Partagez | 
 

 Mission de rang D - Le retour du héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Mission de rang D - Le retour du héros   Jeu 6 Sep - 6:08

Garde 1 – Bon, tu as compris? Quand quelqu’un se présente à la porte, tu contrôle son identité et le mobile de sa venue au village. Même si la Hokage veut faire de Konoha un endroit plus ouvert et un centre important du pays, nous devons rester vigilants et contrôler les allées et venues des étrangers. Il en va de la sécurité des habitants de Konoha et de la sauvegarde de nos secrets. C’est une mission importante et…

Fuki – Et j’étais la seule genin qui avait suffisamment besoin d’argent pour payer son loyer pour ne pas pouvoir refuser cette mission merdique.

Le garde la cogne violement sur le front avec son sabre en bambou, front qui est providentiellement protégé par le bandeau de frontal de la genin. D’ordinaire, elle le porte à la ceinture, mais on l’a suffisamment harcelé pour qu’elle le porte en évidence pendant toute la durée de cette mission pour qu’elle obtempère sans trop rechigner.

Garde 1 – Nous, chuunin, avons des responsabilités qui nous appellent ailleurs aujourd’hui. Tu devrais être honorée que l’on te confit la protection de Konoha, même si ce n’est que pour quelques heures.

Fuki – Donc, je devrais être honorée de devoir être obligée de remplacer trois glandeurs qui vont voir un film pendant leur service?

Un autre coup sur le bandeau frontal résonne de façon caoutchouteuse à travers la tige de bambou avant que Fuki ne réplique, non pas avec les poings, comme on le ferait normalement après avoir reçu un coup de sabre en bambou sur la tête, mais avec des mots.

Fuki – Vous savez que ce n’est qu’un jouet qu’on donne aux enfants pour faire la promotion du film, j’espère? Vous ne pouvez blesser personne avec ça.

Garde 1 – Ho, mais c’est une super réplique du sabre en bambou d’Ariro, le héros du matin qui protège la paix et la justice sans jamais tuer personne. C’est super stylé.

Devant cette adulte en admiration devant un jouet promotionnel représentant un sabre en bambou, Fuki est sur le point d’en venir au point. Dire que cet homme est supposé assurer la surveillance d’une des portes du village. Même en admettant que la Hokage veuille ouvrir le village au reste du monde, il est irresponsable de confier la moindre responsabilité à un type comme lui. Heureusement qu’en temps normal il y a trois gardes à la porte pour contrôler les allées et venues. Lui tout seul, n’importe qui pourrait entrer.

Coupant le fil de ses pensées, un autre des autres gardes qui devaient normalement être en faction aujourd’hui interpelle son collègue de loin.

Garde 2 – Tu as fini de lui expliquer? On ne doit pas être en retard à la première.

Garde 3 – Ça commence seulement dans cinq heures. On doit arriver en avance pour avoir de bonnes places.

L’interlocuteur de la genin lui tourne maintenant le dos pour faire face à ses collègues. Sans égards pour elle, il s’élance vers eux en brandissant sa réplique de sabre en bambou et en hurlant un bruyant «Bonzaï» qui fait se retourner la plupart des passants sur son passage. Les ayant rejoints, ses deux compères lui réponde de la même manière. Devant ce spectacle pathétique, Fuki ne peut s’empêcher de de murmurer pour elle-même.

Fuki – Misère.

***


Le bureau d’accueil de la porte, dont on avait confié la garde à la jeune genin, est un passage obligatoire pour tous ceux qui espèrent pénétrer le village de la feuille par le nord-est. Ne pas se conformer à cette mesure étant considéré comme une infiltration hostile, ces bureaux d’accueils sont généralement bien fréquentés. Un mauvais point pour ce travail. Rencontrer des étrangers sans intérêts ne faisant pas partie des activités de prédilection des asociaux, Fuki ne faisant pas exception, cette journée s’annonce éprouvante pour elle.

