché et combat à distance. Je pense qu’au contraire c’est un atout capital, je pourrais ainsi riposter quand il n’y aura personne pour me protéger des attaques directes. »

Le jeune homme avait longtemps pensé à combiner ces deux types de techniques, mais il lui manquait l’expérience. Peut-être que le professeur qu’il rencontrerait lui permettrait de réussir ce petit exploit, dans lequel cas il deviendrait une pièce adaptable en combat, un peu comme au Shogi, où les unités évolues au fil de la partie pour changer de tactique. Mais c’était peut-être une erreur, et la question était aussi de savoir si un professeur accepterait de donner la possibilité à un étudiant d’essayer quelque chose qu’il ne connait pas lui-même.

« Bref, merci de m’accepter. Je ferais en sorte de suivre vos conseils. J’imagine que vous allez réunir les membres de l’équipe d’ici peu, j’ai hâte de les rencontrer, et surtout de connaître leurs talents. Enfin, je me demandais si vous ne pourriez pas me le dire. »

Chikanori sentait qu’il parlait un peu trop, mais c’était toujours comme ça quand il était sur un sujet qui l’intéressait. Il voulait déjà penser à la manière dont il s’adapterait à ses futurs coéquipiers, il trouvait toujours fascinant d’étudier les forces et faiblesses de chacun, cela donnerait de bonnes bases pour former une équipe.


Spoiler:
 

Takuan
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   Jeu 9 Aoû - 1:25

Spoiler:
 





Il s’agissait bien de cela, cette drôle d’impression qui se dégageait du bonhomme devant lui. Il lui ressemblait beaucoup, jusque dans la manière d’envisager un combat et les différentes possibilités qui s’offraient à lui. Takuan lui-même axait son apprentissage des arts guerriers en recherchant un équilibre, entre la distance qu’il pouvait maîtriser avec son arc, et le corps à corps, pour lequel il s’engageait maintenant dans l’apprentissage plus poussé de la voie du sabre. Chikanori possédait l’atout des illusions plutôt que le Kyudo, mais le mélange des deux arts semblait promettre de très bonnes choses.

Takuan – C’est un choix judicieux, je te conseille de continuer dans cette idée, je suis certain que ça peut rendre de très bons résultats.

Le Chuunin partit en direction du mur, attraper son chapeau de paille, puis ajouta, avant de tourner les talons :

Takuan – Je ne pourrai pas t’aider pour le domaine du Genjutsu. Mais rends toi à l’entrée Ouest du parc Yumekuteka demain matin à neuf heures, un professeur sera là pour toi. Quant à nous, dans trois jours, à la sortie Est du village en direction des montagnes.

Il disparut peu après, sifflotant et profitant de l’air frais et du beau temps, l’esprit serein. Oui, définitivement, tout se passait bien pour le moment…

***
Il contempla la verdure dont l’appel champêtre l’émoustillait, comme d’habitude. Personne, et Toru lui-même ne savaient pas pourquoi , mais seule la vue de ce parc permettait d’arracher un sourire au Chuunin, lui qui d’habitude semblait victime d’une étrange paralysie de la mâchoire. Autant dire qu’à la rencontre avec ce Toshiya, quelques jours auparavant, le choc des cultures avait fait son œuvre. La stoïque statue contre le masque de bienveillance, la ligne droite contre la courbe, le cafard contre la banane. D’ordinaire, le chuunin se méfiait beaucoup des sourires trop précoces, des faux airs gentils, et des mots amicaux immédiats. L’amitié et le respect de l’autre, il les voyait comme un grand et complexe édifice, qu’on construit peu à peu, tout doucement, pour parvenir à quelque chose. Et pourtant, il lui avait inspiré confiance dès les premières secondes. Peut-être était-ce son entrée en matière sans chichis ni détours qui l’avait séduit, ou quelque chose dans la voix, dans l’attitude. En tout cas, peu de personnes pouvaient se targuer d’avoir abaissé les défenses de Tosu-san aussi rapidement. Ce Toshiya inconnu s’était présenté comme Chuunin et souhaitait trouver un professeur particulier pour un futur membre de son équipe. Bien entendu, des heures supplémentaires, non payées, juste pour rendre service. Toru aurait pu passer un week end tranquille à flâner le long des rues de Kumo, à peindre, ou rendre visite à ses connaissances, mais non, passionné comme il était, il n’aurait pas pu refuser l’occasion de faire croître une nouvelle graine du pays des Nuages. Il se porta volontaire. Une longue discussion plus tard, histoire de s’assurer de la crédibilité de son interlocuteur, ainsi que de sa démarche, sa mission officieuse débuta avec un premier rendez-vous, pour rencontrer le fameux spécimen.

