Partagez | 
 

 Mélodie Vespérale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Mélodie Vespérale   Mer 25 Juil - 13:17

L’eau était tout ce dont elle avait besoin. Privée d’elle, Mizugiwa s’asséchait, se mourrait. Peu lui importait l’endroit. Même que celui-ci s’appelât Kiri. La terre, la pierre, le bois, n’étaient rien qui puissent résister aux courants marins. Kiri n’était rien comparé à l’océan.

La nuit était claire au-dessus d’elle. L’eau ne miroitait que quelques nuages de coton. La plage de gravier était déserte derrière elle. L’ombre de quelques rochers s’y étendaient. Le village caché dormait plus loin encore. Le scintillement de quelques perles d’or s’y perdaient.

Mizugiwa était immergée jusqu’à la taille. Ses cheveux étaient comme des rubans de soie tiraillés entre les tons cerise et fuchsia. Des rubans si longs qu’ils s’écartaient en éventail pour nager à la surface de l’eau.

Son visage était écorché, gonflée par endroits. Mais son regard était le même, vif et clair.

L’eau dodelinait, calme, paisible, autour de Mizugiwa ; la distrayait. La douleur n’était rien pour elle hormis une sensation de brûlure tenace. Or le feu, elle le savait, ne résistait jamais longtemps à l’eau.

Soudain, un frémissement agita les graviers logés entre ses orteils. Le courant imprima une légère pression sur ses genoux. Mizugiwa comprit, tourna la tête.

Un homme prenait place sur un rocher, à quelques unités de là. L’eau ondula faiblement. Le danger était minimal.

L’homme avait un visage émacié, de grands yeux sombres, et une chevelure hirsute dans les tons ébène. Il était vêtu d’un haori aux couleurs du feu et d’un short court, noir. Ses jambes pendaient mollement vers l’océan, poilues et peu musclées. Quelque chose dans ses yeux riait.

Mizugiwa détourna son regard ; l’amena doucement à consulter la surface de l’eau, revenue à son calme pragmatique. Une voix troubla le processus, claire, suspicieuse, grave.

‘ Ton visage ne me dit rien du tout. Pas de bandeau à vue, soit tu es une civile, soit tu n’as pas encore fait tes preuves. D’où viens-tu ?

En réponse, Mizugiwa tendit son bras droit hors de l’eau, l’index pointé vers le quart sud-ouest. Au lieu de se diviser en fines gouttelettes, l’eau ruissela le long de son bras. Un refus de soumission aux lois de la gravité qui n’échappa certainement pas aux yeux de l’homme. Il n’y avait pas de nom à donner à l’endroit que Mizugiwa désignait. Elle ne connaissait pas le nom de ces choses.

‘ Il va me falloir une bonne carte et une bonne boussole pour deviner ce que tu pointes. Quel est ton nom ?

Mizugiwa entrouvrit ses lèvres tuméfiées. Le son de sa voix était creux, doux, et sensible à la fois.

‘ Mizu… giwa.

‘ Mizugiwa ? Ouai, c’est pas mal. Tu ne veux pas connaître le mien ? Tu sais, c’est ce qu’on est sensé demander à ce moment là d’une conversation.

Mizugiwa abaissa son bras et le laissa, en partie, disparaître sous l’eau sans provoquer la moindre éclaboussure. Un silence s’installa qui dura quelques minutes.

‘ Gengoemon, Habaki Gengoemon, c’est mon nom. Tu n’aies pas très bavarde alors je te le dis, ça t’évitera de me le demander. L’eau est ton élément pas vrai ? En tout cas, elle te colle bien à la peau… ce n’est pas le genre de chose qu’une civile peut faire tu sais… alors dis-moi, qui es-tu petite kunoichi ?

Une onde unique, à peine plus haute qu’un doigt, alla se briser sur le rocher où Gengoemon était assis. Son point d’origine n’était autre que Mizugiwa dont la voix porta faiblement à ce moment là.

‘ Une goutte… d’eau.


. Première note de la Mélodie Vespérale.

MessageSujet: Re: Mélodie Vespérale   Jeu 26 Juil - 13:01

Le rire de Gengoemon sauta de rocher en rocher, de couche d’air en couche d’air, dans l’indifférence la plus complète.