L’endroit qu’on lui a assigné est une petite cabane sise à la muraille protégeant le village et positionné de façon à ne rater le passage d’aucun individu franchissant l’imposante poterne. L’intérieur n’étant décoré que d’une affiche promotionnelle du nouveau film de l’été, affiche qui va rapidement rejoindre la poubelle, la décoration est tout ce qu’il y a de plus austère. Une pile de formulaires à faire remplir orne la table devant laquelle doivent se présenter les visiteurs.

Sans enthousiasme, elle s’assoit sur la chaise disposée à son intention, une vieille chaise en bois sans rembourrage qui semble être faite pour meurtrir le dos. En plus de la file qui commence à se former pour lui meurtrir les oreilles, difficile de dire ce qui s’annonce la pire.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Mission de rang D - Le retour du héros   Dim 16 Sep - 17:05

L'épaisse forêt du pays du feu s'étendait à perte de vue devant le jeune homme. Sans comprendre pourquoi, cette nature qui l'entourait lui amenait de curieux flash qui lui rappelait d'étrange vision, comme des souvenirs d'une vie passé. Ce phénomène était récurent depuis son réveil dans cette jolie maisonnette dans le pays d'Oto... A cette époque, il ne connaissait rien d'autre, il s'y voyait donc logiquement passer le restant de sa vie à apprendre de l'expérience de Mikado et Kansen et surtout vivre dans les bras si délicat et si doux de la belle Cho. Mais ce beau rêve lui avait été arraché par la dur réalité du monde que cette famille avait tant bien que mal essayer de lui cacher. Mais réalité était que ce monde était pourrit jusqu'à la moelle. La gangrène avait contaminé le cœur des hommes qui étaient à présent incapable de discerner le bon du mal. Ils suivaient des ordres qu'ils savaient pertinemment immorale. Aujourd'hui, l'humanité était constitué de quelque seigneur, tous les autres n'étaient que des esclaves décérébré. Que devait-on dire sur les hors-la-lois alors ? Ceux que ces même seigneurs avaient banni à tout jamais des hautes sphères de la démocratie. Ces gens qui étaient généralement d'écrit comme des monstres car ils luttaient pour leur survie. Cela n'avait-il pas un sens ? Certain homme ne jugeaient que par l'or, mais à quoi leur servirait toute ces fortunes une fois mort ? Et que fais aient les seigneurs de tout leur or ? Que faisaient-ils pour les gens de basse naissance ? Rien... Cela se résumé en un mot. Le monde était pourri, tant de crime non puni, tant d'injustice à réparer...

C'était dans cet état d'esprit que l'homme arpentait les terres du pays du feu, à la recherche d'un village où il aurait, semble t-il, passé une grande partie de sa vie. Il n'avait que des brides de souvenir à ce sujet, des images flous, des visages qu'il était impossible de reconnaître. Cependant ces images bien que flou étaient les seules choses qui lui restait. Incapable de se créer sa propre vie, l'homme était donc décider à renouer avec son passé. Il ignorait ce qui l'attendait à Konoha, mais il possédait leur bandeau. Mikado lui avait dit que c'était le signe qu'il était un shinobi, un guerrier de l'ombre, un assassin. Il était donc le même type d'homme qui avait massacré cette famille... Mais elle lui avait dit autre chose. En lui confiant ce bout de tissu où y était brodé un éventail, elle lui avait parlé de clan, de responsabilité, d'Uchiha... Bien sûr, tout cela restait sombre et obscur pour l'homme, mais Konoha saura lui apporter les réponses.

Alors que le soleil terminait peu à peu son passage de l'est vers l'ouest, l'ombres des hautes palissades du village s’annonçait au loin. Cela faisait une journée complète que l'homme courrait comme un beau diable, les seules fois où il s'était arrêté était pour demander son chemin et prendre une petite pause déjeuner. Konoha tenait mal son nom de village caché... à l'heure d'aujourd'hui, il n'avait plus rien de cacher, chaque habitant de ce pays était capable de vous dire la direction à suivre et c'était peine croyable de trouver des panneaux de direction vous y conduire. Mais lorsque le jeune homme regardait cet immense village militaire, il réalisait à présent que la force de Konoha n'était plus dans la dissimulation, mais bel et bien dans sa force de dissuasion. Qui pourrait s'imaginer s'attaquer à pareil structure ? L'homme réfléchissait et savait que d'autre village militaire existait dans ce monde, mais malgré cela, il n'imaginait pas une seul fois ce village en flamme.