Comme à son habitude, il était arrivé en avance, installé dans l’herbe à fixer les papillons plus loin, posés sur les lys blancs. Ne voulant pas se faire surprendre, il s’était relevé quelques minutes avant le rendez-vous afin de paraître le plus professionnel possible. Ses petits yeux orangés scrutaient la ruelle d’où arriverait probablement le jeune homme, jusqu’à ce qu’une silhouette correspondant à peu près à la photo du dossier qu’il avait lu auparavant. Il lança un appel de la main, on lui répondit, bon signe. Un peu gringalet le bonhomme… arriverait-il à se saisir d’une arme sans tomber ? Il ricana intérieurement avant de se regarder lui-même, et se rendre compte qu’il n’était pas si éloigné de la corpulence de son futur élève… Apparences apparences…


Toru – Tu dois être Chikanori ? Enchanté, tu peux m’appeler Toru.

Ils se saluèrent, et une fois les présentations terminées, s’enfoncèrent dans l’intérieur du parc, à la recherche d’un coin tranquille. Il ne fallut pas marcher très longtemps. Toru posa sa faux à trois lames sur l’herbe sèche à l’ombre d’un arbre, ainsi que deux sabres de bois qui serviraient aux exercices.

Toru – Avant de se servir de ça, nous allons voir comment tu manipules ton chakra.

Il ramassa une brindille qu’il lança dans le creux des mains de son nouvel élève.

Toru – Combat de brindilles. Débrouille toi pour me toucher au torse, et pour parer mes attaques sans que ta brindille ne se casse.

Autrement dit, comment insérer du chakra dans un objet inanimé pour le renforcer et lui donner de nouvelles propriétés. Les bases du ninjutsu de combat. Tant que cet exercice bloquerait, impossible de passer à la suite. Mais aucune raison que cela ne bloque très longtemps, si tant est que le jeune homme en face de lui montre ce qu'il vaut.

* Voyons voir comment tu t’en sors, petit homme *

Spoiler:
 

Kabashi Senjago
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   Mer 15 Aoû - 14:39

L’homme qui lui faisait face avait une aura bienveillante, comme si tout ce qui l’entourait était protégé, Chikanori sentait qu’il pouvait lui faire confiance, et qu’il serait un bon professeur pour lui. Pour le moment, le genin n’avait pas encore appris à matérialiser son chakra à l’intérieur d’une lame, mais il savait la manier. Il regarda la brindille dans sa main, un simple coup de vent suffirait pour la transporter à l’autre bout du parc, il tenta d’y faire pénétrer son chakra, la brindille se tendit légèrement, cependant il ignorait s’il utilisait le bon équilibre. C’était comme forger une arme, en cas d’erreur elle pouvait devenir trop cassante, c’était pareil pour la brindille, pas assez de chakra et elle plierait, et trop elle se briserait. Il tendit son bras vers son professeur, pour montrer qu’il était prêt.

« Vas-y, attaques moi »

Chikanori prit une grande inspiration et entra dans la plus grande des concentrations, comme à chaque fois qu’il tenait un sabre en main. Il observa son adversaire, légèrement plus grand que lui, mais tout aussi mince, il observa l’emplacement de son cœur, c’était sa cible. Il leva légèrement la brindille, puis s’élança sur son adversaire, la pointe dirigée vers la cible. Il sentait son rythme cardiaque monter, le temps semblait s’être arrêté, il ne restait que quelques centimètres entre sa brindille et le corps chuunin, il toucha, cependant la brindille fléchissait, ne faisant aucune entaille sur la peau de Toru, ce dernier lui infligea une petite coupure sur la joue, avant de le faire chuter au sol.

« Pas mal. Tu es rapide et tu maîtrises bien ton arme, cependant tu n’as pas mis assez de chakra dans la brindille, sinon c’était gagné. »

Le genin se releva rapidement, prêt à prendre sa revanche, il saisit la brindille, déversant un peu plus de chakra, la brindille se tortilla avant d’être totalement droite.