Mizugiwa n’avait pas conscience de ce que la moquerie représentait, ne pouvait donc en comprendre les mécanismes. Seule l’eau comprenait. Elle comprit d’ailleurs si bien qu’elle s’ébroua. Les vagues se multiplièrent, toujours plus rapides à défaut de gagner en hauteur. Et très vite le rire de Gengoemon se perdit dans le grondement de leur chute.

Quand le bruit cessa enfin, Gengoemon ne souriait plus. Ses traits étaient tendus. L’index et le pouce de sa main gauche caressaient machinalement son menton.

‘ Tu n’es pas n’importe quelle « goutte d’eau » toi…

Il se parlait vraisemblablement à lui-même, mais à voix haute.

‘ Mizugiwa… ça ne me dit vraiment rien. Ce pouvoir en revanche…

Sa voix éclata soudain. Une pointe de secret perçait dans son intonation.

‘ Dis-moi Mizugiwa, qu’est-ce que t’inspire la glace ?

Les mains jointes, Mizugiwa recueillit un peu d’eau. Elle observa, un instant, le reflet de son visage abîmé. Puis souffla sur l’eau dans une longue expiration.

‘ Le froid.

L’observant désormais du coin de l’œil, Mizugiwa vit Gengoemon se pencher, placer ses coudes en appuis sur ses genoux, puis se caresser les lèvres.

‘ Oui… le froid hein… est-ce que le nom Aisu te dit quelque chose ?

Le front de Mizugiwa se creusa. Une ride s’y dessina. Ce rictus, Mizugiwa l’associait à toutes les émotions qu’elle ne maîtrisait pas. L’incompréhension était l’une d’elles.

‘ Ai…su

Ce nom ne faisait remonter aucun souvenir en elle. Pourtant, l’intonation même du mot ne lui était pas étrangère. Le courant marin frémit, le lui confirma. Elle secoua finalement la tête en guise de négation.

‘ Étrange… très étrange… j’étais persuadé que…

Dévisagé comme elle l’était maintenant, Mizugiwa tourna complètement son corps pour fixer Gengoemon dans les yeux. Elle le vit remuer les mains, sentit l’eau de son corps se troubler.

Le bras gauche tendu, Gengoemon détacha de l’océan une sphère d’eau qui tournoyait, et tournoyait de plus en plus vite sur elle-même, en remontant vers le creux de sa main. Détachée du tout, la sphère brillait dans des reflets pastel.

‘ Est-ce que tu arriverais à faire pareil ?

Une nouvelle fois, le front de Mizugiwa se creusa. Un mélange subtil d’impatience et de dégoût.

‘ Vous lui faites mal.

‘ Ah bon ? Et bien dans ce cas, plus vite tu te dépêcheras de m’imiter, plus vite je la relâcherais.

Mizugiwa observa la sphère un court moment. Comme Gengoemon, elle tendit son bras, le droit, la paume dirigée vers le bas. Aussitôt, un filet d’eau interminable serpenta sur son ventre, glissa sur sa poitrine, encercla son cou, fila le long de son bras, puis se concentra dans le creux de sa main. Une sphère y naquit.

Elle était identique, en forme et en taille, à celle de Gengoemon. Mais elle tournoyait plus vite grâce au filet d’eau qui ruisselait continuellement sur le corps de Mizugiwa, la rattachait ainsi à l’océan.

‘ Elle est plus forte, entière... si vous la séparez, elle a froid… quand les choses ont froid, elles sont plus faibles.

Une lueur fendit les yeux sombres de Gengoemon. L’eau de son corps se calma. La sphère qu’il avait créée retomba dans l’océan en projetant des gouttes sur le rocher.

‘ Pour toi l’eau vit, si je comprends bien ? A t’entendre on dirait presque que c’est une personne à part entière. L’eau n’est pourtant qu’un élément et ce que tu viens de faire s’appelle du Ninjutsu.

‘ Nin… jutsu.

La sphère lovée dans le creux de la main de Mizugiwa réduisit peu à peu sa vitesse de rotation. Le filet d’eau l’aspira toute entière, puis retourna à l’océan dans l’insensibilité générale.

‘ Elle est tout.

Le ton de sa voix déclarait une opposition, mais son timbre exprimait une pureté et une sincérité que peu de gens pouvaient exprimer ainsi.


La. Deuxième note de la Mélodie Vespérale.

MessageSujet: Re: Mélodie Vespérale   Ven 27 Juil - 14:46

‘ Tout… pour certains, peut-être bien…

La voix de Gengoemon retrouva son timbre songeur, secret.