Son regard sombre suivait le chemin en contre bas qui, tel un serpent, zigzaguer jusqu'à rejoindre une immense porte, point de passage obligatoire pour espérer pénétrer dans le village. Sur cette même route, des ombres en masse s'entassaient les une sur les autres au pied des portes, attendant qu'enfin quelqu'un les autorises à terminer leur voyage. C'était à ce moment qu'une petite boule apparut dans son ventre, que dirait-il une fois devant les portes ? Il possédait un bandeau de konoha, mais cela ne prouverait en rien qu'il appartenait à l'armée de ce village, peut-être l'avait-il tout simplement volé, dépouillé sur le cadavre de l'un de leur collègue. Il possédait un nom également... mais c'était exactement le même problème, une identité ce vole facilement...

Il lui fallait improviser à présent, car le temps qu'il s'était perdu dans ses pensées, la file d'attente avait avancé et c'était à présent à son tour de se présenter devant le bureau d'admission. Devant lui, une table avec une pile assez importante mais toute fois amputé de dossier d'admission. De l'autre côté de la table était assise une jeune femme que l'homme évitait de dévisagé. Il était mal à l'aise, cela se voyait. Il ignorait comment aborder le sujet, s'il devait présenter son bandeau et son nom tout de suite ou s'il devait tout d'abord parlementer... Il décida de la jouer franc jeux. Posant son bandeaux frontal sur le bureau, il regarda tout d'abord la jeune femme avant de mettre à côté du bandeau le morceau de loque sur lequel était brodé l'éventail.

Hakai – Il y a de cela quatre mois, je me suis réveillé dans une maisonnette d'une famille dans le pays d'Oto. J'étais gravement blessé et ceci étaient alors mes seuls bien.

Son regard noir et perçant ne quittait pas du regard la jeune femme.

Hakai – Je suis venu chercher des réponses.

MessageSujet: Re: Mission de rang D - Le retour du héros   Lun 1 Oct - 2:01



La ligne de visiteurs voulant entrer à Konoha ne semble pas vouloir rétrécir. Ayant trouvé la technique imparable pour n’avoir besoin de parler à personne, Fuki se contente de déposer le formulaire à remplir sur la table, entre elle et le nouveau venu. Si quelqu’un fait mine de ne pas comprendre, elle peut toujours tapoter le document du bout de son crayon et se plonger dans son livre en affectant une concentration extrême. Dans la plupart des cas, c’est efficace et les gens se contentent de remplir le formulaire. Mais malheureusement, tout le monde n’a pas la décence de se faire rembarrer simplement et de respecter l’accord tacite qui stipule que la bureaucratie a tous droits de se montrer suffisante et inhumaine envers le commun des mortels, cela sans autre raison que de se montrer désagréable.

L’homme qui se présente maintenant devant elle est l’un de ceux-là. Posant ses frusques pouilleuses sur la table, il commence à raconter son histoire, ce qui est loin d’intéresser la genin en charge des admissions.

Hakai – Il y a de cela quatre mois, je me suis réveillé dans une maisonnette d'une famille dans le pays d'Oto. J'étais gravement blessé et ceci était alors mes seuls bien.

Sans regarder le nouveau venu, la genin pose un formulaire entre eux deux.

Hakai – Je suis venu chercher des réponses.

En réponse, elle ne fait que tapoter le formulaire du bout de son crayon sans relever les yeux de son livre.

Fuki – Ici, c’est le bureau des admissions. Si vous voulez entrer dans le village, il faut remplir le formulaire. Après, vous pourrez aller à l’hôpital ou n’importe où ailleurs. Je m’en fiche, mais vous devez remplir le formulaire avant.

Hakai – Vous ne comprenez pas. J’ai fait un long chemin et…

Il est coupé dans sa phrase par la jeune fille qui commence à être profondément irritée par cet étranger qui se refuse à être ignoré convenablement.