« Cette fois je n’échouerai pas »

Chikanori détestait l’échec, chaque fois il ressentait de la haine envers lui-même, c’était aussi l’une des raisons de son obstination, ne pas perdre, ne jamais abandonner, peu importe la difficulté. Toru avait une de ses mains dans le dos, de l’autre il tenait la brindille, on aurait dit un escrimeur. Pourtant l’arme qu’il portait ne correspondait pas à ce style de combat, le jeune homme en déduisit que son adversaire n’était pas à prendre à la légère, il maîtrisait parfaitement le combat à l’arme blanche. De nouveau il pointa son arme sur lui, il visait toujours le cœur, s’élançant à toute vitesse, cependant tout autour de lui semblait être au ralenti. Il se retrouva de nouveau au sol, mais cette fois le chuunin avait paré son coup, cela signifiait qu’il avait sûrement réussi à trouver le bon équilibre de chakra.

« Bien joué, tu maîtrises maintenant ton flux de chakra, cependant tu dois encore me toucher, et ça ce n’est pas la même chose »

Depuis le début de leur entrevue, il avait gardé un large sourire, comme pour montrer la facilité avec laquelle il menait ce cours, d’un autre côté cela ne faisait que provoquer davantage Chikanori. Il tenta de se calmer, repensant à ce qu’il avait appris, et se focalisant davantage sur la perfection du mouvement plutôt que sur la cible. De nouveau la brindille se tendit, un premier coup paré, Chikanori fit de même, la petite taille de l’arme n’était pas vraiment un problème pour lui, il était habitué à ce désavantage de taille, puisqu’il utilisait un wakisashi plutôt qu’un katana. Les deux opposants se rendaient coup pour coup, cependant Chikanori sentait que ce n’était pas suffisant, Toru gardait toujours son sourire, comme si il s’amusait. Une attaque passa à quelques centimètres de son front, il en profita pour se relever rapidement, et il passa dans la garde de son adversaire, il réussit à placer le coup proprement, sans fioritures, il toucha le torse de son adversaire.

« Bravo, rares sont ceux à me toucher aussi rapidement, cependant nous somme à égalité sur cette passe »

En effet, Chikanori n’avait pas senti l’égratignure causée par la brindille dans son dos, ils avaient touché en même temps. Il avait pourtant mis la bonne vitesse, et il avait réussi à surprendre son adversaire, cependant il était encore trop lent. Il lui manquait de la pratique. Toru prit un air plus sérieux, il regarda le garçon dans les yeux, comme si il avait trouvé quelque chose d’intéressant, quelque chose qu’il devait analyser, afin d’en comprendre l’essence.

« Mais bon, je pense que nous pourrions passer à l’étape suivante. Tu as suffisamment de maîtrise pour que je fasse de toi un excellent sabreur. »


« Un homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit. »
Takuan
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   Dim 19 Aoû - 16:40

Le sourire de Toru, pour une fois, ne venait pas que du jardin dans lequel il se trouvait. Il tenait devant lui un gringalet qui pourrait bien faire des merveilles dans le futur. Voilà bien longtemps que le jeu des brindilles n'avait pas tourné court aussi rapidement. Il se rappelait qu'avec certains élèves, il avait dû s'y reprendre trois jours de suite.

Toru - Rappelle toi de la sensation que tu as eue lorsque le chakra s'est écoulé dans la brindille.

Le Chuunin se pencha pour ramasser l'un des sabres de bois. Il concentra lui même une partie de son chakra dans l'épée avant d'asséner un coup tout à fait basique dans une roche un peu plus loin. Toru invita Chikanori à regarder de plus près la roche

Toru - En réalité deux coups ont été lancés. Arashi No Hasaki, la tempête de lames. C'est une technique basique du ninjutsu martial, mais l'une des plus efficaces et des plus utiles à maîtriser. Il s'agit de concentrer ton chakra à la fois dans l'arme et dans le bras, pour permettre au tout de se mouvoir bien plus vite que la normale.

Tu as à ta disposition ces deux sabres de bois et cette roche. Si tu casses le sabre, tu as une seconde chance. Si tu casses le second, alors la séance est terminée et nous nous retrouvons demain.


Sur ces paroles, il s'allongea à même l'herbe en contemplant les nuages. Le ninjutsu de combat demandait une part de travail personnel importante. L'homme seul, face à ce rocher et à sa propre impuissance, tel était le sort de tout apprenti dans l'art du sabre.
Daiisu Aisu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   Jeu 30 Aoû - 15:55

Kotabe
: +0% Bonus Inclus
: +30 XP

Takuan Toshiya
: +0% Bonus Inclus
: +19 XP

Sympa le RP Smile
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La rencontre du bois et de l'acier   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Une fabrique de jouets en bois
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Peindre du bois lasuré
» [TUTO] Réaliser des échelles en bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Les Autres Lieux-