‘ Quoi qu’il en soit, après quelques détours, tu as enfin réussi à confirmer que tu n’étais pas une civile, mais bel et bien une kunoichi. Comme c’est la première fois que j’entends ton nom, je suppose que tu t’es inscrite à l’Académie il y a peu de temps ? Peut-être même aujourd’hui ?

Une ride neuve se dessina sur le front de Mizugiwa. De nouveau l’incompréhension totale.

‘ A…

‘ Aujourd’hui même, oui. Tu poses toujours autant de questions Gengoemon. Un peu trop.

Mizugiwa pivota complètement pour voir à qui appartenait la voix froide et puissante. Gengoemon l’imita une demi-seconde plus tard. Sur son visage se creusa tour à tour les sillons de l’étonnement puis de l’effarement.

La voix était celle d’une femme vêtue d’un manteau noir, dont les longs cheveux auburn encadraient un masque blanc strié d’ocre au faciès de louve.

‘ Tu peux rentrer chez toi. L’interrogatoire est terminé pour aujourd’hui.

Si Gengoemon avait pu affaisser ses oreilles comme le faisaient les chiens, c’est sans doute ce qu’il aurait fait à cet instant. Au lieu de quoi, son visage se ferma. Ses yeux roulèrent de l’anbu à Mizugiwa. Puis, il se leva.

En deux trois bonds, il se retrouva sur la plage, passa à côté de l’anbu sans rien lui dire, sans même la regarder, puis disparu.

L’eau réveilla, alors, une pression à l’arrière des cuisses de Mizugiwa. Elle s’avança hors de l’eau. L’anbu fit un pas en avant.

L’océan qui entourait jusque là Mizugiwa, qui imbibait le coton de son débardeur comme de ses leggins, se retira doucement à mesure que son corps émergeait de l’eau. Au sortir, Mizugiwa était sèche de la tête aux pieds. Ses longs cheveux s’étalant sur le sable, y compris.

L’anbu s’approcha encore un peu plus, passa une main tendre, légère, dans les cheveux de Mizugiwa.

‘ Comment vas-tu ?

Mizugiwa ne trouva rien à répondre. Ses grands yeux fixaient le masque. Elle leva les bras, en caressa le contour et les renflements du bout des doigts.

‘ Je suppose que tu vas bien, comme tous les jours.

La voix de l’anbu avait pris une intonation plus douce, plus protectrice. Avec une certaine lenteur, l’anbu posa ses mains sur celles de Mizugiwa.

‘ Tu as froid…

Mizugiwa sentit un frémissement parcourir l’eau à l’intérieur de l’anbu.

‘ Tout va bien. Écoute-moi, nous t’avons trouvé une famille qui veut bien t’accueillir le temps que tu t’habitues au village. Tu verras, ce sont des gens biens. Un peu vieux, mais ça fera l’affaire. Tu veux bien les rencontrer ?

Mizugiwa ramena ses bras le long de son corps, jeta un regard par-dessus son épaule.

‘ Elle est ma seule maison…

‘ Je comprends. Mais tu pourrais en avoir une deuxième ? La journée tu viendrais ici, et la nuit tu resterais dans l’autre.

Un nouveau frémissement, plus intense, secoua les sens de Mizugiwa. Elle ne savait pas ce qu’il signifiait, c’était la première fois qu’elle le percevait. Mais elle sentit que l’anbu attendait beaucoup d’elle.

‘ A demain…

Sa voix trahit un déchirement profond qui se manifesta par une note grave dans une symphonie de notes aiguës, délicates. Son regard se détacha de l’océan. Elle dépassa l’anbu.

Celle-ci lui emboîta le pas. Toutes deux redevinrent des ombres au cœur de Kiri.


Do. Troisième et dernière note de la Mélodie Vespérale.


Spoiler:
 
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Mélodie Vespérale   Ven 27 Juil - 21:29

Généralement, nous validons une seule technique à la fois. Comme le RP est de qualité et d'une quantité suffisante, et que les techniques demandées sont des techniques de base, je te valide les deux.

Techniques validées.
Mizugawa : + 14 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mélodie Vespérale   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La limace intersidérale - Vaisseau de réfugiés
» La Mélée générale
» Haïti n'a pas de « surpopulation carcérale »
» La société générale égare 15 tonnes d'or
» mélodie éternelle [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Autres Lieux-