Fuki – Oui, j’ai très bien compris, mais je m’en fiche. C’est différent.

Pour la première fois de la journée, Fuki se sent obligé de poser son livre sur la table et d’accorder un peu d’attention à l’un de ces moucherons qui lui tournent autour depuis le début de cette journée. Le regardant bien dans les yeux, elle lui parle sur un ton plein de morgue.

Fuki – Alors, vous allez remplir se putain de formulaire, prendre vos frusques et arrêter de faire perdre du temps à tout le monde.

Hakai – Il m'est impossible de répondre à ce document, j'ignore tout de mon identité.

Fuki – Si vous ne pouvez pas remplir le formulaire, vous ne pouvez pas entrer. C’est ce qu’on m’a dit.

Derrière, la foule commence à gronder. Les formalités prennent toujours du temps, mais personne n’a envie d’attendre derrière quelqu’un qui n’est pas capable de remplir un formulaire. L’étranger fini par se résigner à prendre le formulaire et à s’isoler, à l’écart, avant que la foule ne se mette en colère.

Satisfaite de sa performance, la jeune genin retourne à son petit cycle fait d’entorses aux bonnes manières et de pure mépris pour tous ceux qui veulent remplir un formulaire d’entré. La journée continu tranquillement comme cela… ou aurait dû continuer de cette manière, si l’idiot incapable de remplir un formulaire n’était pas revenu.

Hakai – Il est marque ici...

L'homme point du doigt la fin de la feuille.

Hakai – En tout petit caractère, qu'en cas de problème, vous deviez prévenir les autorités compétentes... Alors vu que la perte de mémoire n'est pas marqué dans le dossier...

En soupirant, elle pose son livre sur la table, dont l’étranger peut lire le titre : «Pour des relations humaines saines», et prend le formulaire en prenant bien son temps pour lire les quelques mots concernés. Pour elle, les autorités concernées ne sont que les trois idiots qui se sont déchargés de leurs responsabilités sur sa personne. Cela lui plairait bien de les interrompre pendant leur film et de les ramener au poste de contrôle uniquement pour voir leur tête déconfite, mais elle ignore complètement où se trouve la salle de cinéma et ce serait risquer des ennuis que d’abandonner son poste.

Fuki – Oui, en effet. Je pourrais appeler la personne concerné, mais on ne m’a rien dit à ce sujet. C’est surement dans le guide de procédure, là.

Elle pointe une caisse pleine de feuilles de papiers mal rangées qui trône sous la table et recouverte par la poussière.

Fuki – Mais ce serait galère à trouver et je n’ai pas très envie de chercher non plus.

Hakaï – Quoi? C’est blague? C’est ça? Je veux parler à un autre responsable.

Fuki – Un autre responsable… Oui, c’est très simple. Il suffit d’entrer dans le village, de trouver une salle de cinéma et vous devriez tomber sur eux. Mais avant d’entrer, il me faut votre formulaire rempli.

Dépité l’étranger ne sait plus quoi dire. La genin le voit bien et décide de pousser son avantage.

Fuki – Mais il se pourrait bien que je consente à chercher dans le guide de procédure si vous faisiez un petit quelque chose pour moi. Rien de bien compliqué, une petite tâche de rien du tout.

Cette fois, ce n’est plus du dépit qu’on peut lire dans le regard de l’étranger, mais un début de colère devant cette tentative de chantage.

Fuki – Vous voyez l’arbre, là-bas, devant les portes du village? Au sommet il, il y a un oiseau. Je veux juste que vous me le rapportiez.

Incrédule, l’homme ne peut dire qu’une seule chose devant cette étrange demande.

Hakaï – Un oiseau?

Fuki – Oui… et le plus vivant possible, si ce n’est pas trop demandé.
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Mission de rang D - Le retour du héros   Dim 4 Nov - 14:30

Fuki : +18XP
Hakai : +9XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mission de rang D - Le retour du héros   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Mission de rang D: Examen Chuunin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Portes du Village-